Les Crises Les Crises
16.février.201816.2.2018 // Les Crises

Downing Street annonce la création d’une nouvelle section pour traquer les « fake news »

Merci 18
J'envoie

23 janvier 2018

Theresa May crée une nouvelle unité nationale de sécurité pour contrer les « fake news » et la désinformation par la Russie et d’autres puissances étrangères, annonce Downing Street.

Le porte-parole officiel de la Première ministre a affirmé que la nouvelle unité de sécurité nationale des communications allait s’appuyer sur les capacités existantes et serait chargée de « combattre la désinformation provenant d’acteurs étatiques et autres ».

Ceci survient après que la Première ministre a accusé la Russie d’ingérence dans les élections et de diffusion de fake news dans une tentative « d’utiliser l’information comme une arme » et semer de la discorde à l’Ouest.

Son porte-parole a dit : « Nous vivons une période de fake news et de récits alternatifs. Le gouvernement répondra avec une meilleure et plus importante utilisation des communications de la sécurité nationale pour traquer ces défis interconnectés complexes.

« Pour ce faire, nous allons nous baser sur les capacités existantes en créant une unité dédiée aux communications de la sécurité nationale. Elle sera chargée de combattre la désinformation provenant d’acteurs étatiques ou autres. »

Il a dit que l’unité « dissuadera plus systématiquement nos adversaires et nous aidera à nous montrer à la hauteur des priorités de la sécurité nationale », ajoutant qu’il n’y avait pas encore d’information sur sa localisation ni sur les employés qui y travailleront.

En novembre, l’an passé, la Premier ministre avait lancé une extraordinaire attaque contre la Russie au sujet d’interférences, l’accusant de monter une « campagne durable de cyber-espionnage et de désinformation ».

Elle avait dit : « Ceci incluait l’ingérence dans les élections et le hacking du ministère de la Défense danois et du Bundestag (parlement allemand), parmi d’autres », en s’adressant à des personnalités du monde des affaires à la City de Londres.

« Elle [la Russie] cherche à utiliser l’information “comme une arme”. En déployant des organisations médiatiques sponsorisées par l’État pour implanter de fausses histoires et des images modifiées sous Photoshop pour tenter de semer la discorde à l’Ouest et saper nos institutions. »

Elle déclara que le Royaume Uni ne voulait pas « revenir à la Guerre froide, ou dans un état de confrontation perpétuelle », mais que le pays allait devoir agir pour protéger les intérêts du Royaume-Uni, de l’Europe et du reste.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

aladin0248 // 16.02.2018 à 07h46

Les politiciens anglais partagent des valeurs communes avec les politiciens français : leur insondable médiocrité. C’est le métier qui veut ça : du mauvais théâtre pour arrivistes menteurs compulsifs bons à rien mais bien placés et surtout dénués de tout scrupule. C’est le péché originel de la démocratie représentative.

42 réactions et commentaires

  • Fritz // 16.02.2018 à 07h05

    Londres va combattre les bobards… Ah, cet humour britannique…

      +34

    Alerter
    • Alfred // 16.02.2018 à 08h53

      Oui. Ils vont commencer par lutter contre le bobard de la décennie (Oscars et série ): l’o”n”g dite des “white helmets” (casques blancs). Ça tombe bien elle a été créée par un britannique. Et les preuves du bobard sont abondantes. Ce truc mouillé jusqu’au cou avec Al qaida est la grenade degoupillee qui dort sous les fauteuils des rédactions complices (menteuses ET chasseuses de bobards). Aucun grand media ne sera épargné quand le grand public aura conscience de ce truc aussi spectaculaire que colin Powell ou les couveuses.

        +28

      Alerter
      • V_Parlier // 16.02.2018 à 10h24

        “Aucun grand media ne sera épargné”
        Je n’y crois plus. Avec tout ce qu’on a connu, 90% du public suit encore.

          +13

        Alerter
        • Alfred // 16.02.2018 à 10h33

          Pour le coup cet exemple est assez efficace. Pour la première fois depuis bien longtemps j’ai réussi à faire changer d’avis des proches et des connaissances rien qu’en leur montrant quelques prouesses des casques blancs. Le fait que ces gens soient l’objet d’une serie, soient reçus par Hollande puis Macron et qu’ils soient ensenses par les média est ensuite d’une grenade violence. Je vous assure que cela ébranle fortement ceux que vous arrivez à convaincre. Et sur ce coup là c’est facile. ‘il n’y a qu’à” visionner la propre production des casques blancs. Ce sont les Ed wood de la Fake news. Un enfant peut voir les grands blessés tirer une taffe sur une clope en se pensant hors champ dans la caméra… Etc…
          Essayez c’est imparable.

            +8

          Alerter
        • Danielle VQ // 16.02.2018 à 12h41

          Bonjour,
          Je pense que dire que 90% de la population suit encore est un peu excessif. Je crois qu’il y a de plus en plus d’individus qui ont des doutes sur ce que racontent les médias dominants (télé, radios sites web, journaux etc…) mais pour le moments beaucoup de gens ne savent pas exactement pourquoi ils doutent. Il faut avoir du temps pour piocher dans les médias alternatifs et hormis cela certains ne le font pas par peut-être défaitisme. C’est vrai que ce n’est pas très réjouissant.

            +8

          Alerter
          • Toff de Aix // 16.02.2018 à 14h41

            Bonjour, effectivement vu les chiffres de vente de “la presse” en général, on peut constater qu’il y a de plus en plus, une certaine prise de conscience… Certes limitée à un petit nombre (la grande majorité s’en fout vraisemblablement, et est plus occupée à se regarder le nombril sur Facebook qu’autre chose), mais à force, les petits ruisseaux ne font ils pas les grandes rivières ?

              +3

            Alerter
            • jp // 16.02.2018 à 14h52

              “la grande majorité s’en fout vraisemblablement, et est plus occupée à se regarder le nombril sur Facebook qu’autre chose”
              La majorité que je connais (y compris moi mm) se demande surtout comment elle va pouvoir payer son loyer, sa bouffe, ses lunettes, quand elle va enfin retrouver un boulot, si elle va guérir de sa grave maladie, etc.
              Quand on est englué là dedans c’est dur de se garder un peu de cerveau disponible pour les pb du monde

                +9

              Alerter
            • Danielle VQ // 16.02.2018 à 16h25

              re-Bonjour, Il me semble que le si fameux face book concerne surtout une population plutôt jeune. Je ne connais personne dans la tranche d’âge à partir de 40 ans (et peut-être même plus jeunes) qui soit complètement accro à cette invention. Je suis également d’accord avec le commentaire de JP. Je n’ai pas osé mentionner les problèmes de trésorerie qui se font de plus en plus graves pour de plus en plus de monde. Arrêtons de regarder les autres avec supériorité avant d’avoir envisagé leurs problèmes quotidiens.

                +2

              Alerter
      • riton // 16.02.2018 à 14h01

        Les casques blancs sont passés récemment sur France Inter …

          +3

        Alerter
        • Fritz // 16.02.2018 à 16h31

          Normal, c’est une fake radio.

            +15

          Alerter
  • aladin0248 // 16.02.2018 à 07h46

    Les politiciens anglais partagent des valeurs communes avec les politiciens français : leur insondable médiocrité. C’est le métier qui veut ça : du mauvais théâtre pour arrivistes menteurs compulsifs bons à rien mais bien placés et surtout dénués de tout scrupule. C’est le péché originel de la démocratie représentative.

      +45

    Alerter
    • Madudu // 16.02.2018 à 14h43

      C’en est plutôt le vice congénital que le péché originel, car la démocratie dite représentative ne peut pas être autrement.

      Sauf bien sur quand le parlement ne décide de rien et que le chef de l’État défend les intérêts de son pays, mais ça n’arrive que pas accident : De Gaulle, Poutine, Duterte, le Brexit, Trump dans une certaine mesure, …

        +8

      Alerter
    • K // 16.02.2018 à 18h42

      Un politicien anglais, grec, russe, américain, français ou autres par ailleurs.

      Ce n’est pas la nationalité qui fait leur médiocrité, mais bien leur fonction…

        +1

      Alerter
    • caliban // 16.02.2018 à 19h59

      @aladin0248

      Je ne comprends pas bien votre commentaire. Pas le fond (= la médiocrité des élus dans les démocraties représentatives) mais la pertinence.

      Le sujet de ce billet est la décision d’un gouvernement de “légiférer” sur la diffusion de l’information. Donner une opinion toute faite sur le régime politique n’a pas beaucoup d’intérêt, surtout que le contrôle de l’information n’est pas l’apanage des démocraties.

      C’est justement :
      • parce qu’elles se saisissent / fabriquent à présent de cette thématique des “fakes news”
      • qui était hier dévolue aux dictatures

      … qu’il y a des questions à se poser sur une éventuelle dérive totalitaire des démocraties.

      Bref au lieu d’évoquer un quelconque “pêché originel”, ne serait-il pas plus intéressant de s’interroger – par exemple – sur la place du web dans la diffusion des informations ? sur la préservation de la neutralité du net ?

        +5

      Alerter
  • Perret // 16.02.2018 à 08h10

    Il y a un côté délirant dans ces affaires de “fake news”, mais pas de la façon que l’on croit trop souvent.
    Il semble bien qu’il y ait à Moscou au moins un centre dépendant des services, rassemblant plusieurs centaines de “hackers” et agissant sur le net en fonctions des intérêts russes. Les Chinois sont beaucoup plus présents dans ce domaine et les effectifs dédiés à ce qu’il faut bien appeler la guerre de la communication sont beaucoup plus importants et se compteraient en dizaines de milliers.
    Les services occidentaux soit utilisent des hackers qu’ils “tiennent” le plus souvent pour des délits liés à la drogue ou à des détournements de fonds, soit disposent d’unités du même type. En outre, des sociétés privées sont employées par les services pour sous-traiter des opérations de grande ampleur, c’est le cas de Facebook notamment.
    La question n’est donc pas de avoir si les uns ou les autres font du “monitoring” et du “hacking”, tous le font, la question est de savoir pourquoi ces campagnes délirantes à la Big Brother du côté occidental ?
    Serait-ce parce que nos dirigeants considèrent que nous avons perdus cette guerre ?
    L’effondrement du niveau en maths des pays occidentaux (à commencer par la France) et l’amélioration du niveau (déjà très élevé) en Chine et en Russie est peut-être la clé. Et aussi le côté rustique des méthodes utilisées par le camp occidental, face à la sophistication des approches russes et chinoises.
    Et finalement, cela se résume probablement à un prétexte pour mieux contrôler des opinions publiques à la veille du “grand reset ” financier.

      +26

    Alerter
    • Kesse // 16.02.2018 à 09h51

      Plutôt qu’une déficience en maths, c’est l’organisation de la déficience du bon sens et et de l’esprit critique. Quand on lance de telles accusations d’ingérence par un pays ennemi, il faut à minima dire ce qu’a été l’ingérence (de quelles fake news parle-t-on?) et avancer un début de preuves. Ni l’une ni l’autre de ces conditions sont réunies? Les journalistes relaient et les médias s’en moquent?
      L’angleterre a un système de recherche performant qui recrute de nombreux cerveaux en maths en France, en Allemagne et en Chine … Ils sont plus performants que ces trois très gros pays … Le problème n’est pas de trouver une tronche en cryptographie, le problème est le manque de bon sens du quidam moyen.

        +17

      Alerter
  • Brigitte // 16.02.2018 à 08h11

    il y en a certainement beaucoup qui circulent avec le Brexit. Et puis, c’est la mode, le Brexit ne met pas les îles Britanniques à l’abri des vents dominants, qui en atlantique nord viennent de l’ouest. D’après ce que j’en sais, l’américanophilie a le vent en poupe outre Manche, à moins que ce ne soit un reste d’europhilie…
    C’est ça qui est décevant, en politique, on déshabille Pierre pour habiller Paul.
    Facebook risque de devenir une enseigne mondiale de prêt à penser, quotidien, gratuit et livré à domicile. Elle est pas belle la vie?

      +3

    Alerter
    • Kiwixar // 16.02.2018 à 08h49

      A mon avis Facebook sera mort d’ici peu (quelques années). L’attrait, c’était d avoir une bonne plate-forme neutre pour exposer ses photos, idées, opinions, humour. Confronter ces opinions. Le temps passé était « rémunéré » par la satisfaction, toute simple, d’être lu.

      J’ai partagé des milliers d’articles de les-crises.fr. Maintenant je passe sur FB une fois par trimestre, et je ne pose rien, même pas un commentaire. Quel intérêt si mon post/commentaire peut être CENSURE par FB se basant sur le pastillage de couleur de kollabonigauds pour qui j’ai le plus profond mépris?

      RIP Facebook. D’ailleurs, n’est-ce pas le but du Decodex, tuer Facebook et l’exposition publique d’idées alternatives?

        +12

      Alerter
      • Loxosceles // 16.02.2018 à 11h14

        Il y a une collaboration entre Le Monde et Facebook, ne l’oubliez pas. D’ailleurs on ne parle que du decodex, mais l’instrument de Libé, checknews, est tout à fait dans le même esprit, et il y en a sûrement d’autres que j’ignore. Il ne s’agit donc pas de tuer facebook, mais de mieux façonner cet outil de manipulation des masses à la sauce pensée unique. D’ailleurs facebook se lance dans un projet de faire noter les infos directement par les lecteurs, ce qui aboutira à une nouvelle forme de dictature par la majorité abêtie par les médias de masse.

          +11

        Alerter
        • Madudu // 16.02.2018 à 14h52

          Il s’agit de faire noter les infos par des gens qui ne les ont pas nécessairement consulté, donc une bonne partie des votes ne sera motivée que par la réputation que l’on prête à la source de l’info et par les ouïe-dires.

          Il s’agit en fait de demander aux ignorants de se confirmer dans leur ignorance en prenant directement part à la censure par la voie de biais de confirmation jamais remis en cause.

            +4

          Alerter
    • Haricophile // 16.02.2018 à 16h26

      Facebook risque de devenir une enseigne mondiale de prêt à penser, quotidien, gratuit et livré à domicile. Elle est pas belle la vie?

      J’ai quelque difficultés à comprendre l’emploi du futur dans cette phrase.

      Vous omettez aussi les dimensions d’espionnage généralisé en kit pour les gouvernements et multinationale à côté des kits de manipulation de masse.

      On explique au enfants qu’il ne faut pas accepter les bonbons et suivre les messieurs inconnu. Mais apparemment les adultes ne respectent pas pour eux-même ces principes de base. Pourtant toutes les infos sont disponibles et publiées à propos de Facebook. D’ailleurs les gens connaissent souvent l’essentiel de ce qu’il faut savoir, mais continuent parce que les bonbons c’est bons, tout en s’interrogeant sur les irritations de leur fondement.

        +4

      Alerter
  • Koui // 16.02.2018 à 08h37

    Et lorsque le gouvernement britannique repends une fausse information, est ce que la contester c’est fakenewser? Et si la vérité officielle change, est ce que les truenews d’hier passent à fake? Qu’en est il du démenti plausible?

      +6

    Alerter
  • TEROUINARD // 16.02.2018 à 08h42

    Pour tromper le peuple, les méthodes s’actualisent.
    Le résultat toujours le même :
    Tromper, diviser et régner.
    Tout ceci au service du “système ultralibéral”.

      +5

    Alerter
    • Kilsan Aïtous // 16.02.2018 à 20h12

      Le système libéral n’aime pas la concurrence libre et non faussée.

        +1

      Alerter
  • Eric83 // 16.02.2018 à 09h12

    Facebook et autres défenseurs de la “démocratie du camp du bien” luttent-ils contre les mensonges particulièrement dangereux de gouvernants occidentaux ?

    Tout est “bon” pour alimenter l’hystérie anti-russe alors qu’aucune preuve concluante n’a été fournie dans aucun pays occidental sur les allégations d’ingérence russe.

    https://www.zerohedge.com/news/2018-02-15/dutch-lies-over-putins-aggression-expose-nato-war-agenda

    Pour rappel puisque aucun média ne parle plus de l’avion du vol MH17 abattu en 2014 au dessus de l’Ukraine, aucune preuve concluante et rendue publique n’a jamais été fournie mais les Russes sont accusés depuis plus de 3 ans.

      +9

    Alerter
  • Iskander Zakhar // 16.02.2018 à 09h49

    Venant des plus grands menteurs que la Terre ait jamais portés, cela me fait doucement rigoler… Les Britts risquent rapidement de ne plus savoir démêler le faux du vrai en ce qui les concerne !

      +8

    Alerter
  • Duracuir // 16.02.2018 à 12h34

    La série(anglaise), Black Mirror était supposée nous décrire l’avenir, pas le présent.
    Et les Anglais ont TOUJOURS été le laboratoire du monde du lendemain.
    Bienvenue en Orwellie

      +3

    Alerter
    • Kiwixar // 17.02.2018 à 00h21

      Les Anglais à la pointe, c’est de l’occidentalocentrisme. A mon avis, les Chinois sont bien plus en avance dans le filtrage, la surveillance, le contrôle et l’appaisement de leur population. Et 80% des Chinois sont contents de leur gouvernement. Quel % en France ou aux USA?

        +0

      Alerter
  • Theoltd // 16.02.2018 à 12h46

    Il faut effectivement sérieusement enquêter sur les ingérences étrangères dans toutes les elections en Europe. Par exemple, le fait que Facebook soit une société américaine, est ce que cela ne met pas en danger notre souveraineté? Pouvons nous également parler des Young leaders?
    En quoi sommes nous assurés que nos politiques font leurs choix dans l’intérêt de notre pays, plutôt que dans celui d’un pays étranger?

      +11

    Alerter
    • Madudu // 16.02.2018 à 14h59

      Vous êtes très certainement sous l’emprise des fake news russes, car le Decodex a certifié sans aucun doute possible que Facebook veut le bien de ses clients, que les young leaders ça n’intéresse personne et que défendre des intérêts nationaux est une forme contemporaine du nazisme.

      Pour un honnête consommateur ces questions ne se posent pas, veuillez donc ne plus les poser afin de ne pas éveiller l’attention bienveillante des gens qui savent ce qu’ils font et qui savent comment il faut que vous pensiez.

      D’avance, merci.

        +9

      Alerter
  • jules vallés // 16.02.2018 à 12h50

    Exemples historiques de “fake news” (horrible globish):

    -Galilée condamné a abjurer le 22/06/1633

    -Alfred Wegener tectonique des plaques (Sa théorie reposait sur de nombreux arguments appartenant à des champs disciplinaires variés (géodésie, géophysique, géologie structurale, paléontologie) mais n’a été admise par la majorité de la communauté scientifique que quarante ans après sa mort

    -Richard Sorge (livra aux Soviétiques des informations sur le pacte anti-Komintern, entre l’Allemagne nazie et l’Empire du Japon, et plus tard sur l’attaque de Pearl Harbor. Mais en 1941, Sorge leur apprit la date exacte du lancement de l’opération Barbarossa, Cependant, aucune disposition ne fut prise à la suite de la transmission de ces informations, pourtant cruciales, essentiellement du fait de Staline, qui ne fut pas convaincu, et se méfiait peut-être de cet ancien trotskyste, aux mœurs ambiguës)

    Liste non limitative, peut-être pourriez vous en ajouter de nombreuses autres…..

      +0

    Alerter
  • Burgless // 16.02.2018 à 13h13
  • Toff de Aix // 16.02.2018 à 13h22

    Macron à insinué la même chose en France : si le populo (qui comme tout le monde sait, est alcoolique, inculte et rien en grande majorité) vote mal, c’est parce qu’il est désinformé par les russes, tout le monde sait ça voyons.

    Si les anglais ont voté le Brexit, si les américains ont choisi Trump, c’est forcément pareil. Salaud de Poutine, machiavéliques slaves, ils veulent notre mort à tous ces Raspoutine en puissance !

    Mais quel mépris… Je prévois un retour de bâton exceptionnel.

      +8

    Alerter
  • Doghouse Reilly // 16.02.2018 à 13h51

    Dans 1984 il existe aussi une “autorité” dédiée aux mêmes fins : Miniver .

      +2

    Alerter
  • Kta // 16.02.2018 à 14h02

    Une manipulation de type arme de destruction massive en Irak, serait-elle devenue une vérité officielle et sa remise en cause interdite ? Peut-être pas car la France alimentait le débat, mais aujourd’hui ? Et si (simple hypothèse) on nous sortait finalement une pseudo agression russe à l’encontre d’un pays de l’Otan ?

      +3

    Alerter
  • Haricophile // 16.02.2018 à 16h08

    Les Russes font très fort : Avec des moyens minimes, c’est à dire en ne faisant strictement rien, ils sèment la pagaille dans les rangs des adversaire au point que la menace de subir rien deviennent l’urgence nationale civile et militaire des pays de l’Otan qui ne savent pas comment se défendre contre rien.

    Déjà les Corses dans Astérix avaient une manière intelligente de ne rien faire pour emmerder les romains, mais là on est passé à une échelle astronomique de rien ! Valérian n’aurait pas renié le phénomène, et je pense que seul Achille Talon aurait pu nous le décrire convenablement.

    Je pensait que ce genre de choses symptomatiques si bien décrites Audiard n’était pas une maladie contagieuse, mais apparemment c’est une pandémie plus virulente que la grippe chez les personnes sensibles.

      +11

    Alerter
  • Alberto // 16.02.2018 à 18h53

    Macron et les Fake News : Comment contrôler la presse !
    Excellente vidéo de Trouble-Fait, qui, au cours de son analyse, cite l’article des Crises (39′).
    https://www.youtube.com/watch?v=mU556-Aqaok

      +1

    Alerter
  • vinel // 16.02.2018 à 22h58

    L’unanimité des laquais de l’empire manifeste,au de la de toute preuve matérielle,la mise en route,vers les peuples”troupeaux”,de l’info directionnelle.
    Ils savent,même sans les moyens de L’IA que les milliards d’humains sont parfaitement aptes à avaler toutes les couleuvres empoisonnées.(naturellement elles ne le sont pas)
    N!
    Apres les deux guerres mondiales,je n’oublie pas le la guerre du Vietnam…ils nous raconté une histoire de l’occident complétement détournée au profit ds USA.
    Maintenant,rien n’est considéré comme impossible avec les moyens dont ils disposent.
    Dans la mesure ou nous ne pouvons individuellement rien changer,il nous reste l’obligation de douter de tout…sauf de nous même pour ce qui concerne la hauteur de nos convictions relatives à l’HUMAIN!

      +0

    Alerter
  • Pollix // 16.02.2018 à 23h25

    Dans la mesure où un ancien agent du MI-6,Christopher Steele, a fourni le rapport au FBI “prouvant” l’ingérence Russe, en suivant les conseils de son ancien chef Sir Dearlove qui était déjà à l’origine des renseignements sur les ADM de Saddam, pas étonnant que Londres cherche à allumer un contre feu…

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications