Jusqu’où l’Union européenne pourra-t-elle aller trop loin ? Cette question s’impose alors que montent les oppositions populaires, qu’elles s’expriment dans des votes (comme lors de l’élection présidentielle en Autriche) ou dans un référendum (comme en Grande-Bretagne), mais que montent aussi les raison objectives d’être écoeuré par la politique de l’Union (comme avec les « sanctions » prises contre l’Espagne et le Portugal) comme par les comportements de ses dirigeants ou anciens dirigeants. Le cas de José-Manuel Barroso est encore frais dans les mémoires, mais il est loin d’être le seul et il y aurait bien à dire sur le comportement de Jean-Claude Juncker. En quelques semaines, alors que l’UE est prise entre le « BREXIT » et la crise des banques italiennes, on a eu droit au catalogue complet des pathologies européistes.

Mais, cette question s’impose aussi, et peut-être surtout, quand on considère les pratiques collectives qui se tissent autour de l’UE, qu’il s’agisse de l’absence totale de transparence (dans le cas des négociations du TAFTA), de la volonté de faire passer un autre traité (comme le CETA avec le Canada), ou qu’il s’agisse de l’absence évidente de respect de la règle démocratique. Si l’Union européenne est aujourd’hui haï par une large partie des peuples qu’elle est censée unir, cela ne tient ni aux « eurosceptiques », ni a des accidents, mais cela traduit un véritable bilan politique. L’UE n’apporte, depuis plus de 15 ans que malheurs et misères aux peuples qui la composent. Il est significatif, à cet égard, que l’UE soit mise en cause dans de nombreux pays, de la Hongrie au Pays-Bas en passant par la Pologne. Il est aussi significatif qu’en dépit des pressions multiples exercées sur eux, des pays comme la Suisse ou l’Islande aient décidé de renoncer à toute perspective d’adhésion.

Un échec économique

L’Union européenne paye en premier lieu une politique économique entièrement soumise au néo-libéralisme et dont le seul objectif semble bien devoir être la destruction définitive des institutions de l’État social qui s’était mis en place dans les pays d’Europe occidentale à la suite de la deuxième guerre mondiale. Cette politique économique se masque derrière divers fétiches, de la volonté de « sauver la zone Euro », à celle de résoudre la « crise des dettes publiques ». Mais, elle plonge les pays qui s’y soumettent dans une dépression sans retour, une chute de l’investissement dramatique, un démantèlement des services publics au nom de la sacro-sainte « concurrence ».

Ces crises ont de graves conséquences sociales, directes, comme la montée du chômage, et particulièrement celui des jeunes dans les pays d’Europe du Sud, ou indirectes avec la montée des régionalismes. Ces crises à répétition entre les pays, les dresse les uns contre les autres, et menace la coopération européenne. Par dessus tout, l’Euro constitue un danger pour l’état d’esprit européen, tel qu’il s’était développé depuis le traité franco-allemand de 1963 et jusqu’à la chute du mur de Berlin. Ce sombre constat est partagé par de nombreux économistes. Qu’il s’agisse de Lord Mervyn King, l’ancien gouverneur de la Bank of England ou Banque centrale du Royaume-Uni, qui vient de publier un livre[1] où il étrille l’Euro, ou de Joseph Stiglitz qui publie lui aussi un livre entièrement consacré au risque que l’Euro fait peser sur l’Union européenne[2]. Avec le traité sur la coopération et la gouvernance, le TSCG, que François Hollande fit ratifier en septembre 2012, c’est la maîtrise du budget, élément essentiel de notre souveraineté, qui est en passe d’être retiré aux élus de la Nation. Les politiciens organisent ainsi leur propre impuissance pour fuir leurs responsabilités et, quand ils l’ont fait, partent pantoufler à Bruxelles, à l’instar de Pierre Moscovici, en attendant de se faire recruter par une grande banque d’affaires américaine.

Un échec politique

Nous sommes aujourd’hui dans une impasse, et de ce fait nous sommes condamnés à la crise. Ne pouvant plus ajuster la politique monétaire aux besoins de l’économie, le gouvernement découvre qu’il doit se plier à des règles strictes dans le domaine budgétaire et fiscal. Si un pouvoir extérieur fixe désormais la politique monétaire, il faudra à terme que le même pouvoir fixe les règles budgétaires et fiscales. . Si le processus budgétaire échappe au contrôle du gouvernement il en va de même pour le processus fiscal. Or, le fondement de TOUTE démocratie réside dans le fait que la représentation du peuple, le parlement, doit avoir – et lui seul – le dernier mot en matière de budget et d’impôt. L’Euro, alors, détruit lentement les vieilles nations au sein desquelles s’était construite et consolidé la démocratie et menace désormais d’un retour en arrière au monde d’avant 1789.

La question de la compatibilité entre l’Euro et un système démocratique se pose donc. Cette monnaie a imposé à la France de céder sa souveraineté monétaire à une institution non élue, la Banque centrale européenne. Ce processus avait déjà commencé dans la période antérieure (de 1993 à 1999) avec l’établissement d’un statut d’indépendance de la Banque de France. Mais il ne faisait sens qu’en raison de la mise en place à venir de l’Euro. L’indépendance des Banques centrales résultant du processus de sa mise en. Or, ce qu’implique ce premier abandon de souveraineté est encore plus important que cet abandon lui-même. Une fois que vous avez laissé à d’autres le choix de la politique monétaire, vous devez admettre que ces « autres » vont déterminer par leurs actions les règles budgétaires que vous devrez suivre. Mais, cette question de la compatibilité avec le système démocratique, elle est désormais posée par le fonctionnement même de l’Union européenne. Si l’on en veut une preuve, rappelons cette citation de Monsieur Jean-Claude Juncker, le successeur de l’ineffable Barroso à la tête de la commission européenne : « Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens ». Mais il ne faisait ici qu’imiter le dit Barroso, dont les talents renardiers sont indiscutables[3]. Ce divorce entre élite et peuple trouve une de ses justifications dans le délitement de la souveraineté nationale qui marche de concert avec le délitement de la démocratie. Certes, des élections se tiennent régulièrement en France. Mais, ont-elles encore un pouvoir de changer la politique, voire de changer l’élite dirigeante ? On peut en douter. Ce délitement de la souveraineté nationale s’est mis en place avec le traité de Maastricht. Il s’est amplifié par petit pas. Victor Hugo le disait déjà[4], et comme en son temps on peut écrire que l’on «nous retire petit à petit tout ce que nos quarante ans de révolution nous avaient acquis de droits et de franchises.(…) Le lion n’a pas les mœurs du renard [5]».

Une crise de la démocratie

C’est la cause de la crise de la démocratie que nous subissons. Elle se manifeste d’abord par une abstention importante lors des différents scrutins. Cela se manifeste aussi par un repli vers différentes communautés et la montée du « communautarisme ». Les Français, se sentant désormais de moins en moins citoyens, et ce d’autant plus que l’on a de cesse de galvauder ce mot dans des emplois ridicules qui sont autant de contresens, se replient sur ce qui semble leur offrir une protection : communautés religieuses, communautés d’origines…Ce faisant ils se précipitent en réalité vers la guerre civile. C’est bien là la critique la plus radicale que l’on puisse faire à l’Euro et à l’Union européenne : celle de déchirer de manière décisive le tissu social et de dresser, à terme, les Français les uns contre les autres. Il n’est dans la logique de l’Euro d’autre avenir que celui décrit par Hobbes : la guerre de tous contre tous. Mais, soyons sûrs que cette guerre ne sera pas sans profits pour certains.

L’Euro a entraîné les économies des pays membres de la zone dans une logique de divergence de plus en plus forte. Cette logique a conduit à des plans d’austérité de plus en plus violents, qui exaspèrent les populations et qui dressent celles des pays ayant moins de problèmes contre celles des pays qui en souffrent le plus. Loin d’être un facteur d’unité et de solidarité, l’Euro entraîne le déchaînement des égoïsmes des uns et des autres et la montée des tensions politiques.

La fin de l’UE

Ce qui est donc étonnant n’est pas l’hostilité contre l’Union européenne, mais que cette dernière s’exprime sous des formes aussi policées, comme avec regret. Ce que l’on peut d’ailleurs comprendre. L’idée de la construction européenne, même si elle fut largement utopique, reste une belle idée. Mais, l’Union européenne n’est pas l’Europe. Elle n’est qu’une des formes possibles, et aujourd’hui une forme hideuse, que prend la construction institutionnelle en Europe. Le besoin de coopération entre les nations européennes est évident. Mais il faut convenir aujourd’hui que l’UE est plutôt un obstacle à cette coopération. Le besoin de coopération s’exprime dans une demande politique ; à cela l’UE ne répond que par une anti-politique : le marché unique. Il nous faut aujourd’hui retrouver le sens profond de la construction européenne, et pour cela répondre à cette demande politique par des solutions politiques. Il ne faut pas se voiler la face. L’Euro a contaminé l’Union européenne. Il serait bon que, profitant du choc provoqué par une dissolution de l’Euro (qu’elle soit contrôlée ou non), on puisse remettre à plat un certain nombre de problèmes, et en particulier les règles du « marché unique » ou les procédures de négociation qui sont aujourd’hui en cours autour du « grand marché transatlantique ». Ceci impose qu’un gouvernement qui se fixerait comme objectif de sortir de l’Euro ait aussi des idées précises sur ce que pourrait être la coopération entre pays européens, mais aussi entre les pays européens et le reste du monde.

Cela ne pourra passer que par cette Communauté des Nations Européennes, une communauté qui sera nécessairement ouverte à la Russie, et qui devra remplacer cette Union européenne aujourd’hui agonisante. Pour cela, il faudra écrire un nouveau traité, remplaçant l’ensemble des traités existants et les frappant par là même de caducité. C’est à cette tâche qu’il faut aujourd’hui s’atteler.

[1] King, Mervyn A., The End Of Alchemy: Money, Banking And The Future Of The Global Economy, Londres, Little, Brown, 2016.

[2] Stiglitz Joseph E., The Euro: And its Threat to the Future of Europe, New Yok, Allen Lane, 31 mai 2016.

[3] Barroso J-M., Speech by President Barroso: « Global Europe, from the Atlantic to the Pacific », Speech 14/352, discours prononcé à l’université de Stanford, 1er mai 2014.

[4] Voir sa plaidoirie devant le TRIBUNAL DE COMMERCE, lors du « PROCES DE MONSIEUR VICTOR HUGO CONTRE LE THEÂTRE-FRANCAIS, ET ACTION EN GARANTIE DU THEÂTRE-FRANCAIS CONTRE LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS » en 1832.

[5]http://librairie.immateriel.fr/fr/read_book/9782824701387/chap_0035

Source : Russeurope, Jacques Sapir, 13-07-2016

============================================

Barroso, un scandale révélateur

Source : Russeurope, JacquesSapir, 11-07-2016

Monsieur Barroso s’est fait embaucher par Goldman-Sachs, et cela a fait scandale[1]. Certains ont trouvé étonnant que l’ancien responsable de la Commission européenne aille se vendre à une banque d’affaires américaine[2]. Ce qui peut susciter l’étonnement est plutôt leur étonnement. Car, les relations incestueuses des grands responsables européens avec les grandes banques d’affaires ne datent pas de hier, ni d’avant-hier. De fait, qu’il s’agisse de Mario Monti, ancien responsable de la Commission et ancien Premier-ministre italien, de Mario Draghi, ci-devant Président de la Banque Centrale Européenne, de Lucas Papademos, nombreux sont les dirigeants qui ont été élevés dans l’écurie Goldman Sachs ou qui retournent dans le giron de cette banque. Plutôt que de se scandaliser, avec retard et sans grands effets, il eut mieux fallu empêcher cela, et considérer que – si l’Union européenne doit être indépendante de la finance américaine – un mur d’airain devait être dressé entre ces mondes. Mais peut-être, en vérité, ne l’a-t-on pas voulu. Peut-être bien que l’Union européenne est simplement un instrument de la « haute finance » américaine. D’ailleurs, n’est-ce pas cette même Goldman Sachs qui avait aidé le gouvernement grec à maquiller ses comptes en 2001, et ce au su et au vu de Bruxelles ? Si telle est la vérité, alors il n’y a pas de quoi se scandaliser de l’attitude d’un Barroso aujourd’hui et d’un autre, pourquoi pas Moscovici, demain. L’indignation de certains, comme l’éditorialiste du journal Le Monde[3], est donc mal placée. Il faudrait réfléchir à ce qu’a été depuis 15 ans l’UE pour les peuples européens. Mais que voulez-vous, et pour plagier feu le regretté Jacques Brel, « chez ces gens là, Monsieur, on ne pense pas, on compte.. »[4].

Il est cependant intéressant de lire ce que dit, et ce que pense, Juan-Manuel Barroso. Le discours qu’il prononça au début du printemps 2014 en Californie, à l’université de Stanford[5] est, à cet égard, parfaitement exemplaire de l’imaginaire du personnage, et avec ce dernier de nombreux parmi les dirigeants européens. On a eu tendance à railler son manque (évident) de charisme. C’est oublier que le charisme n’est une qualité indispensable que dans un univers où les décisions sont prises par des dirigeants identifiables et (si possible…) élus. Mais, quand la décision est prise par une bureaucratie anonyme, cette qualité s’avère en réalité un défaut. Barroso est donc très représentatif et en un sens exemplaire de l’idéologie de l’Union européenne. Au-delà, dans ce discours sont exprimées une série de notion d’une importance toute particulière.

L’imaginaire d’un rentier.

La première idée importante, et qui est exprimée sous l’aspect anodin d’une simple constatation, d’une « évidence », est celle d’un monde complètement dominé par les différents marchés. Cette métaphore n’est pas sans intérêt. C’est celle d’un monde sans aspérité, une « terre plate »[6]. On est donc dans un monde uni-dimensionnel qui ne connaît pas de géographie, comme il ne connaît pas d’histoire. C’est en fait l’image même qui est utilisée dans les versions les plus caricaturales de la théorie néoclassique en économie.

La Théorie de l’équilibre général a été constituée par un coup de force théorique de la part de Léon Walras, qui postula que l’on pouvait considérer l’économie comme un ensemble de marchés interdépendants à l’exception de toute autre situation[7]. Par ailleurs, la base même du raisonnement néoclassique repose sur la capacité pour les agents d’attribuer des valeurs monétaires à la totalité de leur environnement. Mais, dans le même temps, la monnaie est considérée comme parfaitement neutre dans l’économie néoclassique et elle est évacuée de la discussion par le biais de la Loi de Walras[8]. Or, un échange monétaire n’est pas assimilable à du troc pour une raison essentielle: l’existence d’une asymétrie d’information entre le producteur-vendeur et l’acheteur. L’évaluation monétaire de la valeur du bien est réputée limiter le problème d’asymétrie[9]. Dans un travail aujourd’hui relativement ancien, mais qui reste sous certains égards inégalé, J.M. Grandmont apporte des arguments qui remettent sérieusement en cause cette perspective[10]. Il montre en particulier que le refus de prendre en compte la possibilité d’états de déséquilibre stable, refus justifié au nom de l’effet de richesse[11], implique soit une forme directe d’état stationnaire soit un ajustement instantané et entièrement prévisible. Ceci conduit à exclure toute situation d’incertitude du domaine de l’économie[12]. Même dans une situation de prix parfaitement flexibles, un équilibre n’est pas obtenu. Il faut cependant ajouter que la position de Grandmont reste fermement situé au sein d’un univers qui serait complètement probabilisable[13].

La neutralité de la monnaie, hypothèse centrale de la TEG, est donc loin d’être cohérente. Elle est de plus incompatible avec le principe de dichotomie (soit les prix relatifs se forment dans le secteur réel et sont insensibles aux variations monétaires) si l’on raisonne avec des effets d’encaisses réelles et sous la Loi de Walras. La neutralité de la monnaie ne résiste pas à l’introduction d’hypothèses même moyennement réalistes quant au comportement des agents. Ce qui pourtant convainquit des économistes à se tourner vers cette approche fut son caractère totalisant. Pour la première fois on disposait d’un système à la fois global et cohérent d’explication de l’économie, où cette dernière n’avait d’autre référence qu’elle-même[14]. Tout ce qui constituait des aspérités du monde réel, l’existence d’organisations, de Nations, de classes sociales, disparaissait. Il ne restait plus que l’économie comme ordre suprême, dans un mécanisme ou elle s’auto-définit elle même. C’est exactement cette vision, il faut bien dire délirante, que reprend Juan-Manuel Barroso. Délirante, certes, mais qui permet de justifier la politique de la BCE et surtout l’ouverture à la dérégulation financière de l’UE. Tiens donc, comme c’est curieux…Car, les apôtres de cette dérégulation financière furent sans conteste les économistes de Goldman Sachs.

La rencontre des contraires

Cette vision, en réalité, c’est la vision du rentier, comme l’avait montré, dès le début du XXème siècle, Nicolas Boukharine[15]. En ce sens, un certain le marxisme, même s’il se présente comme une critique de l’économie politique classique, entretient des liens importants avec la tradition qui émerge au XVIIIème siècle. Et, dans cette tradition, la démarche de Walras occupe une place importante à la fin du XIXe siècle. De fait, un certain marxisme, qui oublie l’histoire, la géographie, et tout ce qui fait la complexité des sociétés humaines, se retrouve de concert avec la pensée de Léon Walras pour défendre une vision mathématique et unidimensionnelle des sociétés. Ce marxisme, aussi réducteur que le sont les pratiques des Jivaros sur les têtes de leurs ennemis, c’est l’idéologie dans laquelle a baigné le jeune Barroso quant il eut des faiblesses pour un mouvement maoïste portugais, le MRPP. Il est donc moins étonnant qu’il pourrait paraître qu’il se soit rallié à cette idéologie, et il faut bien le dire aux gras émolument qu’elle peut engendrer quand on a les bons contacts. Le jeune Barroso défendait la dictature du prolétariat ; celui qui entre à Goldman Sachs après avoir sévi en Europe a abandonné le prolétariat, mais conservé la dictature.

On peut demander quelles sont donc l’économie et la société que nous décrivent les diverses variantes de la Théorie de l’Équilibre Général de Léon Walras. En effet, le « réalisme » n’est pas, on l’a vu, le point fort de cette théorie. Non au sens d’un rapport étroit à la réalité, que l’on n’a pas à attendre d’une théorie, mais à travers la construction de concepts et d’idéaux-types dont il est facile de montrer qu’ils n’entretiennent que des rapports des plus ténus avec le monde réel. Pourtant, ce sont les possibilités de généralisation que cette théorie offre qui ont constitué ses atouts les plus forts. Ils permettent de comprendre comment celle-ci a pu se constituer en “théorie standard” en économie[16]. En un sens, le succès de cette théorie est une victoire de la forme sur le fond. On comprend alors son pouvoir de fascination sur les économistes, pouvoir qui fut renforcé par l’élaboration d’une formulation moderne de son axiomatique par Arrow et Debreu[17]. Pourtant, à travers l’exploration des différentes dimensions de cette théorie, le mécanisme de coordination, le rapport au temps, et les hypothèses sur la nature des flux et des acteurs, se dévoile son incapacité à penser réellement la décentralisation, c’est-à-dire le fait que des actions qui font sens pour la société sont initiées de manières séparées et indépendantes. Il y a ici un paradoxe fondamental de la science économique contemporaine, qu’il est illusoire espérer dépasser à travers une surenchère dans la formalisation mathématique[18].

Ceci renvoie aux legs d’une tradition mécaniste qui a lourdement pesé sur les fondateurs, y compris A. Smith, de l’économie politique moderne, mais dont les aspects néfastes n’ont véritablement éclaté qu’avec la constitution de la TEG en “théorie standard”[19].

La Théorie de l’Equilibre Général émerge comme la position naturelle de la majorité des économistes. Chalmers Johnson, grand spécialiste de l’économie japonaise, a ajouté perfidement que la proportion des économistes américains couronnés par ce prix était corrélative au déclin de l’économie américaine[20]. Sous cette pointe polémique se cache un problème bien réel. La force de la de cette théorie tient tout autant de sa capacité socialement normative liée à sa prégnance dans les institutions académiques qu’à sa capacité à répondre ou à intégrer les critiques qui lui sont faites. Confrontée à de nouveaux débats, dont par exemple celui sur l’organisation, la Théorie de l’Equilibre Général perd progressivement sa cohérence[21]. Ce processus accélère ses tendances latentes à se transformer en un pur discours normatif, au détriment de ses fonctions descriptives, prédictives ou interrogatives. On assiste alors à la constitution de la cette théorie économique en une orthodoxie au sens religieux du terme, avec tous les raidissements idéologiques et politiques que cela implique. Ce glissement du champ de la spéculation scientifique à celui du contrôle idéologique, au sens d’une tentative de normer les représentations de la réalité, est certainement l’indice le plus sur que la Théorie de l’Equilibre Général s’est transformée en une simple idéologie et n’a désormais plus rien de scientifique. Et c’est cela qui intéresse les banques, et Goldman Sachs au premier lieu. Barroso, et ses semblables, apparaissent idéalement placés pour faire entrer de gré ou de force, et plus par la force que par le bon gré, la réalité dans le moule qui convient le mieux aux activités financières.

Une soumission sans faille à la mondialisation.

La mondialisation est alors présentée par Barroso dans son discours de Stanford comme un « contexte » mais non comme un objectif. Mais alors d’où vient ce contexte ? Existerait-il des « forces » surhumaines qui seraient en mesure de façonner le monde ne nous laissant plus à nous, pauvres humains, qu’une simple tache d’adaptation ? Que signifie donc cette « naturalisation » de l’Histoire ?

La mondialisation a été porteuse de bien des passions, souvent contradictoires. Elle a été adulée par les uns, tout comme elle fut, et elle reste, vilipendée par les autres. Elle a eu ses thuriféraires comme ses opposants acharnés. Le monde a connu bien des épisodes de flux et de reflux dans les liens économiques, et financiers. Rien de plus normal que l’on assiste à un certain retour au cadre national. Il est en effet clair que la mondialisation n’est plus « soutenable ». Elle commence à poser des problèmes, qu’ils soient sociaux, écologiques ou mêmes politiques[22], tout à fait dramatiques dans nombre de régions du globe. La mondialisation s’est avérée incapable d’aider les pays en voie de développement[23], en dehors de ceux qui ont maintenu des politiques nationales très développées[24]. Bien loin d’avoir promu l’intérêt général ou l’intérêt des plus pauvres[25], elle a été au contraire un moyen pour « tirer l’échelle » sur laquelle voulait monter les pays en développement[26]. Il n’en reste pas moins que la question de la raison de la mondialisation est posée. Elle a été une puissante arme dans les mains des dominants pour tenter de reprendre tout ce qu’ils avaient concédé des années 1950 aux années 1970. La mondialisation a conduit à de profondes régressions sociales dans les pays développés. De ce point de vue, elle apparaît comme une politique qui « appauvrit les pauvres des pays riches et enrichit les riches des pays pauvres »[27].

Pour atteindre ses buts, il fallait cependant la présenter comme un processus naturel, et il fallait mettre en scène les différentes figures de l’impuissance de l’Etat. Le passage progressif à la mondialisation a ainsi permis de faire passer, dans les principaux pays européens, les mesures destinées à faire baisser, en termes relatifs ou absolus, les salaires et surtout les salaires d’ouvriers. Ceci a été présenté comme le produit d’une évidence, d’une sorte de « loi de la nature ». Il n’y avait pourtant rien de « naturel » à cela. Les transformations du cadre d’insertion international sont bien le produit de politiques, et ces politiques sont en réalité menées par les Etats. Mais, par l’illusion d’une « contrainte extérieure » s’appliquant hors de toute politique, et cela même alors qu’elle en est le produit direct, ce discours a produit un mécanisme progressif d’acceptation des mesures qui étaient ainsi préconisées. On perçoit mieux maintenant ce à quoi tend le discours de personnes comme Barroso. Construisant le mythe d’une mondialisation-contexte, il vise à en faire oublier les objectifs.

Nous sommes aujourd’hui confrontés à un basculement de paradigme dont on ne sait certes pas encore ni le temps qu’il prendra, ni les formes qu’il adoptera, mais dont chaque jour nous voyons de nouveaux signes. C’est pourtant le moment que choisit Barroso pour s’en faire le chantre. L’Union européenne telle qu’elle existe, a toujours été le fer de lance de cette mondialisation. Ici encore, il faut y voir tant le poids d’une idéologie que celui d’intérêts économiques bien structurés au sein d’une partie de la classe dominante.

L’Union européenne s’est ainsi jetée tête baissée dans un processus d’ouverture au libre-échange généralisé. On connaît le mot de Jacques Delors : « L’Europe protège mais n’impulse pas. ». Il contient en réalité un double mensonge. L’Europe n’a jamais protégé et elle impulse, en réalité, et souvent dans des conditions d’une totale opacité, ce processus de mondialisation. En fait, dès le début des années 1990, l’Europe s’est progressivement transformée en « meilleure élève » de l’ouverture avec des conséquences importantes sur ses salariés. Loin d’être ainsi un contexte, il s’agit bien d’un objectif pour l’UE, et par voie de conséquence pour monsieur Barroso. On peut le constater avec les négociations des traités CETA et TAFTA que l’UE continue de mener dans la plus totale obscurité.

La haine de l’Etat-Nation

Mais Barroso ne se contente pas, dans son discours, de faire l’apologie du monde « tel qu’il est » parce que c’est celui dont il profite. Il profère des menaces, et se risque à des prophéties apocalyptiques dans le cas où l’on remettrait ce monde en cause. En même temps qu’il cherche à effrayer son auditoire, ou son lecteur, Juan-Manuel Barroso présente une alternative, et c’est là que se dévoile le fond de sa pensée. L’Europe, définie comme l’Union Européenne, ce qui n’est ni sans conséquences ni sans soulever un certain nombre de questions, est alors présentée comme étant « ni un super-Etat, ni une organisation internationale ». Elle serait, au contraire, un projet « sui-generis », qui résulterait de la libre volonté des Etats de mettre en commun leur souveraineté afin de résoudre des problèmes communs[28]. Barroso sombre ensuite dans l’autosatisfaction, et décerne à l’UE des louanges dont, à regarder les dernières élections européennes, on peut penser qu’elles ne sont pas partagées. L’Europe « …a été un petit laboratoire de la mondialisation, un incubateur de la coopération internationale et d’une gouvernance à plusieurs niveaux pour plusieurs décennies. Et je suis heureux de dire qu’elle a été une expérimentation très réussie »[29]. Entre un avenir qui se présente comme radieux, et des alternatives lourdes de menaces ; comment ne pas choisir ? Il est dommage que Monsieur Barroso n’ait pas demandé leur avis aux grecs, aux portugais, aux espagnols et aux italiens. De fait, ls britanniques ont donné leurs avis sur cette question, et ce fut très clair ! Il convient alors de défendre à tout prix le modèle d’ouverture extrême qui caractérise l’UE. A cet égard, une autre citation du même discours est très révélatrice : « Mais, mettre en cause notre modèle de régionalisme ouvert reviendrait à mettre en cause l’existence même de l’Union Européenne »[30].

Décryptons le discours. L’Union européenne n’est pas un « super-état », bien entendu. Ce simple concept doit faire frémir d’horreur tout Bruxelles, et jeter les habitants du Berlaymont dans des transes d’effroi. En fait, se situant dans un « entre-deux », Barroso, et avec lui les différents bureaucrates européens, espèrent bien être quitte de l’interrogation en démocratie, désormais récurrente à propos de l’Union européenne. L’UE n’est pas un « super-état » ? Fort bien, on n’a donc pas à faire la démonstration qu’il existe un « peuple européen », ni à mettre ces institutions sous le contrôle d’une souveraineté populaire. Mais l’UE n’est pas, non plus une « organisation internationale ». ce point est important. Si l’on considère que l’UE est bien une organisation internationale, alors le droit de coordination l’emporte sur le droit de subordination. Les décisions ne peuvent être prises qu’à l’unanimité des Etats participants, et le contrôle de la souveraineté populaire se recompose, certes de manière indirecte, mais tout à fait réelle. En affirmant péremptoirement que l’UE est un projet « sui generis », Barroso et ses confrères s’exonèrent de tout contrôle démocratique et enterrent ainsi le principe de souveraineté nationale, mais sans le remplacer par un autre principe. C’est le fait du Prince dans toute sa nudité, certes caché dans une formule dont Jean de La Fontaine[31]apprécierait l’hommage (involontaire) à sa fable de la Chauve Souris et des Deux Belettes : « Je suis Oiseau : voyez mes ailes;
Vive la gent qui fend les airs !…. Je suis Souris : vivent les Rats;
Jupiter confonde les Chats ». De fait, j’avoue que je n’aime pas la version politique de ces petits animaux[32].

Cette volonté farouche de faire disparaître du champ politique le principe de la souveraineté ne peut se justifier que par une volonté de faire disparaître aussi le principe de démocratie.

Voilà donc ce qui se cache derrière Monsieur Barroso, et quelques autres. Une haine farouche, hystérique, de la démocratie parce qu’elle peut remettre en cause, à tout instant, leurs prébendes et leurs privilèges. Après tout, que Barroso et ses amis aillent à Goldman Sachs n’est pas un problème. Ce qui l’est, c’est ce qu’ils ont fait quand ils étaient aux commandes de l’Union européenne. Alors, qu’ils aillent donc à New York ou au Diable de Vauvert ; et qu’ils y restent ! Car, ce qui les attend en Europe, c’est vraisemblablement une pique et leur tête au bout.

 

[1] http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2016/07/11/31002-20160711ARTFIG00069-barroso-a-goldman-sachs-l-arrogance-de-l-europe-d-en-haut-envers-l-europe-d-en-bas.php

[2] Voir la réaction d’un journal portugais : « Reações: Barroso acusado de “gangsterismo financeiro” », http://expresso.sapo.pt/politica/2016-07-08-Reacoes-Barroso-acusado-de-gangsterismo-financeiro

[3] http://www.lemonde.fr/idees/article/2016/07/11/jose-manuel-barroso-l-anti-europeen_4967644_3232.html

[4] https://www.youtube.com/watch?v=JxqNP2O4N1w

[5] Barroso J-M., Speech by President Barroso: « Global Europe, from the Atlantic to the Pacific », Speech 14/352, discours prononcé à l’université de Stanford, 1er mai 2014.

[6] Barroso J-M., op.cit. La citation exacte est : « Some have even called it a flat world – meaning that fluidity has replaced structure, with no state able to dominate or dictate »

[7] L. Walras, Éléménts d’économie politique pure ou théorie de la richesse sociale, Pichon et Durand-Auzias, Paris, 1900.

[8] Voir Walras L., Théorie Mathématique de la Richesse sociale, (1863) Otto Zeller, Osnabrück, 1964. Pour une analyse des implications de la Loi de Walras, J.M. Grandmont, Money and Value , Cambridge University Press et Éditions de la MSH, Londres-Paris, 1983, pp. 10-13.

[9] A.V. Banerjee et E.S. Maskin, « A walrasian theory of money and barter », in Quarterly Journal of Economics , vol. CXI, n°4, 1996, novembre, pp. 955-1005. Voir aussi A. Alchian, « Why Money? », in Journal of Money, Credit and Banking, Vol. IX, n°1, 1977, pp. 133-140.

[10] J.M. Grandmont, Money and Value , Cambridge University Press et Éditions de la MSH, Londres-Paris, 1983.

[11] Sur ce point l’article fondateur est A.C. Pigou, “The Classical Stationary State” in Economic Journal , vol. 53, 1943, pp. 343-351. Une version moderne du raisonnement est présentée dans D. Patinkin, Money, Interests and Prices, Harper & Row, New York, 1965, 2ème édition.

[12] Le défenseur le plus radical de cette position est R. Lucas, “An Equilibrium Model of Business cycle”, in Journal of Political Economy, vol. 83, 1975, pp. 1113-1124.

[13] J.M. Grandmont, “Temporary General Equilibrium Theory”, in Econometrica, vol. 45, 1977, pp. 535-572.

[14] A. Insel, “Une rigueur pour la forme: Pourquoi la théorie néoclassique fascine-t-elle tant les économistes et comment s’en déprendre?”, in Revue Semestrielle du MAUSS, n°3, éditions la Découverte, Paris, 1994, pp. 77-94. voir aussi G. Berthoud, “L’économie: Un ordre généralisé?”, in Revue Semestrielle du MAUSS, n°3, op.cit., pp. 42-58.

[15] Boukharine N., L’économie politique du rentier, édition originale en russe. Traduction française L’économie politique du rentier, critique de l’économie marginaliste, Paris, Études et documentation internationales, 1967.

[16] Favereau O., “Marchés internes, marchés externes”, in Revue Économique, vol. 40, n°2/1989, mars, pp. 273-328.

[17] La présentation canonique étant G. Debreu, Theory of Value: an axiomatic analysis of economic equilibrium, Yale University Press, New Haven, 1959.

[18] Voir M. Morishima, “The Good and Bad Use of Mathematics” in P. Viles & G. Routh, (edits.), Economics in Disarray , Basil Blackwell, Oxford, 1984.

[19] Sur le mécanicisme et le réductionisme en économie voir: N. Georgescu-Roegen, « Mechanistic Dogma in Economics », in Brittish Review of Economic Issues, n°2, 1978, mai, pp.1-10; du même auteur, Analytical economics, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1966. G. Seba, « The Development of the Concept of mechanism and Model in Physical Science and Economic Thought », in American Economic Review – Papers and Proceedings , vol.43, 1953, n°2, mai, pp.259-268. G.L.S. Shackle, Epistemics and Economics : a Critique of Economic Doctrines, Cambridge University Press, Cambridge, 1972.

[20] Johnson C., Japan, Who Governs?, Norton, New York, 1995.

[21] Favereau O., “Marchés internes, marchés externes..” op. cit..

[22] A. Langer, « Horizontal Inequalities and Violent Group Mobilization in Côte d’Ivoire », Oxford Development Studies, vol. 33, n° 1, mars 2005, p. 25-44.

[23] C. Oya, « Agricultural Maladjustment in Africa: What Have We Learned After Two Decades of Liberalisation? », Journal of Contemporary African Studies, vol. 25, n° 2, 2007, p. 275-297.

[24] H.-J. Chang, « The Economic Theory of the Developmental State » in M. Woo-Cumings (dir.), The Developmental State, Ithaca, Cornell University Press, 1999. D. Rodrik, « What Produces Economic Success? » in R. Ffrench-Davis (dir.), Economic Growth with Equity: Challenges for Latin America, Londres, Palgrave Macmillan, 2007.

[25] T. Mkandawire, « Thinking About Developmental States in Africa », Cambridge Journal of Economics, vol. 25, n° 2, 2001, p. 289-313.

[26] H.-J. Chang, Kicking away the Ladder: Policies and Institutions for Development in Historical Perspective, Londres, Anthem Press, 2002Londres, Anthem Press, 2002.

[27] Sapir J., La démondialisation, Le Seuil, Paris, 2010.

[28] Barroso J-M, « It is neither a superstate nor an international organisation. It is a sui generis project composed of sovereign states who willingly decided to pool their sovereignty in order to address better their common problems »

[29] Idem, « In fact Europe has been a small laboratory of globalisation, an incubator of international cooperation and multi-layered governance for several decades. And I am glad to say that it has been a very successful experiment ».

[30] Idem, « But to put in cause our open regionalism model is to put in cause the very existence of the European Union ».

[31] Et avant lui Esope, mais ceci est une autre histoire….

[32] https://www.youtube.com/watch?v=mMD5CZSE6JA

Source : Russeurope, JacquesSapir, 11-07-2016

Jacques Sapir

Jacques Sapir

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

16 réponses à UE delenda est, par Jacques Sapir

Commentaires recommandés

Caliban Le 09 août 2016 à 03h29

M. Sapir plaide pour un nouveau traité ? Exactement comme nos dirigeants. Et vu que ce sont les dirigeants qui dirigent, il y a peu de chance que le contenu aille dans le sens voulu par M. Sapir.

Je crois qu’on en est au point où il faut arrêter de finasser : UE, stop ou encore ?

Un retour aux Etats-nations, seul cadre démocratique viable, n’est pas un drame : c’est juste le retour à la normale, le retour aux relations inter-nationales. Et pourquoi pas, sans la tutelle pesante des Etats-Unis et de l’OTAN.

  1. Caliban Le 09 août 2016 à 03h29
    Afficher/Masquer

    M. Sapir plaide pour un nouveau traité ? Exactement comme nos dirigeants. Et vu que ce sont les dirigeants qui dirigent, il y a peu de chance que le contenu aille dans le sens voulu par M. Sapir.

    Je crois qu’on en est au point où il faut arrêter de finasser : UE, stop ou encore ?

    Un retour aux Etats-nations, seul cadre démocratique viable, n’est pas un drame : c’est juste le retour à la normale, le retour aux relations inter-nationales. Et pourquoi pas, sans la tutelle pesante des Etats-Unis et de l’OTAN.


    • Yvon Thoraval Le 09 août 2016 à 06h14
      Afficher/Masquer

      Croire que l’Europe est une “belle” idée, il faut être assez niais et ne rien savoir de l’histoire de cette “idée”.

      Un “platonicien” choqué que l’on puisse parler de l’Europe, enfin de l’UE, comme une « idée »…


    • pinaute Le 09 août 2016 à 15h54
      Afficher/Masquer

      En rêver n’est pas encore interdit. Mais tout comme la visite des sites qui soi-disant font l’apologie du terrorisme, nos gouvernants pourraient interdire les sites faisant l’apologie de la détruction de cette ” hideuse forme” d’Union européenne.


    • Placide Le 09 août 2016 à 17h49
      Afficher/Masquer

      l’UE stop ou encore ?
      le mieux c’est bien de poser la question aux français

      C’est pourquoi une pétition pour exiger un referendum sur la question a été lancée. une pétition qui rassemble déjà des milliers de signataires. Les premiers signataires rassemblent des syndicalistes, des communistes, des intelectuels ou encore des gaulistes

      https://www.change.org/p/pr%C3%A9sident-de-la-r%C3%A9publique-pour-un-referendum-sur-la-sortie-de-l-union-europ%C3%A9enne-et-de-l-euro-democratie


    • kesse Le 10 août 2016 à 00h45
      Afficher/Masquer

      J’ai tope, mais je crois que la prevision d’un nouveau traite n’est qu’une histoire de strategie. Si on veut pouvoir sortir vite de cette institution. Il faut couper l’herbe sous le pied aux arguments les plus outranciers et notamment celui-ci: “Sortir de l’U.E. -> Non, a l’Europe -> repli sur soi -> xenophobe et ringard.” Il faut incarner un sentiment de changement positif … alors, aucune resistance des institutions ne pourra plus empecher la sortie de la France des traites constituant la trame neo-liberale de l’union europeenne. Les europeistes sauteront comme un bouchon de champagne! Ils le savent, et c’est pour cela qu’il faut agir vite. Alors, oui, un nouveau traite, une nouvelle Europe, une cooperation renouvellee … apres avoir repris le controle. Parlons de grands projet … pourquoi pas un google europeen … pourquoi pas des partenariats specifiques entre pays … promettons une architecture souple et efficace.

      La critique a frappe, il faut porter l’estocade … Comment voyons-nous l’avenir?


  2. dan Le 09 août 2016 à 08h26
    Afficher/Masquer

    c’est curieux ce titre de l’article, sans doute pour faire peur, alors qu’il propose dans le texte un nouveau traité européen, une refondation en somme. Le fond n’est pas faux mais les étapes pour l’atteindre sont floues.
    En réalité le “frexit” est la seule solution pour ouvrir les perspectives que trace Sapir. En dehors de cela on est dans les voeux pieux et on sort de toute réalité concrête, ce qui fait parfaitement le jeu des européistes.


  3. Caliban Le 09 août 2016 à 08h37
    Afficher/Masquer

    M. Sapir espère un Nouveau Traité, c’est très exactement ce à quoi aspirent nos dirigeants qui souhaitent “plus d’Europe”. La seule différence pratique entre M. Sapir et les eurolâtres, c’est qu’il ne donne pas de date.

    Visiblement c’est prévu pour 2017, après que les peuples français et allemand aient désigné leur représentants. Voir l’avertissement ici : https://www.les-crises.fr/un-nouveau-traite-europeen-est-en-preparation-par-jean-luc-melenchon/

    Ce qui est assez déroutant c’est qu’effectivement le “bon sens” voudrait que les peuples se dotent progressivement d’outils de coopération plus performants que les simples relations internationales. Par exemple pour lutter efficacement contre le défi du dérèglement climatique. Mais face à ce bon sens il y a la réalité, les résultats catastrophiques de l’UE et justement énumérés par M. Sapir : compétition généralisée, prédation renforcée sur l’autel de la concurrence…

    C’est à ce stade qu’il faut à mon avis dire stop … et surtout pas envisager un nouveau Traité. On se contentera de l’ONU comme cadre supra-national.


  4. Toff de Aix Le 09 août 2016 à 09h10
    Afficher/Masquer

    Concernant la “tête de Barroso avec une pique au bout” je le trouve plus qu’optimiste. Il ne se passera rien, l’euroland est un continent peuplé par un troupeau d’environ 300 millions de têtes placides, bien courbées et terrorisées par le “terrorisme”, et maintenues en léthargie constante avec du pain et des jeux. Quand au nouveau traité qu’il appelle de ses vœux, soyons sérieux deux minutes.. Quand un édifice menace de s’effondrer, on ne fait pas un ravalement de façade, on rase jusqu’aux fondations et on reconstruit ensuite, si on en a les moyens.


    • Sylvain Le 09 août 2016 à 18h09
      Afficher/Masquer

      ils vont offrir la barbarie et la violence aux peuples endormis et ils vont les aimer pour ça


  5. huetantpis Le 09 août 2016 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Le constat de M. Sapir est fort intéressant mais est il vraiment utile ?
    Pointer du doigt tel ou tel personnage caricatural, tels Juncker, Barroso ou Moscovici, voire une élite politique qui se succède aux commandes de l’Etat en participant à la destruction de celui-ci et à ses bases démocratiques, mais il y a aussi tous ceux et ils sont nombreux, retraités, syndicats, fonctionnaires et assimilés, employés, assis sur leurs “droits acquis”, ( on aurait dit autrefois les privilèges quand le reste du peuple est soumis à d’autres droits), et qui ont abandonné depuis longtemps l’idée d’équité, de liberté et de fraternité au sein d’une seule et même communauté nationale. Il fallut attendre longtemps des années de pénurie, d’endettement et le mécontentement de petits nobles pour que la révolution de 1789 prenne forme. On remplaça la petite noblesse et le clergé par des fonctionnaires d’Etat pour assurer des charges publiques, on défit les jurandes et les corporations pour revivifier la nation, on fit appel au peuple pour se choisir de nouveaux maîtres et définir les nouveaux droits et devoirs. L’histoire ne se répète pas mais je crois que le renversement de table ne se produira qu’à un de ces moments ou les “privilégiés” et ils sont nombreux, bien plus nombreux en % que ceux de 1789, de la nation seront en graves difficultés économiques… On peut encore attendre… l’exemple grec en est la démonstration éclatante.


  6. Bernard Grapperon Le 09 août 2016 à 10h20
    Afficher/Masquer

    rectificatif du précédent que vous voulez bien annuler.
    Ce processus avait déjà commencé dans la période antérieure (de 1993 à 1999) avec l’établissement d’un statut d’indépendance de la Banque de France. Mais il ne faisait sens qu’en raison de la mise en place à venir de l’Euro. L’indépendance des Banques centrales résultant du processus de sa mise en. ((note BG) Il y a un qualificatif qui est resté dans le clavier et qui manque pour donner un sens ) la phrase. Il semblerait que le tronçon de phrase : “L’indépendance des Banques centrales résultant du processus de sa mise en” soit superflu. Ce qui implique que le texte n’a pas été relu.


  7. Helicopter-ben Le 09 août 2016 à 13h22
    Afficher/Masquer

    J’ai la sensation qu’on est au début de grands bouleversements… Je me considère comme une personne calme et réfléchie. Mon niveau d’agacement face aux gouvernants / élites est élevé… Quel sera le catalyseur qui me fera passer de l’inaction à l’action?


  8. Rémi Le 09 août 2016 à 13h36
    Afficher/Masquer

    Excellent article.
    Bruxelle a pris en otage les gains de l’europe dans les années 50 avec la fin des guerres européenne.
    Ils se servent de cela pour maintenir leur pouvoir du style faite avec nous ou revennez aux guerres entre pays d’europe sans parler de la reconstruction necessaire d’un certains nombre d’infrastructure dans tous les pays.
    ils peuvent d’autant plus facilement le faire qu’ils doivent faire avec 28 oppositions qui liguées ensemble les balaieraient, mais ne sont justement pas liguées ensemble.
    Ce qui manque c’est un parti Européen avec qui se présente clairement pour balayer l’UE et qui une fois au controle du parlement se proclamerait assemblée constitutionnelle pour balayer la commission au profit d’un présendent et d’un gouvernement élu par l’ensemble des citoyens européens. Ensuite, ils pourraient nettoyer les administrations de Bruxelle en virant tous ces incapables et annuler leurs actes juridiques.
    Le problème est qu’un tel parti n’est pas pour demain car quand on voit les difficultées des partis d’aternative nationale tel Podemos on comprends que ce genre de coup d’état démocratique n’est pas pour demain. Je crains que ce verrouillage de la démocratie ne laisse que la voie à la violence.


  9. Louis Robert Le 09 août 2016 à 14h03
    Afficher/Masquer

    Et si, dans notre monde parfaitement orwellien, les anti-UE n’étaient pas des anti-européens mais bien les véritables Européens?

    N’est-il pas vrai, après tout, que les plus grands Américains en notre temps, de Chomsky à Nader (en passant par tous les GI’s du Vietnam réfugiés au Canada), furent accusés d’être anti-américains?


    • kulu Le 09 août 2016 à 19h04
      Afficher/Masquer

      bonjour,
      je rebondis sur “orwellien”. On dit toujours cela de notre société mais pour moi on en est loin. Je trouve qu’on s’approche beaucoup plus du Meilleur des mondes de Huxley si proche du notre (consommation, dope, eugénisme social, élite “aristocratique”, etc) où les gens sont si heureux n’est-ce-pas. Ce sont des objets heureux. Ça évite les complications. Pour moi on se dirige dans cette direction. La répression en dernier ressort, l’air de rien voire plus si il faut. Orwell je trouve que ça ressemble plus à l’Allemagne nazie ou à l’URSS de Staline. Le totalitarisme brut de décoffrage.


  10. Eyen Le 09 août 2016 à 20h02
    Afficher/Masquer

    “Aujourd’hui, il nous est impossible de ne pas défendre l’Europe exactement telle qu’elle est, faute d’être traité de sauvage arriéré. On nous dit que “sortir de l’Europe, c’est sortir de l’Histoire”, utilisant le même paradoxe cynique qui faisait dire aux gouvernants d’Orwell “l’esclavage c’est la liberté”. Car c’est précisément parce que l’Europe institutionnelle est sortie de l’Histoire (en récusant la diversité, le pluralisme, le débat, le risque, donc les événements), que de nombreux groupes voudraient sortir de l’Europe.”

    Chantal DELSOL,”La haine du monde, Totalitarismes et postmodernité”, Paris, Ed. du Cerf, février 2016, p. 186.


Charte de modérations des commentaires