Les Crises Les Crises
23.avril.202123.4.2021
Article LesCrises

Covid-19 : Ca ne va guère mieux, donc Macron rouvre le pays. Par Olivier Berruyer

Merci 205
J'envoie

Nous vous proposons aujourd’hui un article synthétique de la situation.

L’optimisme aura été de courte durée, l’épidémie a, semble-t-il, seulement fléchi et semble se stabiliser à un niveau très élevé.

I. Incidence en France

Voici l’évolution du nombre de nouveaux cas dépistés en France depuis un an :

Il semble que la baisse constatée il y a 2 semaines était essentiellement due au week-end de Pâques et à son jour férié. L’épidémie semble aller vers une stabilisation entre 30 000 et 35 000 cas par jour.

On note bien ceci sur ce graphique représentant la croissance du nombre de cas (c’est-à-dire la fonction dérivée du nombre de cas) :

Lecture : quand la courbe bleue est sur fond rouge, l’épidémie est en croissance ; quand elle est sur fond vert, elle est en décroissance. Quand la courbe monte, l’épidémie accélère, quand elle descend, elle décélère.

La situation fait donc du yoyo, et il semble que les lourdes mesures prises n’aient qu’un effet limité, ce qui était attendu avec le variant anglais.

Précision : au vu des caractéristiques du virus et de la volonté de lutter contre lui, il n’est pas possible de réaliser une anticipation robuste de l’évolution du nombre de cas à court terme.

De plus, il se peut que la petite baisse observée soit amplifiée par la baisse du nombre de tests, puisque le taux de positivité augmente nettement pour sa part :

Voici également le taux de reproduction moyen par région, qui montre de nettes disparités entre régions :

Voici l’évolution en graphique pour les départements les plus touchés :

La situation s’est bien améliorée, mais l’embellie a été limitée.

Voici le détail pour l’Île-de-France :

On voit que l’épidémie y reflue nettement moins vite.

II. Hospitalisations en France

La tendance sur les admissions à l’hôpital pour Covid-19 est désormais en diminution, mais reste proche des 2 000 hospitalisations par jour (soit quand même 750 000 par an à ce rythme) :

On peut l’observer en traçant la croissance des nouvelles hospitalisations, dont on constate actuellement le retour en zone de stabilité :

Cela donne ceci sur le nombre total de personnes hospitalisées :

Cela fait donc 6 mois que 25 000 à 30 000 personnes sont hospitalisées en permanence pour Covid-22.

Les entrées en réanimation se stabilisent également :

Et voici pour l’évolution :

Ce qui donne ceci pour le nombre total de personnes en réanimation :

Avec près de 6 000 personnes en réanimation, l’épidémie atteint des niveaux critiques dans certains départements.

III. Décès en France

Voici enfin la situation au niveau des décès par Covid-19 en France :

Les effets de la vaccination se font enfin sentir, mais on reste à un niveau (effrayant) de plus de 300 morts par jour.

Nous venons donc de dépasser le bilan effroyable de 100 000 morts :

Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions dès le début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en mai, environ 20 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées.

IV. Conclusion pour la France

La situation ne s’améliore guère, nous sommes à peine revenus au niveau existant lors de la troisième décision de confinement : c’est donc le moment choisi par le gouvernement pour alléger les mesures, et en particulier de rouvrir les écoles, large incubateur à virus.

Le « Président épidémiologiste » remporte de loin la palme de la plus mauvaise gestion de l’épidémie en 2021 en Europe, ayant réussi à faire entre notre pays dans le « club des nuls », avec la Brésil et, maintenant l’Inde.

Rappelons que si Israël ou la Grande-Bretagne rouvrent, c’est après avoir férocement combattu l’épidémie, pour pouvoir se reposer sur le vaccin :

Le gouvernement mise donc tout sur la vaccination (qu’il mène mal), alors que l’OMS a prévenu que cela risquait fort d’être une stratégie perdante.

La gestion de Macron est lamentable concernant un des pays les plus touristiques au monde, qui aurait dû récolter cet été les fruits d’une politique ambitieuse cet hiver. Mais au contraire, c’est le reste du monde qui va nous isoler :

Pour mémoire (source) :

P.S. D’autres pays ont fait des choix différents, aux résultats différents, comme la Première-Ministre de Nouvelle Zélande Jacinda Ardern. Écoutons-la :

Bilan – sachant que l’écart de population n’est que de 1 à 13 :

Rappel : Mal voter provoque des maladies graves…

V. Incidence en Europe

Voici la situation chez nos voisins européens :

L’épidémie a bien diminué chez nos voisins, mais elle y reste néanmoins à des niveaux trop élevés pour espérer y mener une stratégie Zéro-Covid (une telle stratégie viserait à ramener l’épidémie à moins 5 000 cas par jour en France – et non pas 0…).

Voici d’ailleurs une carte plus précise de la situation régionale en Europe. :

Pratiquement aucune région n’est épargnée par la Covid…

Grâce à la vaccination, la situation s’améliore presque partout au niveau des décès :

Il va cependant falloir surveiller ceci dans les prochaines semaines.

VI. Incidence dans les pays les plus touchés

Voici enfin la situation dans les pays actuellement les plus touchés :

Le nouveau variant indien commence à faire des ravages dans ce pays, qui connait près de 200 000 contaminations par jour.

Voici pour les décès :

On voit que le nombre de décès reste à des niveaux dramatiques et stagnants dans les pays les plus touchés, avec 500 à 3 000 morts par jour. La situation est notamment dramatique au Brésil, mais aussi en Inde, où les décès Covid semblent largement sous-estimés.

VII. Situation mondiale

Voici pour commencer la carte mondiale de l’épidémie :

Voici pour le nombre de cas par continent :

On constate que l’épidémie repart à la hausse presque partout.

On a ceci en cumulant les zones pour arriver à la situation mondiale :

L’épidémie a cessé sa décroissance et repart vers 600 000 contaminations par jour.


Voici la situation au niveau des décès :

On constate à quel point l’Occident a été durement frappé.

La situation semble se dégrader de nouveau avec 10 000 décès par jour.

VIII. La vaccination

Voici un point sur la vaccination en France, avec encore des bonnes nouvelles :

On constate que les injections restent fortement orientées à la hausse.

Cela a permis d’injecter la première dose à 12 millions de Français. C’est encore bien insuffisant.

Seulement 4 millions de personnes sont totalement protégées au bout de 2 mois et demi de campagne vaccinale. C’est faible comparé à d’autres pays.

Voici la situation au niveau national pour toutes les classes d’âge :

Il est bien triste d’en être seulement là au bout de quatre mois de campagne de vaccination...

Voici les prévisions des livraisons de doses de vaccin :

Voici la répartition des injections quotidiennes dans le monde, qui atteignent environ 120 millions par semaine :

En cumulant, on constate que plus de 900 millions de personnes ont désormais été vaccinées :

Voici la situation actuelle, les États-Unis ont été très efficaces avec plus de 200 millions de doses de vaccin injectées :

Enfin, voici la situation en pourcentage de la population vaccinée :

Des nouvelles de « l’Europe puissance »…

Il y a une remarquable performance du Royaume-Uni, mais elle a hélas été obtenue en ayant différé l’injection de la seconde dose, et donc en réduisant l’efficacité du vaccin :

On voit ici tout l’intérêt de disposer de productions locales par des laboratoires nationaux…


Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout ! Nous espérons qu’il vous a intéressé.

Olivier Berruyer

P.S. Vous pouvez nous suivre sur Facebook et Twitter (ici et ) – merci d’avance pour votre soutien !

127 réactions et commentaires

  • Yann // 23.04.2021 à 07h57

    « Nous venons de dépasser le bilan effroyable de 100000 morts »

    A défaut du terme « effroyable » qui est un peu imprécis, peut être pourrait-on indiquer que si l’on plaçait les corps bout à bout, cela représenterait une distance de 160 kilomètres, (a 10% près)

    • Orhan // 23.04.2021 à 08h41

      Oui, mises bout à bout on atteint presque 20 fois le sommet de l’everest.

      Quelle horreur

      Vite mon cachet

    • observations // 23.04.2021 à 22h05

      Ben oui..et pour les Américains…800 kilomètres et pour les Pygmées 2 fois moins…

      Ca vous met le français a 1.60 mètre….un peu rachot…

    • LibEgaFra // 24.04.2021 à 19h30

      La faute à qui?

      Regardez ce qui se passe en Serbie:

      https://fr.sputniknews.com/sante/202104241045517118-lex-ministre-grec-de-la-defense-recoit-le-vaccin-spoutnik-v/

      Eh oui, il suffit de ne pas être dans l’ue, d’être souverain et de se préoccuper de la santé de sa population!

      Mais quand il y d’autres préoccupations et que la corruption sévit aux plus hauts niveaux, alors oui, on arrive à 100.000 morts.

    • Yanka // 26.04.2021 à 01h32

      Et si on empilait les corps des 55 000 obèses qui décèdent chaque année de leur obésité, arriverait-on jusqu’au ciel ?

  • calal // 23.04.2021 à 08h01

    je me demande s’il ne va pas y avoir de vagues de gastro-enterite cette annee:
    – du covid et pas de grippe
    -du variant indien et pas de gastro-enterite?

    Peut etre qu’il y a des mecs dans des labos qui ont investi dans des super jouets a identification de virus et qu’ils sont tout content parce qu’ils peuvent mettre des etiquettes toutes neuves et bien precises sur plein de machins genre « oh le beau papillon bleu » non c’est un  » lepitcopterium helixeoria »…

    • Havoc // 23.04.2021 à 17h45

      Il y a eu plusieurs départs épidémique de gastros cette saison d’hiver, dans le Nord, dans les Pays de Loire et dans la région PACA (je crois), mais pas d’épidémie sur l’ensemble du territoire. Pour plus de précision, reportez-vous au site de Jussieu, Sentinelle (qui surveille aussi la grippe depuis que le GROG a mis la clé sous la porte).

    • V_Parlier // 24.04.2021 à 22h32

      Comme l’année dernière, il n’y a plus de vagues de rien sauf de Covid. Mais ça ne préoccupe personne, c’est bon. Un peu comme moi qui me croyait sur le site du Monde, de l’Obs, du Parisien… ah ben non, c’est sur un blog indépendant que je fréquentais souvent ces dernières années… mince…

      • Cooper // 25.04.2021 à 10h23

        Avec peu de gestes barrières (périodes avant covid) => la grippe se propage beaucoup (et tue moyennement)

        Avec beaucoup de gestes barrières (période covid) => la grippe se propage peu (et tue très peu)

        Même raisonnement pour la gastro.

        Ca ne préoccupe personne car c’est une bonne nouvelle, et un des effets positifs du covid. Ce n’est qu’un exemple mais personnellement, je suis malade 2/3 fois par an, je n’ai rien eu depuis l’arrivée du covid. Ce n’est pas étonnant puisque par exemple je n’ai plus de contact physique (ou même visuel, selon les périodes) avec mes 35 collègues.

  • eugeniegrandet // 23.04.2021 à 08h12

    prendre comme point de comparaison, la nouvelle zélande c’est facile.
    Mais ça n’est quand même pas un pays de brassage de population.

    A cet égard, quid du Bouthan ?

    Rien à voir avec la grande bretagne qui n’est pas vraiment une ile, vues ses relations (hub) avec le Commonwealth, Afrique anglophone, Russie et pays de l’est, etc…

    Comparaison n’est pas raison.

    • Kasper // 23.04.2021 à 14h26

      Oui mais comme absolument aucun effort n’a été fait pour fermer les frontières cette excuse ne tient pas.

      On aurait pu faire preuve de compréhension si les routes et les aéroports avaient été contrôlés, Parce qu’il est effectivement impossible de garder toutes les frontières terrestres.

      Mais la tout ce qu’on a eu c’est des affichettes dans les aéroports invitant les gens infectés (dont 90% ne savent déjà pas qu’ils le sont…) a bien vouloir se confiner d’eux même.

      • Havoc // 23.04.2021 à 17h47

        On a appris aujourd’hui que deux étudiants indiens infectés ont fait escale à Paris avant de repartir pour la Belgique.

        • Julie // 23.04.2021 à 19h04

          Pas 2 étudiants mais un groupe de 43 étudiants venus étudier les soins infirmiers en Belgique. Ils ont aterri à Roissy le 12/4 et ont pris le bus, ils sont maintenant sur 2 campus et ont eu des quarantaines strictes (pas à la Macron avec sortie ed 10 à 12h, comme on nous l’annonce pour… dans trois semaines?)
          A cette heure, 21 étudiants sont positifs, et tous avaient eu des tests, et certains étaient vaccinés (AZ et vaccin indien). Voyez le live du Parisien ou la Libre Belgique.

          • Havoc // 24.04.2021 à 10h09

            Oui, j’ai lu depuis, ces nouvelles informations. Gros épisode de contamination dans le bus entre la région parisienne et la Belgique, apparemment. Heureusement, il semble que ces personnes n’aient pas eu le temps de contaminer grand-monde extérieur au groupe (le chauffeur du bus n’est pas touché).

            • Fernet Branca // 24.04.2021 à 15h19

              Et dans les toilettes d’au moins un arrêt sur l’autoroute A1 ?

      • K // 25.04.2021 à 17h44

        Je suis d’accord avec l’idee generale de votre commentaire mais je ne partage pas l’idee selon laquelle « il est effectivement impossible de garder toutes les frontières terrestres. »
        Il faut alors croire que la Russie, la Chine ou les Etats-Unis accomplissent des choses impossibles.
        Le gouvernement francais peut tres bien fermer les frontieres terrestres en suspendant les flux entrant de voyageurs et de travailleurs frontaliers et en imposant des quarantaines dans des hotels dont l’acces est surveille par la police (comme le fait l’Australie, la Chine ou Israel pour ne citer que quelques exemples) pour les voyageurs dont on ne peut refuser l’entree (par exemple les Francais qui reviennent dans leur pays).

        • Kasper // 26.04.2021 à 00h53

          Contrôler leur frontière terrestre avec le Mexique, ca fait des décennies que les US essayent avec des moyens considérables, sans jamais y parvenir. Merci de ce magnifique exemple.

          Je doute sincèrement que les russes ou les chinois contrôlent parfaitement leurs frontières terrestres avec la Mongolie et tous les autres milliers de kilomètres désertiques.

          A l’inverse en France vous avez des patelins ou il suffit de traverser la rue pour franchir la frontière, comment voulez vous contrôler ca ?

          Faut savoir rester réaliste.

          • Gigi // 26.04.2021 à 21h24

            Et qui est à la frontière ?
            Pour une partie le texas : on attend l’interprétation des courbes mais ça tarde…
            @+

    • jp // 23.04.2021 à 16h20

      je fais la comparaison suivante, quel dirigeant amputerait son salaire pour signifier que le gouvernement se sacrifie aussi un peu quand il demande un confinement strict de 15 jours ?

      « La Première ministre, dont la gestion de la crise sanitaire est saluée à travers le monde, a fait ce mercredi 15 avril une annonce qui risque de faire date et, qui sait, qui pourrait inciter ses homologues à l’imiter : au cours des six prochains mois, son salaire et celui de ses ministres seront amputés d’un cinquième. »

      https://www.courrierinternational.com/article/solidarite-en-nouvelle-zelande-jacinda-ardern-renonce-20-de-son-salaire

    • Incognitototo // 23.04.2021 à 19h15

      Pas de brassage de population la NZ ? Proportionnellement à sa population, elle accueille 3 fois moins de touristes que la France, mais en termes d’échanges commerciaux (toujours proportionnellement), elle fait 2 fois plus ! Et est une plaque tournante des échanges du Sud est-asiatique et de l’Océanie.

      Aussi, je ne vois vraiment pas pourquoi les comparaisons ne seraient pas pertinentes, à part si comme d’habitude des dénis sont présents.

      Si la Nouvelle-Zélande a « maîtrisé » l’épidémie depuis son premier confinement, c’est qu’elle est tout simplement plus réactive, offensive, et a appliqué à la lettre le tester-tracer-isoler en filtrant également drastiquement ses frontières.

      C’est un pays qui a été capable de repousser des élections et de re-confiner Auckland (1,5 M d’habitants) avec seulement 58 cas ; nous, nous attendons d’avoir plus de 200 000 cas par semaine et que nos services sanitaires soient asphyxiés, pour commencer à faire semblant de faire quelque chose ; cherchez l’erreur…

      Aussi les pays qui sont en échec n’ont en réalité absolument aucune excuse ; et la France qui se prétend encore 6e puissance mondiale en a encore moins. J’espère que les politiques, tous les politiques qui ont été incapables de faire ce qu’il fallait, en paieront le prix fort.

      • Kasper // 23.04.2021 à 23h42

        Avec 100.000 morts dans la balance, c’est malheureusement difficile de donner un sens aux mots « payer le prix ».

        • Incognitototo // 24.04.2021 à 00h33

          Soyons cléments… 1 jour de prison par mort et 1/5 de jour pour chaque malade (et par clémence toujours, on ne comptabilisera pas les dégâts collatéraux de tous ceux qui n’ont pas pu se soigner pour d’autres causes et autres) ; ça fait 3 233 années de prison à répartir entre les membres du gouvernement ; évidemment avec 50 % de la peine pour le chef de l’État et l’interdiction absolue de diriger un quelconque groupe humain à vie pour tous ceux qui ont participé à ce désastre.

          Vraiment, je n’en peux plus du « responsable, mais pas coupable »…

          • Zakfa // 27.04.2021 à 08h18

            l’interdiction absolue de diriger un quelconque groupe humain à vie

            Pas même un club d’épidémiologistes amateurs ?…

  • Thierry Balet // 23.04.2021 à 08h18

    Je me suis toujours posé cette question :
    100000 morts « à cause » du Covid ou « malgré » le Covid? Est ce qu’une partie non négligeable de ces personnes ne seraient pas décédées de leur pathologies mais étant atteintes du covid seraient donc enregistrées « décédées du covid »….?

    • JB // 23.04.2021 à 10h39

      Bonjour,
      ma réponse à votre question serait « à cause » du covid. Je comprends où vous voulez en venir, mais si tout le monde meurt un jour et de quelque chose, il est tout de même bon en général de retarder l’échéance le plus possible. Si la pandémie n’avait pas eu lieu, ces 100000 morts du covid seraient morts d’autre chose, mais plus tard. Il est vrai que les mesures de lutte au covid ont permis la disparition (momentanée) de certaines maladies comme la grippe, et ont donc évité de nombreux morts cette année de ces causes-là. Ce déficit en décès ne contrebalance néanmoins pas le nombre de morts du covid.

    • Les-crises // 23.04.2021 à 10h56

      Non, cela se voit sur l’excès de mortalité. en moyenne, chaque mort du Covid a perdu au moins 10 années de vie.

      • christobal // 23.04.2021 à 14h56

        10 ans de vie en moyenne? Avec une moitié de morts de plus de 80 ans en France . Ca pose question. Ci-dessous le papier du démographe Hervé Lebras dans le Monde, qu’on ne peut pas accuser de complotisme… Malheureusement faut un accès abonné, mais ce papier lu intégralement ne va pas dans le sens d’une perte majeure d’espérance de vie:

        https://www.lemonde.fr/idees/article/2021/02/09/herve-le-bras-la-crainte-engendree-par-le-virus-semble-en-relation-inverse-de-sa-letalite_6069258_3232.html

        • Havoc // 23.04.2021 à 17h50

          Dans un pays où l’on vit régulièrement jusqu’à cent ans, ça ne pose pas tellement question. N’oubliez pas que l’espérance de vie n’est qu’une moyenne (qui englobe l’âge de décès des morts-nés). De plus, les personnes enregistrées comme décédées de la Covid sont les personnes qui sont mortes avec des symptômes évidents de détresse respiratoire (et circulatoire). Bien sûr que certaines d’entre elles seraient peut-être mortes l’année prochaine, mais cela ne change en rien le fait que la Covid les a emportées.

          • V_Parlier // 24.04.2021 à 22h37

            Régulièrement jusqu’à cent ans? Rien que ça!

      • VVR // 23.04.2021 à 15h25

        10 années d’espérance de vie ce n’est pas beaucoup pour une maladie respiratoire (12 ans en moyenne, 8 ans pour les pneumonies et 14 ans pour la grippe). La seule autre pathologie qui fait moins que ça sont les infection urinaires (8 ans, pour la même raison que les pneumonies).

        • Havoc // 23.04.2021 à 17h53

          Une étude a donné 16 ans pour la Covid. Je ne me rappelle plus si c’était en France, en Europe ou dans le monde (voire dans un autre pays occidental, comme les USA).

          • VVR // 23.04.2021 à 21h34

            C’était pour un panel de pays « avec chiffre fiables » (donc principalement OCDE). Les pays a fort inégalités dans les accés aux soins font trés vite monter ce genre de chiffres ou on tient pas compte de la catégorie sociale du mort.

      • JP // 23.04.2021 à 18h19

        Jusqu’à présent 80% des décès touchent ceux qui doivent mourir à court terme dans l’âge moyen de la mortalité de notre pays. Je suis dans cette tranche ! Place aux jeunes qui payent durement la survie des vieux. La vie est totalement liée à la mort. Il est curieux que des adultes actuels ne veulent pas l’admettre.

      • Deres // 28.04.2021 à 14h52

        Je crois qu’il est difficile de conclure actuellement car l’épidémie n’est pas terminée mais il faut faire des études sur la sur-mortalité plus que sur les chiffres COVID pour savoir exactement le nombre de décès. Le nombre de mort serait donc significativement en dessous de 100 000 personnes. Une étude avance 23 000 mort « en plus » de la moyenne attendue. Cela reste très important. Pour comparaison, la canicule de 2003 est évalué à 15 000 morts. La grippe de Hong-Kong de 1968 aurait fait 31 000 morts mais sur une période très courte (et une population plus petite mais plus jeune).

        Après effectivement, il faudrait plutôt calculer en années de vie. Et il peut y avoir des séquelles pour les personnes qui survivent après des formes graves.

  • Obermeyer // 23.04.2021 à 08h44

    Après des cas de vaccinés qui ont quand même attrapé le covid ( par exemple le président argentin ) , il serait intéressant d’en savoir plus sur le sujet . Le vaccin protège t-il vraiment ? Quid des différents mutants ? A présent , on parle d’une éventuelle 3 eme injection ….. encore plus de fric pour big pharma ?

    • Les-crises // 23.04.2021 à 10h55

      Quand on dit que le vaccin est efficace à 92 %, cela signifie que 8 % des vaccinés rencontrant le Covid auront le Covid… Mais cela réduit encore plus les formes graves.

      • Julie // 23.04.2021 à 19h06

        Non, il semblerait que 92% est la chance que vous avez de ne pas faire une forme grave. Pourquoi dans ce cas continuer à parler du but des 70% plutôt que de vacciner seulement les personnes âgées ou à risque?

        • Deres // 28.04.2021 à 14h57

          Le non-dit est que vacciner suffisamment la population dans son ensemble permettra d’empêcher la propagation donc protégera aussi indirectement les personnes vulnérables. Cela est possible mais pas prouver je crois pour le moment.

          J’ai l’impression que c’est aussi pour cela que le rapport bénéfice/risque du vaccin est très peu expliqué pour les personnes jeunes et sans comorbidités. Autant pour les personnes fragiles l’intérêt du vaccin est évident, autant pour elle, ce ne l’est plus autant. On voudrait que cette population se vaccine non pour se protéger elle-même de la maladie mais pour protéger les autres en empêchant la transmission. Il y a un peu un message sous-jacent demandant aux jeunes de se sacrifier pour le bien être de leurs ainées comme dans un guerre …

          • Deres // 28.04.2021 à 15h00

            A noter que même si notre campagne de vaccination est très très en retard, on vient globalement d’atteindre le but premier d’avoir quasiment vacciné tous les résident en EHPAD. Mais de façon incompréhensible, le gouvernement n’arrive même pas à se vanter de ses maigres succès …

    • Havoc // 23.04.2021 à 17h55

      Pour le moment, le vaccin ne rapporte pas un fifrelin à une entreprise comme Astrazeneca (et pas mal d’ennuis et de problèmes d’image). Tout le monde n’en sort donc pas gagnant. Pfizer et BioNTech sont les grands gagnants, non seulement en termes d’image, non uniquement parce qu’ils vont pouvoir continuer à tirer bénéfice de ce vaccin dans les années à venir, mais surtout parce que la technologie à partir de l’ARN messager ouvre des possibilités énormes et très prometteuses, jusqu’au traitement des cancers.

  • pseudo // 23.04.2021 à 09h18

    vous encensez la vaccination, mais, si celle ci est responsable de l’apparition des variants, et qu’en plus nous ne sommes pas capable de la réaliser dans le temps imparti de la protection vaccinale (c’est pas clair cette histoire 6, 12, 18 mois ? A vie ? Et les variants ?), je ne sais pas si la stratégie est gagnante.
    Cela n’a rien changé aux contre parties des confinements massif, des morts, des endettements, une destruction incontrôlé (c’est surtout ça le souci, c’est torché) du tissu économique.
    Tout cela alors qu’en // biden annonce une réduction des émissions de 50% d’ici à 2030 (8 ans), ce qui signifie en termes pratique la continuation de la destruction du système économique et de ses agents. Ce n’est pas compatible avec des agents économique laissé au désarroi de l’endettement pour couvrir des dettes établies dans l’optique d’une reprise économique comme avant.

    Bref, il m’apparaît que si vous avez mal vécu la séquence en cours, vous allez vraiment détester celle qui s’annonce.

    • Kasper // 23.04.2021 à 14h32

      Ce qui est responsable de l’apparition des variants, c’est le grand nombre de contaminés, chacun produisant des milliards de copies du virus qui sont autant de risques de mutation.

      Le vaccin ne fait que faire disparaître la souche non mutante qu’il avait été conçu pour éliminer.

      Appliqué dans une population peu contaminée et close pour éviter l’entrée des variants depuis l’etranger, le vaccin permettait de reouvrir les commerces.

    • Ribouldingue // 23.04.2021 à 15h26

      Ce n’est pas la vaccination qui fait apparaitre des variants, c’est le fait de laisser circuler le virus. Qu’il y ait ou pas vaccins les variants apparaissent de plus en plus avec le nombre de cas. C’est bien le soucis de cette politique de vie avec le covid, ça tue beaucoup de monde et cela n’assure pas au final l’immunité de la population, La politique qui paie de façons éclatante d’après les chiffres, c’est de toute évidence de contenir l’épidémie de façon drastique ET de vacciner, on limite ainsi l’apparition de variant ET on immunise la population aussi vite que les autres pays sans l’hécatombe. Nos politiciens idéologues sont de véritables incapables, mais en plus on voit que ce sont des assassins de masse, apprentis Pol Pot qui verrons peut être plus grand dans l’avenir.

      • bob // 23.04.2021 à 19h10

        le vaccin n’empeche pas la contamination, vu qu’un vacciné peut contaminer un non vacciné

    • Deres // 28.04.2021 à 15h05

      Le souci est que tout comme les « solutions miracles » précédentes, nous allons bientôt découvrir que même si la vaccination est efficace (et plus efficaces que les mesures précédentes), elle ne met pas fin purement et simplement à l’épidémie. Par contre, elle devrait être plus efficaces que les distanciations sociales et les masques. Ceux-ci ont aussi des taux de protection estimée très élevée, mais lors d’expérience de laboratoire où les protocoles sont bien respectés. Dans un métro bondés pendant une demi-heure avec un respect partiel des consignes, les chiffres doivent être significativement pus bas ! Les efficacités des vaccins ont elles été calculés sur des échantillons importants de population dans des conditions réalistes et comparé à des populations non vaccinés. Ce ne sont donc pas des chiffres théoriques de laboratoires.

  • Renne // 23.04.2021 à 09h23

    Dommage, cet article montre beaucoup trop de comparaisons de nombres de cas (au lieu de pourcentages) entre zones de différentes tailles.
    En utilisant cette méthode, les « départements les plus touchés » ne peuvent être que les plus peuplés (75, 69, 13, et 59).

    • Les-crises // 23.04.2021 à 10h53

      et c’est fait exprès, car c’est là que l’épidémie fait donc le plus de victimes. Comme on lutte contre l’épidémie, il est plus intéressant de suivre le nombre de cas que le %.

      • Havoc // 23.04.2021 à 18h01

        En outre, on dispose de la carte du Taux de Reproduction estimé pour chaque département, ce qui permet de connaitre à peu près l’état de vulnérabilité de chacun d’entre eux.

  • Denis Monod-Broca // 23.04.2021 à 09h35

    Les Echos du 15 janvier dernier : « C’était un indicateur attendu pour mesurer le dramatique bilan humain de l’épidémie de coronavirus . La France a enregistré en 2020 667.400 décès toutes causes confondues, 53.900 de plus qu’en 2019 (+9 %), selon un premier bilan établi par l’Insee et publié ce vendredi. Ce nombre, arrêté à la date du 15 janvier, reste provisoire et sera révisé à la hausse dans les prochaines semaines, précise l’Institut national de la statistique.
    Le nombre de personnes mortes du nouveau coronavirus est cependant encore plus élevé, notamment car janvier et février 2020, avant le début de la pandémie, avaient été marqués par une mortalité moindre qu’à la même période de 2019 – du fait notamment d’une grippe saisonnière moins virulente que les années précédentes. Sur les deux premiers mois de l’année, on a ainsi compté 7.500 décès de moins qu’au début 2019. »

    • Maximytch // 23.04.2021 à 10h15

      Ce serait intéressant de savoir si l’augmentation de la mortalité est du à un facteur extérieur ou tout simplement au fait de l’arrivée dans les +de 70 ans des boomers?

      • Havoc // 23.04.2021 à 18h03

        Les enfants du Baby Boom arrivent en continu dans la tranche des séniors, ça n’est pas un phénomène ponctuel qui change d’une année sur l’autre.

        Pour parler d’une autre tranche d’âge, les 18-25 ans ont vu beaucoup de vies épargnées en 2020 en raison de la baisse très importante des morts sur la route, qui est la première cause de mortalité pour cette tranche.

    • bogdan // 23.04.2021 à 12h59

      la mortalité ne fait qu’augmenter avec le vieillissement de la population.
      8,5 °/oo en 2010, 8,9 en 2015, 9,1°/oo en 2017, 2018 et 2019. 9,8°/ou en 2020.

      Vraie question. quelle est la part de la covid-19 ?

      • Havoc // 23.04.2021 à 18h08

        La part de la Covid, c’est, soustrait de cette augmentation régulière, la surmortalité constatée, plus les morts de la grippe qui n’ont pas existé, plus les vies sur la route qui ont été épargnées, plus les accidents du travail qui n’ont pas eu lieu, plus bon nombre d’autres causes de mortalité qui n’étaient pas applicables à l’année 2020 (sports de compétition sous les divisions professionnelles, ski et autres activités hivernales, on en oublie probablement).

        • VVR // 24.04.2021 à 00h44

          Une partie des morts de la Grippe sont mort du covid, il s’agit de la même population. La totalité des morts accidentelles (y compris homicide, suicides et accident domestiques) c’est 30000 morts par an. Dont la route, 3000 morts. Les accident du travail concernent surtout les travailleurs « manuels », qui ont assés massivement continuer a travaillé.

          On a beau chercher, en France les gens meurent principalement de maladies diverses, qui dépendent des âges d’ailleurs: a partir de 45 ans le cancer domine largement, mais si vous survivez jusqu’à 85 ans vous gouterez alors aux joies des maladies de l’appareil circulatoire et respiratoire (et de la cystite, qui bien que banale et sans gravité fait 2500 morts par an)

          • Havoc // 24.04.2021 à 10h16

            Je ne suis pas concerné, j’ai fait une prostatite aigüe à trente ans !

            Bien sûr que l’on meurt plus facilement quand on est âgé ou handicapé (ou trisomique) et bien sûr que les travailleurs en bleu sont plus vulnérables aux accidents du travail, ce qui n’empêche qu’une proportion des morts accidentelles prenne sa part chez les moins de cinquante ans et chez les cols blancs qui font des infarctus, des maladies coronariennes ou qui se suicident purement et simplement (cette dernière cause étant plus prégnante chez les CSP+).

            Dans l’ensemble, il me semble qu’il ne fait pas de doute que la Covid a causé une surmortalité importante sur l’année 2020 en France.

    • ManuUK // 23.04.2021 à 14h26

      9% c’est sur tout le territoire. Il faut se rappeler que certains territoires n’ont pas été touché lors de la première vague, notamment tout l’ouest de la France (ex : Finistère, Morbihan, Pays basque, etc.). Donc le taux de surmortalité n’a pas dû augmenté tant que cela. Il aurait même pu même diminuer : avec le confinement, les gens sortent moins, boivent moins, conduisent moins. Bref moins d’excès, moins d’alcool au volant qui pourrait expliquer une sous-mortalité dans certaines régions.

      Et puis il y a la Seine Sainte Denis avec ces + 134% de surmortalité….

      Heureusement qu’on a confiné en mars 2020…

      • Maximytch // 23.04.2021 à 14h39

        avez vous des études sur l’efficacité supposé du confinement?
        Je demande cela en toute bonne foi car j’aimerai me faire une opinion sur le sujet

        • JohnnyCash // 23.04.2021 à 15h13

          L’épidémiologiste John Ioannidis (décrit comme le N°1 mondial de la discipline) a sorti une étude à ce sujet en Janvier 2021, et a conclu que le confinement ne sert à rien. Il y a une interview de lui dans Sciences et Avenir assez intéressante à ce sujet.

          • ManuUK // 23.04.2021 à 15h39

            ici : https://www.les-crises.fr/strategie-zero-covid-42-fois-moins-de-deces-et-une-contraction-de-pib-cinq-fois-moindre/

            ici : https://www.les-crises.fr/covid-19-la-nouvelle-zelande-en-tete-pour-sa-gestion-la-france-a-la-73e-place/

            commentaires sur l’étude de Ioannidis : https://pubpeer.com/publications/3D81CAC483C2021C00E27C8826DF71

            un résumé pertinent :https://www.heidi.news/sante/une-etude-de-stanford-a-t-elle-vraiment-montre-l-inefficacite-du-confinement

            La première critique est la taille de l’échantillon : seulement 10 pays… Bref Ioannidis nous fait du Raoult

            Par ailleurs, Chomsky vous dirait bien des choses sur l’argument d’autorité !

          • Havoc // 23.04.2021 à 18h12

            On ne peut pas honnêtement appeler cela « une étude », c’était plus un pamphlet littéraire.

            Les courbes épidémiologiques de 2020 sont tellement évidentes, et le seul doute qui pouvait subsister, l’effet de l’arrivée du printemps, tellement bien mis à l’écart par le printemps 2021 et son plateau inébranlable, qu’il est impossible de douter de l’efficacité de mesures telles que celles qui ont été prises au printemps 2020.

            Mais il y a un paramètre que l’on oublie facilement: en 2020, la plupart des Français étaient bien contents d’obéir, et avaient une peur bleue de cette pandémie.

            • olka // 23.04.2021 à 19h25

              Oui et le premier confinement n’avait rien à voir avec celui là en particulier car beaucoup plus de commerces étaient fermés et à part les « indispensable » plus personnes ne se déplaçait pour aller au boulot. Après il y a quand même uneepartie qui vient aussi de la mise ne place des gestes barrières (des masques en particulier) avec une souche beaucoup moins contagieuse qu’aujourd’hui. Il est donc probable qu’avec un confinement aussi strict on ne parviendrait pas malheureusement au même résultat… mais on serait quand même probablement beaucoup mieux. Et j’ai peur de voir ce qui va se passer après le 1er mai car malheureusement jusqu’à présent on a vacciné les plus fragile. C’est bien pour la mortalité mais ça a peu d’impact sur la propagation car c’est une population qui se déplace peu et à peu de contacts et donc ne contamine pas ! Et avant que les actifs et les jeunes soient vaccinés c’est pas demain la veille !!!

            • Deres // 28.04.2021 à 15h11

              Oui, en faisant les courses en mars 2020, je me rappelle avoir croisé des momies (qui pourtant semblait jeunes !) avec masques intégral, lunettes de protection, gants et tous le corps recouvert … Et certains caddies remplit avec 50 boites de cassoulet pour pouvoir rester deux mois terrer dans sa cave.

              Lors du confinement actuel, à part les masques, c’est très détendu. Et les gens font les courses en couple ou avec les enfants comme si de rien n’était.

  • Brigitte // 23.04.2021 à 10h26

    En France, les décès imputables à la pollution de l’air, au tabagisme et à l’alcoolisme réunis sont évalués à environ 200 000 morts par an. Pourtant le gouvernement ne fait rien pour y remédier, à part augmenter les taxes sur le tabac. La pollution liée aux rejets de combustion et aux microparticules est passée sous silence. C’est guère mieux pour les pesticides. L’économie réelle ne résisterait pas à une lutte efficace contre ces fléaux. Ainsi soit-il.
    En comparaison, la covid fait à elle seule plus de la moitié des décès, après un an de valse hésitation entre préserver l’économie et contenir l’épidémie. C’est beaucoup pour un seul virus. Celui de la grippe en fait à peine 1/20 (10 000 morts), de par son caractère saisonnier, sa moindre virulence et une couverture vaccinale de 50% de la population à risque.
    Nous vivons donc avec des risques de décès liés à notre âge, notre état de santé, nos comportements et notre lieu de résidence. Ainsi soit-il.
    Que va t-il se passer dans le futur? Va t-on réussir à contenir la covid par une vaccination > 50% ? Faudra t-il se faire vacciner tous les ans contre la covid ET la grippe pour prétendre mener une vie normale?
    Mais qu’est-ce qu’une vie normale? celle où l’on choisi librement ses risques sans les faire courir à autrui? Cela n’existe pas.
    Se protéger c’est aussi protéger les autres. Il ne faut pas compter sur la duplicité de nos gouvernants, qui répriment d’un côté et encouragent de l’autre …..

    • Havoc // 23.04.2021 à 18h16

      Ah bon ? Il n’y a pas de lois en France pour limiter l’usage de l’alcool et des cigarettes ? La loi Evin ne vous rappelle rien ? Savez-vous pourquoi la Coupe d’Europe des champions de rugby ne s’appelle plus la « Heineken Cup » ? Avez-vous déjà contemplé l’aspect d’un paquet de cigarettes ? Savez-vous combien il coûte et combien de cigarettes il contient ? Et vous n’avez jamais entendu parler des pollutions au particules fines ? D’aucune loi visant à les limiter ?

      J’avoue que vous me surprenez beaucoup !

      Oui, bien sûr qu’on va vacciner les personnes à risque chaque année contre le risque de la Covid. Et probablement avec les vaccins à ARNm. Cela rentrera dans les habitudes.

      • Brigitte // 23.04.2021 à 19h50

        Bien sur que je connais la loi Evin. La consommation d’alcool et de tabac a diminué certes mais la mortalité reste élevée. Ce que je voulais dire c’est que pour ça comme pour la covid, l’économie prime sur la santé. Les pouvoirs publics ne sont pas complètement inactifs mais dans la limite du supportable pour l’économie. Il me semblait interessant de faire le lien entre ces deux problèmes sanitaires, bien que différents, avec une mortalité importante et qui ne sont pas traités de façon efficace.
        Il n’y a pas de vaccin contre l’addiction, contrairement à la covid. C’est un plus mais qui nous maintient dans un état de dépendance économique vis à vis de l’industrie pharmaceutique. La vaccination a un coût élevé pour la sécu, une centaine de millions d’euros pour la grippe, pour la covid, certainement beaucoup plus…

        • Havoc // 24.04.2021 à 10h19

          Vous conviendrez que débourser quelques centaines de millions d’euros (et donc les mettre en circulation dans l’économie de la santé) plutôt que de perdre des dizaines de milliards du fait des effets d’une pandémie est plutôt bénéfique que l’inverse.

    • Yanka // 26.04.2021 à 01h53

      Rien n’est fait non plus pour remédier au covid, sinon le gouvernement parlerait de soins, de prévention, de système immunitaire. Tout ce qu’on subit depuis un an, c’est pour éviter l’implosion des services de réanimation des hôpitaux, services que la politique turbolibérale du flux tendu a contribué à réduire fortement, ceci dans des pays dont la population vieillit et où l’espérance de vie est en constante augmentation (quoiqu’elle baisserait maintenant, ai-je ouï dire). Que vous creviez ou non n’est vraiment pas le souci des dirigeants. Il faut juste que vous n’alliez pas encombrer les services de réanimations.

  • Vercoquin // 23.04.2021 à 10h37

    La seule courbe digne d’intérêt est la courbe du TAUX DE CAS POSITIFS par rapport au nombre de cas testés.
    Cette courbe est en progression et ne baisse pas, donc IL NE FAUT PAS DÉCONFINER.

    Si vous regardez le nombre de cas positifs tout bêtement, ça ne veut rien dire, on ne peut pas comparer avec d’autres pays ni avec des périodes différentes. C’est comme si vous compariez les petits pois avec les carottes.
    Avant Pâques, le nombre de tests augmente, le taux aussi, c’est normal.
    Après Pâques, le nombre de tests diminue mais LE TAUX CONTINUE D’AUGMENTER : IL FAUT S’INQUIÉTER !
    https://www.facebook.com/photo?fbid=3842356079185934&set=pcb.3786371291451080

    • Havoc // 23.04.2021 à 18h20

      Le taux est effectivement passé très rapidement de 7,5% à 10% depuis le début du confinement allégé, il y a trois semaines. Il existe cependant un certain nombre de biais statistiques qui inclinent à se méfier de la pertinence de cet indicateur:

      – les tests massifs et systématiques dans les établissements scolaires ont été annulés dès la mise en place de l’enseignement à distance. Or, ces campagnes font baisser le taux de positivité

      – beaucoup de départs ont été annulés, que ce soit par l’aérien ou simplement pour rendre visite à sa familles, notamment ses ascendants. Ce sont des situations typiques pour lesquelles on passe un test sans se sentir souffrant.

      Par conséquent, il est probable que le taux de positivité aux tests PCR et antigénique aient baissé surtout parce que les personnes souffrantes étaient proportionnellement plus nombreuses à en passer.

      Sans cette explication, l’envolée de ce taux sans qu’on en voit les conséquences sur les admissions à l’hôpital seraient difficile à expliquer.

      • Deres // 28.04.2021 à 15h14

        Oui, on voit un pic marqué du nombre de test avant les vacances de Noël avec une chute de la positivité, les ges prenant leurs précautions avant d’aller voir leur famille. Et il y a eu la même chose avant le weekend de Pâques et les vacances qui suivent. L’indicateur de positivité lui aussi est biaisé. Il faudrait connaitre les raions ayant menés à passer un test (symptomatiques, cas contacts, confort).

  • VVR // 23.04.2021 à 10h47

    C’est volontaire de renommer les séries ? Les mort ne sont pas « pour COVID », mais « avec COVID » dans vos sources. Les mots ont un sens.

    • Havoc // 23.04.2021 à 18h22

      Justement pas. Les statistiques sont basées sur ce que les médecins constatant le décès indiquent par saisie informatique anonymisée comme cause du décès; ils ne remplissent pas un champ portant sur l’état du malade lorsqu’il est décédé, mais bien sur les causes du décès. Et un mort de la Covid a des symptômes qui ne trompent pas: caillots sanguins et oxygénation insuffisante.

      • VVR // 23.04.2021 à 21h48

        Je vous invite a contacter Santé publique france au plus vite, ils se plantent dans la definition depuis plus d’un an. Et en plus cela veux dire que l’on ne respécte pas les recommandations de l’OMS.

        • Havoc // 24.04.2021 à 10h22

          Désolé mais je ne vois pas où se situe le problème. Le nombre de gens morts avec une Covid mais en réalité d’une autre affection restée invisible au corps médical doit être tellement infime qu’on se demande ce qui vous conduit à perdre votre temps avec ce problème.

          • VVR // 24.04.2021 à 13h04

            Les chiffres CI-VIC ne sont pas les données de causes de mortalité de l’inserm, avec l’enchainement causal d’un coté et les comorbidités de l’autre. Ces chiffres là, à moins que l’inserm mettent un gros coup de cravache sur la codification, on les aura dans 4 ans.

            C’est un indicateur spécifique: le chiffre recouvre tout patient MCO ayant un COVID confirmés biologiquement ou présentant une TDM thoracique évocatrice d’un COVID. Il n’y a que dans les autres services ou le signalement est conditionné par des soins spécifiques au COVID.

            Le problème se situe dans les valeurs même données par cet indicateur: le bilan de la première vague était de 18237 morts à l’hôpital, pour une surmortalité réelle de 26243, ce qui est cohérent. Pour 2021, arrêté au 15 mars, on était à 20625 morts à l’hôpital pour une surmortalité de 16052 par rapport à 2020.

            • Havoc // 24.04.2021 à 18h58

              Je suis conscient de ce que ça n’explique pas tout, mais lors de la première vague, les routes de France étaient pratiquement désertes. Cela me semble délicat de comparer une période qui comprend une situation aussi hors-normes que le premier confinement, avec les périodes ultérieures, où l’on vit presque normalement.

  • Cyrano 78 // 23.04.2021 à 11h22

    L’explication de la fin du troisième confinement est tout sauf médicale !!
    Tout à commencer quand le Ministère de l’intérieur a « avoué », officiellement publié, les formidables résultats de LREM aux municipales 2,2% !! Et cela avec un certain retard et une grande discrétion de la presse.
    Dés lors Macron ou LREM (d’ici peu ce sera strictement la même chose) a décidé de TOUT faire pour éviter une autre raclée aux régionales à un an des présidentielles.
    Donc il fallait reculer les régionales APRES les présidentielles.
    La ficelle étant un peu trop grosse, Larcher (président du sénat) a dit qu’en cas de report il irait au conseil constitutionnel, les autres partis disaient OK pour octobre non pour 2022, LREM était dans une impasse.
    Faire les régionales et les départementales en octobre était pire car plus prés des présidentielles. donc On maintient les élections en juin, décalées d’une semaine pour faire semblant de sauver la face.
    Dés lors le maintient du confinement et ses conséquences économiques n’avait plus de raison d’être…
    Le reste c’est de la com!
    Merci à tous de rester éveillés dans le brouillard des manipulations et des éléments de langage.

  • Sandrine // 23.04.2021 à 11h43

    Macron va rouvrir le pays, alors que cela ne va guère mieux. Oui, si l’on reste fidèle à la manière dont l’impact de ce nouveau coronavirus sur la population humaine a été étudié jusque-là, c’est un fait, ça ne va guère mieux… Et pourtant, les pouvoirs politiques décident maintenant d’ignorer les « données sanitaires » dont ils faisaient grand cas auparavant. C’est vrai tout particulièrement en France. Mais pas seulement en France.
    Le signe qu’en haut lieu, on pense qu’il faut maintenant passer à autre chose ? Le Corona reset aurait-il fait long feu?

    Vous avez remarqué comme l’on re-parle beaucoup en ce moment du climat et de l’environnement ?

    Même sur les Crises, ce sujet revient de plus en plus souvent.

    • bogdan // 23.04.2021 à 12h52

      peut-être que l’on reparle de climat et environnement à l’occasion de la loi sur le climat et aussi de la journée de la Terre.

      il ne fait pas voir systématiquement une arrière pensée malsaine derrière chaque événement (je trouve d’ailleurs que c’est un peu le travers de les-crises où si quelque chose réussit, on n’en parle pas ou mieux, on dit que c’est pour cacher quelque chose qui ne marche pas.)

      Et puis ce sont 2 sujets hyper importants. Non ?

    • paulo // 23.04.2021 à 16h36

      @Sandrine
      C’est tout à fait ça : il faut passer à autre chose , il suffit de constater la tendance des grands médias mainstream ces dernières semaines . Pour Macron il s’agit de relancer la machine avant les présidentielles , tout en entretenant la campagne de vaccination histoire de démontrer qu’on fait ce qu’il faut faire et éviter de se retrouver devant un tribunal dans une décennie …

  • Tullius D. // 23.04.2021 à 12h06

    Plus vous nous montrer vos graphiques, plus j’enrage. Quelle superbe opportunité d’appliquer une politique zéro-Covid avons-nous loupée en juin-juillet 2020 !! Tout ça pour sauver l’été 2020. Résultat : l’été 2021 sera pire. Et probablement 2022, 2023, … quand je vois sur les graphiques l’effet de moins en moins grand des mesures de confinement.

    • Sandrine // 23.04.2021 à 12h28

      Non ce n’était pas pour sauver l’été. Il suffisait de mettre en place une politique de « tracer-isoler » comme l’on fait bien d’autres pays avec les mêmes standards « démocratiques » que nous.
      Pourquoi n’a-t-on pas fait les efforts suffisants pour généraliser l’emploi de l’application Stop Covid par exemple ? Alors que maintenant on parle de fichage de la population « facilités » dans le cadre des lois dites de « sécurité » et de « passeport vaccinal «  autrement plus lourds d’impacts en terme de liberté individuelle que ne l’aurait été cette application de traçage ?

      Mon explication est qu’on a eu peur que l’explosion du nombre de « cas contact » dans les professions « indispensables »( manutentionnaires, infirmiers, éboueurs, etc.etc.) ne paralyse l’économie. Mais peut-être a-t-on tout simplement cru que les « mesures barrière » seraient suffisantes pour contenir les contaminations. Et que ces vaccins de nouvelle génération (arn messager, etc.) que l’on étudie depuis au moins une vingtaine d’années allait de toute façon régler le problème.
      Le gros problème avec ce virus, c’est qu’on ne sait toujours pas précisément ni comment il est apparu, ni quels sont ses mécanismes de transmission et d’infection …

      • Deres // 28.04.2021 à 15h19

        Ils ont essayé … et ont échoués comme à chaque fois …

        C’était la politique officielle mais il n’y avait pas assez de moyens de tests. On attendait les livraisons chinoises ! En plus, il y avait comme d’habitude en France des querelles administratives. Dans les faits, les hôpitaux ont montés de toutes pièces des laboratoires de tests tout nouveaux tout beau au frais de la princesse et freinait des deux pieds pour faire tester par les autres laboratoires en attendant d’être prêt. Après réception du matériel, ils manquaient de laborantins qu’ils a fallut débaucher ailleurs, puis ils ont épuisé leurs stock de produit, etc …

  • Aquarius15 // 23.04.2021 à 12h14

    S’il y avait réellement 6000 personnes Covid en réa, ça voudrait dire que 1000 dormiraient par terre (5080 lits au total) et qu’on laisserait crever toutes les autres urgences vitales. Un peu de serieux !!!

    • Bogdan // 23.04.2021 à 12h47

      Il y a de nombreux lits de réa dans le privé (au moins 1 000 en routine) en plus des 5 000 de l’hôpital public.

      De plus il y a plusieurs catégorisations de lits en réa (personnes admises dans un service de réanimation et celles qui le sont « en unités de soins intensifs et en unité de surveillance continue ».)

      Bref rien n’est clair (et je ne comprends pas pourquoi l’état ne fait pas en sorte que cela le soit.) Enfin, si je crois que je comprends : moins on donne d’info aux citoyens, moins ils peuvent « contrôler. »

    • grumly // 23.04.2021 à 15h49

      Les 5000 lits de réanimation c’était le chiffre avant le coronavirus. Au 1er pic en mars 2020 il y avait 10 000 lits de réanimation. Ensuite ça a diminué, début avril 2021 7900 lits et Macron compte revenir à 10 000 lits.
      https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/covid-19-de-quels-moyens-disposent-encore-les-hopitaux-pour-ouvrir-des-lits-en-reanimation-4035813

    • VVR // 24.04.2021 à 01h30

      C’est surtout que ces 5962 personnes ne sont pas en réa. Le chiffre correspond à: « patients hospitalisés développant une forme grave et admis en service de réanimation (SR), en unité de soins intensifs (SI) ou en unité de surveillance continue (SC) ». Les 3 ne correspondent pas du tout à la même réalité.

      La grande question serait: mais quand ils parlent du nombre de lits de réa, c’est SR+SI+SC ou SR uniquement ?

  • John // 23.04.2021 à 13h22

    Ne serait-il pas intéressant de rechercher les personnes qui ont eu la maladie pour éviter de les (ré)vacciner et ainsi réserver les vaccins à ceux qui n’ont pas rencontré la maladie?

    • Julie // 23.04.2021 à 21h51

      Oui, d’autant plus que face aux effets secondaires/réaction immunitaire trop forte de certaines personnes, Pfizer a dit soi-même qu’une seule dose suffisait pour les personnes qui l’ont déjà eu… Mais en l’absence de dossier médical centralisé en France… et du fait que les élites n’ont pas intérêt à être désignées comme « propagateurs » bien que ce soit eux qui voyagent le plus… on est mal barrés.

      • Julie // 24.04.2021 à 09h54

        Une étude vient de démontrer que pour les gens qui ont déjà eu le covid, leur résistance marche mieux que la plupart des vaccins, ou tout aussi efficacement (sur des cohortes de plusieurs milliers d’infirmier/ères en Angleterre)
        https://sebastianrushworth.com/2021/04/24/covid-prior-infection-vs-vaccination/
        https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(21)00675-9/fulltext

        • Havoc // 24.04.2021 à 10h26

          Comment étudier une cohorte de patients ayant déjà « eu une Covid » sachant que beaucoup d’entre ceux qui ont contracté ce virus n’ont pas eu de symptômes, mais surtout que beaucoup d’entre eux ont eu des symptômes mais sans les rapporter à la Covid ? Cela rend une telle étude plutôt délicate car on ne va pas intégrer à l’étude des personnes qui ont bien contracté ce virus, mais qui ont eu une réaction immunitaire si faible qu’elle ne les protège pas du tout contre une ré-infection. Du coup, les résultats de cette étude dépendent surtout du corpus que l’on étudie.

          Après, je dis cela, ça m’arrangerait si c’était aussi démontré car j’ai eu la Covid.

          • chris // 26.04.2021 à 16h48

            Ma fille de 23 ans a eu le covid deux fois a 3 mois d’intervalle avec le variant anglais la seconde fois test pcr l’attestant. Davantage de fatigue la seconde fois.

  • Kiwixar // 23.04.2021 à 14h06

    Petit florilège « best of »
    Mitterrand : « Nous sommes dans une logique de guerre. »
    Chirac : « Ça m’en touche une sans faire bouger l’autre. »
    Sarkozy : « Eh ben casse-toi pôv con. »
    Hollande : « Mon ennemi, c’est la finance. »
    Macron : « Je ne dirais pas que c’est un échec, je dirais que ça n’a pas marché… »

    Va pas falloir attendre 500 ans pour profiter des prouesses de Dwayne Elizondo Mountain Dew Herbert Camacho (Idiocracy).

  • ManuPT // 23.04.2021 à 14h30

    Ce serait intéressant de rajouter le Portugal.

    Le Portugal a l’idée absurde d’ouvrir ses frontières pendant Noël 2020, donc il a importé le variant anglais, sud-africain, brésilien, etc.

    Puis il a confiné pendant deux mois et maintenant il peut ouvrir ses bars, restaurants. Le seul hic est le taux de vacciné qui ne s’élève qu’à 17%

    Pourquoi le Portugal est intéressant ? Car c’est un pays du continent qui possède une frontières avec l’Espagne, dont une grosse part du PIB repose sur le tourisme, parce que c’est un pays qui a sa population très âgée.

    Mais peut-être que c’est plus intéressant de parler de pays plus brillants comme le RU, Israël ou la NZ….

    Encore le regard du Nord qui s’abat sur le Sud…

  • Isabelle // 23.04.2021 à 15h21

    Merci. Olivier, de votre analyse: la gestion de la pandémie est minable en France. Il y a une simple ARITHMETIQUE à partir de 10 ans :
    La France et l’Allemagne sont des Etats dans l’union Européenne.
    L’EU n’a pas la stratégie zéro-covid, comme la Norvège, l’Islande, etc …
    Ce 15 avril 2021, bilan de l’Europe :
    ** l’Allemagne a 80 000 décès du covid, soit 1°/°° de la population (83 millions)
    ** la France a 100 000 décès du covid, soit 1,5 °/°° de la population ( 67 millions).
    Donc un excès de morts sur la France, soit 35 700 décès.
    Pourquoi ?
    C’est des pays semblables, avec des habitudes connues … et en plus, dans le point de vue politique, avec les mêmes règles administratives européennes. Et il y a toujours une pandémie.
    Une solution simple ? Mme Markel, fatiguée, part de son gouvernement, M. Macron veut être de nouveau représenté, bien frais . Il a tué les 35 700 personnes.
    Révolution ? Prison? cour pénale internationale de la Haye ? Ça, c’est beaucoup plus amusant « tout ensemble »
    Amities

    • Havoc // 23.04.2021 à 18h29

      Ce n’est pas aussi simple. A un moment m, l’Allemagne s’en sort mieux que la France. Mais il n’existe aucune assurance que dans six mois, un an, l’Allemagne n’ait pas à déplorer plus de décès par million d’habitants que la France. Les foyers épidémiques partent comme des départs de feu et peuvent renverser toutes les certitudes en quelques semaines. Souvenez-vous des gens qui, il y a quelques jours, nous expliquaient doctement que l’Inde n’avait rien à craindre de la Covid, parce que ceci, parce que cela, parce que l’Ivermectine. Aujourd’hui, on sait ce qu’il en est.

  • BOBAM // 23.04.2021 à 16h51

    Renaud Piarroux propose ici ses explications sur la maîtrise d épidémies , notamment de Choléra en Haïti , et expose aussi les stratégies gouvernementales ( parfois retenues dans certaines situations ) , pour ce qui est du Covid actuel, il est assez formel : quand ça va redescendre à un niveau moins critique, confiner et vacciner en masse. or notre épidémiologiste stratosphérique Élyséen va réouvrir les vannes
    — ça risque de camphrer https://youtu.be/eLwiJwnrpEU

  • JP // 23.04.2021 à 18h30

    Mais pourquoi vous prendre la tête ???? Les beaux jours arrivent avec obligatoirement une baisse épidémique liée au Soleil et au climat. Maintenant Il faudra attendre la mauvaise saison et l’année prochaine pour avoir une vague idée de la suite des évènements. Le pessimisme systématique n’a jamais mené à rien. Et pour faire face aux énormes conséquences économiques à venir il va falloir beaucoup d’optimisme, de courage et de jeunesse d’esprit !!!!!!!!!!!!!!!!

    • Yanka // 26.04.2021 à 02h03

      Bah, un petit reset des familles et ça ira tout de suite beaucoup mieux !

    • Zakfa // 27.04.2021 à 09h05

      Je crois je l’Inde a un climat plutôt sympa et pourtant l’épidémie explose.
      Nous allons nous peler les variants, c’est une certitude.
      L’an passé, le confinement avait remis les.compteurs a zéro en mai. Nous avons juste kiffé la life en été. Ce n’était pas raisonnable, mais humain.

      Là, on n’aborde pas l’été dans les mêmes conditions. Tout est au rouge et on accélère. Les technos croient que le vaccin est une potion magique, qu’il permet de dire « chat » au virus.

      1 vacciné = 1 problème en moins
      C’est la même logique qui permet a chaque gouvernement d’affirmer depuis le début des années 2000 que leur objectif est « 0 SDF ». Sur leur tableau excel, ils ont un nombre de places d’hébergement équivalent au estimation de SDF. Donc ça doit le’faire. Ils oublient juste qu’en chaque être humain, il y a un être humain qui sommeille. On ne leur apprend pas ça à l’ENA (mais le problème va bientôt être régler par Macron).

      Comme disaient les philosophes stone et Charden : l’été sera chaud…

    • Deres // 28.04.2021 à 15h25

      C’était cela le pari de Macron qu’il refuse maintenant d’assumer. Ne pas confiner car les beaux jours arrivent ainsi que la campagne vaccinal. C’est la méthode Hollande où l’on croit à sa bonne étoile et que les choses s’arrangent toute seul sans rien faire. Résultat, on a eu droit à une rechute de la température (avec gelées nocturnes catastrophiques) et une grande lenteur de la campagne vaccinal (3% de vaccinés en 3 mois …). Donc troisième vague et reconfinement. Bravo l’artiste ! Je voulais dire bravo l’épidémiologiste ! (Et le météorologiste au passage car tout le monde sait que la température peut redescendre avant la mi-mai pour les saints de glace).

  • Julie // 23.04.2021 à 19h10

    Comparaison France/Pays-Bas: il y a un an, positifs/mortalité à peu près similaire au taux français (on divise pas 3 pour la population des PB).
    Aujourd’hui, grosse différence: le taux de positifs est proportionnel au taux français, mais par contre la mortalité est ca 25 par jour, contre dix fois plus en France.
    Comme dit Ioannidis, c’est un scandale de santé publique et un massacre.

  • Alain // 23.04.2021 à 19h19

    Si cela ne va guère mieux, c’est que les mesures prises sont inefficaces, si elles sont inefficaces elles doivent être supprimées, donc macron a raison

    Et les morts ne sont pas des personnes pétantes de vie (sauf exception) et qui avait tout un avenir devant elles mais bien des personnes en fin de vie, n’ayant comme seul horizon quelques mois ou années généralement pénibles.

    Par contre tous ceux interdits de travailler avait bel et bien un avenir qui leur a été volé

    Ras le bol de ces statistiques qui ne sont pas capables de relativiser les conséquences réelles et qui met la vie biologique au-dessus de la vie humaine !!!

    • Julie // 23.04.2021 à 21h54

      ce qui marche, par ex en Italie et en Espagne, ce sont les confinements régionaux autour des clusters. ce que Macron fait, c’est encourager des déplacements de populations à l’international comme à l’inter-régional… mais bon, il sait qui vote pour lui, n’est-ce pas?

    • Mugronhaurietnerbis // 24.04.2021 à 12h36

      Bon sujet pour un oral de bac :
      « Des personnes en fin de vie, n’ayant comme seul horizon que quelques mois ou années généralement pénibles » sont elles encore des êtres humains? doit on protéger leur vie même si elle n’est pas pétante?
      Vous argumenterez en vous appuyant sur « Crime et châtiment » de Dostoïevsky ou sur « Si c’est un homme » de Primo Lévi.

  • Baybee // 23.04.2021 à 22h14

    Et pourquoi pas ! rouvrir avec les beaux jours conjointement avec la montée en puissance des vaccins et fermeture des classes si un cas est avéré (les lycéens partiront plus tôt en vacances … mais quid du bac de cette année et des autres diplômes ?!) et quid des variants à maîtriser ?!… sic
    Il y a 3/4 des cas qui sont asymptomatiques, il me semble, mais le gros problème est la place dans les hôpitaux ! pas facile ; si le gouvernement Macron table sur l’immunité collective, on voit ce que cela donne en Inde et au Brésil avec la remontée des cas, mais aussi avec un virus un peu similaire qu’est la grippe où cette stratégie n’a pas marché …
    à voir donc si les hôpitaux arrivent à continuer de suivre ; mais il ne faudrait pas que cela devienne une habitude 🙁

    • Deres // 28.04.2021 à 15h27

      C’était le pari non dit de Macron de compter sur les beaux jours et la campagne haletante de vaccination. Il a donc doublement perdu et les français payent les pots cassés.

  • RetouràlaRaison // 23.04.2021 à 22h48

    Sans doute serais-je de nouveau censuré, mais bon je rappelle que :

    – Les morts ‘dus’ au COVID on en moyenne 83 ans (source INSEE)
    La mortalité de 2015 par âges était plus élevée qu’en 2021 (source INSEE)
    – que malgré les 300 morts quotidiens ‘dus’ au COVID, la mortalité 2021 = mortalité 2019 depuis début Février (source INSEE)
    – que la population française vieillit et que statistiquement on aura 13000 morts de plus par an jusqu’à atteindre un plateau de 800.000 décès par an (source INSEE)

    Bref, aucune raison de transformer la France en un goulag géant, via le confinement

    Vivez et raisonnez

    Bonne soirée

    • Mugronhaurietnerbis // 24.04.2021 à 11h05

      « Vivez et raisonnez »:
      Je propose qu’au lieu de la deuxième dose , on propose le choix à tous les plus de soixante quinze ans de pouvoir boire une décoction de ciguë ,cela leur épargnera des années d’attente dans de mauvaises conditions d’une mort qui ne saurait que venir dans les prochaines années, années qui de toute façon seront pénibles, douloureuses et coûteront à la collectivité… En plus entre le moment où ils auront bu et l’issue, ils pourront toujours vivre intensément à l’épicurienne en carpant le diem ou raisonner à la Socrate en proposant aux joyeux drilles leur expérience (tré)passée .

    • Baybee // 25.04.2021 à 18h59

      « Vivez et raisonnez »:
      Je propose qu’on mettent le surplus de patients dûs au covid sur le parking de l’hopital et qu’on ne décale pas les soins pour les autres pathologies comme on le fait !… je propose qu’on surcharge donc encore plus les hopitaux car les soignants, c’est vrai sont corvéables à merci …

      Bref, aucune raison de transformer la France en un goulag géant, via le confinement

      Vivez et raisonnez

  • Hong xiu quiang // 24.04.2021 à 07h35

    Je me pose des questions sur l’aspect erratique de la courbe de la France sur le graphique de la John Hopkins University (cas par millions d’habitants). Pourquoi des mouvements aussi abrupts que l’on est les seuls à avoir?

    Est-ce le reflet du « en même temps » de Macron ?

    • VVR // 24.04.2021 à 20h20

      Non, c’est juste qu’ils ont des difficultés a traiter les données Francaises:
      France does not report new data for cases every day. Instead it publishes periodic updates that are “back-distributed” across the database, meaning any new figures are applied to their respective previous days. The daily cases totals reported on the Coronavirus Resource Center are derived by subtracting the previous day’s cumulative case count from the current day’s cumulative case count. Until we modify the data to reflect France’s back distribution, the count may appear as a spike in the data.

      • Deres // 28.04.2021 à 15h31

        On ne va quand même pas faire comme les autres idiots de tous les pays du monde. Nous on fait comme on a appris dans notre Haute Ecole Administrative fondé en 1960 qui a le savoir suprême ultime et définitif et que tout le monde nous envie (mais ne le sait pas).

  • El Hierro // 24.04.2021 à 15h02

    Vous écrivez :
    ‘ ‘ Ceci confirme bien le potentiel de mortalité du Coronavirus que nous évoquions dès le début de l’épidémie : 200 000 à 300 000 morts, vu qu’en mai, environ 20 % de la population aura été touchée, et que des exemples brésiliens ou italiens ont montré qu’il pouvait monter à 50 ou 60 % de personnes contaminées. ‘ ‘
    L’épidémie du printemps 2020 a fait dans les 30 000 décès décomptés. En été 2020 ni les rassuristes ni les alarmistes n’avaient d’argument solide quant à une deuxième vague, les uns estimaient que l’épidémie s’éteindrait comme toute épidémie normale avec l’immunité naturelle, les autres affirmaient qu’il y aurait un rebond. Tous se sont trompés, ni rebond ni arrêt, ce sont des variants différents qui ont sévi depuis septembre. Puis le variant anglais en 2021.

    A en croire le paragraphe cité, seul le site « les Crises » (et Macron) savaient que la vague 1 serait suivie de plusieurs épidémies liées à des variants permettant de contourner l’immunité naturelle et contaminer 50 ou 60% de la population , chose que la vague 1 n’a PAS réalisée. Et ainsi , les variants successifs permettront d’atteindre 200 000 victimes.
    Soit vous êtes devins (et cachottiers) soit de mauvaise foi ? ou je n’ai rien compris (ce qui est certes fort possible)

    • grumly // 24.04.2021 à 16h55

      Les 80 000 morts cumulés à la fin du 2eme pic de novembre-décembre sont dûs à la souche historique, pas à un autre variant. Le variant anglais n’a été significatif en France qu’en janvier et il est devenu majoritaire en février. Il n’est responsable que des 20 000 derniers morts. Ce n’est pas une autre épidémie comme le dit Emmanuel Macron, c’est la même qui continue et d’autres souches prennent le relais.

      • El Hierro // 02.05.2021 à 00h04

        « Les 80 000 morts cumulés à la fin du 2eme pic de novembre-décembre sont dûs à la souche historique, pas à un autre variant.  »
        J’ai une autre version, avec des sources maintenant que les variants issus d’un élevage de visons de l’Ouest de la France ont été séquencés.

        J’aimerais connaitre les critères du modérateur , on les trouve sur le site ?
        [modéré]

  • BA // 24.04.2021 à 17h46

    Covid-19 : en Inde, le nombre de décès quotidiens s’envole, les hôpitaux débordés.

    L’Inde a franchi samedi un nouveau seuil du nombre quotidien de décès dus au Covid-19, avec plus de 2 600 morts en vingt-quatre heures.

    L’Inde a franchi, samedi 24 avril, un nouveau seuil du nombre quotidien de décès dus au Covid-19, alors que le gouvernement se bat pour tenter de fournir de l’oxygène aux hôpitaux, débordés par des centaines de milliers de nouveaux cas.

    Au cours des dernières vingt-quatre heures, 2 624 décès liés à la maladie ont été recensés, un nouveau seuil, qui porte le nombre total des morts officiellement recensés depuis le début de la pandémie à près de 190 000 dans ce pays de 1,3 milliard d’habitants.

    https://www.lemonde.fr/planete/article/2021/04/24/covid-19-en-inde-le-nombre-de-deces-quotidiens-s-envole-les-hopitaux-debordes_6077910_3244.html

  • mdacier // 26.04.2021 à 11h45

    « Covid-19 : Ca ne va guère mieux, donc Macron rouvre le pays. Par Olivier Berruyer » …

    Macron rouvre le pays ??? – Ah bon ?

    On n’a donc plus de couvre feu ?
    L’Etat d’urgence sanitaire n’est pas prolongé …

    ???

    • Deres // 28.04.2021 à 15h33

      Non, c’est juste qu’il a peur d’une révolte donc il annonce à l’avance qu’il va réouvrir à la fin du confinement dans quelques semaines. Bon, il a déjà fait de genre d’annonce tombant dans l’eau. Vous vous rappelez des 4 à 6 semaines avant la fin du couvre-feu ?

  • Gui // 30.04.2021 à 10h59

    A lire entre les lignes de l’auteur, il faudrait que tout le monde reste bien chez soit jusqu’à… Jusqu’à quand au fait?
    Il faudrait fermer les écoles, au détriment des enfants donc, pour que les personnes agées puissent mourrir un peu plus tard en étant isolées.

    N’oublions pas que l’objectif annoncé a toujours été de réduire les tensions hospitalière et non d’éradiquer un virus spécifique à tout prix. Apparement Macron a sorti une solution de son chapeau pour soulager ces tensions dans les hopitaux. Ou alors les critères précédents étaient exagérèment bas.

    En attendant, toujours pas d’étude ni de débat sur les bénéfices/risques des mesures de confinement (ni des masques sur les jeunes enfants). La santé est reléguée au second plan ce qui est quand même un comble.

  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications