Les Crises Les Crises
29.mai.202029.5.2020 // Les Crises

Coronavirus : La pandémie met gravement en danger l’économie informelle

Merci 75
J'envoie

Source : Foreign Affairs
Traduit par l’équipe Les-Crises

Le nouveau coronavirus a fait des ravages dans l’économie mondiale, provoquant la fermeture d’entreprises, la perturbation des chaînes d’approvisionnement et la perte d’emplois pour des millions de personnes. Mais la pandémie a été particulièrement dévastatrice pour les quelque deux milliards de travailleurs du secteur informel, qui représentent environ 60 % de la main-d’œuvre mondiale et gagnent souvent moins de 2 dollars par jour. Ces travailleurs, en particulier dans les pays en développement, sont confrontés à une calamité économique imminente.

Contrairement aux travailleurs de l’économie formelle, qui bénéficient de protections juridiques et sociales, les travailleurs informels gagnent leur vie sans filet de sécurité. Il s’agit pour la plupart de femmes et de travailleurs indépendants, exerçant des professions aussi variées que la vente dans la rue, le travail domestique, le transport et le ramassage des ordures.

Certains sont également des travailleurs journaliers dans des usines, des fermes et d’autres entreprises formelles qui n’offrent pas tous les droits ou protections à leurs employés. Les mesures prises par de nombreux pays pour lutter contre la pandémie, y compris les mesures de confinement mises en œuvre sans aide significative pour les personnes dont l’emploi est affecté, ont menacé les moyens de subsistance des travailleurs du secteur informel et les ont poussés encore plus loin dans la pauvreté et la faim. En quelques semaines seulement, des millions d’emplois informels ont été perdus et des millions d’autres ont été mis en danger.

Mais la crise de l’économie informelle ne touche pas seulement les pays pauvres, elle touche aussi les pays riches. Près d’un cinquième des travailleurs aux États-Unis sont des travailleurs du secteur informel, et ils sont particulièrement vulnérables à la menace sanitaire que représente le nouveau coronavirus ainsi qu’à ses conséquences économiques.

L’image populaire du travailleur américain informel est peut-être aujourd’hui celle d’un ouvrier dans l’économie de la technologie, comme le font Uber ou Lyft, mais le passage à une économie informelle plus large a commencé sous le président américain Ronald Reagan. La réglementation sur les employeurs s’est assouplie après 1980, permettant aux entreprises de se décharger progressivement des risques sur les sous-traitants, les travailleurs journaliers et autres travailleurs flexibles.

L’absence de protection des travailleurs rend aujourd’hui la crise du coronavirus particulièrement aiguë aux États-Unis : il ne s’agit pas seulement d’une crise sanitaire ou économique, mais d’une crise sociale plus profonde qui se prépare depuis des décennies.

L’ascension du travailleur informel

Dans l’ensemble du monde en développement, la pandémie a mis en évidence des inégalités sociales bien ancrées. En Inde, où plus de 90 % des emplois sont informels, l’Organisation internationale du travail (OIT) estime que plus de 400 millions de travailleurs risquent de sombrer dans la pauvreté extrême (définie comme un revenu inférieur à 2 dollars par jour) suite au confinement national annoncé le 24 mars dernier.

L’existence d’importantes économies informelles dans de nombreux pays pauvres augmente également le risque que le COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, se propage parmi les travailleurs les plus vulnérables, qui dépendent de leurs revenus quotidiens et ne peuvent pas se permettre d’arrêter de travailler. Les travailleurs informels sont déjà confrontés à des conditions de santé défavorables, telles qu’une mauvaise nutrition, un accès limité aux installations sanitaires et des maladies chroniques liées à la pollution de l’air et de l’eau.

Il n’est pas surprenant que les travailleurs informels aient mené des manifestations pour demander une aide publique d’urgence en Colombie, au Malawi, en Ouganda et ailleurs. Certains gouvernements ont pris de petites mesures pour soutenir les travailleurs informels pendant la crise. Par exemple, au Pérou, où près des trois quarts des emplois sont informels, le gouvernement a offert aux travailleurs les plus pauvres un paiement unique d’environ 100 dollars. Mais de nombreux pays n’ont rien fait, ou presque, pour aider ces travailleurs à surmonter la pandémie.

Les travailleurs du secteur informel sont également menacés dans le monde développé. Depuis les années 1980, les arrangements de travail informel sont devenus de plus en plus courants dans les pays industrialisés. Avec la mondialisation des économies et l’adoption du néolibéralisme par les gouvernements, la demande de main-d’œuvre bon marché et disponible a augmenté, de même que l’offre de personnes prêtes à travailler dans le secteur informel, y compris les immigrants et autres personnes vulnérables qui ne peuvent pas occuper d’emplois formels.

Aux États-Unis, l’opinion publique a rendu le gouvernement responsable de la tourmente économique des années 1970, ce qui a conduit à des réductions drastiques des dépenses sociales et à la déréglementation de nombreuses industries au cours des quatre décennies suivantes. Dans ce vide réglementaire, l’économie informelle s’est développée : de plus en plus d’emplois n’offraient pas la sécurité de l’emploi, la couverture des soins de santé, les congés maladie, les retraites et les indemnités de licenciement.

En d’autres termes, l’informalité est née des décisions délibérées des élus de démanteler l’aide sociale, d’ignorer ou de supprimer les protections du travail durement acquises, de lésiner sur le logement abordable et, plus récemment, de donner la priorité aux sociétés financières plutôt qu’aux travailleurs, de rejeter les soins de santé universels et de négliger la réforme de l’immigration.

La proportion de travailleurs américains engagés dans le travail informel a augmenté régulièrement au cours des dernières décennies. Entre 2005 et 2015, le pourcentage de travailleurs américains dont l’emploi principal était informel est passé de dix à seize pour cent. En 2018, au moins un tiers de la population adulte américaine avait exercé une forme ou une autre de travail informel, selon la Réserve fédérale.

Cette même année, l’OIT a estimé que l’emploi informel représentait 30 millions d’emplois aux États-Unis, soit 19 % de la population active totale. Ces travailleurs sont mal équipés pour faire face à des problèmes de santé courants, sans parler d’une pandémie. Ils n’ont pas d’autre choix que d’aller travailler, même s’ils sont malades.

Ce sont aussi, de manière disproportionnée, des personnes de couleur, des immigrants et des femmes. L’inégalité économique et raciale a profondément affecté la façon dont les Américains vivent la crise du coronavirus. Les données des centres américains de contrôle et de prévention des maladies et des agences locales de santé publique montrent que les Afro-Américains et les Latino-Américains sont plus susceptibles de mourir du COVID-19 que les Blancs non latinos, ce qui remet en question l’idée que la maladie est un « grand niveleur ».

Et les chiffres de décès pour ces groupes sont très probablement sous-estimés, étant donné que les populations minoritaires vulnérables n’ont souvent pas accès aux tests et aux soins de santé. Les Pundits s’empressent d’invoquer des « conditions sous-jacentes » individuelles telles que l’obésité, l’hypertension et le diabète pour expliquer ces disparités. Mais parmi les plus grands facteurs de risque de COVID-19 figurent les inégalités sociales et économiques, qui ont été exacerbées par l’informalisation de l’économie.

De nombreux travailleurs informels à risque ont soudainement été classés comme « essentiels », ce qui permet de maintenir l’économie pendant la pandémie, même s’ils ne bénéficient pas des protections de base en matière de travail. Il s’agit notamment des travailleurs de la restauration, des ouvriers agricoles, des gardiens, des nettoyeurs et des livreurs, dont aucun ne peut travailler à domicile. Grâce à ce travail, les Américains les plus chanceux peuvent télétravailler en toute sécurité sans avoir à s’exposer au virus. Ce qui reste de l’économie formelle dépend fortement des biens et services produits et fournis par les travailleurs informels.

Ces travailleurs ont un accès limité aux soins de santé et autres prestations nécessaires pour faire face à la pandémie et assurer leur propre sécurité et celle des autres. Même ceux dont l’emploi est techniquement reconnu, comme les chauffeurs d’Uber et les acheteurs d’Instacart, sont confrontés à une série de désavantages parce qu’ils sont classés comme entrepreneurs indépendants. Nombre d’entre eux ont du mal à obtenir des allocations de chômage parce que leurs employeurs ne paient pas les primes d’assurance ou ne communiquent pas les données salariales aux organismes publics.

On ne sait toujours pas comment les principales mesures d’aide et d’urgence adoptées par le Congrès, qui allouent plus de 2 000 milliards de dollars aux congés de maladie payés, aux allocations de chômage et à l’aide alimentaire, aideront les travailleurs informels, car ces mesures contiennent des conditions d’éligibilité onéreuses et des lacunes importantes. Mais elles n’aideront probablement pas les millions de travailleurs informels qui ne sont pas en mesure de prouver leurs salaires et leurs heures de travail avant la pandémie ou qui n’ont pas droit aux bons d’alimentation et aux congés maladie en raison de leur statut d’immigration.

Ce qui est clair, c’est que la pandémie a aggravé la précarité du travail informel aux États-Unis, tout comme elle l’a fait en Inde et dans d’autres pays en développement. De nombreux travailleurs ne savent pas comment ils vont payer leur prochain repas, sans parler de leur loyer, ce qui augmente les chances qu’ils continuent à travailler quel que soit le risque.

Points de repères

Les crises majeures exposent parfois les causes profondes des problèmes sociétaux et économiques, ce qui encourage les réformes et le changement. La Grande Dépression a déclenché le New Deal, qui a jeté les bases d’un nouveau contrat social qui s’est encore renforcé dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Le New Deal a mis en place des filets de sécurité sociale et a jeté les bases d’un plus grand nombre de négociations collectives, facilitant la croissance de la classe moyenne, élargissant les protections sociales et juridiques des travailleurs et formalisant la sécurité économique pour la plupart des travailleurs.

Depuis la Grande Dépression, cependant, les crises économiques qui ont suivi ont eu l’effet inverse. Elles ont permis aux législateurs de vider les programmes d’aide sociale existants, d’assouplir les réglementations gouvernementales, de diaboliser les immigrants et de renflouer les grandes entreprises qui dépendent souvent des travailleurs informels pour occuper leurs emplois les plus subalternes.

Les cinq grandes récessions qui ont eu lieu depuis le début des années 1970 ont érodé une grande partie du filet de sécurité sociale du pays, poussant de nombreux travailleurs vers l’économie informelle. En fait, la croissance nette de l’emploi au cours de la décennie qui a suivi la grande récession de 2008 a été presque entièrement alimentée par les emplois créés dans l’économie informelle.

Les États-Unis ont créé des « mauvais emplois » beaucoup plus rapidement que des « bons emplois », et les travailleurs américains en souffrent. Les chiffres de l’emploi dont le président américain Donald Trump faisait grand cas avant la pandémie ont masqué le fait que 44 % des travailleurs, soit 53 millions de personnes, gagnaient de faibles salaires, selon la définition des chercheurs de la Brookings Institution. Beaucoup de ces travailleurs étaient informels, travaillant sans protection légale et sociale.

Il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. La pandémie de coronavirus semble avoir généré un regain de solidarité. Un certain nombre d’organisations, telles que le One Fair Wage Emergency Fund, la Restaurant Workers’ Community Foundation, la National Domestic Workers Alliance et les Undocumented Workers Relief Funds, se sont mobilisées pour protéger les travailleurs informels et combler les lacunes laissées par les programmes gouvernementaux dans diverses villes américaines.

Bien que le travail de ces organisations soit extrêmement important, il n’est pas suffisant. Si les Américains veulent minimiser les effets les plus pernicieux de la crise actuelle et mieux se préparer aux crises futures, ils doivent élargir le filet de sécurité sociale et étendre les protections aux travailleurs informels.

Les protestations très politisées visant à mettre fin aux ordonnances de maintien à domicile imposées par les États en Floride, au Michigan, en Oklahoma et dans d’autres États sont peut-être excessives et même imprudentes, mais elles reflètent une profonde insécurité économique chez les Américains à revenu moyen et faible. Malheureusement, ces manifestations s’attaquent à la mauvaise cible.

Ce ne sont pas les blocages qui ont provoqué l’insécurité économique, mais l’informalisation de l’économie qui a eu lieu ces dernières décennies. Pour construire un pays plus fort et une société plus saine, les États-Unis doivent commencer à utiliser leurs programmes de lutte contre le coronavirus pour exiger et fournir une meilleure protection à tous les travailleurs, en officialisant l’économie informelle en reconnaissant son importance.

Source : Foreign Affairs
Traduit par l’équipe Les-Crises

Commentaire recommandé

Maxime // 29.05.2020 à 08h37

« L’économie informelle ». C’est une bien curieuse expression pour désigner la « misère ». Peut-être que ça passe mieux dans cetains milieux qui n’ont pas envie de voir le problème de base.

19 réactions et commentaires

  • Berrio // 29.05.2020 à 08h03

    Le FMI n’était pas d’un enthousiasme délirant dans ses prévisions de croissance pour le second semestre 2019 ; c’est peut-être ça qui a touché le secteur informel plus que l’épidémie
    https://www.imf.org/fr/Publications/WEO/Issues/2019/07/18/WEOupdateJuly2019

      +3

    Alerter
    • Pascalcs // 29.05.2020 à 09h46

      Oui, on va bien évidemment nous rabattre les oreilles avec la Covid comme source de dépression économique en escamotant avec grande attention le fait que le système économique mondial était déjà assis sur une poudrière prête à sauter avant même cette crise de Covid n’arrive. La crise sanitaire arrive à point nommé pour donner un alibis à tout le poulailler neo-libéral et l’immuniser contre tout reproche d’avoir conduit le monde entier dans le mur. Mais que le poulailler se méfie, un certain nombre d’entre nous ne sont pas dupes. Et je pense que le poulailler va rapidement pouvoir le mesurer.

        +18

      Alerter
  • Maxime // 29.05.2020 à 08h37

    « L’économie informelle ». C’est une bien curieuse expression pour désigner la « misère ». Peut-être que ça passe mieux dans cetains milieux qui n’ont pas envie de voir le problème de base.

      +34

    Alerter
    • Pascalcs // 29.05.2020 à 09h39

      Oui, c’est une expression édulcorée comme toutes les autres architectures linguistiques destinées à ne surtout pas choquer la bien-pensansance qui justifie la ségrégation sociale galopante. En termes plus représentatifs, ce sont des tâcherons qui voguent au gré des vents économiques plus ou moins bien portants. Ceux qui ne sont « rien » comme les nomme notre bien aimé leader maximo.

        +9

      Alerter
    • marc // 29.05.2020 à 09h44

      Les gens dans la misère ne travaillent pas tous… l’économie informelle parle de gens qui travaillent.
      Ensuite, des gens qui travaillent au black et qui ne sont pas dans la misère, il y en a un paquet.

        +16

      Alerter
  • Santerre // 29.05.2020 à 09h16

    Ce n’est pas la pandémie qui bloque l’économie, c’est le délire profilaxique des dirigeants làches, moutonniers ou à l’agenda douteux. Et les habituels médias dans leurs œuvres habituelles morbides d’affolement des population pour mieux vendre leur soupe.

      +7

    Alerter
  • jean-pierre.georges-pichot // 29.05.2020 à 10h00

    ‘La Grande Dépression a déclenché le New Deal, qui a jeté les bases d’un nouveau contrat social qui s’est encore renforcé dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. Le New Deal a mis en place des filets de sécurité sociale et a jeté les bases d’un plus grand nombre de négociations collectives, facilitant la croissance de la classe moyenne, élargissant les protections sociales et juridiques des travailleurs et formalisant la sécurité économique pour la plupart des travailleurs.’ Le mythe du New Deal…. Je sais bien que les Roosevelt, et surtout Eleanor, se sont attiré l’honneur de se faire traiter de communistes par les milliardaires qui règnent sans partage sur la nation américaine. Mais c’est la guerre et elle seule, comme habituellement en cas de crise de surproduction du système capitaliste, qui a rendu de l’emploi et une lucarne de survie à l’Américain moyen. Depuis, le maccarthisme a montré le caractère temporaire et erratique de cette passade vaguement social-démocrate. Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre et les larmes de Foreign Affairs signifient seulement ceci : se pourrait-il que les ploutocrates américains, pour la première fois de leur histoire, connaissent la peur ?

      +5

    Alerter
  • Cyd // 29.05.2020 à 10h34

    secteur informel = travail au noir au mieux, souvent délinquance et petits trafics, au pire mafia

    Pas de quoi pleurer en cas de disparition

      +3

    Alerter
    • anatole27 // 29.05.2020 à 12h08

      NON @Cyd , le secteur informel c’est par exemple un CDI de chantier qui peut se terminer n’importe quand, mais qui peut se terminer pourquoi pas au bout de 4 ans et quand tu plaides que dans ce cas la durée en fait un vrai CDI, tu finis au prudhomme et tu constates ta défaite avec surprise.

      OUI @Cyd, pas besoin de pleurer pour autre chose que les vraies histoires d’amour, mais je ne suis pas sur que se recroqueviller chacun dans un égoïsme ranci soit un gage de futur radieux .

        +10

      Alerter
      • Cyd // 30.05.2020 à 10h19

        Non, un CDI de chantier, c’est un contrat précaire tout ce qu’il y a de plus formel

        Informel, c’est un euphémisme pour dire illégal, et illégal ce n’est sûrement pas un synonyme de misère

        Et que les trafiquants de drogue, y compris les petits dealers de quartier, c’est à dire des marchands de morts soient en difficulté ne me fait pas pleurer
        Plein de gens sont dans la misère, peu choisissent la délinquance, c’est a dire nuire à leurs voisins, pour s’en sortir

        Vous êtes en pleine confusion, et manifestement c’est le ressentiment liè à votre cas personnel qui ne passe pas.
        Vous croyiez avoir un CDI, un vrai, et vous êtes aperçu que nous n’aviez qu’un CDD sans indemnité

        Ainsi, peu me chaut votre indignation pseudo vertueuse et l’accusation d’égoïsme a mon encontre

          +1

        Alerter
    • marc // 29.05.2020 à 14h42

      Cyd, votre commentaire rappelle parfaitement ceux qui disent « la pandémie a de bons côtés pour la pollution, pour que les gens se posent et arrêtent un peu de courir partout » etc etc
      ça se défend…
      par ailleurs le travail au noir se justifie parfois au vue des monstruosités bureaucratiques et fiscales…
      quoiqu’il en soit, le problème c’est que la brutalité du changement façon COVID passe par des gens qui meurent de faim, des suicides, des faillites etc… pas de quoi pleurer? je ne suis pas sur

        +2

      Alerter
    • VVR // 29.05.2020 à 22h46

      @Cyd il y aussi un petit million d’auto-entrepreneurs, qui pour l’immense majorité ne gagnent même pas un SMIC, et n’ont globalement aucun droit.

        +2

      Alerter
      • Cyd // 30.05.2020 à 12h59

        Ici on parle du secteur informel c’est a dire illégal

        Si vous parlez des contrats précaires, des petits entrepreneurs, je suis tout a fait d’accord avec vous

        Mais dans cet article, on parle de ‘protection’ du travailleur informel, c’est a dire l’assurance chômage du dealer et des voleurs

          +1

        Alerter
  • RGT // 29.05.2020 à 11h26

    Le terme « travailleur informel » est un néologisme de la novlangue de « nos » élites pour désigner ceux que l’on nommait auparavant « esclaves corvéables à merci ».

    Et tout comme les esclaves, ils sont nécessaires à la survie des « élites » (aristocrates, étymologiquement « les meilleurs ») qui par leur totale incapacité à assurer par eux-mêmes leur propre existence ont besoin d’une pléthore de main d’œuvre gratuite pour maintenir leur train de vie.

    Et bien sûr, pour que les aristocrates puissent continuer à préserver leurs palais dorés, il est nécessaire que ces esclaves se serrent la ceinture sinon leurs maîtres se retrouveront à la rue.
    Si toutes les « élites » se retrouvent ruinées en même temps, leurs avoirs ne vaudront plus rien car plus personne ne voudra racheter leurs trésors inutiles qui ne vaudront plus rien faute d’acquéreurs.

    Il faut aussi penser à ce cercle vicieux dans lequel ils s’enferment : Leurs fortunes n’ont que la valeur qu’ils veulent bien leur donner.

    Certes, un hôtel particulier coûte cher à acquérir et nécessite une somme considérable de travail de la part des esclaves, mais en dehors de leur microcosme, qui voudrait d’un tel logement disproportionné pour un usage personnel ?

    Pour résumer, les « travailleurs informels » et les autres se saignent à blanc pour que les « élites » satisfassent leurs egos dans leur course infinie de « j’ai la plus grosse » (résidence) au détriment du bien-être du reste de la population.
    Et comme ils sont en haut de la pyramide vous êtes obligés, que vous le vouliez ou non, de participer à cette compétition morbide.

      +10

    Alerter
    • anatole27 // 29.05.2020 à 12h14

      On remarquera que personne n’a trouvé a y redire quand le trafic de drogue a été intégré dans le calcul du PIB, c’est vrai qu’il s’agissait de s’aligner sur les autres pays européens.

      https://www.ouest-france.fr/sante/addictions/drogues/calcul-du-pib-l-insee-va-integrer-le-trafic-de-drogue-mais-pas-la-prostitution-5533563

        +5

      Alerter
    • Cyd // 30.05.2020 à 13h03

      Informel signifie illégal et non précaire ou pauvre

        +0

      Alerter
    • Cyd // 30.05.2020 à 13h04

       »Certes, un hôtel particulier coûte cher à acquérir et nécessite une somme considérable de travail de la part des esclaves, mais en dehors de leur microcosme, qui voudrait d’un tel logement disproportionné pour un usage personnel ? »

      Quasiment tout le monde, y compris vous

        +0

      Alerter
  • serge // 29.05.2020 à 18h15

    Ma foi, je n’ai jamais compris cet auto-satisfaction de toutes les agences internationales type ONU,FAO, UNICEF ou autre OMS lorsqu’elles avancent la « réduction » de la misère/faim parce que le pékin moyen, des pays (vraiment) pauvres, gagne 1,9 dollar par jour au lieu de 1,80 au dernier pointage. C’est tout à fait pitoyable et effectivement on peut disserter des jours entiers sur l’économie informelle. Qui irait plus mal ou moins mal lors d’épisode type virus (ou tsunami ou ouragan ou…), cochez la case qui convient. C’est juste de l’info type BFM WC.

      +1

    Alerter
  • ouvrierpcf // 01.06.2020 à 12h04

    Contrairement aux travailleurs de l’économie formelle, qui bénéficient de protections juridiques et sociales, les travailleurs informels gagnent leur vie sans filet de sécurité. Il s’agit pour la plupart de femmes et de travailleurs indépendants, exerçant des professions aussi variées que la vente dans la rue, le travail domestique, le transport et le ramassage des ordures
    un certain MARX a exposé les choses autrement A l’aune de l’ère industrielle il a classé les femmes et les hommes qui par leur seul capital avaient leur mains ou leur tete Ils vendaient donc cette force qui l’appela force de travail au capitalisme Ou les cols bleus les cols blancs il les désigna par le terme le prolétariat
    ou celles et ceux qui par leur capital possédaient les usines les champs les bureaux qui se nommaient alors capitaliste
    Puis celles et ceux qui ni ne vendaient leur force de travail pas plus qu’ils ne possédaient ni leur maison leur champs leur usine
    pour lui un esclave théoriquement parlant ne participait pas ni au capital ni au prolétariat par exemple Un épicier un cireur de chaussures aussi un domestique un domestique ne change rien au cours marchand du blé de l’acier des ventes automobiles
    En quoi aujourd’hui internet ou pas la 5G ou pas amazone ou pas carrefour LECLERC ou pas ces rapports de force de pression ont ils changé?

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications