Je vous propose aujourd’hui cette interview de 2006 du dissident soviétique Vladimir Boukovski. Il est le premier à dénoncer l’utilisation de l’emprisonnement psychiatrique contre les prisonniers politiques en Union soviétique.

Ses propos sont durs (je ne les approuve pas tous), mais intéressants, et alimentent la réflexion – je vous fais confiance pour séparer le bon grain de l’ivraie…

Il est sur une tendance assez libertarienne, de droite “musclée”, et soutient l’UKIP anglais. Mais je comprends qu’une “forte pensée libertaire” anime quelqu’un qui a passé 12 ans de sa vie emprisonné dans un hôpital psychiatrique en raison de ses opinions…

Du bureau de Paul Belien, lundi 27/02/2006
Vladimir Boukovski, un ancien dissident soviétique âgé de 63 ans, craint que l’Union Européenne ne soit en train de se transformer en une seconde Union Soviétique. Dans un discours prononcé à Bruxelles la semaine dernière, M. Boukovski a traité l’UE de “monstre” qui doit être détruit au plus vite, avant qu’il ne se développe en un état totalitaire à part entière.
M. Boukovski a rendu visite au Parlement européen ce jeudi à l’invitation du Fidesz, le Forum Civique Hongrois. Le Fidesz, membre du groupe ECD (chrétiens démocrates européens), avait invité l’ancien dissident soviétique depuis l’Angleterre où il réside, à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’insurrection hongroise de 1956. Après sa réunion avec les Hongrois le matin, M. Boukovski a tenu un discours l’après-midi dans un restaurant polonais de la Tier straat, en face du Parlement Européen, à l’invitation du United Kingdom Independence Party (UKIP), dont il est un grand défenseur.
Dans son discours M. Boukovski fait référence à des documents confidentiels des services secrets soviétiques, qu’il a eu l’autorisation de lire en 1992.
Ces documents confirment l’existence d’une “conspiration” pour influer sur l’Union Européenne afin de la transformer en une organisation de type communiste.
J’ai assisté à la conférence et ai enregistré le discours. Une transcription ainsi qu’un enregistrement audio d’environ 15 minutes se trouvent ci-dessous.
J’ai également interviewé brièvement (4 minutes) M. Boukovski. La transcription et l’enregistrement audio se trouvent également ci-dessous.
L’interview à propos de l’Union Européenne a dû se terminer rapidement car M. Boukovski avait d’autres engagements, mais elle me rappela quelques souvenirs puisque j’avais interviewé Vladimir Boukovski il y a 20 ans. En 1986, quand L’Union Soviétique, le premier monstre qu’il a si vaillamment combattu, était toujours vivant et prospère.
M. Boukovski était l’un des héros du XXe siècle. Jeune homme il fit connaître l’utilisation de l’emprisonnement psychiatrique à l’encontre des prisonniers politiques dans l’ancienne Union Soviétique (Union des Républiques Socialistes Soviétiques, 1917 – 1991) et passa en tout 12 ans de sa vie (1964 – 1976), de sa 22e année à la 34e dans les prisons soviétiques, les camps de travail et les institutions psychiatriques.
En 1976, les soviétiques l’expulsèrent vers l’Ouest. En 1992, il fut invité par le gouvernement russe comme expert, témoignant au procès qui devait déterminer si le parti communiste soviétique était une institution criminelle.
Pour préparer son exposé M. Boukovski eut accès à un très grand nombre de documents des archives des services secrets soviétiques. Il est l’une des rares personnes à avoir jamais pu consulter ces documents parce qu’il sont toujours classés comme secrets. Utilisant un petit scanner à main et un ordinateur portable, il entreprit cependant de copier beaucoup d’entre eux (certains étant classés très sensibles), parmi lesquels des rapports du KGB au gouvernement soviétique.
Une interview de Vladimir Boukovski
Paul Belien: Vous étiez un célèbre dissident soviétique et maintenant vous faites le parallèle entre l’Union Européenne et l’Union Soviétique. Pouvez-vous expliquer cela ?
Vladimir Boukovski: Je fais référence à des structures, à certaines idéologies qui sont inculquées, à des projets, à sa direction et à son inévitable expansion, à l’affaiblissement des nations qui était aussi le but de l’Union Soviétique. La plupart des gens ne comprennent pas cela. Ils ne le savent pas, mais nous le savons parce que nous avons grandi en Union Soviétique où nous devions étudier l’idéologie soviétique à l’école et à l’université.
L’ultime but de l’Union Soviétique était de créer une nouvelle entité historique, le peuple soviétique, partout dans le monde.
C’est le but de l’UE aujourd’hui. Ils essayent de créer un nouveau peuple. Ils appellent ce peuple “les Européens” quoi que cela signifie.
Selon la doctrine communiste et selon plusieurs formes de pensée socialiste, l’Etat, l’Etat-nation doit disparaître.
En Russie, cependant, ils se passa le contraire. Au lieu de s’affaiblir, l’Etat soviétique devint très puissant mais les nationalités furent anihilées.
Mais lorsque l’URSS s’effondra, ces identités nationales revinrent comme des boomerangs et détruisirent presque le pays. Ce fut très effrayant.
PB : Pensez-vous qu’il puisse arriver la même chose lorsque l’Union Européenne s’effondrera ?
VB : Absolument, c’est comme un ressort : vous pouvez le contracter seulement jusqu’à un certain point, et vous savez que l’esprit humain est très résistant. Vous pouvez donc le contracter encore et encore, mais n’oubliez pas que pendant ce temps, il accumule de la force pour rebondir.
PB : Mais tous ces pays qui ont rejoint l’UE l’ont fait de leur plein gré.
VB : Non, ils ne l’ont pas fait volontairement. Prenons l’exemple du Danemark qui a voté à deux reprises contre le traité de Maastricht. Prenons celui de l’Irlande [qui a voté contre le traité de Nice]. De nombreux autres pays subissent une pression énorme. C’est presque du chantage. Les Suisses ont été contraints de voter cinq fois lors de référendums. A cinq reprises ils l’ont rejeté, mais qui sait ce qui arrivera la sixième fois, ou la septième ? C’est toujours la même chose. C’est un piège pour les idiots. Les peuples doivent voter par référendum jusqu’à ce qu’ils disent ce qu’on attend d’eux. Ensuite ils ne peuvent plus voter. Pourquoi arrêter ? Laissez nous continuer à voter. L’Union Européenne est ce que les Américains appelleraient un “shotgun marriage” [un mariage avec un pistolet sur la tempe, un mariage forcé – NdT].
PB: Que pensez-vous que les jeunes devraient faire à propos de l’Union Européenne? Sur quels points devraient-ils insister pour démocratiser l’institution, ou devraient-ils simplement y mettre un terme?
VB: Je pense que l’Union Européenne, comme l’URSS, ne peut pas se démocratiser. Gorbatchev avait essayé et il l’a faite exploser. Ce genre de structures ne peut pas se démocratiser.
PB: Mais nous disposons d’un Parlement européen élu par le peuple.
VB: Le Parlement européen est élu sur la base d’un scrutin à la proportionnelle [dans chaque pays], ce qui ne constitue pas une réelle représentation populaire. Et que vote-t-il ? Le pourcentage de graisse dans les yaourts ou ce genre de choses. C’est ridicule. Il lui a été donné la même tâche qu’au Soviet Suprême (parlement à l’époque de l’URSS NdT). En moyenne, les députés prennent la parole six minutes par an dans la chambre des députés. Ce n’est pas un réel Parlement.
Verbatim du discours de M. Boukovski à Bruxelles
En 1992, j’avais un accès sans précédent aux documents secrets du Politburo et du Comité Central, qui ont été classés comme secrets et le sont encore plus de 20 ans après. Ces documents montrent très clairement que l’idée de transformer le Marché commun européen en un Etat fédéral a été acceptée par les partis de gauche européens et Moscou comme un projet commun que [le leader soviétique] Gorbatchev appelait en 1988-89 notre “maison européenne commune”
L’idée était très simple. Elle est apparue en 1985-86, lorsque les communistes italiens rendirent visite à Gorbatchev, suivis des socio-démocrates allemands. Ils se sont tous plaints de ce que les changements dans le monde, en particulier après que [le Premier Ministre britannique Margaret] Thatcher ait introduit son programme de privatisation et libéralisation économique, menaçaient de détruire les conquêtes (pour reprendre leurs termes) de générations de socialistes et socio-démocrates – risquant de les renverser complètement. Par conséquent, la seule façon de résister à cet assaut de capitalisme déchaîné (comme ils l’appelaient) était d’introduire les mêmes objectifs socialistes dans tous les pays à la fois. Avant cela, les partis de gauche et l’Union Soviétique s’étaient opposés résolument à l’intégration européenne car ils la percevaient comme un moyen de bloquer leurs objectifs socialistes. A partir de 1985, ils changèrent complètement de vision. Les Soviétiques arrivèrent à une conclusion et un accord avec les partis de gauche sur le fait que s’ils oeuvraient ensemble ils pourraient prendre en otage le projet européen tout entier et le retourner. Au lieu d’un marché ouvert, ils en feraient un Etat fédéral.
D’après les documents [soviétiques secrets], c’ est en 1985-86 qu’eut lieu la période charnière. J’ai publié la plupart de ces documents. Vous pourriez même les trouver sur internet. Mais les conversations qu’ils contenaient sont très révélatrices. Pour la première fois, vous comprenez ce qu’est une conspiration – très facile à comprendre pour eux, qui essayaient de sauver leur peau politiquement. A l’Est, les Soviétiques avaient besoin d’un changement dans les relations avec l’Europe car ils étaient en train d’entrer dans une crise structurelle prolongée et très profonde ; à l’Ouest, les partis de gauche avaient peur d’être anéantis et de perdre leur influence et leur prestige. C’était donc bien une conspiration, assez ouvertement créée par eux, décidée et planifiée.
En janvier 1989, par exemple, une délégation de la Commission Trilatérale est venue voir Gorbatchev. Elle comprenait [l’ancien Premier Ministre japonais] Nakasone, [l’ancien Président] Giscard d’Estaing, [le banquier américain] Rockfeller et [l’ancien Secrétaire d’Etat US Henry] Kissinger. Ils eurent une conversation très aimable lorsqu’ils essayèrent d’expliquer à Gorbatchev que la Russie Soviétique devait s’intégrer aux institutions financières mondiales telles que le GATT, le FMI et la Banque Mondiale.
Au milieu de cette conversation, Giscard d’Estaing prit soudain la parole et dit: “Monsieur le Président, je ne peux pas vous dire exactement quand cela va avoir lieu – probablement au cours des 15 prochaines années – mais l’Europe va devenir un Etat fédéral et vous devez vous y préparer. Vous devez travailler avec nous, et les leaders européens sur la façon dont vous y réagirez, dont vous laisserez les autres pays d’Europe de l’Est interagir avec ou dont vous les laisserez y prendre part. Vous devez être prêt.
C’était janvier 1989, alors que le traité de Maastricht [de 1992] n’avait même pas été rédigé. Comment diable Giscard d’Estaing pouvait-il savoir ce qui allait se passer 15 ans plus tard? Et – surprise – comment est-il devenu l’auteur de la constitution européenne [en 2002-03] ? Très bonne question. Cela sent un peu la conspiration, n’est-ce pas?
Par chance pour nous, la composante soviétique de cette conspiration s’est effondrée plus tôt et n’a pas atteint le stade où Moscou a pu avoir une influence sur le cours des choses. Mais l’idée d’origine était d’avoir ce qu’ils appelaient une convergence, suivant laquelle l’Union Soviétique se serait quelque peu amollie en devenant plus sociale-démocrate tandis que l’Europe de l’Ouest serait devenue sociale-démocrate et socialiste. Alors il y aurait eu convergence. Les structures doivent être compatibles. C’est pourquoi les structures de l’Union Européenne ont été initialement construites afin de se marier aux structures soviétiques. C’est pourquoi elles sont si semblables dans leur fonctionnement et leur structure.
Ce n’est pas par hasard si le Parlement Européen, par exemple, me rappelle le Soviet Suprême. Il ressemble au Soviet Suprême parce qu’il a été conçu à son image. De la même manière, quand vous regardez la Commission Européenne, elle ressemble au Politburo. Je veux dire qu’elle y ressemble exactement, à l’exception du fait que la Commission a maintenant 25 membres alors que le Politburo avait normalement 13 ou 15 membres. Autrement les deux sont exactement identiques, ne rendant de comptes à personne, n’étant directement élus par absolument personne. Quand vous vous intéressez à toute l’activité étrange de l’Union Européenne avec ses 80 000 pages de règlements, elle ressemble au Gosplan. On avait une organisation qui planifiait toute l’économie, jusqu’à la dernière vis et au dernier boulon, cinq ans à l’avance. C’est exactement la même chose qui se produit dans l’UE. Quand vous regardez le type de corruption dans l’UE, c’est exactement le style de corruption soviétique, allant du haut vers le bas plutôt que du bas vers le haut.
Si vous passez en revue toutes les structures et les caractéristiques de ce monstre européen émergent, vous pourrez remarquer qu’il ressemble de plus en plus à l’Union Soviétique. Je vous prie de ne pas mal interpréter mes propos. Je ne dis pas que cette Union Européenne a un Goulag. Elle n’a pas de KGB -pas encore- mais j’observe de manière très attentive des structures comme l’Europol par exemple. Cela m’inquiète au plus haut point car cette organisation possédera certainement plus de pouvoirs que n’en avait le KGB. Ils auront l’immunité diplomatique. Pouvez-vous concevoir un KGB doté d’une immunité diplomatique ? Ils pourront nous poursuivre dans 32 types de crimes – deux d’entre eux étant particulièrement inquiétants, le racisme et la xénophobie. Aucune cour d’assises au monde ne définit quoi que ce soit de ce genre comme un crime [NdT : ce n’est pas entièrement vrai, par exemple la Belgique ou la France le fontt déjà]. Il s’agit donc d’un nouveau crime, à propos duquel nous avons déjà été mis en garde.Un membre du gouvernement britannique a déclaré que tous ceux qui désapprouvaient l’immigration incontrôlée en provenance du tiers-monde seraient considérés comme des racistes et que tous ceux qui s’opposaient à une expansion de l’intégration européenne seraient considérés comme xénophobes. Je pense que Patricia Hewitt l’a dit publiquement [Secrétaire d’Etat anglaise au commerce et à l’industrie entre 2001 et 2005 et Secrétaire d’Etat à la santé entre 2005 et 2007- NdT]
Nous voilà désormais prévenus. En attendant, ils introduisent toujours plus d’idéologie. L’Union Soviétique fut un Etat guidé par l’idéologie. Celle de l’Union Européenne d’aujourd’hui est sociale-démocrate, étatiste, et pour une bonne part également politiquement correcte. J’observe très attentivement comment le politiquement correct se propage et devient une idéologie répressive, sans parler du fait qu’elle interdise désormais de fumer pratiquement partout. Regardez la pression dont est victime la population, à l’instar de ce pasteur suédois qui fut persécuté des mois durant pour avoir dit que la Bible n’approuvait pas l’homosexualité. Et la France a justement adopté une loi réprimant les “discours de haine” envers les gays. La Grande-Bretagne est en train de faire la même chose au sujet des relations inter-raciales ainsi que des discours religieux, et ainsi de suite. Vous pourrez constater, avec du recul, que l’on assiste à une introduction systématique d’idéologies potentiellement amenées à imposer des mesures répressives. A croire qu’Europol n’a été conçu que pour cela. Autrement, pourquoi en aurait-on besoin ? Pour moi, Europol est une structure très suspecte. J’observe attentivement qui est persécuté, pour quoi et ce qu’il en advient, parce qu’il y a bien un domaine où je suis un expert : je sais comment les Goulags sortent de terre.
Il semble que nous vivions dans une période de démantèlement rapide, systématique et très soutenu de la démocratie. Regardez cette “Legislative and Regulatory Reform Bill” [loi de réforme législative et réglementaire]. Elle fait des ministres des législateurs qui peuvent introduire de nouvelles lois sans se soucier de le dire au Parlement ou à quiconque. Ma réaction immédiate est : pourquoi en avons-nous besoin? La Grande-Bretagne a survécu aux deux guerres mondiales, à la guerre avec Napoléon, à l’Armada espagnole, sans parler de la guerre froide, où on nous disait qu’une guerre nucléaire pourrait éclater à tout moment – sans qu’on ait besoin d’introduire ce genre de législation, sans qu’on ait besoin de suspendre nos libertés civiles et d’introduire un état d’urgence. Pourquoi en a-t-on besoin maintenant? Cela peut faire de votre pays une dictature en un rien de temps.
Aujourd’hui la situation est vraiment sinistre. Les principaux partis politiques ont été complètement capturés par ce nouveau projet européen. Aucun d’entre eux ne s’y oppose réellement. Ils sont devenus très corrompus. Qui va défendre nos libertés ? C’est comme si nous nous dirigions vers une sorte d’effondrement, une sorte de crise. L’issue la plus probable est qu’il va se produire un effondrement économique en Europe, ce qui arrivera en temps voulu avec l’augmentation des dépenses et des taxes. L’incapacité de créer un environnement économique compétitif, la réglementation excessive de l’économie, la bureaucratisation, va aboutir à un effondrement économique. En particulier l’introduction de l’euro a été une idée folle. La monnaie n’est pas censée être politique.
Je n’ai aucun doute à ce propos. L’Union européenne va s’effondrer, à peu près de la même façon que l’Union soviétique en son temps. Mais n’oubliez pas que lorsque des entités s’effondrent, elles laissent derrière elles des dévastations telles qu’une génération entière est nécessaire pour parvenir à un redressement. Pensez simplement à ce qu’il pourrait arriver en cas de crise économique. Les tensions entre les nations vont être gigantesques. Cela pourrait exploser. Regardez le nombre impressionnant d’immigrants venus du tiers-monde et qui vivent aujourd’hui en Europe. Cette immigration a été encouragée par l’Union Européenne. Que va-t-il se passer en cas d’effondrement économique ? Nous assisterons probablement, comme dans les dernières années de l’Union soviétique, à un développement inimaginable des conflits ethniques. Aucun pays n’a connu de tensions ethniques comparables à celles qui ont eu lieu en Union soviétique, à l’exception peut-être de la Yougoslavie. Et c’est exactement ce qu’il va se passer ici aussi. Nous devons nous préparer à cette situation. Le gigantesque édifice bureaucratique va s’effondrer sur nos têtes.
C’est pourquoi, et je le dis vraiment sincèrement, plus tôt nous en aurons fini avec l’Union Européenne, mieux ce sera. Plus tôt celle-ci s’effondrera, moins les conséquences que nous et les autres pays auront à subir seront importantes. Mais nous devons faire vite car les eurocrates, eux, agissent rapidement. Il sera difficile de les vaincre. Cela reste simple aujourd’hui. Si un million de personnes marchent sur Bruxelles, ces types s’enfuiront aussitôt aux Bahamas. Si demain la moitié de la population britannique refuse de payer ses impôts, il n’y aura aucune conséquence et personne n’ira en prison. Aujourd’hui nous avons encore la possibilité d’agir de cette manière. Mais je ne sais pas comment évoluera la situation demain avec l’émergence d’un Europol [organisme de coopération entre les polices de l’UE http://fr.wikipedia.org/wiki/Europol – NdT] entièrement réorganisé avec d’anciens membres de la Stasi [ancienne police politique d’Allemagne de l’Est – NdT] ou de la Securitate [ancienne police politique de la Roumanie pendant la période communiste – NdT]. Tout peut arriver.
Nous perdons du temps. Nous devons les vaincre. Nous devons nous asseoir et réfléchir, élaborer une stratégie aussi rapidement que possible pour obtenir un effet maximal. Sinon il sera trop tard. Comment je vois les choses ? Ma conclusion n’est pas optimiste. Jusqu’ici, malgré le fait que nous disposions de forces anti-UE dans presque tous les pays, cela n’est pas suffisant. Ils sont en train de nous battre et nous perdons du temps.

Argumentaire de Boukovski
– L’URSS était gouvernée par 15 personnes non élues qui se cooptaient mutuellement et n’avaient à répondre à personne.

– L’UE est gouvernée par 2 douzaines de gens cooptés qui se réunissent à huit clos, ne répondent de leurs décisions à personne et ne sont pas limogeables.

– On pourrait dire que l’UE a un parlement élu, mais l’URSS avait aussi une espèce de parlement, le soviet suprême.

– Nous avalisions sans discussion les décisions du Poliburo tout comme le Parlement Européen où le temps de parole de chaque groupe est rationné et se limite souvent à une minute par intervenant.

– A l’UE, il y a des centaines de milliers d’eurocrates avec des émoluments énormes, leur personnel, leurs larbins, leurs bonus, leurs privilèges, leur immunité judiciaire à vie, simplement transférés d’un poste à un autre, quoiqu’ils fassent, bien ou mal. N’est-ce pas l’URSS toute crachée ?

– L’URSS fut crée par la contrainte, très souvent par l’occupation armée.

– On est en train de créer l’UE non pas par la force armée, mais par la contrainte et la terreur économique.

– Pour continuer d’exister, l’URSS s’est étendue toujours plus loin. Dès qu’elle a cessé de s’étendre, elle a commencé à s’écrouler.

– Je soupçonne qu’il en sera de même pour l’UE.

– On nous a dit que le but de l’URSS était de créer une nouvelle entité historique : le peuple Soviétique. Il fallait oublier nos nationalités, nos traditions et nos coutumes.

– Même chose avec l’UE semble t-il. Ils ne veulent pas que vous soyez anglais ou français, ils veulent faire de vous tous une nouvelle entité des européens, réprimer vos sentiments nationaux et vous forcer à vivre en communauté multinationale.

– 73 ans de ce système en URSS se sont soldés par plus de conflits ethniques que nulle part ailleurs au monde.

– Un des buts grandioses de l’URSS était de détruire les états-nations.

– C’est exactement ce que nous voyons en Europe aujourd’hui. Bruxelles a l’intention de phagocyter les états-nations pour qu’ils cessent d’exister.

– Le système soviétique était corrompu du haut jusqu’en bas.

– C’est la même chose pour l’UE.

– Les activités anti-démocratiques que nous avions vues en URSS fleurissent en Union Européenne.

– Ceux qui s’y opposent ou les dénoncent sont bâillonnés ou punis

– Rien n’a changé : en URSS nous avions le goulag. Je crois que nous l’avons aussi dans l’UE, un goulag intellectuel « politiquement correct ». Essayez de dire ce que vous pensez sur des questions de race ou de sexualité, et si vos opinions ne sont pas les bonnes, vous serez ostracisé. C’est le commencement du goulag, c’est le commencement de la perte de votre liberté.

– En URSS, on pensait que seul un état fédéral éviterait la guerre.

– On vous raconte exactement la même chose dans l’UE.

– Bref, c’est la même idéologie dans les deux systèmes. L’UE est le vieux modèle soviétique habillé à l’occidentale.

– Mais comme l’URSS, l’UE porte en elle les germes de sa propre perte. Hélas, quand elle s’écroulera, car elle s’écroulera, elle laissera derrière elle une immense destruction et de gigantesques problèmes économiques et ethniques.

– L’ancien système soviétique était irréformable. De même, l’UE.

Mais il y a une alternative à être gouvernés par deux douzaines de rond-de-cuir à Bruxelles L’INDÉPENDANCE. Vous n’êtes pas forcés d’accepter ce qu’ils vous réservent. On ne vous a jamais demandé si vous vouliez vous joindre à eux.

 

74 réponses à Vladimir Boukovski, ancien dissident soviétique met en garde contre une dictature de l’UE

Commentaires recommandés

C Balogh Le 04 août 2014 à 07h29

à Judabrutus, bonjour,
Fille de réfugiés politiques Hongrois, j’ai perso fait aussi le rapprochement entre cette ue et l’ancienne urss, elles se ressemblent sur certains points.Je vous rassure, je suis saine d’esprit, jusqu’à preuve du contraire!
;O)
Je n’irai donc pas comme vous jusqu’à dire que cet homme a été interné par l’ancienne union soviétique pour de bonnes raisons.

  1. Jay SWD Le 04 août 2014 à 02h25
    Afficher/Masquer

    Merci Olivier,
    J’avais vu cette vidéo il y a un mois,mais couillon de la lune,n’avais pas penser à la mettre où que ce soit en lien sur ce blog,vous vous en ètes chargé et c’est heureux!
    en d’autres époques,quand je voyais des “théories du complot” partout,que je n’avais pas relaché la bride qui me tenait au Moloch médiatique,j’étais choqué par ces gens qui disaient UE=UERSS.
    Aprés avoir lu cette ITW en complément de la dite vidéo,je ne peux désormais que m’associer à ce constat..

    Il me semble que c’est Bedos Père qui il y a 15 ou 20 ans avait dit dans un de ses sketchs:”Arrétez la planète,je veux descendre!!” plus que jamais je fais mienne cette supplique!!


  2. Jay SWD Le 04 août 2014 à 02h42
    Afficher/Masquer

    A propos de la présence de VGE chez Gorby au coté de Kissinger et Rockfeller,rien qui ne soient une surprise,puisqu’ils se bourraient là gueule…..PARDON,S’ALCOOLISAIENT FORTEMENT de concert dans leur club hypra ultra-select de riches amis,voyez plutôt:

    http://iciplaneteterre.e-monsite.com/pages/nouvel-ordre-mondial/le-bohemian-club.html

    Page de recherche BC+Giscard,ça donne ça:

    https://www.google.fr/search?q=bohemian+club+giscard&ie=utf-8&oe=utf-8&aq=t&rls=org.mozilla:fr:official&client=firefox-a&channel=sb&gfe_rd=cr&ei=OdPeU_CCGIiB8QeuwIGICg


  3. archanonyme Le 04 août 2014 à 04h52
    Afficher/Masquer

    Je remercie Olivier pour cette vidéo. Je sais cela ne fera pas plaisir à certain. Cela fait bien longtemps que nous ne somme plus dans un système purement capitaliste et/ou libéral démocrate. Posez-vous cette question, est-il normale que le/les gouvernement finance des entreprises non rentable (par exemple banque en faillite lors des “crise bancaire liée aux subprimes”, et grand groupe de presse en faillite) dans un système qui se dit capitaliste et libéral. Si vous répondez correctement à cette question, c’est que vous avez tout compris, le système mélange à la fois le communisme, le socialisme, le capitalisme comme bon lui semble au profits du grand capitale (en d’autres termes, privatiser les profits, et socialiser les pertes)


  4. Judabrutus Le 04 août 2014 à 06h05
    Afficher/Masquer

    12 ans d’asile psychiatrique…..je dois avouer, à mon grand désarroi, que le KGB avait vu juste . Ce type est inquiétant : il représente un cas d’école en matière de délire paranoïde . Il tisse étroitement des éléments de la réalité avec ses projections fantasmées, de sorte que vous retrouvez de la cohérence au bout de cette chaîne d’incohérences : chaque fait rapporté est immédiatement réinterprété au bénéfice de sa vision des choses qui se consolide de toutes ses contradictions. Actuellement, je ne connais que les services occultes de l’administration américaine pour atteindre à ce degré d’ une conception délirante .
    À En fait, son discours est bien autre chose qu’un simple produit d’une théorie du complot, c’est le symptôme de l’ angoisse collective de notre vieux monde confronté à la perspective d’un effondrement de sa position et de ses valeurs : tout y est depuis la confusion entre deux réalités aussi disparates que le mode de fonctionnement soviétique du pouvoir et l’exercice du non-pouvoir dans la communauté européenne, en passant par cette hantise d’un fédéralisme qui n’aurait plus la force de nous protéger contre toutes les menaces d’infestations intérieures ( homosexuels) et extérieures ( les hordes barbares de migrants campant à nos frontières). Ce doux dingue est en réalité dangereux car son syncrétisme idéologique, mis au service d’une action politique, deboucherait immanquablement sur un durcissement de tout ce qui rend l’occident détestable au regard du reste du monde. C’est d’ailleurs un peu, hélas! Ce que nous sommes en train de vivre.


    • burgf Le 04 août 2014 à 08h50
      Afficher/Masquer

      Boukovski ne présente pas de “délire paranoide”comme vous dites, il a eu la chance d’avoir eu accès aux fiches classées Top Secret de la Lubianka – et d’en traduire/ copier une partie.
      L’évocation de cette réunion entre Gorbatchev, Giscard et le tandem Rockfeller / Kissinger (un protégé du premier) n’est pas de la conspiration, mais correspond à du factuel.
      Si vous voulez en savoir un peu plus, je vous conseille vivement de vous interesser aux recherches de William Engdahl – économiste sur les affaires pétrolières – facile, il a un blog :
      http://www.williamengdahl.com
      Ce qu’Engdahl a découvert dans ses dernières recherches – sur les OGM notamment – l’a choqué au point de s’engager dans la dénonciation de cette machination globale pilotée par ce qu’il nomme une “cabale de psychopathes”, car elle met en jeu la survie de l’humanité!
      Rien à voir avec un “symptome d’une angoisse collective!


      • PROLUX Le 04 août 2014 à 11h00
        Afficher/Masquer

        Pour les OGM je pense que Mr Engdahl délire … ou bien a trouvé une bonne manière de vendre ses bouquins en surfant sur les peurs. Il est vrai que la génétique et les biotechnologies se prêtent bien au catastrophisme compte tenu de la méconnaissance de la quasi totalité des citoyens.On peut voir des complots partout mais il faudrait a moins quelques éléments de preuve ou bien un raisonnement étayé qui monterait la faisabilité et le rationnel des choses. Pour les OGM et les biotech le dossier de Mr Engdahl est creux et il n’y a pas d’agenda caché. La réalité est beaucoup plus simple: la technologie permet de faire des progrès dont il serait dommage de se priver.


        • Alkali Le 04 août 2014 à 11h54
          Afficher/Masquer

          @Prolux

          Vous ne parlez des OGM que du seul point de vue de la “technologie”.
          Comme je ne suis pas scientifique (ni même chercheur au CNRS), je ne chercherais pas à débattre avec vous sur les bienfaits réels ou supposés de cette technologie OGM.
          Cependant, il y a d’autres aspects qui semblent vous échapper.
          Ces technologies étant la propriété de quelques multi-choses US, il pourrait facilement venir à l’esprit de quelques allumés du complotisme que le problème essentiel réside dans le despotisme que ces champions de l’humanisme anglo-saxons ne manqueront pas d’exercer et la dépendance alimentaire qui s’imposerait sur la planète.
          Essayez d’imaginer…. et souvenez vous ” science sans conscience….”


          • ErJiEff Le 06 août 2014 à 19h09
            Afficher/Masquer

            Je souscris à burgf
            Les OGM et les règlements économiques qui les accompagnent sont l’outil (l’arme ?) essentiel dans la planification d’une main-mise des entreprises sur la totalité du marché de l’alimentation humaine qui représente à lui seul au moins la moitié des échanges internationaux.
            Comme ancien généticien spécialisé en amélioration des plantes je peux confirmer que les OGM ne représentent pas d’abord un péril sanitaire mais bien :
            1) un péril écologique car personne n’est capable aujourd’hui de savoir comment peut évoluer dans le temps un génome artificiel créé en dehors de toute pression du milieu naturel
            2) un péril économique par la dépendance technologique de toutes les cultures aux souches brevetées des obtenteurs, dépendance rendue obligatoire par l’interdiction des cultures de variétés traditionnelles par définition gratuites et la sournoise limitation des cultures potagères privées qui se font aux dépens du chiffre d’affaire des multinationales et de la collecte de taxes par les états.

            Et pour ce qui est du progrès technologique… Monsanto s’est précipité dans la création d’un soja résistant au… Round up !!
            Un soja dont on ne pourra plus se débarrasser sauf nouvel agent orange encore plus puissant donc plus néfaste, comme le rappelle archanonyme


        • archanonyme Le 04 août 2014 à 15h09
          Afficher/Masquer

          La théorie est très simple, si vous voulez rendre une plante résistante à un pesticide (donc plus de production). vous prenez ces plantes et vous les bombardé avec les molécules de ce pesticide à l’aide d’un accélérateur à particules (pour casser le code génétique de la plante) en espérant obtenir des plante qui aurait intégrer cette molécules/gène dans leur code génétique lors de recombinaison de son code génétique (réplication cellulaire). donc la plante produit elle même cette molécule et la transporte en elle dans son code génétique. Le problème c’est que les pesticides sont dangereux pour l’homme aussi. donc en mangeant ces plante nous mangeons cette molécule répliquée dans le code génétique de la plante.


    • FL Le 04 août 2014 à 08h54
      Afficher/Masquer

      Vous devriez lire Jacques Sapir et en particulier ses billets sur la notion de souveraineté.
      A propos de souveraineté, il ne vous a surement pas échappé que ce mot est “ostracisé” en France, renvoyant dans le discours médiatique générale, à une notion produite par la droite la plus douteuse!

      Accordez à Monsieur Boukowsky, au moins, le fait que l’Europe c’est la disparitions des nations.
      Et comment en serait-il autrement. Le France ne s’est-elle pas faite sur la disparition de l’indépendance des provinces qui la composent aujourd’hui. La différence c’est que ça pris mille ans et non sans guerres.


    • Périclès Le 04 août 2014 à 11h01
      Afficher/Masquer

      Vous voulez nous endormir en niant le danger . Vous êtes le type même du “k”ollabo .En outre , insulter une victime du goulag est ignoble .


    • Sébastien Le 04 août 2014 à 11h07
      Afficher/Masquer

      Très drôle le vôtre, de “discours”. En fait, vous êtes l’exemple-type de ce que Boukovsky décrit!


    • KOMETA Le 04 août 2014 à 20h25
      Afficher/Masquer

      Bon. La question est réglée. C’est un paranoïde.

      Que dire de deux paranoïdes.

      Voici Yuri Bezmenov, ex-KGB, interviewé en 1985 (Titre : ‘Yuri Bezmenov: Deception Was My Job’ – plus de 140K visionnements – aprox 1 1/2 heure – recommandé):

      http://www.youtube.com/watch?v=y3qkf3bajd4

      Ce qu’il raconte au sujet de l’emprise sur les systèmes d’éducation relèverait de la paranoïa ?

      Je ne sais pas de quoi pourraient souffrir Boukovski et/ou Bezmenov. Je sais cependant qu’il pourrait y en avoir qui souffrent de l’inverse. Est-ce mieux ?

      Vieux dicton : En psychanalyse il ne faut jamais contredire le patient.


  5. C Balogh Le 04 août 2014 à 07h29
    Afficher/Masquer

    à Judabrutus, bonjour,
    Fille de réfugiés politiques Hongrois, j’ai perso fait aussi le rapprochement entre cette ue et l’ancienne urss, elles se ressemblent sur certains points.Je vous rassure, je suis saine d’esprit, jusqu’à preuve du contraire!
    ;O)
    Je n’irai donc pas comme vous jusqu’à dire que cet homme a été interné par l’ancienne union soviétique pour de bonnes raisons.


    • pierre9459 Le 04 août 2014 à 08h00
      Afficher/Masquer

      Bonjour

      Réfugiés politiques Hongrois, tout comme par exemple la famille De Nagy-Bosca donc …
      Non que je nie ce que vos parents ou grands parents aient pu vivre, mais je ne crois pas que votre statut de “fille de” soit suffisant pour pouvoir établir une quelconque vérité.Ce qu’ils ont pu vous dire , ne l’oubliez pas , est forcément dicté par leur statut de réfugié politique. Aux Etats Unis, bon nombre de cubains s’affirment réfugiés politique et assurent sous ce statut que Cuba est une absolue dictature sanguinaire. Je ne suis pas sur que ce pays malgré ses évidents défauts (mais beaucoup de bonnes choses aussi) puisse être taxé de dictature.
      Je suis fils de gaulliste et pourtant profondément ancré à gauche, de mère archi croyante et pourtant totalement agnostique etc etc …
      Avoir eu un grand père mort de cause naturelle vers 90 ans alors que depuis l’age de 20 ans il bombardait 3 paquets de cigarettes par jour ne veut pas dire pour autant que le tabac ne tue pas …
      Bien cordialement


      • C Balogh Le 04 août 2014 à 08h15
        Afficher/Masquer

        Bonjour,
        Le statut de “fille de” me permets d’avoir les yeux ouverts sur la propagande, bien plus que mes compatriotes..Je n’ai pas la prétention d’affirmer une vérité, en revanche, je ne pense pas que l’on puisse nier les similitudes entre l’ex union-soviétique et l’ue.
        Je trouve votre première phrase bien déplacée, ce rapprochement avec la famille de Narko, on me l’a servit tout le long de son règne, je ne vois pas ce qu’apporte cette comparaison forcée.
        Malgré le fait que j’ai été élevée contre le communisme, j’ai un esprit indépendant et je suis moi aussi de gauche, comme on dit.
        Je ne fait pas l’amalgamme entre l’ex union soviétique et la Russie actuelle et j’éprouve de l’admiration pour Mr Poutine.
        Autant vous dire que si mes parents étaients encore vivants, ils ne seraient pas ok avec mon point de vue:ils ont tout perdu en ex URSS……..Mais cela ne sera jamais une bonne raison pour moi de condamner la Russie qui aujourd’hui fait de la diplomatie et non de l’agression systèmatique.
        Et pour finir, je pense sans prétention qu’avoir été informée dès mon plus jeune âge sur le machiavélisme de certains me permet aujourd’hui une lucidité accrue.Mais je le répète, je ne détiens pas la science infuse.J’apprends bcp sur ce blog où je viens chaque jour me cultiver.


        • C Balogh Le 04 août 2014 à 08h26
          Afficher/Masquer

          le statut de réfugié politique de mon père n’est pas une fantaisie, il s’est évadé de prison alors qu’il était condamné à perpète!!quand à ma mère, qui avait une très belle carrière de gymnaste de très haut niveau, elle s’est enfuie parce que n’avoir aucun pouvoir de contestation lui était insupportable et aussi la peur, certains diront que c’est des on-dit mais en réalité, dès lors que vous étiez contre le gouvernement, vous disparaissiez, souvent en pleine nuit…..
          Mes parents m’ont aussi dit qu’avec le communisme, les études supérieures étaient accessibles à tous, ça n’est pas parce qu’ils avaient un idéal qu’ils crachaient systématiquement, comme des moutons sur le régime.


          • chios Le 04 août 2014 à 08h59
            Afficher/Masquer

            Les propos de ce dissident sont fortement colorés UKIP
            Thatchérisme
            Anti bolchevique ET anti gauche (amalgame)
            xenophobie

            Pas la peine de vous chamailler.
            Je suis sûre que vous pouvez vous entendre.


            • V_Parlier Le 04 août 2014 à 09h54
              Afficher/Masquer

              Et bien, si entre eurosceptiques on commence déjà des querelles de chapelles sur fond de politicaillerie subjective, ce n’est pas demain qu’on barrera la route au vrai fascisme et au néolibéralisme.


            • V_Parlier Le 04 août 2014 à 11h39
              Afficher/Masquer

              Je n’ai pas prétendu que vous étiez la responsable…
              Bon, j’ai rien dit, hein…


          • chios Le 04 août 2014 à 11h41
            Afficher/Masquer

            Chère C Balogh,

            Ne vous excusez-pas.
            Vous avez raison de “mettre les points sur les i “.

            je voulais simplement mettre l’accent sur le fait qu’il est facile d’attiser la bagarre sur des points secondaires, (en l’occurrence les présupposés idéologiques que charrie ce texte), c’est ce que font les trolls, que nous connaissons tous, et je voulais que vous et votre ou vos opposants aillent relire de plus près ce texte.

            A la place d’Olivier, je n’aurais pas proposé ce texte comme “article du jour”.
            A moins qu’il ait des données crédibles sur les “complots” évoqués dans l’article.
            Il risque, parmi les “gens de bonne foi”, présents sur ce site,de semer la confusion.

            J’adore les interventions de Nick Farage au parlement européen.
            C’est un orateur remarquable.

            Mais…….

            J’en resterai là…

            En attendant,C Balogh, merci de votre intervention.


      • C Balogh Le 04 août 2014 à 09h10
        Afficher/Masquer

        re, Pierre 94-59
        Vous faites erreur en disant que la famille de Nicolas Sarkösy Nagy-Bosca est réfugiée politique, c’est faux elle est immigrée:”À l’arrivée de l’Armée rouge en 1944, la famille est expropriée et s’exile en France “rien à voir avec les réfugiés politique de 56.

        http://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_Sarkozy

        De plus, seul le père de Narko est Hongrois, sa mère est française.
        Il faut faire attention aux almalgames et essayer d’être précis.
        Cordialement


        • tepavac Le 04 août 2014 à 11h05
          Afficher/Masquer

          bonjour Vincent !

          je te rejoins sur le fond, c’est en éffêt affligeant de constater que les esprits se perdent toujours par manque de repère.

          Je me suis exprimé plusieurs fois sur le sujet, des conséquences d’une organisation sociale dont l’appareil de régulation, est par essence l’Institution Judiciaire, serait non conforme à ses missions.

          je ferais un exposé…

          bien cordialement


    • perceval78 Le 04 août 2014 à 11h36
      Afficher/Masquer

      bonjour @Balogh, vive la Hongrie, toi qui connais, penses tu qu’il y a un tropisme hongrois anti langue de bois qui expliquerait le positionnement politique actuel de la Hongrie.

      Emmanuel Todd et la Hongrie
      =
      http://professeur-francais.over-blog.com/article-quelle-place-pour-l-europe-centrale-dans-la-geopolitique-europeenne-73139669.html
      =
      Institut francais de Budapest : les nouveaux médias et leurs enjeux Schneidermann, Mediapart …
      =
      http://www.youtube.com/watch?v=btH1zZSHzYI
      =
      Victor Orban
      =
      http://www.courrierinternational.com/revue-de-presse/2014/07/30/viktor-orban-pourfend-le-liberalisme-occidental


      • C Balogh Le 04 août 2014 à 17h09
        Afficher/Masquer

        Bonjour Perceval,
        Ben, non, je ne connais pas.
        Ma vie a fait que j’ai maintenant depuis six mois le temps de m’investir en recherches et apprentissages divers aussi bien sur ce blog qu’en suivant les liens largement offerts par les contributeurs de ce blog.Avant ça, c’est con, pas de temps.

        Cependant, dans cette aliénation qu’est la géopolitique mondiale, ou un système binaire de noir e blanc omertant volontairement et totalement le gris, les nuances, est aujourd’hui dangereusement présent, Orban, taxé de fascisme(tiens?encore?) a viré, il me semble les firmes OGM en Hongrie, c’est donc un terroriste!
        Il fait ce qu’il peut dans ce monstre ue pour garder sa souveraineté.On me pardonnera mon ignorance si je me trompe mais je ne demande qu’à progresser.


    • Alkali Le 04 août 2014 à 12h03
      Afficher/Masquer

      Chère CBalogh, tout comme moi vous savez bien que même le nez dans le fumier certains continueront à prétendre que ça sent la rose.
      Il semble que ce soit le cas de ce monsieur.
      Devant l’évidence même il poursuivra ses assertions sur les bienfaits de l’UE.
      Je pense, hélas, qu’à un certain niveau d’autisme, il n’y a rien à faire.


  6. pierre9459 Le 04 août 2014 à 07h49
    Afficher/Masquer

    Beaucoup de pincettes à prendre je pense avec Boukovski qui ressent les choses en tant qu’ancien opprimé du régime soviétique.
    Cependant, je me suis toujours posé une question sur ces intellectuels rescapés …
    “En 1976, les soviétiques l’expulsèrent vers l’Ouest.”
    Pourquoi alors ne pas avoir organisé une mort “naturelle” ? A l’époque, ce régime ne risquait rien à pratiquer ainsi puisqu’il parait que c’est par millions qu’il exterminait les dissidents ! (je n’y crois pas une seule seconde)
    Les purges Staliniennes sont connues, archies connues, les goulags etc etc …
    Je suis simplement curieux : pourquoi les Sakharov, Soljénitsyne, Boukovski, Plioutch dont certains sont quand même restés communistes jusqu’au bout ….pourquoi donc ces gens puisqu’ils vivaient sous un tel régime d’inouïe terreur ont-il pu être expulsés au lieu de se voir tout simplement éliminés physiquement ?
    J’ai un peu l’impression que la propagande occidentale depuis quasi un siècle contre la révolution Russe nous a fait prendre quelques vessies pour des lanternes !
    Je ne remets pas en cause le début de la révolution et les massacres de part et d’autre à ce moment là mais j’ai quand même drôlement l’impression qu’on a un peu sali le tableau sur ce qui se passait en réalité là bas …
    Une histoire complète de la Russie telle que vient de faire Olivier Berruyer pour l’Ukraine…voilà ce qui remettrait sans doute les pendules à l’heure !
    Ensuite, nous finirions sur l’Histoire des Etats Unis d’Amérique si vous voyez ce que je veux dire ….


    • chios Le 04 août 2014 à 09h21
      Afficher/Masquer

      On les a laissé partir parce qu’ils étaient irréformables ET célèbres en Occident. Leur disparition aurait attiré l’attention.
      J’ai lu un bouquin de Soljenytsine qui raconte et explique son expulsion.


      • V_Parlier Le 04 août 2014 à 10h00
        Afficher/Masquer

        Exactement. Il ne faut pas s’imaginer que Soljénitsine (aujourd’hui détesté par les “libéraux” déchainés russes, car il est contre le libéralisme et croyant) aurait bénéficié d’un traitement de faveur en URSS! Combattre les calomnies envers la Russie oui, mais prétendre que son histoire entière est parfaite me semble plutôt contre-productif. Les otaniens n’attendent que çà: faire passer leurs détracteurs pour des bolcheviks.


        • Thomas Le 04 août 2014 à 16h43
          Afficher/Masquer

          Après la déstalinisation (1956), Brejnev ne pouvait pas liquider tous les opposants en URSS à la méthode grandes purges de 1938… Cela aurait encore plus diabolisé le système soviétique à l’étranger, on les faisait passer pour fous ou alors on les expulsait hors du pays…


  7. perceval78 Le 04 août 2014 à 08h11
    Afficher/Masquer

    Pour avoir une idée de ce qu’est un non débat au parlement europeen il suffit de regarder celui qui a eu lieu
    sur la situation en ukraine
    =
    http://www.europarl.europa.eu/sides/getDoc.do?pubRef=-//EP//TEXT+CRE+20140715+ITEM-008+DOC+XML+V0//FR&language=FR
    =
    La video du debat
    =
    http://www.europarl.europa.eu/sides/getVod.do?mode=chapter&language=FR&vodDateId=20140715-15:00:40-444
    =


    • chios Le 04 août 2014 à 09h04
      Afficher/Masquer

      Je n’ai vu que les conclusions de ce Fule, qui vaut son pesant d’or, J’avais proposé il y a quelques jours de le traduire, en fait il faudrait Lanalyser pour voir tout ce qu’il cache comme non-dit.


      • perceval78 Le 04 août 2014 à 11h43
        Afficher/Masquer

        moi j’ai surtout apprécié la profondeur des débats :

        Question : Edouard Ferrand (NI), Monsieur Mazuronis, l’accord d’association qu’on nous propose entre l’Union européenne et l’Ukraine ne risque-t-il pas, aujourd’hui, de profiter à l’intégration latente de l’Ukraine dans l’OTAN et de provoquer le retour inéluctable d’une guerre froide en Europe?

        Réponse : Valentinas Mazuronis (EFDD), atsakymas į pakėlus mėlynąją kortelę pateiktą klausimą. – Sutarties, kurią pasirašė Ukraina, pasirašymas buvo Ukrainos teisėtai išrinktos valdžios pasirinkimas. Manau, kad kiekviena valstybė turi teisę rinktis taip, kaip mano reikalinga. Tikrai nemanau, kad šie žingsniai, o ne agresyvi kitos valstybės, t.[nbsp ]y. Rusijos, pozicija, kelia potencialiai didžiulę grėsmę stabilumui Europoje ir mūsų visų valstybių saugumui.

        Traduction : …Je crois que chaque Etat a le droit de choisir comme mon besoin…. La position de la Russie, pose potentiellement une grave menace pour la stabilité de l’Europe et l’ensemble de notre sécurité nationale.

        Question suivante : c’est ce que j’appelle un sujet traité sous tous ses aspects et toutes ses profondeurs, vive l’Europe, je devrais dire VIVA EUROPA !


        • chios Le 04 août 2014 à 12h13
          Afficher/Masquer

          Perceval, j’ai été voir le texte, et je n’ai pas pu “lire”, car trop de langues.
          Aucune traduction, bien sûr.
          “I desisted”.

          Pour la video, on me dit que je n’ai pas le soft adéquat…

          Je ne comprends pas, in fine, ce que tu penses, toi qui as vu (et compris, “combien de langues”), ce débat, qui a eu lieu le plus démocratiquement possible…(?)

          Bref, je (en quelle mesure est-ce un nous?) voudrais avoir accès à ce débat, et aux conséquences qu’il aura pour notre avenir.

          Comme c’est toi, perceval, qui aime suivre et débusquer sur twitter et autres sources , l'”identité” de nos meneurs, je t’invite à poursuivre…ces tweets de carlbildt etc

          A toi.


          • perceval78 Le 04 août 2014 à 13h36
            Afficher/Masquer

            1) c’est dommage que tu n’ai pas la vidéo @chios car tu verrais juste en dessous la Clause de non-responsabilité suivante
            L’interprétation ne constitue en aucun cas un enregistrement authentifié des débats.

            Donc l’UE n’a même pas le courage de certifier la Vidéo

            2) a part l’anglais je n’ai que des notions très limitées d’allemand, il faut donc utiliser massivement Google Translate et essayer de contextualiser

            3) puisque tu me le demandes et spécialement pour toi la dernière de Carlito

            Carl Bildt @carlbildt · 4h
            The day a century ago when the lights went out all over Europe – and were not lit up again until 1989. A day to remember and to reflect on.

            C’est beau on dirait du Victor Hugo …!!!


      • perceval78 Le 04 août 2014 à 11h51
        Afficher/Masquer

        Autre cas, vous vous souvenez peut être de la photo publiée la semaine dernière par Olivier montrant Parubiy en photo avec Joseph Daul, et bien Sandra Kalniete (ancienne ministre des affaires étrangères Lettonienne quand même) y était …
        =
        https://twitter.com/AndriyParubiy/status/491929212035817473/photo/1
        =
        Question: Sandra Kalniete (PPE), Mr Maštálka, when you say that it is a European Association Agreement which is the cause of all the war and military activity and disruption of civil life in Ukraine, it reminds me very much of a comment I have heard from men – that when a woman is raped, she has asked for it. Could you answer me on that point?

        Reponse: Maštálka, Jirí (GUE/NGL), odpoved na otázku položenou zvednutím modré karty. – Asi jste mela špatný preklad, já jsem rekl, že to byl jeden z faktoru.

        Traduction : Peut-être que vous avez eu une mauvaise traduction, j’ai dit que c’était l’un des facteurs.


      • perceval78 Le 04 août 2014 à 11h59
        Afficher/Masquer

        dernier exemple : Question d’un francophone qu’on ne comprend pas bien

        Question: Jean-Luc Schaffhauser (NI), Je voudrais juste dire à Elmar Brok, lorsqu’on traite de fasciste en l’occurrence Svoboda et Pravy Sektor, qu’ils étaient soutenus par l’Occident et les États-Unis, même si par la suite, effectivement, ils ont perdu aux élections.Donc, attention quand on menace et quand on critique nos amis et ceux qui essaient de mettre la vérité de fasciste. Cette fois, comme par hasard, les fascistes sont du côté de ce que vous appelez, à tort d’ailleurs, l’Occident.

        Réponse Traduction libre résumé : Sur le Maidan le désir de toutes les forces politiques était: Nous voulons les droits de l’homme et un état de droit, dans lequel il n’y a pas arbitraire.

        Si vous appelez cela le fascisme: ils appartiennent à des gens qui disent dans la terminologie russe, que fascistes sont ceux qui disent que tout le monde était contre la russification et la soviétisation. Cette définition, je ne peux pas accepter. Depuis, personne n’a été poursuivi. Aucun Russe n’a été persécuté en Ukraine en raison de sa langue – ce sont des mythes. Vous ne pouvez pas suivre cette propagande. Vous devriez avoir honte …

        Question suivante fin du débat à ce sujet …


        • chios Le 04 août 2014 à 12h29
          Afficher/Masquer

          BABEL, quoi.

          Personne ne se comprend plus.

          A mon avis, seul un “Taskforce ” d’alliance de blogs facebookj, tweets trans-europe etc peut lutter contre cet “obscurcissement du sens” que “je viens d’expérimenter”.


          • perceval78 Le 04 août 2014 à 13h31
            Afficher/Masquer

            bonjour @chios, je pense effectivement qu’ après avoir bu 7 vodkas, 6 gin tonic, 3 ricards, 5 bieres brunes , 1 martini dry avec des glacons , plus quelques amphetamines, tu dois effectivement avoir cette impression sonore que donne un débat au parlement européen … !!!


  8. Macarel Le 04 août 2014 à 08h35
    Afficher/Masquer

    Et de l’OTAN !!!!


  9. Macarel Le 04 août 2014 à 08h38
    Afficher/Masquer

    Pour mettre tout le monde d’accord, l’UE, n’est pas l’URSS, mais ce n’est pas non plus une démocratie !!!


    • C Balogh Le 04 août 2014 à 08h46
      Afficher/Masquer

      Bonjour Macarel,
      Je suis d’accord avec vous.Cela n’empêche pas la comparaison.L’ue ne sera jamis l’urss, son histoire est différente, cependant certaines constructions européennes ressemblent, comme le dit Mr Boukovski à l’ancienne union soviétique.L’irréformabilité étant l’un des points communs entre ces deux doctrines.


    • perceval78 Le 04 août 2014 à 08h53
      Afficher/Masquer

      quel est ton diagnostic sur les us @macarel ?


  10. perceval78 Le 04 août 2014 à 08h55
    Afficher/Masquer

    Finalement vladimir Bukovski partage 2 idées avec nos amis anglais :

    1) il pense que l’europe c’est la dictature
    2) il pense que les russes c’est des méchants

    ce qui est étonnant c’est qu’il ne dit rien sur les US , pourquoi ? en general le regard d’un dissident est lucide sur tout le monde … pourquoi ne dit il rien sur les us ???
    =
    http://en.wikipedia.org/wiki/Vladimir_Bukovskyce
    =
    wladimir bukovski sur le crash de smolensk
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=iUDDu1H3id0
    =
    documentaire 2011 crash du tupolev du president polonais (on accuse les russes)
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=p_gnBjdPrsE
    =
    son avis dans un journal polonais
    =
    http://www.fronda.pl/a/wladimir-bukowski-czarne-skrzynki-juz-zostaly-sfalszowane,39775.html
    =
    C’est la Russie porte l’entière responsabilité de l’accident d’avion – dit Vladimir Boukovski. L’auteur estime, cependant, que Moscou arguments sont toujours portées disparues, et l’intervention militaire en Ukraine est impossible.

    Bis repetita en Ukraine il pense que ce sont aussi les russes qui sont responsables
    =
    http://www.ziemiamielecka.pl/?p=1972
    =
    Dans une interview avec le portail wPolityce.pl Vladimir Boukovski a explicitement dit que l’avion “a été abattu par pro-russes dits séparatistes dans l’est de l’Ukraine. Un système de missile a été fourni par la Russie », qui depuis le début de les armer. Il a ajouté que “Moscou l’entière
    responsabilité de cette tragédie.” Bukowski exhorté à ne pas ignorer la propagande qui coule du Kremlin, parce que «la diplomatie russe est basée sur la désinformation”.

    En Russie, le communisme n’est pas fini, il continue encore, seulement dans une forme modifiée. Le pays est encore gouverné par les services secrets, et gouverné par des criminels et des voyous – dit Vladimir Boukovski dissident russe lors d’une conférence internationale à Londres “Smolensk tragédie – Analyse”, à laquelle ont participé, entre autres, Edward Lucas de «The Economist», des journalistes polonais Gazeta “Leszek Misiak et Gregory Wierzcholowski, Andrzej Melak et Anita Czerwinska du Club” GP “à Varsovie. La conférence a suscité un grand intérêt. Certains étudiants ont dû rester à l’extérieur de la salle où la réunion a eu lieu parce qu’il n’y avait pas suffisamment de places.


    • maboiteaspam Le 04 août 2014 à 15h04
      Afficher/Masquer

      OK, mais peux tu donner des contre-arguments compréhensible simplement en rapport direct avec la liste d’affirmations disponibles plus haut ?


  11. kinimodo Le 04 août 2014 à 09h08
    Afficher/Masquer

    Si on se réfère au présent de cette Union européenne, la plupart de ceux qui le liront se diront qu’il forçait le trait en faisant cette comparaison avec L URSS et cette évolution vers une dictature.
    En 2006, date de l’interview, cela devait être bien pire car la crise n’était pas encore là.
    Tout est en place pourtant pour que cette UE réponde à ce schéma. En France, notre niveau de vie et notre système social nous empêche encore de bien le voir.
    Pour en avoir déjà discuter avec des amis, on me sort à chaque fois que ce n’est absolument pas comparable… goulag, démocratie, liberté, etc.
    Du point de vue des Grecs, des espagnols et des portugais, le sentiment doit être tout autre.
    Ce qui importe, c’est aussi l’anticipation, et je crains vraiment que la dictature que Vladimir Boukovski prévoit en UE, soit de plus en plus affichée et visible à mesure que les crises se durcissent.


    • V_Parlier Le 04 août 2014 à 10h12
      Afficher/Masquer

      La fin de l’URSS, plus “soft”, peu avant la perestroïka, ressemble bel et bien à l’UE d’aujourd’hui, mais bien sûr avec un niveau de vie bien plus bas. (Mais çà, c’est pour l’instant). Plus tant de répression violente mais un maintien d’une norme de la pensée politique et sociale (par strict contrôle de l’information et de la “formation”), de sorte à ce que celui qui sort du droit chemin est décrédibilisé. On pouvait même passer un très court séjour (1 jour ou 2) en hôpital psychiatrique sans être maltraité, mais simplement pour avoir un point bloquant dans son dossier: “Oh, il a été chez les fous, laisse le parler, c’est n’importe quoi”. Or, faire passer ses détracteurs pour des dérangés est une pratique de plus en plus courante appliquée par nos journalistes mainstream.


      • kinimodo Le 04 août 2014 à 11h59
        Afficher/Masquer

        Etre lecteur ou contributeur de ce blog, serait sans doute « un point bloquant dans le dossier »…
        Je ne sais pas quelles pressions subit Olivier Berruyer. En tous cas, on peut se réjouir que ce blog ne subisse pas plus d’attaques frontales de la part des différents pouvoirs qu’il doit finalement bien déranger. Cela tient à la qualité des billets toujours sourcés et documentés difficilement attaquables, et de l’audience bien méritée qui va désormais avec.
        Merci encore Olivier pour ce blog indispensable et votre courage.


  12. Nerouiev Le 04 août 2014 à 09h19
    Afficher/Masquer

    Ce blog est devenu ma drogue et Merci d’avoir publié de texte et cette vidéo qui sont l’expression de ce que je ressens depuis très longtemps.
    Il manque toutefois le pourquoi et l’objectif de la dominance étatsunienne actuelle sur l’Europe.


    • jacqueline Le 04 août 2014 à 09h48
      Afficher/Masquer

      Pour l’empêcher de s’allier avec d’autres et former un bloc plus puissant que les US, qui pourrait se passer des USA. C ‘est aussi pour en faire un marché captif.


    • Cassandre Le 04 août 2014 à 19h33
      Afficher/Masquer

      Pierre Hillard, docteur en sciences politiques, a écrit plusieurs livres sur les origines de la construction européenne, qui datent d’après la première guerre mondiale. Il a aussi fait des recherches sur certaines fondations et sociétés, surtout anglosaxonnes, leur origine et leurs objectifs, comme la Société Fabienne chargée de promouvoir la sociale démocratie, mais aussi de recruter et former des élites capables d’impulser le projet mondialiste qui remonte déjà au XIXème siècle. En gros, il explique comment les différentes pièces du Nouvel Ordre Mondial se sont progressivement et furtivement mises en place, pendant que nos médias dormaient..

      http://www.youtube.com/watch?v=gsv65CF-s2k

      http://www.youtube.com/watch?v=OSVV9Imeu6E

      et pour ses livres :
      http://www.decitre.fr/auteur/306072/Pierre+Hillard/


  13. Zasttava Le 04 août 2014 à 10h26
    Afficher/Masquer

    Je remets ce lien vers cette interview d’Alexandre Zinoviev, qui apporte un point de vue complétaire à celui de Boukovski : http://www.toupie.org/Textes/Zinoviev_2.htm


  14. kinimodo Le 04 août 2014 à 11h09
    Afficher/Masquer

    Ce que la plupart des gens ne veulent pas voir, c’est qu’ils sont dirigés, formatés, pour qu’ils demandent eux-mêmes cette forme de dictature (ce terme ne sera évidemment pas utilisé).

    Au-delà des aspects politiques et territoriaux, il suffit de voir à quel point le système totalitaire marchand est accepté et défendu par quasiment tout le monde… une dictature des plus subtile. C’est aussi un levier extraordinaire pour franchir les différentes étapes qui nous dirige vers cette forme de dictature à l’occidentale.
    Un film à voir, assez radical sur ce sujet : « de la servitude moderne »

    film entier:
    http://www.dailymotion.com/video/xocnxi_de-la-servitude-moderne-un-film-documentaire-de-jean-francois-brient_people

    le site, avec les explications de l’auteur et sa démarche, ainsi que le texte du film:
    http://www.delaservitudemoderne.org/francais1.html


    • Crapaud Rouge Le 04 août 2014 à 13h41
      Afficher/Masquer

      il suffit de voir à quel point le système totalitaire marchand est accepté et défendu par quasiment tout le monde” : si vous viviez au milieu de la Sibérie, vous auriez du mal à désirer être pêcheur sur une île Bretonne…


  15. Alae Le 04 août 2014 à 11h37
    Afficher/Masquer

    Ce monsieur, qui semble avoir raison sur bien des points, n’est pas le seul à tenir ce langage. D’autres aussi ont dénoncé la structure communiste- totalitaire, mise au service du grand capital, de l’UE.
    La théorie tient la route. Etant donné l’aspect répressif et sectaire de l’idéologie communiste et la facilité de ses slogans – tous fondés sur l’émotionnel, la démagogie, la manipulation du langage (c.f. Orwell) et la diabolisation, donc accessibles au plus grand nombre – que la structure et la communication de l’UE s’en inspirent semble non seulement crédible, mais une solution pragmatique de la part de ses créateurs.
    Quel meilleur outil idéologique d’asservissement de masse ?


  16. Alae Le 04 août 2014 à 11h45
    Afficher/Masquer

    Ah, j’oubliais : il a raison aussi sur la nature humaine qui ressemblerait à un ressort. Après l’effondrement du bloc communiste, la première chose à revenir en masse a été la religion.
    70 ans d’athéisme imposé et quotidiennement martelé, pour un effet boomerang maximal…
    Conclusion, laissons le choix à chacun.


  17. samuel Le 04 août 2014 à 12h31
    Afficher/Masquer

    Vous voulez dire qu’il aurait déjà eu une vision de l’enfer.

    Possible, vous pourriez déjà avoir vu et traversé l’enfer ou le temps, essayer dans le décrire dans des termes pas trop anticipatoires, assurément personne ne vous croirait.

    En réalité dans la rigueur le sort des damnés ne change pas, certains supplices vont jusqu’à demander plus de souplesse individuelle, mais leur monde est toujours à feu et à sang.

    Faudrait formater le monde, mais au final vous vous demandez si vous êtes bien encore un homme ou une bête, alors qu’ils sont bien tous pris au collet par le tout totalitarisme de l’UE.

    Et dire qu’avant l’UE des marchands, il existait grande variété de fromages et produits artisanaux
    dans les petites boutiques de France, mais sans la diversité que deviennent les abeilles.

    A l’évidence dans les premiers enfers UE, il y a plusieurs formes de cachots, pour mieux en pousser vers la mort, où chaque supplice diffère, et ça à tous niveaux pour plus de productivité.

    C’est sur pour moins connaître l’envers certains préfèrent vous dire que tout cela n’existe pas, que vous vous faites des idées sur la vie et la mort, pourtant ça brûle bien davantage je trouve.

    Dans certains lieux le mal institutionnel est si UE, qu’on pourrait compter les mouches au plafond, qu’il va jusqu’à dévorer l’Ame sans la détruire, comme quoi l’enfer est bien pavé des meilleures.

    A vrai dire l’enfer existe bel à bien, mais voilà faut pas trop en dire du mal, oui peut-être, mais le fait d’en être revenu montre bien que je vous raconte pas des bobards.

    D’ailleurs si la prière ne m’avait soutenu, je serais plus en vie, je pourrais pas en témoigner, pour ça qu’ils veulent pas reconnaître la chose dans la haine, c’est tout leur gagne pain et puis peut-être qu’avec l’UE nous aurions bientôt des escadrons de la mort.

    C’est bien pourtant la perte de l’éthique qui permet plus à chacun d’en témoigner, tout le problème comment faire croire que l’enfer n’existe pas, alors que c’est déjà bien la fournaise.

    Mais non vous diront-ils, le futur que vous nous préparons ne ressemblera en rien à cela, ben voyons alors qu’il y a bien une petite chute de l’homme dans le tout conformisme à plein nez.

    Et oui le plus grand supplice c’est de pas croire en cela, ce serait comment dire inimaginable, impensable, contre-productif cela renverserait leurs premières convictions de façade.

    Bref je n’oblige personne à y croire, mais à mon avis on n’est plus loin de l’Age de pierre, et ce que je pourrais dire ne serait que le pâle reflet des choses que d’autres ont mieux vu avant.


  18. Bm607 Le 04 août 2014 à 13h02
    Afficher/Masquer

    Pour ma part et après avoir lu toute la page (y compris tous les commentaires), je trouve intéressant ce qui a été exposé. Non pas que je sois d’accord avec tout ce qui est écrit, mais c’est une manière de présenter les choses qui par certains aspects se défend et pointe encore et encore certaines dérives (j’ai bien aimé plusieurs passage, sur les états amenés à voter jusqu’à ce qu’ils soient d’accord avec l’UE-la Suisse-, ou sinon on passe dessus c’est plus rapide -la France-, ou l’amalgame chez les bien-pensants entre volonté de limiter l’immigration et racisme, entre autre)

    De toute façon la manière de considérer les choses dans des situations de sociétés complexes ne peut être simple et unique, là il prend la comparaison avec un chose qu’il connait bien et fait des parallèles, ce qui permet de pointer des similitudes sur lesquelles il est intéressant de réfléchir, sauf à être comme certains imbéciles qu’on voit fleurir sur le net persuadés de détenir LA vérité, que de toute façon tout ce qui contredit cette vérité doit être balayée d’un revers de main sans la moindre analyse, … Bon je dis imbécile, je devrais plutôt dire totalitariste amateur, à mon sens ces gens sont l’assise de ce genre de dérive.

    Bon je suis peut-être aussi déformé par mes ascendances comme certains ici (fils d’Ukrainienne déportée par les allemands…).

    Donc merci à Olivier pour faire paraître cette position qu’il ne partage pas complètement non plus.


  19. lon Le 04 août 2014 à 13h03
    Afficher/Masquer

    Ce que décrit et ce que dénonce Boukovski n’est pas propre à l’UE ou à l’URSS, c’est simplement qu’il n’y a pas 36 manières de bâtir les empires . Cette structure ” socialo-étatique” c’est aussi celle, depuis le début , des USA malgré tout le mythe qui s’y attache . Dès que les fédéralistes avec Hamilton ont eu l’avantage sur les doux rêveurs genre Jefferson et les partisans des “états”, la conquête et l’exploitation de l’Amérique du Nord a été une affaire dûment planifiée . A 2,5 dollars l’are de terre agricole prise sur les Indiens .
    Les hommes au pouvoir en Europe ont longtemps capitalisé sur la sympathie que recueillait le “projet européen” chez les peuples mais quand depuis 1 dizaine d’années il faut passer outre, comme pour le Traité de Lisbonne et l’élargissement aux anciens pays du bloc communiste, on n’hésite pas sur des principes démocratiques ,et comme pour les US et l’URSS, les notions d’appartenance nationale sont un obstacle. A ce niveau les plus malins et les plus logiques ont été et sont les ricains, qui ont créé de toutes pièces un nationalisme américain, seule condition pour ” fédérer ” des peuples d’origines différentes . Multiculturalisme teinté de bons sentiments à l’européenne ? Nope, il n’y a qu’une seule culture dominante aux US, et c’est celle des WASPs d’origine anglo . Quant à l’Europe, cette soupe molle, toute idée de ” nationalisme ” lui fait horreur au point que nos élites ont été infoutues de susciter un sentiment de nationalisme européen, nationalisme qui voudrait dire d’ailleurs une libération de la tutelle américaine , CQFD . Non, pour nos beaux penseurs, le projet européen serait d’abord un projet ” universel” ….
    En attendant Boukovski voit juste sur la mise en place d’une dictature en Europe : c’est une dictature “soft”, où règne encore la liberté d’expression dans une certaine mesure, mais où la société est de plus en plus réglementée, sécurisée, conformisée , unifiée, homogénéisée, où les comportements sont de plus en plus codifiés, et les identifications formatées au point que finalement soit t’es pour Apple soit t’es pour Microsoft . C’est peut-être le prix à payer pour une planète de bientôt 9 milliards d’habitants. Les plus aventureux pourront toujours se consoler en pensant aux innombrables planètes à coloniser dans le futur, où les énergies pourront enfin s’épanouir loin des contraintes bureaucratiques de la planète Mère .


    • kinimodo Le 04 août 2014 à 14h51
      Afficher/Masquer

      L’aventure peut aussi être au coin de la rue… se désurbaniser, se déTVifier, débancariser et sortir ce qu’on peut de ce sacro-saint PIB par les différents moyens à notre disposition (troc, entraide, jardin, acquisitions de savoir faire…).
      Le monde ne s’en porterait sans doute pas plus mal, sauf peut être pour l’oligarchie que notre pleine adhésion au système nourrit.
      La redevance TV par exemple, c’est 133 E d’adhésion à un système qui nous ment, manipule et nous incite à consommer… ça en fait des paquets de graines pour le jardin !


      • madake Le 05 août 2014 à 01h10
        Afficher/Masquer

        Hélas, avoir les pouces verts, c’est avoir les yeux qui piquent :
        ce qui gâche le jardinage, c’est le fait que la vente de semences hors catalogue officiel est interdite.
        Pour ce qui pique les yeux :
        Voir plus bas le coût de 8000€ pour, peut être, les y faire entrer.

        Je rappelle au passage que le parlement européen via règlement interdit l’usage des semences de ferme ou les taxe.
        Donc, la pratique qui date de l’invention de l’agriculture, qui consiste à réutiliser une partie de sa récolte pour planter la prochaine est soit interdit, soit taxé.
        Je me demande à qui celà peut profiter…

        http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/11/29/pour-les-agriculteurs-ressemer-sa-propre-recolte-sera-interdit-ou-taxe_1610778_3244.html

        Toutes les semences vendues en France doivent etre inscrites au catalogue officiel des espèces et variétés. Pour cette inscription, la variété doit actuellement subir une série de tests afin de :

        vérifier son adéquation aux normes de Distinction, d’Homogénéité et de Stabilité (tests DHS) ;
        évaluer l’amélioration par rapport aux variétés existantes (test VAT : Valeur Agronomique et Technologique), lorsqu’il s’agit de plantes de grandes cultures.

        D’autre part, le coût de l’inscription (pour une variété de céréales : plus de 6.000 € auxquels il faut ajouter le maintien au catalogue : plus de 2.000 € pour les 10 premières années) empêche l’inscription des variétés issues de sélections paysannes : celles-ci sont trop nombreuses et concernent des volumes limités. Dans le cas des potagères un catalogue annexe de «Variétés anciennes pour jardiniers amateurs » a aussi été créé et dont les frais d’inscription sont un peu moins importants.

        Une dernière chose, 99% des graines sont des hybrides soumises à brevet ou pas.

        Voir :
        http://www.semencespaysannes.org/reglementation_commercia_semences_plants_434.php


    • madake Le 04 août 2014 à 18h19
      Afficher/Masquer

      Je crains que vu la façon dont nous fonctionnons, que nous soyons contraints à revoir nos ambitions à la baisse, et pour tout dire, rester très terre à terre.

      C’était comment le slogan tagué dans la visite de la commission européenne d’Asselineau, proposée par un blogueur de ce site?
      Il m’a bien fait rire!!
      Ah oui!
      “La tête dans les étoiles, les pieds dans la m…”

      Les alternatives de régimes sont bien moins nombreuses que dans les magazines au printemps:
      http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_politique
      En rayon côté régimes on a :
      totalitaire
      autoritaire
      démocratie libérale

      Bon on voit ce qu’on a sur terre :

      -Soit modèle chinois, super centralisé, qui gère une population de 1.4 milliards, par le PC chinois, sans demander son avis en bas, mais dont il faut reconnaitre que contre tous les pronostics, ils sont devenus l’atelier du monde.

      -Soit la dictature soumise à la vision d’un potentat plus ou moins sombre ou éclairé, en voie de disparition.

      -Soit le modèle USA, avec niveau de vie au dessus des ressources, et domination financière, économiques avec orientations politiques en faveur des multinationales, sans trop consulter la plèbe.

      -soit le “modèle UE, technocratique déconnecté des besoins des peuples et, dans lequel il faut bien le dire la démocratie, n’existe plus qu’à dose homéopathique.

      Je dois dire que j’ai du mal à remplir la colonne démocratie libérale.

      Vu que je suis sur que, même sous la torture, 99% d’entre nous seraient bien en peine d’avouer ce sur quoi travaille notre député européen, voire même de simplement le nommer…

      Je vous demande de vérifier qui sont vos élus européens, et quels sont les dossiers qu’ils traitent.
      Vraiment.
      Pour avoir déjà posé quelque centaines de fois cette question, autour de moi, j’ai pu constater qu’en dehors des chefs de partis, médiatiques cumulards, les gens sont secs sur ce sujet.
      Pourtant c’est la seule représentation “démocratique directe” de l’UE, le reste n’a aucun contact avec l’électeur.
      Révélateur non?

      Je crains d’ailleurs qu’un des gros problèmes de l’UE, c’est qu’elle a été conçue et développée via une union du charbon et de l’acier, puis marché commun, puis UE, puis €uro.
      Celà sur des préconisations de l’European Round Table, reprises par l’équipe de Delors.
      En conséquence, les instances qui ont été créées, et leur fonctionnement amènent la bureaucratie €uropéenne à continuer sur sa lancée, et à réglementer à tout va, avec une influence croissante des lobbies.
      La raison d’être des députés et de l’UE, semble fondée sur la nécessité de produire de plus en plus de réglements et de lois.
      Il ne s’agit plus de répondre à des besoins quotidiens, on passe dans la préemption, on définit des réglements fondés sur des besoins parfois supposés ou non encore exprimés, mais suggérés et poussés par quelque lobby.
      Mais quid de l’adéquation aux besoins réels?

      Sans avoir vraiment fouillé la question, qui connait l’organisme européen qui s’occupe de la mise à jour, de la cohérence et de la suppression des réglementations et directives?
      Je dois mal chercher car j’ai du mal à trouver.

      Peut être serait-il temps de passer à quelque chose de moins monstrueux, de plus intelligent et réellement démocratique.
      Attention à ce mot martyr, au sens si malmené : le vote n’est pas la démocratie!
      Contrairement à ce qu’on nous a dit et répété depuis l’école.

      Je vois les objections se lever, revoyons nos fondamentaux et notons que les suisses ne s’en sortent pas si mal avec ce concept.

      M’est avis qu’on peut le jouer très “cartésien français”, en allant du local vers le général.
      Ca peut limiter les erreurs


  20. Louve Bleue Le 04 août 2014 à 14h01
    Afficher/Masquer

    Effectivement, y’a de bonnes idées à séparer du reste là-dedans.
    Moi je retiens que cette UE n’est pas démocratique puisqu’elle ne respecte pas les désirs et non désirs exprimés par des référendums( quand il y en a , et quand les questions sont bien formulées)
    Et je crains que cette UE créée au départ pour la paix, aboutisse à la guerre . Contre la Russie, c’est bien ce qu’on veut nous “faire avaler” ces temps-ci.
    Je régurgite cette Europe là.
    Mais j’aime les peuples différents : qu’ils le restent ! Qu’ils explorent chacun des histoires différentes ! Mais dans le respect et la paix vis à vis des voisins, et d’eux mêmes.


  21. perceval78 Le 04 août 2014 à 17h16
    Afficher/Masquer

    Rien a voir mais intéressant cependant, je serais curieux d’avoir des données plus fines.
    Quel est le pourcentage de fois ou un pays vote comme les US a l’ONU
    =
    https://twitter.com/Amazing_Maps/status/479730334876332035/photo/1
    =
    On voit bien les blocs en place


  22. C Balogh Le 04 août 2014 à 17h25
    Afficher/Masquer

    Il y a quelque chose de parlant et d’ancrage historique,dans les discours des dirigeants, en Europe.En Eurasie, on parle souvent de l’Histoire, on a des raisons d’en être fiers même si toute civilisation a des raisons d’avoir honte.
    Les usa ne parlent pas de leur histoire.Elle est trop anxiogène.En plus, elle n’est pas encore mature pour être écrite avec le recul nécessaire et semble, en plus, se complaire dans son statut d’adolescent, enfant roi.
    D’où le non-sens lorsqu’on nous conditionne au fait de partager les mêmes valeurs avec les usa.
    C’est impossible, nous n’avons pas le même âge.


    • samuel Le 04 août 2014 à 19h00
      Afficher/Masquer

      Ce qu’elle projette et tout du moins une grande histoire fictive, un grand film catastrophe. A ce propos l’Amérique n’est pas si anxiogène, car si c’était bien le cas plus personne ne pourrait avaler tout ce qui vient d’elle, ça divertit trop les gens. Je suis sur qu’il y a un coté plus mature dans l’Amérique, mais c’est pas toujours évident à discerner. A travers celui que vous pensez, vous n’y allez pas de main morte, et je vous comprends, j’irais plus loin ce n’est que de la tyrannie, et ils peuvent s’y complaire l’Amérique n’en ressortira pas grandie, quand bien ils auraient souvent l’impression de retomber sur leurs pattes médiatiquement. Elle dégueulasse trop en fait tout ce qui pourrait la récupérer, et s’en conduit pas moins comme une petite gamine de première devant ses petites copines de lycée. Donc toute leur conduite répond à un plan, à un agenda, à du grand commerage Occidental, la grande route de la servitude, si si c’est possible, c’est pas seulement une question d’age, car beaucoup d’adultes ne savent même plus moins mentir envers leurs enfants. On devrait pas à mon avis confier la direction de pays à des gens comme ça, ça ressemble trop à des commerciaux de bas étage ou à des technocrates qui n’ont en fait jamais réellement connu l’envers des choses, ça se sent trop la fausseté pour ça que l’écart se creuse, qu’il y a plus grand malaise partout. Mais pour en revenir à votre propos, en effet elle ne fait aucunement le poids par rapport à toute l’histoire et la culture de la Russie,
      ce qui pourrait alors expliquer bien des choses, encore l’autre jour en préférant me pencher sur le petit Artisanat russe. Finalement en s’imaginant toujours être du bon coté de l’histoire, la Maison blanche ne s’en rend même plus compte, c’est peut-être bien là le plus grand drame civilisationnel de sa conduite. Car vouloir trop faire la grande civlisation ne fait pas moins voir la conne ou la bête de l’image, ou alors la première bétise médiatique de son monde en larmes.


  23. JC Le 04 août 2014 à 19h57
    Afficher/Masquer

    Le constat est fait, il est fait depuis très longtemps, et effectivement ça s’accélère en ce moment. L’aspect important qui n’est pas évoqué c’est qu’on devient surtout une colonie états-unienne, nation déjà prise en otage par une oligarchie au service des multi-nationales, des banques, de tout un tas d’intérêts privés malveillants.

    Maintenant on fait quoi ? Nous ne sommes pas assez nombreux, donc il faut commencer par informer son entourage. Et ensuite il faudra agir. On a dit NON en 2005, et pour les 10 ans de ce non, on pourrait faire une grosse opération de rappel, de boycott du paiement d’impôts tant que ce n’est pas prélevé à la source, de retrait de son argent des banques, bref il faut que les “leaders d’opinion”, les types qui ont une belle audience sur le Net, s’accordent sur un mode d’action synchronisé et nous le transmettent ! Promouvoir l’UPR ? Créer (encore) un nouveau parti d’union sacrée ? Séquestrer nos députés ? Construire une société parallèle et indépendante ? Faut réfléchir à un plan d’action massive !


  24. theuric Le 04 août 2014 à 22h09
    Afficher/Masquer

    J’ai déjà proposé, ici, cette presque théorie, cette plus qu’idée, je vous la représente:

    Cette idée est simple dans sa formulation:
    “L’ensemble des idéologies ayant constitué les dynamismes historiques des deux siècles précédents, en Occident puis, progressivement, partout dans le monde a la même base doctrinaire que nous pourrions nommer “l’économisme dogmatique” parce que plaçant l’économie, sous toutes ses formes, au centre des aspirations idéologiques et pratiques politiques.
    Son origine se situe en Europe dès le XVIII ème siècle sous la forme du libéralisme bourgeois dont Beaumarchais fut l’un des multiples représentants.
    En réaction à cette toute puissance montante, l’anarchisme, le socialisme, le communisme émergèrent, tous trois constitués autour d’un ensemble conceptuel (Bakounine, Blanqui, Marx).
    En réaction à cette réaction parurent les divers extrême droites qui, à l’origine, s’étaient cristallisées en opposition à l’apparition de ce libéralisme bourgeois.
    Le néolibéralisme tel que nous le vivons actuellement est le dernier représentant de l’économisme dogmatique.”

    Ainsi se comprend ces ressemblances frappantes entre les trois unions (U.R.S.S., U.S.A., U.E.) qui nous occupent ici:
    -La promesse mystique d’un paradis sur Terre;
    -Une structure étatique et constitutionnelle bloquée et irréformable générant rapidement du péculat;
    -Une croyance partagée par un grand nombre d’habitants venant peu à peu à en douter puis à en contester la justesse en raison de leur confrontation aux intenses paradoxes entre ce qui en est explicité et la réalité des faits et du vécu;
    -Une conviction en affaiblissement constant au sommet des gouvernances, ceci doublée, paradoxalement, d’un redoublement des pressions idéologiques…
    Je vous laisse compléter cette liste qui pourrait se révéler très longue.

    Ce qui est remarquable en France c’est l’apparition de mouvements, non encore structurés doctrinalement, qui, à y regarder de près, ressemblent à des mouvements anciens, pour l’essentiel, le républicanisme et le bonapartisme.
    Il est aussi à noter la résurgence de l’anarchisme, pour l’instant réduit aux seuls syndicalisme et écologisme.
    Un retour du catholicisme ne serait pas à exclure en un syncrétisme bouddhique en raison de la nécessité qu’auront les sociétés de retrouver, sous peu, des bases anciennes, dont celle de la France.

    Les immenses déséquilibres économiques actuels ne peuvent que plonger le néolibéralisme, lui-même irréformable en raison de sa totale incapacité d’évolution idéologique, dans un puissant mécanisme de fuite en avant, ce que nous vivons actuellement.
    Dès lors sa disparition ne peut pas ne pas accompagner l’effondrement d’une économie mondialisée qui atteint, aujourd’hui, des sommets d’instabilité.
    C’est pourquoi il me paraît exclu que les U.S.A. et l’U.E. puisse survivre à la ruine universelle telle que cela se présente actuellement.


    • IndépendanceETsouveraineté Le 08 août 2014 à 00h34
      Afficher/Masquer

      Très intéressant.

      J’ai une question : Il me semble que la République propose un modèle d’organisation sociale. Notamment en insistant sur la nécessité de séparer les pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire à l’époque de Montesquieu, auquel nous pourrions ajouter aujourd’hui le pouvoir médiatique, évidemment.) Alors en quoi l’idéologie républicaine est-elle dogmatique ?


  25. степа Le 10 août 2014 à 10h14
    Afficher/Masquer

    bonjour olivier. tout d’abord, je vous félicite pouryvotre travail qui est incroyable, remarquable et surtout salutaire ! je ne comprends pas quand vous en avez le temps.
    a propos de boukovski, je suis déçu, c’est en grande partie du délire post traumatique de personne ayant basculé elle-même dans de l’anticommunisme primaire, et s’il tombe juste, parfois, c’est juste un effet statistiques, a la manière d’une voyante.
    je trouve que l’article ci-dessous est bien plus lucide, et intéressant a traduire. (effectivement, c’est du russe)

    http://www.rg.ru/2014/05/16/solzhenitsyn.html


  26. Etienne Le 10 août 2014 à 23h43
    Afficher/Masquer

    Bonjour a tous, je crois qu’un grand nombre de commentateurs et beaucoup de lecteurs de ce site bien réalisé, sont en grande majorité des antieuropéens.
    La seule et unique question que nous devons nous poser et que pose aussi Boukovski est : comment lutter, résister contre l’état de fait auquel nous sommes confrontés : perte de souveraineté et déni de démocratie au sein de cette Union européenne. Je n’ai pas la réponse mais bravo à tous pour vous prises de positions même si comme le dit l’interwievé nous n’aurons bientôt plus le droit de “penser” (police politique ou mise en place de lois liberticides, ou de lois de restrictions du droit à l’opinion). Cher lecteur de ce post, continuez a lutter, ne se reste qu’en vous exprimant librement.


Charte de modérations des commentaires