Les Crises Les Crises
2.octobre.20182.10.2018 // Les Crises

La nécessité d’un sommet Trump-Poutine. Par Stephen F. Cohen

Merci 36
J'envoie

Source : The Nation, Stephen F. Cohen, 06-06-2018

Dix façons dont la nouvelle guerre froide américano-russe devient plus dangereuse que celle à laquelle nous avons survécu.

 

3Stephen F. Cohen, professeur émérite d’études et de politique russes à la NYU (New York University) et à Princeton, et John Batchelor poursuivent leurs discussions (habituellement) hebdomadaires sur la nouvelle guerre froide entre les États-Unis et la Russie. (Vous pouvez trouver les épisodes précédents, qui en sont maintenant à leur cinquième année, sur TheNation.com.)

Des rapports récents suggèrent qu’une réunion formelle entre les présidents Donald Trump et Vladimir Poutine a fait l’objet de discussions sérieuses à Washington et à Moscou. De tels « sommets » rituels mais souvent significatifs, comme on les appelait, ont été fréquemment utilisés pendant les 40 ans de guerre froide entre les États-Unis et l’Union soviétique pour, entre autres, réduire les conflits et accroître la coopération entre les deux superpuissances. Ils étaient les plus importants lorsque les tensions étaient les plus fortes. Certains ont eu beaucoup de succès, d’autres moins, d’autres ont été considérés comme des échecs. Étant donné les circonstances politiques extraordinairement toxiques d’aujourd’hui, même en laissant de côté la puissante opposition de Washington (y compris au sein de l’administration Trump) à toute coopération avec le Kremlin, on peut se demander si quelque chose de positif viendrait d’un sommet Trump-Poutine. Mais il est nécessaire, voire impératif, que Washington et Moscou essaient.

La raison devrait être claire. Comme Cohen a commencé à le faire valoir pour la première fois en 2014, la nouvelle guerre froide est plus dangereuse que la précédente, et le devient de plus en plus. Il est temps de mettre à jour, même brièvement, les raisons, dont il y en a déjà au moins dix :

  • 1. L’épicentre politique de la nouvelle Guerre froide n’est pas dans le lointain Berlin, comme c’était le cas depuis la fin des années 1940, mais directement aux frontières de la Russie, des États baltes et de l’Ukraine proche de l’ancienne république soviétique de Géorgie. Chacun de ces nouveaux fronts de la guerre froide est, ou a été récemment, marqué par la possibilité d’une guerre chaude. Les relations militaires entre les États-Unis et la Russie sont particulièrement tendues aujourd’hui dans la région de la Baltique, où un renforcement à grande échelle de l’OTAN est en cours, et en Ukraine, où une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie s’intensifie. Le « bloc soviétique » qui servait autrefois de tampon entre l’OTAN et la Russie n’existe plus. Et de nombreux incidents imaginables sur le nouveau front oriental de l’Ouest, intentionnels ou non, pourraient facilement déclencher une véritable guerre entre les États-Unis et la Russie. Ce qui est à l’origine de cette situation sans précédent aux frontières de la Russie – du moins depuis l’invasion nazie allemande en 1941 –, c’est bien sûr la décision extrêmement imprudente, à la fin des années 1990, d’étendre l’OTAN vers l’Est. Fait au nom de la « sécurité », cela n’a fait qu’accroître l’insécurité de tous les États concernés.
  • 2. Les guerres par procuration étaient une caractéristique de l’ancienne Guerre froide, mais généralement restreintes à ce qu’on appelait le « Tiers Monde » – en Afrique, par exemple – et elles impliquaient rarement beaucoup, voire pas du tout, de militaires soviétiques ou américains, la plupart du temps seulement de l’argent et des armes. Les guerres par procuration américano-russes d’aujourd’hui sont différentes, situées au centre de la géopolitique et accompagnées d’un trop grand nombre de conseillers militaires, d’assistants et peut-être même de combattants américains et russes. Deux ont déjà éclaté : en Géorgie en 2008, où les forces russes ont combattu une armée géorgienne financée, entraînée et dirigée par des fonds et du personnel américains ; et en Syrie, où, en février, des dizaines de Russes ont été tués par des forces anti-Assad soutenues par les États-Unis. Moscou n’a pas riposté, mais il s’est engagé à le faire s’il y a « une prochaine fois », comme il se peut fort bien qu’il y en ait. Si tel est le cas, il s’agirait en fait d’une guerre directe entre la Russie et l’Amérique. Pendant ce temps, le risque d’un tel conflit direct continue de croître en Ukraine, où le président Petro Porochenko, soutenu par les États-Unis mais politiquement défaillant, semble de plus en plus tenté de lancer une nouvelle attaque militaire totale contre le Donbass contrôlé par les rebelles, soutenus par Moscou. S’il le fait, et que l’assaut n’échoue pas rapidement comme les précédents, la Russie interviendra certainement dans l’Est de l’Ukraine par une « invasion » vraiment concrète. Washington devra alors prendre une décision fatidique de guerre ou de paix. Ayant déjà renié ses engagements envers les Accords de Minsk, qui sont le meilleur espoir de mettre fin pacifiquement à la crise ukrainienne qui dure depuis quatre ans, Kiev semble avoir une impulsion inébranlable à être un chien de guerre. Certes, sa capacité de provocation et de désinformation est inégalée, comme en témoigne encore la semaine dernière le faux « assassinat et résurrection » du journaliste Arkady Babchenko.
  • 3. La diabolisation occidentale, mais surtout américaine, qui dure depuis des années, du dirigeant du Kremlin, Poutine, est également sans précédent. Trop évident pour le répéter ici, aucun dirigeant soviétique, du moins depuis Staline, n’a jamais été soumis à une diffamation personnelle aussi prolongée, sans fondement et grossièrement désobligeante. Alors que les dirigeants soviétiques étaient généralement considérés comme des partenaires de négociation acceptables pour les présidents américains, y compris lors des grands sommets, Poutine semble être un dirigeant national illégitime – au mieux « un voyou du KGB », au pire un « parrain de la mafia » meurtrier.
  • 4. De plus, la diabolisation de Poutine a engendré une diffamation russophobe généralisée de la Russie elle-même, ou ce que le New York Times et d’autres médias grand public ont appelé « la Russie de Vladimir Poutine ». L’ennemi d’hier était le communisme soviétique. Aujourd’hui, c’est de plus en plus la Russie, délégitimant ainsi la Russie en tant que grande puissance avec des intérêts nationaux légitimes. « Le principe de parité », comme l’appelait Cohen pendant la Guerre froide précédente – le principe selon lequel les deux parties avaient des intérêts légitimes au pays et à l’étranger, qui était à la base de la diplomatie et des négociations, et symbolisé par des sommets de dirigeants – n’existe plus, du moins du côté américain. Ni la reconnaissance du fait que les deux parties étaient à blâmer, du moins dans une certaine mesure, pour cette Guerre froide. Parmi les observateurs américains influents qui reconnaissent au moins la réalité de la nouvelle guerre froide, seule la « Russie de Poutine » est à critiquer. Quand il n’y a pas de parité reconnue et de responsabilité partagée, il y a peu de place pour la diplomatie – seulement pour des relations de plus en plus militarisées, comme nous en sommes témoins aujourd’hui.
  • 5. Entre-temps, la plupart des garde-fous de la Guerre froide – mécanismes de coopération et règles de conduite mutuellement observées qui ont évolué au fil des décennies afin de prévenir la guerre chaude des superpuissances – ont été vaporisés ou mis à mal depuis la crise ukrainienne en 2014, comme l’a reconnu, presque seul, le Secrétaire général de l’ONU António Guterres : « La Guerre froide est de retour – avec une ardeur redoublée mais avec une différence. Les mécanismes et les protections pour gérer les risques d’escalade qui existaient dans le passé ne semblent plus être présents ». La récente frappe de missiles de Trump sur la Syrie a soigneusement évité de tuer des Russes là-bas, mais ici aussi Moscou s’est juré de riposter contre les agresseurs américains ou d’autres forces impliquées s’il y a une « prochaine fois », comme, encore une fois, il peut y en avoir. Même le processus de maîtrise des armements, qui dure depuis des décennies, pourrait, nous dit un expert, arriver à « se terminer ». Si tel est le cas, cela signifiera une nouvelle course aux armements nucléaires sans entrave, mais aussi la fin d’un processus diplomatique en cours qui a servi de tampon aux relations américano-soviétiques en période de très mauvaise conjoncture politique. En bref, s’il y a de nouvelles règles de conduite de la Guerre froide, elles n’ont pas encore été formulées et mutuellement acceptées. Cette semi-anarchie ne tient pas compte non plus de la nouvelle technologie de guerre des cyber-attaques. Quelles sont ses implications pour le fonctionnement sûr des systèmes existentiels russes et américains de commandement et de contrôle nucléaire et d’alerte rapide qui protègent contre un lancement accidentel de missiles encore en état d’alerte élevée ?
  • 6. Les allégations à propos du Russiagate selon lesquelles le président américain a été compromis – ou est même un agent du Kremlin – sont également sans précédent. Ces allégations ont eu des conséquences profondément dangereuses, parmi lesquelles la déclaration absurde mais répétée comme un mantra guerrier que la « Russie a attaqué l’Amérique » pendant l’élection présidentielle de 2016 ; les agressions paralysantes contre le président Trump chaque fois qu’il parle avec Poutine en personne ou par téléphone ; et rendre Trump et Poutine si toxiques que même la plupart des politiciens, journalistes et professeurs qui comprennent les dangers actuels hésitent à s’exprimer contre les contributions américaines à la nouvelle Guerre froide.
  • 7. Les médias grand public ont, bien sûr, joué un rôle lamentable dans tout cela. Contrairement au passé, lorsque les partisans pro-détente avaient un accès à peu près égal aux médias grand public, les nouveaux médias de la Guerre froide d’aujourd’hui renforcent leur discours conventionnel selon lequel la Russie est la seule responsable. Ils ne pratiquent pas la diversité d’opinions et de reportages, mais le « biais de confirmation ». Les voix alternatives (avec, oui, des faits alternatifs ou opposés) n’apparaissent plus que jamais rarement dans les journaux grand public les plus influents, à la télévision ou à la radio. Un résultat alarmant est que la « désinformation » générée par Washington et ses alliés a des conséquences avant qu’elle ne puisse être corrigée. Le faux assassinat de Babchenko (qui aurait été ordonné par Poutine, bien sûr) a été rapidement dénoncé, mais pas la tentative présumée d’assassinat de Skripal au Royaume-Uni, qui a conduit à la plus grande expulsion de diplomates russes de l’histoire des États-Unis avant que la version officielle de Londres de l’histoire ne commence à s’effondrer. Cela aussi est sans précédent : La Guerre froide sans débat, qui à son tour empêche de repenser et de réviser fréquemment la politique américaine qui ont caractérisé les 40 années de Guerre froide précédente – en fait, une « dogmatisation » forcée de la politique américaine qui est à la fois extrêmement dangereuse et antidémocratique.
  • 8. Tout aussi peu surprenant, et aussi très différent de la Guerre froide de 40 ans, il n’y a pratiquement pas d’opposition significative dans le courant dominant américain au rôle des États-Unis dans la nouvelle Guerre froide – ni dans les médias, ni au Congrès, ni dans les deux principaux partis politiques, ni dans les universités, ni au niveau de la base. Cela aussi est sans précédent, dangereux et contraire à la démocratie réelle. Il suffit de penser au silence tonitruant des dizaines de grandes entreprises américaines qui font des affaires rentables dans la Russie post-soviétique depuis des années, des chaînes de restauration rapide et des constructeurs automobiles aux géants de l’industrie pharmaceutique et de l’énergie. Et comparer leur comportement à celui des PDG de PepsiCo, Control Data, IBM et d’autres grandes entreprises américaines cherchant à entrer sur le marché soviétique dans les années 1970 et 1980, quand ils soutenaient et même finançaient publiquement des organisations et des politiciens pro-détente. Comment expliquer le silence de leurs homologues d’aujourd’hui, qui sont généralement si motivés par le profit ? Ont-ils trop peur d’être étiquetés « pro-Poutine » ou peut-être « pro-Trump » ? Dans l’affirmative, cette Guerre froide continuera-t-elle à se dérouler avec seulement de très rares exemples de courage en hauts lieux ?
  • 9. Et puis il y a le mythe largement répandu que la Russie d’aujourd’hui, contrairement à l’Union soviétique, est trop faible – son économie trop petite et fragile, son dirigeant trop « isolé dans les affaires internationales » – pour mener une Guerre froide durable, et qu’éventuellement Poutine, qui « boxe dans la catégorie supérieure », comme le veut le cliché, capitulera. Cela aussi est une dangereuse illusion. Comme Cohen l’a montré précédemment, la « Russie de Poutine » n’est guère isolée dans les affaires mondiales, et le devient encore moins, même en Europe, où au moins cinq gouvernements s’éloignent de Washington et de Bruxelles et peut-être de leurs sanctions économiques à l’encontre de la Russie. En effet, malgré les sanctions, l’industrie énergétique et les exportations agricoles de la Russie sont florissantes. Sur le plan géopolitique, Moscou possède de nombreux avantages militaires et connexes dans les régions où la nouvelle Guerre froide s’est déroulée. Et aucun État doté de l’arme nucléaire et des autres armes modernes de la Russie ne combat « au-dessus de sa catégorie ». Surtout, la grande majorité de la population russe s’est ralliée derrière Poutine parce qu’elle croit que son pays est attaqué par l’Occident dirigé par les États-Unis. Quiconque possède une connaissance rudimentaire de l’histoire de la Russie comprend qu’il est très peu probable qu’elle capitule, quelles que soient les circonstances.
  • 10. Finalement (du moins pour le moment), il y une « hystérie » guerrière grandissante, souvent évoquée à la fois à Washington et à Moscou. Elle est motivée par divers facteurs, mais les émissions d’informations télévisées, qui sont aussi courantes en Russie qu’aux États-Unis, jouent un rôle majeur. Seule une étude quantitative approfondie pourrait peut-être discerner qui a le rôle le plus lamentable dans la promotion de cette frénésie – MSNBC et CNN ou leurs homologues russes. Pour Cohen, le trait d’esprit russe pessimiste semble approprié : « Les deux sont les pires » (Oba khuzhe). Encore une fois, une partie de cet extrémisme radiodiffusé américain existait pendant la Guerre froide précédente, mais presque toujours équilibré, voire même compensé par des opinions vraiment informées et plus sages, qui sont maintenant largement exclues.

Cette analyse des dangers inhérents à la nouvelle Guerre froide est-elle extrémiste ou alarmiste ? Même certains spécialistes habituellement réticents sembleraient être d’accord avec l’évaluation générale de Cohen. Les experts réunis par un groupe de réflexion centriste de Washington pensaient que sur une échelle de 1 à 10, il y a 5 à 7 possibilités de guerre réelle avec la Russie. Un ancien chef du MI6 britannique aurait dit que « pour la première fois de mémoire d’homme, il y a une chance réaliste de conflit de superpuissances ». Et un général russe à la retraite respecté dit au même groupe de réflexion que toute confrontation militaire « aboutira à l’utilisation d’armes nucléaires entre les États-Unis et la Russie ».

Dans les circonstances désastreuses actuelles, un sommet Trump-Poutine ne peut pas éliminer les nouveaux dangers de la Guerre froide. Mais les sommets américano-soviétiques ont traditionnellement servi trois objectifs corollaires. Ils ont créé une sorte de partenariat pour la sécurité – et non une conspiration – qui impliquait le capital politique limité de chaque dirigeant au pays, que l’autre devrait reconnaître et ne pas mettre en péril sans en tenir compte. Ils ont envoyé un message clair aux bureaucraties de sécurité nationale respectives des deux dirigeants, qui souvent ne favorisaient pas une coopération de type détente, que le « patron » était déterminé et qu’ils devaient mettre fin à leur lenteur, voire au sabotage. Et les sommets, avec leurs rituels solennels et leur couverture intense, ont généralement amélioré l’environnement médiatico-politique nécessaire pour renforcer la coopération au milieu des conflits de la Guerre froide. Si un sommet Trump-Poutine atteint ne serait-ce que quelques-uns de ces objectifs, il pourrait en résulter un éloignement du précipice qui menace à l’heure actuelle.

Stephen F. Cohen est professeur émérite d’études russes et de politique à l’Université de New York et à l’Université de Princeton et rédacteur pour The Nation.

Source : The Nation, Stephen F. Cohen, 06-06-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Kiwixar // 02.10.2018 à 09h38

Discuter avec n’importe quel représentant de “DC-la-folle” (expression de Dedefensa.org), c’est comme de jouer aux échecs avec un pigeon : il renverse les pièces, il chie sur le plateau et à la fin il est persuadé d’avoir gagné…

12 réactions et commentaires

  • Weilan // 02.10.2018 à 07h31

    Stephen Cohen tente courageusement de diffuser un discours de raison. Malheureusement, reste t’il encore une once de raison à Washington ? J’en doute fortement quand je vois les tombereaux d’insultes et d’accusations déversées sur Trump après sa rencontre avec Poutine à Helsinki.
    Les fous furieux de Kiev sont capables de nous entraîner dans l’abîme.

      +15

    Alerter
  • lon // 02.10.2018 à 07h43

    Je crains par dessus tout les tarés de Kiev , qui ont amplement démontré ce dont ils étaient capables .
    Quant à l’UE , elle démontre encore et toujours sa faiblesse et sa veulerie .

      +19

    Alerter
    • Jérôme // 02.10.2018 à 07h59

      Ne les craignez pas trop. Ils ne peuvent « guère » que semer davantage de chaos dans les frontières administratives de l’Etat artificiel qu’est l’Ukraine. La Russie bénéficie d’une supériorité militaire écrasante à sa frontière occidentale. Si ça venait à barder davantage en Ukraine, la Russie fournirait davantage d’armes aux russophones d’Ukraine orientale, les encouragerait à proclamer leur indépendance et reconnaîtrait le nouvel État.

      Le risque d’accrochage est plutôt au Moyen-Orient.

        +2

      Alerter
  • basile // 02.10.2018 à 08h06

    Malheureusement, cet article date d’il y a 6 mois. Depuis, ça ne s’est pas arrangé. Depuis, l’homme qui a dit « Poutine m’a envoyé une lettre formidable » n’a cessé de critiquer ceux qui achètent du gaz Russe. Et de dire que Merkel est sous l’emprise de Poutine.

    je serait tenté de dire que Poutine doit arrêter les rencontres avec Trump, afin de lui montrer que ses volte faces, ça commence à bien faire, que sa patience a des limites. Et même, ne pas aller à la commémoration du 11 novembre, où ce ne sera qu’un pince fesses d’Otaniens ravis, qui autrefois se foutaient sur la gueule à coup de millions de morts. Ils ne manquent pas d’hypocrisie.

      +13

    Alerter
    • Fabrice // 02.10.2018 à 08h27

      Il a, à mon avis, raison d’aller aux commémorations car ce n’est pas lui qui est honoré mais la reconnaissance des sacrifices de chaque peuple dont le sien, ne pas y aller c’est donner raison à ceux qui font tout pour réécrire l’histoire selon leur fantaisie.

      Par cela il prouve qu’ il a plus l’étoffe d’un chef d’état que d’autres qui font passer leur ego avant leur devoir.

        +11

      Alerter
    • RV // 02.10.2018 à 21h07

      cet article date d’il y a 4 mois
      6 juin 2018

        +0

      Alerter
  • Jérôme // 02.10.2018 à 08h11

    Voilà un article raisonnable, sensé, mais hélas déconnecté des réalités.

    La réalité c’est que Trump et Poutine se sont déjà rencontrés et parlés. A chaque fois, Trump a dit que ce serait formidable de s’entebête avec la Russie. Et à chaque fois, les USA ont dans la foulée monté une opération « false flag » et pris unilatéralement des sanctions contre la Russie.

    Un cinglé de sous-secrétaire d’Etat va-t-en-guerre vient de déclarer au congrès US que, le cas échéant les USA pourraient organiser un blocus naval pour empêcher la Russie d’exporter ses hydrocarbures. A quoi un sénateur russe a rappelé qu’un blocus était un acte de guerre.

    La réalité c’est que, depuis 1991 et la chute de l’URSS, les USA sont devenus « non-agreement capable ».

    Ils ne conçoivent plus les relations avec les autres pays que selon l’alternative soumis ou ennemi.

    Alors ils peuvent encore moins accepter ni même concevoir qu’ils ne sont plus les premiers. Le risque est là : les USA sont un État-voyou au comportement plus ou moins hystérique et irrationnel. Et un tel joueur peut très bien décider de renverser la table s’il n’aime pas le résultat de la partie. On devrait leur faire revoir Docteur Folamour.

      +16

    Alerter
  • calal // 02.10.2018 à 08h33

    Je crains que si au moyen orient les proxys des russes soient les iraniens, les proxys des us ne soient les francais et les anglais,comme en lybie.Enfin quand je dis les proxys des us,je ne suis pas sur que ce soit reellement le cas. Peut etre la france interviendra t elle de son ” propre chef”. Ce qui poserait a nouveau la question de la legitimite de cette intervention eventuelle. Avec une difference dissuasive peut etre par rapport au cas lybien,celle du cout humain possible de ladite eventuelle intervention…

      +1

    Alerter
  • la vieille gauloise // 02.10.2018 à 08h59

    Une rencontré Trump / Poutine !. Pourquoi faire ? Trump n’ en a pas fini avec son deep state et des oligarques douteux restent encore derrière Poutine ….il faut attendre encore …..

      +2

    Alerter
  • Kiwixar // 02.10.2018 à 09h38

    Discuter avec n’importe quel représentant de “DC-la-folle” (expression de Dedefensa.org), c’est comme de jouer aux échecs avec un pigeon : il renverse les pièces, il chie sur le plateau et à la fin il est persuadé d’avoir gagné…

      +25

    Alerter
  • RV // 02.10.2018 à 21h18

    En attendant c’est en Chine que la Marine US croise le fer avec la chinoise
    https://fr.sputniknews.com/presse/201810021038336388-troisieme-guerre-mondiale-risque-james-mattis/

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications