Nicolas Doze m’a invité à son émission sur BFM Business.

Avec Nicolas Mérindol, président du groupe Carmin Finance, et Henri Pigeat, directeur de la lettre Illissos et ex-patron de l’AFP.

Voici la vidéo :

Partie 1 :

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/nicolas-doze-les-experts-12-2411-357826.html

Partie 2 :

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/nicolas-doze-les-experts-22-2411-357829.html

Bonus : un petit rappel historique

============================

Quelques extraits de l’émission (comme BFM passe du temps à les découper, au moins qu’on les diffuse…):

Les banques centrales prennent des risques de plus en plus sidérants:

Compétitivité – coût : on a des attitudes schizophréniques :

Chômage : “On n’est pas les pires du monde”

Relance du crédit bancaire : un manque de volonté des banques :

Dépenses publiques: “le seul truc qui monte c’est la sécu” :

============================

N’hésitez pas à réagir en direct par mail sur cette émission via ce lien – Nicolas Doze consulte bien les mails en direct, et est très demandeur 😉 :

http://www.bfmtv.com/emission/les-experts/

(cliquez sur Lui écrire à droite)

Utilisez aussi Twitter : https://twitter.com/NicolasDOZE

91 réponses à [Média] BFM Business, Les Experts – 24 novembre

Commentaires recommandés

Fabrice Le 01 décembre 2014 à 06h52

quand j’ai écouté le débat j’ai eu en mémoire une phrase d’un néoliberal (je ne me souviens plus du nom) : “le chômage ce n’est pas le problème c’est la solution” dans le sens où il permettait d’imposer ce qu’il était impossible de faire en période de “plein emploi” (normal si vous pouvez retrouver un emploi du jour au lendemain l’employé n’est pas prêt à abaisser son salaire, repousser son départ à la retraite, …).

Quand à la partie où Nicolas Doze agite son crédeau, il faut réduire les salaires (mais je pense pas le sien) comme d’ailleurs une bonne part de ses invités économistes ou autres qui ne se rappellent pas certains qui à l’instar des restaurateurs et de la baisse de la TVA, qui annoncent déjà que les prix ne baisseront pas pour faire des gains de compétitivités mais pour faire des gains de rentabilité (quel intérêt dans ce cas pour les exportations comme vous l’indiquiez) si ce n’est pour augmenter la profitabilité qui ne bénéficient qu’à une minorité.

Le problème un peu laissé de côté c’est que la baisse des salaires, c’est la baisse des prix (même si certains rêvent d’avoir le beurre et l’argent du beurre voir plus) ou de la baisse des achats, ils diront que la solution c’est le crédit à la consommation mais remplacer une dette publique par une dette privé en excès c’est à terme tout aussi dangereux comme la démontré la crise 2008 (titrisation des emprunts privés américains) et le modèle ne peut pas tenir éternellement.

Bref courage Olivier, il n’est pire sourd que le sourd qui ne veut pas entendre et cette fois Nicolas Doze n’avais pas mis son sonotone.

  1. Fabrice Le 01 décembre 2014 à 06h52
    Afficher/Masquer

    quand j’ai écouté le débat j’ai eu en mémoire une phrase d’un néoliberal (je ne me souviens plus du nom) : “le chômage ce n’est pas le problème c’est la solution” dans le sens où il permettait d’imposer ce qu’il était impossible de faire en période de “plein emploi” (normal si vous pouvez retrouver un emploi du jour au lendemain l’employé n’est pas prêt à abaisser son salaire, repousser son départ à la retraite, …).

    Quand à la partie où Nicolas Doze agite son crédeau, il faut réduire les salaires (mais je pense pas le sien) comme d’ailleurs une bonne part de ses invités économistes ou autres qui ne se rappellent pas certains qui à l’instar des restaurateurs et de la baisse de la TVA, qui annoncent déjà que les prix ne baisseront pas pour faire des gains de compétitivités mais pour faire des gains de rentabilité (quel intérêt dans ce cas pour les exportations comme vous l’indiquiez) si ce n’est pour augmenter la profitabilité qui ne bénéficient qu’à une minorité.

    Le problème un peu laissé de côté c’est que la baisse des salaires, c’est la baisse des prix (même si certains rêvent d’avoir le beurre et l’argent du beurre voir plus) ou de la baisse des achats, ils diront que la solution c’est le crédit à la consommation mais remplacer une dette publique par une dette privé en excès c’est à terme tout aussi dangereux comme la démontré la crise 2008 (titrisation des emprunts privés américains) et le modèle ne peut pas tenir éternellement.

    Bref courage Olivier, il n’est pire sourd que le sourd qui ne veut pas entendre et cette fois Nicolas Doze n’avais pas mis son sonotone.


    • Deres Le 01 décembre 2014 à 11h07
      Afficher/Masquer

      Le problème des salaires en France, c’est qu’ils sont comme les iceberg, La plus grosse partie est cachée sous la surface. Avec les taux de prélèvements importants sur tout et à tous les niveaux, le niveau du pouvoir d’achat des français devient complètement dé-corrélé de sa partie visible. Réformer l’Etat et baisser les prélèvements, c’est aussi redistribuer de l’argent aux français, même si c’est indirectement via les entreprises. ne pas oublier que la redistribution systématique (L’Etat prend d’une main et redistribue de l’autre) qui se fait actuellement se fait toujours avec des pertes administratives et des fraudes récurrentes.


      • red2 Le 01 décembre 2014 à 11h49
        Afficher/Masquer

        Si cela consiste à baisser les cotisations patronales qui sont du salaire mutualisé, Non merci!
        Notre Secu, notre assurance chômage et notre système de retraite, meme si ils peuvent évidemment être améliorés, sont relativement efficaces. En tout cas plus que leurs équivalent privé! Si on vous rend cet argent vous devrez quand même vous assurer…


        • Fabrice Le 01 décembre 2014 à 17h22
          Afficher/Masquer

          surtout qu’il serait intéressant de savoir comment si on fait baisser les charges patronales (pourquoi pas) on peut assurer une sécurité sociale décente alors qu’en même temps on veut baisser les salaires des employés sans exploser l’endettement ? (hausse de la TVA ? oui mais du coup compatibilité avec la consommation intérieure qui représente 70%, je crois, du PIB).

          Il reste la solution l’âge de cristal (série) ou du soleil vert (film) mais là j’ai un doute sur la viabilité d’une telle société, et les financiers qui ne sont pas forcément les plus jeunes y trouveraient à redire sur les critères imposés ^^.


      • Demoralisateur Le 01 décembre 2014 à 20h30
        Afficher/Masquer

        La cotisation santé c’est 100% des salaires des toubibs des hôpitaux.
        Si vous voulez réduire les cotisations, allez donc raconter aux médecins qui vous soigne qu’ils sont trop payé, la prochaine fois que vous ferez un tour aux urgences.

        Je peux aussi vous faire la même avec les retraites. La cotisation retraite c’est 100% des pensions de nos retraités. Et bien allez expliquer à vos parents retraités qu’ils touchent trop de pension.

        On reparle de tout ça après.


        • barre-de-rire Le 01 décembre 2014 à 23h12
          Afficher/Masquer

          va dire aux idiotes qui ont mal au ventre pour causes de règles douloureuses de pas aller faire chier les médecins aux urgences pour un doliprane et 4h sur le banc, et de laisser la place à ceux qui en ont vraiment besoin…

          les toubibs auront des journées plus légères


          • Demoralisateur Le 02 décembre 2014 à 12h14
            Afficher/Masquer

            Un médecin n’a pas d’obligation de résultat mais de moyens. Il vaut toujours mieux aller chez le médecin pour rien. Mieux vaut trop de médecins que pas assez également.

            Allez racontez votre petite histoire aux parents du gamin qui est mort parce que le samu n’a pas voulu se déplacer pour une gastro. (qui en fait n’en était pas une)


            • dupontg Le 02 décembre 2014 à 22h55
              Afficher/Masquer

              certainement,puisque 99% des visites et examens ne servent qu’à verifier que vous n’avez rien de tres grave…


        • Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 01h19
          Afficher/Masquer

          En même temps, ce sont les mêmes que ça ne choque pas qu’un joueur de football soit payés 1.5 millions d’euros par mois, et ce ne sont pas des cotisations obligatoires sur leurs fiches de paie : http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/psg-combien-coute-l-absence-de-zlatan-845279.html


        • Ovuef2R Le 02 décembre 2014 à 06h37
          Afficher/Masquer

          Avec mon père les rapports sont, de longue date, conflictuels. Ce qui m’a amené un jour à lui faire remarquer que sa génération avait augmenté les cotisations d’assurance vieillesse afin de leur fournir de généreuses pensions alors que à la radio, du temps de ma lointaine jeunesse et de son pic d’activité, le chanteur Pierre Perret disait de la jolie Perette que sa taille était plus fine que la retraite des vieux.
          Ils ont peu cotisé, sauf sur la fin, et touchent bien, nous on cotise un max, depuis le début, et on est parti pour ne rien récupérer.


      • Vieux Christophe Le 04 décembre 2014 à 21h45
        Afficher/Masquer

        Ecoutez bien Olivier expliquer (vidéos ci-dessus) où est la voie d’eau : la “sécu” en général, parce qu’on est de plus en plus vieux, de plus en plus retraités, pour le reste les dépenses baissent (depuis 81, dit OB). Alors c’est quoi vos “Réformes”? “Euthanasie papy, euthanasie mamie”, comme le chantaient les Olivensteins?


    • Surya Le 01 décembre 2014 à 14h03
      Afficher/Masquer

      Pour la citation, c’est du Friedman ou du Mundell non ? le libéralisme ne vise pas du tout à lutter contre le chômage, c’est le principe du NAIRU cher à Milton Friedman 🙂 Le plein emploi amène à une inflation des salaires et l’inflation c’est le mal 🙂


    • Wilmotte Karim Le 01 décembre 2014 à 21h43
      Afficher/Masquer

      https://www.youtube.com/watch?v=B50VnkSChC4

      Michel Husson sur les sources du travail et… l’utilisation du chômage pour limiter les salaires.


      • Wilmotte Karim Le 01 décembre 2014 à 22h15
        Afficher/Masquer

        Correction : remplacer “sur les sources du travail” par “sur les sources de la crise”.


    • boduos Le 01 décembre 2014 à 23h35
      Afficher/Masquer

      La dette privée,c’est que le système veut; pendant que je me bats pour rembourser,je fais pas de révolution sinon je perd tout.Le système est alors gagnant sur toutes les lignes:plus de stress et d’inquiétude sur l’avenir donc plus de docilité,plus de chômage donc salaires plus bas,plus de précarité donc plus de socio-dépendance , plus de clientélisme…..plus de complexité , plus d’écrans de fumées…


  2. nicolasjaisson Le 01 décembre 2014 à 10h36
    Afficher/Masquer

    Ce ne sont pas les économies européennes qui font faillite, mais les économistes keynésiens dont les théories fausses ont enténébré les esprits depuis la crise des années trente et le triomphe du socialisme de marché à partir des années 1980 sur tous les continents. On ne peut qu’être frappé par l’universelle faillite de ceux qui croient pouvoir tout diriger et tout contrôler parce qu’ils détiennent tous les leviers de commande de l’économie et en particulier ceux de l’économie monétaire. L’exemple de la Chine est le superlatif de la création monétaire incapable d’enrayer la destruction de valeur causée par l’effondrement de ses marchés à l’exportation et l’assèchement des liquidités dans le secteur non réglementé qui assurait le recyclage des mauvaises dettes du secteur bancaire soumis aux ordres d’un Etat discrétionnaire. Le tableau comparé de l’évolution des profits des entreprises et celui de la création monétaire de la PBOC sont inversement corrélés, tout comme le prix du pétrole suit de près l’évolution du PNB chinois.

    http://www.tradingeconomics.com/charts/china-central-bank-balance-sheet-forecast.png?s=chinacenbanbalshe&d1=19990101&d2=20141231

    http://research.stlouisfed.org/fredgraph.jpg?hires=1&type=image/jpeg&chart_type=line&recession_bars=on&log_scales=&bgcolor=%23e1e9f0&graph_bgcolor=%23ffffff&fo=verdana&ts=12&tts=12&txtcolor=%23444444&show_legend=yes&show_axis_titles=yes&drp=0&cosd=2014-04-28&coed=2014-11-24&width=670&height=650&stacking=&range=Custom&mode=fred&id=DCOILWTICO&transformation=lin&nd=&ost=-99999&oet=99999&scale=left&line_color=%234572a7&line_style=solid&lw=2&mark_type=none&mw=1&mma=0&fml=a&fgst=lin&fq=Daily&fam=avg&vintage_date=&revision_date=

    En Chine comme en Europe, les politiques découvrent que la croissance du PIB ne se décrète pas. Les responsables du parti communiste chinois n’ont abouti qu’à une seule chose en copiant le volontarisme de la croissance du PIB à l’occidental: construire une pyramide de dettes, au lieu de générer de la richesse sociétale durable inondée dans un océan de liquidités artificielles causé par la faillite de projets ubuesques non rentables qu’il faut refinancer par de la monnaie banque centrale pour maintenir le système à flot. On a pas fini de patauger dans la semoule, tant qu’une nouvelle guerre mondiale ne viendra pas éponger le surplus de dettes et rebattre les cartes de la production au niveau mondial.


    • Casquette Le 01 décembre 2014 à 11h35
      Afficher/Masquer

      Olivier a consacré une série de billets sur la déréglementation financière pratiquée par les “keynésiens” (“socialiste” en tête) , c’est sur le moteur de recherche.
      Un exemple avec le commentaire du livre de Rawi Abdelal

      http://www.les-crises.fr/socialistes-liberaient-finance/

      Pour rappel sa thèse est que la déréglementation n’est pas partie des USA mais de l’Europe et de notre pays en particulier.

      Les libéraux orthodoxes détestent tellement l’Etat et la fonction publique qu’ils ont du mal à envisager que la politique de financiarisation ait pu être mis en place par des fonctionnaires… parfois ils nient même qu’elle ait eu lieu !


    • red2 Le 01 décembre 2014 à 12h02
      Afficher/Masquer

      Le keynésianisme fonctionne mais en modèle d’économie fermée. Aujourd’hui en régime de libre échange XXL, ça ne peut évidemment marcher car quand vous relancez, pour une grande part c’est la consommation de produits étrangers qui augmente et un cercle économique vertueux et auto-entretenu ne peut s’enclencher (relance => augmentation de la demande => augmentation de la production => baisse du chômage, augmentation des investissements ou des salaires => augmentation de la demande =>…).

      keynésianisme seul pourra nous sortir de la crise car lui seul a compris qu’il s’agissait d’une crise de demande (et à l’échelle mondiale en plus ….) et non d’offre…

      Oui à une relance massive, mais en régime protectionniste et de non circulation du capital! De cette manière on pourrait sortir de la crise, mais les capitalistes n’en veulent pas car ça re-équilibrerait le rapport de force entre le capital et le travail aujourd’hui outrageusement en faveur du capital et des riches qui se gobergent …


    • Homère d'Allore Le 01 décembre 2014 à 13h54
      Afficher/Masquer

      En effet, beaucoup de “gens de gauche” sont des admirateurs de Keynes qui présenterait un “capitalisme vertueux” permettant une croissance continue et des dépenses sociales réduisant les inégalités. Le “new deal” de Roosevelt est toujours montré en exemple. Or, si celui-ci avait endigué la crise en 1932-1933, celle-ci était repartie de plus belle à partir de 1937. Seule la guerre a pu faire repartir la machine en détruisant la “surpopulation relative” et les “moyens de production surnuméraires” en Europe et au Japon.
      Aujourd’hui comme hier, la guerre est le seul remède du capitalisme. Elle se prépare.


      • Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 02h13
        Afficher/Masquer

        Un peu dur avec Roosevelt. Pour la petite histoire quand même sur Roosevelt, dans son reportage “La stratégie du choc”
        Naomi Klein conclut par cette belle histoire de Franklin D.Roosevelt : quand il rencontrait les organisations sociales ou syndicales et qu’elles proposaient des mesures sociales qu’elles voulaient dans le New Deal, il les écoutait longuement et leur disait : “Descendez dans la rue et obligez moi à le faire”. Naomi Klein conclut par cette belle histoire de Franklin D.Roosevelt : quand il rencontrait les organisations sociales ou syndicales et qu’elles proposaient des mesures sociales qu’elles voulaient dans le New Deal, il les écoutait longuement et leur disait : “Descendez dans la rue et obligez moi à le faire” En 1937, il y eut 4740 grèves.
        Par ailleurs, son intervention et sa capacité à appréhender Staline en pleine 2ème guerre mondiale ont permis que des accords de Yaltac, dont on convient qu’il s’agissait de partager une Europe dévastée entre la Grande Bretagne, les Etats-Unis et l’Union soviétique de l’époque., soient signés. Pour Roosevelt, Eisenhower et les responsables américains en général, la priorité est de finir la guerre avec le minimum de pertes en vies américaines. Le président américain a accepté de laisser l’URSS fournir l’effort de guerre le plus lourd, quitte à lui abandonner une plus vaste zone d’occupation. Et enfin, il fut l’un des seuls dignitaires américains pour lequel le drapeau soviétique fut bordé de noir et les dignitaires assistèrent à la cérémonie à l’ambassade.
        C’est à l’arrivée de Truman , le dernier président américain sans diplôme au pouvoir à la mort de Roosevelt que le complexe militaro-industriel reprend les rennes du pouvoir, rompant totalement tous les accords passés avec l’URSS,


        • Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 02h40
          Afficher/Masquer

          débutant ainsi la Guerre Froide avec le nouvel ennemi rouge, autorisant le largage des bombes atomiques sur le Japon alors que ce dernier négociait déjà un cessez-le-feu (certains analystes historiques déclarent d’ailleurs que les vrais destinataires du “message atomique” étaient les russes), lançant la Guerre de Corée et supervisant la création de l’Otan. Il est aussi à l’origine de la création du département de la défense en 1949, de l’US AIR FORCE, de la CIA et du Conseil de Sécurité National. Dans ces conditions, il était impossible à Truman d’accepter le fait que la 2ème guerre mondiale fut gagnée grâce aux “rouges”. Il se targua enfin de “savoir ce qu’il faisait en arrêtant la guerre…Qu’il n’avait aucun regret et que dans les mêmes circonstances, il le referait”. C’est avec ce président à mon avis que le développement du programme américain d’hégémonie a commencé et perdure depuis. il fut avec le président Georges W Bush le plus bas dans les sondages à la fin de leurs mandats respectifs.


    • theuric Le 01 décembre 2014 à 16h31
      Afficher/Masquer

      Ce ne sont pas les économies européennes qui font faillite mais l’ensemble de l’économie mondiale.
      Vous pouvez faire ce que vous voulez, vous taper le cul par terre en criant “vive l’empereur” si vous voulez, cela ne changera rien à l’affaire: l’économie mondiale va dans peu de temps faire faillite, point barre!
      Le reste…


    • Wilmotte Karim Le 01 décembre 2014 à 22h14
      Afficher/Masquer

      Le Keynésianisme, cela n’a JAMAIS été de donner de l’argent aux riches en espérant qu’ils le dépensent.

      Une politique Keynésienne va plutôt se concentrer sur la solvabilisation de la consommation, donc les plus faible et pour partie les classes moyennes. Loi d’Engles, la part de la consomation dépend statistiquement du revenus. Si cette loi n’est pas parfaite, elle permet de comprendre le peu d’intérêt des politiques néo-libérales … dépeintes comme… Keynésienne (nouveaux tours de forces de la propagande).


    • boduos Le 01 décembre 2014 à 23h57
      Afficher/Masquer

      la chine est le cheval de Troie du dollar.Avec ses excédants ,elle achète de l’or et des industries (+terres+vignobles….) donc elle profite tant qu’elle peut mais elle sait que l’oncle Sam la considère comme un danger mortel. (la Russie cherchant tout au plus la multi-polarité des nations)
      La tentative d’isoler la Chine obsède l’empire (accès aux ressources du moyen orient,des mers asiatiques,de l’Afrique et même de la Russie dont il veulent renverser le régime avec les sanctions )
      Les conflits suscités par l’Otanie contre la Russie afin de l’accuser d’agressivité pour “justifier” des sanctions sont en fait un vaste programme de déstabilisation de Poutine(une révolution arc en ciel pour le coup )


  3. coinfinger Le 01 décembre 2014 à 11h16
    Afficher/Masquer

    Ce qui m’amuse , c’est la comédie humaine qui se joue , là comme ailleurs .
    On a le stratagéme , victime-bourreau-sauveur , ou le bon , la brute et le truand version plus pessimiste , sur la Nature de l’Homme . Bref : la Trinité .
    Olivier est excellent , celà va sans dire , mais trop en avance pour étre compris . Mais ce n’est pas Doze la brute ou bourreau ( lui c’est le truand ou le sauveur) , c’est l’autre là avec sa gueule de premier de la classe , Pigeat . Quoiqu’il est bon aussi comme diable faire-valoir- de- Dieu , ce n’est pas le diable Manichéen ou schiite , égal de Dieu , c’est le diable Chrétien , un looser .
    Maintenant si on est pas Oriental à compter en quatre , voir cinq au lieu de trois . C’est un vrai méchant qui dissimule sa perfidie .
    Si on veut compter en quatre , on va au delà de la Trinité : infrastructure , état , formes de conscience ( version matérialiste) , faut compter avec le rapport à la nature , l’écologie . Et en cinq mais là j’anticipe avec notre nature spécifique , notre reproduction , faudra alors remplacer tout ces inutiles qui communiquent et gouvernent par des chercheurs et des initiateurs . Parce que méme à démographie égale ou régressive y a plusieurs maniéres de faire .


    • Casquette Le 01 décembre 2014 à 12h01
      Afficher/Masquer

      Qu’est ce que c’est ce charibia de fanatique religieux ?


      • coinfinger Le 01 décembre 2014 à 15h17
        Afficher/Masquer

        C’est du charabia peut étre mais pas fanatique . Je ne coupe pas de téte comme les républicains ou les islamistes . J’essaye de m’éxprimer de façon à faire comprendre que le discours scolaro-rationnel a coupé quelque chose , chez beaucoup , mais c’est pas la téte .


    • theuric Le 01 décembre 2014 à 16h41
      Afficher/Masquer

      A quelle métaphysique symbolique mathématique faites vous référence?
      Celle du 1 multiplicité et unité?
      Celle du 2 et de toutes les dualités structurant le monde?
      Celle du 3 et du secret d’existence de notre humanité?
      Celle du 4 et du voyage initiatique?
      Celle du 5 qui réuni toute chose?
      Prenez garde, monsieur, nul ne joue avec ça sans en subir de conséquences, cela sans dieu et sans diable, ce ne sera que le résultat de la dépravation de votre être profond.
      C’est un athée qui vous le dit!


      • theuric Le 01 décembre 2014 à 16h56
        Afficher/Masquer

        En fait, les affaires qui nous intéressent ne sont pas symboliques mais purement mécaniques: économie, politique, géopolitique, relations et définitions de ce qu’est le pouvoir, inconscient social et j’en passe.
        Il est inutile d’aller chercher là où ne se trouve pas la réponse.
        Comme du reste il est inutile de s’échiner à trouver une solution à un problème qui, pour l’instant, n’en a pas, soit l’effondrement actuel de l’économie-monde.
        Il n’est que de s’y préparer.


        • LIBRISTE Le 01 décembre 2014 à 19h41
          Afficher/Masquer

          On est loin de réactions purement mécaniques!

          Effet papillon

          1°) Le chaos possède une sorte de signature:
          Une cause très petite, qui nous échappe, détermine un effet considérable que nous ne pouvons pas ne pas voir. Si nous connaissions exactement les lois d’un flux (économique ou autre) à l’instant initial, nous pourrions prédire exactement la situation de ce flux à un instant ultérieur. Mais, lors même que les lois économiques n’auraient plus de secret pour nous, nous ne pourrions connaître la situation qu’approximativement. Si cela nous permet de prévoir la situation ultérieure avec la même approximation, c’est tout ce qu’il nous faut, nous disons que le phénomène a été prévu, qu’il est régi par des lois ; mais il n’en est pas toujours ainsi, il peut arriver que de petites différences dans les conditions initiales en engendrent de très grandes dans les phénomènes finaux ; une petite erreur sur les premières produirait une erreur énorme sur les derniers. La prédiction devient impossible et nous avons le phénomène fortuit.

          2°) Il peut conduire lui-même à des phénomènes stables. On parle alors d’émergence. On ne pourra en connaître le détail de réalisation, mais les états finaux peuvent être connus sans qu’on sache par quel chemin on y arrivera.


        • coinfinger Le 02 décembre 2014 à 02h27
          Afficher/Masquer

          Ok ! Je vous le fais tout en 1 et sans charabia .
          http://www.kitco.com/lease.chart.html
          çà demande encore confirmation , mais si çà se confirme on a les prémisses d’un nouveau 2008 mais pas toutes choses égales par ailleurs .
          çà vient de quoi , çà va où ? Comment se préparer ? Faut étre vraiment trés fort pour répondre en seulement trois points .


  4. reneegate Le 01 décembre 2014 à 11h26
    Afficher/Masquer

    De plus ce discours : des sacrifices (toujours les mêmes) pour ensuite “sortir gagnant”. Ce discours Raymond Barre le tenait déjà il y a 30 ans, qu’ils nous montrent quel sera ce merveilleux résultat après des années de vache maigre. Même l’Allemagne ne peut être prise comme exemple puisque la précarité de l’emploi y est énorme. De plus votre billet sur l’excédent commercial de l’Allemagne montre bien que tous les pays européens ne peuvent devenir tous excédentaires les uns envers les autres. Il y a un gagnant et des perdants. L’Allemagne vampirise l’Europe et principalement la France. Mais aller jouer sur ce terrain là? est ce cela le socialisme?
    En fait ils mâchonnent toujours la même boulette (les salaires) avec l’espoir d’accroitre leurs profits rapidement et ils ne savent même pas si cela va permettre de diminuer le chômage. Ils s’en foutent.
    J’ai eu l’impression que vous restiez en permanence sur votre retenue. Condition sine qua non pour passer à l’antenne? Car Pigeat qui revient sur la durée de travail (sur la vie) alors que la plupart d’entre nous voient leur départ à la retraite reculer à 66 voire 67 ans (dès que vous avez fait quelques études), c’est vraiment une honte. Ce type n’en aura jamais assez, mon opinion est qu’il faut le décrédibiliser et lui rentrer dedans. Pigeat va se payer le luxe de “dire toujours les mêmes choses qui ne marchent pas” jusqu’à 85 ans, sans aucun problème étant données les conditions dans lesquelles il “bosse”.
    Toutefois je vous pose cette question : êtes vous en deça? obligé de composer? attention je vous ai trouvé très pertinent dans vos réponses, ne faudrait il pas les bousculer ces Pigeats…..


  5. coinfinger Le 01 décembre 2014 à 11h53
    Afficher/Masquer

    La gestuelle , c’est drole aussi . Olivier Berruyer est ouvert , quand il n’est pas préoccupé par ces fiches , parfois le regard vers le Ciel . Doze , les bras croisés , signe de fermeture , comme probablement Ponce Pilate face au Christ ou paumes de mains en avant, signes de paix comme il se doit , et Pigeat , raide , la nuque en arriére , méfiant par rapport à ce qui arrive , sous controle .


  6. Charles Michael Le 01 décembre 2014 à 12h26
    Afficher/Masquer

    Olivier Berruyer a fait deux remarques qui a mon avis cadre le débat:
    – ça dure depuis 40 ans (premier choc pétrolier)
    – manque d’imagination

    D’un coté un fait admis mais dont les implications économiques n’ont jamais été complétement comprises et encore moins admises: l’importance des lois de la thermodynamique (l’enthropie) comme limites. A noter que depuis cette date (73/74) les économies riches connaissent chomage et délocalisations et baisse des masses salariales distribuées par rapport aux gains du capital.

    De l’autre un futur toujours déterminé par les lois physiques limitant les ressources non renouvelables. Là, le manque d’imagination (anticipation à 20/30 ans) est dramatique. Dans l’emploi de ces 315 milliards promis j’ai entendu parler de grandes infrastructures, créatrice d’emplois (hélas temporaires et en plus largement “détachés”).
    Ce qui me rappele les chantiers nationaux d’il y a à peu près 150 ans.

    En France parmi les projets à proscrire: le Grand Paris Express cout prévu (sic) 35 milliards fin des travaux en 2035; le Lyon-Turin (idem) , sans parler de tous les Notre-dames-des-Landes et autres barrages pour favoriser une douzaines d’agriculteurs. Petits détail sur les 290.000 m² de bureaux à la Défense plus du tiers sont vacants.

    PS: on peut se réjouir à court terme de la baisse du pétrole; mais en étouffant les investissements sur les pétroles chers, la chose reviendra avec une vengeance.


    • baretous Le 01 décembre 2014 à 13h17
      Afficher/Masquer

      “””autres barrages pour favoriser une douzaines d’agriculteurs.”””

      arrétez avec ça!

      il s’agissait d’un petit lac collinaire pour retenir l’eau qui se barrait à la mer et évitait les pompages dans les nappes; il en faudrait plus….

      par contre aucune protestation sur le lac à vagues pour les surfeurs dans les Landes au bord de l’océan….


      • Charles Michael Le 01 décembre 2014 à 13h52
        Afficher/Masquer

        Ce barrage, comme les autres “projets”, est symptomatique d’une non-vision du futur, et c’est là mon propos.
        J’ajouterai, puisque vous me le demandez, à cette liste les centres commerciaux, les hypermarchés, les rocades diverses et en gros tout ce qui n’est pas conçu pour soit une ville frugale, soit une agriculture non-subventionnée.


  7. Jean Marc Le 01 décembre 2014 à 13h26
    Afficher/Masquer

    Bonjour Olivier,

    J’avoue que j’admire votre patience. Cette façon de vous orienter systématiquement comme étant un un dangereux colporteur d’armageddon devient pesante, vous avez vu les têtes de tout le monde dès que vous ouvrez la bouche, c’est édifiant, on dirait que vous parlez chinois.
    On vous demande quasiment de donner des solutions à des problèmes sans surtout aborder ces derniers et faire comme s’ils n’existaient pas. Sans parler du positionnement autour du plateau qui n’a rien d’anodin dans la présentation.

    La crise, tout le monde est obsédé par sa résolution, c’est après tout assez normal, mais on s’en prend toujours à la base pour établir des solutions sous prétexte qu’elles auraient marché ailleurs, ou qu’elle n’aurait pas marché d’ailleurs (QE au Japon, réussite totale, QE aux USA, relancement fantastique de la croissance américaine etc).

    Donc dans ces tentatives d’aller mouliner encore la base, presqu’en lui faisant croire qu’après tout, c’est sa faute s’il y a la crise (les salariés français ne sont pas assez rentables et font fuir les investisseurs; faudrait en parler à General Electric, z’ont pas l’air d’accord). Bravo Olivier pour avoir souligné et je vous cite : “C’est ça les enjeux du 21ème siècle : travailler plus pour être moins payé?”

    Alors forcément, pour relancer le monstre, il faut baisser les salaires, évidemment. Tout le monde nous dit que tout le monde a échappé à la fin du monde en 2008, qu’on était au bord du gouffre apocalyptique et qu’il fallait réagir immédiatement en injectant des milliards et des milliards pour sauver le système.

    C’est étonnant tout de même, on parle peu des rémunérations des dirigeants et de leurs évolutions, à mon avis, plus édifiante et ça n’a pas l’air d’être cataclysmique à ce niveau là.

    “Aux États-Unis, les patrons gagnent en moyenne 354 fois plus que leurs employés, contre «seulement» 26,5 fois plus en 1978. Sur le Vieux continent, les dirigeants suisses et allemands trustent les premières marches du podium en percevant respectivement une rémunération 148 et 147 fois supérieure à celle de leurs salariés. En France, le ratio est quant à lui de 1 à 104. Des écarts ouvertement critiqués par l’OCDE et bien loin des prescriptions d’Henry Ford, père du capitalisme, qui estimait que pour être «admissible», l’échelle des rémunérations ne devait excéder 1 à 40.”
    “Les primes versées en 2008 aux dirigeants de neuf banques ayant reçu des aides de l’Etat américain ont parfois été nettement supérieures aux bénéfices nets de ces établissements, ont déclaré jeudi les services du procureur général de New York. Natixis et la BNPPARIBAS auraient versé respectivement versé 90 000 000€ et 49 900 000€ à leurs traders en 2009. Même la Banque mondiale La Banque mondiale (BM) fait scandale. L’AFP révèle que l’institution a accordé des bonus à (au moins) 4 de ses hauts dirigeants. Très impliqué dans la restructuration de cette institution de lutte contre la pauvreté, le directeur financier de la BM, le Français Bertrand Badré, a notamment touché 94.000 dollars de bonus pendant l’année fiscale 2014, qui viennent s’ajouter à un salaire net annuel de quelque 380.000 dollars, a indiqué un porte-parole de l’institution.”

    Et avec les records sur les marchés cette année, j’attends de voir la fuite qui va révéler les bonus qui seront versés au traders pour 2014.

    “Il n’y aura pas de gel de salaires” indique le gouvernement tout en annonçant que le SMIC ne connaîtra pas de coup de pouce en Janvier 2015. La retraite chapeau du patron de GDF Suez représente 52 smic par mois. Cela implique-t-l qu’il réalise le travail de 52 smicards par mois à lui tout seul? Les efforts ne sont pas demandés à tout le monde et depuis fort longtemps. Et ça, c’est pour ce que l’on sait, bien évidemment.

    Quand à Mr DOZE, Mr “Ah bon oui mais ok”, dont la forme de débat semble plus axé maintenant sur l’audimat qu’il va générer, que sur l’intelligence et la pertinence de son contenu et de la qualité des “spécialistes” qu’ils invitent pour débiter la propagande générale. Forcément, un Olivier BERRUYER qui parle de reset général des marchés, ce n’est pas vendeur et ça va faire fuir les auditeurs qui regardent et écoutent la pub pendant la pause. Cette façon de vous interrompre systématiquement quand on vous demande votre avis pour finalement ne pas vous le laissez exprimer en est un symptôme flagrant. Et puis vous ne vous rendez pas compte, qu’est ce qu’ils vont faire des “BFM BUSINESS ARWARD” après? 😉

    En tout cas, je vous ai trouvé synthétique et pertinent, comme à votre habitude, avec en transparence, mais je me trompe peut-être, un léger agacement dû au sentiment de toujours répéter les mêmes choses. Il n’y a pas pire lapin crétin que le lapin qui ne veut pas voir.

    Sources :
    http://www.lefigaro.fr/vox/economie/2014/11/20/31007-20141120ARTFIG00088-pire-que-les-retraites-chapeaux-l-ecart-de-remuneration-entre-dirigeants-et-salaries.php).
    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLU8239320090730
    http://www.lesechos.fr/27/03/2009/LesEchos/20393-159-ECH_natixis-a-verse-90-millions-d-euros-de-bonus-a-ses-traders.htm
    http://www.20minutes.fr/economie/341949-20090815-bnp-paribas-verse-499-millions-euros-bonus
    http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20141002trib992423d86/les-bonus-verses-a-des-dirigeants-de-la-banque-mondiale-creent-le-malaise.html


  8. Aster Le 01 décembre 2014 à 13h28
    Afficher/Masquer

    Ce n’est pas la première fois que je fais ce commentaire :

    Votre participation à cette émission est une insulte à votre intelligence !

    Comment supportez-vous ce rassemblement de têtes à claques ?


  9. Astrolabe Le 01 décembre 2014 à 13h37
    Afficher/Masquer

    Merci à Olivier pour ces mises au point qui clarifient un peu les choses.
    J’aimerais qu’on se mette d’accord un jour sur ces taux de chômage. Le périmètre des droits aux allocations chômage en France (la durée notament) est beaucoup plus important qu’en Allemagne, notamment depuis Hartz IV. Il est donc logique que le chômage soit optiquement plus important. Le nombre d’Allemands “hors inscription” est très important. Comment estimer le pourcentage réel de personnes sans emploi, qu’elle en cherche un ou non, dans les différents pays ?
    Par ailleurs, en Allemagne comme en Suisse, on a cultivé très fortement le “temps partiel” pour les femmes, ce qui introduit une distorsion supplémentaire.
    Dans tous les cas, le pouvoir d’achat n’en est pas conforté.


    • Surya Le 01 décembre 2014 à 14h39
      Afficher/Masquer

      il suffit de faire

      tx de chomage réel = 1 – taux d’emploi


  10. reneegate Le 01 décembre 2014 à 14h16
    Afficher/Masquer

    il faut corriger aussi Nicolas Merendol qui pour les besoins de son argumentation disait qu’il ne fallait pas considérer la limitation du déficit budgétaire de 3% annuel sur le court terme (suscitant ainsi des politiques à long terme), mais comment fait il avec le TSCG? avec un Moscovici ,qui n’a même pas changé de camp puisqu’il y était déjà dans ce camp européiste béat lorsqu’il était ministre des finances de la France, Moscovici donc qui somme la France de revoir sa copie avec 4Milliards d’économies supplémentaires?Il se permet de ne pas prendre en considération des traités qui nous obligent (et l’obligent lui aussi à en tenir compte sous peine d’être normalement considéré comme incompétent) pour aboutir forcément à des voeux pieux fumeux sans que personne ne le contredise. Alors c’est sur dans ces conditions, nous pourrions tous travailler jusqu’à 85 ans, biens payés, sans contradictions et surtout sans obligation de résultats. Que dire aussi d’un Nicolas Doze qui ne relève même pas.
    Ce BFM Business est une vrai mayonnaise, toujours la même recette, l’important c’est que ça monte et surtout que ça ne redescende pas, Nicolas Doze n’arrête pas de tourner en tirant la langue et en n’essayant même plus de comprendre.


  11. RonRon Le 01 décembre 2014 à 14h35
    Afficher/Masquer

    Hors sujet, mais je me suis bien éclaté sur ta prestation à ASI :

    http://www.arretsurimages.net/emissions/2014-11-26/Le-chomeur-d-investigation-son-canape-et-Google-Earth-id7253

    Tu m’as encore fait claquer du pognon à ASI (je te donne 10 fois plus), mais c’était très bon.

    Merci !


    • reneegate Le 01 décembre 2014 à 17h01
      Afficher/Masquer

      Combien y a t il eu de manip côté BAO? au moins 10 et arrêt sur images se réveille “innocemment” sur celle ci en posant la question “vous détectez les fake russes aussi?”. J’appelle cela des mediatox. Ils ne décrocheront jamais de leurs présupposés (USA= freedom + Russie=URSS=soviet=KGB=tristesse). Pire que le médiator, le médiatox a éradiqué le journalisme indépendant de la planète média.


  12. vico Le 01 décembre 2014 à 15h11
    Afficher/Masquer

    HS

    28 Novembre, 2014
    Xiong Shui-hua, 54 ans, un homme d’affaires chinois, a embauché un bulldozer pour raser tous les bâtiments en bois de son village natal dans le sud de la Chine et détruire sa route sale et boueuse. Il a fait construire des maisons neuves, offrant un logement pour chaque famille du village.
    Fils d’une famille pauvre, il a fait fortune dans l’industrie de l’acier. Devenu millionnaire, il n’a pas oublié sa famille, ses voisins et d’autres villageois de son enfance.
    72 familles ont déménagé dans un nouvel appartement et se promènent dans des nouvelles rues propres.
    Aux personnes âgées et aux personnes à faible revenu le millionnaire fourni des repas gratuits trois fois par jour.
    Le coût total du projet est estimé à plus de six millions de dollars.
    Xiong a dit qu’il a gagné plus d’argent qu’il pourrait en dépenser dans une vie.

    http://mixstuff.ru/

    étonnant, un homme à qui l’argent n’a pas pris la tête !
    une erreur de la nature ?


    • Lesag Le 01 décembre 2014 à 16h32
      Afficher/Masquer

      ça reste de la charité de dame patronnesse.


      • theuric Le 01 décembre 2014 à 17h12
        Afficher/Masquer

        C’est plus complexe que cela.
        Bien sûr qu’il y a un coté dame patronnesse, mais cela veut dire aussi la compréhension d’une responsabilité face à l’argent, ainsi que celle au-devant des siens.
        L’une des causes centrales de la situation économique mondiale vient, justement, de l’irresponsabilité, centrale chez les décideurs économiques et, dans une moindre mesure, politique.
        Pour une partie de ces derniers, le problème, me semble-t-il, viendrait plutôt d’un manque criant de jugeote.


    • Lage Le 01 décembre 2014 à 20h09
      Afficher/Masquer

      Je ne connais rien à cette histoire, mais une petite chose me fait tiquer : que cet homme choisisse d’enrichir son village. Un des problèmes usuels des conglomérats chinois est le népotisme, et il n’est pas rare que les cadres d’une entreprise soient tous plus ou moins des cousins ou, au moins, des natifs du même quartier de la même ville… Encore une fois, je ne sais rien de cette histoire, mais j’ai peur qu’elle ne reflète une société où on pense encore trop souvent à son clan plus qu’à la société.

      Les campagnes de Taïwan sont ainsi remplies de temples commémoratifs de la famille Machin, qui compte parfois des centaines de membres, lesquels s’y retrouvent une fois par an honorer l’ancêtre tutélaire… et échanger des cartes de visite.

      Et puis, snif, encore un de ces mignons petits villages chinois plein de petites maisons adorables qui va être remplacé par des machins en béton arrogant avec colonnes corinthiennes hideuses devant le portail du garage trois places !


      • Sumbawa Le 01 décembre 2014 à 20h38
        Afficher/Masquer

        1 – Xiong Shui-hua est né pauvre, il a connu la pauvreté, C’est le fait qu’avoir connu la pauvreté que devenu riche il en fait profiter son entourage.

        2 – en occident , l’individu est la base . en Chine, c’est la famille ( la notion d’individu n’existe pas vraiment) . Donc le “népotisme” que vous décrivez est la conséquence de leur culture ( et on ne compare pas les cultures, cela n’a pas de sens)

        3 – mignons petits village chinois…euh… ceux qui ont été rénovés pour les touristes, certes. le reste des maisons dans les campagnes chinoises sont plutôt des taudis .


        • Lage Le 01 décembre 2014 à 21h24
          Afficher/Masquer

          Je ne suis vraiment absolument pas du tout d’accord avec votre “l’individu n’existe pas en Chine”. Je ne comprend pas ce que cela veut dire. Je vis et travaille avec des chinois ou des taïwanais tous les jours et n’ai jamais eu l’impression d’avoir affaire à des non-existants ! Ni à de simples appendices de leurs familles ! Je vous accorde que les familles chinoises ont tendance à être plus autoritaires, plus hiérarchisées, mais elles ne nient certainement pas l’individualité de leurs membres.

          Et la famille, là-bas, cela change vite. Je dirai même que cela se décompose. Le “san dai tong tang” traditionnel – trois générations sous un même toit – ce n’est plus très à la mode. Les mariages avec des cousins matrilinéaires, c’est carrément un truc de grand-mère. Différence entre niveaux d’étude, meilleure maîtrise du mandarin, et petit nombre d’enfants ont d’une certaine manière inversé l’ordre traditionnel en faveur des héritiers.

          Je ne prétend pas connaître bien la Chine, mais j’ai fait de longues promenades à vélo autour de Guilin il y a quinze ans de cela, et je vous assure que tous les villages étaient extraordinaires, avec leurs maisons de pisé de plan 回 surplombées de frises noires, entourant une maison commune de plan 圖. Et les tombes fleuries isolées dans les rizières ! Les campagnes autour de Kaifeng et Luoyang étaient aussi magnifiques, peuplées des demeures à demi troglodytes.

          Evidement, les habitants, d’une pauvreté extrême, auraient échangé volontiers leurs maisons en terre pour des maisons en béton avec eau courante et électricité et appréciaient certainement fort peu ce qui charmait mon oeil d’occidental égoïste !


          • Sumbawa Le 02 décembre 2014 à 22h06
            Afficher/Masquer

            La notion d’individu n’est pas la même quand occident, donc cela implique bcp de différence

            Mais on est hors sujet , si il y a un article sur la Chine ( ils sont rare, OB n’a pas encore osé abordé ce sujet de 5000 ans d’histoire et de 1.5 Milliard d’hts) , je reprendrai ce débat.


  13. silvsivl Le 01 décembre 2014 à 16h42
    Afficher/Masquer

    bonjour,
    hors sujet mais je viens de tomber sur une vidéo ou j’apprends que la FED aurait égaré 9 700 milliards de dollar en 2009 !
    https://www.youtube.com/watch?v=3o8E6ZjE6OQ
    Alan Grayson auditionne l’Inspecteur Général de la FED, Elisabeth Coleman, sur les 9,7 trillions de dollars qui se serait évaporés (5 mai 2009)
    surréaliste (le nombre et la réaction de Coleman) vous auriez des infos ? merci


  14. Chaban Le 01 décembre 2014 à 19h47
    Afficher/Masquer

    Poutin vient d’infliger un mega revers à Washington et Bruxelles:

    http://rt.com/news/210511-russia-turkey-gas-pipeline/

    Ca devient vraiment intéressant.


  15. Jean Marc Le 01 décembre 2014 à 20h52
    Afficher/Masquer

    Sans parler du fait que dans cette émission qui parle de modération salariale à tous vent en ce moment, invitent des “spécialistes” qui sont toujours PDG de quelque chose, Directeur Général d’autre chose, associé principal d’autre, ou professeur à tel endroit, ou à tel autre tel endroit. Ils savent tous ce qu’il faut faire pour nous sauver et affirme tous que les salariés français comprennent parfaitement que leurs salaires sont haut par rapport à la rentabilité des entreprises et qu’il faut par conséquence les baisser et qu’il serait prêt à le faire.

    Je n’ai jamais vu un salarié, qu’il fusse privé ou fonctionnaire, invité pour nous éclaircir de son avis et de son point de vue (et je ne parle pas de représentant syndical). On a l’impression que ces messieurs quand ils viennent faire les beaux de 9h à 10h, ferment leurs entreprises pour pouvoir être là et sauver le monde. Cette chaîne gagnerait en cohérence, en se prétendant “chaîne spécialisée”, s’ils invitaient panel d’acteurs un peu représentatif de cette économie qui va mal, en particulier quand les “efforts modération salariales” les concernent directement et que ces messieurs prétendent que tous les salariés en sont conscients et seraient d’accord avec la disposition. Ah bon?

    Bientôt; ils vont nous faire comme le traitement de la crise de 2008 : Ah mais ça va très mal! Très très mal! On est au bord du cataclysme et si vous ne repassez pas à 39h, en baissant votre salaire au niveau du salaire espagnol qui a regagné 1 point de croissance grâce à ça, ou pour réussir comme les allemands, nous allons devoir licencier parce que ça va très très mal.

    Je ne dis pas qu’on nage dans des records de croissance et que tout va bien, mais j’aimerais bien que le salarié soit traité comme un acteur à part entière, en particulier quand la lumière est très floue de savoir (comme le rappelait très justement Olivier d’ailleurs) si la BCE met en place des mesures pour servir l’économie réelle, ou pour servir les marchés, qui sont eux par contre déjà bien sortis de la crise vue les derniers records sur les places.


  16. vérité2014 Le 01 décembre 2014 à 21h41
    Afficher/Masquer

    Germans Turn Their Backs on Merkel – French Neo-Con to the Rescue!

    The Guardian has run an opinion piece by former Le Monde editor Natalie Nougayrède hailing Merkel’s Brisbane speech as potentially “a major shift in European geopolitics”.

    http://russia-insider.com/en/2014/12/01/11-38-02am/fdfd

    Son pédigrée…invitée au Bilderberg également

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Natalie_Nougayr%C3%A8de

    http://openews.eu/ce-gouvernement-adoube-par-le-bilderberg-valls-macron-pellerin-remaniement/


  17. Archanonyme Le 01 décembre 2014 à 22h31
    Afficher/Masquer

    L’Europe est l’occident sont en train de sombrer dans le neo-socialisme (je ne connaissais pas ce terme)

    Pour preuve :

    http://www.romandie.com/news/Zone-euro-BCE-racheter-de-la-dette-dentreprise-une-option_RP/529842.rom

    Bon nombre de personne ne comprennent pas ce que sont :

    les rachats de dette publiques
    les rachats de dette d’entreprise

    Je vais essaie vous expliquer avec des mot simples : la banque central va annuler les dettes pour une entreprise cible comme cela comme par magie gratuitement pour l’entreprise (un immense cadeaux fiscal). Dans un deuxième temps, elle continuera de pays les intérêts des titres des dettes annulées aux créanciers donc les banque privé et les privés

    Donc premier constat, on est plus en dans un système capitaliste, il n’a pas possible dans un système capitaliste d’annuler les dettes gratuitement et de ne pas laisser des entreprises faire faillites (c’est les république bananière et la politique des anciens pays soviétiques)

    Il faut que les parlementaires (les représentant de notre démocratie reprennent les contrôles des ces rachats sociale)

    Parce que si ça continue c’est l’égalité de traitement entre les homme et les droits fondamentaux garantit par notre démocratie qui vont être touché (pourquoi on rachètent pas la dette des petit entreprises). On est en train de sombrer, la démocratie et notre système capitaliste que nous avons connu est en train de sombrer et personne de nos dirigent essaie de le sauver

    Je remercie Olivier pour avoir créer ce blog et d’avoir su garder les idées claires, ainsi qu’a tout les contributeurs et tout échanges d’informations qui m’ont permis d’ouvrir les yeux

    Je n’ai qu’un but revenir à un monde normal, comme celui ou je suis né qui est une démocratie et un système capitaliste régulé (garantie pour l’égalité entre les hommes)


    • Archanonyme Le 01 décembre 2014 à 22h38
      Afficher/Masquer
    • Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 00h13
      Afficher/Masquer

      Complètement d’accord. Mais nous devons préalablement reprendre le “contrôle” de nos parlementaires. Ce n’est pas avec des Cahuzac, des Thevenoud ou des Balkany que nous rétablirons le respect des droits fondamentaux propres à notre démocratie. Et quand je dis parlementaires, qu’ils soient nationaux ou européens! De tous bords confondus, nombreux sont atteints de “Thevenoudite déclarative”.

      “Remercions toutefois la communauté de Regards citoyens, qui nous a facilité le travail en recensant dans un document participatif les faits saillants des déclarations.” : https://lite4.framapad.org/p/interets_des_meps

      Source : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/10/28/declarations-d-interets-le-grand-flou-persiste-pour-les-eurodeputes_4513224_4355770.html


    • Surya Le 02 décembre 2014 à 00h28
      Afficher/Masquer

      quand une banque centrale rachète une dette, ça ne l’annule pas hein.


    • Archanonyme Le 02 décembre 2014 à 20h10
      Afficher/Masquer

      Si je rachète une dette de mon voisin, cela annule sa dette vis à vis de son créancier. Cela va de même pour une banque central. (donc il ne stérilise pas la dette)

      (rechercher stérilisation)
      http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/09/06/20002-20120906ARTFIG00744-le-programme-de-rachat-de-dettes-par-la-bce.php
      http://www.lafinancepourtous.com/Decryptages/Dossiers/Creation-monetaire/Le-rachat-de-titres-de-la-dette-publique-par-la-BCE-peut-il-etre-assimile-a-de-la-creation-monetaire


      • Surya Le 03 décembre 2014 à 10h03
        Afficher/Masquer

        bien sûr que non, la cession de créances c’est le principe même de l’affacturage.

        quand une entreprise ou un état émet des titres de dette sur les marchés et que ces titres s’échangent sur le marché secondaire vous croyez qu’il disparaissent par magie ?


        • Archanonyme Le 03 décembre 2014 à 18h27
          Afficher/Masquer

          Oui pas les titres, mais la dette si. (c’est justement ce que j’expliquais avec la stérilisation). la dette est purement est simplement effacée pour l’entreprise cible ou pour l’état… (je comprends que vous êtes choqué mais c’est ce qui se passe en ce moment sous nos yeux et personne ne dit rien, et moi j’alerte a tout va que c’est anti-capitaliste et proche de ce que faisait l’union soviétiques)


          • Surya Le 03 décembre 2014 à 18h56
            Afficher/Masquer

            La stérilisation (qui finit sur les reprises de liquidité en blanc) ne concerne que la BCE et le cédant, ça n’a toujours aucun rapport avec le débiteur, qui reste redevable du remboursement du nominal à échéance et de la rémunération.


            • Archanonyme Le 03 décembre 2014 à 19h25
              Afficher/Masquer

              Justement non, le débiteur n’est plus redevable, et c’est la BCE qui est redevable à ça place, par ce qu’elle racheté entièrement la dette et continue de payer les intérêt au créancier “titre”. (c’est pour cela qu’ils ont mis en place la stérilisation, pour limiter l’injection d’argent gratuit, en plus court, c’est l’ensemble du système qui va payer pour les entreprises et état qui n’arrive plus rembourser (pour ces états et entreprises leur dette n’est plus redevable comme par magie, elle a été rachetée par la BCE. c’est très proche de ce que faisait les soviétique). Avec ce principe ils peuvent financier qui ils veulent


            • Archanonyme Le 03 décembre 2014 à 19h41
              Afficher/Masquer

              On voit clairement que certain membres de la BCE ne sont plus d’accord avec cette politique http://www.romandie.com/news/Zone-euro-Lautenschlager-BCE-sceptique-sur-des-rachats-de-dette/541991.rom

              cela ressemble de plus en plus a ce que faisait l’union soviétique pour financier son economies


            • Surya Le 03 décembre 2014 à 20h26
              Afficher/Masquer

              Quand la BCE (en fait l’€système) achète des titres, ça finit à son actif et c’est elle qui touche les intérêts…

              Il y avait d’ailleurs eu un article dans latribune (ou les échos) sur le fait que la banque de france reversait à l’état grec les intérêts des obligs grecques en portefeuille


            • Archanonyme Le 03 décembre 2014 à 21h01
              Afficher/Masquer

              Soit, mais quand elle rembourse elle même la créance qu’elle possède (rachetée) elle annule purement est simplement cette créance.

              « La stratégie secrète de renflouage menée par la BCE »

              https://lilianeheldkhawam.wordpress.com/2014/10/18/la-crise-des-liquidites-europeennes-financee-par-largent-du-trafic-de-paiement-des-etats-par-liliane-held-khawam/

              Vous ne me croyez peut être pas, mais nous somme actuellement plus dans un système soviétique que capitaliste


    • Archanonyme Le 02 décembre 2014 à 20h31
      Afficher/Masquer

      En d’autre terme, elle stérilise l’argent de la dette au niveau de la masse monétaire en circulation et non au près de l’entreprise elle-même ou de l’état. Cela a pour effet d’annuler entièrement la dette pour cette entreprise ou état (un des but de leur QE)


  18. boduos Le 01 décembre 2014 à 22h59
    Afficher/Masquer

    dans le le premier extrait de BFM Olivier souligne justement que les salaires n’étaient pas l’alpha et l’oméga de nos problèmes de compétitivité,en effet:
    -le SMIC français est plus élevé qu’en Allemagne parce qu’il en coute 2 fois plus à un Français pour se loger ,soit un impact de 3 à 400 euros mensuels;voilà une piste sérieuse de réflexion qu’il faudrait creuser dans un prochain dossier.
    -dans le cout de revient d’un véhicule de 15000 euros on recense une 12zaine d’heures de main d’œuvre.(et même moins lorsque les équipementiers sont étrangers)Charges comprises ,on peut évaluer cette heure à 40 euros .Ce qui correspond à 600 euros de main d’œuvre sur 15000 soit 4% . Je doute que 2 % sur ces 4% (0,08 % du prix du véhicule ) soit le gisement de notre compétitivité,comme le souligne Olivier.
    Non,notre compétitivité ,outre le cout des loyers, se situe chez les designers qu’on s’est fait piquer ,dans la politique de gribouille dans leurs gammes des dirigeants de Peugeot et Renault ,….pour ce qui concerne l’automobile.
    Un autre (ancien )pole d’excellence de chez nous : le tourisme.L’insécurité faite aux touristes chinois par exemple qui viennent désormais avec leurs policiers ou encore ,l’accueil déplorable et méprisant des prestataires sont des facteurs bien plus impactant que les salaires (sauf que le niveau des salaires expliquent peut être la tronche que font les employés…)


    • vérité2014 Le 02 décembre 2014 à 03h46
      Afficher/Masquer

      Juste une idée au sujet du tourisme,je n’ai jamais compris comment il se fait que l’on ne développe pas plus le tourisme en DOM-TOM?De plus on y est souvent mal reçu(encore plus mal qu’en métropole)et c’est beaucoup trop cher(alors que le voyage est deja cher pour s’y rendre).Cela me fait souvent penser à l’Ile Hispanolia avec absolument rien coté Haiti(pourtant la nature est très belle) et un méga développement coté République Dominicaine(presque trop).La Calédonie et la Polynésie pourraient développer beaucoup plus les clientèles ‘locales’ du Pacifique(Australie,Nelle Zélande,Japon,riches Chinois etc)..

      Coté Réunion pareil,comparé à Maurice y a un problème.Antilles idem mais c’est plus le prix ici(zone dollar et euro qui tue).


  19. vérité2014 Le 01 décembre 2014 à 23h22
    Afficher/Masquer

    Defending Dollar Imperialism: Ukraine War Driven by Gas-Dollar Link.

    http://www.globalresearch.ca/defending-dollar-imperialism-ukraine-war-driven-by-gas-dollar-link/5417204


    • Jeff Le 02 décembre 2014 à 14h59
      Afficher/Masquer

      Clair et synthétique : article très intéressant.


  20. Eric Le 01 décembre 2014 à 23h40
    Afficher/Masquer

    Je ne sais pas pour les autres mais en ce qui me concerne, l’appli BFM Business pour iPad saute systématiquement dès que je veux regarder de la vidéo, même après plusieurs désinstallations et réinstallations parfaitement inutiles. Du coup, je suis obligé d’attendre ” des plombes “, au regard de mon impatience :-), pour pouvoir les regarder sur YouTube, et saucissonnées en plus. Rhâââ ! Du coup à part le fait de me dire que l’appli n’a peut-être pas encore eu la mise à jour de l’IOS, ce qui me paraitrait tout de même étrange, je ne vois pas trop d’explication. Passons. J’apprécie vraiment certaines émissions de cette chaîne qui a un côté libéral mais au sens noble du terme car elle donne la parole à des points de vue vraiment différents, contrairement à tant d’autres, à commencer par BFM TV où c’est toujours la comédie de l’opposition de façade (ce que Howard Zinn appelait avec clairvoyance ” le consensus bipartisan). En tous les cas, félicitations à vous Olivier pour vos interventions toujours aussi pertinentes et intéressantes. Et j’espère que la nombreuse fréquentation de ce site saura penser à vous pour des étrennes bien méritées 🙂


    • theuric Le 02 décembre 2014 à 02h18
      Afficher/Masquer

      Le problème des ondes radios c’est qu’elle ne peuvent être sécurisées comme quand des informations passent par le fil, et encore, celui en cuivre peut poser des soucis, rien ne vaut la fibre optique.
      Hormis le son, auquel cas les ondes courtes fonctionnent parfaitement et sur de longues distances, elles peuvent faire le tour de la planète, la vidéo nécessite un train d’information important qui peut se morceler et se perdre en partie, sauf à se tenir près des antennes émettrices.
      Mais déjà avec les grandes ondes il était, dans mon jeune temps, difficile d’obtenir une réception convenable, quand à la réception télévisuelle, elle dépendait autant du temps que de la géographie d’où se trouvait l’antenne.
      Quand à la modulation de fréquence, la longueur d’onde utilisée aujourd’hui, elle n’était réservée qu’aux grandes villes.
      Alors, si aujourd’hui des supers téléphones-télévisions-appareils-photos-machines-à-laver disent pouvoir capter la télévision et internet, grand bien en fasse à son propriétaire,mais que celui-ci se demande, toutefois, si sa machine n’arriverait pas au maximum des possibilités technologiques actuelles.
      Mais franchement, je n’en vois toujours pas l’utilité.
      Peut-être fallait-il aller au bout du bout d’une technologie avant que de ne se recentrer sur le nécessaire?
      Et puis, combien de temps faudra-t-il aux ordinateurs centraux du net pour tomber en panne dès que les U.S.A. seront définitivement ruinés, eux qui en détiennent une très large majorité?


      • Eric Le 02 décembre 2014 à 08h12
        Afficher/Masquer

        ” Alors, si aujourd’hui des supers téléphones-télévisions-appareils-photos-machines-à-laver disent pouvoir capter la télévision et internet, grand bien en fasse à son propriétaire,mais que celui-ci se demande, toutefois, si sa machine n’arriverait pas au maximum des possibilités technologiques actuelles.
        Mais franchement, je n’en vois toujours pas l’utilité. ”
        Waouh ! Inutile de s’enflammer Theuric et de partir dans des trucs pas possible 🙂
        Sur quoi consultez-vous ce site ? Sur une feuille de papier peut-être ? 🙂 Bon, on mettra ça sur le compte de l’heure tardive 🙂
        Il n’y a que sur cet appli que je suis confronté à ce problème, je n’ai aucun problème par ailleurs. Aprés ce n’est pas grave, je fais avec 🙂


  21. RGT Le 02 décembre 2014 à 02h05
    Afficher/Masquer

    Ces débats me laissent toujours un arrière-goût désagréable dans la bouche.

    Premier grand sujet de discussion : “La croissance”…
    Olivier Berruyer a fait remarquer avec justesse que la croissance s’était éteinte il y a 30 ans…

    J’ai toujours pensé que la “croissance” devait bien un jour s’arrêter.
    Comme je le fais toujours remarquer depuis des dizaines d’années, je ne vois pas par quel miracle une croissance infinie pourrait exister dans un espace fini. C’est un raisonnement qui est à la porté d’un élève de CM2…

    La croissance économique est basée principalement sur la consommation de biens par la majorité de la population.
    C’est un système qui s’auto-entretient… Tant que la majorité de la population a les moyens financiers de consommer et de bonnes raisons d’acquérir des biens de consommation.
    Ford l’avait bien compris au début du XXème siècle et c’est ce qui a fait sa fortune.

    Si on baisse les salaires, les consommateurs n’achètent plus, donc plus de croissance.
    Si les consommateurs sont “repus” ils ne consomment plus, donc plus de croissance.

    Actuellement nous vivons une époque durant laquelle ces deux phénomènes sont en action ET en interaction.

    Je n’arrive pas à comprendre pourquoi les “Plus Grandes Élites Intellectuelles Mondiales” ne l’ont pas encore compris.

    A moins qu’elles ne veuillent pas le comprendre, ce qui serait plus plausible. A vous de déterminer dans ce cas leurs motivations.

    J’avais préparé un très long argumentaire sur ce sujet.
    Mais je ne vais encombrer ce blog avec des réflexions personnelles.


    • Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 06h16
      Afficher/Masquer

      Bonsoir,

      C’est difficile pour “Plus Grandes Élites Intellectuelles Mondiales”. D’abord, elle n’échappe pas à la propagande généralisée, et de plus, ce ne sont pas ces élites là qui ne l’ont pas encore compris, ou qui ne veulent pas le comprendre. Ce sont les élites financières. Il est encore plus difficile de comprendre qu’un système qui a construit et nourrit votre statut d’élite puisse arriver à son terme. En outre, il y a une hiérarchie dans le système dont la plus grande partie du rouage repose sur la notion de “posséder”, nous ne consommons pas uniquement pour nos besoins vitaux, nous consommons pour posséder, les multinationales et leur industrie marketing de publicité ne disent pas autre chose : ” Regardez ce qu’elle possède, vous pouvez le posséder pour tant d’euros”. Et ensuite l’élite suprême qui a construit sa puissance financière sur le système et qui commet l’erreur de faire la confusion entre posséder un système et en être un élément constitutif.

      D’après un rapport du Crédit Suisse, la richesse globale a augmenté de 68% en dix ans. Les milliardaires sont plus nombreux et plus riches en 2014, Le nombre de milliardaire a augmenté de 7% entre 2013 et 2014. A titre de comparaison, la fortune personnelle de Bill Gates équivaut au produit intérieur brut généré en 2012 par la Syrie (73,7 milliards de dollars selon les données de la Banque mondiale). Celle de Liliane Bettencourt se rapproche du PIB 2012 du Turkménistan (35,2 milliards de dollars). Bills Gates et Liliane Bettencourt contre 56.18 millions de personnes (population de la Syrie et du Turkmenistan en 2013).Quant à la fortune personnelle cumulée des 2 325 milliardaires de la planète, elle dépasse assez largement le PIB 2012 du Japon (5 959 milliards de dollars) pour atteindre 7300 milliards de dollars (soient 2.5 fois le PIB des USA). La richesse mondiale a atteint son plus haut niveau de 263 000 milliards de dollars (205 000 milliards d’euros). Le nombre des riches augmente beaucoup plus vite que la population mondiale. Depuis 2000, le nombre des riches ayant plus d’un million de dollars de patrimoine a augmenté de … 164% ( et les fortunes des milliardaires ont progressé de 12% entre 2013 et 2014, c’est plus que le taux de croissance de la Chine ). Contre seulement 12% pour la population mondiale totale (7,2 milliards d’individus). 46% (7 300 milliards de dollars) de la richesse mondiale est détenue par 2325 personnes sur la planète. L’ONG OXFAM a alerté en avril 2014 la Banque Mondiale et le FMI : Les 67 personnes les plus riches du globe possèdent autant de biens que la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Tout cela grâce à ce système.

      Mais voilà, selon le rapport des risques mondiaux réalisé lors de la dernière réunion de DAVOS en 2014, indique que la disparité des revenus est le risque global le plus susceptible de provoquer un «choc systémique» à l’échelle mondiale, devant les événements météorologiques extrêmes, le chômage et les cyberattaques. Le rapport, qui étudie 31 risques globaux, cite également les crises budgétaires ou une éventuelle crise de l’eau parmi les plus préoccupants. «Chaque risque examiné (…) pourrait provoquer une défaillance à l’échelle mondiale, mais c’est leur interconnexion qui accentue leurs effets négatifs au point qu’ensemble, ces effets pourraient être décuplés». Le système ne peut pas continuer. Tout le monde se raccroche aux théories économiques, à la géopolitique, à la crise de la croissance qui est à l’antithèse de la progression des fortunes. Nous avons mené à un niveau planétaire la domination financière que l’on peut rencontrer dans un simple pays. Nous atteignons de la même façon, les limites des ressources et de l’embrigadement permettant cet enrichissement. Selon l’horloge de la dette mondiale, cette dernière s’élève pour la planète à 50 383 977 022 648 milliards de dollars (soient 40 420 545 566 419 milliards d’euros). La dette mondiale représente donc 52% de la richesse mondiale. Et ce n’est pas la crise pour tout le monde.

      Et les 2325 êtres humains les plus riches “contre” 7190 000 000 de personnes, ce n’est pas un ratio en faveur de “l’élite financière”, surtout si ce qui construit leurs fortunes, fini par ne plus rien valoir en cas de crise financière majeure. Contrôler 20 millions d’individus avec une bonne dictature efficace, dans les limites d’un territoire, c’est possible. Mais ce système de capitalisme agressif a dilué les frontières. Continuer de contrôler 7.1 milliards de personnes, ça me paraît beaucoup moins évident. Alors, on me dira que les négociations secrètes de TAFTA comme les réunions toutes aussi secrètes du groupe Bielberderg, qui sont par ailleurs des exemples majeurs de démocratie participative, préparent une façon de maintenir tout ça en place dans la durée. C’est possible, mais c’est aussi le signe qu’il est nécessaire de le faire parce que justement, cela ne peut plus durer.

      Sources : http://www.citedeleconomie.fr/L-horloge-mondiale-de-la-dette
      http://www.challenges.fr/economie/20141014.CHA8909/ces-5-choses-surprenantes-a-savoir-sur-la-richesse-mondiale.html
      http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20140410trib000824629/67-personnes-possedent-autant-que-la-moitie-la-plus-pauvre-du-monde.html
      http://www.lemonde.fr/argent/article/2014/09/18/le-nombre-des-milliardaires-atteint-un-niveau-record-en-2014_4489622_1657007.html
      http://www.lesechos.fr/16/01/2014/lesechos.fr/0203247479227_inegalites–chomage–climat—-cybergeddon—–le-scenario-noir-du-wef.htm?texte=jennifer%20blanke
      http://www.lesechos.fr/21/01/2014/LesEchos/21609-047-ECH_la-cartographie-des-risques-selon-davos.htm


  22. Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 06h24
    Afficher/Masquer

    Et la Commission Européenne et la BCE nous font la danse du ventre avec leur programme de 315 milliards d’euros et la monnaie unique alors que Les États membres devront déjà débourser 326 milliards d’euros supplémentaires pour le budget 2014-2020! Ca non plus, ça ne fait pas la une de la presse l’alarme de la Cour des Comptes Européennes (CCE) sur le trou faramineux du buget européen! Moi, milliardaire privé, je ne mets pas un rond dans ce plan Bunker avec les deux rapports ci-dessous.
    http://www.euractiv.fr/sections/priorites-ue-2020/la-cour-des-comptes-salarme-du-trou-faramineux-du-buget-europeen-310327
    http://epp.eurostat.ec.europa.eu/cache/ITY_PUBLIC/2-23102014-AP/FR/2-23102014-AP-FR.PDF


  23. Napo Le 02 décembre 2014 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Le soucis avec Nicolas Doze, Comme ses collègues de la chaîne d’ailleurs, n’a pas cette faculté de se mettre à la place du regardant, c’est un peu dommage de regarder uniquement de la fenêtre de son patron. Je ne pense pas que cela soit de l’omission, y a un effort considérable à faire.


  24. Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 18h48
    Afficher/Masquer

    Bonsoir,

    En tout cas entre le redressement de la Grèce et de l’Espagne, le gel des salaires à mettre en place en France, et tous les déficits budgétaires à régler, 20 états membres ont subitement trouvé 8 milliards d’euros sur 10 ans pour construire Ariane 6. Je suis très content et enfin rassuré sur l’avenir économique de mon pays quand je vois à quel point il a le sens des priorités, le même d’ailleurs que les 19 autres. Mais sinon, pas de coup de pouce au SMIC et il faut baisser nos salaires et travailler plus! Non mais je vous jure! Remarque, ils nous racontent bien que les 315 milliards de Junker vont nous sauver! Ariane 6 aussi ! Trimez collègues citoyens, ils ont déjà la tête dans les étoiles nos dirigeants politiques ! Et puis une nouvelle fusée, c’est beaucoup plus urgent que les réfugiés Syriens (http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKCN0JF21020141201
    et 200 000 morts officialisés). L’Europe est une grande force démocratique qui défends des valeurs fondamentales dans l’espace, pardon, dans le monde. C’est drôle, quand ce sont des associations il faut qu’on donne, quand ce sont des fusées, ce sont nos impôts qui servent. Pourquoi ne nous ont-il pas fait un grand Téléthon avec Ariane 5 en fauteuil roulant! Bon, oui, je sais, je suis cynique, mais ça commence à suffire là, vous ne croyez pas?

    “Dans ce programme annuel de 800 millions d’euros, la France reste le premier acteur y contribuant pour la moitié, devant l’Allemagne (22 %) et l’Italie (12 %). Le reste se répartit entre l’Espagne, les Pays-Bas, la Belgique, la Suède et la Suisse. L’Allemagne a annoncé, le 27 novembre, qu’elle augmentera sa contribution au financement d’Ariane 6, de 115 à 175 millions d’euros.”.

    http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/12/02/accord-historique-des-europeens-pour-la-construction-d-une-fusee-ariane-6_4532969_1650684.html


  25. Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 21h20
    Afficher/Masquer

    Comment Olivier ? Soirée Armageddon sur BFM BUSINESS et vous n’êtes pas invité, ni Mr DELAMARCHE et pas plus Mr SANNAT??? C’était à mourir de rire de voir Mr DOZE (qui a d’ailleurs affirmé haut et fort qu’il choisissait ses invités qu’il attend depuis longtemps pour faire des petits matchs) poser la question “Qu’est ce que c’est pour vous l’armageddon” à Alain Madelin, Jean-Marc Daniel et Jean-Pierre PETIT parce que ce dernier aurait prononcé le mot il y a 3 semaines. “Armegeddon, c’est 29!” wouahhh! J’ai appris quelque chose. Et Mr DOZE, d’annoncer aujourd’hui que le Japon allait très mal alors qu’il répondait à Olivier DELAMARCHE, dans une émission précédente, qu’il annonçait armegeddon pour ce pays (tiens, déjà) et de ne lire en fin d’émission, comme à son habitude d’ailleurs, que les “réactions d’auditeurs” les plus positifs et en particulier ceux qui auront “pris un véritable cours d’économie” avec l’émission de ce soir.
    Je n’ai pas pu m’empêcher, j’ai envoyé un email à Mr DOZE pour lui dire mon étonnement de ne pas vous avoir inviter, ni Mr DELAMARCHE, ni Mr SANNAT pour parler d’armageddon alors qu’il vous accusait tous trois de le “colporter” en permanence, et vous demandant aux uns et aux autres si vous aviez des accointances avec les éconoclastes qui semble être, présenté comme il le fait, le siège social de l’armageddon économique. C’est demander à des mécaniciens s’ils peuvent nous parler de comment ils font la pâte à pain, si on suit sa “logique”!

    Ah bin, c’est vrai, il voulait juste un match en les trois là.


    • Surya Le 03 décembre 2014 à 00h15
      Afficher/Masquer

      Olivier Delamarche ne reviendra jamais dans l’émission de Nicolas Doze, après qu’il ait détruit Jean Pierre Petit en direct en lui rappelant les énormités qu’il a pu écrire par le passé dans ses notes d’analyses économiques lorsqu’il était chez Exane / BNP.

      BFM Business a été obligée de caviarder la fin du “débat” et ils ont retiré en précipitation toutes les versions non censurées postées un peu trop vite sur les sites de partage (youtube…).

      On aime bien le débat sur BFM Business mais dans certaines limites : faut pas trop s’en prendre aux habitués. En ce moment leur truc c’est de servir la soupe à Denis Payre….


  26. vérité2014 Le 02 décembre 2014 à 22h11
    Afficher/Masquer

    Une Américaine au gouvernement ukrainien.

    Natalie Jaresko, une Américaine d’origine ukrainienne ayant travaillé pour le Département d’Etat américain et pour un fonds d’investissement ukrainien financé par le Congrès américain, se retrouve ainsi ministre des Finances.

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2014/12/02/97001-20141202FILWWW00462-une-americaine-au-gouvernement-ukrainien.php


    • Jean Marc Le 02 décembre 2014 à 22h30
      Afficher/Masquer

      Bin oui, dans une revue de presse d’Olivier, la DIA (Defense Intelligence Agency) prévoyait d’envoyer 500 agents infiltrés “dans des zones très difficiles à travers le monde”. Il en reste 499 à placer. Elle est chargée de prendre les futures déjà prêtes photos des chars chinois et russe à la frontière ukrainienne et d’expliquer au monde où est passé la réserve d’or Ukrainienne.
      Non mais ils nous prennent vraiment pour des jambons!


  27. etienne Le 03 décembre 2014 à 04h50
    Afficher/Masquer

    STAT-CHECKING

    Décomposition du TCAM du Coût Unitaire de la Main-d’oeuvre – 2001-1013

    deltaCUM = delta Rémunération salariale horaire – delta PIB/heure de travail
    (les égalités sont en fait des approximations)

    Aut: 1.5 = 2.8 – 1.4
    Bel: 2.1 = 2.8 – 0.6
    Dan: 2.3 = 3.2 – 0.9
    Fin: 2.1 = 3.1 – 1
    Fra: 1.8 = 2.8 – 0.9
    All: 0.9 = 1.8 – 0.9
    Grè: 1.9 = 2.5 – 1.1
    Irl: 1.7 = 3.5 – 1.7
    Ita: 2.5 = 2.5 – 0
    P-B: 1.9 = 2.7 – 0.8
    Nor: 4.4 = 4.7 – 0.3
    Por: 1 = 2.2 – 1
    Esp: 1.8 = 2.9 – 1.4
    Suè: 1.8 = 3.3 – 1.7
    R-U: 2.2 = 3.2 – 0.9
    E-U: 1.3 = 2.9 – 1.7

    Qu’on arrête de nous emmerder avec le coût salarial en France: il augmente certes plus que la productivité sur 10 ans (1.8 pts par an), mais PAS SIGNIFICATIVEMENT PLUS que chez nos principaux partenaires.
    L’Allemagne se distingue effectivement par une progression salariale moindre de 1 pt par an sur la période: cela s’explique principalement par la politique de déflation salariale du début des années 2000.

    En revanche, depuis 2007, la hausse du CUM en France est EN DESSOUS de celle de ses partenaires, avec une hausse du CUM qui reste à +1.8 par an, en dehors évidemment des PIGS qui se sont pris une grosse purge salariale:

    Décomposition du TCAM du CUM – 2007-1013

    Aut: 2.2 = 2.9 – 0.8
    Bel: 2.8 = 2.7 + 0.1
    Dan: 2.2 = 2.5 – 0.4
    Fin: 3.4 = 3.1 + 0.4
    Fra: 1.8 = 2.2 – 0.2
    All: 2.2 = 2.7 – 0.3
    Grè: 0.6 = -0.4 +1.1
    Irl: -0.4 = 1 – 1.3
    Ita: 2.1 = 1.9 + 0.2
    P-B: 2.2 = 2.3 + 0.1
    Nor: 4.9 = 4.5 + 0.4
    Por: 0 = 1 – 1
    Esp: 0.2 = 2.1 – 2
    Suè: 2.5 = 2.7 – 0.5
    R-U: 2.0 = 1.8 + 0.6
    E-U: 0.8 = 2.0 – 1.4

    Depuis 2007, les seuls pays en Europe où le coût salarial unitaire stagne RELLEEMENT sont les PIGS qui se son pris des cures de dévaluation salariale internes sévères : l’Irlande où les salaires augmentent carrément moins que la productivité (écart de -0.4) , le Portugal autant (écart de 0), la Grèce (écart de 0.6) et l’Espagne (écart de 0.2).

    Quand on connaît l’échec complet de ces politiques sur le chômage et les comptes publics de ces pays, et l’impact sur le niveau de vie des ménages, la santé et l’espérance de vie, faut vraiment avoir de la merde dans la tête pour vouloir imposer ça à la France.
    Le seul effet de ces politiques visible est le rétablissement des comptes extérieurs, mais pas par la hausse des export (effet compétitivité), mais par celle des imports: forcément, un pays appauvri importe moins.

    Voilà à quoi sert la dévaluation interne: à augmenter les marges des sociétés et à faire chuter les imports.

    En réalité, ceux qui veulent imposer ça en France se sont rendu compte d’une seule chose: il n’y a pas eu de révolte populaire dans les pays où ce traitement de choc a été imposé: alors pourquoi pas l’étendre à d’autres?

    Au point où en est, je suis de plus en plus partisan de la politique du pire: vous voulez imposer à la France ce que se sont pris les PIGS depuis 2008?

    Eh bien essayez!

    A défaut de rétablir la compétitivité et de faire baisser le chômage, il y a un petit espoir de mettre les gens dans la rue. En tout cas c’est le meilleur moyen de mettre Le Pen à l’Elysée.

    Mais quelle bande d’apprenti sorciers!


Charte de modérations des commentaires