Les Crises Les Crises
17.mars.201517.3.2015 // Les Crises

Onfray/Valls : retour sur la polémique

Merci 0
J'envoie

J’ai trouvé très intéressante cette “polémique”, pas tant sur le fond mais plutôt sur ce qu’elle montre du niveau de nos dirigeants politiques…

Triste époque où la finesse de pensée est finalement interdite – surtout par les JeSuisCharlie…

Michel Onfray : “Cette mafia qui se réclame de la gauche…”

Le Point : Une partie de la gauche est devenue très hostile à votre égard. Votre opposition à la théorie du genre, votre critique de l’islam et votre défense d’Eric Zemmour vous ont valu le surnom de « Finkielkraut bis ». Auriez-vous basculé du « côté obscur de la force » ?

Michel Onfray : Tout dépend de quelle gauche on parle …

La gauche mondaine, parisienne, celle de Saint-Germain-des-Prés ?
La gauche caviar de BHL ?
La gauche tellement libérale qu’elle défend la vente d’enfants en justifiant la location d’utérus des femmes pauvres pour des couples riches ?
La gauche de Pierre Bergé qui estime que louer son ventre, c’est la même chose que travailler comme caissière ?
La gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeyni que raison avec Camus ?
La gauche qui rend responsables Houellebecq, Finkielkraut et Zemmour des attentats du 7 janvier, qu’elle ne veut pas nommer islamistes ?
La gauche de Libération qui, le 20 janvier 2014, justifie la zoophilie et la coprophagie avec la philosophe Beatriz Preciado, chroniqueuse dudit journal ?
La gauche qui fit de Bernard Tapie son héros et un ministre ?
La gauche qui a vendu une télévision publique à Berlusconi ?
La gauche qui traque la misogynie et la phallocratie partout dans la langue française et veut qu’on dise professeure et auteure mais qui ne voit pas que la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage des mères seules, les ex-maris qui ne paient pas les pensions alimentaires font des ravages plus profonds en matière de phallocratie ?
La gauche qui vote comme Sarkozy sur l’Europe et l’euro, la diminution des retraites et l’augmentation du temps de travail, les restrictions de remboursements maladie, et croit que le danger fasciste est partout sauf là où il est ?
La gauche qui se croit antifasciste comme Jean Moulin quand elle appelle à interdire le parti de Marine Le Pen ?
La gauche de ceux qui croient à la liberté de la presse, à la liberté d’expression, bien sûr, mais qui me bannissent de France Inter pendant quatre ans ou demandent qu’on interdise la diffusion de mon cours sur Freud à France Culture en lançant une pétition contre moi au nom de la liberté d’expression ?
La gauche du sénateur socialiste qui intervient auprès du président du conseil régional de Basse-Normandie pour faire sauter la subvention de l’Université populaire à la demande d’une historienne de la psychanalyse qui, bien sûr, est de gauche ?
La gauche qui détruit l’école parce qu’elle sait que ses enfants sortiront de toute façon du lot, puisqu’elle s’en occupe à la maison et qui, de ce fait, renvoie les enfants de pauvres dans les caniveaux où Marine Le Pen ou le djihad les récupèrent ?
Que cette gauche-là ne m’aime pas, ça m’honore …

En revanche, je ne compte pas le nombre de gens vraiment de gauche qui me disent, dans la rue, par mails, par courrier, à l’issue de mes conférences, qu’ils sont d’accord avec moi mais n’osent pas le dire parce qu’il règne une terreur idéologique activée par cette mafia qui se réclame de la gauche …

Le Point : Même la revue de la nouvelle droite, « Eléments », vous tresse des lauriers … Y aurait-il un malentendu ?

Michel Onfray : Je suis antilibéral, contre l’euro et l’Europe, pour les peuples, je défends un socialisme proudhonien, mutualiste et fédéraliste, je crois au génie du peuple tant que les médias de masse ne l’abrutissent pas pour le transformer en masse abêtie qui jouit de la servitude volontaire et descend dans la rue comme un seul homme au premier coup de sifflet médiatique, je ne crois pas que le marché doive faire la loi, je ne fais pas de l’argent l’horizon indépassable de toute éthique et de toute politique, je préfère les girondins fédéralistes et provinciaux aux jacobins centralisateurs et coupeurs de têtes, et avec ça, je suis de gauche – si Eléments est d’accord avec ça, devrais-je cesser de croire ce que je crois ?

Le Point : Dans « L’ordre libertaire. La vie philosophique d’Albert Camus », vous faisiez une critique implacable de la « gauche totalitaire ». Ce livre n’a-t-il pas marqué une rupture définitive entre une certaine intelligentsia de gauche et vous ?

Michel Onfray : Une certaine intelligentsia de gauche, comme vous dites, n’a jamais aimé que je ne sois pas du sérail et que je ne doive mon statut qu’à mon travail et non au copinage tribal qui fait l’essentiel de son quotidien. J’ai construit ma vie pour n’avoir rien à demander à personne. Que cette tribu grosse comme un village papou fasse sa loi et fonctionne comme une mafia, c’est son affaire, pas la mienne.

J’ai créé l’Université populaire de Caen il y a treize ans, en province, pour lutter contre la présence de Le Pen au second tour de la présidentielle, cette université fonctionne à merveille avec une vingtaine d’amis. J’y travaille bénévolement et les cours sont gratuits. C’est ma façon d’être de gauche car se dire de gauche compte pour rien si l’on ne vit pas une vie de gauche, à savoir une vie dans laquelle on incarne les idéaux de gauche : liberté, égalité, fraternité, laïcité, féminisme. Cette intelligentsia n’en parle jamais alors que mille personnes viennent chaque lundi à mon cours. L’arbitre des élégances n’est pas pour moi ce village papou, mais ce peuple qui vient.

Le Point : « Moi qui suis de gauche, je préfère un homme de droite intelligent à un homme de gauche débile » avez-vous déclaré au « Figaro ». La droite serait-elle de plus en plus intelligente ? Et, a contrario, la gauche serait-elle de plus en plus débile ?

Michel Onfray : Depuis que je juge la gauche sur ce qu’elle fait plus que sur ce qu’elle dit d’elle, je ne me fais plus avoir par les étiquettes. Il n’y a pas la gauche et la droite, mais des gens de gauche et des gens de droite. Et je n’estime pas une personne sur ces critères. Pas plus que l’athée que je suis ne juge autrui sur le fait qu’il croie ou non en Dieu, mais sur ce qu’il fait de son athéisme ou de sa foi dans sa vie quotidienne. Là aussi, là encore, je préfère un croyant intelligent à un athée imbécile. Je trouve même sidérant qu’on ait besoin de le dire, ce qui supposerait qu’un homme de gauche devrait préférer un crétin de gauche à un homme de droite intelligent …

Le Point : Quels sont les intellectuels de droite dont vous vous sentez le plus proche ?

Michel Onfray : Je ne me sens pas proche de BHL ou d’Alain Mine ni de Jacques Attali, qui, me dit-on, sont de gauche. Faudrait-il que je me sente proche pour cela d’intellectuels de droite ? Qui sont-ils, d’ailleurs ? Concluez, si vous voulez, que je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL et que je préfère une analyse qui me paraisse juste de BHL à une analyse que je trouverais injuste d’Alain de Benoist … Les Papous vont hurler ! Mais ils ne me feront pas dire que je préfère une analyse injuste de BHL sous prétexte qu’il dit qu’il est de gauche et que Pierre Bergé, Libération, Le Monde et Le Nouvel Observateur, pardon, L’Obs affirment aussi qu’il le serait …

Le Point : Y a-t-il un homme politique de droite pour lequel vous seriez prêt à voter ?

Michel Onfray : Aucun. Ni d’ailleurs aucun homme de gauche. C’est fini, l’époque où je croyais aux bateleurs de la politique politicienne.

Propos recueillis par Sébastien Le Fol.

Source : Le Point, le 9 mars 2015. (Et pour les non-abonnés au Point, ici).


Onfray traite Valls de “crétin” : décryptage d’une polémique

Une petite phrase dans une interview du philosophe au “Point” – “Je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL” – a mis le feu aux poudres. Explications.

Michel Onfray et Manuel Valls. (NICOLAS MESSYASZ/SIPA & BALTEL/SIPA - Montage l'Obs)
Michel Onfray et Manuel Valls.

“Manuel Valls est un crétin.” “Michel Onfray perd ses repères.” Le philosophe Michel Onfray, qui se réclame de la gauche, et le Premier ministre Manuel Valls s’échangent des amabilités depuis dimanche.

Au coeur de la polémique, une petite phrase dans une interview de Michel Onfray au “Point”dans laquelle il dit préférer “une analyse juste” de droite (extrême) “qu’une analyse injuste” de gauche. Décryptage d’une passe d’armes qui a pris une nouvelle tournure lundi 9 mars alors que le philosophe a qualifié le chef du gouvernement de “crétin”.

# La provocation

“Je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL [Bernard-Henri Lévy, NDLR].” C’est la phrase à l’origine de la controverse. Dans une interview au “Point” datée du 25 février, Michel Onfray confie qu’il ne se sent “pas proche” des intellectuels BHL, Alain Minc et Jacques Attali “qui, me dit-on, sont de gauche”.

Dans son interview, au cours de laquelle il tape à bras raccourcis sur une partie de la gauche, incarnée notamment par Manuel Valls, Michel Onfray précise donc qu’il “préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL”.

Or, Alain de Benoist, essayiste et journaliste, est un ancien militant d’extrême droite. Figure de la “Nouvelle Droite”, ce mouvement tantôt placé “entre droite et extrême droite”, tantôt décrit comme “fasciste”, Alain de Benoist assure néanmoins “n’avoir jamais voté pour le Front national”.

En citant ce nom, Michel Onfray est cependant conscient de jouer la provocation. “Les Papous vont hurler !” prévient-il dans les colonnes du “Point”.

# La réplique

Lors d’un entretien accordé à Europe 1/i-Télé/Le Monde, Manuel Valls lance dimanche une charge contre le Front national. Mais il profite aussi de son interview pour répondre aux critiques du philosophe qui dénonce, dans les colonnes du “Point”, “une mafia qui se réclame de la gauche” et reproche notamment aux socialistes d’avoir abandonné leurs idéaux sur de nombreuses thématiques, comme l’école, l’emploi ou les inégalités hommes-femmes.

Et la référence à Alain de Benoist a visiblement fortement déplu au Premier ministre :

Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu’Alain de Benoist, qui était le philosophe de la ‘Nouvelle Droite’ dans les années 70 et 80, qui d’une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l’Horloge, le Grece, […] au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu’on perd les repères”, dénonce Manuel Valls.

# L’insulte

“Manuel Valls est un crétin.” Le philosophe n’a pas du tout apprécié le raccourci du Premier ministre. Dans son interview, il ne dit pas concrétement que Alain de Benoist “vaut mieux” que Bernard Henri-Lévy. Si l’on reprend ses termes, le philosophe assume “préférer une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de BHL”.

La nuance est importante. Dans “Le Point”, Michel Onfray s’empressait d’ailleurs d’ajouter : “Je préférais une analyse qui me paraisse juste de BHL à une analyse que je trouverais injuste d’Alain de Benoist.”

Pour le philosophe, “Manuel Valls, l’ami de BHL, perd [donc] les pédales !”

S’il faut une explication de texte à Manuel Valls […] je disais que, moi qui suis de gauche, je préférais une idée juste, fût-elle de droite, à une idée fausse même si elle est de gauche, surtout si elle est de gauche. Quel philosophe, quel citoyen même, pourrait soutenir le contraire d’ailleurs, sauf à préférer l’erreur et le faux pour des raisons idéologiques ? Ne pas souscrire à cette affirmation de bon sens élémentaire revient à dire qu’il vaut mieux une idée fausse avec BHL qu’une idée juste de droite.”

Et Michel Onfray de se fendre d’un tweet outré, dans lequel il qualifie le Premier et le secrétaire d’Etat aux relations avec le parlement, Jean-Marie Le Guen, de “crétins”.

Le terme est fort. Mais, invité d’Europe 1 lundi matin, le philosophe libertaire confirme l’emploi du mot “crétin” pour qualifier le Premier ministre.

J’ai vérifié dans le dictionnaire, ça s’appelle un crétin. Ce n’est pas insultant, c’est familier.”

Voilà qui est dit.

Source : Renaud Février, pour L’Obs, le 9 mars 2015.


Onfray sur Vals : “Dans le dictionnaire, ça s’appelle un crétin”

VIDÉO. Manuel Valls s’en est pris dimanche à Michel Onfray, accusé de “perdre les repères”. Le philosophe, qui se dit “vraiment de gauche”, tacle l’exécutif.

Le philosophe Michel Onfray ne décolère pas contre le couple exécutif.
Le philosophe Michel Onfray ne décolère pas contre le couple exécutif.

“Je ne me sens pas proche de BHL ou d’Alain Minc ni de Jacques Attali qui, me dit-on, sont de gauche. Faudrait-il que je me sente proche pour cela d’intellectuels de droite ? Qui sont-ils, d’ailleurs ? Concluez si vous voulez que je préfère une analyse juste d’Alain de Benoist à une analyse injuste de Minc, Attali ou BHL et que je préfère une analyse qui me paraisse juste de BHL à une analyse que je trouverais injuste d’Alain de Benoist… Les Papous vont hurler ?” Voici la réponse de Michel Onfray auPoint (n° 2216) qui l’interrogeait sur les intellectuels de droite dont le philosophe se sent le plus proche.

Des propos qui n’ont manifestement pas échappé à Manuel Valls. “Quand un philosophe connu, apprécié par beaucoup de Français, Michel Onfray, explique qu’Alain de Benoist, qui était le philosophe de la Nouvelle Droite dans les années 70 et 80, qui d’une certaine manière a façonné la matrice idéologique du Front national, avec le Club de l’Horloge, le Grece, (…) au fond vaut mieux que Bernard-Henri Lévy, ça veut dire qu’on perd les repères”, a dénoncé dimanche le Premier ministre auGrand Rendez-vous Europe 1/i>Télé/Le Monde.

“Je suis vraiment de gauche”

“Manuel Valls, l’ami de BHL, perd les pédales !” a réagi dans un premier temps le philosophe. Lundi matin, sur Europe 1, Michel Onfray s’est refusé à répondre au Premier ministre. “Je ne lui réponds rien du tout parce qu’il n’a rien lu du tout. Ses fameux conseillers en communication ont dû lui fabriquer une petite fiche, ils n’ont pas compris ce que j’avais écrit. Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste et mon problème n’est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche. J’ai l’impression que Manuel Valls pense le contraire, c’est-à-dire qu’il préfère une idée fausse, pourvu qu’elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite.” Et le philosophe d’ajouter : “J’ai vérifié dans le dictionnaire, ça s’appelle un crétin. Ce n’est pas insultant, c’est familier.”

REGARDEZ Michel Onfray

“Moi, je suis vraiment de gauche, et eux ont cessé de l’être en 1983”, a affirmé Michel Onfray, faisant référence au “tournant de la rigueur” mené par François Mitterrand. Pour lui, “les repères sont perdus depuis que Mitterrand a converti la gauche à la droite”. Poursuivant sa diatribe, Michel Onfray n’a pas oublié de tacler l’actuel chef de l’État, sans le nommer. Faisant référence à un récent dîner à l’Élysée auquel participait Joey Starr et Julie Gayet, l’écrivain assène : “Si ce monsieur oublie ce que je fais depuis treize ans, et, plutôt que de m’inviter, on préfère inviter Joey Starr qui boit du whisky ou Julie Gayet ou Yannick Noah en considérant que ce sont les seuls critères intellectuels qu’on ait à présenter, c’est leur affaire, mais ce n’est pas la mienne.” Fin de la polémique ?

Source : Le Point, le 9 mars 2015.


Michel Onfray répond à Valls : “Si le PS a perdu ses repères, c’est un peu à cause de lui”

Michel Onfray a répondu à Manuel Valls
Michel Onfray a répondu à Manuel Valls

Manuel Valls s’en est pris dimanche au philosophe Michel Onfray, accusé de “perdre les repères” et de préférer l’intellectuel de la Nouvelle droite, Alain de Benoist, à Bernard-Henri Lévy. Celui-ci lui a répondu ce lundi matin sur RMC.

Passe d’arme entre Manuel Valls et Michel Onfray. Le premier accuse l’autre de “perdre les repères”. Le second “de perdre les pédales”. Et la querelle a continué ce lundi matin. Ainsi, invité de Jean-Jacques Bourdin ce lundi matin sur RMC, le philosophe s’en est une nouvelle fois pris au Premier ministre. “C’est drôle que l’on me reproche de perdre mes repères alors que si vraiment le PS a perdu les siens c’est un peu à cause de gens comme lui”, assène-t-il.

“Je n’ai pas le droit de le penser ?”

Et de faire une anaphore pour argumenter son propos: “C’est quand même Manuel Valls qui critique les 35h. C’est quand même Manuel Valls qui a été filmé sur les marchés disant que cela manquait de ‘blancos’. C’est quand même Manuel Valls qui a été dragué par Sarkozy au moment de son gouvernement d’ouverture. C’est quand même Manuel Valls qui veut en finir avec le mot socialisme qu’il trouve grossier et vulgaire. C’est quand même Manuel Valls qui appartient à un parti qui, avec Sarkozy, a dit au peuple qui avait voté non à l’Europe en 2005 ‘On en a rien à faire de votre décision'”.

Dans Bourdin Direct, Michel Onfray va encore plus loin. “Je n’ai pas dit ce que Manuel Valls dit. J’ai dit qu’il valait mieux une idée juste d’Alain de Benoist qu’une idée injuste de BHL. Cela ne veut pas dire que l’on préfère Alain de Benoist à BHL. Mais aurais-je même dit cela, je n’ai pas le droit de le dire? Je n’ai pas le droit de le penser?”, s’interroge-t-il. Et de contre-attaquer vertement.

“L’Union soviétique et l’OAS, c’est la même chose”

“Parce que tous ces gens qui n’ont jamais lu une seule ligne d’Alain de Benoist, sont incapables de citer un seul de ses titres, m’expliquent qu’il est d’extrême droite, qu’il a soutenu l’OAS. Oui, il l’a soutenu et en même temps Cambadélis a soutenu Trotski, BHL a soutenu Mao et pratiquement tous les gens qui sont dans la presse de gauche aujourd’hui ont eu leur période Pol Pot, Mao, URSS etc. Ces gens-là sont-ils pires que l’OAS? Pour moi, ça se vaut”, estime le philosophe sur RMC.

Il poursuit, en colère: “L’Union soviétique et l’OAS pour moi c’est exactement la même chose ! Je regrette mais pour moi Alain de Benoist fait partie du paysage intellectuel français et on le criminalise en disant qu’il est fasciste. Or, il suffit de lire quelques-uns de ses livres pour savoir qu’il est intellectuel de droite. Même si ce n’est pas ma pensée, je me nourris de tous les intellectuels. Comme je lis la Bible alors que je ne suis pas chrétien ou le Talmud et le Coran alors que je ne suis ni juif ni musulman”.

Source : Maxime Ricard avec Jean-Jacques Bourdin, pour BFM TV, le 9 mars 2015.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

purefrancophone // 17.03.2015 à 00h32

Le plus mauvais de tous les gouvernements que nous ayons eu depuis très très longtemps .
Restrictions des libertés , y compris de penser , faut le faire
Mensonges depuis l’élection du Président de la République
Polémiques qui prennent plus d’ampleur qu’elles ne le méritent bien souvent
Premiers mois de gouvernement pour défaire ce que le précédent a fait puis prise de conscience et tentatives de retour en arrière .Du coup 3 ans de perdus Passage en force de lois sociétales sans tenir compte de l’avis de la majorité des Français qui du coup se sentent bafoués
Passages en procédure accélérée et temps limité de lois qui méritent d’être largement débattues .

Je comprends complètement la réaction et les propos de Michel ONFRAY !!

87 réactions et commentaires

  • purefrancophone // 17.03.2015 à 00h32

    Le plus mauvais de tous les gouvernements que nous ayons eu depuis très très longtemps .
    Restrictions des libertés , y compris de penser , faut le faire
    Mensonges depuis l’élection du Président de la République
    Polémiques qui prennent plus d’ampleur qu’elles ne le méritent bien souvent
    Premiers mois de gouvernement pour défaire ce que le précédent a fait puis prise de conscience et tentatives de retour en arrière .Du coup 3 ans de perdus Passage en force de lois sociétales sans tenir compte de l’avis de la majorité des Français qui du coup se sentent bafoués
    Passages en procédure accélérée et temps limité de lois qui méritent d’être largement débattues .

    Je comprends complètement la réaction et les propos de Michel ONFRAY !!

      +76

    Alerter
  • JaySWD // 17.03.2015 à 00h43

    Il aurait pu ajouter:
    -La gauche Libé qui fait des listes de sites “infréquentables”puisque Pro Russe/Rouge/Brun/soutien de la bète immonde Nauséabonde,dont ce blog,qui instille l’infamie d’un Jacques Sapir et d’un Jacques Frère (Nation Presse Info,site proche du FN )qui ne seraient qu’un…..tactique usée consistant à répeter la Saloperie dont s’était fendu Le Point,en évoquant “Les Néo-Conservateurs français”,fabriquant un fratras de gens qui n’ont pas grd chose en commun (dupont-Aignan,Le Pen,Chevènement,Zemmour,Polony) sinon qu’ils ne sont pas ds la prostitution bèlante à la triptyque US-UE-OTAN….
    -Aprés les listes,les rafles???

    Un seul mot,MICHEL,MERCI POUR CE MOMENT! ! ! !! !

    Et quant à la qualification de Valls,je plussoie,forcément!

      +10

    Alerter
    • JaySWD // 17.03.2015 à 00h55

      En complément,le fameux article de Libé,retiré d’urgence,mais transféré vers une page FB,la dictature du Bien est en marche:
      http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:qm-COYJMJRgJ:https://fr-fr.facebook.com/notes/agn%25C3%25A8s-lecomte/liste-des-sites-et-pages-facebook-fran%25C3%25A7aises-pro-russes-et-soutenant-novorossia/841160505909023+&cd=1&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

      Et un amalgame tendancieux de plus! !! Où l’on apprend que OB écrit pour Le S francophone!!
      La sagesse populaire(donc populiste,comme on dit chez les Caviar Lefties!!) dit:”Mentez,mentez,il en restera toujours quelque chose”

      Effroyable illustration s’il en est.
      Manifestement,OB,les guignols de Libé ont trés mal pris vos démontages de leurs insuffisances..

        +42

      Alerter
      • Tatsuya // 17.03.2015 à 01h23

        Lol, Jorion est dans la liste.
        On a vu des pro-russes plus démonstratifs, lui qui en dénonçait d’autres…

        La chasse aux sorcières ça marche toujours.

          +11

        Alerter
        • Carabistouille // 17.03.2015 à 08h46

          ha ha ha, Pauvre Jorion, américain (de gauche) intégral, viscéralement anti-russe dans cette affaire, publiant, au compte-goutte(ben oui, ses lecteurs sont pas d’accord) des brulots incendiaires anti-russes de Leclerc ou Leis, y a pas de justice.
          Par contre, on pourrait faire, nous, la liste des petits agents des néocons.

            +15

          Alerter
        • arthur78 // 17.03.2015 à 09h45

          exemple d’article totalement Pro-Russe sur le site de Paul Jorion …
          ohohoh ahahah je me maaaaarrrrre …

          http://www.pauljorion.com/blog/2015/03/02/addendum-a-des-similitudes-qui-font-froid-dans-le-dos-par-michel-leis/

          ce faisant je me pose des questions sur mon voisin, sa voiture est du même bleu que celui du drapeau Russe, du coup je me dis qu’il est peut être Pro Russe, es ce que c’est contagieux ? peut on devenir Pro Russe en disant bonjour à un pro russe ? doit on détourner la tête pour ne pas être contaminer ?

          Question plus subtile : si un Anti-russe s’associe à un Anti-Russe es ce que leur association est Pro-Russe ? car comme chacun sait : moins * moins = plus

          Question encore plus subtile : l’assistante de Mogherini est marié avec un Pro-Russe, doit on la renvoyer de son poste ???

          http://www.rferl.org/content/eu-mogherini-spokeswoman-husband-gazprom-lobbyist/26679795.html

          Ca parait pas, mais ça nous aiderait de ressusciter le sénateur MC Carthy .

            +4

          Alerter
          • JaySWD // 17.03.2015 à 13h51

            Merveilleux!!La source est géniale,du Soros pur jus,chimiquement pur!!

              +2

            Alerter
        • Francois // 19.03.2015 à 12h57

          L’identité consiste dans la désignation de l’ennemi.

            +0

          Alerter
      • Kiwixar // 17.03.2015 à 02h14

        On dirait que les kollabos n’aiment pas la Résistance, mais par contre ils aiment faire des “listes” (pour les voyages en train?)

          +33

        Alerter
        • Gaïa // 17.03.2015 à 04h43

          Non pour s’autoproclamer ou se guérir avec des formules magiques.

            +2

          Alerter
          • LBSSO // 17.03.2015 à 08h05

            Devinette :

            Qui a dit:

            “il faut sauver le soldat Poutine”,
            “il faut tout miser sur Poutine”,
            “quand Moscou a fait sonner les sirènes pour rendre hommage aux victimes du 11 9,ce qu’ils réservent d’habitude pour fêter la fin de la deuxième guerre,on lui a répondu par une politique qui la plaçait comme moins que rien”
            “quand vous demandes son avis à A Glucksman sur la russie ,il ne faut pas s’étonner que Marine Le Pen est du succès”

            Alors …tic tac tic tac

            Et oui Alexandre Adler! http://www.institutdiderot.fr/lavenir-de-la-nouvelle-russie-2/

            Je préfère une analyse juste d’Alexandre Adler à un idée sotte de Mélenchon

            PS :
            -à Languedoc30,je ne pensais pas remettre ma réponse (je ne sais pas si vous l’avais lue) aussi rapidement (sourire).
            -Citations de mémoire donc approximatives

              +4

            Alerter
            • languedoc 30 // 17.03.2015 à 17h26

              Pour ce qui est du soutien à la Russie je préfère, de loin, celui de Mélenchon à celui d’Adler, ce n’est même pas comparable;
              Dans tout ce que dit Adler sur Poutine, je perçois de la condescendance voire de la moquerie. Il a une piètre opinion de ses capacités d’homme politique, il dit qu’il a des muscles et pas de tête, il rappelle toujours ses origines modestes, quand il était un petit voyou qui se bagarrait dans les rues de Léningrad, pour bien montrer qu’il n’a pas changé, qu’il est resté une brute qui cogne et qui réfléchit ensuite. Or, il a tout faux, Poutine est exactement le contraire de ce que dit Adler. C ‘est quelqu’un de très froid, qui agit après mure réflexion, heureusement pour nous, et certainement, l’un des rares Chefs d’Etats les plus compétents aujourd’hui.

                +8

              Alerter
            • LBBSO // 17.03.2015 à 20h22

              Bonsoir Languedoc30,
              Réponse à votre post de 17h36

              je comprends que JL Mélanchon et A Adler n’aient pas les mêmes opinions mais sur la Russie ils se rapprochent..
              Vous n’avez ,je pense, pas compris pourquoi Adler fait référence aux origines de Poutine,à sa jeunesse agitée.Ce n’est pas pour le rabaisser .Dans une négociation ,il faut connaître la psychologie de l’autre partie. Poutine, compte tenu de son passé est très certainement un homme qui a besoin de s’affirmer y compris en répondant par la force (cela n’en fait pas un coupable):
              à 1h22: Adler:”Soyons constructifs, si on met les Russes plus bas que terre, qu’on les isole… “,ils réagiront
              “Et c’est normal compte tenu de tous les efforts qu’à fait Poutine depuis le 9 11” (Adler ,en substance)
              Donc, si vous poussez quelqu’un comme Poutine (comme les US le font) dans ces retranchements ,sa psychologie peut le mener à une surenchère dramatique. Autrement dit Adler dit que les US jouent avec le feu .Remarquez que Poutine à chaque fois dose intelligemment sa réponse. Il est à la fois intelligent et instinctif.
              A 1h00:Adler dit que “Poutine protège la russie du facisme russe”,des nationalistes extrémistes (le pendant des néocons US).C’est pour cette raison qu’il ne faut pas pousser Poutine à la faute.Hubert Védrine a dit exactement la même chose à Ce Soir ou Jamais la semaine dernière.

              Enfin que pensez vous des interventions de JP Chevènement au sujet de la Russie ses dernières semaines?………………………………………………….

              Et bien si vous aviez écoutez l’intervention que je mets en lien, vous auriez entendu Adler dire que dans le conflit avec la Russie “On aurait du faire appel a des gens expérimentés comme Chevènement”.C’est à dire en creux pas tout à fait le profil McCain !!
              D’ailleurs vous auriez pu écouter Chevènement dans cette intervention d’Adler car il est intervenu longuement, comme auditeur de la conférence, et ils ont partagé leur accord sur la Russie et l’Ukraine.

              Comme quoi,entre gens intelligents ,qui ne réagissent pas en fonction de préjugés (Adler,chevènement et Mélanchon), on arrive à des solutions partagées.C’est exactement ce que veut dire M.Onfray.

                +1

              Alerter
            • languedoc 30 // 18.03.2015 à 00h55

              Je dois vous avouer que je n’ai pas regardé la vidéo, 1h50 d’A. Adler est au dessus de mes forces, mais pour Chevénement je tâcherai de faire un effort.

                +1

              Alerter
            • LBBSO // 18.03.2015 à 06h56

              Bonjour Languedoc30,

              je comprends que Adler vous irrite sur certains sujets.J’ai bien compris que vous n’aviez pas regardé la vidéo sinon vous m’auriez parlé de l’intervention de Chevènement et du passage sur les juges en France version Adler qui va vous faire hurler.
              Toutefois ,écoutez le svp. On est bien obligé de s’entendre avec des adversaires politiques pour faire avancer les dossiers. c’est la Démocratie, le compromis.
              je sais bien que Mélenchon et Adler n’ont pas les mêmes fins mais la question n’est pas là .Pour l’instant ,il y a des gens ,à l’Est de l’Europe qui souffrent ,qui meurent.

              Merci pour l’échange

              PS:Quand à la psychologie ,je n’avais pas évoqué celle d’Adler. Il est un intellectuel de par sa pensée et ses relations ,donc ne vous arrêtez pas
              au petit sourire en coin qu’il peut avoir, lui aussi passe au-dessus de ça dans l’intérêt de la Russie un pays auquel il est attaché.

                +1

              Alerter
  • Krystyna Hawrot // 17.03.2015 à 00h51

    ” la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage des mères seules, les ex-maris qui ne paient pas les pensions alimentaires…”

    Bigre, je ne savais pas que les Françaises (habitantes de la France) étaient soumises et opprimées par leur mari polygame;, que la répudiation était autorisée, que les mariage arrangés empéchent les petites Françaises d’aller à l’école et que les Françaises sont obligées de porter le voile…
    Je ne sais pas si je vis dans les même pays que M. Onfray… Sauf que je vis dans le 93 et lui dans l’Orne, cette description ne donne pas envie d’aller dans l’Orne…

    Plus sérieusement, M. Onfray et lisez un peu les revendications du 8 mars, les maux des Françaises sont: la violence sexiste notamment domestique, le chômage, la précarité, les bas salaires et l’inégalité salariale en générale. Je ne peux souscrire qu’un peu à que vous dites sur le “chômage des mères seules” – parce qu’en étant accompagnées elles sont moins au chômage???, Et le non-paiement des pensions alimentaires, il faut savoir que de nombreux hommes n’ont pas de quoi les payer…

      +14

    Alerter
    • Chakravartine // 17.03.2015 à 10h40

      Vas comprendre… J’ai l’impression que pour notre Michou nationale, être de gauche c’est “chercher la petite bête” et se révolter pour tout et pour rien. Comme je le dit souvent, être de gauche c’est surtout ouvrir sa gueule pour des causes perdues sans vraiment résoudre le problème à sa source.

        +1

      Alerter
    • Horzabky // 17.03.2015 à 12h42

      Chère Krystyna,

      Moi aussi j’habite dans le 93. Je peux vous dire que les mariages arrangés, ça existe, c’est même une cause de fugues pour les jeunes maghrébines. Et dans certains quartiers, il y a une pression psychologique sur les jeunes musulmanes pour leur faire porter le voile.

      Une mère de famille au chômage est dans une situation beaucoup plus difficile si elle est seule, ça paraît évident. C’est vrai aussi bien sur le plan financier (si le compagnon ou le mari travaille, même au noir, c’est déjà mieux sur le plan matériel) que sur le plan psychologique ou même pratique.

      L’excision existe aussi, notamment dans la communauté malienne.

      Rachida Dati a raconté avoir été obligée de se marier lors d’un voyage au Maghreb avec sa famille. Elle a eu ensuite les plus grandes difficultés à faire annuler le mariage, et pour fuir son mari elle est allée travailler en Angleterre pendant un an ou deux. Une franco-algérienne que j’avais connue en fac a vécu une mésaventure semblable (mais elle a pu s’enfuir avant que le mariage soit célébré).

      Une autre franco-algérienne m’a raconté avoir été séquestrée par ses parents pendant deux ans, pendant son adolescence. Elle s’est ensuite enfuie et s’est mise en ménage avec un Antillais. Inutile de dire qu’elle ne reverra sans doute jamais ses parents, qui habitaient dans mon quartier alors qu’ils séquestraient leur fille.

      Il y a beaucoup de souffrance cachée dans notre pays. Discutez avec les gens, et vous aurez des surprises.

        +10

      Alerter
      • Krystyna Hawrot // 17.03.2015 à 14h12

        Bien sur que ces phénomènes existent – et je peux vous en dire autant parce que je milite dans les associations féministes depuis 15 ans et que j’ai travaillé dans les associations de préventionsi de violences faites aux femmes; (notamment l

        Ce que je veux dire est que Onfray est malhonnête de se focaliser sur les problèmes des populations d’origine magrébine et d’en faire un problème général qui touchent tout le monde.

          +4

        Alerter
        • Krystyna Hawrot // 17.03.2015 à 14h18

          Pendant qu’on se focalise sur les problèmes liés à l’islam, on ne s’occupe pas des problèmes qui touchent tout le monde et donc aussi les personnes d’origine musulmane et étrangères.

          Les problèmes qui touchent tout le monde, toutes les femmes, sont: le chômage, la précarité, l’inacessibilité des logements, la pauvreté.

          Toutes les associations de luttes contre les violences faites aux femmes, ou le personnel travaille en contrats aidés sous payés ou en bénévolat (car on est dans une politique d’austérité pertétuelle) savent que si les femmes avaient accès à un boulot stable correctement payé et un logement la moitié des problèmes de violence seraient résolus.
          Et aussi, les femmes aurait plus de force pour lutter à ce que la France arrête ses fameuses conventions bilatérales qui font qu’elle reconnait sur le sol français les limitations des droits aux femmes imposés en Algérie, au Maroc, Sénégal.

            +8

          Alerter
          • Eric // 17.03.2015 à 16h03

            En effet Krystyna, mais allez savoir ! Dans la mesure où Monsieur Onfray est une sorte de philosophe à retardement, rien ne dit qu’après avoir commencé à ouvrir quelque peu les yeux sur certaines choses il n’en viendra pas un jour à élargir aussi quelque peu sa focale sur les questions géopolitiques pour ne plus seulement se contenter de qualifier les attentats que nous venons de connaitre en France, ” d’attentats islamistes “. Validation superficielle et bêbête du clash des civilisations. M’enfin, merci à lui tout de même pour cette morflée bien méritée dans les gencives du détestable Valls.

              +4

            Alerter
    • jacques beaudry // 17.03.2015 à 15h17

      Sortez de votre ermitage, dans cette belle France existe des communautés où ces pratiques auxquelles vous semblez adhérer se pratiquent quotidiennement. Votre sensibilité envers les victimes en dit long sur vos valeurs.

        +1

      Alerter
      • Eric // 17.03.2015 à 16h14

        Déformation d’un niveau intellectuel plus que faible et doublée par surcroît d’un procès d’intention pathétique dont on pourrait dire, si l’on vous appliquait les mêmes méthodes que vous appliquez aux autres, qu’il en dit plus long sur vos valeurs (ou leur absence en l’occurrence) que sur celles de l’intervenante précédente. J’ajoute que les gens qui font la leçon sur ce terrain (on se demande d’ailleurs à quel titre) en prétendant nous montrer l’horizon ont généralement une vue dont l’altitude avoisine celle des pâquerettes 🙂

          +4

        Alerter
  • gaulliste // 17.03.2015 à 01h05

    BHL, c’est le caca intellectuel!!!

    Alain de Benoist vaut 1 milliard de fois ce crétin de BHL!!! C’est une insulte pour alain que d’être comparé à la médiocrité.

    BHL tiens les merdias, et donc ceux ci le flattent! Et même Valls est mort de trouille sur BHL!!!

      +19

    Alerter
    • Feuille de Mars // 17.03.2015 à 05h10

      J’étais même pas au courant que De Benoist avait soutenu l’OAS, la belle affaire ! Je me demande qui a fait le plus de morts ? L’OAS qui a fait régner la terreur pendant des décennies ou BHL en 4 ans de Pax Democratica en Libye.

        +12

      Alerter
      • Albigeois // 17.03.2015 à 06h25

        Sans compter l’ukraine !

          +11

        Alerter
  • grub // 17.03.2015 à 01h05

    Je m’étonne que tous ces crétins, dans un exercice de mauvaise foi dont ils sont passés maîtres, n’aient pas encore trouvé complétement intolérable la comparaison que ferait M. Onfray entre ” les textes d’un fasciste notoire et des textes sacrés”. 🙂
    En tout cas, le voilà rangé dans la catégorie intellectuel rouge-brun. Pas sûr qu’on le revoit dans les médias mainstream.

      +1

    Alerter
  • Kiwixar // 17.03.2015 à 02h09

    “Le PS a perdu ses repères…”

    Je pense que le diagnostic est mauvais… Le Parti Solférinien n’a pas perdu ses repères, il s’est juste fait racheter via une OPA, dans le plus pur sens capitaliste du terme. Ca a été la grande erreur des citoyens de laisser des cliques de banquiers (les actionnaires de la FED, Pompidou) et d’artistocrates (Giscard) donner à leur classe des 0.1% le pouvoir (1) de création monétaire (2) de contrôle monétaire (via le contrôle des taux d’intérêts, permettant de récompenser un gouvernement accommodant, et de punir un gouvernement de vraie gauche) et (3) de cabale financière contre un Etat (voir Soros et la crise asiatique de 1997, ou l’action contre la livre sterling).

    Onfray a une pensée début 20e siècle, où l’argent était adossé sur du réel et le pouvoir des 0.1% limité par la quantité d’or qu’ils étaient capables de récuperer. Mais depuis, grâce à l’imprimante à billets (et les lignes comptables illimitées forfait 7j/7 et week-ends), les 0.1% ont TOUT racheté : le Parti Solférienien, les responsables syndicaux, les journalopes, les merdias, tout. Et pour le moindre clou qui dépasse, un gros coup de marteau (“accident” de voiture). Cette théorie colle à ce qu’on observe. Par contre, un PS qui “aurait perdu ses repères”, ca ne colle pas à ce qu’on observe, et c’est très naïf. … Le pognon! Le pognon! L’imprimante! Toner illimité!

    “Dis-donc, Varoufak, tu préfères deux balles dans la nuque, ou 100 millions sur un compte en Suisse?”

      +32

    Alerter
    • Mélissa // 17.03.2015 à 10h46

      Bravo,Kiwixar,
      La prise de contrôle du monde par la finance de la City et de Wall Street est la base de tout.

      Onfray lui-même peut-il se targuer d’avoir une parole libre,dans un monde médiatique qui ne l’est plus du tout…,ou bien lui-fait-on jouer les marchands de sable, saupoudrant nos inquiétudes justifiées d’une illusion de pluralisme,… jusqu’au prochain réveil…,induisant dans nos esprits que des solutions existes,qu’une opposition existe,que Jean Moulin sauvera la France et que le CNR n’est pas mort de la privatisation de la création monétaire par les banques universelles ?
      Ah bon,il est de gauche ?…Est-ce bien le moment ?…

      Bon,je retourne repiquer mes poireaux et visiter mes ruches…Il faut bien produire de quoi alimenter Rungis…,sinon que mangeront tous ces citadins-philosophes, aux mains manucurées de donneurs de leçons,de Paris ou d’ailleurs ?

        +7

      Alerter
    • Rémi Laffitte // 17.03.2015 à 11h12

      En fait les propos d’Onfray ont été mal interprétés. En réalité il a dit : “Le PS a perdu ses repaires…”
      Et il va en perdre plein d’autres les 22 et 29 mars. Le spectacle de sa noblesse de collectivité locale et de ses courtisans rendus à la vie normale (celle avec chômage et applications de lois sauce Macron) sera croustillant.

        +11

      Alerter
    • ThylowZ // 17.03.2015 à 17h04

      Je précise juste en passant (ça n’a pas beaucoup d’importance) que Giscard n’est pas un aristocrate, mais un bourgeois. Ce sont 2 notions différentes 😉

        +2

      Alerter
    • Serge // 17.03.2015 à 22h17

      Allez voir “Terra Nova”sur wikipédia .
      Vous verrez qui en fait partie,et qui finance ce think tank solferinien !…

      http://fr.wikipedia.org/wiki/Terra_Nova_%28think_tank%29

        +1

      Alerter
  • DUCHENE JEAN // 17.03.2015 à 06h25

    l’ennui c’est qu’ Onfray mélange tout, ceux qui sont à sa gauche comme ceux qui sont à sa droite. Mettre en parallèle le soutien d’Alain de Benoist à l’OAS et le soutien (passé) de Cambadélis à Trotsky est pour le moins échevelé.

      +7

    Alerter
  • DUGUESGLIN // 17.03.2015 à 06h44

    Bel exemple de Michel Onfray de rébellion contre la dictature intellectuelle qui s’est installée en France depuis des dizaines d’années.
    Le débat d’idées depuis longtemps est occulté par des préceptes tout faits, non expliqués, ni prouvés, ni justifiés.
    A tel point que le distinguo gauche/droite n’a plus aucun sens.
    Les mots dépourvus de leur sens d’origine ne veulent plus rien dire.
    Il est évident que les idées sont plus importantes que celles qu’on attribue arbitrairement à la droite ou à la gauche, et Michel Onfray est clair sur ce plan.
    Ces clivages maintenus artificiellement (gauche/droite) pour faire fermer son clapet à quelqu’un qui s’interroge et qui souhaite débattre, nous empêche de progresser dans les idées.
    Voilà contre quoi il faut lutter, contre la dictature intellectuelle. Contre la novlangue, contre les grandes phrases du genre “ça rappelle les plus sombres années de notre histoire” sans dire, ni pour quoi, ni comment, ni quand. Mais le “supposé”, la formule magique, porte la condamnation en soit, grâce au non dit, au non expliqué, au non justifié.

      +11

    Alerter
    • Gaïa // 17.03.2015 à 15h24

      La liberté de pensée si vous voulez mais qui n’en demeure pas moins très reliée à des valeurs bien précises. Malgré les confusions mises en relief ici , vous ne pouvez pas empêcher la confrontation des valeurs sur la ligne des ruptures sociales et économiques d’une société. Reconnaissons que dans nos médias le plus grand espace et les places de choix sont largement réservés à la diffusion de valeurs faisant consensus autour du système dominant.

        +1

      Alerter
  • arthur78 // 17.03.2015 à 06h44

    un article de Nybook daté de 1980 compare BHL et De Benoist, cet article est bourré de perles

    http://www.nybooks.com/articles/archives/1980/jan/24/paris-moses-and-polytheism/

    Bernard-Henri Lévy, thirty-one years old, ex-Maoist, ex-journalist, and self-proclaimed “New Philosopher,
    BHL 31, ex maoiste, ex journaliste et auto proclamé “nouveau philosophe”

    Alain de Benoist, ex-Catholic, ex-reactionary, and self-proclaimed “theoretical journalist,”
    Alain de Benoist, ex catholique, ex réactionnaire, et auto proclamé “journaliste theoricien”

    Lévy declared himself “shocked by the ideological and theoretical poverty” of de Benoist’s writings
    BHL se déclare choqué par la pauvreté idéologique et théorique des écrits de de benoist

    Benoist found Lévy’s books “not worth a trifle.”
    De Benoist trouve que les livres de BHL ne valent pas tripette

    I am filled with hatred for you,” Lévy hissed.
    Je suis plein de haine contre vous, sussurre BHL

    I hate no one,” de Benoist replied
    je ne hais personne répond de benoist

    Alain de Benoist is a better writer, a clearer thinker, and a much more dangerous figure.
    De Benoist est un meilleur écrivain, un penseur plus clair, et un homme bien plus dangereux

    Little can be said about Lévy’s position precisely because so little of it is ever argued.
    On peu pas dire grand chose de BHL car si peu de ce qu’il dit est argumenté

    Without his skillful use of the press and television some seven years later, the so-called “New Philosophers” would never have been launched
    Sans son expertise pour utiliser la presse et la télé, le mouvement des “nouveaux philosophes” n’aurait jamais été lancé

    He makes his points by rhetorical tropes, wide-ranging historical references ,or by citations from books that he evidently hasn’t read or has poorly digested
    Il tisse ses propos par assaut de réthorique, une large palette de références historiques, ou par des citations de livres que de toute évidence il n’a jamais lu ou pauvrement digéré

    The range of books that they cite is immense (but de Benoist, unlike Lévy, seems actually to read them)
    Le nombre de livres qu’ils citent est énorme (mais de benoist semble les avoir lu contrairement à BHL

    It is not clear in de Benoist’s case what is “new” about the “New Right,” any more than it is clear in Lévy’s case what is “philosophical” about his “New Philosophy.”
    Ce n’est pas clair ce qui est “nouveau” dans la nouvelle droite de de benoist et ce n’est pas clair ce qui est “philosophie” dans la nouvelle philosophie de BHL

    André Glucksmann … refuses even to be grouped with them.
    André Glucksman ne souhaite surtout pas être associé à l’un ou l’autre

      +9

    Alerter
  • Lyonnais // 17.03.2015 à 07h08

    Onfray et Valls se réclamant de la gauche… quelle blague !
    Il n’y a vraiment rien d’important dans l’actualité à part cette querelle entre ces deux cuistres ?

      +17

    Alerter
    • FifiBrind_acier // 17.03.2015 à 09h21

      Ce débat qui vous semble anodin, n’est que le début d’une mise en place du Patriot Act à l’européenne. La chasse au sorcières des mal pensants est ouverte.

      Désormais, comme aux USA, et sans passer par un juge, les policiers peuvent écouter vos conversations, mettre des micros chez vous, au nom de la lutte “contre le terrorisme”.
      Qui décide que vous êtes suspect? Les policiers.

      La lecture du dernier billet de Soros fait froid dans le dos:
      “L’ Europe doit devenir comme l’ Ukraine”, où une loi vient d’interdire tout critique du Gouvernement de Kiev.

      http://reseauinternational.net/soros-leurope-doit-devenir-comme-lukraine/

      Et sous les bruits de bottes, le pillage de l’ Ukraine continue.
      Monsanto achète les terres cultivables pour y semer des OGM.
      Le Gouvernement pour rembourser le FMI est obligé de vendre ses terres, de faire des coupes sombres dans les budgets etc, comme en Grèce.

      https://resistanceauthentique.wordpress.com/2015/03/09/paul-craig-roberts-lukraine-devra-vendre-ses-terres-a-loccident-et-sur-lassassinat-de-nemtsov/

        +12

      Alerter
      • sadsam // 17.03.2015 à 20h47

        @Fifibrin d’acier

        Merci pour le lien avec le dernier billet de Soros.

        Effectivement cela fait froid dans le dos. Le contenu du message mais aussi le fait que ce contenu ne soit même pas caché mais au contraire affiché.

          +1

        Alerter
  • jplchrm // 17.03.2015 à 07h40

    Exprimer que gauche et droite ne sont plus des concepts pertinents est devenu franchement stigmatisant. Il est pourtant clair que vouloir organiser la complexité politique autour d’un axe unique droite/gauche est le niveau zéro de la pensée. J’aime bien le découpage tripolaire de Michéa : Bleu (les républicains : Constant, Tocqueville), blanc (les partisans de l’ancien régime : de Maistre, de Bonald), rouge (les socialistes à la Leroux). L’ensemble de la politique actuelle (libérale) est toute entière plongée dans le bleu. Le rouge et le blanc n’existent plus qu’à la marge, mais ils restent bien vivants. Dans le monde partisan, il n’y a que plus que des républicains formels car la chose publique est presque entièrement privatisée par le capital. Quant à la démocratie (demo kratos), elle est devenue un beau foutage de gueule. Comment peut-on être démocrate à la mode Rothschild ?

      +12

    Alerter
    • Serge // 17.03.2015 à 22h35

      Je me suis déjà exprimé sur cette gauche .
      Cela va bien au delà de la simple trahison de ses fondamentaux d’origine.
      Elle est le pouvoir .
      Elle en est une des multiples lames (comme celles du couteau multi-lames),celui du fonctionnement de l’économie capitaliste mondialisée et financiarisée .
      Tous ceux qui s’agitent en faisant croire qu’ils sont des rebelles vigilants ,ne sont que ses pires porteurs d’encens .
      Ruquier, Caron,Dely ,Canal +,les artisses de gôche et j’en passe …
      eh oui ,faites pas semblant vous êtes le pouvoir.
      D’aileurs ,vous en vivez largement n’est-ce pas ?
      Le capitalisme vous lâche quelques unes de ses grosses miettes ,ça ne ne refuse pas !
      Les vrais dissidents ne sont pas ceux qu’on croient .

        +2

      Alerter
  • lemoine001 // 17.03.2015 à 07h40

    Ce débat pour savoir si l’un est de gauche ou pas ne peut qu’être obscur. Rien n’est plus vague que cette notion de gauche ou de droite. Demandons-nous plutôt qui est sur les positions favorables au monde du travail (ouvrier, employé etc.). Le débat entre conservateurs et progressiste ne vaut pas mieux. C’est ce que j’avais tenté de dire il y a déjà pas mal de temps (dans le cadre du débat sur le mariage pour tous). Je me cite pour gagner du temps :

    Un illustre écrivain à qui l’on reprochait d’être conservateur répondit : « Quoi, il n’y aurait donc rien à conserver ». C’était il y a bien longtemps et à cette époque on lisait encore Marx. L’interpellateur fut bien embarrassé et ne trouva rien à répliquer. Il avait en tête ce passage célèbre du manifeste du parti communiste : « La bourgeoisie a joué dans l’histoire un rôle éminemment révolutionnaire. Partout où elle a conquis le pouvoir, elle a foulé aux pieds les relations féodales, patriarcales et idylliques. Tous ces liens complexes et variés qui unissent l’homme féodal à ses supérieurs naturels, elle les a brisés sans pitié pour ne laisser subsister d’autre lien, entre l’homme et l’homme, que le froid intérêt, les dures exigences du paiement au comptant ». Eh oui ! Le progrès quelque fois peut avoir des aspects problématiques tout autant que le conservatisme !

    Dans le même texte et dans le même esprit, on trouve discuté un thème actuel : celui de la famille. On peut lire : « La famille, dans sa plénitude, n’existe que pour la bourgeoisie ; elle a pour corollaire la suppression forcée de toute famille pour le prolétaire et la prostitution publique ». Les communistes étaient accusés de vouloir abolir la famille mais la famille était déjà abolie. Elle l’est tout autant de nos jours avec la multiplication des « familles monoparentales » et l’instabilité des couples. La France est un pays où l’institution familiale résiste encore. Seulement un mariage sur trois finit par un divorce mais ce taux ne cesse d’augmenter bien que l’âge du mariage recule toujours plus.

    Quand on tire argument de cela pour aller toujours plus loin dans les bouleversements sociétaux, il ne faut pas s’étonner de voir qu’une partie de la population veut s’y opposer. Certains s’étonnent du succès de la manifestation contre le « mariage pour tous ». Ils sont aveugles ! S’ils avaient lus mes articles sur la désécularisation du monde, ils auraient dû s’y attendre. Les médias sous-estiment la capacité de mobilisation catholique. Ils méconnaissent l’influence des idées qu’elle défend. Ceux qui ont suivi ma lecture du « compendium de la doctrine sociale de l’Eglise » auront pu voir que les idées qui s’y trouvent exposées imprègnent la société, bien au-delà du petit nombre de ceux qui ont lu ce mince opuscule. Je ne partage pas ces idées, mais je dois reconnaître qu’elles forment un ensemble cohérent et argumenté.

    Il serait absurde de vouloir classer ces idées sans restriction, et tout d’un bloc, à droite ou à gauche. Ce classement en droite ou gauche ne fait que brouiller la compréhension des choses. Je voudrais bien qu’on me dise en quoi la politique que nous subissons actuellement est tellement plus à gauche que celle du gouvernement précédent. Je vois bien que ceux qui se proclament de gauche font d’autant plus de tapage sur les réformes sociétales qu’ils sont plus discrets sur les réformes sociales. Quand ils parlent de réforme en matière sociale, c’est pour remettre en cause ce qu’ils appellent les « archaïsmes » tels que la sécurité de l’emploi, l’indemnisation des chômeurs, ou l’indexation des salaires sur les prix. On nous dira après cela que la bourgeoisie est conservatrice. Quelle erreur ! Elle ne l’est que pour ses intérêts !

    Le classement en progressistes et conservateurs ne vaut effectivement pas mieux. Il suffit de lire les auteurs les plus libéraux pour voir qu’ils se présentent comme les vrais progressistes et même parfois comme des révolutionnaires prêts à faire table rase du passé. Ils ne seraient pas gênés pour répondre à notre illustre écrivain qu’il n’y a effectivement rien à conserver, que tout doit céder devant la puissance des « marchés » qui sont la réalité et la révolution en action.

    Le seul classement qui ne ment pas est celui qui oppose les idées qui servent les intérêts des travailleurs et celles qui servent ceux des exploiteurs (c’est-à-dire ceux qui s’enrichissent par le travail d’autrui). Si on fait un tel classement et qu’on pense à ce qu’écrivait Marx sur la famille ainsi qu’à ce qui a mobilisé les adversaires du « mariage pour tous », on devrait être prudent et ne pas adresser ces manifestants en bloc au camp de la réaction ni les renvoyer sans discussion du côté de l’UMP. Ce sont incontestablement des conservateurs, leurs slogans le disaient clairement. Mais qu’en est-il de leur positionnement sur le plan sociologique ? Ne sont-ils pas plutôt du côté de ceux qui travaillent et se soucient d’abord de l’avenir de leurs enfants. Or, n’y a-t-il donc rien à conserver de ce côté ?

    Quoi qu’il en soit, ils arrivent trop tard. C’est il y a vingt ou cinquante ans qu’il fallait se réveiller. C’est dans les années 70 que la société a commencé à basculer et qu’on a vu ses bases commencer à se fissurer. C’est à ce moment-là qu’il aurait fallu discuter de ce qu’il fallait conserver, de ce qu’il fallait réformer pour le conserver et de ce qu’il fallait renverser. J’ai l’impression qu’il est maintenant trop tard. Certains combattent le « patriarcat » mais il est mort depuis longtemps. Nous sommes au temps du « pour soi-même ». Comme le disait dans son jargon un représentant d’occupy Wall-street (mouvement qui se veut la pointe de la modernité) : « Chacun ne peut parler que pour soi-même, en même temps le soi-même pourrait bien se dissoudre dans sa propre remise en question, comme nous y invite toute pensée poststructuraliste menant à l’anarchisme ». Mais mon pauvre ami ! il n’y a pas que la pensée « poststructuraliste » qui mène à l’anarchisme. Le plus grand et le plus efficace agent de l’anarchisme c’est le « marché » c’est wall-street !

      +20

    Alerter
    • sergeat // 17.03.2015 à 10h47

      Vous dites qu il est trop tard:prennez l exemple de la famille en Russie elle est en reconstruction il est vrais avec l aide de l église et une idéologie de choix civilisationnel.Chez nous la doxa veut que la quintessence du progrès soit la théorie du genre, l homophilie,LGBT,…. le peuple supporte beaucoup de choses:les impôts hallucinants,le chômage,l innegalite,la propagande (je suis charlie)…..mais il n admettra jamais que l on touche à ses gosses que le pouvoir veut transformer en ni homme,ni femme,et pourquoi pas en bisexués,en marchandise….

        +12

      Alerter
      • lemoine001 // 17.03.2015 à 11h52

        Je ne sais pas s’il est trop tard. Ce dont je suis sûr c’est que jamais on a assisté à un tel battage ni vu une campagne aussi multiforme. Regardez ; la dernière et son visage si innocent : une exposition sur un chanteur bien sympathique comme David Bowie.
        J’ai écrit sur le sujet et je crois être bien seul : http://lemoine001.com/2015/03/14/un-histrion-postmoderne-david-bowie/

          +1

        Alerter
        • LBBSO // 17.03.2015 à 22h04

          Bonsoir lemoine001,

          Je vous rassure, si cela était nécessaire .Je connais deux personnes qui sont allés,la semaine dernière, au concert du Philarmonie écouter des musiques de Bowie version philarmonique post moderne. Beaucoup ont quitté la salle de concert à la pause et à la fin dans les allées les commentaires des plus courageux n’étaient pas enthousiastes…

          votre lien est très intéressant, je le transmets aux deux personnes.

            +1

          Alerter
    • Vincent // 17.03.2015 à 11h30

      Je lis toujours avec plaisir vos commentaires, mais je n’avais jamais cliqué sur le lien de votre avatar jusqu’à présent. Merci d’avoir évoqué vos écrits.
      Sinon, en effet, nous sommes proche de l’aboutissement du processus de “libéralisation” qui caractérise la période moderne. La discussion droite/gauche n’est qu’un leurre. Comme vous dites c’est trop tard si l’objectif est de ne pas toucher le fond.
      Il reste que lorsque nous arrivons au fond, il faut se préparer à donner un coup de talon pour remonter à la surface. Sinon c’est la noyade. 😉

        +2

      Alerter
  • josephine // 17.03.2015 à 08h10

    Bourdieu, une pensée dissidente? hum. Dissidente de quoi, à quelle époque?…Onfray est un chouchou des médias, le contestataire de service, qui philosophe par réaction. Un narcissisme tout aussi fragile que celui de ceux qu’il critique. Bon sang tous ces gens voudraient ils nous laisser tranquille avec leur égo problématique et aller consulter qui ils veulent mais pas nous. Please.
    Si non entièrement d’accord avec Olivier sur le niveau de bêtise où on est arrivé. Je ne m’y ferai jamais.

      +10

    Alerter
    • Prométhée Enchaîné // 17.03.2015 à 10h22

      “Bourdieu”, “une pensée différente”… pour être précis. Mais je ne vois pas pourquoi vous doutez de sa dissidence.

        +0

      Alerter
  • valles // 17.03.2015 à 08h31

    Analyse forcément juste par ce qu’intelligente et honnête mais forcément archaïque comme tout débat gauche droite. La révolution ne se fera pas a la télé, ni par les partis politiques, ni sur le web mais finira sûrement dans le sang par manque de discernement.
    De nos jours, il faut être forcément pyromane pour continuer ces clivages de masse digne des périodes craignos du catholicisme, j’en viendrai même à me dire qu’un peu de sens critique talmudique ne ferai pas de mal dans le débat.
    Est-il réaliste de citer Proudhon en 2015 ? dans une civilisation basé l’instinct de propriété .
    Plebisité le fédéralisme des Girondins? Ce fédéralisme qui n’a eu justement comme but que de protéger depuis des siècles les propriétaires de gisements d’Or rouge.

      +3

    Alerter
  • sergeat // 17.03.2015 à 08h40

    Bravo Onfray,en plus vous faites entrer dans la notoriété médiatique l ami de Douguine:Alain De Benoist qui quoi qu on en pense est pour le redressement civilisationnel de notre pays ,regardez sa vidéo sur le TAFTA et vous comprendrez peut être comment on nous prépare un esclavagisme hédoniste et matérialiste béat .

      +8

    Alerter
  • coinfinger // 17.03.2015 à 09h33

    Il existe selon les choix sociaux , démocratiques , et culturels diverses gauches et diverses droites .
    A ces trois domaines , en période de crise faut en ajouter un autre çà travaille pour l’étranger ou la nation ?
    Avec Onfray pas de pb c’est une certaine gauche , avec Valls on est comme Zézette épouse X çà rentre pas dans la case .
    Socialement le Pére Noel , il prend dans le caddy des droits sociaux pour mettre dans sa hotte de dettes .
    Question démocratie , une tendance certaine à jouer du revolver dans l’appartement .
    Moralité , c’est le droitdel’hommisme qui en tiens lieu , on invite des travellos à s’asseoir sur le canapé . Ne pas mettre de fausse barbe , ni de perruque , çà fait pas pour autant sincérité .
    Et pour finir çà garni le sapin de cartouchiéres et grenades au lieu de guirlandes et boules , çà travaille pour le supermaché .
    En résumé , c’est pas de la droite , parce que ce qui est pris à gauche va pas à droite , c’est de la gauche négative , çà prend à gauche mais pour l’étranger . Le Pére Noel est une ordure .

      +1

    Alerter
  • lemoine001 // 17.03.2015 à 10h01

    Le problème avec Onfray c’est sa conception de la philosophie. Il traite une philosophie comme une série d’opinions plus ou moins bien arrangée en système et qui serait l’expression d’un tempérament. Il distribue les bons et les mauvais points selon que les opinions lui agréent et croit qu’il suffit d’avoir lu tout d’un philosophe le stabilo à la main pour le connaitre. Je suppose qu’il a stabilo rose pour ce qui lui plait et un bleu pour ce qui lui déplait !

    Kant est pour la peine de mort, il est misogyne. Fourrier est libertaire et pour l’amour libre. = donc Fourrier est un philosophe plus intéressant que Kant. Il va figurer en bonne place dans la “contre histoire de la philosophie”.

    Il a ses préférés. Son idole est Nietzsche : il s’ingénie à extraire de ses écrits des citations qui en font une espèce de libertaire. Il ferme les yeux sur son racisme ultra-réactionnaire, sa misogyne etc.

    Lorsqu’il veut appliquer ce système à BHL ou à Alain de Benoist, il se trouve forcément dans la plus grande confusion. Avec BHL, il est face au vide et avec de Benoist (pour ce que j’en connais) il est face à quelqu’un qui sait très bien habiller une pensée réactionnaire pour lui donner l’apparence d’une véritable profondeur. D’un côté il n’y a pas d’analyse possible faute de matière, de l’autre il faudrait faire un travail qu’il ne fait pas.

    Il s’en tire avec des oppositions aussi vides que polémiques du genre “gauche caviar” / “gauche cactus”.

      +11

    Alerter
    • Vincent // 17.03.2015 à 11h54

      Pour ma part, je crois que Onfray se veut être un philosophe moraliste. Au début de sa carrière de philosophe médiatique il était avant tout progressiste : identification du bien avec le progrès, les “avancées sociales”. Mais petit à petit, la maturité aidant, il en est venu à la défense de l’opprimé comme objet principal de la morale. Il s’est rendu compte du cynisme des chantres du progrès et les dénonce en les décrivant tels qu’ils sont réellement.
      Finalement il se rend compte que les penseurs “réactionnaires”, qui ont une critique plus métaphysique du progressisme, ont pratiquement les mêmes arguments que lui face à ses zélateurs. Il ne peut qu’être d’accord avec eux sur ce point précis.

      Pour de Benoist, en plus d’être réactionnaire (adjectif qui pourrait qualifier beaucoup de monde), il fait partie des fondateurs de la “nouvelle droite” dans les années 60, école de pensée qui se voulait réaliste dans ses objectifs (hermétique aux mythes de la vieille droite qui selon eux n’a su faire face à la décolonisation, prisonnière de son humanisme chrétien) et révolutionnaire dans ses moyens (ils se servaient abondamment dans Lénine et Gramsci).
      Cette nébuleuse d’entrepreneurs, d’écrivains et d’intellectuels vise avant tout le terrain culturel, et a une vision particulièrement raciste (ethno-différencialiste) du monde.
      Ceci dit, autant j’étais particulièrement opposé intellectuellement à leur mouvement, autant j’ai l’impression que de Benoist s’assagit, contrairement à Venner qui a très mal fini.

        +1

      Alerter
      • Serge // 17.03.2015 à 22h11

        @Vincent
        Que cela ne vous plaise pas,c’est votre droit .Mais n’écrivez pas les choses telles que vous voudriez qu’elles soient .Ecrivez les telles qu’elles sont : soyez précis dans les termes .
        L’ethno-différencialisme n’est pas le racisme :C’est l’affirmation qu’il existe différentes ethnies humaines,et qu’il faut les préserver en limitant le métissage à la marge .
        Le racisme lui y ajoute que la sienne est supérieure à toutes les autres ,justifiant ainsi la légitimité de leur asservissement,voire leur élimination.
        L’ethno-différentialisme n’est pas l’apanage du “méchant blanc d’essstrême drouate ” ,il est plutôt bien partagé sur toute la planète et par tous les peuples :SOS racisme l’est,une part de la communauté israélite l’est ,les Roms,les Gitans,les Sioux ,les cheyennes ,les Africains (ils ne connaissaient pas les Nations, les ethnies priment encore ds les conflits sur les nations ) …de Gaulle …moi , etc …Tous ceux qui quand ils conscience de l’imminence de leur disparition possible ,voire imminente ,le deviennent par esprit de survie et par volonté de continuer leur histoire .

          +0

        Alerter
        • Vincent // 18.03.2015 à 09h48

          Serge, excusez moi si je vous ai froissé.
          Je ne voulais pas dire que différencier les ethnies partait d’une intention raciste.
          Je voulais juste rapidement donner un des points d’oppositions de la “nouvelle droite” avec la vieille extrême droite Française (souvent d’inspiration chrétienne).
          En l’occurrence ce qui se dégage des écrits de la “nouvelle droite” est un esprit de confrontation, une glorification du génie de la race blanche.
          Alors l’insistance avec la quelle ils se présentent comme ethno-différencialistes, c’est à dire qu’ils ne mettraient pas de hiérarchie entre les races me semble légèrement hypocrite.
          Il n’y a pas forcément de mépris affiché pour les autres race, mais clairement la “race blanche” y est mise sur un piédestal, d’où mon qualificatif de “raciste” (mot valise, je le reconnais).
          Si vous voulez vous mettre dans l’atmosphère de la “nouvelle droite” lisez quelques numéros de la revue NRH (Nouvelle Revue d’Histoire – par ailleurs très intéressante, de haut niveau et ouverte aux intervenants extérieurs).
          Enfin je vous conseille de lire la fiche wikipedia sur le concept d’ethno-différencialisme : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ethno-diff%C3%A9rencialisme

            +0

          Alerter
  • pequeux // 17.03.2015 à 10h03

    MICHEL ONFRAY PRESIDENT!!!!!!!

      +2

    Alerter
    • Julian // 17.03.2015 à 11h10

      Et pourquoi pas ? Pourquoi pas, au moins, Michel Onfray candidat à la prochaine présidentielle ! Elle aurait l’immense avantage de redonner au discours politique sa noblesse et donc sa vertu : celle de réunir des esprits libres autour d’une pensée cohérente.

      N’oublions pas que telle était l’intention initiale du fondateur de la Vème République : que l’ élection présidentielle soit ouverte à quiconque ayant une vision à proposer, une perspective à offrir au pays.

      Onfray réhabilite la fonction de l’intellectuel en politique, fonction très dévoyée depuis les années 60 : celle d’objecter le scrupule aux slogans, au prêt à penser, et à l’ambition forcenée du pouvoir pour le pouvoir..

      Il tend un terrible miroir à Vals, et au-delà du pitoyable Vals, à tous les professionnels de la politique. On y voit leur vide, leur néant mais surtout l’absence d’amour pour celui qu’ils osent prétendre servir : le peuple.

        +9

      Alerter
    • Jacques F. // 17.03.2015 à 14h16

      C’est ce qu’aurait souhaité Platon.

        +1

      Alerter
  • step // 17.03.2015 à 10h17

    moi ce qui m’inquiète dans tout cela c’est que depuis novembre, les sectaires au pouvoir ont le droit de bloquer les sites “terroristes”. Je prophétise une extension maladive de la sphère du terrorisme au prorata non de la dangerosité effective de ces sites, mais de leur incapacité à tolérer une pensée critique de leur action.

      +6

    Alerter
  • Georges Clounaud // 17.03.2015 à 10h17

    “Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles” (Max Frisch) ou comment la situation géopolitique européenne et le débat politique actuels donnent une irrésistible envie de faire du bruit avec ses charentaises…
    Je pense que nous sommes un certain nombre, ici, à être de plus en plus irrités depuis des mois par la façon dont les médias nous présentent les évènements et dont la situation politique et économique évolue. Il est à mon avis tant de se mobiliser et j’invite olivier à ouvrir une rubrique « action » où l’on pourrait imaginer, définir les contours d’une bonne vielle « révolution colorée » comme nos amis américains savent si bien les confectionner. Plutôt que d’agir isolément par blogs interposés demandons aux Jacques Sapir, Emmanuel Todd, Danielle Bleitrach, Michel Onfray, Jean-Michel Naulot, Frédéric Lordon et consorts de s’unir afin de lutter contre les atteintes faites à ceux qui « ne pensent pas comme il faut », de stopper cette préparation psychologique à la guerre avec la Russie et de protester contre le caractère de plus en plus ploutocratique de nos démocraties. Nous serons nombreux, j‘en suis persuadé à soutenir une telle initiative. Ne laissons pas le champ libre aux extrêmes de tous poils ! Oh que ça fait du bien de taper de la pantoufle sur la table !

      +7

    Alerter
    • NURY BOUVET // 17.03.2015 à 13h07

      Les articles et les commentaires sont très intéressants, je les lis avec grand plaisir, mais lire et écrire, même des choses passionnantes reste frustrant. J’enrage de ne pas pouvoir faire plus. Alors je partage l’avis de Georges Clounaud, il faut passer à la mobilisation active.

        +1

      Alerter
  • Prométhée Enchaîné // 17.03.2015 à 10h56

    J’avoue que je n’ai jamais lu Onfray, mais ses interventions télévisées m’en ont toujours dissuadé. Je trouve sa pensée caricaturale, semblable à ce totalitarisme intellectuel qu’il dénonce. La phrase “La gauche qui préfère avoir tort avec Robespierre, Marx, Lénine, Staline, Mao, Khomeyni que raison avec Camus ?” en est l’illustration la plus fameuse. D’ailleurs, s’il était cohérent de bout en bout, il exclurait Camus, partisan de l’épuration collaborationniste et nazie après la guerre.

      +7

    Alerter
  • Günter Schlüter // 17.03.2015 à 10h57

    En France d’aucun s’échauffe au sujet de la déclaration d’un joueur du PSG qui aurait eu l’outrecuidance de proférer dans un contexte de football, et dans l’excitation de l’après-joute, “La France est un pays de merde”.

    En considérant le paysage politique (intellectuellement dévasté) de mon pays où je suis né, je déclare sollenellement “La France quel pays de cons” et j’insiste ce sont avant tout les politiques qui sont visés par cette déclaration. Mais, pour autant, que mes concitoyens, et moi-même, ne se sentent pas acquittés pour autant: c’est bien nous électeurs qui plébiscitons cette engeance médiocre.

    À mes possibles détracteurs qui seraient de l’avis que si je trouve que la France est un pays de cons, je n’ai qu’à la quitter: c’est fait et ce depuis plus d’un quart de siècle…

      +2

    Alerter
  • Vincent // 17.03.2015 à 11h18

    Non, on ne peut pas dire que les musulmans sont les plus pauvres. C’est une ineptie.
    1) l’islam est une religion, pas un milieu social. Il y a une classes moyennes de religion musulmane. Et si on regarde dans les plus grandes fortunes et les plus grands investisseurs étrangers en France on trouve beaucoup de musulmans.
    2) si par musulman vous pensez “arabe de banlieue”, détrompez-vous la population des banlieues n’est pas du tout la plus pauvre : malgré un fort taux de chômage la population des “quartier” bénéficie de pas mal d’aides sociales, et surtout d’une économie souterraine. Visitez un peu les villes sinistrées du Nord, visitez les zones rurales. Vous y verrez ce qu’est un grande pauvreté, ce qu’est le lien social brisé. Et cette population est rarement musulmane.

      +19

    Alerter
  • DUGUESGLIN // 17.03.2015 à 11h22

    Pour aller dans le sens de “Coinfiger”, il existe divers gauches et divers droites.
    mais d’une manière générale celui qui ne se déclare pas de gauche est considéré comme de droite.
    Mais la droite est considérée par la gauche comme adepte du libéralisme plus ou moins soumise au dictât de la finance. Pourtant il en existe qui dénoncent le libéralisme capitaliste et se défendent d’être de gauche.
    La gauche est soupçonnée de défendre une idéologie et la droite de défendre le capitalisme. A partir de là, les quiproquos sont incessants. On en sait plus qui est qui.
    Actuellement nous sommes dirigés par une gauche bobo qui soutien le nouvel ordre mondial que ne soutient pas systématiquement une certaine droite.
    Conclusion, l’intérêt n’est pas de se demander qui est qui (de quel bord), mais de connaître ses idées et d’être précis dans la vision que l’on a du monde et de la société.
    Il y a convergence sur bien des points chez les gens intellectuellement honnêtes aussi bien issu de la gauche que de la droite préférant comme Michel Onfray défendre les bonnes idées et de préférence le bon sens plutôt que l’idéologie aliénante de tel ou tel camp.
    La révolution française sensée abolir les privilèges, a donné le pouvoir à une bourgeoisie aisée et jacobine qui a utilisé le peuple, pour prendre le pouvoir, pour s’empresser ensuite de l’oublier. alors que certains défenseurs de la monarchie se rangeaient du côté du peuple paysan le plus nombreux à l’époque.
    L’assemblée national avait d’un côté les députés assis à droite qui défendaient la monarchie et dénonçaient la bourgeoisie marchande et vénale, et de l’autre côté assis à gauche les jacobins qui défendaient la république et, indirectement, les bourgeois devenus plus riches que les nobles.
    C’est cette disposition des députés assis dans l’assemblée nationale qui a donné le nom de droite et de gauche.
    Qu’en est-il aujourd’hui?
    Sans une redéfinition précise des valeurs de gauche et des valeurs de droite on ne sait plus qui est qui. De plus il est probable que des gens de gauche revendiquent des valeurs dont des gens de droite se revendiquent aussi. Alors il faut revoir les clivages politiques de plus en plus artificiels. Quelle différence y a -t-il entre la politique atlantiste de la droite et la politique atlantiste de la gauche?
    Ne faudrait-il pas redéfinir deux camps. Le camp de ceux qui s’opposent à la domination du monde par l’oligarchie apatride que nous ne cessons de dénoncer sur ce blog et ceux qui veulent rendre aux peuples la maîtrise de leurs destins, cette redéfinition n’a de valeur qu’à titre d’exemple.
    Cela nous évitera peut-être de nous tromper d’ennemi.

      +5

    Alerter
  • Alae // 17.03.2015 à 11h30

    “La gauche qui traque la misogynie et la phallocratie partout dans la langue française et veut qu’on dise professeure et auteure mais qui ne voit pas que la polygamie, le voile, la répudiation, les mariages arrangés, l’excision, le chômage des mères seules, les ex-maris qui ne paient pas les pensions alimentaires font des ravages plus profonds en matière de phallocratie ?”

    Oui et d’ailleurs, elle manque de vigilance, cette gauche donquichottesque, salonarde et moraliste qui “traque la misogynie”. Les mots “voile, chômage, ravage”, etc, devraient devenir féminins puisqu’ils finissent par un e. Et les mots comme “pension” devraient finir par un e pour justifier leur genre féminin. Je reprends : une pensionE, une voile, une répudiationnE, unE mariage, une chômage, une ravage, etc.

    Vigilance !

    Blague à part, “une vie dans laquelle on incarne les idéaux de gauche : liberté, égalité, fraternité, laïcité, féminisme”, c’est léger et gentillet. Trop pour un véritable homme de gauche, Mr Onfray. Quand on milite pour l’égalité, à moins de considérer les femmes comme une communauté à part, pas besoin de féminisme : un homme, une femme sont tous deux des humains au même degré, basta cosi. 50% de l’humanité de chaque côté et à eux deux, 100%.
    Parler de féminisme, c’est attiser des rancoeurs, dresser les femmes contre les hommes, créer des polémiques artificielles et faussement étiqueter les femmes victimes à vie. Or, par exemple, la violence domestique dont parle Krystyna, au-dessus, existe des deux côtés. selon toutes les études, les femmes exercent quasiment autant de violences sur les hommes que l’inverse, mais le terrorisme intellectuel féministe interdit d’en parler. Ce qui clôt encore davantage la bouche aux hommes victimes. Déjà qu’ils ont plus de mal à en parler ou à demander de l’aide…
    Autre donnée bonne à savoir : les hommes se suicident davantage que les femmes, de sorte qu’on peut se demander, du moins en France, où sont les vraies victimes.
    http://www.inserm.fr/thematiques/sante-publique/dossiers-d-information/suicide-autopsie-psychologique-et-prevention
    Pour en revenir à la violence domestique, ce n’est pas une affaire de “genre”, mais d’individus, aussi bien masculins que féminins. Et c’est précisément pour ne pas se laisser enfermer dans ces fausses narratives que le mot tout simple, net et clair “égalité” doit prévaloir sur “féminisme”.

    Sinon, le diagnostic sur Valls et toute cette insupportable gauche caviar basse de plafond, dogmatique, démagogue, de plus en plus intellectuellement stérile et tellement narcissique qu’elle en est infichue de même comprendre autre chose qu’elle-même est infiniment juste.

      +7

    Alerter
    • Serge // 17.03.2015 à 20h42

      @Alae ;Je suis entièrement en accord avec ce commentaire là.Cela m’évite de répondre à celui de Krystyna .
      Sauf sur le mot “égalité” qui ne précise pas assez ,sur quoi porte l’égalité .
      Egalité de droit et de dignité,mais pas égalité au sens strict (comme on dit deux triangles égaux),.Car cela signifierait indifférenciation ,et donc prétendrait gommer tout le mystère du sexe opposé et par conséquence tout le sel et le charme de la vie .
      Le féminisme est une hérésie qui consiste en effet à opposer les femmes et les hommes ,et non pas à résoudre les problèmes pour une vie ,sinon harmonieuse,au moins courtoise et apaisée .
      Au final,après toutes ces années d’activisme , c’est pire qu’avant .
      Tout le monde ou presque est malheureux (surtout les enfants ),souvent même seul (surtout les femmes ).
      Les vraies victimes de la dissension et de la violence conjugale sont les enfants .Et ça,on en parle jamais .
      Je l’évoque en connaissance de cause ,j’ai vu ma mère recevoir souvent des coups par mon père quand il rentrait ivre du chantier .
      J’ai eu parfois envie de le tuer ou qu’on foute le camp ,mais dans le fond de mon coeur j’aurais surtout voulu avoir une famille équilibrée ,avec un père et une mère qui s’aiment et qui m’aiment .
      Leur divorce n’aurait jamais pu remplacer ça …

        +0

      Alerter
  • Jade // 17.03.2015 à 12h16

    Certes Vals est un crétin mais pour autant on peut poser la question à Onfray de ce que c’est de son point de vue “une analyse juste” ?

      +1

    Alerter
  • dvd // 17.03.2015 à 12h24

    Je le remets car ça me semble bien aller ici…

    Juste avant sa mort en 1973, dans son dernier livre (« Pourquoi je vis, Par goût de la Vie »), Robert Buron (socialiste chrétien pro-européen et fondateur du “Groupe des Dix”) s’exprimait ainsi :

    “Reconnaître les autres civilisations, les accepter, c’est donc vouloir vivre avec elles, dans une relation d’égalité. Mais une civilisation qui, à un moment donné de l’histoire, devient dominante, a besoin pour se conserver de toujours dominer davantage.
    Alors est brisée toute idée de solidarité ? Peut-on lutter contre cela ?

    Robert Buron :
    Là, ma réponse est, hélas, d’un terrible pessimisme :
    a) Je suis convaincu que la paix et l’équilibre du monde ne sont possibles que dans la coexistence de valeurs de civilisation différentes et harmonisées les unes avec les autres pour permettre une organisation planétaire valable.
    b) Je suis sûr, comme vous, que les civilisations les plus puissantes, techniquement et militairement, imposeront leurs valeurs aux autres.
    c) J’en conclus que le monde finira dans une catastrophe.
    d) Comme je n’aime pas l’idée de catastrophe, que j’ai le goût de la vie, et que tout ce qui bloque la vie est pour moi le mal et l’ennemi, je lutterai tant que je pourrai contre ce qui me paraît inéluctable. Je suis très pessimiste. Je suis persuadé que les technocrates occidentaux créeront une sorte de fascisme mondial, appuyé bien sûr sur les valeurs occidentales.
    Seulement je lutterai de toutes mes forces contre ces technocrates.
    Si on considère en effet métaphysiquement que quelque chose est mal, peu importe ce qu’on trouve rationnellement indispensable, il faut lutter contre ce qui tue la vie, parce que sans ça je me tue moi-même. La seule petite chance, c’est de faire prendre conscience aux gens que le système de domination d’une civilisation sur une autre est contraire à l’évolution de la vie, que par conséquent ils se suicident. Ils ne suicident peut-être pas le « contenant», mais ils suicident le « contenu », ce qui est beaucoup plus grave.”

    Pour ceux auxquels ça n’aurait pas sauté aux yeux :
    “Je suis très pessimiste. Je suis persuadé que les technocrates occidentaux créeront une sorte de fascisme mondial, appuyé bien sûr sur les valeurs occidentales.”

      +9

    Alerter
    • Gaïa // 17.03.2015 à 13h24

      Dans l’histoire le fascisme a toujours favorisé la confusion des valeurs, le ”sans clivage ” droite gauche au profit du clivage ethnique et religieux ( de manière ouverte ou insidieuse), plus rapidement unificateur, et la social-démocratie lui a ouvert le chemin. On y est.

        +2

      Alerter
      • dvd // 17.03.2015 à 13h32

        Oui, mais j’ai l’impression que ces “prêts à penser” sont “dessinés” en réaction à la réalité thermodynamique, ils ne font qu’habiller par une pseudo-logique langagière (tribute to Laborit 😉 une dominance établie, plus qu’il ne la créent.

        Maintenant cela ne veut pas sire qu’ils ne font pas tout pour essayer de créer du prêt à penser à l’avance, mais à mon avis ils n’y arrivent pas tant que ça, c’est la masse qui rend la chose possible, nous…
        Les dominants ne font qu’anticiper à très court terme un mouvement qu’ils ne contrôlent pas, ils apprennent à surfer mais ne contrôlent pas les courants si je peux essayer de résumer ainsi.

          +3

        Alerter
  • LBSSO // 17.03.2015 à 13h37

    Bonjour,

    de nombreux commentaires sur droite/gauche:

    Cette distinction existe toujours mais elle se trouve aujourd’hui dépassée par la complexité:

    -Globalisation ou démondialisation ? –> débat écologique par ex

    -Universalisme ou relativisme ? –> débat sur le droit à l’ingérence par ex

    -Régime démocratique ou autoritaire éclairé ? –>débat ici à Poutine ou Bruxelles par ex

    -Humanisme ou transhumanisme ? –>débat sur la filiation par ex

    -Etat interventionniste ou libéral ? –> débat sur la régulation par ex

    -Individu ou société ?–> débat sur les libertés par ex

    Certains de ces débats ne sont pas nouveaux. Mais il vient s’y s’ajouter des questions liées à “la modernité”. Une des pistes pour déblayer une recherche de consensus est de déterminer ce qui est négociable ou non, grâce à un débat Politique .Aujourd’hui on avance au coup par coup avec des sondages.

    Mais c’est la complexité ,si vous ajoutez aux items ci-dessus “pro Les-crises et anti Les-Crises” cela fait déjà au moins environ déjà13 avis possibles différents sans compter l’absence d’opinion et les appréciations entre-deux !

      +0

    Alerter
  • Roscanvel // 17.03.2015 à 14h26

    Notre pays a une chance énorme, il possède 2 personnages à gauche qui font profession de “philosophe”: BHL et Michel ONFRAY. Les deux sont invités régulièrement dans les médias qui comptent.
    Je serais certainement pris pour un crétin par M.ONFRAY, je me fais honneur d’être un Robespierriste convaincu. Je me fais une raison, bien que pensant que certaines têtes méritent d’être coupées( pour le modérateur, ce n’est qu’un souhait de ma part), je ne mettrais pas les 2 personnages précités sur ma liste. Nous avons besoin de comiques philosophes.

      +1

    Alerter
  • Macarel // 17.03.2015 à 15h04

    Les “socialistes” sont des loups libéraux, recouverts d’une peau de mouton social.

    Mais l’électeur de gauche s’y laisse de moins en moins prendre, c’est pour cela que l’abstention, monte, monte, monte… Et que le FN, fait des cartons en pourcentage des bulletins exprimés.

      +2

    Alerter
  • FifiBrind_acier // 17.03.2015 à 17h30

    L’UE finance déjà des trolls qui interviennent sur les réseaux sociaux et les blogs, pour contrer ceux qui veulent sortir de l’ UE. Elle a débloqué 2,5 millions d’euros de nos impôts pour cela.

    http://www.20minutes.fr/monde/1101639-20130215-lue-finance-patrouille-trolls-contrer-eurosceptiques-reseaux-sociaux

      +2

    Alerter
  • Albigeois // 17.03.2015 à 18h09

    En voilà un en tout cas qui n’a pas attendu Onfray pour bien estimer cette “gauche”. Dans le genre sniper sans avoir l’air d’y toucher c’est aussi du grand art (Un peu comme Sapir). Il suffit de voir la gueule des autres invités, qui comprennent trés bien de qui il parle. pour l’animatrice? un rien genée? peut-être bien contente?
    https://youtu.be/W8MpU6o5nz8

      +0

    Alerter
  • koui // 17.03.2015 à 18h35

    Moi, je trouve Onfray courageux, même si sa philosophie me semble un peu creuse.
    Au moins il ose dire ce qu’il pense, quitte à se facher avec plein de monde.
    Quand tous disent la même chose, celui qui parle autrement attire la sympathie des dissidents de tout bords.
    Ca ne l’empechera pas d’être lynché médiatiquement quand on aura trouvé un angle d’attaque.
    Il connait son sort et revendique sa solidarité avec les trublions Houellebecq, Finkielkraut et Zemmour. Notre démocratie est tombé tellement bas qu’on ne discute plus des idées elles mêmes mais du droit à les exprimer libremment.

      +3

    Alerter
  • georges glise // 17.03.2015 à 19h50

    un grand merci à onfray pour la fraîcheur de sa pensée dans un monde intellectuel complètement faisandé. la charte de grenoble fondatrice de l’unef déclarait que la recherche de la vérité est la mission la plus sacrée du jeune travailleur intellectuel, et il me semble qu’onfray, contrairement à ses détracteurs, est entièrement dévoué à cette mission.

      +1

    Alerter
  • adrien // 17.03.2015 à 23h56

    Bien vu le coup de savate d’Onfray à Vals, et par la même occasion aux solfériniens . Mais dans cet interview du 9 mars sur France inter, on peut noter son incohérence : il refuse de rejoindre la meute médiatique anti Poutine, mais rejoint vite ces solfériniens qu’il critique et les atlantistes avec leur politique étrangère (à 5′ 30) : Léa Salamé rassurée, ce n’est pas un rouge-brun , ouf !

    http://www.franceinter.fr/video-m-onfray-hollande-est-plus-interesse-par-marion-cotillard-que-par-les-intellectuels

      +0

    Alerter
  • Gaïa // 18.03.2015 à 20h04

    C’est que Onfray s’invite lui-même à rester hors débat tout comme Valls d’ailleurs, puisque lui seul est dans la cohérence et le jugement juste. Sans fournir beaucoup d’arguments et d’analyse, Onfray a souvent la fâcheuse habitude de distribuer ses anathèmes à droite comme à gauche sans nuances et il faudrait admettre que nous sommes là dans un débat! Ses accusations d’ une certaine gauche auraient été intéressantes mais aurait-il fallu pour cela les faire hors registre du mensonge et du simplisme et aux endroits plus intéressants et critiquables. Donc je vous retourne ce droit au débat : http://www.vilnusatyx.net/pages/contenu.php?contenu=onfray

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications