Les Crises Les Crises
2.novembre.20212.11.2021 // Les Crises

En France, des manifestants présumés coupables – Amnesty International

Merci 21
J'envoie

En France, ces dernières années, la répression des manifestations est d’une ampleur inédite. De nombreux manifestants pacifiques se retrouvent dans le viseur des autorités.  

Source : AmnestyFrance, Youtube

En septembre 2020, nous lancions l’alerte sur la stratégie dite de «judiciarisation du maintien de l’ordre». Une stratégie plus qu’inquiétante. Un an après, nous sommes partis à la rencontre de celles et ceux qui se sont retrouvées dans une spirale judiciaire infernale, pour avoir manifesté. Ils nous racontent. 

Source : AmnestyFrance, Youtube, 29-09-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Auguste Vannier // 02.11.2021 à 10h48

Excellent document dont je peux reprendre à mon compte l’essentiel des propos:
-témoin de violences policières injustifiables, j’ai peur d’aller manifester;
-témoin d’arrestations et de gardes à vue arbitraires de citoyens pacifiques, j’ai peur d’aller manifester;
-j’ai vu sous cette Présidence Macron, les gardiens de la paix se transformer en force de répression, les parquets en outils politiques, j’ai peur d’exercer mes droits de citoyen.
Le plus grave, cette terrorisation a eu prise sur moi, je me sens atteint dans ma dignité et j’ai honte pour mon pays.
J’espère que je nous serons nomreux à nous rappeler de ces 5 ans de Macronisme, couronnés par une gestion calamiteuse du cirque covidesque…et la promotion intéressée d’un pantin médiatique comme Zemour!

13 réactions et commentaires

  • Olivier // 02.11.2021 à 08h59

    Qui a vu « Un pays qui se tient sage » de David Dufresne diffusé hier et avant-hier à la télévision suisse romande?

    Même sujet. Qui ne passera jamais à l’ORTF…

    Pour cause de dénonciation des violences policières qui n’existent pas selon Macron.

      +14

    Alerter
  • RGT // 02.11.2021 à 10h25

    N’oublions jamais que la « tolérance » vis à vis des manifestants est un phénomène isolé qui a commencé au XXème siècle, et plutôt vers sa fin.

    Aussi loin que l’on puisse remonter dans le temps les « gueux » qui contestaient les « décisions éclairées » des « élites » ont systématiquement été traqués et exterminés sans état d’âme par ceux qui détenaient le privilège (« divin », « républicain » ou « autre ») d’imposer leur volonté à l’ensemble de leurs congénères en se basant sur des « règles » ou « lois » immuables qu’ils avaient eux-mêmes proclamés et qui leur permettaient de maintenir leur statut de manière « légale » (« légitimes » à leurs yeux) en écrasant toute forme de contestation.

    En fait, le « durcissement » de la répression des contestataires n’est finalement qu’un simple retour aux « traditions ancestrales » qui ont permis à des régimes autoritaires de se maintenir pendant des siècles sans risquer toute forme de concurrence.

    Et quand un régime autoritaire était « victime » d’une « révolution » c’était dans la majorité des cas une élite vieillissante et dégénérée qui se retrouvait remplacée par une autre « élite » aux crocs plus acérés qui la remplaçait en se basant sur de nouveaux concepts de « légitimité » qui paraissait plus « modernes » en fonction de l’époque.

    Ainsi les grandes monarchies bâties à la fin du moyen âge se sont construites sur la « volonté divine » car c’était à l’époque un principe très « progressiste », puis au XVIIIème siècle ce concept a été basé sur une « égalité » de tous les « citoyens » (avec cependant un faible pourcentage qui étaient largement plus « égaux » que les autres).

    Rien de neuf au niveau de l’humanité.

    Les « élites » préservent leurs fesses et leurs privilèges en traquant méthodiquement les contestataires (surtout s’ils sont pacifiques – on ne craint pas de se prendre une balle perdue) pour que ce système de caste perdure aussi longtemps que possible.

    Et quand la population sera lassée de se faire maltraiter par cette caste, de nouveaux « libérateurs » opportunistes viendront l’enfumer pour être « calife à la place du calife » et tout recommencera.

    À moins que l’humanité comprenne enfin que confier son sort à une quelconque « élite éclairée » ne mène qu’à la misère et la dictature (dure ou douce) et que la constitution doit être rédigée par ceux qu’elle doit protéger, avec entre autres l’obligation pour les « élites » de se conformer strictement aux ordres de la population sous peine de sanctions aussi féroces que celles actuellement utilisées par les « élites » pour réprimer les souhaits populaires.

    Ça s’appelle l’anarchie au sens noble du terme : Absence de pouvoir centralisé, chacun détenant à part égale le droit de proposer ou de bloquer une décision arbitraire qui ne favorise que certains au détriment de la majorité.

      +23

    Alerter
    • utopiste // 04.11.2021 à 12h19

      Les anarchistes me font toujours rire. Nous sommes d’accord sur tout sauf sur l’organisation indispensable à la société et à l’espace. Comment administrer sans administration ? Comment punit-on les resquilleurs, brutes et autres petit chefs en devenir ? Quelles lois ? Comment évite-t-on les manipulations de toutes sortes ? Qui parle avec nos « partenaires » étrangers et avec quelle autorité ?
      L’Anarchie ça fonctionne à petite échelle, au-delà il faut organiser.la Démocratie (avec une majuscule).

        +1

      Alerter
      • Incognitototo // 04.11.2021 à 14h42

        Il n’y a pas un seul anarchisme. Beaucoup soutiennent qu’une période de transition (le temps notamment que les structures autogérées se mettent en place) sera nécessaire pour se passer totalement d’État, d’autres militent pour une « minarchie » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Anarchie,_%C3%89tat_et_utopie

        Mais en tout état de cause, personne ne décidera pour nous (ce qui a toujours été le début de la fin de toutes les expériences communistes) et c’est ça la réelle différence avec les autres partis de gauche.

          +1

        Alerter
  • Jean // 02.11.2021 à 10h29

    Brèves de Manif : « Si la crise était sanitaire on embaucherait des infirmières, pas des vigiles. »

      +21

    Alerter
    • RGT // 03.11.2021 à 09h35

      Impossible.

      La majorité des infirmières est actuellement soit handicapée suite aux actions « bienveillantes » des « forces de l’ordre » soit incarcérées car elles ont osé manifester se rebeller contre la décision « éclairée » des « élites » de « faire cesser le gaspillage » (en ruinant le système de santé public).

      Quant aux autres, elles sont allées faire les ménages ou récurer les fosses septiques dans des entreprises de nettoyage (principalement pour parvenir à survivre) et participent donc activement à la politique de privatisation souhaitée par le gouvernement.

        +5

      Alerter
  • Auguste Vannier // 02.11.2021 à 10h48

    Excellent document dont je peux reprendre à mon compte l’essentiel des propos:
    -témoin de violences policières injustifiables, j’ai peur d’aller manifester;
    -témoin d’arrestations et de gardes à vue arbitraires de citoyens pacifiques, j’ai peur d’aller manifester;
    -j’ai vu sous cette Présidence Macron, les gardiens de la paix se transformer en force de répression, les parquets en outils politiques, j’ai peur d’exercer mes droits de citoyen.
    Le plus grave, cette terrorisation a eu prise sur moi, je me sens atteint dans ma dignité et j’ai honte pour mon pays.
    J’espère que je nous serons nomreux à nous rappeler de ces 5 ans de Macronisme, couronnés par une gestion calamiteuse du cirque covidesque…et la promotion intéressée d’un pantin médiatique comme Zemour!

      +24

    Alerter
  • douarn // 02.11.2021 à 12h08

    En complément, je voudrais vous inviter à regarder l’interview glaçant de Lin Junyue, sientifique chinois ayant inspiré le système de crédit social au gouvernement chinois.
    https://youtu.be/3tWf9TOYIVw?t=248

    Il dit à partir de la 8e minute avec le sourir que si E. Macron avait adopté le système de crédit social à la chinoise* il n’y aurait jamais eu de crise des gilets jaunes. Pas de gilet jaune donc pas d’interpellation abusive comme le rappel ici amnesty international, mais la considération inhumaine par nos « élites » que les individus ne se résument qu’à des données et la mise en place d’un cadre d’autosurveillance et d’autocensure généralisée. Quel triste monde…

    *dont on peut probablement considérer que le pass sanitaire en est la première pierre par la surveillance numérique, la conformation aux injonctions des mesures qui émanent du conseil de défense et la différenciation sociétale qu’il met en oeuvre

      +6

    Alerter
    • Savonarole // 02.11.2021 à 14h28

      Le crédit social à la chinoise, tous nos dirigeants ont juré leurs grands dieux qu’ils trouvaient ça inhumain … et ils s’appliquent tous à le mettre en place.
      Ne les laissons pas faire.

        +3

      Alerter
      • Olivier // 02.11.2021 à 17h46

        Avant de dire des bêtises sur le « crédit social » en Chine, lisez donc ceci:

        https://histoireetsociete.wordpress.com/2019/10/11/revue-esprit-chine-comprendre-le-systeme-de-credit-social/

        Est-ce tellement mieux de se faire filouter en France où la confiance est une denrée très très rare?

          +5

        Alerter
        • Dede // 03.11.2021 à 14h26

          Et sérieusement, vous croyez que cet outil d’agrégation de toutes les actions d’un individu, enregistrées et rendues accessibles à diverses autorités, assorti d’une graduation sans jugement de privation de diverses libertés ne sera pas un outil de manipulation, de sélection, d’anticipation, de dévoiement du libre arbitre à l’échelle individuelle ? Et selon les normes de qui ?
          Et vous pensez que ce sera l’ultime outil pour sceller la confiance afin d’optimiser les échanges et désamorcer les mouvements sociaux ?
          On pourra donc, au nom du principe d’ordre public brimer, stigmatiser et priver de libertés un individu et ses enfants… quand bien même ils crèvent de faim, ou bien sont l’objet de décisions injustes contre lesquelles ils pourraient s’insurger.

          Horreur suprême !

          Pseudo liberté sous contrôle d’une caste.

          Le moyen-âge est de retour, version numérique. On pourra pas décapiter l’algorithme…

            +8

          Alerter
  • Guadet // 05.11.2021 à 11h52

    Le fascisme, c’est Macron. Aujourd’hui où tout est traité de fasciste, de Mélenchon ou les écolos jusqu’à Zemmour, il est important de voir d’où vient le vrai danger, le plus anti-démocratique, le plus totalitaire, le plus puissant.

      +2

    Alerter
  • clauzip12 // 06.11.2021 à 19h28

    Après avoir vu et revu la violence avec laquelle les manifestants ont été traités par la pouvoir politique par l’intermédiaire des forces de l’ordre.
    J’évite de rappeler quels sont les grands prêtres du néolibéralisme sur les quels Macron s’appuie avec une croyance absolue.
    L’analyse de leurs fondamentaux laisse apparaitre que le marché libre et la concurrence non faussée constituent les mantras intouchables.La société doit s’organiser sur ces piliers.
    Il apparait que la démocratie ,la société et ses diverses aspects démocrfatiques ne doivent et ne peuvent agir sur application des lois premières,le marché.
    Le président Macron,ultra libéral s’il en est,a réagi comme l’église au XIIIIsiecle et apres en passant par le bûcher tous les gens contestataire des dogmes catholiques.(Tout le monde n’est pas chanoine ne serait ce que d’honneur)
    Ainsi ce personnage disposant de pouvoirs politiques énormes attribués temporairement par l’appareil démocratique exerce le pouvoir politique en prenant la référence de l’ultralibéralisme,opposé à la démocratie.
    L’UE et l’environnement politique international couché devant les USA appliquent cette philosophie,le marché libre et non faussé et la concurrence.
    Le précédent président de la commission de l’UE n’affirmait t il pas haut et fort qu’aucun vote démocratique ne pouvait modifier les règles de l’ UE qui sont au dessus du droit national.
    Il est constaté que le traité fondant l’UE édicte que le marché et la concurrence sont les bases de fonctionnement,ce n’est plus discutable.

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications