Les Crises Les Crises
17.octobre.201117.10.2011 // Les Crises

[Invité] “Loukanikos”, par Okeanos

Merci 0
J'envoie

Comme ce blog est un des rares du web à disposer d’un “envoyé spécial” en Grèce ;), voici son deuxième témoignage, au coeur de la tourmente actuelle, pour illustrer l’analyse précédente…

Présentation de l’auteur par lui-même. “Français expatrié en Grèce depuis quelques temps déjà, la crise et le manque de présence médiatique objective m’incitent à témoigner de ma vision de la vie en Grèce, au coeur d’un pays magique, complexe et … en crise.”

Athènes, 12 octobre 2011 :

Encore une fois. Encore un soir de gaz lacrymos et de combats. Chaque fois que la colère se montre, les citoyens grecs doivent être battus et « teargasés ». Et plus la population reste calme, plus la police devient violente et aggressive. Et comme chaque soir de manifestation, chaque journée de lutte, chaque moment de combat contre la police anti émeute, Loukanikos est présent. Il ne peut pas témoigner, mais se bat comme 4. Il ne peut pas partager ses sensations, mais court et s’excite contre la police. Loukanikos est la mascotte de Syntagma. Il est présent sur beaucoup de photos et vidéos de presque tous les évènements. Et il a choisi le camp des indignés.

Loukanikos a élu domicile à Syntagma et chaque fois que le peuple grec lutte pour ses droits et pour exprimer sa colère, il participe avec une motivation digne d’un révolutionnaire. Ce mercredi 5 octobre, il a encore participé.

Loukanikos (saucisse, en grec) accompagne donc ces manifestants qui, rassemblés par milliers, s’étaient donnés rendez vous ce mercredi. Tous les transports publics étaient en grève, sauf le métro. Et comme chaque fois, l’excuse d’un petit groupe (300 sur 20 000) cherchant à en découdre avec la police provoque la furie de la police anti émeute (voir ici), qui jette des pierres aux manifestants (ici). Désormais, même les journalistes sont directement visés (Tatiana Bolari frappée par un policier anti émeute ici ou un autre de l’AFP la). Bonne nouvelle, le policier en question aurait été arreté, c’est une grande première en Grèce. Reporter sans frontière a encore fait une déclaration, ici.

Les policiers anti émeutes sont-ils laissés en totale autonomie ou leurs ordres sont-ils de décourager tout un peuple ? Cette photo montre en tout cas un humanisme à toute épreuve.

Désormais, je suis triste. Les nouvelles de la famille du premier article ne sont pas très bonnes. Comme beaucoup (30% des commerces depuis le début de la crise), ils vont devoir fermer leur commerce pour limiter la casse. L’inquiétude grandit. L’avenir est plus incertain que jamais. L’accès à l’hôpital public est devenu payant (5€ pour l’entrée) depuis le début de l’année. Les industries pharmaceutiques ne fournissent plus tous les médicaments, devant les défauts de paiements. À Athènes, certains médecins demandent même que les patients viennent avec les compresses pour pouvoir assurer les soins. En province, le sucre, dans certaines grandes surfaces, n’est plus aussi abondant. Deux causes principales : la fermeture des sucreries grecques (il se dit qu’elles ont été rachetées par des grands groupes européens qui les ont fermés ensuite) et les migrants qui, n’ayant pas choisi d’être bloqués en Grèce, envoient cette denrée primordiale à leurs familles restées au Soudan, en Tunisie ou ailleurs.

Un retraité me dit que sa retraite vient de passer de 1500€ à 900€ depuis le début de l’année. Sa maison est payée, il n’a pas de gros besoins et pourra s’en sortir, sauf nouvelles mesures qui verront le jour. Mais comment vont faire ces familles qui voient leur salaires s’écrouler (le chômage n’est pas indexé sur le salaire en grèce, il est de 400€) quand la maison n’est pas remboursée ?

Désormais, je suis inquiet. Je m’inquiète pour l’avenir de ces gens qui, la peur au ventre pour beaucoup, continuent à manifester. Je m’inquiète pour cette population dont 44% n’a plus confiance en sa classe politique, tous bords confondus. Je suis admiratif de ces gens, qui, malgré ces difficultés continuent à plaisanter sur leur premier ministre qu’ils appellent Yorgaki (petit Yorgos), fils et petit fils d’une des trois dynasties au pouvoir depuis des décennies (Papandréou, Karamanlis et Mitsotakis).

Heureusement, Loukanikos sera présent, quoi qu’il arrive, quoi qu’il lui en coute :

Et ce n’est pas la police anti émeute qui lui fera changer d’avis :

Aujourd’hui, je suis triste. Triste et plus indigné que jamais.

Demain est un autre jour. Une nouvelle journée de débrouille pour beaucoup. Un nouveau matin d’espoir pour d’autres : mais que peut espérer un peuple muselé et agressé au quotidien ?

En attendant, je traduis un article sur les salaires et avantages des membres du parlement Grec. De quoi alimenter la partie inégalités du blog !

Okéanos

4 réactions et commentaires

  • Lutopick // 17.10.2011 à 06h20

    Il est indispensable de faire connaître ce genre de témoignage, et les média les minimisent pour ne pas dire qu’ils les ignorent. Ce qui se passe en Grèce nous pend au nez. Je ne sais pourquoi, j’ai toujours en tête ces derniers temps: le poilu sur le quai de la gare, la fleur au bout du fusil. Réveillons-nous avant qu’il ne soit trop tard! Et maintenant que nous connaissons le candidat PS, plus de doute: il n’y a que le Front de Gauche pour s’attaquer à la finance, c’est évident!

      +0

    Alerter
  • Nihil // 17.10.2011 à 10h06

    Merci, Okeanos.

    La violence politique est à peine moins barbare que la violence policière. Bientôt la violence populaire s’exacerbera et Zeus (ne) sait (pas) ce qui peut arriver. Je doute fort d’un retour à la résignation.
     

      +0

    Alerter
  • BA // 17.10.2011 à 19h19

    Lundi 17 octobre 2011 :
     
    Grèce : le déficit et la dette 2010 révisés à la hausse.
     
    “Selon des données provisoires, le déficit public de 2010 est estimé à 24,1 milliards d’euros (10,6 % du Produit intérieur brut)”, annonce l’Office national de la statistique dans un communiqué.
     
    Le volume de la dette publique 2010 a également été revu en hausse à 144,9 % du PIB, contre 142,8 % du PIB dans la précédente estimation.
     
    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5E7LH15T20111017
     
    Grèce : taux des obligations à un an : 172,393 %. Record historique battu.
     
    Grèce : taux des obligations à 2 ans : 74,818 %.
     
    Grèce : taux des obligations à 5 ans : 29,660 %.
     
    Grèce : taux des obligations à 10 ans : 23,994 %.

      +0

    Alerter
  • TELQUEL // 18.10.2011 à 05h21

    Merci pour votre temoignage ,suis de tout coeur avec vous.Amities a tous et merci a Olivier pour son excellent travail.
     

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications