Les Crises Les Crises
26.février.201826.2.2018 // Les Crises

Le Meilleur des Mondes, revue des néoconservateurs français (2006-2008)

Merci 4
J'envoie

Le Meilleur des Mondes était une revue d’opinion trimestrielle, abordant l’actualité de la politique internationale vue par les néoconservateurs français. Créée en 2006 par un groupe d’intellectuels, de journalistes, de philosophes et d’historiens français, la revue est un prolongement du Cercle de l’Oratoire fondé en 2001 à Paris, grand soutien de la guerre en Irak. Elle cesse sa publication au 9e numéro.

À titre d’archive, nous vous proposons les 9 sommaires, qui en disent long sur les obsessions des néoconservateurs français, et de leurs amis (ainsi que quelques personnalités apparemment perdues) – listés ici….

On note ici Kouchner défendant le libéralisme…

Ici un doublé Sarkozy / DSK…

Un beau numéro de russophobie, avec un bonus Taguieff sur le progressisme…

Ici Chérèque défendant le mondialisation…

Ici une défense de Kouchner, probablement le pire ministre des Affaires Etrangères de la Ve République avec Fabius.

Ici un certain Manuel Valls défend le libéralisme…

Un doublé BHL / Cohn-Bendit en plein délire européiste… Et un article contre Chavez…

Ici on a l’apparition d’un certain Laurent Bouvet, et une interview du”philanthrope” George Soros

RIP

P.S. d’autres contributeurs intervenaient sur le site Internet, comme Rudy Reichstadt :

Commentaire recommandé

isidor ducasse // 26.02.2018 à 07h49

On retrouve tout les dogmes cher aux européistes tel que la mondialisation inéluctable, le dénigrement de la France seule et petite, le danger que représente le chine et l’inde, prétexte pour construire l’UE, et les états-unis comme modèle des droits de l’homme luttant contre les tyrannies….etc
Le néo-conservatisme est bien une idéologie politique Américaine, purement américaine. Elle défend les intérêts de la clique qui gouverne les états-unis. Ne vous étonnez pas de la retrouver chez les européistes puisque se sont les mêmes, il suffit de voir les noms des “propagandistes”.
Voilà encor une démonstration que l’Europe est bien une volonté des états-unis, la volonté de briser les états européens puissances rivales, en un mot de détruire la France. Mais surtout comprenez bien qu’une Europe sociale est impossible puisque ce n’est pas son objectif.
https://www.upr.fr/dossiers-de-fond/quelle-etait-lanalyse-du-parti-communiste-francais-leurope-les-annees-1947-1980

104 réactions et commentaires

  • Canal de Provence // 26.02.2018 à 07h04

    Hello Olivier,
    Merci pour cette belle synthèse.
    Ne reste plus qu’à faire le même travail avec la revue « Le Débat » pour un panorama des néoréactionnaires (Gauchet, Nora, Furet, Juvin, Le Goff, …).
    Ce sera juste un peu plus long 🙂

      +12

    Alerter
    • caliban // 26.02.2018 à 18h02

      Jacques Le Goff ?!?

      Merci de nous éclairer sur ce classement, je serais vraiment surpris.

        +2

      Alerter
  • Patrique // 26.02.2018 à 07h44

    Attention ! Ne pas confondre les Hommes et les idées. Ce n’est pas parce que un nom se trouve sur votre liste qu’il s’agit d’un “néo-conservateur”. Et d’autres néo-conservateurs ne font pas partie de votre liste.
    Pas de jugement implicite par amalgame.

      +11

    Alerter
    • Nerouiev // 26.02.2018 à 08h18

      Les animaux malades de la peste “… ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés”

        +17

      Alerter
    • AerosolKid // 28.02.2018 à 18h41

      C est moche les listes de noms. Cela sert à faire des trucs degueulasses les listes de noms. Parfois d autres noms s égarent sur les listes de noms et la degeulasserie augmente. Associer des noms différents ou semblables sur une liste de noms ne sert à rien d autres que de faire des listes de noms dont je me demande à quoi elles peuvent bien servir.
      J aime pas les listes de noms.

        +2

      Alerter
  • isidor ducasse // 26.02.2018 à 07h49

    On retrouve tout les dogmes cher aux européistes tel que la mondialisation inéluctable, le dénigrement de la France seule et petite, le danger que représente le chine et l’inde, prétexte pour construire l’UE, et les états-unis comme modèle des droits de l’homme luttant contre les tyrannies….etc
    Le néo-conservatisme est bien une idéologie politique Américaine, purement américaine. Elle défend les intérêts de la clique qui gouverne les états-unis. Ne vous étonnez pas de la retrouver chez les européistes puisque se sont les mêmes, il suffit de voir les noms des “propagandistes”.
    Voilà encor une démonstration que l’Europe est bien une volonté des états-unis, la volonté de briser les états européens puissances rivales, en un mot de détruire la France. Mais surtout comprenez bien qu’une Europe sociale est impossible puisque ce n’est pas son objectif.
    https://www.upr.fr/dossiers-de-fond/quelle-etait-lanalyse-du-parti-communiste-francais-leurope-les-annees-1947-1980

      +71

    Alerter
    • Tonton Poupou // 26.02.2018 à 11h31

      L’Europe c’est quoi ? Un continent géographique de l’Atlantique à l’Oural qui regroupe 50 pays. l’UE c’est quoi ? une entité politique, une Union, pas très bien définie – de seulement 27 pays – qui par sa structure d’organisation politique ressemble plus à un empire qu’à une fédération ou une confédération. Alors ne confondez pas l’Europe avec l’Union Européenne. L’Europe n’est pas l’Union Européenne. Et soyez vigilant dans votre vocabulaire. Comme disait Mirabeau : “L’homme est comme le lapin. Il s’attrape par les oreilles !”

        +23

      Alerter
      • kasper // 27.02.2018 à 00h00

        l’Europe n’est meme pas un continent geographique, aucune limite claire et objective ne pouvant etre definie pour la separer de l’Asie. l’Europe, c’est comme rien.

          +5

        Alerter
        • Ando // 27.02.2018 à 21h21

          Quelle drôle d’idée. L’Europe est juste la partie du continent eurasiatique, un vrai continent celui-ci, où les conditions climatiques sont les plus favorables. Heureux les Français et les Italiens.

            +0

          Alerter
          • kasper // 27.02.2018 à 22h45

            Vous irez dire ça aux pays baltes ou a la Pologne…

              +0

            Alerter
    • Shaolin // 26.02.2018 à 12h30

      Bonjour Isidore…
      Alors, par européiste j’imagine que vous sous entendez pro Union européenne actuelle? Je le prendrai comme ça en tout cas.
      Parce que quoi qu’on pense de l’UE, la mondialisation est effectivement inéluctable! On peux s’accorder sur quelle idéologie on aimerait voir dominer ce phénomène, mais se battre contre la mondialisation , de mon point de vue, ce serait se battre contre le sens de rotation de la terre…
      Et il serait judicieux d’arrêter de taxer de propagandiste toute personne qui tient un discours contraire; la grande majorité de ces gens sont autant persuadés du bien fondé de l’UE que vous du contraire… il n’y a pas partout, et constamment, VOLONTÉ de tromper…

      Un peu de nuance, de complexité, a l’image de cette planète, s’il vous plaît.

        +2

      Alerter
      • Laurent // 26.02.2018 à 13h24

        Bonjour Shaolin,

        Pour vous, “la mondialisation est effectivement inéluctable!”. Pour moi elle ne survivra pas à la raréfaction du pétrole, au manque de matières premières, au dérèglement climatique, aux inégalités économiques et sociales et à la plus terrible des désillusions : “une croissance infinie n’est pas possible dans un mode fini”

          +14

        Alerter
        • Shaolin // 26.02.2018 à 17h29

          Bonjour Laurent.
          Si elle survivra! Si catastrophe comme vous décrivez, la dynamique se tassera, mais continuera… et des que les conditions socio culturelles s’y prêteront, elle repartira de plus belle, sous une autre idéologie peut être..
          la palette DES mondialisations est vaste, elle pourrait se faire sous d’autres idéologie que celle du capitalisme néolibéral Anglo Saxon, je pense qu’on aimerait tous ici sur ce site.
          je ne vois pas la mondialisation comme un phénomène économique ou culturel, ce ne se sont que des pendants indissociables de cette dynamique.
          Pour moi, c’est d’abord un phénomène humain (darwinien même), dûe à la nature même de l’homme!
          On passe de groupes, a tribus, a village, à cités, a pays, à nation, à groupes de nation… l’homme s’étend toujours plus (l’espace bientôt) et se mélange toujours plus, synthétise ses sociétés et ses cultures depuis toujours… et ça ne s’arrêtera jamais!!

            +5

          Alerter
          • Laurent // 26.02.2018 à 18h30

            Pour être plus concret, commençons par la définition du mot mondialisation

            – [source le-dictionnaire.com] Homogénéisation dans différents domaines (comme l’économie, la culture, ou la politique) de modèles communs provoquant une interdépendance entre différents ensembles géographiques.

            Tel que je comprend cette définition, la hausse des prix du pétrole limitera voire rendra anecdotique les échanges commerciaux de biens entre les différents pays. Dès lors la mondialisation ne sera plus.

            Si plus de la moitié de la population d’un pays mange de la viande venant d’un lointain pays étranger alors oui on peut parler de mondialisation. Si au contraire il y a moins de 1% qui mange souvent ce genre de viande alors on ne peut plus parler de mondialisation.
            Les européens de la Renaissance qui allaient chercher des épices en Inde n’étaient pas mondialisés.
            Pour moi la mondialisation commence quand on préfère acheter du mouton de Nouvelle Zélande plutôt que France. Est-ce que vous êtes d’accord avec cette approche ?

              +5

            Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 18h48

              Pas tout à fait Laurent. Ce que vous décrivez n’est qu’un pendant de CETTE mondialisation ( sous égide du capitalisme Anglo Saxon a tendance néolibéral, je le répéterai pas à chaque fois, mais pour moi c’est ça). Le pendant économique on pourrait dire, mais l’homogénéisation se fait aussi sur le plan culturel, de la langue, des institutions, des droits, des mœurs, des arts, des comportements sociaux.
              Vous avez raison de souligner les limites de cette mondialisation particulière, en tout cas en terme économique (et j’aurais tendance à dire que c’est l’élément de domination le plus déterminant dans ce processus, comme vous j’imagine) par rapport aux limites physiques de la planète.
              Mais quand bien les États Unis s’effondreraient économiquement, d’autres pendants, culturels notamment, pourraient toujours être actifs (né en France en 1980, qlq part, culturellement je suis à moitié américain tellement j’ai bouffe de la culture us).
              Et ce serait comme la monarchie: la mondialisation (sous égide blabla…) est morte, vive la mondialisation (sous une autre égide! Russe? Chinoise? Européenne?…)!!
              J’espère être clair dans mon exposé, je ne me considère pas très bon pour bien communiquer ma pensée…

                +3

              Alerter
            • Laurent // 26.02.2018 à 20h32

              Si les USA s’effondraient, il est fort probable que l’informatique se coderait toujours en anglais et que l’anglais serait toujours utilisé comme langue des scientifiques. Pour mémoire le latin a été remplacé auprès des lettrés qu’à partir de la fin de la 2ème guerre mondiale ; pas mal pour un empire disparu 1400 ans plutôt.

              Par contre il est fort probable que le système financier mondialisé, l’OTAN, l’EU et les accords de libre-échanges disparaissent aussi.

              Pour les séries américaines et l’américan-way-of-life, ça sera plus contradictoire si on se réfère à ce qui s’est passé avec la chute de l’URSS : 2 tendances pourraient émerger, ceux qui ne veulent plus entendre parler des USA et ceux qui veulent les faire revivre. La vigueur de ses 2 tendances dépendra de l’ampleur de la chute des USA et de la puissance du ou des nouveaux émergeants.

              Que deviendra Hollywood ? Disparaîtra-t-il lui aussi ? Sera-t-il relégué au second rang, comme une simple production nationale ? Ou sera-t-il repris par le nouveau maître (genre un rachat des studios par la Chine) ?

                +3

              Alerter
          • Laurent // 26.02.2018 à 18h42

            A bien y réfléchir, la mondialisation va beaucoup plus loin qu’un simple grand marché mondial. Il s’agit d’une homogénéisation aussi bien culturelle que politique. Donc si plusieurs ensembles géographiques (par exemple : europa, sino-russia, india, africana, sudaméricana, nordaméricana – ou autre) décident de “se faire la gueule” et de ne commercer avec les autres qu’en mode “commerce de part et d’autre des rideaux de fer”, alors la mondialisation n’existera tout simplement plus.

            Tiens afin de mieux situer le débat – est-ce que la période des années 50 – 80 (la guerre froide) était une période de mondialisation pour vous ?

              +2

            Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 18h54

              Je dirai oui, avec 2 tendances antagonistes.
              De mon point de vue, la mondialisation est une dynamique humaine, elle a commencé quand les premiers hommes ont migrés et ne s’arrêtera jamais!
              Babylone, la perse, les grecs, Rome, les Huns, la Chine, l’Europe médiévale, les empires arabes, ottomans, et tellement d’autres ont, par impérialisme, contribué à la mondialisation, avec évidemment des formes particulières suivant les cultures et l’histoire…
              N’importe quel impérialisme, désir de puissance, de domination participe de LA mondialisation…

                +3

              Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 19h19

              Et pour finir de préciser, j’entends la mondialisation comme une dynamique, une tendance; ce qui implique que, suivant l’histoire, les conditions de sa réalisation ne sont pas toujours optimales, elle est plus remarquable et remarquée quand de puissants empires émergent et impriment leur culture. Parfois même, sur certaines régions, notamment lors d’effondrement des rapports de domination, tout ce qu’elle a apporté s’évapore.
              C’est une sorte de comportement humain universel invariable, mais qui comme tout comportement, nécessite des conditions de réalisation. Et la première des condition est, à mon sens, le désir de domination… donc elle existe depuis la nuit des temps.
              Pour finir, et faire grincer qlq dents, ma logique pousse jusqu’à un gouvernement mondial (certains ministères sont déjà la); et une homogénéisation des cultures, politiques pour sûr, mais le reste suivra…
              Le mieux que l’on puisse faire c’est l’accompagner… même si pour l’instant on est priés de subir…

                +1

              Alerter
            • Fritz // 26.02.2018 à 19h22

              Excusez-moi de troubler votre discussion, mais j’ai un doute : le sujet, c’est la revue “le Meilleur des mondes” ? Ou bien c’est la “mondialisation” ?

                +3

              Alerter
            • Marc // 26.02.2018 à 19h53

              Shaolin, tu sembles occulter le fait que si la mondialisation arrivera tôt ou tard, elle a subi un formidable coup d’accélérateur par les usa, depuis 1776, 1789 etc et les fameuses lumières (aveuglantes)… et si ce pays unique en son genre n’existait pas, la mondialisation serait bien moins avancée. Je pense aussi qu’une certaine mondialisation est probable et logique dans le futur, mais là, on assiste à une volonté très insistante d’uniformiser l’humanité avec des valeurs au ras des pâquerettes… selon moi ce plan actuel est voué à l’échec mais laissera une influence durable.

                +2

              Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 20h03

              Effectivement même en me relisant je vois où je pêche.
              Il y a la mondialisation comme phénomène d’homogénéisation politique, culturelle, économique et tutti quanti. Existant depuis la nuit des temps.
              Ce qui implique que, suivant les époques elle ne “s’exprime” pas de la même façon: celui qui domine, induit les caractéristiques de la forme de la mondialisation de cette époque.
              Aujourd’hui les us dominent, et imposent leur marques à tous les niveaux, c’est pas pour rien que le français s’estompe au profit de l’anglais. Un exemple parmi des milliers.
              Donc, la mondialisation est un phénomène naturel, inéluctable et irréversible ( en tout cas sur le long terme); être contre ça me paraît absurde!

              Être contre la forme que prend la mondialisation particulière de notre epoque, ok, ça me va, suis pas très fan sur certains aspects d’ailleurs, mais tout n’est pas à jeter d’un bloc non plus. Et à bien y regarder, ce n’est pas la forme de mondialisation la horrible que cette planète ait connue, et pour titiller quelques commentateur, je suis pas bien certain qu’une mondialisation sous égide russe ou chinoise soit plus “juste”, mais c’est un autre sujet…

                +1

              Alerter
            • Laurent // 26.02.2018 à 20h35

              > Shaolin
              > Je dirai oui, avec 2 tendances antagonistes.
              De mon point de vue, la mondialisation est une dynamique humaine, elle a commencé quand les premiers hommes ont migrés et ne s’arrêtera jamais!

              Certes mais la dissolution des mondialisations – la chute de la Tour de Babel, la fin des empires – est aussi une dynamique humaine et elle aussi ne s’arrêtera jamais !

                +2

              Alerter
          • Brigitte // 26.02.2018 à 20h09

            Shaolin et Laurent, vous ne parlez pas de la même chose, même si ça se rejoint quelque part. L’un parle du capitalisme global et l’autre parle de l’expansion spacio-temporelle des civilisations humaines. De tout temps en effet, il y a eu des explorations, des invasions, des empires conquérants, des exodes de populations et bien sur des échanges commerciaux.
            Mais rien n’est linéaire et nous n’allons pas du village tribal au village global.
            Il y a des mouvements de flux et de reflux, quand les empires s’effondrent par exemple, les peuples se fondent et se refondent, un peu comme les glaces.
            Avec l’empire anglo-américain, le flux s’est accéléré. Mais ça s’arrêtera et il y aura des reflux, qui semblent déjà sourdre.

              +4

            Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 20h18

              Tout à fait…
              on va y arriver à se comprendre!

                +3

              Alerter
            • Laurent // 26.02.2018 à 20h43

              Tout à fait Brigitte, vous avez bien résumé notre discussion et la tendance “éternelle” de l’humanité qui consiste à bâtir des empires ou des Tours de Babel parce que c’est tellement bien d’unir l’humanité puis à les détruire parce que c’est trop nul d’être tous uniformisés.

                +6

              Alerter
          • Laurent // 26.02.2018 à 21h12

            Une dernière remarque concernant l’aspect d’inéluctabilité de la mondialisation (au sens large).

            Tous les empires ont fini par s’effondrer ; le latin qui a été la langue internationale pendant des siècles n’est plus pratiqué qu’au Vatican. Votre résonnement ne tient compte que du flux mais n’inclue par le reflux. Il est fasciné par la construction des Tours de Babel mais reste aveugle à leur effondrement et leur disparition.

              +1

            Alerter
            • marc // 26.02.2018 à 22h20

              le latin a juste dépassé un peu l’europe, voyons… c’est un mauvais exemple, et il n’y en a pas de bon

              en effet, depuis un siècle, la marche de la mondialisation qui a pour centre l’amérique, est massive et éclipse de loin toutes les autres du passé, n’y a pas de précédent, c’est sans comparaison… c’est pourtant difficile de ne pas le remarquer………

              le symbole de cette influence est hollywood… comparé aux bibles en latin, c’est comme la ferrari et la 2cv

              voilà pourquoi shaolin, il n’y a qu’une mondialisation concrètement aujourd’hui, les autres sont imaginaires pour le moment

                +0

              Alerter
            • Brigitte // 27.02.2018 à 08h02

              Marc, vous oubliez l’empire romain d’orient ou Byzantin, dont le centre était en Turquie (Constantinople) et qui a duré bien plus longtemps que celui d’occident, jusqu’au XV siècle…notre renaissance.
              Cette fois-ci, l’Orient se libèrera d’abord. La nouvelle Constantinople: Londres ou Berlin?

                +3

              Alerter
            • marc // 27.02.2018 à 08h58

              brigitte, rome et byzance n’ont jamais eu une influence sur le monde entier, contrairement à hollywood

                +0

              Alerter
            • Laurent // 27.02.2018 à 09h55

              @Marc : certes les USA brillent comme jamais auparavant, mais n’oubliez pas que les étoiles qui brillent 2 fois plus sont celles qui brillent 2 fois moins longtemps.

              Rome est toujours une référence pour la religion et pour la justice plus de 1500 ans après la chute de l’empire d’occident.

              Alors certes Hollywood est une référence mondiale mais c’est une référence qui a un énorme besoin d’argent. Hollywood dépend directement de la puissance des USA. En restera-t-il quelque chose une fois que les USA se seront effondrés ? J’en doute – en tout cas rien de mondialisé.

                +1

              Alerter
        • Shaolin // 26.02.2018 à 17h30

          En fait Laurent on ne mets pas le même concept sur le mot mondialisation.

            +1

          Alerter
          • luc n. // 27.02.2018 à 10h36

            Shaolin le problème ne vient ni de Laurent ni de vous, ni de ceux ou celles qui ont ici procédé à d’utiles rappels mais de gens qui par calcul (cas des “souverainistes” de droite ou de prétendue gauche) ou incapacité à nommer le capitalisme par son nom en sont à brandir le spectre de “la mondialisation”.

              +0

            Alerter
          • Genuflex // 01.03.2018 à 11h18

            Mondialisation, ce n’est pas plutôt “faire monde” ?
            Bruno Latour dans son dernier livre, “atterrir”, parle de “démondialisation” pour définir cette uniformisation des cultures.

            Le debat sur le sens de ce mot est en tout cas important.

              +0

            Alerter
      • Ovni de Mars // 26.02.2018 à 13h24

        La mondialisation n’est pas un phénomène naturel. Elle est voulue, pensée par des stratèges qui souhaitent prolonger l’agonie du capitalisme en lui permettant de faire encore du profit en allant piller les dernières ressources humaines et matérielles de la planète. Les traités de libre-échange signés depuis environ 40 ans ne sont pas tombés du ciel !

        En France, il reste encore quelques ressources à piller : la SNCF, la sécu, les hôpitaux, etc qu’il faut liquider sur demande de l’UE.

          +20

        Alerter
        • Shaolin // 26.02.2018 à 13h30

          La mondialisation est inéluctable. La mondialisation particulière, sous égide des idéologies Anglo saxonne ne l’est pas, bien que ce soit elle qui domine l’espace planétaire…
          La mondialisation propulsée par le monde Anglo Saxon est UNE des formes que peut prendre la mondialisation… il y en d’autres…

            +2

          Alerter
        • Shaolin // 26.02.2018 à 13h33

          Et c’est un phénomène naturelle, qui a commencé dès que les premières sociétés que l’on peut qualifier d’humains se sont mise à migrer…

            +2

          Alerter
          • tepavac // 26.02.2018 à 14h10

            Vous avez raison sur le principe, c’est “inéluctable” pour la survie de l’humanité, humanité coincée sur cette terre nourricière, mais en attendant, nous avons un combat à mener, à mener contre l’entreprise de main-mise sur nos vies et notre avenir.

            C’est eux, qui par suffisance, refusent le dialogue pouvant mener au consensus, eux qui déclare des guerres sur toute la planète, eux qui sont les architectes de ce monde en folie meurtrière, et ce sous le drapeau impériale de l’exceptionnalisme qu’ils se sont eux mêmes attribués.

            Là où vous vous égarez, c’est lorsque vous parlez de rendre le monde meilleur en ignorant superbement la réalité qui nous entoure et les puissances en jeu.

            En réalité, inconsciemment vous avez déjà renoncé à votre liberté, vous acceptez comme un fait invariable le monde dans lequel nous pataugeons, laissant libre cours et agissements aux malfaisants qui prennent l’espèce humaine pour des moutons corvéables et malléables à merci.

            Ceci peut éventuellement aider;
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Syndrome_de_Stockholm

              +11

            Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 15h03

              Haha carrement!
              Merci pour le diagnostic psy, je ne peux donc rien cacher sur mon être intérieur, mes motivations profondes, face a une telle lucidité! Chapeau l’artiste, en tout cas ça m’a bien fait marrer!

              Que répondre à tant d’inepties??

              Faut il que je prête allégeance aux dogmes manichéens des commentateurs des crises pour que mes réflexions soient prises au sérieux??

              J’avoue que devant tant de bêtises et d’ignorance à mon égard, je reste démuni! Répondre? À quoi bon? Vous avez déjà tout compris! Et puis vous n’êtes plus la pour discuter (sauf quand on est exactement sur la même ligne, effet de cooptation), mais pour militer, et in fine, ostraciser…

              Et la condescendance du lien! Mouarf!

              Plus le temps passe, plus les crises ressemble à cette caricature que dénonçait le decodex! (Elle est dure celle la hein! Mais vous y travaillez bien, félicitation!)

                +2

              Alerter
      • isidor ducasse // 26.02.2018 à 13h30

        Bonjour Shaolin,
        Non la mondialisation n’est pas inéluctable.
        En ce qui concerne les phénomènes physiques on ne peut pas lutter, mais pour ce qui des règles commerciales, sociales, religieuses, elles sont toutes issues de la volonté humaines et codifiées par celui-ci. Cela fait partie de la propagande européiste de nos faire croire que c’est un phénomène naturelle, mais c’est entièrement faux et tout commence aprés la fin de l’empire russes…..https://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_instituant_l%27Organisation_mondiale_du_commerce.
        La construction de l’union européenne repose sur un mensonge, il n’y pas de place pour la nuance:
        https://www.youtube.com/watch?v=1Atyvt9TlcQ
        https://www.les-crises.fr/special-historia-oui-la-cia-a-finance-la-construction-europeenne/
        Je vous laisse faire des recherches afin de comprendre ce qui se passe.

          +8

        Alerter
        • Shaolin // 26.02.2018 à 16h20

          Isidore… le phénomène de la mondialisation est impossible à stopper. Et on se rejoint, la façon, disons plutot l’idéologie qui donne à notre période une empreinte à la mondialisation, est pleine d’effets pervers et destructeurs concernant plusieurs pans des sociétés les plus concernées par le phénomène. On est d’accord.

          On peut jouer sur les mots, mais c’est un phénomène naturel et irréversible.
          Et s’il vous plaît, arrêtez de me mettre des liens sur ce que vous considérez comme vérités, primo je connais tout ça depuis longtemps, secundo, si je commente c’est justement pour nuancer toutes ces théories qui me paraissent tirer un peu trop sur la corde, et tertio (on dit comme ça?), c’est ce genre de comportement qui fait que ce site se polarise sur une croisade anti Occident, anti mondialisation, et anti nuance surtout!
          Tout est pris en bloc, tout est vu par le prisme d’une volonté des puissants de réduire les populations a rien, j’ai vraiment l’impression de lire le monde mais où le mot Russie serait remplacé par Occident. Ce sont les mêmes biais et principes qui animent les reflexions ici..

          Le monde, l’histoire de ces mouvements, idées…etc… est infiniment plus complexe qu’un “combat” entre le méchant Occident totalitaire et les non alignés porteurs de liberté…

            +2

          Alerter
          • Kapimo // 26.02.2018 à 23h52

            La “mondialisation” capitaliste aujourd’hui occidentale (et demain peut-etre chinoise ou asiatique), c’est la mainmise par des organisations privées transnationales sur les ressources de la planète, mais aussi sur la culture, les modes de pensée: c’est en fait la disparition des organisations sociales et culturelles, des liens communautaires et en fait des états. Au-delà de la mondialisation échange/mélange qui a toujours existé qui n’a pas grand chose de nocif, la mondialisation actuelle est bien un projet ayant pour conséquence la transformation de l’homme vers un statut d’esclave consommateur: cette mondialisation doit etre combattue, sans aucun relativisme,avec ou sans corde.

              +2

            Alerter
            • luc n. // 27.02.2018 à 10h42

              serions-nous donc plus avancés, Kapimo, si c’était le Capital… bien-de-chez-nous qui avait pour projet (et… qui a pour projet), comme vous le dites si bien : “la transformation de l’homme vers un statut d’esclave consommateur” ?

                +1

              Alerter
        • Bigtof // 26.02.2018 à 16h44

          Bonjour Isidore Ducasse,

          Il me semble que Shaolin et les autres ne mettez pas le même sens sur le mot mondialisation..

          Ainsi, si la mondialisation est le fait du raccourcissement des distances, l’augmentation des flux d’informations et de transactions, alors en effet, elle est inéluctable. Nos enfant le savent bien qui jouent en ligne avec des chinois, des étatsuniens, des chiliens, etc… Il est impossible de nier cette simple réalité : les progrès technologiques ont rendu notre palnète plus “petite”.. Je suis donc d’accord avec les propos de Shaolin: ce n’est pas la mondialisation contre laquelle il faut lutter, mais l’orientation et l’organisation politique de celle-ci.

          En revanche, si la mondialisation est la “façon” exclusivement occidentale “néocon, néolibérale” alors évidemment, cela n’est pas inéluctable. Et je suis donc également d’accord avec vous..

          Malgré tout, puisque le sujet des ressources sur terre a été évoqué : comment préserver toutes nos ressources, nécessaires à tous les habitants de notre planète (monde végétal et animal compris) si ce n’est en s’entendant au niveau mondial ? N’est-ce pas là également une mondialisation ?

            +1

          Alerter
          • Shaolin // 26.02.2018 à 17h16

            Merci. Je commençais à me demander si j’étais incompréhensible…

              +0

            Alerter
            • Laurent // 26.02.2018 à 19h44

              Oui Shaolin, incompréhensible vous l’êtes un peu : je viens de lire le très intéressant article “Mondialisation” sur Wikipédia et j’en ressors avec plusieurs définitions contradictoires :
              – la mondialisation aurait commencé il y a -60 000 ans avec les premiers mouvements de population selon Nayan Chanda
              – en même temps, elle a ses racines dans le XIXème siècle et la première guerre mondiale
              – ou plus ancienne comme l’empire romain ou celui de Charlemagne
              – elle aurait commencé commencé lors du IIème millénaire avant JC avant d’être interrompu par les invasions des indo-européens
              – etc.

              Une excellente remarque de Wikipédia : “En toute rigueur, il conviendrait ainsi de parler « des » mondialisation« s », afin de distinguer le domaine considéré (économie, culture, politique) et la période historique envisagée.

              Donc, Shaolin, si vous voulez éviter d’être incompréhensible, il vous faut préciser de quelle mondialisation vous voulez parler. 😉

                +1

              Alerter
            • Shaolin // 26.02.2018 à 20h22

              Désolé pour la longue digression sur la mondialisation qui a pu braquer quelques commentateurs… j’ai du mal à m’expliquer apparement…

                +1

              Alerter
            • Sam // 26.02.2018 à 20h50

              Je ne vois pas en quoi cette mondialisation serait inéluctable. Rendue possible par les énergies fossiles, permettant d’échanger des marchandises d’un bout à l’autre de la planète à “peu de frais” parce que le système marchand actuel ne compte pas le cout écologique ou humain d’un tel transport.

              Tout cela est très fragile. Le climat qui devient fou nous rappelle déjà que l’échange de marchandise réduit à sa transaction comptable est une falsification de la réalité.

              La mondialisation, c’est aussi la volonté d’uniformiser la planète au nom d’un idéal supérieur, dont la revue “le meilleur des mondes” nous offre un spectaculaire aperçu, fait de mauvaise foi et de concepts creux.

                +3

              Alerter
      • Chris // 26.02.2018 à 16h08

        “discours contraire” ?
        Sacrebleu ! Je n’avais pas remarqué.
        J’entends plutôt le grand choeur des vierges !

          +0

        Alerter
        • Shaolin // 26.02.2018 à 16h33

          C’est pour moi ça? Si c’est le cas, vous pouvez préciser cette pensée?

            +0

          Alerter
      • Sylvain // 26.02.2018 à 20h58

        La mondialisation est inéluctable… jusqu’à ce que la ressource énergétique sur laquelle elle est fondée la remette en cause. Par ailleurs, la mondialisation porte en elle ses propres revers : les épidémies qui ont décimé 1/2 de la population de l’Empire romain et de l’Asie centrale, la Peste du XIVe siècle, l’exportation des maladies d’Europe vers l’Amérique et vice versa. Sachant que ces phénomènes épidémiologiques ont eu des conséquences économiques (déclin de la Méditerranée au profit de la mer du Nord au VIIe siècle), politiques (apparition de la piraterie scandinave) et, semble-t-il, climatiques (d’aucuns expliquant ainsi le petit âge glaciaire de l’époque moderne).
        Une autre question est celle de l’idéologie mondialiste.

          +2

        Alerter
        • Fritz // 26.02.2018 à 22h17

          Avis aux lecteurs : les commentaires sur le “Meilleur des mondes” commencent ici. Plus haut, ce sont des discussions sur le concept de mondialisation, excepté les quatre ou cinq premiers commentaires.

            +1

          Alerter
      • Ando // 27.02.2018 à 21h32

        D’autant plus “inéluctable” qu’elle a toujours existe et qu’elle n’a jamais cessé. La mondialisation n’est pas en cause. Ce sont ses modalités qui soulèvent quelque fois des difficultés.

          +0

        Alerter
  • Surya // 26.02.2018 à 08h32

    Dans le numéro 4, il y a un article intitulé “Aceh, le laboratoire de la charia”, le moins qu’on puisse dire, c’est que les auteurs ont été visionnaires.

      +4

    Alerter
    • Chris // 26.02.2018 à 16h12

      En fait, l’islamisation de la Chrétienté présente un avantage indéniable : la charia est une mise en coupe réglée des peuples, un élément essentiel à la pérennité d’un empire. Vous m’suivez ?

        +2

      Alerter
  • Owen // 26.02.2018 à 08h58

    La revue cite Arthur Koestler parmi les penseurs de référence.

    J’ai lu à peu près tous ses ouvrages. Il a été engagé dans les idéologies du siècle passé: le communisme, le sion-isme, le socialisme, en a décrit les amertumes ressenties et a fini conservateur par pragmatisme, tenant du “on sait ce qu’on perd, on ne sait pas ce qu’on gagne”.

    Je ne vois pas le concepteur de la théorie du holon accepter l’idéologie mondiale de l’argent laminant les organisations des communes, des pays, des peuples, des biens communs.
    ———
    http://www.liberation.fr/grand-angle/2006/05/09/les-meilleurs-amis-de-l-amerique_38664
    On y voit la motivation sous-jacente qui a rassemblé les membres du Cercle de l’Oratoire: le besoin de s’assurer d’un protecteur, du giron du vigoureux grand frère américain, au lieu d’une France, flottante, entre les idées communistes, socialistes, et son ouverture à l’Islam. L’imagerie protectrice gaullienne semblait archaïque et rigide, alors que les US apportaient du souffle moderniste avec la “révolution conservatrice”, chère à Guy Sorman et la force pour terrasser les totalitarismes théorisés par André Glucksmann.

      +7

    Alerter
    • sassy2 // 26.02.2018 à 10h11

      Glucksmann vous le retrouvez partout!

      Comment expliquer que l’on puisse retrouver Mikheil Saakachvili en politique une fois en Géorgie, la fois d’après une Ukraine ? LOL

      La réponse s’obtient bien souvent en regardant qui a/ont payé financièrement leurs études (dans des écoles US ou type LSE), qui les a /ont salariés (cf Goulard)

        +14

      Alerter
    • Loxosceles // 26.02.2018 à 10h31

      Que dire d’une telle revue qui fait se côtoyer Soros et Orwell, de toute façon ? Il y a clairement une volonté de tout fondre dans leur idéologie…

        +11

      Alerter
  • Ovni de Mars // 26.02.2018 à 09h01

    Contrairement à la chanteuse écartée de l’émission de TF1 suite à ses propos de jeunesse, on voit bien qu’à peu près tous les intervenants de ce journal, certainement la plupart, ont soutenu l’agression américaine en Irak et sont pourtant toujours présent dans les grand média.

    On y trouve le belliciste Raphaël Gulcksmann qui vient de fonder le “nouveau magazine littéraire” média supposément de Gauche mais plus probablement destiné à reprendre le flambeau du Meilleur des Mondes

      +25

    Alerter
  • ceusette // 26.02.2018 à 09h27

    Il faudrait réfléchir à la chronologie qui me semble très intéressante: 2006-2008, car elle correspond à une période marquée par un certain basculement pour la France.

      +6

    Alerter
    • Fritz // 26.02.2018 à 11h08

      En effet, Chirac le velléitaire qui louvoyait entre néo-gaullisme et trahison atlantiste allait être remplacé par un atlantiste affiché, Nicolas Sarkozy (lequel a les honneurs du n° 2, quelques mois avant l’élection présidentielle d’avril-mai 2007). Ce fut aussi le moment de la publication d’un livre néocon désopilant, “L’impuissance française” d’Isabelle Lasserre.

        +14

      Alerter
  • Pierre Tavernier // 26.02.2018 à 09h44

    Je propose de consulter à propos du néo-conservatisme ce site :
    https://anticons.wordpress.com/
    Avec notamment cette carte :
    https://anticons.files.wordpress.com/2013/03/anticons9.jpg
    Je n’ai pas le recul ni les connaissances suffisantes pour évaluer leurs pertinences, je les soumets donc à l’avis des lecteurs du blog.

      +11

    Alerter
  • sassy2 // 26.02.2018 à 10h07

    kouchner…

    Pour Baverez j’étais certain de sa participation alors que je ne connaissais pas cette revue!

    Ce genre d’archives sont des trésors.
    Comment expliquer qu’avant même de les ouvrir vous savez qui on peut trouver à l’intérieur? ;-)))

    J’ai quelques exemplaires de la revue esprit dont je vais consulter la table des matières.

      +7

    Alerter
  • Le Rouméliote // 26.02.2018 à 10h23

    Moi, j’aimerais bien lire “États mafieux dans les Balkans” de Dusan Reljic, dans le n°8, parce que c’est bien eux qui se sont développés sous protection américano-européo-otanesque !

      +11

    Alerter
  • luc nemeth // 26.02.2018 à 10h51

    c’est une bonne chose d’avoir rappelé ce qui doit l’être mais ici encore je me demande si l’usage du mot “néoconservateurs” n’équivaut pas à faire un cadeau inespéré à cette bande de clones -en leur accordant une… originalité-sic qui est loin d’être la leur. Cessons de jouer à nous faire peur avec ce mot, “néoconservateurs”. Ce ne sont jamais : que les conservateurs de toujours et qui, forts de nos faiblesses et des complicités éditoriales rencontrées sur leur chemin, lancent le bouchon sans cesse plus loin

      +4

    Alerter
    • Canal de Provence // 26.02.2018 à 12h26

      Le terme « Néoconservateur » n’est pas anodin, il fait le lien avec les neocons etatsuniens, groupe assez identifiable par ses valeurs geostrategiques. En résumé, le-camp-du-bien-s’en-va-en-guerre-contre-les-mechants (russes, musulmans et anti-UE en priorité).

        +4

      Alerter
      • luc nemeth // 26.02.2018 à 13h02

        j’entends bien, Canal, mais ma remarque valait autant pour les Etats-Unis : sans doute la chute du mur de Berlin a-t-elle été à l’origine d’une prévisible escalade mais pour l’essentiel ce fut le fait des… mêmes, qui étaient déjà à l’oeuvre antérieurement

          +2

        Alerter
        • Fritz // 26.02.2018 à 13h21

          Les néoconservateurs ne sont pas “les conservateurs de toujours”. Les paléo-conservateurs dénoncent l’impérialisme américain et ils sont souvent taxés d’isolationnisme, comme Pat Buchanan, ou les libertariens Ron Paul et Justin Raimondo, ce dernier animant le site antiwar.com.

          Des “pacifistes de droite”, comme le reconnaissait le Monde diplomatique :
          https://www.monde-diplomatique.fr/2006/10/BRECHER/13993

            +8

          Alerter
          • luc n. // 26.02.2018 à 15h38

            Fritz merci de nous avoir rappelé, à grand renfort de liens, qu’il y a… aussi des conservateurs isolationnistes, mais cela ne change rien à ce dont il était question ici (et que votre commentaire n’infirme en rien)

              +0

            Alerter
            • Owen // 26.02.2018 à 17h22

              Si, parce qu’il faut aller au delà des mots pour comprendre. La plupart des créateurs du Cercle de L’Oratoire (Bruckner, Glucksmann, Goupil, Targuieff….) sont des anciens trotskistes, des 68ards, qui ont fait tomber, avec la figure de de Gaulle, le versant protecteur de la société française (l’économie était mixte, je le rappelle). Ils ont combattu le conservatisme, mis à bas les rigidité sociales, promu toutes les émancipations individuelles.
              Et ce sont ces mêmes, apeurés de tout ce qu’ils ont libéré, qui se sont précipité vers une nouvelle figure du protecteur: les USA. Avec des rigidités autrement plus lourdes: la démocratie du plus fort, et le langage des bombes pour ceux qui ne comprennent pas. Ce que la France intériorise à son tour, avec les derniers présidents.

              Ce n’est pas le choix entre le conservatisme ou le progressisme, la question (c’est tout le travail de Michéa). Il y a la question du capitalisme, évidemment, mais pas que. Le progressime chasse toujours l’autorité (qui a ses deux faces indissociables : protection/autoritarisme), mais qui revient toujours par la fenêtre avec d’autres formes d’autoritarisme (USA, TINA, douplepensée, etc…).
              Et ça, c’est un mécanisme dont on ne sort pas.

                +12

              Alerter
            • luc n. // 26.02.2018 à 18h41

              si vous avez un compte à régler avec les trotskistes ou ceux que vous appellez 68ards, c’est votre problème, mais il y a quelque puérilité à le régler à travers le cas des renégats…
              Par ailleurs et surtout le néo-conservatisme n’a pas attendu, pour exister, ce ‘Cercle de l’Oratoire’ auquel vous attachez tant d’importance pour les besoins de votre démonstration

                +0

              Alerter
            • Owen // 26.02.2018 à 21h29

              C’est avec le Cercle de l’Oratoire que le neoconservatisme a pris racine en France et s’est répandu, j’avoue que cela m’obsède un peu.

              Le 21 avril 2002, j’ai voté pour le trotskiste Lionel Jospin, j’en suis très fier. Et je n’ai pas voté pour Supermenteur Chirac au 2ème tour, j’en suis fier aussi. Je n’ai pas de bons ou mauvais points à distribuer, j’essaie d’éviter les pièges avec les schémas de pensée.

              “conservateur” recouvre des réalités politiques différentes, voire antinomiques. Idem pour “progressiste”.

              La nation, jadis idée progressiste, même complètement révolutionnaire en 1789 est devenue de nos jour, conservatrice, ringarde, souverainiste, nationaliste, voire facho pour certains.
              Ces qualificatifs bourrent le crâne, mais n’ont aucun sens, la question est: “Voulez garder votre pays ou vous en débarrasser ?”

                +4

              Alerter
      • Sébastien // 26.02.2018 à 21h49

        Il y a comme qui dirait un certain “parfum” qu’on finit par reconnaître en étant un minimum attentif….

          +0

        Alerter
    • Max // 26.02.2018 à 14h56

      Ce ne sont absolument pas les conservateurs. Les néoconservateurs sont des capitalistes avant tout, c’est-à-dire fondamentalement des révolutionnaires. Les vrais “conservateurs” sont plutôt attachés à l’idée de limite, à celle de la destructibilité de l’homme, de la civilisation et de la nature (d’où la nécessité de “conserver”). Ils sont attachés en conséquence aux limites à poser à l’hybris et à l’expansion toujours avide du marché (pour lutter à la fois contre la toute puissance du désir individuel, par une forme de morale, et contre le pouvoir qui peut être excessif vis-à-vis du plus faible ou de la nature).

      Le vrai “conservatisme” orwellien (de Michéa par exemple) est une forme de pragmatisme lucide par rapport à la finitude de l’homme et des choses.

        +4

      Alerter
      • luc n. // 26.02.2018 à 17h47

        à quoi on pourrait opposer, que le pragmatisme étant ce qu’il est, c’est illusoire que de définir un… “vrai” conservatisme ! Mais il en va ainsi de beaucoup de mots en -isme. Il n’y a que les gens mal informés pour croire que l’ex-Union Soviétique était “communiste”. Quant au fascisme, et pour en donner deux exemples : l’alliance tactique de Mussolini avec le Roi, ou celle avec le Pape, n’étaient pas d’une parfaite… orthodoxie “fasciste”.

          +1

        Alerter
  • Fritz // 26.02.2018 à 11h01

    Merci à Olivier pour ce travail bien utile. Mes préférés :

    n° 8, p. 63 « Russie : le retour de la censure », par notre chère amie Cécile VAISSIÉ

    n° 9, première de couverture : « Afghanistan, Irak… Iran ? 7 ANS DE GUERRE CONTRE LA TERREUR »

    n° 5, p. 74 « Malgré le désastre irakien… » (titre qui résume l’esprit du “Meilleur des mondes”)

      +8

    Alerter
  • Tonton Poupou // 26.02.2018 à 11h34

    Le meilleur des mondes ???
    perso : je dirais plutôt : 1984…….

      +3

    Alerter
  • Louis Robert // 26.02.2018 à 13h15

    Que de choses parfaitement détestables on trouve ici, parmi tous ces gens bien, tout de même!… Monde dogmatique de valeurs dites « universelles »…

      +0

    Alerter
    • Sébastien // 26.02.2018 à 21h51

      Il y a une tendance religieuse assez marquée justement dans ce “dogme”.

        +1

      Alerter
      • luc n. // 27.02.2018 à 11h21

        pourriez-vous svp préciser votre pensée, Sébastien ?

          +1

        Alerter
        • Fritz // 27.02.2018 à 12h49

          Sa pensée n’est pas avouable. Ce qui est déplaisant avec le “Meilleur des Mondes”, c’est d’abord son orientation néoconne.
          C’est aussi l’entre-soi, le communautarisme à la rigueur, mais pas l’origine réelle ou supposée de ses contributeurs.

            +1

          Alerter
  • Christian Gedeon // 26.02.2018 à 13h19

    Si on utilise le mot néoconservateur au sens américain du terme,c’est exact. Tous les poncifs y sont,et ma bête noire Foucault en bonne place comme il se doit. Mais le vrai conservatisme français ne peut en aucun cas se reconnaître dans ce torchon,ce sépulcre blanchi. Le vrai conservatisme français,dans le période récente,c’est Séguin,Chevenement, Villiers,et tous ceux,dont je suis,qui vouent à la France un amour sans bornes. Pas à la tout petite’ France des européocentristes et des communautaristes,mais à la France du peuple français sans distinction de “race” ou de religion. A une France pleinement souveraine,maîtresse de sa défense,de sa monnaie et de son projet social. Une France qui n’abandonne rien de ses prérogatives législatives. Une France qui ne reconnaît qu’une seule autorité,la sienne et celle du peuple français. Une France qui doit redevenir un exemple de collaboration entre nations.Souveraines et libres. Republique qu’as-tu tu fait à tes enfants?

      +15

    Alerter
    • Pierre Tavernier // 26.02.2018 à 16h59

      Christian,
      Il me semble bien que l’on distingue bien ici le terme “néo-conservateurs” de conservateurs. Et que dire de leur promiscuité avec les “néo-libéraux”, qui, tout en s’appuyant sur un électorat légèrement différent, tendent finalement vers le même objectif ? Le nombre d’ex-trotskistes ayant embrassés cette idéologie sous prétextes d’internationalisme est tout de même impressionnant, non ?
      “Une France qui n’abandonne rien de ses prérogatives législatives”
      Que penser de ce gouvernement qui légifère par ordonnances ?
      En fin de compte, ne trouvez-vous pas que l’opposition que fait Jacques Sapir entre souverainistes et mondialistes (en parlant bien entendu des partisans d’une mondialisation néo-libérale débridée, détruisant les cultures, favorisant les multinationales au détriment des peuples et des états souverains) est très pertinente ?
      Qu’en pensez-vous ?

        +7

      Alerter
      • luc n. // 26.02.2018 à 18h18

        Pierre votre affirmation selon laquelle d’ex-trotskistes, dont vous nous affirmez que le nombre est impressionnant (sic), auraient embrassé cette idéologie “sous prétexte d’internationalisme” est étrange : si d’ex-trotskistes ont pu embrasser cette idéologie c’est qu’ils auront tourné leur veste

          +1

        Alerter
        • Fritz // 26.02.2018 à 18h46

          Il y a trotskiste et trotskiste. Je m’en suis aperçu en défilant à Paris le 15 février 2003 contre la guerre d’Irak : les slogans de la LCR étaient ambigus, ceux de LO dénonçaient “la dictature de Saddam Hussein”, alors que ceux du PT “lambertiste” de Daniel Gluckstein dénonçaient sans ambiguïté la guerre impérialiste, en Irak comme en Yougoslavie.

          Tenez, je m’en souviens précisément : “ONU ou pas ! La guerre on n’en veut pas !”

          Quant au site trotskiste wsws.org, il dénonce sans relâche le bellicisme occidental, en particulier le bellicisme antirusse.

          Enfin, quels que soient les reproches qu’on puisse adresser à Lionel Jospin, il n’est pas néo-conservateur.

            +0

          Alerter
          • Pierre Tavernier // 26.02.2018 à 18h58

            Certes, Fritz, mais je ne parle pas des militants idéalistes, je parle des opportunistes qui savaient rallier autour d’eux un certain nombre de militants “endoctrinés” qui les suivaient sans se poser de question, et qui ont se souvent transformé en simple politiciens assoiffés de de pouvoir et de privilèges, voire simplement de reconnaissances (la notoriété, comme le succès est la pire des drogues car personne ne peut vous la vendre).
            Pierre Lambert ne mérite peut-être pas de figurer dans la liste que j’ai énumérée, quoique…
            Quant à Jospin, pour vous, il a fait une politique de gauche ? Il a juste bénéficié d’un contexte économique favorable. Et ne me parlez pas des 35h. Quand on voit comment cela a été géré dans la fonction publique … alors que les entreprises privées s’y sont très bien adaptés.
            Quant à WSWS.ORG, je le consulte régulièrement, et je l’associe nullement à ces politicards !

              +0

            Alerter
          • Fritz // 26.02.2018 à 19h05

            Nous sommes d’accord. Comme exemple de trotskiste récupéré par le système impérialiste, je citerai Henri Weber, soutenant la “révolution ukrainienne” face à Olivier Berruyer.

              +0

            Alerter
      • Christian Gedeon // 26.02.2018 à 22h53

        Ah,les ordonnances! Cher Pierre,les ordonnances émanent du pouvoir législatif à travers un vote qui habilite le gouvernement à gouverner par ordonnances sur un sujet précis et dans un cadre temporel prédéfini. Ni un OVNI ,ni un cataclysme,le ordonnances sont un mécanisme prévu,dans sa grande sagesse,par le Général. Et il n’est même pas sur qu’elles puissent sauver la bâtisse complètement vermoulue qu’est devenue la SNCF…la facilité consisterait à la laisser agoniser avant de périr. Les ordonnances sont un traitement de choc,sans garantie de réussite.

          +0

        Alerter
  • Grégory // 26.02.2018 à 17h11

    Il serait dommage de ne pas mentionner que le Meilleur des Mondes a notamment publié un article de Rudy Reichstadt, à ses débuts. Ca lui a immédiatement été reproché et il n’a pas réitéré mais il se revendique toujours proche de Pierre André Taguieff, qui est lui un des piliers de cette revue.

      +2

    Alerter
    • Fritz // 26.02.2018 à 17h21

      « le Meilleur des Mondes a notamment publié un article de Rudy Reichstadt » : je l’ai cru aussi, l’ayant lu sur certains sites radicaux, mais pour être honnête, je n’ai pas trouvé le nom de l’intéressé dans les sommaires des neuf numéros de cette revue. Et quel serait le titre de cet article ?

      Reichstadt est néoconservateur, c’est clair. Mais lui attribuer un article introuvable dans le Meilleur des Mondes est déloyal ; et c’est prêter le flanc aux chiens de garde qui sont prêts à se déchaîner contre le blog d’Olivier.

        +2

      Alerter
      • Fritz // 26.02.2018 à 19h37

        Et ce n’est pas notre genre de dresser des listes de noms. Plusieurs néocons patentés ne figurent pas au sommaire du “Meilleur des mondes”, comme les journalistes Patrick Boyer et Patrick Roger, qui ont sévi sur France Inter.

        Ce dernier a osé dire : « George Bush gagne son pari : la démocratie en Irak » (1er février 2005, journal de 8 heures). Patrick Roger a ensuite dirigé France Info (2007-2009), puis la rédaction de BFM (2009-2010) et celle d’Europe 1 (2010-2016).

        Un néoconservateur discret, mais bien placé.

          +3

        Alerter
        • luc n. // 27.02.2018 à 11h03

          parmi ceux qui ont fait une belle carrière n’oublions pas non plus le Directeur de publication de cette revue à savoir Olivier Rubinstein, connu pour avoir oeuvré au virage droitier des éditions Denoël et qui, fort de ses hautes relations, a ensuite obtenu un poste à l’ambassade de France à Tel-Aviv, on vit vraiment une époque formidable

            +2

          Alerter
      • Brian64 // 27.02.2018 à 03h56

        Le nom de Rudy Reichstadt est introuvable sur ces sommaires qui ont l’air exhaustifs.
        Mais le site anticons.wordpress.com qui a un long article sur le fondateur de conspiracywatch parle non pas de la revue “le meilleur des mondes”, mais du “site de la revue”.

        Je suis en tous cas surpris de voir dans les premiers numéros des personnes aussi proches du pouvoir : un ex futur président, un ex présidentiable, un futur ancien ministre… le néo-conservatisme était déjà en bonne voie d’infecter le pouvoir français, correction en marche à l’indépendance de Chirac.

          +1

        Alerter
  • Sam // 26.02.2018 à 21h12

    Ce déballage de mauvaise foi et de concepts creux est parfaitement dégoutant, j’ai beaucoup de mal avec l’idée que ces gens là croient en ce qu’ils disent. Ils manient l’inversion jusqu’à la nausée : la guerre pour la paix, luttons contre les inégalités sociales en les renforçant, la France redeviendra grande une fois diluée dans la bouillie néo libérale, vive la gauche pourvu qu’elle soit de droite, …

    Des idéologues fourbes et menteurs, au service de leur caste, qui parle de démocratie et de droits de l’homme.

      +10

    Alerter
    • luc n. // 27.02.2018 à 11h14

      on est bien d’accord, Sam, et pour ma part je conteste l’importance qui leur est accordée dans certains commentaires là où on est avant tout en présence de larbins, venus souffler dans le sens du vent… Et ce n’est pas un hasard si dans le sillage de cette revue on trouve un BHL qui dans les années… 1970 déjà, en compagnie des ‘nouveaux philosophes’, répondait à la définition que tu donnes de cette mouvance : Des “idéologues fourbes et menteurs, au service de leur caste, qui parle de démocratie et de droits de l’homme”.

        +3

      Alerter
  • Jadoremacron // 26.02.2018 à 23h22

    Ce que je trouve assez marquant, c’est le nombre de sujets traitant du moyen orient et d’Israel. Ca revient en leitmotiv pour ne pas dire en obsession. Je ne suis pas sûr que j’aimerais me fader les articles car depuis 2000, on les a lus en bribes ou in extenso dans des clones qui s’ignorent mais je serais curieux quand même de lire un peu de ce qui a pu se dire à l’époque dans cette revue de l’entresoi.

      +4

    Alerter
    • Luc Nemeth // 27.02.2018 à 15h47

      ce n’est pas un hasard si nombre de sujets de cette revue traitaient d’Israël et du Moyen-Orient. Un simple regard sur ses dates de parution atteste qu’elle avait pour priorité les présidentielles de 2007, et la victoire du candidat Sarkozy. Or en France, pour des raisons historiques, un discrédit supplémentaire s’attache aux idées réactionnaires au motif que leur victoire constitue toujours un encouragement pour tout ce qu’un pays peut compter de racistes et d’antisémites. Même si bien sûr il y a des Klarsfeld qui n’aiment pas qu’on le leur rappelle, au nom du père et au nom du fils.
      Qui plus est, dans le cas de Sarkozy, un amical soutien en provenance d’une mouvance se disant ‘amie d’Israël’ n’était pas de trop. Car enfin une chose est sûre : c’est qu’il s’en est bien tiré du côté des médias français, chouchou, pour ce qui est de la fuite précipitée des Nagy-Bocsa à la fin de la deuxième guerre mondiale…

        +0

      Alerter
  • Krystyna Hawrot // 26.02.2018 à 23h52

    Le titre “l’Europe du Sahara à l’Arctique” montre l’ambition de ces politiques et fait froid dans le dos! Et je vois aussi Bronislaw Geremek, le cher ami polonais de Jacques Delors, un marxiste des années 60 dont la France a payé la thèse de doctorat, auquel la Pologne Populaire a offert une magnifique carrière scientifique et qui par la suite a détruit son pays… et a retourné sa veste pour donner la Pologne, l’Europe et la France aux Américains. Geremek qui a œuvré pour l’OTAN en Europe de l’Est, a été un farouche promoteur du TCE… Et qui est mort dans un mystérieux accident de voiture en juillet 2008 une fois qu’il a commencé à critiquer le système qu’il avait mis en place…Des gens comme ca, on aurait du les stopper avant qu’ils ne fassent les dégâts que l’on sait.

      +6

    Alerter
  • Différentes // 27.02.2018 à 09h21

    Les différentes références à Orwell ne sont pas étonnantes. Ce [Modéré] a surtout été un agent britannique de l’anti communisme. Par exemple : – rejoint le Poum en Espagne, ces trotskystes qui ont collaboré avec les franquistes
    – travaille a la BBC pour le ministère de l’information dans le but d empêcher les communistes de s’exprimer.
    – fait des listes des communistes anglais qu’il communique à la police.

      +0

    Alerter
    • Fritz // 27.02.2018 à 10h13

      “le Poum, ces trotskystes qui ont collaboré avec les franquistes” ?
      Ça sent la propagande stalinienne… A propos, qui a assassiné Andreu Nin ?

      Cela dit, je vous l’accorde : les gens du POUM n’étaient pas des innocents aux mains pures et sans tache. Comme tous les partis qui ont participé à la guerre d’Espagne.

      Mais de là à taxer d’anticommunisme le Parti ouvrier d’unification marxiste…

        +1

      Alerter
      • luc n. // 27.02.2018 à 10h54

        effectivement… Et pour ce qui est de Nin et autres, assassinés durant les ‘Journées de mai’ (1937) le simple serait sans doute que Différentes commence par lire… Orwell, et son intéressant Hommage to Catalunya

          +1

        Alerter
    • Différentes // 27.02.2018 à 10h21

      Il fallait comprendre le mot modéré au sens sartrien !

        +0

      Alerter
  • Ando // 27.02.2018 à 21h51

    La prise du pouvoir bolchevique en Russie après la première guerre mondiale a pu être comparée par certain historien au ‘déferlement des incultes’. C’était sans doute vrai a court terme. La chute de l’union soviétique en 1991 a eu le même effet à l’ouest de l’Europe et bien sûr aux États-Unis. Tous ceux qui se sentaient contraints et retenus par la laisse de l’équilibre de la terreur ont eu le sentiment exaltant que rien ne pourrait plus les empêcher de réaliser leurs petits appétits de domination. Le tout aimablement dissimulé sous une novlangue qui désormais a beaucoup perdu de son efficacité. Comme autrefois a l’est de l’Europe le déferlement des incultes finit en bien modestes vaguelettes.

      +1

    Alerter
  • luc n. // 28.02.2018 à 10h55

    c’est toujours une erreur que de sous-estimer l’adversaire : les léninistes, quoi que l’on puisse penser d’eux par ailleurs, avaient tout de même une autre épaisseur que la fine équipe du… ‘Meilleur des Mondes’

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications