Les Crises Les Crises
26.mars.202026.3.2020 // Les Crises

Nationaliser Luxfer : « Nous pourrions sécuriser l’approvisionnement des hôpitaux en bouteilles d’oxygène »

Merci 571
J'envoie

Source : Marianne, Laurence Dequay, 24-03-2020

Le groupe britannique Luxfer a fermé en mai 2019 l’unique usine tricolore de production de bouteilles de gaz et d’oxygène à Gerzat dans le Puy de Dôme. Axel Peronczyk, son délégué CGT, explique pourquoi son syndicat réclame à Emmanuel Macron sa nationalisation. Avec en pleine crise de Coronavirus, de vrais arguments.

En mai 2019, le groupe britannique Luxfer, avait fermé le site de Gerzat dans le Puy de Dôme, et licencié ses 136 salariés. Aujourd’hui, en pleine crise du coronavirus, des voix s’élèvent pour imaginer un autre futur à cette usine, qui avant sa fermeture, était la seule en Europe à fabriquer des bouteilles à oxygène médical. Ce mardi 24 mars, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, entre autres, ont demandé sa nationalisation. Ils sont loin d’être les seuls : jeudi dernier, la CGT avait fait la même demande. Axel Peronczyk, délégué CGT de l’usine, explique pourquoi son syndicat réclame à Emmanuel Macron la nationalisation de Luxfer à Gerzat.

Marianne : A 27 ans, délégué CGT du site, vous redoutez aujourd’hui, faute de repreneur, qu’il ne démantèle votre usine. Et réclamez avec votre syndicat, sa nationalisation. Pourquoi l’Etat doit-il absolument intervenir?

Axel Peronczyk : Dans cette guerre contre le coronavirus, nous avons eu de beaux discours de notre exécutif. Il est temps de passer aux actes ! Emmanuel Macron a déclaré que la loi du marché ne pouvait réguler tous les biens. Notre ministre de l’économie Bruno Le Maire a clamé qu’il nationaliserait des entreprises si besoin, pour protéger notre souveraineté économique. Or notre usine Luxfer situé à Gerzat est un actif stratégique : c’est la seule installation du pays capable de fournir 140.000 bouteilles d’oxygène haut de gamme, légères et fiables utilisées dans nos hôpitaux et par nos pompiers, sur une production de 220.000 bouteilles.

Nos plus gros concurrents sont installés aux Etats-Unis, en Chine, en Turquie ou en Grande Bretagne. Nous nationaliser, ce serait renouer avec un passé industriel qui a fait la fierté du pays : avant d’être acheté par Luxfer en 2001, nous appartenions au groupe national Péchiney, et nous sommes toujours Péchiney dans notre tête.

Justement racontez-nous, quels motifs Luxfer a-t-il invoqué pour vous fermer?

On nous a expliqué que nous n’étions plus assez compétitifs. Pourtant en 2018, lorsque notre PDG a pris la décision de baisser notre rideau, notre site réalisait encore 1 million d’euros de bénéfices pour 22 millions de chiffre d’affaires. Mais notre direction nous a asséné que le prix de l’aluminium avait augmenté. Un argument fallacieux puisque cette hausse de prix, nos concurrents la subissent aussi ! Elle nous a martelé que nos marchés allaient changer, alors qu’ils sont hyper stables. A tel point que nos clients qui distribuent nos bouteilles après les avoir remplies, Air Liquide et Linde, souhaitaient le maintien de notre activité. Et bien sûr, dans la crise du coronavirus actuelle, nous pourrions sécuriser en amont l’approvisionnement des hôpitaux en bouteilles d’oxygène.

Non, la réalité selon notre analyse, c’est qu’en nous fermant, Luxfer a conforté sa position dominante sur son marché et vend désormais plus cher à ses clients des bouteilles moins haut de gamme. Nous avons d’ailleurs contesté avec succès, devant l’inspection du travail, le motif économique de nos licenciements. Simplement, le ministère du Travail a validé notre PSE. Nous avons depuis engagé un recours devant le tribunal administratif et occupé notre usine jusqu’au confinement national ordonné le 16 mars.

Pourquoi est-ce si difficile aujourd’hui d’empêcher la fermeture d’une usine, ou d’être soutenu lorsqu’on réclame sa nationalisation ?

Nous avons eu très tôt le soutien du PCF, de la France Insoumise. Mais au niveau national, une forme de résignation semble s’être installée. Il y a tant d’usines qui ferment ou réduisent leurs effectifs ! Dans notre bassin d’emploi, la Seita a fermé en 2016, puis 5 usines ont traversé des difficultés en même temps : Michelin, Dietal (luminaires), MLD (médical), la sucrerie Bourbon et les ACC (rénovation ferroviaire). Pourtant – et c’est le Medef qui le martèle -, un emploi industriel dans un territoire fait vivre trois emplois supplémentaires. Il faut donc se battre, comme nous le faisons pour nos sites de production, en signant notamment la pétition « Nationalisons définitivement de l’usine Luxfer Gerzat« . (en ligne sur Change.org).

Des lois obligent pourtant un groupe mondial qui ferme un site à chercher un repreneur, à le revitaliser en favorisant de nouvelles activités économiques ! Pourquoi aucune solution n’a été trouvée pour Luxfer à Gerzat ?

Or procédure de redressement judiciaire, un groupe privé reste maître chez lui ! Ainsi, nous n’avons pu profiter des protections de la loi dite Florange, parce que Luxfer en Europe compte moins de 1.000 salariés… 973 selon notre décompte.

Certes notre directeur a confié à la société ONEIDA le soin de trouver un repreneur pour notre site. Sans résultat pendant 16 mois…Il faut dire que Luxfer tente d’imposer des conditions dissuasives, avec, par exemple, l’interdiction pour le repreneur de produire des bouteilles de gaz pour les revendre sur la plupart des marchés mondiaux. En outre, dès le mois d’octobre, des pelleteuses ont infligé des dégâts à nos zones de chargement.

Non, il faut désormais que l’Etat tape du poing sur la table. A ma connaissance, près de 70 des 165 anciens salariés (27 intérimaires et 2 CDD compris) sont prêts à se former entre eux, et reprendre la production. Approvisionnée, notre usine pourrait fournir sa première bouteille dans 9 semaines !

Source : Marianne, Laurence Dequay, 24-03-2020

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

sergeat // 26.03.2020 à 09h24

« faudrait arrêter de nous prendre pour des cons »Je reprend un courriel sur RT de AngeGardien:
Le 7 Mars Macron nous incite à sortir.
Le 12 nous incite à renter.
Le 14 nous incite à voter.
Le 16 nous incite à nous confiner.
Le 19 nous incite à travailler.
Chez nous on appelle cela un FADA.

15 réactions et commentaires

  • obermeyer // 26.03.2020 à 07h40

    Alors Manu , qu’est ce que tu attends !
    https://www.youtube.com/watch?v=aTyzknWbwqg&feature=youtu.be

      +7

    Alerter
    • Catalina // 26.03.2020 à 08h34

      finalement, ce covid aura mis à nu macron; Capable d’utiliser la force et la barbarie contre le peuple qui n’est pas d’accord avec lui, et totalement incapable de gérer une crise sanitaire. A le voir régler la crise des gilets jaunes de toute la force de ses petits bras, on le voit aujourd’hui complètement déconner quand il s’agit du bien des Français et incapable d’avoir un discours clair, rassurant pour son « peuple » !
      C’est lui qui a osé le dire hein,
      (Audiard)

        +20

      Alerter
  • LA ROQUE // 26.03.2020 à 07h48

    Encore une preuve de la folie du neo-liberalisme.
    Non seulement les gouvernements successifs ont cassé le tissu industriel mais ils ont mis la vie des gens en danger. Pour mémoire les ruptures d’approvisionnement de médicament et notamment d’anticancéreux sont bien antérieure au Covid-19 et ce n’est pas pour autant qu’ils ont changé leur trajectoire.
    Ils ont laissé partir des industries qui garantissaient un minimum de souveraineté donc de sécurité,pour moi c’est de la haute trahison !

      +16

    Alerter
    • sergeat // 26.03.2020 à 08h36

      Le libéralisme va toujours bien :Macron débloque 300 milliards pour les industries (que le peuple paiera ) et des PROMESSES pour l’hôpital (quand,comment,combien …dans 10 ans?),car dans cette guerre ils sont en première ligne dixit Macron Clemenseau qui dixit son cabinet « il est dans les tranchées comme Clememceau en 14 car il y a 3 jours il ne portait pas de masques »,hier il a mis un masque.

        +11

      Alerter
      • Catalina // 26.03.2020 à 10h54

        on attend toujours les masques promis par le gouvernement 10 jours après la promesse, on en est réduit à coudre des masques en tissu, un grand merci aux bénévoles qui dans leur maison cousent pour nous toutes et puis un cri du coeur, merci à ceux qui chaque soir applaudissent les soignants, merci, vaut mieux tard que jamais hein !! La prochaine fois qu’on sera en grève au travail, (parce qu’on ne laisse pas tomber nos patients), on compte sur vous pour faire grève avec nous, parce que vous voyez bien le côté indispensable de nos professions aujourd’hui, mieux qu’hier en tous cas,à la revoyure alors et prenez soin de vous. Et à mes collègues, courage les filles, et aussi mes condoléances car perdre un patient est la pire des choses qui peut nous arriver et qu’en plus la déshumanisation actuelle, (enterrement sans proches, pas d’accompagnement familial pour les fins de vie) est une situation humainement très douloureuse, je suis avec vous de tout coeur.

          +11

        Alerter
    • Catalina // 26.03.2020 à 08h43

      et ensuite ils s’étonnent quand les gens qui cotisent mais pour rien se fâchent ? faudrait arrêter de nous prendre pour des cons !l(attente aux urgences c’est pas d’aujourd’hui, ma nièce, poignet double fracture a attendu 7 heures !!! malgré que je sois allée voir l’infirmière pour lui dire que le poignet était cassé et qui m’a répondu « vous êtes infirmière ? », elle avait 4 ans mais elle ne geignait pas. La toubib qui s’en est occupée à 1 heure du matin s’est confondue en excuses auprès de ma nièce….
      L’union européenne est RESPONSABLE de tout ce gâchis et ceux dont les dividendes n’ont cessé d’augmenter aussi ! l’Union européenne nous coûte un pognon de dingue, nous suce toute notre moelle et NE NOUS APPORTE RIEN, faut les entretenir tous ces gens et ils ne mangent pas des pâtes trois fois par semaine, c’est open bar à Bruxelles, champagne et caviar ! et je suis m^me persuadée que les peuples payent le champagne des lobbies qui jouent leur mise en esclavage, pourquoi se gêner ?puisqu’en plus presque personne ne moufte !

        +22

      Alerter
      • sergeat // 26.03.2020 à 09h24

        « faudrait arrêter de nous prendre pour des cons »Je reprend un courriel sur RT de AngeGardien:
        Le 7 Mars Macron nous incite à sortir.
        Le 12 nous incite à renter.
        Le 14 nous incite à voter.
        Le 16 nous incite à nous confiner.
        Le 19 nous incite à travailler.
        Chez nous on appelle cela un FADA.

          +24

        Alerter
  • Dominique Gagnot // 26.03.2020 à 08h31

    Si rien n’est fait voila qui confirmera que la mission de Macron est de détruire la France…

      +13

    Alerter
    • sergeat // 26.03.2020 à 08h41

      Le démantèlement de la France il l’a commencé chez Hollande en tant que Ministre et il continue, »il fait du bon boulot » en reprenant la célèbre phrase de Fabius.

        +16

      Alerter
  • Farinet // 26.03.2020 à 08h40

    Pourquoi pas la Région dont le Président porte voix des bienfaits d’une gestion néo libérale des collectivités publiques, et qui dans chaque bulletin de propagande se vante des investissements de la région dans l’hydrogène. Mr Wauquiez mettez un peu d’eau (H2o) dans votre vin, investissez dans l’oxygène vous verrez on respire mieux.

      +23

    Alerter
  • benoi31 // 26.03.2020 à 08h56

    Bonjour,

    Je pense qu’il y a une confusion majeure dans l’article.
    Luxfer fabrique les bouteilles à remplir avec de l’O2 médical.

    La fourniture d’oxygène aux hôpitaux (remplissage et distribution des bouteilles) est assurée par d’autres entreprises.

    En France pour l’approvisionnement de bouteilles d’oxygène, on a un des fleurons du CAC40 qui s’appelle Air Liquide et qui fournit bon nombre d’hôpitaux en France. Air Liquide a déjà un stock de bouteilles très conséquent qui permet d’assurer la demande sans problème. C’est plus une problématique de renouvellement, commander aux UK prends un peu plus de temps mais prévu à l’avance (une bouteille dure entre 10 et 15 ans), ça se fait.

    La production de bouteilles a été délocalisée aux UK à cause du Brexit et pas à cause de contraintes économiques.

      +4

    Alerter
  • Dominique Gagnot // 26.03.2020 à 09h00

    Même cas de figure que Luxfer :

    La société Famar Lyon compte 250 salariés et fabrique depuis des années le médicament Nivaquine, un antipaludéen à base de chloroquine, pour le compte de Sanofi. Mais l’entreprise, en difficulté financière, cherche un repreneur. Son propriétaire, un fonds d’investissement américain, l’a mise en vente il y a neuf mois.

    En attendant, l’entreprise continue de tourner. Face à cette situation, le représentant du personnel CGT a lancé un appel à l’État pour reprendre l’entreprise. Des messages ont été envoyés au ministère de la Santé et de l’Économie, mais aussi à Sanofi.

    Pour l’instant, Famar Lyon peut continuer son activité jusqu’à la fin juin. La société dispose de 150.000 boîtes de Nivaquine en stock et peut redémarrer la production rapidement, sous réserve qu’elle puisse se procurer les matières premières nécessaires.

    https://exoportail.com/le-gouvernement-va-prendre-un-arrete-pour-une-utilisation-limitee-de-la-chloroquine-de-plus-lusine-qui-produit-la-chloroquine-placee-en-redressement-judiciaire/?fbclid=IwAR20tgYg9k1Xrq61s2yUKHF9CKvFBxXCVAgTJB5moTgYK2Uxi32sJq45MTQ

      +8

    Alerter
  • Fritz // 26.03.2020 à 09h24

    Privatiser, libre-échangiser, délocaliser : des crimes économiques.
    A mon avis, ils méritent la peine capitale.

      +9

    Alerter
  • Arcousan09 // 26.03.2020 à 11h49

    Test de dépistage  » inutiles » … thèse officielle … tout simplement nous n’en avons pas
    Mais les politiques, eux, sont dépistés..
    Masques en rupture de stocks, usine bretonne fermée car non « rentable » ….
    Fermeture d’usine à oxygène … il y en a dans l’air alors pourquoi claquer du bon fric dans des bouteilles ?
    Fermeture de lits plus de 17.000 car trop coûteux ….
    Personnel soignant le plus mal rémunéré d’Europe donc pénurie surtout dans les grandes concentrations urbaines
    Et qui vous parle de la rupture monumentale de stocks de médicaments essentiels à venir ????
    Tous les principes de bases sont produits dans des pays exotiques Chine, Indes afin de maximiser les profits …
    Pas de trafic avec la Chine = pas de produits de base pour fabriquer les médicaments = pénurie
    L’avenir en Macronie triomphante est radieux …. NON ?????

      +8

    Alerter
  • tepavac // 26.03.2020 à 17h23

    « Aujourd’hui, en pleine crise du coronavirus, des voix s’élèvent pour imaginer un autre futur à cette usine, qui avant sa fermeture, était la seule en Europe à fabriquer des bouteilles à oxygène médical.  »

    c’est en effet navrant, la seule d’Europe. Ils veulent réellement nous rendre dépendant d’un tas de chose.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications