Les Crises Les Crises
24.novembre.201824.11.2018 // Les Crises

Le « scénario cauchemardesque » pour Pékin ; 50 millions d’appartements chinois sont vides

Merci 332
J'envoie

Source : ZeroHedge, 12-11-2018

En 2017, nous avions expliqué pourquoi « le sort de l’économie mondiale [étai]t entre les mains de la bulle immobilière chinoise ». La réponse était simple : pour que la population chinoise et la classe moyenne croissante continuent de dépenser de façon dynamique et d’emprunter beaucoup, il fallait qu’elle se sente à l’aise et confiante dans le fait que sa richesse continuerait d’augmenter. Cependant, à la différence des États-Unis où le marché boursier est le baromètre ultime de l’« effet de richesse » stimulant la confiance, en Chine, cela a toujours été le logement, puisque les trois quarts des actifs des ménages chinois sont investis dans l’immobilier ; aux États-Unis, cette part n’est que de 28%, le reste étant constitué d’avoirs financiers.

Source : Kinhua

Pékin le sait, bien sûr, c’est pourquoi la Chine relance périodiquement et régulièrement sa bulle immobilière, en espérant que l’éclatement de la bulle, qui s’est produit à la fin de 2011 et à nouveau en 2014, sera un processus contrôlé permettant un « atterrissage en douceur ». Pour l’instant, Pékin réussit à maintenir la stabilité des prix au moins selon les données officielles, ce qui a permis de dégonfler la bulle « Tier 1 » [expression utilisée dans le secteur bancaire et financier faisant référence à une catégorie de fonds propres. Le tier 1 est constitué par les capitaux les plus stables et les plus solides détenus par les établissements financiers, NdT] qui a culminé au début de 2016, tout en préservant une modeste plus-value des prix immobiliers sur les marchés secondaires.

Reste à savoir combien de temps la Chine sera en mesure d’éviter une forte baisse des prix, mais entre-temps, un autre problème se pose au marché chinois du logement : en plus d’être le principal élément d’avoir net des ménages – gage d’une consommation stable et croissante – elle est également un moteur clé de la croissance économique de la Chine, les dépenses en infrastructures et les investissements en capital étant depuis longtemps l’une des principales composantes du PIB visé par le pays. Cela produit comme résultat, les tristement célèbres villes fantômes de Chine, construites uniquement dans un souci de dépenses keynésien, afin d’atteindre un chiffre de PIB prédéterminé qui satisfasse Pékin.

Pendant ce temps, dans le processus de relance de la dernière bulle immobilière, un autre sous-produit désastreux de ce « marché » du logement artificiel est apparu : des dizaines de millions d’appartements et de maisons vides dans tout le pays.

Selon Bloomberg, des recherches en voie d’être publiées montreront qu’environ 22 % du parc immobilier urbain de la Chine est inoccupé, selon le professeur Gan Li, qui dirige la principale étude nationale. Cela représente plus de 50 millions de logements vides.

La raison de la surabondance massive de logements vides : maintenir l’offre à un niveau bas et les prix artificiellement élevés en retirant autant de biens que possible du marché. Cependant, cela fonctionne dans les deux sens, et tandis que cela contribue à stimuler les prix à la hausse alors que l’économie croît et que les spéculateurs inondent le marché du logement d’argent facile, au moment où la tendance se retournera, la flambée de l’offre, quand les biens inoccupés seront bradés, provoquera un mouvement de liquidation panique de logements, ce qui pourrait provoquer le plus grand krach immobilier jamais observé, auprès duquel la bulle immobilière américaine de 2006 paraîtra une plaisanterie.

En effet, comme le note Bloomberg, le « scénario cauchemar » pour les autorités chinoises est que les propriétaires de logements inoccupés se précipitent pour vendre lorsque des fissures commenceront à apparaître sur le marché immobilier, provoquant une spirale auto-alimentée de baisse des prix .

Pire encore, les dernières données d’une enquête réalisée en 2017 suggèrent également que les efforts de Pékin pour freiner la spéculation immobilière – qui, avec le système bancaire parallèle [ou shadow banking, désigne l’ensemble des activités et des acteurs contribuant au financement non bancaire de l’économie, NdT].et la menace persistante de retraits massifs de dépôts bancaires (comme celle évoquée la semaine dernière) est considérée par Pékin comme une menace majeure pour la stabilité financière et sociale – que ces efforts, donc, ont échoué.

« Il n’y a pas d’autre pays où le taux d’inoccupation est aussi élevé », a déclaré M. Gan, de la Southwestern University of Finance and Economics de Chengdu. « En cas de crack sur le marché immobilier, les maisons à vendre vont se répandre en Chine comme une inondation. »

Comment le chercheur chinois a-t-il obtenu ce chiffre inquiétant ? Pour trouver le pourcentage de logements vacants, des milliers de chercheurs se sont répartis dans 363 comtés chinois l’année dernière, dans le cadre de l’enquête sur les finances des ménages chinois, que Gan dirige à l’université.

Gan a déclaré que le taux d’inoccupation, qui exclut les maisons qui n’ont pas encore été mises en vente par les promoteurs, a peu changé par rapport au taux de 22,4% observé en 2013. Et alors que cette étude montrait 49 millions de logements vacants, Gan estime le nombre à « certainement plus de 50 millions d’unités » aujourd’hui.

Pendant ce temps, Pékin – qui est pleinement conscient de ces statistiques, et qui est également conscient qu’une baisse de prix même modeste pourrait être amplifiée instantanément si des millions d’unités « à vendre » arrivent sur le marché en même temps – est inquiet. C’est pourquoi les autorités chinoises ont imposé des restrictions d’achat et une disponibilité limitée du crédit, avec comme résultat de voir l’argent se diriger vers d’autres secteurs. Les hausses de prix généralisées signifient également que des millions de personnes sont exclues du marché, ce qui exacerbe les inégalités.

En fait, le président chinois Xi a déclaré en octobre de l’année dernière que « les maisons sont construites pour être habitées, pas pour la spéculation », et pourtant un quart des logements de la Chine n’est que cela : vide, et sert seulement à amplifier la spéculation.

Même si les maisons de vacances et les demeures abandonnées par les émigrants à la recherche d’un emploi ailleurs expliquent une partie des propriétés désertes, Gan a constaté que les achats d’investissement sont le principal facteur maintenant le taux d’inoccupation à un niveau élevé. Et ce, malgré les restrictions imposées dans l’ensemble du pays pour décourager les achats multiples de logements.

Il y a un autre coût économique à cette frénésie spéculative : la baisse de l’offre exerce une pression à la hausse sur les prix et fait fuir les jeunes acheteurs du marché, selon Kaiji Chen, coauteur d’un article de la Fed intitulé The Great Housing Boom of China.

Et, comme les Américains s’en souviennent si bien, la recherche de logements inabordables à des fins de spéculation a entraîné une nouvelle bulle d’endettement sans précédent : selon Caixin, les prêts hypothécaires personnels en Chine ont été multipliés par sept explosant de 3 000 milliards de yuans (430 milliards $) en 2008 à 22 900 milliards en 2017, selon les données PBOC.

À la fin du mois de septembre, la valeur des crédits immobiliers en cours avait grimpé encore de 18 % en année glissante, pour atteindre le niveau record de 24 900 milliards de yuans, entraînant, comme le note Caixin, la transformation de nombreuses personnes en ce que l’on appelle des « esclaves des emprunts ».

Elle a également entraîné une autre bulle immobilière : la dette hypothécaire résidentielle représente maintenant plus de la moitié de la dette totale des ménages en Chine. Au troisième trimestre, elle représentait 53 % des 462 000 milliards de yuans d’en-cours de la dette des ménages.

Pour l’instant, peu de gens perdent le sommeil à cause de ce qui sera la prochaine grosse bulle immobilière à éclater. Exemple de maison vacante, une villa à la périphérie de Shanghai que les parents de Natalie Feng, 27 ans, ont achetée pour elle. La résidence de deux étages était destinée aux week-ends pour une famille de trois personnes. En réalité, elle est vide la plupart du temps, et Feng dit que c’est trop de tracas de la louer.

« Pour chaque week-end que nous y passons, nous avons d’abord une heure de route et nous devons faire une demi-journée de ménage », dit Feng. Elle a plaisanté en disant qu’elle aimerait parfois que ses parents ne la lui aient pas acheté. Parce que tout appartement qu’elle achèterait désormais serait considéré comme une résidence secondaire, ce qui signifie qu’elle devrait faire une mise de fonds plus importante.

* * *

Ce qui est préoccupant, c’est qu’en dépit de la relative stabilité des prix des maisons, les bases du marché de l’habitation sont en train de se fissurer. Comme le Wall Street Journal, l’a récemment rapporté, début décembre, un groupe de propriétaires a pris d’assaut le bureau de vente de leur complexe de Shanghai, « Central Washington », dont le promoteur, Shanghai Zhaoping Real Estate Development, mettait en vente de nouveaux appartements à un prix moindre que ceux vendus plus tôt dans l’année. Une propriétaire d’appartement a déclaré que les nouveaux prix suggéraient que la valeur de l’appartement qu’elle avait acheté du promoteur en mars avait baissé d’environ 17,5%.

« Il y a des gens qui ont acheté plusieurs maisons qui essaient maintenant d’en vendre une pour rembourser le prêt hypothécaire d’une autre », dit Ran Yunjie, un agent immobilier. Un de ses clients a acheté un appartement l’an dernier pour environ 230 000 $. Pour trouver un acheteur maintenant, le client devrait baisser le prix de 60%, selon Ran.

Dans une démonstration vraiment inquiétante de ce qui se passera lorsque la bulle éclatera enfin, le mois dernier, nous avons relaté que des propriétaires en colère qui ont payé le prix fort pour des unités du projet résidentiel Xinzhou Mansion à Shangrao ont attaqué le bureau de vente Country Garden dans la province orientale du Jiangxi la semaine dernière, après avoir découvert qu’il avait offert des remises allant jusqu’à 30% aux nouveaux acheteurs.

Country Garden cut the selling price at one of its residential developments by 1/3. Those who paid full price smashed the sales office. Similar incidents had happened before, and will again. It’s impossible to remove “the guarantee of principal”(刚性兑付)in China. pic.twitter.com/UxHFODYxmc

— Hao Hong 洪灝, CFA (@HAOHONG_CFA) October 6, 2018

[Country Garden a réduit de 1/3 le prix de vente de l’un de ses projets résidentiels. Ceux qui ont payé le prix fort ont détruit le bureau de vente. Des incidents similaires s’étaient déjà produits auparavant, et se produiront encore. Il est impossible de supprimer « la garantie du capital [la garantie du remboursement complet du capital à l’échéance; NdT] » (刚性兑付) en Chine.]

« La propriété représente environ 70 % du patrimoine des familles chinoises urbaines – une maison est à la fois une richesse et un statut. Les gens ne veulent pas que les prix augmentent trop vite, mais ils ne veulent pas non plus qu’ils baissent trop rapidement », a déclaré Shao Yu, économiste en chef chez Oriental Securities. « Les gens sont tellement habitués à des prix en hausse qu’ils n’ont jamais pensé qu’ils pouvaient aussi chuter. Nous ne devrions pas accroître cette illusion », a ajouté Shao, faisant écho à Ben Bernanke vers 2005.

Mais la plus grande surprise, au final, quand la musique s’arrêtera, sera peut-être que – comme l’a révélé un rapport fascinant du WSJ il y a un an – la crise immobilière en Chine sera probablement bien, bien pire qu’il n’y paraît, car sous la direction de Pékin, plus de 200 villes chinoises ont acheté ces trois dernières années des appartements en surplus à des promoteurs immobiliers et y ont installé des familles venus d’immeubles condamnés et de villages voisins. Le ministère chinois du Logement, qui est à l’origine des achats, a déclaré qu’il prévoit de poursuivre le programme jusqu’en 2020. Cette stratégie, soutenue par les prêts des banques centrales, a permis de secourir les promoteurs immobiliers et de soutenir le marché immobilier.

En d’autres termes, alors que la Chine compte déjà un nombre record de 50 millions d’appartements vides, le nombre réel – si l’on exclut les achats discrets du gouvernement de ses propres stocks excédentaires – est probablement beaucoup plus élevé. Si Trump et Peter Navarro veulent vraiment écraser la Chine dans leur guerre commerciale en cours, ils devraient se concentrer sur la déstabilisation du marché immobilier : le marché boursier chinois était et demeure une distraction.

Pour résumer :

  • Il y a en Chine plus de 50 millions d’appartements vacants.
  • Les prêts hypothécaires ont été multipliés par 8 au cours de la dernière décennie
  • Les prix restent stables grâce aux achats constants de stocks excédentaires par le gouvernement.
  • Les prix des logements chutent déjà, certains promotteurs étant obligés de baisser les prix de 30 %.
  • Les propriétaires de maisons se révoltent, formant des milices en colère et prenant d’assaut les bureaux des agences immobilières lorsque les prix chutent.

Pour l’instant, la Chine a réussi à maintenir l’illusion de stabilité pour préserver l’ordre social. Cependant, si le ralentissement de l’immobilier s’accélère significativement et que des dizaines de millions de biens vides arrivent soudainement sur le marché, alors l’« insurrection de la classe ouvrière » que la Chine prépare depuis 2014….

… deviendra une réalité du jour au lendemain, avec des conséquences désastreuses pour le monde entier.

Source : ZeroHedge, Tyler Durden, 12-11-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

BOURDEAUX // 24.11.2018 à 12h43

La France compte environ 3 millions de logements vides, ce qui est supérieur au chiffre chinois, rapporté à la population.

49 réactions et commentaires

  • Le Belge // 24.11.2018 à 11h57

    Hum, hum. Vous avez aimé l’épisode des “subprimes” ? Vous allez adorer celui-ci. Encore une illustration que la cupidité ne connait pas les couleurs de peau, les régimes politiques ou les différences civilisationnelles. Qu’est-ce que disait encore l’autre, déjà, lorsque le Titanic commença à s’enfoncer dans l’océan ? Les femmes et les enfants d’abords ?

      +7

    Alerter
  • fais-gafa-tes-donnees // 24.11.2018 à 12h36

    Oui…. ca va gicler…

    sauf que c’est pas de l’argent qui circule,… ce n’est que de l’argent accumulé.
    qui a beaucoup moins d’importance.
    https://www.les-cris.com/pages-010-quelques-articles-2018/l-argent/cri-L-argent-circule-mais-reviendra-t-il-Fwd-Ma-thune-s-appelle-reviens-20170503-26.php

    les chinois feront comme les autres : ils feront le dos rond, encaisseront les pertes, et s’assureront que le système reste stable, en privilégiant le Kravail des gens, … pour ne pas perdre ce qui reste.

    c’est ce qu’il s’est passé depuis 2007, avec les US, l’europe, le japon.
    les QE ont servi à cela : faire tenir le système, valoriser les entreprises, et donner aux gens ce qu’ils veulent : du Kravail….
    si les entreprises se portent bien, elles donnent du Kravail aux gens.
    tout va bien.

    j’ai pas dit que le Kravail était bien rémunéré, et les gens respectés… c’est même le contraire,… mais pour la bulle immobilière, pour le système en général,…. ca passe, et ca tient, de manière stabilisé…..
    j’ai pas dit que je trouvais cela bien. Je constate ce qu’il se passe, et comment ca se passe,… c’est tout.

      +7

    Alerter
    • AlexHache // 24.11.2018 à 12h43

      C’est écrit en code ? Pas compris grand-chose.

        +4

      Alerter
      • fais-gafa-tes-donnees // 24.11.2018 à 12h52

        désolé…
        c’est peut etre pas évident au premier abord, … ni à la première lecture.
        pour la question de l’argent qui circule, voir l’article indiqué.
        et les autres, autour, sur la notion d’argent.

        pour la manière de maintenir la stabilité, pour ne pas perdre ce qui reste :
        – ceux qui perdent 50% peuvent se dire : soit je pete la baraque, on fait la révolution et on fout tout par terre, de colère,…
        – soit se dire : mieux vaut calmer la situation, encaisser sa perte,… et au moins, ca continue avec ce qui reste (les 50% restant de leurs avoirs).

        c’est le principe qui a été mis en pratique en 2007, 2008 et 2009….
        et ca marche bien, en général.

        une manière de le voir, c’est de prendre l’inverse.
        quand on dit, “ces gens là sont dangereux,… ils n’ont rien n’a perdre”.
        ceux qui n’ont plus rien n’a perdre … sont très dangereux, parce qu’ils peuvent se permettre de retourner la table et tout foutre par terre.
        ceux qui n’ont plus que 40% d’un appartement,… ont encore 40% à préserver.

        ensuite, sur la mécanique QE, … voir les articles sur le site : Les-cris.com
        ce sont des Constats – Reflexions – Impulsions (CRI).
        tout le modèle de l’argent, dans sa nouvelle forme, est constaté,… et ces constats sont expliqués, décortiqué,… pour que ce soit compréhensible (dans la mesure du possible, et de ces modestes moyens).

        hope it helps, … comme on dit sur les forums…

          +7

        Alerter
    • Lpox // 26.11.2018 à 22h02

      Salut, j’aimerais te contacter en privé pour approfondir ce que tu expose, si tu le veux bien. Comment peut-on faire ?

        +0

      Alerter
  • AlexHache // 24.11.2018 à 12h39

    Mouais, c’est du Zero Hedge ; pas forcément faux, mais à prendre avec de grosses pincettes en Teflon.

    J’aime bien la description de Rational Wiki :

    “Zero Hedge is a batshit insane Austrian school finance blog run by two pseudonymous founders who post articles under the name “Tyler Durden,” after the character from Fight Club.Wikipedia’s W.svg It’s essentially apocalypse porn. It has accurately predicted 200 of the last 2 recessions.”

    Comme le GEAB, ZH pond des prévisions cataclysmiques à la chaîne qui, de temps à autre, finissent par se vérifier.

      +10

    Alerter
    • calal // 24.11.2018 à 13h21

      lol vous preferez cnn?
      sur zerohedge vous verrez du doomporn mais surtout des news que vous auriez eu beaucoup de mal a trouver autre part.bien sur c’est pas parfait mais c’est du haut rendement niveau temps d’acces/pertinence pour ceux qui lisent l’anglais.

        +16

      Alerter
  • 5cents // 24.11.2018 à 12h42

    Le gouvernement peut continuer d’acheter de l’immobilier pour le louer aux citoyens qui doivent être logès, ca me semble une bonne solution pour un parti communiste.
    Ce n’est pas différent d’un quantitative easing et vu que l’on passe par la case emprunt d’État, si l’immobilier diminue ça n’affecte pas la valeur du collatéral de la banque centrale.

      +6

    Alerter
    • JMD // 24.11.2018 à 14h36

      D’autant plus qu’il existe une grande différence de modèle économique entre la Chine (socialisme de marché) et les Etats-Unis (lois du marché). Et le développement économique est la légitimation du pouvoir communiste chinois.

        +2

      Alerter
      • Jérôme // 24.11.2018 à 17h31

        Vous ne croyez quand même plus encore à cette fable que les USA sont une économie de marché ?

        Les USA sont une économie casino, bidon, une économie de faussaires, matinée d’un socialisme très particulier : en faveur des ultra-riches.

        Ce qu’a fait Obama en 2009, ce n’est pas seulement de déclarer les grosses banques too big to fail mais d’inclure aussi les personnes physiques ultra-riches dans la catégorie privilégiée des too big to fail.

        Ils ont mis à la rue des millions de membres de la classe moyen’e, saisissant et vendant leurs maisons pour que les ultra-riches actionnaires des banques et autres institutions financières puissent éviter de prendre le bouillon qu’ils auraient du prendre dans toute économie de marché fonctionnant normalement.

          +17

        Alerter
        • Terminator // 25.11.2018 à 08h46

          Attendez… Ce que vous décrivez là est la définition même de l’économie de marché…

            +4

          Alerter
  • BOURDEAUX // 24.11.2018 à 12h43

    La France compte environ 3 millions de logements vides, ce qui est supérieur au chiffre chinois, rapporté à la population.

      +31

    Alerter
    • Le Minotaure // 24.11.2018 à 14h29

      Oui alors effectivement ke vois ce chiffre et je ne comprend pas trop.

      Pour la Chine, l’article parle de 50 millions de logements inoccupés, soir 22% du parc. Il y aurait donc moins de 250 millions de logements en Chine ?

      Pour la France, selon l’article ci-dessous, 3 millions de logements vacants, soit 8% du parc résidentiel !! Soit 37,5 millions de logements en France.
      https://www.franceinter.fr/economie/le-nombre-de-logements-vacants-progresse-encore-en-france

      Soit plus de 1 logement pour deux habitants en France, contre 1/5 en Chine.

        +4

      Alerter
      • kiva // 24.11.2018 à 14h51

        Sans présumer de la véracité des chiffres, il faut aussi prendre en compte le fond anthropologique chinois et les coutumes de cohabitation entre les générations. Faire une comparaison entre la France et la Chine en ces termes n’a aucun sens (il n’y a quasiment pas de cohabitation entre les générations en France)

          +11

        Alerter
      • Ives // 24.11.2018 à 16h50

        L’article parle du parc immobilier URBAIN.

          +6

        Alerter
        • Ceusette // 25.11.2018 à 14h50

          Très juste, sachant qu’il y a encore près de 700 millions de paysans en RPC quand même.

            +3

          Alerter
      • Lepierrot // 25.11.2018 à 07h38

        Neuf ?

          +3

        Alerter
    • Albert-Nord // 24.11.2018 à 21h42

      “La France compte environ 3 millions de logements vides, ce qui est supérieur au chiffre chinois, rapporté à la population.”
      Certes, mais l’important est de savoir ou se trouve le logement vide, n’est-il pas?
      Les logements vides en France sont dans les zones dites “périphériques” avec une activité économique déclinante depuis 30 ans par le libre échange (gilets jaunes/ Christophe Guilluy).
      Promenez vous sur Google StreetView Maps et vous verrez que les “bleds” français sont en complète déshérence.
      Les logements vides français d’Ussel, de Vierzon ou Guéret ne sont pas les logements des banlieues des villes Chinoises avec 7% de croissance par an !
      Comparer certes, mais il faut moduler et affiner l’analyse avec d’autres facteurs déterminants et essentielles (souvent illisibles). C’est cela la source même d’une démarche scientifique.
      La pomme et la fraise sont des fruits.
      La pomme est-elle une fraise?

      La Chine est-elle la France?

        +10

      Alerter
    • Albert-Nord // 24.11.2018 à 22h25

      En Syrie, il y a aussi beaucoup de logement vide.
      En Irak, au Yémen et en Libye aussi.
      Aux Etats-Unis-d’Amérique il y a aussi beaucoup de logements vides et autant de campements de pauvres.
      En Chine, il y a 300 millions de pauvres.

      Guerre ou spéculation = Même combat contre les peuples.

        +1

      Alerter
  • Duracuir // 24.11.2018 à 12h48

    Chine 1500 000 000 d’habitants 50 000 000 logements vide: soit un pour 30 habitants
    France 65 000 000 d’habitants. Au moins 3 000 000 de logements vide: soit un pour 22 habitants

    Il suffit de voir le retournement(crack?) immobilier en Bretagne où des dizaines de milliers de biens sont en vente à des prix défiant toute concurrence, probable conséquence du décès ou départ en maison de retraite de millions d’anciens qui rêvaient de leur résidence secondaire pour la retraite. Problème: les nouvelles générations s’en tapent comme de l’an 40 d’une résidence secondaire. Ce phénomène n’est pas qu’en Bretagne. Ne vous inquiétez pas, on aura ainsi de quoi loger et repeupler les villages déserts avec les millions de migrants à venir.

      +12

    Alerter
    • Le Minotaure // 24.11.2018 à 15h53

      Regardez les commentaires aux dessus (ceux de BOURDEAUX, Kiva et le mien). Il faut se hâter de toute comparaison hâtive car les parcs immobiliers chinois et français ont des caractéristiques différentes.

      50 millions de logements vides, ce serait 22% du parc immobilier chinois.
      3 millions de logements vides c’est “seulement” 8% du parc immobilier français.

        +2

      Alerter
      • Seraphim // 27.11.2018 à 02h25

        L’amour excessif des pourcentages et des statistiques fait, comme d’habitude, perdre le sens élémentaire des réalités:
        La Chine s’accroît tous les ans de 40 millions d’habitants
        La France s’accroît tous les ans de 200000 habitants.
        Autrement dit, à 3 personnes par logement, les logements vides représentent 15 ans de croissance de population en France et…~5 ans en Chine à…5 personnes/logement!
        La Chine n’a pas trop de logements vides, elle en manque! Je reviens de Hefei, une ville centrale en plein boom. Il y a 20 ans elle faisait 100000habitants, et 10 millions aujourd’hui! En sus de la croissance naturelle, l’exode rural est considérable. De 70% de la population autrefois, le taux de ‘paysans’ est à 40% aujourd’hui.
        Si les obsédés de la ‘bulle’ en tous genres avaient seulement prévu celle de 2007 ne serait-ce qu’à 20%, on pourrait commencer à les écouter…

          +0

        Alerter
        • David // 27.11.2018 à 11h40

          2016 : 1 379 Millions d’habitants
          2017 : 1 386 Millions d’habitants
          ce qui fait une croissance entre 7 et 8 Millions d’habitants (croissance relativement stable depuis 15 ans entre 0.48 et 0.58% de la population)
          à 5 personnes/logement = 31 ans de croissance de la population chinoise

            +0

          Alerter
          • Seraphim // 28.11.2018 à 00h34

            40 millions par an de croissance urbaine, croissance naturelle + migrations

              +0

            Alerter
    • Albert-Nord // 24.11.2018 à 22h02

      Les logements vides en France sont dans les zones dites “périphériques” avec une activité économique déclinante depuis 30 ans par le libre échange (gilets jaunes/ Christophe Guilluy).
      Promenez vous sur Google StreetView Maps et vous verrez que les “bleds” français sont en complète déshérence.
      Les logements vides français d’Ussel, de Vierzon ou de Locminé ne sont pas les logements des banlieues des villes Chinoises avec 7% de croissance par an !

        +6

      Alerter
    • malbrough // 25.11.2018 à 06h37

      Ces “résidences secondaires” sont taxées de façon inversement proportionnelle à leur valeur .
      Ex : une bicoque de 18.000 € sera taxée à l’occasion à 820,00 € en taxe foncière et plus de 520,00 € en taxe d’habitation .
      Seulement la résidence secondaire n’est pas forcément un luxe facultatif : vous habitez un logement cher dans une métropole , là où théoriquement vous travaillez , mais vous vous dites pour “ma retraite” j’irai m’installer dans un endroit plus “sain”, plus calme …
      Aujourd’hui faut faire très attention :
      Le fisc vous attend .
      Et qu’on ne me dise pas , comme notre PR , que ce n’est que de la responsabilité des élus locaux . Car on les prive de moyens et la loi les oblige à des regroupements de communes ,qui sont une arnaque de plus .
      C’est malgré tout un peu vrai surtout dans une zone qui se désertifie avec donc plein de logements abandonnés ou ruinés où ceux qui demeurent paient pour les vides . Il peuvent payer pour la réfection d’un église classée M.H à 8 kms !
      Mais voilà : ce sont les mêmes centres d’impôts , le même trésor public , plus qu’opaques , qui collectent les fonds ,qui vont au “Trésor Public”.

        +3

      Alerter
    • iMike // 25.11.2018 à 15h55

      Les logements vides en que vous évoquez, sont en France “payés” pour la plus part. En Chine ce sont des logements qu’ils faut vendre pour payer leur construction.

        +4

      Alerter
  • bluetonga // 24.11.2018 à 14h11

    Dieu sait que je ne suis pas trop versé en économie, mais si je lis bien, le gros problème serait qu’en Chine, les ménages placent leur argent dans l’immobilier plutôt que dans les actions, alors que c’est le contraire aux USA. D’où la tendance du gouvernement chinois à maintenir une offre faible (en rachetant des logements) ce qui maintient artificiellement une valeur immobilière élevée et le moral des heureux propriétaires, par ailleurs souvent endettés dans le cadre d’emprunts hypothécaires. Mais c’est un leurre et quand les Chinois s’apercevront que leur(s) propriété(s) ne vaut pas ce qu’ils croient, ils paniqueront, vendront à tout va et ce sera le crash.

    Je suppose que j’ai mal compris le raisonnement, parce que sinon, sous cette forme simplifiée, ça paraît particulièrement débile. Nos braves journalistes, “Tyler Durden” en l’occurrence, semble bêtement plaquer la psyché américaine sur celle des Chinois. Il n’est pas clair que les Chinois “spéculent” comme le font les Américains sur la valeur de l’immobilier. Simplement, posséder un endroit pour vivre et le transmettre à des héritiers est un confort élémentaire auquel la classe moyenne chinoise émergente est attachée. Imaginer qu’ils revendent leur maison parce qu’elle perd de sa valeur est stupide. Par ailleurs, c’est ça le bénéfice de vivre dans une économie “contrôlée” : le marché domestique n’est pas nécessairement soumis aux mêmes aléas du marché et de la spéculation.

    ZeroHedge est un site un peu foutoir, largement libertarien, férocement anti-socialiste, portant aux nues le culte de l’onanisme commentatoire. Mais on y trouve de nombreuses perles, y compris d’auteur très marqués à gauche, et le site colle assez bien à l’actualité. Il faut y aller comme sur une brocante, sans garantie de ce qu’on va trouver mais avec l’espoir de dégoter un scoop ou un article particulièrement éclairant.

      +19

    Alerter
    • Le Minotaure // 24.11.2018 à 16h33

      Je pense que cette vision du marché immobilier chinois est très “plaquée”. Je n’arrive pas à trouver de chiffres précis sur les inégalités de patrimoine en Chine mais tout semble indiquer qu’elles sont gigantesques et je ne suis pas sur que le placement dans l’immobilier soit dominé par de petits épargnants souhaitant préparer leur futur.

        +3

      Alerter
    • visiteur // 24.11.2018 à 18h43

      Quand vous dites

      “Il n’est pas clair que les Chinois “spéculent” comme le font les Américains sur la valeur de l’immobilier. Simplement, posséder un endroit pour vivre et le transmettre à des héritiers est un confort élémentaire auquel la classe moyenne chinoise émergente est attachée.”

      vous oubliez le quatrième graphique (en partant du haut), qui montre bien que, actuellement, les ventes de logements concernent pour environ 50% un _deuxième_ logement, et environ 25% un _troisième_…

      Il ne s’agit donc plus du tout de “posséder un endroit pour vivre”, mais d’une spéculation immobilière de grande ampleur.

        +5

      Alerter
      • bluetonga // 24.11.2018 à 19h58

        Exact visiteur. Non seulement suis-je assez déficient en science économique, mais également suis-je bien ignare sur les questions chinoises. Je n’ai aucune idée de leur dynamique interne. Mais à l’instar de kiwixar, dans un commentaire plus bas, j’ai l’impression que le gouvernement chinois, souverain et susceptible d’intervenir librement dans les rouages de son économie domestique, est bien mieux armé pour gérer cette crise qu’un pays comme les USA dont l’essentiel du dynamisme économique repose sur la foire aux enchères des marchés d’actions et des produits financiers, ainsi que les angoisses des investisseurs, aka les spéculateurs, qui échappent à tout diktat de la maison blanche.

          +3

        Alerter
    • Didier Mermin // 24.11.2018 à 19h38

      Intéressante mise en garde, bluetonga, mais reste à savoir combien de temps le gouvernement chinois pourra protéger son marché domestique des “aléas du marché et de la spéculation”. Faut pas croire que l’herbe est plus verte dans le champ du voisin…

        +0

      Alerter
  • Christian Gedeon // 24.11.2018 à 14h33

    Tic Tac Tic Tac. Le géant a des pieds d’argile. Je l’ai toujours dit. Quant à m’exergue bêtement publiée elle est complètement fausse et même famlacieuse. En France ces trois millions de logements vides sont pour presque totalité des résidences secondaires et des biens d’investissement à usage locatif saisonnier. Faut ni raconter ni publier n’importe quoi.

      +1

    Alerter
    • Marie (Pan Pan) // 24.11.2018 à 17h37

      Exactement.
      Rien que dans mon coin, trés touristique (hélas), on peut longer des rues entières, voire de tout petits patelins aussi, aux maisons et appartements à volets clos.
      Et la “joie” de voir débouler en masse leurs propriétaires, tape-à-l’oeil (rien que les bagnoles “intelligentes”, les fringues et les coupes de cheveux-barbes font office de gros sabots dorés) de la graaande villeeeeuh,
      venir aérer, le temps d’un WE ou une semaine, leur charmant pieds-à-terre si authentique!
      Grâce leur soit rendue d’avoir fait péter le prix des loyers et du m² à la vente pour ceux qui y vivent toute l’année…

        +14

      Alerter
    • Jérôme // 24.11.2018 à 17h37

      Quand les américains écrivent que la Chine est sur le point de s’effondrer, c’est d’abord et avant tout du wishful thinking et l’hôpital qui se moque de la charité.

      Les américains savent tellement que leur pays est au bord du gouffre et que leur principal produit d’exportatoon est le dollar papier qu’ils prient frénétiques tous les jours pour que quelqu’un d’autre s’effondre à la place des USA.

      La réalité est que la Chine, la Russie, l’Iran, ont une résilience beaucoup plus forte aux crises que les USA.

        +9

      Alerter
    • BOURDEAUX // 24.11.2018 à 20h09

      Cher christian gedeon, mon commentaire bête pose un chiffre, c’est tout. Qu’il vous suffise d’apporter cet utile éclaircissement, sans être aussi désagréable. Le ton utilisé sur ce blog commence à devenir assez détestable. Allez donc faire un peu de sport si vous êtes si tendu…

        +7

      Alerter
      • Christian Gedeon // 25.11.2018 à 08h31

        Vous n’avez pas tort. Je vais donc y aller de ce pas. Merci pour la remarque. Justifiée à relecture. Désolé.

          +5

        Alerter
    • Genuflex // 25.11.2018 à 11h55

      Des données précises ?
      La comme ca, votre affirmation ne semble pas correler a ce que je connais de la situation immobiliere rurale.

        +0

      Alerter
  • Louis Robert // 24.11.2018 à 16h08

    1. Non, « le sort de l’économie mondiale » n’est PAS « entre les mains de la bulle immobilière chinoise »; pas davantage qu’entre celles de la Chine, voire de l’Empire uniquement. Il vaudrait mieux que l’Occident, alarmé par l’état de l’économie mondiale, s’occupe davantage des retombées catastrophiques de la crise impériale de 2008 dont il n’est pas encore sorti, plutôt que de les taire. Précisons qu’au moment où s’agitent non seulement à Paris mais dans toute la France les gilets jaunes, rouges, etc., cela vaut tout autant pour la France, que pour la Grèce, l’Italie, le Royaume-Uni, le Portugal, l’Espagne, etc.

    2. « Pour l’instant, la Chine a réussi à maintenir l’illusion de stabilité pour préserver l’ordre social. Cependant, si … alors l’insurrection de la classe ouvrière que la Chine prépare depuis 2014…. … deviendra une réalité du jour au lendemain… »?

    L’Occident en déclin accéléré maintient depuis des décennies l’illusion d’« insurrection de la classe ouvrière » chinoise et de la probabilité d’un effondrement de la Chine. Cette projection psychologique ne fait plus que sourire les premiers intéressés. Voyez en quoi et comment.

    « Democracy is Failing | Eric X Li | Oxford Union »

    https://www.youtube.com/watch?v=9kqwMKyBvLc

      +7

    Alerter
  • Louis de Constance // 24.11.2018 à 17h36

    Merci ! Très intéressant ! Décidément, cette Chine “communiste” ne cesse de nous étonner , au pire de nous écœurer, si l’on pense aux prisons remplies d’opposants politiques. Mais cette dictature demeure fréquentable et intouchable .

      +1

    Alerter
    • Chris // 24.11.2018 à 18h04

      Je retiens de cet article que 70% des Chinois possèdent leur logement, à l’instar de l’Espagne et de l’Italie, que les bulles immobilières menacent (et éclatent = subprimes) dans les pays appliquant les règles néolibérales et que les USA, à la traine comme d’habitude quand il s’agit du social, arrivent péniblement à 28%.
      Pas étonnant que les Américains dorment dans leur bagnole !

        +8

      Alerter
  • Kiwixar // 24.11.2018 à 19h14

    “les propriétaires de logements inoccupés se précipitent pour vendre lorsque des fissures commenceront à apparaître sur le marché immobilier”

    En cas de vrai crack, le gouvernement peut mettre des restrictions à la vente (interdiction de vendre plus de x% sous le prix d’achat, ou x yuans le m2 selon la zone), et filer du pognon à certains acheteurs. La Chine est souveraine, les possibilités sont illimitées, et leurs gouvernants sont hyper-intelligents et hyper-compétents. Feriez mieux de vous inquiéter de ce qui se passe en Otanie (à commencer par les problèmes énergétiques)…

      +16

    Alerter
    • Laolao // 25.11.2018 à 00h17

      Oui, il a éventuellement une dévaluation du yuan qui serait envisageable également (car non le yuan n’est pas sous-évalué comme le soutient Trump). Bref, une crise certainement, après de là à y voir une implosion mondiale et/ou chinoise… C’est tiré par les cheveux et effectivement, l’Europe me parait plus mal en point (la crise chinoise pourrait-elle faire péter l’Europe?)

        +3

      Alerter
  • max // 24.11.2018 à 21h06

    L’un de ceux, qui avec le plus de ténacité, avait prédit la chute de la maison Chine est Gordon G Chang, il avait sorti en 2001 un livre dont le titre était : The coming collapse of China.
    Livre super documenté chiffres et graphismes a l’appui, pour les expert de l’époque c’était l’œuvre d’un visionnaire.
    L’effondrement inévitable selon lui devait avoir lieu entre 2006 et 2011………….. On attend toujours.
    Aux USA aussi le marché de l’immobilier s’effondre.
    https://www.youtube.com/watch?v=lvBz8QlI5eU

      +4

    Alerter
  • Nicolas // 24.11.2018 à 23h18

    Bruno Bertez explique que c’est une campagne américaine dans le but de faire exploser la Chine de l’intérieur:
    https://brunobertez.com/2018/11/12/editorial-nous-sommes-en-1914-soft-les-fissures-dans-le-systeme-chinois-selargissent-et-se-multiplient/

      +3

    Alerter
  • max // 25.11.2018 à 08h21

    La Chine peut-elle s’effondrer financièrement à cause d’une bulle immobilière, la seule réponse que j’ai est peut-être.
    Qu’elle en serait les répercussions ?
    Le système commercial et financier qui est régulé par le $ s’effondrerait et ce serait mondial.
    Au jour 1 de ce scénario, votre Rolls-Royce ou votre Peugeot aura une valeur réduite à Zéro et aux USA et en France on tombera dans la guerre civile.
    Les pays qui auront un avantage de départ seront les pays agricoles et les pays manufacturiers.
    Donc il ne faut pas se réjouir, si la Chine tombe, elle ne tombera pas toute seule.
    A Taiwan et en Corée du Sud, il y a eu des élections, les listes pro-USA ont perdu dans ces deux élections.
    A Taiwan
    http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20181124-elections-locales-taiwan-le-parti-pouvoir-net-recul
    La présidente Taïwanaise madame Tsai Ing-wen surnommé madame Merkel se retire.
    C’est le KMT les nationalistes du Kuomintang héritiers politiques de Tchang Kai-Chek qui gagne la mise, ils sont eux aussi partisan d’une Chine unique mais en virant les squataires de la citée Interdite
    En Corée du Sud
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/06/13/97001-20180613FILWWW00137-coree-du-sud-le-parti-au-pouvoir-remporte-les-elections-locales-apres-le-sommet-de-singapour.php
    Le parti fidèle aux USA, partisan d’une ligne dure envers la Corés du Nord a donc perdu et le parti de Moon Jae-in partisan d’un rapprochement avec la Corée du nord a gagné.
    Il ne faut donc pas se réjouir pour le cas ou la Chine s’effondrerait, ca ferait beaucoup plus mal en Occident.

      +2

    Alerter
    • Ceusette // 25.11.2018 à 15h27

      Oui, mais les dernières élections sont catastrophiques pour les Taïwanais. Je ne parle pas de vous, mais je trouve étrange que ceux-là même qui célèbrent le Brexit et appellent au Frexit se montrent d’une indulgence étonnante concernant la politique de la RPC par rapport à Taïwan, alors que les Taïwanais vivent la même chose que nous, en mille fois pire. Le KMT ne souhaite pas remplacer les dirigeants de Pékin, ils n’en sont même plus là, mais à vendre leur pays (car c’est bien un pays, et c’est ça le drame) au régime de Pékin. Le DPP a perdu les élections (deux ans à peine après avoir écrasé le KMT, ce qui prouve quand même une certaine instabilité politique) aussi parce qu’il s’est perdu dans les questions sociétales, écologiques (notamment mariage gay, abandon du nucléaire) et a perdu les priorités (sauvegarder le pays).

        +1

      Alerter
  • Belier11 // 25.11.2018 à 10h06

    Il semblerai que la chine ne soit pas encore un pays “libre” dans lequel les marchés font ce qu’ils veulent.
    La main invisible du pouvoir y semble un peu plus ferme que la main invisible des marchés.
    Donc le gouvernement chinois a peut-être les moyens de stopper une crise:
    Le contrôle de la population et le contrôle du marché immobilier sont des outils qu’il peut utiliser.

      +3

    Alerter
  • Chris // 25.11.2018 à 14h14

    En fait la question fondamentale de toutes ces imprécations et accusations d’effondrement économique imminent est : quand se produira-t-il ?
    S’il faut chercher des coupables, regardons plutôt en direction des politiques Nixon-Reagan-Thatcher qui ouvrirent une voie royale à l’eugénisme économique et environnementale.

      +3

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications