Les Crises Les Crises
17.octobre.201917.10.2019 // Les Crises

Les Slavery Papers II : L’histoire du Leusden, par Omo Misha

Merci 50
J'envoie

Source : Huffpost, Omo Misha,

Le livre « Slave Ship Leusden » [« Leusden, le navire négrier », NdT] est une adaptation des recherches scientifiques du Dr Leo Balai sur l’histoire du Leusden, l’un des derniers navires négriers de la West India Company (WIC). Disponible sur Amazon.com

Selon le Dr Leo Balai, l’histoire du navire négrier Leusden est une histoire de conspiration et de meurtre. « Cela a été le plus grand meurtre de l’histoire de la traite négrière, mais personne n’en a jamais parlé ».

Il y a dix ans, Balai a commencé à faire des recherches sur le navire perdu, il en a fait état dans sa thèse de doctorat à l’Université d’Amsterdam et a publié un livre en 2013, « The Slave Ship Leusden ». Ses travaux ont éveillé un intérêt international quant à la localisation du navire, probable tombeau de sa cargaison humaine.

Voici l’histoire résumée du Leusden :

Premièrement, il est important de souligner que plus de 40 000 navires ont transporté des prisonniers Africains à travers l’océan. La plupart de ces navires ont été construits pour servir à de multiples fins. L’esclavage n’était que l’une d’entre elles. Le Leusden, cependant, était un énorme navire conçu exclusivement pour la traite des esclaves. Le navire a fait dix voyages au total, transportant plus de 6500 esclaves entre 1719 et 1738. Lors de son septième voyage, s’est produit une révolte qui a entraîné la mort de plusieurs membres d’équipage. Lors de son neuvième voyage, une infection a anéanti les deux tiers de ses 689 déportés. Le navire a coulé au cours de son dixième voyage le 1er janvier 1738. Sur 680 Africains, 664 ont perdu la vie. Il avait quitté le Ghana avec 700 captifs; vingt étaient déjà morts avant le naufrage.

Le Leusden faisait route vers le marché aux esclaves de Paramaribo, la capitale côtière du Suriname. C’est alors que le voyage touchait à sa fin qu’il heurta une rive à l’embouchure du fleuve Maroni (qui s’écoule dans l’océan Atlantique et sert de frontière entre les pays côtiers sud-américains du Suriname et de la Guyane française). Le capitaine a pensé qu’il suffirait d’attendre la fin de la tempête, espérant que le navire se libérerait de lui même, mais un morceau du gouvernail du navire s’est détaché et il est devenu évident que le navire allait couler.

Les captifs, qui étaient autorisés à prendre leurs repas sur le pont et qui s’y trouvaient pendant l’attente, ont été enfermés de force sous le pont pendant que la coque se remplissait d’eau. Les 73 membres de l’équipage du navire ont fermé les écoutilles et se sont même assis dessus toute la nuit pour s’assurer que personne ne pourrait s’enfuir et se sauver. Au matin, les derniers cris et gémissements des captifs avaient cessé – signifiant alors que les 664 Africains s’étaient tous noyés ou asphyxiés. Ce n’est qu’alors que l’équipage a abandonné le navire, entraînant le plus grand génocide de l’histoire de plusieurs siècles de la traite négrière dans le monde.

Le capitaine et l’équipage sont arrivés sains et saufs à Paramaribo avec seize Africains à vendre, une histoire à raconter, et accueillis par des félicitations pour avoir sauvé un coffre plein d’or.

Avec un nombre de morts près de cinq fois supérieur à celui de la deuxième plus grande tragédie de la traite négrière dans l’Atlantique (le massacre de 132 esclaves en 1781 jetés par-dessus bord sur le Zong, un navire britannique qui transportait des esclaves d’Afrique vers la Jamaïque), le naufrage du Leusden est considéré comme la plus grande perte de vies en une fois dans ce domaine. Par le nombre de voyages effectués, de captifs transportés et le nombre total de morts, par ses récits connus de révolte et d’épidémies mortelles, par son acte final combinant naufrage et assassinat et par sa valeur archéologique, si jamais on le retrouvait, le Leusden est probablement le symbole le plus marquant, le plus horrible et connu pour être la quintessence du drame de la traite négrière transatlantique. Avec 1741 vies africaines gâchées au total, au cours de ses presque vingt ans d’existence, le sinistre vaisseau reste le plus sanglant de la traite négrière.

Pourquoi en a-t-on si peu parlé ? Et même pratiquement pas du tout dans les Amériques. Il y a un cimetière africain à l’embouchure au nord de l’Amérique du Sud, dernier lieu de sépulture douloureux pour 664 âmes, perdu au milieu des eaux côtières touristiques, et personne n’a jamais cherché à le trouver. Jusqu’à maintenant.

Source : Huffpost, Omo Misha, 05-03-2017

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 17.10.2019 à 07h27

Les 664 Africains noyés dans la coque du Leusden sont des victimes de la mondialisation.

Car la Traite atlantique était une partie du commerce triangulaire, le deuxième côté de ce trafic qui reliait l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Le racisme n’explique en rien le développement de ce commerce, qui a connu son apogée au XVIIIe siècle. Car les esclaves africains étaient achetés par les négriers européens à des chefs africains de la côte atlantique. Non, il s’agissait de se procurer une main d’œuvre pour travailler dans les plantations du Nouveau Monde, puisque le roi d’Espagne avait interdit le travail forcé des Amérindiens, à la suite d’une campagne d’opinion réussie.

Et comme il fallait, déjà, “baisser le coût du travail”, les entrepreneurs de l’époque sont allés chercher les “ressources humaines” les plus compétitives. Peu importe si certains se noyaient en route.

Note : non pas “West India Company”, mais West-Indische Compagnie (Compagnie des Indes occidentales).
https://nl.wikipedia.org/wiki/Leusden_(schip,_1719)

57 réactions et commentaires

  • karl34 // 17.10.2019 à 06h57

    on ne parle pas beaucoup non plus des 5000 victimes (hommes, femmes et enfants) noyées par la république à Nantes durant l’automne 1793

      +14

    Alerter
    • Papagateau // 17.10.2019 à 09h02

      Noyades qui , sur la Loire, étaient le but du voyage.
      Un plan politique.

        +4

      Alerter
    • Oliviam // 23.10.2019 à 04h28

      Ces deux événements n’ont rien en commun, à part les morts par noyade ce qui n’est pas du tout le coeur du sujet. Il ne faut pas tout mélanger. Cette évocation est aussi incongrue ici que si on comparait cet événement aux réfugiés qui se noient aujourd’hui en mer Méditerrannée sans recevoir de secours, aux boat people en leur temps, à la Grande Arméee dans la Bérézina, aux naugragés de la Méduse, aux victimnes du Titanic… Ils sont tous morts noyés, et donc ?
      On ne peut mettre sur le même plan un massacre d’hommes noirs par des hommes blancs pour des raisons purement mercantiles, à d’autres horreurs perpétrées lors d’une guerre civile au cours d’une révolution, sous prétexte que les causes “techniques” des décès sont les mêmes. Les lieux, les motivations, les acteurs, le contexte… tout diffère. Faire ce genre d’amalgame n’aide pas à faire une analyse valable des deux événements, dont il est vrai que chacun mérite qu’on en parle…avec pécision.

        +1

      Alerter
  • Fritz // 17.10.2019 à 07h27

    Les 664 Africains noyés dans la coque du Leusden sont des victimes de la mondialisation.

    Car la Traite atlantique était une partie du commerce triangulaire, le deuxième côté de ce trafic qui reliait l’Europe, l’Afrique et l’Amérique. Le racisme n’explique en rien le développement de ce commerce, qui a connu son apogée au XVIIIe siècle. Car les esclaves africains étaient achetés par les négriers européens à des chefs africains de la côte atlantique. Non, il s’agissait de se procurer une main d’œuvre pour travailler dans les plantations du Nouveau Monde, puisque le roi d’Espagne avait interdit le travail forcé des Amérindiens, à la suite d’une campagne d’opinion réussie.

    Et comme il fallait, déjà, “baisser le coût du travail”, les entrepreneurs de l’époque sont allés chercher les “ressources humaines” les plus compétitives. Peu importe si certains se noyaient en route.

    Note : non pas “West India Company”, mais West-Indische Compagnie (Compagnie des Indes occidentales).
    https://nl.wikipedia.org/wiki/Leusden_(schip,_1719)

      +32

    Alerter
    • Patrick // 17.10.2019 à 08h40

      les romains avaient déjà calculé que dans certaines conditions il était plus avantageux d’employer des salariés plutôt que des esclaves.
      – un esclave ça coûte cher, c’est un capital à protéger , donc ne pas trop l’exposer à des conditions dangereuses, le nourrir , le loger …
      – un esclave c’est pas motivé et ça peut vous vouloir du mal

      Donc , pas sur que ce soient les ressources humaines les plus compétitives.

        +11

      Alerter
      • Fritz // 17.10.2019 à 08h45

        N’empêche que les Romains n’ont pas aboli l’esclavage, qui a même survécu à leur empire et persisté durant le Haut Moyen Age, jusque vers l’an Mil en Europe occidentale.
        https://www.persee.fr/doc/ccmed_0007-9731_1985_num_28_112_2302
        Quant à la Traite des Slaves, elle a commencé au VIIe siècle et s’est développée durant tout le Moyen Age. A tel point que le mot “slave” s’est imposé dans les langues européennes pour désigner l’esclave.

        Tiens ? Personne ne parle de “génocide des Slaves” en Europe de l’Ouest…

          +27

        Alerter
        • Patrick // 17.10.2019 à 09h49

          il y a plusieurs type d’esclavage dont il ne faut pas parler.
          Comme disait une ancienne ministre , c’est pour ne pas stigmatiser!!
          Donc il y a les bons esclavagistes et les mauvais esclavagistes

            +16

          Alerter
        • Anouchka // 17.10.2019 à 11h37

          L’esclavage n’a jamais disparu du sud de l’Europe occidentale (les interdictions en France ne concernaient que les régions septentrionales). C’est bien pour cette raison que l’église ne s’est pas opposée à l’esclavage des Noirs (les Papes eux-mêmes avaient des esclaves pendant tout le moyen-age). Comme l’islam, la doctrine catholique interdisait la mise en esclavages des personnes déjà converties… mais pas celle des paiens ou des mécréants…
          Les slaves étaient bien évidemment chrétiens depuis le haut moyen-age, mais les autorités catholiques, fort hypocritement, ne reconnaissait pas leur foi orthodoxe et re-baptisaient les malheureuses capturées par des pirates (souvent musulmans) sur les cotes adriatiques et de la mer noire et vendues sur les cotés italiennes (il s’agissait principalement de femmes destinées à l’emploi dans des taches domestiques). Leurs enfants, si elles en avaient, en revanche, ne pouvaient pas avoir le statut d’esclaves, car ils étaient baptisés dès la naissance. Elles-memes étaient bien souvent affranchies au bout d’un certain nombre d’années de service.1/2

            +10

          Alerter
        • Anouchka // 17.10.2019 à 11h37

          2/2
          Comme on sait, il en est allé tout autrement de l’esclavage des Noirs, qui – et c’est là qu’intervient la fonction cruciale du racisme – du fait de leur couleur de peau, ont pu être relégués dans une catégorie qui les maintenaient en dehors des lois du christianisme . Tout cela arrangeait bien les marchands de l’époque, au premier rang desquels J. Locke, bien connu pour sa fortune faite par le biais du commerce d’esclaves et qui a développé, comme on sait, une théorie savante sur les droits de l’homme qui fait autorité encore aujourd’hui.

            +6

          Alerter
          • Subotai // 17.10.2019 à 18h11

            Le racisme dans l’esclavage du Commerce Triangulaire vient du fait qu’il a fallut rationaliser une pratique qui commençait a être mal vue. La fable de la non-humanité des “noirs” était nécessaire pour justifier le maintient de la pratique. Ce n’est pas le racisme la cause, le racisme est une conséquence. Il se trouve que la pratique a disparu mais pas l’idéologie construire pour la justifier.
            J’ai plusieurs théories sur les raisons de la persistance de l’idéologie, dont une qui dit que les descendants sont aussi partie prenante de sa persistance*.
            PS: c’est un descendant d’esclave qui écrit ça.
            *Suivant un de mes aphorisme qui dit que : Quand on se désigne comme cible il est normal qu’on soit pris comme tel.

              +9

            Alerter
      • jacques // 19.10.2019 à 19h47

        C’est indémontrable un esclave “accepte” sa domination et la trouve normale dans ce genre de société .L’esclavage existe toujours et a même eu un regain pour son coté sexuel avec” EI” et la vente de captives https://info.arte.tv/fr/esclaves-de-daech

          +0

        Alerter
    • Chris // 17.10.2019 à 14h59

      En somme, rien n’a changé : maintenant on parle de “migrants” dont la dimension économique est encouragée et relayée par les états d’accueil, avec nombre de morts et larmes de crocodiles que l’on sait.
      L’ubérisation de l’esclavage d’antan !
      Comme le relevait si bien Lampedusa « Si nous voulons que tout reste tel que c’est, il faut que tout change… » phrase de Tancerdi à Salina dans le magnifique film de Visconti “le Guêpard”.

      Je suis fatiguée…

        +3

      Alerter
  • M.Smith // 17.10.2019 à 07h44

    L’horreur.

    En lisant ce genre de récit on ne peut pas ne pas avoir la haine contre la tyrannie. Et oui la haine. Elle a sa place dans l’économie des sentiments sinon comment lutter contre l’injustice ? Vouloir la bannir, en faire un crime de la pensée, est un projet totalitaire pour que rien ne change.

    Et nous sommes toujours dans la même logique, le règne de l’argent a une tendance a tout chosifié, tout est destiné à devenir marchandise. L’humain n’y échappe pas, et en premier les plus vulnérables, ceux “qui ne sont rien”. Actuellement les enfants, avec la PMA et la GPA.

      +12

    Alerter
    • Geoffrey // 17.10.2019 à 11h02

      moi, j’ai la haine du capitalisme, surtout…

      parce que c’est pour amasser du kapital que la traite négrière a pu se faire, un but et un moyen : l’esclavagiste ET (!) le négrier…ce dernier rarement un catholique, d’ailleurs.

      j’ai eu un flash en début de texte : quelle différence entre un train pour Auschwitz et un bateau négrier pour les Amériques ?

      perso’, je préfère le train au bateau – je suis malade en bateau, mais plus sérieusement : Auschwitz a duré 5 ans à tout cassé, l’esclavage…un siècle !!!!

      Geof’, anti-capitaliste

        +9

      Alerter
      • Patrick // 17.10.2019 à 11h32

        bof !! le capitalisme, toujours le capitalisme !!
        Les pays arabes ont pratiqué la traite négrière bien avant les capitalistes
        Il existait une traite négrière interne aux pays africains , et pas vraiment de capitalisme

        Beaucoup de sociétés humaines ont pratiqué l’esclavage sans être capitalistes , par contre on peut constater que les pays capitalistes ont été parmi les premiers à interdire l’esclavage et à lutter contre.
        L’esclavage a été arrêté en Afrique par le colonalisme.

          +15

        Alerter
        • Fano // 17.10.2019 à 13h16

          Il n y a ni bon ni mauvais esclavagiste les descendant des anciens esclave de ces pays milite dans ces pays pour la reconnaissance de leurs prejudices et du racisme qui a ete construit pour justifie tout cela.
          Maintenant la on est europeen En Europe alors parlons de ce que nous avons fait et de la.representation mental que nous avons de l autre decoulant bien souvent de ce passe

          Ce qui c est passe n est ni de votre faute ni de la mienne mais continuer a faire vivre ou non les prejuges qui En decouple oui

            +1

          Alerter
          • Madudu // 17.10.2019 à 15h47

            Si vous avez des préjugés racistes à l’encontre des africains c’est vôtre problème.

            Ne nous imputez pas à tous vos travers à vous, s’il vous plaît.

              +4

            Alerter
            • Fano // 17.10.2019 à 17h40

              Vous avez Jamais eu affaire a la police ,ou churches de logement ou du travail pour vous permettre de dire des choses pareil.
              Apres si vous ete une des rares personne depourvu de tout prejuges racistes qui font partie de la culture Francaise accumule au files des siecles ,vous faite preuves d un recule extraordinaire .
              Maid dans ce cas la pourquoi ce genre d article vous pose probleme et pourquoi vous sentez vous le besoin de vous En dissossiez?

                +0

              Alerter
            • Madudu // 17.10.2019 à 19h30

              Encore un militant qui se croit aux états-unis ^^’

              Votre discours me rappelle celui des élèves de l’université Evergreen. Pour ceux que ça intéresse :

              https://www.youtube.com/watch?v=u54cAvqLRpA

                +3

              Alerter
        • Geoffrey // 18.10.2019 à 10h11

          Pat’,

          est-ce que je dis que le capitalisme a inventé l’esclavage ?

          comme si les communistes avaient inventé la guerre civile…

          avec le cerveau, le commentaire (pas avec les pieds)

          Geof’

            +0

          Alerter
  • RGT // 17.10.2019 à 08h34

    Mondialisation : Désormais, celle-ci a franchi un grand pas en permettant une amélioration des profits en rendant l’esclavage totalement gratuit pour ceux à qui il profite.

    Et il a même changé de nom et s’appelle désormais “immigration”, “réfugiés”, et d’autres noms encore plus trompeurs.

    Désormais donc, ce ne sont plus les esclavagistes qui payent pour avoir de la main d’oeuvre corvéable à merci, ce sont les gueux des pays dans lesquels ils sont “invités” qui, par le biais de l’impôt, viennent subventionner des “interventions humanitaires” (externes par le biais des armées qui foutent le bordel dans les pays d’origine, en subventionnant les “combattants de la démocratie” qui luttent contre les “dictateurs” (qui ne veulent pas voir leur population maltraitées par les occidentaux cupides), ou par le biais “d’assistance humanitaire” dans les “camps de réfugiées”.

    Et cerise sur le gâteau, ces nouveaux esclaves entrent en compétition frontale avec la main d’œuvre locale pour le plus grand profit des ploutocrates.

    Et quand survient un naufrage, ce n’est plus la faute des ploutocrates qui organisent ce commerce mais celle des populations “privilégiées” des pays de destination qui ne souhaitent pas sombrer dans la misère et faciliter les profits des plus nantis.

    Une belle inversion d’accusation.

    Si déjà les migrants pouvaient vivre décemment sur les terres de leurs ancêtres ils ne les quitteraient pas.
    Mais dans ce cas, un grand pan de la “mondialisation” s’effondrerait et les profits avec.

    tout est une question de pognon, les vies ne comptent jamais.

      +23

    Alerter
    • Fano // 17.10.2019 à 14h09

      C est vrai mais les population europeen veulent la fin de l immigration mais rarement la fin de leurs causes.
      Ils peuvent a l occasion descendre dans la.rue pour defendre leurs causes et encore y a cas voir les gilets jaunes tout le monde est d accord mais personne est dans la rue ,quant y a une greve ratp pour defendre un acquis personne les soutiens reelement pareil pour la.greve des urgences tout le monde dit bravo mais personne dans la rue.
      Donc dejas chacun ne defend que ses interets quand il les.defends .
      De plus si il ya mondialisation le probleme est global mais quant on aborde des sujet tel que le cfa les.interets injuste de la.dette ,le neo colonialisme ,les subvention que pour l extraction des matures.1.er et pas pour la transformation la corruption, En general les 1 er a les justifie sont les 1 er a vouloir la.fin de l immigration.
      Quant on voit que celui qui a prete de l argent au RN tire une grosse partie de sa fortune de l exploitation de l afrique c.est pas demain que cela.va.change ,

        +1

      Alerter
      • Madudu // 17.10.2019 à 15h52

        Nous ne décidons pas de ce que font le FMI, les ONG ou même nos gouvernements.

        En dehors des BHL de plateau télé, je n’ai jamais entendu personne demander la destruction de l’Irak ou de la Libye, par exemple.

        Si vous cherchez un responsable, n’allez pas taper sur ceux qui ne décident de rien …

        “Ceux qui veulent exploiter l’Afrique sont les mêmes que ceux qui exploitent l’Europe. Nous avons un ennemis commun.” Thomas Sankara

          +6

        Alerter
        • Fano // 17.10.2019 à 18h13

          Je reprochez pas aux gens de decide mais de ne pas combatre les cause.
          Des gens comme generations identitaire s attaque au migrants au clandestin ,au ong qui d apres eu aide au traffic mais on les a Jamais vu combatre le systeme on les a Jamais vu devant le siege social d une multinational.
          Ils ce donnent une bonne conscience En disant qu ils luttent contre l exploitation des migrants ect c est de la poudre aux yeux car Jamais ils n attaquent le systeme ils attaquent ses victimes.
          Pareil pour le RN ya qu a voir celui qui leurs prete de l argent pour la campagne presidentiel est un exploiteur de l afrique et il n a Jamais ete question dans leurs programme de mesure concrete contre la politique Francaise En afrique .pourtant leurs produit d apel c est souvrainte et little contre l immigration donc on peut En deduire que c est ce qui motive leurs electeurs
          Donc les gens motive a lutte contre l immigration sont Absolument pas motive a lutte contre ses causes .
          J En deduit que certes sankara a raison mais qu il ne peut pas compter sur les Francais dans sa lutte .et que les gens qui on du mal a En accepte les consequence En accepte tout a fait les causes donc si on peut parfois pense qu ils seraient tente de lutte pour leurs interets a eux ,n etant pas solidaire des autres leurs lutte est voue a l echec.

            +2

          Alerter
        • Madudu // 17.10.2019 à 19h44

          Sankara ne comptait pas sur les français, il comptait sur les burkinabés.

          Mais il savait que les peuples d’Europe n’étaient pas son ennemi, il savait que son ennemi est le capital apatride et ceux qu’il achète -comme son bras droit Compaoré, qui l’a assassiné et qui est ensuite resté au pouvoir 27 ans.

          Pour comprendre cela il faut accepter que ce n’est pas la couleur de peau qui pose problème, et que les “blancs” ne sont pas la “race” responsable du malheur des autres “races”.

          Essayer de se faire comprendre d’un raciste, ça force à employer des mots peu ragoutants …

            +3

          Alerter
          • Fano // 18.10.2019 à 05h34

            Avez vous des arguments factuel ou vous positionnez vous uniquement d un point de vu morale?
            J ai Jamais dit que tout les blancs sont mauvais ,avez vous lu le.contraire ou pensez vous l avoir lu car c est vous qui analyse le monde a travers la.couleur?
            Ce que je dit et prouvez moi le contraire je serais Ravi de pouvoir changer d avis c est que En France les.plus motive a lutte contre ‘ l immigration ne sont pas les.plus motive a lutte contre ses causes. Pouvez vous dire le.contraire?
            Si cela fait de moi un raciste explique moi comment .
            Comme vous ne m avez pas.laisse la chance de repondre a votre message qui parle d universite .
            Encore une fois vous ne repondez pas sur le fond ni par des faits ni par une demonstration vous prenez une posture comme quoi tout cela ne vous concerne un peu comme un prof vous vous savez et les autres sont la pour apprendre vous n avez meme pas besoin de le demontre.
            Le chomage dans les banlieux est superieur a celui du reste de la France alors oui vous allez me dire que dans tel campagne c est pas mieux oui mais eux ils sont au chomage parceque dans leurs region y a pas de travail pas parceque on ne veut pas les embauches
            Un representant du syndicat alliance de la police dit a une heure de Grande ecoute” bamboula : c est acceptable pour parler a un noir sans vraiment sucite de protestations.
            Pour le.logement un testing a ete realise y a quelque mois je vous laisse le consulte c est edifiant.

              +0

            Alerter
        • Owen // 18.10.2019 à 06h47

          La difficulté que soulèvent les commentaires n’est pas le contenu de l’information (la noyade volontaire de tous les captifs dans le navire durant la traite des noirs), mais son traitement (ça dénonce quoi?).

          Un problème de GeNou.
          “Je” ne suis pas responsable de l’esclavage passé dans mon pays, ni de colonies. J’ai besoin de respirer dans mon existence sans qu’on l’encombre de l’histoire humaine avant ma naissance.
          “Nous” avons esclavagisé et colonisé les pays du Sud. Nous avons à réparer les dégâts que nous avons causé.
          Ajoutons la question du positionnement: si je représente des anciens bourreaux ou des anciennes victimes.

          Un problème de focale.
          Faut-il replacer, et comment, la traite négrière, parmi l’esclavage ottoman, barbaresque, gréco-romain, aztèque, etc… Sans compter les généralisations inversées, comme les esclaves des pyramides égyptiennes qui ne l’étaient pas. Ou bien la préférence à dénoncer l’esclavage passé plutôt que celles (résiduelles?) en cours.

          Un problème des continuum.
          Si l’esclavage est une singularité ou s’est placé parmi différents formes de sservitudes. S’il existe une nature ou un instant cvilisationnel esclavagiste. S’il existe une nature économique et politique esclavagiste.

          L’histoire sert à prendre en compte le passé pour comprendre le présent et non pas à convoquer les vivants du passé pour juger ceux du présent. Et il manque une histoire générale pour réconcilier et réparer les vivants, plutôt que celles particulières qui accumulent les “C’est toi qui ?”

            +2

          Alerter
          • Owen // 18.10.2019 à 07h03

            Un bref regard de Mathilde Larrere sur la traite négrière, au delà des mots d’aujourd’hui.

            https://m.youtube.com/watch?v=5h1XVtB4gko

            (J’ai mal positionné mon commentaire dans ce fil, il était général aux échanges).

              +0

            Alerter
          • Cyd // 18.10.2019 à 13h52

            Demandez donc aux slaves, qui ont été tellement esclavagisés qu’ils ont donné le nom du phénomene en europe, (comme en arabe, un esclave c’est le meme mot que pour noir), s’ils ont encore de la rancoeur
            S’ils demandent des compensations financieres, s’ils font des kilometres de livre pour accabler leurs voisins

            De même, pour les millions européens razziés par les arabes : leur demande t’on des comptes à nos voisins maghrebins ?

            Qui va de l’avant ? qui écrit une histoire qui reconcilie et répare ? qui ne pense qu’à ressaser le passé ?

              +5

            Alerter
  • Patrick // 17.10.2019 à 08h37

    la capitaine a été félicité !!! tu parles et personne ne lui a reproché les pertes financières de ce désastre
    – un gros navire perdu
    – 700 esclaves achetés sur la côte africaine ( ben oui , c’était pas gratuit , des royaumes africains se sont largement engraissé la-dessus )
    – la perte d’exploitation

      +8

    Alerter
    • Rémi // 17.10.2019 à 16h51

      10 ième voyage vingt ans de service?
      Le bateau était déjà largement amorti.
      Ca faisait à l’époque parti du business. N’oubliez pas que les bateaux avait aussi de lourde pertes en hommes. Seule une poignée de survivant est revennue du tour du monde de Magellan.

        +2

      Alerter
  • Linder // 17.10.2019 à 08h40

    On lit dans l’avant avant dernier (ante-pénultième) paragraphe : “Ce n’est qu’alors que l’équipage a abandonné le navire, entraînant le plus grand génocide de l’histoire de plusieurs siècles de la traite négrière dans le monde.”

    Non, ce n’est pas vrai, ce n’est pas un génocide. Ce terme est encadré juridiquement. On peut peut-être parler de meurtre de masse, ou quelque chose de ce genre mais CE N’EST PAS un génocide.

    Si les faits correspondent à ce qui est décrit, (mais nous n’avons que le témoignage de gens qui doivent peut-être aussi faire passer la perte d’un navire et qui s’adresse à un publique esclavagiste), mais, on peut éventuellement juger ces personnes sur la base de leur propre témoignage, alors ils ne sont pas moins innocents mais la confusion des termes ne sert pas la cause que veut défendre l’auteur.

      +19

    Alerter
  • François Lacoste // 17.10.2019 à 08h43

    Dans l’esprit des investisseurs du très spéculatif et risqué commerce de l’esclavage, le “bois d’ébène” est une marchandise. Elle s’achète et se revend avec une marge qu’il faut maximiser.
    C’est un commerce spéculatif aux investissements lourds, cette marchandise est indispensable à l’exploitation des nouvelles terres d’Amérique qu’aucune autre espèce animale (et humaine) ne peut la remplacer ni aucun autre moyen mécanique.
    C’est un commerce risqué, dans lequel les pertes sont très élevées, elle est sujette aux rebellions, aux maladie, à la mal nutrition etc…
    Folie, tous ces éléments combinés c’est le capitalisme spéculatif poussé à l’extrême.

      +4

    Alerter
  • jean 2 // 17.10.2019 à 09h52

    ce récit est un faux puisque la ministre d’outre-mer de hollande puis mamzelle angot (des références en terme d’intellect) nous ont expliqué que les esclaves africains étaient bien traités et qui plus est s’il ne prenaient pas toujours les premières classes venaient de bon coeur pour travailler!

      +7

    Alerter
  • Cyd // 17.10.2019 à 10h36

    Article de propagande qui sert et les intérêts des libéraux-libertaires et les intérêts des indigénistes dans la suppression des ploucs de France périphériques.

    Qu’elle est l’intérêt de cette anecdote sordide, de l’assassinat de 700 personnes lors d’un naufrage ? (sans compter le ridicule de galvauder le terme « génocide » pour 700 personnes)

    Des anecdotes de cruauté impliquant 700 morts, il y en a pléthore dans l’histoire européenne et mondiale (ce genre-là par exemple https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/le-plus-important-site-prehispanique-de-sacrifices-d-enfants-decouvert-au-perou_123597 ou https://fr.wikipedia.org/wiki/Noyades_de_Nantes), alors pourquoi ce choix éditorial de mettre en avant celui-là ?

    L’esclavage ? mais en France, ça fait 1000 ans que l’esclavage a disparu dans les faits, et 700 ans qu’il est interdit légalement(https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dit_du_3_juillet_1315), interdit reconfirmé lors de la résurgence de celui-ci au XVIe siècle.

      +13

    Alerter
    • Anouchka // 17.10.2019 à 14h21

      Merci pour votre intéressant article sur les sacrifices sacrifices d’enfants au Pérou. Il rappelle, en creux, que, dans une perspective humaniste, l’esclavage fut un progrès par rapport aux époques pré-esclavagistes, où n’ayant aucune terre à faire cultiver ou aucune mines à faire creuser, on ne conservait pas en esclavage les prisonniers de guerre qu’on se contentait de manger. Décidément, ces peuples nous étaient vraiment supérieurs : eux au moins ils savaient comment lutter contre la surpopulation et limiter au maximum le gaspillage alimentaire.
      Il était d’usage également, dans ce type de sociétés, pour se concilier la faveur des forces de la nature avec qui on entendait vivre en bonne intelligence, de leur sacrifier les premiers-nés. C’est l’origine de l’épisode du sacrifice d’Isaac par Abraham, auquel décide de mettre un terme le dieu unique du monothéisme (tant décrié par les contempteurs de la civilisation thermo-industrielle tellement trop blanche et trop occidentalo-centrée) en signifiant à Abraham qu’il pourrait utilement remplacer son fils par un simple bélier…

        +4

      Alerter
      • Subotai // 17.10.2019 à 18h25

        Sans oublier que la religion de Rome continue de pratiquer le sacrifice humain et le cannibalisme rituel (symboliquement, d’accord) tous les dimanches (au moins). 🙂
        D’ici que pour une raison ou une autre (la suite des évènements risquant d’être très chaude) on en revienne à une pratique non symbolique…
        L’humanité étant ce qu’elle est, je ne parierai pas.

          +2

        Alerter
        • Sandrine // 17.10.2019 à 19h04

          Concernant le rituel chretien , il faut voir que Jesus est sensé remplacer l’agneau qu’on immolait à son époque; donc c’est une façon d’aller plus loin que Abraham en quelque sorte : on épargne à la fois les agneaux et les enfants. Du coup, on consomme les fruits de la terre (le pain et le vin), mais bon, il faut bien manger quelque chose.

            +1

          Alerter
  • Cyd // 17.10.2019 à 10h37

    L’esclavage ? mais en France, ça fait 1000 ans que l’esclavage a disparu dans les faits, et 700 ans qu’il est interdit légalement(https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89dit_du_3_juillet_1315), interdit reconfirmé lors de la résurgence de celui-ci au XVIe siècle.
    L’esclavage vraiment ? Mais il se pratique aujourd’hui en Afrique et au Moyen Orient au su de tous, sans émouvoir outre mesure notre médiacratie
    https://observers.france24.com/fr/20190923-mali-esclavage-homme-malmene-ligote-public
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2015/03/20/chez-les-esclaves-de-la-famille-du-president-senegalais-macky-sall_4598251_3212.html
    https://www.liberation.fr/planete/2018/03/27/en-mauritanie-la-lutte-contre-l-esclavage-etouffee_1638143
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/29/esclavage-en-libye-personne-ne-protege-les-africains-alors-chacun-peut-faire-son-marche_5222200_3212.html

    Par contre, on voit toute l’hypocrisie des tenants de ce genre d’article, car leur silence sur des vraies scandales montrent que ce ne sont les massacres qui les émeuvent, pas même l’esclavage.
    Ce qui les intéressent, c’est d’humilier les « blancs » catholique cis, soit, pour les uns, rappeler qui est l’élite ici, pour les autres, prendre leur place de « dominant ».

      +12

    Alerter
    • Fano // 17.10.2019 à 15h36

      Je pense que ce genre d article n est pas ecrit dans l optique d humilie qui que ce soit mais simplement a rapele qu il n y a pas que des blanc qui on participe a la construction de la France ou de certains autres pays europeen .
      Personnelement je me sens ni humilie ni coupable pas plus que je me sans humilie ou coupable du massacre des chouans ,du servage , ect .
      Mais les cliches qui ont ete vehicule sur les chouans et qui ont justifie leurs massacre n ont plus court.ce genre d article plus que nous mettre face a Notre passe nous mets face a Notre PRESENT.

      L esclave a construit la France, la colonisation a construit la France.

        +0

      Alerter
      • Madudu // 17.10.2019 à 16h02

        Non, l’esclavage n’a pas construit la France.

        Les esclaves venus d’Afrique ont contribué à construire les Amériques, pas le vieux continent.

        Quand aux colonisations, elles ont surtout construit les fortunes de quelques uns qui ont su détourner les moyens de l’état à leur profit.

        Moyens qui ont été mis à disposition par des humanistes à l’époque, qui étaient convaincus qu’apporter la civilisation était pour la France un devoir moral, exactement comme aujourd’hui il est prétendument moral de détruire la Syrie ou l’Afghanistan.

          +7

        Alerter
        • Fano // 17.10.2019 à 18h20

          L esclavage a permit une accumulation de richesse qui a ete reinjecte En France ainssi que la colonisation .
          Bien que les bien furent prive elle a rendu la France riche et a permit sont devellopement. A votre avis pourquoi les nations les plus devellope au 19em 18em et 20 em siecles furent celles qui ont pratique l esclavage de production et avaient des empires coloniaux .
          Apres si le nie vous apporte un confort moral et intelectuel et ainssi vous permet d entretenir votre sentiment de superiorite libre a vous

            +1

          Alerter
        • Madudu // 17.10.2019 à 19h38

          Ce sont les premiers à généraliser l’usage du des machines à vapeur qui ont les premiers connus un essor industriel, au prix du quasi-esclavage de millions de paysans devenus prolétaires.

          Ils n’étaient pas africains, et c’est probablement pour ça qu’ils ne vous intéressent pas. La couleur de peau, pour vous, c’est plus important.

            +4

          Alerter
          • Fritz // 17.10.2019 à 19h45

            Arrêtez cette polémique stérile. Quant à moi, je n’ai pas voulu minimiser l’extrême injustice faite aux Africains déportés à bord du Leusden, particulièrement aux 664 qui ont été noyés dans la cale. L’équipage responsable de ce crime : bloquer 97,6 % de sa cargaison humaine dans le bateau en train de couler, voulait-il se réserver les chaloupes, s’il y en avait ? Je suppose que le livre de Leo Balai répond à cette question.

              +0

            Alerter
          • Madudu // 17.10.2019 à 19h58

            Il ne s’agit pas de minimiser ou de maximiser les crimes d’untel ou de tel autre, il s’agit de faire cesser les discours qui racialisent l’histoire et les rapports sociaux.

            Le racisme n’existait même pas à l’époque de la traite négrière ! Il faut attendre le XIXe siècle pour que la doctrine apparaisse et que le mot “race” prenne le sens qu’on lui connaît aujourd’hui.

            Que l’on fasse plutôt le procès de l’esclavagisme si l’on veut éviter l’anachronisme.

            Mais certains ne sont pas intéressés par l’histoire, ils utilisent le prétexte de l’histoire pour parler de leur idéologie raciste et c’est pour ça que je réagis.

              +1

            Alerter
          • Fano // 18.10.2019 à 05h49

            Niez vous l accumulation de richesse lie a l esclavage et a la colonisation ainssi que sont acces pratiquement gratuit a de nombreuse Matiere 1er ?
            Que le petit peuple europeen En ai souffere personne le nie mais pouvez vous niez qu une accumulation de richesse a l access pratiquement gratuit a permis de finance en partie tout cela?
            J ai rien contre les europeen je dit juste qu il ni ya pas que des blancs qui ont bati la.france et qu il n ya pas que des blancs qui En ont souffert .
            Comment pouvez vous le.niez puisqu il n y avait pas que des blancs dans l empire francais.?

            Et je pense que ce qui gene certaine personne dans ce genre d article c est pas le passe mais ce que cela implique dans le present

              +0

            Alerter
      • Cyd // 17.10.2019 à 17h03

        N’importe quoi !!
        Il n’y a plus aucun esclavage en France depuis probablement 1000 ans, et de maniere certaine depuis 700 ans
        Par ailleurs, les esclaves d’alors n’étaient pas africains, mais plutot esclavons (slaves)

        Comment voulez vous que la “France”, qui est formellement né à cette époque ait été construite par des esclaves ?
        Quant aux gens de couleurs en métropole, il y a 60 ans, ils se comptaient en dizaines de milliers, autant dire rien
        La France, elle existe des siecles avant les colonies, ce n’est surement pas les colonies qui ont créé la France

        C’est la France qui a construit les colonies. D’ailleurs, les amérindiens en ont plutot un bon souvenir de la France,
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Alliance_franco-indienne_(Am%C3%A9rique)

        et, malgré tout, nombre d’africains se disent que “c’était mieux avant”

          +4

        Alerter
        • Fano // 17.10.2019 à 20h12

          Si la France moderne a etait construite En partir sur le dos des Africans .
          L accumulation de richesse du a l esclavage puis l acces au matiere 1er pratiquement gratuite et le travaille force , a permit l essor economique.
          Ce n est pas un hazard si les pays leader de la revolution industrial on ete des pays esclavagiste de production et/ou colonisateur France angletrre pays bas ,l allemagne n etait pas esclavagiste mais avait des colonies la belgique Aussi.
          L histoire de France remonte mais les Africans En fonds Parti au moins air and qu un nicois qui a ete incorpore a la France apres que des Africans furent mis au travail pour sa prosperite.
          C est l empire Francais qui a fait la revolution industrial, qui a gagne 2 guerre mondial ,ect.
          Vous etes l exemple de gens qui pensent que la France n a pu etre ce qu elle est que grace a des blanc ce qui est factuellement faux .
          L histoire commence peut etre loin mais elle ne c est pas arrete au 15em siecle..
          La metropole c est construite En parti sur le for des noirs et des Arabes.
          L empire Francais a une certains epoque comptait plus de musulmans que l empire ottomans.
          Vous avez construit les colonies les colonies vous on construit

            +0

          Alerter
  • Julie // 17.10.2019 à 10h43

    A lire: André Gide, Voyage au Congo
    Non seulement ils étaient esclaves mais ils devaient nous payer des impôts!!

      +3

    Alerter
  • Duracuir // 17.10.2019 à 11h06

    Le plus grand massacre… Connu. Lors des trois siècles de traite négrière et au long des millions d’êtres humains réduits en esclavage et transportés dans des conditions abominables, on peut compter sur la monstruosité inventive humaine pour avoir commis bien pire et de multiples fois. J’aimerai rappeler que les profits étaient tels que même la perte de la moitié de la cargaison laissait encore des bénéfices considerables,. Raison pour laquelle tous ceux qui d’enrichissaient sur ce commerce, et surtout ceux qui ne mettaient jamais un pied sur le bateau, refusaient invariablement l’argument de la baisse des pertes avec un traitement plus digne et surtout plus raisonnable. Non, ces messieurs emperruqués qui faisaient les mijotées dans les courts des rois et princes et ces bourgeois si dignes qui ne manquaient jamais une messe ou la visite dominicale au temple calviniste ou luthérien, tout ce monde si raffiné préférait entasser, entasser, à mort. Faire le focus sur une seule monstruosité tend à occulter l’abomination de tout ce traffic. Mais que nos obsédés de la repentance indigeniste et raciale sache que tout ce beau monde aurait fait exactement pareil avec des blancs si on lui avait permis. Il suffit de voir comment les Anglais traitèrent les Acadiens réfractaires, les Irlandais et tous les esclaves judiciaires blancs déportés vers les colonies américaines ou australiennes. Ce crime contre l’humanité fut le premier miracle du capitalisme et une des raisons principales de sa fondation.

      +11

    Alerter
  • Vincent P. // 17.10.2019 à 12h33

    Quel est le sens de cet article ?
    Me faire penser que finalement, avec mes 450 € mensuels je n’ai vraiment pas à me plaindre de mon sort ?!
    Ou que quand j’étais salarié, le smic c’était vraiment un traitement de faveur ?
    Ou bien que je suis l’héritier honteux du colonialisme des vils blancs, ces ordures minoritaires qui seront bientôt submergés par la démographie du reste du monde ?
    C’est quoi le plan ? Le Progressisme En Marche ??!
    Et depuis quand Les Crises sont le relais du Huffpost ??!
    Ou alors tout cela est au second degré et vise à nous faire réfléchir au traitement des sujets dans la presse mainstream ?

      +11

    Alerter
    • Louis Robert // 17.10.2019 à 13h56

      L’invitation est à ce que l’on appelait jadis « un examen de conscience ».

      Nous ne pouvons rien pour ces esclaves qui furent assassinés.

      Mais nous pouvons tout pour nos semblables, ces êtres humains que quotidiennement nous assassinons, notamment par gouvernements ÉLUS PAR NOUS interposés, et dont nous sommes responsables.

      « Démocratie » oblige!

        +3

      Alerter
    • Fano // 17.10.2019 à 15h52

      Je pense pas que l idee de l article est de dire que vous avez.de la.chance ou que vous ete responsable de ce que vos.ancetre.on fait ou pas.fait .
      C est meme le contraire ca vise sur tout a rapele que l histoire de France n a pas ete faire que par des blancs.
      Par contre on est responsable que les cliches qui ont permis de justifie c est choses survivent encore dans nos societes .

        +0

      Alerter
    • Anouchka // 17.10.2019 à 16h49

      “Quel est le sens de cet article ?”
      On peut en voir beaucoup. Comme toujours, tout est question de contexte.
      La publication de cet article dans Les crises au milieu d’une longue série sur le réchauffement climatique, l’effondrement possible de notre modèle économique les bouleversement économiques et sociaux liés à l’environnement ou à la robotisation du travail, m’incite personnellement à le mettre en rapport avec ces sujets.
      Il y est question d’une catastrophe naturelle, d’équipage d’un navire, qui, pour maximiser ses chances de sauver ses fesses enferme des esclaves dans une cale de navire, provoquant ainsi leur mort. On peut se demander : pourquoi ont-ils attendu que les esclaves soient noyés pour quitter le navire qui était en train de sombrer?
      J’avoue que je ne saisis pas très bien le calcul rationnel. Est-ce pour qu’il n’y ait pas de bagarre au moment de monter dans les chaloupes de secours. L’article ne précise pas s’il y en avait.
      Donc pour revenir au sens de publier cet article dans les crises… Moi j’y vois une sorte l’allégorie de notre situation présente.

        +2

      Alerter
  • Louis Robert // 17.10.2019 à 13h22

    « Pourquoi en a-t-on si peu parlé ? Et même pratiquement pas du tout… »?

    ***

    L’inhumanité n’est pas affaire d’époque, ni de couleur, ni de manière, ni de nombre. Notre barbarie envers nos semblables s’accompagne dans tous les cas d’une complaisance, d’une cécité et d’un mutisme durables, monstrueux. C’est encore le cas aujourd’hui même.

    Rapacité pérenne, nous détruisons des pays entiers, les rendons invivables, les pillons et les ruinons. Par millions les réfugiés ne cessent de les fuir. Nous ne comptons même pas tous ceux qui périssent en Méditerranée depuis des années, tous ces corps échoués sur nos rives, ces détenus qui brûlent dans ces camps surpeuplés en flammes. «Migrants»… même le terme que nous utilisons pour désigner nos victimes est impropre!… Méprisant.

    « Pourquoi en a-t-on si peu parlé ? Et même pratiquement pas du tout… »?

    Pourquoi, irresponsables, taisons-nous encore et toujours la cause des causes de tout cela?

    Comment faisons-nous?

    Dans la nuit, au son des vagues, on entend, accusatrice, cette voix d’enfant:

    « Comment osez-vous? » (Greta Thunberg)

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications