Les Crises Les Crises
18.février.201618.2.2016 // Les Crises

[Droit du travail] Les ultra-libéraux en ont rêvé, la droite socialiste le fait…

Merci 503
J'envoie

Vivement le retour de la droite non socialiste… (?)

Je rappelle que la France est un des pays où la productivité horaire est la plus élevée au monde, il est donc normal que l’heure soit plus chère, et surtout le temps de travail plus bas, sinon, bonjour l’explosion du chômage…

Productivité en Europe selon Eurostat, en euros par heure travaillée :

Mais bon, pourquoi faire appel à l’intelligence des gens pour qu’ils débattent, quand on peut les manipuler… ?

Projet de loi El Khomri : le temps de travail passé à la moulinette

EXCLUSIF. Durée maximale de travail, forfaits jour, accords compétitivité-emploi : le projet de loi El Khomri sur la négociation collective, le travail et l’emploi donne la main aux entreprises.

Le projet de loi El Khomri va permettre demain aux entreprises de négocier à la carte le temps de travail. Car, s’il ne touche pas à la durée légale, il donnera la main aux employeurs qui pourront avoir recours facilement aux multiples exceptions qui entourent la règle des 35 heures en établissant des accords.

Durée maximale de travail : jusqu’à 60 heures par semaine en cas d’accord

Le projet de loi stipule que la durée quotidienne de travail pourra être portée à 12 heures par accord d’entreprise. Cette possibilité existe déjà dans le Code du travail. Mais, pour la mettre en place, il faut aujourd’hui des « dérogations accordées dans des conditions fixées par décret », autrement dit dans des cas très rares.

Autre changement, la durée moyenne de 44 heures maximum de travail par semaine peut être portée à 46 heures désormais par accord d’entreprise. Avant il fallait un accord de branche, mais aussi un décret, ce qui là encore était très rare. Nouvelle subtilité : cette durée de 44 heures maximum ne court plus sur une période de douze semaines consécutives, mais seize semaines.

Enfin, la durée hebdomadaire peut être portée, en cas de circonstances exceptionnelles, à 60 heures, toujours par accord. Là encore, cette durée est déjà prévue. Mais aujourd’hui, il faut une autorisation de la Direction du travail, ce qui n’arrive quasiment jamais. D’autre part, le texte actuel stipule que les 60 heures concernent « certaines entreprises ». Une notion qui disparaît.

Apprentis : l’inspection du travail hors jeu

Selon le projet de loi, les apprentis de moins de 18 ans pourront travailler jusqu’à 10 heures par jour (au lieu de 8 heures) et 40 heures (contre 35) par semaine, si des « raisons objectives le justifient ». Aujourd’hui, c’est déjà possible, mais l’entreprise doit demander l’autorisation à l’inspection du travail « après avis conforme du médecin du travail ». Alors qu’avec ce texte l’employeur devra simplement en informer les deux.

Les astreintes sur les temps de repos

Le projet de loi prévoit que les temps d’astreinte s’imputent sur les temps de repos lorsqu’ils ne sont pas travaillés effectivement. Le Comité européen des droits sociaux (qui s’appuie sur la Charte sociale européenne) a pourtant condamné le fait qu’ils s’imputent sur le temps de repos. Selon cette charte, toutes les heures de présence (travail ou « inactivité ») sont du travail effectif à prendre en compte pour les durées maximales et les repos, seule une différence de rémunération étant admise.

Coup de canif sur le forfait jour

A l’heure actuelle, un cadre sur deux travaille sans compter ses heures, malgré les 35 heures, mais dans la limite de 235 jours par an. C’est le système du forfait jour appliqué, aux salariés autonomes. Il prévoit 11 heures de repos consécutives. C’est fini. Ces 11 heures de repos pourront être fractionnées. Autre brèche ouverte : dans les entreprises de moins de 50 salariés, plus besoin d’accord collectif. Il suffira que l’employeur se mette d’accord avec son salarié pour le passer au forfait jour.

Source : Le Parisien, 17/02/2016

Salaire « modulable », astreintes non payées: les idées chocs d’El Khomri

Déjà, imaginer que cette pauvre fille (ou ce pauvre gars, rien de sexiste) a des idées, et que ce sont les siennes (je rappelle qu’elle était Secrétaire nationale du Parti socialiste chargée des questions de sécurité), c’est déjà faire preuve d’une naïveté proverbiale sur notre système politique.

Les 35 heures restent – sur le papier – mais la ministre du Travail fait des propositions que n’auraient pas reniées les politiques les plus libéraux. Revue de détail.

Selon Le Parisien, La future loi Travail de Myriam El Khomri empile les propositions chocs. L’avant-projet de loi livre les principaux points d’un texte explosif sur le plan du droit social. Reste qu’il est encore loin d’être voté: la loi doit encore passer en comité interministériel, avant d’être présentée en Conseil des ministres le 9 mars et devant le Conseil d’État.

Revue de détail d’un texte qui n’a pas fini de faire parler de lui.

Vers la semaine de 60 heures?

La durée légale du travail resterait à 35 heures (autrement dit, les heures supplémentaires débuteraient toujours à la 36e heure), mais la durée maximale d’une semaine de travail serait portée à… 60 heures! Un cas possible aujourd’hui « pour des circonstances exceptionnelles, sous réserve d’accord de l’inspection du travail ». Sauf qu’El Khomri veut faire sauter cette demande d’autorisation – quasiment jamais accordée.

Un salaire… « modulable »

Lors d’un passage à vide économique, ou dans le cas de la conquête de nouveaux marchés, l’entreprise pourrait moduler (à la baisse) librement le temps de travail et le salaire des employés pour cinq ans maximum. Si l’accord préalable des salariés est prévu, ceux qui refuseront pourront être licenciés pour « cause réelle et sérieuse ». Jusqu’ici, en cas de modification unilatérale du contrat, le salarié qui refusait la nouvelle version pouvait être licencié économique, ce qui lui était plus favorable.

Des astreintes non travaillées… et non payées

Aujourd’hui, un salarié en astreinte est considéré comme à disposition de l’entreprise, ne serait-ce que parce qu’il ne peut s’éloigner ou s’absenter. Il doit donc à ce titre être indemnisé. Le texte d’El Khomri prévoit tout simplement qu’il soit considéré comme… « en repos », à partir du moment où l’entreprise n’aurait pas fait appel à lui. Pourtant, selon la Charte sociale européenne, une astreinte peut être moins payée – ce n’est pas un travail effectif – mais elle doit tout de même être indemnisée.

Prud’hommes: les indemnités plafonnées

Au-delà des indemnités légales de base, les prud’hommes peuvent librement fixer le montant des indemnités allouées à un salarié licencié abusivement. Mais El Khomri prévoit un plafonnement, réclamé et attendu par les patrons. Le juge doit s’en tenir à un barème, qui tient uniquement compte de l’ancienneté du salarié. Avec une limitation à 15 mois de salaire pour les employés qui ont plus de 20 ans d’ancienneté.

Des référendums plutôt que des syndicats

Le principe d’un accord d’entreprise voté par les syndicats demeure, mais ceux-ci devront représenter au moins 50% des suffrages lors des élections professionnelles (contre 30%) pour être jugés représentatifs. Si les syndicats majoritaires ne valident pas l’accord, des syndicats pourront demander la tenue d’un référendum, sans pouvoir s’opposer à sa validation si les voix sont majoritaires.

Coup de canif dans le forfait jour

En France, 50% des cadres sont au « forfait jour »: ils peuvent donc déroger aux 35 heures hebdomadaires, mais doivent s’en tenir à d’autres contraintes: 235 jours de travail par an au maximum, et 11 heures de repos consécutives obligatoires par 24 heures. La mise en place du forfait jour passait par la signature d’un accord collectif dans les PME de moins de 50 salariés. Selon le texte de la ministre, un accord individuel de chaque salarié suffira désormais. Et ce n’est pas tout: les 11 heures de repos pourront être fractionnées, plutôt que consécutives.

Les apprentis travailleront plus

La durée légale de travail d’un apprenti serait portée à 40 heures hebdomadaire (contre 35), avec 10 heures par jour au maximum (contre 8), ce qui était déjà possible, mais uniquement avec l’accord de l’inspection du travail et d’un médecin du travail. Désormais, le patron devra seulement « informer » l’inspection et le médecin du travail.

Source : Le Dauphiné, 17/02/2016

 

L’intégralité du projet de loi El Khomri

Bon, ben désolé, mais là, c’est la minute nécessaire de Monsieur Filoche (à prendre aussi avec un peu de recul) :

Gérard Filoche : « La plus importante contre-révolution depuis un siècle »

Entretien. Pour l’ex-inspecteur du travail et membre de la direction du PS, Gérard Filoche, l’avant-projet de loi El Khomri est une « attaque thermonucléaire » contre toutes les protections des salariés.

À la lecture de l’avant-projet de loi El Khomri, reste-t-on selon vous dans le champ d’une simple « simplification » dont parlait la mission Badinter ?

Gérard Filoche Non, c’est un véritable bouleversement. Valls avait annoncé qu’il ne voulait pas d’une réformette mais d’une révolution. Nous sommes face à la plus importante contre-révolution depuis un siècle. C’est une attaque à la bombe thermonucléaire contre l’ancien Code du travail. Depuis un siècle, le droit du travail s’est construit pour permettre de protéger les salariés contre les exigences des entreprises et de l’économie. Et voilà qu’ils font l’inverse, ils nous ramènent au statut de loueurs de bras, de tâcherons, de soumis sans droit. C’est la casse de la grande tradition de reconnaissance du salariat comme moteur de la production des richesses.

Le gouvernement avait promis de ne pas s’attaquer aux 35 heures, quelle est votre appréciation ?

Gérard Filoche Il a menti, noir sur blanc. Les 35 heures ne sont plus, dans ce projet, qu’une éphémère plaisanterie. En une dizaine de chapitres, tous les contrôles sur la durée du travail sautent. Les gens vont avoir du mal à le croire, mais il est bien écrit que la durée maximale du travail pourra, par forfait ou négociation, excéder les 12 heures par jour, tout comme elle pourra dépasser les 48 heures par semaine, pour atteindre les 60 heures.

C’est au nom de l’inversion de la courbe du chômage que le gouvernement justifie ses réformes ; quels dangers pour l’emploi recouvre cet avant-projet ?

Gérard Filoche De telles transformations augmenteraient massivement le chômage. Il s’agit de faire travailler plus ceux qui ont un travail au détriment de ceux qui n’en ont pas. L’ampleur du mensonge est fracassante. On atteint des sommets de propagande et de contresens. Comment peut-on prendre des millions de salariés pour des gogos, prétendre qu’il s’agit de leur permettre d’avoir un travail alors que, pour beaucoup, cela le leur enlèvera, et que, pour les autres, cela les exploitera, brisera leur santé ? D’où tout cela vient-il ? Personne ne le demande, à part Pierre Gattaz, et même lui doit sûrement en ce moment s’étonner de la hardiesse ultralibérale de ce projet.

Le gouvernement prétend promouvoir le « dialogue social » via le référendum et les accords d’entreprise. Quels sont les risques ?

Gérard Filoche Il enterre au contraire le dialogue social. Il ne peut y avoir de référendum dans une entreprise puisque les parties ne sont pas à égalité. Le salarié est subordonné, avec un canon sur la tempe quand il doit se prononcer comme chez Smart. En outre, les dispositions prévues rendent possibles tellement de dérogations à la loi que pratiquement plus rien de l’ordre public social ne restera en place. Il y aura 10 000 Codes du travail dans 10 000 entreprises.

Les syndicats et une majorité de gauche peuvent-ils entériner ces mesures ?

Gérard Filoche Tout syndicat devrait immédiatement appeler à descendre dans la rue. On est à l’os, il est vital de se défendre. Quant à la majorité, celle que je connais a appelé à reconstruire et à renforcer le Code du travail. C’est un reniement en profondeur du gouvernement, une attaque contre l’histoire même du PS. Les députés qui ont par le passé voté tout le contraire de ce texte seront soumis à leur propre conscience. Même la droite sarkozyste n’envisageait pas d’aller si loin.

Source : l’Humanité, 18/02/2016

Commentaire recommandé

bruno // 18.02.2016 à 16h04

en effet…c’est vraiment le gouvernement de la honte.
et j’espère qu’ils vont le payer sévèrement.

193 réactions et commentaires - Page 2

  • patrickluder // 19.02.2016 à 11h33

    Un gros point à remettre ne question est la part gouvernementale dans le droit du travail. Ne vaudrait-il pas mieux un droit étatique (cadre général) restreint et laisser la responsabilité des détails à des organismes indépendants par branche, par exemple gérés à part égale par des représentants des syndicats patronaux, des syndicats ouvriers, une représentation populaire et une représentation étatique ?

    Le droit du travail actuel est tellement compliqué et tordu qu’il ne sert à rien, Le droit actuel sur réglementé ne sert ni l’économie, ni les entreprises, ni les employés et va à l’encontre d’une recherche d’équilibre sociétal.

      +0

    Alerter
  • patrickluder // 19.02.2016 à 11h35

    Tout ce battage médiatique sur le droit du travail occulte complètement les trois causes principales des déséquilibres :

    – des taux de change artificiels entre les monnaies à 100 contre 1 permettant aux pays développés de s’accaparer les ressources des pays pauvres à un prix dérisoire.

    – la mise en place de la troisième révolution industrielle permettant d’augmenter fortement la productivité en diminuant drastiquement la main-d’oeuvre.

    – les marchés financiers et les marchés mondiaux, falsifiant la valeur des matières et des énergies en s’accaparant de la toute grande partie des richesses.

      +6

    Alerter
  • patrick // 19.02.2016 à 12h37

    arrêtez de vous exciter sur cette loi.
    ça va faire comme d’habitude , beaucoup de bruits, des tas d’amendements et de renoncements et à la fin un texte sans queue ni tête , totalement vide mais qui compliquera un peu plus l’usine à gaz de départ.

      +1

    Alerter
  • Charles // 19.02.2016 à 13h13

    C’est effectivement « la » bombe du mandat Hollande. Et elle explose dans un terrain miné !

    Il suffit de lire cette analyse inédite, qui rend compte d’une montée de la marée des grèves et luttes depuis le début de l’année: http://wp.me/p5oNrG-jXz

    A faire circuler sans modération pour élever la détermination à en finir avec les casseurs pions du MEDEF

      +4

    Alerter
  • Furax // 19.02.2016 à 13h25

    Entièrement d’accord avec patrickluder en patrick.

    Cette loi va encore finir par accoucher d’une souris. C’est la méthode que les gouvernements français appliquent depuis au moins 15 ans sur ces sujets de droit du travail droit social. Et la méthode Hollande, c’est d’enfumer. On déplace un peu le curseur où on codifie quelque chose qui a déjà été posé par la jurisprudence ou on pose une règle plus claire quand il y a des conflits de jurisprudence.

    Tout bon juriste vous dira qu’il y a la loi et qu’il y a la vie. Et que ce qui compte c’est la vie, la réalité de l’activité.

    Ce que fait ce gouvernement, c’est d’adapter un peu plus le cadre juridique à la pression accrue de la concurrence internationale. Et de toute façon, dans la vraie vie, les entreprises s’adaptent. Elles n’ont pas le choix. Jusqu’à présent, elles s’adaptaient beaucoup en cessant d’investir en France et en localisant leurs nouveaux investissements à l’étranger et en recourant au CDD. Et celles qui ne le pouvaient pas faisaient faillite.

      +1

    Alerter
  • Saabaïdii // 19.02.2016 à 15h10

    Bonjour,
    Les termes travail (-ler) tripalium/trabicula (-re); labeur/ labourer, labor (-are), renvoient à de multiples notions de souffrances.
    Le travailleur trans-forme par son labeur la matière inerte ou vivante et en modifie
    l’in-formation initiale en vue d’une pro-duction acquérant valeur travail, marchande ou d’usage.
    Certains travailleurs prennent leur charge très à coeur :
    https://www.youtube.com/watch?v=CHFCVRFXuWM
    … et modifient très sensiblement l’in-formation…
    Quant à ces dernières frasques, ici en matière de droit du travail; je n’y vois que le franchissement d’une étape supplémentaire dans la désagrégation de nos sociétés afin que nos négociateurs cagoulés abordent le :
    http://ec.europa.eu/trade/policy/in-focus/ttip/index_fr.htm
    …en toute sérénité…
    Souvenons-nous de ce qui constituait déjà la première tentative de subversion à l’époque:
    http://www.oecd.org/fr/investissement/accordssurlinvestissementinternational/accordmultilateralsurlinvestissement.htm
    …nous ne devons pas être très loin de ce qui se joue aujourd’hui dans les plus épaisses ténèbres.

      +1

    Alerter
    • Furax // 19.02.2016 à 15h40

      Certes, mais si vous ne contextualisez pas, vous tombez dans deux écueils à la fois : le contresens et la contradiction.

      Vous commettez un contresens parce que le sens étymologique du mot travail, que vous rappelez correctement, se trouve avoir été défini dans une période où le système de valeurs et de représentations était radicalement différent du notre, et qu’il l’a été par des riches aristocrates pour qui seul était digne celui qui avait les moyens de ne travailler pour se consacrer au service de la cité et à des loisirs intellectuels.

      Vous contredisez. On ne peut pas à la fois définir le travail comme une aliénation et se plaindre que des gens, en général peu qualifiés ou dont les qualifications sont devenues inadaptées, ne trouvent pas suffisamment de débouchés ou ne soient confortablement payés.

      Si on estime que le travail est une aliénation, alors il faut vivre comme un aristocrate ou assumer de vivre comme Diogène. Ni vous ni moi ne devons un emploi rémunéré aux autres.

        +2

      Alerter
      • Astatruc // 19.02.2016 à 17h12

        Furax,
        Il n’y a pas besoin d’être qualifié pour faire pousser des légumes et cette profession nous est indispensable.
        Si nous étions honnêtes, ces gens là gagneraient mieux leurs vies qu’un ministre.
        On peut se passer d’un ministre pas de manger.

          +3

        Alerter
        • Subotai // 20.02.2016 à 03h52

          «  »Il n’y a pas besoin d’être qualifié pour faire pousser des légumes » »
          *********
          Ça c’est ce que vous croyez… 🙂
          Parce innocent aux mains vertes, ça marche la première fois, après c’est beaucoup de boulot et de connaissance (savoir faire) pour se remplir honnêtement le ventre de sa production.
          Et c’est un jardinier « amateur » depuis 2004 qui vous le dit.

            +1

          Alerter
      • Saabaïdii // 19.02.2016 à 17h47

        Merci de vos remarques.
        Par souci d’extrême concision il ne s’agissait pas de contextualiser.
        Un des linéaments pourtant bien visible unissant étymologie, sémantique, histoire et actualité trouve une expression dans le mot ‘souffrance’.
        Ainsi, je n’emploie volontairement pas le terme ‘aliénation’ qui me paraît déjà très abouti,
        bien que souvent constatable, afin de laisser champ libre à chacun d’interpréter
        cette ou ces souffrance(s) au degré expérimenté personnellement.
        Sans collaboration active visant à pondérer les rapports de force et autres paramètres
        contextuels, notre espèce n’aurait certainement pas franchi les ‘pré-sélections’.

        Si je puis me permettre en toute gentillesse, ‘ Furax ôte-toi de mon soleil ‘ .

        Bien cordialement

          +1

        Alerter
      • Nico 13 // 19.02.2016 à 23h39

        Mais de toute façon, il n’y a plus assez de travail pour tout le monde.
        Désormais, avec les nouvelles techno, on peut quasiment se passer de l’humain pour produire.
        Suffit de voir la nouvelle usine Adidas qui va ouvrir en Allemagne cette année.

        Et même dans les services on aura moins besoin de l’humain (cf chauffeurs avec la conduite autonome et les métiers du bâtiment via l’imprimante 3D).
        Regarde ce qu’il se passe aux USA.
        Ils annoncent un chômage de 4,9 %, mais en réalité il est le double, car pour obtenir ce taux ils ont enlevé tous ceux qui sont découragés.

        Et c’est confirmé par le taux d’emploi, qui n’a jamais été aussi faible que depuis une trentaine d’années.
        Donc en réalité, ce genre de lois, c’est juste pour maintenir un système qui est a bout de souffle.
        Qui peut croire franchement qu’on peut faire toujours plus de croissance ?

          +1

        Alerter
  • Emmanuel // 19.02.2016 à 15h11

    La  » droite socialiste  » : l’expression est heureuse puisqu’il y a une majorité électorale à droite en France actuellement. Si Hollande veut être réélu il doit pencher vers la droite car la vraie gauche est trop minoritaire et, de toute façon, Hollande n’est plus du tout crédible dans ce registre.
    C’est un opportuniste, comme tant d’autres.

      +1

    Alerter
    • Furax // 19.02.2016 à 15h48

      C’est un peu plus compliqué que cela.

      Il n’y a pas un référent unique de droite, pas plus qu’il n’y a un référent unique de gauche. Vous avez des référents communs à des gens de sensibilité de droite comme à des gens de sensibilité de gauche.

      On trouve des libéraux et des interventionnistes à gauche comme à droite. Le libéralisme est-il de droite ou de gauche ? Réponse variable selon les époques. A l’origine il était de gauche. Et puis il y a eu émergence d’une gauche non libérale voire anti-libérale même s’il est toujours resté une gauche libérale.

      Même chose pour le souverainisme.

      Même chose pour la question identitaire, très liée à la définition de la notion de nation et au nationalisme qui était à l’origine de gauche.

      Inverse pour l’internationalisme. A l’origine, c’était l’internationale des prêtres (ultramontanisme) et des aristocrates (les émigrés qui se tirent dans des pays encore tenus par des aristocraties en 1789), avant de devenir celle des travailleurs.

        +2

      Alerter
  • Jb²O // 19.02.2016 à 17h39

    « Je rappelle que la France est un des pays où la productivité horaire est la plus élevée au monde, il est donc normal que l’heure soit plus chère, et surtout le temps de travail plus bas, sinon, bonjour l’explosion du chômage »

    ??? Ha oui, donc si on passe à 20h par semaine, on va réduire le chômage?

    Si l’on ramène ce chiffre de 45.6 € produit par heure travaillée à un PIB de 2 423 md€ pour une population travaillant de 46 380 048 (chiffre eurostat), ça donne 800 heures de travail par an soir 4 heures / jour (200 jours/an). Personne ne travaille 4h/jr. Le même calcul appliqué au royaume-uni prouverait que les britannique travaillent 40% de plus que nous (30% si l’on pondère par la pop active).

    Ce ratio (PIB/ heure travaillée) ne représente rien. S’il était calculé par secteur, on en conclurait que les financiers travaillent bcp mieux que les agriculteurs.

      +0

    Alerter
  • Nico 13 // 19.02.2016 à 17h46

    Personnellement, j’ai toujours pensé que si l’économie stagnait voir pire était en récession, qu’on aurait droit a une politique qui n’aurait rien a envier a celle de l’extrême droite.
    Depuis les attentats, regardez les mesures qui ont été prises.
    Et on a de plus en plus de lois liberticides et de surveillance sur internet depuis quelque temps.
    De même au niveau économie.
    Regardez comme les patrons ont vite couru a Bruxelles pour pleurnicher car les aciéries chinoises sortent des produits a prix cassés.
    Mais les gars, la mondialisation sauvage vous l’avez voulu.
    Et maintenant, il faudrait faire du protectionnisme ?

    C’est comme pour les coiffeurs qui pestent contre la loi macron.
    Mais les mecs, le libéralisme ce n’est pas que la baisse des charges et le fait de pouvoir licencier librement.
    C’est aussi le fait de pouvoir ouvrir librement son commerce via la dérégulation.
    Et de plus en plus de secteurs seront touchés par ce point.
    Tout simplement parce qu’en vérité, avec les nouvelles techno, on a de moins en moins besoin de personnes pour produire.
    Macron l’a confirmé a demi-mot d’ailleurs quand il a présenté sa loi dans une école de coiffure : c’est plus facile de trouver des clients qu’un patron.

      +2

    Alerter
  • moshedayan // 19.02.2016 à 19h40

    Merci Olivier ! pour ce billet. Très bref : à quand la prochaine réforme de M. Hollande 70 heures par semaine payées 40 ! Au moins on ressemblera à la Corée (du Sud ou du Nord? des années 70 en plus !!) Le vrai deal de ce projet : Hollande candidat 2017 des patrons français, en échange le Président leur promet ce « pont d’or » vers l’Ultralibéralisme, alors ceux-ci embaucheront en grand nombre bientôt pour montrer que M. Hollande a tenu sa promesse.
    Vive Moshe Dayan !

      +1

    Alerter
  • Macarel // 19.02.2016 à 19h54

    Crédo de la gauche réaliste : « Avant de répartir les richesses, il faut d’abord les produire. »

    C’est la raison pour laquelle le gouvernement libéral de gauche actuel, est en permanence aux petits soins des entreprises.

    Là où il se fourre le doigt dans l’oeil jusqu’au coude, c’est de croire que les entrepreneurs vont lui renvoyer l’ascenseur en embauchant à tour de bras.

    Une entreprise n’embauche pas par philanthropie, mais parce que son carnet de commandes est rempli. Or nous sommes dans une période de récession économique, due à une concurrence internationale au moins disant social, résultat, les carnets de commande sont vides, les entreprises n’embauchent pas. C’est un cercle vicieux, plus le gouvernement met en place des politiques anti-sociales, plus les consommateurs ont les poches vides, moins les entreprises ont une demande solvable à mettre en face de leur offre, comme leur offre est trop chère par rapport aux concurrents des pays moins disant, elles demandent encore plus de mesures anti-sociales, etc…

    Peut-être faudrait-il ouvrir le vrai débat : la remise en cause du modèle productiviste de croissance perpétuelle et de concurrence libérale débridée, qui n’est plus viable.

      +3

    Alerter
  • Julien // 19.02.2016 à 22h04

    Filoche dégage du PS ou bien tais-toi (pour rester poli).

    Ce genre de bonhomme qui jouent les vierges effarouchées mais qui en fait ne font rien de plus voire participent en coulisses au système qu’ils critiquent publiquement.

    Mélenchon même combat…

    La plèbe et les fourches vont bientôt être de sortie… Là on verra les gens véritables.

      +0

    Alerter
    • Macarel // 19.02.2016 à 22h35

      C’est vrai, Filoche c’est le chef du coeur des « pleureuses » du PS.

        +1

      Alerter
  • zaakra // 19.02.2016 à 22h55

    Il y a un point important à ne pas oublier : cette attaque thermonucléaire a lieu sous Etat d’urgence !
    Nous avons enfin la PREUVE formelle qui ne pourra être travestie, même au téléspectateur de TF1, de la traîtrise de ce gouvernement d’infiltrés.
    GOUVERNEMENT RENEGAT.
    PEUPLE DE GAUCHE, SOULEVE-TOI !

      +1

    Alerter
    • Furax // 20.02.2016 à 01h23

      Le peuple de gauche étant minoritaire et moi démocrate, je préfère qu’il ne se soulève pas. La démocratie, ce n’est pas la dictature d’une minorité activiste et violente.

      Et d’ailleurs, tout soulèvement se traduirait par un appauvrissement terrible qu’on ne rattraperait pas. Les concurrents prendraient les places qu’on leur laisserait libres du fait du chaos généré par la violence et ne nous les rendraient pas. Depuis environ 35 ans, on est dans un monde de surproduction parce qu’on est trop productif du fait du progrès technique.

        +0

      Alerter
  • Charly Lassalle // 21.02.2016 à 16h47

    Nos dirigeants ne cessent de nous démontrer jour après jour qu’ils ont perdu tout contact avec la réalité sociale et économique de notre pays. Force est de constater qu’ils se foutent éperduement de la grande majorité de leurs administrés.

    Pour ceux qui considérent que cette propositon de loi est affligeante et ne risque en rien d’inverser la « courbe du chômage », vous pouvez signer une pétition à l’adresse mentionnée ci-dessous. C’est malheuresement l’un des seuls leviers de contestation qu’il nous reste avec la manifestation:

    http://loitravail.lol/

      +0

    Alerter
  • Gier 13. // 21.02.2016 à 17h21

    Je n’ai pas eu le temps de tout lire. Désolé donc si je répète des idées deja énoncées.

    Ce qui m’étonne dans tout ça, c’est l’indifférence que ces réformes suscite.
    Le mariage pour tous qui ne change rien à la vie des gens (sauf ce qui vont se marier) entraîne la « manif pour tous » des dizaines de milliers de personnes dans les rues. Des débats sans fin, des reportages dans les médias mainstream….
    Ce massacre de la protection des travailleurs, ce retour au XIXème siècle, cette reddition du gouvernement face à un Gattaz hilare, cette traîtrise des soit disant socialistes, laisse indifférent. Pas de manif pour tous (une vraie cette fois, parce que cela concerne vraiment tout le monde), pas de leader pour s’élever contre ce démantèlement de la protection sociale ? Pas de reportage contradictoire ? Pas de défilé ? Rien…. Pas de réaction de la gauche (je ne parle pas du PS) ?
    Comme je ne regarde quasiment plus les infos ni ne lit les grands quotidiens, j’ai peut-être raté l’annonce du prochain raz de marée qui va paralyser la France ?

      +0

    Alerter
  • Gier 13. // 21.02.2016 à 17h26

    Je n’ai pas eu le temps de tout lire. Désolé donc si je répète des idées deja énoncées.

    Ce qui m’étonne dans tout ça, c’est l’indifférence que ces réformes suscite.
    Le mariage pour tous qui ne change rien à la vie des gens (sauf ce qui se marier) entraîne la « manif pour tous » des dizaines de milliers de personnes dans les rues. Des débats sans fin, des reportages dans les médias mainstream….
    Ce massacre de la protection des travailleurs, ce retour au XIXème siècle, cette reddition du gouvernement face à un Gattaz hilare, cette traîtrise des soit disant socialistes, laisse indifférent. Pas de manif pour tous (une vraie cette fois, parce que cela concerne vraiment tout le monde), pas de leader pour s’élever contre ce démantèlement de la protection sociale ? Pas de reportage contradictoire ? Pas de défilé ? Rien…. Pas de réaction de la gauche (je ne parle pas du PS) ?
    Comme je ne regarde quasiment plus les infos ni ne lit les grands quotidiens, j’ai peut-être raté l’annonce du prochain raz de marée qui va paralyser la France ?

      +0

    Alerter
  • ROBERT // 26.02.2016 à 11h45

    Bonjour ,

    Allez voir cette interview datant de 2012 : elle est « éclairante » sur la volonté de Hollande et consorts et ouvrira les yeux sur la droite honteuse (le PS) sur la réforme du travail qui est dans les tuyaux depuis 2012 !

    http://www.fakirpresse.info/Le-plan-de-bataille-des-marches,359.html
    La version originale en PDF ici : http://www.reporterre.net/IMG/pdf/Chevreux-Hollande
    l’interview sur youtube https://www.youtube.com/watch?v=-4gJShaeKD8 (admirez le style hilare de Nicolas Doisy !!!) qui peut être aussi très sérieux sur BFM où il est consultant

    TRAHISON, TRAHISON, TRAHISON !!!

    La crise agricole qui sévit actuellement couplée à une France, à une Europe ouvertes par des traités de commerce iniques orientés au seul bénéfice de quelques uns ne peut conduire qu’à un embrasement de la société à plus ou moins long terme, attention à l’insurrection qui vient et à la guerre qui se profile à l’horizon en persistant avec les mesures d’austérité.

    Et pour ce gouvernement qui prône la déchéance de nationalité, que l’on commence donc par son chef et sa séide et qu’on les renvoie chez eux après confiscation de tout les biens comme lors de la Révolution.

    Patrick

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications