Les Crises Les Crises
4.avril.20204.4.2020 // Les Crises

Karine Lacombe, qui critique des méthodes de Didier Raoult, est-elle en «conflit d’intérêt» avec les laboratoires concurrents ?

Merci 972
J'envoie

Source : Check News, Fabien Leboucq, 26-03-2020

La professeure s’est fait remarquer pour son attaque en règle contre le recours non encadré à l’hydroxychloroquine. Ses contempteurs lui reprochent ses liens avec les laboratoires fabriquant les autres médicaments sur le banc d’essai pour traiter le Covid-19.

Bonjour,

«Cette histoire va au-delà de toute controverse scientifique. Je suis absolument écœurée par ce qu’il se passe.» La professeure Karine Lacombe est ferme, dans le JT de 13 heures de France 2 du 23 mars. La cheffe de service des maladies infectieuses à l’hôpital Saint-Antoine, à Paris, est interrogée sur les essais contestés du professeur Didier Raoult concernant l’hydroxychloroquine, ce médicament qui pourrait soigner le Covid-19, et sur son annonce d’en distribuer largement aux malades.

«Sur la base d’un essai qui est absolument contestable sur le plan scientifique et qui ne montre absolument rien quand on regarde exactement les chiffres et la façon dont il a été mené, on expose les gens à un faux espoir de guérison, poursuit Karine Lacombe. Utiliser un médicament comme ça, hors AMM, c’est-à-dire hors autorisation de mise sur le marché, en exposant les personnes qui le prennent à des complications, sans avoir vérifié les conditions de base de la chloroquine, je pense que c’est en dehors de toute démarche éthique. Même si ce médicament peut potentiellement avoir une activité, ce qui a été montré sur des données in vitro. On ne peut pas comme ça maintenant le donner à n’importe qui dans n’importe quelles conditions. Je pense que c’est extrêmement dangereux.»

Cet avis rejoint quantité d’avis similaires émis ces derniers jours, mais va faire réagir eu égard aux liens que la professeure entretiendrait avec des laboratoires développant des traitements alternatifs à l’hydroxychloroquine. Le député Joachim Son-Forget s’adresse ainsi à Karine Lacombe dans un tweet : «Vous devez quand vous intervenez, déclarer vos conflits d’intérêts puisque vous avez touché de l’argent de Abbvie qui produit le kaletra et de Gilead qui produit le remdesevir [sic]. Les deux alternatives à l’hydroxychloroquine, cheap et non protégée.»

Le député des Français de l’étranger (pour la Suisse et le Liechtenstein) fait ici référence aux deux autres médicaments testés dans le cadre du programme Discovery, un essai d’ampleur européenne qui doit permettre de déterminer quel médicament est efficace contre le Covid-19. Outre l’hydroxychloroquine portée par le professeur Raoult, sont également évalués le kaletra, un anti-VIH qui associe lopinavir et ritonavir, et le remdesivir, un antiviral expérimental conçu pour lutter contre Ebola.

C’est l’entreprise Abbvie qui possède, en France, l’autorisation de mise sur le marché du kaletra. Le remdesivir est quant à lui développé par Gilead Sciences. Or, remarque Joachim Son-Forget (et à sa suite d’autres internautes, totalisant des milliers de retweets), dans sa déclaration publique d’intérêt de 2016disponible sur le site du conseil national du sida et des hépatites virales, la professeure Karine Lacombe déclare avoir touché «sur cinq ans», 15 000 euros de Gilead et 3 000 euros d’Abbvie.

Transparence santé

Légalement, rappelle le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom), il est interdit «aux professionnels de santé de recevoir des avantages illicites de la part d’industriels du secteur de la santé [et] aux industriels de proposer ou procurer ces avantages aux professionnels de santé».

Mais il existe des dérogations en fait assez larges à cette interdiction, comme «la rémunération, l’indemnisation et le défraiement d’activités de recherche, de valorisation de la recherche, d’évaluation scientifique, de conseil, de prestation de services ou de promotion commerciale» ou encore «l’hospitalité offerte à des médecins lors de manifestations de promotion ou lors de manifestations à caractère exclusivement professionnel et scientifique», liste le Cnom. Rappelant toutefois que ces rémunérations doivent être «portionnées» et «d’un niveau raisonnable».

Les industriels doivent déclarer ce qu’ils paient aux professionnels de santé auprès de la base publique Transparence santé (créée à la suite du scandale du Mediator). Dans cette base, on distingue les «avantages», les «conventions» et les «rémunérations». Si les premiers sont alloués «sans contrepartie» (ce sont surtout des dépenses d’hébergement, de transport et de restaurant), les conventions impliquent «des obligations de part et d’autre» (participation à un congrès, projet de recherche) et les rémunérations sont versées «en contrepartie de la réalisation d’un travail ou d’une prestation».

Selon plusieurs observateurs, la base Transparence santé n’est pas exhaustive : «Nous sommes dans un système déclaratif relatif, note par exemple le patron du Conseil national de l’ordre des médecins Patrick Bouet. La loi oblige actuellement les médecins à déclarer au Cnom les contrats qu’ils passent avec certains industriels, et ces derniers sont tenus de déclarer sur le site Transparence santé les sommes versées et les avantages produits envers les médecins. Cependant, ces contrats ne nous sont pas tous transmis et les industriels n’effectuent pas tous leur déclaration sur le site gouvernemental.»

Sur Transparence santé, Gilead affiche 17 000 euros de versement à Karine Lacombe, au titre de conventions et de rémunérations entre février 2017 et fin 2019, et 8 000 euros en avantages depuis 2013. Abbvie, pour sa part, déclare avoir versé à la professeure 26 000 euros en conventions et rémunérations entre février 2016 et fin 2019, et 12 000 euros d’avantages depuis 2012.

«Conseillère, consultante, membre du board»

«Ce sont des activités que je mène en plus de mon travail et de mes cours, mais je n’ai pas de CDD chez eux, je n’ai pas d’actions chez eux, je suis indemnisée pour les heures fournies, répond Karine Lacombe à CheckNews. Je propose une expertise, je ne fais pas la promotion de ces laboratoires, qui ont besoin de nous, médecins, pour savoir comment nos patients prennent leurs traitements et ce qu’il faut améliorer.» La cheffe du service des maladies infectieuses de l’hôpital Saint-Antoine fait remarquer qu’elle travaille notamment avec deux autres laboratoires qu’Abbvie et Gilead, qui produisent les médicaments nécessaires pour lutter contre ses spécialités : le VIH et les hépatites.

Contacté, le Conseil national de l’ordre des médecins n’a pas souhaité commenter le cas de la professeure Karine Lacombe. Toutefois, dans l’interview citée plus haut, le directeur de l’Ordre remarquait : «Le lien d’intérêt n’est pas condamnable en lui-même et peut contribuer à l’innovation, au progrès thérapeutique et à la production d’un soin de meilleure qualité, sous réserve d’être établi en toute transparence et d’être rendu public». A l’inverse, «le conflit d’intérêts surgit dès lors que l’indépendance du professionnel se trouve mise en question.»

Karine Lacombe estime ne pas avoir perdu son indépendance au profit d’Abbvie ou Gilead. Tout en ne cachant pas ses liens avec ces entreprises. De très nombreux documents disponibles en ligne en attestent : posters de congrès, diaporamas d’intervention, papiers scientifiques, interventions au symposium Abbvie… On y lit que la professeure «a été conseillère, consultante, membre du board d’Abbvie, BMS, Gilead, Jansen et Merck». Ou encore qu’elle «a reçu des bourses de recherches de Gilead, Merck et Janssen».

Le terme de «board» semble d’ailleurs avoir été mal compris par le docteur Gérard Delépine, qui déclare sur Sud Radio : «Karine Lacombe est ou a été consultante et membre du conseil d’administration des laboratoires Advi [sic], BSN [sic] et de Gilead.» Celle-ci dément : «Ce qu’on appelle des board, ce sont des comités d’experts, où on discute entre médecins des traitements proposés par un laboratoire. Il ne s’agit pas d’un conseil d’administration.»

«Si l’hydroxychloroquine s’avère efficace…»

Si elle suscite parfois de vives critiques, la proximité entre certains médecins et les laboratoires est courante : «Dans la structure des liens d’intérêt et de la distribution d’argent par les laboratoires, il serait presque bizarre, hélas, qu’un virologue n’ait pas de liens avec Abbvie ou Gilead», analyse le généraliste Jean-Benoît Chenique, membre de l’association Formindep, qui promeut «l’indépendance au service de la santé». Des liens qui peuvent «légitimement»induire un doute sur la parole de ces professionnels de santé, ajoute le médecin.

«Oui, c’est certainement courant, les médecins travaillent avec certaines firmes et pas d’autres, et leurs propres travaux peuvent les rendre de parti pris», observe à propos de ce genre de proximités Pierre Chirac, de la revue indépendante Prescrire. Sur le fond, il rejoint toutefois la prudence de la professeure : «Le mieux dans le débat actuel [entre hydroxychloroquine et autres médicaments, ndlr], comme toujours, est d’attendre les résultats d’essais indépendants, bien faits.» C’est d’ailleurs ce que prône Prescrire sur son site. Le jour où Karine Lacombe intervenait sur France 2, la revue publiait cette mise en garde, sur plusieurs traitements du Covid-19, dont l’hydroxychloroquine : «Au 23 mars 2020, on ne dispose pas de résultats d’essai pertinent montrant une éventuelle efficacité de l’hydroxychloroquine associée ou non avec l’azithromycine. Des résultats d’un essai randomisé n’ont pas montré d’efficacité de l’association lopinavir + ritonavir [contenus dans le kaletra, ndlr] en cas de Covid-19 sévère. Avant d’en savoir plus, il est important de mettre l’efficacité hypothétique du médicament proposé en balance avec ses effets indésirables déjà connus et prévisibles, pour éviter d’ajouter du mal au mal.»

Karine Lacombe, elle, se défend de critiquer le recours à l’hydroxychloroquine pour traiter le Covid-19 en soi, ou les équipes du professeur Raoult en elles-mêmes, qu’elle qualifie d’ailleurs de «scientifiques de renom» lors de son intervention sur France 2. Elle fait également observer à CheckNews qu’elle est déjà intervenue plusieurs fois au sein de l’IHU Méditerrannée-Infection de Didier Raoult.

La cheffe du service des maladies infectieuses de Saint-Antoine s’attaque en fait aux méthodes des équipes marseillaises, comme beaucoup d’autres observateurs (France Culture en résume ici les critiques) : «Toute la communauté scientifique raisonnable dit la même chose que moi. Je l’ai dit de manière éruptive sur France 2, mais Marseille est isolée. Le problème est qu’ils ont voulu être trop rapides. Je suis écœurée qu’on joue sur la crédulité des gens, en leur promettant un remède miracle alors que les données scientifiques solides manquent.»Karine Lacombe, qui espère que son service pourra bientôt participer à l’essai Discovery, conclut : «Ma seule bataille, celle de tous les médecins aujourd’hui, elle est contre le coronavirus. Si l’hydroxychloroquine s’avère efficace, alors évidemment qu’on la prescrira. Mais avant il faut en être sûr.»

Source : Check News, Fabien Leboucq, 26-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Loxosceles // 04.04.2020 à 10h56

Ne mettez surtout pas ça en première page.

Quant à relayer checknews sans commentaire ni critique après vos déboires avec decodex, ça laisse rêveur. Encore un traitement à deux vitesses des infos qui passe par chez vous.

8 réactions et commentaires

  • Loxosceles // 04.04.2020 à 10h56

    Ne mettez surtout pas ça en première page.

    Quant à relayer checknews sans commentaire ni critique après vos déboires avec decodex, ça laisse rêveur. Encore un traitement à deux vitesses des infos qui passe par chez vous.

      +14

    Alerter
    • JC // 04.04.2020 à 11h52

      Quel rapport entre un moteur de recherche qui sanctionne des sites entiers, et une cellule d’investigation qui répond à certaines questions posées par les internautes ?
      Si tu voulais parler des « Décodeurs » plutôt, et de leurs articles, c’est déjà plus proche, et là encore CheckNews est difficilement comparable car ils sont moins orientés dans les questions qu’ils traitent et font donc un bon travail.

        +1

      Alerter
  • Papagateau // 04.04.2020 à 12h34

    Le professeur Raoul aura toujours un avantage sur les autres chercheurs , c’est qu’il s’est spécialisé dans les molécules tombées dans le domaine public.

    Donc à efficacités comparables …

      +1

    Alerter
  • Bissecan // 04.04.2020 à 13h14

    3 jours sans parler de Raoult. C’était trop beau…

      +6

    Alerter
  • bm607 // 04.04.2020 à 19h21

    «Toute la communauté scientifique raisonnable dit la même chose que moi. »
    En France peut-être, sous le règne de Mc Rond 1er ? Parce qu’à l’international, c’est plus mitigé, dixit 6200 médecins de 30 pays :
    https://www.dailymail.co.uk/news/article-8184259/Malaria-drug-hydroxychloroquine-effective-coronavirus-treatment-currently-available.html?fbclid=IwAR0ROxo_wIUeAyWJYKLQgCN5mwrf2HjPolc7pCPrcm-O6FxCRdhphTONVWM

    «Ma seule bataille, celle de tous les médecins aujourd’hui, elle est contre le coronavirus. Si l’hydroxychloroquine s’avère efficace, alors évidemment qu’on la prescrira. Mais avant il faut en être sûr.»
    Bel exercice de langue en bois d’arbre authentique en conclusion, digne d’un Mc Rond, à afficher dans toutes les écoles de jeunes loups. Un robot aurait pu l’écrire tellement c’est convenu.
    Ca n’apporte strictement rien d’autre que des paroles « obligatoires ».

      +4

    Alerter
  • Julien // 05.04.2020 à 09h34

    Oui elle l’est, totalement même. Et ses passages récurrents sur BFM et consorts le prouvent. Sa déclaration disponible en ligne montre également qu’elle a touché des milliers d’euros de la part de labos. Donc question : à quoi jouent les médias ? A quoi joue cette actrice de crise ? et comment les français peuvent ils être autant manipulés alors qu’ils ont sous leur yeux la vérité !?

      +1

    Alerter
  • Claudezip12 // 05.04.2020 à 15h13

    Profane de la médecine j’ai eu a m’interoger avec des collegues sur la medecine et les actions de guerre.
    Iln’y a aucune interrogation dans la population et que je sache chez les medecins generalistes ou spécialisés sur les actes de guerre provoquant des millions de victimes et de leurs soins.
    Actuellement ,nous serions en guerre,avec des centaines de milliers de blessés et nous discutons à l’infini sur l’utilisation du seul medicament suceptible de soigner et guerrir!
    Pour un problème dentaire la dentiste m’a prescrit un antibiotique qui au deuxième comprimé m’ a provoque vertiges,neuropathies dans les jambes,jusqu’ au bord de l’evanouisement.Remis deux jours après je m’instruisait plus profondement du mode d’emploi joint.
    Cet antibiotique autorisé pouvait entraîner le décès.
    50 cm de liste d’effets secondaires sur le coeur,la peau,les nerfs,le cerveau,les viscères,sang,yeux.. .
    Je n’étais pas prealblement en danger de mort et pour autant il est dans le commerce sur ordonnance…et j’aurais pu y trouver le repos éternel… sans covid 19!

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications