Les Crises Les Crises
6.juillet.20226.7.2022 // Les Crises

Retraites misérables : le rêve du capitalisme financier

Merci 432
J'envoie

La mainmise de la finance sur les ressources nécessaires pour faire face à la fatalité humaine universelle qu’est la vieillesse est un désastre certain pour nos années de vieillesse. Le complexe financier de la retraite doit être combattu pied à pied.

Source : Jacobin Mag, Tom Fraser
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Les soins aux personnes âgées en Amérique du Nord sont en crise – une conséquence d’années de transfert des coûts de la retraite sur l’individu. (Bruno Aguirre / Unsplash)

En 1994, la Banque mondiale a publié un rapport intitulé Averting the Old Age Crisis : Policies to Protect the Old and Promote Growth (Anticper la crise des personnes âgées : les politiques pour protéger les personnes âgées et promouvoir la croissance), qui présentait une série de politiques de privatisation destinées à réduire les obligations de l’État en matière d’aide aux personnes âgées. Dans le cadre de l’effort visant à réduire les appareils d’État en lésinant sur les investissements publics, les États ont tenté de réorienter l’épargne-retraite vers les marchés financiers.

La combinaison des crises des retraites et des attaques contre l’État-providence a fourni une opportunité en or aux néolibéraux qui ont cherché à démanteler les systèmes publics de retraite et à ouvrir de nouvelles possibilités au capital financier. S’appuyant sur la politique de retraite du Chili d’Augusto Pinochet, qui a privatisé le système de retraite public pour le transformer en comptes de retraite individuels, et la mondialisant, la Banque mondiale et ses acolytes ont inscrit la privatisation des retraites à l’ordre du jour des politiques mondiales. Cela a conduit au démantèlement des systèmes de retraite publics dans de nombreux pays.

Près de trente ans après la publication du rapport de la Banque mondiale, les soins aux personnes âgées en Amérique du Nord sont effectivement en crise, mais il s’agit d’une crise qui a été créée par le type de réflexion caractéristique de ce même rapport . C’est la conséquence d’années de transfert des coûts de la retraite sur l’individu, au détriment des systèmes socialisés pour vieillir.

Le complexe financier de la retraite

Dans l’ensemble du monde industriel, la privatisation des retraites publiques s’est accompagnée d’attaques contre les retraites professionnelles. Le déclin du taux de syndicalisation dans les pays du Nord a permis aux capitalistes de piller l’épargne retraite et de transférer les coûts de la retraite sur leurs travailleurs.

Cela a été rendu possible par l’abandon des régimes à prestations définies au profit des régimes à cotisations définies. La différence entre un régime à prestations définies (PD) et un régime à cotisations définies (CD) réside dans la répartition des risques. Dans un régime à prestations déterminées, l’employeur, en cas de mauvaise performance du régime sur le marché, est chargé de combler les déficits – le montant qui sera versé au travailleur à titre de prestation est figé. Dans un régime à cotisations définies, en revanche, seule la cotisation initiale de l’employeur est garantie. Si les marchés s’effondrent la veille de votre départ à la retraite, vous n’avez pas de chance.

Les régimes à cotisations définies sont évidemment très attrayants pour les employeurs, et c’est pourquoi le lobby des entreprises a exercé une telle pression pour remplacer les régimes à prestations définies par des régimes à cotisations définies. Les régimes à prestations définies, dit-on, sont désuets – une relique de l’époque de Big Steel et Big Auto. L’avenir exige de la flexibilité, et qui dit flexibilité dit risque. Le résultat est que l’entreprise est protégée – le travailleur ne l’est pas.

Une protection sociale fondée sur l’actif

Le remplacement des régimes à prestations définies par des régimes à cotisations définies a constitué une part importante de la guerre contre la retraite menée par les gouvernements et les entreprises néolibérales. Mais ce n’est certainement pas la seule façon dont la responsabilité de la retraite est devenue une question de responsabilité individuelle.

La couverture insuffisante des pensions d’État et la faible couverture des pensions professionnelles signifient que la propriété des actifs joue un rôle central dans le financement de la retraite des personnes. La vision thatchérienne de la « société des propriétaires » présupposait que l’État-providence pouvait être entièrement remplacé par la propriété individuelle.

Mais avec l’intégration du logement dans les marchés financiers mondiaux, l’accès à la propriété est hors de portée de la plupart des gens. Alors que beaucoup comptent sur l’accès à la propriété pour remplacer une solide pension, les fonds de pension sont devenus des acteurs importants de l’immobilier de luxe et résidentiel. Les investissements dans les sociétés d’investissement immobilier et dans la propriété directe ont vu les pensions jouer un rôle crucial dans la financiarisation mondiale du logement. Cela a servi à amplifier un processus dans lequel les maisons sont traitées comme des éléments de bilan plutôt que comme des lieux de vie – et de vieillissement.

Les prêts hypothécaires inversés s’attaquent aux personnes âgées en grande difficulté financière en leur prêtant de l’argent contre leur maison. Ces prêts hypothécaires sont un élément clé du système d’exploitation et d’individualisation de la retraite, où l’absence d’une véritable pension ouvre aux financiers des voies lucratives pour accumuler d’énormes quantités de capital sous forme de logement. En septembre 2021, le Régime de retraite des enseignantes et des enseignants de l’Ontario a acquis la HomeEquity Bank, le plus grand fournisseur de prêts hypothécaires inversés au Canada. L’épargne-retraite de centaines de milliers d’enseignants ontariens – des travailleurs qui méritent sans aucun doute une retraite stable – est subordonnée à l’absence d’épargne pour d’autres.

Les fonds de pension, du fait de leur « transmogrification » [Transformation en profondeur, NdT] en capital d’investissement, ont joué un rôle essentiel dans la financiarisation de la vie quotidienne. Cela a rendu de plus en plus coûteux tous les biens nécessaires pour vieillir. La retraite de certains dépend de son impossibilité pour d’autres, la crise de la vie quotidienne servant, paradoxalement, de fondement.

Vers une retraite juste

Le spectre du vieillissement de la population continue de hanter les responsables politiques. En mai 2021, le New York Times a mis en garde contre une « longue glissade » de la population mondiale, tirant la sonnette d’alarme sur notre incapacité croissante à subvenir aux besoins des personnes âgées dans le monde.

Cependant, ces alarmes servent à détourner notre attention du problème de fond. Ce à quoi nous sommes confrontés est un problème politique déguisé en problème démographique. Il n’y a pas de raison innée pour qu’une cohorte de population vieillissante soit considérée comme une crise – elle l’est uniquement parce que vieillir a été transformé par la finance en une machine à faire du profit, tandis que tous les risques ont été rejetés sur les retraités. Il n’y aurait pas de problème si le système de retraite était conçu pour servir les personnes âgées plutôt que pour servir les marchés financiers. Si l’on accordait plus d’importance à la « protection des personnes âgées » qu’à la « promotion de la croissance », on pourrait faire face à la catastrophe à venir beaucoup plus facilement.

En partie grâce aux efforts de la Banque mondiale, la « crise de la vieillesse » est là. La fragilité des plans 401(k) [Système d’épargne retraite par capitalisation très largement utilisé aux États-Unis], l’effondrement des plans à cotisation définie et la flambée des coûts du logement se conjuguent pour faire de la retraite une perspective effrayante pour beaucoup. La possibilité de vieillir dans le calme ne devrait pas être réservée à une poignée de personnes. Nous méritons tous de passer une partie importante de notre vie à nous détendre et à poursuivre nos passions, plutôt que de nous inquiéter de notre sécurité financière.

Les fonds de pension contrôlent des milliers de milliards d’actifs, ce qui signifie qu’ils ont les mains sur les principaux leviers de l’économie mondiale. Ce contrôle ne doit pas être cédé sans combat – il doit être un terrain de lutte. Le mouvement syndical doit chercher à façonner la politique des retraites. L’historien de l’économie Sanford Jacoby a récemment souligné les limites politiques des engagements des syndicats avec le capital des pensions, mais cela ne doit pas nécessairement être le cas.

Si les syndicats disposaient d’un contrôle démocratique total des fonds de pension, une refonte complète de l’infrastructure sociale de la retraite pourrait être envisagée. Le capital des pensions devrait être investi dans des biens comme le logement non marchand et être totalement désengagé du système financier mondial.

Un monde dans lequel une pension n’est nécessaire qu’en tant que revenu complémentaire parce que le logement, les soins de santé, l’alimentation et les produits pharmaceutiques ne sont pas liés au marché est un monde pour lequel il vaut la peine de se battre. Les fonds de pension reproduisent leur propre nécessité en participant à la financiarisation de la vie quotidienne, mais ils pourraient aussi être au cœur d’une restructuration radicale de la retraite.

Contributeurs

Tom Fraser est un écrivain basé à Toronto. Il fait des recherches sur les pensions du secteur public à l’Université Concordia dans le cadre du projet Deindustrialization and the Politics of Our Time [La désindustrialisation et les politiques de notre époque, NdT].

Source : Jacobin Mag, Tom Fraser – 06-06-2022

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

tchoo // 06.07.2022 à 10h05

En France,ce n’est pas l’état qui paye les retraites( en dehors de celles des fonctionnaires) mais nous tous.
Et le système chez nous n’est pas en péril contrairement à la com assénée depuis des années, le financement est assuré jusqu’en 2070 (voir rapport du COR)
M^me si nous sommes incités à opter pour des retraites par capitalisation, même si les jeunes générations sont persuadés qu’elles n’auront pas droit à la retraite, et regardent les retraités actuels comme des privilégiés, il n’y a aucune raison de casser notre système, ni soi disant de le réformer, pour mieux le couler

42 réactions et commentaires

  • Fabrice // 06.07.2022 à 08h38

    En fait la capitalisation on le voit en Allemagne (à cause des taux bas) ou aux USA (crise des subprimes) a été la cause d’une pauvreté parmi les retraités qui avaient économisé toute leur vie certaine mais qui a alimentée la richesse des dirigeants de fonds de pension.

    La solution serait je pense un mix entre une retraite universelle pour assurer un minimum une sécurité à tous et une partie capitalisée pour assurer une marge voir plus

      +7

    Alerter
    • Patrick // 06.07.2022 à 08h48

      La capitalisation repose sur la même illusion , ça ira mieux demain et la croissance permettra les gains suffisants pour financer tout le monde.
      Donc , il faut bien mixer les deux pour équilibrer les risques et les gains tant que l’économie est globalement en croissance , mais les deux sont soumis in fine aux même aléas de la fin de la croissance et des crises économiques.
      On en revient aux fondamentaux , la retraite ça sera la solidarité familiale et un petit lopin de terre avec des poules et des patates.

        +8

      Alerter
      • RGT // 06.07.2022 à 11h07

        Première chose à savoir : Il n’y a PAS d’argent magique et quelque soit le système de financement des retraites ce sont bel et bien les « gueux » qui le financent par les cotisations ou les profits générés par leur travail.

        – Par répartition : Les cotisations sont reversées directement (avec des frais de fonctionnement de 0,5%, très efficace) aux retraités. Il n’y a pas d’intermédiaire qui puisse se goinfrer au passage.

        – Par capitalisation : Les cotisations sont versées à des organismes (privés, Blackrock par exemple) qui placent ces sommes dans des « investissements rentables » (surtout pour les cadres et les actionnaires de ces fonds de pension) puis ensuite reversent une partie des PROFITS de ces placements aux retraités…

        La différence est énorme car dans le cas de la répartition il n’y a AUCUN « investisseur » spéculatif dont la seule motivation est le PROFIT.

        Quand vous cotisez à un fonds de pension type Blacrock vous versez des fonds à une entreprise qui :

        – Peut à tout instant « couler » suite à des erreurs de gestion ou des mauvais placements et vous n’aurez plus que vos yeux pour pleurer (regardez ce qui s’est passé dans les pays anglo-saxons suite à la crise des subprimes – les anglais étant sauvés de la misère absolue par le minimum retraite que Thatcher n’avait pas pu détruire).

        – Utilisera VOS cotisations pour augmenter sa puissance financière ce qui lui permettra de « tordre le bras » des entreprises et des gouvernements pour faire baisser les salaires et les taxes afin qu’une part plus importante des gains de l’entreprise parte dans les dividendes servant à « financer les retraites »…

        – Utilisera ces dividendes de manière totalement opaque avec des taux de redistribution avantageux pour ses cadres et ses actionnaires.

        – Vous fera payer des frais de fonctionnement délirants car il n’y a pas de petit profit.

        – Mais surtout, vous ne serez indemnisés que sur les REVENUS des placements, lesdits placements restant la propriété du fonds de placement même après votre mort qui voit ainsi sa ses profits augmenter sur votre dos.
        S’il n’y a plus de cotisants la pompe est amorcée et le fonds peut continuer à engranger des profits pour l’éternité s’il ne fait pas de bêtises.

        La retraite par capitalisation est une escroquerie en bande organisée destinée à pigeonner ceux qui travaillent réellement pour le plus grand profit de leurs créateurs.

        De plus, les investissements ne sont pas destinés à financer de nouvelles activités (seuls les créateurs d’entreprises prennent des risques) mais servent uniquement à la spéculation qui ne créé AUCUNE richesse. Du parasitisme poussé à l’extrême.
        Comme c’est TOUJOURS le cas dans les placements financiers.
        Pile ils gagnent, face tu perds.
        Et s’ils font des conneries c’est le client qui paye la facture, les dirigeants du fonds déposent le bilan et conservent leurs profits sans être inquiétés pour ensuite monter une nouvelle arnaque encore plus juteuse.

        Quant au fameux argument du vieillissement de la population qui réduit la base des cotisants au régime de répartition, c’est aussi un mensonge car si les placements sont faits à l’étranger (Chine par exemple) vous avez le risque que le pays « coule » (Grèce) ou que les dirigeants décident de nationaliser les industries ou interdisent l’exportation de capitaux…
        Et de plus, les profits réalisés par le fonds sera répercuté sur le prix des produits que vous achèterez, baissant ainsi votre pouvoir d’achat.

        Il n’y a PAS d’argent magique. Par contre il y a des PARASITES qui se goinfrent au passage sur notre dos sans être inquiétés par les politicards corrompus.

          +22

        Alerter
        • 6422amri // 06.07.2022 à 14h34

          Mais surtout, vous ne serez indemnisés que sur les REVENUS des placements, lesdits placements restant la propriété du fonds de placement même après votre mort qui voit ainsi sa ses profits augmenter sur votre dos.

          Ceci est TOTALEMENT FAUX, tout simplement. Si vous possédez des fonds, indiciels ou autres ils sont toujours considérés comme des biens faisant partie de votre bilan après votre décès. Quand vous achetez ds fonds on vous demande si vous désirez définir un bénéficiaire en cas de décès, au moins aux USA. De plus vous pouvez possèder un testament. RIEN n’est gardé par les institutions de placement, qui sont tenues, par la loi, de prélever les taxes et impôts dus aux gouvernements.

          De plus, les investissements ne sont pas destinés à financer de nouvelles activités (seuls les créateurs d’entreprises prennent des risques) mais servent uniquement à la spéculation qui ne créé AUCUNE richesse

          CECI N’EST PAS PLUS VRAI. Vous confondez les activités purement spéculatives, produits dérivés, achats à terme et les investisseurs qui mouillent leur chemise…

          L’essentiel des nouvelles entreprises aux USA et ailleurs, dès que l’on oublie le garage du coin, font appel a des investisseurs. Il y a des fonds indiciels qui ne sont constitués que d’entreprises nouvellles dans tous les domaines, biologie, logiciel le domaine spatial, etc. l’exemple limite. Aux USA il existe ce que l’on nomme angel investors, qui investissent uniquement dans les nouvelles entreprises.

          Quant au fameux argument du vieillissement de la population qui réduit la base des cotisants au régime de répartition, c’est aussi un mensonge car si les placements sont faits à l’étranger

          CECI N’EST PAS VRAI. Dans le régime français de répartition, il n’y a pas d’investissement a l’étranger et ce régime est le premier acheteur des bons du trésor de l’état français.

          Je vous conseille de lire le livre – Fonds de pension, piège à cons ? Mirage de la démocratie actionnariale – de Frederic Lordon pour apprendre un peu plus sur ce sujet.

          Dernier point. Blackrock est avant tout un gestionnaire de fonds de pensions, d’indices etc, dont ce groupe n’est pas le créateur..c’est un intermédiaire qui vit de commissions.

            +2

          Alerter
    • 6422amri // 06.07.2022 à 14h02

      Une fois de plus ceci n’est pas vrai pour l’Allemagne dont L’ESSENTIEL des retraites n’est pas basé sur la capitalisation mais sur des régimes publics ou participent employeurs ET employés.

      Je l’ai déjà signalé sur ce blog, il y a quelque temps. Cette information, en français est disponible sur Internet ou sont comparés les régimes de retraite en Europe.

      Ce que vous affirmez disons imprudemment sur les USA n’est pas plus vrai. La crise des subprimes n’a JAMAIS affecté le système des retraites aux USA, tout d’abord, les caisses de retraite sont tenus par la loi a des causes prudentielles.

      Je vis dans ce pays depuis 30 années et il est impossible d’y prétendre à une généralité comme vous le faites, sans rien en connaître. Il y des régimes publics, comparables à la France, des régimes ou les entreprises et les actifs cotisent (style pensions de Ford ou d’IBM), des gens qui n’ont rien sauf le système Médicaire qui démarre automatiquement à 65 ans. Il y a une pension fédérale pour tout le monde, des régimes spéciaux pour les militaires, des législations par état, etc..

      Lisez-donc un peu sur ces sujets.

      En passant le régime en Europe ou la capitalisation fait rage c,est la Suisse..

        +0

      Alerter
  • Somebulles // 06.07.2022 à 08h53

    Je vous ajoute une problématique! !
    C est du vécu, une maison ayant le statut d habitant et bailleur , construite en 1980, isolée, grandes baies vitrées à double vitrage, vient de être diagnostiquée F car chauffée au gaz.
    Conséquence: les studios, permettant d améliorer les retraites , ont les loyers bloqués et ne pourront plus être loués en 2025..Quand vous devez annoncer cela a des octobre et nonagénaire qui se portent fort bien, C est incompréhensible.
    Quand vous comprenez qu une maison de 1980 doit être totalement refaite et que le budget apparaît, C est abyssal.
    Donc cela va être systémique, vendre les biens, mais les budgets pour les acquéreurs vont être colossaux, il n’y y a pas de matériaux disponibles.
    Quant aux modalités de l ANAH ,ma prime rénov et autres organismes , C est kafkaïen.
    Pour information ,la CARSART n aide les retraites que lorsqu ils ont des dettes!!

      +13

    Alerter
    • Patrick // 06.07.2022 à 09h09

      Budget abyssal et ensuite des loyers qui ne rentabiliseront pas le coût des travaux, sauf à les augmenter considérablement , donc ça va couiner.
      Cette loi absurde va enlever des milliers de logement du parc locatif ou entraîner une hausse monstrueuse des loyers.
      Il est urgent de supprimer la possibilités aux élus de voter n’importe quoi.

        +13

      Alerter
    • jacouille // 11.07.2022 à 10h12

      Bah non au contraire, c’est une bien bonne loi. Les propriétaires boomers ont abusé des loyers depuis des années, en louant leurs poubelles à tarif d’or aux locataire. Ces derniers dépensent parfois 50% de leurs revenus pour se loger, chauffer, j’en sais quelque chose. Désormais les propriétaires vont payer. Maintenant, nous serons d’accord que cette folie a été organisée par les gouvernements, de droite essentiellement (Chirac, Sarkozy entre autres).

        +1

      Alerter
  • Fox 23 // 06.07.2022 à 09h17

    Je constate que les intervenants sont figés dans le capitalisme actuel pour leur réflexion, énarques ?
    Et si on parlait d’autres possibilités ?
    La France est un pays riche, durant combien de dizaines d’années pourrions nous offrir une retraite décente aux travailleurs en réduisant drastiquement, par exemple la fraude fiscale que Lemaire (vous savez le rigolo qui voulait mettre l’économie russe à genoux) reconnait à 100 milliards pour l’année passée ?

      +30

    Alerter
    • Patrick // 12.07.2022 à 08h49

      la fraude fiscale n’a rien à voir avec les retraites , ce n’est pas le même budget.
      Juste pour rire , le total des rentrées fiscales cette année est de 315 milliards d’euros pour des dépenses de 505 milliards. La différence est comblée par de la dette. Même si on récupérait les 100 milliards ça ne suffirait pas. Question : où passe le pognon ? qu’est-ce qui est fait avec ?
      Le retraites sont financées par les cotisations et de la dette , avec l’inflation et la crise économique, entre autre à cause de la crise énergétique, rien ne dit que le financement sera assuré.
      L’énergie c’est du PIB et le PIB c’est aussi des cotisations.

        +0

      Alerter
      • Ellilou // 14.07.2022 à 16h04

        Le Cor confirme que les retraites sont assurées jusqu’en 2070…c’est donc de l’idéologie pure que de vouloir les « réformer « . Oups!je le trompe: Quand un patron/politique de droite parle c’est de l’économie, quand un syndicaliste/politique de gauche parle, de l’idéologie 🙂

          +0

        Alerter
  • mikatypa // 06.07.2022 à 09h20

    Il n’est pas question de croissance infinie ici. Il est question de répartition du risque financier. L’article souligne et démontre le transfert total du risque sur le retraité. C’est le cas aussi des salariés avec la fin des CDI et l’explosion de la précarité. La flexibilité financière est l’essence des marchés qui gagnent à la baisse et à la hausse, mais ne profitent que très peu de la stabilité. Voir par exemple la transformation du marché stable de l’énergie en Europe par l’interdiction des contrats long-terme… La spéculation est le cœur du système qui n’a cure des besoins humains fondamentaux.

      +23

    Alerter
  • Saint Maurice // 06.07.2022 à 09h28

    Olivier Berruyer nous l’a expliqué mille fois : un système monétaire (un système dans lequel nous choisissons la monnaie pour faciliter les échanges) ne peut fonctionner que si l’état équilibre ses comptes par les impôts et non par les emprunts…
    C’est simple : l’état dépense ce qu’il veut (pour les retraites par exemple) et on se débrouille pour tout lui rendre à la fin du mois (par les impôts proportionnels et progressifs avec plus de tranches)

      +17

    Alerter
    • Patrick // 12.07.2022 à 08h53

      l’autre solution réaliste serait d’établir un taux d’impôt raisonnable et de faire en fonction des rentrées d’argent.
      ex : une flat taxe à 15% sur tout , on regarde ce qui rentre dans les caisses de l’état et ce que l’on peut faire avec. Et ça garantit un système stable et équitable.
      Bon d’accord l’état arrêtera de financer n’importe quoi et les élus locaux arrêterons d’acheter la clientèle locale en promettant tout et n’importe quoi en sachant qu’ils seront renfloués d’une façon ou d’un autre.

        +0

      Alerter
  • tchoo // 06.07.2022 à 10h05

    En France,ce n’est pas l’état qui paye les retraites( en dehors de celles des fonctionnaires) mais nous tous.
    Et le système chez nous n’est pas en péril contrairement à la com assénée depuis des années, le financement est assuré jusqu’en 2070 (voir rapport du COR)
    M^me si nous sommes incités à opter pour des retraites par capitalisation, même si les jeunes générations sont persuadés qu’elles n’auront pas droit à la retraite, et regardent les retraités actuels comme des privilégiés, il n’y a aucune raison de casser notre système, ni soi disant de le réformer, pour mieux le couler

      +31

    Alerter
  • Fox 23 // 06.07.2022 à 13h34

    Je vois que comme souvent, malheureusement le point capital – sans jeu de mots – que j’ai soulevé est passé à la trappe, alors seconde couche :
    Quid de la fraude fiscale qui nous lèse, chaque année de 100 milliards d’euros, résolvant le problème et bien d’autres ?

      +25

    Alerter
  • 6422amri // 06.07.2022 à 14h14

    Vos propos montrent que vous ne savez pas comment fonctionne les régimes de retraite par répartition, qui n’ont JAMAIS été concu dans l’optique d’une croissance infinie, notion qui n’existait pas en France, au moment de leur création (vous connaissez la date bien sûr).

    Le problème des régimes par répartition n’est pas la croissance infinie mais le rapport entre le nombre d’actifs et le nombre de gens qui ne sont pas employés, actifs, chomeurs. C’est l’exode des emplois vers les pays dont les couts de main d’oeuvre sont les plus bas qui a permis la création d’un chômage massif dans les pays industrialisés, baissant le nombre de cotisants, sans parler du chômage des plus de 55 ans, etc.

    Je rappelle souvent que les emplois, la pollution, les dégradations ont AUSSI été déplacés, tout comme les consommations de matières premières (le meilleur exemple, la Chine).

    Les problèmes d’accès à l’énergie vont toucher tout le monde, pas seulement les personnes agées.

    Puisque vous êtes un financier, aucun doute, je vais vous faire remarquer que moins de 10 % de la population française possède près de 70 % de tout, que plus de 85 % des gens qui décèdent en France, ne possèdent AUCUN avoir, etc.

    Il ne s’agit pas d’imprimer de l’argent mais de répartir la richesse disponible différement d’abord.

      +8

    Alerter
  • Fernet Branca // 06.07.2022 à 14h48

    En Belgique les salaires et les retraites sont indexées sur l’inflation. Mais le patronat belge vient d’attaquer.
    Sur le journal LeSoir.be
    La FEB appelle à toucher à l’indexation automatique des salaires
    Pieter Timmermans « lance l’alarme » : la croissance est en berne, les coûts salariaux s’envolent, la compétitivité de nos entreprises est à risques. Le patron de la Fedération des entreprises de Belgique propose « une concertation associant employeurs, syndicats et gouvernement » pour faire face.
    La Fedération des entreprises de Belgique lance un « cri d’alarme » : la guerre en Ukraine a pour effet de dégrader gravement la situation économique : la croissance ne suit plus, les investissements des entreprises se réduisent, les exportations aussi, la compétitivité de notre économie en général est à risques… Peter Timmermans, CEO, et Edward Rosens, chief economist, n’ont pas tourné autour du pot mercredi matin, intervenant au siège de l’organisation patronale : il faut toucher à l’index. Le mécanisme est devenu « insupportable » économiquement parlant, à les entendre. « Nous allons droit dans le mur », prévient Pieter Timmermans.
    La suite en commentaire

      +7

    Alerter
    • Fernet Branca // 06.07.2022 à 14h50

      « Les dernières prévisions du bureau du plan indiquent que nous aurons six indexations des salaires cette année en Belgique. C’est un drame pour notre compétitivité. Les coûts salariaux s’envolent en Belgique, extrêmement vulnérable, on ne peut pas rester sans réagir. » Le même ponctue : « On peut arriver à des niveaux de 10 % à 15 % d’inflation à l’automne. Franchement, nous entrerons alors en récession si la situation ne change pas, si l’indexation automatique des salaires est maintenue en l’état. »

      https://www.lesoir.be/452723/article/2022-07-06/la-feb-appelle-toucher-lindexation-automatique-des-salaires

        +2

      Alerter
      • hellion // 08.07.2022 à 07h20

        Devaluer l euro. Ou sortir de ce système

          +2

        Alerter
  • Bruno // 06.07.2022 à 16h05

    Le retraite a été créée pour sortir les vieux de l’indigence. Pas pour acheter des bagnoles neuves et partir en croisière entre deux aller/retours avec la résidence secondaire.
    Salaire médian des retraités 1900 euros.
    Salaire médian des actifs 1850 euros.
    Cherchez l’erreur…

      +3

    Alerter
    • jp // 06.07.2022 à 17h51

      vos chiffres sont faux :
      « Pension moyenne: 1393 euros nets mensuels. La pension moyenne de droit direct (c’est-à-dire sans compter la réversion) atteint 1503 euros bruts mensuels pour les retraités résidant en France, soit 1 393 euros nets mensuels. »
      https://www.lefigaro.fr/conjoncture/retraite-votre-pension-est-elle-superieure-a-la-moyenne-20210520

      Et autour de 1000 E pour les femmes

        +7

      Alerter
      • john // 06.07.2022 à 21h47

        Cher JP, bruno cite un chiffre médian et vous une pension moyenne. Ce n’est pas comparable.

          +1

        Alerter
      • douarn // 07.07.2022 à 08h19

        Bonjour Bruno

        C’est l’histoire d’un bar où 3 clients boivent chacun leur bière. Le 1er client gagne 1100€/mois, le 2nd gagne 1200€/mois et le 3e gagne 1300€/mois. Le barman calcule que la moyenne des salaires de ses clients est de 1200€/mois et ajuste le prix de sa bière en proportion du salaire moyen de ses clients.
        La médiane des salaires, la valeur qui sépare en 2 la population des clients, est aussi de 1200€/mois. Un client (1100€/mois) gagne moins que la valeur médiane (1200€/mois) et un autre (1300€/mois) gagne plus que la médiane.
        Dans le cas de cette population relativement homogène de clients, moyenne=médiane.

        Tout à coup Bill Gates qui gagne 10 millions€/mois entre dans le bar. Instantanément le salaire moyen passe à 2,5 millions€/mois, les client du bar ont des revenus de millionnaire… en moyenne. Le barman trouve donc que sa bière n’est pas assez chère et porte son prix à 150€/pinte mais se rend compte qu’il ne vendra qu’une pinte, celle de B Gates. Les 3 autres clients le regarderont boire sa bière avec envie car le salaire médian, qui sépare la population des 4 clients du bar en deux, est passé à 1250€/mois seulement. Deux clients (1100 et 1200 €/mois) gagnent moins que 1250€/mois et les 2 autres gagnes plus (1300 et 10millions €/mois).

        Moralité, la médiane caractérise mieux une population inégale/hétérogène que la moyenne. Ceux qui appuis leurs arguments avec des moyennes pour décrire une population inégale/hétérogène sont, au choix, soit ignorants, soit manipulateurs.

          +12

        Alerter
        • Bruno // 07.07.2022 à 16h46

          C’est bien pour cela que je parlais de médiane et pas de moyenne ! 🙂 🙂 🙂

          L’ « erreur » dont je parlais, c’est que les retraités gagnent plus que les actifs dans ce pays, ce qui est socialement inacceptable. (C’est un peu comme quand les prisonniers sont mieux lotis que les smicards).

            +0

          Alerter
          • douarn // 07.07.2022 à 18h32

            Pardonnez moi Bruno, mon commentaire s’adressait à JP.

              +0

            Alerter
    • Henri 82 // 11.07.2022 à 10h27

      Je voudrais simplement souligner que ce que nous touchons à la retraite c’est grâce au travail que nous avons effectué pendant des décennies avec des 45h voire 55h et 60h par semaine. Avec aussi 4 ou 5 semaines de vacances et non pas 8 voir 10 semaines et plus pour certains. Sans les aides qui sont distribuées un peu n’importe comment (il faut tenir les gens la tête hors de l’eau). Ces aides c’est de l’esbroufe ou de la poudre aux yeux de la part de ces hommes politiques qui sortent tous de l Ecole Nationale des Anes.
      Il vaudrait mieux se réveiller et reconstruire nos industries se remettre à travailler sérieusement et relocaliser nôtre production. Un moyen bien simple serait de remettre des taxes aux frontières compensant l’écart des revenus et niveau de vie des producteurs de produits.
      Les barrières existent dans le monde. Pas forcément sous forme de taxe mais souvent en ralentissant les flux de marchandises ou en mettant des règles contraignantes.
      Mesdames messieurs au travail
      Et arrêtons de nous regarder le nombril et ouvrons les yeux

        +0

      Alerter
      • Golden // 13.07.2022 à 10h13

        Oui il faut relocaliser ce qui est vital à nos industries et taxer les importations à bas coût. Nous avons les cerveaux des gens bien formés un pays facile à vivre que l’on peut améliorer par de grands chantiers transversaux et trans européens. On ne manque pas d’opportunités mais de volonté et d’audace. La Russie va s’en sortir parce quelle a l’énergie,les ressources humaines et les cerveaux. Cette guerre est une opportunité elle a mis au grand jour nos carences et nos tares.

          +0

        Alerter
    • emmavalleray@sfr.fr // 12.07.2022 à 00h52

      Nous sommes retraites et nous ne touchons pas les retraites que vous dites nous ne partons jamais en vacances vivons dans un vieux hlm sans ascenseur et moi je suis malade chronique qu’elle belle vie de gens aisés!!!!!!!!!!

        +0

      Alerter
  • Christian Gedeon // 07.07.2022 à 21h06

    Cet article me fait doucement rigoler. Le monsieur a découvert l’eau froide. Formidable non? La financiarisation voilà la coupable. Hon hon. Pas la coupable,non. Celle qui en profite à fond, oui. Mais pas l’initiatrice. Mais qui donc me direz vous? Dans les années 50 et 60 du siècle passé des illuminés ont fait florès. Leurs maîtres mots étaient «  libertés » au pluriel bien sûr et deconstruction. Leurs « idées » ont prévalu. Prévalent encore. Les méchants financiers n’ont fait que s’engouffrer dans la brèche. Parceque la de obstruction, ils en rêvaient. Les « penseurs » de la gauche française notamment l’ont fait et offre sur un plateau … gag non?

      +3

    Alerter
    • Ellilou // 14.07.2022 à 16h07

      Quelle gauche française ? Le ps? Pour vous il semble que quel que soit le problème, le coupable c’est toujours la gauche… 🙂

        +0

      Alerter
  • Suzanne // 09.07.2022 à 11h40

    Point que je trouve essentiel :

    (tchoo ) : « En France,ce n’est pas l’état qui paye les retraites( en dehors de celles des fonctionnaires) mais nous tous. Et le système chez nous n’est pas en péril contrairement à la com assénée depuis des années, le financement est assuré jusqu’en 2070 (voir rapport du COR). »

    Les gens ne le savent pas, hélas, mais le système fonctionne indépendamment de l’état lui-même, qui n’est que partenaire, il fonctionne très bien, mais il a un gros gros défaut, il a un bon capital bien juteux disponible pour nous payer nos retraites jusqu’à 2070, et c’est là-dessus que l’état voudrait bien faire main basse. Cela lui permettrait de financer quelques factures, quelques corruptions diverses en cours, quelques livraisons d’armes quelque part dans le monde, bref.

      +3

    Alerter
  • Berluc // 11.07.2022 à 18h23

    Ce qui est dit dans les commentaires de la situation en France est tendancieux. L’état ne paye peut-être pas les retraites mais il s’en mêle beaucoup si on en croit les évènements récents et moins récents. De plus nous assistons bien en France à une main-mise des fonds privés sur les maisons de retraite. Et l’on sait bien que leur but est de faire du fric par tous les moyens.

      +2

    Alerter
  • Bsuisse // 11.07.2022 à 20h01

    Juste une ou 2 infos qui montrant que la retraite par répartition n’est pas un problème.
    Tout d’abord le nombre de retraités touchant une retraite est de 18 millions soit 27% de la population française. De plus ils subviennent totalement où partiellement à d’autres personnes (enfants, petits-enfants, épouses… mon cas).
    Le poids dans le PIB est de 14% à comparer à ce 27%.
    Ce poids a périmètre constant (nombre de retraités) baisse dans le temps car le PIB augmente (12% de 2010 à 2020) et il y a l’inflation (12% de 2010 à 2020 dont seul 2-3% ont été pris en compte dans les revalorisations de retraite). On voit donc que sur 10 ans le système a été protege en permettant d’augmenter de 20% le nombre de retraités. Dernier point, les conditions d’entrée dans la retraite sont de plus en plus penalisantes sur le montant de cette retraite avec des trimestres en plus (1 trimestre absent vaut 1% à 1.25% en moins), pénalisation sur l’âge….

      +1

    Alerter
  • Bsuisse // 11.07.2022 à 20h02

    (Duite) si l’état passait à la capitalisation pure, ce serait aux familles de supporter le poids et la charge des retraites de leur famille et/ou leur patrimoine (donc l’heritage), ce que même les cadres aisés ne sont pas prêts à faire… et dans le cas d’une mise en place d’une retraite mixte, les salariés devraient porter le double système et donc baisser leur pouvoir d’achat de façon insupportable…
    Dernier point que je ne connais pas, est-ce que les baisses de charges sur les bas salaires octroyées par Hollande avec son éminence grise Macron aux entreprises ont été compensées au niveau des caisses de retraite… Si oui, no comment, si non c une arnaque du couple Macron-entreprises…

      +0

    Alerter
  • Tato // 11.07.2022 à 21h58

    Ce n’est pas « nous tous » qui payons les retraites mais les cotisations des retraités eux mêmes par une partie de leur salaires et des contributions patronales prises sur la productivité des salariés…pas sur l’argent des entreprises..
    C’est pareil pour les fonctionnaires mais la part entreprise est prise sur l’impôt puisque c’est pour nous (l’état c’est nous. .. ) qu’ils travaillent..
    S’il n’y avaient pas de fonctionnaires nous payerons
    de même les retraites ..en plus des actionnaires vous savez ceux qui gagnent de l’argent en dormant grâce à ceux qui travaillent…et grâce à l’argent dont ils ont hérité pour 90% d’entre eux.
    J’en suis
    Merci Emmanuel

      +0

    Alerter
  • Lucyan // 12.07.2022 à 15h09

    C’est qui qui a voté 2 fois Macron ???? A ce point là, plus rien à espérer.

      +0

    Alerter
  • RADMI RACHID // 13.07.2022 à 06h56

    Moi personnellement j’ai travaillé dans un Théâtre à Paris au même moment que je préparais un Doctorat en 1988/1989 je rêvais quoi â Paris â l’occasion du Bicentennaire de la Révolution Française de 1789 eet je m’animais à assurer des colloques et conférences après la so7tenance de mon Doctorat en juin 1989 . Deux individus m’ont volé mon manuscrit que j’avais rédigé pendant mes heures de garde au Théâtre de l’odéon et je me suis trouvé interné à Saint Anne à Paris . Pour ne toucher une fois que j’ai 62 ans 17 euros de retraite sans accident de travail ni invalidité car les nuits et les jours je travaillais sans relâche car celui qui devait me remplacer ne venait pas au Théâtre et le cycle de sommeil etst perturbé jusqu’à nos jours je suis encore et à vie sous anti dépressif et neuroleptiques pour dormir ,
    Ce pays qu’est la France pays des Droits de l’homme d’égalité de Fraternité de Liberté n’est qu’un pur mensonge Aussi LA DEMOCRATIE que font exiger des autres pays n’est qu’une arme pour mieux appauvrir les pays et les commander comme des marionnettes. Pire une fpis que je demande un capital forfaitaire pour toucher une somme d’argent pour couvrir mes médicaments et ne plus prétendre â ces 17 euros par mois . La loi dit qu’à partir de 2016 vous n’avez plus le droit de demander un capital forfaitaire.
    Comme disait Feu Jacques Chirac « Trop de Lois Tuent la Loi » et Il avait raison Que Dieu le Bénisse pour ce qu’il a fait ,

      +0

    Alerter
  • RADMI RACHID // 13.07.2022 à 07h09

    Laissez moi vous citer Jacques Brel dans sa chanson les Vieux
    « Les vieux ça ne parlent plus ça sent la lavande  » ces vieux qui ne sortent jamais que pour accompagner un autre vieux à sa tombe  »
    Ceci dit les maisons de retraites ont expédié plus de morts pendant ces années de Covid pour laisser les caisses pleines de leurs pe’sions .
    Ou ces organismes qui gèrent les maisons de retraites et falsifient les comptes .
    Ou plus ce couple marié depuis 67 ans et séparé par force pour des raisons de sécurité et règlements administratifs. Ce couple qui depuis 67 ans de mariage passe Noël ensemble sans jamais se quitter . Leurs filles qui se bat pour que ses parents passent un dernier Noël ensemble même la mort a échoué à les séparer .
    Reectiviment ce couple âgé de 97 et sa femme âgée de87 ans,
    Quoi dire d1ns ce pays des Droits de l’Homme de Liberté Égalité Fraternité. La Démocratie qu’il impose aux pays pluq faibles pour les exploiter à fond .
    Pourquoi il n’applique pas la Démocratie entre les citoyens du Monde qui sont sur leur sol ?

      +0

    Alerter
  • Anémone // 13.07.2022 à 07h29

    Quand après 38 ans d’exercice l infirmiere que je suis ne perçoit que 950 euros de retraite par mois parce que les primes de nuit, de weekends, et de jours fériés ne comptent pas , comment ne pas s indigner devant les fraudes fiscales et ceux qui gagnent trois fois plus sans rien faire( ou en faisant des enfants!) qu en travaillant?

      +0

    Alerter
    • Ellilou // 14.07.2022 à 16h09

      Tournez votre colère vers les vrais assistés, les ultra riches qui font sécession. Se battre entre pauvres n’est pas la solution 🙂

        +1

      Alerter
  • Anémone // 13.07.2022 à 08h20

    Pour info j ai travaillé et cotisé jusqu à l épuisement et à présent j ai repris le boulot pour aider mes enfants qui ne perçoivent pas non plus les fameux chèques distribués par l avion Air-Macron qui fait venir des investisseurs étrangers pour racheter la France par petits morceaux au lieu de privilégier les créations françaises,tout semble déréglé avec ce gouvernement!!

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications