Les Crises Les Crises
14.mars.202114.3.2021 // Les Crises

Rupert Murdoch, le grand manipulateur des Médias – Arte

Merci 77
J'envoie

Source : Arte, Youtube, Episode 1, 2 et 3

Le Brexit, la présidence Trump, le climatoscepticisme… : autant de tempêtes que Murdoch et ses titres aux ordres ont contribué à faire advenir. Coproduite par la BBC, cette série documentaire décortique les rouages de l’empire Murdoch et raconte l’ascension de son fondateur, parvenu à concentrer en toute impunité une multiplicité de médias telle qu’il occupe une situation de monopole en Australie et fait la pluie et le beau temps en Angleterre. Quant à sa chaîne Fox News, aux États-Unis, elle « ne se contente pas de prendre la température du pays, mais la fait monter », résume Jane Mayer, journaliste au New Yorker.

Portrait d’une machine de guerre aux multiples facettes, verrouillée par un chef d’orchestre retors, comme en témoignent le feuilleton de sa succession et ses rebondissements aussi effarants que savoureux, avec un Tony Blair jouant les briseurs de ménage. Des infographies décortiquent l’enchevêtrement malsain de connivences et d’idylles entre les sphères politiques et médiatiques britanniques.

Véritable plaidoyer antitrust, cette incursion au cœur de médias dévoyés jouant de méthodes mafieuses s’appuie sur de multiples images d’actualité et témoignages : ceux des politiciens d’extrême droite Nigel Farage ou Steve Bannon, de célébrités comme le comédien Hugh Grant, d’anciens paparazzis ou rédacteurs en chef de tabloïds, ainsi que d’une pléiade de journalistes d’investigation, qui ont enquêté sur la dynastie Murdoch.

Une effarante immersion dans l’influent empire médiatique dirigé d’une main de fer par Rupert Murdoch, qui occupe une situation de monopole en Australie, fait la pluie et le beau temps en Angleterre, et a contribué (entre autres) au triomphe de Trump et du Brexit.

En 1995, Rupert Murdoch, 64 ans, songe à laisser les rênes de son empire médiatique à l’un de ses enfants. Charismatique, intelligente, sa fille Elisabeth semble la mieux placée. Mais ses frères, Lachlan, le bon élève, et James, le trublion, sont aussi en lice. Le magnat australien, qui n’a fait qu’une bouchée des médias britanniques avec la bénédiction thatchérienne, veut peser sur la nomination du prochain Premier ministre. Quel candidat soutenir ? Le sortant et conservateur John Major, qui refuse d’infléchir sa politique européenne pour lui complaire ?

Ou le nouveau venu Tony Blair qui, créant des remous au sein des travaillistes, lui fait un numéro de charme ? Pourtant à droite, Murdoch opte pour le candidat de l’opposition, certes en plein virage libéral. Mais durant la campagne peu reluisante qui suit, il monnaye son appui en exigeant de Blair la promesse d’un référendum en cas de projet d’union monétaire avec l’Europe. Enfin, le patriarche sidère ses enfants en annonçant qu’il épouse Wendi Deng, une Chinoise de trente-sept ans sa cadette.

Coproduite par la BBC, cette série documentaire décortique les rouages de l’empire médiatique de Rupert Murdoch. Ce deuxième volet revient sur le scandale du « phone hacking », révélé en 2009. Où l’on découvre que le tabloïd britannique « News of the World » piratait les téléphones de centaines de personnalités, pour faire les gros titres ou exercer des pressions politiques.

Peu séduit par le gouvernement de Gordon Brown, Murdoch se laisse approcher par le jeune David Cameron. Alors que sa fille – amoureuse d’un descendant de Sigmund Freud ! – prend ses distances, son fils James, assagi, prend du galon au sein du groupe. Mais un scandale éclate en 2009 : l’affaire du phone hacking, révélée par le journaliste Nick Davies.

On découvre que les « limiers » du tabloïd News of the World piratent les téléphones de centaines de célébrités, hauts responsables ou simples citoyens, pour faire les gros titres ou exercer des pressions politiques. Cette déflagration n’entraîne aucune poursuite. Mais Murdoch a réussi à coaliser contre lui un noyau d’irréductibles. Outre Nick Davies, deux personnalités malmenées par les tabloïds se manifestent : l’acteur Hugh Grant et le milliardaire Max Mosley. Quant au mariage avec Wendi, il bat de l’aile…

Dernier volet de cette effarante immersion dans l’influent empire médiatique dirigé d’une main de fer par Rupert Murdoch. Rejeté par la classe politique, le magnat trouve un soutien inattendu en Nigel Farage, leader d’extrême droite et fervent partisan du Brexit. Murdoch met plus de temps à céder au rentre-dedans de Donald Trump, qu’il finira par soutenir via sa chaîne américaine Fox News.

L’opinion s’indigne lorsqu’on apprend que News of the World a aussi piraté la messagerie d’une adolescente disparue, sans égards pour sa famille. David Cameron choisit ce moment pour lâcher Murdoch, bientôt convoqué, avec James, devant une commission d’enquête parlementaire. Rejeté par la classe politique, le magnat trouve un soutien inattendu en Nigel Farage, leader d’extrême droite et fervent partisan du Brexit…

Il mettra plus de temps à céder au rentre-dedans de Donald Trump, qu’il finira par soutenir via sa chaîne américaine Fox News. Sur le front mondain, sa situation s’améliore quand il épouse Jerry Hall, l’ex-madame Jagger, d’autant qu’il a coupé sans états d’âme la branche pourrie News of the World.

Source : Arte, Youtube – 17/02/2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Taka Takata // 14.03.2021 à 21h46

N’y-a-t-il point en France de personnages obscurs dans la presse ou d’étranges conseillers qui sont toujours là autour des présidents depuis Mitterand? Il vaudrait donc peut-être mieux enquêter sur ces mouches à m… mais évidemment on comprend pourquoi Murdoch fait l’objet de tant d’attentions : coupable d’avoir fomenté le Brexit en manipulant les décideurs politiques UK! Alors oui, je comprends qu’on s’intéresse à lui plutôt qu’à ces mouches française.

6 réactions et commentaires

  • raoul // 14.03.2021 à 19h54

    Je suis surpris de ne pas voir en préambule de la présentation de cet article, une phrase du genre :
    ‘Toute ressemblance avec un consortium de milliardaires existant ou ayant existé serait purement fortuite’.

    A croire que Murdoch serait un complotiste !

    Euh.. En toute franchise, j’ai pris le temps de lire. Par contre, je n’ai vraiment pas eu envi de me taper les videos.

    Pour toute lecture au premier degré, passez votre chemin.

      +4

    Alerter
  • paul // 14.03.2021 à 20h14

    bientôt, très bientôt

    vous n’aurez plus l’occasion de voir ce genre de reportage ou témoignages

    ILS n’auront tout simplement JAMAIS existé.

    la majorité des informations dissidentes disparait tout doucement ou n’est plus accessible à la majorité des gens. comme sur F. B ou des gens ne peuvent pas lire des commentaires d’autres gens ou ici quand la prémodé ra tion de l’éditeur ne permet même pas d’envoyer certains mots

      +5

    Alerter
  • Taka Takata // 14.03.2021 à 21h46

    N’y-a-t-il point en France de personnages obscurs dans la presse ou d’étranges conseillers qui sont toujours là autour des présidents depuis Mitterand? Il vaudrait donc peut-être mieux enquêter sur ces mouches à m… mais évidemment on comprend pourquoi Murdoch fait l’objet de tant d’attentions : coupable d’avoir fomenté le Brexit en manipulant les décideurs politiques UK! Alors oui, je comprends qu’on s’intéresse à lui plutôt qu’à ces mouches française.

      +9

    Alerter
    • lit75 // 15.03.2021 à 09h18

      Certes, mais ils sont loin d’avoir autant d’influence que Murdoch. Ne serait-ce qu’à cause des chiffres de diffusion des journaux. 650 000 exemplaires pour « Ouest France », le journal le plus lu en France, si je ne me trompe pas. Plus du double pour « The Sun » seulement. Sachant, avec tout le respect qu’on doit pour les journalistes de la presse régionale – on y trouve des informations extrêmement intéressantes – que Ouest France ne va pas se lancer dans une guerre d’influence politique majeure. Et qu’avoir de l’influence sur la politique australienne, UK et US, c’est aussi bien autre chose que d’avoir de l’influence sur la politique française.

        +1

      Alerter
  • Savonarole // 15.03.2021 à 14h21

    Heureusement c’est pas chez nous qu’on verrait ça. Même valeurs actuelles sert la soupe au gourrevéhément … ou l’inverse, on sait plus qui sert qui à force.
    Enfin chez nous la presse n’a pas attendu un Murdoch pour être pourrie et/ou vendue, on est quand même le pays de Minutes , Je suis partout ,le gringoire , l’AF , le Père Duchesne … n’essayez pas de nous donner des notions de presse de caniveau , on a presque inventé la presse , on a perfectionné les caniveaux mais on à surtout inventé le mélange des genres !

      +3

    Alerter
  • Ervan // 18.03.2021 à 15h30

    Murdoch – Trump et Bo-Jo, les compromissions du pouvoir sont sans fin avec la presse manipulatrice. Vincent Bolloré est exactement de la même veine en France, avec C-News et toute sa galaxie de médias, qu’il essaye d’étendre en récupérant les titres du groupe Lagardere. Il faut espèrer que les régulateurs ne tomberont pas plus loin et protégeront une presse indépendante. Bolloré va manipuler massivement l’audience française pour orienter les votes des présidentielles de 2022 vers l’extrême-droite comme Murdoch l’a fait au US et aux UK. Espérons que les Français sauront préserver les médias indépendants dont on a tellement besoin dans ces périodes de crises majeures, afin de nous préserver de l’extrême droite et des mouvements populistes. Notre démocratie n’a jamais été autant menacée.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications