Les Crises Les Crises
20.septembre.202120.9.2021 // Les Crises

Révolution française #11 : La Terreur – par Henri Guillemin

Merci 20
J'envoie

Les journées des 31 mai et 2 juin vont aboutir à l’exclusion des Girondins de la Convention. Les 32 députés exclus sont condamnés à la résidence surveillée. La Convention est purgée.

Source : RTS, Henri Guillemin

 

En septembre 1793, la Révolution française bascule, la France est menacée à l’extérieur par la guerre contre les plus grandes puissances européennes et à l’intérieur par l’insurrection de plusieurs départements, les députés de la Convention décident de prendre des mesures d’exceptions. La Terreur se caractérise ainsi par un état d’exception destiné à endiguer militairement, politiquement, et économiquement la crise multiple à laquelle le pays est alors confronté.

Mais pour Henri Guillemin, c’est Danton qui est responsable de la Terreur qui va s’organiser à partir du 4 septembre. Tout les jours, Danton monte à la tribune de la Convention pour obtenir une tête par jour.

Source : RTS, Henri Guillemin, 11-02-1967

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Logique // 21.09.2021 à 02h14

Le « crime » de Marat, de Saint-Juste, de Robespierre (dans l’ordre): vouloir limiter la propriété et prendre la défense des pauvres contre les possédants, les riches, les bourgeois, les aristocrates.

« Crime » impardonnable. Napoléon fera beaucoup, beaucoup plus de victimes. Pas grave, la guerre, les conquêtes et les pillages enrichiront les bourgeois. Ces morts-là ne comptent pas. Les sans-dent de l’époque.

Comme ne comptent pas les morts de la colonisation et de la décolonisation (dans la douleur des pays colonisés).

12 réactions et commentaires

  • Thémistoclès // 20.09.2021 à 19h29

    En effet, Danton est cent fois plus coupable que Robespierre.
    Robespierre a été pris comme bouc émissaire de toutes les exactions de la Révolution.

    Ce n’est pas lui (ni ses partisans) :
    1. qui dirige le Comité de Sureté Générale (il n’en sera jamais membre) alors que c’est le CSG qui effectue toutes les arrestations et les mises en accusation ; Carnot en fera partie.
    2. qui dirige le Comité de la guerre (St Just y est seulement son œil, Carnot le dirige)
    3. qui a créé le Tribunal Révolutionnaire, mais c’est Danton
    4. qui a nommé Fouquier-Tinville comme accusateur public, mais c’est Danton. Robespierre demandera la démission de Fouquier-Tinville sans jamais l’obtenir !!!
    5. qui dirige la Garde Nationale (comme Lafayette) ni une de ses sections de quartiers comme Danton
    6. qui est ministre de la Justice (et membre de la commune insurrectionnelle) pendant les massacres de septembre en 92 (1ere terreur) c’est Danton
    7. qui a créée le Comité de salut Public en 1793, mais c’est Barère.

    Dans son Fouché, Stéphan Zweig charge (à mort) Robespierre en alignant un nombre sidérant de mensonges sur Robespierre, lui attribuant des postes qu’il n’a jamais occupés.
    Alexandre Dumas a aussi chargé au maximum Robespierre dans de nombreux ouvrages (la Comtesse de Cagliostro …) c’est peut-être la clé de la richesse de sa Société de Production.
    C’est Barère qui fera voter la Loi de Prairial.
    Ce sont Cambacérès et Merlin de Douai (tous les 2 survivants de la révolution) qui proposèrent cette loi.
    Parmi les plus hauts coupables : Barère de Vieuzac, Danton, Lazarre Carnot.

      +9

    Alerter
    • Fernet Branca // 20.09.2021 à 21h51

      A Arras la maison où habitait Robespierre avant la révolution est devenu un musée peut être pas à sa gloire mais très favorable à son action lors de la révolution.
      C’est récent.
      Il faut savoir que dans les années 1920 , la municipalité d’Arras avait voulu ériger un statue de Robespierre mais les réacs et les bourgeois de l’époque avait recouvert la statue et la ville de peinture rouge.

      https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/pas-calais/arras/arras-projet-musee-dedie-robespierre-figure-controversee-revolution-francaise-1865340.html

      https://www.amis-robespierre.org/Visitez-la-Maison-de-Robespierre

      https://www.humanite.fr/enfin-un-musee-pour-robespierre-le-plus-celebre-des-arrageois-694547

      Il faut savoir raccourcir quelques têtes.

      Et ne pas trop envoliver

        +4

      Alerter
    • Incognitototo // 20.09.2021 à 22h54

      Danton, 100 fois plus coupable que Robespierre, vraiment ? Vous connaissez l’expression « qui ne dit mot consent » ? Et cette maxime est d’autant plus vraie dans le cas de Robespierre, qui avait l’autorité, le charisme et donc le pouvoir d’arrêter ce carnage insensé. Les explications (notamment le fait qu’il aurait été malade) d’HG pour justifier qu’il ne l’ait pas fait sont pour le moins « légères » ; d’ailleurs à quelques reprises Robespierre a bien démontré qu’il avait le pouvoir d’arrêter les massacres (comme le rappelle également HG dans une autre émission). De même qu’il a démontré qu’il avait le pouvoir de liquider tous ses opposants (dont Danton, son ancien ami, qui a fait l’erreur de l’attaquer) d’un coup : Convention du 15 mars 1994.

      Le désamour de ceux que vous citez (et d’autres) pour ce personnage n’est ni plus ni moins que celui de ceux qui se sont sentis trahis par les actes terribles d’un homme qui était éminemment estimable dans ses discours (auxquels on serait bien en peine de ne pas adhérer, du moins si on pense que la justice sociale est la première mission de l’État) et est devenu un tyran.

      Là où toute notre histoire déjante (mais pas que la nôtre, le bolchévisme puis le stalinisme ont suivi les mêmes voies de perdition et d’horreurs ; et malheureusement pas qu’eux puisque c’est un problème que l’on retrouve sur tout le spectre des positionnements politiques à gauche comme à droite) est quand tous ces personnages aux discours si nobles se mettent à considérer que tout ce qui n’est pas avec eux est contre eux, et en conséquence méritent donc la mort. C’est là qu’à mon sens la politique devrait laisser la place à la psychopathologie (cf. notamment W. Reich), mais il y a tant de gens qui refusent ce type de grille d’analyse que je ne vais pas en rajouter.

      En attendant, il y a tant d’humains qui ont payé de leur vie le simple fait d’avoir posé des questions qui fâchent ou proposé d’appliquer vraiment la démocratie (à ce titre le cas, entre bien d’autres, d’Olympe de Gouges est assez emblématique), que je ne peux que rejoindre Condorcet qui a toujours (brillamment) défendu l’abolition de la peine de mort.
      Et l’histoire est vraiment cruelle ; quand en 1791 la question de l’abolition de la peine de mort fut présentée devant l’AN, Robespierre soutiendra la position de l’abolition… et on sait comment il a « changé d’avis ».

      Décidément ceux qui analysent cette révolution en jugeant les « bons » et les « méchants » (comme sur bien d’autres sujets et comme HG le fait) affirment des certitudes que je ne leur envie vraiment pas, tant elles rétrécissent leur capacité à voir le monde et les humains tels qu’ils sont dans toutes leurs complexités.

        +5

      Alerter
      • antoniob // 21.09.2021 à 00h27

        > tous ces personnages aux discours si nobles se mettent à considérer que tout ce qui n’est pas avec eux est contre eux

        tiens, Bush Le Moindre lors de la guerre contre les Armes de Destruction Massives de Saddam. Les Etats-Unis en général, et même sans discours nobles 🙂

        sinon sur le fond rien de particulier avec la Révolution: une guerre civile.

          +0

        Alerter
        • Incognitototo // 21.09.2021 à 03h13

          Oui, je précise bien que c’est le même phénomène à droite comme à gauche pour tous les tyrans… Et ce n’est pas parce que nous savons que Bush et les autres mentaient éhontément qu’ils n’avaient pas un discours « noble » de justification concernant la liberté, la démocratie, le combat contre le terrorisme et les tyrans, et patati et patata.

            +2

          Alerter
      • Ellilou // 21.09.2021 à 14h42

        Me permettrez vous de vous recommander la lecture des ouvrages de l’historien Jean-Clément Martin sur la Révolution et plus précisément sur Robespierre (« Robespierre, la fabrication d’un monstre » notamment) ce qui vous aidera à ne pas utiliser sans cesse les termes de « tyran » et de « Terreur »?

          +2

        Alerter
        • Incognitototo // 21.09.2021 à 15h42

          On se méprend souvent sur ce que je pense et mes opinions… Je ne pense pas que Robespierre était un « monstre », juste un « malade » de plus qui a pris ses fantasmes pour la réalité ; et je ne juge pas les malades. Par contre oui, ce qu’il a fait ou laissé faire était monstrueux et tous ceux qui voudraient me persuader du contraire perdent leur temps ; les faits sont les faits, et quand on lit sous quels prétextes la plupart des guillotinés ont eu la tête coupée (pléonasme), ont y décèle tous les délires de psychopathologies qui conduisent au meurtre de masse, et au crime contre l’humanité.

          À mon tour de vous suggérer un point de vue : vous devriez vous interroger sur ce « match de foot » qui consiste à prendre parti (avec autant d’objectivité qu’un supporter) en désignant dans l’histoire les « bons » et les « méchants ». Franchement, je ne pense pas que c’est ainsi qu’on apprend ce qu’il y a apprendre de l’histoire et des humains, pour ne pas répéter perpétuellement les mêmes erreurs. Donc à dire vrai le genre d’ouvrage que vous me proposez (du moins pour ce que j’en perçois) n’est pas de nature à m’intéresser. Quant à l’usage des termes, ce sont des conventions qu’on peut remettre en cause, mais qui participent exactement à ce « match de foot », c’est utile pour le présent, pour le passé, je ne sais pas (sauf quand ils sont révisionnistes ou négationnistes, mais dans ce cas c’est interdit par la loi).

            +2

          Alerter
          • Ellilou // 23.09.2021 à 21h51

            Catégoriser les ouvrages de Jean-Clément Martin de « match de foot » vous faire perdre une belle occasion de vous instruire…tant pis pour vous! Gardez bien au chaud vos certitudes historiques et continuez donc à répéter des bêtises 🙂

              +1

            Alerter
            • Incognitototo // 24.09.2021 à 02h32

              Je veux bien admettre que je peux dire des bêtises, mais il faut me le prouver, c’est mieux. Et surtout ça ne m’intéresse pas de m’instruire en lisant les sempiternelles prises de positions manichéennes, je peux évidemment me tromper sur Jean-Clément Martin , mais rien que son titre est repoussant et à l’évidence ne va pas m’apprendre grand-chose d’utile pour participer au changement du monde.

                +0

              Alerter
  • Logique // 21.09.2021 à 02h14

    Le « crime » de Marat, de Saint-Juste, de Robespierre (dans l’ordre): vouloir limiter la propriété et prendre la défense des pauvres contre les possédants, les riches, les bourgeois, les aristocrates.

    « Crime » impardonnable. Napoléon fera beaucoup, beaucoup plus de victimes. Pas grave, la guerre, les conquêtes et les pillages enrichiront les bourgeois. Ces morts-là ne comptent pas. Les sans-dent de l’époque.

    Comme ne comptent pas les morts de la colonisation et de la décolonisation (dans la douleur des pays colonisés).

      +10

    Alerter
  • antoniob // 21.09.2021 à 03h26

    > Le « crime » de Marat, de Saint-Juste, de Robespierre (dans l’ordre): vouloir limiter la propriété et prendre la défense des pauvres contre les possédants, les riches, les bourgeois, les aristocrates

    c’est effectivement l’aspect presque unique de cette étape de la guerre civile: les idéalistes et le prolétariat se constituent en force clef, dépassant la bourgeoisie qui les avait instrumentalisés contre la noblesse et le clergé. Puis la bourgeoisie reprendra l’avantage et ce sera l’Empire.
    La révolution bolchévique est unique par contre: la paysannerie abat noblesse ET bourgeoisie.

      +8

    Alerter
    • Incognitototo // 24.09.2021 à 02h26

      ? Ha bon… Vous êtes sûr que ce n’est pas plutôt l’Armée rouge et les bolchéviques qui au final ont gagné contre tout le monde ? L’Armée blanche, les aristos, les bourgeois, les paysans (gazés ou cf. Makhno), les socialistes, les anarchistes, les religieux, leurs propres dissidents (cf. Kronstadt), et même ses propres officiers fusillés par milliers…

      Il y a une excellente série sur Arte sur l’Armée rouge rediffusée ici même sur la Compil : https://www.les-crises.fr/la-compil-de-la-semaine-23/ ; les vainqueurs et les perdants ne sont pas toujours ceux que l’on croit.

        +0

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications