Les Crises Les Crises
27.août.201427.8.2014 // Les Crises

L’Occident fait fausse route, par Gabor Steingart

Merci 0
J'envoie

Gabor Steingart est le directeur de la rédaction du leader de la presse financière allemande, le quotidien Handelsblatt.

par Gabor Steingart, Handelsblatt, 8 aout 2014

Au regard des derniers événements en Ukraine, le gouvernement et nombre de médias ont basculé de la pondération à la surexcitation. L’éventail des opinions s’est réduit à la largeur du champ de vision d’un tireur d’élite. La politique d’escalade n’a pas de but réaliste – et elle porte atteinte aux intérêts allemands.

Chaque guerre s’accompagne d’une sorte de mobilisation des esprits : la fièvre de la guerre.

Même les personnes sensées ne sont pas totalement épargnées. « Cette guerre, dans toute son atrocité, reste toutefois une grande et merveilleuse chose. C’est une expérience qui vaut la peine d’être vécue », se réjouissait Max Weber en 1914 alors que les lumières s’éteignaient en Europe. Thomas Mann, quant à lui, ressentait une « purification, une libération et une énorme espérance ».

Même lorsque des milliers de morts jonchaient les champs de bataille de Belgique, la fièvre de la guerre ne se calma pas. Il y a 100 ans exactement, 93 peintres, écrivains et scientifiques publièrent l’« Appel au monde de la culture ». Max Liebermann, Gerhart Hauptmann, Max Planck, Wilhelm Röntgen et d’autres encouragèrent leurs compatriotes à se montrer cruels envers leur voisin : « Sans le militarisme allemand, la culture allemande aurait été éliminée de la surface de la Terre depuis longtemps. Les forces armées allemandes et le peuple allemand ne font qu’un. Cette conscience commune fait des 70 millions d’Allemands des frères, sans distinction d’éducation, de statut social ou d’appartenance à un parti. »

Arrêtons un instant le cheminement de notre pensée : « l’Histoire ne se répète pas ! » Mais pouvons-nous en être aussi sûrs aujourd’hui ? A la lumière des dernières hostilités en Crimée et dans l’est de l’Ukraine, les chefs des Etats et gouvernements occidentaux ont soudainement cessé de se s’interroger et ont toutes les réponses. Le Congrès des Etats-Unis discute ouvertement d’armer l’Ukraine. L’ancien conseiller à la sécurité, Zbigniew Brzezinski, recommande d’armer les citoyens là-bas pour des combats de rue, maison par maison. La Chancelière allemande, comme à son habitude, est plus floue mais non moins inquiétante : « Nous sommes prêts à prendre des mesures sévères. »

Les journaux allemands sont passés, en quelques semaines, d’une position réfléchie à l’agitation. L’éventail des opinions s’est rétréci au champ de vision d’une lunette de tireur d’élite.

Les journaux que nous pensions être d’idées et de réflexion, emboîtent maintenant le pas aux politiciens dans leurs appels aux sanctions envers le Président de la Russie, Poutine. Même leurs titres trahissent cette agressivité qui d’ordinaire caractérise les hooligans lorsqu’ils « supportent » leurs équipes.

Tagesspiegel : « Assez parlé !».Frankfut Allgemeine Zeitung : « Montrons notre force ». Süddeutsche Zeitung : « Maintenant ou jamais. » Le Spiegel appelle à la « Finissions-en avec la lâcheté » : « Le tissu de mensonges de Poutine, sa propagande et ses tromperies sont averés. L’épave du MH 17 est aussi le résultat d’ une diplomatie en morceaux ».

Les Médias allemands et les Politiques des Chancelleries Occidentales sont alignées.

Chaque série d’accusations réciproques aboutit au même résultat : en un rien de temps, les affirmations et les contre-arguments deviennent si confus que les faits s’en retrouvent presque complètement occultés.

Qui a trompé qui, le premier ?

Cela a-t-il commencé avec l’invasion de la Crimée par la Russie ou est-ce l’Occident qui a d’abord poussé à la déstabilisation de l’Ukraine ? La Russie veut-elle s’étendre à l’Ouest ou bien l’Otan à l’Est ? Ou bien, peut-être, deux super-puissances se rencontrent-elles au pied de la même porte, au milieu de la nuit, guidées par les mêmes intentions envers un pays tiers sans défense qui paye maintenant le prix du bourbier en resultant par les premières phases d’une guerre civile ?

Si, arrivés à ce stade vous attendez de savoir qui est coupable, vous feriez mieux d’arrêter votre lecture. Vous ne manquerez rien. Nous n’essayons pas de déterrer cette vérité cachée. Nous ne savons pas comment ceci a commencé. Nous ne savons pas comment cela va finir. Et nous sommes assis ici, au milieu de tout cela. Au moins, Peter Sloterdijk nous adresse quelques mots de réconfort : « Vivre dans le monde signifie vivre dans l’incertitude ».

Notre but est d’essuyer un peu de l’écume qui se forme aux lèvres des rhéteurs, de remplacer les mots des agitateurs et des agités par de nouveaux mots, par exemple un mot tombé en désuétude depuis longtemps : réalisme.

La politique de l’escalade montre que l’Europe manque cruellement d’un but réaliste. Il en va autrement États-Unis. Menaces et positionnement font simplement partie de la préparation des élections. Quand Hillary Clinton compare Poutine à Hitler, elle ne le fait que pour plaire à l’électorat républicain, c’est-à-dire à des gens qui ne possèdent pas de passeport. Pour la plupart d’entre eux, Hitler est le seul personnage étranger qu’ils connaissent, c’est pourquoi « Adolf Poutine » est une effigie de campagne très appréciée. À cet égard, Clinton et Obama ont un objectif réel : plaire au peuple, gagner les élections, remporter une nouvelle présidence démocrate.

Angela Merkel ne peut pas prétendre à ces circonstances atténuantes. La géographie oblige tout chancelier allemand à un peu plus de sérieux. Comme voisins de la Russie, comme partie prenante de la destinée de la communauté européenne, comme acheteurs d’énergie et fournisseurs de choses et d’autres, nous les Allemands avons clairement un intérêt vital à la stabilité et au dialogue. Nous ne pouvons pas nous permettre de regarder la Russie avec les yeux du Tea Party américain.

Chaque erreur provient d’une erreur de raisonnement. Et nous nous trompons si nous croyons que seul l’autre tire profit des relations économiques avec nous, et qu’il souffrira donc seul de la fin de ces relations. Si les liens économiques ont été maintenus pour un bénéfice mutuel, alors les rompre conduit à des pertes pour les deux parties. Punition et auto-punition sont équivalentes dans ce cas de figure.

L’idée même qu’une pression économique et une politique d’isolement puisse mettre la Russie à genoux n’a pas été pensée dans toutes ses conséquences. Même si nous réussissions, à quoi bon mettre la Russie à genoux ? Comment pouvez-vous vouloir vivre ensemble dans la « Maison européenne » avec un peuple humilié dont les dirigeants élus sont traités en paria, et dont vous pourriez avoir à aider les citoyens au cours du prochain hiver ?

Bien entendu, la situation actuelle demande une attitude forte, mais par-dessus tout une attitude forte envers nous-mêmes. Les Allemands n’ont ni voulu ni causé ces situations, mais elles sont devenues notre réalité. Imaginez seulement ce que Willy Brandt a dû entendre lorsque son destin de maire de Berlin l’a placé dans l’ombre du mur. Quelles sanctions et punitions ne lui a-t-on suggérées ! Mais il décida d’ignorer ce festival d’indignation. Il ne céda jamais à l’esprit de revanche.

A sa réception du Prix Nobel de la Paix, il a apporté quelques éclaircissements sur ce qui s’était passé autour de lui au moment des jours fiévreux suivant la construction du mur : « Il y a aussi un autre aspect – l’impuissance qui se cache derrière les gesticulations oratoires : on prend des positions qui ne peuvent devenir réalité et on planifie des mesures répondant à des éventualités sans rapport avec la situation présente. Aux moments critiques, nous étions livrés à nous-mêmes. Les beaux parleurs n’avaient rien à offrir. »

Les beaux parleurs sont de retour et leur quartier général est à Washington D.C. Mais personne ne nous oblige a à faire des courbettes devant leurs ordres. Les suivre – même si c’est de façon calculée et quelque peu réticente comme c’est le cas de Merkel – ne protège pas le peuple allemand, mais pourrait bien le mettre en danger. Cela reste vrai même si ce n’étaient pas les Américains, mais les Russes qui étaient à l’origine des dégâts en Crimée et Ukraine orientale.

Clairement, Willy Brandt prenait ses décisions tout autrement que Merkel aujourd’hui, et ce dans une situation manifestement plus tendue. D’après ses souvenirs, il s’était réveillé le matin du 13 août 1961 « très éveillé et en même temps engourdi ». Il s’était arrêté à Hanovre au cours d’un déplacement, lorsqu’il reçut des comptes rendus de Berlin concernant des travaux en cours sur le vaste mur divisant la ville. C’etait un dimanche matin et il ne pouvait y avoir pire humiliation pour un maire en poste.

Les Soviétiques l’avaient mis devant le fait accompli. Les Américains ne l’avaient pas informé, bien qu’ils eussent probablement reçu des informations de Moscou. Brandt se souvient qu’une « rage impuissante » avait monté en lui. Mais que fit-il? Il étouffa ses sentiments d’impuissance et mit en œuvre son grand talent d’homme politique réaliste, ce qui lui valut un mandat de chancelier, puis un Prix Nobel de la paix.

Sur le conseil d’Egon Bahr, il accepta la nouvelle situation, sachant que quel que soit le niveau d’indignation manifesté par le reste du monde, ce mur resterait là pour un moment. Il donna même l’ordre à la police de Berlin-Ouest de faire usage de bâtons et de canons à eau contre ceux qui manifestaient contre le mur, afin de ne pas glisser de la catastrophe de la division à la catastrophe encore bien plus grande de la guerre. Il suivit le paradoxe que Bahr formula plus tard de la manière suivante : « Nous avons pris acte du statu quo pour mieux le changer. »

Et ils réussirent à accomplir ce changement. Brandt et Bahr firent des intérêts particuliers de la population de Berlin-Ouest, dont ils étaient maintenant responsables (à partir de juin 1962, l’auteur de ces lignes est également concerné), la règle de leur politique.

A Bonn, ils négocièrent la Subvention de Berlin, une réduction de 8% des charges salariales et de l’impôt sur le revenu. Dans le jargon, on l’appelait « la prime de la peur ». Ils négocièrent aussi un traité autorisant les déplacements avec Berlin-Est, ce qui rendit le mur de nouveau perméable deux ans après sa construction. Entre Noël 1963 et le nouvel an 1964, 700 000 habitants de Berlin purent rendre visite à des membres de leur famille dans l’est de la ville. Chaque larme de joie se transforma en vote pour Brandt un peu plus tard.

Les électeurs se rendirent compte que c’était là quelqu’un qui voulait agir sur leur vie quotidienne, pas uniquement faire la une des journaux du lendemain. Dans une situation presque désespérée, cet homme du SPD se battit pour les valeurs occidentales – en l’occurrence la liberté de mouvement – sans mégaphones, sans sanctions, sans menaces de recours à la violence. Les élites de Washington commençèrent à entendre des mots qui n’avaient jamais été entendus auparavant en politique. Compassion. Changement par le rapprochement. Dialogue. Réconciliation des intérêts. Et ce en pleine guerre froide, quand les puissances mondiales étaient censées s’attaquer venimeusement, quand le scénario ne contenait que des menaces et des protestations. Lançons des ultimatums, mettons en place des blocus maritimes, menons des guerres par procuration, c’était de cette manière que la guerre froide était censée être conduite.

La politique étrangère allemande s’efforçant à la réconciliation – au départ simplement la politique étrangère de Berlin – n’apparaissait pas seulement courageuse, mais aussi très curieuse.

Les Américains – Kennedy, Johnson, puis Nixon – suivirent les Allemands, ce qui lança un processus sans précédent dans l’histoire de nations ennemies. Enfin, il y eut une rencontre à Helsinki pour en fixer les règles. L’Union Soviétique obtint la garantie d’une « non-ingérence dans ses affaires intérieures » qui remplit de satisfaction le leader du parti, Leonid Brejnev et irrita Franz Josef Strauss au plus haut point. En retour, la direction du parti communiste de Moscou dut garantir à l’Occident (et donc à ses propres sociétés civiles) un « respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales, incluant la liberté de conscience, de croyance et de religion ».

Ainsi, la « non-ingérence » fut acquise par le biais de la « participation de chacun aux affaires de l’autre ». Le communisme reçut une garantie éternelle de maintien de son territoire, mais à l’intérieur de ses frontières, les droits de l’homme commencèrent soudain à poindre. Joachim Gauck se souvient : « Le mot qui a permis à ma génération de tenir bon était Helsinki.»

Il n’est pas trop tard pour que le duo Merkel / Steinmeier utilise les concepts et les idées de ce temps. Il n’y a pas de raison de suivre simplement un Obama sans vision stratégique. Tout le monde peut observer que Poutine et lui sont se dirigent comme dans un rêve en plein vers un panneau marqué : impasse.

« Le test en politique n’est pas la manière dont quelque chose commence, mais dont elle finit », dit Henry Kissinger, un autre Prix Nobel de la paix. Suite à l’occupation de la Crimée par la Russie, il déclarait:« Nous devrions vouloir la réconciliation, pas la domination. Diaboliser Poutine n’est pas une politique. C’est l’alibi d’une absence de politique ». Il conseille de condenser les conflits, c’est-à-dire de les rendre plus petits, de les réduire, puis d’en faire sortir une solution.

Pour le moment (et depuis un bon bout de temps déjà), l’Amérique fait l’inverse. Tous les conflits sont systématiquement aggravés. L’attaque d’un groupe terroriste appelé Al Qaida est transformée en campagne mondiale contre l’Islam. L’Irak est bombardé sous des prétextes douteux. Puis l’US Air Force poursuit son vol vers l’Afghanistan et le Pakistan. On peut avancer sans risque que la relation avec le monde musulman est abîmée.

Si l’Occident avait jugé le gouvernement américain d’alors, qui avait envahi l’Irak sans résolution de l’ONU et sans preuve d’existence d’armes de destruction massive, suivant les mêmes standards que nous appliquons à Poutine aujourd’hui, alors George W. Bush aurait immédiatement été interdit d’entrée sur le territoire de l’UE. Les investissements étrangers de Warren Buffett auraient été gelés; l’exportation de voitures des marques GM, Ford et Chrysler, bannis.

La tendance américaine à l’escalade verbale puis militaire, l’isolation, la diabolisation et l’attaque d’ennemis ne s’est pas montrée efficace. La dernière action militaire majeure réussie des Etats-Unis a été le débarquement en Normandie. Toutes les autres – la Corée, le Vietnam, l’Irak, l’Afghanistan – ont été des échecs patents. Déplacer des unités de l’Otan vers la frontière polonaise et envisager d’armer l’Ukraine sont le prolongement d’une absence de diplomatie compensée par des moyens militaires.

La politique consistant à foncer tête la première dans le mur – et à le faire précisément là où le mur est le plus épais – ne vous donnera qu’un mal de tête et pas grand chose d’autre. Et ce, en considérant qu’une large porte s’ouvre dans ce mur pour les relations de l’Europe envers la Russie. Et la clé de cette porte est étiquetée « conciliation des intérêts ».

La première étape est appelée par Brand « compassion », c’est-à-dire la capacité à voir le monde à travers le regard des autres. Nous devrions arrêter d’accuser 143 millions de Russes sous prétexte qu’ils n’ont pas la même vision du monde que John McCain.

Ce qu’il faut ce sont des aides à la modernisation du pays, pas des sanctions qui vont encore l’appauvrir et nuire à l’ensemble des relations. Les relations économiques font aussi partie des relations. La coopération internationale est semblable à de la tendresse entre nations, car tout le monde se sent mieux par la suite.

Il est bien connu que la Russie est une superpuissance énergétique et qu’à la fois, elle est aussi une nation industrielle en développement. La politique de réconciliation et d’intérêts communs devrait cibler cet angle. Une aide au développement en échange de garanties territoriales ; le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier avait même trouvé les mots justes pour la décrire : partenariat de modernisation. Il lui faut juste dépoussiérer cette formule et l’utiliser comme un slogan ambitieux. La Russie devrait être intégrée, pas isolée. De petits pas dans cette direction sont préférables à la grande absurdité des politiques d’exclusion.

Brandt et Bahr n’ont jamais cherché à utiliser l’outil des sanctions économiques. Ils savaient pourquoi : on ne connaît aucun cas dans lequel des pays sanctionnés aient présenté des excuses pour leur comportement, puis soient restés dociles. Au contraire : des mouvements collectifs se lèvent en soutien au pays sanctionné, comme en Russie aujourd’hui. Le pays a rarement été aussi soudé derrière son président qu’en ce moment. Cela vous ferait presque penser que les agitateurs de l’Ouest sont employés par les services secrets russes.

Encore un commentaire sur le ton du débat. L’annexion de la Crimée a été faite en violation du droit international. Le soutien aux séparatistes en Ukraine de l’Est ne cadre pas avec les idées que nous avons de la souveraineté d’un État. Les frontières des États sont inviolables.

Mais chaque acte doit être pris dans son contexte. Et le contexte allemand est que nous sommes une société qui est dans la situation d’un criminel en probation, qui ne peut pas agir comme si les violations du droit international avaient commencé avec les évènements en Crimée.

Au cours des cent dernières années, l’Allemagne a livré par deux fois la guerre à son voisin de l’Est. L’âme allemande, que nous affirmons généralement romantique, a montré son côté cruel. Bien entendu, nous qui sommes venus plus tard, nous pouvons continuer à proclamer notre indignation envers l’impitoyable Poutine et en appeler au droit international contre lui, mais au vu du contexte, cette indignation devrait se manifester avec une certaine pudeur. Ou, pour reprendre les mots de Willy Brandt, « Les prétentions à l’absolu menacent l’Homme ».

Finalement, même les hommes qui avaient succombé à la fièvre guerrière en 1914 durent en prendre conscience. Après la fin de la guerre, les pénitents lancèrent un second appel, cette fois-ci pour une bonne entente entre les nations : « Le monde civilisé a été un camp militaire et un champ de bataille. Il est temps qu’une grande vague d’amour remplace la vague destructrice de la haine ».

Nous devrions essayer d’éviter ce détour par les champs de bataille au XXIe siècle. Il n’est pas nécessaire que l’histoire se répète. Peut-être pouvons-nous trouver un raccourci.

Gabor Steingart

196 réactions et commentaires

  • pikpuss // 27.08.2014 à 05h54

    Très bon article. Evidemment tout dépend de ce que l’on entend par ” Occident “. C’était bien facile pour ces chantres de la ” Culture ” de 1914, de pousser les citoyens à aller se faire tuer sur les champs de bataille par dizaines de milliers à chaque fois. C’est facile de conserver ” la fièvre de la guerre ” quand on est loin géographiquement du lieu des tueries. C’est comme l’excitation devant un jeu vidéo hyperréaliste. On tue ou l’on fait tuer sans prendre aucun risque. Rappelons que ce que l’on entend par ” Occident “, ou ” Communauté internationale ” ou ” Alliés ” ce sont des structures intégralement dominées par une caste occulte dont fait partie ce fameux ” Brezelski “… Ces gens, qu’ils soient dans la politique ou la finance, suivent un plan occulte qui nuit à tous les humains de toutes origines et de toutes religions. Il n’y aucune humanité à attendre de cette espèce d’inhumain. Ils mènent tous ceux qu’ils embarquent dans leurs délires vers le chaos, la destruction et la mort. Les 100 dernières années devraient nous faire réfléchir sur la nature démoniaque du pouvoir qui se trouve au sommet de la ” pyramide “.

      +0

    Alerter
  • Crapaud Rouge // 27.08.2014 à 06h08

    Même si nous réussissions, à quoi bon mettre la Russie à genoux ?” : et même à quoi bon la faire (seulement) “plier” ? Les gens qui emploient ce mot n’ont aucune idée de l’humiliation que représente le seul fait de “plier”. Sans compter que c’est toujours aux mêmes de “plier” devant les exigences diverses et variées des Occidentaux. Mais la roue tourne…

      +0

    Alerter
    • VladP // 27.08.2014 à 17h19

      Ils ont déjà essayé à plusieurs reprises de la faire plier ou de la mettre à genoux.
      ” … l’Histoire n’est pas forcée de se répeter…”, mais pour ceux du Donbass, elle se répète bel et bien.
      Les 2 intervenants du gouvernement de Nouvelle-Russie l’ont bien dit: leurs grands-parents déjà on écrasé la division ss galicie dans cette même région. Aujourd’hui, ils retrouvent les mêmess insignes de la division SS galicie sur les uniformes des ukrainiens de kiev, soutenus par la même pologne et appuyés par la même allemagne en sous-mains, et, malheureusement, aussi par une nouvelle france de kollabos de vichy.
      Mais ils l’ont bien dit: tant qu’il restera des officiers français qui se battrons pour les ideaux fondateurs de la Epublique Française de liberté, d’égalité et de fraternité, cela voudra dire que la vraie France n’est pas encore complètement morte!
      (Ils ont plus confiance dans les français que les français n’en ont en eux-mêmes. 🙂 )
      Désormais, il n’est plus question de fédération, mais d’indépendance. Ils sont prêts! Si cela est admis en parlant, tant mieux! Sinon, ils emploieront d’autres moyens!
      Ils parlent de former une sorte de Suisse au bord de la mer, et je pense que cela ne deplairait pas à M. Poutine d’avoir une sorte de Suisse russophone et russophile à sa frontière pour sevir de tampon entre la Russie et l’europe.
      Et que les nazis ukrainiens aillent servir d’esclave en ue! Puisqu’ils y tiennent tant que ça!

        +0

      Alerter
      • tepavac // 27.08.2014 à 22h55

        pourquoi diable voulez-vous toujours mettre une frontiere au sein de notre continent ?

        pourquoi…

          +0

        Alerter
        • VladP // 28.08.2014 à 11h55

          Oui! Ça on se l’demande!

            +0

          Alerter
  • luci2/29 // 27.08.2014 à 06h44

    @pikpuss

    Merci de dire ce que des milliers de Gens ,à l’esprit et aux yeux ouverts,venant de tous horizons (‘idéologies, milieux sociaux, places hiérarchiques à tous niveaux..)
    ont découvert,horrifiés:
    savoir l’engeance gouvernant notre planète…
    mais demeurant,plus que jamais,confiants ,mais en d’autres que ces manipulateurs richissimes aujourd’hui,munis de Tous les pouvoirs et voués ,grâce à Dieu,à une fin inévitable…et pour notre libération…!

      +0

    Alerter
  • isidore // 27.08.2014 à 07h37

    L’auteur dessine là l’autre stratégie possible et souhaitable de l’Allemagne . Malheureusement il l’a situe uniquement sur le plan moral et psychologique alors qu’elle est sous tendue par des choix sociaux et financiers puissants . Sur le plan économique le monde et surtout le rapport entre l’est et l’ouest a changé . Les USA n’ont plus la supériorité technologique et économique qu’ils avaient , ils n’ont plus de marge de manoeuvre . L’autre stratégie implique une perte financiére pour les oligarques des USA et de l’Allemagne et de leurs états . C’est pourquoi la situation est réellement et non psychologiquement plus tendue . Je souhaite le succés de cette autre politique avec méme plus d’affirmation Allemande mais elle est plus difficile à mettre en oeuvre et surtout , le coté ‘psy’ ne peut plus espérer le soutien des catholiques car le ‘mur’ en question a été déplacé à l’Est .
    Le soutien psy éventuel ne peut plus étre que celui des masses au chomage à l’Ouest çà Shroder l’a compris , mais poussé le bouchon un peu loin en s’employant pour gazprom , mais pire en l’assortissant de la fléxibilité ….

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 07h39

    Ce que dit une jeune chercheuse historienne sur Bismarck et la Russie
    =
    http://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe-2008-3-page-95.htm
    =
    S’en suit une conference ou un senateur Americain New Gingricht compare Putin à Bismarck plutot qu’a Hitler.
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=gYLsqg2HifE
    =
    Un tweet du susdit individu sur l’Ukraine
    =
    Newt Gingrich ‏@newtgingrich Apr 24
    The parallels between WWI and the situation in #Ukraine today are alarming. http://bit.ly/1f7Jucc
    =

      +0

    Alerter
    • O FJ // 27.08.2014 à 11h19

      Une petite erreur : les américains possèdent une immense avance technologique dans le domaine numérique avec les GAFA, google, amazon, facebook, apple.
      Et ceci leur donne la possibilité d’agir sur les citoyens du monde entier par croisement des données qu’ils récupèrent ainsi.
      Préférez un autre moteur de recherche que google, évitez amazon (sauf en cas d’urgence, car il faut reconnaître qu’ils sont performants, cf. un récent article de ce blog), utilisez facebook a minima et ne laissez aucune information perso, …etc

        +0

      Alerter
      • Vasco // 27.08.2014 à 12h40

        Le ver est dans le fruit.

        Toute activité informatique est par conception prévue pour être tracée, archivée, classée … et donc susceptible d’être croisée, analysée etc …

        “verba volant, scripta manent” disait Horace.

          +0

        Alerter
      • Noam // 27.08.2014 à 12h47

        N’exagérons pas. Le terme immense semble un peu trop fort.

        Vous avez beaucoup de gens qui s’interrogent sérieusement sur les problèmes liés à l’usage du cloud, où toutes les données ET les traitements se trouvent aux usa. L’engouement initial est sérieusement freiné depuis les révélations de snowden, et les mises en garde de la cnil.

        Il ne faut pas être aveuglé par les moteurs de recherche et la prétendue intelligence des machines.

        Et les russes ont d’excellents programmeurs…

          +0

        Alerter
        • VladP // 27.08.2014 à 17h33

          C’est sûr que si j’avais à gérer des données sensibles, JAMAIS je ne les stockerais sur un quelquonque cloud!
          En plus, des données sensibles ne devraient tout simplement pas se trouver sur des ordis connectés à internet.
          Un intranet est déjà risqué car il suppose plusieurs postes de travail dans des lieux éloignés les uns des autres…
          C’est déjà difficile, même si on prend toutes les précautions, alors si en plus on laisse toutes les données sensibles stockées sur un cloud, ça veut dire qu’elles sont sur un disque dur quelque part sur lequel on n’a aucun contrôle! C’est mettre sa tête sur le billot!

            +0

          Alerter
          • Kiwixar // 27.08.2014 à 22h06

            Il n’y AUCUN moyen de sécuriser un ordinateur connecté à un réseau intranet.

            Ils ont fait un test d’intrusion à l’Ecole Centrale, le réseau hyper-testé, ils ont réussi à entrer par l’ordi de la caféteria. Parfois ça peut être un réseau intranet qui n’est PAS connecté sur internet… sauf qu’il y a toujours une faille humaine (un employé qui connecte son ordinateur séparément parce qu’il est accro à FB ou Twitter). Ou alors si c’est difficile et important (secrets techniques), un agent qui pénètre de nuit sur les lieux pour installer une connexion physique séparée sur cet intranet non-connecté.
            Peu importe l’OS, la vulnérabilité est plus profonde (Intel).

            Les données sensibles doivent être sur un ordi qui n’est connecté à rien.
            C’est d’ailleurs ce que devraient faire les gens à la maison, avoir 2 ordinateurs, un connecté, l’autre pas.

              +0

            Alerter
            • Noam // 28.08.2014 à 09h32

              Plus besoin d’être connecté pour entrer, wifi, Bluetooth, ça existe aussi…

                +0

              Alerter
      • barre-de-rire // 27.08.2014 à 19h21

        quand on introduit en bourse une entreprise qui conçoit l’utilisation d’un cadre vide que les utilisateurs remplissent eux même comme support analytique à des fins commerciales et militaires, et que dans une phrase on se plaint de la violation de la vie privée et qu’on suggère l’utilisation à minima dudit système, je pense que le mieux c’est le suicide.

          +0

        Alerter
        • riri76 // 30.08.2014 à 00h24

          tellement vrai! Franchement, qui a pensé aux camarades voyeurs de la NSA qui finissent au chômage technique? Ou sont les bonnes veilles fiches papier, mes aieux…
          Pour le reste, les choses sont ironiquement simple.
          Poutine ne lâchera jamais l’Ukraine, trop stratégique économiquement, militairement, géographiquement.
          Le problème est que l’Otan (notre général US et Bruxelles, son lieutenant) ne souhaite pas négocier ne va rien lâcher non plus.
          A terme et par l’escalade, nous irons jusqu’au conflit direct avec les russes.
          Attention, Poutine est bon aux échecs.

            +0

          Alerter
  • Drômois // 27.08.2014 à 07h53

    “Les frontières des États sont inviolables ….” (?)
    Ce sont les nouvelles “Tables de la Loi” défendues par ce Monsieur Steingart ?

    Quel mépris pour la volonté du peuple de Crimée de refuser le régime nazi de Kiev et de vouloir vivre en conformité avec ses idéaux.

      +1

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 27.08.2014 à 08h55

      Avec effet rétroactif à la Yougoslavie?

        +0

      Alerter
      • Noam // 27.08.2014 à 13h01

        Pour l’effet rétroactif, il y a un précédent, en 1948…

          +0

        Alerter
    • Papagateau // 27.08.2014 à 11h24

      Avec effet présent pour la traversée de la frontière syrienne par les drones US ?

      Ah oui, les frontières syrienne existent toujours, c’est juste que les véhicules américains peuvent les traverser comme ils veulent. Ça correspond au N-iéme amendement américain qui définit la liberté d’aller et venir.

      Plus généralement, qu’importe les frontières DES AUTRES quand on peut changer comme on veut le gouvernement à l’intérieur ? Quand on a le droit de l’homme de changer les gouvernements étrangers ?

        +0

      Alerter
    • Drômois // 27.08.2014 à 18h49

      Amis, pardon: j’ai lu trop vite: Mr Steingart ne “défend” pas cette thèse il la cite en précisant “Encore un commentaire sur le ton du débat.”

        +0

      Alerter
      • Arno // 28.08.2014 à 00h09

        Non, non , il affirme bien comme un principe intangible (auquel il doit donc adhérer) que “Les frontières des États sont inviolables.”
        Ce monsieur condamnerait donc l’effacement de la frontière entre les états de la RFA et la RDA ?
        Charité bien ordonnée commence par soi-même, ou encore l’histoire de la paille et la poutre, n’est ce pas!

          +0

        Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 08h09

    dedefensa avait fait un article sur cet article de Gabor SteinGart
    =
    http://www.dedefensa.org/article-fi_vre_de_guerre_12_08_2014.html
    =

      +0

    Alerter
  • Judabrutus // 27.08.2014 à 08h21

    Un texte qui témoigne de la pérennité des valeurs européennes, celles qui plongent leurs racines dans l’héritage de la pensée antique, où la politique, comme parole et comme action, ne se concevait pas autrement que comme la recherche d’une sagesse et son accomplissement dans la Cité. Logos, chez les anciens Grecs, c’est à la fois la Parole et la Raison, et le Logos politique c’est ce qui impose ” la juste mesure” à toutes choses, en toutes circonstances .
    Nous assistons, impuissants, à la poussée d’une fièvre dont nous connaissons bien la nature pour en avoir éprouvé les effets à de multiples reprises, toujours les mêmes : les souffrances, la mort, le sacrifice collectif à de fausses valeurs. L’Europe a payé son tribut de sang au nationalisme, à la haine de l’Autre, parce qu’il est l’Autre, à tous les systèmes d’alliances avec un autre contre l’Autre : nous avons essayé toutes les formules calamiteuses que l'”expertise” politique et géopolitique peut imaginer. À chaque fois, un même postulat : nous ne nous sentons vivre qu’a travers un ennemi que nous nous sommes inventé. Cette démarche fantasmatique convient mieux aux Américains naturellement protégés par leur insularité continentale, mais nous autres, Européens, ne pouvons nous payer ce luxe de haïr le Russe made in USA. Et ce n’est ni lâcheté ni pragmatisme de ma part. Le seul but estimable de la sagesse politique, c’est d’inventer le bonheur et l’entente en se pliant à la loi qui commande tout le reste, celle de la géographie. Aucun trait de génie chez un de Gaulle qui découvre la concept d’une Europe qui s’étend de l’Atlantique à l’Oural : cette évidence s’impose au simple regard qui s’attarde sur le planisphère ! Allons plus loin que de Gaulle : Braudel, je crois, faisait observer que l’Europe n’était qu’une péninsule d’un vaste continent eurasiatique, traversé en tous sens par des peuples, multiples et toujours les mêmes, qui pendant des millénaires ont échangé des produits, des technologies, des sciences : aurons-nous un jour l’honnêteté intellectuelle de reconnaître tous les “transferts technologiques” que nous devons à la Chine ! Ce simple acte d’humilité serait tout à notre honneur, et il y a toujours quelque chose de bon à tirer de la modestie. L’amitié entre les peuples est un bon et noble but politique, surtout quand ces peuples sont voisins, et parfois frères et cousins.
    Il faut élargir le champ de vision, nous dit le redacteur de cet article, sortir de l’impasse du “champ de visée” qui rend l’esprit aussi étriqué que lui. Que nous le voulions ou non , nous sommes Européens, ce n’est pas une calamité, mais une chance parce que là sont nos racines vitales. L’Europe politique, élaborée par des médiocres inspirés et payés par le “continent-monde”anglo-saxon ne vous plaît pas, moi non plus. Raison de plus pour se ré- approprier ce vaste espace, qui est notre espace vital à condition qu’il soit un espace ouvert. Au risque de choquer certains commentateurs de ce blog, des gens que j’ai appris à estimer au fil de mes fréquentations, je dirais qu’en termes de calcul des éléments de bonheur, je ne crois pas que l’identité nationale, la souveraineté, le patriotisme déraisonnable ou irraisonné puisse amener à autre chose que la folie politique kievienne. Au rebours, il me semble que les Novorussiens se battent pour bien autre chose que le statut de pro-russes à quoi l’Occident voudraient les réduire : ces hommes luttent contre la première des oppressions, celle d’avoir à faire un choix. Choisir entre la Russie et l’Europe…..et pourquoi pas vivre où je suis né, en bonne intelligence avec mes voisins, tous mes voisins!

      +0

    Alerter
    • ioniosis // 27.08.2014 à 10h27

      « Un texte qui témoigne de la pérennité des valeurs européennes« 

      En fait il n‘y a jamais eu de valeurs européennes ,car l’europe

      N’a jamais existée, sinon dans l’imaginaire bruxellois.

      « L’Europe a payé son tribut de sang au nationalisme« 

      Voyez donc la vidéo de l‘Europe c‘est la guerre,

      Pour compléter votre horizon:

      http://www.upr.fr/videos/conferences-en-ligne/leurope-cest-la-guerre-2

      « mais nous autres, Européens, » 

      Il ne faut pas confondre les pays européens qui sont sur le vieux continent,
      Et l’union européenne, qui est le conglomérat de nations construit par les USA.
      De plus vous ne pouvez affirmer que pour vous-même,
      Nous ne sommes pas européistes mais français , cela vous a effectivement échappé.

      « nous sommes Européens, ce n’est pas une calamité »

      C’est pire qu’une calamité , car il y a absence de démocratie , cela Se nomme le fascisme bleu .et ce n’est point une spéculation idéologique quelconque , mais un simple constat
      Que d’autres ont fait dont un européiste convaincu,
      Daniel Cohn-Bendit!

      https://www.youtube.com/watch?v=3tiRW1fBxpk

      « et pourquoi pas vivre où je suis né, en bonne intelligence avec mes voisins, tous mes voisins! »

      En effet vous rejoignez la proposition de Vladimir poutine au début de l’affaire

      Ukrainienne qui proposait une fédéralisation du pays , en le laissant neutre,

      Proposition qui a été piétiné par les USA et ses serviteurs de l’UE et DE l’otan.

        +0

      Alerter
      • chios // 27.08.2014 à 13h16

        “En fait il n‘y a jamais eu de valeurs européennes ,car l’europe

        N’a jamais existée, sinon dans l’imaginaire bruxellois.”

        Avez-vous lu les Mémoires d’Outre-Tombe de Châteaubriand?

        Il était sans cesse sur les routes d’Europe.

        Et Diderot chez Catherine de Russie, et Voltaire chez Frédéric de Prusse, ça n’arrêtait pas,

        Vous pouvez-me dire, ce n’est que l’élite, mais il n’y a pas de doute que les idées et les personnes circulaient, ce qui influençait tout le monde.

        Je ne vais pas continuer, le sujet est vaste.

        Je comprends votre besoin de vous opposer à l’Union Européenne, à son orientation politique particulière.
        C’est de tout autre chose que parle Judabrutus.

        Pour ma part, j’admire beaucoup son commentaire à l’article.
        Il exprime très bien ce que je ressens, sans pouvoir le dire aussi bien.

          +0

        Alerter
        • ioniosis // 27.08.2014 à 20h36

          En fait pour préciser mon écrit , ce n’est pas l’opposition a l’union européenne ,

          C’est d’en sortir , de même de l’otan ,

          C’est tout a fait différent , le combat n’est pas d’améliorer où modifier l’UE , mais d’en sortir définitivement .
          Car contrairement au discours européiste, l’UE est un « enfermement » diplomatique, culturel,militaire ,économique,
          car la construction européenne n’est bien qu’une opération conçue depuis des années à Washington pour faire de l’Europe un glacis géostratégique américain.
          Cherchez la démocratie et la liberté . Le bilan est accablant.

            +0

          Alerter
          • Kiwixar // 27.08.2014 à 22h16

            “Le bilan est accablant”

            Sans oublier le naufrage économique.
            Les seuls intérêts de l’UE c’est la libre-circulation des marchandises et des citoyens, voire la possibilité de pouvoir habiter et travailler librement dans un autre pays de l’UE.

            Mais pour ça, pas besoin de l’UE et de 200,000 pages de paperasse, d’un Politburo et d’eurocrates abrutis et arrogants!

            Un accord simple sur ces 3 sujets uniquement peut se faire en quelques pages, comme pour l’accord entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande : libre-circulation, et possibilité d’habiter et de travailler dans l’autre pays.

            Croissance actuelle des 2 pays en pleine crise économique mondiale :
            – NZ : entre +3% et +3.8% prévus cette année (malgré une population vieillissante)
            – Australie : entre + 2 et +2.5% prévus cette année

              +0

            Alerter
    • La Gaule // 27.08.2014 à 14h26

      Ne pas avoir à faire un choix extérieur à eux-mêmes (je souscrits d’ailleurs totalement à ce constat)implique qu’ils puissent exister dans le cadre d’une identité qui leur est propre, et je ne vois pas quelle autre identité que nationale pourrait caractériser la chose, sur une terre d’Ukraine historiquement rebattue par la diversité des peuples et des vents.
      Comment appeler la liberté de choix ou de non-choix (ce choix définitif) autrement alors que par “souveraineté” et ce qu’elle implique dans l’indépassable triptyque de Renan : “une terre, un peuple, la volonté de vivre ensemble”, car c’est la volonté de vivre ensemble qui crée le peuple, ce qui rend secondaire toute autre référence identitaire.
      Toute la quadrature du cercle identitaire de l’Europe est là, et je reprends ici votre image des voisins. Pensez-vous qu’en abattant toutes les cloisons de votre immeuble, vos voisins deviendront automatiquement des membres de votre famille ?
      L’identité nationale -c’est-a-dire une identité de mémoire commune et rien d’autre- la frontière et la souveraineté à l’intérieure des frontières -parce qu’elles créent la condition indispensable à la citoyenneté et à la démocratie- sont pour moi indépassables.
      Je vous remercie au passage de votre commentaire d’il y a quelques jours faisant suite au mien, mais il faudrait un échange personnel permanent pour concilier nos positions et je n’en ai guère le temps (en plus cela raserait le taulier).
      Je crois sentir en vous (?) l’une de ces personnes qui pensent pouvoir instaurer une Europe mythique de “petites patries” dans un cadre structurel régional, ce qui immuniserait le continent contre un retour des valeurs belliqueuses nationales.
      Cette position est pour moi d’abord historiquement erronée, puisque c’est la montée en puissance de la “grande nation” française qui mit fin à la guerre de trente ans, cette épouvantable guerre des clochers pour des motifs religieux.
      Pour le meilleur et pour le pire certes (certains historiens appellent les deux guerres mondiales du vingtième siècle “la nouvelle guerre de trente ans”), mais ne pensez-vous pas qu’il serait bien trop simple de mettre l’éternelle et probablement insoluble problème de la violence humaine au simple passif du cadre politique national ? Les génocides existaient déjà au néolithique vous savez !
      Je crois aussi que le sentiment national n’a aucune homogénéité spatio-temporelle en Europe, contrairement à ce que vous laissiez entendre l’autre fois. Il est très récent en Italie (le mot célèbre de Mazzini : “nous avons fait l’Italie, il ne reste plus qu’à faire les italiens”) mais se perd dans la nuit des temps pour ce qui concerne la France. Duby le faisait remonter à Bouvines, avec des arguments.
      Les conflits de classe ont aussi leur mot à dire à ce chapitre, et j’avais été très frappé par ce qu’avait écrit Philippe Ariès sur les identités régionales dans son “histoire des populations françaises”.
      Pour lui ces identités régionales étaient d’abord des constructions intellectuelles forgées par les élites urbaines provinciales, fonctionnant localement sur le modèle du centralisme royal dont elles singeaient en les méthodes de coercition brutales (nous étions d’accord ; le centralisme à la française, qui fut d’abord un centralisme fiscal, a été forgé par Louis XIV au prix d’une guerre civile larvée et méconnue avec le peuple des campagnes).
      Le véritable sentiment identitaire des populations françaises essentiellement rurales, sur lequel nous savons peut de chose puisqu’il était de transmissions orale, s’est depuis longtemps perdu dans les limbes et les jeux de pouvoir du centralisme de l’ancien régime.
      Il y aurait beaucoup à redire ainsi sur la volonté “révolutionnaire” réelle des parlements régionaux face au pouvoir royal à la veille de 1789. Je vois plutôt en elle une sorte de réaction nobiliaire des robins sur le modèle de la réaction générale nobiliaire qui frappait le pays à ce moment précis (et laquelle ressemble aussi beaucoup à la nôtre).
      Il est aussi tout à fait certain que le bas peuple a eu tendance à investir dans le père mythifié représenté par le pouvoir royal pour court circuiter au moins symboliquement des élites locales souvent honnies. A ce titre, le vrai moment dramatique de la révolution fut la fuite de Varennes, la trahison qui permit toutes les colères et toutes les aventures.
      Je m’arrête…
      Je crois pour finir que nos histoires personnelles expliquent probablement bien des choses. Pour ma part, pied-noir marocain belge, parisien puis antillais d’adoption pour finir enterré dans le Dauphiné, vous me retirez la France et je suis identitairement mort. Je me fiche autant du Dauphiné que d’Arlon en Belgique, où je ne suis d’ailleurs jamais retourné depuis cinquante ans.
      Et je ne pense pas être un cas isolé.
      Bien Cordialement à vous.

        +0

      Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 08h33

    les dernieres nouvelles sur la ligne de front en est ukraine
    =
    http://cassad-eng.livejournal.com/
    =

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 08h38

    il y a des moments ou je me demande si sylvie kaufman redactrice du monde n’est pas redactrice du nytimes ou d’un autre newspaper neocon
    =
    Sylvie Kauffmann @SylvieKauffmann · 40m
    #Ukraine – Russie: la photo qui dit tout @Reuters via @MoscowTimes pic.twitter.com/IgAbcYY4Mk”

    Sylvie Kauffmann @SylvieKauffmann · 11h
    #Macron: les réactions favorables a l’étranger tranchent avec les grincements de dents en France

      +0

    Alerter
    • caroline Porteu // 27.08.2014 à 08h50

      rectification :
      les réactions favorables de la presse détenues par les financiers .. qui n’a plus aucune audience et n’intéresse plus grand monde .
      Les peuples c’est autre chose

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 27.08.2014 à 09h24

        mes predictions se verifient , Sylvie Kaufman est également journaliste pour le NYTimes
        =
        http://topics.nytimes.com/top/reference/timestopics/people/k/sylvie_kauffmann/index.html
        =
        et puisqu’il vaut mieux avoir plusieurs cordes a son arc, elle aussi membre de l’ecfr paris, de même que pas mal d’autres politiques de tout bord ,
        =
        http://www.ecfr.eu/paris/fr/conseil
        =
        ECFR rappellons le, sponsorisé par Georges Soros (entre autres)
        =
        http://www.ecfr.eu/donors/supporters
        =
        Ce que pense Laurence Parizot ECFR sur Keynes
        =
        Laurence Parisot @LaurenceParisot · 22h
        1) Lire @nbouzou http://m.lesechos.fr/idees-debats/la-crise-politique-aura-au-moins-servi-a-choisir-une-ligne-economique-claire-0203722039431.htm
        2) J’ajouterais : pas sûre que JM Keynes, homme subtil et pragmatique, eût été d’accord avec ces frenchies pseudo keynésiens.
        =
        Mort de Rire (clown triste) Jean Claude Trichet, ancien directeur de la BCE dans un Think Tank sponsorisé par Georges Soros, quelle tristesse , quel monstrueux manque de deontologie

        Que dit Bruno Le Maire (ECFR)

        Bruno Le Maire @Bruno_LeMaire · 24h
        Le 26 août 1944 le général de Gaulle descendait les Champs-Élysées. Si loin, si différent du désastre national actuel !

        Monsieur le Maire, le Général aurait il accepté d’être sponsorisé par Georges Soros, ne nous donnez pas la réponse on la connait … malheureusement …

          +0

        Alerter
      • Sumbawa // 27.08.2014 à 17h34

        et oui, Le MONDE n’est ni de gauche, ni de droite, il est américain.
        il y a souvent des articles similaires copiér/coller entre Le NYT et le Monde, je m’en étais rendu compte un jour dans un avion où j’avais acheté les 2 journaux et que jem’étais rendu compte que pour le prix de 2 , je n’en avais qu’un…

          +0

        Alerter
        • chios // 27.08.2014 à 19h24

          Une observation qui vaut de l’or.

          Le tout est de trouver le moyen, si cela est confirmé, de le faire savoir de manière efficace.

            +0

          Alerter
        • Arno // 28.08.2014 à 00h17

          S’il est américain, alors il est de droite. Vous en connaissez beaucoup des organisations de gauche aux USA ?
          Et pour être bien clair sur la signification “être de gauche”, Le PS français(?) n’est plus de gauche depuis longtemps.

            +0

          Alerter
  • Nerouiev // 27.08.2014 à 08h49

    Texte excellent, agréable à lire et qui enfin nous sort d’un cauchemar de bassesses et de propagande pour la promotion de Washington. La comparaison nous permet de mieux situer nos hommes politiques (et les journaux) et les remettre à leur niveau qui m’est apparu encore plus bas que je ne l’imaginais ; eh oui on finit par s’habituer.
    Mais l’enjeu n’est peut-être pas celui des bonnes relations, de la compassion et des échanges constructifs pour le meneur (pour ne pas dire la grande gueule) qu’est devenu Washington. C’est mon opinion, Washington est un fils à papa capricieux et égoïste et qui, sentant disparaître ce qui porte son confort, et ayant encore les moyens de pression militaire, veut s’accaparer tout ce qu’il peut sur Terre. Je suis convaincu de cet égoïsme forcené et que c’est cela que nous devons fuir en premier. Les alliances, modèles et autres assouvissements à Washington nous dégradent et nous abaissent tous les jours un peu plus et il faudrait s’en dégager vite avant que le moule ne se soit durci sur nos gouvernements.

      +0

    Alerter
    • ioniosis // 27.08.2014 à 10h46

      washington est pragmatique , il a agit depuis la fin de la guerre de 45 , en mettant en place un glacis géopolitique appellé union européenne , imposant la monnaie unique l’euro , en s’appuyant sur le continent essentiellement sur l’allemagne , bien que les britanniques ont confortés ses positions
      en muselant l’ue et sabotant toute velléité d’indépendance de bruxelles vis a vis des usa.en ayant un bras armé l’otan dont les bases sont nombreuses sur le continent , pourquoi ?
      et pour mieux affirmer sa domination sur ses dociles serviteurs de l’UE , le traité transatlantique ,
      ainsi les états-nations seront définitivement où pour une durée considérable, gommés , à tous les niveaux , politique , économique, militaire,sociétal ,substitués par les euros-régions beaucoup plus faciles àmanipuler et a soumettre à leur volonté, voilà un aperçu de l’empire états-uniens

        +0

      Alerter
      • chios // 27.08.2014 à 12h49

        “washington est pragmatique ”

        Non.
        Un pragmatique prévoit les risques de catastrophe et en tient compte.
        Pouvez-vous dire cela des states, où,à part un Craig Roberts, qui crie à l’anéantissement nucléaire, on ne trouve pas de discussion sereine de ce qui se passe.

          +0

        Alerter
        • VladP // 27.08.2014 à 18h34

          Disons alors que washington est d’une sorte de pragmatisme suffisant.
          Je m’explique: ils ne prévoient pas le risque de catastrophe dans la mesure où leur suffisance les conduit à penser: en face, c’est rien que des cons de paysans arriérés!
          Nous, on se pointe et les écrase comme des m..des, et fuck the europe.
          Puis, quant ils prennent une tannée, leur pragmatisme les conduit à faire le bilan de l’action en cours, à l’abandonner avant qu’elle ne se change en eau de boudin et de voir ce qu’on y a gagné.
          Et là, leur bénef n’est pas aussi bon qu’ils l’auraient espéré, mais il n’est pas négligeable non-plus!
          Ils ont réussi à affaiblir leur concurent europeen dans des proportions non négligeables, et pour le moment, ils ont empêché la création d’une nouvelle route de la soie entre l’allemagne et la Chine. Et encore une fois, et comme durant la dernière guerre mondiale, ce n’est pas eux qui ont payé le prix du sang et des dégâts environnementaux et aux infrastuctures.
          Par ailleurs, ils collaborent avec la Russie dans les forages pétroliers off shore sur le plateau continental du grand nord russe et peuvent toujours acheter les moteurs fusée russes pour envoyer leurs fusées dans l’espace.
          Donc, en définitive, le bilan n’est pas complètement négatif.
          Pour attaquer la Russie sur un autre flanc, ils peuvent toujours relancer une bricole du côté géorgien ou dans les pays baltes, voir en Syrie… wait and see!

            +1

          Alerter
        • ioniosis // 27.08.2014 à 19h58

          qui vous dit que les risques de catastrophes n’ont pas été prévus ?

          et donc voulus , ? les documents déclassifiés de la maison blanche nous

          nous le montre . le dessous des cartes politiques , militaires et économiques,

          se défendent bien d’affirmations ou de négations , que ce soit le oui où le non,
          le pragmatisme , c’est de mener pas à pas où à petits pas ses projets au bout,
          ce que font les anglo-saxons et les européistes depuis 1945

            +0

          Alerter
  • esope // 27.08.2014 à 08h51

    J’ai l’impression qu’il s’agit d’un billard à plusieurs bandes. Les USA constatent avec inquiétude que leur suprématie économique, fort rentable pour eux, est peu à peu grignotée par l’émergence d’autres pays, les BRICS en particulier. Les européens font du suivisme car ils ont les mêmes inquiétudes, l’Allemagne en particulier. Plutôt que trop s’exposer dans un affrontement facial avec le reste du monde, les US profitent d’une situation de crise interne à l’Ukraine (qui l’a provoquée ?) pour mettre des peaux de banane sous les pieds de Poutine. Pour des raisons de proximité géographique, l’Union Européenne est coincée et choisit ouvertement de se placer aux côtés des USA.

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 08h55

    Infographie Interessante quand on apprend le nombre de coups de fils passé par poutine au chefs d’etats etrangers depuis le 20 juillet, la France deuxieme Vive Hollande !!
    =
    https://twitter.com/FranklinDVrieze/status/502434375536234496/photo/1
    =
    Sikorski Radek nous apprend que la Middle Class Polonaise a bien profitée de l’europe
    mais l’europe profite t’elle de la Pologne et pourquoi n’apparaissent pas la France , l’Ukraine et la Russie sur ce graphique,quand on veut être ministre des affaires étrangères de l’UE cela nécessite de la hauteur de vue sinon d’ame .
    =
    https://twitter.com/BrankoMilan/status/502670119609581570/photo/1
    =
    Radosław Sikorski ‏@sikorskiradek 29m
    Wina Tuska? @BrankoMilan: Change in real income of the fifth decile (middle class) between 2007 and 2010. pic.twitter.com/YrTMfwp1ig

      +0

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 27.08.2014 à 09h00

      La France est une nation très puissante en Europe Occidentale.
      Si elle s’appuie sur son capital politique, sa position géographique, elle peut de facto devenir LE partenaire donnant le tempo dans l’Europe Occidentale du Sud (et partant, en Europe Occidentale).

      Il est logique la Poutine s’intéresse à la position française.

        +1

      Alerter
      • Patrick Luder // 27.08.2014 à 09h11

        NON, la France n’est pas une nation puissante … elle aurait pu l’être, c’est différent. La France n’a plus de cohésion, ni politique, ni sociale, ni économique et encore moins financière. La France n’est plus que la fantôme de ce qu’elle à été, la France n’est que l’ombre de ce qu’elle aurait du être.

        Quand on cultive un jardin, on donne les meilleures conditions à la terre et aux plantes et on en prend grand soin pour qu’elles puissent à leur tour donner le meilleur d’eux-mêmes. Un jardinier qui essaie de faire pousser ses légumes sur une terre apauvrie et qui se rue sur les rares plantules sortant à peine de terre, à toute les chances de ne pas pouvoir se nourrir des fruits de son jardin => c’est une simple question de respect, de bon sens, d’amour, de patience et de sagesse 🙁

          +0

        Alerter
        • Wilmotte Karim // 27.08.2014 à 14h44

          Si la France gronde un peu, on verra que la puissance allemande est bien moins grande qu’il n’y parait.

          Un Sapir le décrit très bien : une France qui sort de l’Euro et dévalue, impose la même politique à l’Italie et à l’Espagne.

          Mais on peut pousser le raisonnement plus loin, une France qui décrète l’abandon de l’austérité et la mise en place d’une protectionnisme limité… impose à l’Italie,l’Espagne, la Grèce ou le Portugal soit de tirer sur le peuple (au risque de voir ces gouvernements submergés), soit de suivre la France.

          La France n’use pas de son pouvoir. Cela n’en retire pas une once.

            +0

          Alerter
      • perceval78 // 27.08.2014 à 09h36

        ne serait il pas temps de créer une union latine , Afrique Francophone, Amerique du SUd, Italie, Espagne , Portugal, France.

        La puissance Anglo Saxonne s’appuie aussi sur le vide Latin

          +0

        Alerter
        • chios // 27.08.2014 à 09h57

          Il y a longtemps, depuis la crise de l’Euro, qu’il est question d’une scission euro nord et sud, fort et faible.

          Mais il me semble qu’il n’y a que le nord qui est preneur.

          Oui, oui, le sud veut aussi un euro fort!

          Quant au “vide latin”, je concorde, et c’est vraiment dommage, mais il faudrait commencer par dire, décrire, confronter ce que c’est que le “latin”.

            +0

          Alerter
          • Kiwixar // 27.08.2014 à 11h08

            Pour faire court, la définition peut se faire le soir après le pub :
            Le “latin”, c’est celui qui rentre à la maison avec la jeune fille.
            L’ “anglo-saxon”, c’est celui qui rentre bourré.

              +0

            Alerter
            • Noam // 27.08.2014 à 13h04

              …tous les soirs, pour tuer sa conscience.

                +1

              Alerter
        • ioniosis // 27.08.2014 à 10h52

          c’est une perspective séduisante , mais avant il nous faudra sortir de l’ue , de l’otan,
          de l’euro ,
          si la france le fait , les pays du sud , suivront a plus ou moins long terme, car l’UE implosera alors.

            +0

          Alerter
        • Patrick Luder // 27.08.2014 à 10h56

          Quand il y a un tel bordel chez soit, il est aberrant de vouloir faire le ménage chez les autres …

            +0

          Alerter
        • Fabian // 27.08.2014 à 11h25

          Ou de recréer l’Union Latine qui a été dissoute en 1927

            +0

          Alerter
          • perceval78 // 27.08.2014 à 13h09

            Apparemment il y a eu deux unions latines , une linguistique dissoute en 2012 (pour raisons financieres sic …), une monétaire dissoute en 1927.

            Pour qu’une union ai un sens il faut qu’il y ait un projet , j’en vois deja un gros comme un 36 tonnes , realiser notre autonomie numerique, creons un twitter et un google Latin (Facebook ne sert rien !!!)

            Les arguments avancés contre sont en général que les ricains ont pris trop d’avance , c’est pas faux, mais si on ne fait rien c’est de la Mega Avance voir de la Tera Avance qu’ils auront pris dans 20ans.

            Ensuite nos politiques qu’y n’y connaissent que pouic pensent que c’est compliqué, alors qu’en fait du point de vue technique c’est pas très compliqué.
            Ce qu’il faut c’est de l’algorithmique (France leader mondial en Mathematiques) , 10000 lignes de codes ( pas plus pour twitter) , Google on a déja c’est exalead Dassault systeme, du reseau (on sait faire) , de la memoire (on sait faire) , un OS (c’est quand meme un europeen qu’a inventé linux) et de la puissance de la puissance de la puissance (mais ca c’est qu’une question de sous)

            En fait le seul truc qu’on a pas c’est des politiques qui fassent de la politique ,
            on a donc besoin :

            1) d’un technicien ex Rotschild et ex Lazare s’abstenir , on met xavier Niel a la tete du ministere du numerique ca sera deja un bon debut …

            2) d’un politique (un vrai)

            3) on expulse manu militari : Google, Microsoft, Facebook, Twitter du territoire francais et de l’union Latine, pour cause d’espionnage à l’echelle industrielle.

            4) on arrete de faire des gueguerre au congo brazaville, en cochinchine, au mexique, Napoleon 3 c’est terminé depuis Sedan et le refus de Bazaine de sortir de la citadelle , il est temps d’arrêter les conneries 3.0

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_latine_%28organisation%29

            http://www.unilat.org/fr

            http://fr.wikipedia.org/wiki/Union_latine_%28monnaie%29

              +0

            Alerter
          • chios // 27.08.2014 à 19h34

            l’Union latine qui a été “dissoute ”

            heureuse expression, pour dédramatiser la sortie de l’euro comme étant la fin, je ne dis pas du monde, mais une impossibilité eu égard des coûts, pertes et autres inconvénients insurmontables…..

            Dissoudre l’euro…

              +0

            Alerter
  • Patrick Luder // 27.08.2014 à 09h01

    Ce billet est le constat de l’inutilité et la déchéance de la politique mondialisée. En réalité, tout tourne autour de l’accaparement des biens d’un monde façonné pour quelques privilégiés, une politique suicidaire qui met l’humanité en péril … une humanité d’ailleurs qui n’a plus grand chose d’humain (d’humanitaire).

    L’Ukraine ne vivrait pas une guerre civile si elle n’était pas le lien entre l’Est et l’Ouest de l’Eurasie.

    L’Ukraine ne serait pas le centre d’un conflit mondialisé entre USA et URSS (bientôt Chine ?) si elle n’était pas un carrefour des énergies et si riche en ressources minières et agricoles.

    Enfin la crise Ukrainienne à le malheur d’avoir lieu alors que l’hégémonie américaine est sur le point d’être contournée par des alliances entre des principaux pays du monde … une crise qui vient à point nommé pour retarder autant que peut se faire, le déclin inexorable de la civilisation autoproclamée “avancée” …

      +0

    Alerter
    • Perekop // 27.08.2014 à 11h10

      Pourquoi “Urss” ??? Ce genre de confusion, volontaire ou non, n’est pas de mise sur ce blog.

        +0

      Alerter
      • Patrick Luder // 27.08.2014 à 15h15

        URSS juste pour rappel … la Russie est tout de même la plus grandes puissance militaire nucléaire encore aujourd’hui, même si elle ne fait plus aussi peur que hier.
        Armes nucléaires dans le monde (en janvier 2011) :
        1° Russie : environ 11 000 dont 2427 actives ;
        2° États-Unis : environ 8500 dont 2150 actives ;
        3° France : environ 300 dont 290 actives ;
        4° Royaume-Uni : 225 dont 160 actives ;
        5° République populaire de Chine : environ 240.
        (source http://fr.wikipedia.org/wiki/Arme_nucléaire)

          +0

        Alerter
        • perceval78 // 27.08.2014 à 16h35

          @Patrick d’apres BHL la Russie n’est qu’a 15% de ses capacités ce qui fait seulement : 2427 x 0.15 = 364 tetes .

          Mettons qu’ils les repartissent de la facon suivante : 60% US 40% UE
          ca ne fait plus que : 145 tetes pour l’europe

          Supposons qu’ils reservent : 70% pour les va t-en-guerristes : Pays Baltes , Pologne , Perfide Albion ca ne fait plus que : 145 x 0.30 = 43 tetes divisé par 23 pays = environ 2 tetes par pays .

          Donc , moi je m’en fous un peu de Paris , je me barre en province, il y a quand même une petite incertitude sur ou atterrit la deuxieme bombe , Brest et la Hague me paraissent risquer , qu’en penses tu ???

            +0

          Alerter
          • perceval78 // 27.08.2014 à 16h38

            en même temps si j’etais russe ,je balancerais prioritairement mes bombes sur ceux qui l’ont donc : France et Perfide Albion

            Aie Aie , ca va être plus compliqué, je vais peut être me réfugié a chypre, les Russes aiment bien les chypriotes , enfin avant … la georgie peut être , il parait que c’est un joli pays …

              +0

            Alerter
          • VladP // 27.08.2014 à 18h55

            L’ile longue? Avec une de ces fameuses torpilles un rien véloce chargée avec une bombinette atomique de derrière les fagots (et même 2 torpilles tant qu’on y est! Au diable les varices!).

              +0

            Alerter
            • Tikehau // 27.08.2014 à 22h15

              “Avec une de ces fameuses torpilles un rien véloce ” vous devriez expliquer VladP … car tout le monde ne connait pas la véritable histoire du K-141 le ci-devant dénommé “Koursk”…

              En plus de cette supériorité navale, je suis également persuadé que les Russes sont passés maître dans les mesures anti-missiles ainsi que dans les capacités de brouillage. Un cran bien au-dessus de celles de nos “alliés” US. Pas de chance pour nous… cette fois-ci nous sommes dans le mauvais camp.

              Références :
              Tir de deux missiles balistiques sur la Syrie
              Les “incidents” survenus au destroyer américain USS Donald Cook en mer Noire.

              Tout ça pour dire que si conflit mondial il y avait, la victoire militaire serait très loin d’être acquise par l’Otan.

              Je garde l’espoir que l’effondrement se réalisera sans que nous ne soyons vitrifiés. Poutine en est aujourd’hui le meilleur garant.

                +0

              Alerter
            • VladP // 27.08.2014 à 23h39

              Si j’etais M. Poutine, et quelques soient les dédommagements qu’il a pu obtenir par ailleurs, je me garderais deux de ces torpilles sous le coude et je les marquerais “Norfolk” 1 et 2…
              Après sa saloperie, le fumier de ricain a pu s’échapper et je suis bien certain que M. Poutine doit bouillir de rage chaque fois qu’il pense à ces salopards. Son 1er job de président n’a pas vraiment été agréable…
              Avec cette affaire d’ukraine, c’est déjà la 2ème fois qu’il épargne au monde une guerre nucléaire.
              Ça n’est vraiment pas facile de devenir un grand chef d’Etat. Et dire qu’il y avait des survivants…
              M. Poutine et moi avons le même âge, le même prénom et les 41ères lettres du nom son aussi identiques, mais j’aime mieux ne pas être à sa place et ne pas avoir à assumer des choix aussi terribles.

                +0

              Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 09h13

    Quand on apprend que le president Estonien estime qu’il n’est pas necessaire de respecter les traités même tacites.

    Quand on apprend que le president de la commission des affaires etrangeres US se ballade en estonie.

    Quand on apprend que le même président recoit les lobbys Polonais dans son siege du new jersey

    Question : l’estonie c’est le 52 eme etat americain ou le 28 eme etat europeen ????

    toomas hendrik ilves @IlvesToomas · 1h
    1997 NATO-RUSSIA Fndng Act: no permanent bases in new mmbrs, “in the current & foreseeable security environment” 2014 whole sec. env changed

    Marko Mihkelson @markomihkelson · 10h
    I had very good dinner meeting tonight at our President in Tallinn with Chair of US Senat Foreign Relations Committee @SenatorMenendez.

    Sen. Robert Menendez @SenatorMenendez · 11h
    Excellent meeting with #Estonia For. Min. @Urmaspaet during @US_SFRC trip, @USEmbTallinn

    Sen. Robert Menendez @SenatorMenendez · 11h
    In #Estonia for @US_SFRC trip to discuss energy security in E. Europe w/ PM @TaaviRoivas

    Sen. Robert Menendez @SenatorMenendez · Aug 20
    As chair of @US_SFRC, always good to hear New Jerseyans’ views on int’l relations. Hosting #Polish roundtable today.

    Videos du susdit senateur sur l’UKRAINE

    Faire passer la loi sur l’ukraine
    https://www.youtube.com/watch?v=bC_Wi_iaMhk
    les interets US en Ukraine
    https://www.youtube.com/watch?v=Y0Ty9R3_9wQ
    Oui aux reformes du FMI en Ukraine
    https://www.youtube.com/watch?v=ZaF4reho5qY
    =

      +0

    Alerter
    • chios // 27.08.2014 à 12h13

      Obama s’annonce, si je me souviens bien.
      Voilà pourquoi tout ce remue ménage…

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 27.08.2014 à 13h14

        Oui certains faucons souhaiteraient qu’il fasse l’equivalent d’un “Ich Bin ein Berliner” lors de sa visite.

        Pendant ca magouille sec du coté de l’OTAN, LA suede et la Finlande pourraient être membres associés, cad faire les manoeuvres avec L’OTAN mais rester neutres.

        Moi aussi j’aimerais bien que la France soit neutre, vive Carl Bildt et vive la Finlande.Qu’il est doux de pouvoir invectiver la Russie et d’être protéger par son statut de pays neutre .
        =
        http://news.err.ee/v/International/d5987079-7691-419c-b051-2f16ba2b6466
        =

          +0

        Alerter
  • Nerouiev // 27.08.2014 à 09h14

    Analyse de texte : l’auteur cite la récompense du Prix Nobel de la Paix à Brandt (1971) et Kissinger (1973, le viet Namien Lé Duc Tho également lauréat l’avait refusé). Mais il n’en parle pas à propos d’Obama.

      +0

    Alerter
  • Norton // 27.08.2014 à 09h43

    “Nous devrions essayer d’éviter ce détour par les champs de bataille au XXIe siècle. Il n’est pas nécessaire que l’histoire se répète. Peut-être pouvons-nous trouver un raccourci.”

    Pour trouver un raccourci,il s’agit de ne pas simplifier l’histoire et d’avoir bien présent à l’esprit ce qu’elle est et par qui elle est orientée depuis si longtemps…

    Sortons de l’histoire !

    http://blogs.mediapart.fr/blog/danyves/180514/les-pietres-fondateurs-de-l-europe-ces-heros-que-nous-celebrons-scrutin-europeen-oblige

      +0

    Alerter
  • Romuald // 27.08.2014 à 10h27

    « Cette guerre, dans toute son atrocité, reste toutefois une grande et merveilleuse chose. C’est une expérience qui vaut la peine d’être vécue » 1914

    « Il reste peu de temps pour « Nettoyer la Terre » des hommes sans cœur, les faiseurs de guerre, les terroristes, les manipulateurs, les germes de l’hydre. C’est à ce prix : le Grand Nettoyage que la Terre retrouvera la Paix et se Réparera » 2014

      +0

    Alerter
  • languedoc 30 // 27.08.2014 à 10h37

    Gloire soit rendue à la grande sagesse de Willy Brandt et du peuple allemand.

      +0

    Alerter
  • Alae // 27.08.2014 à 10h49

    Alerte : au fou ! les USA veulent bombarder la Syrie pour se défaire d’EIIL (le prétexte) et du gouvernement Assad (le vrai but).
    http://www.zerohedge.com/news/2014-08-26/wtf-white-house-statement-day-syria-airstrikes-edition?page=4

      +0

    Alerter
  • Jacques // 27.08.2014 à 11h05

    Mille merci de nous avoir traduit ce magnifique article. Quelle belle mise en perspective! Très bien de rappeler que même mon cher Thomas Mann a pu céder à la folie guerrière; ça relativise le comportement de nos BHL modernes, sans rien excuser, et nous apprend à nous méfier des intellectuels en politique. De Willy Brandt à Obama, quelle dégringolade chez les prix Nobel de la Paix!

      +0

    Alerter
    • chios // 27.08.2014 à 19h58

      Pas aujourd’hui, car je crois que “l’opinion” a vent de quelque chose de louche,
      Et, on assiste à un “remake”…

      J’ai pensé à la “Montagne magique”, le sanatorium de luxe où se morfond une “brochette” inoubliable de tuberculeux, dans leurs mondanités et convictions sociales et intellectuelles, pour, en fin de roman, “comme un coup de tonnerre”, descendre vers la plaine d’Allemagne, dans nos petits trains, si familiers à tous les citoyens de la famille Europe, vers ce que des bavards aiment appeler, leur “destin”…

      La première fois, on peut se tromper, pas la deuxième….

        +0

      Alerter
  • zebulon // 27.08.2014 à 11h10

    Bien évidemment , il est inutile d’attendre de l’échelon supérieur des solutions concretes
    autre que l’augmentation des prélèvements pour financer le renouvellement des armes utilisées inutilement.
    donc oui la résistance concrète c’est au quoitidien au niveau local
    rappeler à vos elus locaux qui voteront le 28 septembre que les sénateurs ne sont pas là
    pour soutenir des livraisons d’armes financées à crédit pour organiser des destructions chez nos voisins d’ukraine, d’orient ou d’afrique.

    Personne n’est obligé de diner avec les businessman de la croisade permanente et de l’ingérence humanitaire, ni de les financer directement ou indirectement.

    Un euro de moins chaque jour , ce n’est pas si difficile que celà de savoir ou part son argent.
    Il suffit de s’informer et de poser la question directement à l’élu , ou au commerçant le plus proche de vous.
    “Etes vous certain qu’il soient judicieux de financer cette activité, pour votre image de marque ?”

    “Quelles sont vos priorités et vos motivations ?”

    A vous de jouer, sans violence

      +0

    Alerter
  • Kiwixar // 27.08.2014 à 11h15

    Merkel essaie de sauver l’intégrité territoriale de l’Ukraine.
    Mais à voir la transcription de la conférence de presse des responsables de la Résistance du Donbass, c’est exclu, ils veulent l’indépendance, point barre. La meilleure solution serait de couper le pays en deux selon les critères linguistiques, mais il reste le sort de Kiev qui n’est pas clair.

    Ca ressemble assez à la Belgique, avec Bruxelles qui est convoité par les 2 parties. Si la Russie était revancharde, elle pourrait aller dépenser 5 milliards de dollars en Belgique pour amener le chaos autour… du siège de l’UERSS et de l’OTAN.

      +0

    Alerter
    • Ardéchoix // 27.08.2014 à 11h24

      @ Kiwixar
      Je ne sais pas si le lien a été mis en ligne , le voilà : clair net et précis .
      https://www.youtube.com/watch?v=yH35raTPVu8&feature=youtu.be

        +0

      Alerter
    • O FJ // 27.08.2014 à 11h29

      Malheureusement, ce qui compte vraiment ce n’est pas ce que veulent les résistants du Donbass, mais ce que veut Poutine, c’est à dire avant tout l’interdiction de l’OTAN sur le territoire ukrainien. Poutine est aussi favorable, semble t-il, à un état ukrainien fédéral, au sein duquel le Donbass aurait une grande indépendance. La scission en 2 de l’Ukraine serait un échec pour la Russie, car alors la Russie aurait l’Otan à sa frontière, en Ukraine de l’ouest.

        +0

      Alerter
      • Kiwixar // 27.08.2014 à 11h45

        Pour le moment Poutine a dit à Porochenko qu’il doit trouver une solution interne (i.e. ukrainienne) avec la résistance du Donbass… Ca peut traîner longtemps, car je ne suis même pas sur que Porochenko soit informé que son armée se fait tailler un short.

        Sinon, ils pourraient couper l’Ukraine selon la frontière naturelle (le Dniepr), ce qui permettrait à la Russie d’avoir un état-tampon entre l’Otan et elle, et aussi… de refourguer Tchernobyl à l’UE… évidemment peu probable pour des raisons linguistiques.

        Note : la conférence de presse (lien Ardéchoix au-dessus) est à voir absolument.

          +0

        Alerter
    • Nerouiev // 27.08.2014 à 12h32

      Oui mais couper le pays en deux, c’est permettre à l’OTAN de s’installer à l’Ouest, un point d’encerclement supplémentaire pour la Russie.

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 27.08.2014 à 13h16

        tu as raison @Nouriev , il faudrait que la Russie verrouille completement la mer noire en englobant Odessa et la transnistrie dans l’aire Russophone, ce serait plus jouable, car l’OTAN dans la mer noire et dans l’ouest Ukrainien, c’est trop trop trop

          +0

        Alerter
        • Nerouiev // 27.08.2014 à 17h37

          Tout à fait d’accord, et ce n’est pas impossible. La Crimée est un exemple viva,t qui doit faire des envieux autour de la mer Noire.

            +0

          Alerter
    • DUGUESGLIN // 27.08.2014 à 18h26

      A moins que l’armée de libération du Donbass, devienne l’armée de libération de toute l’Ukraine.
      Et si la Galicie devient séparatiste, elle pourra se prononcer par référendum et bien sûr sera reconnue par la “nouvelle Ukraine libérée”. Bon débarras et que l’UE se débrouille avec les bandéristes.

        +0

      Alerter
    • bluetonga // 27.08.2014 à 19h03

      Si la Russie veut venir dépenser 5 milliard de dollars auprès des francophones, on est preneurs (les atlantistes, c’est plutôt les flamands). On est tout a fait prêts à saboter les institutions, c’est un truc qu’on fait déjà assez naturellement, sans trop y penser. Seulement on aime bien les petits cadeaux quand même. On s’attend à quelques camions de caviar et de vodka, avec des chauffeurs féminins si possible. Pas la peine de charger les camions à moitié, les routes tiennent le coup.

      Et de voir la tête des politiques flamands et des fonctionnaires européens, ça sera, comment dire… extatique.

      Sinon, dans la video, quelqu’un a-t-il relevé que les responsables de l’armée de novorossia déclarent réceptionner dans leur rangs des volontaires officiers de la marine française?

        +0

      Alerter
      • jacqueline // 27.08.2014 à 21h37

        OUi.

        Je suis impatiente de savoir qui sont ces officiers.

        Vu l’avenir sombre de l’armée française, et le peu de considération du gouvernement pour son armée, sa soumission à l’ OTAN, c’est peut-être en prévision d’un passage à l’ Est : je les comprend.

        Des contacts se sont peut être établis pendant la formation de la marine russe pour le Mistral……..

          +0

        Alerter
  • Sibtigr // 27.08.2014 à 11h59

    Je reviens un peu tard sur le terme de “lustration” dont qqun a demandé la signification hier ( pas toujours le temps de tout suivre car la vie “normale” avec ses obligations continue).

    Le terme de “lustration” a été utilisé après la chute du mur de Berlin essentiellement dans 2 ou 3 pays de l’Est dont la Pologne, ça j’en suis sûr.

    Il était question alors de rechercher pour les faire partir de leurs postes importants des personnalités qui du temps du communisme avaient activement collaboré avec le régime et donc avaient des crimes sur les mains. Notamment en Pologne ils ont réussi à dénoncer et faire partir un cardinal très important, dont j’ai malheureusement oublié le nom.

    Son sens est donc proche de « épuration » dans le domaine politique et de la vie publique.

    A l’époque très peu de personnalités ont fait l’objet de lustration, je dirais moins de 50, dans tous les pays de l’est, bien qu’il ait circulé beaucoup de listes d'”agents cachés” qui auraient dû tomber sous le coup de la lustration.

      +0

    Alerter
    • chios // 27.08.2014 à 12h19

      Merci, c’est moi qui avais posé la question, je croyais que c’était plus ancien.

        +0

      Alerter
      • Jeanne L. // 27.08.2014 à 12h33

        @Chios
        J’avais répondu dans la soirée d’hier sur le sens premier de ce mot, utilisé à Rome pour des cérémonies qui avaient lieu tous les cinq ans (période de cinq ans nommée lustre) et qui correspondaient à la fin de mandat (démission) des censeurs, la plus haute magistrature dans la ville . Les censeurs étaient d’anciens consuls chargés de recenser la population et de la répartir dans les “cens” c’est à dire les classes sociales, ils contrôlaient ainsi les élections, la population votant par “classe” et non par individus même sous la République.
        La religion romaine était une religion “civique”, politique, quand une nouvelle ère s’ouvrait avec la démission rituelle des censeurs, tous aristocrates en tous cas dans la classe sénatoriale, on “lustrait”, c’est à dire on nettoyait pour qu’une nouvelle ère arrive.
        Tout cela était symbolique, on aspergeait le sol d’eau ,on balayait avec des branches de laurier etc…
        D’autres cérémonies de lustration pouvaient avoir lieu en cas de calamité, épidémie, quand la vie “reprenait” après une destruction.
        Le mot a été employé pour dire épuration en français mais il est tombé en désuétude et Sibtigr fait bien le point sur l’usage contemporain dans les pays socialistes après la chute du mur.

          +0

        Alerter
        • Jeanne L. // 27.08.2014 à 12h36

          Dans les “ex-pays socialistes” voulais je écrire.

            +0

          Alerter
        • chios // 27.08.2014 à 12h39

          Merci mille fois, Jeanne, c’est ça que je cherchais, loin dans ma mémoire et dans l’histoire.

            +0

          Alerter
    • fanfan // 27.08.2014 à 13h29

      Lustration selon le CNRTL :
      Étymol. et Hist. Ca 1355 lustracion «cérémonie purificatoire» [dans l’Antiquité] (Bersuire, Tit. Liv., ms. Ste-Gen., fo425bds Gdf. Compl.). Empr. au lat. lustratio, dér. de lustratum, supin de lustrare «purifier par un sacrifice».
      Synonymes : aspersion, purification, sacrifice
      http://www.cnrtl.fr/etymologie/lustration

        +0

      Alerter
  • Nocontent // 27.08.2014 à 12h01

    Mr Gabor Steingart s’adresse à la classe politique et aux différents responsables de son pays L’Allemagne .
    Je perçois une certaine amertume dans son article, à savoir que L’Allemagne à raté son rendez-
    vous avec l’Histoire, à une autre époque, un autre moment historique a été négocié avec intelligence par Mr Willy Brand il explique comment et qu’elles en furent les retombées politiques, sa comparaison avec le duo Merkel Steinmeier est sans appel .
    Ils font parties de ces personnes politiques standardisés comme Sarkozy,Hollande ,à croire qu’ils sont tous sortis du même moule Tatchérien (déterminé contre le social et ses luttes et très bons moines soldats des USA)
    L’Allemagne avait une autre carte à jouer, ses importants échanges commerciaux qui ne pouvaient qu’augmenter , la Russie étant un pays en voie de développement comme il écrit.
    C’est toujours possible le projet Ukrainien de l’occident va échouer, et on les abandonnera mais quand ? ce sera peut être trop tard .
    Ce que l’occident à pris pour de la tergiversation ou de faiblesse de la part du président Poutine
    n’était qu’une attente vis à vis de L’Allemagne (intérêts éco ) et de la France ( il attendait une réaction d’ orgueil par rapport à son passé politique), pour négocier ne voyant rien venir ,il vient d’avertir nos politiques par les sanctions concernant l’agriculture, qu’il changeait de main,

      +0

    Alerter
    • chios // 27.08.2014 à 12h22

      Tant que le traité transatlantique n’est pas signé, je ne désespère pas…

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 27.08.2014 à 13h18

        je pense qu’avec Emmanuel Macron a l’economie les chances de signer le Traite transatlantique se sont singulierement retrecies .

          +0

        Alerter
        • chios // 27.08.2014 à 13h58

          Je ne suis pas “au fait” des tendances de ce Monsieur
          Quelques explications supplémentaires?
          Si ce n’est pas trop demander…

            +0

          Alerter
          • perceval78 // 27.08.2014 à 15h35

            @chios @hellebora , oups je plaisantais évidemment, j’ai été très marqué par le reportage qui en avait été fait à la télé il y a moins d’un an (je n’ai pu retrouver la video), les résultats devraient être rapide

              +0

            Alerter
          • perceval78 // 27.08.2014 à 15h59

            ce qu’en dit la presse étrangère (source systeme : le monde)
            =
            http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/08/27/pour-la-presse-etrangere-des-changements-marginaux-et-un-gros-pari_4477518_823448.html
            =

            Le quotidien italien Il Corriere della Sera souligne que « sa nomination indique l’abandon pur et simple de l’idée d’une politique plus sociale »

            Le journal allemand Die Welt, qui raille les noms successifs donnés aux gouvernements français, écrit qu’« après le gouvernement de combat, qui aura surtout vu des combats internes, voilà celui de clarté. Avec la nomination de Macron, c’est sûr, le message est clair. »

            Le journal allemand Süddeutsche – et il n’est pas le seul outre Rhin – rappelle, non sans une pointe d’ironie, que l’arrivée de l’ancien banquier au gouvernement est d’autant plus étonnante qu’en 2012 « le candidat Hollande avait désigné la finance comme son “véritable ennemi” ».

            Même constat côté britannique où le Guardian estime que « François Hollande vient de faire le plus gros pari de ses deux ans de présidence »

            et il pourrait avoir du mal à faire passer son budget 2015 dans quelques semaines », renchérit The Telegraph avant de conclure : « S’il n’y parvient pas, François Hollande pourrait être obligé d’organiser des législatives anticipées qui le mèneraient à une humiliation certaine. »

              +0

            Alerter
        • Hellebora // 27.08.2014 à 14h15

          @ perceval78
          Vous voulez dire : les risques que la France signe le TAFTA augmentant dangereusement !

            +0

          Alerter
      • Wilmotte Karim // 27.08.2014 à 14h50

        Un traité, cela se dénonce.

          +0

        Alerter
      • zebulon // 27.08.2014 à 15h35

        de toute façon ils peuvent signer ce qu’ils veulent depuis le non au référendum sur le traité de lisbonne ( la légalité et la justice ne sont qu’un vernis médiatique)
        d’autant plus que la plupart des clauses restant secrètes on ne peut juger que de l’acceptabilité des symptômes
        quand aux hommes issus du même moule , c’est par construction en france, ensuite
        la dépendance et la mise sous contrôle se fait naturellement

          +0

        Alerter
  • Jean // 27.08.2014 à 12h12

    “Le tissu de mensonges de Poutine, sa propagande et ses tromperies sont avérés. L’épave du MH17 est aussi le résultat d’ une diplomatie en morceaux”

    Pourquoi le rapport sur le crash du vol MH17 est maintenant classé “Secret Défense” par Kiev, Hollande, Belgique, Australie ?

      +0

    Alerter
    • Hellebora // 27.08.2014 à 14h17

      @Jean
      Moi aussi, je voudrais bien savoir. La Malaisie se serait arrangée pour ne pas le signer; étonnant, non ?

        +0

      Alerter
      • Jean // 27.08.2014 à 16h11

        C’est aussi ce que j’ai cru comprendre, faut dire “perdre” 2 avions dans des conditions louches et risquer la faillite de leur compagnie aérienne, ça doit les faire réfléchir avant de suivre les dictats médiatico-diplomatiques des pays dit “civilisés” et “démocratiques”…

        Ils sont où nos “experts” sur ce sujet ?
        On ne les entend plus, sauf sur d’autres sujets encore moins crédibles (exemple Laurent Fabius qui a dit dernièrement que EI (ISIS) est une création de Bashar al-Assad).
        Vivement les prochaines élections…

          +0

        Alerter
        • Noam // 27.08.2014 à 20h00

          La Malaisie n’aurait-elle pas condamné Bush par contumace ?

          Et puis il y a du gaz en Malaisie…

          2 avions, même compagnie…

            +0

          Alerter
    • raloul // 27.08.2014 à 16h10

      Bonjour!

      Désolé mais j’ai loupé un épisode… Avez-vous une source, si possible neutre, qui certifie ce “secret défense” conféré au rapport sur le crash?
      Car si c’est vrai, ça me semble beaucoup trop gros… ou alors ils sont vraiment devenus fous à lier. Les citoyens des pays en question accepteraient-ils qu’un tel rapport demeure secret, vu le drame humain, la fougue de la propagande anti-russe déployée autour de ce sujet, etc…? Chauffer les citoyens à blanc dans les deux minutes de haine quotidiennes, pour ensuite leur dire qu’ils n’ont pas le droit de connaître les conclusions de l’enquête? Ca me semble tellement improbable… merci de poster une source crédible si possible, idéalement des sources provenant des gouvernements en question.

      A ce stade, ce n’est plus une “fausse route”, c’est un aller simple vers la révolte populaire en Europe et le retour de la guillotine sur les places publiques…

        +0

      Alerter
      • bluetonga // 27.08.2014 à 22h17

        Il semble que l’information soit apparue sur “la voix de la Russie” qui cite elle-même une source ukrainienne, l’agence de presse UNIAN, proche des pro-maidan:

        http://french.ruvr.ru/2014_08_27/Tragedie-du-MH17-le-crime-de-la-junte-kievienne-se-confirme-0201/

        Si c’est vrai, ce qui serait proprement scandaleux, ce serait d’abord le silence de nos médias, qui décidément, ne reculeraient devant aucun service de presstitution.

        Je mets de conditionnels, en me disant que non, tout n’est pas totalement pourri. J’espère.

          +0

        Alerter
        • Serge Palestine // 27.08.2014 à 22h51

          Cette information est reprise par l’excellent Journaliste de l’Humanité,José Fort avec cette multiple interrogation sur quatre événements de l’actualité récente dont le crash du vol MH 17 du Boeing de la Malaysian airlines:
          “Quatre questions toujours (?) sans réponses”
          http://www.humanite.fr/blogs/quatre-questions-toujours-sans-reponse-549844
          NB: je me suis permis de mettre un point d’interrogation entre parenthèses…..parce que la brume commence à se lever……

            +0

          Alerter
  • Alae // 27.08.2014 à 12h25

    “je dirais qu’en termes de calcul des éléments de bonheur, je ne crois pas que l’identité nationale, la souveraineté, le patriotisme déraisonnable ou irraisonné puisse amener à autre chose que la folie politique kievienne.”

    De quelle identité nationale parlez-vous en ce qui concerne Kiev?
    Nous y avons des oligarques vendus aux USA ou uniquement soucieux de leur portefeuille – on peut dificilement en faire des champions du patriotisme – et des néonazis nostalgiques d’un collabo (collabo = traître passé à l’Allemagne nazie).

    Définissons ce dont nous parlons. Ne confondons pas patriotisme/identité nationale/souveraineté nationale (un concept que même Mélenchon defend) avec nationalisme/nazisme/fascisme.

      +0

    Alerter
  • bm607 // 27.08.2014 à 12h40

    Un peu en marge, mais ça concerne la Russie donc pas tant que ça :
    “Six mois après les JO, Sotchi transformée en ville fantôme”
    Source : http://sport24.lefigaro.fr/le-scan-sport/buzz/2014/08/27/27002-20140827ARTFIG00052-six-mois-apres-les-jo-sotchi-transformee-en-ville-fantome.php

    Étant amateur de tous les sports (sauf le foot et la F1, beaucoup trop de pognon), et également vu les sommes investies par la Russie, très importantes pour une économie pas si florissante malgré tout, je me demandais si l’abandon “annoncé” du site de Sotchi après les JO, qu’on prédisait en 2012-2013, allait être avéré, ou si la région allait en profiter un peu ou beaucoup, au final, donc si Poutine avait jeté beaucoup d’argent par les fenêtre ou juste un peu.

    Voilà la réponse… sauf que maintenant je ne fais plus du tout confiance aux journaux français sur l’international (mais pas que…).
    S’ils avaient été honnêtes nos journalistes concernant les événements d’Ukraine et la Russie, j’aurais regardé ça, mais maintenant dès que ça touche l’étranger, effet de bord, et bien l’article ==> poubelle direct.
    Tant pis je chercherai de l’information ailleurs.

      +0

    Alerter
    • zak // 27.08.2014 à 14h24

      Les prédictions concernant l’avenir du site olympique russe n’étaient pas difficiles à faire.

      Le destin des sites olympique est souvent le même.

      2008
      Chine :
      http://www.theblaze.com/stories/2012/07/13/decrepit-four-years-after-hosting-the-beijing-olympics-this-is-what-chinas-40b-investment-looks-like/

      2004
      Grèce :
      http://www.businessinsider.com/2004-athens-olympics-venues-abandoned-today-photos-2012-8?op=1

        +0

      Alerter
    • languedoc 30 // 27.08.2014 à 14h57

      Une station de sports d’hiver, en plein été, ça donne quoi ailleurs? Des chalets fermés, des patinoires désertes, des pistes de ski impraticables etc..
      J’ai la chance d’habiter près de la Méditerranée et je vous garantis, que du mois d’octobre au mois de juin, dans toutes les stations balnéaires, Lattes, Palavas, Carnon, la Gde Motte, les 3/4 des hôtels, des restaurants, des cafés et des appartements sont fermés, ça tourne au ralenti et c’est normal, que voulez-vous faire sur la plage quand il gèle?
      C’est le dénigrement qui continue concernant la Russie, qu’ils aillent se faire voir, ça commence vraiment à devenir fatigant.

        +0

      Alerter
    • bm607 // 27.08.2014 à 16h39

      Pour les sites chinois, on pouvait également se douter qu’il y aurait un abandon certain (prestige en jeu : nécessité de montrer qu’ils étaient au niveaux des meilleurs et donc capables d’organiser des JO d’été, peu en importe le prix, voire même au contraire !!). pour la Grèce on sait que les JO ont “aidé” à la crise. D’autres JO ont eu des montants assez faibles inscrits dans la colonne “pertes” en proportion, voire ont dégagé des bénéfices, dans le passé (ceux de Los Angelès, par exemple!).

      L’argument de la désertification d’une station de ski en été est clairement une bonne voie de réflexion, même si on peut se dire que les structures auraient pu également être utilisé en partie du tourisme d’été. C’est ce genre d’argument qu’aurait regardé une presse digne de ce nom.
      On peut en effet dire que des JO ou de très grands événements, même couteux, peuvent avoir des retombées positives, et que ce n’est pas la totalité de l’argent investi qui est perdu après l’extinction de la flamme. Qu’ils coûtent c’est un fait, mais peut-être seulement un pourcentage “acceptable” de la somme (37 Milliards d’€), eu égards aux autres aspects (ressouder un peuple, lui faire ressentir de la fierté à être de nouveau capable de faire des JO, emplois pendant la construction, … et donc infrastructures partiellement utilisées ensuite)

      Ayant lu souvent des critiques acerbes sur le sujet, j’aurais aimé me faire une opinion un peu étayée (quand je discute avec des “français moyens désinformés par la presse” de VV Poutine, l’argument des dépenses somptuaires des JO revient assez vite, et là je n’ai pas trop d’éléments à donner), mais ce n’est pas encore dans les grands périodiques français que je vais les trouver.

        +0

      Alerter
      • jacqueline // 30.08.2014 à 03h14

        JC Killy qui a bossé sept ans pour Stochi a donné la réponse :

        ” Contrairement aux autres sites olympiques où une bonne partie des équipements étaient déjà réalisés, à Stochi il n’ y en avait que 10 %, ce qui pour moi rendait ce projet très intéressant. “

          +0

        Alerter
        • bm607 // 30.08.2014 à 03h37

          Pour moi c’est une réponse ou ce n’en est pas une : s’il y avait 10% des équipements et infrastructures nécessaires aux JO qui existaient, ce pouvait être parce que sur la durée il n’y avait pas réellement de besoins supplémentaires.
          Ou bien ce pouvait être parce que la région avait besoin d’être développée et tout ces nouveaux équipements lui ont été profitables.
          Ou plus probablement encore, que le curseur se situait entre les deux.

          J’en reviens toujours à cette idée qu’il y a comme dans toute manifestation de ce genre (JO, coupe du monde de foot…) des choses qui sont très profitables, mais aussi des sommes perdues. La question est la proportion dans cette dernière rubrique, afin de pouvoir contrer (ou pas) les accusation de mégalomanie de Poutine qui apparaissent parfois dans des conversations.

            +0

          Alerter
          • Louis Joseph // 30.08.2014 à 10h58

            @bm607
            Pour essayer de “comprendre” ouvrez une carte et regardez la localisation de Sotchi, Adler et Krasnaya Polyana.
            1- Sotchi:
            le bénéfice direct des JO pour Sotchi c’est le développement des infrastructures routières qui contournent la ville, l’agrandissement de l’aéroport (situé sur Adler), la gare (également sur Adler), la liaison directe gare/aéroport avec des navettes (idem Moscou Aeroexpress).
            Nouvelle centrale thermique (gaz) alimentée par un nouveau gazoduc.
            2- Adler:
            C’est sur Adler que se trouve le principal village Olympique avec toutes les installations couvertes (patinoires, stades), le circuit de F1, stade de la Coupe du Monde de Foot 2018,…
            3- Krasnya Polyana:
            La nouvelle route entre Adler et Krasnaya existe depuis 2006, il faut environ 45 minutes. Avant c’était 3 heures par une “petite route” de montagne. Pour les JO il y a eu quelques modifications et élargissements plus une nouvelle portion au début sur Adler. Le plus gros chantier c’était la liaison ferroviaire entre Adler (Gare/Aeroport puis Krasnaya).
            Plus “intelligent” d’utiliser le train que d’augmenter le nombre de voitures la haut en station…
            Avant les JO la fréquentation de Krasnaya était (très) limitée de part l’absence d’équipement modernes et la faible capacité d’hébergement. Il n’était pas rare de voir les skieurs se loger sur Adler et faire la route pour venir skier…
            Si l’on regarde la fréquentation des installations ouvertes en 2012, 2013 si si c’était au programme d’ouvrir et d’organiser des compétions internationales pour “roder” les installations et le personnel avant les JO. L’on peut être confiant sur la fréquentation de la saison 2014/2015.
            Le dossier de présentation des JO était très clair sur ce point: “nous devons réaliser des investissements pour développer Krasnaya Polyana et nous allons le faire avec ou sans les JO Sous entendu: “cela va nous prendre du temps sans les JO”

            Conclusion:
            Est ce que les investissements pour les JO participent au développement de la région: oui.
            Est ce qu’il fallait les JO pour faire ces travaux? oui en terme de rapidité d’exécution.

              +1

            Alerter
    • Louis Joseph // 27.08.2014 à 18h48

      @bm607,
      Les photos montrent quelques immeubles de Krasnaya Polyana en pieds des pistes. Ou sont les photos des installations du bord de mer sur Adler?

      Pour information le circuit de F1 est en cours de finition, piste prête, le pilote de F1 Vettel a fait quelques tours du circuit la semaine dernière.

      Des matches de la coupe du monde de football (2018) se dérouleront également dans le grand stade (celui utilisé lors de la cérémonie d’ouverture des JO).

      Dans le cadre du projet des JO il y avait de nombreux investissements dans les infrastructures du secteur côtier: agrandissement de la gare (disons plutôt construction d’une nouvelle) idem pour l’aéroport. Sans oublier les tunnels routiers et ponts qui permettent de se rendre sur Krasnaya Polyana sans devoir passer par le centre de Sotchi comme il y a quelques années, sans oublier une nouvelle centrale thermique, station d’épuration, …
      L’attrait majeur du dossier de candidature de Sotchi était justement cette situation unique avec une zone développée en bord de mer et une en montagne, de ce fait il est faux de parler de Sotchi comme d’une ville fantôme et ce encore plus faux en plein été avec l’afflux de nombreux touristes…

        +1

      Alerter
      • Louis Joseph // 27.08.2014 à 19h13

        Dans la section JO 2014 du forum SkyscraperCity vous trouverez de nombreuses photos et informations entre autres des commentaires sur la série de photos que l’on retrouve dans l’article du Figaro.
        http://www.skyscrapercity.com/showthread.php?t=244549&page=179

        et ici sur le site FunSochi, des photos prisent vers 9h du matin sur Krasnaya:
        http://www.funsochi.ru/blogs/funsochi/2014/gorod-prizrak

          +0

        Alerter
        • Louis Joseph // 27.08.2014 à 19h38

          Les explications sur les photos avec un témoin direct, il était avec l’auteur des cliches repris par les medias.
          Elles sont prisent de bonne heure un samedi matin..

          Ici des photos dans la journée:
          http://nikitskij.livejournal.com/433998.html

            +0

          Alerter
          • languedoc 30 // 27.08.2014 à 21h02

            Elles sont magnifiques ces photos, et contredisent les propos du Figaro. C’est toujours pareil, mentez, mentez il en restera toujours quelque chose;

              +0

            Alerter
        • bm607 // 27.08.2014 à 21h06

          Merci pour les liens. on voit des photos avec des rues vivantes (sans être encombrées, ce qui est logique car elles ont eues la capacité d’accueillir des foules importantes en début d’année), des places claires et agréables avec nombre passants ; tout le contraire donc de ce qu’à fait paraître la presse française, avec commentaires associés.
          Maintenant il s’agirait de bien confirmer la représentativité de ces vues (mais on peut raisonnablement supposer que ce ne sont pas des figurants (sauf peut-être en terrasse du McDo sur une vue 🙂 ); et il est plus facile de trouver des angles de vues et des moments avec très peu de personnages dans le cadre alors qu’il y a du monde, que de prendre des personnes qui n’existent pas !).

          Et d’avoir des éléments chiffrés.

          Mais ce n’est pas le sujet direct du post, quand même, je vais me contenter de ces débuts d’éléments.

            +0

          Alerter
  • Sibtigr // 27.08.2014 à 12h41

    Très bien votre idée Zébulon.

    Je propose comme 1ère action de résistance concrète au quotidien, lors du paiement du 3ème tiers de nos impôts en septembre, d’en défalquer 3%, autant que le déficit annuel de la France, parce que nos budgets aussi ont du mal à tenir l’équilibre : y’a pas d’raison que nous, Français, on nous oblige à être à l’équilibre dans nos foyers, et que l’Etat lui s’en moque complètement, surtout quand on sait à quoi il affecte notre argent.

    “Les chiens aboient”, car ils ne leur reste plus que ça -signe d’un ratage de toute leur politique.

    Quelques petits rappels de faits têtus :
    La Russie a fait deux guerres au milieu du 19ème siècle pour conserver la Crimée. Alors l’Ukraine n’existait pas.
    Le peuple de Crimée s’est prononcé à une majorité de 97% pour son rattachement à la Russie.
    Le droit des peuples à l’autodétermination est un principe inscrit dans le préambule de la constitution française.
    La France a récupéré Mayotte de la même façon, par un référendum populaire, qui avait été fait à l’époque ile par ile.

    Le 1er convoi humanitaire a été envoyé par la Russie suite à sa demande à l’Ukraine du 11 aout 2014, et à l’accord de l’Ukraine du 12 aout (cf mid.ru et la conférence de presse de S.Lavrov du 18 aout à la suite de la rencontre des 4 ministres des affaires étrangères – faire la recherche par date).

    J’espère seulement que “la caravane passera en paix”.

      +0

    Alerter
    • zebulon // 27.08.2014 à 15h58

      Evitez quand même de vous retrouvez avec 10% de pénalités en payant en retard

      Par contre faites jouer votre clause de conscience et au nom de votre attachement à la justice fiscale :), demander au fisc le remboursement des credits d’impots accordés aux gens qui subventionnent certaines associations, dites d’utilité publique, apportant un soutien logistique directe à des belligérants étrangers.

      Car ce type de détournement revient à augmenter votre impôt à vous, indépendemment de la position officielle de votre gouvernement.

        +0

      Alerter
  • Negrello // 27.08.2014 à 13h13

    Quand, je lis un article, je me demande toujours s’il y a un loup, soit sur le fond soit sur la forme et quel est-il ?
    D’ailleurs, il peut y en avoir plusieurs, notamment élevés par le CNRS.
    Le loup est un bel animal qui vit en meute et qui est fidèle, lui au moins ….. mais je m’égare

    A la question “.. qui a trompé qui , le premier..”
    La question est en tout cas pertinente, ce qui suit est surprenant.

    ” ….Cela a-t-il commencé avec l’invasion de la Crimée par la Russie ou est-ce l’Occident qui a d’abord poussé à la déstabilisation de l’Ukraine ? La Russie veut-elle s’étendre à l’Ouest ou bien OTAN à l’Est ?…”

    4 interrogations de ma part (ou loups) en 1 phrase.

    1* L’invasion de la Crimée reste à prouver. A priori, il y a eu un référendum, on a demandé au peuple, s’il voulait être rattaché à la Russie ou pas.Le peuple a dit oui.
    En Ukraine, Olivier nous a montré que les populations de l’est ne sont pas vraiment celles de l’ouest. Est-ce grave? non, il faut le prendre en compte. C’est un fait historique.

    On appelle cela le droit à l’auto détermination des peuples. (Issu du droit international, chaque peuple dispose d’un choix libre et souverain de déterminer la forme de son régime politique, indépendamment de toute influence étrangère). Il est vrai qu’un peuple puisse s’autodéterminer n’est pas dans l’air du temps.

    2* L’occident dont il nous parle, c’est qui, les USA, l’OTAN, l’UE, la France, les dirigeants politiques, économiques, les banquiers, les peuples, vous, moi ?
    Parce que, si c’est de moi dont il s’agit en tant que citoyen, je n’ai donné aucun mandat à mettre le chaos à l’EST.

    3* Déstabilisation? Par les russes ou l’occident ? mais alors le peuple ukrainien n’y est pour rien?
    J’ai juste cru un instant et très naïvement que c’était un mouvement populaire, naturel de révolte. Nous aurait-on menti ?

    4* On commence par citer la Russie en premier, de peur que nous n’ayons pas compris le message.
    Olivier nous a montré une carte où l’on voit bien l’encerclement de la Russie par les bases de l’OTAN. Ce qui est très intéressant, c’est leur évolution depuis 30 ans.
    A l’inverse; on ne voit pas beaucoup de bases russes autour des USA, tiens, c’est bizarre.

    Il faudra quand même me prouver que la Russie s’étend à l’ouest.
    Je redonne un lien qui nous prouve la volonté des USA et de ses dirigeants d’étendre leurs actions de déstabilisation jusqu’en Russie. Oui jusqu’en Russie.

    Poutine doit donc s’attendre à des mouvements spontanés de son peuple, prochainement.
    https://www.youtube.com/watch?v=5n6qOhIuzrk#t=306

    1 phrase 4 loups, c’est le CNRS qui doit être content.

    C’est encore plus surprenant quand plus loin, il dit et insiste par
    “…Si, arrivés à ce stade vous attendez de savoir qui est coupable, vous feriez mieux d’arrêter votre lecture. Vous ne manquerez rien. Nous n’essayons pas de déterrer cette vérité cachée. Nous ne savons pas comment ceci a commencé. Nous ne savons pas comment cela va finir…”

    Mais si, il est bien là le problème car la fin justifie les moyens et si on ne connait pas l’objectif final de celui qui est aux manettes, on ne comprend pas grand chose.
    Oui, je veux savoir qui a commencé et comment cela va s’arrêter.

    Mais si je comprends bien, il ne faut pas déterrer la vérité cachée. C’est donc cela le vrai problème. Nous n’avons pas besoin de savoir.
    Il nous explique qu’il y a donc de facto deux vérités, la vraie qu’il ne faut pas montrer et l’autre que l’on nous vend. Merci du message pour le peuple, ça a l’avantage d’être clair, n’essayer pas de comprendre, cela ne vous concerne pas.

    Quand il dit “…Nous ne savons pas comment ceci a commencé….” Si nous savons comment cela a commencé.
    Et je suis enfin d’accord avec lui, ON NE SAIT PAS COMMENT CELA VA FINIR.

    On peut quand même faire différentes hypothèses de la plus simple à la plus terrifiante.
    On peut même les pondérer d’un facteur de risque en fonction de l’histoire, de la propagande, des enjeux énergétiques; politiques, économiques des USA et des autres et des cow-boys aux manettes.

    Je vous promets, l’hypothèse la plus sympa ( retour au calme en Ukraine, nouvelle élection, abandon des sanctions de niveau 1.2 et 3 envers la Russie) à une probabilité proche de zéro de se réaliser.
    Par contre, il y a des stocks d’armes qui ne servent à rien, des milices à activer, des drones à utiliser, des PIB à remonter, des dettes à effacer, des dividendes à verser……..
    Jusqu’où sont-ils prêts à aller ?(utilisation de la bombe nucléaire), je ne sais pas.

    Mais, alors oui la guerre devient intéressante et quai inévitable.

    Mais je n’en veux pas de cette pu..n de guerre au porte de notre pays, de l’Europe et entre les deux super grands.
    Avons-nous en France, en Europe, dans le monde ,un homme, une femme pour dire non à cette folie?
    Je crois qu’il y en a un, mais il est du mauvais coté, ce qui ne fait pas de lui une oie blanche, non plus.

    J’ai oublié de vous dire que je n’ai pas continué à lire l’article, on m’a dit que cela ne servait à rien.

      +0

    Alerter
  • jacqueline // 27.08.2014 à 13h22

    Aujourd’hui, 12:59

    L’OTAN prête à déployer des troupes aux frontières de la Russie

    MOSCOU, 27 août – RIA Novosti/La Vox de la Russie L’OTAN s’apprête à déployer pour la première fois des troupes à proximité des frontières russes sur fond de crise en Ukraine, a rapporté le journal Guardian se référant au porte-parole du secrétaire général de l’Alliance Anders Fogh Rasmussen.

    Selon M.Rasmussen, les troupes de l’OTAN seraient déployées ces prochaines heures dans de nouvelles bases en Europe de l’Est pour “empêcher le président russe Vladimir Poutine d’importuner les républiques baltes issues de l’ex-URSS”.

    “Tout agresseur potentiel doit savoir que s’il envisage d’attaquer un pays allié de l’OTAN , il fera face aux soldats de ce pays, mais aussi aux militaires de l’Alliance”, a ajouté le secrétaire général.

    A la question de savoir si l’Alliance entendait déployer un contingent international permanent en Europe de l’Est, M.Rasmussen a déclaré: “Oui, tant que cela sera nécessaire”.

    Selon le Guardian, le QG de l’OTAN à Szczecin, en Pologne, peut devenir une base de réaction rapide en Europe de l’Est.

    Les pays membres de l’Otan pourraient s’entendre sur le déploiement de troupes à la frontière russe lors du prochain sommet de l’Alliance programmé la semaine prochaine à Cardiff, au pays de Galles, en Grande-Bretagne. La France, l’Italie et l’Espagne sont hostiles à ces mesures proposées par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. L’Allemagne a une position neutre à ce sujet.

    Arguant de la nécessité de garantir la sécurité des alliés, l’OTAN a déjà intensifié ses patrouilles aériennes au-dessus des pays Baltes et a dépêché des renforts en mer Baltique et en Méditerranée. Des avions de reconnaissance de l’Alliance survolent régulièrement la Pologne et la Roumanie. L’OTAN a en outre annoncé l’augmentation des effectifs, l’élargissement du programme d’exercices militaires, le renforcement de son système d’alerte précoce et de ses forces de réaction rapide.

    La Russie a dénoncé l’augmentation sans précédent des activités militaires de l’OTAN en Europe.

    RIA Novosti

    http://french.ruvr.ru/news/2014_08_27/LOTAN-prete-a-deployer-des-troupes-aux-frontieres-de-la-Russie-0242/

    Complètement givré ce Rasmussen ( il doit marcher au “crack” )

    Pas très courageux non plus , il installerait les troupes dans les pays Baltes. Poutine doit trembler dans son froc !

    Puis s’il les déploye là, ça veut dire clairement que l’ OTAN n’aidera pas l’ Ukraine contre l’ armée du Donbass.

      +0

    Alerter
  • lollygris // 27.08.2014 à 13h30

    Plutôt que Google Chrome, utilisez Yandex browser. Plus sûr et plus performant. Et évitez Facebook. J’ai récemment travaillé sur des documents relatifs à l’analyse des communications par satellite. Un seul ordinateur de bureau peut surveiller simultanément 2000 conversations, les enregistrer et les analyser. Il est intéressant de noter que contrairement aux idées reçues, les données et les communications circulent via un système de satellites I-4 appartenant à une entreprise asiatique. Les données US circulent donc par le truchement de sociétés asiatiques. En Russie, je pense que ce n’est pas le cas. D’ailleurs Google Maps est notoirement imprécis en Russie. Qu’est-il advenu du projet européen de moteur de recherche? Les chinois eux parlent de se doter bientôt d’un système d’exploitation made in China pour réduire leur dépendance vis-à-vis de Microsoft… Le monde se transforme.

      +0

    Alerter
    • Negrello // 27.08.2014 à 14h19

      Pour aller dans votre sens, regardez ce qui est arrivé aux deux satellites permettant de développer Galiléo, système européen de navigation par satellite, concurrent du GPS américain.

      “… Mais le lendemain du lancement, la société Arianespace a constaté que les deux satellites (Doresa et Milenane) se trouvaient pas à l’emplacement prévu, mais sur une mauvaise orbite à 3700 kilomètres de distance de ce qui était initialement prévu…”

      http://www.euractiv.fr/sections/innovation-entreprises/lancement-rate-pour-les-satellites-galileo-307963

      Tiens, c’est bizarre…, il avait déjà 3 ans de retard.

      Prochain lancement décembre 2014, d’ici là il peut s’en passer des choses.

        +0

      Alerter
    • perceval78 // 27.08.2014 à 16h49

      le moteur de recherche europeen (francais) existe, il ne manque que la volonté politique de le faire grossir
      =
      http://www.exalead.fr/search/
      =

        +0

      Alerter
  • ig // 27.08.2014 à 13h44

    Sans doute suis je bête à manger du foin. Je n’avais pas percuté aussi clairement qu’aujourd’hui, à la lecture de cet article sur Romandie, qu’il existe deux niveaux de réalité concomitants, qui expliquent les diverses annonces aberrantes accusant la Russie de passer la frontière.

    Le premier niveau, c’est l’impossibilité pour Kiev de reconnaître qu’il se fait mettre une pile par l’armée du Donbass. Pas possible que ces sous-hommes soient plus forts que nous. Donc c’est les Russes. Il se peut même que Poro choco en soit intimement convaincu, car c’est proprement impossible, inimaginable, donc inimaginé. Il appelle donc à un rééquilibrage des forces, avec l’appel à l’Otan.

    Le deuxième niveau, c’est l’impérieuse nécessité pour les US de rentrer en conflit avec les Brics, Russie en tête, à la fois pour sauver leur économie, et masquer la déliquescence de l’état de leur société, à la fois pour s’accaparer les ressources énergétiques nécessaires au retard de leur chute finale.

    Les deux niveaux se rencontrent à la perfection, s’épaulent, s’entretiennent….

    Pour moi, la déflagration n’est plus très éloignée.

    Le lien vers l’article en question:
    http://www.romandie.com/news/Ukraine-mouvements-de-chars-sur-le-nouveau-front-apres-des/511439.rom

      +0

    Alerter
    • jacqueline // 27.08.2014 à 13h54

      Le gouvernement Obama et les néocons, mais aussi Cameron, se font tanner chez eux à propos d’ l’ Etat islamique en Irak, mais aussi de la Lybie. Ils redoutent vraiment des attentats chez eux !

      L’ Ukraine , ils s’en foutent royalement, ils ne savent même pas où c’est . Poutine n’est pas une menace pour eux, et les BRICs , ce n’est pas urgent. Ferguson , ça passe bien avant.

        +0

      Alerter
      • ig // 27.08.2014 à 14h43

        La Jacqueline de 13h22 et celle de 13h54 n’est pas la même?

        Ou bien vous pensez que l’Otan et Rasmussen n’ont rien à voir avec les US?

          +0

        Alerter
        • jacqueline // 27.08.2014 à 15h21

          SI c’est bien la même.

          D’un coté il y a les chiens qui aboient , comme Rasmussen, par contre on a peu d’infos sur l’opposition et même l’opinion américaine, sauf de temps en temps un article de Robert Craigs

          Je vous mettrais la VO de la déclaration de Rasmussen , celle ci étant un résumé.

            +0

          Alerter
          • perceval78 // 27.08.2014 à 16h03

            il est pas si bête Zbigniew

            Zbigniew Brzezinski @zbig · Aug 17
            With so many crimes being committed in the Middle East, isn’t it time for some war crimes trials?

            Il serait peut être effectivement temps de faire (le bilan) à défaut de faire le procès de tout les va t’en guerre qui mettent la planète a feu et a sang

              +0

            Alerter
            • Kiwixar // 27.08.2014 à 23h21

              “Zbigniew Brzezinski @zbig · Aug 17
              With so many crimes being committed in the Middle East, isn’t it time for some war crimes trials?”

              Il me semble que la Malaisie s’en est occupé.
              http://www.en.wikipedia.org/wiki/Kuala_Lumpur_War_Crimes_Commission

              Une bonne alternative au TPI, très biaisé, et dont les “coupables” meurent en prison avant un non-lieu.

                +0

              Alerter
    • VladP // 27.08.2014 à 14h29

      Romadie.com n’est qu’un site de la presse système parmi tant d’autres et nullemen6 une référence.
      L’article en question est d’ailleurs signé de l’afp, qui n’est qu’un media kollabo.
      L’otan représente une union militaire théorique. En cas de confit réel, il faudra voir qui vient… et qui ne vient pas!
      Tous les pays de l’otan ne se retrouvent pas dans chacune des guerres déclarées depuis la dernière guerre mondiale, et toutes les théories du style “on a signé donc on est obligé d’y aller ne pesent pas lafeille de papier sur laquelle figure la signature face à l’intérêt national immédiat.
      Comme si tout l’otan appuyait la france en Afrique comme un seul homme!
      Le moment ou l’usa commencera à penser qu’elle risque de se retrouver seule face à la Russie et à la Chine et avec, en plus, l’Amérique latine dans son dos lui permettra peut-être de réfléchir encore un peu et de bien peser “jusqu’où aller trop loin”! Les contrats pour les Mistral tiennent toujours…
      Les agriculteurs de l’ue toute entière pensent déjà à casser du fonctionnaire bruxellois…
      Les economies de l’ue sont déjà dans un état désastreux…
      La simple pensée d’une guerre de grande ampleur en ue et de ses effets dévastateurs à prévoir fait que tous le monde sait qu’il ne peut pas y avoir de gagnants.
      Les usa-ue-otan ont joué et ont perdu et ilsne tiennent pas à perdre encore plus.
      La Nouvelle-Russie est desormais une réalité incontournable, et dès qu’elle en aura fini avec la guerre, elle sera un Etat constitué et indépendant!
      PERSONNE n’ose déjà attaquer la petite enclave russe de Kaliningrad.
      PERSONNE n’ose reprendre vraiment la guere en Georgie.
      La Nouvelle-Russie vivra donc en paix et le porc-aux-chocos tombera dans les poubelles de l’histoire bien plus vite qu’il ne le croit.

        +0

      Alerter
      • chios // 27.08.2014 à 16h45

        “La Nouvelle-Russie vivra donc en paix et le porc-aux-chocos tombera dans les poubelles de l’histoire bien plus vite qu’il ne le croit”

        Malheureusement, je ne vois pas que l’Ukraine réalise la situation.
        Ils continuent à porter beau, là bas à Kiev, et à Minsk, pendant que les conscrits se font encercler par milliers et les civils et les infrastructures écrabouillér sous les bombes.
        Pendant combien de temps encore?

        Ils gagnent.

        Et puis, après, que se passe-t-il?

        .

          +0

        Alerter
        • erde // 27.08.2014 à 18h43

          “Et puis, après, que se passe-t-il?”

          Ben ! Ils prendront leur brouette leur marteau et leur brouette pour reconstruire le Donbass dévasté, puisque l’artillerie ukrainienne s’acharne sur toutes les infrastructures industrielle avec quelques erreurs sur les bâtiments civils…
          Et les groupes d’extrême droite eux s’acharnent à terroriser et tuer les récalcitrants (“nettoyer” ), assez courageux pour s’attaquer aux population désarmées, mais pas assez téméraires que pour monter au front, plus enclins à faire le mariole sur leur facebook et les caméras de télés..

            +0

          Alerter
    • David D // 27.08.2014 à 17h57

      Le DonBass est une région assez petite et au plan de l’Ukraine et même au plan de la partie est sensible de l’Ukraine. L’armement est bien venu de Russie, il y a des volontaires spontanés qui sont dans le conflit. Dimanche, la contre-offensive a été impressionnante et rapide. Le moment de surprise passé, les lignes de front ont moins rapidement évolué. Mais, il faut commencer à se dire que l’intervention de l’armée russe est probable, intervention qui a ou aurait mon soutien intégral.
      Je me méfie beaucoup des médias occidentaux qui vont essayer de s’en servir comme d’un coup dur au plan diplomatique. Pour moi, les russes du Donbass sont des russes que des russes vont naturellement soutenir sans condition. Je suis prêt à entendre toute information des médias dénonçant l’ingérence russe, ça ne changera rien à mon positionnement dans le conflit.
      Il faut se méfier des Etats-Unis, ils ont diabolisé la Russie et si cette info est lâchée sans retenue que les russes ont traversé les frontières il va y avoir une alchimie va-t-‘en-guerre. Ils ont dit la Russie, c’est le mal, ils dénoncent une incursion russe, l’opinion va donc voir ce qu’ils font. Il faut absolument que l’Europe lâche les américains, sortent même de l’Otan, priorité absolue. Il faut bien sûr remplacer Fabius au plus vite. Bon il est vrai que Belkacem à la place de Hamon on peut toujours remplacer du mauvais par du mauvais, mais bon…
      Il faut arrêter les américains, c’est urgent!

        +0

      Alerter
  • fanfan // 27.08.2014 à 15h15

    Activités autour de Marioupol :

    Orin, maidanez égaré ‏@maidperdu 13 min
    Ce 27 août tourne au cauchemar pour Gouv #Ukraine, 2 villes perdues, l’une menant à #Mariupol, l’autre pour accès #Donetsk.

    novytweety ‏@novytweety 45 min
    Si je comprends bien, #Mariupol n’est pas loin d’être encerclée, #tenaille Nord/Ouest et Est.
    05:23 – 27 août 2014 · Détails

    БУК БУК ‏@ilyushin76 57 min
    @gbazov Carl Bildt has sleepless nights, all that fertile land and cheap labour going to switch owner. Who is going to feed Europe now???

    Rock Solid Politics ‏@BradCabana 1 h
    BREAKING SIT REP: #Ukraine army has conducted an airborne drop north of #Mariupol close to NAF controlled #Rozivka #cdnpoli

    Rock Solid Politics ‏@BradCabana 1 h

    BREAKING SIT REP: #Ukraine army has conducted an airborne drop north of #Mariupol close to NAF controlled #Rozivka #cdnpoli

    Gleb Bazov ‏@gbazov 1 h
    #FLASH – #NAF wave liberating the #Mariupol area. Hold on, fair city, here we come! pic.twitter.com/0nGkAca68I

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 15h44

    des nouvelles de carl Bildt : c’est le jour anniveraire de l’independance de la moldavie, …bonjour a nos amis tranistriens.

    Carl Bildt @carlbildt · 1h
    Today its Independence Day for Moldova. We congratulate and salute European determination of its government!

      +0

    Alerter
    • perceval78 // 27.08.2014 à 15h48

      Sans doute répondait il a dmitri Rozin ancien delegue russe à l’OTAN.

      Dmitry Rogozin @DRogozin · 6h
      Mil.-Ind. Comm.: Report on the events dedicated to 70th anniversary of the Jassy–Kishinev Operation. (cont) http://tl.gd/n_1s69t8o

      http://en.wikipedia.org/wiki/Jassy%E2%80%93Kishinev_Offensive

      C’est beau deux êtres qui s’aiment de par un vécu commun.Dites les gars c’est quand que vous vous décidez à vous mettre autour d’ une table pour régler tous les problèmes issus de la désintégration de l’Urss.Les bagarres c’est bon pour les enfants pas pour les grandes personnes.

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 27.08.2014 à 15h50

        vous remarquerez sur la carte suivante que Marioupol est proche d’odessa et de Kichinev
        =
        http://en.wikipedia.org/wiki/Jassy%E2%80%93Kishinev_Offensive#mediaviewer/File:Eastern_Front_1943-08_to_1944-12.png
        =

          +0

        Alerter
        • perceval78 // 27.08.2014 à 15h52

          ca bouge beaucoup la

          Followed by Edgars Rinkēvičs
          BBSA ‏@BBSA_LV 3m
          We have received report from East Ukraine that Russian tanks are moving towards #Mariupol #Маріу́поль. Ukrainian… http://fb.me/1sE2INGKS

          Jacques Sapir ‏@russeurope 14m
          URGENT. Les insurgés sur le point de prendre VOLNOVAKHA, sur route Donetsk-Mariupol.

            +0

          Alerter
          • perceval78 // 27.08.2014 à 15h53

            Avis personnel pour les Ukrainiens, il faut absolument tenir jusqu’au 3 4 sommet de l’OTAN au pays de galles, je crois que les Russes sont au courant de la date.

              +0

            Alerter
            • jacqueline // 27.08.2014 à 15h57

              A mon avis c’est mal barré pour les ukies, tenir encore une semaine, quand on voit ce qu’ils ont perdu en une journée.

                +0

              Alerter
          • Pavlo // 27.08.2014 à 19h18

            le site militarymaps montre un drapeau de la DNR en plein milieu du centre de Marioupol, le tout dans un petit perimètre marqué en bleu.
            Le marqueur bleu est utilisé pour certaines positions ukraiennent entranchées; j’en deduis donc que des partisans auraient pris des administrations en profitant de l’ambiance de panique.

              +0

            Alerter
            • VladP // 27.08.2014 à 21h26

              Finalement, je crois que l’armée du Donbass n’aura pas vraiment besoin d’attendre l’arrivée du général hiver! 🙂 🙂 🙂

                +0

              Alerter
        • Pavlo // 27.08.2014 à 19h09

          euh, 600km quand même entre Marioupol et Odessa…

            +0

          Alerter
          • chios // 27.08.2014 à 20h32

            Je ne voulais pas vous croire, mais vous avez raison
            Et Donetsk Marioupol, un peu plus de 100…
            Sachons raison garder

            Pour les promeneurs du net, et si vous voulez vous faire une idée d’Odessa, de très belles photos de la ville, hors des sentiers battus
            https://twitter.com/FollowChris

              +0

            Alerter
  • Fabius Maximus // 27.08.2014 à 16h04

    Très beau papier. Avec deux bémols.

    1) La phrase “Tout le monde peut observer que Poutine et lui sont se dirigent comme dans un rêve en plein vers un panneau marqué : impasse.” – C’est du pseoudo-équilibre, car si c’est vrai pour Obama, ce n’est pas le cas pour Poutine qui, depuis le début, n’a de cesse de proposer des solutions politiques concertées: discussion à 3 entre Ukraine, UE et Russie à l’automne 2013 (idée balayée avec une arrogance incroyable par les **** [je m’auto-censure] Barroso et van Rompuy), un dialogue entre les régions ukrainiennes (auquelles Kiev répond par le déclenchement de la guerre civile sur les bons conseils de l’oncle Sam)… Poutine qui ne se laisse jamais aller aux vociférations grandiloquentes des Obama et consorts, qui adapte pragmatiquement son approche aux événements et reste ferme seulement là où reculer serait catastrophique pour les intérêts de son pays.

    2) Cette amnésie décidément récurrente à propos d’un événement récent: la Yougoslavie et, en particulier, le Kosovo. L’auteur aurait pu s’abstenir d’évoquer les responsabilités de l’Allemagne dans les 2 guerres mondiales (la génération de politiciens actuels ne se sent certainement pas responsable de cette époque-là) et rappeler que la guerre de l’OTAN de 1999 a été également une violation totale du droit international, de même que le fait d’avoir arraché le Kosovo à la Serbie au mépris de la résolution 1244 du CS de l’ONU, qui est toujours en vigueur. Ensuite on s’est arrangé pour faire avaliser le tout par la Cour de justice de La Haye. Mais alors, il y a ce qu’on appelle la jurisprudence, et si la sentence de ladite Cour est valable pour le Kosovo, elle l’est d’autant plus pour la Crimée dont le retour dans le giron de la Russie s’est fait avec des arguments supplémentaires (histoire du territoire, référendum). Et c’est particulièrement énervant que même un auteur qui se veut éclairé comme Gabor Steingart ne puisse pas pousser son honnêteté intellectuelle à admettre ces faits.

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 16h09

    Andrew Michta Va t-en guerriste proche de Sikorski Radek n’est pas content car si les discussions de cessez le feu continu a Minsk cela va donner des arguments aux allemands contre l’OTAN , flute et reflute …

    Andrew A. Michta ‏@andrewmichta 10m
    Minsk “cease fire process” will let #Germany argue in Wales that permanent @NATO presence in PL & Balts is unnecessary escalation. @srs2_

    Andrew A. Michta ‏@andrewmichta 19m
    Putin’s willingness to consider GER brokered “deal”on #Ukraine has already thrown monkey wrench into @NATO summit agenda on shoring NE flank

    qu’est ce qu’on peut faire pour que les negos n’aboutissent pas ???

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 16h21

    Ca n’a sans doute rien a voir mais l’ambassade de pologne a publié hier un tweet pour dire que la Pologne allait acheté 30 helicopter d’attaque : eurocopter est sur les rangs mais pas que…

    Le lendemain Harlem désir est venu y manger des pommes Polonaises

    Ambassade de Pologne ?@PLenFrance 18h
    Podczas wizyty w Ambasadzie RP w #Paryz francuski sekretarz stanu ds. europejskich H.#Désir docenil polskie jablka! pic.twitter.com/cnPp6qosOS

    Ambassade de Pologne @PLenFrance · Aug 25
    La #Pologne accélère l’achat d’hélicoptères d’attaque | http://bit.ly/1pybs3K via @Operationnels; #défense
    =
    http://www.operationnels.com/2014/08/19/la-pologne-accelere-lachat-dhelicopteres-dattaque/
    =

    Je verrais bien le timing suivant :
    1) hollande annonce qu’il renonce a la livraison des mistrals
    2) la pologne achete des helicos

      +0

    Alerter
  • Hellebora // 27.08.2014 à 17h01

    “Poland sends aid to the “Ukrainian army.” Tweet de Paula Slier (à 15h)

    Sinon, à 15h21, Reuters fait état des demandes de Berlin. Y a tt de même qqc qui m’échappe : pourquoi n’est-il jamais question de l’aide apportée par l’ouest (appelons-le comme ça) au gvt de Kiev ? Tout le monde sait par qui ils sont armés – et surtout de la présence de Svoboda & P. Sektor dans leurs rangs – mais cet aspect est toujours occulté… C’est là qu’on aimerait que des voix s’élèvent, en France ….

    Ukraine-La Russie doit faire cesser le trafic d’armes, dit Berlin
    BERLIN, 27 août (Reuters) – La Russie doit faire cesser l’afflux d’hommes et d’armements via sa frontière avec l’Ukraine, a déclaré mercredi le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel, lors d’une conférence de presse.

    La rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko, mardi à Minsk, est un premier pas sur la voix d’un règlement du conflit, mais il doit être suivi de mesures concrètes, a souligné Steffen Siebert

    “La condition d’un cessez-le-feu respecté, c’est que la Russie apporte sa contribution à la désescalade et qu’un accord soit conclu pour sécuriser la frontière.
    “Cela fait longtemps que cette frontière aurait dû être sécurisée et que l’aide militaire sous toutes ses formes via la frontière aurait dû cesser. La Russie porte une lourde responsabilité à cet égard”, a-t-il ajouté.
    (Madeline Chambers, Noah Barkin et Erik Kirschbaum, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

      +0

    Alerter
  • perceval78 // 27.08.2014 à 17h03

    Video interessante d’une deputée de Die Linke en allemagne Sahra Wagenknecht
    =
    https://www.youtube.com/watch?v=lIi4a7ri-dc
    =

      +0

    Alerter
    • perceval78 // 27.08.2014 à 17h18

      Super avec cette députée on a des infos sur ce qui se passe en allemagne

      irresponsable relocalisation de soldats de l’OTAN a la frontiere russe

      Sahra Wagenknecht @SWagenknecht · 1h
      #NATO und #Merkel eskalieren weiter: Permanente Verlegung von Soldaten an die russische Grenze ist unverantwortlich. http://tinyurl.com/nshkz5r

      Le gouvernement fédéral veut soutenir le gouvernement ukrainien et le silence de l’influence et les actions des fascistes.

      Sahra Wagenknecht @SWagenknecht · Aug 20
      Bundesregierung will ukrainische Regierung unterstützen und schweigt zu Einfluss und Agieren der Faschisten. http://www.faz.net/aktuell/politik/ausland/europa/ukraine-innenministerium-in-kiew-will-mit-radikalen-kooperieren-13104401.html

      ministère de l’Intérieur à Kiev veut coopérer avec les radicaux
      Le «secteur de l’homme” a retiré sa menace de ne pas soutenir l’armée ukrainienne contre les séparatistes. Le gouvernement de Kiev rencontre avec des représentants du groupe d’extrême-droite radicale – et a accepté de coopérer.

        +0

      Alerter
      • fanfan // 27.08.2014 à 19h36

        Jacques Sapir : Ukraine : déroute et perspective – 27 août 2014
        “La situation militaire continue d’évoluer en faveur des insurgés, comme le décrivent maintenant des sources multiples, tant occidentales qu’insurgées. (…)

        Au total, entre les forces encerclées et les unités qui ont été détruites dans les combats de ces derniers jours, les forces de Kiev auraient perdu environ 12000 à 15000 hommes, soit le tiers des effectifs engagés dans les opérations contre les insurgés. Des quantités importantes de matériel militaire ont été saisies. C’est une victoire majeure pour ces derniers, dont les conséquences politiques sont considérables.

        1 Il est clair que l’insurrection ne sera pas écrasée militairement. De ce point de vue, l’insurrection a gagné. Kiev ne dispose plus des réserves suffisantes pour reprendre l’offensive. Tout au plus les forces de Kiev peuvent espérer stabiliser le front autour d’un « demi-carré » dont le flanc ouest irait de Mariupol à Slavyansk et le flanc nord de Slavyansk à la frontière russe. Cependant, pour cela, elles devront surmonter la grave crise de commandement et de crédibilité qu’elles connaissent aujourd’hui.
        2 La question d’un cessez-le-feu se pose, et ce dernier sera sans doute rendu possible par l’épuisement progressif des forces insurgées. Si ces dernières sont aujourd’hui à l’offensive, elles seront contraintes de s’arrêter par manque d’effectifs et manque de moyens d’ici au début du mois de septembre.
        3 Si un cessez-le-feu s’impose, ne serait-ce que pour des raisons humanitaires, la question du devenir politique de l’entité constituée par les insurgés (Novorossiya) se pose. Après les combats de l’été, et les attaques systématiques dont les populations civiles ont été l’objet, l’hypothèse fédérale est désormais obsolète. La constitution d’une ou de plusieurs provinces autonomes, formellement reconnaissant le gouvernement de Kiev mais, dans la pratique, établissant elles-mêmes leurs propres lois et leurs propres accords commerciaux, semble maintenant la solution la plus raisonnable. Cela ne veut, hélas, pas dire qu’elle sera celle qui prévaudra.
        4 On peut craindre que s’installe une situation « ni paix, ni guerre », avec des incidents constants sur la ligne de contact entre les forces de Kiev et celles des insurgés. Cette situation ferait courir le risque d’une reprise de l’offensive de Kiev ou de la part des insurgés. Il faudrait, alors, recourir à des forces d’interposition, qui soient acceptables par l’une et l’autre des parties en présence. Compte tenu de l’engagement des pays de l’UE au profit de Kiev, il est peu probable que cette force d’interposition puisse être européenne.
        = Elle devra être trouvée, sous l’autorité des Nations Unies, au sein des pays émergents (Brésil, Chine, Inde).
        5 Une telle évolution serait une défait politique et symbolique majeure des autorités de l’Union Européenne, obligées d’accepter que des puissances non-européennes viennent maintenir la paix en Europe. Ce serait fort symbolique de l’effacement politique progressif de l’UE sur le continent européen.
        http://russeurope.hypotheses.org/2688

        Clin d’oeil :
        Photo : http://cs605820.vk.me/v605820411/2220c/9CxkqRwRYIU.jpg
        Opération « La folie bleu-jaune » http://vk.com/wall206013411_58383

          +0

        Alerter
        • Kiwixar // 27.08.2014 à 22h56

          “Si ces dernières [troupes du Donbass] sont aujourd’hui à l’offensive, elles seront contraintes de s’arrêter par manque d’effectifs et manque de moyens d’ici au début du mois de septembre.”

          Peut-être, et peut-être pas : alors que le vent tourne, il y a possibilité de soulèvement d’autres villes de l’est contre Kiev et les oligarques. Les deux “républiques populaires” ont un pouvoir d’attraction phénoménal sur des populations habituées au pillage, une lumière au bout du tunnel.

          Et que voit-on dans ces 2 républiques : des dirigeants issus de la population (e.g prof de judo) qui ont pris les armes alors que tout semblait perdu, qui ont fait l’épreuve du feu, protégé leurs troupes (“Tsar”), démontré leur valeur, d’une manière totalement altruiste (au risque de leur vie).

          Ce mouvement de Résistance peut devenir une force politique très forte sur tout le pays, comme alternative aux oligarques et au pillage. C’est peut-être ce que les Ukrainiens recherchent depuis 1991.

            +0

          Alerter
    • chios // 27.08.2014 à 21h01

      Die linke dénonce les fascistes en Ukraine?
      Que cette dame aille regarder en Russie et en France, c’est là que se trouve “le vrai danger”, et ceux-là, elle ne les critique jamais.
      http://www.nybooks.com/blogs/nyrblog/2014/may/27/ukraine-antidote-europes-fascists/
      premier lien sur Google, il y en a d’autres…recherche Snyders Ukraine

        +0

      Alerter
  • Hellebora // 27.08.2014 à 17h17

    [GAZ] La Russie va couper le gaz à l’UE, dit Kiev, Moscou nie.

    A noter, les propos tenus par les Russes (!!!) : “Il est peu probable que la Russie coupe l’alimentation en gaz. L’Ukraine le siphonnera elle-même, comme cela a déjà été le cas dans le passé”

    KIEV, 27 août, 17h05 (Reuters) – Moscou a l’intention de cesser de livrer du gaz à l’Union européenne cet hiver, a affirmé mercredi le Premier ministre ukrainien, tandis que le ministre russe de l’Energie s’est dit “perplexe” après ces déclarations et ouvert à un “dialogue constructif” sur le contentieux gazier avec Kiev.
    “La situation est très délicate dans le secteur (ukrainien) de l’énergie. Nous savons que la Russie a l’intention de bloquer le transit (du gaz) cet hiver, y compris vers les pays de l’Union européenne”, a déclaré Arseni Iatseniouk en conseil des ministres, ajoutant que les entreprises européennes avaient reçu l’ordre de stocker autant de gaz que possible.

    Le ministre russe de l’Energie a démenti les propos du chef du gouvernement ukrainien, dénonçant des allégations infondées et assurant que la Russie ferait un “maximum d’efforts” pour remplir ses obligations contractuelles envers les importateurs européens indépendamment de tout intérêt politique. Alexandre Novak a également fait savoir que Moscou était ouvert à un “dialogue constructif” sur le dossier de l’énergie avec ses partenaires, y compris l’Ukraine.

    Cet avertissement sur le dossier gazier ukrainien intervient au lendemain d’une rencontre entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue ukrainien Petro Porochenko, en présence du commissaire européen à l’énergie, Günther Öttinger.

    Il est plus probable que l’Ukraine utilise une partie du gaz destiné à l’Europe pour sa propre consommation plutôt que la Russie ne ferme le robinet à l’Union européenne, a-t-on appris de source proche du ministère russe de l’Energie.
    “Il est peu probable que la Russie coupe l’alimentation en gaz. L’Ukraine le siphonnera elle-même, comme cela a déjà été le cas dans le passé”, a-t-elle déclaré.

    RÉUNION TRILATÉRALE À MOSCOU VENDREDI
    La Russie a cessé d’alimenter l’Ukraine en gaz depuis le mois de juin en raison de désaccords sur les tarifs et les volumes de gaz russe importés contractuellement par Kiev.
    Moscou continue cependant de fournir l’Union européenne, qui représente environ 80 % des ventes de Gazprom, alors que la moitié des importations européennes de gaz russe ont transité par l’Ukraine en 2013.
    La Russie a fermé le robinet à l’Ukraine en 2006, 2009 et 2014 en raison d’un contentieux notamment sur les prix et les volumes importés contractuellement, et l’approvisionnement vers l’Union européenne a été perturbé en 2006 et 2009 lorsque l’Ukraine a pris du gaz destiné à l’Europe pour sa propre consommation.
    La Russie, premier fournisseur de pétrole, de charbon et de gaz naturel de l’Europe, répond à un tiers de sa demande, selon Eurostat, et en tire 250 milliards de dollars (190 milliards d’euros) chaque année, soit deux tiers des recettes du gouvernement russe.

    “Nous avons un plan B, dans le pire des scenarios, mais nous ne nous attendons pas à en avoir besoin”, a pour sa part déclaré Günther Öttinger mercredi en Moldavie.
    “Notre principale préoccupation est, sans nul doute, le gaz (…) Vendredi nous serons à Moscou pour la prochaine consultation trilatérale entre la Fédération de Russie et Gazprom et l’Ukraine et (la compagnie ukrainienne) Naftogaz, sous la modération de l’Union européenne.”

    (Richard Balmforth et Natalia Zinets, Jean-Philippe Lefief et Agathe Machecourt pour le service français)

      +0

    Alerter
    • Papagateau // 27.08.2014 à 21h37

      “Un problème de prix et de volume …”

      Un problème de paiement alors que la Russie rabattait sur le prix de la moitié par rapport aux clients UE !

      Quand on voit comment la justice américaine a soutenu les prétentions des fonds vautours à être payé par l’Argentine à 100% , y’a de quoi rigoler.
      Note: je ne fais plus de différence entre le gouvernement US et la presse européenne.

        +0

      Alerter
  • Sibtigr // 27.08.2014 à 18h13

    Pétition contre le traité transatlantique en cours de discussions secrètes, là :

    http://treatthetreaty.org/fr?v=1

    Faites circuler

      +0

    Alerter
    • fanfan // 27.08.2014 à 20h34

      Errreur sur le lien !

        +0

      Alerter
      • Sibtigr // 27.08.2014 à 22h25

        non non il faut lire jusqu’au bout et le lien vers la pétition est tout à fait en bas.

          +0

        Alerter
  • blusky // 27.08.2014 à 18h32

    La seule réussite de Kiev : le mensonge pathologique.

    Et c’est un combattant pro-Kiev qui le dit !

    http://www.nytimes.com/2014/08/21/world/europe/an-american-voice-on-ukraines-front-lines-goes-silent.html?_r=0

    Ce pauvre gars, ukro-américain, 55 ans, ancien de West Point, au lieu de s’occuper de ses affaires, est entré volontaire dans l’ATO, pour massacrer des civils.
    Après avoir pas mal paradé, il vient de trouver la mort à Ilovaysk.

    Quand la folie meurtrière gagne les esprits…

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 27.08.2014 à 23h01

      A propos du “mensonge pathologique”, le cas de quelques j***nalistes françaises a été étudié sur ce blog, avec des hoquets d’interloquement médusé.

      On est vraiment le pays du “Dîner de cons”, où on adore laisser pérorer ces cas cliniques, pour ensuite s’en moquer. Sommes-nous coquins.

        +0

      Alerter
  • BA // 27.08.2014 à 18h43

    Record historique battu.

    Chômage en juillet 2014 : catégories A, B, C, D, E :

    France métropolitaine :

    5 747 300 inscrits à Pôle Emploi.

    France entière (y compris l’outre-mer) :

    6 080 200 inscrits à Pôle Emploi.

    C’est un record historique.

    Variation sur un mois : + 0,5 %.

    Variation sur un an : + 5,2 %.

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-PPBVN18.pdf

    Vous vous rappelez toutes les belles promesses au moment du référendum sur le traité de Maastricht ?

    – « Si le traité de Maastricht était en application, finalement la Communauté européenne connaîtrait une croissance économique plus forte, donc un emploi amélioré. » (Valéry Giscard d’Estaing, 30 juillet 1992, RTL)

    – « L’Europe est la réponse d’avenir à la question du chômage. En s’appuyant sur un marché de 340 millions de consommateurs, le plus grand du monde ; sur une monnaie unique, la plus forte du monde ; sur un système de sécurité sociale, le plus protecteur du monde, les entreprises pourront se développer et créer des emplois. » (Michel Sapin, 2 août 1992, Le Journal du Dimanche)

    – « Maastricht constitue les trois clefs de l’avenir : la monnaie unique, ce sera moins de chômeurs et plus de prospérité ; la politique étrangère commune, ce sera moins d’impuissance et plus de sécurité ; et la citoyenneté, ce sera moins de bureaucratie et plus de démocratie. » (Michel Rocard, 27 août 1992, Ouest-France)

    – « Les droits sociaux resteront les mêmes – on conservera la Sécurité sociale –, l’Europe va tirer le progrès vers le haut. » (Pierre Bérégovoy, 30 août 1992, Antenne 2)

    – « Pour la France, l’Union Economique et Monétaire, c’est la voie royale pour lutter contre le chômage. » (Michel Sapin, 11 septembre 1992, France Inter)

    – « C’est principalement peut-être sur l’Europe sociale qu’on entend un certain nombre de contrevérités. Et ceux qui ont le plus à gagner de l’Europe sociale, notamment les ouvriers et les employés, sont peut-être les plus inquiets sur ces contrevérités. Comment peut-on dire que l’Europe sera moins sociale demain qu’aujourd’hui ? Alors que ce sera plus d’emplois, plus de protection sociale et moins d’exclusion. » (Martine Aubry, 12 septembre 1992, discours à Béthune)

    – « Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait, il est clair que les taux d’intérêt seraient moins élevés en Europe et donc que le chômage y serait moins grave. » (Jean Boissonnat, 15 septembre 1992, La Croix)

      +0

    Alerter
    • ioniosis // 28.08.2014 à 18h46

      “Si aujourd’hui la banque centrale européenne existait”

      effectivement elle pourrait appliquer une une politique de change,

      qui permettrait 1euros =1dollar , cela redonnerait de l’élan aux grandes entreprises , mais aussi
      les petites et moyennes, et de retrouver la compétitivité à l’exportation, réduisant progressivement
      le déficit commercial à néant.

        +0

      Alerter
  • VladP // 27.08.2014 à 19h04

    Bien sur que l’ue ne veut plus de l’ukraine! Elle n’espère plus passer sur les 7 000 000 de cadavres pour avoir le gaz de schiste et en plus, il faut payer la vaiselle cassée!
    Mais je ne doute pas qu’au final M. Poutine saura quelle adresse mettre sur les factures de réparation!

      +0

    Alerter
    • Noam // 27.08.2014 à 19h39

      Surtout que la situation s’inverse à ce point, je cire ruvr : “Le commandant du bataillon Donbass Sementchenko, indigné par l’incompétence de Kiev, appelle ses partisans à une marche sur le ministère de la Défense d’Ukraine.”.
      Donc peut-être qu’une deuxième marche armée…

        +0

      Alerter
  • fanfan // 27.08.2014 à 19h57

    Jacques Sapir “Valls et le renoncement” 27 Août2014

    “Le nouveau gouvernement « Valls-2 » inquiète, et pour plusieurs raisons. La première est que, loin de mettre fin à la crise politique rampante qui dure depuis plusieurs mois, il va, au contraire l’exacerber. (…) Car, derrière les postures et les coups de mâchoire de Manuel Valls, c’est en réalité et comme toujours, la volonté d’allier la chèvre et le chou. Sauf que l’on sait bien qui mangera l’autre. En fait, c’est une politique profondément anti-démocratique qui est mise en œuvre aujourd’hui. C’est cette politique que Manuel Valls est allé faire applaudir à l’Université d’été du MEDEF ce mercredi 27 août. Les Français le ressentent ; on peut s’attendre à ce qu’ils ne la tolèrent pas. Ce gouvernement risque donc de s’enferrer dans des batailles parlementaires continuelles, qui pourraient rendre inévitable une dissolution à la fin de l’hiver.

    http://russeurope.hypotheses.org/2694

      +0

    Alerter
    • ioniosis // 28.08.2014 à 18h49

      le medef est pris comme balise de la dogmatique économique , mais il ne représente que peu de chose et peu d’entreprises par rapport à la CGPME.

        +0

      Alerter
  • isidore // 27.08.2014 à 20h33

    Les médias c’est devenu du délire . A suivre le délire de Kiev qui donne le ton puisque Kiev est nécessairement victorieux ses déboires actuels ne peuvent venir que de l’intrusion Russe . DE leur coté , les Russes , quoi qu’ils fassent seront accusés sans preuves , alors pourquoi se géner .
    Alors Porochoko demande l’aide militaire Allemande , l’Allemagne paiera en quelque sorte , mais nitch l’Allemagne ne paiera pas , alors l’Otan ? Bien que l’Ukraine ne fasse pas partie de l’Otan et que celle ci vient de dire qu’elle ne pourra pas aider les Baltes si agression . Mais Porochoco n’est pas à çà prés , c’est la marmotte qui met le papier d’Alu .
    Les Américains qu’ont a connu plus agressifs déplorent la situation , mais où sont Mac Cain et autres là , genre ‘ fuck Europe’ ? Moi je dis que bientot si çà continue , des Russes déguisés en pro-Russes vont entrer dans Kiev et Porochenko va se convertir au Nutella , le beurre de cacao c’est trop cher .

      +0

    Alerter
  • Noam // 27.08.2014 à 20h33

    Il n’y a pas photo :

    Le site du ministère des affaires étrangères russe montre un professionnalisme remarquable dans la concision de ses communiqués, et il est clair qu’il y a une équipe cultivée qui y travaille très sérieusement. La presse russe s’en sert abondamment car l’information fournie y est de haut niveau et les journalistes font leur boulot.

    Maintenant quand on lit le canard enchaîné qui vient de paraître aujourd’hui, l’article intitulé “la vie quotidienne au paradis des CDD de France télés” montre l’extrême précarité des journalistes et des cameramen et camerawomen…

    Donc la crise de l’information prend aussi sa source dans ces contrats à durée déterminé, qui engendre très probablement une inconstance chronique de leur travail.

    Enfin, le MAE français n’est pas prolixe… et à la limite, on peut se demander si la précarité ne les ferait pas souffrir aussi…

      +0

    Alerter
    • Papagateau // 27.08.2014 à 21h53

      Hourff ! J’ai eu du mal !
      MAE = ministère des affaires étrangères.

        +0

      Alerter
  • erde // 27.08.2014 à 20h37

    un excellent article sur l’avenir de la Russie trouvé sur :
    http://gaideclin.blogspot.fr/2014/08/russie-le-moment-de-verite-approche.html

    “Comme nous avons pu le remarquer dans sa récente interview, Sergueï Glaziev présentait une analyse de la situation destinée essentiellement à des spectateurs occidentaux. Voici maintenant un article paru le 21 août dernier dans l’hebdomadaire « Zavtra » et cosigné par Mikhaïl Deliaguine et Alexandre Nagorny. Ceux-ci font partie du Club Izborsky (Alexandre Nagorny en est le secrétaire exécutif. Il est également rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire Zavtra), aux côtés de Sergueï Glaziev, Alexandre Prokhanov, Alexandre Douguine et l’archimandrite Tikhon Shevkounov, entre autres. Ce texte, intitulé «Le moment de vérité approche pour le pays» nous présente cette fois une analyse de la situation adressée aux lecteurs russes. L’interview de Glaziev et le présent texte, offrent donc une analyse d’une même situation, présentée sous deux éclairages différents. Le texte nous entr’ouvre en outre une fenêtre nouvelle sur la Russie. ”

    Une approche tellement différente de ce que l’on peut trouver en France, avec nos médias “occupant” l’esprit du petit peuple avec son jeu de chaise musicale dans le remaniement du gouvernement.
    Ah ces braves “young leader” qui dépensent une énergie folle pour dégrader un peu plus notre pays …..
    Haute Trahison de la pars de nos politiques !!!
    On pourrait déjà commencer par faire sauter les “petites écoles” .
    Réveillez-vous les jeunes….

      +0

    Alerter
    • Noam // 27.08.2014 à 20h43

      Il n’y a pas de débat ni d’analyse dans nos médias. Des vrais, j’entends…

      Mais juste la fabrication du temps de cerveau disponible comme l’avait fait remarque le canard enchaîné.

        +0

      Alerter
      • erde // 27.08.2014 à 20h51

        Bien d’accord !
        Mais le monde diplo devrait être LE journal de référence en France et non ces serviles atlantistes et ceux qui sont contents de passer à la télé…
        que les Français comme les qualifiait le Général deviennent de vrais taureaux et je deviendrai un aficionado des la “corrida “

          +0

        Alerter
  • fanfan // 27.08.2014 à 20h37

    Tragédie du MH17 : le crime de la junte kiévienne se confirme
    Mikhail Gamandiy-Egorov
    Par La Voix de la Russie | Dès l’attentat criminel survenu le 17 juillet dernier contre l’avion civil de la Malaysia Airlines, qui a fait 298 tués, dont 80 enfants, des accusations hystériques s’en ont suivi de la part des pays occidentaux, accusant tantôt la Russie, tantôt les résistants de Novorossia. Mais après que les boites noires aient été transmises aux enquêteurs internationaux, silence totale…

    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_08_27/Tragedie-du-MH17-le-crime-de-la-junte-kievienne-se-confirme-0201/

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications