Les Crises Les Crises
1.mai.20181.5.2018 // Les Crises

Trump soutient la « Force spatiale » pour faire la guerre et dominer dans l’espace

Merci 34
J'envoie

Source : Dennis J. Bernstein, Consortium News, 20-03-2018

Les appels de Trump pour une nouvelle « Force spatiale » pourraient accroître le potentiel d’un affrontement armé entre les États-Unis et des puissances étrangères, comme la Chine et la Russie, rapporte Dennis J. Bernstein dans cet entretien avec le militant pour la paix Bruce Gagnon.

Dans les quelques moments de rêve entre ses différents drames personnels et drames d’État, Trump a fait planer l’idée de créer une « Force spatiale » pour mener des guerres dans l’espace. Bruce Gagnon est inquiet. Jeudi dernier, le 15 mars, Gagnon, coordonnateur du Réseau mondial contre les armes et l’énergie nucléaire dans l’espace, a déclaré : « L’industrie aérospatiale voit une occasion d’accroître sa capacité de profit par la création d’une nouvelle “Force spatiale” qui dirigerait le programme militaire américain en expansion dans l’espace. »

Image de la planète Terre tirée d’Apollo 17

« L’industrie », poursuit M. Gagnon, « a poussé le Congrès à autoriser ce nouveau service distinct, tandis que les dirigeants de la Force aérienne se sont opposés au plan en prétendant qu’il augmenterait l’inefficacité et la bureaucratie. Dans la récente NDAA [National Defense Authorization Act], il a été demandé à l’Air Force de se concentrer davantage sur l’espace et d’en faire une priorité plus élevée ».

Lorsque je suis arrivé chez Gagnon dans le Maine, il était au 31e jour d’une grève de la faim pour protester contre un projet de loi d’aide à l’entreprise pour General Dynamics dans le Maine, où il vit. Néanmoins, il était assez fort et cohérent quant à son opposition au programme agressif et très coûteux des États-Unis en vue d’une domination totale dans l’espace.

Et il met en garde contre le pouvoir de l’industrie aérospatiale pour contrôler la situation. « L’année dernière, un projet de loi visant à créer une “Force spatiale” distincte a été adopté par la Chambre, mais n’a pas été approuvé par le Sénat ». L’appui de Trump au concept de « Force spatiale » indique que l’industrie aérospatiale a trouvé un solide allié à la Maison-Blanche et que les pressions exercées sur le Sénat pour qu’il approuve le plan vont maintenant augmenter de façon spectaculaire.

J’ai parlé à Gagnon dans le Maine le mercredi 14 mars 2018.

Dennis Bernstein : Vous êtes au 31e jour d’une grève de la faim. Parlez-nous de la grève et de la raison pour laquelle elle a lieu.

Bruce Gagnon : General Dynamics, qui possède Bath Iron Works dans ma ville natale de Heron, Maine, construit des destroyers pour la marine, qui sont envoyés pour encercler la Russie et la Chine avec des systèmes de défense antimissile. General Dynamics exige de notre État très pauvre 60 millions de dollars que nous n’avons pas. Ils n’en ont pas besoin, ils ont fait 3 milliards de dollars de profits l’an dernier. Ils demandent aussi 150 millions de dollars au Connecticut et ils ont déjà reçu 20 millions de dollars du Rhode Island. J’ai organisé une campagne dans tout l’État pour essayer de bloquer cela.

DB : Comment allez-vous, au fait ?

BG : Eh bien, mon esprit s’embrouille un peu plus, comme vous le remarquerez probablement dans cette interview.

DB : Pourquoi une grève de la faim ? Pourquoi mettre votre vie en jeu ?

BG : Je l’ai fait pour deux raisons. Premièrement, lorsque je suis revenu d’une audience publique sur ce projet de loi devant le Comité de la fiscalité de notre capitale, je jurais pendant tout le chemin du retour à la maison. J’ai dit ce soir-là que si je n’entame pas une grève de la faim, je vais avoir une crise cardiaque avant que tout cela ne soit terminé.

La raison politique en est que, puisque ce projet de loi est parrainé par deux démocrates de notre communauté locale et qu’il a l’appui de la direction du Parti démocrate, beaucoup de groupes de front démocrate de l’État qui travaillent sur la justice sociale se sont fait dire de ne pas s’en mêler. C’est donc vraiment la communauté de la paix qui organise tout cela. Je savais que si je faisais une grève de la faim, plus de gens seraient inspirés pour s’impliquer.

DB : Parlez-nous de ce nouveau concept de « force spatiale ». Qu’est-ce que c’est, qu’est-ce que c’est censé faire, et en avons-nous vraiment besoin ?

BG : Comme l’armée de l’air, l’armée de terre ou la marine, il s’agit d’une branche séparée de l’armée. Ce sont les gens de l’industrie aérospatiale qui font vraiment pression pour cela. Ils savent que s’ils peuvent établir une entité distincte, ils peuvent faire encore plus d’argent. On dit depuis longtemps que « Star Wars » serait le plus grand projet industriel de l’histoire.

Dans une publication de l’industrie, il y a des années, ils ont écrit qu’ils devraient trouver une source de financement spécialisée pour payer tout cela et ils l’ont appelé le programme d’admissibilité. C’est la raison pour laquelle nous voyons aujourd’hui au Congrès des efforts pour financer ces programmes et transférer l’argent dans ce programme très coûteux de la « Guerre des étoiles ».

Le chef d’état-major de la Force aérienne, le général David Goldfein, a récemment déclaré aux journalistes : « La nation s’attend à ce que sa Force aérienne possède l’ultime position de domination et atteigne la supériorité spatiale, ce qui, comme la supériorité aérienne, signifie la liberté d’attaquer et la liberté de manœuvrer ». Alors que les États-Unis encerclent militairement la Russie et la Chine aujourd’hui, essayant d’amener un changement de régime dans ces pays, la supériorité spatiale devient un élément central de toute cette stratégie.

Dans le dernier NDAA [National Defense Authorization Act], il y avait une disposition qui disait que l’armée de l’air devait faire plus d’efforts dans le domaine spatial. Le projet de loi a été adopté à la Chambre, puis renvoyé au Sénat où il a échoué, en grande partie parce que la Force aérienne s’y oppose, disant qu’il créera des inefficacités et plus de bureaucratie.

Mais à la suite du dernier vote de la NDAA, une division a été créée au sein de l’armée de l’air qui dirigera le commandement spatial américain et sera basée à Washington. Cela s’inscrit dans le cadre d’un effort plus large de la Force aérienne pour se conformer à ce mandat législatif de se concentrer sur l’espace et d’en faire une priorité élevée. L’industrie aérospatiale pousse fort et a beaucoup de pouvoir à Washington et, comme nous l’avons vu, Ils ont l’oreille de Trump.

DB : Les graines de ce genre de programme ont été semées depuis au moins Clinton avec la tentative de contrôler le monde entier depuis l’espace.

BG : La plupart des gens pensent au programme SDI [Strategic Defense Initiative] initié sous Reagan. Quand Clinton est arrivé, il a essentiellement annoncé que nous ferions fermer le SDI. Mais ce que les gens ne savaient pas, c’est qu’il a essentiellement transféré le financement à un programme appelé BMDO [Ballistic Missile Defense Organization], qui a fait la même recherche et le même développement. Quand George W. Bush est devenu président, il a changé le nom de nouveau, pour devenir Missile Defense Agency. Nous entrons maintenant dans de tout nouveaux domaines de développement de la technologie des armes spatiales.

De toute évidence, la Russie ne le souhaite pas. Ils se rendent à l’ONU depuis les années Clinton, suppliant les États-Unis de se joindre à eux dans la négociation d’un traité appelé PAROS, Prévention d’une course aux armements dans l’espace extra-atmosphérique. La position des États-Unis a toujours été qu’il n’y a pas de course aux armements et qu’il n’est donc pas nécessaire de négocier ce traité.

DB : Ce programme a tout à voir avec le genre de revendications que le nouveau secrétaire d’État [Mike Pompeo] va défendre [s’il est approuvé par le Congrès]. Il s’agit de contrôler les puissances de ce nouveau siècle par le biais d’une domination totale dans l’espace. C’est ce qui se passe vraiment dans les coulisses lorsque les États-Unis menacent la Corée du Nord en tant qu’agresseur.

BG : C’est exact. La Corée du Nord est un théâtre secondaire pour justifier les investissements massifs des États-Unis dans la technologie de l’armement dans la région. Rappelez-vous que ce sont Hillary Clinton et Barack Obama qui ont créé le « Pivot to Asia », par lequel nous déplacerions 60% des forces militaires américaines en Asie pour encercler à la fois la Chine et la Russie.

En conséquence, ils ont besoin de plus de ports d’escale pour leurs navires, comme sur l’île de Jeju, ils ont besoin de plus de terrains d’aviation comme nous le voyons à Okinawa, plus de casernes pour les soldats américains comme ceux qui sont en construction à Darwin, en Australie. Et maintenant, nous voyons l’OTAN s’étendre dans la région Asie-Pacifique.

DB : Le pire pollueur du monde est l’armée américaine. Les États-Unis se sont retirés du traité ABM [Anti-Ballistic Missile] en 2002 et depuis lors, ils ont la « suprématie » totale.

BG : Il s’agit en fait de la Chine et de la Russie qui disent : « Nous voulons un monde multipolaire où de nombreux pays participent à l’économie mondiale et s’occupent des questions de sécurité de la planète ». Les États-Unis reconnaissent qu’ils n’ont que deux ou trois ans pour essayer de faire tomber la Russie et la Chine avant qu’ils n’atteignent un point où ils ne peuvent plus être démantelés.

Ce que Poutine a dit, c’est que nous ne voulons pas de guerre, mais nous n’allons pas vous laisser contrôler et dominer l’espace. La défense antimissile est en réalité le bouclier que les États-Unis utiliseront après avoir lancé une première frappe.

DB : General Dynamics peut-il tirer profit de ce scénario de « force spatiale » ?

BG : Oh, oui. Ces destroyers qu’ils construisent dans ma communauté sont équipés d’un de ces systèmes de défense antimissile, appelés intercepteurs SM3. Ils stationnent les navires très près de la Russie et de la Chine afin de pouvoir déclencher une frappe de représailles. Ils mettent également ces systèmes sur le terrain en Roumanie et en Pologne, jusqu’à la frontière avec la Russie.

DB : L’industrie a-t-elle en fait acheté le Congrès pour faire avancer ce nouveau programme spatial ?

BG : Absolument, républicains et démocrates. C’est la réalité de l’Amérique. Nous avons été vidés et transformés en un pays qui fabrique des armes. Notre principal produit d’exportation aujourd’hui est l’armement. Que devient alors votre stratégie marketing globale ?

DB : Comment estimeriez-vous le montant d’argent qui est aspiré dans cette économie de guerre permanente ?

BG : Tout compte fait, nous dépensons un billion [1 billion, en échelle longue comme en France, = mille milliards] de dollars par an pour l’armée. C’est un montant énorme et c’est pourquoi il n’y a pas d’argent pour les programmes sociaux, pour l’assainissement de l’environnement, pour la lutte contre les changements climatiques. Les dépenses militaires sont de loin le pire moyen de créer des emplois.

Dennis J. Bernstein est un animateur de “Flashpoints” sur le réseau de radio Pacifica et l’auteur de Special Ed : Voices from a Hidden Classroom. Vous pouvez accéder aux archives audio à l’adresse www.flashpoints.net.

Source : Dennis J. Bernstein, Consortium News, 20-03-2018

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fabrice // 01.05.2018 à 09h17

Il est impressionnant de voir que ” La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. – Albert Einstein” les américains continue toujours d’appliquer la même solution en pensant que les russes sont comme eux et ne retirent jamais les leçons de leur erreurs.

Ils n’investiront pas des sommes folles pour rentrer en compétition avec l’armement américain car c’est impossible, ils garderont juste de quoi faire hésiter et reculer l’adversaire car ils savent que les américains dans leur tréfonds agissent parce que le monde leur fait peur or quelqu’un qui a peur ne devrait pas jouer avec le peuple qui a donné son nom à la roulette russe.

Ceci dit à titre personnel dépenser de telles sommes alors que son peuple souffre de plus en plus relève d’un cas grave de folie collective au niveau de la classe dirigeante les poussant dans un en avant quasi autodestructeur.

22 réactions et commentaires

  • Nerouiev // 01.05.2018 à 06h56

    D’après Bruce Gagnon il ne reste que deux ou trois ans aux États-Unis pour dominer la Planète. C’est peu et avoue indirectement l’échec du plan Brzezinski. Ce projet de guerre des étoiles n’a apparemment pas de rentabilité commerciale ce qui explique ce court laps de temps. Pour le moment les moteurs des fusées sont russes. Poutine n’a pas tout annoncé concernant ses nouvelles armes et les bruits courrent que la Russie aurait déjà quelques longueurs d’avance dans le domaine de la guerre spatiale, ce qui justifierait qu’il s’oriente vers une économie interne plus efficace.

      +9

    Alerter
    • Louis Robert // 01.05.2018 à 13h58

      L’Empire ne parviendra jamais à « dominer la planète », lui qui ne se domine même pas lui-même.

      L’aspiration narcissique grandiose à dominer la planète n’est que symptôme de mégalomanie aiguë, maladie hélas fort répandue parmi les « élites », tout particulièrement en ces temps d’affaissement brutal de la civilisation occidentale.

        +5

      Alerter
  • dc // 01.05.2018 à 08h10

    La fin de l’article rappelle étrangement l’objectif initial de l’IDS. Forcer l’Union soviétique à s’épuiser dans la course aux armements en sacrifiant les autres dépenses. Ce qui a conduit a effondrement que l’on connait.
    Et voici que les US qui dépensent des sommes folles pour leur industrie d’armement se trouvent confrontés a une rupture stratégique qu’ils n’ont pas vu venir. Si les nouvelles armes russes présentées en mars sont réellement aussi efficace que cela est dit elle invalident visiblement leur stratégie actuelle.
    Si les EU sont au bord de la rupture sociétale sur le plan militaire c’est pas loin d’être fait.

      +7

    Alerter
    • Le Minotaure // 01.05.2018 à 17h27

      “. Si les nouvelles armes russes présentées en mars sont réellement aussi efficace que cela …”

      C’est quand même un gigantesque “si”.

        +0

      Alerter
    • Dominique // 02.05.2018 à 11h52

      IL y a une grosse différence entre l’effondrement de l’URSS et la situation US actuelle. C’est la possession du dollar. Les US peuvent se permettre ces dépenses folles car c’est le reste du monde qui les paye. Leurs 21 000 milliards de dette publique ne les obligent pas à mettre en place une politique d’austérité comme en Europe.

        +2

      Alerter
  • Narm // 01.05.2018 à 08h54

    on en discute, on en discute ….

    mais je crois que nous sommes dors et déjà entré dans la 3ème guerre mondiale.

    Depuis l’affrontement direct entre US et Russes Après l’aveu de dizaines de bombardements plus ou moins discrets. Après les annonces de plus en plus pressantes contre l’Iran. Mais surtout depuis que je viens de lire ceci : “Le Parlement israélien a voté lundi une loi permettant au Premier ministre et au ministre de la Défense de décider d’entrer en guerre sans réunir le gouvernement.”
    Les bombardements non “onusien”, par une pseudo coalition, sans trop de preuve sont pour moi la preuve d’une guerre. Encore hier, lundi 30, on nous annonce des bombardements contre des cibles “gouvernamentales” en Syrie, sans que l’on sache qui aurait tiré….. C’est la guerre pure et simple puisqu’il n’y a plus d’EI pour excuse.

    ça pu tout ça.
    Cette guerre aura lieu , car ici, pour cacher le niveau de décrépitude, aux US , pour reporter une fin de l’empire, à Gaza, pour pouvoir continuer à étouffer ceux qui ne “mérite” pas de vivre ….

      +15

    Alerter
  • Manuel // 01.05.2018 à 09h03

    C’est marrant d’avoir cette photo mensongère de la Terre. Mais ils sont où tous les satellites qui gravitent autour d’elle ? C’est possible de ne pas avoir une photo de propagande de la Terre, mis une photo comme elle se présente réellement ?

    On sent bien le photoshop

      +1

    Alerter
    • JCH // 01.05.2018 à 11h26

      1) La photo a été prise depuis Apollo 17, donc fin 1972. Il n’y avait pas tant de satellites que ça a l’époque, et Photoshop n’est venu que bien plus tard.
      2) Je ne pense pas que sur une telle vue d’ensemble de la terre, aujourd’hui ou il y a 45 ans, on puisse distinguer les satellites. Sur une carte postale de la tour Eiffel, on ne voit pas les abeilles et les mouches qui volent autour…

        +14

      Alerter
    • Karnak // 03.05.2018 à 11h18

      “C’est possible de ne pas avoir une photo de propagande de la Terre, mis une photo comme elle se présente réellement ?”

      Heu… C’est à dire une photo de la Terre plate ?

        +2

      Alerter
  • Fabrice // 01.05.2018 à 09h17

    Il est impressionnant de voir que ” La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent. – Albert Einstein” les américains continue toujours d’appliquer la même solution en pensant que les russes sont comme eux et ne retirent jamais les leçons de leur erreurs.

    Ils n’investiront pas des sommes folles pour rentrer en compétition avec l’armement américain car c’est impossible, ils garderont juste de quoi faire hésiter et reculer l’adversaire car ils savent que les américains dans leur tréfonds agissent parce que le monde leur fait peur or quelqu’un qui a peur ne devrait pas jouer avec le peuple qui a donné son nom à la roulette russe.

    Ceci dit à titre personnel dépenser de telles sommes alors que son peuple souffre de plus en plus relève d’un cas grave de folie collective au niveau de la classe dirigeante les poussant dans un en avant quasi autodestructeur.

      +17

    Alerter
    • Touriste // 02.05.2018 à 03h03

      Bonjour,
      Le projet (bidon) “Star Wars” de Reagan aurait amené les dirigeants soviétiques à claquer beaucoup de pognon pour contrer l’initiative américaine et cela aurait participé à l’effondrement de l’URSS.
      Trump voudrait donc ressusciter ce projet “Star Wars” en le modernisant à la sauce 21ème siècle.
      Si ça l’amuse… Encore faut-il avoir les moyens de ses ambitions.
      Baisses conséquentes d’impôts, dette étatique astronomique, dette privée extra-dimensionnelle, Chine détenant 40% des dettes américaines, inflation à deux chiffres des produits financiers, planche à billets qui tourne à plein régime depuis un bon moment déjà : voilà donc un cocktail détonant qui pétera bien avant que la première mini-étoile-de-la-mort soit mise en orbite.
      En résumé, on pourrait utiliser cette métaphore : quand on se sert de son M16 comme béquille, on ne menace personne.
      En attendant, ce seront les mêmes 0,1% qui vont encore se gaver, et le reste de la population qui va en souffrir d’une manière ou d’une autre.

        +1

      Alerter
  • Arcousan09 // 01.05.2018 à 10h18

    Mais c’est génial …
    Non contents de polluer la planète avec toutes sortes d’armes y compris à l’uranium dit “appauvri” voilà qu’ils envisagent de balancer des multitudes de satellites militaires …
    Le ciel va bientôt ressembler à la mer encombrée de matières plastiques avec à terme une pluie d’objets non identifiés qui vont retomber n’importe où …
    Au passage voilà que l’on nous bassine à nouveau avec le nucléaire de Iran … depuis 1990 l’Iran est accusé de fabriquer des armes nucléaires … nous sommes 28 ans plus tard et ils ne l’ont toujours pas …. Incompétence ou une belle manipulation de cervelles afin de “justifier” un nouveau conflit majeur ?
    J’opte pour la deuxième proposition … notre caniche, aux ordres, va-t-il montrer ses petits crocs ???

      +13

    Alerter
    • Weilan // 01.05.2018 à 13h58

      Vous faites bien de souligner ces 28 ans d’accusations aussi graves que visiblement mensongères.
      Les Nord Coréens n’ont, semble-t’il, pas eu besoin de tant de temps pour se doter d’armes qui leur garantissent un minimum de respect de la part du “camp du bien”. Les ingénieurs iraniens seraient ils si nuls ? J’ai un gros doute…

        +7

      Alerter
  • Louis Robert // 01.05.2018 à 10h57

    La militarisation de l’espace est un crime de plus contre l’humanité.

    Rappel: la Chine n’a pas cessé de suggérer que des traités internationaux garantissent la non-militarisation de l’espace. Or l’Empire du « full spectrum dominance » a tout simplement détourné le regard.

    L’effondrement de notre civilisation et de notre monde se poursuit donc

      +9

    Alerter
  • Chris // 01.05.2018 à 12h18

    Ayant perdu la guerre terrestre, les Ricains se rabattraient-ils sur la guerre spatiale ?

      +4

    Alerter
  • ledufakademy // 01.05.2018 à 15h12

    Trump idiot, stupide, débile (etc. sauce mainstream) ?
    Moi je dirai génie ou profond débile … plus le temps passe plus j’opte pour le numéro 1.
    La conquête spatiale est la salut dans 500 millions d’année pour l’humanité.
    Il a raison.

      +1

    Alerter
    • Fabrice // 01.05.2018 à 20h00

      Le problème c’est que ces fonds ne sont pas pour l’exploration mais la militarisation (c’est un peu différent) et le problème du projet aussi promu aussi par Elon Musk ce sera pour sauver quelle humanité ? Celle qui amplifie par son modèle économique la destruction de la planète ? Je suis pour l’exploration pour le savoir mais moins pour l’exploitation de l’espace à la même manière que le far West américain avec cette prédation de toutes les ressources ainsi découvertes, ainsi que le risque que le modèle qui nous met en danger puisse perdurer en dehors des limites de notre planète voir pire.

        +2

      Alerter
      • ledufakademy // 03.05.2018 à 08h51

        Je dirai que malheureusement, et j’en viens, la “militarisation” permet des bons technologiques.
        Alors prenons le meilleur … au passage.
        Ensuite sur le reste d’accord : mais c’est à nous tous de changer cette nature fichue humaine.
        Des prédateurs ? oui nous le sommes tous : c’est le “Cauchemard de Darwin” (un très bon film docu. au passage !). Cela nous a sûrement permis d’être encore vivant après 4.5 Milliards d’existence cosmique … soyons humble et fort.

          +0

        Alerter
    • Jo // 02.05.2018 à 11h25

      “La conquête spatiale est la salut dans 500 millions d’année pour l’humanité.”

      C’est une illusion. La vie humaine en dehors de la Terre est impossible. Sauf pour ceux qui n’ont rien compris aux notions d’évolution et d’adaptation. Et dans 500 millions l’humanité aura déjà disparu. Mais pas la vie sur Terre.

        +0

      Alerter
      • ledufakademy // 03.05.2018 à 08h52

        ca reste à voir : on a toujours des surprises !

          +0

        Alerter
  • Christian Gedeon // 02.05.2018 à 10h25

    Modéré une première fois,sans raison valable à mon avis,je rappelle la coopération tres étroite entre Russie et USA en matière spatiale,notamment sur la station spatiale “internationale” . C’est un fait. Mérite t il modération?

      +0

    Alerter
  • Haricophile // 02.05.2018 à 11h29

    La convoitise est infinie, c’est un monstre qui se nourrit d’elle même, plus elle dévore, plus elle a faim. Cette soif de domination maladive ne va pas tuer que le malade, elle va nous entrainer avec. Quand est-ce que l’humanité apprendra enfin a maitriser ce cancer social ?

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications