Les Crises Les Crises
21.septembre.202121.9.2021 // Les Crises

Ukraine : Zelensky bloque un site web d’opposition

Merci 25
J'envoie

En février, il y avait eu le cas de trois chaînes de télévision. Aujourd’hui, les sanctions imposées par le président Zelensky ont touché le site d’information strana.ua. Les juristes critiquent l’absence de base juridique.

Source : DW

Le site allemand DW nous apprend qu’un important site ukrainien d’opposition, strana.ua, a été bloqué par décision de Zelensky, sans base juridique. Le rédacteur en chef du site, Igor Guzhva, habite depuis 2018 en Autriche où il a demandé et obtenu le statut de réfugié politique [source].

Les critiques se plaignent du fait que Volodymyr Zelensky restreint la liberté de la presse (photo d’archive).

En Ukraine, le président Volodymyr Zelensky a bloqué l’influent site d’information d’opposition strana.ua. Un décret à cette fin a été publié samedi [21 août 2021, NdT]. Il s’appuyait sur les sanctions imposées par le Conseil national de sécurité à l’encontre du rédacteur en chef, Ihor Houchva, qui vit en exil en Autriche depuis 2018, et de sa société.

Accusation : propagande pro-russe

Selon le rapport, l’interdiction a été imposée conformément à une demande du service de renseignement du SBU, qui est subordonné à Zelensky. Dans un communiqué, le SBU a qualifié les journalistes de « propagandistes pro-russes ». De plus amples détails sur les raisons n’ont pas été donnés, invoquant le secret. Le chef de l’Union ukrainienne des journalistes, Serhiy Tomilenko, a critiqué ce blocage, déclarant : « Les blocages extrajudiciaires des médias d’opposition sont l’abandon des garanties légales de l’indépendance de la presse ».
Houchva a annoncé que le travail journalistique se poursuivrait malgré les mesures punitives. « Ça n’a pas d’importance. Sous Petro Porochenko, j’ai été mis en prison. Sous Zelensky, le site sera bloqué. » Porochenko était président avant Zelensky. Le site a été déplacé vers le nouveau domaine strana.news pour le moment.

Capture d’écran d’archive du site strana.ua

Les blogueurs aussi sont sanctionnés

Des sanctions ont également été imposées au couple de blogueurs Anatoly et Olga Chariy, qui vivent en exil en UE. En outre, Andriy Derkatch a été le troisième député du Parlement ajouté à la liste des sanctions [après Taras Kozak et Viktor Medvedtchouk au début de l’année, NdT]. Les biens de tous les Ukrainiens concernés seront gelés pendant trois ans.
Les avocats considèrent que les sanctions imposées aux citoyens ukrainiens par M. Zelensky depuis le début de l’année sans base juridique sont illégales. En février, le chef de l’État avait déjà fermé trois chaînes de télévision. Une quatrième chaîne d’information pro-russe est actuellement menacée de se voir retirer sa licence. Toutefois, selon les sondages, de nombreux Ukrainiens soutiennent l’action menée contre les partis pro-russes et leurs médias.

Source : DW – 21-08-2021


La représentante de l’OSCE pour la liberté des médias s’inquiète des sanctions en Ukraine qui mettent en danger la liberté des médias et la libre circulation de l’information

Vienne – 25 Août 2021

Teresa Ribeiro, la représentante de l’OSCE pour la liberté des médias, a exprimé aujourd’hui sa préoccupation concernant la pratique de l’Ukraine consistant à appliquer des sanctions qui affectent négativement le travail des médias et des journalistes.

Les commentaires de Mme Ribeiro font suite aux décisions prises la semaine dernière par le Conseil de sécurité nationale et de défense de l’Ukraine concernant l’application de sanctions à l’encontre de plusieurs personnes physiques et morales, qui ont entraîné l’interdiction d’accès à divers organes de presse, dont, entre autres, Strana, Vedomosti et Moskovski Komsomolets.

« Si l’Ukraine a le droit légitime de protéger sa sécurité nationale, ses autorités doivent trouver une solution équilibrée et proportionnelle pour répondre aux préoccupations liées aux médias, une solution qui préserve le pluralisme des médias, la libre circulation de l’information et la diversité des opinions, conformément aux normes internationales pertinentes et aux engagements de l’OSCE », a déclaré Mme. Ribeiro.

« La liberté des médias dépend d’un paysage sain, dynamique et compétitif, qui comprend des voix fournissant une diversité d’informations. Toute sanction à l’encontre des médias doit faire l’objet d’un examen minutieux, accompagné de garanties procédurales efficaces pour éviter toute ingérence indue. »

Mme Ribeiro a rappelé aux autorités son communiqué « Sur le droit des médias de recueillir, rapporter et diffuser librement des informations, des nouvelles et des opinions, sans considération de frontières », publié en mai 2021, dans lequel elle recommandait aux États participants de « promouvoir davantage de débats et un environnement médiatique ouvert, diversifié et dynamique, y compris sur des questions qu’ils jugent « étrangères » ou « non correctes ». »

La représentante de l’OSCE pour la liberté des médias observe l’évolution des médias dans les 57 États membres de l’OSCE. Elle assure une alerte précoce sur les violations de la liberté d’expression et de la liberté des médias et promeut le plein respect des engagements de l’OSCE en matière de liberté des médias.

Pour en savoir plus, consultez www.osce.org/fom, Twitter : @OSCE_RFoM et www.facebook.com/osce.rfom

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Le Belge // 21.09.2021 à 09h16

Et puisque c’est l’Ukraine, on passe ça totalement sous silence du coté « occidental ». C’eut été la Russie que de cris d’Orfraies n’aurions-nous pas entendus ! Enfin, espérons que les sous-marins nous réveillent car il est grand temps de larguer les amarres de cet atlantisme pourri jusqu’au trognon.

16 réactions et commentaires

  • John V. Doe // 21.09.2021 à 09h02

    Merci, Je pense cependant qu’il y a une imprécision : ces médias censurés ne sont pas « pro-russes » au sens « pro-Russie » mais bien au sens « pro-russophones », ce qui n’est tout de même pas la même chose. Les russophones représentaient quelques 40% de la population Ukrainienne pré-Maidan. Entre les réfugiés, les sécessionnistes, les émigrés et l’épuration linguistique, ce chiffre est aujourd’hui bien plus faible mais loin d’être nul.

      +24

    Alerter
  • Le Belge // 21.09.2021 à 09h16

    Et puisque c’est l’Ukraine, on passe ça totalement sous silence du coté « occidental ». C’eut été la Russie que de cris d’Orfraies n’aurions-nous pas entendus ! Enfin, espérons que les sous-marins nous réveillent car il est grand temps de larguer les amarres de cet atlantisme pourri jusqu’au trognon.

      +37

    Alerter
  • Christian Gedeon // 21.09.2021 à 10h13

    Quel copieur celui là… il veut tout faire comme Loukachenko! Seulement voilà quand Loukachenko éternue ça fait les gros titres du Monde. Pour Zelenski silence radio. On dirait du parti pris, non?

      +14

    Alerter
    • kriss34 // 21.09.2021 à 15h56

      Oui tout a fait. 2 poids 2 mesures, c’est la devise des tps modernes

        +8

      Alerter
  • antoniob // 21.09.2021 à 12h28

    pour les détails pratiques de transcription du cyriliique (l’ai déjà mentionné par le passé…):

    Ihor c’est pour Igor, Serhiy pour Sergiy(eï), etc. Il est horripilant et ridicule de voir le « g » cyrillique rendu par un « h » ou un « g » latin, à géométrie variable, « g » dans le cas du russe, « h » dans le cas de l’ukrainien. Cela a commencé ainsi par les sites de la propagandosphère anglo. car en anglais il semblerait qu’une différence phonétique existe, comme en allemand, avec un « h » aspiré plutôt qu’avec un « h » « guéïser » (h->g) mais en tout cas un « h » non muet. Sans doute une manière de vouloir typifier l’ukrainien. Mais, en français c’est absurde car le « h » est muet, et donc Serhiy va se prononcer Seriy, Ihor Ior, etc, la fameuse Golodomor, en Holodomor prononcé Olodomor , ou la device grivna transcrite hrivna devient en français phonétique rivna. Bref, un foutoir analogue à celui de l’ex-RSS Ukraine. Notons que parfois des sites russes récemment utiisent aussi le « h » plutôt que le « g » latin pour rendre le g cyrillique (le site des chemins de fers par exemple). Si le h de la part des anglos est pour différencier, alors la tentative pourrait être nullifiée…
    Zelensky: son prénom est Vladimir, comme Poutine, mais là encore Volodomyr ça fait plus ukrainien, Sinon pour l’origine du prénom c’est de Valdemar/Waldemar, c’est germanique/scandinave, les slaves du nord ayant adopté ce prénom via l’influence suédoise en Baltique, la lignée Riourike des premiers tsars étant en parti d’origine suédoise, un peu le röle des Francs en Gaulle, devenue du reste Gallia Franca puis Francia…

      +16

    Alerter
    • René Fabri // 24.09.2021 à 12h32

      Les Ukrainiens n’ont pas tout à fait la même prononciation que les Russes. Cela se remarque notamment pour cette quatrième lettre de l’alphabet qui dérive du gamma grec. Par exemple, pour la ville de Lougansk, la prononciation est Louhhhannsk. Je l’ai entendu constamment lors de mes voyages, de la part d’Ukrainiens de l’ouest ainsi que d’Ukrainiens de l’est. Alors, d’une manière générale, pour les noms ukrainiens, cela ne me choque pas de transcrire par un « H ».

      Par contre, je peste contre la transcription anglo-saxonne en ZH au lieu du J, par exemple pour le responsable du site censuré, dont le nom de famille devrait s’écrire en français Gujva ou Hujva, mais pas Guzhva.

        +2

      Alerter
      • antoniob // 30.09.2021 à 05h25

        > Les Ukrainiens n’ont pas tout à fait la même prononciation que les Russes.

        oui je sais cela

        > Par exemple, pour la ville de Lougansk, la prononciation est Louhhhannsk

        oui, et comment voulez-vous transcrire cela avec un minimum de vraisemblance phonétique en français?
        Par exemple, dans le cas du cyrillique ***ukrainien***, le patronyme Hollande, de Français Hollande est transcript : « Olland » Олланд , exple sur wikipedia en ukrainien:
        https://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%A4%D1%80%D0%B0%D0%BD%D1%81%D1%83%D0%B0_%D0%9E%D0%BB%D0%BB%D0%B0%D0%BD%D0%B4

        car le « h » français est justement muet. Par contre le pays Hollande est transcript « Gollanda » Голландія:
        https://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%93%D0%BE%D0%BB%D0%BB%D0%B0%D0%BD%D0%B4%D1%96%D1%8F_(%D0%B7%D0%BD%D0%B0%D1%87%D0%B5%D0%BD%D0%BD%D1%8F)

        > pour les noms ukrainiens, cela ne me choque pas de transcrire par un « H ».

        bis repetita, le « h » français étant muet, le lecteur français qui ne connaît pas une langue slave en cyrillique va prononcer Ihor en Ior, Serhiy en Seri, Holodomor em Olodomor, grivna en rivna, etc.


        là-dessus les nationalistes ukrainiens plus ou moins francophones (Canada …) qui ré-écrivent les notives wikipedia françaises et autres, en invoquant l’argument de la fidélité à l’original et le respect. Du coup Lwow devient Lviv, Kiev ddevient Kiyv, etc. Mais leur respect à eux est à sens unique par Paris, par exemple, est Parij(e) ,càd. le dérivé polonais du nom en italien, repris en polonais, en russe: Париж

        https://uk.wikipedia.org/wiki/%D0%9F%D0%B0%D1%80%D0%B8%D0%B6

          +0

        Alerter
      • antoniob // 30.09.2021 à 05h41

        > , je peste contre la transcription anglo-saxonne en ZH au lieu du J, par exemple pour le responsable du site censuré, dont le nom de famille devrait s’écrire en français Gujva ou Hujva, mais pas Guzhva.

        tout à fait d’accord, le « ж » a en fait toujours été retranscrit en « j » en français, c’est seulement récemment qu’on trouve le « zh » anglais. C’est clairement un phénomème d’anglicisme mimétique de la part de journalistes incultes, et les effets secondaires potentiels sont assez néfastes, car pour le lecteur francophone non avisé la prononciation de « zh » devient simplemt « z » et donc Guzhva -> Guzva … ce qui est très différent de Gujva.

        On peut noter aussi le « x » cyrillique comme dans Хабаровск, transcrit en général Khabarovsk, alors que ce « x » est proche du « j » espagnol, et donc un « X » français est plus fidèle: Xabarovsk plutôt que Kabarovsk.

          +0

        Alerter
  • RGT // 21.09.2021 à 13h02

    Zelensky a été « promu » (et financé) par qui ?

    Sa victoire n’est que le fruit d’une lutte entre oligarques pour le contrôle des institutions de l’Ukraine et il ne faut sûrement pas s’attendre à une amélioration de la situation de la population des « gueux » qui ne sont là (comme partout de par le monde) que pour servir sans restrictions leurs « maîtres ».

    Quand un pantin est NOMMÉ par un oligarque criminel (qui le tient fermement en laisse) à la tête d’un état il ne faut surtout pas s’attendre à des résultats fabuleux pour la population.

    Et surtout il est nécessaire de faire taire toute forme d’opposition pour que les oligarques puissent continuer à se tirer la bourre et continuer leur concours de quéquettes (c’est moi qui possède la plus grosse – milice paramilitaire sanguinaire dans le cas de l’Ukraine).

    Les occidentaux soutiennent ce système car il leur permet d’avoir un état déliquescent et croupion à proximité d’un autre état (qui monte) qui a décidé de ne plus se laisser faire.

    Personnellement, je suis depuis de nombreuses années Anatoly Chariy et il ne dénonce que la corruption rampante de son pays par des oligarques nauséabonds.

    Rien à voir avec une quelconque propagande « pro-russe ».

    Les seules fois où il parle de la Russie (qu’il critique aussi parfois, mais sa préoccupation c’est son pays de naissance), c’est simplement qu’il pense que l’Ukraine devrait se rapprocher de la Russie car ce sont tous deux des pays slaves et possèdent (du moins dans la partie russophone) une histoire et une culture communes.

      +8

    Alerter
  • Savonarole // 21.09.2021 à 16h00

    Pendant ce temps , au Dombass , cent cinquante milles « bi-nationaux » ont voté à 88% pour Russie Unie lors des dernières législatives Russe « malgré les tentatives de hacking et de corruption » dixit RT…
    On sent bien là : l’amour suscité par la politique de Zelinsky … ou l’opération de com Russe. C’est au choix …

      +6

    Alerter
    • Savonarole // 23.09.2021 à 17h10

      Ha ben , quand je vous parlais d’amour …
      https://www.msn.com/en-us/news/world/zelensky-vows-strong-response-after-gun-attack-on-aide/ar-AAOH50q
      C’est pas prêt d’arriver chez nous , nous on a Castex : l’homme qui suscite le moins d’émotions du monde.

        +0

      Alerter
      • RGT // 26.09.2021 à 19h05

        Certains oligarques ont tenté de foutre la trouille au « pantin » de leur rival Kolomoïsky (juif ukrainien qui finance des milices néo-nazies – trouvez l’erreur).

        Pays artificiel [modéré] créé de toutes pièces par les « intellectuels » bolchéviks afin de diminuer le poids de la Russie dans l’URSS…

        Pour mémoire, L’Ukraine c’est des polonais et des lituaniens au nord, des hongrois à l’ouest, des roumains au sud-ouest et des russes dans tout l’est jusqu’à l’ouest de Kiev et jusqu’au sud jusqu’à Odessa…

        Et la langue ukrainienne a été aussi une invention des linguistes bolchéviks surtout faite pour que les anciens russophones soient obligés de parler une langue différente de leur langue traditionnelle afin qu’ils oublient qu’ils étaient russes.

        Les autres ethnies ne sont que des « dommages collatéraux linguistiques »…

        Et maintenant leur œuvre a bien été reprise par le « roman national » (même par les anticommunistes et les néo-nazis) et les ukrainiens croient dur comme fer que leurs ancêtres parlaient cette langue depuis la nuit des temps…

        « Il est interdit de cracher par terre et de parler breton russe ».

        La France ne peut pas trop dénoncer cette pratique (de même que toutes les « démocrassies occidentales » car elles ont fait subir le même sort à leurs populations.

          +0

        Alerter
  • FPOLE // 22.09.2021 à 13h03

    Mais il a raison Zelinsky, il faut interdire les sites de propagandes étrangères, quand des pays tiers nuisent à l’intérêt du pays.
    En conséquence, après l’affaire des « sous-marins destinés à l’Australie », le président Macron (que Dieu lui prête vie), va interdire les sites de propagande étazuniens. C’est un peu compliqué, les conséquences seront sans doute rudes, mais Courage, c’est le 2ème prénom de notre président bien-aimé.

      +2

    Alerter
  • SanKuKaï // 25.09.2021 à 09h00

    En parlant de site bloqué, où en est le site de Jacques Sapir?
    Je suppose qu’il ne le retrouvera jamais.
    Finalement l’Ukraine ne fait que partager nos “valeurs”.

      +3

    Alerter
  • Jean Bachélerie // 26.09.2021 à 14h00

    il est étonnant que les bonnes âmes toujours prêtes à s’indigner, ne fassssent aucune déclaration pôur défendre la liberté d’expression en Ukraine, la fermeture de chaînes russophones et de médias russophones n’ont suscité aucune réprobation, aucune indignation, les droits fondamentaux ne s’appliquent ils pas?

      +1

    Alerter
    • RGT // 26.09.2021 à 19h21

      Ni Reporters Sans Frontières, ni la Ligue des Droits de l’Homme, ni Human Rights Watch n’en ont parlé donc l’Ukraine est un pays libre et démocratique qui ne fait que se défendre contre les agressions-sanguinaires-de-la-Russie-de-Vladimir Poutine.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications