Les Crises Les Crises
3.mai.20213.5.2021 // Les Crises

Comprendre la Commune de Paris : #02 Qui est Thiers ? – par Henri Guillemin

Merci 215
J'envoie

Source : RTS

En 1971, cent ans après «la semaine sanglante» qui vit l’écrasement de la Commune de Paris, l’historien et écrivain français Henri Guillemin présente en treize conférences télévisées cette page sombre de l’histoire de France. Découvrez ou redécouvrez cette passionnante série en version haute définition restaurée. Voir l’épisode précédent.

Portrait d’Adolphe Thiers qui écrasera la Commune de Paris.

Dans cette deuxième épisode consacré à la Commune, Henri Guillemin dresse le portrait d’Adolphe Thiers qui, confronté à l’insurrection de Paris, choisit d’évacuer la ville. Après avoir signé le traité de Francfort avec la Prusse, il assiège Paris pour écraser la Commune. En août 1871, Adolphe Thiers devient, à titre provisoire, président de la République.

Source : RTS, 01-05-1971

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Tromby72 // 03.05.2021 à 08h24

Citation de Gustave Flaubert* sur notre Adolphe :
« Rugissons contre Monsieur Thiers ! Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois ! Non, rien ne peut donner l’idée du vomissement que m’inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la bourgeoisie. »
Et aussi :
« Je n’aimais pas ce roi des prud’hommes. N’importe ! comparé aux autres, c’est un géant. »
* dont nous fêtons le bicentenaire de sa naissance.

Enfin Karl Marx le qualifie de « nabot monstrueux », qui « tient sous le charme la bourgeoisie française (…) parce qu’il est l’expression intellectuelle la plus achevée de sa propre corruption de classe ».

Mais le portrait le plus sévère fut sans doute celui donné par Balzac dans la Chronique de Paris du 12 mai 1836 : « M. Thiers a toujours voulu la même chose, il n’a jamais eu qu’une seule pensée, un seul système, un seul but […] : il a toujours songé à M. Thiers. »

25 réactions et commentaires

  • Tromby72 // 03.05.2021 à 08h24

    Citation de Gustave Flaubert* sur notre Adolphe :
    « Rugissons contre Monsieur Thiers ! Peut-on voir un plus triomphant imbécile, un croûtard plus abject, un plus étroniforme bourgeois ! Non, rien ne peut donner l’idée du vomissement que m’inspire ce vieux melon diplomatique, arrondissant sa bêtise sur le fumier de la bourgeoisie. »
    Et aussi :
    « Je n’aimais pas ce roi des prud’hommes. N’importe ! comparé aux autres, c’est un géant. »
    * dont nous fêtons le bicentenaire de sa naissance.

    Enfin Karl Marx le qualifie de « nabot monstrueux », qui « tient sous le charme la bourgeoisie française (…) parce qu’il est l’expression intellectuelle la plus achevée de sa propre corruption de classe ».

    Mais le portrait le plus sévère fut sans doute celui donné par Balzac dans la Chronique de Paris du 12 mai 1836 : « M. Thiers a toujours voulu la même chose, il n’a jamais eu qu’une seule pensée, un seul système, un seul but […] : il a toujours songé à M. Thiers. »

      +26

    Alerter
  • Jean l’Anar // 03.05.2021 à 11h35

    Le parallèle avec notre macronie est flagrant.
    La macronie c’est la bourgeoisie au pouvoir. Cette bourgeoisie est prête à toutes les bassesses pourvu que ses pouvoirs, comptes en banque et profits soient préservés.
    La macronie a éborgné et massacré les gilets jaunes, les syndicalistes, les manifestants par peur de la contagion avec son bras armé, la police, la gendarmerie, les préfectures.
    Oui il y a un parallèle, il faut que ça finisse autrement que par le massacre du peuple. Nous seront là.

      +25

    Alerter
  • JP // 03.05.2021 à 12h00

    Avant de porter un jugement quelconque sur Adolphe Thiers il faut d’abord relire le parcours extraordinaire, toujours au service de la France de cet homme de son temps (très difficile et très agité), hors du commun (aujourd’hui on dirait surdoué), de sa naissance à sa mort. Son énorme action politique déterminante au final pour l’établissement de la République, ne peut se résumer à la liquidation de la Commune de Paris. (à noter qu’il n’est pas au Panthéon sur refus de transfert de sa famille).

      +2

    Alerter
    • LibEgaFra // 03.05.2021 à 13h14

      Un boucher, un massacreur au Panthéon? Pourquoi pas au côté de Napoléon…

        +10

      Alerter
    • ellilou // 03.05.2021 à 13h14

      Merci pour ce moment de franche rigolade….Ils sont si rares, et donc précieux, en ce moment que votre court et pathétique panégiryque de ce pitoyable bonhomme ne peut qu’être salué à la hauteur (ou à la bassesse?) de celui auquel il est consacré.

        +9

      Alerter
    • Orhan // 03.05.2021 à 13h21

      Vous avez tout à fait raison si on pose comme axiome que « les intérêts de la France = les intérêts de sa classe dominante ». Ce qui est vrai pour Thiers, comme cela l’est pour Macron, et qui est selon moi la plus grande prouesse des dominants.

      Guillemin dit que selon Thiers, la République était le meilleur système pour défendre justement les intérêts de la bourgeoisie, que la monarchie et l’Empire étaient moins efficaces. D’où un Thiers défenseur de la République, mais pas n’importe quelle République bien sûr.

        +10

      Alerter
    • Mickael Jackunin // 03.05.2021 à 13h48

      « Avant de porter un jugement quelconque sur Emmanuel Macron il faut d’abord relire le parcours extraordinaire, toujours au service de l’UE de cet homme de son temps (très difficile et très agité), hors du commun (aujourd’hui on dirait surdoué), de sa naissance à sa mort. Son énorme action politique déterminante au final pour l’établissement de l’UE, ne peut se résumer à la liquidation des Gilets-Jaunes.  »

      Changez quartes mots … ça marche encore. Et encore je me suis pas juste contenté de changer d’Adolphe et de cible, sinon ça fonctionne encore mieux …
      Sérieux , où sont vos arguments ? Qu’apportez vous au débat ? Qui a vraiment bénéficié de la politique de Thiers ? Mac Mahon ? Boulanger ? Wendel ? Woert ? Les gueules noires des fourmies ? Les élégantes de Tissot ?
      Thiers a été un serviteur d’une idée , celle que l’état c’est bourgeois et pas autrement , il a participé à la déresponsabilisation des politiques de la même façon qu’un Fouchet , en planquant le sang et les larmes sous le tapis de la Raison d’État. C’est irresponsable au possible comme attitude et on paye encore les conséquences de la normalisation par Tiers de cette attitude exécrable. Thiers c’est le prototype du haut fonctionnaire en tour d’Ivoire, dont rien ne tâche l’immaculée blancheur. On en fait encore des comme ça…

        +14

      Alerter
    • SanKuKaï // 03.05.2021 à 20h57

      Je n’arrive pas à déterminer si votre commentaire est gorafique ou pas. Juste au cas où je vais le prendre au 1er degré. “Toujours au service de la France”, auriez vous dit cela du Maréchal Pétain? Car avant lui c’est bien Thiers qui a fait le choix de la défaite et de la collaboration et qui pactise avec les prussiens en leur donnant l’Alsace, la Loraine, Sainte Marie aux mines et ses haut fourneaux, et qui rejette la pression diplomatique des Anglais contre la Prusse, et donne tout ce que Bismarck demande du moment qu’ils l’assiste dans la tâche de massacrer des soldats bien Français de Paris qui auraient pu assister à justement vaincre les prussiens. Je comprends même pas que ce mec ait des rues à son nom.

        +11

      Alerter
  • petitjean // 03.05.2021 à 12h42

    Qui parle et d’où ?
    ne tombons pas dans le piège !
    Facile de faire parler les opposants à Thiers
    Et si on faisait parler ceux, nombreux, qui l’ont soutenu ??
    Karl Marx qui accable Thiers, quand on sait qui est Karl Marx, c’est une plaisanterie !

    Quand une petite minorité prend les armes contre un pouvoir légal, que convient-il de faire ? Et tout ça sous les yeux des occupants

      +2

    Alerter
    • ellilou // 03.05.2021 à 13h19

      Avec ce genre de relecture de l’histoire « Quand une petite minorité prend les armes contre un pouvoir légal,… » facile de justifier l’action et même la simple existence politique des pires charognards, tel que Thiers et Cie. Et vous parlez de qui: « Et si on faisait parler ceux, nombreux, qui l’ont soutenu ?? » Tous les bons gros bourgeois(e)s tremblant pour leurs sous et leurs terres à l’image de cette infecte George Sand? Restez donc avec tous ces abjects égoïstes profiteurs de votre côté de la barricade, pour ma part je reste pour toujours avec les Communeux et les Communeuses. Vive la Commune 🙂

        +16

      Alerter
    • antoniob // 04.05.2021 à 05h20

      >Quand une petite minorité prend les armes contre un pouvoir légal, que convient-il de faire ? Et tout ça sous les yeux des occupants
      —-
      c’est le dilemme de l’interprétation de l’Histoire de France selon la qualité qu’on attribue à un régime donné. La France de Napoléon III n’est pas une démocratie mais une tyrannie, et donc la Commune se lit facilement comme un soulèvement du petit peuple excédé et opprimé. Si la Révolution Française est glorifiée comme soulèvement, soi-disant, du peuple contre la tyrannie, la Commune c’est bis repetita.

        +0

      Alerter
  • LibEgaFra // 03.05.2021 à 13h19

    « Karl Marx qui accable Thiers, quand on sait qui est Karl Marx, c’est une plaisanterie ! »

    Ah bon, Marx a fait massacrer davantage de personne que Thiers? Merci pour l’information.

    Visiblement vous n’aimez ni Marx, ni la démocratie. Et dois-je conclure de vos propos que Thiers le capitulard a fait massacrer légalement les Communards?

      +15

    Alerter
    • petitjean // 03.05.2021 à 14h50

      parce que Marx était un démocrate ?!
      relisez Marx

        +5

      Alerter
      • Ribouldingue // 03.05.2021 à 22h17

        En attendant c’est vous qui soutenez un massacreur de 30 000 citoyens français patriotes ici.

          +9

        Alerter
  • JP // 03.05.2021 à 18h57

    On ne devrait pas récrire l’Histoire . TOUS les hommes et femmes qui ont vécu, l’ont vécu dans leur temps et ne peuvent donc être jugés qu’en prenant en compte les réalités et la morale de leur temps et non du nôtre. Ramener les 80ans de la vie extraordinaire de Thiers à l’écrasement de la Commune parisienne, est absurde. Pour rappel un million de parisiens ont assisté en silence à ses funérailles (prévues Nationales mais au final privées en raison d’un désaccord avec sa famille). Thiers était résolument contre la désastreuse déclaration de Guerre à l’Allemagne, par Napoléon III qui nous a valu dans les suites 2 Guerres mondiales. Il avait prévenu que nous n’étions absolument pas militairement à la hauteur des allemands. En 1870, comme en 1940, la France a été archi battue. Il fallait bien sauver les meubles. Un autre que Thiers aurait du, dans tous les cas, faire le salle boulot. I
    Note amusante: on veut célébrer notre Napoléon I° , alors qu’il nous a valu la seule fois dans Notre Histoire où l’armée Russe a occupé la France (il nous reste de cette triste épisode le terme « bistrot »).

      +3

    Alerter
    • Orhan // 03.05.2021 à 19h44

      Je n’ai pas vécu en 40, dois-je m’abstenir d’avoir une idée sur l’époque et leurs dirigeants ? Non votre raisonnement ne tient pas la route, mais il s’explique par le fait que l’histoire officielle (vous savez, celle avec un h majuscule, que vous écrivez ainsi) est écrite par les vainqueurs, et donc ceux-ci savent bien justifier leurs actes, les causes, etc. Puisque les petits, les battus, eux, n’ont pas le droit à la parole, c’est sur que c’est facile de delegitimer leurs opinions par la suite. Et puis l’histoire s’ecrit aussi sous nos yeux. Si demain les USA envahissent la Chine, on va dire quoi ? Quils ont eu raison parce qu’ils l’ont fait ? Que la population contemporaine le souhaitait ou au pire était indifférente ? Non je crois que vous surestimez la vérité historique, à la vérité il n’y a pas vraiment de vérité, il y a un rapport de force en faveur de telle vérité au détriment de telle autre.

      Et si un million de personnes ont assisté à ses funérailles, que peut-on en conclure d’autre que c’était une personne célèbre, puisqu’à priori on ne se déplace par pour des inconnus ?

        +5

      Alerter
  • JP // 03.05.2021 à 22h18

    Il n’est pas question de raisonnement, de légitimation ou non mais de faits. La France a été battue sévèrement en 1870 et cela couté fabuleusement cher à notre pays. Thiers (brillant jeune homme élevé par sa mère (son père étant vraiment indigne) , remarqué et propulsé par Talleyrand (et sa maitresse) a certes inspiré Balzac pour son Rastignac, mais est, qu’on le veuille ou non, avant tout une des figures majeures de notre Histoire de la Restauration à la III° République. Le sang a trop souvent coulé à Paris (Saint Barthelemy, Terreur, ..). La Commune de Paris (une partie de mes ancêtres étaient des Communards purs et durs) est une réalité sanglante des deux bords (les Communards n’auraient pas du fusiller l’Archevêque de Paris en train de négocier) . Et tout cela devant les Prussiens occupants notre Pays. C’était il y a 150ans , 5 à 6 générations. Note: Le Transfert de Victor Hugo au Panthéon a attiré 2 millions de curieux. Thiers battu 2 à 1.

      +2

    Alerter
    • SanKuKai // 04.05.2021 à 12h21

      « Sans doute, c’est affreux de voir tuer un Archevêque. Pourquoi n’a-t-on jamais parlé de l’enfant tué rue de la Victoire? Un enfant, après tout, ça vaut bien un archevêque. » – Victor Hugo…
      Comme quoi la conscience morale ne se transmet pas par le sang, vos ancêtres auraient surement honte de vous car, quand on connait justement les faits et les proportions, en mettant au même niveau les actions des Versaillais et des Communards c’est vous qui légitimez les massacres systématiques, la torture, les viols, et les piles de cadavres d’hommes, de femmes et enfants sur plus de 3 mètres de haut.
      Cette citation de Victor Hugo est extraite d’une autre allocation de Henri Guillemin (qui je l’espère fera partie des prochain billets Les-Crises) et qui donne des faits concernant les massacres commis des 2 cotés. Vidéo ici (la video commence quand il répond á vos propos): https://www.youtube.com/watch?v=5NrDXZ78oCU&t=18962s

        +1

      Alerter
      • JP // 04.05.2021 à 23h57

        Il est de bonne politique de manipuler par l’émotion. Et encore plus facile de se rassurer en prêtant à autrui des pensées ou tares qu’il n’a pas. Du simple Bon Sens: Tuer un négociateur, qui plus est Archevêque de Paris, était un signal politique très claire: Pas de quartier et on va vous la faire au finish ! C’est ce qui s’est passé.
        Note: Victor Hugo et Thiers ont eu la même trajectoire politique, de la royauté à la République et l’exil sous Napoléon III. Et Comme Thiers, Hugo a commandé, comme commissaire politique, de troupes pour rétablir de façon sanglante l’Ordre contre les barricades lors des émeutes ouvrières de 1848. Il était ensuite nettement plus confortable d’écrire de belles choses et de faire pleurer Margot que de se retrouver en chef de gouvernement dans la tourmente de 1870.
        Vous vous tromper lourdement sur les hommes. La condition humaine a toujours été terrible et sans pitié à l’image de l’implacable cruauté qui règne dans le monde animal depuis des millions d’années. La Terre n’a jamais été et ne sera jamais un monde pour les midinettes. Naturellement je ne peux que le regretter, mais nous sommes les enfants de l’Enfer du BIg Bang et certainement pas d’un Bon Dieu.
        (note perso: ma grand mère petite ouvrière bouffeuse de curé, 24° d’une famille de communards parisiens pur jus était particulièrement fier de son petit fils!)

          +2

        Alerter
        • Maerendil // 06.05.2021 à 13h28

           » La condition humaine a toujours été terrible et sans pitié à l’image de l’implacable cruauté qui règne dans le monde animal depuis des millions d’années. La Terre n’a jamais été et ne sera jamais un monde pour les midinettes. Naturellement je ne peux que le regretter, mais nous sommes les enfants de l’Enfer du BIg Bang et certainement pas d’un Bon Dieu. »

          Merci de rappeler ce fait fondamental. Vous êtes mon héro du jour 🙂

            +0

          Alerter
    • Maximytch // 05.05.2021 à 11h07

      Laval c’était pas si mal finalement si on va dans votre sens.
      Qu’est ce qui vous pousse à défendre un des pire traitre à la France? Est ce que comme nos zélites vous la vomissez?
      Je suis d’accord avec vous sur le fait que jugez l’histoire après coup est facile et amène aux dérives que l’on connait aujourd’hui avec la cancel culture mais parler d’un parcours extraordinaire pour un opportuniste qui n’a pas hésité à utiliser la force contre le peuple durant sa carrière et a profité d’une défaite pour se hisser au pouvoir au dépend des intérêts du pays c’est un peu fort de café.

        +1

      Alerter
      • JP // 05.05.2021 à 21h29

        Assimiler Thiers à Laval est vraiment lamentable , mais ce genre de rapprochement est une technique classique connue pour discréditer une idée, un discours ou un individu, et très utilisée par les systèmes totalitaires (Inquisition, Terreur, Stalinisme, etc..).Perso, Thiers ne me concerne pas plus que cela.
        Mais comme a dit, le Pr Mitterrand, grand Maitre en Politique « Les faits sont têtus »:
        Après la défaite de l’Armée de la Loire, l’Armistice du 28 Janvier 1871 a été signé par Jules Favre du Gouvernement de la Défense Nationale (suivant la chute du II° Empire le 04 Septembre 1870, après la défaite de Sedan le 02), Thiers n’en faisant pas parti. Bismarck était inflexible sur les conditions. Thiers revenu au pouvoir suites aux élections (vote de Province déterminant) , a essayé de limiter les conditions draconiennes imposées et L’Assemblée nationale, présidée par Jules Grévy, n’a pu qu’approuver le très dur Traité de Francfort. Si les Parisiens voulaient continuer vainement la Guerre, la Province en avait assez de cette histoire totalement absurde déclenchée par Napoléon III (fâcheusement influencée pour la décision ultime par son épouse Eugénie), répondant très bêtement à une petite provocation diplomatique ridicule (dépêche d’Ems) de Bismarck, homme d’état de Fer, voulant une belle Guerre pour créer l’Empire Allemand. La Facture à régler a été Gigantesque !

          +0

        Alerter
  • vert-de-taire // 05.05.2021 à 10h04

    J’invite à écouter Guillemin plus encore, non seulement la Commune mais aussi la Révolution.

    C’est non seulement plaisant mais donne à penser.

    Il décrit l’histoire que nos livres ne racontent pas souvent : la bourgeoisie domine le pouvoir et détruit (massacre par extermination pour terroriser les survivants) les gueux pour se maintenir. Une constante depuis. Encore il y a peu ..

    Sous couvert de démocratie, de nécessité, de bons sentiments, de raison d’État.

    L’État conçu pour la population, sa raison d’être, et qui la massacre ….

      +4

    Alerter
    • Araok // 06.05.2021 à 09h13

      Il ne faut pas seulement exécuter des coupables, l’exécution des innocents impressionne davantage.
      Krylenko, commissaire à la justice, sous Staline

        +0

      Alerter
  • Phildev // 08.05.2021 à 11h41

    Henry Guillemin a enregistré sur la Télévision suisse romande des dizaines de vidéos qui constituent la plus étonnante revisite de l’histoire de France des deux derniers siècles. Regardez les sur Gillemin/blogspot.com (Gillemin, sans u)

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications