Il fuadra m’expliquer comment les dirigeant d’un parti ouvertement islamophobe en France passe leur temps à baiser la main des animateurs mondiaux du courant islamique le plus intégriste…

Mais bon, c’est bien de connaître son ennemi, notez…

Source : Marianne, Marc Endeweld, 10-08-2016

Comme l’a brièvement évoqué le Huffington Post Maghreb, Nicolas Sarkozy a bien rendu visite la semaine dernière au roi d’Arabie saoudite, Salmane Abdelaziz Al Saoud, actuellement en résidence au Maroc. Et voici, selon nos informations, ce que l’ancien président de la République a raconté au chef d’Etat saoudien…

Nicolas Sarkozy et Salmane Abdelaziz Al Saoud. - Montage/SIPA

Nicolas Sarkozy et Salmane Abdelaziz Al Saoud. – Montage/SIPA

Cela devait rester une rencontre discrète… et donc secrète. Une simple visite de courtoisie entre deux voisins de villégiature. Las ! le glissait entre deux lignes en début de semaine : l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, a bien rendu visite mercredi 3 août au roi saoudien Salmane Abdelaziz Al Saoud, établi pour les vacances au Maroc dans sa résidence de Tanger. Selon nos informations, l’entretien a même duré près de deux heures. Pour Nicolas Sarkozy, il s’agissait de réchauffer ses liens avec le pouvoir saoudien, alors que ses relations avec l’ancien roi Abdallah, resté proche de Jacques Chirac jusqu’à sa mort, étaient pour le moins distantes.

Grand numéro de séduction

Au cours de l’entretien, Nicolas Sarkozy a donc fait son grand numéro de séduction, expliquant qu’il tenait beaucoup à « l’amitié France Arabie-saoudite » pour le futur de la région moyen-orientale, et assurant qu’il soutenait les positions de l’Arabie saoudite sur le dossier syrien.

Face à son interlocuteur saoudien, il a tenu à rappeler qu’il avait initié, dès 2007, l’idée d’une union méditerranéenne. Et l’ancien chef de l’Etat ne s’est pas contenté d’évoquer des sujets régionaux : il a également réaffirmé son intérêt pour l’islam de France, et le fait qu’il avait mis en place le Conseil Français du Culte Musulman (CFCM) du temps où il était ministre de l’Intérieur. Selon nos informations, les échéances électorales françaises de 2017 ont même été évoquées.

Cette visite était aussi pour lui une manière de doubler François Hollande qui a toujours veillé, depuis son élection en 2012, à entretenir les meilleures relations avec l’Arabie saoudite.

Mais un jeu à courte vue, et bien dérisoire. Car, à l’heure des élections américaines, et de la candidature démocrate d’Hillary Clinton, le roi saoudien, et son gouvernement, notamment Mohammed Ben Nayef, le ministre de l’Intérieur, pourraient de nouveau tout miser sur les Etats-Unis, qui avait eu tendance à s’éloigner sous l’administration Obama.

Source : Marianne, Marc Endeweld, 10-08-2016

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

26 réponses à La visite estivale de Nicolas Sarkozy au roi d’Arabie saoudite, par Marc Endeweld

Commentaires recommandés

Caliban Le 18 août 2016 à 01h53

Imaginons un pays qui applique la peine de mort, décapite ou lapide les condamnés selon le crime commis. Imaginons un pays qui exporte le terrorisme dans le monde entier. Imaginons un pays qui détruit les lieux sacrés de la religion musulmane. Imaginons un pays qui bombarde les populations civiles d’Etats voisins.

Dans la vraie vie, ce pays serait sous embargo depuis belle lurette, façon Corée du Nord.

Mais ce n’est pas la vraie vie. Nous vivons dans un monde sans foi ni loi où les pétro-dollars permettent de se payer les meilleures boîtes de comm’, les amitiés politiques les plus indéfectibles et de se faire lécher les babouches par les “démocraties”. C’est un monde où l’invention du moteur à explosion au milieu du XIXe, est en train de nous péter à la g…

  1. Caliban Le 18 août 2016 à 01h53
    Afficher/Masquer

    Imaginons un pays qui applique la peine de mort, décapite ou lapide les condamnés selon le crime commis. Imaginons un pays qui exporte le terrorisme dans le monde entier. Imaginons un pays qui détruit les lieux sacrés de la religion musulmane. Imaginons un pays qui bombarde les populations civiles d’Etats voisins.

    Dans la vraie vie, ce pays serait sous embargo depuis belle lurette, façon Corée du Nord.

    Mais ce n’est pas la vraie vie. Nous vivons dans un monde sans foi ni loi où les pétro-dollars permettent de se payer les meilleures boîtes de comm’, les amitiés politiques les plus indéfectibles et de se faire lécher les babouches par les “démocraties”. C’est un monde où l’invention du moteur à explosion au milieu du XIXe, est en train de nous péter à la g…


    • UltraLucide Le 18 août 2016 à 19h29
      Afficher/Masquer

      L’argent du pétrole n’a pas d’odeur, celui des armements non plus.
      Depuis le Pacte du Quincy, l’Arabie Saoudite a tous les droits. Et tout ça remonte même avant, à l’issue du premier conflit mondial, dans les années 20. l’Angleterre a préféré favoriser le clan des Saoud, et leur a permis de virer les Hachemis et conquérir toute l’Arabie. Puis de contrôler seul les lieux saints de l’Islam. Ca a fait un tollé dans le monde musulman. Le problème était que ce clan était le porteur du wahhabisme intégriste, et à cette époque, l’Islam était plus divers et moins intégriste qu’aujourd’hui.
      Et ces cinglés sont devenus ceux qui conditionnent l’essentiel des ventes d’armes de la France, depuis la fin de la Guerre Froide. Nos amis US ayant fermé toutes les autres portes, et notre industrie moribonde ne peut plus vivre sans ce secteur particulier.
      Et il faut aussi financer les appuis politiques de cette industrie. Pas glorieux ni très sain.
      Enfin, il ne me semble pas que les Ripoublicains soient vraiment islamophobes….


    • Ovuef2r Le 19 août 2016 à 06h45
      Afficher/Masquer

      On peut aussi imaginer un pays très riche, achetant des centaines de milliards de $ en armes, munitions et mercenaires, déclarant la guerre à son voisin le plus pauvre, détruisant infrastructures, écoles (justifiant la mort d’enfants de 8 ans présents comme “s’entraînant à la guerre”), hôpitaux (y compris de MSF) mais généreux mécène des organisations internationales qui se retrouvent incapables de dire d’où viennent les bombes.
      Pour finir pa perdre cette guerre qui, en passant, tombait à point pour sauver la peau des terroristes islamistes installés dans le sud et en déroute face aux gueux mais farouches combattants…
      Enfin ce malheureux pays a fini par constituer, sous les bombes, un gouvernement d’union nationale dont vous n’entendrez pas parler et qui demande réparation sous peine d’envahir son richissime voisin…


  2. Guillaume Le 18 août 2016 à 02h25
    Afficher/Masquer

    Impressionnant!
    À chaque fois qu’on pense qu’il a touché le fond il nous surprend en descendant plus bas.

    Et dire que nombre de mes compatriotes vont voter pour lui “parce qu’il est moins pire”…


    • pythos Le 22 août 2016 à 14h34
      Afficher/Masquer

      Il est candidat pour détruire une autre nation, après la Libye.


  3. Pierre Bacara Le 18 août 2016 à 05h26
    Afficher/Masquer

    ROIS, PRESIDENTS, ARGENT ET ELECTIONS

    Les liens personnels entre Nicolas Sarkozy et une partie de la famille royale saoudienne sont anciens et connus. L’ex-président français les a patiemment tissés, en concurrence avec, à l’époque, Jacques Chirac, les deux réseaux ne se recouvrant d’ailleurs pas.

    N’oublions pas qu’en “bon” homme politique, Nicolas Sarkozy est d’abord un homme de réseaux, “réseau” voulant dire un amalgame incluant hommes de pouvoir politique et patrons de grands groupes industriels. Pour les industriels, de tels réseaux sont nécessaires pour conquérir des parts de marchés. Paradoxalement, ces mêmes réseaux sont même utiles aux Français puisque lorsque la France vend, des Français travaillent.

    Certes, du point de vue purement moral, le compte n’y est pas puisque l’Arabie soudite soutient l’E.I. contre l’Iran et ses alliés irakiens, donc soutient indirectement les attaques terroristes qui, en France, ont mis un terme cruel à la carrière d’un certain nombre de travailleurs, justement.

    Lorsque quelqu’un comme Nicolas Sarkozy se déplace, c’est donc pour parler d’argent. Le reste (Union méditerranéenne etc), c’est, comme l’on dit, de la “com”.

    Puisqu’on parle d’argent, il ne reste plus qu’à deviner pourquoi M. Sarkozy trouve urgent d’en parler lui aussi avec le roi, à neuf mois d’une coûteuse élection présidentielle française…


    • Pierre Bacara Le 18 août 2016 à 07h35
      Afficher/Masquer

      L’une des forces de la France, c’est son industrie lourde de haute technologie, le mot-clé étant “industrie“. Dans le secteur tertiaire, un emploi créé crée un emploi, lui-même. Dans le secteur secondaire, un emploi créé crée tous les emplois du secteur tertiaire qui sont nécessaires à l’existence de cet emploi dans le secteur secondaire. C’est pour cette raison que le taux d’industrialisation d’un pays est un paramètre de première importance et que les emplois créés dans le secteur secondaire sont si précieux, surtout dans un pays comme la France où les emplois ne se trouvent pas sous le sabot d’un cheval.

      Au demeurant, si vous considérez cet élément comme n’étant qu’un paramètre parmi d’autres, il est bien évident que personne ne pourra vous donner tort.


      • Current67 Le 18 août 2016 à 10h32
        Afficher/Masquer

        Un emploi créé dans l’industrie génère 4 emplois (fournisseurs, sous-traitants, services, commerces). C’est une donnée validée par l’Insee. Seule l’industrie génère une telle valeur ajoutée. D’autant que le niveau des salaires, la qualité des emplois n’est en rien comparable avec la masse des emplois tertiaires, constituée des petites mains de la grande distribution, de la restauration au niveau de qualification généralement très faible. C’est aussi un soutien direct à la consommation, moteur clé de la croissance. Le refus de nos politiques de soutenir le secteur industriel associé au dépeçage de nos champions par des groupes internationaux (Alsthom par ex) est un crime contre le bon sens et le niveau de vie des français. Jouer les vrp pour vendre des armes relève de la cauterre sur jambe de bois. D’autant que nous aurions bien plus à gagner à travailler avec les iraniens et russes qui ont de très gros besoins, d’infrastructures notamment et qui représentent des marchés bien plus prometteurs que le Qatar et l’Arabie Saoudite. Même si ce ne sont pas des démocraties exemplaires (en existe-il d’ailleurs), ce sont quand même des régimes bien moins dictatoriaux que les émirats dégénérés du Golfe et nous ne nous compromettrons pas avec les financeurs de l’islamisme radical.


      • Alain Le 18 août 2016 à 11h19
        Afficher/Masquer

        Belle mécanique économique, mais quand on est dans le secteur de l’armement sans état d’âme sur le choix des acheteurs, combien de vies innocentes détruit cet emploi? Sont-elles si peu importantes? et dans ce cas comment s’étonner d’un effet boomerang?


    • Caliban Le 18 août 2016 à 11h23
      Afficher/Masquer

      “Paradoxalement, ces mêmes réseaux sont même utiles aux Français puisque lorsque la France vend, des Français travaillent. ”

      Je serais volontiers d’accord avec Fabrice pour vous objecter que ce raisonnement d’homo-economicus, froid, calculateur et totalitaire par définition, ne tient pas la route.

      Car même en suivant ce raisonnement, c’est une simple question d’équations :
      • combien coûte à la France la lutte contre les barbus en Syrie ?
      • qu’est-ce que rapporte réellement Dassault & Co au budget / à la communauté nationale ?

      Et si on s’écarte un moment de ce strict bilan comptable, on voit sans peine ce que coûte à la France une alliance avec l’Arabie Saoudite (& le Qatar) : le discrédit et la compromission sur le plan international. Et sur le plan intérieur le dégoût croissant pour le personnel politique.


      • RGT Le 19 août 2016 à 15h16
        Afficher/Masquer

        C’est Joseph Stiglitz qui, il me semble, qui avait annoncé que l’industrie de l’armement, en tête de l’industrie US (hors banques) n’apportait absolument rien à l’économie “réelle”.

        Si les mêmes sommes avaient été investies dans l’entretien des routes (délabrées aux USA) et dans les travaux d’utilité publique pour les citoyens la redistribution aurait permis d’éviter la “descente aux enfers” de la population américaine.

        La vente de matériel militaire ne permet pas de “soutenir l’économie locale”, particulièrement depuis que de nombreux sous ensembles sont “délocalisés” dans des pays “low cost”.

        Seuls les actionnaires de ces entreprises ont un bon “retour sur investissement”.
        C’est pour ça qu’ils financent à tour de bras les politicards qui pourraient leur apporter des “contrats juteux”.


  4. Nerouiev Le 18 août 2016 à 05h27
    Afficher/Masquer

    Il y en a un qui doit bien rigoler dans son coin, celui qui a écouté sagement le discours de Sarkozy en Russie, celui à qui al Saoud a proposé un énorme marché en échange de Assad. Pauvre de nous !


  5. Naz Le 18 août 2016 à 06h39
    Afficher/Masquer

    À voir la photo en haut à gauche, un grand éclat de rire nous vient, qui jaunit au fur et à mesure qu’on se rend compte qu’elle représente la décadence de la France, le fond qu’on pensait avoir touché et d’où on espérait sortir d’un rebond. Hélas.
    Il paraît qu’on voudrait y retourner?


  6. openmind Le 18 août 2016 à 08h54
    Afficher/Masquer

    “Il faudra m’expliquer comment les dirigeant d’un parti ouvertement islamophobe en France passe leur temps à baiser la main des animateurs mondiaux du courant islamique le plus intégriste…”
    Cocher la ou les bonnes réponses.
    1) Sarko n’a rien compris et pense qu’un allier des USA ne peut financer le terrorisme.
    2) Sarko a besoin de fric pour sa campagne et comme Khadafi n’est plus là, il va chercher ailleurs.
    3) Sarko cherche à négocier de futurs juteux contrats pour les multinationales (française? peut-on dire encore cela?) pour obtenir leur soutien aux présidentielles.
    4) Sarko vient négocier sur l’instrumentalisation la stratégie de la tension inter-communautaire en France en contre partie d’une future vente d’armes et d’un appui aérien au Yemen.
    5) Ils n’étaient plus que trois avec le départ d’Erdogan pour faire une belote alors Sarko est venu faire le 4eme.
    6) Carla chantait trop fort, la petite est insupportable, alors il est parti le plus loin possible entre hommes….
    7) Le prince avait besoin de faire expertiser sa légion d’honneur par un connaisseur.


    • Catalina Le 18 août 2016 à 13h46
      Afficher/Masquer

      Je vois une autre raison que vous n’exprimez pas, allez chercher du fric en échange d’une victoire aux élections et bien sûr, le retour sur investissement signé par sarko lors du financement.
      Parce que je sais pas vous mais j’ai remarqué que bizarrement celui qui gagne est toujours celui qui est le mieux financé, autre bizarrerie de ce “choix démocratique”.
      😉

      Les élections aujourd’hui ont montré leur limite.


    • RGT Le 19 août 2016 à 15h21
      Afficher/Masquer

      La réponse ne serait-elle pas tout simplement :
      Parce que c’est le meilleur moyen de se faire un max de fric sans trop se fatiguer ?

      Cette réponse est valable pour tous les politicien professionnels de haut niveau.

      La “morale” est pour eux un handicap gênant pour leurs propres affaires.


  7. Didier Bous Le 18 août 2016 à 09h26
    Afficher/Masquer

    Non non, ce qu’il faut expliquer c’est pourquoi des électeurs islamophobes votent pour un candidat aussi proche de l’Arabie Saoudite et du Qatar.


  8. Eric83 Le 18 août 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    “Cela devait rester une rencontre discrète… et donc secrète”.

    Il est permis de penser que si cette information était diffusée sur les medias MSM et en particulier pendant les JT du 20 H, la grande majorité des citoyens prendraient enfin conscience de, notamment, la flagrante duplicité de Sarkozy.


  9. RGT Le 18 août 2016 à 10h51
    Afficher/Masquer

    Si j’étais à la place de Salmane Abdelaziz Al Saoud, je me méfierais…

    Souvenez-vous de ce qui est arrivé au dernier “Grand Ami” dirigeant d’un pays musulman qui l’a aidé dans sa campagne électorale et qui fût invité en grande pompe à l’Élysée, pouvant même planter sa guitoune sur les pelouses du palais présidentiel…

    Entre nous, cet ancien “ami” était largement moins nocif que celui qui va le remplacer dans le cœur de Narkozy…

    Ce qui risque donc de lui arriver est sans doute largement pire…


  10. Vareniky Le 18 août 2016 à 15h00
    Afficher/Masquer

    Il ne faut pas oublier que le parti “les Républicains” a une dette d’environ 20 millions d’Euros (a ce niveau d’endettement un ou deux millions de plus ou moins n’ont pas trop d’importance) avant de commencer la prochaine campagne électorale, et ce n’est pas la vente de tee-shirts “i like la Droite” qui vont combler les caisses.
    Aussi quand vous écrivez “piller son pays” on peut s’interroger de quel pays il s’agit, car il y a toujours des contreparties à toute donation et que le Roi d’Arabie Saoudite n’est pas Liliane Bettancourt.


  11. Dominique Le 18 août 2016 à 17h51
    Afficher/Masquer

    « assurant qu’il soutenait les positions de l’Arabie saoudite sur le dossier syrien »
    Lesquelles ?
    Parce que franchement, qui est capable d’indiquer quelles sont les « positions de l’Arabie saoudite sur le dossier syrien » ?


  12. Andrae Le 18 août 2016 à 18h32
    Afficher/Masquer

    La France est soumise aux USA – via l’UE en partie – cad. elle doit fournir support pour les djihadistes contre Assad (ISIS, AlQ, les ‘modérés’, etc.) en ligne avec une domination ancienne.

    Musique connue (Fabius), al-Nusra fait du bon boulot et Assad ne mérite pas de vivre. Avec une telle doctrine publiquement affichée, comment être surpris que des jeunes en mal de vivre vont se battre pour la France, contre Assad? (Ce n’est pas la 1ere motivation, mais la convergence mérite d’être signalée. Ceux qui vont se battre ‘pour la Syrie d’Assad’ sont invisibles, mention zero..)

    Les attaques ‘terroristes’ en F. sont attribuées à des djihadistes, guerriers pour l’Islam, fous extrémistes / (non-dit): Arabes revanchards. Tout est mis sur la ‘religion’, les ‘radicalisés’, des haineux qui veulent xyz, des personnes non-conformes avec les principes de l’Etat F. Tout revenant des combats en Syrie est vu avec horreur et risque la prison (alerte terroriste!!)…quand il ne fait que suivre la politique de l’Etat francais.

    Combien de temps la F. peut-elle assumer ces contradictions?


  13. VAZY Francky Le 18 août 2016 à 19h02
    Afficher/Masquer

    Je parie ici mon Zlip que les royaumes du golfe seront la prochaine cible des occidentaux. Qu’ils vont les attaquer massivement pour en prendre le contrôle, parce qu’ils ont tout simplement échoué à s’emparer de la Russie, et qu’il en va clairement de la survie même du pétrodollar. A chaque fois que Sarkozy est allé dans un pays pour leur faire des courbettes, ce dernier a été envahi, déstabilisé, et ses dirigeants ont été tués. Les Saouds et les tribus des royaumes du golfe devraient commencer à faire leurs prières, car il est évident que leur puissance financière et pétrolière menace maintenant toutes les économies occidentales. Ils vont se faire piller par tous les occidentaux qui n’ont jamais rien su faire d’autre de toute leur existence…


  14. Arcousan09 Le 18 août 2016 à 20h46
    Afficher/Masquer

    Il est allé là bas pour apprendre la technique de la décapitation au sabre ou de la lapidation expéditive ……
    Pas de chance pour ce qui est de la légion du (dés)-honneur il a été doublé par Hollande


  15. Jean-Luc Le 18 août 2016 à 23h01
    Afficher/Masquer

    Je ne sais plus s’il faut en rire ou en pleurer avec ceux-là…

    Pendant ce temps, du côté de Hollande:

    http://www.leparisien.fr/politique/hollande-et-l-inversion-de-la-courbe-du-chomage-je-n-ai-pas-eu-de-bol-18-08-2016-6050631.php

    “bon ben j’ai pas eu de chance, quoi” … mais ou est le diagnostic, bon sang!
    C’est pourquoi donc que le chomage ne fait qu’augmenter en France? (quand on tient compte du maquillage des chiffres) En a-t’il seulement la moindre idée?


  16. Vince94cmp Le 24 août 2016 à 11h42
    Afficher/Masquer

    Mouammar Kadhafi n’est plus, il faut trouver un autre mécène pour financer la campagne…
    Qu’auront ils en échange ?


Charte de modérations des commentaires