Les Crises Les Crises
6.février.20196.2.2019 // Les Crises

La folle soirée d’Alexandre Benalla au Damas Café après les révélations du « Monde »

Merci 202
J'envoie

Source : 20 minutes, Vincent Vantighem, 04-02-2019

  • En analysant les fadettes, les enquêteurs ont établi qu’Alexandre Benalla avait eu, au moins, 33 correspondants différents au téléphone le soir des révélations du « Monde », le 18 juillet 2018.
  • Ce soir-là, des policiers ont extrait des images de vidéosurveillance des manifestations du 1er-Mai afin d’aider l’ancien chargé de mission à se défendre.
  • L’un d’entre eux a été en lien avec Jimmy Reffas, l’ancien garde du corps de Johnny Hallyday, dont le rôle intrigue.

A grandes enjambées, Kylian Mbappé entre dans la défense argentine et le cœur des Français. Il est un peu plus de 20 heures, ce 18 juillet 2018, quand les deux écrans du Damas Café se mettent à rediffuser les meilleurs moments de la Coupe du monde en Russie. Deux jours plus tôt, Alexandre Benalla a justement descendu les Champs-Élysées avec les Bleus. Mais ce soir-là, il n’a pas la tête au football. Le Monde l’a appelé en début d’après-midi pour le prévenir qu’il avait été « identifié » comme étant l’auteur de violences sur des manifestants du 1er-Mai. « Mon affaire va sortir… », répète-t-il, depuis, à tous ceux qu’il croise. « On avait l’impression qu’il s’y attendait sans s’y attendre vraiment, résume Christian Prouteau, fondateur du Groupe de sécurité de la présidence de la République. C’était très étrange… »

Pas suffisamment toutefois pour changer ses habitudes. Il est 20h09 quand Le Monde publie son article. Alexandre Benalla rejoint tout de même le Damas Café. Avec son ami Vincent Crase –lui aussi pris dans la tourmente des événements du 1er mai–, il affectionne ce bar à chicha de la rue du Colisée. A 500 mètres de l’Élysée, il tente donc de se détendre. Mais les vibrations de son téléphone témoignent bien de l’agitation qui grandit à mesure que les révélations du Monde se répandent. Après analyse des fadettes, les enquêteurs ont relevé des contacts avec pas moins de 33 correspondants différents ce soir-là, entre 20h30 et 2h28. La plupart ne servent qu’à gérer la crise.

La galère de trois policiers pour copier un CD illégal

Alors que les charbons de la chicha rougissent à peine, un drôle de ballet se joue ainsi dans les rues de Paris. A la préfecture de police, un commissaire un peu zélé se met en tête de dégoter des images de vidéosurveillance démontrant que les manifestants de la place de la Contrescarpe étaient, eux-mêmes, violents. Une façon de laisser entendre que l’intervention musclée d’Alexandre Benalla était plus légitime qu’il n’y paraît.

Rapidement, Maxence Creusat extrait une vidéo où l’on voit un couple jeter des cendriers et une carafe d’eau sur les CRS. Dans le jargon, on appelle cela des « PZVP » : des « plans de zone de la ville de Paris ». Les sortir du système est illégal. Dès le lendemain, le commissaire confessera avoir fait « une connerie ». Mais, ce soir-là, Laurent Simonin, son supérieur, l’encourage. Sur la route des vacances, celui-ci parvient même à lui affecter le renfort de Jean-Yves Hunault pour cela. Il s’agit de l’officier de liaison entre la préfecture de police et l’Élysée.

Mais, sur l’île de la Cité, dans les locaux de la Direction de l’ordre public et de la circulation, les deux hommes ne parviennent pas à faire une copie du fameux CD. Maxence Creusat, propose donc d’aller chez lui, à quelques rues à peine, persuadé d’y parvenir avec son propre matériel. Mais là aussi, la technique a raison de lui. Il est finalement plus de 23 heures quand Jean-Yves Hunault se résout finalement à remettre le CD original à Alexandre Benalla, toujours attablé au Damas Café.

Yassine Belattar et Arno Klarsfeld donnent des « conseils »

Sur les écrans, Kylian Mbappé poursuit ses arabesques. Dans les fauteuils en face, Alexandre Benalla, lui, ressent toujours les vibrations de son portable. Depuis trois heures, ses amis témoignent de leur soutien. Un ancien député (PS) du Pas-de-Calais l’appelle pour lui dire « de tenir le coup ». L’animateur de Radio Nova, Yassine Belattar,tente de lui faire prendre conscience que « la situation est catastrophique ». Deux journalistes veulent obtenir une réaction. Et l’avocat Arno Klarsfeld se fend d’un texto de « conseils ». A toutes fins utiles…

SMS envoyé par Arno Klarsfeld à Alexandre Benalla. – A. KLARSFELD

Mais c’est surtout le petit monde de la sécurité qui vient au secours du jeune père de famille. Au bout du fil se succèdent un ancien boxeur, quelques policiers dont un commissaire, le secrétaire général du préfet délégué à la sécurité de l’aéroport de Roissy et même un général de gendarmerie bien embêté de voir son numéro apparaître dans la procédure. « J’avais rencontré Alexandre lors d’une cérémonie, justifie-t-il aujourd’hui. Je l’avais trouvé sympathique. Je voulais prendre des nouvelles. Mais c’est tout ! Rien de plus à dire ! »

Jimmy Reffas, l’ancien garde du corps de Johnny Hallyday envoie des textos

Dans la longue liste de correspondants, c’est notamment le nom de Jimmy Reffas qui intrigue aujourd’hui les enquêteurs. Il s’agit de l’ancien garde du corps de Johnny Hallyday. Sa société – Protection Athena – est domiciliée dans un petit lotissement de Carvin (Pas-de-Calais). Sauf que ce soir-là, Jimmy Reffas est dans le 11e arrondissement de Paris quand il échange avec Alexandre Benalla. Sollicité par 20 Minutes, l’ancien protecteur du « Taulier » dément pourtant avoir eu le moindre « contact téléphonique » avec l’ancien chargé de mission élyséen.

Impossible donc de savoir pourquoi il a joint Alexandre Benalla à 22h43 ce fameux mercredi soir, comme le montre l’analyse des fadettes. Impossible surtout de savoir pourquoi il a, deux minutes plus tard, envoyé des SMS à Jean-Yves Hunault, avant que son portable ne cesse brusquement d’émettre. Au moment pile où celui-ci arpentait les rues de Paris pour venir remettre le fameux CD à Alexandre Benalla…

Des contacts en Normandie pour protéger la compagne d’Alexandre Benalla

Au Damas Café, le chargé de mission, lui, continue de remercier poliment chaque interlocuteur avant de raccrocher. Mais son esprit est concentré sur sa famille. Deux jours plus tard, alors en garde à vue, il laissera entendre que sa compagne est « certainement partie à l’étranger se reposer et fuir les journalistes avec [leur] bébé. » Une diversion ? En réalité, depuis le Damas Café, Alexandre Benalla passe, durant la soirée, plusieurs coups de fil à des proches installés dans un petit village de l’Eure. C’est justement là-bas que les policiers de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) finiront par retrouver Myriam. B. après l’avoir cherchée pendant deux mois.

La compagne d’Alexandre Benalla sera ainsi interrogée, le 28 septembre, dans une petite caserne de gendarmerie normande posée le long d’une route sans âme. Alors « en arrêt maladie », elle refusera de dévoiler le nom de « l’association » qui l’emploie. Il s’agit en fait de la République en marche qui a fini, le 11 janvier, par signer une rupture conventionnelle de contrat avec elle. Est-ce Alexandre Benalla, gêné, qui lui a conseillé de cacher la vérité aux enquêteurs ? « Je ne sais pas, se souvient un de ses anciens amis. Mais, au moment des révélations du Monde, il était vraiment en panique. Il tenait absolument à protéger sa compagne. »

Le téléphone d’Ismaël Emelien « borne » près du Damas Café à 2h28

A ce moment-là, le portable du chargé de mission n’est pas déchargé. C’est au tour des collègues d’entrer en scène. Certains prennent des nouvelles depuis Périgueux (Dordogne) où ils accompagnent le chef de l’État qui doit, le lendemain, dévoiler le nouveau timbre-poste. François-Xavier Lauch, le chef de cabinet d’Emmanuel Macron envoie un SMS, tout comme le médecin-chef du Président.

Mais c’est surtout Jean-Luc Minet, le commandant militaire en second de l’Élysée qui est à la manœuvre. Pendant plus de quatorze minutes, il dialogue avec Alexandre Benalla sans que l’on sache de quoi les deux hommes discutent. Mais le lendemain, le militaire envoie un courriel à tous les plantons de l’Elysée pour leur demander d’interdire d’accès Alexandre Benalla si celui-ci se présente à l’accueil. Et même de vérifier « visuellement » jusque sous la banquette arrière des véhicules qui entrent pour voir s’il ne s’y cache pas…

L’état-major commence à lui tourner le dos mais « l’observateur de la manifestation du 1er-Mai » bénéficie encore du soutien des conseillers les plus politiques de l’Elysée. Ludovic Chaker, très actif pendant la campagne présidentielle, est en contact permanent avec lui. Tout comme Ismaël Emelien. Il est 2h25. Le Damas Café s’apprête à fermer mais le conseiller envoie encore des SMS à Alexandre Benalla. Son téléphone « borne » même dans le secteur, à 2h28.

Pour les enquêteurs, Ismaël Emelien semble donc « le plus en capacité » d’avoir pu récupérer le fameux CD contenant les images de vidéosurveillance auprès de Alexandre Benalla cette nuit-là. Est-ce lui qui a ensuite permis, au beau milieu de la nuit, leur diffusion sur un compte Twitter proche de la République en marche ? Avec des éléments de langage pro-Benalla repris partout ? Contacté par 20 Minutes, ce dernier n’a pas souhaité « faire de commentaire ». Il n’a pas non plus été auditionné par la commission d’enquête de l’Assemblée nationale, malgré la demande des parlementaires (LR).

Capture d’Ecran du tweet envoyé par le compte @FrenchPolitic la nuit du 18 au 19 juillet 2018. – TWITTER

Quant à Alexandre Benalla, rattrapé depuis par « l’affaire des passeports diplomatiques », il aurait aujourd’hui quitté la région parisienne. Il ne sait peut-être pas que le Damas Café a changé de nom. Il s’appelle désormais le « Shamyat restaurant ». Il promet « le meilleur chawarma syrien » de tout Paris. Mais propose toujours un espace où fumer tranquillement la chicha en regardant des matchs de football.

Source : 20 minutes, Vincent Vantighem, 04-02-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Alfred // 06.02.2019 à 07h14

C’est surtout au fonctionnement d’un “milieu” que nous assistons. Autant il est important d’intimider les “balances” via la fausse perquisition de Mediapart, autant il est important de montrer que si vous servez bien votre impunité est véritable.
C’est la raison pour laquelle le fait d’avoir Benalla en prison ferme pour une période non négligeable est une question de salut public. (Presque de santé publique tant les matraqueurs s’en donnent à cœur joie).
Avec son parjure devant une commission parlementaire ce devrait être possible. Ceux qui ne comprennent pas pourquoi Benalla DOIT aller en prison méritent amplement ce qui suit logiquement (le juge qui vous jugera lui même hors la loi, le policier qui vous tuera impunément). Il faut poser des limites physiques reeles au pouvoir.

95 réactions et commentaires

  • Daniel // 06.02.2019 à 06h38

    Histoire de collusion des “élites ” …
    Politique, média, sportif et spectacle sont sur un bateau, Benalla tombe à l’eau…
    Qui le coule et qui le soutient ???
    La marée humaine des Gilets Jaunes ne veut pas des histoires mais une vraie justice, une vraie politique et des médias qui font leur boulot ( les banquiers aussi doivent faire leur boulot !).
    Un point c’est tout.

      +22

    Alerter
    • Alfred // 06.02.2019 à 07h07

      Si Benalla rentre en prison je rentre chez moi 😉
      Un peu.

        +8

      Alerter
      • Fritz // 06.02.2019 à 07h09

        En rentrant chez vous, prenez garde à ne pas vous faire mordre par des poules.
        Benalla en prison ? Et pourquoi pas Cahuzac ou Balkany, tant que vous y êtes ?

          +47

        Alerter
  • Fritz // 06.02.2019 à 06h59

    Quelques policiers dont un commissaire viennent au secours de Benalla… C’est beau, le monde de la “sécurité”. Une grande famille où on reste solidaire.

      +27

    Alerter
    • Alfred // 06.02.2019 à 07h14

      C’est surtout au fonctionnement d’un “milieu” que nous assistons. Autant il est important d’intimider les “balances” via la fausse perquisition de Mediapart, autant il est important de montrer que si vous servez bien votre impunité est véritable.
      C’est la raison pour laquelle le fait d’avoir Benalla en prison ferme pour une période non négligeable est une question de salut public. (Presque de santé publique tant les matraqueurs s’en donnent à cœur joie).
      Avec son parjure devant une commission parlementaire ce devrait être possible. Ceux qui ne comprennent pas pourquoi Benalla DOIT aller en prison méritent amplement ce qui suit logiquement (le juge qui vous jugera lui même hors la loi, le policier qui vous tuera impunément). Il faut poser des limites physiques reeles au pouvoir.

        +81

      Alerter
      • Fritz // 06.02.2019 à 07h42

        Entièrement d’accord avec vous. Si on ne résiste pas, ces voyous vont nous détruire.

          +27

        Alerter
        • Kilsan Aïtous // 06.02.2019 à 19h11

          C’est aussi pourquoi, il faut insister pour que Macron soit destitué. la Constitution n’est pas une serpillière.

            +17

          Alerter
      • Marie // 06.02.2019 à 08h20

        Pas “d’un milieu”, DU milieu, fonctionnant avec des “balances”, comme vous écrivez.

          +12

        Alerter
        • Alfred // 06.02.2019 à 12h37

          J’ai écris “un milieu” car nous ne sommes plus à l’ère du mitan et des voyous à l’ancienne. Le milieu a probablement encore moins de règles qu’il n’en a jamais eu (pour les petits joueurs du bas) et pour ce qui concerne les gros joueurs ben.. ils ont gagné. L’élite de notre société ne s’acoquine plus “de loin” au milieu. Elle EST une mafia qui a bouffé les mafias.
          La question n’est pas (n’est plus) de mettre un Balkany en prison. La question est d’éviter qu’il soit trop facile de recourir à un Pierre Bonny. Car c’est ce qui nous pend au nez avec les allumés délirants que nous avons au dessus de nous.

            +11

          Alerter
          • Fritz // 06.02.2019 à 17h22

            Pierre Bonny… Un exemple pour nos valeureuses forces de l’ordre… La rue Lauriston… La bande à Lafont… et le poteau qui les attend.

              +4

            Alerter
      • Chris // 06.02.2019 à 10h06

        Vu l’esprit de corps de cette mafia, car il s’agit bien de ça, une caste parasitaire qui se place au-dessus des lois et se serre les coudes pour que le festin continue, il s’agissait de sauver le soldat Ryan !

          +10

        Alerter
        • Ubu // 06.02.2019 à 21h13

          Malheureusement, je pense que ceux-ci ne sont que des petites frappes, un petit groupe gigogne qui sert d’interface dans un ensemble beaucoup plus vaste, au niveau national, européen, et international, surtout quand je regarde vers l’ouest.
          Pour mémoire, quelques témoignages bien à propos accompagné d’un clin d’oeil :
          https://thinkerview.com/geopolitique-russie-terrorisme-finance/

            +2

          Alerter
      • Julie // 06.02.2019 à 12h57

        oui et envoyons en prison aussi les autres fonctionnaires qui ont menti sous serment devant le Sénat et l’Assemblée nationale durant la commission d’enquête. Un début d’assainissement nécessaire de notre vie politique passe par là.
        On fait comment?

          +9

        Alerter
        • Alfred // 06.02.2019 à 16h23

          On commence par être plus nombreux lors d’une grève générale ou les samedis?
          La grève générale a été un échec manifeste (accentué par le silence forcené des médias).
          Une justice indépendante c’est un mot d’ordre aussi important et aussi fédérateur que le ric.
          Exigeons une réforme qui comprenne une augmentation des moyens (les plus faibles de l’OCDE pour la justice) et des effectifs de magistrats ainsi qu’un recours systématique à des juges indépendants. Fin des parquets spécialisés et bien sûr fin du “verrou de Bercy ”
          La base quoi.
          Mais sans le nombre (sans être plusieurs millions) c’est mort.
          Il faut federer et convaincre sur des mots d’ordres simples.
          Bon courage.

            +12

          Alerter
          • Kilsan Aïtous // 06.02.2019 à 19h16

            On n’est pas assez nombreux à pourvoir se permettre de se mettre en grève et de na pas être payé. D’autant plus que le pouvoir s’en fiche que les enfants des gueux n’aillent pas à l’école, ou que les parents des gueux meurent à l’hôpital faute de personnel. Et le travail, que ne font pas le gueux aujourd’hui, les attend pour le lendemain, sauf s’il travaille dans un secteur clé : EDF, transport, énergie, ravitaillement des grandes cités…

            La stratégie n’est pas efficace.

              +3

            Alerter
          • Julien // 07.02.2019 à 01h09

            Je reste sur mon analyse. “On” ne peut rien faire. Manifestement, une mafia est en place et elle ne tombera pas avec les moyens classiques.

            De la souffrance engendrée (quotidien des gens d’en bas, brutalités sur les gilets jaunes, injustices, impunités…) ressort beaucoup de haine qui émergera inévitablement sur la constitution de groupuscules armés plus ou moins expérimentés et préparés (anciens militaires, militaires d’active ou civils aguerris).

            Pour moi, c’est une forme de coup d’état armé (pour éviter le mot “militaire”) qui se profile.

            Pour l’instant, un de ces groupuscules a simplement diffusé l’enregistrement de Benalla, enregistrement réalisé sur quelqu’un de très proche du PR, capté illégalement… Pour dire que le groupuscule en question est à ce point expérimenté et puissant.

            Vu la méthode, nul doute que les commanditaires ont pris leurs précautions quand ils ont envoyé les enregistrements à Médiapart. Les journalistes eux-mêmes ne savent pas qui est la source et je suis aussi quasi certain que les services de l’état ne pourraient pas remonter jusqu’à elle, même si on leur donnait les originaux…

              +4

            Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 12h52

      les mêmes qui se scandalisent de Benalla sont des notalgiques du gaullisme “quand tout allait bien”… alors précisément, que De Gaulle gouvernait en s’appuyant sur le grand bandistisme… et que Benalla c’est de la rigolade par rapport aux barbouzes gaullistes, Pasqua et Foccard en tête…
      Je dis pas ça pour défendre Benalla ou Macron… mais pour éviter de nous faire manipuler… On nous agite le “scandale benalla” comme on agite un chiffon rouge à un taureau… pour l’hypnotiser, et le faire charger… Mais qui est le véritable toréador de cette affaire ?

        +5

      Alerter
      • Alfred // 06.02.2019 à 16h26

        Ok. On vous prend au mot. Benalla c’est peanuts. Qu’il aille juste faire ses cinq ans fermes en prison (port d’arme prohibé, usurpation de fonction, parjure devant une commission parlementaire, violence, violation de contrôle judiciaire, et j’en oublie..) et on en parle plus.

          +16

        Alerter
      • Yannis // 06.02.2019 à 17h38

        La volonté de vengeance symbolique, de coupables et de victimes expiatoires pour ce système publiquement mafieux est trop fort dans l’inconscient collectif. Par des milliers de clics et de commentaires, les internautes croient ainsi agir pour la Justice et l’assainissement d’une République complètement dévoyée aux intérêts privés, et des plus conséquents, voire dangereux

        Alors qu’au lieu d’agir (ne serait-ce que de voter en connaissance de cause, selon les programmes, les intentions politiques et en toute indépendance, ou pour d’autres en allant voir ce qui se passe sur le terrain des Gilets jaunes et participer aux débats et actions) beaucoup préfèrent blablater des heures sur les forums et faire la révolution virtuelle avec des yaka fokon. Le syndrome Mediapart.

        On attend toujours Sarkozy, Lagarde, Cahuzac, Bettencourt, Dassault etc. en prison. Pour Benalla, c’est beau d’espérer quelques jours à l’ombre dans les meilleures conditions pour lui, en attendant une remise de peine si elle est un jour prononcée…

          +3

        Alerter
        • Alfred // 08.02.2019 à 13h25

          Vous ne comprenez pas/ Je ne réclame pas la justice (auquel cas vous avez raison il faudrait mettre à l’ombre Sarkozy et compagnie ainsi que Macron lui-même). Je réclame que le vice rende hommage à la vertu. C’est à dire qu’ils se sentent obligés de nous faire croire que nous sommes dans un état de droit. Benalla en prison (ce qu’il mérite) ce n’est qu’un ersatz de justice mais c’est surtout le signe du lachage d’un nervis et une limite à laquelle les oligarques consentent. Sans ce bouc emissaire, sans cette victime expiatoire c’est la liBération complète de la violence des riches qui est au bout du chemin et à la fin l’explosion de l’ensemble dans l’ultraviolence. J’ai bien peu que ces crétins presument de leur force et que nous passionspar des étapes très difficiles.

            +4

          Alerter
  • Eric83 // 06.02.2019 à 07h09

    Dans un lapsus maintenant on ne peut plus révélateur, le 20 septembre 2017, le Président Macron avait déclaré publiquement « c’est pourquoi j’ai décidé qu’en novembre prochain nous sortirons de l’Etat de droit ».

    Cela fait 20 mois qu’il s’y emploie et chaque jour le confirme. Quand est-ce que nos parlementaires vont enfin mettre en l’oeuvre l’article 68 ?…car ils n’ont plus aucune excuse pour ne pas le faire.

      +51

    Alerter
    • Rond // 06.02.2019 à 07h50

      Ils en ont une excuse, en béton : Ils sont complices.

        +27

      Alerter
    • Gier13 // 06.02.2019 à 07h54

      Bonjour Eric,

      Disposez-vous de la source ?
      Celle-là, je ne l’avais pas entendu ! Elle est en effet révélatrice d’un état d’esprit.

      Bonne journée.

        +6

      Alerter
    • Eric83 // 06.02.2019 à 10h21

      Le REGIME de MACRON fait de nouveaux adeptes.

      Après le vote, hier, de la loi anti-manifestants par 97 députés LR sur 104, soit la quasi-totalité du groupe parlementaire,
      LREM signifie dorénavant LES REPUBLICAINS EN MARCHE.

        +10

      Alerter
      • Marie Colin // 06.02.2019 à 18h23

        Si je ne m’abuse, il s’agissait d’une “proposition” de loi présentée par LR…

          +2

        Alerter
    • morvan // 06.02.2019 à 10h31

      Oui oui, lapsus.. Mais n’est-ce pas lors de ce même voyage que petit Jupion a péroré devant des étudiants, en leur délivrant la forte sentence “rules are bullshit”, en leur suggérant de s’en affranchir, des “règles”…… Ce n’était pas un lapsus, et ça n’a été relevé nulle part me semble. Des “petites phrases” (aujourd’hui qualifiées de “franchise” par l’adolescent encalminé), n’ont pas non plus été “développées” jusqu’au bout de leur splendeur…. Exemple, la saillie, à Colombey, par laquelle petit homme énonçait que “le pays se porterait mieux s’il arrêtait de se plaindre”…, en faisant référence à l’interdiction de se plaindre faite par de Gaulle à ses petits-enfants, minots à l’époque (visite de la Boisserie avec le petit fils du gl). Nous sommes donc nous z’autres depuis bien avant “les enfants” du “débat” des gosses à tenir laisse courte pour l’ado allumé…..Et je ne résiste pas à citer Romain Rolland dans son réjouissant Colas Breugnon, lequel fait dire à ce dernier : “Je trouve assez plaisante la hauteur familière et cérémonieuse que tous ces beaux messieurs, ces riches, croient devoir prendre avec ceux qui n’ont rien et sont gueux ! Il semble que toujours ils leur fassent la leçon. Un pauvre est un enfant, il n’a pas sa raison.. Et puis, (on ne le dit pas mais on le pense), c’est sa faute : Dieu l’a puni, c’est bien ; le bon Dieu soit béni !”

        +12

      Alerter
      • calal // 06.02.2019 à 13h30

        Oui oui, lapsus

        j’ai cru entendre macron comparer lors de sa prestation face aux francais des cites,les banlieues a san francisco.
        Ca m’a fait marrer puisque ca peut etre interpretre comme certains americains le font:https://www.zerohedge.com/news/2019-02-05/bill-blain-what-we-saw-san-francisco-was-frightful. grosso modo l’article dit que certains americains comparent san francisco a un “shithole” du tiers monde…
        Macron comme beaucoup de nos dominants est un specialiste du “double sens”…

          +3

        Alerter
  • Kiwixar // 06.02.2019 à 07h12

    Police parallèle pour protéger des vies parallèles. Protégé à son tour jusqu’à ce qu’un accident de voiture ou un suicide opportun lui abrège l’existence. Il devrait privilégier Wikileaks à Mediapart pour mettre les dossiers à l’abri, au cas où.

      +21

    Alerter
  • Gier13 // 06.02.2019 à 07h16

    Assurément cette affaire fera l’objet d’un film un jour ou l’autre.
    Un de ces films dont on ressort révolté ! Et dont il y a tout à craindre qu’elle finira mal, cad que son protagoniste principal s’en sortira sain et sauf… pendantque les GJ défilent par camions entiers devant les juges avant qu’on les enfourne dans les prisons.

    Si cette affaire révèle la pourriture du pouvoir et celle des gens qui l’exerce, il est à souhaiter qu’elle le soit suffisamment pour que l’arbre entier s’effondre sur lui-même.

      +23

    Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 12h58

      les gens sont souvent nostalgiques de De Gaulle, “quand tout allait bien”… alors que c’est sous De Gaulle que la barbouzerie et le crime organisés étainet les plus employés dans le gouvernement… Aucun pouvoir n’échappe à ces méthodes…
      Par contre, on peut se demander pourquoi cette affaire Benalla, sommes-toutes mineure, sort précisément maintenant ? Et en quoi elle se combine avec les gilets-jaunes ? Pourquoi c’est BFM et Le Monde, médias macronistes, qui ont sorti et monté en épingle l’affaire benalla ? Et quel est le rôle d’une autre barbouze, américaine, Steeve Bannon dans toute cette agitation ?

        +2

      Alerter
      • Kilsan Aïtous // 06.02.2019 à 19h42

        Ne soyez pas si naïf, De Gaulle est vraiment un petit amateur du dimanche en “barbouzerie et crime organisés”, si on veut bien regarder comment marche ce monde et ses gouvernements, contre lesquels De Gaulle luttait justement, et qui ont bien gagné aujourd’hui, plaçant leurs pions authentiquement mafieux à leur service à peu près partout et surtout imposant l’esprit/système mafieux dans toutes les têtes.

          +5

        Alerter
  • Eric83 // 06.02.2019 à 07h42

    LCP – Intervention de la sinistre de la “justice” à l’Assemblée Nationale sur la tentative de perquisition chez Mediapart.

    https://twitter.com/i/status/1092799319390986241

      +7

    Alerter
    • Ubu // 06.02.2019 à 16h17

      Belloubet quand elle s’exprime, elle dit ce qu’elle n’est pas.
      Dernièrement, elle déclarait qu’elle n’était pas la reine des neiges, maintenant elle nous dit que Paris n’est pas Caracas, merci de nous le rappeler, mais quand on la voit, on se demande aussi si elle n’est pas Carabosse !

        +5

      Alerter
  • Paul // 06.02.2019 à 07h55

    Il y aurait- il un doute sur la possibilité que nos petits
    farceurs gaillardement s’entre-tripotent joyeusement
    dans les cabinets du bas des champs…?
    Ben…! Ah là là ! que font donc les surveillants des
    classes de travaux manuels .

      +10

    Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 13h01

      ah la la… les fantasmes de la France vont bon train ! … rien de tel pour faire causer… Mais qui a sorti et monté en épingle l’affaire Benalla ? Le Monde et BFM ! Cherchez l’erreur…
      En attendant, Benalla c’est de la rigolade par rapport aux barbouzes gaullistes, Pasqua et Foccard en tête…

        +5

      Alerter
      • calal // 06.02.2019 à 13h32

        benalla a 26 ans… laissez lui le temps d’acquerir de l’experience …

          +18

        Alerter
        • Booster // 10.02.2019 à 16h38

          Non justement, pas la peine de favoriser la croissance d‘un potentiel ennemi.

            +1

          Alerter
  • Papagateau // 06.02.2019 à 07h58

    Benalla, une erreur individuelle qui entraîne une 30aine d’autres erreurs individuelles.
    A partir de combien d’erreurs individuelles a-t-on une erreur collective ?
    A partir de quelle quantité de mensonge a-t-on une conspiration ?
    J’attends un article de presse approuvant le mot conspiration dans son titre (pour Benalla, pas pour les GJ).

      +14

    Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 13h04

      une conspiration en vue de quoi ? …c’est ça la question ! … Benalla est un “divertissement” servi par Le Monde et BFM (les médias macronistes eux-mêmes sont à la maneouvre). Les barbouzes du pouvoir macroniste c’est de la rigolade par rapport aux barbouzes de l’époque gaullistes… et pourtant, les français adulent De Gaulle… Tout cela n’a aucune cohérence…
      Benalla c’est le chiffon rouge qu’on agite au taureau de l’opinion publique : mais qui est le vrai toréador de cette histoire ?

        +3

      Alerter
      • Kilsan Aïtous // 06.02.2019 à 19h58

        Comparer le macronisme au gaullisme, en trouvant plus honnête le macronisme, ça il faut le faire…. Vous en êtes ?

          +8

        Alerter
      • Pierre // 06.02.2019 à 21h41

        Mais vous vous rendez compte Glbert que meme si De Gaulle barbouzait il a un peu eu un impact sur l’histoire de France autre que la vente et la mise à sac institutionnelle du pays que pratique Mcron ou vous avez eu de nouvelles directives et nouveaux éléments de langage sur votre fil LREM?
        Une conspiration pour masquer le controle direct du gouvernement de pitres qu’on se coltine sur la justice de classe qui nous pourrit la vie, par exemple.

          +6

        Alerter
  • Vincent // 06.02.2019 à 08h07

    Etit extrait de cet article sur sputnik ( https://fr.sputniknews.com/france/201902051039914844-benalla-mediapart-nouvel-enregistrement/ ):
    “Voici un extrait de l’échange:

    — Alexandre Benalla: «Et on efface tout à chaque fois. T’as effacé tout ce qu’il y avait dans ton téléphone?»

    — Vincent Crase: «Bah, tout ce qui concerne Velours… Bien sûr, bien sûr… Chez les flics, ils ont pas pu regarder mon téléphone parce que je l’éteignais et je le rallumais à chaque fois. Ils n’ont pas mon code, hein. Pis, franchement, les trois flics, les trois flics n’étaient pas contre moi, loin de là même, le major qui a tenu l’enquête me disait que ça le faisait vraiment ch**r de faire ça.»”

    Bon maintenant reste à savoir ce qu’est “Velours”
    Je pencherai pour une cocaïne d’excellente qualité…mais qui démonte bien la tête apparemment.

      +19

    Alerter
    • Paul // 06.02.2019 à 10h19

      Vincent 06.02.2019 à 08h07

      À ta curiosité ; qui est velours… ?
      Suit la piste de celui qui à dit récemment
      ‘’ mais c’est de la pipe ‘’ …
      D’après l’intonation de l’auteur,nul doute c’est un fin
      connaisseur et certainement un gourmet, sachant
      se lécher les babines après avoir tété ….

        +9

      Alerter
  • Toff de Aix // 06.02.2019 à 08h11

    Le fait est que n’importe quel président, de n’importe quel autre pays s’affirmant comme une authentique démocratie, aurait déjà été démissionné, ou aurait démissionné rapidement, si une affaire équivalente avait éclaté. Ce qui prouve que nous ne sommes pas en démocratie.

    Je tape très souvent sur les usa, mais je ne peux m’empêcher, à chaque rebondissement de cette incroyable affaire, d’imaginer un Trump empêtré dans un tel scandale. IL N’AURAIT PAS TENU UN MOIS.

    Notre pays est dans un triste état.

      +42

    Alerter
    • Eric83 // 06.02.2019 à 08h36

      Ce n’est pas un hasard si les députés sont contre l’obligation d’avoir un casier judiciaire vierge pour se présenter à une élection.

        +21

      Alerter
      • Tassin // 06.02.2019 à 11h31

        Cette mesure parait de bon sens mais on imagine bien le pouvoir s’en servir pour empêcher quelques politiques d’opposition “génants” de se présenter… Ce serait une bonne mesure avec un système non-corrompu et une justice impartiale, mais par les temps qui courent c’est à double tranchant.

          +8

        Alerter
    • Ubu // 06.02.2019 à 09h33

      Il existe une procédure de destitution, mais il semblerait que la majorité des députés et sénateurs ne veuillent pas s’en saisir… cela en dit long sur l’approbation de certains “opposants”, non ?

        +6

      Alerter
    • Fritz // 06.02.2019 à 09h45

      @Toff de Aix : comme vous dites, la preuve est faite que la France n’est pas une démocratie. C’est un régime verrouillé, un régime de déférence consolidé par l’esprit courtisan.

      Mais la France n’a pas toujours été ainsi. Si un scandale analogue à l’affaire Benalla avait éclaté sous la IIIe République, le président (de la République ou du Conseil) aurait dû démissionner.

        +9

      Alerter
      • Sandrine // 06.02.2019 à 11h13

        Y avait -il des dispositions constitutionnelles ou législatives qui les y obligeaient ?

          +1

        Alerter
        • Le Rouméliote // 06.02.2019 à 11h51

          Non, mais l’honneur : voir Jules Grévy qui démissionna le 1er décembre 1887, suite au scandale des décorations provoqué par son gendre Daniel Wilson.

            +9

          Alerter
    • s // 06.02.2019 à 10h58

      Selon l’IFOP, la cote de “popularité” de Macron remonte de 6 points !

        +0

      Alerter
  • charles // 06.02.2019 à 08h27

    et pendant ce temps là il court toujours. Je pense qu’il y a en france, en ce moment même, des milliers de gens qui sont prêt à jeter des cendriers et autres carafes (pour rester dans le thème), alors la violence des manifestants, amha, ils sont pas prêt de finir de s’en étonner.

    petit monde pourri qui se tient les coudes pour garder ses privilèges.

      +15

    Alerter
  • Jeanne L. // 06.02.2019 à 08h27

    Encore une collusion entre délinquants ? Je lis sur Wikipédia:

    “En France, les bars à chicha sont également soumis à l’application de lois similaires interdisant de fumer la chicha à l’intérieur de l’établissement4, de sorte que la plupart des bars à chichas sont dans l’illégalité et éventuellement sanctionnés par l’administration des douanes et condamnés par les tribunaux5,6. ”

    A deux pas de l’Elysée ? et ça continue ?

      +17

    Alerter
  • Czerny // 06.02.2019 à 09h18

    Le crime organisé français se réuni régulièrement, au grand complet ,à l’adresse indiquée ci-dessous. Si un lecteur du blog, officiant dans la police pouvait faire remonter l’info…..Les français lui seraient reconnaissants .Merci.
    http://www.assemblee-nationale.fr/15/seance/previsionnel.asp

      +12

    Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 13h09

      le Pouvoir s’est toujours appuyé sur le crime organisé… le général De Gaulle s’en était même fait une spécialité… Benalla c’est plutôt de la rigolade à côté…

        +2

      Alerter
      • calal // 06.02.2019 à 13h36

        de gaulle a envoye une fregate rapatrier de l’or des us vers la france.
        Macron a autorise la banque jp morgan a s’associer avec la banque de france pour faire “des operations” avec l’or de la banque de france.

        Un chef peut magouiller tant qu’il fait davantage gagner a son pays qu’il ne s’en met dans les poches…

          +13

        Alerter
        • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 18h38

          oui, mais pour le moment, contrairement à De Gaulle, Macron n’a pas fait tirer sur la population française…
          quant à JP Morgan, la banque qui a financé à intérêts la boucherie de 14-18, je crois que tout est dit… Ca date pas d’aujourd’hui qu’ils sont au coeur de l’état français.

            +1

          Alerter
          • Kilsan Aïtous // 06.02.2019 à 20h02

            Mais oui, c’est évident, Macron défend mieux les Français que De Gaulle….

              +4

            Alerter
  • Kokoba // 06.02.2019 à 09h48

    Haaa, c’est magnifique de voir tous le petit monde qui grenouille autour du pouvoir.

    Après, il faut faire attention à ne pas mettre tout le monde dans le même sac.
    33 personnes qui appellent Benalla ne font pas 33 personnes qui le soutiennent et qui font parti des copains/coquins.

    D’un coté, on a un Arno Karsfeld qui semble trés proche de Benalla et qui visiblement n’est pas vraiment du coté du droit (sympa pour un avocat).
    De l’autre, le commandant Jean-Luc Minet semble plutot avoir eu une discussion professionnelle avec Benalla dont le résultat n’est pas vraiment en faveur de ce dernier.

      +3

    Alerter
    • Julie // 06.02.2019 à 13h19

      Réseau Franc-mac’? On ne passe pas plusieurs années au sein de l’appareil PS sans être intronisé là-bas, “à toute fin utile”.

        +3

      Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 18h41

      Pasqua, Chirac, De Gaulle, Foccard, Gisarc, Mitterrand et tout le toutim… je ne sais pas où vous avez vu un jour de l’exemplarité dans notre république… On n’a d’ailleurs toujours pas éclairci le meurtre de Robert Boulin… Barbouzes et “Ballets-Roses” sont de toute éternité…

        +0

      Alerter
  • Eric83 // 06.02.2019 à 10h30

    PERQUISITION CHEZ MEDIAPART: BELLOUBET AURAIT MENTI À L’ASSEMBLÉE

    “Celle-ci confond délibérément deux procédures judiciaires différentes, selon le site d’information: d’un côté, vendredi, une demande de réquisition des extraits d’enregistrements diffusé dans par Mediapart; de l’autre, une tentative de perquisition après l’ouverture d’une enquête préliminaire par le parquet de Paris des chefs d’”atteinte à l’intimité de la vie privée” et de “détention illicite d’appareils ou de dispositifs techniques de nature à permettre la réalisation d’interception et de télécommunications ou de conversations”.”

    “Par conséquent, la ministre de la justice a soit menti par ignorance – et c’est grave – soit elle a menti sciemment – et c’est très grave”, conclut Mediapart.”

    http://www.charentelibre.fr/2019/02/06/belloubet-aurait-menti-a-l-assemblee,3383603.php

      +6

    Alerter
    • Marie Colin // 06.02.2019 à 18h45

      mmmouais… les indignations sélectives de Mediap… me laissent un peu froide – quand on se rappelle comme ils ont applaudi celles de la FI en octobre dernier : sans doute que le “secret des sources” ne peut se comparer à l’aspiration du fichier complet d’un mouvement politique ?

      Et puis, là, 5 perquisitiionneurs vs. une centaine en octobre – franchement, ça fait petit bras.Surtout quand ça permet au media en question de pousser des cris d’orfraie et de s’offrir une belle tranche de promo !

      Comme dirait La Fontaine, à peu près : ce n’est pas parce qu’on est invité au festin qu’on ne fait pas partie du menu…

        +5

      Alerter
  • Louis Robert // 06.02.2019 à 10h32

    Grandeur et misère de la France… Que de temps perdu à tant potiner autour de tous ces êtres du néant corrompus, tandis que la maison brûle!

    C’est alors que l’éloge de l’irresponsabilité vient à point nommé, n’est-ce pas? On se sent déjà mieux! Personne dans ce pays qui soit responsable, encore moins coupable de quoi que ce soit. Et tous de reconnaître que nous n’avons après tout «aucun moyen de remettre en cause les décisions prises en notre nom », n’est-ce pas? Simples spectateurs, nous « n’avons pas les moyens d’agir ». Ce serait folie de se reconnaître une quelconque responsabilité qu’« on n’a même pas le pouvoir qui permette de l’assumer ». Avouons-le, « notre impuissance politique » est totale. Contentons-nous donc de nous lamenter un peu… et passons vite à autre chose.

    C’est au milieu de cette irresponsabilité citoyenne que la maison achève de se consumer, à vrai dire dans l’indifference non pas universelle mais bien générale.

    Grandeur et misère de la France. Décadente, à n’en plus douter, cette France irresponsable, et chaque jour davantage totalitaire, se meurt.

      +10

    Alerter
  • Basile // 06.02.2019 à 11h28

    Benalla, c’est déjà de l’histoire ancienne, les méthodes de l’ancien monde.
    On les regretteraient presque car depuis, il y a le nouveau monde, et les éborgnés.

    Serait-il un os à ronger bien utile ?

      +5

    Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 13h14

      du temps de De Gaulle c’était mieux ? … et je vous parle pas des temps anciens où on envoyait l’armée faire des dragonnades dans les provinces, ou réprimer les révoltes ouvrières… le pouvoir a toujours été une crapulerie au service de la classe dominante…

        +2

      Alerter
      • Kilsan Aïtous // 06.02.2019 à 20h14

        Oui du temps de De Gaulle, c’était mieux, le président avait plus de tenue, ce n’était pas un fake.

          +9

        Alerter
      • tepavac // 07.02.2019 à 04h31

        Vous êtes ridicule avec vos vielles histoires.
        Vous n’aimez pas de Gaulle, vous ne comprenez pas les Français, vous n’aimez pas que la France garde ses relations avec les populations d’Afrique….
        C’est bon on à compris votre message, et voyez, le site garde même vos commentaires, pour que nul ne puisse vous oublier…

          +2

        Alerter
        • Glbert Gracile // 07.02.2019 à 18h50

          je suis fort content que le site garde mes même mes commentaires… je pense pour ma part que le débat idéologique ne doit pas craindre la controverse… Reste à savoir si je ne comprends pas “les français” ou “les africains”… Pour ma part, je ne dinvine pas De Gaulle, contraireent à la doxa actuelle… aujourd’hui tout le monde est gaulliste… ça coute pas cher, et c’est facilement idéalisable… sauf que si on veut sortir du bourbier actuel, il faudrait peut-être aller un peu plus loin… en tous cas, c’est mon avis

            +0

          Alerter
  • Ubu // 06.02.2019 à 11h29

    Un certain éclairage, on aime ou pas puisqu’ils sont concernés indirectement, mais bon il est question d’un rappel concernant le procureur de la république à l’origine de la perquisition, “osons causer”:
    https://www.youtube.com/watch?v=x2Kido2SkdQ

      +1

    Alerter
  • Le Rouméliote // 06.02.2019 à 12h00

    Après Askolovitch dénonçant la “presse aux ordres”, voici maintenant 20 Minutes et Le Monde qui se payent Benalla. Ça sent le roussi pour Micron ? Ses maîtres sont mécontents de lui ?

      +5

    Alerter
    • Basile // 06.02.2019 à 12h09

      une enquête sur un déjà condamné, c’est pratique, ça s’appelle achever un homme à terre. C’est sans risque

      d’ailleurs, Macron a montré le responsable, il a lâché Benalla, il a mis le pouce vers le bas, et la presse obéissante se rue sur la brebis galeuse

      Pendant ce temps, Castaner qui fait tirer au LBD, fait le beau

        +5

      Alerter
      • Alfred // 06.02.2019 à 16h40

        Tant que Benalla n’est pas en prison c’est qu’il n’a pas été lâché. Les lois de la République ne sont pas appliquées.

          +14

        Alerter
  • Matthieu // 06.02.2019 à 12h01

    Depuis quand 20 minutes fait des enquêtes? 🙂 Et spécialement contre Macron/Bénalla?
    Le groupe Ouest France (qui possède 20 minutes) ne soutient pas/plus Macron on dirait…

      +1

    Alerter
    • Glbert Gracile // 06.02.2019 à 13h20

      c’est d’ailleurs Le Monde et BFM qui ont lancé l’affaire Benalla en juillet… les purs médias macronistes… de là à penser qu’on amuse la gallerie avec une histoire de barbouze à 2 balles… comme si avant il n’y avait pas de barbouzes ! sous De Gaulle c’était 20 fois pire ! … il me semble que la vérité est ailleurs… pas vers là où on attire nos regards.

        +4

      Alerter
      • Marie Colin // 06.02.2019 à 18h54

        ET 1, ET 2, … ET 8 MESSAGES POUR LA JOURNÉE : pourriez vous PRÉCISER ce que vous entendez par tous ces “ailleurs” et autres allusions mystérieuses et floues ?
        c’est en principe la règle sur ce site.

          +3

        Alerter
      • Pierre // 06.02.2019 à 21h59

        Il va peut être piger que c’est Mission Impossible son cirage de pompe macronien. Surtout ici ou il y a quand meme un certain niveau de commentaire et un niveau d’information qui dépasse ses répétitions sans fin de phrases toutes faites pondue par la cellule ‘action’ de chez Lrem. Il devrait retourner sur Yahoo le Glbert, là bas il pourra convoler avec la meute des pro gouvernementaux et des anti gilets jaunes

          +6

        Alerter
        • Catalina // 07.02.2019 à 06h30

          ce qui m’étonne du coup, c’est la modération, ce type radote pendant 8 msg et ça passe ….????? bizarre, non ? y a t-il un troll à la modération ?

            +3

          Alerter
  • Kafka // 06.02.2019 à 12h41

    EN lisant le SMS et les conseils de l’avocat Arno Klarsfeld, je comprends pourquoi Emmanuel M a déclaré en regardant l’interviw de notre Alex national : “il a été briefé par un avocat. Ce ne sont pas les mots d’un garde du corps marocain”.

      +15

    Alerter
    • K // 07.02.2019 à 03h48

      Excellent !
      Et c’est même pire que ça car Macron aurait même pu dire “ce ne sont pas les mots d’un garde du corps arabe” (gitan n’est pas une nationalité).

        +0

      Alerter
  • BA // 06.02.2019 à 14h30

    Le scandale Benalla atteint le plus haut sommet de l’Etat.

    A Matignon, Edouard Philippe panique. C’est lui qui a ordonné au procureur d’aller perquisitionner les locaux du journal Mediapart.

    Le scandale Benalla sème la panique à Matignon : il faut absolument protéger Emmanuel Macron. Pour ça, tous les coups sont permis.

    La France est devenue une république bananière.

    https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/agression-d-un-manifestant-par-un-collaborateur-de-l-elysee/affaire-benalla-mediapart-estime-que-matignon-est-a-l-origine-de-l-enquete-sur-ses-sources_3177643.html

      +4

    Alerter
  • tchoo // 06.02.2019 à 19h37

    Faire référence a Dégainé et ses barbouzeries ne faut que banaliser Benalla.
    Interrogations il devrait y avoir sur à intérêt à sortir cette histoire. Parce que les soi disantes investigations de Médiapart ne sont qu’illusion

      +0

    Alerter
  • Catalina // 07.02.2019 à 06h26

    en m^me temps, (lol), qui a part un milliardaire, ce que micron n’est pas, claque un smic par jour hormis un mafieu ?

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications