Les Crises Les Crises
5.avril.20185.4.2018 // Les Crises

Les Pays-Bas suppriment le référendum, par Antoine Mouteau

Recommander 0
J'envoie

Une telle régression démocratique semble à peine croyable…

Source : Ouest-France, Antoine Mouteau, 27-02-2018

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte (centre) et Kajsa Ollongren, ministre des Affaires intérieures | Photo d’illustration -EPA-

Les partis de la coalition au pouvoir ont été échaudés. Ils ne veulent plus traîner le résultat des consultations comme un boulet.

Les députés néerlandais ont adopté par 76 voix contre 69, jeudi, un projet de loi qui prévoit la suppression du référendum consultatif. Jusqu’à maintenant, lorsqu’une pétition avait récolté plus de 300 000 signatures, le gouvernement se voyait contraint d’organiser un scrutin. Un référendum de ce type sur le pouvoir des services de renseignements est prévu le 21 mars. Ce pourrait bien être le dernier.

Le texte préparé par la ministre des Affaires intérieures, Kajsa Ollongren, met en fureur une partie de l’opposition. À commencer par le nouveau parti d’extrême droite Forum pour la démocratie qui, dans les sondages, concurrence désormais sérieusement le Parti pour la liberté du sulfureux Geert Wilders. « Kajsa Ollongren est l’assassin de la démocratie », a lancé le chef de Forum pour la démocratie, Thierry Baudet.

De 1952 à 2015, seuls deux référendums, dont celui qui a vu le rejet de la Constitution européenne en 2005, avaient été organisés aux Pays-Bas. Mais depuis peu, les consultations se multipliaient. En 2016, les Néerlandais ont dû répondre « oui » ou « non » à l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine. Et en mars, ils doivent se prononcer sur les pouvoirs accordés aux services des renseignements néerlandais.

Dans le cas du référendum sur l’Ukraine, le « non » l’avait emporté. Pendant des mois, le gouvernement néerlandais avait traîné le résultat comme un boulet, avant de décider de ne pas remettre en cause l’accord entre Bruxelles et Kiev.

Source : Ouest-France, Antoine Mouteau, 27-02-2018

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

LEFROD // 05.04.2018 à 06h24

Ahhhh! Enfin une vraie loi progressiste et démocratique, au sens UE s’entend! Mais je pense qu’il est nécessaire d’aller plus loin pour sauver «les valeurs» de l’occident. Il faut supprimer les élections, car le peuple ne comprend pas tout le bien que nos élites lui veulent,et donc vote mal!

147 réactions et commentaires

  • LEFROD // 05.04.2018 à 06h24

    Ahhhh! Enfin une vraie loi progressiste et démocratique, au sens UE s’entend! Mais je pense qu’il est nécessaire d’aller plus loin pour sauver «les valeurs» de l’occident. Il faut supprimer les élections, car le peuple ne comprend pas tout le bien que nos élites lui veulent,et donc vote mal!

     255

    Alerter
    • Vltava // 05.04.2018 à 09h59

      Bertold Brecht :” le peuple s’est trompé , changeons le peuple”

       73

      Alerter
    • Chris // 05.04.2018 à 10h15

      Nicholas Sarkosy et Joachim Gauck (Allemagne), alors présidents, s’étaient payés le luxe lors d’une visite au Palais fédéral à Berne en 2014, de déclarer le plus doctement du monde que la démocratie directe pratiquée en Suisse (initiatives de référendum et votations) était “obsolète” et devait être abrogée.
      Ces visites faisaient suite au résultat positif d’un référendum en février 2014, lequel demandait de contrôler à nouveau nos frontières, en déni bien sûr des normes Schengen acceptées 12 ans plus tôt sur la base de chiffres faux :
      http://www.cooperation.ch/15159563
      Je crains que la réplique de Ogi n’ait été de pure forme pour rassurer les Helvètes :
      https://www.lematin.ch/suisse/Adolf-Ogi-cloue-le-bec-de-Sarkozy/story/28988414
      Le travail de sape démocratique continue. Depuis 1992 (refus d’adhérer), l’UE fait du chantage.
      La porte-parole de la Commission européenne a lâché une phrase assassine le 20 décembre 2016 : “On peut dire que la Commission (européenne) a, jusqu’ici, accompagné le processus, mais l’a aussi dirigé un peu afin de s’assurer qu’il aille dans la bonne direction” https://www.rts.ch/info/suisse/8256991-l-ue-a-t-elle-dirige-la-mise-en-oeuvre-de-l-initiative-du-9-fevrier-.html
      L’UDC revient à la charge avec une nouvelle initiative afin de faire respecter le référendum du 9 février 2014… Un pseudo “Suissexit” qui passe mal chez nos voisins…

       31

      Alerter
      • P’tetbenkwui // 08.04.2018 à 15h18

        @ Chris

        “…Nicholas Sarkosy et Joachim Gauck (Allemagne), alors présidents, s’étaient payés le luxe lors d’une visite au Palais fédéral à Berne en 2014,…”

        Sauf que Sarkozy n’était plus président en 2014. Sinon assurer le show, en quoi était -il invité à se prononcer officiellement ?

         1

        Alerter
    • Ben // 05.04.2018 à 10h58

      Il n’est pas nécessaire de supprimer les élections puisqu’elles ne servent à rien depuis qu’une gouvernance quasi totale des ex-nations d’Europe est opérée depuis Bruxelles. Au contraire, les élections servent de cache-misère à l’oligarchie qui prétend nous représenter. Les élections, tendanciellement, finiront par donner le pouvoir à des formations d’extrême-droite, prétendument contestataires de l’ordre établi, mais en réalité en parfait accord avec la soumission à laquelle nous sommes condamnés. Les extrême-droites européennes sont UE-compatibles. On en fera le constat tôt ou tard.

       36

      Alerter
      • Barbe // 05.04.2018 à 17h21

        Il est certain que jamais ils ne supprimeront les élections : car par elles, on délègue son pouvoir à des gens.
        Le référendum c’est très différent, car par lui les gens du peuple font la loi : c’est l’essence même de la démocratie.
        Si cela devait arriver en France, on serait assuré qu’on ne sera plus en démocratie.
        On se rapprochera tout doucement de la corée du nord.

         15

        Alerter
    • Yann // 06.04.2018 à 14h27

      “vote mal” : vous trouvez ?

      pendant ce temps, les peuples élisent ou laissent s’installer des réactionnaires toujours plus zélés.

      dans ce sens, pour les oligarchies qui suppriment les modalités de la démocratie participative, les peuples votent bien en vé&rité !!

       2

      Alerter
  • Charles-de // 05.04.2018 à 06h35

    Allez-y carrément, SUPPRIMEZ LES ELECTIONS ! D’ailleurs, comme disait Coluche, “Si voter servait à quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit.”

     91

    Alerter
    • Christian Gedeon // 05.04.2018 à 13h09

      Coluche était bien sympathique. Mais les elections sont chose sérieuse et je reste résolument favorable à ce mode d’expression et optimiste en dépit de tout. Seulement voilà,il faudrait que cesse l’espèce d’automaticité pavlovienne des votes. Et quitte à déplaire,que les partisans de l’abstention et du vote blanc ounul(puisqu’il n’est pas pris en compte) arrêtent de deconner…ils servent les pires conservatismes de droite ou de gauche. Ils sont les idiots utiles qui permettent que les choses ne bougent jamais. Et surtout,ils ont un complexe de supériorité tout à fait narcissique par rapport à ces cons de votants qu’ils regardèrent avéc commisération,perches sur l’Olympe de leurs certitudes. En attendant,rien ne bouge.

       13

      Alerter
      • Chokk // 05.04.2018 à 14h15

        Vous traitez d”idiots utiles” ceux qui, selon vous, vous traitent de “cons de votants”. J’ai pas l’impression que vous êtes en train de régler le problème…

        Par ailleurs, n’y a-t-il pas aussi un “idiot utile” chez le “votant utile”, qui a notamment nourri l’extrémisme libéral de ce mandat ?

        Finalement, n’y a-t-il pas aussi un “idiot utile” chez chacun d’entre nous, à blâmer son voisin de la situation actuelle plutôt que de construire les raisons d’une convergence ?

         33

        Alerter
        • red2 // 05.04.2018 à 17h45

          Si 6% des abstentionnistes avaient voté Mélenchon en 2017, on n’en serait peut etre pas là… oui 6% des 10 000 000 d’abstentionniste et Mélenchon battait Le pen et Fillon et etait dans un second tour ou tout devenait possible. Alors oui… Attention à l’abstention qui reste une des cause permettant au systeme de se maintenir!

           15

          Alerter
          • Jean // 05.04.2018 à 21h43

            Si Mélenchon avait la moindre de chance de gagner contre le candidat des medias, vous ne connaitriez même pas son nom. Idem pour Lepen.

             16

            Alerter
            • javaj // 06.04.2018 à 02h41

              Mouais, les medias… Selon moi c’est justement parce que Mélenchon et la FI ont excellé à les contourner qu’ils ont fait le score que l’on sait.

               6

              Alerter
      • P’tetbenkwui // 08.04.2018 à 15h31

        @ Christian Gedeon

        S’abstenir ce n’est pas donner des voix à un tel ou une telle, c’est surtout signifier qu’on en a ras le bol (pour ne pas dire plus) des élu (e)s imposé(s)s par les officines de cooptation qui polluent notre pays depuis des décennies.

        L’abstention est une manière de délégitimer l’élection de celui (ou celle) qui sera élu(e).
        Ne pas s’exprimer est une manière de garder sa conscience, même si légalement ça n’est d’aucune utilité.

        Le vote par défaut est une lâcheté. Le vote blanc est la participation la plus servile qui soit au système électoral de la Ve République.
        Voter blanc, c’est s’avouer incapable de choisir un candidat mais valider tout le processus électoral de la Ve République. Le vote blanc, c’est le mouton qui va à l’abattoir, sans se mettre une étiquette rouge ou bleue sur le dos !

         1

        Alerter
    • Ladioss // 05.04.2018 à 14h40

      Pas besoin de supprimer les élections si le processus électoral a été correctement verrouillé en amont (choix des candidats, gestion des discours par les médias, et matraquage contre les partis ‘populistes’).

      La démocratie est tolérée car elle n’est pas un frein à la tyrannie.

       32

      Alerter
      • RGT // 07.04.2018 à 14h02

        “La démocratie est tolérée car elle n’est pas un frein à la tyrannie.”

        Dans le cas des “élections démocratiques” je qualifierais plutôt ce processus de plébiscite des ploutocrates.

        Un bon matraquage de cerveaux (merci la boîte à cons), des “promesses qui n’engagent que ceux qui les croient”, les “experts” qui nous promettent les plaies d’Égypte si les crétins votent mal (avec de pluies de crapauds pourris porteurs de peste bubonique).

        Et au final ils sortiront de leurs manches un “machin” à la con pour annuler le vote s’il ne leur convient pas, souvenez-vous de 2005…

        Quand “Zupiter” nous annonce que la démocratie ne se fait pas dans la rue, il n’est pas nécessaire de chercher plus loin.

        La “démocratie” n’est plus “cause toujours”, c’est désormais “fermes ta gueule”, avec le Déconnex qui viendra censurer les moindres discussions privées.

         4

        Alerter
  • Fabrice // 05.04.2018 à 06h40

    Vue des dirigeants : faut avouer que faire voter un peuple a un référendum et qui fait systématiquement le mauvais choix (pour l’élite) cela ne sert à rien alors qu’il leur était demandé un choix évident.

    Vue des votants : à quoi bon des référendum pour lesquels le résultat est systématiquement bafoué ? Même pour un si faible signal auprès de dirigeants qui n’entendent pas.

    Après étonnez vous que les populistes progressent mais même ceux ci ne finiront t’il pas par être dépassés quand ils se révéleront incapable de répondre à ce ras le bol ?

    Non franchement une élite acculée peut être tenté par le pire et c’est cela qui m’inquiète.

     55

    Alerter
    • Alfred // 05.04.2018 à 07h47

      Vue des votants: il vaut mieux avoir la possibilité de dire non via un référendum afin de caractériser le viol démocratique (d’où la gêne pour les élites et l’envie de le supprimer). Vous préférez la “démocratie au lit avec les lobbies” au parlement européen qui permet d’endormir les masses? Veulent ils supprimer le parlement européen ?
      S’ils veulent le supprimer c’est que ce n’est pas inutile.

       26

      Alerter
      • Chris // 05.04.2018 à 10h22

        Le parlement européen est un pur alibi démocratique : il n’est là que pour entériner les décisions de la Commission qui elle, mène le bal exécutif ET législatif.
        Les députés européens sont des encartés de ce système fasciste.
        Dommage que les Européens ne s’intéressent pas plus à la structure et aux rôles des institutions européennes qui fonctionnent comme une nasse.

         29

        Alerter
        • Catalina // 05.04.2018 à 17h55

          Le Parlement européen avec deux lobbistes pour un eurodéputé est tout simplement de la corruption, rien de plus, rien de moins.

           20

          Alerter
          • Roger Brunet // 06.04.2018 à 18h13

            Petite précision:

            En 2016, le quotidien Le Soir faisait état de 20.000 lobbyiste travaillant à Bruxelles, ce qui nous donne 26,6 lobbyistes par député.

             6

            Alerter
      • Fabrice // 06.04.2018 à 14h24

        Citez moi un exemple ou le parlement c’est opposé à la commission et a réussi à la faire renoncer à un projet majeur (sans qu’il soit passé par une autre forme pour faire passer la pilule).

         5

        Alerter
    • LEFROD // 05.04.2018 à 12h04

      Si on veut être réalistes, le «pire» est au pouvoir depuis plusieurs décennies déjà! Le système passe son temps à bourrer le crâne de la population avec«le retour de la bête immonde au ventre fécond», et autres heures les plus sombres de l’histoire. Tout ça pour endiguer (en vain à mon avis) le gigantesque«Fuck you» populaire qui leur pend au nez et qui a déjà amené Trump (quoi qu’on en pense par ailleurs),le Brexit, et le résultat des élections Italiennes. L’Empire sous l’empire duquel nous vivons s’écroule sous le poids de ses contradictions. Le bouquet final arrive malheureusement,et nous sommes aux premières loges…

       18

      Alerter
  • Dizalch // 05.04.2018 à 06h56

    Un projet de loi voté par de bons petits Eurobéats dans toute leur conception de la Démocratie… Les mêmes qui vont se plaindre des “votes sanctions/référendaires” ensuite… chercher l’erreur… “eux” tout simplement…

     32

    Alerter
  • astap66 // 05.04.2018 à 07h17

    @LEFROD C’est “en marche”. Le premier président de la Cour de Cassation vient de déposer un rapport, dans lequel il suggere qu’une commission de juges se réunissent pour décider quels seront les dossiers “dignes d’intérêt” qui seraient susceptibles d’être examinés dans le cadre d’un pourvoi en cassation. Les autres, même entachés d’une erreur de droit manifeste, ne seraient plus examinés. Il pense ainsi réduire le nombre de dossier de plusieurs milliers à 200 ou 300 par an.
    https://www.dalloz-actualite.fr/flash/loi-de-programmation-de-justice-cour-de-cassation-veut-sa-reforme#.WsWyNh_iiV4
    Certaines personnes sont réellement persuadées de porter en elles le savoir et la raison universelle. C’est bien là le problème.

     54

    Alerter
    • LEFROD // 05.04.2018 à 12h08

      C’est normal: lorsqu’on l’attaque, l’Empire contre-attaque! (Marche impériale de john Williams en fond)^^

       5

      Alerter
  • Raskolnikov // 05.04.2018 à 07h20

    “le nouveau parti d’extrême droite Forum pour la démocratie”

    Ca devient vraiment fort de café. Les gens qui défendent la démocratie sont les méchants d’extrême droite maintenant. Je suis quelques médias néerlandais et de ce que je comprends de ce parti, je ne vois pas en quoi ils sont d’extrême droite. C’est une attaque purement diffamatoire.

     33

    Alerter
    • Sandrine // 05.04.2018 à 07h34

      Être pour la démocratie aujourd’hui est considérée comme réactionnaire… tout le monde sait bien que « le peuple, ça n’existe pas » « c’est une construction »(entendu sur de nombreux médias français dernièrement).
      Défendre le droit de vendre ses organes, de se prostituer ou de se détruire par la drogue… ça c’est progressiste; c’est individualiste et pas collectif, c’est bien; les Pays-Bas sont depuis longtemps un pays « à la page » de se côté là ;

       38

      Alerter
      • Tanguy // 05.04.2018 à 10h22

        “Défendre le droit de vendre ses organes, de se prostituer ou de se détruire par la drogue…”

        Si je ne m’abuse, les Pays Bas comptent moins de consommateurs de “drogue” (j’imagine que vous appelez “drogue” les substances illégales en France?) que la France. France qui ne fait rien contre l’acool par exemple, alors que c’est une des drogues les plus dures. France qui, aussi, dépense des moyens gigantesque pour “traquer” de nombreux consommateurs et, par là, augmente les prix des substances et les bénéfices des trafiquants!

         14

        Alerter
        • Sandrine // 05.04.2018 à 10h35

          Votre argument tient peut-etre pour les drogues dites douces; il est beaucoup plus discutable pour les nouvelles drogues de synthèse (parfois mortelles à la première prises) – dont les pays bas sont un gros pourvoyeur si je ne m’abuse.
          En outre, je ne connais pas les chiffres mais si il y a moins de consommateurs de drogue aux Pays-Bas, cela vient peut-être du fait que sa population est moins nombreuse, non ?

           10

          Alerter
        • fox 23 // 05.04.2018 à 19h51

          C’est malin comme comparaison ! Et si vous nous donniez la différence de nombre d’habitants, hum ? Juste pour voir…

           0

          Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 09h27

      Si c’était diffamatoire d’être qualifié d’extrême droite, Le FN aurait porté plainte contre les journalistes français et aurait gagné tous ses procès.

      Pourquoi serait-ce une insulte? Parce-qu’on associe extrême-droite au Nazisme?
      Si l’extrême-droite serait réellement liée au Nazisme, elle serait interdite en France (d’après les lois en vigueur).

      Bref, qualifier une personne ou un parti d’extrême-droite, ou d’extrême-gauche ou de complotiste, ne serait-ce pas pour disqualifier sa cible?

      Les milieux autorisés à penser, veulent que les milieux non-autorisés à le faire, pense que d’être un extrême est dangereux.
      D’ailleurs, Macron c’est quand même la référence, ni de gauche, ni de droite.. un gars bien, quoi!

       15

      Alerter
      • Sandrine // 05.04.2018 à 10h54

        Il me semble que MLP se bat pour que son parti, justement ne soit pas assimilé à l’extrême droite…
        D’autre part, à ma connaissance, il n’est pas interdit en France de se revendiquer néo-nazi et/ou fasciste (Jean-Marie LePen) en est un bon exemple.
        Cela étant, vous avez raison de souligner que ce qui dérange la pensée “main stream” dans “l’extrême-droite” c’est le coté “extrême” beaucoup plus que le coté “fasciste”.
        A noter: une constante de tous les mouvements fascistes d’entre-les-deux-guerre : le coté “ni droite ni gauche”; or cet aspect “ni droite ni gauche” aujourd’hui n’est pas revendiqué par l’extrême-droite mais par l’extrême centre de Macron… A bon entendeur…

         5

        Alerter
      • René Fabri // 05.04.2018 à 11h30

        Tout à fait d’accord. Et j’ajoute que tant que les gens qui n’ont pas la bonne étiquette ne s’uniront pas, les “gars bien” “ni de droite ni de gauche”, vont continuer à faire des lois pour eux et leurs amis sans se soucier des conséquences pour les autres. Malheureusement le principe d’union est difficile à accepter, même sur des sujets ponctuels et apolitiques comme la suppression du changement d’heure d’été, la fin du financement de la presse, ou la liberté d’expression.

         7

        Alerter
    • Fritz // 05.04.2018 à 17h41

      @Raskolnikov : c’est sans doute diffamatoire , mais c’est aussi un réflexe pavlovien.
      Voyez les rôles : d’un côté, une femme, belle et blonde, ministre résolument européenne qui veut supprimer le référendum ; de l’autre, forcément, une “exxttrrrêmme drrroitte” sulfureuse, évidemment stipendiée par Moscou…

      Ce doit être le fond de la « « pensée » » de M. Mouteau, du très europhile Ouest-France.

       4

      Alerter
  • Degorde // 05.04.2018 à 07h30

    Cette décision, aberrante est la conséquence du cri lancé par Bruxelles après le référendum néerlandais sur l’accord d’association Kiev/Bruxelles “assez de référendum”; il a été entendu. En France la situation ne vaut guère mieux car le référendum est dans les mains du pouvoir exécutif qui fait tout pour ne jamais y recourir. Ha, elle est belle la démocratie occidentale. Et “ça”, ça donne des leçons à Poutine ?

     45

    Alerter
  • raloul // 05.04.2018 à 07h53

    Bonjour !

    Hallucinant! Ils sont vraiment dingues. Si en Suisse le parlement faisait une chose pareille, le peuple ferait des monstres manifestations (avant de prendre les armes).

    Je me demande si les Néerlandais vont se laisser faire… est-ce qu’il y a des commentateurs du blog qui sont aux Pays-Bas et qui peuvent témoigner? En gros, est-ce un sujet pour lequel les gens sont sensibles, ou alors ça va être enterré dans l’indifférence générale?

     31

    Alerter
    • alorsonfaitquoi // 05.04.2018 à 09h03

      Ca va être enterré dans l’indifférence générale. De toute façon ils n’ont aucun flingue pour se défendre et toutes les télés lavent les cerveaux de leur gosses à longueur de journée.

       20

      Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 09h34

      Est-ce que les Suisses ont des armes (je n’en sais rien).
      Les Français avaient des armes avant et après la second mondiale… les acquis sociaux datent de cette époque…
      Aujourd’hui, la détention d’arme en France est très contrôlée et le port d’arme n’est autorisé que pour protéger les milieux autorisés à penser.

      Donc, effectivement, les référendums sont inutiles puisque même le droit d’en réclamer existe, le résultat du référendum n’est pas accepté par les milieux autorisés à penser.

       12

      Alerter
      • Sandrine // 05.04.2018 à 10h14

        Les Suisses doivent garder garder une arme chez eux pour pouvoir être plus facilement mobilisable en cas de nécessité de défendre le pays.
        Ce type d’organisation de la défense nationale était préconisé par Jaures en son temps mais la hiérarchie militaire de l’époque était vent debout contre cette idée; ils se plaignaient d’avoir déjà à gérer des conscrits qui ne restaient pas suffisamment sous les drapeau pour être correctement formés (selon eux) et militaient pour l’introduction d’un système d’armée de métier (comme c’était le cas, partiellement sous le second empire et comme ce sera le cas sous Vichy)

         12

        Alerter
      • Chris // 05.04.2018 à 10h44

        Est-ce que les Suisses ont des armes (je n’en sais rien).
        Bonne question car d’actualité…
        Pétition contre l’interdiction des armes en Suisse imposée par l’UE :
        https://www.finger-weg-vom-schweizer-waffenrecht.ch/2017/04/offener-brief-an-den-bundesrat-nationalrat-staenderat/
        La Suisse a une armée de milice qui enrôle ses citoyens entre 19 et 45 ans pour des périodes militaires de 3 semaines (dites cours de répétition) par année, après l’école de recrues initiale qui elle dure env. 6 mois :
        https://www.vtg.admin.ch/fr/mon-service-militaire/recrues.html
        L’UE fonctionne comme un cancer et métastase tout.
        https://www.vd.ch/themes/securite/armee/cours-de-repetition/
        Les miliciens gardent leurs armes de poing à la maison et sont astreints à s’exercer au tir durant l’année.
        Supprimer ces astreintes de tir (et armes à la maison) revient à démonter l’armée de milice, qui socialement concourent au mixte des 4 cultures/langues du pays.
        Car après cette étape, suivra un démantèlement pur et simple de notre institution militaire pour se noyer dans l’OTAN*, selon la technique bien rodée du “cliquet” que pratique l’UE.
        (*) déjà que les Suisses ignorent qu’ils sont PPP, un sous produit de l’OTAN en vue de l’adhésion à l’OTAN ! Constitutionnellement, cette appartenance aurait dû faire l’objet d’un référendum/vote.

         17

        Alerter
        • Sandrine // 05.04.2018 à 12h08

          Comme on l’aura remarqué, contrairement aux USA où la possession d’armes est également autorisée, on n’observe pas en Suisse de tueries de masse dans les écoles… C’est donc que le problème des tueries aux USA n’est pas lié à la question de l’autorisation de posséder des armes, contrairement à ce qu’on nous rabâche à longueur de temps dans les médias.
          A noter que l’interdiction de possession d’armes à feu a été introduite en France à la vieille de la seconde guerre mondiale car l’élite politique de l’époque craignait un soulèvement communiste si la guerre avec l’Allemagne venait à se déclencher…
          La législation a été durcie par le régime de Vichy, puis assouplie à la libération, mais pas abrogée. Elle a été de nouveau durcie dans les années 90.

           16

          Alerter
          • Chris // 05.04.2018 à 12h53

            USA : la majeure partie des massacres de civils par des civils provient d’individus sous psychotropes et/ou addictés aux drogues.

             8

            Alerter
          • vert-de-taire // 05.04.2018 à 13h14

            MAIS NON !

            LE port d’arme est interdit en suisse !!!

             0

            Alerter
            • Chris // 05.04.2018 à 13h59

              Pas du tout ! Il fait l’objet de licence comme dans la plupart des pays.
              Actuellement est relancé un débat (qui n’intéresse que peu de monde hormis les politiciens et quelques anxieux) sur le recensement “obligatoire” des armes en Suisse.
              Objection des Suisses : tenir des registres, une structure à mettre en place qui coute cher. Pour quel profit ? Pour quelques clampins qui s’excitent contre un chef ? Faits extrêmement rares.
              https://www.swissinfo.ch/fre/r%C3%A8glement-de-compte-dans-une-banque-zurichoise/3982284
              A noter que lorsqu’un Suisse passe à l’action, il n’est plus question de déchirer une chemise : pan et on n’en parle plus.
              En 1986, lors du cas Tschanun à Zurich, j’étais aux premières loges, quasi en face du commissariat : le cirque !

               5

              Alerter
            • Sandrine // 05.04.2018 à 15h02

              On peut interdire le port mais pas la possession d’arme au domicile

               6

              Alerter
            • vert-de-taire // 05.04.2018 à 19h48

              je voulais dire pas libre,
              très réglementé.

               0

              Alerter
            • Fritz // 06.04.2018 à 06h14

              Aux États-Unis, le droit des citoyens de porter les armes est garanti par le Bill of Rights de 1791. C’est l’un des aspects réellement démocratiques de ce pays.

              Durant le Haut Moyen Age, le port des armes distinguait les hommes libres des esclaves.

              Si l’UE avait existé vers 1300, elle aurait fait pression sur le canton d’Uri pour interdire au légendaire Guillaume Tell de porter son arbalète.

               2

              Alerter
  • Ardéchoix // 05.04.2018 à 07h55

    “Dans le cas du référendum sur l’Ukraine, le « non » l’avait emporté. Le gouvernement néerlandais a décidé de ne pas remettre en cause l’accord” .
    Rassurez moi cet article parle bien des pays bas ? 🙂

     16

    Alerter
    • Bouddha Vert // 05.04.2018 à 11h00

      Effectivement, il semblerait que Ouest France veuille nous faire oublier que de toute manière, le parlement des pays bas avait déjà enterré le résultat des votes d’un référendum d’initiative populaire… c’était le 24 février 2017!

      Nos représentants nationaux ont tous la pression pour assurer une intégration européenne assurée à marche forcée sans jamais tenir compte des attentes législatives minimum pour construire une Europe qui ne soit jamais en désaccord avec les préconisations de la CE.

      A leur place, dans un monde où il ne peut y avoir de ressources suffisantes pour assurer la croissance pour tous, ben…
      Je choisirais la croissance pour personne, et même la décroissance, pour que la pression de consommation devienne acceptable à la planète qui maintenant nous supporte.
      Bref les solutions sont toutes liberticides, à nous de penser des modèles avec leurs contraintes bien comprises, et donc bien acceptées.
      Sinon le politique se chargera de nous fournir un candidat qui saura nous mettre à son pas.

       4

      Alerter
      • Ardéchoix // 05.04.2018 à 11h12

        @ Bouddha Vert
        “Sinon le politique se chargera de nous fournir un candidat qui saura nous mettre à son pas.”
        C’est déjà fait, on a “en marche” mais encore au pas

         11

        Alerter
  • calal // 05.04.2018 à 08h18

    Les lois ca sert a rien: les faibles doivent obeir aux desirs des forts point barre.

    En ce moment un petit scandale a bruxelles parce que juncker a nomme un pote a lui a un poste cle sans respecter les procedures de nomination.

    Quand les reglements ne s’appliquent pas lorsqu’ils genent la realisation des desirs des puissants mais uniquement pour faire obeir les faibles,ca s’appelle une dictature.Et l’UE ca y ressemble de plus en plus.

     29

    Alerter
    • Bouddha Vert // 05.04.2018 à 11h05

      Vous voyez bien que les lois servent à quelque chose, la problématique c’est de pouvoir participer à la rédaction.
      C’est parce qu’il y a des lois que l’on va faire chier Juncker, si y en avait pas…

       7

      Alerter
  • P’tetbenkwui // 05.04.2018 à 08h19

    Au moins on est clairement libérés d’un doute. Pour ceux qui en avait encore …
    Tout en délicatesse, la démocrature rayonne sur l’UE.

     25

    Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 09h47

      Pourquoi les milieux non autorisés à penser, qui n’ont plus de doute sur la dimension démocratique du régime politique français actuel, n’arrivent pas à définir le nouveau régime qui s’est progressivement mis en place?
      Est-ce que le peuple sait mais ne veut pas voir la réalité en face car elle est source d’angoisse?

      Et si nous n’étions plus en démocratie?
      Les milieux autorisés à penser vont utiliser tous les moyens qui sont les leurs (médias de masse) pour nous expliquer qu’il est IMPENSABLE (interdit de penser) que l’on ne soit pas en démocratie.

      La prise de conscience en France est générale (je crois) mais personne ne dit ou ne sait comment faire pour renverser la situation. La Bourgeoisie a pris le pouvoir politique et économique. Qui a intérêt à ce que ça change?

       13

      Alerter
      • Madudu // 05.04.2018 à 10h49

        Lire “Totem et tabou”, petit livre tout-à-fait lisible (pour une fois) de Freud. La première partie, sur le tabou, explique de manière éclairante la manière dont un tabou est constitué et la manière dont il peut être levé.

        Le tabou touche une personne pour ce qu’il a fait ou dit ou prétendument, ou pour ses contacts avec un autre être tabou. Tant qu’il est tabou il est fuit car le tabou est contagieux, il faut donc prendre garde à ne pas s’approcher, même en pensée, pour ne pas être exclu avec lui.

        Par contre lorsqu’un tabou touche de plus en plus de monde, il est toujours aussi contagieux mais la sanction est moindre puisque l’exclusion du groupe devient peu à peu de plus en plus relative.

        Un moment donné le tabou saute de lui-même car ceux qui sont touchés sont plus nombreux que les autres, et les choses s’inversent : ceux qui n’étaient pas tabou doivent accepter le contact avec lui s’ils ne veulent pas être exclu.

        Patience donc, ça arrive.

         17

        Alerter
      • P’tetbenkwui // 06.04.2018 à 07h33

        @ Jérôme

        De la Vé République, c’est l’élection présidentielle de 2017 qui a été entachée du plus d’irrégularités. Les institutions sont en faillite, l’exécutif s’illustre dans le reniement et l’improvisation, en conséquence de quoi le désordre s’installe.
        Et pour parfaire le tableau, le gouvernement joue la montre à défaut de cultiver ses responsabilités.

        Le peuple médusé – mais de moins en moins tout de même – assiste à une cacophonie devenue inaudible. Bien sûr que la prise de conscience est générale.

        Il reste un théâtre à ciel ouvert très inconfortable quand l’orage gronde.

         2

        Alerter
  • alexander gam // 05.04.2018 à 08h33

    La mondialisation sera une dictature ou ne sera pas.

     17

    Alerter
  • werrebrouck // 05.04.2018 à 08h42

    Oui, les défenseurs de la démocratie sont maintenant les groupes qu’on appelle “populistes”. Les partis classiques ont renoncé au politique et ne sont plus que les gestionnaires de la réalité marchande, ce qu’on appelle le “post-politique” qui bien évidemment n’a plus besoin d’une démocratie dont les résultats pourraient aller contre l’ordre. Seuls les “populistes” sont encore dans le politique, l’espace dans lequel une communauté est appelée à faire des choix concernant son destin. Hélas les “populistes” sont très divisés mais cela va peut-être changé. Voir:
    http://www.lacrisedesannees2010.com/2018/04/vers-la-convergence-des-populismes.html

     22

    Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 09h59

      Merci! Excellente analyse!
      Je connaissais la notion de post-démocratie mais effectivement les gestionnaires d’affaires ne sont ni de gauche, ni de droite, ils acceptent encore le terme “d’homme politique” mais ils ont diffusé le terme de “populisme” pour qualifier un politicien qui tromperait le peuple… parce que eux, les gestionnaires d’affaires qui se posent en homme politique, ne trompent pas le peuple. Ils l’éduque.

      Quand une politique gouvernementale n’est pas acceptée, le politicien, s’excuse…. non pas d’avoir pensé et voulu mettre en place une loi contraire aux intérêts du peuple, mais plutôt parce qu’il n’a pas su expliquer la réforme…
      Le peuple est trop con, il ne comprend pas vite donc il faut faire preuve de patience et lui répéter jusqu’à ce qu’il comprenne et s’il ne comprend pas, c’est pas grave, il devra accepté parce que ce dernier a donné un mandat au chef de l’Etat, uniquement limité dans le temps.

       15

      Alerter
    • vert-de-taire // 05.04.2018 à 18h54

      — Face à lui, les « grandes coalitions » intégrant parfois des éléments populistes vont probablement se multiplier pour maintenir l’ordre mondialiste et européiste. Un monde dit « raisonnable » se devant de barrer la route aux « aventures » dont certaines peuvent être réellement dangereuses. Le déploiement du protectionnisme dans une configuration négociée suppose par conséquent la construction d’une grande coalition, symétrique de celles dites « raisonnables » chargée de réduire la grande hétérogénéité des entreprises politiques dites « populistes ». La réduction de cette hétérogénéité sera le grand travail de la période qui vient de s’ouvrir. —

      pas compris cette conclusion

       0

      Alerter
  • Brigitte // 05.04.2018 à 08h49

    J’espère me tromper et avoir trop d’imagination mais les évènements de ces dernières semaines, sur l’affaire Skripal, les parades militaires de l’OTAN, les lois qui se préparent en France comme ailleurs en UE, sont très inquiétants pour les souverainetés nationales et populaires.
    Les Pays Bas ont souvent été précurseurs. C’est un pays ou plutôt un royaume intriguant, une sorte de vitrine du libéralisme où tout est propret….ça se voit sur la photo, les costumes brillent, les femmes sont libérées….elles ont les yeux rivés sur leur portable….
    Le rôle des Pays Bas dans l’UE n’est pas négligeable. C’est un laboratoire du fédéralisme.

     21

    Alerter
  • Julie // 05.04.2018 à 08h58

    1, ca fait lgtps que les référendums aux pays bas sont non contraignants
    2. Apres le 21 mars, il y a juste 10 jours, il y a eu un référendum sur la surveillance en ligne. Le résultat est serré et comme souvent il y a eu peu de votants.

     1

    Alerter
  • Alain Cavaillé // 05.04.2018 à 09h16

    À la différence de la France, qui fait croire qu’elle est en démocratie mais ne laisse aucun pouvoir au peuple, les Pays-Bas font de même mais en assumant leur position….
    Mais rien ne prouve que ce gouvernement restera longtemps au pouvoir.

     7

    Alerter
  • Melson Moinfort // 05.04.2018 à 09h24

    La suppression du référendum consultatif me parait être une bonne chose.Je suis absolument opposé au principe du référendum. Le rôle des citoyens n’est pas de faire de la politique. Ceux qui veulent faire de la politique doivent s’engager. Déposer de manière anonyme un bulletin de vote dans une urne après s’être caché derrière le rideau d’un isoloir n’est pas très glorieux. Le droit (légitime…) doit d’avoir la trouille doit limiter les pouvoirs du quidam. En ce qui me concerne, je ne mes sens aucun droit de décider de ce qui est bon pour les autres.
    J’ai du mal à comprendre les réactions négatives sur ce forum, où on entend parler avec dédain des “élites”. Si nos élus ne sont pas réellement nos élites, ce qui est fréquent, c’est très dommage. Mais ce n’est pas en organisant des référendums qu’on portera au pouvoir les plus honnêtes, les plus courageux et les plus compétents de nos politiciens.
    Les personnes qui réclament des référendums devraient plutôt réfléchir pour proposer des solutions, si elles existent, modifiant les lois électorales de manière à ce qu’on porte au pouvoir des hommes et des femmes politiques animés par le souci du bien public.
    Qu’est-ce que vaut l’opinion, recueillie par référendum, de citoyens qui élisent systématiquement de corrompus ?

     5

    Alerter
    • christian gedeon // 05.04.2018 à 09h43

      Alors là,monsieur vous êtes au top. Alors comme çà pour vous,plus d’élections,plus d’isoloir,la politique aux politiciens professionnels,et vos gueules les mouettes! Waw…nous avons un futur président de l’UE (non élu,lol) sur notre blog.Il a oublié que le citoyen avait voté non a l’UE et que ses élites chéries se sont juste assises sur son vote.Il faut toutefois reconnaître qu’au coup d’après,elles ont élu un président qui avait dit qu’il s’assoirait dessus,et qui s’est assis dessus,avec l’immense majorité des parlementaires…donc,le référendum a une vertu démocratique bien plus grande que les autres élections,n’est ce pas?

       16

      Alerter
      • Jérôme // 05.04.2018 à 10h53

        Ma mémoire me fait défaut, peut-être, mais si Nicolas Sarkozy avait dit qu’il ferait voter le parlement pour aller à l’encontre du résultat du référendum, les français n’avaient peut-être pas encore compris à ce moment là, ce que cela devait signifier dans leur quotidien.
        Et puis, les français avait-il vraiment le choix des candidats?
        Sarkozy a été de loin le meilleur candidat que l’on a eu en France. Ses promesses étaient magnifiques. La descente aux enfers, depuis lors, ne s’arrête plus.

         3

        Alerter
        • petitjean // 05.04.2018 à 11h30

          Sarkozy (et Fillon) qui a bafoué le vote des français au référendum sur le projet de constitution européenne
          Sarkozy qui voulait imposer aux français le métissage
          réécouter son terrible discours à l’Ecole Polytechnique, c’est effrayant :

          Nicolas Sarkozy – Discours de Palaiseau du 17 décembre 2008 :
          « L’objectif, c’est relever le défi du métissage. […] Ce n’est pas un choix, c’est une obligation, c’est un impératif […] Si ce volontarisme républicain ne fonctionnait pas, il faudra alors que la République passe à des méthodes plus contraignantes encore »

          http://lesobservateurs.ch/2014/09/10/metissage-obligatoire

           7

          Alerter
      • Melson Moinfort // 06.04.2018 à 00h20

        Je n’ai évidemment pas dit qu’il fallait supprimer les élections et les isoloirs. Ne confondons pas élection et référendum.
        Je dis simplement que le rôle des électeurs n’est pas de prendre des décisions politiques. Le principe du référendum est très dangereux car il donne du pouvoir à des personnes qui rien ne prédispose à diriger quoi que ce soit.
        De toutes les activités humaines, la politique est l’une de celles où les erreurs peuvent être les plus lourdes de conséquences. Pourquoi confierait-on l’exercice du pouvoir politique à des incompétents sans formation ni sélection ? Lorsque vous montez dans un avion et confiez votre vie aux pilotes, ne souhaites-vous pas qu’ils soient compétents dans leur domaine ?
        Cessons de nous gargariser de mots et de vouer un culte magique à la déesse païenne Démocratie.

         0

        Alerter
        • sissa // 06.04.2018 à 19h45

          Si les électeurs ne doivent pas décider alors il faut supprimer les élections. C’est logique.
          Après, bien sûr, si les décisions favorisent un groupe au pouvoir, si les intérêts de la catégorie à laquelle vous appartenez sont négligés, si les lois vous paraissent aller contre votre sens de la morale et des valeurs, si vous êtes soumis à l’arbitraire, il ne faudra pas vous plaindre( d’ailleurs, les gens qui savent risquent de considérer que se plaindre est une atteinte à l’ordre publique, et vous enverront peut-être dans un camp de rééducation)

           1

          Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 10h24

      Je ne suis pas d’accord avec vous, le rôle des citoyens est justement de faire de la politique. Les citoyens doivent s’engager. L’engagement, ce n’est pas un droit, c’est un devoir de citoyen. Si on s’interdit de penser et d’agir, on n’est pas un citoyen, on est juste un gros con-sommateur, un produit commercial, un être qui passe sa vie à la gagner (et à dépenser, bien sûr).
      Il faut assumer aussi!
      Vous ne devez pas décider pour les autres, décider pour vous, ça suffira déjà bien.
      Qu’est-ce qui serait glorieux à vos yeux, si voter de façon anonyme n’est pas glorieux?
      Vous proposez quoi? de marcher sur le parlement aujourd’hui? de prendre de force les émetteurs d’information (les chaînes de TV, journaux, etc..)? De protéger la capitale contre l’armée qui restera fidèle au pouvoir en place? de proclamer la démocratie à l’assemblée nationale en créant un gouvernement de transition?
      J’espère que vous avez autre chose qu’un pistolet à eau pour accomplir des actes glorieux…

       14

      Alerter
      • enebre // 05.04.2018 à 11h31

        En effet, j’ajouterais que nous (le peuple) ne sommes même plus sur l’échiquier, l’enjeu de nos élites politiques est de suivre la volonté des grandes banques du FMI, déstabiliser ceux qui sortent du $, en acceptant leurs droits pour les détricoter petit à petit. Le reste qui de référendum ou autres revendications populaires ne sert qu’à amuser la galerie et faire croire qu’ils ont encore la parole, mais même de ce côté là le détricotage se fait, mais c’est du menu fretin pour politiciens en baisse de popularité et donc sacrifiable.

         3

        Alerter
      • petitjean // 05.04.2018 à 11h40

        En théorie vous avez raison : le peuple doit décider de son avenir : le citoyen doit être “un animal politique” !!
        mais ce peuple doit être éduqué voir instruit pour faire les bons choix
        cela suppose une conscience politique, une culture économique, une culture historique, pour se limiter à ces critères fondamentaux
        Aujourd’hui hélas, le peuple subissant depuis des décennies une formidable propagande, un formidable terrorisme intellectuel, de telle sorte que le dit peuple est désarmé intellectuellement
        Et les médias* n’étant plus que des organes de propagande, il est d’autant plus difficile pour le peuple d’y voir clair

        Tout pourrait être différent si ces médias retrouvaient leur mission première : informer objectivement, être neutre, se borner aux faits, respecter le pluralisme, etc….
        Le bon sens du peuple ferait le tri. Je crois que sur des questions essentielles le peuple est capable de bien choisir
        *mais aussi le monde associatif, le monde de la kulture et des syndicats

         5

        Alerter
      • Melson Moinfort // 06.04.2018 à 00h32

        “Je ne suis pas d’accord avec vous, le rôle des citoyens est justement de faire de la politique. Les citoyens doivent s’engager”, écrivez-vous.

        Je ne dis pas autre chose. Les citoyens doivent effectivement s’engager. C’est pourquoi je suis opposé au principe du référendum, car le referendum donne du pouvoir, de manière anonyme, sans engagement ni compte à rendre, à n’importe qui.
        Le pouvoir ne doit pas être exercé par n’importe qui
        Le fait que ces “n’importe qui” soient baptisés “le Peuple” par certains idéologues (par stupidité ou calcul) ne change rien.

         0

        Alerter
        • Brigitte // 07.04.2018 à 20h38

          Mais M. Moinfort, le peuple c’est vous, c’est moi, ce n’est pas n’importe qui…c’est tout le monde, l’ensemble des citoyens qui font société commune pour le meilleur et pour le pire. Pensez-vous ne pas avoir le pouvoir et le droit de décider de l’avenir de la société et donc du votre ? Pensez-vous être incapable de choix politique?
          Je reprends l’exemple du pilote, que vous avez cité. Si vous avez confiance en lui, c’est que vous avez confiance dans la société qui lui a permis d’exercer ce métier, donc dans la politique. Comment avoir confiance si vous n’avez aucun droit de regard et de contrôle sur les choix politiques qui garantissent les compétences du pilote?
          La confiance est basée sur une harmonie, sur un équilibre. C’est ça la politique, un équilibre des forces qui amènent une société vers un avenir harmonieux. La paix sociale, disent les politiciens.
          Vous, moi, avons en nous cette capacité, de pouvoir mettre en commun notre choix et d’en faire une force politique, pour le meilleur ou pour le pire…

           1

          Alerter
          • enebre // 08.04.2018 à 08h09

            Joli discours lénifiant, vous avez étudié ça à l’ E.N.A.
            On croirait lire un politicien.
            J’ai un haut le cœur.

             0

            Alerter
    • Sandrine // 05.04.2018 à 10h27

      Ah bon, vous trouvez plus facile pour un électeur de choisir son ou ses représentants sur la base d’un programme (d’autant plus vague qu’il ne sera probablement pas appliqué) que de répondre à une question précise au sujet de laquelle il y a généralement eu un long débat public préalable dans les médias???
      Quant aux “personnes qui réclament des référendums plutôt que de réfléchir à proposer des solutions”, ce sont généralement ces personnes, qui, justement réclament l’instauration de référendums d’initiative polulaire…
      Mais cela dit, votre commentaire est intéressant car il reprend des arguments que j’entends très fréquemment autour de moi ( notamment parmi les cadres sup. des grandes entreprises… Bref des gens qui ont l’habitude d’obéir au doigt et à l’oeil à la direction…)

       13

      Alerter
    • lol // 05.04.2018 à 10h28

      La Suisse se porte mieux que la plupart des pays sous régime représentatif.

      De toutes manières je ne comprends pas votre raisonnement. Où avez-vous montrer que l’absence de référendum était mieux que son existence ?

       7

      Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 10h34

      Les référendums sont comme les élections, des pièges à cons.
      Les résultats des référendums quand il y en a, ne sont pas pris en compte.
      Le système électoral français ne permet pas de choisir le meilleur d’entre nous mais le moins pire.
      Ce système électoral permet au pouvoir économique (et donc politique et médiatique) de décider.
      La recette d’une élection dite démocratique est aussi que celle de la vente d’une lessive.

      Vous présentez une lessive qui lave plus blanc que blanc et 2 autres qui sont agressives pour votre linge. Vous mettez les 3 lessives en avant en permanence (la presse française n’est rien d’autre qu’un canal de communication de la publicité). Vous excluez l’alternative, bien-sûr. En fin de parcours (juste avant l’acte d’achat) vous dénoncez les 2 autres lessives comme étant trop dangereuses. Donc le CONsommateur achète votre lessive. Cette recette n’est ni secrète, ni cachée.

       6

      Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 10h46

      Les français veulent une élite autoritaire (intellectuellement pour commencer). Les élections et les référendums ne peuvent pas porter les plus honnêtes, les plus courageux et les plus compétents de nos politiciens, car le système politique français n’est pas fait pour ça.
      Un politicien au pouvoir, c’est l’émanation d’une guerre interne au sein d’un même parti politique. Il est choisi pour défendre les intérêts des hommes les plus puissants.
      Pour qu’un politicien soit animé par le souci du bien public, il doit avoir un mandat politique pas seulement limité dans le temps. Il doit être soumis à des règles stricts qui interdisent la corruption…
      Attendez… on me dit dans l’oreillette que ça existe déjà…. ah oui? quelqu’un a la liste des politiciens (maires, sénateurs, députés, ministres, président, etc..) condamnés et en prison depuis les 60 dernières années?

      Je veux dire, réellement en prison dans une vraie prison (5 ans ferme minimum, ce qui n’est pas beaucoup pour avoir trahi la confiance du peuple).

       5

      Alerter
      • petitjean // 05.04.2018 à 15h49

        COMPLOT : Définition

        Un “complot” est, au sens premier et impératif, une « entreprise en préparation formée secrètement entre deux ou plusieurs personnes contre l’intérêt d’un état, d’un groupe de personnes ou une personne. »

        TRAHISON, définition (Le Petit Larousse édition 2001)
        “atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, à son indépendance, à l’intégrité et à la sécurité de son territoire”

         2

        Alerter
    • Chris // 05.04.2018 à 11h05

      “Mais ce n’est pas en organisant des référendums qu’on portera au pouvoir les plus honnêtes, les plus courageux et les plus compétents de nos politiciens”
      Manifestement, vous ne faites aucune différence entre “référendum” et “élections”. Vous confondez projet et outils !
      Un référendum reflète un choix de société sur un sujet précis.
      Une élection elle, choisit les hommes qui appliqueront/porteront ce choix.
      Le référendum est donc éminemment politique

       3

      Alerter
      • Scytales // 05.04.2018 à 13h17

        J’ajouterais qu’un référendum produit non pas un avis mais une _DÉCISION_ du Peuple.

        Majorité de “oui” : la loi référendaire est adoptée et s’applique.

        Majorité de “non” : le projet de loi référendaire est rejeté.

         5

        Alerter
    • vert-de-taire // 05.04.2018 à 19h00

      “les personnes qui réclament des référendums devraient plutôt réfléchir pour proposer des solutions, si elles existent, modifiant les lois électorales de manière à ce qu’on porte au pouvoir des hommes et des femmes politiques animés par le souci du bien public.”

      C’est l’idée de refaire une constitution de FI.
      En autre si l”élu.e se détourne de ses promesses, il/elle puisse être viré.e par referendum.

      autre solution ?

       3

      Alerter
    • raloul // 05.04.2018 à 23h22

      Bonjour !

      J’espère pour vous qu’il s’agit d’ironie… en tant que citoyen suisse qui participe régulièrement à des référendums (lesquels sont par contre contraignants et pas seulement consultatifs), je peux vous assurer que les référendums sont un outil efficace, capital, et servent les intérêts des citoyens.
      D’abord, il faut réunir assez de signatures pour lancer un référendum, ça élimine d’emblée les sujets marginaux. Ensuite, il y a de vifs débats politiques autour de la question posée. Les gens peuvent trouver les informations pertinentes et se laisser convaincre. Enfin, l’élément essentiel est que ça permet de corriger les choix erronés de la classe politique. Ainsi, les politiciens savent que s’ils déconnent sur un sujet, ils vont se faire remettre à l’ordre par le peuple.

      Ensuite, quand je vois comme le gouvernement français a traité le référendum de 2005, je comprends le dégoût des citoyens. C’est juste une immense erreur historique.

       6

      Alerter
    • vlois // 07.04.2018 à 16h56

      J’avoue ne pas comprendre, lors d’élection si le peuple est incompétent pourquoi le serait-il pour élire des représentants ? S’il n’est pas capable de comprendre une question, comme le serait-il pour choisir des gens qu’il ne connaît même pas, comment comprendrait-il un programme et ce qu’il sous-entend ? Pour moi il n’y a pas de degré, il est souverain ou il n’est pas souverain, peu importe qu’il ait raison ou pas (par rapport aux quelles valeurs ou je ne sais quoi d’opposable à sa souveraineté…).

      L’élection est devenu un artifice et un hochet du peuple comme ce qu’il était devenu dans l’Athènes oligarchique.
      Majorité, représentant (de qui, de quoi… sans mandat impératifs ils sont les jouets de Partis et des puissants et de leurs inconscients de classes dont ils sont issus) sont des vocables bien trompeurs, des assommoirs.

       2

      Alerter
  • christian gedeon // 05.04.2018 à 09h34

    C’est très intéressant. Une mise en place tranquille d’une dictature soft,ou d’une post démocratie pour être à la mode,est en train de se faire. Il s’agit de casser petit à petit,tous les instruments d’expression politique dans les pays européens. En fait,il s’agit de faire taire définitivement la voix du sale peuple populiste,bientôt réduit réduit dans son entièreté au rang de peuple de deuxième zone.Ce qui absolument passionnant,c’est que çà se fait dans un silence absolu…ou presque. Et je suis curieux de voir ce que vont en dire tous ceux qui en France réclament à cors et à cris la suppression du référendum depuis des lustres.Nous les connaissons tous,ce sont les partisans acharnés du retour au “parlementarisme absolu”,et de la suppression de la Vième république.Il faut faire taire le “peuple “,car il commence à se réveiller…plus que jamais,nous pouvons dire que le Général avait une vraie vision.

     13

    Alerter
    • lol // 05.04.2018 à 10h35

      Oui mais en France le référendum étant à l’initiative du seul Président, il ne dérange pas.

      D’autant que la dernière fois qu’il a été utilisé, il a été bafoué. En même temps le référendum suppose qu’on ait la souveraineté (le pouvoir).

      Ce n’est plus le cas et cela s’est joué à une courte majorité lors du traité de Maastricht.

      A vrai dire la plupart des gens demeurent assez ignare sur les compétences de l’UE qui incritiquable car c’est là où se cache la clef.

       8

      Alerter
    • Chris // 05.04.2018 à 11h19

      De Gaulle voulait diminuer les blocages des partis (ou plutôt partis pris !), d’où son idée d’introduire le référendum pour les court-circuiter !
      A propos de cet homme politique, hier j’ai lu un article sur Poutine qui m’a fait furieusement penser à De Gaulle, dans le sens, d’arriver à une certaine impasse, non pas psycho-biologique comme CdG né fin XIX siècle et octogénaire), mais purement techno-numérique (les post-yeltsine sans mémoire, captés par la fuite en avant). Je vous laisser juger :
      https://worldview.stratfor.com/article/vladimir-putin-russia-election-reform-challenges
      Traduction française sur un site qu’il ne faut pas citer ici, commençant par Sa…

       3

      Alerter
  • enebre // 05.04.2018 à 10h48

    La politique est tellement imbriquée dans les systèmes productifs de l’économie des pays, que le changement n’est plus envisageable.
    Tout changer mettrait nos économies en faillites immédiates, l’élite nous tient par les bourses (désolé pour le jeu de mots) doucement mais sûrement ils se sont placés dans toutes les sociétés clés qui gèrent notre économie nationale.
    Même avec un coup d’état, ils en gardent le contrôle et feront capoter toute tentative de changement de paradigme sociétale.
    Espérer un changement est utopique, pire que ça même, toute tentative de soulèvement populaire réduira d’autant nos libertés et avantages sociaux.
    Le choix est, y aller doucement ou y aller d’un coup… aller où ! Au clivage total : la grande élite et les petits autres.

     4

    Alerter
    • Madudu // 05.04.2018 à 11h00

      D’ailleurs Poutine n’a jamais existé, ni Chavez, la Chine ne se développe pas et l’Occident bienheureux vogue doucement vers la béatitude éternelle d’un monde sans histoire.

       6

      Alerter
      • enebre // 05.04.2018 à 11h12

        Je ne comprends pas le sens de votre commentaire. Est-ce une moquerie ?

         1

        Alerter
        • Chris // 05.04.2018 à 11h22

          ça m’en a tout l’air.
          Vous prenez la non-résistance et Madulu vous cite des gens qui choisirent de résister.

           2

          Alerter
        • Madudu // 05.04.2018 à 11h43

          C’est une moquerie mais sans méchanceté 🙂

          Il s’agit de soulever que vous ignorez les exemples d’alternatives actuellement à l’oeuvre dans le monde, qui sont nombreux et très différents les uns des autres.

          Nous n’avons pas le choix qu’entre effondrement total et soumission, respectivement retour aux temps primitifs et continuation d’une histoire arrêtée, la gamme des possibles est au contraire très vaste.

          L’histoire ne s’est jamais arrêtée, elle a toujours continué, elle continuera encore et jamais en revenant en arrière : nous construirons comme d’habitude sur l’existant, il n’y aura pas de table rase.

          Le défi est bien plus de s’arrêter sur un plan déterminé au milieu d’une multitude de possibles que de choisir entre P et non-P.

           4

          Alerter
          • enebre // 05.04.2018 à 12h08

            Je vois bien les alternatives méritant l’attention, mais pour ce ne sont pas les divergences politiques internes qui importent, n’étant que du matériel pour amuser la galerie populaire via les politiciens et leurs médias, la vraie politique en cours est la mondialisation monétaire des banques $$ et leurs opposants, pour lesquelles nous ne comptons pas outre mesure, tout est remplaçable, surtout un peuple qui s’aventurerait à leur mettre des bâtons dans les roues, nous en avons actuellement un bon exemple.

            j’ajouterais que nous (le peuple) ne sommes même plus sur l’échiquier, l’enjeu de nos élites politiques est de suivre la volonté des grandes banques du FMI, déstabiliser ceux qui sortent du $, en acceptant leurs droits pour les détricoter petit à petit. C’est ça ou la guerre pour les récidivistes.

            Le reste qui de référendum ou autres revendications populaires ne sert qu’à amuser la galerie et faire croire qu’ils ont encore la parole et que leurs droits sont protégés, mais même de ce côté là le détricotage se fait de façon systématique, ce n’est que du menu fretin pour politiciens en baisse de popularité et donc sacrifiable.
            Un politicien est comme un citron, et il faut en tirer tout ce qui peut en être tiré. Les op(presseurs) sont ailleurs.

             2

            Alerter
            • Madudu // 05.04.2018 à 14h44

              En sommes vous vous avouez vaincu avant la guerre.

              Comprenez que ce n’est pas le cas de tous, bien au contraire. L’histoire montre qu’on a souvent raison de croire à la victoire, lors même que la situation n’est pas immédiatement à notre avantage.

              Pensez à De Gaulle, pensez au Conseil National de la Résistance, pensez à la Russie actuelle, au spectaculaire développement de la Chine, à la résistance du Venezuela, de Cuba, de la Corée du Nord, etc.

              Et puis regardez un peu dans quel sens vont les choses, les tendances lourdes nous portent, elles ne s’opposent pas à nous.

               6

              Alerter
            • enebre // 05.04.2018 à 17h54

              (Comprenez que ce n’est pas le cas de tous, bien au contraire.)

              Je comprend très bien, nous avons tous un taux de résistance à se résigner à la situation.

              (les tendances lourdes nous portent, elles ne s’opposent pas à nous.)

              C’est une façon de voir, le verre à moitié plein ou à moitié vide.
              Cependant je suis assez d’accord, nous n’avons pas (encore) trop à nous plaindre, ne croyez-vous pas que c’est seulement de la répression bien déguisée et bien pesée, pour ne pas apeurer ou effaroucher le mouton

              Concernant le développement des pays que vous citez, ils sont dans le collimateur, c’est mon avis.
              Et pour notre guerre je suis convaincu qu’elle est déjà perdue.

              Mais j’aime votre optimisme, espérons qu’il nous préserve du pire.

               1

              Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 11h05

      J’avais un copain, il y a longtemps, qui disait que pour éviter toute violence physique par un coup d’état, il suffisait d’installer une guillotine devant l’assemblée nationale, ce qui aurait le mérite de rappeler en permanence aux représentants du peuple qui ont le devoir de respecter l’intérêt du peuple.
      Personnellement, j’imagine que la majorité des parlementaires d’aujourd’hui, sont persuadés d’agir pour le peuple car leur électorat local leur a donné un mandat illimité sur la base de leurs promesses. Autant le système électoral français est biaisé pour l’élection du chef de l’Etat, autant, les français ont votés pour des députés macronistes… La désinformation et la manipulation n’excuse pas tout.

       17

      Alerter
      • herve_02 // 05.04.2018 à 12h49

        Euh….

        le peuple à voté pour des députés en marche, parce que le changement de calendrier électoral a été fait exactement pour cela.

        Il ne faut pas que 2 élections ne se passent pas en même temps. à l’origine
        sénat 1/3 tous les 3 ans
        assemblé tous les 5 ans
        président tous les 7 ans

        Cela n’a pas percuté chez tout le monde : 3 nombres premiers qui se suivent. Afin que cela ne tombe que très très rarement ensemble.

        Pourquoi on a mis président tous les 5 ans ? pour réduire son mandat ? lolylol, pour le faire tomber en même temps que l’assemblé. Ainsi après une présidentielle, les gens votent dans la foulé pour le même. et hop au pouvoir sans contre-pouvoir pendant toute la durée du mandat, sans avoir besoin de faire de politique (arrangements)

        les en marche, auraient pu faire élire une chèvre (dans le lot, il y a des QI de moules) et ils se comportent comme des chèvres : oui à l’élysée non à l’opposition, comme des crétins. (qu’ils sont)

         12

        Alerter
        • Jérôme // 05.04.2018 à 14h54

          Je crois que les Français qui ont voté Macron, attendaient le changement.
          Tout comme ceux, avant, qui ont voté Sarkozy l’attendaient… puis ceux qui ont voté Hollande, l’attendaient encore!
          Alors c’est vrai… organiser les législatives dans la foulée de la présidentielle, c’est compter sur l’élan donné par l’élection du chef de l’Etat. C’est bien vu!
          Et en même temps, à force d’attendre le changement… au bout d’un moment, on aurait pu imaginer les Français un peu moins naïfs malgré l’intensité du matraquage publicitaire. Bref, des chèvres ont voté pour des chèvres car même s’il n’y a eu au final que 18 % du corps électoral (si j’ai bien suivi) qui s’est prononcé pour Macron, ce ne sont pas que les gens aisés qui veulent protéger leurs économies qui ont voté pour lui…

           1

          Alerter
          • vert-de-taire // 05.04.2018 à 19h09

            Et aussi Chirac contre la fracture sociale …

            C’est hallucinant cette capacité à croire, semblant ou pas !
            et à se faire ‘avoir’ sur le long terme (au sens vie humaine).

            Des vaux qu’il disait !

             3

            Alerter
    • Jérôme // 05.04.2018 à 11h25

      Vous avez bien raison!
      Pourquoi irions-nous au clivage?
      Tout va bien jusqu’ici. Il n’y a pas de clivage. Nous sommes en démocratie, les pauvres sont de moins en moins pauvres, les multinationales paient leurs impôts dans la même proportion que les TPE/PME locales, L’Education nationale est au top, la sécurité est assurée car personne ne nous veut du mal, vu qu’on est les gentils. Le chef de l’Etat est le meilleur d’entre nous, d’ailleurs, tout le monde nous l’envie. Notre niveau de vie est meilleur que celui de nos parents et les perspectives pour nos enfants, enchantent notre quotidien.

      De toute façon, qui va se soulever? pour qui? pour quoi? la notion de peuple existe-elle réellement?
      Notre beau pays se porte bien grâce aux efforts du personnel politique et des milieux économiques qui font dans la sur-enchère pour savoir qui apportera le plus de bonheur aux français. Et puis, la presse qui est un vrai contre-pouvoir est un pilier de notre si belle démocratie.
      Vive la France, vive l’amour et la gentillesse!
      Gros bisous xxx

       8

      Alerter
    • Catalina // 05.04.2018 à 18h26

      Bonjour,
      Au Donbass, les élites se sont sauvées ainsi que la majeure partie des propiétaires d’industrie, persuadés que le Donbass n’arriverait à rien sans eux.
      Le chef du gouvernement qui était ouvrier est parvenu, malgré la guerre, à réouvrir des usines fermées, et même à créer du renouveau. Aujourd’hui, le Donbass a sa propre chaîne de fabrication d’autobus, des serres immenses où se culitivent en toutes saisons des légumes, un nouveau circuit pour l’élevage du poulet, et bien d’autres choses encore, le Donbass ne s’est pas effondré avec la fuite des “élites” et il semblerait que cela lui ai même profité.

       7

      Alerter
      • enebre // 05.04.2018 à 18h55

        Du Donbass, ils se sont sauvés, mais s’ils doivent se sauver d’Europe, où iront-ils ? C’est quand même leur poule aux œufs d’or.

        En Europe ils ont encore l’armée comme garde du corps privé. Tirer sur la population ne doit certainement pas trop les émouvoir. Je ne m’y fierais pas trop. Ils savent bien qu’ils ne sont pas indispensables, en attendant ils détiennent les cordons de la bourse. En un rien de temps ils peuvent faire capoter toute l’économie européenne.
        Mais si vous voyez des solutions économiques de remplacements, pourquoi ne pas nous en faire part.

        On ferme d’abord tout et on fait comme au Donbass, vous pensez vraiment que les pays d’Europe resteraient debout et que ça ne tournerait pas en guerre civile ou pire encore.

        J’aimerais beaucoup lire des solutions viables afin de reprendre l’espoir pour un futur ayant de l’avenir pour la prochaine génération, aujourd’hui les jeunes tombent dans l’ illettrisme et la fainéantise la plus crasse, pas tous bien sûr, mais la tendance est là.

        Pour ce qui est du mieux ou moins bien sans eux, mon opinion est aussi qu’on s’en passerait bien de ces zélites opiniâtres, mais ça ne se passera pas comme au Donbass, je le crains fort.

         0

        Alerter
        • Catalina // 05.04.2018 à 23h11

          quoi de pire que votre gouvernement qui vous bombarde ? Franchement, vous me semblez, mais ce n’est peut-être qu’une impression, avoir déposé les armes avant même que de les lever. De toute façon c’est soit combattre soit une non-vie, pour moi, le choix est assez simple. Il y a une différence, il est vrai que j’ai remarquée, pour les hommes russes ou de culture russe, c’est à eux de défendre les plus fragiles, enfants, femmes, vieux, et je crains que l’égoisme érigé en vertu ai tué cette qualité chez beaucoup d’occidentaux. Après, j’oublie que “du pain et des jeux” semble une “ambition” bien partagée….et ce qu’il y a au mlieu de combattre et non-vie. ;O)
          Personnellement, cela ne me nourrit pas assez mais chacun voit midi à sa porte, sans jeu de mots.

           1

          Alerter
      • vert-de-taire // 05.04.2018 à 19h14

        intéressant.

        Et Cuba etc …

        La financiarisation y était moindre je pense ?
        Les savoir-faire n’avaient pas autant disparu qu’ici.

         1

        Alerter
  • Max // 05.04.2018 à 11h03

    Au risque de paraître tâtillon, quelques points pas clairs :

    – Le référendum sur la constitution européenne était-il lié à une pétition ou pas? Après le résultat au niveau européen, je doute que la construction européenne passe à nouveau par des référendums d’initiative gouvernementale, les technocrates ont d’autres moyens d’agir (et c’est bien ce qui s’est passé depuis).
    – Le traité de Maastricht n’a pas fait l’objet d’un référendum (sauf erreur de ma part).
    – Les élites ont probablement suffisamment de pouvoir pour endormir les peuples par les médias et éviter que les mauvaises pétitions aient du succès. Pour que tant de personnes signent une pétition, il faut qu’il y ait une prise de conscience.

    L’article fait des raccourcis un peu rapides.

    J’ai l’impression que, en-dehors de la portée symbolique, ça ne change pas grand-chose.

     0

    Alerter
  • ZAGOR // 05.04.2018 à 11h07

    La “Démocratie” néerlandaise qui supprime le référendum, c’est bien ! La “Dictature” venezuelienne
    qui organise des élections présidentielles, c’est mal !
    Décrépitude des occidentalistes…

     18

    Alerter
  • enebre // 05.04.2018 à 11h16

    Prise de conscience ou pas, qu’est-ce que ça changerait ?
    Même dans ce cas, rien ne changera, c’était peut-être encore possible il y a vingt ans, mais de nos jours c’est hors de portée pour les citoyens.

     0

    Alerter
  • Arcousan09 // 05.04.2018 à 12h35

    Les Pays Bas suppriment le référendum …
    Rien de bien important puisque lorsque le peuple Hollandais vote NON les députés entendent OUI
    Même chose en France …
    La seule et unique réponse recevable par le système politique à un référendum c’est le OUI alors simplifions les choses ….

     3

    Alerter
  • Mamusechat // 05.04.2018 à 12h39

    “Mais depuis peu, les consultations se multipliaient.” (dans l’article)

    Quelqu’un sait combien ? On parle ici de deux en 3 ans.

    C’est certes plus que deux en 50 ans, mais si on s’attend qu’avec une loi qui promeut le référendum on ne le promeut finalement pas plus que sans la loi…

     1

    Alerter
  • Francesc Pougault // 05.04.2018 à 12h39

    dans tout cela, grande ignorance de la Catalogne dont les dirigeants élus sont emprisonnés ou en exil pour avoir organisé un referendum selon les engagements de leurs partis pendant la campagne electorale de 2015. De même emprisonnés des dirigents d’associations citoyennes, popursuivis sous menace d’emprisonnement les activistes revendiquant le droit du peuple à décider. Menacés et poursuivis ceux qui sans violence résistent à la police matraqueuse; les juges au service du pouvoir définissent que la résistance non violente à l’autorité c’est de la violence. Ignorons comme en 1936, ce sera bon pour toute l’Europe.

     7

    Alerter
    • Christian Gedeon // 05.04.2018 à 12h55

      Ah non,vous n’allez pas recommencer avec la Catalogne quand même…le Kosovo et les “etats” issus de la Yougoslavie,tout comme cette pauvre Slovaquie ne vous suffisent pas? Il vous faudrait encore plus d’états mafieux? Réclamer saga liberte quand on vit dans un état soumis à la dictature ou à l’oppression est une chose. Réclamer son indépendance en poussant des cris d’orfraies quand on vit dans la région la plus libertaro permissive d’Espagne,ou l’autorité de l’état central était réduite à sa plus simple expression,c’est une pantalonnade.

       6

      Alerter
      • vert-de-taire // 05.04.2018 à 19h18

        Très juste.
        mais cela n’excuse pas les emprisonnements.

         3

        Alerter
      • Subotai // 05.04.2018 à 21h55

        L’Histoire de “l’Empire d’Espagne” explique tout.
        Ca a toujours été une collection de Royaumes et de Principautés avec chacune ses propres “Loi de la Couronne”.
        Il n’y a pas eu de Révolution “Française” avec abolition du Royaume et des ses Lois, au profit de la NATION, Une ET Indivisible.
        C’est idem pour le “United Kingdom” qui comme sont nom l’indique est une union sous l’égide d’une même tête.

         0

        Alerter
  • Francesc Pougault // 05.04.2018 à 13h56

    recommencer avec la Catalogne; ça fait plus de trois siècles que ça dure. régions d’espagne permissive, faut-il des permissions pour exercer son droit? Tiens, l’autorité de l’état central a inculpé dès le mois d’octobre plus de 700 maires qui avaient laissé des locaux pour exercer un referendum. comme les juges neo franquistes ne savent comment condamner les maires, ils prolongent l’instruction de 6 mois; des artistes sont menacés de 20 ans de prison parce que ils ont dit que la famille royale est corrompue. incapable de voir l’oppression à sa porte, on prétend s’indigner de la pet-être suppression des referendums aux Pays-Bas; avec de tels soutiens ils sont mal barrés les Bataves.

     4

    Alerter
    • Christian Gedeon // 05.04.2018 à 14h49

      Dites donc,qu Auriez vous a dire si Franco n’avait pas existé,hein? Comparer l’Espagne d’aujourd’hui,des movidas et des bordels à tous les coins de rue,a l’Espagne franquiste est franchement ridicule…

       4

      Alerter
      • Francesc Pougault // 05.04.2018 à 16h05

        lisez donc Claude Simon qui entre 1950 et 1960 décrivait “les putes à la peau verte” dans le barrio xino; c’est patauger dans la contradictio que de pleurnicher sur l’abondon du référendum aux Pays-Bas et vuer aux gémonies ceux qui en ont organisé un en Catalogne.

         4

        Alerter
        • Christian Gedeon // 06.04.2018 à 13h53

          Un référendum,monsieur,est organisé à l’échelle nationale…et pas hors la loi a l’échelle régionale. Et puisque vous êtes catalan apparemment et que je vous crois de bonne foi,pouvez vous nier que les néo catalans d’Europe du Nord,mais aussi des pays balkaniques et certains pays d’Amérique du sud,qui tiennent,et vous le savez,la marche de la prostitution et des trafics de drogue,aient massivement voté en faveur de ” l’indépendance ? Soyons sérieux deux secondes,voulez vous?

           4

          Alerter
          • Francesc Pougault // 06.04.2018 à 17h03

            hors la loi… la prise de la Bastille fut hors la loi; la cinquième république est issue du coup d’état du 13 Mai 1958; plus de deux millions de catalans en 2015, en 2017, ont voté pour les partis independentistes, ce sont donc de maquereaux et des dealers. En 2006 les Cortès espagnols ont appouvé le statut d’autonomie reconnaissant la Catalogne comme nation; à la demande du gouvernement espagnol, le Tribunal Constitutionnel a rejeté cette notion que les élus du peuple catalan et du peuple espagnol avaient approuvée. On peut ensuite se lamenter sur les pouvoirs européens qui foulent aux pieds les décisions des citoyens. Tiens! la justice du Sccheiswig Holstein vient de débouter l’état espagnol de sa demande d’extradition de Puigdemont pour rébellion, de même celle de Belgique et d’Ecosse pour les autres exilés

             1

            Alerter
            • Christian Gedeon // 06.04.2018 à 19h21

              Vous égarez…ni la révolution française,ni la cinquième n’ont démantelé la France.

               2

              Alerter
            • Edrick d’Estroy // 07.04.2018 à 05h24

              en effet Christian Gedeon le but de l’UE est de démanteler les nations, et surtout sans le consentement des peuples qui la compose- voir la maxime de Brecht-
              Macron est un Europeiste, quand a l’idée de prendre l’ avis des populations voir le sens de la “Démocratie” façon Ségolène Royal, et voir ce qu’ elle a dit aux anglais a propos des refenrendum…

               2

              Alerter
  • BA // 05.04.2018 à 15h24

    La construction européenne est anti-sociale, anti-populaire, anti-démocratique. Elle doit être détruite.

     8

    Alerter
    • petitjean // 05.04.2018 à 15h32

      vous pouvez ajoutez : anti nationale, anti identitaire, anti souveraineté, anti catholique, etc……

       1

      Alerter
  • BA // 05.04.2018 à 15h26

    Cette phrase de Jean-Claude Juncker résume la philosophie de la construction européenne.

    Le 25 mai 2005, Jean-Claude Juncker déclare à propos des référendums :

    « Si c’est oui, nous dirons donc : « on poursuit » ; si c’est non, nous dirons : « on continue ! »

    https://www.lesechos.fr/26/05/2005/LesEchos/19421-008-ECH_juncker—–si-c-est–non—nous-dirons—on-continue–.htm

     9

    Alerter
  • petitjean // 05.04.2018 à 15h51

    il reste une solution :

    l’Article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs. »

     14

    Alerter
    • xc // 05.04.2018 à 18h32

      Qui décide si les droits du peuple sont violés ou pas ? Et si une partie du peuple estime qu’ils le sont et le reste qu’ils ne le sont pas ?

       1

      Alerter
      • Louis Robert // 05.04.2018 à 23h01

        Alors une partie du peuple se trompe… est dans l’erreur, CQFD

         1

        Alerter
  • Jérôme // 05.04.2018 à 16h15

    A propos de la suppression d’outil d’expression populaire, je me demande quel blog qui laisserait critiquer ouvertement la politique post-démocratique de l’Union Européenne, pourrait survivre à “la loi sur les fausses nouvelles”? Car a priori, la liste noire, des sites spécialisés dans la désinformation, existe déjà (voir le ministère de l’information decodex)
    A moins que la critique ne soit pas considérée comme une désinformation pour les milieux autorisés à penser et à écrire, ce que je doute.
    Pas d’accès aux annonceurs, pas de référencement, des interdictions de diffuser décidées par l’administration ou un juge à la va-vite.. On va devoir voter pour Macron la prochaine fois, si on veut voyager à l’étranger / travailler / envoyer les enfants à l’école / avoir une retraite, etc…

     3

    Alerter
    • Philou // 05.04.2018 à 19h54

      …c’est exactement ce qui se met en place en Chine avec le “social credit system”, la notation globale du citoyen, sa “crédibilité” ou plutôt “crédit”-bilité en fonction de ses activités sociales, politiques, consuméristes, sur internet ou dans la vie.

      http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/12/27/32001-20171227ARTFIG00197-la-chine-met-en-place-un-systeme-de-notation-de-ses-citoyens-pour-2020.php

       3

      Alerter
    • Subotai // 05.04.2018 à 21h41

      ** On va devoir voter pour Macron la prochaine fois, si on veut voyager à l’étranger / travailler / envoyer les enfants à l’école / avoir une retraite, etc…**
      *********
      Toutes choses qu’il faut se préparer à devoir se passer.

      Voyager à l’étranger – Ca va devenir chaud entre les guerres, les contraintes étatiques et la régression des transports et le bouleversement climatique.
      Travailler – Les robots peuvent se charger de majorité des travaux nécessaires au bien être des 1%. Les 29% à leur services subiront la régression indispensable – voir la suite.
      Envoyer ses enfants à l’école – L’école après avoir réussit le grand bond en avant nécessaire pour la remise en marche du monde après la 2e GM, après toute sorte de tentatives politiques et économiques pour utiliser la profusion de main d’œuvre qualifiée fournie par son efficacité, a pour mission d’en réduire le nombre à la nécessité d’un monde robotisé. Les laissés pour compte ne sont pas intégrés dans l’équation.
      Avoir une retraite – La diminution de la population inactive et sans moyens de subsistance confortable est inéluctable.
      Bienvenue dans le monde de demain 😀

       1

      Alerter
  • Opp’s // 05.04.2018 à 18h52

    Ce qui est drôle c’est que pendant des années le “peuple de gauche” , les intellectuels progressistes , et les contestataires de tout poils ont toujours craché sur le référendum comme expression biaisée de la réelle volonté populaire et comme moyen pour le pouvoir de renforcer démagogiquement son emprise !

    Les temps changent , les opinions et les analyses aussi , au gré des modes , de l’air du temps.

     1

    Alerter
  • Opp’s // 05.04.2018 à 19h03

    Certains ,ici, ironisent ” et bientôt ils nous supprimerons les élections” !
    Certes ! …

    Mais enfin , à force de cracher sur le suffrage universel, de poser que tout n’est que manipulation , que l’essence de la démocratie se trouve ailleurs, que les hommes de l’Etat sont forcement corrompus , et que face à tout cela la violence et le pur rapport de force sont légitimes, il se pourrait bien qu’un jour on en restreigne l’usage sans que que cela émeuve trop.

     2

    Alerter
    • Louis Robert // 05.04.2018 à 22h54

      Vos deux commentaires montrent à merveille combien le « peuple de gauche » — et pas seulement… — avait raison de penser et d’agir comme il faisait. Cela s’appelle « la perspicacité », mieux… « la lucidité », qui consistent à voir venir en voyant ce qui est déjà. Maturité politique oblige!

       1

      Alerter
  • Edrick d’Estroy // 05.04.2018 à 19h08

    il est clair qu’ils redoutent un NEDERXIT… donc ils l’avorte bien avant…
    l’UE est une tyrannie sous des airs de moins en moins débonnaire …
    orwell quand tu nous tiens!

    Néanmoins, au risque de décevoir beaucoup, il n’y a jamais eu en France et cela depuis au bas mot l’empire romain, de démocratie sur le territoire français, et ce que l’ont appelle “Démocratie” en réalité est au pire une oligarchie pseudo élective, et au mieux une “Électocratie” représentative…

    D’ailleurs si la réelle démocratie était applique en version moderne ( elle ne plairais pas) , seuls les hommes en armes ( citoyens ) pourrais voter, car il avait la forces des armes pour eux… ainsi que les DEVOIRS attenant a ce rôle, et donc de faire respecter la décision démocratique…
    Le Conso-Bobo-
    La vrai démocratie est un régime, local, discriminatoire et appuyé sur le nombre restreint, ce n’est ni les votations suisse, ni le vote français des années 70…
    il serait temps de rappeler ce que disait Confucius il y a 2500 ans, si les mots perdent leur sens, alors les hommes perdent leur liberté…

    il est de fait que faire parti de “l’Europe” -et ce qu elle que soit sa forme- demeurera un fantasme pour esprit simpliste qui ne veulent pas affronter le monde tel qu’il est et nous mènera a l’abattoir en tant que nation et qu’histoire collective, hors monsieur Macron, Holland, Sarkozy, et la clique de L’UE , sa Commission toute puissant ne sont que l’épiphénomène de déclins qui nous a happé, et notre soumission généralement consentie est due a notre désintérêt pour les choses importantes…

     5

    Alerter
    • Opp’s // 06.04.2018 à 11h26

      Vous êtes victime , d’Estroy, d’une contamination, dont l’origine est un mix entre l’idéalisme platonicien (encore qu’il s’agisse d’une mauvaise interprétation de Platon, philosophe finalement réactionnaire et totalitaire -les vrais démocrates étant les sophistes-) et l’idéologie capitalistique de la satisfaction du désir infini .

      Mais en effet, la démocratie ne s’est vraiment appliquée qu’en des moments très rares de l’histoire , et quand on y regarde de près , à chaque fois sur de petits territoires, et de façon très partielle.
      Et l’histoire fourmille d’exemple où la mise en pratique d’un démocratie réelle et non ‘formelle’ a abouti à des systèmes qui ne font pas très envie malgré beaucoup d’indulgence et de contextualisation bienveillante.

       0

      Alerter
      • Edrick d’Estroy // 07.04.2018 à 05h58

        mon cher Mr Opp’s, primo, chez les grecs , j’aime beaucoup Aristote et Tucidide, Platon me laisse plutôt froid… mais je crois que vous devriez le relire, mais en prenant en considération le contexte anthropologique de ce peuple dans sa temporalité tout de même…
        Secundo, les Sophistes (revoyez le terme, et sa définition) sont l’équivalent historique de nos ploutocrates actuel… les sophistes par leur mensonges ont fini par avoir la peau de Platon quoi qu’on en pense…
        Quand a mon “désir de satisfaction infinie “dans un monde fini, je suis très heureux et surpris d’apprendre que je serai un capitaliste déviant et frustré…
        En fait je suis bien perclus de tas de défaut, mais instaurer un régime quelconque ne fait pas parti de mes désirs, ancien militaire et ayant effectuer des interventions en Opex je n’ai pas pour habitude de me voiler la face vis a vis des réalités.
        seul le referendum est a peu près “démocratique”dans le système actuel… le reste c’est du Bla bla…
        je ne vous conseille pas d’essayer la profession de psychiatre…

         1

        Alerter
        • P’tetbenkwui // 07.04.2018 à 12h40

          … au commentaire d’Édrick d’Estroy

          “Seul le référendum est à peu près démocratique”.
          Je plusse cette réflexion. Ceci explique peut-être pourquoi certains pays membres de l’UE – dont la Belgique et l’Allemagne – ne l’ont pas intégré à leur constitution. Tandis que d’autres s’asseyent sur les résultats du scrutin.

          D’accord aussi pour les “sophistes” qui ont fini par avoir la peau de Platon, à ceci près que le personnage ne s’était pas non plus privé de manoeuvres crapuleuses.

           3

          Alerter
          • edrick d’estroy // 07.04.2018 à 23h30

            je n’ai en aucun cas dédouaner Platon, d’ailleurs si ont y réfléchi bien…
            les gens finalement, refusent les vérités de ce monde, car celles ci sont des limites… hors fort peu de personnes accepte ces limites…
            alors il reste le déni, le mensonge, le sophisme…
            le mensonge, n’attire t il pas le le mensonge… lutter contre un menteur, par le mensonge-( puisque ont ne veux plus accepter les vérités)- alors ont le fait par le mensonge…
            -serait ce viral????

             0

            Alerter
            • P’tetbenkwui // 08.04.2018 à 13h10

              (PENAL).
              – “Tout mensonge n’est pas punissable, seules le sont les figures les plus dérangeantes pour la société “,

              – “Face aux juges, le mensonge est un droit de la défense !”.

              😉 alors là si c’est un droit (?!), pourquoi s’en priver ?
              Voilà qui a le mérite d’être clair même si c’est éminemment dérangeant et discutable de savoir ce vice validé par ceux qui honorent défendre la justesse et la justice.

               0

              Alerter
  • Wiliam // 05.04.2018 à 20h49

    On n’entend pas encore le bruit des bottes, mais ça sent déjà le cirage.

     6

    Alerter
    • Louis Robert // 05.04.2018 à 22h44

      Moi, c’est le ronflement de nos populations qui m’empêche de dormir.

       6

      Alerter
  • Louis Robert // 05.04.2018 à 22h15

    Ce n’est qu’un DÉBUT, ils poursuivent le combat!
    Ce n’est qu’un début, ils POURSUIVENT le combat!!
    Ce n’est qu’un début, ils poursuivent le COMBAT!!!

    Sur l’air très ancien de:

    « Ce n’est qu’un début, poursuivons le combat! »

    Au sein de l’Empire, la soumission volontaire et le culte de Big Brother, ça mène à ça…

     1

    Alerter
  • Louis Robert // 05.04.2018 à 22h33

    Et ne dites surtout pas que les « élus » ne sont plus à l’écoute des citoyens!

    Même plus besoin de nous soucier de décider de ne pas aller voter…

    Efficacité, soulagement et économies.

    Qui dit mieux?

    Imaginez qu’il se trouve encore des jeunes qui croient que l’on ne se soucie aucunement de ce qu’ils pensent…

     1

    Alerter
  • Chris // 06.04.2018 à 00h12

    En fait, le message des politiciens hollandais est très clair : on s’en tape de ce que pensent et veulent les citoyens !
    D’excellentes recrues de l’Union Européenne…

     2

    Alerter
  • Betty // 08.04.2018 à 22h37

    Date de l’entrée en vigueur du référendum consultatif: “La loi du 30 septembre 2014 portant règles en matière de référendum consultatif détermine le champ d’application et la procédure prévue pour le déroulement du « référendum consultatif correctif »” http://www.senat.fr/lc/lc274/lc2744.html
    Une Loi “temporaire” a préexisté.
    Au sujet de l’historique du Référendum au Pays-Bas (mais également dans les autres pays de l’UE) consulter le : Rapport adopté par le Conseil des élections démocratiques lors de sa 14e réunion (Venise, 20 octobre 2005) et la Commission de Venise lors de sa 64e session plénière (Venise, 21-22 octobre 2005 Page 5 article 16 (taper la référence au document dans la barre de recherche car consultable uniquement en cache sur Gogol ni sur le site de la commission de venise: http://www.venice.coe.int/webforms/documents/?pdf=CDL-AD%282005%29034-f )

     0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications