Les Crises Les Crises
12.juin.202112.6.2021 // Les Crises

Les glaces de l’Arctique : futur terrain de la nouvelle Guerre Froide ?

Merci 21
J'envoie

L’hypocrisie de Washington et les contours de sa nouvelle Guerre Froide (celle-ci étant voulue) semblent ne pas avoir de limites. L’Europe de l’Est en est le théâtre habituel, mais le nouveau mot d’ordre à la mode au Pentagone – la « concurrence entre grandes puissances » (great power competitionGPC), gravé dans le marbre insensé de la stratégie de défense nationale de 2018 (2018 National Defense Strategy) – est largement utilisé pour justifier les interventions militaires au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Extrême-Orient, partout en Afrique et maintenant jusque sur le « toit-même du monde » : les glaces de l’Arctique. Difficile de trouver meilleur décor pour une guerre froide, n’ai-je pas raison ? Assurément, si on aime à jouer à ce que les militants de Greenpeace, grandiloquants et étonnamment hargneux, ont surnommé la « roulette style OTAN » (NATO roulette) !

Source : antichar.com, Danny Sjursen
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Par Danny Sjursen, USA (Major en retraite)

A Washington, la horde de va-t’en-guerre des deux bords, pour qui aucune guerre – fût-elle chaude ou froide – n’est déplaisante, du moment qu’ils peuvent la qualifier d’essentielle, appuyée par les meneurs de claque européens qui les soutiennent à Bruxelles, voudrait faire croire que les Ruskofs sont prêts à envahir le Pôle Nord, à mettre à sac les ateliers du Père Noël au passage pour faire bonne mesure, et à imposer à tous les patriotes américains à la virilité bien trempée (ou à leur offrir la chance de réaliser le rêve qu’ils peinent à cacher) de faire en vrai l’expérience de l’Aube rouge et de la rébellion contre leurs nouveaux maîtres moscovites.

C’est sûr que ça donnerait une matière incroyablement cinématographique pour un blockbuster, mais s’agit-il vraiment de cela ? Las ! Est-il réellement nécessaire de se poser la question au vu de l’absurdité de la politique étrangère des États-Unis ces vingt dernières années, et des omissions, des subterfuges et des contre-vérités qui ont permis de l’imposer ? Non, non : une fois encore, ceux qui crient au loup à Washington profitent des angoisses, de l’apathie et de l’ignorance des Américains pour leur faire avaler la stratégie, tout aussi charlatanesque que les précédentes, qui assurerait d’abondantes ventes à leurs grands patrons de l’industrie militaire.

Le mythe alarmiste de base sonne à peu près comme ceci : tout d’abord, Moscou est une entité malveillante, l’a toujours été et le sera toujours, c’est sa nature-même. Par ailleurs, depuis que Poutine s’est installé au Kremlin, les Russes ont attendu leur heure, avant de se lancer dans la bataille avec énergie à partir de 2014 (l’Ukraine, la Crimée, la Syrie, etc.), et ne se sont pas arrêté depuis lors. Qui plus est, tel un Sauron slave dans son Moscou-Mordor, Vlad le Terrible a aussi les yeux rivés sur l’Arctique.

C’est pourquoi, dès qu’un peu de glace polaire a commencé à fondre sous l’effet du réchauffement climatique, les Russes ont afflué dans la région avec des brise-glace à propulsion nucléaire pour en voler les minerais et y créer des voies d’approche militaires en vue d’une offensive extérieure assumée, et ils ont tout bonnement truffé le Grand Nord d’un nombre incroyable de troupes, de navires et d’avions afin de mener à bien cette conspiration du coup de force conquérant. Sinistre affaire, je le concède.

Rien de cela n’est vrai bien entendu. Tout ici n’est qu’exagération et mensonge grossier : c’est de la farce pure et simple. Mais il est certain qu’elle a du succès sur la scène du théâtre de la capitale américaine.

Mais plus alarmant encore est le fait que ces inquiétudes arctiques sont susceptibles d’être relayées avec bien plus de force par le parti des impérialistes bienséants qui, à Washington, tiennent le trône bien au chaud. Jugez en vous-mêmes : ce scénario présente tous les ingrédients propres à créer le cocktail glacé d’une (non-) crise des plus séduisantes aux yeux de l’establishment démocrate : « les impacts sécuritaires du changement climatique », la menace d’une ingérence de Moscou, des « solutions » technologiques dernier cri. En d’autres termes, si les choses dégénèrent au Pôle Nord, on ne pourra plus tout mettre sur le dos des Républicains, ces méchants invétérés, ni placer nos espoirs dans le fait que les électeurs iront choisir un meilleur parti dans la liste du Père Noël.

Mettre fin au délire

A la fin de Tombstone, ce western moderne presque parfait, Val Kilmer – qui incarne à la perfection le célèbre desperado et débauché notoire Doc Holliday, assène une réplique magistrale au légendaire marshall Wyatt Earp. Après qu’un prêtre catholique lui a administré l’extrême-onction, Holliday (en bon sceptique) dit : « Il semblerait que mon hypocrisie n’ait pas de limites » .

Eh bien, quand on vit – à cause de ses péchés – la vie d’un observateur attentif de la politique étrangère des Etats-Unis, il est difficile de ne pas souhaiter que Washington ait ne serait-ce que la moitié de la lucidité et de l’esprit d’autodérision de l’anti-héros tuberculeux du film. Malheureusement, dans la vraie vie, les analystes géopolitiques de la capitale du Pays d’Oz américain n’ont pas le moindre sens de l’ironie et se prennent, ainsi que leurs consciencieuses illusions, bien trop au sérieux. Cette vérité est peut-être plus troublante encore concernant le plus grand angle mort de l’Oncle Sam : un antagonisme irrationnel et obsessionnel vis à vis de la Russie, et cela s’applique certainement à l’Arctique.

Cependant, les faits – de même que le passé, le contexte, et les positions contraires – ont encore toute leur importance, du moins si le véritable objectif est toujours d’élaborer une stratégie lucide (mais ces derniers temps, cette condition est de plus en plus incertaine). Voici donc, dans un souci de simplicité et de clarté, un examen critique des prétendues agressions arctiques de la Russie, prises les unes après les autres.

– La Russie a accru ses dépenses militaires, le nombre de ses bases actives, et son engagement en termes d’équipement et de ressources dans l’Arctique. Bon, à l’évidence, il semble que oui, mais… disons qu’il y a beaucoup de « mais » dans cette histoire. Des « mais», ainsi que, de la part des États-Unis, suffisamment d’hypocrisie pour constituer quelques flottes de brise-glaces arctiques. Par exemple, concernant la partie américaine de l’Arctique en l’Alaska, les Américains en ont depuis longtemps fait un des endroits les plus militarisés de ce pays militarisé : cet état non contigu, et c’est absurde, draine déjà une part assez significative des fonds du Pentagone, et abrite pas moins de neuf bases de l’US Army et de l‘Air Force. Qui plus est, alors qu’on s’est longuement alarmé quand la Russie a ré-occupé ses bases datant de la période de la Guerre Froide (sur leur propre territoire souverain) -« Ils sont en train d’ouvrir des installations militaires soviétiques dans l’Arctique », selon la déclaration sans contexte ni contrepoint du secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, en mars 2021 – les installations militaires glaciaires de l’Amérique s’étendent en réalité à l’intérieur d’un territoire étranger.

– Ce n’est pas rien : étant donné que c’est première fois que les bombardiers américains sont déployés en Norvège. Oh, et pour compléter toute la composante terre-mer-air de la force conjointe « multidimensionnelle » dont se vante le Pentagone, rappelons que les membres de la Marine américaine s’y entraînent régulièrement depuis 2017. Un passage d’un article du Business Insider affirme que : « La Russie est susceptible d’envisager un déploiement prudent de bombardiers en Norvège » doit se classer en tête du meilleur euphémisme de l’année.

– En 2020, Moscou « a largué des parachutistes sur un archipel au nord de l’Arctique pour simuler une bataille », selon le New York Times. Assez vraisemblable. Cette opération d’entraînement aérienne russe, oh mon Dieu, tellement menaçante, s’est déroulée en avril 2020 et est bien loin d’avoir franchi un quelconque Rubicon stratégique – plutôt, elle s’est appuyée sur des missions similaires menées au cours des six années précédentes. En outre, ce n’est pas comme si le Kremlin était le seul à se prêter au jeu de l’exercice de largage en Arctique – les fantassins aéroportés américains ont effectué leur premier saut comparable (dans le nord de l’Alaska) la même année (2014) que le saut inaugural russe, acte de foi glaciaire. De plus, les États-Unis ont effectué des largages supplémentaires chaque année depuis. Et bien sûr, dans un sens beaucoup plus large, l’armée américaine fait pleuvoir – bien que rarement littéralement ces jours-ci – de façon largement pléthorique ses parachutistes dans de nombreuses zones de largage étrangères (généralement en Afrique et au Moyen-Orient), des endroits où des gens vivent réellement (et en tuent souvent quelques-uns pour faire bonne mesure).

– La Russie a également créé un nouveau commandement militaire administratif et opérationnel pour l’Arctique et rédigé de nouveaux documents de stratégie régionale décrivant ses ambitions dans cette région. Et oui, ils ont fait ça. Mais, on ne peut s’empêcher de se demander – c’est une autre paire de manche – n’est-ce pas exactement ce que font les États-Unis et la façon qu’a le Pentagone d’organiser ses unités militaires ? Seulement Washington ne se contente pas de faire cela sur son propre territoire – qui n’est couvert que par un seul (NORTHCOM) de ses six commandements de combat géographiques (enfin, sept si l’on inclut le nouveau commandement spatial, SPACECOM) – mais il fait ça littéralement à chaque recoin de la planète.

– Quant au supposé scandaleux document de Moscou concernant une stratégie arctique, il faut dire que les militaires américains en ont écrit quelques-uns eux aussi. L’été dernier, l’Air Force, qui compte la présence militaire la plus importante de la région, a publié son premier document. Puis, en janvier dernier, la Navy a sorti un rapport intitulé « Un plan stratégique pour l’Arctique » (A Strategic Blueprint for the Arctic) appelant à une « présence renforcée » de la flotte et des Marines dans les eaux du Grand Nord pour contrer la Russie et la Chine. Enfin, le mois dernier, l’Armée de Terre, toujours à la traîne, a fermé la marche en sortant son propre rapport intitulé « Retrouver la domination en Arctique » (Regaining Arctic Dominance) (Hmm, je me demande comment aurait été interprété le mot « domination » si c’était Moscou qui l’avait marmonné ?).

– En parlant du rapport de ses services, le secrétaire de la Marine de l’époque, Kenneth Braithwaite, s’est même autorisé cette audacieuse analogie : « C’est un peu la même situation en mer de Chine méridionale… lorsque nous envisageons la liberté des opérations de navigation ». Eh bien, ce type stupide n’a pas tout à fait tort : dans les deux scénarios, les États-Unis provoquent de puissants « adversaires » et risquent inutilement une guerre catastrophique à plusieurs milliers de kilomètres de chez eux – tout cela pour s’assurer qu’aucun autre pays n’a le droit d’avoir une primauté navale, même locale, dans le plus proche de leurs proches territoires étrangers. La stratégie militaire américaine : toujours aussi rusée !

– Selon le même rapport du New York Times, la Russie a également « fait voler à de nombreuses reprises des bombardiers à la limite de l’espace aérien américain ». Ont-ils vraiment fait ça ? Quel genre de monstres sont-ils ? Eh bien, selon une analyse beaucoup plus fine de Michael Klare, de Tom Dispatch, ils appartiennent apparemment à la même espèce d’ogres que nous. Klare a relaté quelques faits marquants d’un épisode récent où des bombardiers américains ont fait – vous l’avez deviné ! – exactement le même genre de choses. Dans un cas, à la fin du mois d’août 2020, il a noté que six bombardiers américains B-52H Stratofortress, soit un septième de la flotte américaine prête pour la guerre – chacun d’eux étant capable de transporter huit missiles de croisière AGM-86B à armement nucléaire et à lancement aérien (ALCM) – ont passé plusieurs semaines à voler pour des missions d’entraînement juste « à la limite du territoire Russe ».

– En outre, le mois suivant, en septembre donc, deux Lanceurs B-1B ont survolé le pôle nord jusqu’à atteindre le Groenland. Ensuite, fin février, les bombardiers B-1 que l’U.S. Air Force avait récemment stationnés en Norvège, ont effectué leurs premières missions au dessus de la mer de Norvège. Mais pas de crainte chère Russie, car le Général Steven Basham, commandant adjoint des forces aériennes en Europe et en Afrique, a annoncé : « ceci ne devrait pas être pris comme un message de menace » , puisque, « c’est comme ça que les militaires professionnels accroissent leur niveau d’expertise ». Je parie que cela va grandement rassurer les Russes.

L’ensemble de la stratégie régionale américaine et la course à l’armement arctique qui en résulte risquent de se transformer en un dilemme de sécurité auto-réalisateur. Le dilemme de sécurité décrit un concept courant en sciences politiques, selon lequel les mesures prises par un État pour améliorer sa propre sécurité provoquent des réactions de la part d’autres États, ce qui entraîne, de manière contre-productive, une diminution de la sécurité de l’État initial.

Étant donné les erreurs d’interprétation mutuelles, ainsi que les réactions excessives opportunistes habituelles de l’Occident et de Washington, l’Arctique semble être un terrain d’essai parfait pour une telle spirale ( de la mort). Tout compte fait, un titre de Business Insider de juillet 2020 s’est avéré bien trop pertinent à mon goût : « Les armées tant de la Russie que de l’OTAN ont un regain d’activité dans l’Arctique, mais aucune des deux n’est sûre de ce que fait l’autre ». Qu’est-ce qui pourrait mal tourner ?

Faites ce qu’on vous dit, pas ce qu’on fait

Comme toujours, les analystes critiques doivent se pencher sur le langage – dans ce cas, les adjectifs si facilement utilisés pour décrire les intentions de Moscou dans l’Arctique, qui bien sûr ne peuvent qu’être hostiles. Les points saillants sont les suivants : Le « comportement agressif » de la Russie (secrétaire à la défense, Lloyd Austin), la « position de plus en plus affirmée » (France 24 News), la « menace significative » (Center for Strategic and International Policy), le « défi militaire » (haut fonctionnaire du département d’État) et les « cliquetis de sabre » (d’après un document de recherche de la Carnegie Endowment for International Peace, financé par la Russia Strategic Initiative (RSI) – une organisation du département américain de la défense).

Mais qu’en est-il du point de vue de ( soupir !) Moscou – se pourrait-il que ce pays ait (double soupir !) de véritables intérêts et des revendications légitimes dans la région arctique ? Et pourraient-il considérer que les diverses politiques et réactions des États-Unis et de l’OTAN constituent des menaces importantes pour sa sécurité ?

La réponse, bien qu’il soit de plus en plus inconvenant – voire carrément anti-américain – d’oser le dire, est oui bien sûr et bien naturellement, respectivement. Quelques-unes des plus essentielles sautent aux yeux : La Russie possède le plus long littoral arctique du monde (24 000 km) ; la région représente près d’un quart de son PIB (à titre de comparaison, moins d’un tiers de 1 % du PIB américain provient de l’Arctique) et environ 2 millions de citoyens russes y vivent. En outre, Moscou reste un membre actif du Conseil de l’Arctique, du Forum des garde-côtes de l’Arctique (ACGF) et signataire de divers traités scientifiques et environnementaux.

Sur le plan militaire, Moscou ressent naturellement le besoin de protéger sa capacité nucléaire de frappe de rétorsion, qui repose principalement sur sa flotte de sous-marins nucléaires, dont la majeure partie est basée à proximité de la péninsule de Kola, qui borde le nord de la Norvège et de la Finlande. Même une connaissance superficielle de cette particularité de la civilisation humaine, souvent absurde, mais toujours pertinente, connue sous le nom de « stratégie nucléaire », démontre l’importance que revêt la confiance qu’un pays peut percevoir grâce à cette option de frappe de rétorsion.

En d’autres termes, si une nation nucléaire pense que son adversaire peut anéantir sa contre-attaque de « deuxième frappe » – rendant ainsi impossibles toute représaille et donc la dissuasion suicidaire présumée de la « destruction mutuelle assurée » – l’État le plus faible des deux peut envisager une « première frappe » surprise comme étant son option stratégique la plus prudente, voire la seule. Tout cela est dingue, naturellement – mais cela a failli se produire plus d’une fois : et c’est alors qu’on se retrouve à l’heure du Dr Strangelove sur la planète Hollywood.

De plus, et c’est là que le bât blesse, quand on en vient à évoquer la présence de troupes russes plus conventionnelles autour de son périmètre arctique, comme l’a si bien dit Lyle Goldstein – professeur de recherche au US Naval War College : « On peut difficilement accuser le Kremlin d’agression alors que ses petits déploiements ont tous eu lieu sur son propre territoire. » Néanmoins, si l’on met de côté ces éléments gênants et ce curieux sens des proportions, les professionnels du pouvoir qui aspirent à une hégémonie américaine entretiennent un monde irascible selon le mantra toxique : Faites ce que je dis, pas ce que je fais !

La rhétorique de Washington a longtemps égalé – ou dépassé – la présumée pugnacité de Moscou. Prenons l’exemple du secrétaire à la Marine de Trump (qui ne souffre pas d’une anémie de l’ironie ou surnommé Irony-Anemia) Braithwaite. Début janvier, juste après la publication du « plan stratégique » de la marine pour l’Arctique, il a lâché cette bombe grandiloquente devant des journalistes non informés : le nouveau plan de son service implique des patrouilles de surveillance ayant une liberté de navigation plus active à proximité du territoire russe, a-t-il déclaré, parce que « c’est la posture la plus audacieuse à laquelle nous pensons avoir droit, et elle est franchement de notre responsabilité, en tant que force navale prédominante dans le monde ».

Waouh, ça c’est audacieux : brandir sans ambages des hyperboles comme celles de « notre droit » à être « prédominant » sur les mers du monde. Il admet, voire se vante, de la « posture » de sa marine – un terme que d’autres faucons utilisent pour décrier les actions hypothétiques de la Russie ! Faites ce que je dis, pas… et tout et tout, je suppose.

Après une seule des nombreuses manœuvres navales dans l’Arctique en août 2020, à savoir l’exercice anti-sous-marin conjoint américano-britannique Dynamic Mongoose – qui s’est justement déroulé près de la principale base de sous-marins nucléaires de Moscou sur la péninsule de Kola – le commandant de l’USS Ross s’est félicité que : « Les entraînements réalistes et appropriés que nous menons ici, dans la mer de Barents, prouvent que nous pouvons être opérationnels n’importe où dans la région avec nos alliés. »

Et les Russes seraient les seuls à être « provocateurs » ? Je veux dire, est-ce que ces gars là s’écoutent quelquefois parler ? OK, voici un truc pour pimenter les choses dans la piaule qui permet d’éviter les conflits : essayez un jeu de rôle et écoutez les chuchotements bellicistes de Washington qui arrivent dans les oreilles russes (PS : Hiver nucléaire semble être le terme qui convient).

Vous savez, de temps en temps, sans même s’en rendre compte, les plus grands généraux américains disent quelque chose de sensé. Prenons le lieutenant-général David Krumm, qui dirige le Commandement de la multi-force de l’Alaska et la 11e Force aérienne. En 2020, lors d’une convention de la Fédération des autochtones d’Alaska – dont beaucoup résident dans les villages isolés de la région contestée – il a expliqué comment le réchauffement climatique, qui fait fondre des ceintures de glace autrefois infranchissables, supprime les zones tampons entre les États-Unis et la Russie, et il a bien sûr tenu le discours officiel du Pentagone demandant plus d’argent pour équiper et entraîner ses troupes.

Un discours classique, vraiment. Ce n’est qu’ensuite que, par inadvertance, il a commencé à dire la vérité, en se montrant nostalgique d’une époque pas si lointaine où l’Alaska était principalement considéré comme une base de projection de puissance mondiale, et en faisant remarquer que ce qu’il considère comme l’agression russe dans l’Arctique laisse présager un changement de mission pour son commandement.

« Ce qui est maintenant nécessaire, c’est d’être prêt à se battre ici et à se défendre ici », a fermement déclaré le bon général. Et le fait est que c’est vrai, même si ce n’est pas pour les bonnes raisons. Oui, général : préparez-vous à combattre et à vous défendre (contre une attaque qui n’a pratiquement aucune chance de se produire) ici, chez vous, en Alaska, et non pas (comme vous semblez le préférer) à 5 000 km au-dessus de la calotte glaciaire de l’Arctique, dans l’arrière-cour russe de la mer de Barents, ou à « déployer la puissance » bon gré mal gré dans le monde entier. C’est de cette façon là que les États-Unis s’attirent – ainsi qu’à tout le monde – bien des ennuis .

Pour changer un peu, il serait grand temps de protéger nos propres glaciers !

Danny Sjursen, officier de l’armée américaine en retraite est chargé de recherche au Center for International Policy (CIP), collaborateur d’Antiwar.com et directeur du nouveau Eisenhower Media Network (EMN). Ses travaux ont entre autres été publiés dans le NY Times, le LA Times, The Nation, le Huff Post, The Hill, Salon, The American Conservative, Mother Jones, Scheer Post et Tom Dispatch. Il a effectué des missions de combat en Irak et en Afghanistan et a ensuite enseigné l’histoire à West Point. Il est l’auteur d’un mémoire et d’une analyse critique de la guerre d’Irak, Ghostriders of Baghdad : Soldiers, Civilians, et Myth of the Surge et Patriotic Dissent : America in the Age of Endless War. Avec un autre vétéran, Chris « Henri » Henriksen, il co-anime le podcast Fortress on a Hill. Suivez-le sur Twitter @SkepticalVet et sur son site Web pour les demandes de médias et les publications passées.

Source : antichar.com, Danny Sjursen, 16-04-2021

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LibEgaFra // 12.06.2021 à 10h28

« La Russie a accru ses dépenses militaires, le nombre de ses bases actives, et son engagement en termes d’équipement et de ressources dans l’Arctique. »

C’est un pur scandale! Comment la Russie ose-t-elle construire des bases militaires sur SON TERRITOIRE sans en demander l’autorisation à Washington? Tout simplement incroyable! Un acte d’agression anti-américaine caractérisé!

Non mais!

11 réactions et commentaires

  • Vladimir // 12.06.2021 à 08h18

    Très bon billet qui prouve que chez les Amers il y a encore quelques têtes pensantes sobrement critiques!

      +7

    Alerter
    • LibEgaFra // 12.06.2021 à 13h54

      « Très bon billet qui prouve que chez les Amers il y a encore quelques têtes pensantes sobrement critiques! »

      Oui, tout à fait.

      Sauf que ce genre d’articles ne parait pas dans le nyt, ni dans le wp, ni à la cnn, ni à la fox, ni chez nous dans l’immonde, libération (soi-disant), etc.

      En France, il faut venir ici pour lire ce genre d’analyses. Merci les-crises!

        +9

      Alerter
  • christian gedeon // 12.06.2021 à 10h13

    Beaucoup de bonnes infos. Et comme je l’ai toujours dit,un complexe militaro industriel aux aguets,money honey. Mais pourquoi ce ton? Un empire fait ce que font les empires.,çà ne date pas d’aujourd’hui . faut bien reconnaître que les us sont spécialistes en la matière,et qu’ils sont vraiment casse couilles. ceci étant dit,notre amie la Chine, dans SA mer autoproclamée,est aussi casse couilles avec les Nippons et les Vietnamiens. C’est à une moindre échelle certes. mais c’est. Poutine,surnommé au second degré Sauron fait ce que son pays attend de lui,redorer la réputation de la Russie,après le grand dépeçage des années 90. Mais ne soyez pas trop inquiets,les grands se parlent,et les petits écoutent. Oh un ou deux affrontements ne sont pas à exclure. Mais une vraie grande guerre? Personne ne la gagnera,puisqu’il n’y aura plus personne pour en parler.

      +2

    Alerter
    • LibEgaFra // 12.06.2021 à 13h47

      « Poutine,surnommé au second degré Sauron »

      Euh Sauron, ce n’est pas ce personnage qui à l’aide de ses orques (daech?) veut soumettre le terre entière pour la réduire en esclavage, détruisant tous ceux qui avaient le front de résister…? Heureusement il y a de valeureux héros qui vont détruire Sauron et son pouvoir maléfique…

      Je connais au moins deux anti-Sauron et aucun d’eux n’est Français…

      A noter que les anti-Sauron, malgré leurs disparités se respectent mutuellement.

      Aaaah, les respect, ça change la vie.

      C’était ma minute de philosophie.

        +1

      Alerter
  • LibEgaFra // 12.06.2021 à 10h28

    « La Russie a accru ses dépenses militaires, le nombre de ses bases actives, et son engagement en termes d’équipement et de ressources dans l’Arctique. »

    C’est un pur scandale! Comment la Russie ose-t-elle construire des bases militaires sur SON TERRITOIRE sans en demander l’autorisation à Washington? Tout simplement incroyable! Un acte d’agression anti-américaine caractérisé!

    Non mais!

      +20

    Alerter
  • LibEgaFra // 12.06.2021 à 10h35

    « comme l’a si bien dit Lyle Goldstein – professeur de recherche au US Naval War College : « On peut difficilement accuser le Kremlin d’agression alors que ses petits déploiements ont tous eu lieu sur son propre territoire. »  »

    Hélas, il y a toujours des traîtres comme cette Lyle Goldstein pour nier l’agression russe sur l’Arctique et vouloir empêcher la colonisation de la Sibérie par les yankees.

    Non mais!

      +7

    Alerter
    • LibEgaFra // 12.06.2021 à 13h51

      « On peut difficilement accuser le Kremlin d’agression  »

      Novlangue:

      Pour se défendre il faut agresser.
      L’agression est une défense.
      La guerre c’est la paix.
      Si tu veux la paix (des cimetières), fais la guerre.

        +0

      Alerter
  • Paul // 13.06.2021 à 08h55

    Surprenant de lire un article d’antiwar ici (pas antichar comme écrit dans la source) ce site n’étant pas un site du « bien » vous allez vous faire taxer de comp.

    il y a aussi un enjeu plus discret mais colossale
    outre la bataille pour mars
    la fonte des glaces, il y a des terres à prendre.
    Sur la planète : environ 20 millions de km de terres vierges pour poser son drapeau !

      +1

    Alerter
  • Fernet-Branca // 13.06.2021 à 14h22

    Il suffit de lire le journal grand public bien-pensant le Journal du Dimanche ( j’ai une sœur qui y est abonnée papier ) pour comprendre.

    En voyage en Europe, Joe Biden veut restaurer « le monde libre »
    21h04 , le 12 juin 2021

    Par François Clemenceau

    https://www.lejdd.fr/International/en-voyage-en-europe-joe-biden-veut-restaurer-le-monde-libre-4051541

    Joe Biden se prend pour James Bond.

      +0

    Alerter
    • Paul // 13.06.2021 à 15h32

      ils ont toujours eu besoin de l’europe pour leur plan maléfique
      alors il doit venir et en douce tirer les oreilles…

      les européens sont comme les femmes battues, accroc à leur boureau (excusez si la comparaison peut toucher, mais je n’ai pas trouvé plus d’autres mots)

        +3

      Alerter
  • Savonarole // 14.06.2021 à 14h12

    Attendez on va résumer pour les enfants :
    – Si un pays existe, alors il est une menace pour la sécurité des États Unis D’Amérique.
    – Si il a refusé le pillage par les élites américaine alors c’est un ennemi de l’Amérique.
    Pas la peine de faire trois pages pour expliquer « la destinée manifeste »; ils ont même crée un mot pour ça « entiled » … en vrai dans la vrai langue de la vrai vie ça sert surtout à désigner les sales gosses et les Karens …

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications