Remarque : pour cet été, je vous ai préparé une longue série d’articles sur les inégalités avec les dernières données disponibles, dans le monde, aux États-Unis et enfin en France. Bonne lecture !

 

L’étude La Répartition mondiale du patrimoine des ménages de l’Institut mondial de recherche sur l’économie du développement de l’Université des Nations-Unies (UNU-WIDER) a dressé en 2006 un saisissant portrait de la distribution mondiale du patrimoine en 2000 :

Inégalités monde

Inégalités monde

Ainsi, 70 % de la population mondiale ne possède que 3 % du patrimoine mondial, alors que 2 % en possède la moitié.

Inégalités monde

Sans surprise, la richesse est concentrée en Amérique du Nord, en Europe et dans l’Asie riche (principalement le Japon).

Le graphique suivant représente visuellement la répartition mondiale géographiquement et par décile (les 10 % qui possèdent le moins – 1er décile ou plus exactement espace inter-décile, mais on simplifiera ici), puis les 10 % suivants, jusqu’aux 10 % qui possèdent le plus – 10ème décile). Il se lit ainsi : par exemple, parmi les 10 % de la population qui possèdent le moins (soit 370 M d’adultes), 27 % sont en Inde et 27 % en Afrique ; parmi les 10 % les plus riches, 36 % sont en Europe. L’aire totale d’une zone est donc proportionnelle à sa population totale en 2000, la Chine et l’Inde étant logiquement prépondérantes. Si chaque terrien disposait du même patrimoine (soit 20 000 $), on aurait donc le second graphique. La déformation visible entre les deux correspond donc à celle de la distribution de la richesse : Afrique et Inde sont les plus perdantes, puis la Chine.

Inégalités monde
Inégalités monde

Inégalités monde

On observe la part prépondérante des États-Unis et du Japon dans la richesse, et encore plus pour l’extrême richesse (les 37 millions de personnes adultes les plus riches).

Lire la suite…

167 réponses à 0200 Les inégalités dans le monde (1/3)

  1. yoananda Le 23 juillet 2013 à 05h09
    Afficher/Masquer

    Ce genre de chiffre peut-être certes très utile, mais peut aussi révolter quelques esprits fragiles et devrait être présentés avec précautions.

    Il faut relativiser la notion de richesse qui n’a que peut a voir avec la qualité de vie in fine, et le bonheur de vivre. Nous avons tendance à croire que la richesse matérielle chiffrable est l’étalon ultime qui sert à mesurer la joie que nous avons d’être sur terre.

    Beaucoup de gens choisissent de ne pas courir après les richesses matérielles, et privilégient le relationnel, le familial, les plaisir simples, la nature …

    Mais si l’on doit absolument mesurer la taille de nos … portes monnaies, alors on peut donc remercier nos alleux d’avoir fait les 2 révolutions industrielles !

    A nous de faire la 3ème … qui ne s’annonce pas piquée des hannetons puisqu’elle devra répondre à de nombreux défis : environnementaux, sociétaux, démographiques, culturels, énergétique.
    Nous allons devoir apprendre à réduire notre empreinte écologique, apprendre à mieux répartir les richesses créées de plus en plus par des machines autonomes, apprendre à cesser le ponzi démographique, ré-inventer le vivre ensemble et la démocratie, et enfin trouver une nouvelle forme d’énergie soutenable.

    Sinon, malgré nos richesse chiffrées apparentes, nous risquons d’être les plus malheureux de la planète…

    Il serait intéressant d’avoir des statistiques mesurant la qualité de vie comme l’accès à l’éducation gratuite, l’espérance de vie en bonne santé, la joie de vivre, une eau saine, … (le BIB en somme Bonheur Intérieur Brut – qui donne d’autres classements et qui est très intéressant)
    parce que perso, je n’envie pas les trader de Wall Street super riche mais sous cocaïne et vivant dans un stress quotidien inhumain. Ses yatch et ses poules de luxe il peut se les garder, j’ai d’autres moyens de me faire plaisir.

    vaut-il mieux être un “riche” européen aliéné par son travail sous anti-déprésseur dans des villes saturées et violentes ou un “pauvre” vietnamien tranquille dans sa campagne avec ses coutumes et sa vie chaleureuse ! lol

    Si je puis me permettre, il serait aussi intéressant, lors de la série Française, d’avoir des chiffres “internes” a la nation, mais aussi externe, de savoir comment un français pauvre (ou riche) se situe a l’échelle mondiale.
    Parce que, en terme de revenus, un smicard français fait quand même partie des 5% les plus riches de la planète, ce qui, la encore relativise pas mal la notion de “pauvreté”.


    • Tatare Le 23 juillet 2013 à 09h24
      Afficher/Masquer

      @Yoananda

      ” vaut-il mieux être un “riche” européen aliéné par son travail sous anti-déprésseur dans des villes saturées et violentes ou un “pauvre” vietnamien tranquille dans sa campagne avec ses coutumes et sa vie chaleureuse”

      Depuis Fernand Reynaud et Coluche on sait qu’on peut cumuler les inconvénients comme les avantages.

      Il y a des pauvres Indonésiens tranquilles qui se font virer manu militari de leur terre, pour y planter des palmiers à huile et fournir le marché européen en acides gras trans, accessoirement exterminer les chimpanzés tout en organisant la famine par disparition des cultures vivrières.

      Le “riche” smicard français y contribue en consommant des viennoiseries industrielles et des babioles made in India, tout en enrichissant le top 10 ou 1.

      Rien n’est simple, comme disait Sempé.


      • GRRR Le 23 juillet 2013 à 09h53
        Afficher/Masquer

        Tant qu’à citer Coluche: “L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue”
        Désolé de choquer, mais avec 600€ par mois, un fois payé le loyer il reste à peine de quoi manger…


      • Patrick Luder Le 23 juillet 2013 à 09h54
        Afficher/Masquer

        Oui, nous, citoyens des pays dits “civilisés” sommes les principaux responsables :
        – du pillage des ressources naturelles et non renouvelables
        – du la perte d’anciennes civilisations durables
        – de toutes les crises de notre monde moderne

        Alors, qu’attendons-nous pour réparer nos dégâts et corriger le tire ???


        • yvan Le 23 juillet 2013 à 21h49
          Afficher/Masquer

          Patrick, vous n’avez certainement jamais été canonnier…
          Le tir des plus riches est juste lorsqu’il tue les pauvres.

          Monsieur Berruyer.
          Sans vouloir vous froisser, ou presque, le graphique de répartition de richesse des déciles fonction de la location est en complète contradiction avec le classement forbes.
          Classement lui aussi sujet à caution car un paquet de familles répartissent la richesse en direct et collatéraux, histoire de noyer le poisson.
          Voyons tous ce qui est découvert lors de la “chute” de “dictateurs” et que la différence entre fortune estimée et réelle oblige les “autorités” à rester plus que discrètes…


    • geoffroy_BLK Le 23 juillet 2013 à 09h56
      Afficher/Masquer

      “blablabla, mais peut aussi révolter quelques esprits fragiles et devrait être présentés blablabla”.

      Il vous arrive d’être très distrayant dans vos commentaires.

      Taxer d’esprit fragile quelqu’un qui estimerait que 85% du patrimoine dans les mains de 10% de la population mondiale est anormal, c’est un peu fort de café…
      Quand à vos argument sur la mesure du bonheur… .

      Très distrayant vraiment.

      Sinon merci Oliver de continuer à alimenter notre esprit fragile de révolte (ou de révolte fragile?) cet été 🙂


      • yoananda Le 23 juillet 2013 à 10h37
        Afficher/Masquer

        oué enfin n’oublie pas une chose : pendant que le reste de planète vivotait tranquille, on a construit notre richesse à grand coup d’usines.
        On était censé faire quoi au juste ? fabriquer des voitures pour toute la planète même s’ils n’avaient pas de route ?
        On était censé leur construire aussi les routes ? (ça s’appelle la colonialisation et ça n’a pas bien fonctionné).

        La richesse on l’a fait sortir du sol et donc les inégalités ont augmentés avec ceux qui ne l’ont pas fait …
        Ou est le problème ? chacun fait ses propres choix, d’autres ont préférés une vie moins matérielles que nous.
        Comme je le disais, la richesse ne mesure pas le bonheur de vivre.

        A part pour quelques envieux gauchistes jouisseurs dont le seul objectif (inavoué) est vivre dans des paradis artificiels, le reste du monde soit se moque de notre richesse, soit travaille à son tour pour créer la sienne.

        Même si je ne nies pas certaines injustices, il faut quand même pondérer et relativiser les chiffres “bruts” qui ne servent en général qu’à énerver quelques révolutionnaires de salon à peine pubère qui ne sont que les idiots utile du grand capital.


        • geoffroy_BLK Le 23 juillet 2013 à 12h06
          Afficher/Masquer

          “A part pour quelques envieux gauchistes jouisseurs dont le seul objectif (inavoué) est vivre dans des paradis artificiels, blablabla.”

          Ahahahahahahahah !
          Vous êtes inénarrable 😀
          Merci pour ces moments de détente.


        • Sylvain Le 23 juillet 2013 à 12h16
          Afficher/Masquer

          La seule chose pertinente chez yoananda, c’est le choix de son avatar.


          • jducac Le 23 juillet 2013 à 16h32
            Afficher/Masquer

            yoananda dit souvent des choses justes afin d’éclairer ceux qui refusent de voir la réalité en face


          • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 20h15
            Afficher/Masquer

            Monsieur jducac, lui aussi, évacue de sa belle histoire bisounours du capitalisme occidental l’utilisation de la force brute et la prédation qui furent et sont encore à la base de son succès.


        • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 20h13
          Afficher/Masquer

          Vous avez quelques lacunes en histoire économique.

          Savez-vous par exemple que l’essor de l’industrie textile britannique au XIXe S s’est faite en interdisant manu militari la florissante industrie textile indienne et obligeant ainsi les Indiens à acheter la production britannique?
          Que pour rééquilibrer leur balance commerciale fortement déficitaire avec l’Empire du Milieu, qui avait pour conséquence que l’or qu’ils gagnaient dans l’exploitation de leurs colonies finissait en Chine, les Britanniques ont mené la Guerre de l’Opium, imposant la libre importation de l’opium produit en Inde et sa libre commercialisation dans l’Empire, précipitant ainsi le déclin du régime et de l’industrie chinoise?

          Ce ne sont que deux exemples parmi de multiples autres.

          L’expansion du capitalisme industriel ne s’est pas fait sur les roses, et n’est pas simplement dû à notre travail mais aussi à l’utilisation de la force militaire.

          Jusqu’à nos jours… Qu’est ce qui maintient le dollar dans son rôle pivot des échanges, en particulier sur les marchés du pétrole, à votre avis?


          • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 20h22
            Afficher/Masquer

            Je précise que je ne dis pas cela de façon méprisante, enfin, je m’y efforce. Les invectives sont contre-productives, et les procès d’intention sont le tombeau des discussions constructives.

            Mais votre “quelques envieux gauchistes jouisseurs dont le seul objectif (inavoué) est vivre dans des paradis artificiels” etc est assez blessant. Comme si les sentiments qui nous animent relevaient d’une sorte de gauchisme envieux et puéril.


        • Erwan Le 23 juillet 2013 à 20h29
          Afficher/Masquer

          “pendant que le reste de planète vivotait tranquille, on a construit notre richesse à grand coup d’usines.”

          oui enfin “on” n’a pas seulement fabriqué courageusement nos usines avec nos petits bras dans notre coin, on a aussi rendu quelques visites inamicales au reste de la planète : les européens ont quand-même décimé/esclavagisé/pillé gaillardemment une bonne partie du reste de la planète, ça aide à se faire un avantage compétitif…


    • Inox Le 23 juillet 2013 à 11h02
      Afficher/Masquer

      Ah, le fameux “l’argent ne fait pas le bonheur”. Je me dema


    • Inox Le 23 juillet 2013 à 11h05
      Afficher/Masquer

      Ah… le fameux “l’argent ne fait pas le bonheur”. Je me demande ce qu’en pensent les 2%. C’est beau, encore un argument pour expliquer aux gueux qu’ils n’ont pas besoin de richesse finalement. C’est à mourir de rire tellement c’est gros.

      Mais bon, ce n’est pas le sujet. On parle d’inégalités de richesse et pas de “bonheur”.


    • bizbee Le 23 juillet 2013 à 11h37
      Afficher/Masquer

      @Yonanda

      tu sembles oublier un truc… assez important…

      Richesse = pouvoir

      Avec ton raisonnement, les “pauvres” sont parfois heureux, c’est sûr. Mais ils n’ont probablement pas le pouvoir d’en décider, autant que les riches…

      Le fait que certains riches tournent sous anti-dépresseurs signifie alors que le pouvoir ne rend pas forcément heureux, basta.

      Le pb ici n’est donc pas le bonheur mais la liberté individuelle. Et clairement, elle n’est pas également répartie; c’est ça qui me parait le plus révoltant.


      • yoananda Le 23 juillet 2013 à 12h02
        Afficher/Masquer

        +1

        mais le pouvoir c’est aussi et surtout l’information et la culture, bien plus que le patrimoine et la taille du canon.

        Et la, les différences (en terme de patrimoine cognitif), bien que non mesurées/mesurables, sont aussi immenses.

        Nous avons construit des labos, des universités, des écoles publiques. On se l’est gagné, on l’a volé a personne ce savoir que je sache, c’est nous qui l’avons inventé … je veux bien que ça soit révoltant que les autres en soient en retard, mais on fait quoi ? on forces les autres à devenir tous BAC+8 ? on détruit nos élites scientifiques (ça plairait beaucoup a la gauche, comme ça tout le monde serait égal) ?


        • geoffroy_BLK Le 23 juillet 2013 à 12h12
          Afficher/Masquer

          Mais arrêtez de mettre de la gauche et de la droite partout ça na pas de sens ici.
          Vos raisonnements sont pollué par vos orientations politiques franco françaises et votre rejet du “gauchiste” (?).
          C’est amusant mais c’est dommage et surtout rend vos arguments hautement contestables puisque tirés uniquement du baril de votre idéologie.


          • yoananda Le 23 juillet 2013 à 12h40
            Afficher/Masquer

            Non, car l’extrême gauche qui n’est qu’un fascisme comme un autre (qui prétends nous apprendre à penser, et qui veut décider à notre place quoi faire avec notre argent, et qui ne se gène pas pour dire qui a le droit de vivre ou pas) a pignon sur rue dans ce pays. Et personne n’y trouve a redire ou si peu.

            Si j’avais en face de moi des propos d’une autre extrême (nationalisme, libérale, …) je les dénoncerais aussi, sauf que je n’en vois presque jamais (un peu de libéralisme mais c’est rare)…
            par contre les gauchistes et leurs idées simplistes et haineuses, personne n’ose rien leur dire.

            Alors, je m’autorise une petite pique de temps à autre. Mais j’argumente toujours.
            La gauche je n’ai rien contre, si ce n’est son incompétence. L’ultra gauche (gauchisme) est dangereuse.


          • yoananda Le 23 juillet 2013 à 13h00
            Afficher/Masquer

            Je note qu’a part ricaner, vous n’apportez aucun argument, alors que, elle vaut ce qu’elle vaut, mais je pose une réflexion.
            Faut pas vous sentir visés si vous êtes de gauche, je ne critique que la bêtise (les raisonnement hâtifs qui servent à la récupération politique genre “les inégalités c’est insupportable, il faut tout prendre aux riches”, ce genre de truc ridicules).


          • GRRR Le 23 juillet 2013 à 14h47
            Afficher/Masquer

            +1
            Le véritable ennemi est identifié depuis…au moins la dernière campagne présidentielle!!!


          • reneegate Le 24 juillet 2013 à 05h13
            Afficher/Masquer

            vous avez absolument raison. Il parait que le sexe est aussi très prisé des 68niners. blablabla tu causes blablabla


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 12h37
          Afficher/Masquer

          “mais le pouvoir c’est aussi et surtout l’information et la culture, bien plus que le patrimoine et la taille du canon.”
          Tout à fait d’accord.

          “je veux bien que ça soit révoltant que les autres en soient en retard, mais on fait quoi ?”
          déjà on ne coupe pas dans les dépenses d’éducation, qui sont probablement un patrimoine de “richesses” créés bien plus importants que la possession d’iphone et d’écran plats en pagaille (s’ils ne sont pas utilisé à but éducatifs).
          S’il y a certainement des dépenses à couper, et oui il y en a, c’est surement pas ici (à mon humble avis).

          Disons, pour revenir à mon propos de départ, qu’inégalité de richesses implique inégalité de pouvoir, dans le sens où le fils à papa du 16eme aura bien plus de probabilité de faire Louis Legrand puis d’intégrer l’ENA que le pecnot de la banlieue de limoge, et pourtant à potentiel “inné” équivalent. Parce que oui le pouvoir de l’argent permet dés la plus petite enfance de mettre son gosse sur des rails plus privilégiés.

          C’est cette reproduction de classe induite par ses inégalités de richesses qui est révoltante. Mais elle n’est pas uniquement “révoltante” dans les sens gauchiste du terme, elle est carrément dangereuse pour la stabilité générale du système.

          Il faut donc une structure qui assure une redistribution des richesse, une redistribution “équitable” ou “au mérite”, cela s’entend; pour minimiser ces états de fait.
          Après il ne s’agit pas d’être utopiste, cad fasciste, une redistribution “parfaite” n’existera jamais: il s’agit seulement d’amoindrir ces phénomènes qui bloquent de plus en plus les “ascenseurs sociaux” et appauvrissent le niveau général des élites.


          • yoananda Le 23 juillet 2013 à 12h44
            Afficher/Masquer

            +1
            Oui, entièrement d’accord. L’ENA et science po, temple du gauchisme, mais en même temps, totalement verrouillés.

            Oui pour préserver / rétablir l’ascenseur social et l’égalité des chances. Et je suis d’accord pour dire que la situation se dégrade beaucoup et terme de mobilité sociale. Par contre, de mon point de vue, ce n’est pas une histoire de droite / gauche, c’est plus profond.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 12h50
            Afficher/Masquer

            “Par contre, de mon point de vue, ce n’est pas une histoire de droite / gauche, c’est plus profond.”

            je dois bien avouer que le débat droite/gauche ne m’intéresse plus depuis longtemps. C’est une vaste fumisterie médiatique qui nous détourne des vrais débats de société et permet aux élites de s’échanger de temps en temps leur place au chaud, toujours entre eux… Les fonds suisse de Cahuzac gérer par un banquier d’extrême droite… Grosse blague


          • yoananda Le 23 juillet 2013 à 13h01
            Afficher/Masquer

            bravo, tu fais preuve de plus de maturité que moi. 🙂


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 13h05
            Afficher/Masquer

            ptètre parce que je rechigne pas à lire tes ptites piques et autres coups de pied dans la fourmilière des bobos 😉


        • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 20h41
          Afficher/Masquer

          “le pouvoir c’est aussi et surtout l’information et la culture, bien plus que le patrimoine et la taille du canon.”

          Désolé, et sans vouloir être discourtois, mais ce propos est d’une grande naïveté, et témoigne d’une méconnaissance sérieuse de l’histoire politique et économique moderne, et d’une ignorance à peu près totale des mécanismes de domination mis en évidence par les recherches en sciences sociales depuis deux siècles.

          L’information et la culture, tant au niveau individuel que à l’échelle des nations, vont généralement de pair avec des configurations sociales et politiques – id est, des rapports de force – dans lesquelles le patrimoine et la taille du canon jouent un rôle prépondérant.
          Vous évacuez totalement de vos raisonnements les mécanismes sociaux et de ce fait ne voyez pas la fonction légitimatrice de l’existant véhiculée par les discours conservateurs, dont vous reprennez les antiennes.

          Personnellement, je viens d’un milieu extrêmement conservateur qui tenait des propos fort semblables aux vôtres, et ce fut un temps ma vision également. Mais en m’intéressant aux sciences sociales, j’ai rapidement pris conscience que les mécanismes de domination étaient l’élément essentiel de compréhension de la nature du phénomène social, et était justement pour cela totalement évacué, nié par les discours légitimant l’ordre social existant.


        • Erwan Le 23 juillet 2013 à 20h45
          Afficher/Masquer

          “Nous avons construit des labos, des universités, des écoles publiques. On se l’est gagné, on l’a volé a personne ce savoir que je sache, c’est nous qui l’avons inventé … je veux bien que ça soit révoltant que les autres en soient en retard, mais on fait quoi ?”

          Depuis des millénaires le savoir voyage d’une civilisation à l’autre, on pourrait multiplier les exemples. La civilisation européenne est loin d’avoir toujours été la plus éclairée. Mais c’est vrai qu’elle a pris de l’avance ces derniers siècles, et en a profité pour aller piquer les richesses des autres… Donc en effet le savoir “on l’a volé à personne” à proprement parler, mais c’est plus facile de se concentrer sur l’éducation quand le voisin nous assure (volontairement ou non) des revenus.

          “”


          • xas Le 23 juillet 2013 à 21h53
            Afficher/Masquer

            yoananda

            bla bla bla, je me tenais sur le rivage, bla yoananda bla bla , dans mon dos les ruines de…


            • olivier m Le 24 juillet 2013 à 01h34
              Afficher/Masquer

              “Selon ce que j’ai pu voir, on pourrait noter que certains pays occidentaux ouverts à la mondialisation n’ont en rien vu leur revenus médians ni leur indice de Gini se détériorer tordant le coup à certaines idées reçues.”

              Je veux bien vous croire, mais si vous avez eu la chance de le constater, merci de nous fournir au minimum des données ou liens permettant d’aller dans le sens vos analyses.


        • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 20h47
          Afficher/Masquer

          Renseignez-vous sur l’histoire de l’expansion économique de l’Occident, vous vous rendrez compte que vos actuels propos relèvent d’une naïve imagerie d’Epinal.

          Et ceci : “on détruit nos élites scientifiques (ça plairait beaucoup a la gauche, comme ça tout le monde serait égal) ?” relève de la caricature, d’un procédé d’intention assez odieux. Vous avez une image assez diabolisante de ce qu’est la ‘gauche’, dans laquelle je ne me retrouve aucunement.


    • Crapaud Rouge Le 23 juillet 2013 à 13h57
      Afficher/Masquer

      Pour ce qui est de la thématique “l’argent et le bonheur”, elle est abordée dans le Pour la Science de juillet. En résumé :
      1) Le bonheur matérialiste est relatif : être “heureux” d’être “riche” c’est en fait être heureux de se sentir ou de se croire plus riche que les autres.
      2) Il y a la bonheur “cognitif” et le bonheur “affectif”. Les salariés bien payés peuvent avoir le premier mais pas forcément le second. A l’inverse, les chômeurs connaîtraient, selon l’étude, le bonheur affectif mais pas trop le cognitif.


      • bizbee Le 23 juillet 2013 à 14h51
        Afficher/Masquer

        il y a aussi le bonheur que l’on peut atteindre par sa volonté et ses moyens (patrimoine génétique, culturel, éducation, de réseaux, financier…), et le bonheur qui nous tombe dessus par hasard.
        Dans le cas du premier; clairement les inégalités sont immenses il me semble.


    • xas Le 23 juillet 2013 à 22h22
      Afficher/Masquer

      Résumé de la série alice et yoanada

      Jeunes détectives de choc, alice et yoyo se lancent dans des enquêtes toujours trépidantes… quittes à affronter des adversaires malhonnêtes et dangereux ! Leurs passions ? Eclaircir les mystères verts et roses !

      alice et yoyo têtes de gondole dans les commentaires des blogs
      alice et yoyo chercheuses d’or
      alice et yoyo au Zimbabwe
      alice et yoyo et le lobby du tabac
      alice et yoyo dans le trou de la sécu
      alice et yoyo chez twitter
      yoyo et les bobos
      yoyonada et le temple maudit de la finance
      alice et yoyo dans les galeries d’art du luxembourg

      Un (des) livres pour l’été ?


      • olivier m Le 24 juillet 2013 à 01h43
        Afficher/Masquer

        Vous êtes un comique. Vous avez des idées aussi?


  2. lorsi Le 23 juillet 2013 à 05h23
    Afficher/Masquer

    cela s appelle la LOI DE PARETO ou des 80/:20( etendue en statistiques sous la forme des classes ABC )


  3. Marcus Le 23 juillet 2013 à 05h35
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour ce billet !

    Notre “Occident” est riche.

    Si on nous enlève l’électricité, le gaz, le pétrole, le frigidaire, l’aspirateur horreur malheur, le lave vaisselle (on en a un depuis peu), la voiture, la clim de la voiture et même de la maison pour certains, le chauffage central, l’eau à volonté pour boire, se laver, laver la vaisselle, TOUS les engins électroniques, etc… et même les livres qu’on achète parfois pour la frime comme le Goncourt, etc…
    eh bien dis-je si on nous enlève tout ça, et TOUT ce qui a trait à la nourriture et à l’agriculture, on s’effondre comme une carte, on est sidéré et incapable de faire face, voilà l’homme d’aujourd’hui avec sa suffisance, sa morgue et son orgueil.

    Imaginez un instant un effondrement économique ou pour reprendre le mot de Delamarche une explosion économique, avec éventuellement des troubles ethniques et sociaux dans tout le pays en priant qu’il n’y ait pas une guerre mondiale en provenance du chaos au Proche-Orient, je vais faire comme tout le monde me mettre la tête dans le sable, puisque lorsque j’aborde un certain nombre de ces sujets les gens fuient et jugent impossible ce genre de scénarios, alors … regardons la télé ou lisons un bon bouquin et mettons-nous la tête bien enfoncée comme l’autruche dans le sable.

    Il est 5H, je vais me recoucher, bonne journée bien torride encore aujourd’hui.

    Amicalement à tous.
    Marc


    • Marcus Le 23 juillet 2013 à 05h39
      Afficher/Masquer

      Les inégalités ça passe aussi et d’abord par l’agriculture que nous avons vendue à Monsanto, aux grands groupes de l’agro-industrie et des terres arables qui se dégradent.
      Effrayant :
      https://www.youtube.com/watch?v=K7wbDr_P8NU&feature=player_embedded


      • extraternet Le 23 juillet 2013 à 08h58
        Afficher/Masquer

        Merci de parler de Monsanto, qui a la main mise sur énormément d’ogm, vendant ces graines et rendant bin nombre de petit agriculteur totallemebt dépendant à la firme jusqu’à pousser des indiens (Indes lol) au suicide.
        Cf l’excellent, mais effrayant, doc sur Monsanto diffusé sur Aete il y à 2 mois.


      • extraternet Le 23 juillet 2013 à 08h59
        Afficher/Masquer

        Merci de parler de Monsanto, qui a la main mise sur énormément d’ogm, vendant ces graines et rendant bon nombre de petit agriculteur totalement dépendant à la firme jusqu’à pousser des indiens (Indes lol) au suicide.
        Cf l’excellent, mais effrayant, doc sur Monsanto diffusé sur Arte il y à 2 mois.


    • Marcus Le 23 juillet 2013 à 05h49
      Afficher/Masquer

      J’ai oublié l’essentiel … tout le système de santé ce qui avait fait dire à un gamin à la radio : “Les vieux ne veulent plus mourir” LOL
      La nourriture qui dépend pour une très grande part des grandes surfaces qui fonctionnent en flux tendu (sans réserve, les camions arrivant au fur et à mesure en permanence).
      Etc …


    • yoananda Le 23 juillet 2013 à 13h06
      Afficher/Masquer

      Tiens, un survivaliste qui s’ignore ! lol
      Oui on va dans le mur… pic pétrolier, surpopulation, robolution, nouvel ordre mondial, décadence. Tout ça fait un cocktail qui à déjà commencé a exploser a l’échelle mondiale et qui ne tardera pas atteindre la France.
      Effondrement brutal ? lent déclin ? grand soir révolutionnaire ? guerre civile a n’en plus finir ? guerre de 4ème ou 5ème génération ?
      Bien malin qui saura prédire la forme que ça prendre, ni le “quand”, mais ce qui est sûr, c’est qu’on ne s’en va pas vers des jours tranquille et prospère.


      • Alain34 Le 23 juillet 2013 à 13h51
        Afficher/Masquer

        Je mets 10€ sur la séparation de la population en 2 : riches (oisifs) et pauvres (esclaves)
        Les riches vivants avec tout le confort moderne seront peu nombreux et vivront entre eux, aidé par les machines, seront éduqué, cultivé, vivront longtemps et confortablement dans des zones de la planète qui leur seront réservées, aménagées et surveillées.
        Les pauvres, crèveront la bouche ouverte, s’entretueront pour manger. Une vie de chien en milieu hostile. Ils disparaitront petit à petit.
        Ce sera dur est ignoble pendant quelques temps, mais ensuite, une fois les pauvres éliminés, seul restera un nombre raisonnable de “riches” et leur machines qui auront appris a vivre avec les limitation de ce que peut offrir la planète…

        A court terme c’est assez immonde, à long terme, ca me semble plutôt pas mal…


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 14h13
          Afficher/Masquer

          “Ce sera dur est ignoble pendant quelques temps, mais ensuite, une fois les pauvres éliminés, seul restera un nombre raisonnable de “riches” et leur machines qui auront appris a vivre avec les limitation de ce que peut offrir la planète…

          A court terme c’est assez immonde, à long terme, ca me semble plutôt pas mal…”

          CCL: La fin justifie les moyens? c’est ça? Un apprenti facho on dirait…


          • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 21h05
            Afficher/Masquer

            Vous dépassez sa pensée, il me semble. Alain34 expose un scénario malheureusement assez probable, mais cela ne veut pas dire que c’est ce qu’il souhaite.


          • Alain34 Le 24 juillet 2013 à 08h00
            Afficher/Masquer

            Tout de suite les grands mots.

            Ce qui me semble pas mal a long terme c’est que les Hommes finissent par vivre en accord avec leur environnement, leur planète et de manière égale entre eux. Pour y parvenir, je ne voit pas de méthodes ‘jolies jolies”, tout comme par le passé il a fallut des périodes immondes et attroces pour avancer.

            Long terme, ca veut aussi dire long terme, pas 10 ans, mais plutôt 500 ou 1000…

            De toutes façons, quelle que soit la méthode, si l’Homme veut survivre autrement que comme l’homme des caverne, il va y avoir beaucoup de casse. Soit par de violentes guerres à l’ancienne, soit comme ca a commencé, de nons moins violentes guerres économiques.
            A 9Mds d’individus dans quelques années sur un petit cailloux perdu au milieu de l’univers il n’y a pas de miracles a espérer.


        • yoananda Le 23 juillet 2013 à 15h59
          Afficher/Masquer

          C’est la thématique précise du film “Elysium” qui va bientôt sortir.

          Avec l’arrivée des robots autonomes, la question de savoir quoi faire de 80% de l’humanité va se poser pour de vrai.
          Plus besoin de chauffeur de taxi ou de camion dans moins de 10 ans. Plus besoin de manutentionner / trieur / et presque tous les ouvrier dans les usines dans moins de 20 ans (ca commence déjà cf Foxxcon, le robot Baxter, etc…).

          L’ONU prépare les populations à manger des insectes.

          Va-t-on se diriger vers un meilleur des mondes ? c’est bien possible. Je ne sais pas. Pour l’instant les peuples sont tenus par différentes drogues (tittytainment, anti antidépresseur, marijane, sexe, consumérisme) mais parce qu’ils sont un minimum utiles. Demain s’ils ne servent qu’à faire pression sur les ressources renouvelables, je ne suis pas sûr que le système les entretiennent toujours.

          Il va falloir qu’on se creuse sacrément la tête pour éviter le drame a mon avis, dans une société qui dérive vers les plaisirs facile (décadence) et immédiats.


          • Marcus Le 23 juillet 2013 à 20h33
            Afficher/Masquer

            Très juste !


          • Alain34 Le 24 juillet 2013 à 08h01
            Afficher/Masquer

            Ne pas oublier les religions qui je pense vont avoir une place centrale, ce qui ne va rien arranger…


          • raloul Le 24 juillet 2013 à 11h56
            Afficher/Masquer

            Bonjour!

            Il y a aussi “Peplum”, livre léger et facile d’accès, et qui comporte un – petit – volet intéressant sur une résolution possible des problèmes démographiques à la sauce d’Amélie Nothomb.

            Personnellement, je ne souhaite pas nier les problèmes, mais en tant que jeune, j’en ai plutôt marre qu’on nous sature l’esprit avec: ça va être dur, pénible, terrible, etc… il ne faut pas oublier qu’on façonne ainsi l’imaginaire collectif, et que la prophétie auto-réalisatrice est un mécanisme d’une puissance largement sous-estimée.

            La première chose raisonnable à faire est d’identifier les problèmes, puis de les comprendre comme autant d’opportunités de construire quelque chose, et pas d’y opposer cette espèce d’attitude pan-apocalyptique qui personnellement me tape sur le système.

            Oui le monde demain sera différent de celui d’aujourd’hui, il en a toujours été ainsi, mais ce qui me gave, c’est l’impression que mon avenir est confisqué mentalement par une sorte de spectre catastrophiste. Basta! avec ce délire, qui est paralysant, et qui empêche justement l’émergence des solutions concrètes.

            Je ne sais pas si je m’exprime très clairement, navré…


            • Incognitototo Le 24 juillet 2013 à 14h28
              Afficher/Masquer

              @ Raloul,

              + 1, bé oui, c’est très clair et je partage cet agacement face aux prophètes de malheur ; on dirait un remake permanent de ce qu’on entendait couramment quand j’étais jeune : “il faudrait une bonne guerre”…

              On dirait que le sport favori de certains est de jouer à Madame Irma version maniaco-dépressive (comme s’ils savaient quelque chose de l’avenir qui nous attend), plutôt que de se demander qu’est-ce qu’ils peuvent faire “ici et maintenant” pour changer leur vie et un tout petit peu celle des autres…

              Console-toi, tous les vieux ne sont pas comme ça… 😉


      • Marcus Le 23 juillet 2013 à 14h17
        Afficher/Masquer

        Yoananda, je m’apprêtais, après avoir lu les réponses à ton 1er message, à dire de respecter ton opinion. LOL

        Je ne sais pas pourquoi Olivier a mis mes interventions plus loin alors que je les aient écrites à 5H du mat

        yoananda, ce que j’ai écrit n’était pas contre toi !!!

        C’était une simple énumération de notre confort moderne arrivé en si peu de temps chez nous en Occident et dont nous sommes totalement DEPENDANTS.

        En parlant de survivalisme il y a deux bons livres : “Survivre à l’effondrement économique” de Piero San Giorgio et l’autre c’est pour les gens de villes “Rues babares” écrit avec Vol West (il a un site internet).
        En France on est toujours en retard d’une guerre … d’ailleurs la guerre c’est chez les autres … c’est uniquement virtuel pour nous …

        En Irak, pour ne prendre que cet exemple ce sont des dizaines de morts par semaine, longtemps après la fin officielle de la guerre. Les américains ont foutu un gros bordel là-bas et les attentats se multiplient entre les sunnites, les chiites, etc…

        L’Occident aujourd’hui est vecteur de guerre et met le bordel partout où il peut.
        Cela s’appelle REGNER PAR LE CHAOS !

        Bon aprèm.
        Marc


  4. Patrick Luder Le 23 juillet 2013 à 07h41
    Afficher/Masquer

    Est-ce que le patrimoine est comptabilisé en $ ?
    Parce que le taux de change des monnaies est complètement artificiel,
    dans certains pays, le salaire mensuel ne dépasse pas 50$,
    et donc 1’000$ pour ces pays n’a pas la même valeur que pour d’autres.
    Pour faire une réelle comparaison, il faudrait déjà créer une base humaine comparable,
    par exemple le besoin d’argent annuel pour vivre décemment …
    et le joug des taxes et impôts est également fortement variable …


    • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 21h31
      Afficher/Masquer

      C’est aussi la question que je me pose : n’est-on pas en train de comparer des choux et des carottes?
      Les comparaisons sont tellement difficiles. D’un pays à l’autre, tout n’a pas la même valeur.

      Par exemple en Colombie, pays que je connais bien car pays de ma belle-famille, les produits alimentaires sont très bon marché en comparaison des prix européens alors que les produits manufacturés emblématiques du mode de vie moderne international – voitures, ordinateurs, iPad ou les dieux savent quoi – sont comparables, parfois supérieurs.
      Ce qui signifie bien évidemment, pour les locaux aux salaires plus faibles que les nôtres, que lesdits produits ‘modernes’ sont en proportion bien plus chers que pour nous.

      On peut bien manger dans des restaurants populaires pour l’équivalent de un ou deux euro et faire ses courses au marché pour trois fois rien, mais par contre si l’on fait ses courses dans les Carrefours et centres commerciaux fermés à la plèbe, c’est quasiment comme en Europe. Tout aussi artificiel et déshumanisé, du reste.

      Inversement, les classes moyennes peuvent avoir des employés de maison, vu le niveau des salaires de la classe populaire, alors qu’en Europe, les domestiques sont un privilège des vraiment riches. Les vrais riches là-bas, en ont plus, naturellement, mais surtout une armée de gardes. Vu que l’accaparement des richesses va de pair avec la nécessité de se soustraire à la société violente et inégalitaire qu’ils ont créée.


  5. Patrick Luder Le 23 juillet 2013 à 07h55
    Afficher/Masquer

    Le paquet “patrimoine” ne veut rien dire si l’on englobe tout la dedans … Montagnes d’argent-papier et de dettes ?

    Une bonne comparaison serait le niveau de vie, par exemple avec les critères suivants :
    – nombre d’heures annuelles travaillées.
    – nombre d’heures annuelles en loisirs.
    – taux d’alphabétisation et niveaux d’instruction de la majorité.
    – salubrité et fonctionnalité de l’habitat.
    – accès à l’eau potable.
    – taux de pollution de l’environnement.
    – état général de l’environnement (permettant de vivre ou non).
    – liberté et qualité des relations sociales.

    Finalement, je m’approchee de ce que disait Yoananda => BIB

    les richesses d’aujourd’hui et telles que l’on peut encore les concevoir dans les grandes cités occidentales, n’auront peut-être plus aucune valeur d’ici quelques décennies …


  6. Ben Le 23 juillet 2013 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier pour ce billet, sans être voyant je supposais ce genre d’inégalité, tu donnes du concret avec ces graphiques !
    Pour être encore plus concret, il serait intéressant de donner les valeurs des paliers des déciles (en $ ou en €).


  7. mollo Le 23 juillet 2013 à 09h57
    Afficher/Masquer

    Il est bon de redonner le lien vers cette vidéo [US] sous-titrée en français.

    https://www.youtube.com/watch?v=gLT1V7Ifz1c

    Ne concerne que les états unis.


    • grub Le 23 juillet 2013 à 14h41
      Afficher/Masquer

      Très bien cette vidéo.
      1% des américains détiennent 40% de la richesse de leurs pays.
      Je me demande jusqu’à quel pourcentage cela peut monter avant que le système ne s’écroule.


  8. Titi91 Le 23 juillet 2013 à 10h27
    Afficher/Masquer

    J’apporte mon +1 a Yonanda. On peut en faire un sujet au bac : ” Qu’est ce que la richesse ?
    Un métal jaune qui brille, ou des amis qui viennent partager avec vous un … Moment, verre, repas etc…”
    Les japonais sont les plus riches. J’ai revu Fukushima, une super catastrophe nucléaire (d’Arte), ça ne fait pas envie.
    Pareil avec le film de Michael Moore sur la santé aux USA.
    Donc oui, le 1% (indien comme chinois comme sud américain ou africain etc…) s’en met plein les poches, exproprie, corrompt, tue, et fait tout pour que cela dure.
    Les 99% restants, ils vivotent. Après, la vie nous appartient. Faites en ce qu’il vous plaît.


    • amemar Le 25 juillet 2013 à 17h16
      Afficher/Masquer

      “Le 1%…. s’en met plein les poches ….corrompt, tue …” Quand on tue dans la vraie vie, on est jugé et puni pour ça ! on en entend des cries d’orfraies dès qu’une bagnole est brûlée ou un appart squatté, les bonnes gens s’émeuvent quand on touche au matériel. Mais quand des gens par leur cupidité et leur égoïsme réduisent des familles à la misère et poussent au suicide, là plus personne. Il n’y a jamais de sanction. Regardez, le gars de France-Télécom, dont je ne sais combien d’employés se sont donné la mort à cause de conditions de travail dégueulasses, ben rien, aucune sanction ! Quel joli monde, dans lequel plus vous vous comportez mal, plus on vous encense pour autant que ça rapporte et que vous fassiez partie de la bonne coterie.


  9. Pascom Le 23 juillet 2013 à 10h37
    Afficher/Masquer

    Bonjour et merci pour ce billet instructif.
    J’ai été particulièrement intéressé par le graphique “composition régionale de la répartition mondiale des richesses en 2000”, où je vois, si j’ai bien compris, des détails nouveaux pour moi :
    L’Amérique du nord, comme l’Asie riche, n’ont pratiquement pas de très pauvres (du premier décile). Contrairement à l’Europe, qui en a beaucoup, énormément même pour un continent dit riche. Il serait intéressant d’aller voir la répartition détaillée en Europe, pour voir si les inégalités sont surtout internes aux pays, ou s’il y a surtout des pays très pauvres.
    Je vois aussi que la Chine a, contrairement à toutes les autres régions, une majorité de richesses réparties dans les déciles centraux, et, contrairement aux autres régions pauvres, une minorité de très pauvres (peut-être moins qu’en Europe !). Est-ce l’effet du régime politique…


    • Patrick Luder Le 23 juillet 2013 à 13h02
      Afficher/Masquer

      OUI et ce tableau nous montre aussi la différence entre les sociétés individualistes et celles ou la collectivité à un peu plus d’importance. Notre monde est aussi malade de par son mode de vie (chacun pou soi), l’entassement des richesse ne peut pas donner une bonne place à l’ÊTRE humain.


      • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 21h44
        Afficher/Masquer

        Disons-le franchement, le monde est malade de la domination de classes bourgeoises sociopathiques, qui ne connaissent d’autre valeur que le pouvoir et d’autre but dans la vie que l’accumulation comme signe de réussite sociale. On s’est débarrassé des aristos, mais on n’a pas vraiment gagné au change…


      • amemar Le 25 juillet 2013 à 17h18
        Afficher/Masquer

        Merci +++++


  10. Phipro Le 23 juillet 2013 à 10h57
    Afficher/Masquer

    2 questions:
    Est ce que ces inégalités sont nécessaires pour que le système fonctionne ou est ce l’illustration du déclin du système ?
    A quelle époque de l’histoire a t on déjà observé une répartition “égalitaire” des ressources entre les être humains ?


  11. BA Le 23 juillet 2013 à 11h41
    Afficher/Masquer

    Mardi 23 juillet 2013 :

    A propos des défauts de paiement des pays de la zone euro, Jean-Marc Vittori écrit :

    Réfléchir à l’effacement des dettes publiques.

    C’est intenable. En un an, la dette publique a augmenté de 450 milliards d’euros dans les pays de l’euro.

    [ … ] 

    La deuxième manière est sans nul doute plus violente, mais elle va sans doute finir par s’imposer : c’est l’effacement d’une partie de la dette. En jargon, on parle de restructuration pour ne pas effrayer l’épargnant qui détient cette dette d’une manière ou d’une autre. La Grèce y est passée l’an dernier. Le Portugal, qui aura beaucoup de mal à lever les 15 milliards d’euros prévus sur les marchés l’an prochain, risque d’y aller. Les autorités européennes acceptent peu à peu la perspective de la restructuration, comme l’ont prouvé le plan grec de l’an dernier, l’intervention chypriote cette année, ou l’imputation des pertes des banques à leurs créanciers prévue dans le projet d’union bancaire. Le FMI, lui, a lancé en avril dernier un vaste chantier sur le sujet en soulignant que les restructurations ont souvent été par le passé trop faibles et trop tardives. Les propositions abondent : processus d’arbitrage, création d’une cour internationale de restructuration des dettes, allongement automatique des maturités des obligations émises par un Etat en cas d’assistance financière fournie par le Mécanisme européen de stabilité… La sortie de la crise européenne dépendra de notre capacité collective à gérer un effacement de dettes, puis ses conséquences économiques et sociales. Il est urgent d’y réfléchir.

    http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0202911635059-reflechir-a-l-effacement-des-dettes-publiques-588695.php

    Les pays européens qui vont faire défaut sont les suivants : Grèce, Italie, Portugal, Irlande, Belgique, France, Espagne, Royaume-Uni, Chypre, et plus si affinités.


    • Patrick Luder Le 23 juillet 2013 à 12h54
      Afficher/Masquer

      Un effacement de dettes à grande échelle,
      annulera toute valeur de nos monnaies actuelles,
      => de quoi modifier largement les graphiques de ce billet ;o)


    • Fund_touch Le 23 juillet 2013 à 17h14
      Afficher/Masquer

      D’ailleurs, quid de la taxation de 8% sur la plupart (totalité ?) des dépôts allemands ? Rumeur infondée ?


  12. ED 99 Le 23 juillet 2013 à 11h58
    Afficher/Masquer

    Ces statistiques datent de l’an 2000. La concentration des patrimoines a du sensiblement augmenter depuis. Sans doute, également, trouverait-on un peu plus de Chinois riches actuellement.


    • yoananda Le 23 juillet 2013 à 12h09
      Afficher/Masquer

      +1
      les lignes ont du bouger quand même pas mal depuis. 5 ans de crise, ca doit compter.


      • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 22h07
        Afficher/Masquer

        En effet. Contrairement à la crise de 1929, qui vit le ratiboisement de pas mal de grandes fortunes, le ‘socialisme pour les riches’ pratiqué par la quasi-totalité des gouvernements occidentaux – id est, cette ‘solidarité’ mal placée consistant à transformer des pertes financières privées en dettes publiques – a eu pour effet que les riches sont globalement encore plus riches qu’en 2005, et que le transfert des richesses produites par l’ensemble des participants au processus productif vers les rentiers – l’accaparement, devrait-on dire – s’accélère encore.


  13. Lisztfr Le 23 juillet 2013 à 12h06
    Afficher/Masquer

    N’oublions pas que la FED a été crée il y a 100 ans :

    http://www.contrepoints.org/2011/01/19/11479-la-depression-de-1920-1921

    La Federal Reserve, créée en 1913, fut d’une grande utilité au gouvernement américain pour financer ses dépenses militaires durant la Première Guerre Mondiale. Énormément de monnaie fut créée pour acheter les titres de dette du gouvernement.

    – Comme aujourd’hui !


    • Crapaud Rouge Le 23 juillet 2013 à 13h35
      Afficher/Masquer

      Pas tout à fait comme aujourd’hui. La monnaie créée aujourd’hui ne finance rien de “l’économie réelle”, elle ne quitte pas la stratosphère de la finance. Certains se demandent d’ailleurs s’il ne faudrait pas une “bonne guerre” pour relancer la machinerie.


      • bizbee Le 23 juillet 2013 à 14h36
        Afficher/Masquer

        “Certains se demandent d’ailleurs s’il ne faudrait pas une “bonne guerre” pour relancer la machinerie.”

        Les actions et pressions géopolitiques des différents gouvernements, associations gouvernementales et autres alliances, ne pourraient-elles s’apparenter à une guerre économique et financière avec des répercutions sociales bien réelles, ou au moins à ses préparatifs ? La mondialisation dérégulée n’aura-elle surtout réussie qu’à nous monter les uns contre les autre comme en 14?
        On commence d’ailleurs à voire des cadavres… Mais on en verra probablement beaucoup d’autres lorsque la « grande purge » aura eu lieu.

        J’ai tendance à apparenter les QE de la FED au lancement de frappes nucléaire, qui pour le moment sont aller gonfler l’économie financière (quasi-exclusivement comme vous le rappelez), mais qui vont bien finir par péter dans l’économie réelle.


        • olivier m Le 23 juillet 2013 à 18h24
          Afficher/Masquer

          Il n’y a pas que l’économie dans la vie… ou la guerre pour réduire les populations…

          Les globules rouges des mammifères endommagés par les toxines Bt Cry http://www.cielvoile.fr/article-les-globules-rouges-des-mammiferes-endommages-par-les-toxines-bt-cry-117877426.html

          Là, ce sont à de vrais morts, pas à des chômeurs que l’on peut s’attendre.

          Pour rappel: Le “Monsanto act” met les OGM au-dessus de la loi aux Etats-Unis http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/04/05/comment-monsanto-a-mis-les-ogm-au-dessus-de-la-loi-aux-etats-unis_3154615_3244.html

          A titre personnel, je considérerai les technocrates européens coupables de haute trahison et de crime contre l’Humanité s’ils signent le traité de libre échange avec les Etats-Unis; la loi américaine s’appliquera alors ici, comme c’est déjà le cas dans certains domaines comme nous le voyons aujourd’hui avec google ou facebook.

          Déjà demain, le miel sera un produit de très grand luxe… http://inhabitat.com/scientists-develop-flying-robobees-to-pollinate-flowers-as-bee-populations-decline/

          Nos problèmes économiques me paraissent dérisoires comparés aux problèmes écologiques que nous commençons à toucher du doigt.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 18h29
            Afficher/Masquer

            “Nos problèmes économiques me paraissent dérisoires comparés aux problèmes écologiques que nous commençons à toucher du doigt.”

            L’inégalité des richesses ne vous paraitra pas un pb dérisoire lorsque vous constaterez que pour une partie de la population, vos pb écologiques sont dérisoires…
            Et que c’est cette même partie de la population qui fait la pluie et le beau temps…


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h18
            Afficher/Masquer

            OGM : rendements médiocres, impact sanitaire catastrophique, le mirage s’estompe… http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/ogm-rendements-mediocres-impact-54787

            On pourrait croire que les surfaces agricoles sont infinies en Amazonie et en Afrique, que des OGMs miraculeux et propres seront inventés à temps… Certains croyaient aussi que les prix de l’immobilier croitraient à l’infini, ils croient aujourd’hui aussi que nous seront tous demain médecin ou notaire… et ils ont raison d’en faire la propagande puisque les autruches ne demandent qu’à y croire, tout comme elles aiment à croire que les faux-billets qu’elles placent dans leur banques ont de la valeur.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 19h24
            Afficher/Masquer

            @Olivier
            je crois qu’on ne parle absolument pas de la même chose…

            “Certains croyaient aussi que les prix de l’immobilier croitraient à l’infini, ils croient aujourd’hui aussi que nous seront tous demain médecin ou notaire…”

            Vous me faites tenir des propos qui ne sont absolument pas les miens.
            Vous pouvez déversez votre hargne, pas de pb, mais ayez l’honnêteté de ne pas déformer mes idées, merci.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 20h15
            Afficher/Masquer

            @bizbee

            Je ne prétends pas que vous pensiez ce que j’écris; j’estime avoir néanmoins le droit d’écrire ce que je pense, et d’en profiter pour étayer mon raisonnement.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h23
            Afficher/Masquer

            “Je ne prétends pas que vous pensiez ce que j’écris”

            dsl, mais dans votre formulation, c’est comme cela qu’on le comprend puisque vous répondez à mon post…

            mais laissons ses querelles de forme sans intérêt.


      • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 22h10
        Afficher/Masquer

        Bin, comme en 1914, afin de sortir de la dépression installée depuis 1873, quoi…


  14. jacqueline Le 23 juillet 2013 à 12h49
    Afficher/Masquer

    http://www.les-crises.fr/images/0200-inegalites/0200-inegalites-monde/200/03-distribution-geographique.jpg

    Ce graphique peut faire culpabiliser les américains du nord et les européens, mais si on refait le graphique de répartition des richesses pour chaque continent, puis pour chaque pays, on doit retrouver à peu près les mêmes proportions de richesse pour les 1 % et 10 %, y compris dans les pays les plus pauvres comme l’ Inde ou plus riches comme le Qatar ( réduit à acheter des joueurs de foot à des prix exorbitants ou à climatiser des stades immenses).

    C ‘est plus un problème de système et d’oligarchie, que de répartition géographique.


    • yoananda Le 23 juillet 2013 à 13h52
      Afficher/Masquer

      en effet, parce que tu as la même chose au sein d’un village, ou d’une ville, chez lez animaux, et chez les automates, ou au niveau cellulaire.
      Les inégalités sont un phénomène émergeant qui n’a rien a voir a l’oligarchie et une volonté de domination (qui serait plutôt une conséquence qu’une cause du coup).
      Cela a été démontré par la cybernétique (systémique).


      • grub Le 23 juillet 2013 à 15h05
        Afficher/Masquer

        Je pense que tout le monde a bien conscience que tout système est intrinsèquement inégalitaire.
        Le problème c’est le degré d’inégalité et c’est un système tel que l’oligarchie qui permet cela.

        Votre raisonnement c’est un peu comme si vous constatiez que tout le monde est mortel et point.
        Mais bon, ça fait une sacré différence entre vivre jusqu’à 20 ans ou vivre jusqu’à 80 ans.


      • grub Le 23 juillet 2013 à 15h27
        Afficher/Masquer

        Que tous les systèmes soient inégalitaires c’est un fait observable.
        Le problème c’est le niveau d’inégalité.


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 15h32
          Afficher/Masquer

          +1

          et +2 :
          et de s’assurer que ceux qui sont en bas ont un espoir réel d’arriver en haut un jour.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h02
            Afficher/Masquer

            @bizbee: et quand tous seront arrivés en haut, où placerons-nous le nouveau sommet?

            Il serait bien d’avoir déjà pour objectif que tous arrivent à un niveau de vie correct, et cela en travaillant de moins en moins, concurrence des automates et de l’Intelligence Artificielle oblige.

            Même les gentils et dociles travailleurs chinois bons marché ne sont pas concurrentiels:

            http://singularityhub.com/2012/11/12/1-million-robots-to-replace-1-million-human-jobs-at-foxconn-first-robots-have-arrived/
            http://www.forbes.com/sites/kenrapoza/2013/02/22/as-china-changes-infamous-foxconn-goes-robotic/
            http://articles.economictimes.indiatimes.com/2013-03-22/news/37936784_1_robots-yuan-chinese-jobs

            Il ne nous restera bientôt plus qu’à défoncer les barrières bloquant les rues lors des manifestations en France ou à imaginer quels métiers seront encore disponibles aux humains dans 20 ans. Au choix…


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 19h13
            Afficher/Masquer

            ” quand tous seront arrivés en haut, où placerons-nous le nouveau sommet?”

            qui parle de faire monter tous ceux du bas en haut?
            pas moi. monteront ceux qui le voudront.

            D’ailleurs, mm si une structure donne plus de moyens pour refaire redémarrer l’ascenseur social (=redistribution intelligente des richesses), on ne va pas obliger les gens à travailler non plus.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h24
            Afficher/Masquer

            “monteront ceux qui le voudront.”
            Vous croyez réellement ce que vous écrivez?


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 19h28
            Afficher/Masquer

            si vous vous donniez la peine de lire le contexte… on pourra discuter.
            là c’est de l’aveuglement voir du mépris gratuit que je n’estime pas avoir mérité.

            ce que vous dites dans vos autres posts est très justes, c’est juste HS par rapport à mon propos.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h52
            Afficher/Masquer

            L’Homme est fait pour survivre, et comme certains animaux, il aime à stocker pour prévoir les jours difficiles. Faites miroiter à un Homme des revenus plus importants, il les voudra.
            Le contexte est secondaire, la nature et la psychologie humaine fait que chacun de nous veut être “en haut”.
            Je ne crois pas à la sagesse universelle innée.

            Nous ne pouvons raisonner qu’en terme de redistribution entre salariés, car le concept de salariat est déjà sur le déclin, les emplois étant amenés à se raréfier. La lutte des classes est dépassée, nous devons déjà penser à la future société, dans laquelle il faudra concilier robotisation, revenu universel et mérite.

            L’égalité des chances par la formation et le travail, une meilleure répartition de la valeur ajoutée par les salaires sont des combats d’arrière garde, ils seront devenus obsolètes dans 20 ans. Toute comme pour notre système des retraites, il serait préférable de réfléchir à l’avenir plutôt que de constater finalement que le modèle n’est pas adapté.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h19
            Afficher/Masquer

            Pour moi, l’égalité des chances n’est pas un combat d’arrière-garde .je pense que notre désaccord est là.

            Mon avis, c’est que quoi que puisse être le système post-effondrement (dans l’hypothèse où cet effondrement est inéluctable, ce à quoi je ne suis pas à 100% convaincu), il ne sera pérenne (et accessoirement juste, mais là c’est une connotation morale éminemment discutable) que si sa structure permet le renouvellement de ces élites: c’est à dire que les pouvoirs ne restent pas concentrés dans les mm mains et transmis aux héritiers d’une même classe. Parce que sous des couverts de démocratie, c’est bien ce à quoi l’on tend aujourd’hui, et je suis convaincu que cela participe largement à la crise actuelle.
            La définition de la “classe des élites” étant largement modulable au contexte de l’étude: les français en font partie si l’on analyse à échelle mondiale…


          • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 22h19
            Afficher/Masquer

            @ olivier m

            Pas sur que la ‘lutte des classes’ soit dépassée. Car qui détient les usines automatisées et tous ces robots industriels? Ce ne sont pas des biens collectifs, mais la propriété d’un petit groupe, les détenteurs-accapareurs de capitaux, et c’est bien là le problème. Car les revenus issus de cette production robotisée sera, et est déjà accaparée par la classe rentière.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 23h47
            Afficher/Masquer

            L’égalité des chances…

            Je pense être privilégié. Mes parents travaillaient dans le nucléaire français. Leurs aveuglements envers cette filière m’ont ouvert l’esprit. Leurs contradictions m’ont ouvert l’esprit. Aujourd’hui retraités, ils sont perdus en ce qui concerne l’indépendance énergétique française, ils n’osent même pas se remettre en question. Leurs retraites dorées -dorées pour ma génération et probablement les suivantes- ne les autorisent pas à se remettre en question: ils me semblent perdus. Pire, ils s’en moquent royalement, ils osent à peine en parler, ils se contentent de donner des leçons aux futures générations, puis coupent les discutions.

            En effet, le système actuel ne semble pas pérenne. Il ne l’est pas. La Chine semble l’avoir compris, et elle semble ne plus vouloir profiter qu’aux pires des rentiers.

            Mais la chimérique est dans la nature commerçante chinoise; le communisme libéral devra évoluer dans ce pays en parallèle avec la robotisation, sinon ce pays sera à l’origine de la disparition de notre espèce, tout comme la consanguinité est venue à bout de l’aristocratie occidentale.


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 10h52
            Afficher/Masquer

            D’après votre expérience, il me semble en effet que vous n’avez pas été trop affecté par un déficit “d’égalité des chances” par rapport à vos ambitions.

            Mais combien de jeunes aujourd’hui peuvent en dire autant que vous?


  15. Jean-Luc Le 23 juillet 2013 à 13h56
    Afficher/Masquer

    Je me permet d’ajouter une information à votre article Olivier :

    « Il faut bien préciser ce que l’on entend par ‘richesse’ », indiquent les co-auteurs James
    Davies (de l’université de Western Ontario), Anthony Shorrocks et Susanna Sandström, de
    l’UNU-WIDER, et Edward Wolff, de l’université de New York. « Dans le langage courant, le terme ‘richesse’ renvoie plus ou moins au ‘revenu monétaire’. Par ailleurs, les économistes emploient le terme ‘richesse’ pour faire référence à la valeur de la totalité des ressources des ménages, y compris les ‘capabilités’ des individus. Notre étude, elle, prend le terme dans son ancienne acception de ‘valeur nette du patrimoine’ : la valeur des actifs physiques et financiers déduction faite du passif. La richesse équivaut ainsi à la détention d’un capital. Bien que le capital ne soit que l’une des composantes des ressources personnelles, beaucoup considèrent qu’il a un impact disproportionné sur le bien-être d’un ménage et sa réussite économique et, plus largement, sur le développement économique et la croissance ».

    http://www.wider.unu.edu/events/past-events/2006-events/en_GB/05-12-2006/_files/78079219515130235/default/wider-wdhw-press-release-5-12-2006-FR.pdf


  16. Sylvain Le 23 juillet 2013 à 14h48
    Afficher/Masquer

    !!!!!!!! AU SECOURS !!!!!!!!

    Suis-je le seul lecteur à être importuné par un certain individu, qui désormais écrit à lui tout seul près de 50% des commentaires.

    yoananda s’approprie le blog d’Olivier Berruyer en dirigeant presque à lui seul la discussion sur le sujet du jour.

    yoananda pourrit la discussion en engageant des discussions parfois hors-sujet et qui n’intéressent souvent que lui.

    yoananda veut toujours avoir le dernier mot et n’hésitera pas à laisser un commentaire inutile pour s’en assurer.

    Nombre d’informations que yoananda donne sont fausses ou erronées. Il ne cite jamais ses sources et se répète de manière propagandiste.

    Quand on le contredit, il crie au tabou et à la fermeture d’esprit. La lecture de son blog nous éclaire cependant. Ce monsieur se croit touché par la grâce de Dieu et pense être un des élus qui a réussi à se sortir de la “matrice”… Oui, Matrix est apparemment son inspiration principale.

    J’avais jusqu’à il y a peu plaisir à venir sur ce blog, lire les excellents articles d’Olivier et les (très souvent) très intéressants commentaires de ses lecteurs… Aujourd’hui, le plaisir est à moitié gâché par un hurluberlu complotiste.

    Si j’écris ce message, ce n’est pas pour lyncher ledit yoananda, mais c’est parce que mon petit doigt me dit que je ne suis pas le seul a en avoir assez.


    • bizbee Le 23 juillet 2013 à 14h58
      Afficher/Masquer

      En considérant que les 50% restant sont dans le mm nuage, on peut aussi considérer que Yonanda participe à l’équilibre des opinions. Basta la provoque facile…

      Ceci dit, moi je serai très heureux de vous lire plus, quitte faire passer Yonanda de 50 à 30%… 🙂


      • Sylvain Le 23 juillet 2013 à 15h16
        Afficher/Masquer

        bizbee, ce n’est pas la quantité qui compte.

        Je n’écris que quand j’estime que ce que j’ai à dire a plus d’intérêt que le silence. Je ne voudrais pas me poser en exemple messianique, mais quand même… 🙂


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 15h29
          Afficher/Masquer

          “Je n’écris que quand j’estime que ce que j’ai à dire a plus d’intérêt que le silence.”

          Là vous êtes très dur avec vous même!
          Ou bien vous tenez très fortement à l’image que pourrait donner de vous vos commentaires; c’est dommage à mon avis.
          On ne nait pas Messie, mais on peut ptètre le devenir, à force d’encaisser les critiques avec humilité et de progresser: lâchez-vous 😉

          Sur la quantité: on va pas mettre un quota max de commentaires à Yonanda parce que les autres ne participent pas assez qd mm!


    • G. Le 23 juillet 2013 à 15h30
      Afficher/Masquer

      Je propose de tagguer Sylvain en tant que “fasciste”. Il a franchi la première étape vers “le bien du plus grand nombre”, c’est à dire réduire en charpie la liberté d’expression et faire taire les opposants. La suite, on la connait… du sang, des morts et de la souffrance.


      • sylko Le 23 juillet 2013 à 21h18
        Afficher/Masquer

        Vous n’avez pas peur du ridicule, vous.


    • Marcus Le 23 juillet 2013 à 20h28
      Afficher/Masquer

      Vous êtes dur avec Yoananda, il y a des jours où il n’intervient pas.


    • sylko Le 23 juillet 2013 à 20h50
      Afficher/Masquer

      Je confirme Sylvain.
      Yoananda expose ses phantasmes.
      Il participe à beaucoup de sujets mais en fait il est assez pauvre en référence historique.
      Il étale une soi-disant érudition mais en fait il ne fait qu’aligner des poncifs réactionnaires.
      Et en plus il est très soft, ici. Il y a d’autres blogs où il tient des propos plus extrêmes.


      • yoananda Le 24 juillet 2013 à 00h24
        Afficher/Masquer

        Je confirme que mes références culturelles sont assez pauvres, trop à mon goût en tout cas.


        • Marcus Le 24 juillet 2013 à 00h29
          Afficher/Masquer

          Yoananda c’est ta fête aujourd’hui LOL


        • Sylko Le 25 juillet 2013 à 08h12
          Afficher/Masquer

          S’il n’y avait que tes références culturelles…


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 09h40
            Afficher/Masquer

            @Sylko
            En tout cas vos contributions à vous sont vraiment très intéressante, on se délecte du prochain accrochage.
            Les feux de l’Amour sont sur les-crises.fr


  17. dan Le 23 juillet 2013 à 15h15
    Afficher/Masquer

    Répartition des richesses répond à la stratégie géopolitique imposée par les anglo-saxons depuis
    l’époque napoléonienne . La domination du monde pour les rosbeef a commencé par la création de la city à Londres et aux states par la création de la FED . Cette oligarchie anglo-saxons est responsable du pillage des pays du tiers monde , aujourd’hui du pillages des pays européens
    dans une crise qui vient de chez eux. Et ce n’est pas parler des conflits et guerres qu’elle organise comme celles du printemps arabes . En conclusion la répartition des richesses n’est que le résultat
    de conflits géopolitiques permanent !


    • bizbee Le 23 juillet 2013 à 15h38
      Afficher/Masquer

      “En conclusion la répartition des richesses n’est que le résultat
      de conflits géopolitiques permanent !”

      Ou plus simplement: l’inégalité de répartition des richesses n’est que le résultat d’un classe qui fait tout pour transmettre ses privilèges et son rang à ses héritiers.


      • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h30
        Afficher/Masquer

        On touche là au fond du problème du modèle capitaliste: la transmission qui va à l’encontre du mérite.


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 19h32
          Afficher/Masquer

          pour une fois, c’est pas HS.
          merci


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 20h22
            Afficher/Masquer

            C’est pourtant hors sujet à mes yeux car la robotisation nous rendra insolvables. La transmission du patrimoine n’aura alors plus aucun sens.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h29
            Afficher/Masquer

            “la robotisation nous rendra insolvables.”

            Là il faut que tu développes, parce que je ne suis pas du tout convaincu.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 22h17
            Afficher/Masquer

            La robotisation nous rendra insolvables…

            Je ne crois pas que des actions -au sens capitalistique du terme- dans des robots suffisent aux 7 milliards d’humains pour se payer l’énergie nécessaire au fonctionnement et au renouvellement de ces robots. Donc petit à petit, nos emplois disparaitront, tout comme nos revenus.

            Mais, rien ne me permet de l’affirmer, il se pourrait en effet que nos futurs robots soient énergétiquement rentables, que leurs rendements soient suffisants. Heureusement, le soleil -énergie infinie à nos yeux-, est là, celui-même qui nous permet d’exister, de nous nourrir, et demain devrait permettre de nous en sortir. L’espoir existe, même s’il est encore très mince aujourd’hui.

            Espérons que les chercheurs chinois soient assez nombreux dans les prochaines années pour nous donner demain les moyens techniques de notre indépendance énergétique.


    • Marcus Le 23 juillet 2013 à 20h24
      Afficher/Masquer

      Oui, dan, et c’est le cartel bancaire qui mène la danse !


  18. Lisztfr Le 23 juillet 2013 à 16h52
    Afficher/Masquer

    Avec tous ces implants et autres inlay, certains ont une dentition qui vaut une année de salaire d’un autre… là, on comprend que l’inégalité crée une santé à 2 vitesses et une humanité seconde, car une vie ne vaut pas une autre.


  19. Opps' Le 23 juillet 2013 à 19h10
    Afficher/Masquer

    J’attire l’attention sur le fait qu’une partie de la richesse est mobilisée en outil de production ou en ressource.

    Un “vrai” riche ne consomme personnellement qu’une faible partie de sa richesse. Le reste n’est pas dans son matelas.

    Bref , une partie de la “richesse” ne peut pas être (re) distribuée aussi facilement que des chiffres ou des courbes le laissent supposer.

    Bien sûr on pourrait penser que l’outil de production devrait appartenir à tous , donc à l’Etat. … c’est une option …

    Enfin n’oublions cette expérience en plusieurs cas constatée : en distribuant une même somme de départ à plusieurs personnes , ou le même bout de terrain , au bout d’un certain temps … il y aura des riches et … des plus pauvres (Je sais qu’on aime bien la “nature humaine” sur ce blog 😉 )


    • bizbee Le 23 juillet 2013 à 19h20
      Afficher/Masquer

      “Bref , une partie de la “richesse” ne peut pas être (re) distribuée aussi facilement que des chiffres ou des courbes le laissent supposer. ”

      Si elle est mobilisée dans l’outil de production, c’est qu’elle est “distribuée”, a moins que cet outils ne soit constitué à 100% de robot.
      Ceci dit la distribution de l’autre partie (tu sais, celle qui se cache dans des comptes off-shore) devrait suffire à redonner largement assez de “potentiel à ascenseur social” pour redémarrer un renouvellement de la classe des élites.


      • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h36
        Afficher/Masquer

        En passant, c’est la valeur ajoutée et non la richesse qui doit être distribuée.

        “L’autre partie” n’est que du vent qui ne survit et ne se reproduit plus que par plus de vent. Ne comptez pas sur ce mirage pour “enrichir” tout le monde.


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 19h41
          Afficher/Masquer

          on ne parle d’enrichir personne, mais de répartir le capital (et pas la valeur ajoutée).
          Alors, oui, le monde va de toute façon très probablement s’appauvrir
          http://www.theoildrum.com/node/10009

          Mais encore une fois, ce n’est pas le sujet ici!


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 19h59
            Afficher/Masquer

            Je veux bien vous suivre, mais répartir le capital actuel me semble être une tâche insurmontable. Les snipers sont légion.

            PS: je n’ai pas l’impression que ce blog soit fait pour rester dans les sujets des posts publiés par Olivier Berruyer. Je vois celui-ci plutôt comme un think-tank.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h28
            Afficher/Masquer

            “répartir le capital actuel me semble être une tâche insurmontable”

            Par ex; effacer une partie des dettes souveraines…
            Avec qd mm un risque d’appauvrissement généralisé si le défaut est mal géré, je vous l’accorde.


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 22h59
            Afficher/Masquer

            Effacer une partie des dettes souveraines…

            Ca ressemble à une déclaration de guerre. OK, les français ont l’épargne suffisante pour cela. Ils méritent qu’on efface leur dette en prélevant leurs actifs en partie basés sur le surinvestissement.

            Mais, ils pensent que d’autres qu’eux en ont profité. La propagande du système est mal orientée en France, au lieu de promouvoir le capitalisme anarchique, elle devrait promouvoir la responsabilité individuelle, le dépassement de soi. Au contraire, elle promeut les bénéfices à tout prix, la réussite immédiate plutôt que celle à long terme: devenez entrepreneur pour faire fortune. Est-ce vraiment le but? Ne serait-il pas uniquement de vivre directement de son activité, quelle qu’elle soit?

            Mais pour en revenir à nos moutons, effacer les dettes souveraines. La confiance, base du commerce, n’existe plus, ni chez les entrepreneurs, ni chez les consommateurs. Effacer les dettes souveraines, à moins d’imprimer encore plus de faux-billets, consiste à vider les comptes des français “moyens”, les comptes des riches étant bien entendu à l’étranger et non perceptibles. Nous allons donc ponctionner ceux qui ont le moins profité des bulles, tout comme les capitaux russes sont partis de Chypre avant le racket européen.

            Vous croyez que la confiance reviendra chez les moutons-autruches avec cette politique? Peut-être, mais il faudra renouveler la propagande. Embaucher des psychologues plutôt que des sociologues.


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 10h50
            Afficher/Masquer

            C’est justement la propagande du système qui nous fait croire que l’effacement des dettes feraient chuter la confiance des investisseurs; combien d’exemple prouvent le contraire?

            Combien de banques se sont précipiter pour prêter à l’Argentine dans les mois qui ont suivis sont défaut?

            L’assainissement de l’économie, et son redémarrage passe justement par des défauts partiels; des purges quoi. A l’exemple des Jubilées antiques.


          • olivier m Le 25 juillet 2013 à 17h17
            Afficher/Masquer

            C’est aussi la propagande qui oublie que, dans le système, la confiance des consommateurs est aussi importante que celle des investisseurs.

            En ce qui concerne le cas de l’Argentine, on croyait encore à l’époque être riche des faux billets créés par nos banques avec la complicité et les encouragements de nos politiciens. Les argentins n’ont reçu que des faux-billets.

            Pour finir, vos purges ressemblent aux saignées du moyen âge. Elles ne feront pas disparaître le mal.


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 18h36
            Afficher/Masquer
      • Opps' Le 23 juillet 2013 à 20h07
        Afficher/Masquer

        Tu n’es pas sans ignorer qu’une partie des capitaux qui transitent off-shore , c’est de la fausse monnaie … confondre la monnaie et la richesse est déjà une erreur , mais confondre richesse et fausse monnaie !

        Ceci dit sa simple disparition serait déjà un énorme progrès.


        • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h25
          Afficher/Masquer

          “Tu n’es pas sans ignorer qu’une partie des capitaux qui transitent off-shore , c’est de la fausse monnaie.”

          A mais tout à fait, et ce tant qu’elle n’est pas réinvestie, par exemple dans un club de foot…


        • jacqueline Le 23 juillet 2013 à 22h02
          Afficher/Masquer

          Tout à fait d’accord avec vous !

          Se battre pour un tableau excel rempli de chiffres ou pour des billets de monopoly, c’est comme jouer dans un casino fauché qui n’aurait pas l’équivalent en vrai argent de ses jetons.

          Consolation : ceux qui n’ont presque rien sur leur compte en banque, n’ont rien à perdre. Et ceux qui auront perdu leurs économies à la banque seront dans la même situation qu’eux, mais avec la rage en plus.

          Ca explique pourquoi la plupart des gens se désintéressent de la crise. Epargner pour tenir trois mois de plus, alors qu’on arrive pas à boucler le budget du mois.???

          Ce serait salutaire que toute cette fausse monnaie disparaisse.


    • Incognitototo Le 23 juillet 2013 à 19h51
      Afficher/Masquer

      @ Opps’,

      Importante remarque, à laquelle je souscris… d’autant plus que le PIB mondial n’est jamais que de 62 000 Md$ ; et si très grossièrement, on distribuait la totalité de ce revenu (en faisant abstraction des autres charges, notamment de la rémunération des moyens de production) aux 7 milliards d’habitants de la terre, ça ne ferait jamais que 8 860 $ par personne, ou encore 570 € par mois pour un Français…

      Encore des candidats à l’égalitarisme total ?

      Ça n’empêche pas de penser qu’il y en a qui se goinfre vraiment trop… mais, il faut arrêter de croire que c’est en prenant tout aux riches qu’on résoudra tous les problèmes du monde…


      • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h06
        Afficher/Masquer

        “il faut arrêter de croire que c’est en prenant tout aux riches qu’on résoudra tous les problèmes du monde…”

        moi je dis seulement qu’il faut renouveler la classe des élites en remettant en route l’ascenseur social; et oui il faudra plus prendre aux riches pour cela… ce renouvellement me parait être un préalable indispensable pour espérer “changer le monde”…


        • Opps' Le 23 juillet 2013 à 20h29
          Afficher/Masquer

          Si c’est le “monde” que tu veux changer , c’est donc que tu souhaiterais une énorme ponction sur le monde occidental pour une redistribution en Afrique/Inde/Amérique du Sud … etc …


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h33
            Afficher/Masquer

            a tout de suite les grandes intentions humanistes…
            non, je m’arrête aux constats et tente d’en déduire des liens de causes à effet.

            Et oui, le fait que j’ai individuellement le sentiment de n’avoir aucun poids dans les décisions de mes représentants m’indigne encore un peu.. Mais promis, je vais faire un effort pour être totalement blasé.


          • Opps' Le 23 juillet 2013 à 20h56
            Afficher/Masquer

            Blasé ? , juste déjà prendre un peu de recul , éviter les pièges les + grossiers du système , et les nouvelles religions un peu simplettes.

            Au total ça sera du bricolage , suivant où on est, et ce qu’on peut ok, mais s’il est honnête et lucide , ça sera déjà pas mal. Attention , ça brule un peu les doigts quand même.


        • olivier m Le 23 juillet 2013 à 20h35
          Afficher/Masquer

          “…’il faut renouveler la classe des élites en remettant en route l’ascenseur social”

          OK, et concrètement, comment ça se passe? On lobotomise les élites? Et ceux qui les remplacent, on en fait quoi? On les lobotomise aussi?

          L’être humain est, en très grande majorité, fait pour se soumettre, mais à qui? A des élites -terme en général usurpé-! Il y en aura toujours! Et la tendance humaine -et animale- est, en très grande majorité, d’en faire le moins possible, et si cela suffit, d’en profiter pour avoir plus que son voisin.

          Où les belles idées rencontrent sur la nature humaine.


          • bizbee Le 23 juillet 2013 à 20h48
            Afficher/Masquer

            difficile de débattre avec un interlocuteur qui part du principe que vous débarquez d’un débat de lycéen pétard au bec… mais bon… essayons de débattre sans mépris, ça sera plus constructif.

            donc pour vous répondre, et me mouiller en propositions (c’est éminemment plus simple de critiquer que de proposer);
            1) des défauts partiels sur les dettes souveraines (c’est probablement un des transferts de capital le plus direct)
            (cf. bon sens)
            2) un recentrage des dépenses d’état sur ses fonctions minimales
            (cf. idées minarchistes)
            3) tout en améliorant (voire en augmentant) les dépenses éducation (voire recherche & santé) qui peuvent être à fort potentiel de création de richesse si bien gérées (parce que oui, un humain bien éduqué et en bonne santé est plus productif de richesse)
            (cf. système de dépenses scandinave dans ces domaines)
            4) une révision complète de la fiscalité en ciblant le capital non-productif et allégeant les charges sur le travail
            http://minarchiste.wordpress.com/2013/07/11/les-taxes-et-impots-des-reflexions-sur-la-fiscalite/
            5) je ne suis bien évidemment pas grd chose avec mes belles utopies mais j’aurais essayé…

            et vos propositions à vous pour un monde meilleur, histoire d’équilibrer la prise de risque, elles sont?


          • olivier m Le 23 juillet 2013 à 21h19
            Afficher/Masquer

            @bizbee:

            Vous maniez la provocation avec doigté. Mais pour moi, vous fuyez le débat.
            Vos propositions ne font que tenter de régler les problèmes actuels. Mais ceux-ci seront amplifiés par l’automatisation, qui elle-même nous empêchera de les régler.

            On peut envisager temporairement d’améliorer le système par la redistribution des richesses, mais ce ne sera que provisoire. Pour que le système soit pérenne, seule la redistribution des valeurs ajoutées -humaines et robotisées- est envisageable.

            Mes solutions? Les états occidentaux les envisagent déjà: le revenu universel, le temps de travail flexible et les activités variables selon l’age. Reste à trouver comment concilier “assistanat”, “formation continue” et “motivation”… Si ce n’est l’avenir de nos enfants, qu’est ce qui pourrait nous inciter à nous dépasser, alors que les machines pourraient nous fournir l’essentiel? L’échec du RSA fait réfléchir nos “élites”…

            Mes interrogations ne vont que dans ce sens: comment l’espèce humaine peut-elle évoluer dans le bon sens alors qu’elle sera devenue inutile?
            Ou, pour résumer, comment rendre utile un américain obèse? Facile! : lui enseigner que son expérience est utile pour expliquer aux autres qu’il y a des limites au laisser-aller.

            Hier les vieux sages transmettaient leurs erreurs et conclusions aux jeunes. Demain, nous ne servirons plus qu’à cela. Il faut l’accepter, l’économie devra suivre, le Capital n’aura plus le choix. Seule une belle guerre, mondiale et/ou civile, pourra alors régler les problèmes mondiaux, sauf si nous envisageons, nous les autruches, à penser autrement.

            Les bouc-émissaires, que nos médias ne cessent de mettre en exergue, comme les assistés, ou les profiteurs, ne sont pas la solution. La solution est en nous, à nous de la trouver.


            • GRRR Le 23 juillet 2013 à 21h58
              Afficher/Masquer

              Puisqu’il est question de revenu garanti, j’en profite pour rappeler que dans ce cas il ne faut pas parler de REdistribution mais de distribution tout simplement. Voir TOUTES les explications sur http://www.economiedistributive.fr


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 11h16
            Afficher/Masquer

            @ olivier m
            “Vous maniez la provocation avec doigté. Mais pour moi, vous fuyez le débat.”

            Je pense que c’est vous qui fuyez le débat sur ce que les faits montrent aujourd’hui, et préférez projeter vos idéologies pour des solutions aux problèmes de demain, un avenir que vous semblez considérer comme acquis.

            Rien que l’idée que le travail humain, et donc l’activité de l’obèse, sera inutile car remplacée par celui des machines est du niveau sci-fi des années 80…
            C’est une possibilité, certes, mais de là à en faire une certitude qui justifie d’orienter toute la réflexion sur comment gérer notre ennui en 2050 plutôt que le chômage des jeunes en 2013 ou les inégalités de richesses aujourd’hui…! On n’a pas l’impression à travers ces idées et témoignage que vous avez eu la chance de connaître la galère actuelle…

            Par contre, sur la répartition de la valeur ajoutée, ou plus simplement, la répartition du travail, je suis 100% d’accord pour en faire une réflexion prioritaire: déjà pour aujourd’hui et les 10 ans qui viennent, on verra ptètre un jour pour le monde imaginaire d’Irobot !

            Sur ce sujet, j’ai déjà lancé des coups de gueules sur ce blog (ce que vous appelez provocations) avec comme idée principale que moi personnellement j’étais prêt à diminuer mon salaire de 80% et travailler 30 h pour que ça puisse permettre à un de mes anciens collègues au chômage d’avoir un job. Pb, ni la structure ne le permet aujourd’hui (on pourrait imaginer des diminutions de charges sur les emplois à temps partiels à “haute valeur ajoutée”, et bien d’autre chose), mais surtout la mentalité générale ne va pas dans ce sens: la grande majorité des actifs salariés “médians” font tout pour défendre leur 2% d’augmentation annuel et leur permis de vacance 3 semaine en martinique et pour ça, préfèrent dire aux chômeurs d’aller crever…

            Sur l’idée du revenue de base;
            Je n’aime pas l’idée de distribuer des droits sans devoirs. Mais je ne m’y oppose pas s’il l’on trouve des contreparties d’actions citoyenne à ce revenu de base.


          • olivier m Le 25 juillet 2013 à 15h02
            Afficher/Masquer

            @bizbee:

            je ne fuis pas le débat, il n’existe pas; et je ne pense pas à vous ni à la très grande majorité des intervenants de ce blog.

            Le débat sur l’avenir de l’économie mondiale à court terme ne sert à rien, les banques centrales n’ayant visiblement plus d’autre solution que d’alimenter des économies de bulles. Plutôt que de perdre mon temps à blablater sur des solutions, j’ai maintenant compris que je perdrais moins de temps à attendre l’explosion de(s) prochaines bulles.

            Donc je me concentre sur le moyen et long terme, le long terme étant à mes yeux d’ici 10 ans. Si on applique aux robots la même vitesse de développement que celle des smartphones, je crains qu’iRobot n’arrive bien plus vite qu’on ne peut l’imaginer.

            Un petit lien: Samsung’s next big growth engine is … robots? http://www.androidbeat.com/2013/06/samsung-robots/
            Pour résumer: Samsung investit massivement dans la robotique, avec pour objectif de remplacer la machine à billet des smartphones d’ici 3 ans. Vous avez bien lu: 3 ans, pas 30 ou 40 ans!


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 15h23
            Afficher/Masquer

            “Le débat sur l’avenir de l’économie mondiale à court terme ne sert à rien”

            C’est un peu faire un gros fuck aux 50% de jeunes espagnoles qui ne trouvent pas d’emploi ça.


          • olivier m Le 25 juillet 2013 à 16h02
            Afficher/Masquer

            La très très grande majorité des jeunes humains ne pense qu’à entrer dans le système, à consommer jusqu’à en remplir ses poubelles, et à se “divertir” de la bêtise des autres: aucun recul ni esprit critique ou auto-critique. On peut tirer le même constat avec leurs parents. Et ce n’est pas un maquillage des comptes des Etats qui leur fera ouvrir les yeux. Quand à leurs grands-parents, ils sont à l’image de mes parents: des autruches obèses qui ne veulent ni changer de système, ni maigrir.

            Sauf à fermer les paradis fiscaux, et enfin se décider à créer des barrières douanières gagnant-gagnant, je ne vois aucun avenir à moyen ou long terme à la globalisation actuelle de l’économie. Les jeunes sont-ils prêts à se mettre “en guerre” contre ceux qui tirent -encore- profit du statu-quo? Je ne le crois pas.

            J’ose croire tout de même que les jeunes européens refuseront d’aller faire la guerre de l’énergie au Moyen-Orient dans les prochains mois, pour le compte des américains. Ils feraient mieux de se mettre en grève tout de suite, car les derniers rebondissements entre les USA, Egypte, Qatar et Arabie Saoudite sentent la mort. Bye bye Morsi et les frères musulmans, les ex-nouveaux amis d’Obama!

            Plutôt que d’émigrer en Allemagne ou en Amérique du Sud, les jeunes espagnols feraient mieux de faire un sitting devant leurs parlementaires et leur demander droit dans les yeux quel avenir ils leur préparent.


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 16h13
            Afficher/Masquer

            et c’est évidemment ce que vous auriez fait à leur place; un sitting pdt que papa et maman vous nourrissaient… trop facile la vie d’indigné…


          • olivier m Le 25 juillet 2013 à 16h32
            Afficher/Masquer

            Tu n’y es pas: mes parents ne m’auraient pas nourris car toute critique du système menait directement à la case “communiste” puis “goulag”! lol Le logiciel d’endoctrinement était déjà bien rodé il y a 20 ans.

            Anecdote à part, je parle de sitting, pas de grève de la faim. Si les générations qui ne pensent pas encore à la retraite n’envisagent même pas de s’entraider, alors en effet, il n’y a plus rien a espérer!


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 16h52
            Afficher/Masquer

            oui c’est ça, ils n’ont qu’à s’entraider ces jeunes au chômage.. On n’a bien d’autre chats à fouetter bien plus alarmants; l’arrivée imminente des robots mangeurs d’emploi, la fin du pétrole, le maïs OGM de Monsanto…

            Vraiment, vous parlez de qq chose que vous n’avez jamais connu, et ça se voit…


          • olivier m Le 25 juillet 2013 à 17h37
            Afficher/Masquer

            Vous connaissez beaucoup de français qui croient encore pouvoir prendre leur retraite d’ici 20 à 50 ans?

            C’est de la solidarité qui devrait exister entre ces français dont je parle.

            Mais je pense que c’est impossible. Vous pensez visiblement plus au futur plaisir d’un compte en banque bien garni qu’au plaisir de manger du miel et se balader dans la nature sans masque à gaz.

            Continuez donc à raisonner à court terme puisque cette façon de penser, qui s’est développée à outrance ces 30 dernières années, a tellement bien montré son efficacité que nous en sommes arrivés à nous battre pour trouver un emploi.

            En attendant, je vois que cela ne vous empêche pas de passer votre après-midi sur ce blog! Votre travail, doit être formidable puisqu’il vous permet également de vivre avec seulement 20% de votre salaire actuel. Non, nous ne vivons en effet pas dans le même monde.

            Je suis de la même génération qu’Olivier Berruyer, celle qui a toujours entendu parler de crise, celle qui a été la première à galérer pour entrer sur le marché du travail. Je crois avoir connu en moins pire ce que les jeunes vivent aujourd’hui”hui. Alors la guerre entre générations, ne comptez pas sur moi pour la faire, j’ai comme l’impression que nous sommes dans le même bateau.


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 18h23
            Afficher/Masquer

            J’ai écris par erreur diminuer mon salaire de 80% qd je voulais écrire le réduire à 80%. Du coup je vous ai induit en erreur quant à mes revenus, dsl.

            et du coup, les remarques que vous m’adresser ne s’appliquent pas;
            ni sur ma productivité, ni sur ma vision de l’avenir, ni sur mes revenus.

            Mais le ponpon c’est qd mm de recevoir des leçon de court-termisme par une personne qui a vécu en plein dans son apologie… et préfère regarder les conséquences dans 10ans que celles à sa porte.
            La solidarité a des limites mon bon monsieur; que je paye bien votre retraite, c’est ça dont vous voulez vous assurer?


          • olivier m Le 25 juillet 2013 à 19h04
            Afficher/Masquer

            “Mais le ponpon c’est qd mm de recevoir des leçon de court-termisme par une personne qui a vécu en plein dans son apologie… et préfère regarder les conséquences dans 10ans que celles à sa porte.”

            J’accepte la critique collectivement avec ma génération. Attendez-vous à la recevoir si vous faites des enfants: effet boomerang garanti! A la décharge de ma génération, elle était bien moins outillée pour se tenir informée dans sa jeunesse. La vôtre ne pourra pas expliquer cela à sa progéniture. Je vous plains.

            J’ai délibérément choisi à votre âge de ne pas me reproduire. J’accepte de travailler pour un bas salaire -pour mon profil-, je ne demande jamais d’augmentation mais je n’ai toujours pas trouvé comment en refuser une, on me regarde de travers quand j’essaie. Bref, on est dans le même bateau, et tout est fait pour nous empêcher d’en changer.

            “La solidarité a des limites mon bon monsieur; que je paye bien votre retraite, c’est ça dont vous voulez vous assurer?”

            J’ai payé une partie de vos études avec mes impôts, et je ne prévois pas de vivre assez longtemps pour prendre ma retraite. J’ai la chance d’être informaticien -et de penser autrement-, donc d’avoir devant moi encore quelques années à travailler avant que l’IA ne me dépasse ou que mon environnement soit trop pourri à mon goût pour que la vie en vaille encore la peine.

            Mais, bien qu’on me dise généralement pessimiste, je suis plein d’espoir, je crois en notre capacité à nous rebeller, quelle qu’en soit la façon, à imaginer une organisation de la société qui puisse évoluer en fonction de la technologie et des ressources renouvelables que notre environnement pourra nous fournir.

            Heureusement que vous êtes un troll, car, à vous lire, je finirai par me dire que les générations plus jeunes ne valent pas la peine de se battre pour leur avenir. Et si vous n’êtes pas un troll, vous avez encore du chemin à faire puisque vous semblez penser que les études, c’est gratuit.


          • bizbee Le 25 juillet 2013 à 19h15
            Afficher/Masquer

            bon, vous faites votre méa-culpa, je me dois de faire le mien.

            Je ne suis pas un troll, et je suis pleinement conscient des opportunités que la sociétés m’a offerte, en partie grâce aux combats menés par les précédentes générations. Merci pour ça. Aujourd’hui je participe à ma manière à assurer que les prochaines pourront continuer de se déplacer un peu plus loin que leur village qd il n’y aura plus de pétrole.

            Mais je suis en colère parce que je me sens très impuissant, j’espère que les prochaines générations le comprendront. Parce qu’avoir accès à l’information c’est extraordinaire, mais cela ne donne pas pour autant bcp plus de pouvoir de changer les choses, quoique ce blog soit un contre-exemple porteur d’espoir.


      • Opps' Le 23 juillet 2013 à 20h41
        Afficher/Masquer

        On est bien d’accord Incognitototo

        Disons que c’est mieux de parler de cette tendance de la richesse à se reproduire en s’amplifiant. Disons que l’argent facile , même s’il nous facilite la vie , les riches savent encore mieux en profiter que nous. Et au final on le paie bien cher.

        Mais dire ceci n’est pas une solution toute prête , c’est vrai !


    • Amsterdammer Le 23 juillet 2013 à 22h34
      Afficher/Masquer

      “Bien sûr on pourrait penser que l’outil de production devrait appartenir à tous, donc à l’Etat.”

      Pas d’accord. Une socialisation des moyens de production n’est pas la même chose qu’une nationalisation à la bolchevique.
      Une coopérative est la propriété de ceux qui y travaillent, non de l’Etat.
      Reconquérir la propriété d’une entreprise sur les actionnaires-sangsues, la restituer à ceux qui créent la richesse, id est les salariés, ça n’est pas rejouer à la collectivisation.

      Par contre, oui, il est des domaines qui devraient échapper totalement aux intérêts privés : santé, transport, énergie, infrastructures… et le système bancaire, en tout premier lieu!


  20. BA Le 23 juillet 2013 à 21h40
    Afficher/Masquer

    L’éditorialiste du journal “LES ECHOS”, Jean-Marc Vittori, vient de comprendre que plusieurs pays de la zone euro vont faire défaut.

    Et maintenant, dans le journal “LA TRIBUNE”, c’est Patrick Artus.

    Ils commencent à comprendre.

    A propos des défauts de paiement des pays de la zone euro, Patrick Artus écrit :

    “Un défaut est inévitable pour les pays les plus vulnérables de la zone euro”

    La Tribune : Mais n’y a-t-il pas un danger d’une réaction en chaîne si l’un des pays de la zone euro fait défaut ?

    Patrick Artus : Le problème, c’est que l’on n’a pas mis en place les institutions nécessaires pour permettre d’éviter la contagion. Par exemple, si demain le Portugal fait défaut, nous n’avons rien pour empêcher les marchés d’attaquer les autres dettes européennes. Quant à l’OMT, il est inefficace parce qu’il ne peut être déclenché que si un pays demande à être placé sous programme d’aide. Il n’intervient qu’après le désastre, alors que ce mécanisme devrait être préventif. Mais il n’y a pas que cela. Il faut aussi prendre en compte le fait que les banques sont d’énormes détenteurs de dette publique. Pour qu’il y ait un défaut organisé, il faut prévoir avant une recapitalisation des banques. Or, le MES n’est pas prêt. Donc pour l’heure, un défaut signifierait automatiquement une crise bancaire.

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130723trib000777111/patrick-artus-un-defaut-est-inevitable-pour-les-pays-les-plus-vulnerables-de-la-zone-euro.html

    Les pays européens qui vont faire défaut sont les suivants :

    Grèce, Italie, Portugal, Irlande, Belgique, France, Espagne, Royaume-Uni, Chypre, et plus si affinités.

    1- Médaille d’or : Grèce. Dette publique de 305,291 milliards d’euros, soit 160,5 % du PIB.

    2- Médaille d’argent : Italie. Dette publique de 2034,763 milliards d’euros, soit 130,3 % du PIB.

    3- Médaille de bronze : Portugal. Dette publique de 208,284 milliards d’euros, soit 127,2 % du PIB.

    4- Irlande : dette publique de 204,054 milliards d’euros, soit 125,1 % du PIB.

    5- Belgique : dette publique de 394,220 milliards d’euros, soit 104,5 % du PIB.

    6- France : dette publique de 1870,294 milliards d’euros, soit 91,9 % du PIB.

    7- Espagne : dette publique de 922,828 milliards d’euros, soit 88,2 % du PIB.

    8- Royaume-Uni : dette publique de 1385,701 milliards de livres sterling, soit 88,2 % du PIB.

    9- Chypre : dette publique de 15,342 milliards d’euros, soit 86,9 % du PIB.


    • olivier m Le 23 juillet 2013 à 21h57
      Afficher/Masquer

      Dans deux ans,ils conviendront que la planche à billet n’est pas une solution, NON PLUS.

      Je m’en réfère à JPP, Jean-Pierre Petit – CV impressionnant-, qui ne voit pas de solution, mais qui, selon lui, fait bien son métier tant qu’il fait gagner de l’argent à ses protégés, sous-entendu peu importe les conséquences de ce que je répète et fais, tant que les privilégiés -dont mes revenus dépendent-, en tirent un bénéfice.

      Il y a 15 ans, une fraîche diplômée de l’ESCP m’affirmait qu’il était envisageable de délocaliser les terres; pour être clair, pas la production, les substrats! Voilà ce que l’on enseigne à nos élites! Bon j’avoue, je suis encore énervé car un polytechnicien vient de couler ma boîte par sa suffisance; mais, ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’il travaille maintenant chez un grand fournisseur d’EADS.


  21. fabien775 Le 23 juillet 2013 à 23h31
    Afficher/Masquer

    J’ai beaucoup aimé quand Jean-Pierre Petit s’est fait allumé par Olivier Delamarche sur BFM Business. Ce type est trop suffisant et il croit avoir la science infuse.


    • yoananda Le 24 juillet 2013 à 09h43
      Afficher/Masquer

      sauf que les chiffres ont montré que Delamarche s’est complètement gouré et que c’est JPP qui avait raison. Je ne me souviens plus mais je crois que c’était 8 millions d’emplois créés, qq chose comme ça, et j’avais vérifié , c’est JPP qu’avait raison.


      • Surya Le 24 juillet 2013 à 20h54
        Afficher/Masquer

        Il avait raison quand début 2008 il disait de bourrer sur les actions ?


      • olivier m Le 25 juillet 2013 à 18h00
        Afficher/Masquer

        A ce sujet, extrait d’un forum (merci à l’auteur s’il se reconnait):

        “Les emplois créés aux USA sont des emplois de service à temps partiel et non ou très peu qualifiés (principalement restauration débits de boisson et vente au détail) . Rapport du BLS :”Employment rose in professional and business services, food services and drinking places, and retail trade.”
        http://www.bls.gov/news.release/empsit.nr0.htm

        Ca créé aucune ou peu de valeur ajoutée ces jobs. Ou le mirage du capitalisme à la française, basé sur les services…

        En passant, est-il possible d’estimer le nombre d’emplois créés par les food-stamps américains? J’imagine que ça créé pas mal d’emplois “macdo”…

        Pour le plaisir, l’échange JPP-Delamarche: http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=1svDPuGE02U#t=784s


  22. Duff Le 23 juillet 2013 à 23h38
    Afficher/Masquer

    Vous présentez une photographie à un instant T.

    Il faudrait regarder sur les 30 dernières années l’évolution sur cette période durant laquelle la mondialisation s’est accélérée. Selon ce que j’ai pu voir, on pourrait noter que certains pays occidentaux ouverts à la mondialisation n’ont en rien vu leur revenus médians ni leur indice de Gini se détériorer tordant le coup à certaines idées reçues.

    De même, sur la même période, plus d’un milliard d’êtres humains sont sortis de la misère et des classes moyennes sont apparues dans des “émergents”.

    Si vous détaillez dans vos prochains articles les écarts apparus entre pays occidentaux ce serait très riche comme support à la discussion. Pour mesurer l’exposition à la mondialisation, on pourrait regarder l’évolution des revenus, des inégalités et ce qui me semble mesurer le degré d’ouverture à la mondialisation : Part des importation + Part des exportation / PIB.

    Je vous garantis que sur quelques pays européens, des certitudes idéologiques s’effondrent…

    Cordialement.


    • toutouadi Le 24 juillet 2013 à 09h08
      Afficher/Masquer

      La question est de savoir si les classes sociales et pays ont émergés grâce à ce système inégalitaire ou malgré ce système ?

      Quid de la révolution productiviste et de l’accès aux énergies dans ces émergences ?


  23. JPS1827 Le 25 juillet 2013 à 01h26
    Afficher/Masquer

    C’est toujours utile de réviser ces graphiques dont nous avions déjà vu une bonne partie. Je n’ai pas lu tous les commentaires, alors mes excuses si ça a déjà été dit, mais le graphique “composition régionale” fait bien ressortir que ce que les uns ont, les autres ne l’ont pas, ce qu’on a toujours un peu tendance à oublier dans les débats sur la richesse extrême. Je pense que dans l’accumulation d’un énorme patrimoine, il y a surtout un désir de domination (donc que les autres aient le moins possible), sinon on ne voit même pas à quoi il pourrait servir.


    • bizbee Le 25 juillet 2013 à 10h41
      Afficher/Masquer

      @JPS1827
      “dans l’accumulation d’un énorme patrimoine, il y a surtout un désir de domination”
      Une bonne remarque, qui amène le débat sur des angles très intéressants pour moi.

      Il y a en effet certainement de nombreuses raisons psychologiques et culturelles au désir d’accumulation du patrimoine et à sa transmission à ses héritiers;
      – désir de domination, de pouvoir,…?
      – sentiment d’immortalité individuelle à travers sa descendance,… ?
      – sentiment d’immortalité de “sa lignée”, sa tribut, sa nation, à travers la transmission d’un patrimoine culturel… ?

      Quoiqu’il en soit, il serait une erreur de penser que ces psychologies sont immuables et qu’elles seraient un trait inné de l’H. Les différences d’inégalités entre pays prouvent le contraire (cf. brésil vs. suède); à mon humble avis, elles sont éminemment culturelles.

      Faire évoluer la culture de l’égalité “générale” au dépend des intérêts individuels et/ou de sa tribut; ce qui est d’autant plus difficile que la société est constitué d’individu d’identités hétérogènes. Difficile de partager avec un individu dont on ne partage pas certaines valeurs, surtout sans contrepartie. Difficile, mais pas impossible donc. La distribution ou redistribution doit inclure des contreparties ; droits contre devoirs.

      On peut aussi faire le choix de se replier sur des groupes plus petits à identités plus homogènes; Démondialiser et Retribaliser… quitte à ne pas se soucier des inégalités entre groupes différents… solution de facilité… peut-être plus « naturelle », dans le sens de Hobbes. Surement moins juste dans le sens de Rousseau; nous ne sommes pas que des animaux, nous sommes doués de culture pour lutter contre notre nature…

      A l’inverse, il y a la tentation, au nom de l’égalitarisme, de vouloir tout homogénéiser à la sauce “dans le meilleur des mondes” en accélérant la mondialisation pour araser les particularités culturelles. Ou comment l’égalité amène un appauvrissement généralisé : cette logique poussée à l’extrême c’est 7MM d’individualités différentes contre 7MM de clônes…
      On a moins l’avantage d’avoir des retours d’expériences sur l’application de cette idéologie qui pour le coup, va vraiment trop à l’encontre de notre nature; un part de nous restera toujours animale, et surement pour notre bien…


      • olivier m Le 25 juillet 2013 à 17h02
        Afficher/Masquer

        Avoir des enfants, mais à quoi cela sert-il s’ils n’ont rien? Autant les renier.

        Voilà pour moi comment notre société occidentale fonctionne aujourd’hui. Avoir des enfants “adaptés” pour se valoriser, sinon, on les jette et on se moque complètement de leur avenir. Avoir des enfants comme avoir un smartphone. Mais on ne change pas d’enfant comme on peut changer de gadget.

        La culture serait la solution? L’émergence des sectes la rend utopique. Elle est la preuve que la nature humaine se recroqueville sur elle-même plutôt que de s’ouvrir: l’homme en est revenu à chercher le messie tellement il est perdu.

        L’ère de l’information devrait nous permettre d’ouvrir les yeux, sauf si Obama -encore lui! :[[[ -, profite trop de son tout nouveau pouvoir de censure; celle de la robotique devrait nous permettre d’avoir le temps de réfléchir. Mais la réflexion doit commencer avant que celle-ci n’apparaisse: les drones américains tuent déjà beaucoup trop de personne innocentes dans le monde entier. irobot avant l’heure?


  24. Claudec Le 22 août 2014 à 04h01
    Afficher/Masquer

    À volume constant (ou population égale), un tassement de la pyramide sociale, en réduisant l’écart entre son sommet et sa base entraîne un élargissement de cette dernière, ce qui signifie une augmentation du nombre de pauvres, alors que l’accroissement de cet écart, tel qu’il résulte d’une étirement de la pyramide vers le haut (enrichissement général), a l’effet inverse.
    De même, quand la pyramide sociale se développe en volume du fait de l’augmentation de sa population, le supplément d’activité de celle-ci accroît la richesse globale de la société, avec pour conséquence d’éloigner son sommet de sa base, ce qui exprime l’accroissement de l’écart entre richesse et pauvreté.
    Ces deux observations révèlent qu’à une augmentation de l’écart entre richesse et pauvreté correspond une diminution du nombre de pauvres et inversement, sans modifier les inégalités autrement que dans leur répartition. En d’autre termes, l’augmentation de richesse collective réduit la pauvreté et sa diminution l’augmente. La Palisse n’aurait pas dit mieux mais aurait pu ajouter que le partage des richesses est une tout autre affaire.
    À défaut d’une utopique suppression des inégalités, nous devons donc être conscients que notre seule possibilité est de les réduire par le meilleur compromis possible entre plus de riches et moins de pauvres, et davantage de pauvres et moins de riches.

    D’ailleurs, qui peut sérieusement imaginer que si demain le grand partage avait lieu, mettant tous les individus à égalité de richesse (ou de pauvreté), la pyramide sociale ne serait pas peuplée, après demain, de ceux qui auraient su faire fructifier leur avoir et ceux qui n’en aurait pas eu la capacité ou l’envie ? Ambition, talent, courage, esprit d’entreprise, goût du risque, sens de l’épargne, aptitudes diverses des uns et des autres, sont tellement différents que les inégalités ne peuvent être compensées dans une mesure satisfaisante par nos lois, aussi compatissantes soient-elles à l’égard des plus défavorisés d’entre nous.

    Pour approfondir cette réaction : claudec-abominablepyramidesociale.blogspot.com


  25. Claudec Le 03 septembre 2014 à 10h04
    Afficher/Masquer
Charte de modérations des commentaires