Les Crises Les Crises
24.août.201424.8.2014 // Les Crises

Les dirigeants européens basculent dans le fanatisme antirusse, par Francis Briquemont

Merci 0
J'envoie

Voici une très intéressante série de vues de Francis Briquemont, le général belge qui commanda la FORPRONU en Bosnie en 1993-1994 (qui a donc 79 ans actuellement…) [NB : si quelqu’un a son contact, ça m’intéresse…].

Pour les plus jeunes, vous trouverez ici son coup de gueule qu’il avait écrit en 1994 quand il avait été rappelé pour avoir critiqué l’ONU : Bosnie : le “j’accuse” d’un général humilié

On y lira par exemple :

“Récemment, un sondage a révélé que 63% de la population belge était favorable à une intervention aérienne en Bosnie. La question était mal posée. Il aurait fallu demander aux familles: si vous aviez un fils de 20 ans, à Sarajevo, avec un casque bleu sur la tête, seriez-vous favorable à un raid aérien sur les batteries serbes ? Lorsque j’entends Bernard-Henri Lévy prétendre que quelques avions suffiraient à régler la situation, je deviens fou! C’est grave quand un intellectuel se prend pour un expert militaire. C’est encore plus grave lorsqu’il parade dans la ville assiégée, qu’il cite le général de Gaulle à tout va et que les habitants de Sarajevo le prennent pour le Messie. […]

Il n’y a pas, d’un côté, les bons, de l’autre, les méchants. C’est une guerre à trois. Une guerre tournante. Les alliances se font et se défont en fonction des rapports de forces dans chaque région. Dès qu’un parti – serbe, croate ou musulman bosniaque – devient trop fort, les deux autres s’unissent contre lui. Il faut en finir avec l’antiserbisme primaire véhiculé par quelques intellos en goguette.”

La guerre, c’est toujours plus intéressant quand ceux qui la font en parlent…

En lien, ce papier de Daniel Salvatore Schiffer dans Marianne en 2009 : Serbie et Bosnie: et si le méchant n’était pas celui qu’on croit ?, où on lit :

“La Bosnie, tout d’abord, celle-là même que ne cessèrent d’encenser au prix de mensonges souvent éhontés, en voulant nous la présenter comme un modèle de société multiculturelle et pluriethnique, quelques-uns de nos intellectuels les plus médiatisés, au premier rang desquels émerge un imposteur de taille : Bernard-Henri Lévy. Je me souviens, en particulier, de la manière, aussi partisane qu’effrontée, dont ce grand mystificateur s’évertua, durant toutes ces années de guerre et contre le sens de la vérité elle-même, à glorifier les soi-disant mérites de son idole politique d’alors : Alija Izetbegovic, premier Président de la Bosnie indépendante, mais, surtout, fondamentaliste musulman dont la tristement célèbre « Déclaration Islamique », publiée à Sarajevo en 1970, affirme textuellement, niant là les valeurs de nos sociétés laïques, qu’ « il n’y a pas de paix ni de coexistence entre la religion islamique et les institutions sociales et politiques non islamiques ». ” [Lire ici cette édifiante déclaration]

Intéressant de voir la même propagande par les mêmes personnes 20 ans plus tard…

Bref, retour sur 3 billets sur l’Ukraine publiés cette année par le général Briquemont (merci de me les avoir signalés)

9 avril 2014, Crimée : offerte à Poutine sur un plateau d’argent

Les cris d’orfraie des dirigeants occidentaux à propos de cette “attitude insupportable” de la Russie, “ce référendum illégal”, masquent leurs fautes d’appréciation et bourdes. Inventaire.
La gestion de la crise ukrainienne par les Occidentaux laisse perplexe. La gestion d’une crise ou d’un conflit se traduit en fait par une série d’actions et/ou réactions résultant d’une analyse rationnelle de la situation. Comme dans toute stratégie opérationnelle, un des principes de base à respecter est le maintien de sa liberté d’action. Concrètement cela signifie connaître ses possibilités d’action et être capable d’apprécier et prévoir celles de son adversaire.

Que s’est-il passé en Ukraine ? La moitié occidentale du pays, proeuropéenne, s’est révoltée contre le pouvoir en place, incarné par un président et un gouvernement pro-russe refusant un rapprochement politique avec l’UE, et contre la corruption généralisée caractéristique de cet Etat. Initialement, cette révolte s’est déroulée dans l’indifférence de la partie orientale du pays plutôt pro-russe et surtout russophone mais cette indifférence s’est vite transformée en hostilité envers les révoltés de Kiev, dont l’attitude était de plus en plus anti-russe.

Choqués par la violence croissante des événements de Kiev, les dirigeants européens ont pris fait et cause pour les révolutionnaires de Kiev sans trop se soucier des réactions de la Russie; provoqué la fuite de Ianoukovitch et considéré, un peu naïvement peut-être, le gouvernement provisoire comme celui de “toute” l’Ukraine. Chacun appréciera comme il veut la composition et la légitimité de ce gouvernement ou la manière de réagir de l’UE, mais cette reconnaissance immédiate et très médiatique du gouvernement de Kiev est une erreur d’appréciation politique de l’UE qui a permis à Vladimir Poutine, digne héritier des tsars, de (re) prendre l’initiative dans la gestion de la crise.

Si, dès le début de la révolte populaire à Kiev, les Européens s’étaient penchés (un peu) sur la carte de la Russie et de ses confins et s’étaient souvenus de l’histoire de la Russie depuis la fin, humiliante pour elle, de l’URSS, ils auraient conclu que l’Ukraine n’était pas un pays comme les autres et que, pour autant que la stabilité en Europe soit un objectif stratégique important pour l’UE, il était utile d’organiser, au plus vite, un sommet UE-Russie pour parler sereinement de l’Ukraine. Au lieu de cela, les dirigeants européens ont snobé Vladimir Poutine en refusant d’assister à l’ouverture des Jeux de Sotchi – occasion rêvée pour des contacts discrets – et, erreur plus grave “oublié”, que les révoltés de Kiev ne représentaient que la moitié ouest de l’Ukraine. Si, Herman Van Rompuy et Catherine Ashton avaient pu, au début de l’année, rencontrer Vladimir Poutine pour lui expliquer que l’UE était prête à participer au développement de l’Ukraine mais qu’il n’était pas question d’en faire un membre de l’UE et, encore moins, de l’Otan, on aurait pu peut-être éviter la crise actuelle.

Toujours est-il que le gouvernement provisoire ukrainien a aussi commis d’emblée la bourde politique de vouloir supprimer l’usage de la langue russe comme deuxième langue. Vladimir Poutine n’en demandait pas tant pour d’une part, entretenir l’agitation anti-Kiev à l’Est de l’Ukraine et d’autre part, pour régler en quelques jours le retour de la Crimée dans le giron russe et ce, à la stupéfaction (feinte ?) des Occidentaux; cette Crimée, terre russe depuis des siècles, rattachée à l’Ukraine alors au sein de l’URSS par “erreur stratégique”, et plus encore, siège de la plus importante base militaire russe dans le sud avec son accès à la Méditerranée.

Les cris d’orfraie des dirigeants occidentaux à propos de cette “annexion par la force”, cette “attitude insupportable”, “ce référendum illégal” sont sans doute proférés maintenant pour masquer la faiblesse de leur appréciation depuis le début de la crise. C’est aussi faire semblant d’oublier que les traités, les accords, les règles du jeu international, le respect des droits des humains, etc., se sont toujours plus ou moins adaptés à la stratégie militaire ou économique des Etats (des “Grands” certainement) et non l’inverse. Sans renvoyer aux calendes grecques, les Occidentaux peuvent aussi se rappeler certains épisodes peu légaux de la dislocation de l’ex-Yougoslavie; le déclenchement “illégal” de la guerre en Irak pour un faux prétexte de surcroît; les paroles de Margaret Albright, la secrétaire d’Etat américaine, déclarant un jour : si l’Onu est d’accord avec nous, tant mieux, si elle ne l’est pas tant pis; oublier aussi la manière dont les Occidentaux ont interprété la résolution du conseil de sécurité concernant l’intervention en Libye. Pau Guth écrivait non sans humour : “Regardez la carte du monde : on y joue à bureaux fermés la fable du loup et l’agneau” (1). En stratégie, il y a peu de place pour les naïfs ou les âmes sensibles.

Le sort de la Crimée étant réglé et irréversible, que pourrait-on faire maintenant pour calmer la situation ? Barack Obama, allergique à toute intervention militaire, et Vladimir Poutine semblent reprendre le problème ukrainien en main. Le premier dont les priorités stratégiques restent le Pacifique, la prolifération nucléaire (Iran, etc.) et un accord entre Israël et la Palestine, est venu dire à Bruxelles lors d’une visite dont la démesure n’a eu d’égale que la brièveté : 1°/ Au sein de l’Otan, les Européens devraient faire un effort dans le domaine de la défense; 2°/ Il faut envisager des sanctions économiques (sévères ?) si la Russie poursuit son agression contre l’Ukraine; 3°/ Pour ne plus trop dépendre du gaz soviétique, vous, les Européens, pourrez bientôt acheter du gaz de schiste américain; pour cela, signons au plus vite le traité de commerce transatlantique en discussion aujourd’hui. Bien joué en peu de temps !

Quant à Vladimir Poutine, il peut se permettre d’attendre car il n’a vraiment aucun intérêt à provoquer le déclenchement de sanctions économiques que personne en Europe ne souhaite d’ailleurs.

Tout le monde va sans doute patienter jusqu’aux résultats des élections prévues en Ukraine dans les prochains mois avec l’espoir qu’un modéré soit élu président et qu’un gouvernement d’union (vraiment) national soit formé. Si ce scénario se réalise, l’UE (nouvelle commission) et la Russie pourraient envisager plus sereinement le développement et la place de l’Ukraine sur l’échiquier européen. Assez rapidement, la Russie pourrait reprendre sa place au sein du G8 car, en stratégie, on ne peut faire la paix qu’avec son adversaire. Et l’UE pourrait, mais j’en doute, tirer, de l’épisode ukrainien, les leçons de sa faiblesse chronique, politique et… militaire.

Il est quand même décevant de constater que l’UE, cinq cents millions d’habitants, est incapable de résoudre seule un problème européen avec la Russie parce qu’elle n’a aucune stratégie commune acceptée par ses Etats membres. Une première décision souhaitable à prendre au sein de l’UE serait d’arrêter ce concept de l’élargissement permanent et son corollaire, l’adhésion à l’Otan. Car amener l’Otan à Kiev, ce serait refaire l’erreur de Nikita Kroutchev qui, il y a cinquante ans, voulait faire de Cuba une annexe nucléaire de l’URSS. A l’époque, on a frôlé la catastrophe nucléaire; une façon comme une autre sans doute, de régler le problème du réchauffement climatique !

Francis Briquemont

(1) Dans : “Lettre ouverte aux futurs illettrés”, Livre de poche n°5561

Source : LaLibre.be

20 mai 2014, De l’Ukraine aux élections européennes

Notre Occident, toujours aussi préoccupé de lui-même, se croirait volontiers de nos jours universel.” J. Gernet (1)

 

 

Le chaos s’installe en Ukraine. Récemment, nous avons évoqué cette crise (2) et chaque jour nous nous demandons encore comment le gouvernement (?) de Kiev et les Occidentaux ont pu commettre autant d’erreurs d’appréciation dans la gestion de cette crise. Sauf, bien entendu, si le but poursuivi était de provoquer un conflit avec la Russie.

Aujourd’hui, les déclarations très médiatisées de Barack Obama ou de John Kerry – l’UE étant sur la touche – font penser “au matraquage” bien organisé des opinions publiques pour justifier la guerre en Irak (2003) et ce, dans la tradition de “la stratégie du shérif” c.-à-d. d’un côté : un affreux, Vladimir Poutine et la Russie; et de l’autre : le bon, le gouvernement de Kiev et l’Occident !

Mais en fait, qui a d’abord déstabilisé l’Ukraine à la fin de 2013 ? Est-ce Vladimir Poutine ou les révolutionnaires de Kiev ? Comment ces derniers, évaluant mal la situation économique et… communautaire de leur pays et plus mal encore sa situation géopolitique dans le cadre européen, ont-ils pu croire qu’en criant “Vive l’Europe” les Occidentaux allaient intervenir – comment et avec qui d’ailleurs ? – et mettre Vladimir Poutine devant le fait accompli.

Qui a provoqué les émeutes sanglantes à Kiev qui ont précipité la chute de Viktor Ianoukovitch ? Des pro-Russes peut-être ou cette milice d’extrême droite pro-gouvernement rebelle, composée sans doute d’enfants de chœur, et décorant les murs de leur poste de commandement des croix gammées de sinistre mémoire.

Que sont allés faire exactement ces ministres des Affaires étrangères européens dans le chaudron de Kiev ? Ignoraient-ils à ce point “L’Histoire de la Russie et de son empire” (3) pour se mêler aussi imprudemment d’un problème russo-polono-ukrainien qui remonte à plusieurs siècles et n’a jamais été tout à fait résolu ?

Quand J. Kerry prétend que la Russie modifie “l’architecture de la sécurité en Europe”, croit-il vraiment ce qu’il dit ? Quel pays de l’Otan ou de l’UE a été ou est menacé par Vladimir Poutine ? N’est-ce pas plutôt John Kerry qui, en affirmant que “chaque parcelle du territoire de l’Otan sera défendue” , entend sans doute redonner un peu de souffle à l’Alliance et… inciter les Européens à dépenser plus pour leur sécurité ! En déployant quelques avions et un peu d’infanterie dans les pays Otan de l’Est, ou quelques navires dans les eaux internationales, l’Otan se livre à de la gesticulation opérationnelle. Hubert Védrine, l’ancien ministre français des Affaires étrangères disait non sans humour : “Avec la Crimée, l’Otan a retrouvé un ennemi, la Russie.”

Quand Barack Obama, bien ennuyé peut-être, préconise des sanctions de plus en plus sévères contre la Russie – mais dont les Européens se méfient car ils seront les seuls à en subir les dommages collatéraux – n’est-il pas en contradiction avec ses récentes déclarations où il affirme que “les différends doivent être résolus pacifiquement et non par l’intimidation ou la force” ? S’il était logique avec lui-même, il aurait déjà dû provoquer une rencontre au sommet avec Vladimir Poutine; car, face au chaos qui s’installe en Ukraine, avec une Europe inaudible politiquement et qui laisse l’initiative aux Américains (comme en ex-Yougoslavie, jadis), la crise ukrainienne sera difficile à régler “pacifiquement”. Et ce, d’autant plus, que Vladimir Poutine joue sur son terrain, dans “sa” zone d’intérêt stratégique, et applique la politique étrangère constante de tous “les tsars” ou empereurs russes (Staline et successeurs y compris !) depuis des siècles.

Bref, l’Ukraine nouvelle est mal partie et les Européens feraient bien d’examiner leurs propres responsabilités dans ce mauvais départ. Accuser Vladimir Poutine de tous les maux est un peu trop facile ! […]

Francis Briquemont

(1) Jacques Gernet, “Le monde chinois”. Ed. A. Colin 1999. (2) “Les erreurs de l’UE”. “La Libre” du 9 avril. (3) Titre d’un livre de l’historien Michel Heller. Ed. Plon 1997.

Source : LaLibre.be

22 aout 2014, Les dirigeants européens basculent dans le fanatisme antirusse

Qui est prêt à aller mourir pour l’Ukraine, un pays miné par la corruption ? Personne. Sans stratégie et portés par l’émotion, les dirigeants européens basculent dans le fanatisme antirusse.
La guerre est toujours la conséquence d’un manque de dialogue, de tolérance, d’intelligence et de créativité.” Cette sage réflexion, émise par Elio Di Rupo à l’occasion des commémorations organisées pour le centenaire du début de la guerre 1914-1918, me paraît plus que jamais d’actualité au moment où certains reparlent de guerre froide ou de paix glaciale, en Europe, à propos de la crise ukrainienne. Une crise qui aurait pu être évitée si les principaux responsables politiques européens avaient aussi fait preuve d’un peu de bon sens stratégique.

Le 9 avril dernier, on soulignait ici les erreurs manifestes commises par l’UE dans la gestion de la crise ukrainienne (1). Plutôt que répéter à satiété “c’est la faute à Poutine” comme on a dit jadis “c’est la faute à Voltaire”, les dirigeants européens devraient admettre que leurs réactions lors de la révolte de Kiev ont illustré, une fois de plus, l’absence totale d’une stratégie cohérente au sein de l’UE, aggravée encore par l’ignorance des “réalités” et de l’histoire de cette région.

En Ukraine, l’instabilité politique est grande, la situation économique catastrophique, le pays miné par la corruption (un “cancer”, dixit le vice-président américain Joe Biden), et bien plus grave encore, des soldats ukrainiens se battent, sur leur territoire, contre une partie de la population. Conséquence de ces combats, des dizaines de milliers d’Ukrainiens de l’Est se sont réfugiés à l’ouest du pays et, plus nombreux encore, les russophones ont fui en Russie ; des réfugiés dont on parle peu dans les médias d’ailleurs.

Comme personne en Europe ou aux Etats-Unis n’est prêt à aller mourir pour Kiev, même en cas d’agression russe – très peu probable – les Occidentaux, plutôt qu’essayer de trouver une solution acceptable pour tous au problème, se sont évertués à imaginer une panoplie de sanctions plus ou moins crédibles contre la Russie, le nouveau Satan. L’émotion en Occident, suscitée par le tragique accident de l’avion de la Malaysia Airlines a alors provoqué une prise de sanctions plus sévères qui ont entraîné une riposte de Moscou sous forme de “contre-sanctions” dont seuls les Etats de l’UE – signalons-le quand même – subiront les effets. Nous verrons bientôt si l’UE ne s’est pas tiré une balle dans le pied.

On en est là. Nombreux sont ceux qui doutent du bien-fondé et plus encore, de l’efficacité réelle de cette stratégie mais le problème maintenant est de sortir d’une crise qui menace la stabilité sur le continent européen.

Si, début de cette année, les dirigeants européens, avant de réagir en ordre dispersé aux actions des révolutionnaires et de se précipiter inconsidérément dans le chaudron de Kiev, avaient froidement analysé la situation sur le terrain, ils auraient conclu que : 1° si cette révolution était très pro-Europe, elle était antirusse à un point tel que, même si l’éviction du corrompu Ianoukovitch était compréhensible, il était difficile d’imaginer que la Russie regarderait les événements sans réagir et sans donner “son” avis sur la question, car l’Ukraine n’est pas située n’importe où sur l’échiquier européen ; 2° que les révoltés de Kiev se faisaient peut-être beaucoup d’illusions sur la signification réelle d’un pacte d’association avec l’UE.

Les dirigeants européens auraient pu se rappeler aussi que, depuis des siècles, et quel que soit le régime politique des pays concernés, les relations entre la Grande Russie (Moscou), la Petite Russie (Kiev), la Russie Blanche (Minsk) et la très instable Pologne n’ont jamais été “simples”.

Et si, sur base de ces conclusions, le duo politique de l’UE Herman Van Rompuy et Catherine Ashton, dûment mandaté par un sommet européen, avait d’emblée rencontré, d’une part Vladimir Poutine pour analyser la situation et expliquer ce que pouvait être l’appui de l’UE au développement de l’Ukraine, et d’autre part les révolutionnaires de Kiev pour leur rappeler que leur pays était un Etat bicommunautaire et insister sur les conditions d’une bonne coopération avec l’UE, nous aurions peut-être assisté à un autre scénario, plus conforme en tout cas à la vision d’Elio Di Rupo concernant la résolution des tensions internationales.

Au lieu de cela, le fanatisme antirusse des dirigeants de Kiev a offert la Crimée sur un plateau d’argent à Vladimir Poutine et l’attitude des dirigeants occidentaux vis-à-vis de celui-ci – snobé à Sotchi, éjecté du G7/G8, rejeté par l’Otan, sanctionné et accusé des pires intentions vis-à-vis de l’Ukraine et même de l’Otan – a abouti à la situation d’aujourd’hui.

Je ne sais de quoi sera fait demain. L’optimiste pense qu’il serait peut-être plus intelligent d’aller vers une désescalade et de demander à quelques sages “créatifs” de “déminer” le terrain. Le pessimiste se demandera peut-être si certains ne souhaitent pas en revenir au temps de la guerre froide, d’une nouvelle confrontation Est-Ouest, et pourquoi pas, tant qu’on y est, à un nouveau rideau de fer à l’est des pays baltes et de la Pologne. Quand je pense qu’aujourd’hui, la désignation des remplaçants de Herman Van Rompuy ou de Catherine Ashton à la Commission européenne devrait pour certains dépendre de leur “attitude” plus ou moins ferme vis-à-vis de Moscou, c’est inquiétant pour la paix et la stabilité en Europe […].

En fait, plus on s’éloigne de la fin de la Seconde Guerre mondiale, plus les nationalismes ou régionalismes reprennent vigueur (voir crise ukrainienne), alimentés parfois par des idéologies qui rappellent le fascisme voire le nazisme de sinistre mémoire. L’égoïsme sacré des Etats “souverains” et des… individus d’ailleurs, l’emportent de plus en plus sur l’esprit de solidarité. […]

Mais, plus sérieusement, les Occidentaux ne devraient-ils pas faire le bilan de leur stratégie depuis le début de ce siècle, jalonné par l’Afghanistan, l’Irak, l’Afrique, la Libye, l’éternel conflit israélo-palestinien et tout cela pour quelques piètres résultats ? Priorité des priorités, ne devraient-ils pas se consacrer à la préparation de la conférence sur l’avenir de la planète qui se déroulera l’an prochain à Paris ? L’enjeu est tel pour l’avenir des Terriens et de “leur” maison que la récupération de la Crimée par la Russie apparaîtra demain comme un épisode anecdotique de la géopolitique mondiale.

Francis Briquemont

(1) “La Libre” du 9 avril, “Crimée : les erreurs de l’UE”.

Source : LaLibre.be

168 réactions et commentaires

  • perceval78 // 24.08.2014 à 06h00

    Poutine Bashing, voir le reportage de salut les terriens d’hier suivi d’un interview de Alexandre Adler
    A partir de 11min15 puis 13min40 A.Adler
    =
    http://www.canalplus.fr/c-divertissement/pid3350-c-salut-les-terriens.html
    =

      +0

    Alerter
    • Gedeon // 26.08.2014 à 11h00

      Il y a quelque chose de surréaliste dans les étonnements et les indignations que je lis…mais où étaient donc tous ces étonnés quand la Yougoslavie était écrasée sous les bombes de l’OTAN,et (déjà) livrée aux assassins d’Izetbegovic et de Tudjman???Où étaient donc tous ces étonnés quand le Kosovo est devenu après force massacres un “état” mafieux??? Le réveil de nos “penseurs ” est bien tardif…l’affaire ukrainienne est le copié collé à l’envers de ce qui s’est passé en Yougoslavie…mêmes manipulations grossières(mais plus c’est gros,plus çà passe,hein?),mêmes assassinats contre le “peuple” de Maïdan commandités et exécutés par les “révolutionnaires”,même propagande débridée sur toutes les chaînes d’information…il semble toutefois que les réactions ne soient plus tout à fait les mêmes…un timide réveil des consciences ? une meilleure information? difficile à dire…mais en tous cas,on n’aura encore jamais observé en Europe un tel décalage entre le comportement aberrant des “gouvernants” et une nouvelle conscience politique en émergence…je signale aussi le comportement de plus en plus arrogant de la Teutonie…commencé en Slovénie(mais tout le monde a oublié,n’est ce pas?) Il est peut être temps de rappeler aux führers allemands,fussent ils en jupons, qu’il y a des limites à ne pas franchir…sur le fond,je ne pense absolument pas que la politique des neocons soit le fruit d’erreurs…pas du tout…le but qu’ils recherchent est bel et bien le chaos…ils l’ont écrit,dit,diffusé,sous toutes les formes possibles…dans leur stratégie,ils ne commettent aucune erreur…ils sont dans le droit fil de leur “pensée “malsaine”,au sens éthique du terme.Leur peuple est déjà complètement lobotomisé,et prêt à avaler n’importe quelle couleuvre,fût elle de la taille d’un anaconda…quand on parle des “erreurs” des Bush père et fils,des “erreurs” d’Obama,des “errements ” de l’ultralibéralisme,on se trompe fondamentalement…absolument.De leur point de vue de neocons,ils sont au contraire totalement en accord avec leurs objectifs ,et en adéquation avec les moyens utilisés…L’Ukraine en est un cas d’école…il faut comprendre,une fois pour toute,que les mots “morale ” justice” “équité” “humanité ” ne font pas sens pour les neocons,aucun sens…si on comprend çà,on comprend tout le reste…la seule chose qui fait sens pour eux sont les mots “chaos,domination,exploitation,et annihilation des volontés nationales”. Ce n’est donc pas une question de nationalité américaine ou pas… c’est une question totalement éthique et philosophique…le peuple américain paiera le prix,comme les autres…mais juste après…si je devais résumer,je dirais que les neocons sont des “monstres”,sans foi,ni loi à part celle de leur pouvoir…

        +0

      Alerter
      • jacqueline // 26.08.2014 à 12h05

        J’avoue que j’étais moins bien informée de ce qui se passait en ex Yougo, je ne m’étais jamais intéressée à l’histoire de ce pays sans intérêt. Il n’en sortait pas grand chose non plus, seuls des communistes y allaient en vacances. Et à la mort de Tito, tout est devenu très compliqué.

        Mais à l’époque ( années 90 ) il n’ y avait pas internet et ça change beaucoup de choses.

        En tous cas la diabolisation des Serbes a bien fonctionné.

          +0

        Alerter
    • lvzor // 26.08.2014 à 12h18

      Adler, qui recommande de se passer d’un allié qui pratique la torture a raison : il est temps d’exiger que Poutine ferme Guantanamo, Abou Ghraib et la dizaine d’autres où les lois de la guerre sont violées !

      Et ne nous laissons pas abuser par la propagande russe qui prétend que c’est les US qui enlèvent et torturent. Au contraire, les US ont des preuves qui accablent Poutine avec tellement d’évidence que ce n’est même pas la peine de les montrer.

        +1

      Alerter
  • Kiwixar // 24.08.2014 à 06h00

    “Et pourtant, que ces défenseurs acharnés de la souveraineté nationale se demandent combien d’Etats de l’UE feront encore partie du G7 ou G8 (voire du G20) dans dix ou quinze ans ? La réponse est simple : AUCUN, (sauf peut-être l’Allemagne).”

    C’est peut-être bien le but de l’UE et des US d’amener les pays européens à la misère (avec la globalisation et l’euro), de manière à en faire des petites régions facilement manipulables et contrôlables à grands renforts de bottes noires et de pas-de-l’oie, tout en essayant de compenser le sentiment de misère (et le ventre vide qui gargouille) par une fierté nationale démesurée et une agressivité externe, sur le modèle Zunien ou hitlérien.

    Plutôt que d’être un crève-la-faim à l’égo démesuré, ne vaut-il pas mieux faire comme la Suisse, l’Islande, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Corée du Sud et tous les pays de la planète sauf 28+1 (les US) qui sont en train de sombrer : maintenir sa souveraineté, essayer d’être en paix avec les voisins, simplifier l’administration pour que les entreprises puissent proliférer, maintenir les impôts bas et équitables, avoir une justice indépendante et juste, minimiser les dépenses militaires en fonction des agressions externes potentielles, garantir les libertés individuelles et le droit à la vie privée, diminuer le temps de travail au rythme des progrès techniques, garantir la sécurité alimentaire, etc. ?

    En clair, ne vaut-il pas mieux être citoyen d’un petit pays souverain bien géré (au hasard, la Suisse), ou d’un pays souverain de taille moyenne plein d’atouts (au hasard, la France hors UE), plutôt qu’un sujet miséreux d’un gros goubligoubla fasciste et orwellien (au hasard, les US ou l’UERSS) ?

    (note : merci pour ces excellents articles!)

      +0

    Alerter
    • ioniosis // 24.08.2014 à 08h48

      J’entends déjà les soi-disant “réalistes” (genre David Cameron et beaucoup d’autres), pour lesquels l’expression “Europe intégrée” est inadéquate si pas “un gros mot”, se révolter contre cet européisme utopique et inacceptable. Et pourtant, que ces défenseurs acharnés de la souveraineté nationale se demandent combien d’Etats de l’UE feront encore partie du G7 ou G8 (voire du G20) dans dix ou quinze ans ? La réponse est simple : AUCUN, (sauf peut-être l’Allemagne).

      En effet aucun parait probable , mais la cause primordiale en est l’union européenne

      Où la solidarité n’a jamais existé et ne peut exister , avec une orientation

      Atlantiste , et un euro qui plombe volontairement les économies des pays membres,

      Pour les asservir toujours plus au dollar .

      Et un OTAN , inutile et illégal où illégitime qui sert aux américains de fer de lance

      Armé pour leur projet de domination mondiale,

      Car l’europe à été crée par les USA après la guerre uniquement pour cela ,

      Ce qu’en bon européiste le général bricquemont , nous sert , au milieu de son’analyse

      Pertinente , la propagande pro-européiste , comme quoi être un état souverain

      Sans l’UE , c’est être un petit état replié sur soi même ,retournant au nationalisme

      Flirtant avec le fascisme.

      Il omet ainsi d’analyser que l’union européenne , est une structure repliée

      Sur elle-même , non démocratique , non voulue par certains peuples ,

      Et imposée par une oligarchie arrogante de ses prérogatives.

      Mon général bricquemont , comment appelle-t-on cela si ce n’est le fascisme

      À l’étendard bleu étoilé ?

      De plus l’UE , n’a pas d’avenir , surtout aux yeux des américains , qui la considère

      Comme une province des USA.

      Quand à la RUSSIE ,elle montre au travers de la crise ukrainienne ,

      Qu’elle est un des piliers stable à la résistance de volonté de domination du monde

      Par les anglo-saxon: elle s’appuie sur ses accords avec les BRICS , mais aussi,son alliance stratégique avec la chine, par l’organisation de coopération de shangaî,

      Et ses alliances militaires avec les anciens états soviétiques,

      En effet les occidentaux devraient faire le bilan , mais ils en sont incapables

      Parce qu’ils obéissent à la puissance outre-atlantique , qui les a colonisés,

      Cela a peut etre échappé à certains , mais le continent européen est une

      Colonie US , il suffit de voir la carte des bases de l’OTAN.

      Redevenons nous même souverain , et sortons de l’UE , de l’OTAN ,

      Et de l’EURO.

      Et nous retrouverons une diplomatie et une économie beaucoup plus riches,

      Ouvertes sur le monde.

        +0

      Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 10h26

      Je partage votre avis. Problème : les options de bon sens telles que vous les présentez sont perçues comme révolutionnaires par nos oligarques et un viol de leur droit inaliénable à exploiter les aliénés que nous sommes. Donc eux pas contents et pas d’accord et eux faire guerre à nous et à tous pour eux conserver et augmenter argent et pouvoir.
      Je compris tout ça.
      Ugh !

        +0

      Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 13h33

      Oui, chef ! Bien chef !
      Amitiés.
      🙂

        +0

      Alerter
    • boduos // 24.08.2014 à 15h07

      le très sympathique Général Briquemont fait appel au bon sens des nations.
      Je crains que les velléités (ou volontés) de dialogue des européens ne puissent changer quoique ce soit à la marche sur la Russie du bras armé des Etats Unis qu’est L’OTAN.
      5milliards de dollars ont été investis par Soros et consorts pour attiser une révolte orientée.Tout se déroule de provocation en réaction de survie des russophones ,provocations de Kiev initiée par savy practor contrôlée par la CIA et les néo conservateurs.Compter sur le bon sens (éventuel)des acteurs-figurants que sont les nations européennes, frappées d’une docilité empressée ,relève de l’utopie .
      Il suffit de rappeler le programme Brezjinski et l’engagement de BHL pour savoir que toute tentative réelle de conciliation des parties de la part de nos courageux dirigeants est interdite,Francis Bricquemont l’a déjà vérifié en Bosnie
      De surcroit,Merkel (qui dispose d’excédants de devises )et les fonds vautours d’outre atlantique (qui disposent de la planche à billets) sont dans les startingblocks pour razzier le Dombass,les mines,les tchernozioms….
      Seuls les milliards que va devoir sortir l’Europe pour combler ce puits sans fond qu’est désormais l’Ukraine sera à l’origine d’ un vrai tour de table et Poutine ,qui joue la montre ,il ne s’y trompe pas.
      Le statut quo serait la pire des solutions pour cet hiver,tant pour les russophones en révolte que pour les autres ukrainiens.
      Ou alors ,je n’ose pas l’imaginer , le massacre du Dombass, avec logistique Otanienne.
      Les bonnes consciences se tairaient? On intégrerait dans notre espace ces assassins?
      BHL serait leur président ?

        +0

      Alerter
      • Leterrible // 24.08.2014 à 16h52

        ” “Ou alors ,je n’ose pas l’imaginer , le massacre du Dombass, avec logistique Otanienne” ”

        En notre nom à tous , donc…Confirmé par Frédéric.ENCEL (http://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Encel) lors du dernier ” Cdans l’air..FR5 ” consacré à la question!!
        C’est insupportable..!

          +0

        Alerter
    • Alceste // 25.08.2014 à 16h54

      à grands renforts de bottes noires et de pas-de-l’oie, tout en essayant de compenser le sentiment de misère (et le ventre vide qui gargouille) par une fierté nationale démesurée et une agressivité externe, sur le modèle hitlérien.

      Kiwixar, Pouvez-vous préciser vos sources s’il vous plaît ?

        +0

      Alerter
  • perceval78 // 24.08.2014 à 06h08

    Thorvald Stoltenberg dit également dans un interview donné en 2012 qu’il était politiquement correct d’être anti serbe à l’époque de la guerre en bosnie
    =
    http://www.b92.net/eng/news/world.php?yyyy=2012&mm=04&dd=19&nav_id=79850
    =

      +0

    Alerter
    • Noam // 24.08.2014 à 11h17

      Et après avoir détruit la résidence de Milosevic (23/04/1999) – c’est interdit par la convention de l’ONU -, le lendemain l’OTAN fêtait son cinquantenaire dans la guerre… Ils pensaient faire la fête, mais Slobodan avait passé la nuit dans un blockhaus.

        +0

      Alerter
  • perceval78 // 24.08.2014 à 06h37

    Du russian Bashing apparemment en cours au sujet du consul lituanien qui aurait été abattu par des terroristes a Luhansk, evidemment retweeté par les va-ten-guerristes habituels SIkorski Radek en tête, Toomas Ilves president estonien en duo .

    Après enquete (reste a démontrer) il semblerait qu’il n’y ait pas de consulat a luhansk

    http://gorohov.lg.ua/activities/biography/zelenets-nikolai-anatolevich

    Linas Linkevicius ?@LinkeviciusL Aug 22
    With deep sorrow just learned about Lithuania’s honorary consul in Lugansk Mr Mykola Zelenec kidnapped &brutaly killed by terrorists there.

    Lithuania MFA ?@LithuaniaMFA 22h
    The @eu_eeas on the murder of Mykola Zelenec in Luhansk: strongly condemn the act of terror http://www.eeas.europa.eu/statements/docs/2014/140822_01_en.pdf

    Retweeted by Radoslaw Sikorski and 1 other
    PL in Lithuania ?@PLinLithuania 21h
    Shocking news about LT honorary consul in Lugansk killed by terrorists. Our deepest condolendes to relatives of Mr.Zelenec.

    Human Rights (HRI) ?@HRIMark 16h
    Lots of Russophobe propaganda around the sad death of Mykola Zelenec, Party of Regions adviser, at hands of unknown criminals.

    Followed by Anders Östlund and 4 others
    Alexander Morozenko ?@ukrainik 6h
    then consider this @HRIMark “Zelenec real name was Nikolai Zelenets, from Lugansk” There is no LT Consulate in Lugansk @Praporec

      +0

    Alerter
    • Ermolay // 24.08.2014 à 10h03

      Attention a la confusion entre “consul honoraire” et Consulat. Un consul honoraire (du pays A dans une ville V du pays B) est un habitant de V A-phile qui a ete designe par le Consulat de A dans la capitale de B pour favoriser l’influence Aienne a V. Vous me suivez?

      En particulier, il peut y avoir un consul honoraire de A a V, sans qu’il y ait de consulat de A a V.

        +0

      Alerter
      • perceval78 // 24.08.2014 à 10h36

        les lituaniens nous disent qu’il est consul HONORAIRE

        ce qui est plus génant c’est que son CV ne le laisse pas apparaitre
        et ce qui est encore plus génant c’est que son patron est poursuivi par les autorités kieviennes pour séparatisme.

        De la à penser que le susdit individu a été assassiné par des forces pro kiev est une hypothèse que je ne peux m’ empécher de formuler

        http://en.delfi.lt/lithuania/foreign-affairs/lithuanian-honorary-consul-kidnapped-and-killed-in-luhansk.d?id=65634380#dreload1408785311517
        http://gorohov.lg.ua/activities/biography/zelenets-nikolai-anatolevich
        https://news.pn/en/criminal/110898

        Né le 14 Février 1975 à faisceau rouge (région de Lougansk, Ukraine).

        Éducation:
        1991 – période de 1997 : l’Université technique d’Etat de Novotcherkassk, spécialisé en génie minier, génie électrique.

        2001 – 2004. : Université nationale ukrainienne de l’Est. Dahl, spécialité – économiste-gestionnaire
        De 2009: L’Institut d’administration publique pour Spécialiste de la protection civile gospozhtehnadzora.

        Expérience professionnelle:

        En 1993 , il a travaillé dans des sociétés par actions dans le secteur minier et de traitement du charbon, “Obukhov” dans un apprenti électricien.

        Depuis 2000 œuvres en JSC “contrôle de l’entreprise Lugansk spécialisée et d’alarme incendie de sécurité” Spetsavtomatika »(à partir de 2012 – LLC” Lugansk raccords de tuyauterie de l’usine “maréchal”) en tant que directeur de la production fonctionne PAP et OS.Depuis 2012 – Directeur de DP “Alarme”.

        Activités sociales:
        De 2012 – Consultant adjoint populaire de l’Ukraine Serhiy Gorohova (de bénévoles).

        Prix, honneurs:

        2008 – Certificat de mérite de la ministre des Urgences d’Ukraine.
        2010 – Certificat de mérite de la ministre des Urgences d’Ukraine, d’honneur Badge ME.
        2011 – Gestion Badge SBU dans la région de Lougansk “Pour le Mérite”.
        Marié. Quatre enfants.

          +0

        Alerter
  • mo // 24.08.2014 à 06h50

    pas trop d’accord sur les causes du maidan : ce n’est pas la moitié de l’Ukraine qui a décidé de renverser Ianukovitch ; mais bel et bien un coup d’état organisé par tous les mafieux d’oligarques aidés par les USA , qui sont dans les coulisses du pays depuis son indépence.Je possède des relations en Crimée , et je connais des gens à qui on a demandé d’aller grossir les rangs des manifestants , moyennant rémunération. Qui peut se permettre de quitter son travail pendant 3 mois? Personne ! Surtout pas en Ukraine , ou le travail est rare mal rémunéré (salaire d’un médecin 200 euros environ), avec une inflation xxl , sans loi pour protéger le salarié , ou on vous vire sans préavis ,sans indemnité…Oui , des manifestants ont été rémunérés…Sans aucun doute tous les gens qui étaient à maidan , étaient des gens sans activité ,sans domicile . Sans parler des milices professionnelles venus des USA et de toute l’Europe , des snbipers , dont le seul but était de renverser Ianukovitch. Bien sûr ce n’était pas un ange ; mais en Ukraine les anges n’existent pas . Porochenko n’a rien a lui envier. Le fanatisme merdiatique s’empressait de montrer la grande demeure de Ianukovitch , symbole de sa corruption !c’est mesquin.La dette du gaz est un exemple de la corruption : si vous avez le malheur de ne pas payer votre gaz , il est coupé sans préavis , et sa remise en service est payante ; et ils en abusent . Ou est passé l’argent du gaz ? Il n’est pas perdu pour tout le monde…. Toute la m…. actuelle qu’il y a en ,les ukrainiens la doivent aux USA . Il n’y a que la propagande occidentale pour dire que la moitié de l’Ukraine voulait de l’UE , car le peuple se méfie des politiques qu’ils évitent comme de la peste. Et que dire de l’ élection de Porochenko , élu avec 55% des voix dès le 1er tour ? cela aucun ukrainien n’y croit , vous pouvez me croire.

      +0

    Alerter
    • VladP // 24.08.2014 à 07h32

      Et les navires de guerre américains étaient devant Sebastopol, prêts à accoster et à prendre possession de la Ville que Ianoukovitch leur avait promis dès sa prise de pouvoir.
      C’est uniquement la colère des habitants de Sebastopol, qui prometaient de détruire le 1er navire us qui oserait accoster qui a fait que les ricains ont dû renoncer à entrer dans le port.
      Il n’est pas étonnant que la Crimée se soit immediatement détachée de l’ukraine.
      Rien que cet épisode avait été considéré comme une incroyable insulte, de la part du “pouvoir” de kiev aux habitants de la Crimée.

        +0

      Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 10h29

      Les anges n’existent nulle part 🙂 et surtout pas sur Terre.

        +0

      Alerter
    • Slavyanka // 24.08.2014 à 13h26

      Je confirme que les manifestants du Maïdan étaient rémunérés.
      J’ai de la famille à Kiev (russophone) et on m’a dit des tarifs mais j’ai oublié : c’était tant par jour si tu es présent sur le Mïdan (place d’Indépendance de Kiev) et bcp plus si tu t’attaques, blesses ou tues un “Berkout” (police antiémeute).

        +0

      Alerter
    • Igor // 24.08.2014 à 18h51

      “Sans aucun doute tous les gens qui étaient à maïdan , étaient des gens sans activité ,sans domicile”
      Faux, je fais partie de ceux et j’en connais plein dans mon entourage immédiat qui étaient sur Maïdan de leur propre gré.
      “Et que dire de l’ élection de Porochenko , élu avec 55% des voix dès le 1er tour ? cela aucun ukrainien n’y croit , vous pouvez me croire” Je suis Ukrainien et j’y crois à la différence des élections précédentes. Dommage que l’Est de l’Ukraine n’ait pas pu voter.
      Personnellement, je n’attendais de cet accord d’association avec l’UE que des lois permettant aux trois pouvoirs – législatif, exécutif et judiciaire – de fonctionner à terme de façon à réduire à néant la corruption en Ukraine.
      Pour résumer, ce sont les “Grands” qui décident pour l’Ukraine au nom de la sacro-sainte géopolitique où la sensiblerie n’a aucun droit de cité.
      J’apelle donc ces grands à se mettre à la table des négociations avec deux mots d’ordre: la paix et le bien être des peuples

        +0

      Alerter
      • chios // 24.08.2014 à 19h38

        Igor, pourriez-vous nous dire comment vous percevez ce qui se passe depuis?
        On a rarement l’occasion d’entendre ici l’avis d’un habitant de Kiev.
        Aviez-vous prévu que cela pourrait tourner en guerre?

          +0

        Alerter
        • Igor // 24.08.2014 à 20h47

          J’espérais comme en 2004 que tout se passerait pacifiquement dans ce pays corrompu.. A la Candide de Voltaire. Malheureusement, sous la présidence Youchtechenko,Timochenko a essayé de tirer son épingle du jeu, résultat: Yanoukovitch au pouvoir.
          J’ai beaucoup de peine pour mon pays d’autant plus que je suis originaire de la région du Donbass.
          J’aspire à la paix comme 99 % des Ukrainiens. Et je ne veux pas revenir à l’époque de l’URSS comme l’écrasante majorité des Ukrainiens.

            +0

          Alerter
          • Jub // 24.08.2014 à 21h42

            Quel est votre pronostic pour l’avenir ? Jusqu’où va aller Porochenko s’il ne gagne pas rapidement ? Peut-il renoncer au Donbass ?

              +0

            Alerter
            • Igor // 24.08.2014 à 22h08

              Renoncer au Donbass équivaut à renoncer à l’intégrité de l’Ukraine. A sa place je laisserais vivre cette région comme ils l’entendent sauf qu’à la différence du reste de l’Ukraine, mes compatriotes de cette région n’ont jamais décidé de quoi que ce soit. Le problème du Donbass à mon humble avis c’est qu’il est toujours resté sous le joug de Yanoukovitch et d’Akhmetov et qu’il y a beaucoup de nostalgiques de l’URSS. Je suis parti de cette région fin des années 90 et j’y ai connu l’époque des années 90, l’époque des règlements de comptes sanglants, puis la pègre de l’époque a décidé qu’il ne pouvait en être ainsi et a placé les siens au pouvoir. Poutine était tranquille, avec Yanoukovitch il avait toute l’Ukraine, maintenant la solution serait de diviser pour régner car l’ennemi numéro 1 les USA avancent. La question que je me pose aussi: pourquoi les usines d’Akhmetov sont restées intactes ainsi que la demeure de Yanoukovitch dans la zone des combats?

                +0

              Alerter
          • jacqueline // 24.08.2014 à 22h01

            Si je comprend bien, c’est le prochain problème si le Donbass acquiert son autonomie.

            Il y a encore des nostalgiques du communisme. je reconnais que ce n’est pas facile de passer d’un extrême à l’autre de l’échiquier politique et qu’on peut regretter le passé. Je me souviens de reportage en Sibérie où des gens disaient : au moins du temps des communistes on avait du chauffage.

            En France il y a un site qui est à fond là dedans, mais qui prêche un peu dans le désert, vu que les nôtres ont abandonné leurs convictions, et ne cherchent plus qu’ à être élus pour faire fonctionner la boutique encore quelques années, comme au bon vieux temps, quitte à lécher les bottes des socialistes, et la CGT a fait encore pire, au point que Georges Marchais et Jacques Duclos doivent se retourner dans leur tombe..

            La France n’est pas un modèle à suivre non plus et elle n’a pas de leçons à donner.

            Le peuple français n’a plus aucun pouvoir, on vote comme des cons pour celui qu’on juge le moins pire parce qu’on a pas le choix, tout candidat hors système n’a aucune chance. Des oligarques on en a plein aussi et encore plus à Bruxelles.

            Je souhaite le meilleur au DonBass.

              +0

            Alerter
      • tepavac // 24.08.2014 à 21h52

        bonsoir Igor !

        je pense que tout le monde içi est d’accord avec toi, sur les principes intéllectuelles qui animent les “désirs” des peuples de l’Ukraine.
        ” Espérer que des dirigeants ne soient pas corrompus, est un rêve commun à tous les peuples de Tèrre”. ” vouloir la justice aussi”, ” Vivre en sureté de même”.
        Mais de là à croire qu’entrer dans “l’union Européènne” vous permêtra de fuir votre histoire et vos responsabilités, je trouve cette démarche infantile.
        Sachant, et vous le savez, nous autres peuples ligotés par l’U.E., on refuse déjà cette communauté. les esprits refusent qu’ une oligarchie prènnent des décisions qui par leurs lois
        obligent chacun de nous à accepter et à vivre selon des règles sociales imaginés par d’autres pour leur propre intérêt, dont les bénéfices nous échappent, mais de surcroit, nos impositions vont encore s’alourdire, notre emploie va encore baisser et pour courroner le tout nous avons froler une guerre nucléaire parce que des glands d’Ukraine ont envoyé quattre missiles balistiques en direction de la Russie.
        Et tout cela parce qu’une petite partie des peuples d’Ukraine, n’aime pas les Slaves et en particulier, ceux qui préfère un système d’organsation sociale dont certains secteurs sont régulé par l’Etat national.
        Alors depuis le début vous nous bassinez avec vos térroristes Russes. pourtant nous içi on ne voit pas de russe attaquer kiev, ni d’autres villes des autres régions. on voit juste des personnes qui se font bruler vive comme à odéssa, cannardés par avion, par chars d’assaut
        et comble de l’horreur, il est utilisé contre eux des bombes au phosphores entre autres.
        bah ça on peut pas être d’accord.

        C’est à vous de régler ces difficultés qui vous appartiennent. C’est d’abord entre vous que vous devez parler, échanger et décider de votre avenir.
        La vérité c’est que vous avez peur de vos oligarques, peur de ces fous qui ont pris les armes et font régner la térreur sur tout le pays. Tout le monde peut le comprendre et en tant que semblable on partage vos sentiments. Alors battez vous pour rendre votre nation meilleure.
        bien cordialement

          +0

        Alerter
        • Igor // 24.08.2014 à 22h44

          J’ai mon camarade de classe qui vit actuellement cette horreur à Donetsk et qui un jour m’a demandé: qu’êtes-vous venus fiche sur nos terres? J’en suis resté perplexe. Pour la seule réponse je n’ai répondu que ceci: imagine un instant ce que ferait Poutine si un commando prenait d’assaut la marie de Novossibirsk en arborant le drapeau de la Sibérie pour demander l’indépendance?
          Je pense souvent au mot “fascisme” qui pèse lourd sur les mentalités slaves. Et ce mot a été sciemment glissé dans les oreilles de ceux qui veulent bien l’entendre. Ce conflit couvait et il a suffi d’une étincelle pour semer la discorde et encore pire: des destructions, des morts…
          Concernant la question linguistique en Ukraine je peux donner des exemples personnels: mon père qui est venu de l’Ukraine occidentale dans les années 50 gagner sa vie dans les mines du Donbass a dû russifier son prénom et presque oublié sa langue maternelle pour s’adapter… Plus tard à l’Université j’ai vu et entendu des étudiants des provinces profondes pour qui l’ukrainien était la langue maternelle et qui étaient gênés de s’exprimer dans un russe hésitant. Ceci pour dire qu’au lieu de respecter et de développer les langues qui sont une richesse inestimable (personnelement je parle trois langues: russe, ukrainien, français) les politiques ont agité le chiffon rouge linguistique pour avoir des voix. Je referme cette parenthèse sentimentale pour dire que cela fait longtemps que je me suis construit mon Europe à moi en Ukraine ce que je souhaite à tous mes compatriotes s’ils le souhaitent. Je vais souvent en France et je vois que la vie n’y est pas rose. A l’époque de Maïdan, j’attendais de l’Europe juste des règles du jeu plus justes pour l’Ukraine…

            +0

          Alerter
          • Leterrible // 24.08.2014 à 23h35

            Merci pour vos commentaires clairs et intéressants…
            Quelques questions sans malice :
            Avez-vous pris connaissance plus ou moins globalement du contenu et de l’orientation ( voir en généralités-titres la position de O.Berruyer…=”contre-propagande”..) de ce blog et par quels chemins nous avez-vous rejoints pour nous apporter votre éclairage…..Partagez-vous vos lectures et nos réponses avec d’autres?
            Merci. Cordialement.

              +0

            Alerter
            • Igor // 25.08.2014 à 01h13

              Bonsoir,
              Etant Ukrainien et vu le nom du blog, je m’y suis vivement intéressé. J’ai découvert Olivier à travers son interview sur l’Ukraine et sur BFMTV), je crois. Et je crois avoir déjà partagé le lien vers ce blog avec un ami ou deux. Amitiés

                +0

              Alerter
            • chios // 25.08.2014 à 08h08

              Igor, j’espère que vous viendrez encore sur le blog, ce que vous dites est si intéressant, et nous permettra de nous faire une meilleure idée de la situation là-bas.
              A bientôt, j’espère.

                +0

              Alerter
          • tepavac // 25.08.2014 à 16h57

            bonjour Igor !

            j’ai bien compris ton méssage. Je te souhaite beaucoup de force et de clairevoyance. Aussi je suis triste à l’idée que vous ne cherchiez pas à dialoguer avec le reste des concitoyens d’Ukaine.
            Comme des enfants vous ne suivez que les politiques, alors forcément, vous ne pourrez jamais savoir ce que pensent les autres peuples de votre pays.
            Se priver ainsi de cette force est un non-sens et ne fait que favoriser tous les petits malins qui trainent chez vous et sur tèrre.
            Vous ne pourrez avoir d’Ukraine unie, si entre vous vous ne vous aimez pas un tant soit peu, au moins du respect, se sera déjà bien…
            bien cordialement

              +0

            Alerter
      • languedoc 30 // 25.08.2014 à 00h34

        Ce sont en effet les “Grands” qui gouvernent votre pays et plus précisément le Pentagone et la CIA, ne dîtes pas que vous l’ignorez. Si vous voulez vraiment la paix et faire arrêter cette guerre civile lamentable qui se déroule dans le Donbass, allez manifester en masse dans les rues de Kiev et demandez l’arrêt des bombardements. Pourquoi ne l’avez-vous pas encore fait? Trouvez-vous normal que l’armée ukrainienne tire sur son peuple? Il y a déjà plus de 2000 morts, 5000 blessés et plus de 500000 réfugiés dans le donbass ce n’est pas suffisant?

          +0

        Alerter
        • jacqueline // 25.08.2014 à 04h07

          Vu comme ce sont terminées, les manifs de Kiev et d’ Odessa, je comprend que les gens ne soient pas très enthousiastes pour aller manifester. Facile à dire devant son ordi.

            +0

          Alerter
          • languedoc 30 // 25.08.2014 à 10h25

            Si c’est trop dangereux pour aller manifester, il faut arrêter de pleurnicher. Dans le donbass aussi c’est dangereux ça ne les empêche pas de se battre. Il faut savoir ce que l’on veut.

              +0

            Alerter
            • jacqueline // 25.08.2014 à 13h02

              Les conditions sont tellement différentes, entre se retrouver dans une foule et se faire mitrailler, et la guérilla dans la nature.

                +0

              Alerter
        • Igor // 25.08.2014 à 19h50

          Des preuves, mon cher Languedoc, des preuves. Je sais qu’il y a des destructions et des morts, braucoup de morts, je vois ça à travers des images et des photos, mais pour moi ce n’est pas suffisant pour accuser l’armée ukrainienne. J’ai vécu l’époque kgb et je me permets de citer Archimède en le paraphrasant: Donnez-moi une image et je soulèverai le monde avec mes commentaires. Je vous comprends depuis que je vous connais, vous tenez à votre lit douillet en trouvant des arguments, votre sport national. Pensez à la ligne Maginot, nous sommes tous en Europe de l’Atlantique à l’Oural, du moins géographiquement parlant..

            +0

          Alerter
  • Judabrutus // 24.08.2014 à 07h57

    Merkel a lâché le morceau : la reconnaissance internationale du processus Crimeen constituerait un danger pour l’intégrité territoriale de nombreux pays européens! Outre le fait que l’on voit clairement que l’affaire de Crimee a été appréciée à partir de paramètres généraux qui ne la concernaient pas : (qu’est-ce que les citoyens de Crimee ont à faire de la stabilité des frontières des pays européens ?) Il est effectivement difficile de ne pas voir que ces péripéties ukrainiennes confrontent les nations européennes à un effet miroir : les États européens ont presque tous construit leur souveraineté sur le principe de l’association : un territoire aux frontières intangibles contenant une nation dont l’unité essentielle saute aux yeux. Or , chacun sait que nous sommes là en présence d’autant de mythes historiques qu’il y a d’Etats souverains : à de rares exceptions près, les contours des nations ont été tracés de l’exterieur par les traités qui liquidaient les guerres, et de l’intérieur par des politiques continues d’assimilation et d’intégration parfois extrêmement brutales.
    Aujourd’hui, un des effets latéraux de la construction européenne est le délitement progressif de l’entité Etat-nation. Sous le vernis national, ressort l’identité régionale qui se reconnaît parfois dans le destin de la nation voisine, certaines régions ethniques se découvrent écartelées entre plusieurs frontières. C’est un fait que l’affaire ukrainienne remet fondamentalement en cause le non-dit de nas histoires nationales en montrant en pleine lumière à quel point la souveraineté nationale joue aussi bien contre la composition plurielle de la nation elle même que contre les autres nations. D’une certaine façon, le ministère de l’intérieur et celui de la défense sont étroitement solidaires dans leurs fonctions. Jamais cette évidence ne s’était à ce point imposée, partout dans le monde, qu’en ce début de XXI e siècle, où les équilibres hérités des traités militaires des deux siècles précédents arrivent en phase d’essoufflement. De ce point de vue , l’affaire ukrainnienne n’est pas seulement une lointaine réplique du séisme qu’a été l’effondrement de l’Urss, ce que tout le monde souhaiterait qu’elle fût, mais aussi le signe avant-coureur d’une série de crises que d’aucuns appelleront” identitaires” et qui concerneront presque toutes les nations du vieux monde et celles que le vieux monde a inventées lors de la colonisation aussi bien que de la décolonisation.

      +0

    Alerter
    • La Gaule // 24.08.2014 à 09h54

      1) Les autorités allemandes ne se sont pas offusquées pour autant du délitement de l’état yougoslave. A l’époque -hier en fait- ils avaient même poussé à la roue, et je les tiens personnellement pour les premiers responsables du carnage qui a suivi.
      Madame Merkel aujourd’hui fait semblant de s’offusquer du délitement de l’Ukraine d’abord parce qu’en Crimée celui-ci a tourné à l’avantage du vieux frère ennemi russe. A quoi bon faire compliqué quand les choses sont plus simples.

      2) Dire que les nations européennes ont toujours été “tracées de l’extérieur” est une vue singulièrement simpliste de l’histoire. Du traité de Westphalie -probablement l’acte de naissance du fait national moderne européen- aux traités qui ont conclu, la fin de la première guerre mondiale en passant par le congrès de Vienne, les traités ont autant entériné des résultats guerriers que de profonds bouleversements intérieurs à l’intérieur des pays concernés.
      Cette séquence historique longue de trois siècles a en fait vu l’affrontement de la dynamique nationale contre celle des empires, et s’est terminée par la victoire par ko de la première, face à l’implosion des empires qui se réclamaient de la seconde.

      3) Sur le plan intérieur, voir automatiquement toute construction nationale comme une sorte de pacification brutale du centre sur la périphérie est toute aussi réductrice.
      Ce schéma d’abord ne concerne pas la moitié centrale de l’Europe (l’ancienne frontière du limes romain), laquelle s’est construite de manière décentralisée autour de villes autonomes qui donneront plus tard de puissantes structures fédérales, cela quelle que soit la forme de l’autorité politique centrale.
      De part et d’autre de cette centralité à vocation fédérale, les nations qui se sont développées à partir d’un seul pôle économique et politique comme la France (j’aurai aussi bien pu parler de la Hongrie ou de la Pologne) n’ont pas connu pour autant d’évolution à sens unique.
      Dans le cas de la France, et n’en déplaise aux élucubrations constructivistes des régionalistes, l’intégration s’est faite autant de la périphérie vers le centre que l’inverse aux quatre moments clés de son histoire :
      – la guerre de cent ans et le ralliement (dont Jeanne d’Arc la Lorraine ne fut qu’un symbole populaire) des grands seigneurs des “marches” du royaume -et paradoxalement de l’ancien pays cathare- à l’autorité réactionnaire du roi de France, cela contre les élites intellectuelles et politiques parisiennes ouvertes aux influences étrangères anglaises et bourguignonnes.
      – Les guerres de religion et le compromis final imposé par les provinciaux réformés et catholiques modérés (là aussi fort bien symbolisé par Henri de Navarre) aux ligueurs ultras de la capitale, d’ailleurs alliés aux impériaux espagnols.
      – La révolution française qui fut d’inspiration largement fédéraliste au moins dans sa première phase (le deuxième parlement à faire sécession face à l’autorité royale après celui du Dauphiné fut bien celui de Rennes !). On a eu trop tendance à oublier que la dérive “jacobine” (terme totalement galvaudé si l’on considère que le Club des Jacobins fut une auberge espagnole idéologique) de l’état révolutionnaire fut d’abord une réponse pragmatique aux circonstances calamiteuses créées par la politique étrangère belliqueuse des fédéralistes girondins.
      – L’installation définitive de la république après la guerre franco prussienne, qui se fit par les jeux de pouvoir entre les anciens notables royalistes du pays profond et les représentants des nouvelles couches moyennes provinciales (Gambetta en fut le symbole fort) après l’écrasement de la Commune parisienne. L’historien Jacques Rougerie -l’un des plus grands spécialistes de la commune- développa bien la thèse de la sécession de Paris contre le reste du pays, dont le résultat paradoxal fut la consolidation homogène de la république sur tout le territoire.

      4) Je ne crois pas à l’affaiblissement de l’idée nationale en général si l’on considère l’ensemble du monde. Bien au contraire, je constate que la Russie est en train d’achever tardivement (et de manière originale) la mutation que tous les autres empires européens avaient opéré il y a un siècle, à savoir leur contraction en une structure nationale plus cohérente -comment qualifier autrement l’affaire de Crimée sinon comme un retour au bercail accompagnant ce repli.
      Le délitement national à l’intérieur de l’Europe est une réalité, mais toute relative si l’on considère qu’elle consacre avant tout la prééminence de la puissante nation allemande et de son hinterland, dont une nation périphérique comme la Pologne a d’ailleurs très bien su tirer parti.
      L’avenir dira si cette évolution donnera à l’Europe l’équilibre adéquat qui lui permettra d’exister face à la montée en puissance de nouvelles nations émergentes, et surtout face à la crispation hégémonique (et peut-être chaotique) de l’ancienne nation américaine.
      Personnellement, j’en doute.

        +0

      Alerter
      • Judabrutus // 24.08.2014 à 16h44

        Il n’entrait pas dans mon propos de faire une analyse fine des processus historiques qui ont accompagné la naissance de l ‘ idée nationale, divers d’ailleurs selon les régions d’Europe, je suis bien d’accord avec vous. Pour moi, il s’agissait simplement d’observer qu’enfin un chef d’Etat européen donnait une explication crédible de la réaction disproportionnée de l’Europe à la simple récupération de la Crimee par la Russie. Je ne doute pas un instant que l’une des grandes hantises de quelques uns de nos responsables politiques, notamment du côté de l’Espagne, de l’Angleterre et bien entendu de la France, pour ne parler que des cas les plus évidents, soit un phénomène de contagion qui amènerait une remise en cause de l’identité nationale telle qu’on veut la voir s’inscrire dans les cadres étatiques en vigueur, jusque dans leur dimension constitutionnelle. Autrement, insisterait-on autant sur le principe de l’intangibilite des frontières? Vous le dites vous même : la première révolution, celle de la Constituante, fut fédérative, et pour cause, l’identité provinciale avait toujours été un moyen de résister à la tentative d’unification administrative pilotée par la monarchie : c’est le roi et son personnel provincial qui parlait au nom de la France, les parlements et les elites locales faisant à peu tout ce qui etait de leur ressort pour les contrarier Oubliez-vous que le territoire du ressort du parlement D’Aix était réputé etranger, et que les parlementaires aixois étaient attachés à ce statut ?
        . En fait, il me semble que quand les peuples d’Europe de l’ouest accèdent au sentiment national, les grands contours géographiques des entités nationales ont déjà été posés par les traités que vous évoquez ( Wesphalie, Vienne) . Pour la France, ce sont les historiens du XIXe, Michelet notamment, un peu Tocqueville, qui se chargeront d’écrire les plus belles pages du roman national, insistant sur une continuité historique de l’identité française, qui n’est, à plus d’un égard qu’une belle fiction. Cela dit, j’ai trouvé votre intervention extrêmement riche et très solide .

          +0

        Alerter
        • Papagateau // 24.08.2014 à 21h59

          Si les parlements provinciaux s’opposaient si facilement au roi, c’est qu’ils avaient des droits institutionnels : où est donc le DESPOTISME royal ?

          Si les provinces extérieures étaient réputées étrangères, c’est qu’elles n’avaient pas le même droit que les autres, y compris fiscal : où est donc le CENTRALISME royal ?

          Sauf à comparer à un anarchisme pacifique et idéal, il n’y avait ni despotisme, ni centralisme.

          Comme pour l’Ukraine , affirmations sans preuve, et vite démontables, mais 1000 fois répétées, donc effet d’unanimité.

            +0

          Alerter
          • Judabrutus // 24.08.2014 à 23h38

            Non que je sois attaché à ce que j’écris, mais enfin, s’il est bien sûr que c’est à moi que vous répondez, relisez-moi! Je ne parle ni de despotisme ni surtout de centralisme royal : l’impuissance du régime, notamment au XVIIIe, par le blocage des corps constitués, l’empêchait d’aller au delà des simples intentions absolutistes.Ce n’est pas que le régime m’inspire quelque sympathie, mais je vous concède volontiers que l’accusation de despotisme appartenait à l’arsenal rhétorique des Lumières qui surent en faire bon usage. Cela dit, nous sommes très loin du fil des commentaires.

              +0

            Alerter
      • Noam // 24.08.2014 à 11h30

        Leur billet du 26 février du premier lien indique qu’il y aurait une antenne du pravisector en France…? C’est curieux, voire inquiétant. Surtout s’ils envisagent une “marche armée”.

          +0

        Alerter
        • Hellebora // 24.08.2014 à 13h07

          [GASTON BESSON , ACTIVISTE FRANCAIS AU SEIN DU BATAILLON AZOV]
          J’avais posté un commentaire sur le recrutement dans le bataillon par le Français Gaston Besson (ce n’est pas un nom inconnu pour bp d’entre vous je pense). Cet article en parle et dit qu'”il a rejoint le bataillon Azov, sous contrôle des nationalistes ukrainiens du Pravy Sektor” mais “se défend de jouer les recruteurs de volontaires étrangers pour le bataillon Azov.” Ben voyons ! Tu visites le Dombass ou quoi ? Camille Magnard de France Info l’aurait rencontré… Sauf qu’on lit aussi qu’auprès de lui, il y aurait, je cite, des “Français, issus du groupuscule d’extrême droite Unité Continentale (qui) disent défendre Vladimir Poutine et la Grande Russie contre “l’impérialisme atlantiste, incarné par les Etats-Unis, l’Europe et l’OTAN”.
          Bizarre, non des pro-Kiev et des Pro-Poutine sous un même drapeau ?
          Et notre Lolo préféré, il en dit quoi de ce Français-là ?
          http://www.franceinfo.fr/actu/europe/article/un-francais-parti-combattre-les-pro-russes-en-ukraine-temoigne-548509
          Repris par : http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/08/24/voici-ce-que-la-france-est-capable-denvoyer-le-vrai-visage-de-la-france-aujourdhui/

            +0

          Alerter
    • languedoc 30 // 24.08.2014 à 13h55

      La Crimée n’a que faire de la reconnaissance des autres nations, elle fait partie intégrante de la Russie, qui elle est reconnue par tout le monde et siège à l’ONU avec un droit de veto. Le problème de la reconnaissance se poserait si la Crimée était indépendante, ce qui n’est pas le cas.

        +0

      Alerter
    • Van // 24.08.2014 à 16h02

      “ Merkel a lâché le morceau : la reconnaissance internationale du processus Crimeen constituerait un danger pour l’intégrité territoriale de nombreux pays européens! ”

      c’est vrais que c’est beaucoup mieux d’absorber un pays tout entier a la sauce bruxelloise , toucher a l’intégrité d’un pays c’est plus dangereu que d’annulé sa souveraineté et de le transformé en colonie atlantiste , c’est plus dangereu d’envoyer un convoi humanitaire que de bombarder des civils .

      ( ps : olivier tu veux du lourd check this out https://www.youtube.com/watch?v=cikvqdMRTTA )

        +0

      Alerter
  • VladP // 24.08.2014 à 08h07

    En fait, ça a été comme si le gouverneur de l’Etat de Virginie avait, moyenant un confortable pot-de-vin, alloué la base navale de Norfolk à la Chine ou à la Russie, disant que la les 60 000 soldats us n’avaient qu’à dégager de là, avec la 2ème flotte, les sous-marins d’attaque, les bases aeriennes et tout le bazar, et laisser gentiment la place aux chinois ou aux russes.
    C’est tout juste si le gouverneur de Sebastopol ne s’est pas fait lyncher sur place!
    Comment les “stratèges” de l’ue et des usa ont-ils pu penser un seul instant que ça allait se passer comme ça?

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 24.08.2014 à 08h17

      “Comment les “stratèges” de l’ue et des usa ont-ils pu penser un seul instant que ça allait se passer comme ça?

      C’est le problème du renseignement technique (écoutes, interceptions) par rapport au renseignement humain (techint x humint). Avec leurs joujoux de la NSA et leurs milliers de teraflops de puissance de calcul, ils croient tout savoir et en sont à glorifier leurs outils.

      Ou : “tout savoir (teraflop) mais ne rien comprendre… et échouer (megaflop)”.

        +0

      Alerter
    • GLEB // 24.08.2014 à 21h33

      Je suis surpris par la réaction de Madame Merkel. Quand la RDA a été rattachée à la RFA, personne n’a été surpris .. l’intégration dans le grande “démocratie” peut-être ?
      Imaginons que la fusion RDA-RFA ne se soit pas faite … Exit Madame Merkel !!

        +0

      Alerter
  • christophe foulon // 24.08.2014 à 08h13

    C’est rassurant qu’un militaire fusse t il en retraite dénonce la propagande de guerre… mais c’est surtout effrayant de constater l’écrasante majorité d’abrutis non militaire qui font tout pour qu’elle arrive !
    Je propose la création d’un escadron précurseur, formé des plouclitiques et journaleux surmotivés. Leur envie leur motivation compensera aisement leur manque d’entrainement

      +0

    Alerter
  • tchoo // 24.08.2014 à 09h00

    Pourquoi cet homme là, visiblement un expert eu égard à son passé, au moins autant que ceux que l’on voit à la téloche n’est pas invité à s’exprimer, par exemple face à l’éminente directrice de la fondation schuman?

      +0

    Alerter
  • jidégé // 24.08.2014 à 09h42

    Je viens de relire son coup de gueule de 1994. En voici un extrait “Lorsque j’entends Bernard-Henri Lévy prétendre que quelques avions suffiraient à régler la situation, je deviens fou! C’est grave quand un intellectuel se prend pour un expert militaire. C’est encore plus grave lorsqu’il parade dans la ville assiégée, qu’il cite le général de Gaulle à tout va et que les habitants de Sarajevo le prennent pour le Messie.”
    En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/informations/bosnie-le-j-accuse-d-un-general-humilie_597082.html#isUOu72D8dLf9dER.99

      +0

    Alerter
    • perceval78 // 24.08.2014 à 09h57

      eternel BHL, c’est le meilleur, le reentendre est un plaisir, il avait déja honte pour l’europe en 1994
      =
      https://www.youtube.com/watch?v=rvF1QZMFwGg
      =
      en vertu de la loi 8727 alinea 34, le fait de parler de BHL m’oblige a mettre le lien vers la video de desproges, repose en paix Pierre, toi qui su, si tôt,si bien, démasquer le BOUFFON
      =
      https://www.youtube.com/watch?v=-d7I5xNIYsA
      =

        +0

      Alerter
      • Nihil // 24.08.2014 à 13h48

        Je vous remercie de cesser d’infecter mon écran avec béchamel. Faut vous l’dire comment ? ??? Avec une paire de tartes ?
        🙂

          +0

        Alerter
      • Bruno L // 24.08.2014 à 14h27

        Je pense comme Nihil. Quiconque cite Béchamel devrait verser 10 euros à l’association Diacrisis. 😉

          +0

        Alerter
        • Nihil // 24.08.2014 à 16h41

          Et quiconque met une majuscule à béchamel double la mise.
          Un peu sévère…? Bon, ca passe cette fois-ci.
          🙂
          Ravi de vous retrouver, mon cher Bruno, on va pouvoir ne pas être d’accord !

            +0

          Alerter
          • Bruno L // 24.08.2014 à 17h43

            @ nihil, c’est bien vrai, je dois “moralement” 20 euros (ou francs nouveaux 😉 )

              +0

            Alerter
  • Michel Roissy // 24.08.2014 à 10h11

    BERLIN, 23 août – RIA Novosti/La Voix de la Russie Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel s’est prononcé pour la fédéralisation de l’Ukraine dans une interview à l’édition Welt am Sonntag à paraître dimanche.

    “On peut préserver l’intégrité territoriale de l’Ukraine uniquement si on fait une proposition aux régions à majorité russophone. Le concept raisonnable de fédéralisation me paraît la seule solution possible”, a indiqué M.Gabriel.

    Selon lui, il faut d’abord parvenir à une entente sur un cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine. L’Allemagne doit œuvrer “pour éviter une guerre entre l’Ukraine et la Russie”, a ajouté M.Gabriel.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_08_23/Le-vice-chancelier-allemand-preconise-la-federalisation-de-lUkraine-9654/

    Tiens tiens, après l’annexion de la Crimée, l’échec de l’armée ukrainienne en Novorossia et le gros caca avec la Russie, n’est on pas en train de rétro-pédaler à Berlin ?

      +0

    Alerter
    • Nerouiev // 24.08.2014 à 10h27

      C’était la toute première proposition Russe de Lavrov, qui savait de quoi il parlait. Mais après l’avoir refusée, qui va se ridiculiser à la remettre au goût de jour ? Ce diable de Poutine ne peut pas être revalorisé. A mon avis, si on revient vers cette solution, on va créer un événement qui redonnera la main aux US et Poutine fera semblant d’apprécier l’innovation.

        +0

      Alerter
    • LutterPourLaPaix // 24.08.2014 à 12h42

      Sauf que pour la fédéralisation c’est trop tard ! Il fallait le faire il y a 3 mois. En politique il faut savoir saisir le bon moment, lorsque les armes ont parlé il est nécessaire de passer à l’étape suivante. Aujourd’hui seule l’indépendance est envisageable quand des hommes se sont battus et sont morts pour cela.

      Les Allemands le savent très bien c’est pourquoi tout ce qu’ils peuvent dire est bidon.

        +0

      Alerter
      • languedoc 30 // 24.08.2014 à 14h20

        Tout a fait d’accord. La fédéralisation proposée par les russes il y a 3 mois a été rejetée par Porochenko et sa clique. C’est un peu tard pour y revenir après 2000 morts, 5000 blessés, 500000 réfugiés, un pays dévasté. C’est aux insurgés, à ceux qui combattent et risquent leur vie, de décider de ce qu’il adviendra de leur région. L’unité de l’Ukraine, il fallait y penser avant d’envoyer l’armée pour tout écraser et monter les 2 communautés l’une contre l’autre.

          +0

        Alerter
      • Nerouiev // 24.08.2014 à 15h50

        A y réfléchir de plus près vous avez peut-être raison, mais ce ne serait pas terminé car la Crimée a fait deux petits et ça risque de continuer avec par exemple Odessa ou autres. Je me demandais si Poutine n’espérait pas plutôt une relation pacifique et commerciale avec l’Ukraine toute entière, ce qui écarterait le risque de l’OTAN côté ouest.

          +0

        Alerter
        • LutterPourLaPaix // 24.08.2014 à 16h20

          Vous voudriez-vous vivre dans un pays fédéralisé avec un régime nazi quand celui-ci détruit toutes les infrastructures de votre région et massacre vos proches, votre famille, votre population depuis des mois? Je pense que la moindre des choses est de demander leur avis aux principaux concernés, ce que personne n’a fait jusqu’à présent. Liberté, égalité, fraternité ?

            +0

          Alerter
          • Nerouiev // 24.08.2014 à 17h36

            Bien sûr que non. J’essaye tout bêtement de comprendre à un niveau qui implique les américains. Pour ce qui est des nazis, ils se calmeront tout seul car ils n’existent qu’en temps de crise, ce ne sont que des roquets méchants mais certainement très peureux.

              +0

            Alerter
          • Serge Palestine // 24.08.2014 à 23h06

            La preuve,même la Transcarpatie souhaite la sécession du fait de l’intransigeance du régime Ubuesque de Kiev,carapaçonné de ses hordes nazies!

              +0

            Alerter
  • Nerouiev // 24.08.2014 à 10h15

    C’est très intéressant de lire une pointure qui en a vu d’autres, et qui décrit un événement et des “élites” incultes et impuissantes en Europe … et pas un pour rattraper l’autre. Cependant, il me semblait que le Maïdan était artificiellement construit par les US depuis de nombreuses années à coup de milliards de dollars, ce qui implique un projet. Comme toujours les US commencent par mettre en place leurs pions, ce qu’ils ont réussi, mais ensuite plus rien n’est piloté et on en oublie leur projet qui ne fait aucun doute quant à affronter indirectement la Russie. Mais pourquoi ?
    Tous les événements imprévus (Crimée/MH17) ou peut-être provoqués (MH17) ramènent systématiquement à la diabolisation de Poutine et de la Russie, toujours et toujours, il y a quand même un intention à long terme, surtout quand on voit que toutes les tentatives de négociation font chou blanc. Vu l’état de son économie, l’Europe ne tient pas plus que ça ni à une guerre ni à un commerce sauveur et flambant neuf avec l’Ukraine, elle souhaite l’équilibre et la paix. Cette paix n’est pas un exercice difficile surtout quand on voit qu’à peine une faible majorité (55%) de la totalité de l’Ukraine était pour le Maïdan (mais 100% des dirigeants concernés européens).
    Si on ne trouve pas le chemin de la paix c’est bien qu’on ne la souhaite pas, c’est bien qu(il y a un projet profond US.

      +0

    Alerter
  • Wilmotte Karim // 24.08.2014 à 10h40

    Selon ce site, l’armée Ukrainienne vient de subir un désastre militaire, Novorossia passe à la contre-attaque et lamine les armées Kievannes : http://militarymaps.info/

    Il faudra voir dans les heures/jours/semaines qui viennent si cette source est correcte et fiable.

    Mais si c’est le cas, la junte à un problème (et on va se demander ce qu’il restera à négocier).

      +0

    Alerter
    • Michel Roissy // 24.08.2014 à 11h53

      Par La Voix de la Russie | L’armée de la République auto-proclamée populaire de Donetsk (RPD) a encerclé deux groupes des forces de l’ordre subordonnées à Kiev, a rapporté l’état-major de l’armée de la RPD.
      Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_08_24/La-milice-populaire-a-encercle-deux-groupes-des-forces-de-l-ordre-subordonnees-a-Kiev-8349/

      Cela commencerait à être confirmé…

        +0

      Alerter
      • Pavlo // 24.08.2014 à 13h38

        Ah, mais ça c’est encore autre chose.

        Cela fait déjà un certain temps qu’on le voit: l’armée ukrainienne, avec des moyens blindés et mobiles importants, fait des percées sur le front.
        L’armée novorusse ne peut l’empêcher et se retire, pour aussitor les encercler par l’arrière.
        Se forme alors ce qu’ils appellent un “chaudon” qu’ils cuisent à petit feu. A la fin soit les ukrainiens reussisent une sortie avec des nombreuses pertes (souvent pour reformer un nouveau chaudron un peu plus loin), soit se rendent.
        Ces cuadrons sont la source principale d’approvisionnement des republiques populaires en camions, tanks, blindés de transports, lance roquettes multiples et artillerie.

        Ce 24 août est la fête nationale ukrainienne; Poroshenko aviat promis une parade militaire à Donetsk.
        Les autorités de Donetsk le font à sa place en exposant plusieurs vehicules militaires ukrainiens (detruits ou capturés).

        Par contre, la nouveauté c’est l’avancée au sud, vers Marioupol…

          +0

        Alerter
        • Wilmotte Karim // 24.08.2014 à 15h36

          La différence semble aussi être les avancées notables dans la région de Lugansk et la multiplication des chaudrons. Entre la période du premier “chaudron sud” et la situation actuelle, il me semble y avoir un saut quantitatif certain.

            +0

          Alerter
          • tepavac // 24.08.2014 à 23h25

            c’est juste les s.a. qui avaient prétendu monter sur kiev.ils vont peut-etre etre réexpédiés dans les pates à poro…..

              +0

            Alerter
    • Kiwixar // 24.08.2014 à 12h32

      Oui, selon RT, des milliers d’Ukies (5000?) avec plein de matos (50 tanks, 200 véhicules blindés, etc), encerclés :
      http://www.rt.com/news/182404-donetsk-forces-trap-hardware/

      Les Ukrainiens de l’ouest subissent des pertes terribles, mais ça n’a rien de réjouissant… les responsables sont ailleurs…

        +0

      Alerter
      • Hellebora // 24.08.2014 à 13h19

        d’autant qu’il y a certainement dans leurs rangs des braves types, en particulier des jeunes gens, qui n’avaient doute aucune envie d’aller casser du séparatiste dans l’est. mais tous vont payer pour le côté criminel du gouvernement Poroschenko….

          +0

        Alerter
      • Wilmotte Karim // 24.08.2014 à 13h25

        1- Les Ukrainiens ONT une responsabilité (comme nous d’ailleurs).
        2- A quel point les Allemands étaient-ils responsables des actes des nazis?
        Toujours est-il que je suis très heureux qu’ils aient perdu et que je ne pleure pas beaucoup leurs morts.

        Il s’agit d’une guerre.
        Et la défaite de Novorossia n’est pas une option acceptable à mes yeux.

          +0

        Alerter
    • jacqueline // 24.08.2014 à 12h48

      C ‘est sur le site de l’ agence TASS :

      http://en.itar-tass.com/world/746415

      Ce succès serait du à un changement de tactique ( petits groupes ) mais aussi à des militaires ukrainiens qui ont rejoint le camp de la résistance.

        +0

      Alerter
      • Bruno L // 24.08.2014 à 14h51

        Attention, cela semble se compliquer. L’aérodrome de Rostov sur le Don vient d’être évacué d’urgence, toujours d’après l’agence Tass.

          +0

        Alerter
        • jacqueline // 24.08.2014 à 16h04

          C ‘était une fausse alerte à la bombe.

          http://en.itar-tass.com/russia/746436

            +0

          Alerter
        • sadsam // 24.08.2014 à 20h18

          @ Cher BL,

          Avez-vous pris un pseudo ? Ou êtes vous la personne que nous connaissons sous ce nom ?

            +0

          Alerter
          • sadsam // 24.08.2014 à 21h39

            @Cher BL
            Merci pour votre réponse.

            Je respecte les personnes qui s’engagent avec sincérité en politique et qui mettent leurs mains dans le cambouis. Je sais que ce n’est pas un travail plus facile par les temps actuels que journaliste, fonctionnaire, diplomate ou cadre d’entreprise, pour ne pas parler de ceux qui travaillent dans des banques.

              +0

            Alerter
      • boduos // 24.08.2014 à 21h09

        Les va-t-en guerre,les boutefeux ,les agresseurs seront éconduits dans cette affaire.
        Il s’agit d’une minorité importante d’un pays(1/3 du pays non compris les liens familiaux) qui défend son identité,sa culture,ses choix de vie et qui ne veut pas se soumettre pieds et poings liés à svoboda et aux nazis .
        Leur combat est semblable à tous les combats de libération et de décolonisation dont on connait l’issue pour nos colonies,le Vietnam,l’Afghanistan,…les rebelles n’étaient pas majoritaires mais avaient la foi du charbonnier face à des appelés peu convaincu de la justesse de leur mission.
        C’est exactement le cas en Ukraine ou l’armée dite régulière voit les exactions des fanatiques .Cela constitue sa plus grosse défaite psychologique .
        La spirale des menaces de la junte au pouvoir contre son “propre camp” ne va pas tarder….
        Il n’y a pas d’issue pour ces soi-disant dirigeants cyniques,vénaux et indifférents au sort de “leur” peuple.Nous ne sommes pas en Birmanie! et même là-bas la junte cède.
        Je suis curieux de voir le virage à 180° de nos politiques lorsque l’échec sera patent.

          +0

        Alerter
    • Pavlo // 24.08.2014 à 13h29

      Les données de ce site sont assez fiables; les cartes de compte rendu militaire dont la justesse est verifiée par des données concrètes sont jusqu’à présent en concordance avec les donénes en “temps-réel” du site.
      Ceci dit, c’est la guerre, et donc tout n’est pas dit (secret militaire), et une part de desinformation (maskirovka) est sans doute aussi présente.

      Ceci dit, l’armée populaire novorusse, n’a pas la capacité pour lancer une grande offensive.
      C’est en fait la seule chose qui sauve l’armée de Kiev; car celle-ci a de fait perdu l’initiative stratégique; l’état major kieven fait d’ailleurs serieusement des plans de defense.

      Les novorusses ont effectué plusieures avancées tactiques, tant au nord de Lougansk qu’au sud le long de la frontière russe. Là ils ont fait une percée jusqu’à la mer d’Azov; mais c’est “simplement” qu’après la prise de Anvorseevka et Uspenka ils se sont retrouvés face à un “vide opérationnel”: pas de troupes ukrainiennes en face.
      Alors ils ont poussé un peu plus loin pour explorer le long de la frontière, et puis un peu plus loin encore, et sont arrivés sur les rives de la mer d’Azov, et quelques escarmouches sur Novoazovsk.

      Le lien que tu cites montre une avancée encore plus grande que celle que j’ai vue hier; il est possible que la direction militaire de Novorussie aie decide finalement de profiter de l’aubaine.

      D’après la carte, une garnison ukrainienne est assiègée à Sedovo (sur la mer, et frontière avec la Russie) par l’armée de la DNR, et à au nord de Novoazovsk. 4 localités plus à l’ouest seraint aux mains de groupes conjoints de soldats de la DNR et de partisans locaux, avec Marioupol à un jet de pierre.
      Il faut savoir que Marioupol est sa region, qui font partie de l’oblast de Donetsk, sont sociologiquement comme Donetsk, et ne sont sous contrôle de Kiev que par la force militaire et la terreur. L’arrive de l’armée populaire va declencher à mon avis des soulevements et de nombreux locaux rejoindront ses rangs.

      Un tournant important en effet.

      Je ne sais pas si les novorusses resteront sur cette protrusion; sans prendre Marioupol et la liason Donetsk-Marioupol, avoir un long corridor de 40km de long et quelques km de large le long de la frontière serait dangereux (ce fut l’erreur que l’armée ukrainienne commit il y a quelque temps).

      D’un autre côté, l’aspect psychologique n’est sans doute pas à négligier (les explosions à Novoazovsk ont semble-t-il été vues depuis Marioupol), et cela montre que l’armée ukrainienne ne contrôle absolument pas ses arrières. Pour peu que la Novorrussie arrive à degager une force offensive ça pourrait changer la donne.

      Au nord de Lougansk l’armée populaire a aussi reprise du terrain; au sud la sortie des ukrainiens qui tiennent l’aéroport commence à être rabotée (repoussés au moins de la route reliant Lougansk à la frontière comme l’a demontré l’arrivée, filmée pendant son trajet, du convoi humanitaire russe)

        +0

      Alerter
      • Nihil // 24.08.2014 à 16h48

        Merci de ces infos. N’ayant aucune compétence en stratégie je me garde bien de commenter.
        “…cela montre que l’armée ukrainienne ne contrôle absolument pas ses arrières. Pour peu que la Novorrussie arrive à dégager une force offensive ça pourrait changer la donne.”
        Ce que vous écrivez recoupe d’autres billets ailleurs qui indiquent que la résistance fédéraliste semble maintenant organisée en véritables armées, de petite taille mais organisées et unifiées sous commandement centra (à Krasnodon, si je ne me trompe pas).

          +0

        Alerter
      • Serge Palestine // 24.08.2014 à 23h21

        Confirmation de ces nettes évolutions en faveur de Novorussia par Jacques Sapir cité sur le site de Danielle Bleitrach “histoireetsociete”,dont une percée carrément en directon de la Mer d’Azov entre Mariupol et Novoazovsk….
        http://histoireetsociete.wordpress.com/2014/08/24/guerre-civile-en-ukraine-par-jacques-sapir/

          +0

        Alerter
    • Wilmotte Karim // 25.08.2014 à 08h55

      Le développement de l’attaque à partir des positions acquises dans le sud (zone maritime) semble s’être enlisée et certaines unités pourraient être en situation précaire.

      Dans le nord de Donetsk, une attaque entre les lignes de Novorossia semble avoir bien progressé et menace d’encerclement une offensive au nord de ces positions (ceci étant, l’offensive ukrainienne est elle-même risquée). (de la même manière, les offensives dans le nord de Lugansk semble avoir mis à mal le dispositif ukrainien et pourraient à terme menacer d’encerclement les unités du nord est de l’armée ukrainienne).

      Le chaudron sud 3.0 (constitué dans les 2-3 derniers jours) a été en partie entamé.

      Est-ce une pause dans les offensives en vue de sécuriser les lignes et éliminer les chaudrons?

        +0

      Alerter
  • NeverMore // 24.08.2014 à 11h04

    Le général a compris beaucoup de choses, mais pas tout.

    “L’UE peut-elle encore à l’avenir être autre chose qu’un rassemblement de petits pays gouvernés par des dirigeants médiocres et peuplés de citoyens repliés sur eux-mêmes ?”

    La réponse est évidemment NON. (et “les citoyens repliées sur eux mêmes” ,c’est insultant).

    Le génaral défend encore le principe d’union, qui a conduit à L’UE, et qui a détruit de grandes nations, peuplées ce citoyens confiants en eux-mêmes.

      +0

    Alerter
  • DENIS GRIESMAR // 24.08.2014 à 11h06

    Heureusement que les commentaires viennent corriger l’européisme béat de ce général … belge, c’est-à-dire d’un pays aussi artificiel que l’Ukraine – qui est notre Ukraine, en fait – et qui ne doit d’exister encore qu’à la bêtise de Louis XV après Fontenoy, et à la volonté obstinée de l’Angleterre de créer des problèmes à la France … tandis que les nuages, à l’horizon, venaient de Prusse … Cela ne rappelle-t-il pas quelque chose ? …

      +0

    Alerter
    • Citoyen // 24.08.2014 à 12h08

      En effet. Mais puis-je vous signaler qu’en Belgique, sous-colonie USA, – siège de l’OTAN….+UE – il ne fait pas bon du tout être Gaullien…(sanctions immédiates à l’appui, il est obligatoire de croire la propagande y compris celle sur la libération de la Belgique en 44-45, la plupart des figures exposées comme “héros” sont évidemment fausses mais obligatoires)

      La propagande belge fonctionne depuis 100ans, et le même processus qu’en Ukraine y est appliqué. Ce qui n’est que logique. Et les belges plus simpsoniens encore qu’un red neck made in usa sont bien – très bien – manipulés depuis des décennies, en âmes simples, ils gobent et sont traités comme des enfants qui se raccrochent à des simplismes faciles.

      On y fomente le régionalisme, l’atomisation, l’illettrisme parfait et total, à tel point qu’il est impossible de converser normalement avec un belge (ignorant de dialectique, ignorant tout sur tout et mieux encore, ne s’y intéressant p a s du tout) qui ne fonctionne que et exclusivement que par para-logique et non logique.

      A présent, oh surprise, un nouveau gouvernement belge doit se former après élections. Oh surprise on y négocie l’entrée d ‘un parti qui est refuge d’extrême-droite (mais bien entendu ne s’appelle pas comme ça, voyons) dont certains membres honorent des waffen ss…

      Comme c’est curieux, non?

      Au suivant!

        +0

      Alerter
      • chios // 24.08.2014 à 12h50

        Un petit extrait du climat en Belgique, “in illo tempore”:
        http://www.youtube.com/watch?v=wC5p2wh9dC8

          +0

        Alerter
        • Pavlo // 24.08.2014 à 13h46

          Petite différence cependant, les Flamands ne veulent pas l’annexion de la Wallonie dans une “grande Flandre” et imposer le néerlandais aux Wallons; tandis que les Galiciens, eux, veulent annexer le Donbass et la Crimée à leur idée de la grande Ukraine et leur imposer la langue ukrainienne uniquement…

          En Belgique donc, la fédéralisation ou même une partition paisible, sont parfaitement envisageables (de fait, la Belgique est desormas fédérale); les frictions ne concernent plus que les aspects non encore fédéralisés, ainsi que des petites disputes de frontière; bref, des choses qu’on peut négocier.
          On est très loin de l’absolutisme fanatique neo-ukrainien.

            +0

          Alerter
          • Wilmotte Karim // 24.08.2014 à 15h20

            Les nationalistes flamands revendiquent Bruxelles (enclavée en Flandre et tres majoritairement francophone, via des communes “flamande” à majorité… francophone).

            Ce n’est pas le plus probable, mais ça peut dégénérer.

              +0

            Alerter
      • Wilmotte Karim // 24.08.2014 à 13h22

        “il ne fait pas bon du tout être Gaullien…(sanctions immédiates à l’appui”
        ????

        Source?

          +0

        Alerter
  • Alae // 24.08.2014 à 11h12

    Un propos plus équilibré que la moyenne, mais qui souscrit quand même un peu trop au narrative officiel pour être crédible. Ignorance de sa part ? Peur de se faire marginaliser par des propos trop sincères ?
    Outre la “révolte du Maidan” qui serait due à une volonté pro-UE (et non, comme certains l’ont suggéré, preuves à l’appui, à un coup d’état orchestré par les USA), on relève des erreurs étonnantes pour un expert. Par exemple, les “peurs de prolifération nucléaire liées en particulier à l’Iran”. Chacun sait aujourd’hui que l’Iran n’a jamais tenté de développer la bombe, que les services de renseignement US le savaient pertinemment, et que les sanctions américaines étaient donc incompréhensibles.
    Autre erreur (un détail, mais révélateur), je cite “Pour ne plus trop dépendre du gaz soviétique, vous, les Européens, pourrez bientôt acheter du gaz de schiste américain”.
    “Soviétique” ?
    Ce monsieur sait-il que l’Union Soviétique et son régime n’existent plus deuis 91 ?
    D’accord, ça peut être un simple lapsus, un trou de mémoire passager, mais pour un expert, c’est limite…

      +0

    Alerter
    • Barmassa // 24.08.2014 à 12h35

      C’est un lapsus calami ou memoriae, car à 80 ans, ce monsieur a passé les plus nombreuses années de sa vie face à l’union soviétique et non pas face à la Russie ! Je trouve votre reproche un peu limite ! Pardonnons cette faute au monsieur d’un certain âge !

        +0

      Alerter
    • chios // 24.08.2014 à 12h42

      Ce qui est intéressant, c’est qu’un “pro”, qui reste strictement dans les présupposés admis dans l’establishment mainstream, en arrive à ces conclusions.

        +0

      Alerter
  • Noam // 24.08.2014 à 11h49

    Soviétique :: associe dans l’inconscient les goulag, les communistes, l’armée rouge, Cuba… Là, c’est comme mettre une petite cuillère de mazout dans une marmite de soupe. Elle sera immangeable.

    Je partage votre analyse.

      +0

    Alerter
  • lyonnais // 24.08.2014 à 12h32

    Ceci n’est pas à proprement parlé un commentaire, mais une simple citation de Rosa Luxemburg, à lire jusqu’au bout :

    “Friedrich Engels a dit un jour : « La société bourgeoise est placée devant un dilemme : ou bien passage au socialisme ou rechute dans la barbarie. » Mais que signifie donc une « rechute dans la barbarie » au degré de civilisation que nous connaissons en Europe aujourd’hui ? Jusqu’ici nous avons lu ces paroles sans y réfléchir et nous les avons répétées sans en pressentir la terrible gravité. Jetons un coup d’oeil autour de nous en ce moment même, et nous comprendrons ce que signifie une rechute de la société bourgeoise dans la barbarie. Le triomphe de l’impérialisme aboutit à l’anéantissement de la civilisation – sporadiquement pendant la durée d’une guerre moderne et définitivement si la période des guerres mondiales qui débute maintenant devait se poursuivre sans entraves jusque dans ses dernières conséquences. C’est exactement ce que Friedrich Engels avait prédit, une génération avant nous, voici quarante ans. Nous sommes placés aujourd’hui devant ce choix : ou bien triomphe de l’impérialisme et décadence de toute civilisation, avec pour conséquences, comme dans la Rome antique, le dépeuplement, la désolation, la dégénérescence, un grand cimetière ; ou bien victoire du socialisme, c’est-à-dire de la lutte consciente du prolétariat international contre l’impérialisme et contre sa méthode d’action : la guerre. C’est là un dilemme de l’histoire du monde, un ou bien – ou bien encore indécis dont les plateaux balancent devant la décision du prolétariat conscient. Le prolétariat doit jeter résolument dans la balance le glaive de son combat révolutionnaire : l’avenir de la civilisation et de l’humanité en dépendent. Au cours de cette guerre, l’impérialisme a remporté la victoire. En faisant peser de tout son poids le glaive sanglant de l’assassinat des peuples, il a fait pencher la balance du côté de l’abime, de la désolation et de la honte. Tout ce fardeau de honte et de désolation ne sera contrebalancé que si, au milieu de la guerre, nous savons retirer de la guerre la leçon qu’elle contient, si le prolétariat parvient à se ressaisir et s’il cesse de jouer le rôle d’un esclave manipulé par les classes dirigeantes pour devenir le maître de son propre destin.”

    Citation trouvée ici : https://www.marxists.org/francais/luxembur/junius/rljaf.html

    http://www.marxists.org/francais/luxembur/livres.htm

    http://www.marxists.org/francais/index.htm

      +0

    Alerter
    • Kiwixar // 24.08.2014 à 12h59

      Le prolétariat a été détruit par :
      – l’importation d’un lumpenproletariat
      – le soma (télé abrutissante, etc.)

      Les 1% sont unis, les 99% sont divisés.

        +0

      Alerter
  • Ignotus // 24.08.2014 à 12h35

    Interessant de lire ce general Francis Briquemont.
    Mais je le trouve vraiment naif.
    La pluspart des lecteurs ici on compris que l’UE n’est que le vassal des USA et que les USA cherchent la confrontation avec la Russie par l’intermediaire de l’OTAN afin d’une part de casser toute tentative de rapprochement/alliance avec l’UE et d’autre part de demembrer/casser la Russie.
    Il devrait un peu plus lire les-crises pour comprendre cela.

    De plus il n’a pas compris le role que fait jouer les USA a l’UE et surtout a l’OTAN, un comble pour un militaire.
    Donc interessant de lire Francis Briquemont et esperer que les generaux encore en actif sont plus informes sur la situation.

      +0

    Alerter
  • mo // 24.08.2014 à 12h50

    ils y a de multiples régions qui souhaitent leur indépendance ,comme l’Ecosse , le Pays de Galle , les wallons et les flamands ; et comme de nombreuses nations se sont défaits de leurs tuteurs colons ,dans le continent africain ; et plus près tous les pays de l’union soviétique.Et là il y a un paradoxe : alors qu’ils viennent de briser une union , ils s’engouffre dans une autre : l’UE , union créée par des technocrates ,qui n’ont que faire des peuples qui n’en veulent point et s’empressent de l’agrandir le plus possible pour des raisons géopolitiques et une stratégie militaire alignée sur des impératifs expansionniste des USA ; alors qu’un leader naturel de l’Europe serait la RUSSIE , on veut l’isoler car on craint de perdre cette hégémonie en Europe.

      +0

    Alerter
    • Barmassa // 24.08.2014 à 13h27

      D’accord avec vous mo, donc la seule chose à faire est de quitter l’ue et l’otan…..L’union européenne est un peu sur le modèle de l’union soviétique, avec commission européenne et parlement européen en place de politburo et de soviet suprême.

        +0

      Alerter
  • Ray // 24.08.2014 à 12h58

    [Situation sur le terrain]
    Une question à ceux qui s’y connaissent en armement militaire.
    Quelqu’un aurait une idée sur ce que c’est que ces combattants du Donbass ont trouvé (à partir de 3’20”), manifestement pas de fabrication russe (comme c’est le cas habituellement de l’équipement ukrainien) ?
    https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=uXDSS0FvotE

      +0

    Alerter
    • jacqueline // 24.08.2014 à 13h39

      C ‘est bien une ROCKET russe : il y a gravé dessus 9M55K ( voir le tableau dans la page wikipédia )

      composée de 72 sous-munitions de 1.75 kg chacune.

      Chaque sous munition expédie 96 fragments (4.5 g each)

      http://en.wikipedia.org/wiki/BM-30_Smerch

        +0

      Alerter
    • Barmassa // 24.08.2014 à 13h55

      Avez-vous compris ce qu’ils disaient dans ce reportage ?

        +0

      Alerter
      • jacqueline // 24.08.2014 à 13h59

        Rien du tout ! 🙂

        J’aurais bien aimé 🙁

        Je me suis contentée de chercher un élément d’identification comme 9M55K qui correspond à qq chose ( type de tête ).

          +0

        Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 14h04

      Vous avez un peu plus de détails sur le blog de Bertrand (dans les commentaires, avec un lien vers la source)

      http://gaideclin.blogspot.fr/2014/08/ukrainenovorossia-sitrep-des-combats-du.html

        +0

      Alerter
    • dessineux // 24.08.2014 à 14h08

      Je suis loin d’être spécialiste mais ça pourrait être ce qui reste d’ogives à sous-munitions de missiles Uragan après détonation. Il va sans dire qu’il me semble qu’il existe des législations qui encadrent l’utilisation des cluster bombs en zone civile genre interdiction totale…

        +0

      Alerter
    • Ray // 24.08.2014 à 14h18

      Impec, merci à tous pour vos précisions !

        +0

      Alerter
  • BA // 24.08.2014 à 13h53

    30 août 1954 – 30 août 2014 : il y a 60 ans, les députés souverainistes remportaient une victoire historique !

    En 1954, la ratification du projet de Communauté Européenne de Défense (la CED) va donner lieu à un débat historique à l’Assemblée nationale et dans toute la France.

    – Les Français qui étaient pour la CED, les cédistes, étaient les partisans d’une Europe supranationale. Ils étaient fédéralistes. Comme d’habitude, ils étaient les socialistes non-jacobins, les radicaux, les démocrate-chrétiens et la droite non-gaulliste.

    – Les Français qui étaient contre la CED, les anticédistes, étaient les partisans d’une Europe des Etats, d’une Europe des nations, d’une Europe des peuples. Ils étaient souverainistes. Comme d’habitude, ils regroupaient de Gaulle et les gaullistes, les communistes et les socialistes jacobins.

    « Ici encore, le PCF et de Gaulle sont au cœur du dispositif de cette « résistance » contre tous les « vichystes » potentiels. Les communistes sont à l’aise pour détailler la perfidie de Washington et défendre la mémoire des victimes du nazisme : l’armée européenne, disent-ils, sera un repaire de SS mal blanchis et une succursale du Pentagone. C’est de toutes leurs forces qu’ils se jettent dans la bataille, faisant donner leurs organisations satellites, sentant confusément que ce retour aux sources de l’honneur national les délivre de l’opprobre du « parti de l’étranger » et les réinsère dans le jeu politique. De Gaulle, véhémentement relayé par Michel Debré et Jacques Soustelle, rode tous les thèmes qu’il pourra imposer sous la Vème République, contre les pro-européens apatrides enivrés de volapük, contre l’abaissement français dans un camp atlantique dont seule l’OTAN, et non la pauvre CED, soude une efficacité conforme aux intérêts américains. » (Jean-Pierre Rioux, Nouvelle histoire de la France contemporaine, tome 16, Seuil Points Histoire, p.23)

    A l’intérieur même du parti socialiste (SFIO), les socialistes anticédistes et les socialistes cédistes se déchirent.

    « Sa majorité cédiste, ardemment proeuropéenne, conduite par Mollet, Jaquet, Pineau et Defferre, doit ferrailler pied à pied au fil des congrès et des réunions du Comité directeur, brandir avec un succès mitigé le vieil épouvantail de l’expansionnisme soviétique, sanctionner et convaincre à la fois, face à une minorité de gauche décidée, conduite par Daniel Mayer, Moch, Savary, Lejeune, Lacoste, Pivert et Verdier, tous hommes clés du parti clandestin. Rude bataille, à l’issue de laquelle Guy Mollet conserve la maîtrise de l’appareil du parti mais ne peut empêcher la cassure du groupe parlementaire et une vive inquiétude des militants. » (p.24)

    Les cinq autres pays européens engagés dans la CED sont l’Allemagne de l’Ouest, l’Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Ces cinq pays ne comprennent pas que la procédure de ratification parlementaire s’éternise en France. Ils ne comprennent pas que les députés français tardent à ratifier la CED. Finalement, après un long débat qui divise la France en deux camps, une majorité de députés choisit le souverainisme. Le 30 août 1954, une majorité de députés vote contre la CED. A l’Assemblée nationale, les députés souverainistes célèbrent leur victoire en chantant La Marseillaise !

    « Tous les arguments épuisés, la France mise au ban des Six, l’exécutif se dérobant, il n’y eut pas de débat parlementaire. Les 29 et 30 août 1954, dans une atmosphère survoltée, la Marseillaise des vainqueurs couvrant la stupeur des cédistes, l’Assemblée par 319 voix contre 264 adopte une question préalable qui clôt médiocrement le débat sans discussion. La CED est morte. Une majorité de 40 voix favorable en février 1952, une majorité de 55 voix en sens contraire en août 1954 : cette symétrie des faibles écarts montre l’âpreté de la querelle et la fixité des attitudes, laisse soupçonner qu’elle laissera des traces durables. La division des socialistes, avec 53 voix pour et 50 voix contre, a joué un rôle déterminant. » (p.55)

    Bon anniversaire, la Victoire !

      +0

    Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 16h56

      “les pro-européens apatrides enivrés de volapük”
      Il n’y allait pas de main morte, Papy Rioux ? C’est vraiment de lui, ça ? Je l’ai déjà lu plus “calme”…

        +0

      Alerter
  • Slavyanka // 24.08.2014 à 14h01

    Les rebelles disent qu’ils ne savent pas à quoi correspond le marquage de ces bombes :
    http://www.kp.ru/daily/26272/3149669/

    “Sur l’un des champs nous trouvons des restes d’une énorme bombe à cassette marquée “XS7″. Les insurgés nous expliquent que son contenu était curieux et consistait des ampoules remplies d’une substance contenant deux composants : de la mousse et un liquide huileux noir.”

    Les miliciens qui étaient présents au moment de l’explosion de cette “étrange” bombe ont eu des furoncles sur la langue et des éruptions graves dans le larynx, la diarrhée persistante… Ils ne savent pas ce que c’est. Peut-être une arme chimique inconnue ?
    Manifestement cette bombe ne fait pas parti des munitions de fabrication russe, selon les dires des insurgés et d’après ce que j’ai pu lire dans des commentaires de la vidéo.

      +0

    Alerter
    • jacqueline // 24.08.2014 à 14h24

      C ‘est ce que j’ai lu avec la traduction Google.

      On ne trouve rien avec XS-7. Mais 9M55K gravé on trouve que c’est russe.

      Après il est possible qu’ils aient modifié la tête pour en faire une bombe chimique..

        +0

      Alerter
    • Derdesders // 24.08.2014 à 16h14

      Bonjour,
      Ils en parlent sur ce forum de l’engin “XS-7” http://www.yaplakal.com/forum3/topic895395.html
      Citation par google translat :
      {À l’un des domaines que nous trouvons les restes d’un énorme sous-munition marqués XS7. Milice nous expliquer que le remplissage il était curieux – des flacons d’une substance de ces deux composants. Pen et liquide huileux noir.}

      Cordialement

        +0

      Alerter
  • Badaboum // 24.08.2014 à 14h09

    Concernant l’indépendance de vue de l’Allemagne sur la Russie,
    je ne sais pas ce que ça vaut car je ne l’ai pas encore lu (pas dispo en anglais :/ ), un ancien directeur du renseignement militaire a écrit sur le traité secret (classé top secret par le BND et dont merkel a parlé en 2013 pour dire qu’une partie des engagements étaient finit) d’après guerre. Le bouquin s’appelle : Die deutsche Karte
    ça explique que l’allemagne n’est pas souverain et est occupé militairement.
    pour les autres pays, la bétises des dirigeants semble bonne candidate mais le mouvement des “young leaders” me parait suspect.

      +0

    Alerter
  • jacqueline // 24.08.2014 à 15h04

    Humour ?

    Après le passage des prisonniers fachos, la rue est nettoyée !

    https://www.youtube.com/watch?v=8B_3Tq3u3c0

    Verra-t-on cela sur france 2 ?

      +0

    Alerter
    • Wilmotte Karim // 24.08.2014 à 15h32

      Après Bragation (je pense), les soviétiques, qui viennent de démolir le groupe d’arme centre, font défiler les prisonniers allemands dans Moscou.

      Avec passage des unités de nettoyages derrière.

      https://www.youtube.com/watch?v=sUpf32EWy4w

        +0

      Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 17h05

      Tout un symbole… Le jour de la St Barthélémy, en plus ….

        +0

      Alerter
    • sadsam // 24.08.2014 à 22h26

      @Chère Jacqueline,

      Ces arroseuses sembleraient indiquer que la pénurie d’eau à Donietsk n’est pas aussi grave que certains articles le laissaient penser ces derners jours.

      Pour France 2, il y a eu un post plus tard de Michel, cela a été monré.

        +0

      Alerter
      • jacqueline // 24.08.2014 à 22h43

        Montré , oui, mais c’était pour dire que c’est interdit par la convention de Genève. ( qui est encore moins respectée par les ukies, mais eux ont le droit.. )

        Sur BFM , j’ai vu la mocheté écolo d’ EELV : la Pasternak, à Kiev. Son association fournit des uniformes et des bottes aux conscrits.

        https://encrypted-tbn3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSzH4-XI89B_lW7lb9eNDriJhQf8Fy0A1Amxk8PiAar2evz3N0F

          +0

        Alerter
        • languedoc 30 // 25.08.2014 à 01h15

          Elle est tout simplement imbuvable, la russophobe dans toute sa splendeur. Marie Mendras et Galia Ackerman paraissent modérées à côté, c’est dire.

            +0

          Alerter
  • David D // 24.08.2014 à 15h41

    Même si le débat sur les rapports tendus entre la Russie et l’Otan m’intéresse aussi, je ne peux m’empêcher de m’inquiéter de sa prédominance médiatique.
    En effet, ce débat se situe sur un plan où on envisage la compétition de deux puissances pour élargir ou maintenir sa zone d’influence, et dans ce cadre le fait que les insurgés soient russes et le fait qu’on puisse comprendre que la Russie soit concernée puisqu’il s’agirait en gros de populations sorties de l’URSS pour une certaine Ukraine qui ne leur convient plus et qui désirent revenir au foyer russe, ces deux faits sont paradoxalement et étrangement secondaires aux yeux de l’opinion.
    Toutefois, ce discours, tous pourris, tous en compétition, nous distrait de la réalité de base. Suite à un putsch avec une tournure nationaliste, deux communautés s’affrontent dans une guerre civile.
    Ce putsch a été précipité par l’Otan qui a pris parti.
    Où est-il écrit en droit international qu’on peut participer au renversement d’un gouvernement élu, surtout quand le danger vital n’était pas engagé pour les populations, alors qu’il suffit d’attendre de prochaines élections, les ukrainiens étant apparemment majoritaires dans le pays ?
    Accuser la Russie et entretenir ceux qui contestent son action sur le terrain Poutine, c’est une autre réussite de la propagande américaine qui détourne l’attention de ce qu’est dans les faits son intervention illégitime et catastrophique en Ukraine.
    Il y a quand même une question fondamentale : l’opinion de 40% de la population ukrainienne peut-elle être débarrassée d’un revers de la main ? Depuis quand une population non prise en compte ne peut pas se battre pour avoir son pays et ses droits ?
    J’ai lu les articles de Briquemont, je suis d’accord, mais je pense que si on n’insiste pas sur la dimension de guerre civile, on lâche le fond pour l’arrière-plan mondial.

      +0

    Alerter
    • chios // 24.08.2014 à 19h13

      Je suis tout à fait d’accord avec vous.

      A chaque étape, les pouvoirs en place donnent leur version officielle, on déclare que c’est un fait acquis, et on n’y revient plus. On se plante fermement dans le présent. C’est une façon d’escalader un conflit contre laquelle on ne peut pas lutter. J’appelle ça le “cliquet”, comme dans les “acquis” de l’Union Européenne….
      Vilnius.
      Le putch de février.
      Odessa
      Referendum en Crimée.
      Referendum Donbass.
      Tanks et tirs sur les villes.
      Avion malaisien.
      et j’en passe…

      Tiens, le convoi, violations du droit international, on n’entend pas grandchose…
      Y aura-t-il des sanctions?

        +0

      Alerter
    • boduos // 24.08.2014 à 22h53

      Non David,ce n’est pas une guerre civile,le reste de la population ne participe pas,de nombreuses communautés ne veulent pas prendre les armes malgré la propagande anti rebelles et les tentatives de réveil des antagonismes est-ouest.
      C’est une guerre de répression militaire et d’épuration ethnique contre une révolte provoquée par la décision des putschistes de supprimer la langue russe en Ukraine,d’où l’engrenage…..
      L’habileté de Nolan,Soros et consorts eut été de faire patte de velours après le putsch de Maidan,ils n’auraient peut être pas perdu la Crimée et le Dombass serait au travail aux fourneaux.Mais, dans ce cas ,sans l’écran de fumée des insurgés ,les pro-européens attendraient toujours les subsides,les traités,les visas…
      D’ailleurs,ils attendent déjà et les déceptions ne sont pas terminées.
      PS. Ou alors,la suppression du russe était le détonateur programmé ,visant à impliquer les russes dans un conflit avec l’Ukraine.Poutine ne se laissera pas piéger ,l’ancien du KGB anticipe les coups tordus…

        +0

      Alerter
  • bm607 // 24.08.2014 à 15h45

    http://french.xinhuanet.com/chine/2014-08/24/c_133580467.htm
    “Lancement de la manoeuvre conjointe anti-terroriste de l’OCS en Chine
    ZHURIHE, Mongolie intérieure, 24 août (Xinhua) — Une manoeuvre anti-terroriste multinationale a été lancée dimanche par l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) dans la région autonome de Mongolie intérieure, dans le nord de la Chine.
    Les vice-chefs des états-majors chinois, kazakh, kirghiz et tadjik ainsi que le commandant adjoint du commandement militaire de l’est de la Russie ont participé à la cérémonie de lancement de la manoeuvre à la base d’entraînement de Zhurihe
    ….
    Le scénario de l’exercice de simulation implique un groupe terroriste soutenu par une organisation terroriste internationale qui organise des incidents et prépare un coup d’état pour diviser le pays. ”

    Une organisation terroriste internationale qui organise des coups d’états ? Je pense à quelque chose, mais le nom pourtant très court ne me revient pas. U.. quelque chose, ça se termine par un A.
    Ils ont raison, ça pourrait servir, en Chine ou en Russie, au hasard ; se serrer les coudes, coopérer, et ça resserre les liens en plus.

      +0

    Alerter
    • Barmassa // 24.08.2014 à 16h09

      Dans la vidéo où à Donesk les résistants exposent les dégâts qu’ils ont fait subir au matériel ukrainien…..On peut voir à la minute 2:16 une sorte de tissu sur lequel est écrit: Truetech,inc Riverhead, NY….Il s’agirait d’une société américaine qui livre l’armée américaine….Le US patent indique: http://www.google.com/patents/US5611329. Les américains ne sont jamais bien loin !
      .

        +0

      Alerter
    • ioniosis // 24.08.2014 à 16h50

      en effet depuis la création de l’état islamique par les usa et leurs amis , la russie et la chine ,plus d’autres pays ayant des populations musulmanes , ont perçues le danger de manipulation
      style al quaîda , pour déstabiliser leurs pays , qui n’oublions pas ont formés non seulement les
      brics , mais un nouveau fond monétaire spécifique à eux , de même que les paiements pétroliers, qui ne se
      feront plus en dollars .
      ayant l’exemple de l’action des USA et de leurs alliés en syrie , finançant les djihadistes , ils prennent donc les devants.

        +0

      Alerter
  • Hellebora // 24.08.2014 à 16h08

    [ Vol MH17- Déclarations du PM malaysien]
    http://www.themalaymailonline.com/malaysia/article/mh17-victims-wouldnt-have-returned-if-malaysia-beholden-to-the-us-najib-say

    Les propos du premier ministre de Malaisie, expliquant comment ils s’y sont pris pour récupérer rapidement les restes des passagers malaisiens en négociant directement avec Borodai. Naji met bien l’accent sur le fait que s’ils avaient été redevables des US, jamais ils n’auraient pu obtenir ce résultat… Le mot “pride” de la dernière phrase indique, il me semble,sur le fait que le gouvernement malaisien garde ses distances par rapport aux positions US. Y compris pour ce qui est de la guerre à Gaza.

      +0

    Alerter
    • Nihil // 24.08.2014 à 17h19

      Merci de cet article qui suggère dans mon esprit tordu: après les twin towers de la Zunie, les twin planes de la Malaisie. La “Providence” a de ces messages…..

        +0

      Alerter
    • purefrancophone // 24.08.2014 à 20h27

      La Malaisie n’accepte probablement pas que les résultats de l’enquête sur le crash de leur avion ne soit pas connu publiquement !

        +0

      Alerter
  • sadsam // 24.08.2014 à 16h24

    Une fois de plus, encore merci à Olivier et aux intervenants de ce blog pour avoir posté cette itw du Général Briquemont dans la Libre Belgique.
    Pour ceux qui ont fait des petites remarques, y compris sur le lapsus “Union soviétique”, est-il possible de rappeler la fameuse formule “Nobody’s perfect” ? (venant de “Certain like it hot” si ma mémoire est bonne, 1959). De surcroît la presse belge doit elle aussi avoir probablement ses codes
    Merci aussi d’avoir remis l’article de 1994 car il y a de fortes chances qu’il avait échappé à la sagacité des “moins jeunes” à l’époque (mon cas par exemple). De même que des interviews de Vladimir Volkoff, du journaliste Kosta Christitch , de Pierre Maillard, Alexandre Zinoviev, Diana Johnstone et qlq autres, trouvées des années plus tard chez des bouquinistes ou sur le net. A l’époque, il n’était pas encore habituel d’aller chercher des compléments d’information aux journaux “mainstream” sur internet.
    Ce sont les “armes de destruction massive” de l’Irak en 2003 qui ont réveillé les consciences. A partir de déclarations officielles françaises notamment, il faut le rappeler. Comme les choses ont changé depuis 11 ans.
    Sinon je n’ai pas vu que quelqu’un ait mis sur ce site un lien sur le malaises hier du (ou d’un) fils du Président Porochenko pendant un office religieux à l’occasion de la fête nationale (regarder sur Youtube Porochenko’s son fainted). Cela était déjà arrivé à un soldat en mai pendant une cérémonie officielle.
    Cela était déjà arrivé à l’héritier du Shah quand il était adolescent. La TV iranienne avait coupé la scène mais toute la population était au courant. La suite a montré que les pronostics populaires de l’époque se sont révélés fondés.

      +0

    Alerter
  • ioniosis // 24.08.2014 à 16h29

    Où en est la plainte de la fédération de russie à l’OIAC ,pour emploi d’armes chimiques par les troupes de Kiev ,
    contre les populations civiles ? Quand il est prouvé que
    L’armée ukrainienne utilise du phosphore blanc et de la chloropicrine depuis le 11 juin.
    Cela ne semble pas heurter , le prix nobel de la paix OBAMA ,
    Ni ses serviteurs de l’OTAN et de l’UE.
    En fait selon les atlantistes-européistes , il y a les « bons crimes

    De guerres » ceux faits par l’OTAN et leurs alliés , et les mauvais crimes
    De guerre , ceux faits par le camps opposé.
    Un manichéisme utilisé pour voiler l’intérêt réel que représente le bassin
    Dnieper-donets au niveau énergétique,où se trouvent de nombreux
    Gisements de gaz de schiste.
    La multinationale shell , a dèja un contrat de 50ans d’exploitation avec Kiev ,dans Le Donetsk ,
    La sté CHEVRON , à signé , un accord similaire ,
    Et la société US burisma , dont les administrateurs , mis en place,
    Par washington , le fils du vice président des USA , hunter biden ,
    Et devon archer ancien conseiller de John kerry.
    Un marché qui représente des dizaines de milliards de dollars.
    Une manne que ni Kiev , ni les USA , ni les britanniques ne veulent lâcher,
    C’est l’explication du refus de la proposition de fédéralisme avancée
    Par la RUSSIE et son président v. POUTINE.

    Nous assistons au scénario où les cies pétrolières dictent

    Leurs lois , aux états qui obéissent , faisant fi , des populations,

    Qu ‘elles font bombarder pour atteindre leurs objectifs

    Purement économiques et financiers. De vrais criminels de guerre .

    La résistance de l’est de l’Ukraine est une leçon des droits de l’homme.

      +0

    Alerter
  • Serge // 24.08.2014 à 17h01

    Je souscris au commentaire de ioniosis (8 h 48).
    J’ajoute que l’Allemagne de Merkel joue son propre jeu ,un double jeu pour ses propres intérêts .Contrairement à notre Scooter 1° ,qui lui n’a aucune vision politique .
    Mais bon,malgré ses illusions résiduelles ,une partie de l’analyse de ce général est quand même bienvenue dans cet océan de désinformation et de russophobie ambiante .
    A la “teuleu” ,ils commencent néanmoins à nous montrer qu’il existe des victimes civiles des bombardements .C’est un début …malgré que nos journaleux restent muets sur la responsabilité de ces tirs meurtriers ,laissant même entendre qu’il pourrait s’agir aussi bien de tirs des rebelles que des forces de Kiev .
    Dame faut pas trop en demander !! C’est dur pour un journaleux de connaître les faits,faut du temps et des neurones …Et puis ,pour paraphraser Coluche ,”on ne peut pas dire la vérité à la “teuleu”,y’a trop de gens qui la regarde ” !

      +0

    Alerter
  • Serge // 24.08.2014 à 17h18

    @David D
    L’analyse que vous faites sur la guerre civile interne ,ne s’oppose pas à une analyse plus large concernant la géo-politique ,les intérêts stratégiques opposés entre les EU et la Russie .Au contraire,ceux-ci se nourrissent forcément de situations et d’événements internes de terrain .
    Rien ne se crée ex-nihilo .
    De la même manière,ceux qui ont déstabilisé la Syrie ,l’Irak et la Lybie ,n’ont pu le faire qu’en s’appuyant sur les divisions réelles ethniques et religieuses internes à ces régions.Idem pour l’ex-Yougoslavie .

      +0

    Alerter
  • sadsam // 24.08.2014 à 17h54

    ps

    Le même numéro de “La libre” (version internet tout au moins) a publié un très bel hommage à la mémoire du sinologue belge Simon Leys, le meilleur (ou l’un des meilleurs en tous cas, je n’en connais personnellement pas d’autres) spécialiste occidental de la Chine de Mao et profondément amoureux de la “vieille Chine”. Démoli par Saint Germain des Prés quand il publiait pendant les années 1970 “Les habits neufs du Président Mao” ou “Ombres chinoises”.

    J’ai cru lire sur ce blog des commentaires peu élogieux (mais je lis parfois un peu trop vite) sur les voisins d’Outre Quiévrain. Je suppose que leurs auteurs n’ont jamais vécu en Belgique, ou en tous cas pas assez longtemps.

    Comme l’un des intervenants de ce blog, j’avais décidé de fermer définitivement mon chapitre personnel BHL après la lecture de l’article de Simon Leys sur “Les impressions d’Asie” repris dans le recueil de ses essais de 1998 (collection Bouquins).
    Voici une autre citation que celle déjà donnée ici sur “les idéogrammes indéchiffrés et tout hérissés d’obscurité”:
    “Dans son aimable insignifiance, l’essai de M. Levy semble confirmer l’observation d’Henri Michaux : “Les philosophes d’une nation de garçons-coiffeurs sont plus profondément garçons-coiffeurs que philosophes”.
    Avec toutes les excuses qui s’imposent pour les gentils coiffeurs qui n’entrent pas dans ce schéma.
    Parmi mes nombreuses dettes à ce blog, celle d’avoir ouvert à nouveau mon chapitre BHL. J’ai même regardé sur internet l’émission de Benoît Duquesnes. Beaucoup, beaucoup moins complaisante que certains ne l’écrivent (surtout si on la regarde avec un oeil “chinois” formé par Simon Leys, ou pour mieux dire avec un oeil “belge”).
    En cette fin de dimanche après midi, alors qu’au Donbas des populations civiles sont bombardées et que des gamins servent de chair à canon dans l’armée de Kiev permettez-moi de vous rappeler le titre d’un autre essai de Simon Leys “L’humeur, l’honneur, l’horreur”. Une citation du prince de Ligne.

      +0

    Alerter
  • paddy // 24.08.2014 à 19h22

    Il y sûrement ici des gens intelligents qui vont pouvoir m’expliquer et répondre à quelques questions simples :
    Les Américains sont nos alliés ? En 1944, sans aucun doute. Et depuis ? Partageons-nous les mêmes ennemis depuis cette époque ? Et en particulier, devons-nous traiter l’URSS et depuis 1989 la Russie comme des ennemis ?
    Qu’est-ce qu’ils nous ont fait, les Russes pour que nous sentions obligés de nous laisser enrégimenter par les Américains ?
    Et les Américains, à quel titre s’occupent-ils de l’Ukraine ? C’est un voisin stratégique des Etats-Unis, l’Ukraine ?
    Quel intérêt avons-nous à emboiter le pas à des Américains qui feraient mieux de s’occuper de leur crise contre des Russes qui ne nous ont rien fait ?

    On veut ressusciter la guerre froide ? Mais la guerre froide était un sous-produit du partage du monde à Yalta entre Roosevelt, Churchill et Staline : c’était un “accord”, pas la conséquence d’une invasion Russe.
    Des Etats-Unis et de la Russie, lequel a conduit des opérations de déstabilisation dans tout un tas de pays ? Lequel a largué à deux reprises des bombes atomiques sur des populations civiles ? Lequel entretient des bases militaires dans le monde entier ? Lequel espionne et écoute toute la planète y compris et surtout ses propres alliés ? Lequel nous exporte sa crise économique et ses produits financiers pourris ?

    Le rôle de nos médias est bien la ” fabrication de l’ennemi”. On nous assomme à force de nous désigner le méchant Russe. Et si on ouvrait les yeux cinq minutes ?

      +0

    Alerter
    • Barmassa // 24.08.2014 à 20h06

      Je suis bien d’accord avec vous Paddy et vous avez, à vos questions répondu par vous même!
      A quel titre s’occupent-ils de l’Ukraine ? Il veulent empêcher Poutine de réaliser son grand marché eurasiatique, ils veulent affaiblir la Russie sur le plan économique , ils espèrent que les Russes, pour emmerder les européens, cessent leur livraison de gaz à l’europe. Cela romprait les contrats qui lient les pays européens avec gazprom,et permettrait aux US de nous vendre leur gaz. Mais Poutine est loin d’être un imbécile !

        +0

      Alerter
    • BearFeast // 24.08.2014 à 20h16

      @Paddy,

      “Les Américains sont nos alliés ? En 1944, sans aucun doute.” Il se pourrait bien que non vu le bordel qu’ils ont sciemment créé en subventionnant Hitler a grand coup de dollars. Roosevelt aurait été très pro guerre. Il ne faut pas perdre de vu que les US était en crise économique en 1931 et que rien ne repartait là bas. Hitler était aussi pour eux le meilleur rempart contre les communistes et une guerre en Europe leur était du pain béni. Au sortir de la 2GM, les US représentaient près de 50% de PIB mondial.

        +0

      Alerter
      • erde // 24.08.2014 à 21h01

        “Il ne faut pas perdre de vu que les US était en crise économique en 1931 et que rien ne repartait là bas. Hitler était aussi pour eux le meilleur rempart contre les communistes ”

        Ce n’est pas faux ! Et toute personne qui le désire peut facilement trouver ces morceaux d’histoire en cherchant un peu maintenant qu’il y a le net.

        Henry Ford était un adepte du fascisme, Général Motors a fortement aidé au développement de l’arsenal de guerre des nazis , de même pour les grands groupes de la chimie, dont notamment IG Farben , sans compter sur les industriels de l’acier installés sur la Ruhr.

        Et l’histoire se répète, la WW2 s’est engagée par la faute de la mollesse des dirigeants français de l’époque. Alors avec Scooter1° le mollasson et son équipe de bras cassés , l’on n’est pas à l’abri du pire…

          +0

        Alerter
    • Nerouiev // 24.08.2014 à 21h59

      Je rappelle cette présentation de Pierre Hillard qui donne un éclairage plus global et géopolitique du conflit :
      http://www.dailymotion.com/video/x1yhany_pierre-hillard-a-berlin-mai-2014-conference-mondialisme-crise-ukrainienne_news

        +0

      Alerter
  • NeverMore // 24.08.2014 à 19h50

    Il semblerait que la situation militaire en Ukraine de l’est soit désormais en cours d’inversion, sinon inversée.

    C’est maintenant Moscou qui va pouvoir crier au loup quand “l’Ouest Vertueux” devra fournir des noisettes au roi du chocolat.

    J’ai hâte de voir qui va quitter le navire pour bien identifier qui sont les rats..

    Un bon point cependant, il se peut l’Ouest Vertueux soit obligé de négocier vraiment … enfin… sur les bases connues depuis le début (forme de fédéralisme). Mais vu la dose de crétinerie que l’Ouest a déjà affiché, rien n’est sûr.

      +0

    Alerter
    • NeverMore // 24.08.2014 à 20h05

      Quand je dis “rien n’est sûr” je pense évidemment à Fabius lorsqu’il a dit : «Assad ne mériterait pas d’être sur la Terre».

      Quand on en est à ce point, on est bien capable d’avoir n’importe quelle réaction qui conduirait immédiatement le pékin moyen dans l’établiissement approprié.

      Van Rompuy, dans le même établissement, pourrait lui réciter ses Haïkus, sous l’oeil égaré de Ashton (avec tous ceux là, on est bien barrés).

        +0

      Alerter
  • Michel Roissy // 24.08.2014 à 20h50

    curieux changement de ton sur nos merdias… je parle d’Antenne 2 en l’occurrence…

    hier soir on parle (enfin) des gens de Donetsk bombardés, on les interviewe même… toujours avec quelques commentaires fielleux mais moins que d’habitude (enfin, quand on en parle)

    ce soir, on montre la “parade de la victoire” avec les prisonniers ukies… bon ok, en parlant de quelques centaines de spectateurs alors qu’à l’image on voit plutôt des milliers mais c’est déjà mieux que le silence assourdissant de ces dernières semaines…

    après la déclaration du vice-chancelier allemand (non, pas Scooterman, le vrai, Sigmar Gabriel) plaidant pour la fédéralisation, assisterions nous à une jolie danse à reculons de l’UE ?

    Coté Elysée, Matignon, Quai d’Orsay, ça reste très calme… faut dire qu’avec 17 % d’opinions favorables, on se fait tout petit et ça vaut mieux…

      +0

    Alerter
    • purefrancophone // 24.08.2014 à 20h59

      Lorsque le quai d’Orsay s’exprime , enfin son Ministre ,c ‘est pour dire “Laurent Fabius au Figaro : «L’État islamique représente une menace mortelle»”
      Lorsque l’on sait qu’il défendait les “rebelles” à Bachar el Assad , il serait temps qu’il se rende compte que ces gens là sont des assassins dangereux pour cette région mais aussi pour nous !!!!!

        +0

      Alerter
    • sadsam // 24.08.2014 à 21h12

      @Cher Michel

      Si vous parlez anglais, allez regarder le site du Kyiv Post (un journal de Kiev dont le propriétaire est britannique selon Wiki) :
      articles sur le défilé à Kiev et le défilé avec les prisonniers ukrainiens à Donietsk mais surtout un article sur “Abandoned Donbas Battalion fights on”. Ceci explique peut être les nouvelles d’A2.

      Sinon je crois que c’est vous qui aviez mentionné en passant dans un post “La garde blanche” de Boulgakov. C’est un livre que nos dirigeants devraient lire. Par ailleurs en feuilletant des bios de Staline, Trostky and co (chapitres importants sur leur passage en Ukraine), j’ai vu que la France avait eu aussi sa petite histoire dans la région vers 1919-1920, pas trop glorieuse et pratiquement oubliée. Mais moins emblématique que celle de l’Allemagne en 1918 avec l’ataman qu’elle avait installé à Kiev.

        +0

      Alerter
      • Michel Roissy // 25.08.2014 à 00h29

        @sadsam

        je viens d’aller voir… très amusant, les réactions des lecteurs, ils ont des noms américains (enfin, anglo saxons) et ils disent que ça prouve bien la barbarie des pro-russes… à mon avis, de gros trolls bien velus payés pour faire la claque… étonnant que le Kyiv Post soit lu par les étazuniens.

        Pour Boulgakov, c’était bien moi et, effectivement, saine lecture pour nos européistes qui apprendraient qu’alors Kiev était en Russie et que l’aventure indépendantiste de Petlioura avait fait long feu (à peine quelques semaines)

          +0

        Alerter
    • jacqueline // 24.08.2014 à 22h46

      C ‘était surtout pour dire que c’était interdit par la convention de Genève d’exhiber des prisonniers !

        +0

      Alerter
      • bruno // 24.08.2014 à 22h56

        est ce que pour “la convention de Genève”,c’est autorisé de bombarder des civils avec des missiles balistiques,voir de les bombarder tout court ???
        que ces prisonniers s’estiment heureux d’être encore en vie.

          +0

        Alerter
        • jacqueline // 25.08.2014 à 04h02

          Je ne connais pas du tout cette convention et je ne voudrais pas dire une bêtise.

            +0

          Alerter
      • Gaillot Eric // 24.08.2014 à 22h59

        Je ne suis pas expert en la matière, mais il me semble que la convention de Genève s’applique dans le cas d’un conflit entre deux armées conventionnelles. Dans le cas présent, nous avons affaire d’un côté, à des mercenaires et de l’autre à des résistants.
        Qu’en pensez-vous ?

          +0

        Alerter
        • jacqueline // 24.08.2014 à 23h17

          Puisque tout le monde se fout des conventions de Genève pour les bombardements sur les civils, et les tortures de prisonniers des ukies, je m’en fous alors grave pour les prisonniers.

          Ca leur fera des souvenirs , ils s’en souviendront toute leur vie. Puis c’était pas des gamins de 18 ans ou 20 ans.

            +0

          Alerter
          • sadsam // 25.08.2014 à 00h02

            @Jacqueline,

            Kiev n’a pas déclaré la guerre au Donbas mais a déclenché une opération anti-terroriste selon ses dires (ATO), expression reprise dans les journaux ukrainiens (et critiquée dans une interview par le général de Kiev qui s’occupe de la libération des prisonniers).
            Et il semble bien qu’il y ait des gamins de 18-20 ans dans l’armée officielle qui ont été mobilisés et envoyés très rapidement au front. Suite à des polémiques, les autorités de Kiev ont aussi assuré ne pas accepter de volontaires en dessous de l’âge de 18 ans…

              +0

            Alerter
            • jacqueline // 25.08.2014 à 00h05

              Oui, mais j’en ai pas vu dans le défilé.

              Les résistants du Donbass ont renvoyé les gamins à la maison.

                +0

              Alerter
      • Bruno L // 24.08.2014 à 23h16

        Oui,c’est interdit d’exhiber des prisonniers de guerre, mais comme Kiev dit que ce n’est pas une guerre …

          +0

        Alerter
  • Jean // 24.08.2014 à 23h16

    Donetsk aujourd’hui.
    Pas mal de monde si on considère que la ville vie sous les bombardements.

    https://www.youtube.com/watch?v=P-EzdyyHQRA

      +0

    Alerter
  • Gaillot Eric // 24.08.2014 à 23h24

    D’après certains sites comme “La voix de la Russie” et “RIA Novosti”, les rebelles du Donbass contre-attaquent.
    Si Poutine veut vraiment s’assurer que l’OTAN ne s’installera pas en Ukraine, cela ne l’oblige-t-il pas à contre-attaquer, via les rebelles du Donbass, jusqu’à Kiev ?

      +0

    Alerter
  • Macarel // 25.08.2014 à 00h06

    Alain Marsaud : “le mal que nous avons fait”

    http://www.youtube.com/watch?v=ZYVEohMnsVM&feature=youtu.be&app=desktop

      +0

    Alerter
  • Michel Roissy // 25.08.2014 à 00h37

    Par La Voix de la Russie | L’opération des forces de l’ordre à l’Est de l’Ukraine sera terminée ou réduite au minimum d’ici le mois d’octobre, lorsque les élections législatives pourraient avoir lieu, a indiqué le président de la Verkhovna Rada (parlement ukrainien) Aleksandr Tourtchinov.
    Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_08_24/Tourtchinov-L-operation-speciale-en-Ukraine-sera-terminee-d-ici-le-mois-octobre-9897/

    MDR (bien qu’il n’y ait pas de quoi en rire hélas). Oui, en octobre, au train où vont les opérations, l’armée ukrainienne risque de ne plus exister ce qui pourrait bien en effet marquer la fin de la guerre !

      +0

    Alerter
  • jacqueline // 25.08.2014 à 01h05
    • sadsam // 25.08.2014 à 01h17

      Intéressant en effet le rôle de la diaspora ukrainienne (et surtout galicienne).

      Les courageux iront jeter un oeil sur le message de BHL adressé aujourd’hui à l’Ukraine à l’occasion de la fête nationale sur la nouvelle chaîne de TV ukrainienne “Ukraine to-day”, appartenant au groupe de presse de l’oligarque Kolomoïsky. N’oubliez pas de regarder les posts.

        +0

      Alerter
      • Nihil // 25.08.2014 à 20h39

        N’étant pas courageux du tout, tout petit déjà, je m’auto-dispense. D’ailleurs je suis tombé dans la béchamel en maternelle et mes parents ont eu beaucoup de mal à m’en sortir.
        Merci du geste, cependant.
        🙂

          +0

        Alerter
  • Nanker // 25.08.2014 à 13h58

    “La guerre, c’est toujours plus intéressant quand ceux qui la font en parlent…”

    Dans le même genre je me souviens de l’exaspération d’un haut gradé français en poste à Sarajevo qui à la radio disait en avoir MARRE que M. BHL prenne le détachement militaire de notre pays pour une compagnie de taxis.
    Quand le téléphone sonnait il fallait, toutes affaires cessantes, aller chercher Nanar à l’aéroport, le trimballer dans la ville assiégée, l’amener à son hôtel. Puis dès que sa majesté voulait faire un tour rebelote : réquisition de blindés et des soldats français transformés en chauffeurs de maître, et ce naturellement au détriment des missions habituelles des trouffions, qui était – broutille – la protection des habitants de Sarajevo.

    BHL à l’étranger? « Parce que je le vaux bien! »

      +0

    Alerter
  • Patrick // 25.08.2014 à 16h03

    Voilà ce que déclarait Salvatore Shiffer sur BHL dans un article du Point:
    ”Je connais un peu, du reste, BHL. Et, s’il est exact que j’ai souvent contesté le philosophe, il n’en demeure pas moins vrai que j’éprouve une réelle estime pour l’homme, dont la noblesse d’âme, alliée à une vraie élégance morale (mais aussi physique), n’est pas la moindre de ses indéniables, et trop rares de nos jours, qualités humaines. Je le sais aussi fidèle et loyal, généreux et sincère en amitié, dont il m’a autrefois gratifié.”
    Ce n’est qu’un échantillon du cirage de pompes qui est à lire ci-dessous:
    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/daniel-salvatore-schiffer/avec-bernard-henri-levy-pour-dominique-strauss-kahn-07-03-2013-1637039_1446.php

    Il a aussi comparé Ianoukovitch à un mix entre Staline et Poutine.
    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/daniel-salvatore-schiffer/apres-yuri-lutsenko-liberez-ioulia-timochenko-08-04-2013-1652073_1446.php

    C’est vrai qu’il a très souvent prétendu défendre les serbes. Le problème c’est qu’il a par exemple comparé l’attitude Divjkak (qui défendait Sarajevo et a protesté contre les milices Bosniaque maltraitaient les Serbes et s’opposa à Itzebegovic) avec celle de Ratko Mladic (qui massacrait des populations civiles). A mon avis quand on dit ça on ne défend par les serbes on les prend pour des c…

    Il faut être très prudent quand on parle des guerres en ex Yougoslavie. Une fois qu’on a été échaudé par l’ antiserbisme primaire et répétitif on a tendance à prendre pour argent comptant les arguments de guignols qui prétendent défendre les Serbes. Divjak à la tête de l’armée bosniaque a fait beaucoup plus pour les Serbes que Mladic qui négociait par exemple en douce des livraisons d’armes avec un général croate de Mostar qui a détruit la ville.

      +0

    Alerter
    • sadsam // 26.08.2014 à 11h33

      @Patrick,

      Intéressant ces temps ci de regarder ce que dit et fait Emir Kusturica. J’ai vu qu’iil a choisi d’habiter en Serbie et j’ai oublié où en Russie il a fait des concerts récemment.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications