Source : Le Figaro Vox, Vincent Tremolet de Villers, 02/06/2017

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Faut-il avoir peur du transhumanisme ? Entre fantasmes et réalité, Laurent Alexandre répond à toutes les questions que nous nous posons sur l’intelligence artificielle. Il dresse le portrait vertigineux et inquiétant du monde à venir, où les technologies transformeront radicalement l’humain.


Laurent Alexandre ( https://twitter.com/dr_l_alexandre ) est chirurgien-urologue, cofondateur du site Web Doctissimo. Il s’intéresse de près aux problématiques du transhumanisme. Il a publié Les robots font-ils l’amour?: le transhumanisme en 12 questions (Dunod, 2016).


FIGAROVOX. – La puissance des GAFA sur le monde (puissance financière, numérique) entretient fantasmes et inquiétudes. Cette puissance est-elle réelle et en quoi peut-elle dominer les anciennes Etats-Nations ?

Laurent ALEXANDRE*. – Oui, les GAFA et demain les BATX chinois (Baidu, Alibaba, Tencent, Xiaomi) sont les nouveaux maîtres du monde. L’Europe ne sait que geindre. Elle a raté la révolution numérique. Aucun opérateur, qu’il s’agisse des GAFA ou des BATX n’est issu de notre continent. Après un tel échec, une telle absence de vision on pourrait espérer que l’Europe se mette au travail pour rattraper son retard. En fait, les Européens préfèrent geindre et accuser les géants du numérique de tous les maux. Ce réflexe infantile ne mènera nulle part. Il faut certes que les GAFA paient des impôts en Europe mais le principal enjeu est ailleurs: nous devons essayer de créer des plateformes numériques. Cela sera très difficile car nous avons des régulations inadaptées: nous avons la CNIL, ils ont les GAFA. La CNIL est remarquable mais il y en a 27 en Europe…. ce qui est lourd pour internationaliser. De surcroît, l’essentiel des règles n’émane plus des Parlements mais des plateformes numériques. Par ailleurs, les systèmes d’Intelligence Artificielle (IA) sont très difficiles à

auditer: les poids et les comportements des différents neurones virtuels -il y en a souvent près d’un milliard- changent à chaque milliseconde, comme nos neurones biologiques changent de comportement en fonction de l’expérience et de l’environnement. La puissance publique n’a pas pris la mesure de la révolution en cours: la loi va devoir se réinventer pour encadrer l’IA et donc notre vie. La gouvernance, la régulation et la police des plateformes d’IA vont devenir l’essentiel du travail parlementaire. Contrairement aux algorithmes traditionnels qui comportent peu de branches et sont imprimables, évaluables et auditables, une IA est un système trop complexe pour être analysé par des méthodes traditionnelles. La documentation complète d’un algorithme d’IA de type «deep learning» ferait des milliards de milliards de milliards de pages…. obsolètes quelques instants plus tard. Le Parlement va devoir se réinventer et un parlementaire qui ne maîtrise pas l’IA -ou qui pense encore que l’IA est un programme informatique banal- va devenir un danger public, une machine à attiser le populisme parce qu’il n’aura aucune prise sur le réel. Le Parlement doit se moderniser pour devenir un rempart contre les pulsions populistes dont nous n’avons vu que les prémisses, jouer le rôle de tampon entre les aspirations populaires et l’impossibilité politique de satisfaire des demandes infinies. Cela suppose que les parlementaires comprennent que la vraie loi est produite par l’IA des géants du numérique, que leur rôle est d’encadrer ces derniers et qu’un bon parlementaire doit avoir une bonne culture technologique.

L’intelligence artificielle est déjà dans nos vies à travers les outils technologiques. Jusqu’où peut s’étendre son influence?

Partout y compris dans nos cerveaux: Musk a tout compris. Le 28 mars 2017 marque le début de la fusion entre les cerveaux biologiques et l’intelligence artificielle (IA). Elon Musk, l’industriel le plus médiatique au monde, fondateur de PayPal, Tesla, SolarCity, Hyperloop, The Boring Company et SpaceX, a annoncé sur Twitter le lancement de Neuralink, une société destinée à augmenter nos capacités cérébrales grâce à de minuscules composants électroniques entrelacés entre nos 83 milliards de neurones, ce qui nous transformerait en cyborgs. Elon Musk se donne cinq ans pour sortir les premiers prototypes Neuralink. Cette course au neuro-enhancement (l’augmentation cérébrale) est motivée par sa hantise d’un dépassement de l’homme par l’IA, qui nous transformerait en animaux domestiques dans le meilleur des cas. Il pense que l’interdiction de l’IA à l’échelle mondiale est illusoire, même s’il a créé Open AI, une structure destinée à encadrer, surveiller et policer l’IA.

«Nous ferons des machines qui raisonnent, pensent, et font les choses mieux que nous le pouvons», avait déclaré Sergey Brin, le cofondateur de Google, il y a deux ans déjà ; il a confessé cette année à Davos qu’il avait sous-estimé la révolution de l’IA. Musk s’est d’ailleurs fâché avec Larry Page, le président de Google, à qui il reproche de prendre le risque d’être la fabrique d’une IA hostile à tout moment, même sans qu’il s’en rende compte.

Elon Musk est très influencé par Nick Bostrom, le théoricien des IA hostiles, qui défend l’idée qu’il ne peut y avoir qu’une seule espèce intelligente (biologique ou artificielle) dans une région de l’Univers: la version moderne de la sagesse populaire selon laquelle, il ne peut y avoir deux crocodiles dans le même marigot. Ayant comme premier objectif sa survie, toute IA forte se protégera en cachant ses intentions agressives et en attaquant préventivement. L’augmentation de nos capacités intellectuelles semble à Elon Musk la seule solution, avec le développement de colonies sur Mars, pour éviter que l’humanité tout entière soit exterminée d’un coup.

Comment fonctionne l’augmentation cérébrale?

L’augmentation cérébrale ne peut se faire que de deux façons: par sélection et manipulation génétique des embryons, ou par action électronique sur notre cerveau. Musk se refuse à toucher à l’ADN; il ne reste donc que les implants intracérébraux. Ce projet suscite de la moquerie de la part de beaucoup de neuroscientifiques, qui le jugent irréaliste mais ils oublient que Musk délivre toujours ce qu’il promet ; la seconde est Musk peut mobiliser des moyens considérables et recruter les meilleurs spécialistes mondiaux payés à prix d’or.

Les projets révolutionnaires d’Elon Musk posent de multiples questions politiques. Serait-il éthique de ne pas augmenter les capacités cognitives des gens peu doués? Ces implants augmenteront-ils le QI de tout le monde de façon homogène ou les gens les plus intelligents bénéficieront-ils de facto d’un gain plus élevé, ce qui créerait un monde ultra inégalitaire? Les neurotechnologies vont bouleverser nos institutions: nous sommes à la veille d’une révolution de l’école dont le rôle va devenir la programmation, sous le contrôle de la CNIL, des prothèses cérébrales. Face à ces enjeux, les discours sur l’enseignement sont une succession de poncifs qui semblent bien niais à l’heure des manipulations cérébrales made in Californie.

Quelle est la limite entre l’homme augmenté et la simple réparation médicale?

Le champ de l’augmentation […]

Suite à lire sur Le Figaro Vox, Vincent Tremolet de Villers, 02/06/2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

102 réponses à Laurent Alexandre : «Bienvenue à Gattaca deviendra la norme», par Laurent Alexandre

Commentaires recommandés

PatrickC Le 09 juin 2017 à 01h38

On s’endort avec Philip K. Dick… et on se réveille avec Laurent Alexandre. C’est un peu décevant. Où alors c’est du second degré que mes neurones non augmentés n’ont pas saisi ?

Là où on avait des substances rigolotes à fumer, on se retrouve avec une batterie au lithium plantée dans le crâne qui vous rabâche à l’envie que l’Europe a raté “la révolution numérique”. Franchement je vous le dis : ça fait pas envie.

«Nous ferons des machines qui raisonnent, pensent, et font les choses mieux que nous le pouvons». A lire leur prose ça n’a pourtant pas l’air si compliqué.

Même que ça existe déjà. Mon aspirateur n’est-il pas réputé “intelligent” par les gens qui me le vende…?

Les neurotechnologies ne bouleverseront que les ravis de la crèche qui pense que l’électricité est une énergie primaire inépuisable. L’homme “augmenté” ne sera finalement qu’un grille-pain avec une prise murale. Tu débranches le truc et ça ne te sert plus que pour te caler quelques bons bouquins sur l’étagère. Et pour les tartines grillées il restera bien deux silex à frotter quelque part.

Ces mecs sont hors-sol depuis fort longtemps mais le fait reste que si tous les Elon Musk et autres Larry Page voulaient bien émigrer sur Mars au plus vite, la distance pourrait suffire à nous en débarrasser un bout de temps.

Et ça, tout de même, ça reste un potentiel positif de leur révolution numérique.

  1. PatrickC Le 09 juin 2017 à 01h38
    Afficher/Masquer

    On s’endort avec Philip K. Dick… et on se réveille avec Laurent Alexandre. C’est un peu décevant. Où alors c’est du second degré que mes neurones non augmentés n’ont pas saisi ?

    Là où on avait des substances rigolotes à fumer, on se retrouve avec une batterie au lithium plantée dans le crâne qui vous rabâche à l’envie que l’Europe a raté “la révolution numérique”. Franchement je vous le dis : ça fait pas envie.

    «Nous ferons des machines qui raisonnent, pensent, et font les choses mieux que nous le pouvons». A lire leur prose ça n’a pourtant pas l’air si compliqué.

    Même que ça existe déjà. Mon aspirateur n’est-il pas réputé “intelligent” par les gens qui me le vende…?

    Les neurotechnologies ne bouleverseront que les ravis de la crèche qui pense que l’électricité est une énergie primaire inépuisable. L’homme “augmenté” ne sera finalement qu’un grille-pain avec une prise murale. Tu débranches le truc et ça ne te sert plus que pour te caler quelques bons bouquins sur l’étagère. Et pour les tartines grillées il restera bien deux silex à frotter quelque part.

    Ces mecs sont hors-sol depuis fort longtemps mais le fait reste que si tous les Elon Musk et autres Larry Page voulaient bien émigrer sur Mars au plus vite, la distance pourrait suffire à nous en débarrasser un bout de temps.

    Et ça, tout de même, ça reste un potentiel positif de leur révolution numérique.


    • Didier88600 Le 09 juin 2017 à 09h31
      Afficher/Masquer

      Google a développé une IA qui conçoit des circuits électronique de façon plus performante que des “ingénieurs”…. on peut râler contre l’avenir mais lutter contre est inutile.
      Il y a surement des personnes qui font de la sélection génétique pour améliorer leurs descendants… penser que la nature est ce qu’il y a de mieux c’est un moyen de se conforter dans la médiocrité.


      • Catalina Le 09 juin 2017 à 09h57
        Afficher/Masquer

        quelle médiocrité, en effet, c’est pas comme si on avait la communication par satellite et le laser pour soigner certaines maladies.


      • stephp Le 09 juin 2017 à 10h41
        Afficher/Masquer

        “Google a développé une IA qui conçoit des circuits électronique”.
        intéressant, un lien pour en savoir plus ?


        • K Le 09 juin 2017 à 20h01
          Afficher/Masquer

          Oui un lien SVP car si le circuit en question consiste a relier une LED, une pile et une resistance, c’est normal qu’un ordinateur s’en sorte tout seul. Je demande a voir la complexite du circuit et le nombre d’heure necessaires pour parametrer le logiciel.
          Le mot “IA” est devenu un mot magique, tout comme “objet connecte”, “numerique”, “transformation digitale”. Un mot que l’on utilise souvent a tort et a travers.

          Car plus generalement, un algoritme d’IA par apprentissage automatique par reseau de neurones, c’est juste une fonction qui fait varier ses parametres internes (par tatonement) jusqu’a determiner une combinaison de parametres qui permet d’obtenir la meilleurs valeur de retour possible. Des architectures comme l’apprentissage profond permettent de meilleurs performances mais le principe reste le meme.
          Je dois dire que, conceptuellement, j’ai du mal a comprendre comment ces “fonctions a tatonement automatique” pouraient devenir des quasi-etres capables de prendre le controle


          • Inox Le 09 juin 2017 à 23h21
            Afficher/Masquer

            Un lien pour s’initier:

            https://fr.wikipedia.org/wiki/Cybern%C3%A9tique

            Et aussi méditer sur la célèbre citation d’Aristote:

            “La totalité est plus que la somme de ces parties”

            Perso, je pense que l’émergence de la conscience par voie “autre que biologique ou non-biologique” (ne surtout pas associer le mot “artificielle” d’IA avec “factice, imitée”, mais plutôt dans le sens “non-naturel”, qui est bien plus juste), ne sera pas voulue. Elle sera accidentelle, non prévisible.

            Quelle révolution cela sera! Et quelle remise en question pour nous!

            Certes, on n’y est pas encore. Mais ça avance. J’espère le voir de mon vivant.


            • dominique Le 11 juin 2017 à 14h17
              Afficher/Masquer

              Même les réseaux profonds ne peuvent pas remplacer l’homme.

              Ce sont d’excellents interpolateurs en présence de masse de données. Rien d’autre.

              Quand il y a moins de données accessibles, il faut trouver les points d’interpolation. exemple : les plans d’expériences visent à les déterminer selon le modèle. Il s’agit de réaliser un nombre d’expérimentation minimum pour identifier les paramètres du modèle (par exemple si le test consiste à aller chercher des données en mer, ou à tester la solidité d’une voiture, où en agronomie).
              En présence de masse de données, c’est en fait la même chose : qu’elles données dans la masse sont pertinentes pour répondre aux questions ? C’est comme si l’expérience consistait à pêcher des valeurs dans les masses.

              En revanche : nous sommes bien tous espionnés et les interpolateurs massifs renseignent assez pour déterminer les éléments de profil qui interrogent ceux qui nous espionnent..

              Google embauche les diplômés français. J’en connais beaucoup.


      • Paul554 Le 09 juin 2017 à 12h26
        Afficher/Masquer

        Sauf que la nature est justement ce qu’il y a de mieux et l’Homme s’en inspire constamment. La nature est Hi-tech par définition. L’humain est à lui seul une machine extrêmement complexe dont les scientifiques ne comprennent le fonctionnement que de manière très fragmentaire. Arriver à faire ce que fait la nature comme elle le fait, c’est à dire souvent bien mieux que nous avec nos machines et avec une empreinte carbone 0, ça ce serait une véritable révolution.


        • Didier88600 Le 09 juin 2017 à 19h11
          Afficher/Masquer

          Je parle d’eugénisme.. vous me répondez la nature est ce qu’il y a de mieux.

          Si demain on éradique les maladies génétiques on aura des besoins médicaux bien inférieurs et une résilience bien supérieure. Personnellement j’aurait préféré naître sans diabète, glaucome et myopie.
          Je pense que l’être humain est loin d’être parfait, qu’on a les technologies pour l’améliorer et que la vie globale serait bien meilleure.


          • Davski Le 09 juin 2017 à 23h02
            Afficher/Masquer

            L’ennui avec l’eugenisme, c’est qu’au lieu de naître sans diabète, glaucome ni myopie vous ne seriez pas né du tout en étant porteur de ces maladies.
            Ne pas confondre l’éradication des maladies avec celle des malades.


          • RGT Le 10 juin 2017 à 14h25
            Afficher/Masquer

            Le seul problème de votre raisonnement c’est que le diabète, le glaucome ou la myopie peuvent un jour devenir des avantages évolutifs qui permettront à ceux qui en souffrent aujourd’hui de survivre dans un environnement chamboulé.

            C’est bien ça le “secret” de l’évolution : des mutations génétiques qui s’avèrent gênantes dans un certain contexte (ou environnement) mais qui offrent des avantages dans un autre milieu et qui permettent à l’espèce de se perpétuer (en évolutant (c’est à dire en mutant).

            Chaque fois qu’un nouvel être vivant naît su cette planète il porte de nombreuses nouvelles mutations génétiques qui peuvent passer inaperçues et qu’il transmettra à sa descendance.
            Au fil des milliards d’années ces mutations ont conduit les premières bactéries à devenir des humains, ne l’oubliez pas…

            L’eugénisme est une connerie sans nom.
            Hormis son côté peu ragoutant concernant la sauvegarde de “la pureté de l’espèce”, elle conduit à une impasse mortelle : Si on élimine toutes les mutations l’espèce n’évoluera plus et finira par s’éteindre rapidement au moindre petit changement environnemental.


        • stanlolo Le 12 juin 2017 à 21h19
          Afficher/Masquer

          Et dans l’avenir ,des robots electronico mécaniques super intelligents ,finiront par inventer des robots biologiques en faisant valoir leurs incroyables qualité d’adaptation et de créativité.


      • Porcinet Le 09 juin 2017 à 12h39
        Afficher/Masquer

        Ah parce que nous n’appartenons pas à la nature ?
        J’oubliais, notre puissance d’essence divine nous mène vers un somptueux destin (le somptueux festin, c’est fait).
        La médiocrité, c’est avaler tout rond les couleuvres du progrès.


      • Inox Le 09 juin 2017 à 16h23
        Afficher/Masquer

        Vous y allez un peu fort!

        Penser que l’homme pourra faire mieux que la nature, alors que nous la comprenons encore que très moyennement, est aussi un moyen de se conforter dans nos incommensurables certitudes arrogantes. Notre espèce est la plus évoluée que nous connaissons, mais je suis certain que la nature peut faire beaucoup mieux.

        Maintenant, est ce que notre espèce peut faire mieux que la nature? Déjà dans un premier temps, essayons de la respecter et de la comprendre, ensuite pourquoi pas avoir un dessein aussi grand qu’elle, et à défaut de faire mieux, faire différent. Je trouverai ça plus intéressant. Je pense que nous en sommes capables oui.


    • BO E Le 09 juin 2017 à 10h32
      Afficher/Masquer

      Malheureusement, force est de constater que la personne “hors-sol” n’est pas forcément celle qui est le plus proche de son potager. J’arrête ici la dérision, et plus sérieusement, je commenterais qu’être “hors-sol” c’est pour moi ne pas prendre la considération des avancées technologiques en termes d’IA qui sont faites ET déjà exploitée. Comme brièvement mentionné dans l’article, l’humanité (et en particulier l’europe) aurait tout intérêt à commencer à appréhender les conséquences positives et négatives d’une technologies en voie d’être très largement diffusée, parce qu’elle est une réalité de notre monde, que vous le vouliez ou non. Les technologies cognitives ont déjà fait leur chemin dans des secteurs, dont l’audit, et IBM Watson propose déjà les services de ces super computer intelligents, pour ne citer que cela. Les effets en termes de productivité sont énormes. Donc, oui, c’est bien une réalité qui se veut d’abord de ressorts économiques et productivistes qu’on ne pourra échapper, mais qui impacteront la société entière. En cela, Musk est moins illuminé que nos réac de la technologie sont déconnecté d’une réalité qu’ils ne comprennent pas… Et si la solution qu’il entrevoit permet de résoudre une menace envisageable du fait de l’intelligence artificielle, ça peut valoir la découverte et le débat.


      • Porcinet Le 09 juin 2017 à 12h44
        Afficher/Masquer

        C’est une peu comme l’Europe, faut l’intégrer pour la réformer !
        TINA, les autres le font, il faut le faire.
        Cela nous mène à l’abîme mais qu’importe, nous iront plus vite que les autres !
        Et oui, elles sont déjà là, inévitables !
        Ne ratez pas le train du progrès vers un superbe avenir ou la productivité sera enfin totale !
        De bien beaux gains qui nous permettront de…
        Mince, c’était quoi le but déjà ?
        Augmenter les gains de productivité, on t’as dit !


        • BO E Le 10 juin 2017 à 14h33
          Afficher/Masquer

          Pour ma part, je laisse les jugements de valeurs aux philosophes de tous bords. Tout ce que je peux m’efforcer de souligner c’est le caractère inévitable de l’utilisation d’intelligences artificielles, d’abord à des fins productivistes, puis pour être plus généralement diffusées dans tous les domaines de la société.
          S’exclamer au nom de la décroissance ne changera rien au processus engagé.
          Ensuite, ce serait une erreur de réduire l’impact des IA à de purs gains de productivité mécaniques/industriels. L’IA d’aujourd’hui, c’est avant tout le début du traitement du big data et des milliers d’applications qui en découlent, des applications qui seront parfois à disposition de smartphone, et ce n’est pas pour déplaire à la masse de consommateur du 21è siècle, croyez-moi.
          A tous ceux qui veulent se faire une idée de ce que “l’intelligence artificielle” est et sera, je vous conseils de jeter un oeil à ce billet http://www.duperrin.com/2014/05/27/informatique-cognitive-ibm-watson/


    • Narm Le 09 juin 2017 à 23h03
      Afficher/Masquer

      Excellent commentaire PatrickC 🙂

      “L’homme “augmenté” ne sera finalement qu’un grille-pain avec une prise murale. ”

      mais au moins, le grille pain, il sert à quelque chose. Lui 😉


  2. Xavier Le 09 juin 2017 à 02h40
    Afficher/Masquer

    Ces personnes n’ont toujours pas défini ce qu’est l’intelligence et agitent le spectre de l’IA…

    Très bonne tentative d’induction mais franchement que les décérébrés aillent se brancher, se déconnexer* devient urgent pour ne pas devenir une machine à calculer.

    * devenir non-connexe (auto-néologisme)


  3. martin Le 09 juin 2017 à 03h08
    Afficher/Masquer

    Pourrait on préciser que Laurent Alexandre “chirurgien urologue” est aussi, et surtout, fondateur de doctissimo, conférencier grassement rémunéré et exilé fiscal en Belgique…ce qui ne doit pas lui laisser beaucoup de temps pour faire de la médecine ?
    Peut on lui rappeler que, contrairement à ce qu’il écrit, Musk n’a fondé ni PayPal, ni Tesla (société dans laquelle il a juste investi un peu d’argent) ) et qu’en fait de “toujours délivrer ce qu’il promet” aucun, absolument aucun, projet de Musk n’a vu le jour ? Pour l’heure, Musk gagne des fortunes avec l’argent que lui prête les banques en promettant, toujours pour demain, des résultats fabuleux ?
    Peut on, enfin, signaler que personne n’a la moindre idée de la manière dont un processeur pourrait
    augmenter les capacités intellectuelles de qui que ce soit ? Ni de la manière de le “connecter” au cerveau ? Dans ces conditions, s’offusquer que les neurologues accueillent les délires de Musk avec une certaine ironie est… amusant.


    • Pascalcs Le 09 juin 2017 à 04h57
      Afficher/Masquer

      Tout à fait d’accord avec vos commentaires à propos d’Elon Musk. On attend encore et toujours la livraison des ses promesses et, au delà des banques, ce sont surtout les contribuables américains qui payent la note et les milliards engloutis par Musk et ses aventures. Tesla est une entreprise de destruction massive de cash qui fait le buzz au quotidien alors que c’est encore un “petit” dans la voiture électrique. Et récemment quand les assureurs américains, se basant sur l’accidentologie, remontent massivement les primes d’assurance des conducteurs de Tesla, Musk s’emporte comme un adolescent gâté, les accusant de ne rien comprendre.
      Mais comme toujours, les médias adorent ce genre de personnage…”Il fait rêver”, expression bénite de nos grands stratèges qui vivent sur l’argent des autres.
      Et pour conclure, tous ces beaux projets d’humain augmenté ne vous rappellent-ils pas la doctrine et ambitions d’un certain parti aux commandes du III Reich?


    • sassy2 Le 09 juin 2017 à 09h11
      Afficher/Masquer

      et que Monsieur Alexandre sauf erreur a potentiellement participé au licenciement de Romaric Godin


    • Didier88600 Le 09 juin 2017 à 09h20
      Afficher/Masquer

      Il a deja été mené des expérience de déplacement de souris sur un écran par la pensée.. développée pour les handicapés.
      L’IA va mettre au chomage des millions de gens et c’est tant mieux, on va enfin avoir un revenu universel et une société des loisir au lieu de celle de la dépendance et des petits chefs de bureau.

      L’europe a décider de quitter le terrain technologique quant Bull est mort…. et ce n’était pas avec des fonctionnaires et un minitel qu’on préparait l’avenir.. les décideurs français on toujours été a la ramasse.


      • Alfred Le 09 juin 2017 à 11h18
        Afficher/Masquer

        J’ai bien peur que vous soyez vous aussi un peu à la ramasse avec votre revenu universel et vos millions de chômeurs-youpi. Tous les promoteurs du revenu universel n’ont pas exactement les mêmes buts…..


        • Didier88600 Le 09 juin 2017 à 11h57
          Afficher/Masquer

          Je préfére un revenu universel a rien.. parce que dans les 10 ans les métiers de routiers, caissière, hommes du batiment, taxi, etc…. son appelés a disparaitre.

          On ne créera jamais assez d’emplois pour compenser ces pertes. L’europe étant toujours très lente a adoptée les nouvelles technologies sa prendra peut être un peut plus de temps mais on ira pas a contre courant.


          • Tassin Le 09 juin 2017 à 13h22
            Afficher/Masquer

            1/ Il n’est pas souhaitable de remplacer les humains par des machines (écologiquement et socialement)
            2/ Même si on le faisait il suffirait de diminuer le temps de travail de manière supérieure ou égale aux gains de productivité générés par ces machines pour annuler les destructions d’emplois.

            Évidemment cela impose des choix politiques courageux, à mille lieux du laisser-fairisme revendiqué par les libéraux partisans du revenu de base.


            • Philippe Le 09 juin 2017 à 14h15
              Afficher/Masquer

              Euh… hypothèse pour le point 2/: Si le gain de productivité est obtenu en supprimant tous les postes de chauffeur routier par exemple (remplacé par les robots), diminuer le temps de travail va servir… a quoi? ils n’ont plus de travail…
              Pour le point 1/: ce n’est pas souhaitable mais … c’est forcement ce qu’il va se passer! C’est bien pour cela que c’est fait, non?


            • K Le 09 juin 2017 à 20h20
              Afficher/Masquer

              Ca fait un siecle qu’on nous parle de la fin du travail en raison des gains de productivite. Keynes avait meme pronostique la semaine de 20h pour les annes 70 je crois. Quand on regarde les statistiques, on a pas une explosion des gains de productivite mais au contraire, une diminution annees apres annees. Au risque de me faire rembarer, je crois au principe de destruction creatrice. Ceux qui disent “cette fois c’est different car le petrole va manquer” doivent remarquer que nous avons acces aux energies renouvelables de maniere quasi-illimite. Relax !
              Certains disent que les energies renouvelable ne pouront pas remplacer les energies fossiles mais je n’ai pas encore lu de demonstration qui valide cette hypothese


            • Tassin Le 09 juin 2017 à 20h21
              Afficher/Masquer

              Ben les ex-chauffeurs occuperont alors les postes libérés dans d’autres domaines par la diminution du temps de travail.
              C’est bien ce qu’il s’est passé avec les ramasseurs de crottin et les allumeurs de réverbères.


          • Subotai Le 09 juin 2017 à 18h57
            Afficher/Masquer

            Oh mon Brave! Et comme il en s’agira pas de nourrir des millions d’inutiles, devinez ce qu’on en fera… 🙂
            Un indice, c’est déjà commencé… 🙂


      • jp Le 09 juin 2017 à 15h52
        Afficher/Masquer

        à porpos des hadciaoé, surtout des malvoyants et sourds) sujet que je connais de très près : en majorité ils ne veulent pas tant de technologie mais d’attention et respect des autres et de l’aide HUMAINE
        Parce que proposer tout un système de caméra+ordi à une gamine de 10 ans en 6è, à gérer et porter (>10kg) toute seule, ça a été NON, fallait juste un AVS qui sache lire et recopier, qu’on a pas eu évidemment.
        Pour une sourde, il faut juste que ses clients arrêtent de soupirer quand elle demande de répéter à voix plus haute et bien en face, parce que les implants ça s’use et c’est ch…
        On a implanté de force des gamins sourds qui n’ont rien demandé et pas supporté (mm pas le bruit de leurs propres pas) et donc échec total.
        Alors non la technologie pour augmenter soi-disant les gens n’augmente que les bénéfices des vendeurs de miracles, et ces miracles ne seront que pour ceux qui ont les moyens de les payer (les alpha), les epsilons continueront de crever.


  4. Ribouldingue Le 09 juin 2017 à 03h34
    Afficher/Masquer

    Encore un type qui préfère s’arracher la tête plutôt que de regarder la réalité en face, tout ça c’est bien beau mais dans la réalité il ne va plus y avoir les matières premières pour continuer ce type de technologies vu qu’on les avalent de façons complètement délirantes pour entretenir une croissance dont on peut se demander à quoi elle va bien servir au final.
    Donc cachons nous les yeux avec ces “progrès” et laissons le monde s’écrouler devant nous.


    • Pascalcs Le 09 juin 2017 à 05h55
      Afficher/Masquer

      D’une certaine manière, lorsqu’on constate la montée rapide de “l’abêtissement” généralisé provoquée par la présence de plus en plus incontournable de la “technologie” et autres “aides digitales” à toutes les taches de base de la vie courante, on se demande si la nécessité de faire appel à des technologies de remontée du QI de l’Espèce ne seront, après tout, pas nécessaires…


    • RGT Le 10 juin 2017 à 14h42
      Afficher/Masquer

      “il ne va plus y avoir les matières premières pour continuer ce type de technologies”…

      Détrompez-vous, lorsqu’il n’y aura plus de matières premières ni d’énergie bon marché on trouvera enfin LA solution au chômage de masse :

      Une partie des chômeurs ira en meute dans les immenses décharges récupérer les matières premières dans les “nouveaux eldorados” récupérer les matières premières contre un croûton de pain.

      L’autre partie ira pédaler pour faire tourner les générateurs qui alimenteront les machines.

      Machines qui contrôleront ce troupeau humain pour le plus grand profit de leurs propriétaires bien sûr.

      Matrix passera pour un documentaire historique d’une époque révolue.


  5. Perret Le 09 juin 2017 à 03h44
    Afficher/Masquer

    Ca me rappelle ce que l’on disait de l’enseignement assisté par ordinateur (EAO) au début des années 80…


  6. victor Le 09 juin 2017 à 04h08
    Afficher/Masquer

    C’est étrange, quand je lis les âneries d’un énarque urologue, je sens comme une odeur de pissotière.

    ” … l’homme se réduit à son cerveau. Nous sommes notre cerveau. La vie intérieure est une production de notre cerveau. L’Église refuse encore l’idée que l’âme soit produite par nos neurones, mais elle l’acceptera …”

    Et les 200 millions de neurones situés dans le tube digestif, c’est de la déco ?

    “L’augmentation cérébrale ne peut se faire que de deux façons: par sélection et manipulation génétique des embryons, ou par action électronique sur notre cerveau.”

    Tout s’explique …Peut-être que son cas est désespéré et qu’il ne reste plus qu’une pile et 2 électrodes dans le cerveau pour espérer l’entendre dire autres choses que des absurdités ?

    En vérité je vous le dis, nous sommes chanceux les amis. J’ose à peine imaginer les dégâts qu’il pourrait causer s’il était resté urologue. Ce qui reste effrayant, c’est qu’il trouve des gens pour l’écouter.


    • Jean Aymard Le 09 juin 2017 à 17h53
      Afficher/Masquer

      ” … l’homme se réduit à son cerveau. Nous sommes notre cerveau. La vie intérieure est une production de notre cerveau. L’Église refuse encore l’idée que l’âme soit produite par nos neurones, mais elle l’acceptera …”

      Effectivement, cet homme est totalement à l’Ouest. Déjà, ce n’est pas tant que l’Eglise refuse quoi que ce soit (il en est encore au 18e siècle, apparemment…) c’est plutôt que ce sont les médécins et les scientifiques qui se rendent compte que , non, notre âme, notre vie intérieure ne sont en aucun cas produits par nos neurones. Notre cerveau serait plus une espèce d’interface entre notre conscience et notre corps physique. Les observations actuelles tendent à penser que notre conscience est extérieure. Voir pour cela les compte-rendus du Pr. Charbonnier, entre autres.

      Il en est encore à l’époque de la science matérialiste, mécaniste, triomphante du début du 20e siècle, issue de la pensée de Descartes qui ne voyait en nous que “des horloges”. C’est désolant de pauvreté intellectuelle.


    • K Le 09 juin 2017 à 20h46
      Afficher/Masquer

      Oui, la phrase sur l’ame et l’Eglise est deplacee. Ca n’a aucun sens. La neurologie est l’etude des processus cognitifs, mais elle ne peut pas aprehender le principe de la concience par exemple.
      La science peut expliquer le comment mais pas le pourquoi.


    • RGT Le 10 juin 2017 à 14h57
      Afficher/Masquer

      “J’ose à peine imaginer les dégâts qu’il pourrait causer s’il était resté urologue.”

      Je pense que son ancien métier d’urologue doit bougrement lui manquer.

      Particulièrement un acte pratiqué dans l’exercice de cette profession qui a peut-être été à l’origine de sa vocation…

      Il pouvait aussi faire politicien ou banquier, c’est aussi une pratique courante dans ces professions.

      Vous me répondrez que la presse et les médias pratiquent aussi cet acte.


  7. Catalina Le 09 juin 2017 à 05h22
    Afficher/Masquer

    Peut-être que tout simplement pour augmenter son QI, nous pouvons ouvrir des livres et éteindre la télévision ? faire des débats ? (oui, je sais, le mot est tabou)
    Par ailleurs, il y a sur notre planète des gens qui manquent du minimum vital, n’est-ce pas la première des priorités ?


    • Didier88600 Le 09 juin 2017 à 09h23
      Afficher/Masquer

      Il y a une différence entre connaissances et intelligence, apprendre des livres même par coeur ne donnera pas de solution.


      • Ellilou Le 09 juin 2017 à 12h28
        Afficher/Masquer

        Je ne pense pas que Catalina pensait à “apprendre des livres par cœur” mais lire un bon livre (après à chacun sa définition…) c’est comme avoir une discussion. C’est en tout cas mon humble avis.


        • Jean Aymard Le 09 juin 2017 à 17h39
          Afficher/Masquer

          C’est plutôt ça, oui. La lecture d’un livre (personne n’a jamais proposé d’en apprendre par cœur !) ouvre la porte sur des savoirs, des pensées autres qui questionnent les nôtres et nous font réfléchir et avancer intellectuellement. C’est juste la base du développement de l’intelligence: les frotter les unes contre les autres. Implanter des puces électroniques ne fera de nous que des supercalculatrices.


          • Adri Le 09 juin 2017 à 21h12
            Afficher/Masquer

            Philantrope mode ON
            Je pense que l’on se trompe de problème.
            Nous, les êtres humains sommes parfaitement capables de réfléchir, acquérir des connaissances et ça en nous aidant d’un support technologique.
            Il n’y a qu’a voir ce débat, qui fait avancer les choses et qui à été provoqué par cet article. Ce même article dont nous n’aurions jamais eu la connaissance sans l’aide de nos machines muni de leurs milliers d’algorithmes et d’Internet qui est sans doute l’une des majeurs avancées technologiques de cette génération.

            Le problème réside plutôt dans l’utilisation que l’on en fait. Celle ci, utilisée à bon escient pourrais permettre des avancées encore plus fulgurantes notamment dans la recherche d’énergies nouvelles (hydrogène).

            Mais dans ce monde, la majorité de l’argent à tendance à aller vers la recherche du moindre profit plutôt que la recherche pour l’humain. Ce monde renverse l’utilité que ces innovations pourrait avoir, et les exemples sont nombreux, très nombreux.


  8. Coulon Le 09 juin 2017 à 05h41
    Afficher/Masquer

    Des grands penseur d autrefois ,il y a 2000 ou 3000 ans ,et penseurs contemporain ,ou est l évolution ? L homme tourne en rond ,du divertissement, on le fabrique ,il nous occupe ,mais on stagne ,voir regresse .Nos créateurs nous regarde comme une expérience qui rate ,et a la dernière expérience raté ,la terre ,cette endroit qui nous semble si grand ,a subit un grand reset .Ils se lasse ,et moi aussi ! ont tournes en rond .


  9. lvzor Le 09 juin 2017 à 06h52
    Afficher/Masquer

    Comme disait Pline l’ancien :
    “Urologue, (ne regarde) pas au-dessus de la vessie!”


    • Jmi Le 09 juin 2017 à 07h53
      Afficher/Masquer

      Cher Ami,
      c’est de Praxilèle, le sculpteur grec , qui a répondu a un cordonnier qui critiquait une de ses sculptures ” Cordonnier, pas plus haut que la chaussure”

      Cordialement


      • lvzor Le 09 juin 2017 à 10h44
        Afficher/Masquer

        Oui, mais c’est Pline qui le raconte 🙂
        (D’ailleurs, ce serait d’Apelle et non Praxitèle 🙂 )

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Apelle


      • vu de sirius Le 09 juin 2017 à 11h16
        Afficher/Masquer

        “sutor, ne ultra crepidas” (je connais mes “pages roses”!)


  10. Homère d'Allore Le 09 juin 2017 à 06h54
    Afficher/Masquer

    En attendant la réalisation des promesses de Musk et consorts, la réalité est que le QI est à la baisse dans la plupart des pays développés…

    http://www.lepoint.fr/invites-du-point/laurent-chevallier/chevallier-baisse-du-qi-et-si-c-etait-les-perturbateurs-endocriniens-11-03-2017-2111060_424.php


  11. Jacquesjacques Le 09 juin 2017 à 06h55
    Afficher/Masquer

    J’aimerais que des biologistes d’envergure enseignent à Monsieur Alexandre la différence qui existe entre une molécule ou un organe imprégnés de vie et les mêmes molécules ou organes dénués de la vibration qui enracine la Vie dans l’Univers. La gigantesque poussée de connaissances techniques – indéniable – n’est située en ce moment qu’au niveau de l’intellect et n’est pas intégrée au niveau de notre manière d’être au monde, et du respect de la vie, jusque dans notre âme. Vouloir s’augmenter technologiquement nous évite de faire le chemin d’accès à la beauté du monde par la recherche intérieure. La piste transhumaniste est une voie sans issue à mon point de vue. Les transhumanistes veulent accéder à l’immortalité par cette palette technologique en modifiant le corps, alors que notre immortalité existe déjà en nous, mais seulement au plan de l’âme qui fait un avec le corps le temps de nos existences. La question est : avons-nous affaire à de l’intelligence ou à une espèce nouvelle de folie qui traduirait notre impossibilité à nous transcender ? Cela revient à ne pas savoir vraiment distinguer l’intelligence de la folie.


    • Chris Le 09 juin 2017 à 11h21
      Afficher/Masquer

      Simple tentative de “burgeriser” l’intelligence.
      Notre époque technologiste devient drôlissime dans ses prétentions : l’homme branché remplacerait l’homme sapiens !
      Je me marre !…
      Et pourtant, il y a tellement à faire pour assister techniquement les malheurs physiques qu’ils soient congénitaux, accidentels ou dus au vieillissement.
      Non, on veut se servir de technologies “rapprochées” pour contrôler les humains. Robocop à l’envers. Là, je ne ris plus.


    • Teejee Le 09 juin 2017 à 20h19
      Afficher/Masquer

      “Vouloir s’augmenter technologiquement nous évite de faire le chemin d’accès à la beauté du monde par la recherche intérieure.”
      Autrement dit, rechercher l’ivresse de la puissance plutôt que la joie de se connaître, et le risque de se libérer de nos illusions sur nous-mêmes. Qu’est-ce que le désir d’immortalité, si ce n’est la peur de la mort ?


  12. Teejee Le 09 juin 2017 à 07h00
    Afficher/Masquer

    “Le seuil de 300 ans n’a aucun sens. En réalité, l’espèce humaine va devenir immortelle” (Laurent Alexandre).

    “Le monde a commencé sans l’Homme, et s’achèvera sans lui” (Claude Lévi-Strauss).


  13. Alfred Le 09 juin 2017 à 07h50
    Afficher/Masquer

    “malheur​ à la cité dont le prince est un enfant”.
    Vous pensiez à Bush ou à Macron? Au pouvoir politique en tout cas? Il fallait penser gafa et megacorporations gouvernées par des prédateurs perdus et dans humanités (avec un s).
    Malgré ce que dit ce monsieur dont je m’empresse d’oublier le nom il est tout à fait possible et essentiel de limiter le pouvoir des ces saloperies de grosses compagnies et d’encadrer leurs délires (pas facile, comme l’évasion fiscale mais possible).


  14. xoldo Le 09 juin 2017 à 08h11
    Afficher/Masquer

    Je suis une machine électronique. Je scane, les mots et les phrases. Je les traduis. Je les note selon différents critères. Je traite toute ces informations. Je peux faire un résumé de ce texte et je dis aux machines organiques, moi aussi, je pense donc je suis.


    • Chris Le 09 juin 2017 à 11h53
      Afficher/Masquer

      Des machines électroniques alimentées par le génie cognitif et moteur humain.
      Leur seul avantage est la somme des différentes intelligences introduites. N’est-ce pas plutôt une tentative pour éviter les pièges de la spécialisation qui connait tout d’un rien ? Ce que les Allemands appellent ironiquement “Fachidioten” lorsqu’ils parlent des experts !
      Que se passent-ils quand ces intelligences organiques introduisent des données, concepts conflictuels ?
      L’intelligence artificielle en passe de remplacer Dieu : Dieu au sens de création universelle. Ayant fabriqué sa créature, le créateur en connait forcément tous ses composants.
      Pour prolonger la réflexion, n’est-ce-pas le continuum des Lumières, lesquelles précisément n’ont jamais tant mis la création en danger ?
      Lumières de nos ténèbres : Ie mythe d’Icare ?
      A y réfléchir, les anciens n’ont eu de cesse de nous mettre en garde contre nos rêveries de puissance… A croire que ce danger est récurrent chez l’homme peu importe l’époque et la civilisation.


  15. Ardéchoix Le 09 juin 2017 à 08h15
    Afficher/Masquer

    Moi suis pas contre le faite d’implanter un minuscule composant électronique entrelacé entre les 83 milliards de neurones (doutes) de nos hommes politiques, qui permettrait de ne pas confondre argent publique et les poches de son veston. Ce serait déjà un grand pas pour l’humanité. Sinon à part cela, Monsieur Alexandre et Monsieur Musk, les cyborgs de la pensée, y prennent quoi comme produits ?


  16. Toff de Aix Le 09 juin 2017 à 08h22
    Afficher/Masquer

    Pour rebondir sur ce qui a été dit ici (et je suis pas mal raccord avec beaucoup de choses), lire de telles inepties montre à quel point ceux qui se prétendent nos “elites” sont en fait complètement hors-sol et hors réalité.

    Glorifier a ce point le cerveau et les capacités hors du commun de celui-ci, en niant tout le reste revient juste à fantasmer sur la toute puissance de l’homme vs la nature, en fermant les yeux et les oreilles sur les signaux d’alarme qui s’accumulent.

    Le réchauffement climatique, la destruction accélérée des biotopes, de la faune et de la flore, l’instabilité géopolitique globale, la majeure partie de l’humanité qui crève de faim…. l’épuisement des sols, la raréfaction des ressources-y compris les minerais, indispensables à la fabrication des rêves de grandeur de ce monsieur… Il nous reste 20 ans de réserves de cuivre, inutile de faire un dessin, et ce n’est pas le métal le plus rare sur la planète…

    Enfin bref…


    • Vladimir K Le 09 juin 2017 à 15h01
      Afficher/Masquer

      D’ailleurs, nos élites sont de très grandes amatrices de poncifs. On nous répète souvent que l’Europe a raté le coche, que l’Europe est en retrait face aux Chinois, etc. comme ici dans l’article.

      La France fait partie des très grands de l’internet, notamment avec OVH qui doit maintenant être très proche de la première place des hébergeurs web.

      On peut parler de Nokia qui, il n’y a pas si longtemps dominait le marché des mobiles (smartphones), et qui a été donné en pâture aux américains par ces mêmes élites.

      Un des gros acteurs dans les systèmes d’exploitation, c’est Debian, un OS Européen, géré par l’université de Helsinki.

      Et des exemples, on peut en citer un très grand nombre. Puisque l’on parle d’intelligence artificielle, là encore, les européens sont en avance sur leurs collègues américains, il suffit de regarder les suédois de Volvo, les allemands de Siemens (notamment les pilotes automatiques automobiles), Thales en France…

      Sauf que nos élites ne se basent que sur les médias mainstream pour s’informer, alors forcément… le résultat est là.


      • Arnould Le 09 juin 2017 à 20h52
        Afficher/Masquer

        Il me semble bien que la fameuse IA de Google est britannique…


  17. douarn Le 09 juin 2017 à 08h22
    Afficher/Masquer

    Bonjour

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Alexandre
    Le bon docteur est président de DNA Vision http://www.atlantico.fr/decryptage/laurent-alexandre-dna-vision-lutte-contre-mort-sera-plus-gros-marche-21eme-siecle-1006976.html
    Il est proche de Madelin, membre du siècle, pro-transhumaniste, chroniqueur au Huffington Post et au journal Le Monde, et créateur du site Doctissimo (qui n’a pas eu sa certification HAS/HON de la Haute Autorité de Santé française). Doctissimo était orange au decodex, il est maintenant vert. Bizarre, ou pas M. Niel (leMonde) et Dr Alexandre ont co-investit dans une startup spécialisé dans le fonctionnement du cerveau : Rythm. http://www.frenchweb.fr/rythm-leve-10-millions-deuros-pour-comprendre-et-connecter-le-cerveau-humain/235671
    Le Monde et Doctissimo (revendu à Lagardère par le Dr Laurent) ont aussi lancé conjointement un journal : http://www.sensetsante.fr . Sera t-il estampillé de la couleur verte ?

    https://www.lesechos.fr/21/02/2017/LesEchos/22388-097-ECH_le-groupe-le-monde-et-doctissimo-lancent—sens—sante–.htm

    Dr Alexandre (TEDx, 2012) a discouru : “Le recul de la mort : Vers une immortalité à brève échéance ?”. Il est à la médecine NBIC ce que Rifkin est à l’économie dite dématérialisée ou Elon Tusk à l’économie des énergies nouvelles : lobbyisme, business et grosse communication pour envoyer des paillettes dans les yeux des financeurs publiques et privés.

    Le capitalisme d’âge mûr en état de crise finit toujours par faire de vieux rêves fascisants, dirait-on. Bienvenu à Gattaca …


  18. Michel Ickx Le 09 juin 2017 à 08h24
    Afficher/Masquer

    L’humanité périra par l’hubris. Notre civilisation est dans la démesure. Le transhumanisme est la tour de Babel 2.0

    Il faut relire « Le piège » de Jimmy Goldsmidt. Il avait tout prévu sur les effets de la mondialisation dès 1994. Hélas Il est mort sans voir le Brexit qu’il considérait inévitable et qu’il appelait de toutes ses forces. Ce « self made man » avait conservé un bon sens rare chez les milliardaires.


  19. bruno Le 09 juin 2017 à 08h25
    Afficher/Masquer

    Imaginons un peuple d’humanoïdes à la capacité cérébrale augmentée. Ils doivent élire leur chef.
    SI après plusieurs mois de bombardements par des drones médiatiques, d’une bouillie de pensée consanguine hémiplégique, ils sont capables de voter autre chose que le messie présenté, alors oui le transhumanisme pourrait avoir un intérêt, sinon ne changez rien, ça va à peu près !!
    Puis le côté répétition de l’absurde, un peu comme pisser dans un violon d’urologue qui nous fait prendre des « messies » pour des lanternes je trouve cela tellement humain…


  20. Nerouiev Le 09 juin 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Un tigre augmenté ça pourrait faire un bon terroriste, un abruti augmenté ça pourrait faire un major exceptionnel de l’X, et un Soros augmenté ça donnerait quoi ?


  21. Caracole Le 09 juin 2017 à 08h34
    Afficher/Masquer

    Au dela du transhumanime qui peut paraitre un “reve” encore lointain, Laurent Alexandre est le seul que j’entends soulever le problème de nos données personelles devenant des data centers aux US (bien evidemment, pour notre plus grand bien, avec des amis comme les US, pas besoin d’ennemis).


  22. L'agroforestier Le 09 juin 2017 à 09h03
    Afficher/Masquer

    On s’en fout de Laurent ALEXANDRE… mais pas de ce qu’il montre !
    Dire que le transhumanisme existe, qu’il a une vision certes délirante, pleine d’hubris, etc… MAIS doté de moyens financiers et humains quasiment illimités, je trouve ça important, peu importe qui le dit.
    Leur objectif est inatteignable : ha bon ? C’est une certitude ? La probabilité est nulle ? Le deep learning n’existe pas, la manipulation génétique non plus ?
    D’ailleurs, peu importe qu’ils y arrivent : le simple fait qu’ils soient en mesure de concentrer tous les progrès NBIC, le big data, les meilleurs spécialistes et une part colossale des moyens financiers de la planète est DEJA un problème en soi.


  23. Oncle Bob Le 09 juin 2017 à 09h18
    Afficher/Masquer

    ‘Le Parlement doit se moderniser pour devenir un rempart contre les pulsions populistes dont nous n’avons vu que les prémisses, jouer le rôle de tampon entre les aspirations populaires et l’impossibilité politique de satisfaire des demandes infinies.’

    et voila une bonne petite négation de la démocratie basée sur des prémisses fausses – le peuple n’a pas d’aspiration infinies, ce sont les GAFA/multinationales/castes dirigeantes qui en ont et c’est plutôt le peuple qui devrait avoir le pouvoir de ‘tamponner’ leurs aspirations infinies/mortifères/complètement étrangères à l’intêret humain.

    ‘Cela suppose que les parlementaires comprennent que la vraie loi est produite par l’IA des géants du numérique, que leur rôle est d’encadrer ces derniers’

    Magnifique… la stratégie de com de définir la réalité, soit la loi du marché, la loi des IA = gravité = loi naturelle – toujours le même truc débile mais qui marche grâce au matraquage de masse (au sens propre comme au figuré)


    • jim Le 09 juin 2017 à 10h02
      Afficher/Masquer

      Ce texte regorge d’affirmations répugnantes, et possède un fond typiquement Attalien de démission et de validation d’un avenir imposé par certains sous couvert de prospective.

      Mais celle ci qui semble vous gêner
      ‘Cela suppose que les parlementaires comprennent que la vraie loi est produite par l’IA des géants du numérique, que leur rôle est d’encadrer ces derniers’
      est on ne peut plus sensée,
      Code is law.


      • Alfred Le 09 juin 2017 à 15h03
        Afficher/Masquer

        Tout à fait d’accord. Comme vous je ne peux pas m’empêcher de faire le rapprochement avec atali. C’est typiquement les mêmes prémisses totalitaires bien emballées pour aboutir à des pseudo conclusions progressistes. Et ça plaît aux gogos. Les mêmes qui s’effraient des “populismes” et qui radottent (à tord) que Hitler aurait été porté au pouvoir par des élections, les mêmes donc courent à grand pas et sourire aux lèvres prendre leur places qui d’esclaves, qui de kapos. Au nom du “progrès” encore.
        Votre mot est juste: c’est répugnant.


    • Pinouille Le 09 juin 2017 à 15h18
      Afficher/Masquer

      “le peuple n’a pas d’aspiration infinies”
      Il ne suffit pas de le prétendre pour que ce soit vrai.
      Le peuple (dans sa grande majorité) a pour l’instant montré tout le contraire: dès qu’il en a eu les moyens, il a eu sa TV (noir et blanc –> couleur –> écran plat –> HD –> ?), son tél portable, sa box internet, il est allé chez le médecin pour soulager ses souffrances et augmenter son espérance de vie… La liste s’allonge chaque année.


  24. Oncle Bob Le 09 juin 2017 à 09h18
    Afficher/Masquer

    ‘neuro-enhancement’
    le pouvoir magique de notre fabuleuse intelligence, il suffirait d’en avoir plus pour que tout s’arrange… mirage scientiste/techniciste…
    la peur d’être supplanté par notre créature IA qui crée la nécessité d’aller plus vite vers le gouffre…
    Ridicule, nos vrais pbs sont ceux du monde physique : l’épuisement des ressources qui soutient nos sociétés industrielles obsolètes, la déstabilisation globale des écosystèmes, c’est cela les défis et c’est vers la civilisation de la décroissance qu’on devrait tendre avec nos dernière forces/ressources si on veut passer les siècles prochains… Quand on sera en rade d’énergie, les terribles ‘IA hostiles’ auront bonne mine…
    Délires infantiles et complétement hors de la réalité, c’est à se demander si ces gens n’auraient pas vraiment besoin de la ‘prothèse cérébrale’ qu’ils comptent nous refiler…
    Bizarre de lire ça sur les crises


  25. scipio Le 09 juin 2017 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Il faudrait peut-être que ces gens qui pensent nous rendre immortels se rendent compte de leur chimères.
    Pour rappel le vieillissement est constitutif de tout être vivant et ce dés sa naissance (cf la théorie radicalaire et mitochondriale du vieillissement de Denham Harman).
    En fait selon cette théorie, qui n’a pas été infirmée jusqu’alors, chaque espèce peut vivre un certain temps au maximum (pour l’homme c’est 120-130 ans) avec de grosses variations individuelles selon l’exposition au toxique, l’alimentation, la génétique, les strss traumatiques, etc…

    En outre je doute que le QI soit le meilleur indicateur pour mesurer l’intelligence d’un individu


    • some Le 09 juin 2017 à 10h40
      Afficher/Masquer

      > En outre je doute que le QI soit le meilleur indicateur pour mesurer l’intelligence d’un individu

      exactement! Un QI de 160 avec 0 savoir sur les expériences passées, ce n’est pas extrêmement utile, il va juste pouvoir trouver des corrélations matheuses sans pouvoir y donner sens.

      Les deux vont de pairs.

      Maintenant, sans avoir 160 de QI, j’ai appris un jour qu’il ne servait à rien de vouloir faire boire un âne qui n’a pas soif.
      Ma nature humaine (je crois) me pousse régulièrement vérifier la chose encore et encore : /

      Pour ce qui nous concerne, depuis que le wifi, mobile est disponible en grand public, il y a eu des gens pour prévenir sur tout un tas de méfaits probable++ à venir.
      Que cela touche à la santé, à la vie privée, à l’éducation, aux mœurs etc etc
      Personne, ou presque, ne voulut écouter, et maintenant, jour après jour après jour les preuves s’additionnent que ce choix des nouvelles technos était, devait, et sera toujours très très très discutable, mais qu’à chaque fois ils choisiront la facilité…


  26. 4KBlademaster Le 09 juin 2017 à 10h50
    Afficher/Masquer

    Laurent Alexandre : le Samuel Laurent des biotechnologies.

    Par où commencer…

    Son admiration pour un personnage purement Marketing comme Elon Musk (il doit citer son nom au moins dix fois dans sa logorrhée) en dit long. On est content d’apprendre que l’horizon indépassable de l’humanité est l’immortalité, un visionnaire on vous dit !

    Le pire étant sa conception de l’intelligence limitée au QI ! Bigre, ” L’intelligence? C’est ce que mesure mon test! ” disait Binet. Qui est le plus intelligent entre Michel Ange, Mozart, Robert Louis Stevenson, Descartes et Albert Einstein ? Ravi d’apprendre également qu’il existe une forme unique et homogène d’intelligence !

    Belle synthèse quasi janséniste des ravages du libéralisme économique sur la pensée scientifique, avec la confusion habituelle entre invention, innovation, progrès.

    Je vous recommande les travaux de François Roddier sur la thermodynamique de l’évolution qui me semble apporter des éléments de réponse plus pertinents sur notre avenir :

    https://www.youtube.com/watch?v=6lNz5vmKEFA


  27. Pinouille Le 09 juin 2017 à 10h52
    Afficher/Masquer

    Je suis une fois de plus impressionné par l’éclairage pertinent des textes proposés par OB et déçu par les commentaires qui suivent.

    Que vous le vouliez ou non, l’IA existe déjà. Les développements en cours laissent présager des évolutions radicales de notre société, voire de l’être humain.
    Cela ressemble à de la science fiction et de nombreux projets se solderont par un échec. Mais certains (et pas n’importe qui) estiment que le potentiel justifie des investissements colossaux.
    L’analogie avec la bulle internet et l’émergence des GAFA semble pertinente.
    La France/l’Europe a de nouveau une chance à saisir: nous formons des mathématiciens de bonne facture.

    Libre à vous de ne pas y croire (perso je ne miserais pas un radis sur l’hyperloop), mais considérer hors sol toute personne qui reconnait un potentiel dans ces technologies (stephen hawking inclus), comment dire…


    • Alfred Le 09 juin 2017 à 12h27
      Afficher/Masquer

      Il est naturel d’aimer le susucre “je suis tolérant, ouvert progressiste et capable de m’adapter au changement”. Mais vous devriez moins mépriser vos interlocuteurs et essayer de comprendre ce qui se cache derrière les conservatismes. Il me semble que vous passez complément à votre de quelque chose d’important.
      Il est très inquiètant que les propos de Mr Laurent Alexandre ne provoquent pas une once d’angoisse chez certains. Vous ne voyez pas ce qu’ils contiennent de mort et de violence? Mr Alexandre est un parfait peut pol pot en puissance. C’est comme du atali. Il faut lire entre les lignes et alors c’est terrifiant. L’idee luminaire de base c’est que nous ne nous câlins pas tous et que certain (pas lui hein) sont destinés à mourir (pour qu’il vive éternellement par exemple). Sinistre. Comme est sinistre la fascination qu’il exerce sur certains commentateurs.


      • Pinouille Le 09 juin 2017 à 14h37
        Afficher/Masquer

        “essayer de comprendre ce qui se cache derrière les conservatismes”
        +1 pour vous.

        Je ne méprise personne. Je me contente d’apprécier les commentaires. Et je trouve que certains sont emprunts de suffisance et pauvres en arguments (l’un ou l’autre, ça passe, mais pas les 2 ensemble).

        Mes propos traitaient de la reconnaissance du potentiel de ces technologies (déniée par certains) et non pas de leurs risques, que je ne renie pas. Stephen Hawking a d’ailleurs été l’un des premiers à mettre en garde l’humanité contre les dangers de l’IA. Cette reconnaissance n’est pas un accueil béat, et ne nécessite aucune tolérance, progressisme ou capacité d’adaptation. C’est juste admettre une forte probabilité.

        J’ajouterais que cette technologie se développera indépendamment de toute considération éthique ou légale dès l’instant où elle ne nécessite qu’un ordinateur et de l’intelligence (humaine dans un 1er temps).


        • Alfred Le 09 juin 2017 à 15h15
          Afficher/Masquer

          Premièrement : désolé pour les nombreuses coquilles déguisées par “l’intelligence artificielle” toute relative de mon téléphone (non-smart) en mots dénués de sens. Cela complique sérieusement la lecture mais illustre finalement le propos.
          Deuxièmement : merci pour votre réponse qui me permet de préciser ceci: ce qui peut conduire certains dont je fais partie à réagir à ce texte de façon virulente, ce n’est pas par refus de la technologie (même si on pourrait avoir des discussions sur ses évolutions soit disant inéluctables ); c’est surtout en raison du discours sournois et plein de violence cachée tenu par Mr. Alexandre. Je vois en cet homme comme en Mr musk et bien d’autres des sociopathes et je m’effraie à la fois de leur hubris et du pouvoir qui leur est laissé par l’organisation capitaliste de nos sociétés. Relisez Primo Levi. Le passage où l’allemand regarde à travers lui (embauche du chimiste). C’est Mr Alexandre (bientôt immortel n’est ce pas) qui vous regarde, vous l’inutile pas augmenté.


          • Pinouille Le 09 juin 2017 à 16h35
            Afficher/Masquer

            J’ai relu le texte à la lumière de votre commentaire, ce qui devrait m’attirer un respect mérité :).
            Laurent Alexandre apparaît moins comme un fervent défenseur du capitalisme sauvage qu’un passionné de ces nouvelles technologies.
            La violence sous-jacente des thèmes abordés n’est que la conséquence de celle des mécanismes qui régissent le monde actuellement. L Alexandre me semble se contenter d’élaborer de manière assez neutre et objective des scénarios qui intègrent cette violence, sans en faire l’apologie.

            Plus généralement, nombreux sont ceux qui attribuent au capitalisme/libéralisme (je n’ouvre pas un débat sur leur définition) la source de cette violence, qui se cristalliserait chez les élites au détriment du peuple. Je suis plutôt d’avis que cette violence est intrinsèquement inscrite dans la nature humaine. Le système actuel permet l’expression de cette violence. Tout autre système (on peut parler du communisme) le permettra tout autant, d’une autre manière. Les fondamentaux restent les mêmes car ce sont les hommes qui les constituent: émergence d’un ordre qui favorise de manière démesurée la minorité dirigeante (via argent, pouvoir politique/religieux, etc).
            Révoltons nous, légiférons pour supprimer/atténuer cette violence, elle réapparaîtra là où on l’attend le moins.


            • Catalina Le 09 juin 2017 à 20h50
              Afficher/Masquer

              Je ne partage pas votre avis. Il existe des peuples qui vivent sans cette violence et qui prouvent que non, cette violence n’est pas intrinsèque.
              Allez consulter des informations sur les indiens Kogis par exemple. Affirmer que cette violence est intrinsèque dédouanne complètement tous ceux qui l’acceptent comme quelque chose de naturel, ce qu’elle n’est pas et ouvre la porte justement à cette violence que vous n’êtes pas loin de considérer comme légitime.


            • Alfred Le 09 juin 2017 à 21h39
              Afficher/Masquer

              Vous avez effectivement bien du mérite.
              😉
              Je suis un peu dérangé par votre conclusion qui semble de laisser faire (à quoi bon puisque la violence réapparaîtra). Il me semble que cet état instable est l’essence de la vie et que ce n’est pas parceque la violence réapparaîtra qu’il ne faut pas continuement lutter contre. L’inverse serait aller vers la mort de façon accélérée (un comble de “l’augmentation” non?).
              Mais surtout je ne pense pas du tout que ce monsieur soit un simple illuminé de la technologie incidemment capitaliste puisque tout le monde l’est. Son discours violent dans ses prémices conditionne à l’inverse son rapport à la technologie. Est c’est précisément le fait de placer sa violence dans ses prémices à-la-atali qui le rend sournois et dangereux (car on peut discuter de son discours mais on discute rarement les prémisses, c’est la tactique de ces gens là). Exemple: Comme les noirs sont esclaves et que vous êtes noir il faut se rendre à l’évidence et tâcher d’accepter que vous n’allez pas choisir votre travail mais je suis justement dans un domaine qui va vous aider, j’organise des marchés et je peux vous mettre en valeur. Ce n’est ni plus ni moins que le discours de ce monsieur (en sous couche). Il a pas perdu le nord. Il nous fait perdre le nord.


    • Tassin Le 09 juin 2017 à 12h59
      Afficher/Masquer

      Mais que les développements soient en cours n’en fait pas une perspective acceptable et encore moins souhaitable.
      Les OGM ou la sélection génétique des embryons humains (DPI) par exemple sont légaux aux USA. Heureusement en Europe nous en sommes à peu près protégés.
      Pour le moment du moins, parce qu’avec tous les gogos criant au miracle à chaque progrès technique ce n’est malheureusement pas un acquis immuable.


  28. Mondran Le 09 juin 2017 à 11h29
    Afficher/Masquer

    Je recommande la lecture du blog d’Olivier Ezratty qui a fait une analyse détaillée de l’ensemble des démarches visant à interférer en lecture – écriture avec le cerveau.
    http://www.oezratty.net/wordpress/
    Vous y trouverez également un panorama complet des travaux et investissements dans l’IA et plus largement le numérique.
    Certains entrepreneurs se lancent dans des projets qui dépassent de très loin les capacités technologiques actuelles mais globalement les investissements sont là et les progrès relativement rapides. Par contre, socialement et politiquement, la mesure n’est absolument pas prise sur les conséquences que ces travaux foisonnant impliqueront pour les démocraties.


  29. Christian Gedeon Le 09 juin 2017 à 11h42
    Afficher/Masquer

    Alexandre,mais pas le grand…complètement azimuté…Azimov,Heilein ou K Dick se marreraient bien s’ils lisaient ce tissu d’inepties. Que des gogos recherchent la “vie éternelle ” et le transhumanisme contrôlé,personne n’en doute…mais il y a 8 milliards d’êtres humains qui poussent derrière et qui vont les réduire en charpie..


  30. Krystyna Hawrot Le 09 juin 2017 à 12h36
    Afficher/Masquer

    A quoi ça sert d’avoir une humanité augmentée si c’est pour faire des boulots de merde, répétitifs et cons, comme ouvrir des sacs à 5000 personnes par jour, appuyer sur les boutons d’une caisse ou maneouvrer avec une serpillère? Car c’est cela les boulots que nous, les travailleurs, faisons tous les jours? Tant qu’on n’aura pas résolu la question des “personnes surnuméraires” du système bonnes à être liquidées car inutiles, je ne vois pas pourquoi on devrait s’extasier sur l’intelligence artificielle … des élites qui ont le pouvoir!


    • Pinouille Le 09 juin 2017 à 14h44
      Afficher/Masquer

      Rassurez vous, dans quelques années les robots nous remplaceront pour ces boulots de merde.
      Et quelques années plus tard, les robots nous remplaceront pour les autres boulots.


  31. Tassin Le 09 juin 2017 à 12h54
    Afficher/Masquer

    «Bienvenue à Gattaca deviendra la norme»

    Et le mec s’en félicite! On est vraiment là dans l’expression la plus pure de la mythologie libérale.
    Récemment on parlait avec des copains du film Gattaca, en se disant qu’à sa sortie (il y a 20 ans) le film était de la science fiction, mais que désormais toutes les technologies de reproduction artificielle utilisées dans le film sont au point et qu’il n’y a plus que la loi qui nous en protège (en tout cas en France car dans de nombreux pays la PMA et ses sous-techniques est totalement légale)
    Ca fait froid dans le dos.


  32. jim Le 09 juin 2017 à 13h38
    Afficher/Masquer

    My 2 cents.
    Il serait bon de commencer par clarifier un peu les esprits sur “tout ça”. Juste ça déja :

    1. distinguer IA et algorithmes déja en oeuvre hors transhumanisme et qui demanderaient des choix politiques fermes et démocratiques, ce que les politiciens ne fons pas bien entendu :
    a. ce que les gafa et autres acteurs éco utilisent pour tracer catégoriser profiler les gens
    b. ce que les gafa et autres utilisent pour rentabiliser ces données en agissant sur les informations et sur les groupes humains utilisateurs
    c. la manière dont les gouvernements utilisent eux aussi ces méthodes soit directement eux mêmes soit en utilisant les données des gafa, pour mieux connaitre les gens, ce qu’ils pensent, ce qu’ils font, ou pire détecter les dangers “potentiels”, ou pire encore canaliser les informations disponibles et échangées via IA.

    2. ce qui relève du transumanisme et notammant l’homme augmenté comme ils disent.

    3. le modèle de “gouvernance” en cours d’esquisse sur les choix de société concernant tout cela.
    Voir ça : https://www.partnershiponai.org/board-of-directors/, creuser les firmes fondatrices, remarquer comment ils ont autorisé des acteurs de la “société civile” à intégrer LEUR projet, et où sont les peuples dans tout ça (???).
    Ce point est le plus crucial.

    etc……….


    • jim Le 09 juin 2017 à 21h42
      Afficher/Masquer

      Bon, en somme, il n’y a pas un lecteur des crises qui a noté les points 1 et 3 déja en cours au PRéSENT concernant IA IA IA IA je répète on sait jamais!, très très très problématiques, tous restant scotchés sur la FUTURE comète transhumanisme et QI et la haine primaire des gafa capitalichtes…

      Dis autrement, l’ombre menaçante de la main criminelle des megafirmes et élites malades qui, sous terre, rongent les bases de nos aspirations les plus hautes, n’ont que des idiots flippés façon autruche en face d’elles par ici…

      A peine irrité là, et je le dis!!!


  33. Catalina Le 09 juin 2017 à 13h55
    Afficher/Masquer

    “améliorer son cerveau” alors qu’on a même pas été capable d’apréhender notre planète et de la respecter ? nous sommes bien plus tributaires de notre planète que d’une technologie, qu’elle qu’elle soit !
    les Indiens ont un proverbe”, quand l’homme aura tout détruit, il se rendra compte que l’argent ne se mange pas”, j’en propose un autre, ” quand l’homme aura augmenté son cerveau il se rendra compte que la technologie a tué sa planète”.


  34. Schuss Le 09 juin 2017 à 14h28
    Afficher/Masquer

    Bonjour,
    L’avantage de l’humain sur la machine c’est sa conscience. Un ordinateur aussi puissant soit il n’aura jamais acces a la conscience universelle, l’homme lui le peut !
    Confondre conscience et intellegince est prejudiciable a la bonne comprehension de l’etre humain. Avec une telle confusion, les moyens technologiques sont exclusivement tournes vers l’augmentation mecanique de l’ego humain. La conscience humaine ne necessite aucun moyen technologique pour etre augmentée seulement un travail interieur. Les societes futures integreront le developpement de la conscience humaine comme l’ecole augmente l’instruction et structure l’intelligence. L’ouverture de conscience ne structure pas l’ego, au contraire elle le reduit au strict minimum vital dans un environnement ou les relations sociales sont apaisées. Les monasteres et les veritables ecoles des mysteres jouaient ce role d’ouverture de la conscience. Cette epoque est revolue et l’ouverture de conscience concerne maintenant la societe civile…


    • Pinouille Le 09 juin 2017 à 14h49
      Afficher/Masquer

      Il n’est pas interdit de supposer qu’un jour une intelligence artificielle pourra être qualifiée de consciente. Certains robots se suicident déjà:
      http://www.numerama.com/tech/260678-les-robots-peuvent-ils-se-suicider-une-exposition-pose-la-question.html


      • Schuss Le 09 juin 2017 à 22h38
        Afficher/Masquer

        Le suicide n’est certainement pas la marque de la conscience. Vous confondez la conscience avec la souffrance. Dans la pleine conscience il n’y a pas de souffrance car vous etes relie au tout. Par contre lorsqu’un individu n’arrive pas a se demarquer de son ego, il peut etre amenez au suicide pour rompre sa souffrance psychique. L’ego c’est l’identification de l’individu avec son ressenti affectif et n’a rien avoir avec la pleine conscience. Ego est une emanation du monde animal et plus particulierement des mammifères supérieurs.


      • Schuss Le 09 juin 2017 à 22h57
        Afficher/Masquer

        L’ego ou la personnalite est le resultat d’une somme de jugements portes sur une somme d’expériences. Une synthese en quelque sorte ! Il est donc probable que la technologie puisse produire des robots avec une personnalite. Helas une personnalite n’est pas une conscience mais un conditionnement. La conscience c’est le discernement du vivant dans toute ses dimensions. Un robot peut reconnaitre un tas de choses lorsqu’il est programme pour cela mais helas ou heureusement un robot aura bien du mal a rencontrer véritablement un autre robot ou une vraie personne. Il peut faire illusion en ebauchant un dialogue ou encore decliner l’identite de la pesonne avec laquelle il interfere.


      • Schuss Le 09 juin 2017 à 23h18
        Afficher/Masquer

        Pour finir ma reponse a votre remarque sur la conscience a venir des robots. La conscience est trop souvent confondue avec l’intelligence. La conscience est bien au-delà de l’intelligence. La conscience fait l’objet d un champ d’investigation qui est balbutiant dans nos societes. En therapie j’utilise la pleine conscience pour intervenir Aupres de mes patients est annuler des interférences psychiques devenues nocives qu’ils ont eux meme installees a un moment de leur existance pour ce proteger. Cette protection les a aide a surmonter une reelle difficulté et les a maintenus en vie. Helas cette auto programmation subconsciente finit pas etre nefaste sur le corps physique a long terme car justement il manquait la conscience afin de prendre la seule bonne décision qu’il eut fallu. Un robot ne sera jamais capable de “pénétrer” le subconscient d’un individu et d’y faire le ménage. Ce n’est qu’un exemple bien simple de ce que peut faire la conscience…


  35. step Le 09 juin 2017 à 15h00
    Afficher/Masquer

    “Dès fois, je me demande si je ne suis pas déjà morte et si ce que j’appelle “moi” n’est en fait qu’une personnalité artificielle faite d’un corps mécanique et d’un cyber-cerveau.” (petit jeu, c’est de qui ça ?)

    Cela promet bien des troubles existentiels !

    Tout ça pour dire que c’est l’heure du dessert, mon ghost m’en a soufflé l’idée… a mon que ce soit un souvenir positif remonté d’une de mes puces mémorielles sensé diversifier mes sources de plaisir… mais au fait j’aime pas les desserts moi !
    Ah galère! Une question existentielle de plus après “qui suis-je ?” : “Que suis-je ?”.

    Plus prosaïquement, un crétin augmenté, ça donne quoi ?


  36. Chris Le 09 juin 2017 à 16h19
    Afficher/Masquer
  37. joe billy Le 09 juin 2017 à 20h10
    Afficher/Masquer

    Imaginez que les personnes qui vivent des NDE (les Near Death Experiences) aient raison et que la conscience ne s’arrête pas au seuil de la mort, que la vraie expérience soit après.

    Dans cette hypothèse, le transhumanisme, s’il parvenait à transformer notre furtive incarnation en présence éternelle sur terre, au contraire d’une libération serait un leurre terrible, une prison éternelle pour matérialistes athées, une damnation auto infligée.


  38. Dufifi Le 10 juin 2017 à 00h30
    Afficher/Masquer

    Il semble tout d’abord urgent autant qu’indispensable de greffer un fusible sur le cerveau de M. Alexandre.

    En cas de surchauffe, comme cela s’est manifestement produit lors de la rédaction du présent article, ce petit dispositif high-tech, en fondant sous l’effet de l’intense chaleur dégagée par la matière grise en fusion, aurait permis de nous épargner ce délire pénible à supporter par tout être humain normalement archaïque.

    La perspective de savoir ce cher Laurent en partance prochaine pour la planète Mars m’enchante au plus haut point.

    Le plus tôt serait le mieux en fait.

    Cette idée de voyage au long cours m’inspire l’idée géniale d’une souscription internationale pour la conception d’une fusée-charter de grande capacité qui permettrait d’envoyer en excursion sur cette riante planète, outre l’auteur inspiré de l’article, toute une tapée de chieurs patentés qui nous empoisonnent régulièrement l’existence.

    La liste reste à établir, mais je suis certain de chacun d’entre vous à largement de quoi remplir une bonne dizaine de ces véhicules du futur.

    A votre bon cœur.


  39. Alex Landstreicher Le 11 juin 2017 à 14h11
    Afficher/Masquer

    Dommage qu’en matière de transhumanisme / posthumanisme, les médias français interrogent toujours ce type d’entrepreneur néo-lib’ plutôt que des gens tenant la route, du style de Miguel Benasayag, Bernard Stiegler ou Giuseppe Longo.

    (Ok, ces derniers ne sont pas aptes à faire rêver le lecteur puisqu’ils démontrent et démontent l’imposture marketo-transhumaniste. Et il faut plus de trois colonnes dans une feuille de chou pour exposer ces raisonnements clairement, par conséquent ils sont moins “bons clients” qu’Alexandre.)


  40. noel Le 13 juin 2017 à 08h11
    Afficher/Masquer

    Ils font tout pour diminuer l’être humain, le dénaturer, le modeler à leur image de dégénérés afin de nous revendre du transhumanisme lequel ne servira qu’à une élite, une race de “saigneurs”, des prédateurs !

    ça se terminera très mal avant qu’ils ne parviennent à finaliser leurs projets !


Charte de modérations des commentaires