Les Crises Les Crises
3.décembre.20183.12.2018 // Les Crises

[Fume event] L’air des avions est-il toxique ? (Envoyé spécial)

Merci 39
J'envoie

Source : France 2, Envoyé Spécial, 26-04-2018

Les émanations de gaz toxique en avion surviennent en moyenne tous les 2 000 vols. Certains appareils sont même obligés d’atterrir en urgence. D’où viennent ces émanations ? Que risquent les passagers ?

Vous êtes confortablement installé dans l’avion. Vous décollez et soudain, en plein vol, vous sentez une étrange odeur de chien mouillé. Même chose dans la cabine de pilotage ! Ce type d’incident ne serait pas rare : baptisé “fume event” (pour “émanations de gaz”), il surviendrait en moyenne tous les 2 000 vols !

Parfois, c’est la panique pour l’équipage et les passagers : étourdissements, gestes incohérents… Certains appareils sont obligés d’atterrir en urgence, comme le vol de la British Airways BA286 à San Francisco en octobre 2016.

Que savent les compagnies aériennes ?

D’où viennent ces mystérieuses émanations ? Pourquoi certains pilotes et hôtesses de l’air sont-ils définitivement incapables de voler de nouveau après un “fume event” ? Que savent les compagnies aériennes ? Que risquent les onze millions de passagers qui montent dans un avion chaque jour ?

Un reportage de Marianne Kerfriden et Stéphane Conchon

Source : France 2, Envoyé Spécial, 26-04-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Deepnofin // 03.12.2018 à 09h13

Merci à F2 et Les Crises, je n’avais jamais entendu parler de cette affaire, et pourtant je suis plutôt féru d’aviation.
Première chose : apparemment, c’est le personnel de bord qui est le plus affecté. Il faudrait pouvoir déterminer la raison : probablement à cause de leur durée d’exposition, mais peut-être est-ce parce que le gaz est moins dense que l’air pressurisé, et donc toucherait plus le personnel de bord qui reste debout une grande partie du vol ? (les pilotes étant dans le cockpit, j’imagine que la densité de gaz dans cet espace confiné serait bien plus élevée que dans la cabine passager).

Ce genre de scandale (des vies brisées, des firmes qui cherchent à étouffer l’affaire…) est omniprésent dans notre Société. A chacun de se faire une idée ; mais je suis convaincu qu’on ne pourra rien résoudre efficacement tant que nous ne changerons pas totalement notre façon de fonctionner, en l’occurrence et à mon avis, le secret d’entreprise est néfaste pour la Santé Publique. La racine du problème semble donc être le libéralisme…? Je souhaite bon courage à toutes les personnes impliquées dans ces scandales, mais je crois que nous en sommes au stade où nous ne pouvons plus attendre : ces firmes puissantes emploieront toujours des sommes énormes pour étouffer ces affaires, en payant des scientifiques, politiques, jusqu’aux médias. La stratégie de l’attente : c’est le profit qui compte, et les personnes aux commandes sont intouchables, le système et la Justice étant ce qu’ils sont. Ainsi, il apparait urgent d’unir les gens qui s’attaquent à tous les scandales de ce type : ensemble, il deviendra bien plus évident aux yeux du grand public que tant que nous ne changerons pas en profondeur notre système, on subira ces évènements, dont on ne sait presque rien a propos des conséquences sur nous, de “l’effet coktail”, de l’impact sur l’environnement, etc. Tant qu’on restes isolés, c’est David contre Goliath (ils ont tellement de moyens que nos actions sont vouées à durer des plombes). Notre Santé et celle de l’Environnement nous sont fondamentales, et si nous cessions de tergiverser de peur d’avoir tort (je pense aux “zététiciens” du net qui, sans doutes malgré eux, ralentissent fortement la prise de conscience de ces problèmes), nous mettrions les bonnes cartes de notre côté pour pouvoir déterminer rapidement ce qu’il en est, et trouver ensemble les solutions pour empêcher ces ignominies.

13 réactions et commentaires

  • aladin0248 // 03.12.2018 à 08h57

    Wikipedia (fume event) permet de faire le tour de la question en moins de trois minutes. Le problème est aussi vieux que la nécessaire pressurisation des cabines.

      +5

    Alerter
    • Calal // 03.12.2018 à 10h41

      Donc les produits chimiques utilises dans les moteurs peuvent se retrouver parfois dans l’air intérieur des avions a la place d’être évacués a l’extérieur.Évacués a l’extérieur c’est a dire qu’ils tombent sur les mecs en dessous,les terriens,les rampants.
      Mais c’est pas du conspirationnisme façon chemtrail ça?

        +3

      Alerter
      • UnKnown // 03.12.2018 à 12h05

        La dilution dans l’air extérieur est quand même assez importante, à 10000 mètres d’altitude, avec les vents, les changements de densité de l’air, de température, etc… Les produits incriminés (Tricresyl phosphate, liquide de dégivrage, etc…) sont par ailleurs essentiels pour voler à une telle altitude. Plutôt qu’un haro sur ces rejets potentiels, je me tournerais plutôt vers les fabriquant d’avions, ou vers les compagnies exploitantes et leurs ateliers mécaniques.

          +1

        Alerter
        • calal // 03.12.2018 à 12h59

          /sarc on je prefere que les benefs soient reverses aux actionnaires pour qu’ils puissent se payer un jet prive et ne plus respirer ces “emanations”plutot que de gaspiller cet argent en recherche et developpement pour ameliorer le service vendu aux pig …clients ,les salaries j’en parle meme pas/sarc off on est tous le gilet jaune de qqun…

            +2

          Alerter
        • François Marquet // 03.12.2018 à 14h20

          D’autant qu’il semble que le Boeing 787 ait résolu une grande partie du problème en installant des compresseurs électriques, beaucoup moins polluants, pour pressuriser l’avion. La solution technique existait donc. Alors laxisme, pression des lobbies, pression des compagnies sur les plaignants?
          Une chose est sure, le coût humain devient visible, les plaintes vont se multiplier et les industriels et compagnies devront payer.
          http://syndrome-aerotoxique.com

            +2

          Alerter
  • Deepnofin // 03.12.2018 à 09h13

    Merci à F2 et Les Crises, je n’avais jamais entendu parler de cette affaire, et pourtant je suis plutôt féru d’aviation.
    Première chose : apparemment, c’est le personnel de bord qui est le plus affecté. Il faudrait pouvoir déterminer la raison : probablement à cause de leur durée d’exposition, mais peut-être est-ce parce que le gaz est moins dense que l’air pressurisé, et donc toucherait plus le personnel de bord qui reste debout une grande partie du vol ? (les pilotes étant dans le cockpit, j’imagine que la densité de gaz dans cet espace confiné serait bien plus élevée que dans la cabine passager).

    Ce genre de scandale (des vies brisées, des firmes qui cherchent à étouffer l’affaire…) est omniprésent dans notre Société. A chacun de se faire une idée ; mais je suis convaincu qu’on ne pourra rien résoudre efficacement tant que nous ne changerons pas totalement notre façon de fonctionner, en l’occurrence et à mon avis, le secret d’entreprise est néfaste pour la Santé Publique. La racine du problème semble donc être le libéralisme…? Je souhaite bon courage à toutes les personnes impliquées dans ces scandales, mais je crois que nous en sommes au stade où nous ne pouvons plus attendre : ces firmes puissantes emploieront toujours des sommes énormes pour étouffer ces affaires, en payant des scientifiques, politiques, jusqu’aux médias. La stratégie de l’attente : c’est le profit qui compte, et les personnes aux commandes sont intouchables, le système et la Justice étant ce qu’ils sont. Ainsi, il apparait urgent d’unir les gens qui s’attaquent à tous les scandales de ce type : ensemble, il deviendra bien plus évident aux yeux du grand public que tant que nous ne changerons pas en profondeur notre système, on subira ces évènements, dont on ne sait presque rien a propos des conséquences sur nous, de “l’effet coktail”, de l’impact sur l’environnement, etc. Tant qu’on restes isolés, c’est David contre Goliath (ils ont tellement de moyens que nos actions sont vouées à durer des plombes). Notre Santé et celle de l’Environnement nous sont fondamentales, et si nous cessions de tergiverser de peur d’avoir tort (je pense aux “zététiciens” du net qui, sans doutes malgré eux, ralentissent fortement la prise de conscience de ces problèmes), nous mettrions les bonnes cartes de notre côté pour pouvoir déterminer rapidement ce qu’il en est, et trouver ensemble les solutions pour empêcher ces ignominies.

      +16

    Alerter
    • jdautz // 03.12.2018 à 10h38

      C’est quoi ces “zététiciens” du net ? La zététique c’est l’art d’avoir l’esprit critique en éveil, avec une épistémologie scientifique : En vérifiant les données du discours et la véracité des faits avec méthode pour éviter de se laisser enfumer en prenant pour argent comptant ce que l’on vous dit même si le discours est séduisant ou “évident”.

      Au départ la démarche initiale était d’éclairer par la logique et les faits le “paranormal” et autres escroqueries “alternatives”, j’ai un peu de mal a comprendre le rapport dans la mesure ou c’est justement une démarche du type qui suscite le genre de questionnement de cet article, et en plein dans la démarche de ce blog en général.

        +3

      Alerter
  • Babar // 03.12.2018 à 10h54

    L’aviation est un moyen dispendieux, dévoreur d’énergie et en partie protégé de la fiscalité, de se déplacer. Elle devrait être lourdement pénalisée, et bien avant les taxes carburant pénalisant essentiellement les ruraux.

      +6

    Alerter
  • Deepnofin // 03.12.2018 à 11h38

    Ca fait 3 fois que j’écris ce comm, qui ne passe pas. Jvais être lapidaire.
    Calal : Hors sujet. Le problème n’est pas “quelle catégorie de la population est touchée par ça”, mais ” les firmes feront toujours tout pour cacher des yeux du grand public leurs “défauts”. Tant qu’on reste chacun de notre coté à essayer de les combattre, c’est david contre goliath >> des procédures qui peuvent durer des années / décennies, parfois sans aboutir, pendant que la tragédie humaine et environnementale continue. Nous devons unir nos forces et changer les choses en profondeur. Le secret professionnel est incompatible avec le bien général, car nous restons exposés aux scandales passés, présents et à venir.

    jdautz : la zététique c’est super (le doute est le sel de l’esprit selon Alain) mais les zététiques du net sont toujours orientés anticonspi. Ok ils font un bon boulot de vulgarisation (biais cognitifs, techniques de manipulation, etc), mais du coup ils orientent leurs spectateurs à faire l’amalgame entre “ceux qui ont des doutes légitimes sur des questions de santé publique/géopolitique/etc” et “les illuminés qui croient en la terre plate et les reptiliens”. Du coup, le débat est pourri, et la prise de conscience sur ces problématiques est fortement entravée.

      +12

    Alerter
  • Nizir // 03.12.2018 à 12h04

    Le problème est très connu et bien fouillé sur le plan scientifique, de nombreuses publications existent. Les huiles de moteur d’avion contiennent des traces de tri-orthocrésylphosphate (TOC), additif ignifuge. Le TOC est lui même toxique, mais le devient encore plus lorsqu’il est inhalé, transformé dans le foie en un métabolite, le crésylsaligenyl phosphate (CSP), organophosphoré cyclique inhibiteur des cholinestérases. La cholinestérase du plasma, joue un rôle de tampon, en neutralisant les traces de CSP, et protège ainsi l’acétylcholinesterase du système nerveux. Cependant, chez les voyageurs fréquents et les personnels navigants, la cholinesterase du plasma humain perd progressivement sa fonctionnalité après chaque exposition aux vapeurs toxiques si les expositions sont rapprochées dans le temps, et c’est alors que l’accident toxique peut survenir.

      +5

    Alerter
  • clauzip12 // 03.12.2018 à 17h54

    Étant par nature biologiquement différent chaque individu est susceptible d’une réaction très personnelle soit une réaction quantitative , une réaction qualitative c’est à dire selon le produit donné.
    Ainsi les réactions sont perceptibles de modifier les comportements , les réactions biologiques avec des conséquences dans le temps de l’immédiat à des développement pathologiques devraient etre recherchées..
    Des enregistrement permanents avec seuils d’alerte devraient être installés dans les parties communes des circuits d’air et la distribution cabines.
    Normalement les produits sont exclus des circuits d’air.Il s’agit me semble t il de réagir aux accidents,c’est à dire àla pénétration de ces produits gans l’air distribué aux passagers.
    La sécurité passive impose une totale indépendance notamment au points de passage moteur.

      +1

    Alerter
  • RGT // 03.12.2018 à 19h43

    L’air que vous respirez dans un avion est plus pur que celui que vous respirez au sol..

    Tout comme l’est l’air qu’on respire à la sortie du pot d’échappement d’un véhicule équipé des dernières technologies antipollution…
    Les moteurs “purifient l’air”, c’est bien connu.

    Et pour les “écologistes” qui prônent le tout électrique, vous n’êtes pas en reste : Quelle est d’après-vous la principale source énergétique servant à produire de l’électricité ?

    Faites comme moi, roulez tous les jours à vélo PAS électrique, propulsé par mes petites jambes musclées…

    Sauf les jours de pic de pollution.

    Ces jours là je prends ma pétrolette car je ne tiens pas à dépolluer l’air encrassé par les autres avec mes petits poumons si fragiles.

      +5

    Alerter
  • Schilgen // 04.12.2018 à 11h03

    L’article “Fume event”, dans en.wikipedia comme indiqué ci-dessous, présente effectivement bien le problème. Dans wikipedia.fr en langue française, il faut consulter l’article “Syndrome aérotoxique”.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications