Source : The Telegraph, le 05/05/2016

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, à Rome, avec Martin Schulz, président du Parlement

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, à Rome, avec Martin Schulz, président du Parlement

Par Matthew Holehouse, Bruxelles | 5 mai 2016

Selon Jean-Claude Juncker, les Premiers ministres doivent cesser d’écouter à ce point leurs électeurs et au lieu de cela agir comme des “Européens à plein temps”.

Selon lui, les dirigeants élus se rendent la vie “difficile” car ils passent trop de temps à penser à ce qu’ils peuvent retirer de l’Union européenne et à plier face à l’opinion publique, plutôt que travailler à des projets historiques tels que l’Euro.

Le président de la commission européenne se moque des dirigeants britanniques en ce qu’ils agissent en fonction de “réflexes nationaux” et qu’ils disent aux électeurs qu’ils ont défendu avec succès l’intérêt national du pays dans les conférences de presse qui suivent les sommets, plutôt que de “parler de l’Europe de la bonne manière”.

Il a affirmé : “Je me souviens de la période si passionnante où nous préparions le traité de Maastricht, et étape par étape nous avancions dans la direction de la monnaie unique… Il y avait un sentiment partagé des ministres des Affaires étrangères et des Premiers ministres que nous étions chargés d’une mission historique. Cela a totalement disparu.”

“Nous avons des Européens à plein temps lorsqu’il s’agit de prendre, et nous avons des Européens à mi-temps lorsqu’il s’agit de donner,” a déclaré Juncker, ancien Premier ministre du Luxembourg qui a passé plus de 30 ans à proximité des institutions européennes.

“Trop d’hommes politiques écoutent exclusivement leur opinion publique. Et si vous écoutez votre opinion publique, vous ne développez pas ce qui devrait être un sens commun européen et un sentiment de nécessité de mettre nos efforts en commun. Nous avons trop d’Européens à mi-temps.”

Le débat s'est tenu au musée du Capitole, à Rome, là où furent signés le Traité de Rome de 1957 qui fonda l'Union Européenne et le traité constitutionnel de 2004, voué à l'échec.

Le débat s’est tenu au musée du Capitole, à Rome, là où furent signés le Traité de Rome de 1957 qui fonda l’Union Européenne et le traité constitutionnel de 2004, voué à l’échec.

Son reproche vient alors que le rythme de l’intégration européenne semble faiblir face aux multiples crises, avec entre autres la Grèce, le Brexit, l’immigration, le terrorisme, et une vague anti-Union européenne qui s’exprime dans les urnes à travers le continent.

Donald Tusk, le président polonais têtu du Conseil européen et allié de David Cameron, l’a réprimandé, en disant que les vétérans de l’Union européenne ont besoin d’abandonner leur “utopie complètement irréaliste” d’une Europe fédérale.

“C’est une opinion assez répandue à Bruxelles que l’Union européenne a toujours un problème avec ses États membres et que nos vies seraient bien plus faciles sans États membres,” affirmait-il.

“Je peux comprendre pourquoi c’est un rêve pour certains de mes collègues de Bruxelles, mais je pense qu’il est temps de redéfinir nos rêves pour l’Union européenne comme projet.”

“Cela signifie qu’aujourd’hui nous devons admettre que ce rêve d’un État européen avec un intérêt commun, et peut-être à l’avenir une nation commune, était une illusion.”

Les hommes débattaient dans le musée du Capitole, à Rome, où le traité constitutionnel de 2004 a été signé avant d’être rejeté par les référendums français et hollandais. “Les seules choses qui m’en reste, ce sont les stylos,” affirmait Juncker, disant que le lieu lui rappelait de mauvais souvenirs.

Source : The Telegraph, le 05/05/2016

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

EDIT : La vidéo à la demande générale :

VA :

VO :

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

42 réponses à Juncker se plaint du fait que les Premiers ministres écoutent trop les électeurs, par Matthew Holehouse

Commentaires recommandés

Jusdorange Le 23 juillet 2016 à 02h39

Juncker favorise la cause du démantèlement de l’UE avec ses sorties grossièrement antidémocratiques. Je ne peux que le remercier pour cette franchise car il montre le vrai visage des euro-atlantistes.

La vérité est dans le vin effectivement.

  1. Louis Robert Le 23 juillet 2016 à 01h04
    Afficher/Masquer

    L’UErope contre les peuples européens, l’UErope sans les peuples européens, l’UErope des seuls technocrates UEropéens… n’est pas l’Europe! Ce ne saurait être que la Désunion Européenne, comme ce l’est aujourd’hui.

    Dérisoire, cette entreprise est vouée à l’échec.

    De grâce, passons vite à autre chose! La vie est trop courte pour qu’on la perde à pareilles balivernes.


  2. pinaute Le 23 juillet 2016 à 01h41
    Afficher/Masquer

    Et lui il faisait comment quand il était un élu ?


    • Spectre Le 23 juillet 2016 à 01h51
      Afficher/Masquer

      Il était trop occupé à voler ses voisins (pardon, « diversifier l’économie » luxembourgeoise) pour avoir le temps de prêter l’oreille aux sans-dents du coin.


  3. Spectre Le 23 juillet 2016 à 01h48
    Afficher/Masquer

    Toujours aussi impressionnant de constater à quel point l’oligarchie européiste, ou en tout cas sa frange la plus sectaire, n’a rien compris au Politique. Leur vision, basée sur un strict légalisme (il suffit de suivre la Loi et les règles pour être dans le Bien) et une idée fixe obsessionelle (« l’Europe, l’Europe »), évacue tout simplement l’idée de politique pour tout mettre sur pilotage automatique. On a une feuille de route, et on n’en démord jamais. Le véhicule roule à tombeau ouvert vers le précipice ? Si le manuel d’instruction dit « continuer d’accélérer », on continue.

    Ces gens n’ont pas compris que la nature a horreur du vide, et que chassé par la porte le politique reviendra toujours par la fenêtre. Il ne faudra donc pas venir pleurer le jour où ça prendra une forme un peu turbulente…


  4. Jusdorange Le 23 juillet 2016 à 02h39
    Afficher/Masquer

    Juncker favorise la cause du démantèlement de l’UE avec ses sorties grossièrement antidémocratiques. Je ne peux que le remercier pour cette franchise car il montre le vrai visage des euro-atlantistes.

    La vérité est dans le vin effectivement.


  5. kasper Le 23 juillet 2016 à 02h58
    Afficher/Masquer

    Il faudrait faire fonctionner ces gens la en vase clot, dans un genre de realite virtuelle entre Bruxelles et Strasbourg. Comme ca ils pourraient prendre toutes leurs petites et grandes decisions, raler sur ces peuples qui n’écoutent pas et qui ne comprennent pas. Entoures d’acteurs qui feraient semblant de mettre leurs directives en oeuvre, de temps en temps un JT factice leur expliquerait que tout va bien, qu’il y a eu une manif dans un pays mais que tout le monde s’en fout, etc…

    Ca nécessiterait de gros moyen mais ils seraient heureux sans nous, nous serions heureux sans eux, tout le monde y gagnerait.


    • Ardéchoix Le 23 juillet 2016 à 08h06
      Afficher/Masquer

      Oui cela se tient, ne pas oublier l’achat d’un petit carnet journal.
      Aujourd’hui 14 juillet : Rien
      http://louis-xvi.over-blog.net/article-14-juillet-1789-le-rien-du-journal-de-louis-xvi-108238612.html


      • Nicolas Le 23 juillet 2016 à 09h55
        Afficher/Masquer

        “Aujourd’hui 14 juillet : Rien”
        Ceci se réfère au fait qu’il n’a pas tué de gibier ce jour-là, à la chasse.


    • Fatalerror Le 23 juillet 2016 à 11h53
      Afficher/Masquer

      Salut ! A l’instar d’un des tomes du guide galactique où ils envois par vaisseau l’intégralité du secteur tertiaire sur une autre planète très éloignée en leur fessant croire que leur planète d’origine n’en as plus pour longtemps. Après l’atterrissage, de grandes réunions sont organisées pour décider de la couleur du feu et mettre en place une économie basée sur les feuilles d’arbre, s’en suit un incendie monumental des forêts pour juguler l’inflation et se décident à partir en guerre contre un autre continent dont ils ne connaissent rien pour bruler également leur forêts…


  6. DUGUESCLIN Le 23 juillet 2016 à 05h18
    Afficher/Masquer

    Ce n’est plus le bon vieux temps, tout a changé, mais si son métier devient trop difficile, il peut en changer. Il paraît que Soros embauche.


    • vlois Le 23 juillet 2016 à 19h13
      Afficher/Masquer

      Goldman Sachs plutôt comme vu avec Barroso.


  7. PatrickLuder Le 23 juillet 2016 à 06h25
    Afficher/Masquer

    Nul besoin de combattre les faiseurs d’union européenne, ils se méprisent tout seuls. L’union européenne verse dans le totalitarisme, c’est ce qui signera sa perte … dommage.

    Demande de billet : Ne serait-il pas intéressant de faire un billet pour comprendre comment des personnes arrivent à des postes clefs sans élection et sans devoir rendre de compte à personne ?


    • Chris Le 23 juillet 2016 à 15h07
      Afficher/Masquer

      Philippe Seguin l’a très bien expliqué lors des débats contre le traité de Maastricht en 1992 : mensonges et dissimulation.


  8. Alain Le 23 juillet 2016 à 07h07
    Afficher/Masquer

    Il fut un temps où les politiques pensaient qu’ils devaient convaincre leurs électeurs du bien-fondé de leurs proposition. On est revenu au temps de Joseph II, l’autocrate éclairé dont les réformes progressistes n’étaient pas acceptées par la population. C’était “pour le peuple mais sans le peuple”. l’hypocrisie d’aujourd’hui y rajoute “au nom du peuple”.

    C’est une nouvelle illustration du mépris des politiques et des journalistes vis-à-vis des “sans dents”, des vieux, … qui sont incapables de prendre des décisions raisonnables et dont il faudrait retirer le droit à la parole. Vive le suffrage censitaire mettant des conditions au droit de vote ‘montant des impôts payés, fortune, diplôme, ..) afin que seuls les “éduqués” capables de prendre les “bonnes” décisions s’occupent des affaires pour le bien de tous. Qu’il était beau le XIXème siècle


  9. Thomas Le 23 juillet 2016 à 07h34
    Afficher/Masquer

    Vous avez tort de vous moquer ainsi de Junker. Lisez bien, l’essentiel de son message c’est : “Nous avons des européens à plein temps quand il s’agit de prendre, et des européens à mi-temps lorsqu’il s’agit de donner”.
    Pour des Français, il me semble que cette phrase devrait éveiller comme un écho… Cégétistes de la SNCF, pilotes de ligne AF… chacun se préoccupe honteusement de lui même et la France en meurt.
    Mais ce grand démocrate de Philippe Martinez s’occupe effectivement de son “peuple” qui l’a élu… Sans voir qu’il met en péril le bien commun.


    • K-Bile Le 23 juillet 2016 à 08h16
      Afficher/Masquer

      Votre motivation anti-syndicats me rappelle certaines périodes de l’histoire…


    • Grognard Le 23 juillet 2016 à 12h40
      Afficher/Masquer

      Je ne veux pas prendre la défense de Philippe Martinez. Votre propos soulève une question. En son temps Marc Blondel – GGT FO – avait évoqué le fait qu’un syndicat ne devrait défendre que ses affiliés. C’est le modèle scandinave.
      Dans ce modèle les syndicats ne négocient que pour leurs adhérents. Il est en opposition du modèle français qui se veut universaliste.
      Ce qui explique en partie le faible taux de syndicalisation français.
      En Grande Bretagne – je ne sais si cela a toujours cours aujourd’hui – vous aviez 3 semaines pour vous syndiquer à l’organisation de votre choix, lors de votre embauche. Si non vous étiez remercié.


    • RGT Le 23 juillet 2016 à 12h43
      Afficher/Masquer

      Les “cadres” de la CGT se contentent désormais de pantoufler grâce aux “aides désintéressées” qui leur sont versées… Comme tous les autres “partenaires sociaux” d’ailleurs.

      Quand il y a un mouvement social important il ne vient jamais de la direction des syndicats, bien trop occupés à “cirer les pompes” de leurs généreux donateurs.

      Le mouvement social vient toujours de la base outrée et oblige les “oligarques” des syndicats à sortir du bois pour que leur servilité ne soit pas trop visible.

      Pour résumer : “Partenaires sociaux” – Juncker, même combat.

      Ça s’appelle noyauter les institutions.

      Les seuls qui refusent de “coopérer” (collaborer servilement serait plus adapté) sont ceux qui ne sont pas “partenaires sociaux”… SUD, CNT,… Ce sont de “vilains anarchistes” bien sûr car ils sont “ingérables” !!!


    • Gilles bernadou Le 25 juillet 2016 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Il n’y a pas que ceux dont il parle.
      Moi je dirais qu’ils ne font que suivre l’exemple du haut de la pyramide (banquiers) dont le but ultime consiste a s’accaparer de tout.
      Comment voulez vous qui il en soit autrement?
      Il n’a qu’a aller se plaindre a ses patrons Goldman Sachs, rotshild et autre rockefeller qui ne montrent vraiment pas le bon exemple…


  10. jean sur Le 23 juillet 2016 à 07h56
    Afficher/Masquer

    Juncker a raison. Les hommes politiques devraient plutôt se plier aux injonctions de la Commission, repaire des Goldman Sachs, Morgan Stanley, Santander, BNP , Deutsche Bank et autres dépositaires de l’intérêt général…


  11. K-Bile Le 23 juillet 2016 à 08h06
    Afficher/Masquer

    C’est moi ? ou Juncker a un gros problème avec la démocratie ?


    • fred79 Le 23 juillet 2016 à 09h06
      Afficher/Masquer

      Je suis sûre que la démocratie ne fait pas partie de sa vision de l’U.E.
      C’est un gros mégalomane qui rêve d’être à la tête d’une superpuissance genre mélange Du meilleur des mondes d’Huxley et de 1984 d’Orwell.
      Il devient de plus en plus hargneux en s’apercevant qu’il risque de mourir de vieillesse avant d’avoir atteint son but.
      Ils sont bons pour des asiles de fous tous ceux de son espèce, mais le malheur c’est que lorsqu’on commence à s’en rendre compte, il est déjà trop tard pour éviter les guerres, la ruine et les pleurs.


    • gregoire Le 23 juillet 2016 à 10h11
      Afficher/Masquer

      Juncker croit peut être que tout les peuples sont aussi dociles que ces anciens électeurs luxembourgeois.


      • Chris Le 23 juillet 2016 à 15h20
        Afficher/Masquer

        Une docilité à la mesure du niveau de vie des électeurs, le plus élevé de l’UE en l’occurrence.
        Par contre, ça pêche côté développement des infrastructures et chômage à 7%… néolibéralisme à tout crin oblige !
        Les peuples deviennent ingouvernables quand on les précarise massivement ; phénomène auquel nous assistons dans les pays occidentaux hyper endettés et sans la béquille dollar !


  12. Catherine Le 23 juillet 2016 à 08h20
    Afficher/Masquer

    Petit rappel :

    https://www.les-crises.fr/un-ancien-dissident-sovietique-met-en-garde-contre-une-dictature-de-lue/

    Ce point de vue est intéressant car il ne peut pas être soupçonné d’exagération. Il parle en connaissance de cause.


  13. Caliban Le 23 juillet 2016 à 08h38
    Afficher/Masquer

    Intéressante déclaration de vue de M. Tusk : abandonner le projet fédéraliste. Dommage qu’il ne dise pas en échange de quel projet alternatif mais on peut conjecturer que l’essentiel est pour lui de faire de l’UE un glacis des Etats-Unis.

    Rappelons en effet que pour M. Tusk nous entrons – depuis le Brexit – dans une ère de destruction de la civilisation occidentale (http://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/pour-donald-tusk-en-cas-de-brexit-la-civilisation-occidentale-serait-menacee_1801890.html).

    Tant de sobriété au sommet nous aide peut-être à comprendre pourquoi l’UE va comme un bateau ivre.


  14. Alain Hache Le 23 juillet 2016 à 09h07
    Afficher/Masquer

    Pitoyable.Il n’y a pas d’autres mots.Ces oligarques bruxellois arrivent à dire n’importe quoi. La palme revient à cet imbécile de Juncker, mais était-il sobre le jour où il a prononcé des paroles aussi stupides?
    Ils sont aux abois. Ils auront réussi à pervertir une belle idée.
    Quant à Martin Schulz il s’agit d’un petit fonctionnaire de parti (Parteifuntionâr) pour qui joue parfaitement le Principe de Peter!


  15. Robert Le 23 juillet 2016 à 09h20
    Afficher/Masquer

    N’est-ce pas normal pour quelqu’un qui n’a pas été élu par le peuple à ce poste politique? Il n’a de comptes à rendre qu’au Conseil des ministres et probablement aux … lobbies.
    Voici le vrai visage de la démocratie chrétienne!


  16. jessim Le 23 juillet 2016 à 09h57
    Afficher/Masquer

    C’est moi ou super Juncker ressemble a notre président Francois Pays Bas ? La coiffure change au demeurant, j’imagine qu’ils n’ont pas le même coiffeur reste à savoir quel tarif pratique celui de Juncker…

    Plus sérieusement, je n’arrive pas toujours pas à cerner si JC Juncker est d’une aberrante naiveté ou s’il souffre d’un sacré complexe de supériorité. En tout cas, s’agissant de conforter les partisans du brexit, je pense qu’il n’y a pas de meilleur ambassadeur que lui. Il réussit a lui tout seul à détruire la propagande des médias et des élites pro-européistes. C’est peut-être fou ce que je vais dire mais j’espère qu’il va rester à la tête de l’Europe.

    Par contre en France ce qui est affligeant est le peu de retentissement médiatique des décisions européennes. Pour Daesh, on en parle pas de souci, la loi de travail beaucoup moins par exemple, ce qui se passe en Europe : Néant ! Ce qui se passe en Ukraine avec potentiellement une guerre entre les USA et la Russie (plus la Chine) avec pour tatami le sol européen : Néant ! Pourtant en terme de mort on est loin des guignols de daesh, on est dans une extinction de la population européenne.


  17. tchoo Le 23 juillet 2016 à 11h15
    Afficher/Masquer

    J’adore Jean Claude
    c’est notre meilleur VRP
    pour démonter ce monstre d’UE


  18. jeff93 Le 23 juillet 2016 à 12h01
    Afficher/Masquer

    “Nous avons des Européens à plein temps lorsqu’il s’agit de prendre, et nous avons des Européens à mi-temps lorsqu’il s’agit de donner,” a déclaré Juncky
    Tu parles !
    En 2014 ( derniers chiffres connus avec certitude ) les Français ont versé 21 768 Milliards d’euros au budget de l’UE. Nous n’avons en retour reçu qu’un peu moins de 14 Milliards de subventions européennes. Soit un solde négatif de près de 8 Milliards d’euros.
    Les Français sont donc Européens à plein temps quand il s’agit de payer, et Européens à mi-temps quand il s’agit de recevoir.

    Par contre, le solde est positif pour le Luxembourg ! De 1,5 Milliards d’euros. Si on rapporte ce chiffre au nombre d’habitants du Grand-Duché ( environ 550 000 habitants ), on s’aperçoit que l’UE rapporte en gros près de 2 800 euros à chaque Luxembourgeois chaque année ! C’est vrai qu’ils sont dans le besoin les pauvres…

    Personnellement j’en ai marre qu’on me fasse les poches, surtout pour construire une dictature !
    https://blogs.mediapart.fr/sycophante/blog/130316/la-grande-arnaque-de-lue-1-les-pigeons-francais-au-service-des-luxembourgeois


  19. sansblaze Le 23 juillet 2016 à 12h33
    Afficher/Masquer

    bien sûr, c’est la faute des syndicats et autres trouble-fêtes qui refusent de prendre la responsabilité de vendre les populations aux élites, détenteurs de la Vérité


  20. RGT Le 23 juillet 2016 à 13h13
    Afficher/Masquer

    Dans la mythologie grecque, Europe était une femme qui avait été violée par Zeus

    Avant de vouloir imposer de force aux peuples européens des “normes” et des “lois” communes il serait déjà nécessaire de garantir à ces peuples leur liberté culturelle.

    Comparez un breton et un toulousain, ils ont des cultures et des modes de vie différents. Même à ce niveau il faudrait les respecter.

    Les suisses sont semble-t-il parvenus à résoudre la quadrature du cercle. Mais ils ne font pas partie de l’UE et leur gouvernement est obligé d’écouter le peuple.

    Personnellement, je ne souhaite pas vivre en Suisse mais je respecte leur point de vue.

    Si d’aventure on me proposait de mettre en place en France un système politique similaire à celui de la Suisse j’approuverais vigoureusement.

    Pour paraphraser Nulland : “Fuck Jacobinisme


  21. patrick Le 23 juillet 2016 à 13h15
    Afficher/Masquer

    ” nos vies seraient bien plus faciles sans États membres ”
    pas de problème , au rythme actuel , on va vous simplifier la vie 🙂
    par contre , ça va vous poser des problèmes de financement.


  22. Amy Le 23 juillet 2016 à 15h42
    Afficher/Masquer

    C’est dommage qu’il n’y ait pas une video de l’échange entre ces deux formidables démocrates.


    • Olivier Berruyer Le 23 juillet 2016 à 18h03
      Afficher/Masquer

      fait 🙂


  23. Chris Le 23 juillet 2016 à 16h17
    Afficher/Masquer

    A propos de la dictature européenne, je trouve remarquable l’analyse faite en 1999 par le dissident soviétique, Alexandre Zinoviev. Il dit l’essentiel :
    http://www.toupie.org/Textes/Zinoviev_2.htm
    “La fin du communisme a aussi marqué la fin de la démocratie !
    Et la révolution ?
    A. Z. : Le totalitarisme démocratique et la dictature financière excluent la révolution sociale.
    V. L. : Pourquoi ?
    A. Z. : Parce qu’ils combinent la brutalité militaire toute puissante et l’étranglement financier planétaire. Toutes les révolutions ont bénéficié de soutien venu de l’étranger. C’est désormais impossible, par absence de pays souverains. De plus, la classe ouvrière a été remplacée au bas de l’échelle sociale, par la classe des chômeurs. Or que veulent les chômeurs ? Un emploi. Ils sont donc, contrairement à la classe ouvrière du passé, dans une situation de faiblesse.
    Le citoyen occidental en est bien plus abruti que ne l’était le soviétique moyen par la propagande communiste.
    …. bon raccoursaucissons le message !…


  24. Chris Le 23 juillet 2016 à 16h17
    Afficher/Masquer

    Suite
    V. L. : Mais que faites-vous des droits de l’homme ? Ne sont-ils pas respectés en Occident bien plus qu’ailleurs ?
    A.Z. : C’est le mondialisme, la globalisation. Autrement dit : la domination mondiale. Et comme cette idée est assez antipathique, on la masque sous le discours plus vague et généreux d’unification planétaire, de transformation du monde en un tout intégré. C’est le vieux masque idéologique soviétique ; celui de l’amitié entre les peuples, “amitié” destinée à couvrir l’expansionnisme. En réalité, l’Occident procède actuellement à un changement de structure à l’échelle planétaire. D’un côté, la société occidentale domine le monde de la tête et des épaules et de l’autre, elle s’organise elle-même verticalement, avec le pouvoir supranational au sommet de la pyramide”


  25. Pink Le 23 juillet 2016 à 21h14
    Afficher/Masquer

    Les démocrates clintoniens n’ont pas l’air d’apprécier non plus les aléas du vote : gros scandale revele par wikileaks sur la manipulation anti Sanders lors de la primaire.
    http://mobile.nytimes.com/2016/07/23/us/politics/dnc-emails-sanders-clinton.html?partner=rss&emc=rss&smid=tw-nytimes&smtyp=cur&referer=https://t.co/8KeqSMFMFy Ça vient de sortir, sur Twitter #dncleaks #dncleak


    • Caliban Le 23 juillet 2016 à 23h27
      Afficher/Masquer

      Le scandale deviendra gros quand M. Sanders décidera de retirer son soutien à la “tricheuse” (pour reprendre le lexique cher à M. Trump).

      Mais je ne pense pas que ce soit près d’arriver.


  26. de Bernardy Le 24 juillet 2016 à 05h38
    Afficher/Masquer

    Si les dirigeants se mettaient à écouter ceux qui LES ELISENT, où irions-nous ?


  27. R=C Le 26 juillet 2016 à 18h14
    Afficher/Masquer

    “C’est une opinion assez répandue à Bruxelles que l’Union européenne a toujours un problème avec ses États membres et que nos vies seraient bien plus faciles sans États membres,” affirmait-il.

    C’est claire, ils font vraiment chier ces états. Si seulement il n’y avait que les bureaucrate tout serait tellement plus simple.
    En même temps, s’il n’y avait pas les états il ne seraient pas payés. Effectivement, il a du rencontrer des dirigeants d’autres planètes… en tout cas lui semble vivre ailleurs.


Charte de modérations des commentaires