Les Crises Les Crises
4.mai.20214.5.2021 // Les Crises

Covid : 1 ancien patient sur 3 souffre de troubles neurologiques ou mentaux

Merci 119
J'envoie

Source : Reuters

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Dans le cadre d’une étude portant sur plus de 230 000 patients, principalement américains, un survivant de la COVID-19 sur trois s’est vu diagnostiquer un trouble cérébral ou psychiatrique dans les six mois, ce qui laisse penser que la pandémie pourrait entraîner une vague de problèmes mentaux et neurologiques, ont déclaré des scientifiques mardi.

Photo d’archives : Des infirmières réagissent alors qu’elles traitent un patient atteint de la COVID-19 dans l’ICU (unité de soins intensifs) de l’hôpital universitaire de Milton Keynes, en plein milieu de la propagation de la pandémie de la maladie à coronavirus (COVID-19), Milton Keynes, Grande-Bretagne, 20 janvier 2021. REUTERS/Toby Melville/File Photo

Les chercheurs qui ont mené l’analyse ont déclaré que le lien entre le virus et les troubles psychiatriques tels que l’anxiété et la dépression n’était pas clair, mais qu’il s’agissait des diagnostics les plus souvent rencontrés parmi les 14 troubles qu’ils ont examinés.

Les cas post-COVID d’accidents vasculaires cérébraux, de démence et d’autres troubles neurologiques étaient plus rares, ont précisé les chercheurs, mais ils étaient tout de même significatifs, en particulier chez ceux qui avaient eu une atteinte sévère de COVID-19.

« Bien que les risques individuels pour la plupart des troubles soient faibles, l’effet sur l’ensemble de la population peut être substantiel » a déclaré Paul Harrison, professeur de psychiatrie à l’Université d’Oxford, qui a codirigé les travaux.

Max Taquet, également psychiatre à Oxford qui a travaillé avec Harrison, a noté que l’étude n’avait pas été en mesure d’examiner les mécanismes biologiques ou psychologiques impliqués, mais a déclaré que des recherches urgentes étaient nécessaires pour les identifier « en vue de les prévenir ou de les traiter. »

Les experts de la santé sont de plus en plus préoccupés par les preuves de risques plus élevés de troubles cérébraux et de la santé mentale chez les survivants de la COVID-19. Une étude précédente menée par les mêmes chercheurs a révélé l’année dernière que 20 % des survivants de la COVID-19 avaient fait l’objet d’un diagnostic de trouble psychiatrique dans les trois mois.

Les nouvelles conclusions, publiées dans la revue Lancet Psychiatry, ont analysé les dossiers médicaux de 236 379 patients de la COVID-19, principalement originaires des États-Unis, et ont révélé que 34 % d’entre eux avaient été atteints de maladie neurologique ou psychiatrique dans les six mois.

Selon les scientifiques, les troubles étaient nettement plus fréquents chez les patients ayant été atteints de l’infection COVID-19 que dans les groupes de comparaison composés de personnes ayant récupéré de la grippe ou d’autres infections respiratoires au cours de la même période, ce qui laisse penser que l’infection COVID-19 a eu un impact particulier.

L’anxiété, à hauteur de 17%, et les troubles de l’humeur, à hauteur de 14%, étaient les plus fréquents, et ne semblaient pas être liés à l’intensité, légère ou grave de l’infection par la COVID-19.

Cependant parmi les personnes qui avaient été admises en soins intensifs pour une infection sévère à la COVID-19, 7 % ont subi un accident vasculaire cérébral dans les six mois, et chez près de 2 % on a diagnostiqué de la démence.

Des experts indépendants ont déclaré que les résultats étaient inquiétants.

« Il s’agit d’un article très important. Il confirme au-delà de tout doute raisonnable que la COVID-19 affecte à la fois le cerveau et l’esprit dans la même mesure » a déclaré Simon Wessely, président de la chaire de psychiatrie au King’s College de Londres.

« L’impact de la COVID-19 sur la santé mentale des individus peut être grave » a déclaré Lea Milligan, directrice générale de l’organisme de recherche MQ Mental Health. « Cela contribue aux niveaux déjà en hausse de la maladie mentale et nécessite des recherches supplémentaires et urgentes. »

Source : Reuters, Kate Kelland, 07-04-2021

Traduit par les lecteurs du site Les Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

51 réactions et commentaires

  • Sandrine // 04.05.2021 à 07h03

    « les troubles psychiatriques tels que l’anxiété et la dépression (…) diagnostics les plus souvent rencontrés »… Ah ok, d’accord, je vois…
    Et bien sûr ça ne peut pas être une conséquence des mesures anxiogènes de confinement, du battage médiatique totalement inédit sur le sujet…

    • sergeat // 04.05.2021 à 07h50

      Chez nous tout va bien:les médias nous ont expliqué qu’en Inde c’est la catastrophe 3 000 morts par jour chez nous 300 morts par jour,sachant que l’Inde a vingt fois notre population cela veut dire que nous avons deux fois plus de morts qu’en Inde en rapport à la population,mais je pense que ce mensonge nous prépare à une nouvelle propagande hystérique contre le « variant » indien qui justifiera le contrôle de la population par le « passport sanitaire ».Il faut continuer à vendre de la peur aux français pour mieux les soumettre et les contrôler .

      • kingxvi // 05.05.2021 à 15h47

        Oui mais c’est pour le Bien. Tous les 20 ans, le monde entier devient Bon. C’est cyclique, faut s’y faire.

    • Patapon // 04.05.2021 à 08h00

      C’est en effet ahurissant qu’on ne l’évoque pas un seul instant. Ce n’est même pas sérieux, car on sait que les conséquences de la coercition sanitaire sont aussi de l’ordre de l’anxiété et de la dépression, et on n’évoque aucune méthodologie pour comparer avec ces incidences dans la population indépendamment du diagnostic covid.

      • Calal // 04.05.2021 à 08h06

        Face on perd,pile ils gagnent…c’est ça le vrai sens de l’expression une situation  » win- win »… C’est ça aussi le boulot des « spin doctors »: toujours trouver une façon de tourner une situation ,des faits a dans le sens qui arrange ceux qui emploient les dits  » spin doctors »

    • bogdan // 04.05.2021 à 08h34

      c’est peut-être parce que cela concerne principalement des américains qui n’ont pas été …confinés !!

      • Calal // 04.05.2021 à 08h45

        Certains états américains ont mis en place différents degrés de confinement, couvre-feux restrictions des libertes.,d’autres états moins.mais le battage médiatique était sûrement omniprésent comme chez nous… Car les médias sont payes pour leur capacité a faire passer un aspect de la réalité comme la réalité totale…bref comme la pub,faire passer des vessies pour des lanternes…

        • Patrick // 04.05.2021 à 13h17

          oui , et il semblerait que les états ayant adopté les mesures les plus strictes sont aussi les états qui ont eu le plus grand nombre de cas de Covid ( des vrais cas , pas des testés positifs asymptomatiques ).

          • bogdan // 04.05.2021 à 17h57

            c’est logique, plus vous avez de cas, plus le confinement se révèle être la seule solution.

    • David D // 04.05.2021 à 11h13

      Je ne pense pas que ce soit une bonne idée de faire de l’ironie parce que ça va dans le sens d’une prise en considération de la gravité de la maladie. Moi aussi, ça m’agace qu’on me parle de cette maladie en dramatisant les morts, ça révolte ma façon d’être au monde, mais il faut admettre que la maladie est grave, qu’on ne peut pas faire semblant de rien, et ici sur les troubles mentaux (j’évite le mot psychiatrique à dessein) on est dans un constat médical sur la physiologie des individus, on n’est pas en train d’évaluer s’ils vivent bien ou mal la situation. La dépression ici, je lis un vrai sujet clinique.
      Evidemment, il faut en parler avec le moins de contours flous possible pour ne pas que viennent s’y greffer ceux qui sont toujours pressés de se déclarer malades de tels phénomènes, mais ce que dit cet article me paraît tout à fait sérieux. Il ne faut pas résumer le débat à pour ou contre le fait de prendre la maladie au sérieux, elle est de toute façon sérieuse cette épidémie. Ce qui me gêne, c’est l’art du confinement prolongé inefficace qui a d’autres conséquences et bien sûr le fait que la vaccination soit idéalisée, alors que même s’il faut en passer par là, normalement elle demande des années d’épreuves (dix ans) et il faudrait en préserver les enfants, tant qu’elle n’a pas réellement passé certains seuils de vérifications. Aucun vaccin n’a un an d’âge et à la fin 2021, on en aura combien dans le monde de vaccins ? Là, je trouve ça bien léger.

      • Patrick // 04.05.2021 à 13h20

        le moins de contours flous possibles … c’est bien là le problème.
        La maladie peut être grave , avec cependant un taux de mortalité extrêmement faible . Mais la communication des gouvernements et des médias et les actions des gouvernements sont totalement flous , peu fiables et incohérentes , on ne sait plus quelles sont les bonnes informations à retenir.

    • amnesix // 04.05.2021 à 12h49

      L’important est apparemment d’avoir un ennemi, hein. Les méchants media.

      Media que, naturellement, les gens «intelligents» qui lisent ce site, évitent comme la peste. Ce qui les conforte dans leur statut … d’élite. Moi, qui suis capable de voir la réalité que les média tentent de me cacher, suis naturellement bien plus malin que mon voisin. Et surtout que les scientifiques. Ces traîtres vendus à … euh … peu importe. Ces types qui gâchent des décennies d’un travail acharné au lieu de s’informer.

      Heureusement que j’ai mon espace d’auto-défense intellectuelle !

    • Castor // 05.05.2021 à 09h22

      Il est précisé que :
      « … les troubles étaient nettement plus fréquents chez les patients ayant été atteints de l’infection COVID-19 que dans les groupes de comparaison composés de personnes ayant récupéré de la grippe ou d’autres infections respiratoires au cours de la même période, … »

      Les témoins ont subi au moins une maladie respiratoire en plus du contexte « anxiogène » partagé par tous. La hausse des troubles psychiatriques est donc bien significative mais il est vrai que les résultats des groupes « témoins » ne sont pas donnés ce qui est une faiblesse indiscutable de l’article.

      D’un autre côté l’article vient de « Reuters », l’un des fast-food de l’information. A consommer avec modération.

  • Vic29 // 04.05.2021 à 07h13

    Bonjour
    « Il s’agit d’un article très important. Il confirme au-delà de tout doute raisonnable que la COVID-19 affecte à la fois le cerveau et l’esprit dans la même mesure » a déclaré Simon Wessely, »
    Il me semble que depuis un an le cerveau et l’esprit sont affectés AVANT d’avoir le covid

  • florian lebaroudeur // 04.05.2021 à 08h01

    Suite à cet article, quelques vidéos à visionner absolument.

    Conférence du Docteur Charles Morgan, 13 juin 2018
    https://www.youtube.com/watch?v=cTtIPBPSv0U

    Projet de Loi du Chili
    https://www.ladn.eu/tech-a-suivre/neurodroits-chili-pionnier/

    • Paul // 04.05.2021 à 15h06

      le dernier lien a lui tout seul devrait faire l’objet d’un article.

      la manière dont les principes fondamentaux ont été balayé l’ethique ….
      ça ne présage rien de bon.

      • LibEgaFra // 04.05.2021 à 17h47

        Le libre arbitre c’est très bien et c’est encore mieux de vouloir le protéger.

        Dommage que ce libre arbitre ne soit pas plus mis en pratique.

  • Yann // 04.05.2021 à 08h08

    Après quatre ans de Trump, mettre les problèmes psychiatriques des américains uniquement sur le dos du Covid me semble un peu hâtif.

    • Idomar // 04.05.2021 à 14h30

      Effectivement l’élection de Biden est probablement une cause de co-maladie !
      Tant qu’à écrire des conneries, n’est ce pas Yann !

  • Ben // 04.05.2021 à 08h33

    Au contraire, après l’avoir contracté, l’aspect paranoïa médiatique disparaît complètement, et on prête beaucoup moins attention au battage médiatique, que ce soit les publications des chiffres ou les nouvelles mesures de notre gouvernement d’incompétents.

    Par contre mon esprit embrumé depuis des mois se permet d’afficher son mépris envers les commentateurs ici présent qui simplifient ce symptôme à un résultat de propagande anxiogène.

    Décidément cette maladie ne fait pas vraiment ressortir le meilleur de l’humain.
    Au début on a eu droit au « Le covid n’existe pas » , puis  « Cette maladie ne fait pas plus de mort », et maintenant c’est « les covid longs qui n’existent pas »

    Est ce l’anxiété des faits qui créent ce négationnisme ambiant ?

    • Calal // 04.05.2021 à 08h51

      Croire en l’invulnérabilité de l’homme,a la fin de l’histoire, a la médecine qui créera des  » dieux qui vivront 1000 ans et qui sont déjà dans cette salle » dixit Laurent alexandre: n’est ce pas ça le vrai négationnisme ? Oublier que l’homme est mortel et faillible?vous aviez un compte en banque garni d’action LVMH,amazon et de bitcoin et on viendrait réclamer votre vie? Non jamais,plutôt que tous s’arrêtent pour me protéger de l’inéluctable…

      • Kasper // 06.05.2021 à 04h15

        Toujours cette même vieille erreur de logique (ou ce vieux sophisme, si on y voit malice) 🤦

        La mort est inéluctable, pas le fait d’attraper le Covid. Regardez les pays qui ont su se protéger efficacement: même si tous leurs habitants finiront par mourir un jour, ils ont évité notre bilan catastrophique, qui n’avait donc rien d’inéluctable.

    • LibEgaFra // 04.05.2021 à 09h44

      L’idée d’une mort possible et imminente serait-elle anxiogène? Nous éloignerait-elle de nos aliénations dans une société marchande et spectaculaire tournée tout entière vers la consommation et l’oubli?

  • Avunimes // 04.05.2021 à 08h54

    Les neurotoxiques et neuroperturbateurs ne faisaient pas tant de bruits lorsqu’il s’agissait de protéger l’industrie chimique

  • Marire // 04.05.2021 à 09h10

    Probablement que ces  » scientifiques » ont comparé leurs malades du covid avec la population en général. Mais leur échantillon de malades du covid est-il valable? Puisque la plupart des malades du covid ne se font pas soigner, ne voient pas de médecins et restent sous les radars.

  • Pegaz // 04.05.2021 à 11h28

    Article citant une étude (laquelle) et quelques chiffres ainsi que l’avis de scientifique à leurs sujets !

    Bien plus documenté et scientifique:
    https://www.youtube.com/watch?v=i5G5_B1mnhQ

  • LibEgaFra // 04.05.2021 à 12h30

    Une question toute simple: le virus s’attaque aux poumons, quid des fumeurs?

    Un élément de réponse:

    https://www.femmeactuelle.fr/sante/news-sante/covid-19-une-etude-revele-que-les-fumeurs-auraient-un-risque-plus-eleve-de-complications-2095378

    Chacun meurt comme il a vécu. C’est la vie, c’est un choix de vie. C’est la responsabilité de chacun. Après il y a aussi les gènes et ça, c’est la fatalité.

    • Orhan // 04.05.2021 à 13h08

      Pas d’accord du tout, il n’y a pas de telle chose qu’un choix de vie. Nous vivons tous sous contrainte, respirons un air pollué parce que les emplois sont concentrés en ville, bouffons de la nourriture industrielle, bio ou non, car c’est moins cher et que nos salaires sont calés sur les coûts de production (je ne parle pas plus riches, etc).

      Si chacun avait le choix, les entreprises ne dépenseraient pas des milliards en marketing, publicité, etc. Dire que fumer c’est cool, tout comme faire croire que parier en ligne c’est uniquement du divertissement.

      La conséquence de tout mettre sur la responsabilité individuelle, c’est de stopper dans ce cas la socialisation, pourquoi cotiser si je ne fume pas, ne bois pas, etc ? Pourquoi cotiser si je suis protégé du chômage, etc.

      Il faut regarder la société humaine avec le même recul que lorsqu’on regarde une fourmilière, se pose-t-on la question de savoir pourquoi telle fourmi fait ça et l’autre non ?

      • calal // 04.05.2021 à 13h30

        pourquoi cotiser si je ne fume pas, ne bois pas, etc ?

        mais parce que vous avez conscience que il y a un facteur de hasard dans nos vies. Ce hasard vous pouvez le reduire en reduisant les risques connus mais vous n’etes pas orgueilleux,narcissique au point de croire que vous pouvez tout maitriser.
        Regardez le mec qui a eu une crise cardiaque en faisant son jogging dans un parc parisien et qui a ete sauve par une pompiere volontaire qui passait par la…La solidarite c’est la mise en commun des risques liees au hasard pas un filet de sauvetage pour insconscients qui veulent faire du ski hors piste parce que ca fait 10 ans que je me tape les memes pistes chaque annee ou je ne sais quel comportement risque inutile et injustifie..

      • LibEgaFra // 04.05.2021 à 17h31

        « Pas d’accord du tout, »

        C’est votre droit.

        « il n’y a pas de telle chose qu’un choix de vie. »

        Bien sûr que si. Ne pas fumer = davantage d’argent pour l’essentiel (tenez, un mot à la mode).

        Pour la nourriture, il y a le choix, d’abord le choix de ne pas gaspiller. Le choix de ne pas devenir obèse en se gavant de cochonneries. Le choix de manger moins de viande, ce qui est aussi bon pour le porte-monnaie. Le choix de ne plus aller au cinéma surtout pour voir les navets made in yankeeland quand ce ne sont pas des films de propagande style American Sniper ou First Man. Le choix de ne plus regarder la publicité ou au moins de ne plus se laisser influencer. La publicité coûte des milliards. Il faut croire que ça marche, sinon les publicitaires auraient fait faillite depuis longtemps. Je n’ai jamais compris les gens qui achetaient des marques (Addidas, Nike, Puma…) quand des équipements 10x moins chers existent. Le choix de ne pas vouloir tout tout de suite (crédits…).

        Le problème dans une société marchande et spectaculaire c’est que les gens n’ont même pas conscience d’être manipulés notamment à consommer et spectacler. Cela s’appelle aliénation. Autrement dit les gens sont instrumentalisés.

        • Orhan // 04.05.2021 à 20h17

          « Le problème dans une société marchande et spectaculaire c’est que les gens n’ont même pas conscience d’être manipulés notamment à consommer et spectacler. Cela s’appelle aliénation. »

          Donc cette affirmation et l’affirmation suivante « les gens ont le choix », c’est logique ? Je suis d’accord avec votre conclusion mais on ne peut décidément pas poser ça et de l’autre côté poser « qu’ils le choix ». Ou alors ils ont le choix de sortir de leur aliénation ?

          • LibEgaFra // 05.05.2021 à 11h29

            « Donc cette affirmation et l’affirmation suivante « les gens ont le choix », c’est logique ? »

            Effectivement, c’est contradictoire en apparence. Sauf que c’est très confortable de faire comme « tout le monde » et que sortir du troupeau demande de l’énergie. Essayer de ne pas boire ou de ne pas fumer dans un groupe… Essayer de ne pas être à l’unisson dans une fête ou une soirée qui dégénère… Essayer de garder un esprit critique dans une assemblée, un parti, un groupe… Alors que c’est tellement plus simple de se fondre dans la masse. Alors oui, il y a un choix fondamental: qu’est-ce que je veux faire de ma vie? Ce que confirme les regrets exprimés sur le tard par ceux qui ont choisi de ne pas se poser cette question plus tôt. Il y a aussi ceux qui choisissent de ne pas se poser de questions. A se demander à quoi leur cerveau leur sert.

      • LibEgaFra // 04.05.2021 à 17h43

        « Si chacun avait le choix, les entreprises ne dépenseraient pas des milliards en marketing, publicité, etc. »

        Posez-vous donc la question: pourquoi les gens suivent la publicité? Parce qu’ils n’ont pas de désir propre, il faut faire comme les autres… bref un comportement moutonnier. A quoi sert notre cerveau? Pas d’évolution par rapport au mouton? Allons… Le choix est de suivre sa propre voie en fonction de SES désirs et pas des désirs des autres et des publicitaires. Il y a toujours un choix.

        Résultat: arrivés au terme de leur vie, la plupart des gens ont des regrets parce qu’ils sont passés à côté de leur vie, ils ont subi, une vie aliénée.

        « il faut faire comme les autres… » voilà qui ne manque pas de piquant dans une société individualiste!

        On pourrait ajouter sous cet angle: « l’enfer, c’est les autres. »

    • RGT // 06.05.2021 à 19h07

      Je vais sans doute me montrer désobligeant, mais Femme Actuelle est une publication renommée pour ses articles scientifiques..

      Je préfère m’abstenir de tout autre commentaire.

  • Stramgram // 04.05.2021 à 12h39

    Quelles catégories de personnes se retrouvent avec des troubles psychiatriques ? Age, antériorité de problèmes de santé (obésité, diabète, etc.), comorbidité . Tout cela me paraît d’un flou hallucinant ! Sur autant de cas ils n’ont pas traités ces critères essentiels?

    • VVR // 06.05.2021 à 00h53

      En regardant l’article original sur le Lancet, les 30% de troubles sont pour l’essentiel, par ordre d’importance: de l’anxiété, des troubles de l’humeur, de l’usage de drogue et des insomnies.

      Dans chacune de ces catégories, on est à 40% au dessus des suites d’une simple grippe, ou 10% au dessus d’une infection respiratoire.

  • Casimir Ioulianov // 04.05.2021 à 13h37

    Des américains en moins bonne santé mentale c’est déjà préoccupant niveau médical, mais alors niveau politique, c’est sérieusement flippant… surtout qu’on parle d’américains là : ils étaient déjà bien timbrés sans leur passer la deuxième couche 🙁

  • Incognitototo // 04.05.2021 à 18h50

    Maintenant reste plus qu’à démontrer que le Covid a réellement modifié la physiologie des malades pour créer des problèmes psychiques – ou – qu’il n’a pas « juste » agi comme un révélateur de faiblesses psychologiques préexistantes, comme souvent après toutes les épreuves nous confrontant à la mort (pour nous ou nos proches), à l’isolement, à nos fragilités, à notre impermanence, à nos insignifiances…

    D’ailleurs, j’aimerais bien comprendre comment ce genre d’étude sur des populations ayant déjà démontré qu’elles sont très atteintes psychiquement peut objectivement démontrer que les problèmes mentaux sont bien dus à la Covid et qu’ils n’existaient pas avant, de façon plus ou moins révélée ou cachée… Sauf accident indépendant de la volonté personnelle, attraper le Covid ne démontre-t-il pas en soi qu’on n’a pas su se protéger soi-même et qu’on a, à la base, un problème avec le réel ? C’est juste une question…

    Pour info, une mise au point importante et des rappels sur les façons dont le Covid se transmet : https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/coronavirus-covid-19-distances-securite-interieur-ne-serviraient-rien-selon-cette-etude-80445/ ; la vidéo est vraiment parlante…

  • Sylvain // 05.05.2021 à 00h51

    La vraie question est : sachant qu’il va y avoir une augmentation des pathologies mentales, indiquez un intervalle contenant le nombre d’embauches de psychologues qui vont avoir lieu en France ?

    • LibEgaFra // 05.05.2021 à 11h37

      « indiquez un intervalle contenant le nombre d’embauches de psychologues qui vont avoir lieu en France ? »

      intervalle = zéro, nombre d’embauches = zéro, car cela coûterait un pognon de dingues pour des gens qui ne sont rien et qui peuvent traverser la rue.

  • Marire // 05.05.2021 à 10h04

    Tout s’explique: Macron a eu le covid.
    Je me demandais d’où cela venait mais on a l’explication

    • LibEgaFra // 05.05.2021 à 11h34

      Selon un psychiatre italien, cela date de bien avant. Si vous voyez ce que je veux dire.

  • je-suis-partout // 05.05.2021 à 10h26

    ***trouble cérébral ou psychiatrique ***

    Si c’est écrit c’est que c’est vrai.

    Pour prendre un exemple au hasard : moi, je, en personne.

    J’ai eu cette saloperie et je n’en suis pas encore mort.
    Mais nettement mon cerveau dysfonctionne.

    Depuis que je me crois guéri, j’entends à radio-paris-ment sans cesse les mêmes messages (je suis tellement crétinisé que c’est vraiment nécessaire, ILS savent tout…) que je dois me confiner, me vacciner me passeportiser, bref mettre mon étoile jaune, montrer mon ausweis, rester chez moi après le couvre feu, ne pas me soigner, mettre mon masque (pas à gaz) partout on ne sait jamais, …
    En un mot, je suis dans un pays en guerre et occupé. Par qui ? Par quoi ?

    Il est clair que je suis devenu fou.

  • Arcousan09 // 05.05.2021 à 11h22

    Franchement ce serait le virus qui serait la cause de troubles psychiques ?????
    En tant que médecin je pense que c’est plutôt l’intoxication officielle, la psychose soigneusement entretenue afin de régner par la terreur, le confinement des plus jeunes, l’incarcération dans le EHPAD, la perte du lien social qui seraient à l’origine de troubles psychiatriques.
    Le tout pendant 18 mois et ce n’est pas fini il y aura bien un prétexte pour pourrir les vacances d’été
    A confronter avec la vague des suicides à venir
    Le virus a bon dos …….

  • Phil // 05.05.2021 à 12h16

    J’ai malheureusement attrapé le COVID le 15 mars 2020 avec à peu près tous les symptômes sauf la forme grave des voies respiratoires.
    Avant le COVID, je courais régulièrement avec beaucoup d’activité, je me croyais « invicible », bref santé physique et mentale au beau fixe.
    Aujourd’hui, soit un an après, je ne coure que 5kms par rapport 10kms, je m’essoufle plus rapidement malgré un entraînement intensif, j’ai le moral bizarre, j’ai l’impression de perdre la mémoire, je recherche souvents des mots courants qui avant ne me posaient pas de problème, mon cerveau n’est plus le même, j’ai également des acouphènes permanents.
    Ceci est un simple témoignage et je comprends très bien cet article.

  • Steve // 05.05.2021 à 19h45

    Bonjour
    Une étude du réputé Salk Institute vient d’être publiée. (published on April 30, 2021, in Circulation Research) Elle établit de manière convaincante que la protéine S du coronavirus endommage les cellules endothéliales du système vasculaire
    Cette étude établit que le Covid 19 est aussi une maladie cardiovasculaire primaire.
    [modéré]
    Tout cela n’est pas très sympathique .
    Compte tenu du ciblage des « vaccins » , cad sur la protéine S, il est urgent d’intensifier les études scientifiques sur le sujet. T
    Cordialement

    • paulo // 06.05.2021 à 07h49

      Intensifier les études scientifiques à ce sujet ? Et pourquoi donc ? On vous propose aujourd’hui en UE 4 vaccins qui tous visent à déclencher la production de la protéine Spike par votre propre organisme pour qu’ensuite votre propre organisme produise des anti-corps ……
      Quant à la technologie classique éprouvée du virus inactivé , c’est juste bon pour les chinois et le tiers monde ,pas pour l’élite occidentale qui a les moyens de payer les doses de Pfizer et Moderna
      Ces vaccins, arn ou adn , ce sera sans moi . J’attends à la fin de l’année la sortie du vaccin français Valneva à virus inactivé financé en partie par les Brits ….en admettant que l’UE l’homologue bien sûr …

    • VVR // 07.05.2021 à 15h45

      L’étude, qui fait un peu monter la sauce en prétendant qu’elle ne part de rien, se penche sur le probléme des endothélites trés fréquentes, qui peuvent évoluer en œdème, et il démontre le role de la proteine S dans cette réaction. Rien de cardio dans l’article, c’est du 100% vasculaire.

      Pour les vaccins, je vous met la (fin de la) conclusion de l’article:
      Cette conclusion suggère que l’anticorps généré par la vaccination et / ou l’anticorps exogène contre la protéine S protège non seulement l’hôte de l’infectivité du SRAS-CoV-2 mais inhibe également les lésions endothéliales provoquées par la protéine S.

  • miguel // 06.05.2021 à 13h42

    Un scientifique met une puce dans un bocal et lui demande de sauter. Elle saute. Puis il lui coupe une patte et lui demande de sauter. Elle saute. Et ainsi de suite.
    Mais à un moment elle ne saute plus. Le scientifique convoque alors le Conseil scientifique dont il est un membre éminent pour parvenir rapidement à un consensus scientifique : la puce devient sourde lorsqu’elle n’a plus de patte.

  • JP // 06.05.2021 à 18h35

    Derniers protocoles officiels reçus hier: « Pour les immunodéprimés 3 injections fortement recommandées et vaccinations complètes élargies jusqu’aux jeunes à très jeunes de l’entourage ». Si avec cela le virus résiste c’est qu’il n’y met vraiment pas du sien.

  • RGT // 06.05.2021 à 19h21

    « Cela contribue aux niveaux déjà en hausse de la maladie mentale et nécessite des recherches supplémentaires et urgentes. »

    Je crois que pour les recherches supplémentaires c’est franchement râpé avec les restrictions budgétaires actuelles concernant toutes les études autres que celles permettant de faire du nombrilisme sur les bienfaits de la croissance en milieu boursier.

    Je na sais pas si les lecteurs sont au courant mais les services de psychiatrie ferment à tour de bras car ils sont les parents pauvres des services hospitaliers eux-mêmes actuellement sous les feux des « économies nécessaires » permettant d’éviter de « jeter le pognon par les fenêtres ».

    De plus, si les patients obtenaient la reconnaissance officielle que leurs troubles psychiatriques sont liés à l’infection ils devraient alors être pris en charge, ce qui coûterait bien sur « un bras » et nécessiterait de trouver une solution pour renflouer rapidement les comptes de la « Sécu » et ajouterait aussi un boulet aux chevilles des « grands décideurs omniscients » qui pourrait dès lors leur être reproché.

    Si 30% des personnes atteintes par le Covid-19 ont ensuite des troubles neurologiques ou psychiatriques et que leurs familles commencent à élever la voix en demandant des comptes, ces mécontents au final viendront s’ajouter à la « horde de hooligans » gilets jaunes et autres écœurés de tous poils qui veulent « porter atteinte à la sûreté de l’état » en exigeant qu’on leur rende des comptes et que la population ait un droit de regard (et aussi décisionnel) sur la gestion de la nation.

    On est mal barrés.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications