Source : : http://partage-le.com/2015/09/un-terrible-denouement-chris-hedges/

Traduction: Nicolas Casaux

Édition & Révision: Héléna Delaunay

2 septembre 2015

Article original publié en anglais sur le site de truthdig.com, le 30 août 2015.
Christopher Lynn Hedges (né le 18 septembre 1956 à Saint-Johnsbury, au Vermont) est un journaliste et auteur américain. Récipiendaire d’un prix Pulitzer, Chris Hedges fut correspondant de guerre pour le New York Times pendant 15 ans. Reconnu pour ses articles d’analyse sociale et politique de la situation américaine, ses écrits paraissent maintenant dans la presse indépendante, dont Harper’s, The New York Review of Books, Mother Jones et The Nation. Il a également enseigné aux universités Columbia et Princeton. Il est éditorialiste du lundi pour le site Truthdig.com.

Le joug idéologique et physique de la puissance impériale États-unienne, soutenu par l’idéologie utopique du néolibéralisme et du capitalisme mondialisé, se désagrège. Beaucoup, dont nombre de ceux évoluant au cœur de l’empire états-unien, reconnaissent que chaque promesse faite par les partisans du néolibéralisme est un mensonge. La richesse mondiale, au lieu d’être équitablement répartie comme l’ont promis les partisans du néolibéralisme, a été siphonnée entre les mains d’une élite oligarchique vorace, entraînant ainsi d’immenses inégalités économiques. Les travailleurs pauvres dont les syndicats et les droits ont été éliminés et dont les salaires stagnent ou baissent depuis 40 ans, ont été condamnés à la pauvreté chronique et au chômage, transformant leur vie en une crise interminable, source d’un stress permanent. La classe moyenne s’évapore. Des villes qui produisaient et offraient autrefois des emplois en usine se changent en villes fantômes. Les prisons sont surpeuplées. Les corporations ont orchestré la destruction des barrières commerciales, engrangeant ainsi plus de 2.1 billions de dollars en profits dans des banques offshores pour éviter de payer des taxes. Et l’ordre néolibéral, malgré sa promesse de construire et de répandre la démocratie, a éviscéré les systèmes démocratiques, les transformant en Léviathans corporatistes.

La démocratie, particulièrement aux États-Unis, est une farce, vomissant des démagogues d’extrême-droite comme Donald Trump, qui pourrait devenir le candidat républicain à la présidentielle, et peut-être même le président, ou d’insidieux et malhonnêtes larbins corporatistes comme Hillary Clinton, Barack Obama, et, s’il tient sa promesse de soutien au candidat démocrate, Bernie Sanders. Les étiquettes « libéral » et « conservateur » sont dépourvues de sens dans l’ordre néolibéral. Les élites politiques, républicaines ou démocrates, servent les intérêts des corporations et de l’empire. Elles sont des facilitatrices, tout comme la majorité des médias et des universitaires, de ce que le philosophe politique Sheldon Wolin appelle notre système de “totalitarisme inversé”.

En période de crise nationale et d’indignation publique, d’étranges et dangereux candidats émergent souvent. Ci-dessus, Donald Trump (à gauche), à droite, un épi de maïs (toute ressemblance est purement fortuite).

L’attraction exercée par Trump, comme celle de Radovan Karadzic, ou de Slobodan Milosevic, lors de l’éclatement de la Yougoslavie, s’explique par sa bouffonnerie, qui s’avère dangereuse, moquant la faillite totale de la charade politique. Elle expose la dissimulation, l’hypocrisie, la corruption légalisée. Nous percevons, à travers cela, une insidieuse — et pour beaucoup, rafraichissante — honnêteté. Les nazis utilisèrent cette tactique pour prendre le pouvoir lors de la république de Weimar. Les Nazis, même aux yeux de leurs opposants, avaient le courage de leurs convictions, quelle qu’ait pu être l’immondice de ces convictions. Ceux qui croient en quelque chose, aussi répugnante soit elle, se voient souvent respectés à contrecœur.

Ces forces néolibérales détruisent également rapidement les écosystèmes. La Terre n’a pas connu de perturbation climatique de cette envergure depuis 250 millions d’années et l’extinction permienne, qui a annihilé jusqu’à 90% de toutes les espèces. Un pourcentage que nous semblons déterminés à reproduire. Le réchauffement climatique est inarrêtable, avec la fonte rapide des calottes polaires et des glaciers, le niveau des mers s’élèvera d’au moins 3 mètres lors des prochaines décennies, noyant sous les eaux nombre de villes côtières majeures. Les méga-sécheresses laissent d’immenses parcelles de la Terre, dont des parties de l’Afrique et de l’Australie, la côte Ouest des USA et du Canada, le Sud-Ouest des USA, arides et en proie à d’incontrôlables feux de forêts. Nous avons perdu 7.2 millions d’acres à cause des nombreux incendies qui ont ravagé le pays cette année et les services forestiers ont d’ores et déjà dépensé 800 millions de dollars dans leurs luttes contre les incendies en Californie, à Washington, en Alaska et dans d’autres états. Le mot même de « sécheresse » fait partie de la supercherie, sous-entendant que tout cela est en quelque sorte réversible. Ça ne l’est pas.

Des migrants fuyant la violence et la famine régnant dans des pays comme la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, et Érythrée, affluent en Europe. 200 000 migrants, sur les 300 000 ayant rejoint l’Europe cette année, ont atterri sur les côtes grecques. 2500 sont morts depuis le début de l’année en mer, sur des bateaux surpeuplés et délabrés ou à l’arrière de camions comme celui que l’on a découvert la semaine dernière en Autriche, qui contenait 71 corps, dont des enfants. C’est le plus important flux de réfugiés en Europe depuis la seconde guerre mondiale, une augmentation de 40 % depuis l’an dernier. Et le flot ne fera que croître. D’ici 2050, selon nombre de scientifiques, entre 50 et 200 millions de réfugiés climatiques auront fui vers le Nord, pour échapper aux zones rendues invivables par les températures croissantes, les sécheresses, les famines, les maladies, les inondations côtières et le chaos des états en faillite.

La désintégration physique, environnementale, sociale et politique s’exprime également à travers une poussée de violence nihiliste motivée par la rage. Des tireurs fous commettent des massacres dans des centres commerciaux, dans des cinémas, des églises et des écoles aux États-Unis, Boko Haram et l’État islamique, ou ISIS, sont en pleine frénésie meurtrière. Des attentats suicides sont méthodiquement perpétrés et entraînent des chaos meurtriers en Irak, en Afghanistan, en Arabie Saoudite, en Syrie, au Yémen, en Algérie, en Israël et dans les territoires palestiniens, en Iran, en Tunisie, au Liban, au Maroc, en Turquie, en Mauritanie, en Indonésie, au Sri Lanka, en Chine, au Nigeria, en Russie, en Inde et au Pakistan. Ils ont frappé les États-Unis le 11 septembre 2001 et en 2010 lorsqu’Andrew Joseph Stack III a détourné un petit avion dans un bâtiment d’Austin, au Texas, qui abritait des agents du fisc. Le fanatisme est alimenté par la détresse et le désespoir. Ce n’est pas le produit de la religion, bien que la religion devienne souvent le vernis sacré de la violence. Plus les gens seront désespérés, plus cette violence nihiliste se propagera.

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître, et dans ce clair-obscur surgissent les monstres », écrivait le théoricien Antonio Gramsci.

Ces « monstres » continueront à se propager jusqu’à ce que l’on reconfigure radicalement nos relations entre nous et nos relations avec les écosystèmes. Mais rien ne garantit qu’une telle reconfiguration soit possible, particulièrement si les élites parviennent à s’accrocher au pouvoir à l’aide de leur appareil de surveillance et de sécurité mondial, omniprésent, et de l’importante militarisation de leurs forces de police. Si nous ne renversons pas le système néolibéral, et ce, rapidement, nous libèrerons un cauchemar hobbesien de violence étatique croissante et de contre-violence. Les masses pauvres seront condamnées à la misère et à la mort. Certains tenteront de résister violemment. Une petite élite, vivant dans une version moderne de Versailles ou de la cité interdite, aura accès à des commodités refusées à tous les autres. La haine deviendra l’idéologie dominante.

L’attrait exercé par l’État islamique, qui compte plus de 30 000 combattants étrangers, s’explique en ce qu’il exprime la rage ressentie par les dépossédés de la Terre et en ce qu’il s’est libéré des entraves de la domination occidentale. Il défie la tentative néolibérale de transformation de l’opprimé en déchet humain. Vous pouvez condamner sa vision médiévale d’un état musulman et ses campagnes de terreur contre les shiites, les yazidis, les chrétiens, les femmes et les homosexuels — ce que je fais — mais l’angoisse qui inspire toute cette sauvagerie est authentique ; vous pouvez condamner le racisme des suprématistes blancs qui se rallient à Trump — ce que je fais — mais ils ne font eux aussi qu’obéir à leur propre frustration et désespoir. L’ordre néolibéral, en transformant les gens en main d’œuvre superflue et par extension en êtres humains superflus, est responsable de cette colère. Le seul espoir restant réside en une réintégration des dépossédés dans l’économie mondiale, afin de leur donner un sentiment d’opportunité et d’espoir, de leur donner un futur. Sans cela, rien n’endiguera le fanatisme.

L’État islamique, à l’instar des chrétiens de droite aux États-Unis, vise un retour vers une pureté inatteignable, un utopisme, un paradis sur terre. Il promet d’établir une version du califat du 7ème siècle. Les sionistes du 20ème siècle, en cherchant à former l’État d’Israël, ont utilisé la même stratégie en appelant à la re-création de la nation juive mythique de la Bible. ISIS, à l’instar des combattants juifs ayant fondé Israël, cherche à construire son état (maintenant de la taille du Texas) à travers la purification ethnique, le terrorisme et l’utilisation de combattants étrangers. Sa cause utopique, tout comme la cause républicaine de la guerre civile espagnole, attire des dizaines de millions de jeunes, en majorité des jeunes musulmans rejetés par l’ordre néolibéral. L’État islamique offre une vision recomposée d’une société brisée. Il offre un lieu et un sentiment d’identité — ce que n’offre pas le néolibéralisme — à ceux qui embrassent cette vision. Il appelle à se détourner du culte mortifère du moi qui est au cœur de l’idéologie néolibérale. Il met en avant le caractère sacré du sacrifice personnel. Et il ouvre une voie à la vengeance.

Jusqu’à ce que nous démantelions l’ordre néolibéral, afin de recouvrer la tradition humaniste rejetant la perception des êtres humains et de la Terre comme marchandises à exploiter, notre forme de barbarie industrielle et économique affrontera la barbarie de ceux qui s’y opposent. Le seul choix qu’offre la « société bourgeoise », comme le savait Friedrich Engels, est « le socialisme ou la régression vers la barbarie ». Il est temps de faire un choix.

Nous ne sommes pas, aux États-Unis, moralement supérieurs à l’État islamique. Nous sommes responsables de la mort de plus d’un millions d’Irakiens et de la migration forcée de plus de 4 millions d’autres. Nous tuons en plus grand nombre. Nous tuons avec encore moins de discernement. Nos drones, nos avions de combats, notre artillerie lourde, nos bombardements navals, nos mitrailleuses, nos missiles et forces prétendument spéciales — des escadrons de la mort dirigés par l’état — ont décapité bien plus de gens, enfants inclus, que l’État islamique. Lorsque l’État islamique a brûlé vif un pilote jordanien dans une cage, cela faisait écho aux agissements quotidiens des États-Unis, lorsqu’ils incinèrent des familles dans leurs maisons, avec les frappes aériennes. Cela faisait écho à ce que font les avions de combats israéliens à Gaza. Oui, ce que l’État islamique a fait était plus brutal. Mais moralement ça n’était pas différent.

J’ai un jour demandé au co-fondateur du groupe militant Hamas, le Dr Abdel Aziz al-Rantisi, pourquoi le Hamas cautionnait les attentats suicides, qui entraînaient la mort de civils et d’enfants israéliens, alors que les palestiniens dominaient du point de vue de la morale, en tant que peuple occupé. « Nous arrêterons de tuer leurs enfants et leurs civils dès qu’ils arrêteront de tuer nos enfants et nos civils », m’a-t-il répondu. Il souligna que le nombre d’enfants israéliens qui avaient été tués s’élevait à ce moment-là à deux douzaines, tandis que les pertes palestiniennes s’élevaient à plusieurs centaines d’enfants. Depuis 2000, 133 israéliens et 2061 enfants palestiniens ont perdu la vie. L’attentat suicide est un acte de désespoir. C’est, à l’instar des bombardements incessants de Gaza par Israël, un crime de guerre. Mais lorsqu’on le considère comme la réponse à une terreur étatique incontrôlée, il est compréhensible. Le Dr Rantisi fut assassiné en Avril 2004 par Israël qui fit tirer sur sa voiture à Gaza un missile Hellfire depuis un hélicoptère Apache. Son fils Mohammed, qui était dans le véhicule avec lui, fut aussi tué dans l’attentat. La spirale de violence qui en résulte, plus d’une décennie après ces meurtres, perdure encore.

Ceux qui s’opposent à nous offrent une vision d’un monde nouveau. Nous n’offrons rien en retour. Ils offrent un contrepoids au mensonge néolibéral. Ils parlent pour ses victimes, prisonnières de bidonvilles sordides au Moyen-Orient, en Afrique, en Europe et en Amérique du Nord. Ils condamnent l’hédonisme grotesque, la société du spectacle, le rejet du sacré, la consommation débridée, la richesse personnelle en tant que fondement principal du respect et de l’autorité, la célébration aveugle de la technocratie, la réification sexuelle — y compris une culture dominée par la pornographie — et la léthargie (largement appuyée par l’abondance des médicaments) utilisée par tous les régimes agonisants, pour détourner l’attention des masses et leur confisquer le pouvoir. De nombreux djihadistes, avant de devenir de violents fondamentalistes, ont été victimes de ces forces. Il y a des centaines de millions de gens comme eux, qui ont été trahis par l’ordre néolibéral. Une véritable poudrière, et nous ne leur offrons rien.

« Quand sa rage éclate, il retrouve sa transparence perdue, il se connaît dans la mesure même où il se fait ; de loin nous tenons sa guerre comme le triomphe de la barbarie », a écrit Frantz Fanon dans Les Damnés de la Terre, « mais elle procède par elle-même à l’émancipation progressive du combattant, elle liquide en lui et hors de lui, progressivement, les ténèbres coloniales. Dès qu’elle commence, elle est sans merci. Il faut rester terrifié ou devenir terrible ; cela veut dire : s’abandonner aux dissociations d’une vie truquée ou conquérir l’unité natale. Quand les paysans touchent des fusils, les vieux mythes pâlissent, les interdits sont un à un renversés : l’arme d’un combattant, c’est son humanité. Car, en le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre. »

Ceux au pouvoir apprennent-ils l’histoire ? Ou peut-être est-ce ce qu’ils veulent. Une fois que les Damnés de la Terre se changeront en État islamique, ou adopteront la contre-violence, l’ordre néolibéral pourra supprimer les dernières entraves qui le retenaient et commencer à tuer en toute impunité. Les idéologues néolibéraux, après tout, sont eux aussi des fanatiques utopistes. Et eux aussi ne savent s’exprimer qu’à travers le langage de la force. Ils sont notre version de l’État islamique.

Le monde binaire que les néolibéraux ont créé — un monde de maîtres et de serfs, un monde où les damnés de la terre sont diabolisés et soumis par une perte de liberté, par « l’austérité » et la violence, un monde où seuls les puissants et les riches ont des privilèges et des droits — nous condamnera et nous entraînera vers une dystopie effrayante. La révolte émergente, mal définie, paraissant éparse, surgit des entrailles de la terre. Nous apercevons ses éclairs et ses tremblements. Nous voyons son idéologie pétrie de rage et d’angoisse. Nous percevons son utopisme et ses cadavres. Plus l’ordre néolibéral engendre de désespoir et de détresse, que ce soit à Athènes, à Bagdad ou à Ferguson, plus les forces de répression étatique sont utilisées pour étouffer l’agitation et extraire les dernières gouttes de sang des économies exsangues, plus la violence deviendra le principal langage de la résistance.

Ceux d’entre nous qui cherchent à créer un monde un tant soit peu viable disposent de peu de temps. L’ordre néolibéral, pillant la Terre et asservissant les vulnérables, doit être anéanti. Cela n’arrivera que si nous le confrontons en opposition directe, en étant prêts à entreprendre des actes de sacrifices personnels et de révolte prolongée qui nous permettent de faire obstruction et de démanteler tous les aspects de la machinerie néolibérale. Je crois que l’on peut accomplir cela à travers la non-violence. Mais je ne peux nier l’émergence inéluctable de la contre-violence, provoquée par la myopie et l’avarice des mandarins néolibéraux. La paix et l’harmonie n’embraseront peut-être pas la Terre entière si nous y parvenons, mais si nous ne destituons pas les élites dominantes, si nous ne renversons pas l’ordre néolibéral, et si nous ne le faisons pas rapidement, nous sommes perdus.

Chris Hedges

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

89 réponses à Un terrible dénouement, par Chris Hedges

Commentaires recommandés

Bordol Le 08 septembre 2015 à 03h58

(Nous ne sommes pas, aux États-Unis, moralement supérieurs à l’État islamique. Nous sommes responsables de la mort de plus d’un millions d’Irakiens et de la migration forcée de plus de 4 millions d’autres. Nous tuons en plus grand nombre. Nous tuons avec encore moins de discernement. Nos drones, nos avions de combats, notre artillerie lourde, nos bombardements navals, nos mitrailleuses, nos missiles et forces prétendument spéciales — des escadrons de la mort dirigés par l’état — ont décapité bien plus de gens, enfants inclus, que l’État islamique. Lorsque l’État islamique a brûlé vif un pilote jordanien dans une cage, cela faisait écho aux agissements quotidiens des États-Unis, lorsqu’ils incinèrent des familles dans leurs maisons, avec les frappes aériennes. Cela faisait écho à ce que font les avions de combats israéliens à Gaza. Oui, ce que l’État islamique a fait était plus brutal. Mais moralement ça n’était pas différent.)

Écrivez la même chose en France et vous pourrez être sûr d’avoir des problèmes avec la “justice” pour “incitation au terrorisme” etc.

Il y a 20 ans, écrire des articles encore plus véhéments que ça ne vous auraient rien coûté du tout et aurait été défendu par des juristes encore sains d’esprit.

Et il y en a qui osent critiquer ceux qui disent que “c’était mieux avant…”

J’ai 29 ans, je me souviens des années 90 et oui, je l’affirme haut et fort : par rapport à ce qu’on connait aujourd’hui, c’était bien mieux avant !

  1. Charlie BECKMAN Le 08 septembre 2015 à 01h28
    Afficher/Masquer

    Pour pouvoir mettre hors d’état de nuire le virus néolibéral, il faudrait au préalable ce processus long et complexe d’anéantissement définitif de cet autre moi corruptible, faible, égoiste,vaniteux et ignorant caché au fond et plus ou moins dominant dans la personnalité de chaque individu de la population mondiale. Ce qui n”est pas gagné. A moins que les tenants de la grande escroquerie mondiale réalisant la puérilité de l’illusion terrestre de possession et de conquête n’en viennent à la raison et substituent le mécanisme de la duplicité, associée à l’astuce, la science et la contrainte à la diffusion de la connaissance et la justice avec la même puissance au niveau planétaire. Ce qui n’est pas gagné également. Il ne reste donc que la philosophie contemplative et attendre que seule la grande faucheuse leur fera entendre raison. Encore que ces stupides rêvent d”immortalité terrestre par la science et la technologie bionique. Comme un enfant rêve de garder éternellement ses jouets.


    • Magnum Le 08 septembre 2015 à 12h35
      Afficher/Masquer

      Je partage avec vous cette analyse. A mon sens, la cause des causes n’est pas dans la constitution comme le pense Chouart (même si je soutiens ses idées) mais dans ces intentions néfastes issues de notre égo (dont l’envie de domination et la vanité impactent toute notre société aujourd’hui).


      • JK Le 09 septembre 2015 à 09h44
        Afficher/Masquer

        Magnum

        Ce n’est pas une analyse : c’est un constat. C’est attendre le Messie, en contradiction avec toute lecture historique des mouvements permettant des avancées sociales réelles. C’est une position dangereuse de validation, dans les faits, que les choses resteront comme elles sont.

        Mais peut-être vous souviendrez-vous que vos parents (68) grands parents (front populaire) ou aïeux divers (commune, etc) se sont battus. Peut être vous souviendrez-vous de Mandela, de Gandhi, de Luther King dans d’autres pays, même si ce sont tous ceux qui les entouraient qui les ont faits. Peut-être lirez vous la constitution pour comprendre comment elle peut ou non fédérer des perspectives de bien commun malgré les divergences et travers humains.

        Peut être serez vous amené à combattre pour votre propre cohérence, ou à rester spectateur d’une histoire au reflet de ce que vous n’en faites pas.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 09h32
      Afficher/Masquer

      C’est une position au mieux désabusée, au pire lâche.


  2. Caliban Le 08 septembre 2015 à 01h30
    Afficher/Masquer

    Merci pour le partage.
    Des propos qu’on rêve d’entendre dans la bouche de responsables politiques : va falloir un sacré tri !


    • JK Le 09 septembre 2015 à 09h46
      Afficher/Masquer

      Ce sont surtout des propos qu’il faut faire siens, sans attendre de Messie politique.


  3. stef1304 Le 08 septembre 2015 à 03h55
    Afficher/Masquer

    Pour ceux qui suivent l’anglais, je recommande de suivre l’interview complet de Chris Hedges (7 vidéo en tout).
    La première
    https://www.youtube.com/watch?v=KaN4HR8RtQE


  4. Bordol Le 08 septembre 2015 à 03h58
    Afficher/Masquer

    (Nous ne sommes pas, aux États-Unis, moralement supérieurs à l’État islamique. Nous sommes responsables de la mort de plus d’un millions d’Irakiens et de la migration forcée de plus de 4 millions d’autres. Nous tuons en plus grand nombre. Nous tuons avec encore moins de discernement. Nos drones, nos avions de combats, notre artillerie lourde, nos bombardements navals, nos mitrailleuses, nos missiles et forces prétendument spéciales — des escadrons de la mort dirigés par l’état — ont décapité bien plus de gens, enfants inclus, que l’État islamique. Lorsque l’État islamique a brûlé vif un pilote jordanien dans une cage, cela faisait écho aux agissements quotidiens des États-Unis, lorsqu’ils incinèrent des familles dans leurs maisons, avec les frappes aériennes. Cela faisait écho à ce que font les avions de combats israéliens à Gaza. Oui, ce que l’État islamique a fait était plus brutal. Mais moralement ça n’était pas différent.)

    Écrivez la même chose en France et vous pourrez être sûr d’avoir des problèmes avec la “justice” pour “incitation au terrorisme” etc.

    Il y a 20 ans, écrire des articles encore plus véhéments que ça ne vous auraient rien coûté du tout et aurait été défendu par des juristes encore sains d’esprit.

    Et il y en a qui osent critiquer ceux qui disent que “c’était mieux avant…”

    J’ai 29 ans, je me souviens des années 90 et oui, je l’affirme haut et fort : par rapport à ce qu’on connait aujourd’hui, c’était bien mieux avant !


    • Merle Le 08 septembre 2015 à 09h11
      Afficher/Masquer

      Tonton Marx dit que ce n’est pas la crise qui est le problème, mais bien la période de prospérité qui l’a précédé.


      • Pierre M. Boriliens Le 08 septembre 2015 à 12h28
        Afficher/Masquer

        Attention aux résumés ! Il faut y réfléchir 2 fois avant d’en faire au format tweeter.
        Ce que Marx dit, c’est que la crise n’est pas une cause mais un symptôme, tout comme la fièvre pour la maladie. Donc l’origine de la crise est à chercher dans la période qui précède la crise (ce n’est pas la période en soi qui est la cause, mais un vice quelque part). C’est presqu’une lapalissade, comme souvent chez Marx. Mais bien sûr, on ne veut surtout pas regarder par là, parce que ça obligerait à poser les vraies questions…


        • valles Le 09 septembre 2015 à 08h18
          Afficher/Masquer

          Le capital n’est pas une maladie le capital c’est nous, alors plutôt que de parler fièvre se serrait plus une gueule de bois, un genre de gros mal de tête qui s’attrape quand on paye avec un chèque que nos fesses ne peuvent pas encaisser.
          Il suffit de relancer le mythe de l’égalité des potentiels sur la nouvelle génération pour passer de la crise à la relance, point besoin d’antibiotique aussi cher qu’inefficace.


        • JK Le 09 septembre 2015 à 10h09
          Afficher/Masquer

          Pierre,

          “ça obligerait à poser les vraies questions” – Les vraies questions dans leur actualité ont été posées depuis longtemps, sur ce blog comme sur tant d’autres media non gouvernementaux, auxquelles de vraies réponses ont été apportées. Il s’agit maintenant de les réaliser.

          Vox populi, sine acta, vox dei manet.


          • claude Le 09 septembre 2015 à 11h32
            Afficher/Masquer

            Je n’ai pas établi de comptabilité, mais j’ai l’impression que vous appelez à la guerre civile, à l’insurrection, dans près de la moitié de vos posts.

            “C’est pour plus de démocratie”, me direz-vous peut-être. Mmmm…


    • JK Le 09 septembre 2015 à 09h55
      Afficher/Masquer

      Bordol,

      Une fois le constat fait, aucune volonté, fût-elle divine, ne permet de retour au passé. J’aimerais vous entendre dire : “ce sera mieux après”…


  5. Crapaud Rouge Le 08 septembre 2015 à 07h30
    Afficher/Masquer

    Ce que raconte Chris Hedge dans la vidéo confirme l’une de mes vieilles idées : pour mettre fin au pouvoir oligarchique, il faut virer les super-riches de leurs super-résidences, et nationaliser celles-ci. Ils seront privilégiés tant qu’ils pourront vivre dans des lieux privilégiés. Cette idée se fonde sur le principe que tout ce qui existe, existe quelque part, et ce qui n’existe pas n’existe nulle part.


    • Sloggoth Le 08 septembre 2015 à 09h45
      Afficher/Masquer

      Pour bien diriger un navire, il faut un capitaine; que celui-ci soit mieux traité que ses matelots tombe sous le sens (responsabilités et devoirs supérieurs) ; les problèmes commencent lorsque le capitaine estime qu’il n’a plus besoin de matelots du fait de l’automatisation à outrance des outils de navigation (le progrès). Cela ne justifie toutefois pas de supprimer les capitaines et de ne laisser que des matelots sur lesdits navires: ces derniers, une fois à court de ressources et complètement perdus finiront par s’entre dévorer.


      • Alfred Le 08 septembre 2015 à 13h05
        Afficher/Masquer

        Les bras m’en tombent. Le statut (et les avantages et pouvoirs afférents) du capitaine découle d’une compétence particulière.
        Être riche n’est pas une compétence. C’est les résultat d’un rapport de force qui peut découler d’une compétence mais aussi le plus souvent quoi qu’on en dise de la naissance.
        Êtes vous un trol ou avez vous a ce point l’esprit en vrac?
        Par ailleurs le commentaire fort intéressant propose quelque chose de plus subtil que de “supprimer” les riches. Il propose de leur ôter la capacité à vivre hors du monde commun et par là-même à échapper à leur responsabilités.


        • Caracole Le 08 septembre 2015 à 17h17
          Afficher/Masquer

          “C’est les résultat d’un rapport de force qui peut découler d’une compétence mais aussi le plus souvent quoi qu’on en dise de la naissance.”

          Juste une pensée que j’ai assez souvent due à ma formation de biologiste, sur les riches et leurs héritiers (question “philosophique”, je n’ai pas de position particulière):
          Pourquoi est-ce mal qu’à un instant donné T, une personne, en raison de ses compétences (quelles qu’elles soient), devient suffisamment riche et permet à sa lignée d’avoir de meilleures conditions de vie à l’instant T+1?

          En changeant quelques mots à cette phrase (compétences = mutation, riche=adapté) on retrouve “the survival of the fittest” de Darwin. Où est le mal dans ça ? ( Évitons, le populisme suivant: les riches sont devenus riches par leurs exactions, donc ce n’est pas normal qu’ils soient riches, leurs héritiers non plus.)


          • Alfred Le 08 septembre 2015 à 19h06
            Afficher/Masquer

            Ce qui est “mal” comme vous dites c’est que la concentration de richesse produit une concentration de pouvoir qui produit une concentration de richesse qui produit une concentration de pouvoir …. Et ce de façon exponentielle. Autrement dit le système est hautement instable et voué à la destruction. En tant que biologiste cela devrait vous interpeller. Nous sommes loin des “lois de la nature” qui finissent par s’équilibrer. Les riches ne sont pas des lions qui finiraient par voir leur nombre diminuer au fur et à mesure que les objets de prédations s’appauvrissent. Les riches et nous sommes la même espèce qui pourrait bien disparaître ou presque en emportant avec la plupart des autres espèces. Cette “réussite” en conformité avec le modèle darwinien que vous avez l’air d’affectionner ne me semble pas capable de constituer un modèle politique. Par delà le “bien” et le “mal” ce système instable est inefficace, inadaptable et voue à la mort.
            C’est pourquoi c’est un effectivement un enjeu d’adaptation pour l’espèce humaine de lutter contre la concentration de richesse excessive et sa perpétuation par l’héritage.
            Enfin de façon très subjective si je peu avoir du respect pour l’énergie prédatrice et créatrice d’une minorité de riches je suis rarement impressionné par les capacités des héritiers.
            Dans le domaine économique comme dans le domaine politique j’ai plutôt l’impression de voir des “fins de race” très peu adapté. C’est d’ailleurs pourquoi je pense qu’une révolution se produira tôt ou tard. Non pas parceque la plèbe en aura marre (la plèbe est mole et elle peut subir pendant des siècles) mais parceque les dominants “baissent”.


            • Caracole Le 08 septembre 2015 à 21h17
              Afficher/Masquer

              Merci pour les réponses. Cependant, merci de bien lire ce que j’écris:

              1)”le modèle darwinien que vous avez l’air d’affectionner”. À aucun moment, je n’ai écrit que j’affectionnais ce système, c’est bien pour ça que j’ai écrit “question “philosophique”, je n’ai pas de position particulière”. Merci de faire preuve de discernement. Je n’ai aucun avis sur la question, parce que personne n’a réussi à me convaincre en quoi cette théorie serait plus mauvaise qu’une autre. A-t-on le droit de parler/défendre quelque chose sur lequel on n’a aucun avis pour justement se forger un avis, et ce sans se manger des chiens de garde qui attaquent ad hominem. Arrêtons de niveler par le bas les débats.

              2) Vous n’avez pas lu, je ne parle pas en terme de lions, qui sont en effet directement liés à la limitation de leurs ressources. Ce modèle n’est pas adapté à notre monde à cette heure H et ce depuis le début de l’histoire du capitalisme (je ne parle pas du futur). J’ai parlé de mutation, ce qui permet de s’affranchir de cet aspect de limitation des ressources.

              3) Logiquement parlant, vous lancez des assertions sans fondements.
              -“ce système instable est inefficace, inadaptable et voue à la mort.” Un système qui survit depuis plus de 400 ans n’est pas instable.
              Il n’est pas stable non plus, en physique on pourrait parler de système quasi stable.
              -“la concentration de richesse produit une concentration de pouvoir qui produit une concentration de richesse qui produit une concentration de pouvoir ….” Encore une fois, où est le problème à ça ? Si quelqu’un a profité de son avantage comparatif permettant l’effet boule de neige pour lui et sa descendance, au nom de quel principe moral devrait-on le limiter ? Et pouvez-vous prouver que limiter cet effet ne serait pas non plus “ce système instable est inefficace, inadaptable et voue à la mort.”

              Pour Pierre M. Boriliens, oui “the survival of the fittest” est bien une phrase de Spencer, et est directement lié aux théories de Darwin même si elle n’est pas de Darwin. Tout comme toute théorie génétique est liée aux travaux de Mendel.


            • Pierre M. Boriliens Le 09 septembre 2015 à 00h15
              Afficher/Masquer

              @Caracole
              Spencer, c’est au mieux une doctrine politique (qui date en plus d’avant Darwin) qui se pique de justifier “scientifiquement” l’ordre établi et Darwin c’est de la biologie… Qui plus est de la biologie des espèces ! Pas des individus…
              Puis-je vous faire remarquer que La Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe (1871) de Darwin est, entre autres, une critique virulente de Spencer ? Et je ne doute pas une seconde que Darwin savait sans doute mieux que vous de quoi il parlait !


          • Pierre M. Boriliens Le 08 septembre 2015 à 19h09
            Afficher/Masquer

            @Caracole
            Vous ne confondez pas avec le darwinisme social, qui n’a en fait rien à voir avec Darwin ?
            Parce que le “the survival of the fittest”, c’est du Spencer…
            https://fr.wikipedia.org/wiki/Survie_du_plus_apte


            • Alfred Le 08 septembre 2015 à 22h07
              Afficher/Masquer

              @ caracole
              Je ne comprend pas ce que vous dites ni ou vous voulez en venir et ce n’est pas une attaque ad hominem subliminale.
              Par contre mon sixième sens me dit qu’il serait bien dommage de voir débarquer des trolls même subtils sur ce beau site.


          • Caliban Le 08 septembre 2015 à 19h52
            Afficher/Masquer

            Personnellement je suis favorable à une abolition de l’héritage.
            Privez les personnes de ce “prétexte” d’accumuler pour leurs petits-enfants, et vous verrez comme ils sauront donner un sens à leur vie d’êtres humains.

            Car enfin, ce qui est sur Terre n’appartient à personne et appartient à tout le monde, y compris le Vivant dans sa globalité.

            A force d’accaparer, d’accumuler, d’épuiser les ressources … il ne restera – comme le dit si bien l’auteur de cet article – qu’un climat délétère de négation de l’être humain.

            Nous vivons sur cette fiction que le partage des richesses se fait selon le “talent de chacun” (John Locke). Il serait temps de revenir les pieds sur Terre.


            • Dominique Gagnot Le 08 septembre 2015 à 23h14
              Afficher/Masquer

              Il y’a beaucoup mieux que abolir l’héritage!

              C’est abolir la propriété privée des Ressources primaires (foncier, grandes entreprises, infrastructures, MP, etc, …), propriété remplacée par un simple droit d’usage (…). La propriété, et donc la gestion des Ressources primaires revenant à la collectivité.

              Ainsi il deviendrait impossible d’accumuler des ressources essentielles, sources de pouvoir économique, mais seulement des babioles ou une fortune monétaire qui ne pourrait être que dépensée en droits d’usages, ou investie dans de nouvelles entreprises (…)

              Les riches n’auraient ainsi plus aucun pouvoir sur le reste de la société.

              Et la collectivité tirerait une rente gigantesque des droits d’usage des biens communs, qu’elle aurait cédés, pour financer Revenu d’existence, entreprises d’intérêt général, services publics…


            • Caracole Le 09 septembre 2015 à 12h30
              Afficher/Masquer

              “Privez les personnes de ce “prétexte” d’accumuler pour leurs petits-enfants, et vous verrez comme ils sauront donner un sens à leur vie d’êtres humains.”

              Parce que se fixer le but que son engeance vive mieux que nous n’est pas donner un sens à sa vie ? Mon dieu, mais qui êtes vous pour vous permettre de juger qu’elle “prétexte” que chacun donne à sa vie est moins bien qu’un autre ?

              Si chaque parents s’etait fixé comme raison de vivre de permettre a ses enfants d’avoir une meilleur vie, peut-etre qu’il y aurait réfléchit a deux fois avant de faire des gosses qui vivent dans la misère.


          • JK Le 09 septembre 2015 à 10h23
            Afficher/Masquer

            Caracole,

            “Évitons le populisme suivant: les riches sont devenus riches par leurs exactions, donc ce n’est pas normal qu’ils soient riches, leurs héritiers non plus”

            Nous répondons très exactement à un texte qui explicite les conséquences des exactions de l’oligarchie capitalistique, et la nécessité de reprise en main active des peuples sur eux-mêmes alors que la létargie (en particulier par orchestration médiatique mainstream) menace de les envahir face à ce fléau : vous traitez cela de populisme, de variable à rejeter, alors qu’il s’agit justement du point névralgique.

            Vous n’irez pas plus loin que le bout de votre nez, même avec de très belles théories, à ne pas voir ces choses en face. Si d’un autre côté votre appendice (même s’il s’agit d’une très belle péninsule) vous suffit comme horizon, libre à vous, mais ne tentez pas de nous y entraîner comme un résidu destiné à devenir une vulgaire crotte de nez.


            • Caracole Le 09 septembre 2015 à 12h25
              Afficher/Masquer

              Encore une fois, je n’ai pas d’avis sur la question, c’est pourquoi je la pose ici.

              Et je suis bien au courant de la nature humaine poussant malheureusement l’addage “les riches sont devenus riches par leurs exactions, donc ce n’est pas normal qu’ils soient riches, leurs héritiers non plus” et “les riches deviennent de plus en plus en riches” sont malheureusement en partie vrai, ce que je concois peut etre amoral.

              Si je demande d’eviter ces populisme c’est pour trouver une explication, une logique, une raison, a pourquoi il serait mal fondmentalement de devenir riche grace a un avantage permettant a notre engeance de profiter de cette avantage. Les populismes que je ne recuse pas ne sont que de épiphénomènes.

              Mais en ecrivant ces quelques mots je viens de comprendre, que finalement la seule réponse est parce que l’homme est mauvais, pas de nature, mais en raison de la vie en société. Et on en revient a Rousseau.


      • chios Le 08 septembre 2015 à 18h45
        Afficher/Masquer

        En tant que fille d’officier de marine(marchan)de), je ne peux que confirmer.
        Même chez les pirates, il y a de la “hiérarchie”
        Il y a aussi des “révotes” à bord.
        Mais, en espace restreint les conflits y ont un caractère particuluiir….

        Je pense à un ceertain Bounty

        ine barre chocolat extérieur, noix ce coco à l’intérieur.


      • JK Le 09 septembre 2015 à 10h12
        Afficher/Masquer

        Sloggoth,

        Adam Smith :
        « Les profits, pensera-t-on peut-être, ne sont qu’un nom différent pour les salaires d’une espèce donnée de travail : le travail d’inspection et de direction. Toutefois, les profits sont complètement différents, ils sont réglés par des principes tout à fait différents, et ils ne sont pas en proportion de la quantité, de la pénibilité ou de l’ingéniosité de ce prétendu travail d’inspection et de direction. Ils sont complètement réglés par la valeur du capital engagé et sont plus ou moins grands selon son importance. »


    • daniel Le 08 septembre 2015 à 19h16
      Afficher/Masquer

      Super-résidence…
      L’idée est bonne, mais puérile. Pourquoi ne pas supprimer leurs autres jouets, par exemple leurs bagnoles ! Sans super-résidence, ou sans super-bagnole, leurs longues dents seront encore en état de faire du mal.

      Viser plus à fond.
      Il faut leur enlever la propriété des ressources primaires, tels l’air , l’eau, les minerais du sous-sol, les infrastructures , y compris privées, d’intérêt collectif etc… Elles doivent devenir une propriété collective, gérée démocratiquement, sans a-priori quant à l’environnement politico-économique, du capitalisme tempéré au collectivisme bolchévique.
      Et bien entendu supprimer la spéculation pure, celle sans prise en charge du produit spéculé.
      Ces idées sont bien mieux explicitées par leur auteur, Dominique Gagnot.
      Il intervient souvent sur le blog à Paul Jorion, sans soulever enthousiasme… dommage!


      • JK Le 09 septembre 2015 à 10h31
        Afficher/Masquer

        Daniel,

        Faisons-le éventuellement. Mais pour cela de mon point de vue il nous faut préalablement rétablir un espace de démocratie constituée comme participative, c’est le minimum vital, le plus petit dénominateur commun d’une société moderne vivable.


      • Alfred Le 09 septembre 2015 à 13h37
        Afficher/Masquer

        Bien sur ultimement c’est la propriété des ressources l’objectif mais vous passez à côté de quelque chose avec cette histoire de “super résidence”: il ne s’agit pas d’enlever des joujoux mais le moyen de vivre en getho. Pour deux raisons:
        – la vie en getho des ultra riches leur permet de ne pas sentir les résultats des politiques qu’ils impulsent et les “déresponsabilise”
        – la propriété des ressources est le moyen de maintenir ces gethos (ce qui est le but: le pouvoir et la vie à part). Supprimer la possibilité du but permet de faciliter le renoncement aux moyens (la propriété de la ressource).
        C’est peut être utopique mais ni puéril ni débile.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 10h10
      Afficher/Masquer

      C’est un bon point de départ, ou d’arrivée, selon les optiques ! Faisons-le.


  6. Crapaud Rouge Le 08 septembre 2015 à 07h44
    Afficher/Masquer

    Passionnant et fondamental, j’ai immédiatement partagé ce billet sur Facebook. Chris Hedges nous invite à considérer que la clef de voûte du système sont les super-riches, rien ni personne d’autre. Il faut donc qu’ils cessent d’exister, il faut les ruiner avant qu’ils ne nous ruinent davantage.


    • Georges Le 08 septembre 2015 à 11h08
      Afficher/Masquer

      @ Crapaud Rouge du 8 septembre à 07h44

      Il me semble que vous simplifiez beaucoup le propos exceptionnel de Chris Hedges.

      Il y a toute une approche radicalement humaniste de sa part en opposition avec des concepts qui sont inculqués et que nous portons en nous, l’ego démesuré, la réussite par l’argent et tout un tas d’autres choses remarquablement énoncées dans le texte.

      Ce n’est pas le seulement “iaka supprimer les super riches” (ce qui suppose que vous gardez les riches, reste à savoir où vous mettez le curseur pour faire la délimitation). Il faut déjà les supprimer dans sa tête (c’est à dire ne pas avoir une jalousie cachée pour ces gens, un désir pour ce qu’ils représentent, et c’est plus dur que ce qu’il y paraît car c’est vraiment la société qui fonctionne sur ces “valeurs”, valeurs qui pour le coup sont très négatives).

      Dans la culture musulmane, et avec le concept de zakat (=donner aux pauvres) se pose la question de “qui est pauvre et qui doit donner ?”.

      Le prophète aurait répondu : “est riche celui qui sait ce qu’il va manger le soir”. Voilà où est mis le curseur dans ce cas !!


      • Crapaud Rouge Le 08 septembre 2015 à 12h41
        Afficher/Masquer

        J’approuve à 100% votre réponse, George, à ceci près que je ne simplifie rien. J’ai bien vu que les propos débordent la seule existence des super riches, et que le curseur n’est pas facile à positionner. Mais ce sont bien eux la clef de voûte de l’ensemble, ce sont bien eux qui vivent dans une bulle dorée, qui choisissent toutes les orientations fondamentales sans jamais en subir les conséquences. Ils font de l’ombre, (quand ils ne les éliminent pas physiquement), à toutes les personnalités qui pourraient émerger et grâce auxquelles une autre culture pourrait “envahir nos écrans”. Il arrive un moment où y’en a marre, où il faut savoir être concret, arrêter de s’en prendre à un “système” qui est surtout une abstraction, pour regarder en face les vrais coupables ! Parce qu’il y en a, des coupables, mais ils sont plus souvent dans une limousine que dans la rue.


        • Alain au bar Le 08 septembre 2015 à 14h30
          Afficher/Masquer

          De plus ce n’est pas parce que nous aurons identifié, jugé et condamné les coupables que nous devrons leur faire subir le même sort atroce qu’eux mêmes réservent à une bonne partie de l’humanité. Les mettre à l’écart en les empêchant de nuire nous suffirait largement. Nous sommes les humains, ils sont les barbares.


        • Wilmotte Karim Le 08 septembre 2015 à 16h35
          Afficher/Masquer

          Quand les choses évoluent de façon convergente partout, c’est que le problème, avant que d’être “les vrais coupables” est structurel. Changer les gens sans changer les choses, vous aurez plus ou moins rapidement les mêmes problèmes.


          • Tatare Le 08 septembre 2015 à 17h47
            Afficher/Masquer

            Karim, vous ergottez, il me semble.

            Les “choses” telles qu’elles sont, ont été voulues par les “gens” dont vous parlez.
            En empêchant ces “gens” de fabriquer le problème “structurel” qui les arrange, celui-ci devrait disparaître, non ?


            • chios Le 08 septembre 2015 à 18h53
              Afficher/Masquer

              à crapaud rouge…

              ……s’accaparer un pouvoir qu’ils savent prendre mais qu’ils ne savent pas mériter….

              butin qu’ils ne veulent plus lâcher., le propblème c’est qu’ils s’accrochent, comme des naufragés s’zaccrochent à leur planche de salut.

              D’accord, je vais un peu loiun là….

              Sorry pour les fautes, je ne trouve plus mes lunettes, et suis un peu pressée.


            • JK Le 09 septembre 2015 à 10h39
              Afficher/Masquer

              Tatare,

              Une purge (ou, par extension, une tumorectomie) n’est pas forcément l’unique clé de voûte d’un traitement du cancer.

              D’autres mécanismes de contrôle réellement démocratiques et populairement participatifs (constitutionnels, institutionnels, …) doivent ainsi également être créés, et intervenir en particulier dans le temps long.


          • Crapaud Rouge Le 08 septembre 2015 à 18h12
            Afficher/Masquer

            @Wilmotte Karim : les riches font les structures et les structures font les riches : on n’a pas à se poser la question de l’œuf et de la poule.


            • Crapaud Rouge Le 08 septembre 2015 à 18h17
              Afficher/Masquer

              Que l’on puisse passer, en moins de temps que ne dure une vie humaine, de 100 $ en poche à des milliards, comme cela arrive à de rares “élus”, je ne trouve pas ça admirable mais abominable. Ces rares élus bossent comme des fous, certes, mais personne ne leur demande ça, pas plus qu’on ne leur demande de s’accaparer un pouvoir qu’ils savent prendre mais qu’ils ne savent pas mériter.


            • Dominique Gagnot Le 08 septembre 2015 à 23h35
              Afficher/Masquer

              Vous avez raison, Mais le problème est dans le Pouvoir économique que les riches tirent de leur Propriété privée de Ressources primaires, essentielles, dont tout le monde à besoin.

              Il suffirait qu’il leur soit impossible d’en devenir propriétaire, et le tour est joué!

              Ces Ressources devraient donc appartenir à la collectivité, nationalisées donc. (le financement est simple, sans spolier, mais c’est un autre sujet…)

              La collectivité pourrait ainsi les gérer dans l’intérêt général, et tirer une rente gigantesque de ce Capital, à la place des riches.

              Eux ne pourraient plus s’enrichir de rente, mais seulement d’un talent ou travail exceptionnel justifiant leur richesse . Comme tout le monde!


      • Crapaud Rouge Le 08 septembre 2015 à 20h49
        Afficher/Masquer

        @Georges : pour ce qui est de l’aspect culturel auquel je suis sensible, je suggère de diviser le monde en deux : d’un côté les gens d’esprit qui s’efforcent de faire toujours mieux, et de l’autre les abrutis finis qui ne cherchent que toujours plus.


    • daniel Le 08 septembre 2015 à 19h24
      Afficher/Masquer

      Mes excuses, je n’avais pas lu cette suite.

      ” il faut les ruiner avant qu’ils ne nous ruinent davantage.”
      A rapprocher d’une déclaration de Suzan George :” Les riches sont trop nombreux, une véritable surpopulation…” ( en substance, pas mot à mot, sur France-Culture, Les matins, en 2014.)
      La question est Comment fait-on. Leur enlever les moyens d’être riche, rendre impossible un enrichissement toujours obscène, mieux répartir, c’est le chemin me semble-t-il.


  7. Enoch Le 08 septembre 2015 à 09h18
    Afficher/Masquer

    Que la ploutocratie est trouvé dans le néolibéralisme l’idéologie idéal pour maintenir son pouvoir est une évidence.

    Comme dans toute force en position dominante, elle a besoin d’un pouvoir de coercition efficace : l’armée Américaine.

    Mais tout le blabla sur les damnés de la terre c’est de la poudre aux yeux !

    Hedge oppose une vision idéologique et utopique – l’humanisme – face à la real politik qui a toujours existé.

    Il y a toujours eu dans l’histoire une force dominante qui a utilisé la force pour imposer ces vues, ces codes, ces lois : les anglais, les romains, l’église…

    Si on a eu une classe moyenne bien portante en Europe de l’ouest, c’est simplement du a l’opposition du bloc soviétique. Du moment que les Etats-Unis n’ont plus eu de contre-pouvoir et d’opposition suffisamment forte, maintenir une classe moyenne en Europe n’a plus d’intérêt stratégique.

    Le pouvoir financier (donc réel) de la domination anglo-saxonne ayant corrompu par le haut toutes les institutions politiques et métapolitiques dominantes, elle se comporte comme tout les forces sur-dominantes, elle s’autodétruit.

    La montée en puissance de Daesh n’est que la résultante d’un monde multipolaire en devenir. La domination Americaine s’étiole, comme n’importe quel pouvoir se serait étiolé.

    Elle laisse la place à de nouvelles idéologies, de nouveaux pouvoirs. Dans un monde qui se recompose autour de la circulation très rapide des idées.

    On voit que dans un monde « globalisé » la problématique identitaire est entrain de prendre le pas sur la problématique sociale.

    C’est peut-être ceci que Hedge comprend le moins bien. Il a tendance à proposer une grille de lecture issue du siècle dernier. Comme si la problématique sociale était les raisons des conflits à venir.
    Bien qu’il décrit très bien le nihilisme des sociétés de sur-consommation, tel l’Amérique, il faudrait aussi comprendre que dans nos sociétés sans repère, l’identité sera au cœur de tout les conflits en devenir.

    Je pense que c’est le bon filtre pour comprendre les motivations dans l’engagement de nos djeunes djihadistes.


    • Georges Le 08 septembre 2015 à 11h33
      Afficher/Masquer

      @ Enoch du 8 septembre à 9h18

      Il me semble que Hedge met très bien en avant la notion d’identité, ici trouver un sens lorsque la société de base vous méprise. Il reste alors la force de décider librement pour soi. Ca me semble très clair dans son texte, pour comprendre les motivations des djihadistes entre autres.

      C’est même très très bien mis en avant dans son texte.
      Je ne comprends pas ce qui motive votre commentaire en bémol.

      Vous illustrez alors le fait qu’il a identifié, (puisque vous n’argumentez pas, je vous cite “…….ceci que Hedge comprend le moins bien. Il a tendance à proposer une grille de lecture issue du siècle dernier….”, il faudrait dire qu’est-ce qu’il ne comprend pas, qu’elle est la grille de lecture, vous semblez suggérer que ce serait seulement les problèmes économiques, mais ce n’est pas le cas dans son exposé, et en quoi le fait que ça provienne du siècle passé est gênant, ce qui vous met de suite dans la catégorie des “conditionnés sophistiqués”, puisque votre propos laisse entendre que le moderne, il n’y a que ça de bon) la mise en avant de soi, l’existence par un positionnement, le “J’existe parce que je dis ce que je veux quand je veux” que l’idéologie dominante a réussi à nous inculquer insidieusement.

      L’identité peut se construire sereinement lorsqu’on a le sentiment d’avoir une place satisfaisante dans la société.
      Avoir un rôle dans la société (un travail ou une activité utile, voir les concepts de Bernard Friot) est une des clefs de cette “place”. Certes il y en a d’autres, mais celle-ci est la plus importante.

      Identité :
      -la place qu’on a personnellement dans la société.
      -l’appartenance à un groupe à l’intérieur d’une société ou si ce n’est pas possible, à l’extérieur de la société.
      -très certainement d’autres choses également.

      L’identité par l’activité est bien souvent la première, et lorsqu’elle ne peut pas exister, il y a les autres identités. A ne pas confondre avec un problème économique, même si ça va être fortement lié au fur et à mesure de l’avancée des problèmes.


      • Enoch Le 08 septembre 2015 à 22h32
        Afficher/Masquer

        Mon propos était plus global que centré sur l’individu.

        Que les rapports sociaux et que le néolibéralisme soient les alphas et les omégas de toutes les problématiques actuels me semble simpliste. Bien que je ne nie absolument pas sa nocivité dans le monde.

        Je trouve vos définitions de l’identité très juste pour la civilisation européenne. Je doute quel soit universel.

        D’ailleurs la vision de Hedge me semble trop américaine pour comprendre les subtilités des autres civilisations a commence par l’arabo-musulman.

        Je ne vais pas me lancer dans une explication de l’identité. Mais je doute qu’on puisse employé nos grilles de lectures « sociales » sur les peuples du moyen-orient.

        Et je maintiens sans plus de précision que la crise de sens qui est bien décrit par Hedge n’a pas que des fondements économique mais avant tout identitaire.

        Que le réveil de l’Islam politique n’est en rien lié au néolibéralisme, c’est juste le réveil d’une puissance séculaire, qui veut imposer sa vision du monde.

        Ne pas comprendre que les sunnites tentent de réimposer par un islam rigoriste leur fierté religieuse. Et j’insiste sur mon dernier mot : RELIGIEUX.

        C’est une crise identitaire profonde qui ne se résoudra ni par les armes, ni par l’économie. C’est une opposition complète aux lumières et à notre vision universelle.


        • JK Le 09 septembre 2015 à 10h52
          Afficher/Masquer

          Enoch

          Un alpha et un omega, qui comprend non seulement les aspects de contenant identitaire, mais également institutionnels et légaux, se trouve de mon point de vue dans une démocratie POSSIBLE mais encore non advenue – La démocratie, en tant que système intrinsèquement imparfait mais mobile, permettant, comme le signale très justement SAPIR dans son dernier billet, d’aboutir à un constat populaire afin de dégager des actions temporairement adaptées au corpus social qu’elle représente.

          Nous sommes arrivés au bout de l’exploitation de l’ancienne vision démocratique, celle représentative, pour laquelle force est de constater qu’elle ne forme que des systèmes/dirigeants et appareils inféodés à des forces et intérêts privés ou, au mieux, non-démocratiques. Une nouvelle démocratie PARTICIPATIVE doit donc advenir afin de restituer l’essence même de son existence, et cela ne pourra se faire qu’en présence d’un mouvement populaire suffisant. Je n’en doute pas, si nous dépassons les débats importants mais secondaires liés à l’actualité : bien qu’encore déprimées par des décennies de désillusion, les forces sociales en ce sens me semblent particulièrement présentes.

          A titre personnel, je garderai alors volontiers notre devise “liberté, égalité, fraternité” pour la penser…


  8. Suzanne Le 08 septembre 2015 à 09h30
    Afficher/Masquer

    Réintégrer les dépossédés dans l’économie mondiale.
    Phrase phare, phrase clef.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 10h54
      Afficher/Masquer

      Qui fait ça et quand ? En l’état, ce n’est qu’une déclaration d’intention, et on sait ce que ça vaut dans la réalité.


      • Tatare Le 09 septembre 2015 à 19h24
        Afficher/Masquer

        On appelle ça aussi un vœu pieux.

        A propos de votre réponse ci- dessus : ” d’autres mécanismes de contrôle doivent être créés ”

        Mais ils existent ! Enfin ils existaient, car la fiscalité ne joue plus son rôle de redistribution. De progressif, l’impôt est devenu dégressif. Les successions sont peu fiscalisées, ce qui permet l’accumulation de richesses et de pouvoir.
        Comme ce sont les mêmes qui écrivent les lois et qui les votent, rapidement elles sont dévoyées à leur profit, d’où la nécessité de revoir la constitution périodiquement. Évidemment ça ne les intéresse pas !


        • JK Le 09 septembre 2015 à 23h46
          Afficher/Masquer

          Tatare,

          C’est à cela que je voulais en venir, ainsi qu’au fait que les politiques ne sont plus contrôlés , et obéissent à des lois économiques dévoyées, donc aux oligarques avant le peuple.


  9. yann Le 08 septembre 2015 à 09h36
    Afficher/Masquer

    Ce texte embrume la raison plus qu’autre chose. L’auteur mélange tout un tas de choses et le met sur le dos du néolibéralisme. En ce sens il analyse le monde exactement comme eux qui mettent tous les malheurs du monde sur le dos des états. Le monde est un peu plus complexe que ça et ne peut en aucun cas se résumer à des manichéismes. De la même manière que l’on ne peut mettre les USA comme seul responsable des problèmes du monde actuel. C’est un peu facile tout ça.


    • Zasttava Le 08 septembre 2015 à 17h27
      Afficher/Masquer

      Je pense que Chris Hedge conçoit le néolibéralisme bien plus que la pensée économique qu’il était à l’origine.
      A mon avis, c’est l’ordre néolibéral en tant qu’ensemble de concepts déstructurants les Etats, les sociétés, les familles, les individus, que Chris Hedge dénonce.
      Partant de là, je trouve son texte très fort et pertinent.
      De l’abolition des frontières entre Etats pour favoriser le libre-échange commercial et de la régulation financière pour libérer les mouvements de capitaux, l’ordre néolibéral s’est mis à abolir toutes les frontières.
      Des messages publicitaires aux discours des politiques en passant les prescriptions médiatiques, tout est abolition des frontières : frontière entre les sexes avec la théorie du genre ; frontière entre les générations avec ces pubs appelant à rester enfant et insouciant ; frontière entre les cultures quand les transnationales vendent des produits standards selon leurs valeurs à elles ; frontière entre les patrons et les salariés avec des lois tendant à les mettre sur un pied d’égalité ; frontière entre l’essentiel et le futile parce que les médias ne hiérarchisent plus les faits d’actualité ; frontière entre le mérite par le travail et le talent et le copinage de réseaux ; frontière entre la droite et la gauche…etc.

      Au final, les individus vivent dans un environnement dénuées de repères. Il a raison quand il dit qu’on vit dans le stress permanent : un psy français avait nommé ça la société psychotoxique.
      Et selon moi, l’ordre néolibéral y est à l’origine.


  10. gelmad Le 08 septembre 2015 à 09h58
    Afficher/Masquer

    “Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit, et l’obéissance en devoir”.
    J.J. Rousseau, Du contrat social, Livre I, §1.3 –


    • pipo Le 08 septembre 2015 à 11h40
      Afficher/Masquer

      Le plus “fort”, c’est le plus corrompu, le plus menteur, le plus traitre, etc…
      ça “force” il l’a bien transformée en droit, le sien. Il n’est donc pour lui, ni corrompu ni menteur ni traitre. Il est celui qui fait la loi, la sienne. sa richesse c’est la conséquence.
      Le plus “faible”, ça faiblesse c’est sa naïveté et sa lâcheté,
      ça “faiblesse”, il l’a bien transformé en devoir, le sien.

      Le problème, vous l’avez à la fin de la vidéo, aime ton prochain (nos enfants) et ils t’aimeront.


      • JK Le 09 septembre 2015 à 10h58
        Afficher/Masquer

        Pipo,

        Le plus fort n’est pas toujours le plus méchant. Parfois même loin de là.

        Il va vous falloir garder des capacités de jugement dans les temps à venir afin de ne pas céder aux idées vengeresses toutes faites ; les vindictes populaires, sans informations éclairées et précises, sont rarement justes, et deviennent souvent métonymiques lorsqu’elles sont ad hominem.


  11. Astatruc Le 08 septembre 2015 à 10h23
    Afficher/Masquer

    https://video-ams2-1.xx.fbcdn.net/hvideo-xaf1/v/t42.1790-2/11049805_10153083544906465_1458432344_n.mp4?efg=eyJybHIiOjM1NCwicmxhIjoxMzIwfQ%3D%3D&rl=354&vabr=197&oh=0efbdd29ad3f53e21762c60f137edcc3&oe=55EEB6B9

    Michel Colon, parle de pays qui ont fomenté l’attaque de la Syrie, “il y a deux ans, à Londres:”on prépare quelque chose contre la Syrie, est-ce que tu veux en faire partie?”Question posée à Laurent Dumas.


  12. Le Yéti Le 08 septembre 2015 à 11h03
    Afficher/Masquer

    Article relayé sur mon blog perso et sur Politis.


  13. stephp Le 08 septembre 2015 à 11h39
    Afficher/Masquer

    Oui on peut considérer qu’il y a beaucoup de manichéisme dans ce texte. Que le monde est plus complexe que cela, C’est vrai.
    Il n’en reste pas moins que s’il faut établir des priorités, la première d’entre elles serait bien de mettre fin aux ravages du modèle néo-libéral qui engendre crises et guerres partout dans le monde, bien plus aujourd’hui que n’importe quel autre acteur ou système politique. Il sera temps ensuite de passer à la résolution d’autres problèmes moins critiques.
    En Europe par exemple, la faits (Grèce) montrent de façon claire que l’Euro tel qu’il est mis en oeuvre n’offre aucun avenir viable aux populations, enfermées dans une austérité sans fin: aucune lumière en vue au bout du tunnel dans le cadre actuel. Il faut démanteler l’euro, c’est pour un nombre croissant de gens en Europe la priorité numéro un.
    Autre exemple. Face à la vague de réfugiés de guerre (le mot ‘migrants’ me semble mal choisi, car ces gens ne viennent pas ici par choix économique, mais par réflexe de survie) il faut, il n’y a pas d’autre solution (enfin je vois pas) arrêter la mise à sac du moyen-orient et de l’Afrique et commencer à réparer les dégâts (pas simple c’est sur…).
    Derrière ces deux exemples je constate que les gens qui sont à la manœuvre et qui ont engendrés ce que l’on constate amèrement aujourd’hui fonctionnent selon le modèle néo-libéral, au service de cette oligarchie hors-sol.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 11h08
      Afficher/Masquer

      Stephp,

      Nous nous rejoignons sur beaucoup de points apparemment, sauf sur les conséquences du fait que l’euro n’est effectivement qu’un symptôme. En tant que symptôme, il ne peut en effet être considéré comme le pôle sur lequel centrer, même temporairement, des actions populaires en faveur d’un meilleur système, sauf à ce que les peuples se fassent doubler ultérieurement par en-dessous d’une manière ou d’une autre par ledit système. De mon côté, j’en reviens ainsi encore et toujours sur une démocratie participative à constituer et à établir.


  14. Charlie BECKMAN Le 08 septembre 2015 à 15h10
    Afficher/Masquer

    Il est inutile de faire science po ou d’être énarque pour comprendre les origines des problèmes humanitaires, il suffit simplement de ne pas faire dans le j’m’en foutisme et de prendre les informations dans toutes les sources, y compris officielles, avec évidemment un esprit critique et l’observation du réalisme dont celui du quotidien et de l’anodin. Mais il est vrai que le monde du travail et le soucis social, financier ou matériel ainsi que les passions sont des écrans de fumée.
    On peut comparer les désastres de l’humanité à deux éléments : le virus du sida et les cyclones.
    Le virus du sida est mortifère par le mécanisme de l’affaiblissement des défenses de l’organisme et ce sont les maladies, même bénigne qui gangrènent et tuent. L’oligarchie mondiale des ploutocrates(qui sont eux-même sous influences et peut-être pas à l’origine de l’idéologie et mécanisme du néo-ultra-libéralisme) affaiblissent les démocraties par le pillage économique, s’ensuit la pauvreté, les divisions, la corruption et le développement des maladies : délinquances, gangs, mafias, terrorismes etc…
    Ces oligarques-ploutocrates ne sont pas des titans de la taille d’un immeuble de vingt étages, il tirent leur puissance de domination et de destruction par la duplicité, la ruse, la corruption et l’ignorance comme les cyclones par la chaleur des océans et le réchauffement climatique.
    Il ne tient qu’à nous et l’humanité entière de ne pas être un lit de corruption de tous niveaux et d’ignorances et d’orgueils manipulables comme ces djihadistes stupides qui font le jeu et la volonté de ces manipulateurs en rejoignant avec les psychopathes du monde entier un état et une idéologie criminelle pire que les nazis.
    Que nos esprits se dilatent par la connaissance dans le temps et l’espace et en profondeur par l’intelligence, la conscience et la spiritualité dans le sens de la vraie justice universelle.


    • Georges Le 08 septembre 2015 à 21h10
      Afficher/Masquer

      @ Charlie BECKMAN le 8 septembre à 15h10

      Je vous cite : “….Il est inutile de faire science po ou d’être énarque pour comprendre les origines des problèmes humanitaires,….”

      Humour : ne croyez vous pas que la phrase suivante serait plus appropriée !!!

      “….il est utile de ne pas avoir fait science po ou l’ena pour comprendre les origines des problèmes humanitaires….”


      • Charlie BECKMAN Le 09 septembre 2015 à 23h06
        Afficher/Masquer

        Georges,

        Vôtre remarque est pertinente, vous avez raison, les écoles supérieurs sont probablement orientées pour un formatage intellectuel de la classe dirigeante. La faiblesse humaine fera le reste de ce probable processus d’utilisation de la propre énergie de la multitude comme un carcan ou sa destruction par l’instrumentalisation, comme je l’ai cité dans mon premier post, de l’ ignorance,l’ orgueil ou la cupidité qui permettent la corruption de l’élite qui sera le poignet de l’emballage de la multitude ignorante, divisée et corruptible elle aussi.
        Donc l’origine obscure ou main invisible utilise l’énergie déstructurée, corruptible, ignorante et divisée de la population mondiale dans le temps contre elle-même pour la dominer ou la détruire selon ses intérêts d’ou la comparaison avec l’énergie des chaleurs océaniques qui crée des cyclones dévastateurs mais qui se volatilisent dans les terres ou ne se trouvent pas cette chaleur et humidité.
        Conclusion : Si la totalité ou une grande partie de l’humanité modifie un comportement animal en un comportement automatiquement responsable et juste envers elle même de manière universelle, cette main invisible n’aurait pas de prise sur l’humanité pour ses funestes projets.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 11h10
      Afficher/Masquer

      Charlie,

      “Que nos esprits se dilatent par la connaissance dans le temps et l’espace et en profondeur par l’intelligence, la conscience et la spiritualité dans le sens de la vraie justice universelle.”

      … Et que nos corps agissent en conséquence.


  15. Renaud 2 Le 08 septembre 2015 à 16h17
    Afficher/Masquer

    L’Etat Islamique n’est pas un contre-pouvoir à l’oligarchie néo-libérale. Il n’aurait jamais pris une telle ampleur sans le financement, la formation et l’armement prodigués par cette dernière. Dans un des derniers posts publiés sur le site de Dmitry Orlov, un Russe compare les méthodes de l’EI à celles d’Hollywood. Les mises en scène sont de même nature, et le public visé aussi.
    Cela dit, Chris Hedges vise juste quand il dit “Ceux au pouvoir apprennent-ils l’histoire ? Ou peut-être est-ce ce qu’ils veulent. Une fois que les Damnés de la Terre se changeront en État islamique, ou adopteront la contre-violence, l’ordre néolibéral pourra supprimer les dernières entraves qui le retenaient et commencer à tuer en toute impunité. ” Cela a déjà commencé avec l’affaire des drones d’Obama.


    • Wilmotte Karim Le 08 septembre 2015 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Mais pour les tenants de l’EIL, l’EIL peut être anti-néolibéral.
      Si on associe l’EIL à la guerre contre l’occident et qu’on identifie l’occident aux néo-libéraux, c’est “logique”.

      Qu’il y ait une part de manipulation via l’EIL ne change alors pas le fait qu’il s’agisse d’une réaction viscérale d’une partie des populations irakiennes sunnites et syriennes rurales qui ont été marginalisées et ont subi des chocs durs (en ce compris, économique). Et donc, des individus ailleurs qu’en Irak et Syrie et qui se construisent une identité en s’identifiant à ces courants de type “EIL”.

      Se tromper d’ennemi ou de formulation du conflit n’empêche absolument pas de se battre, et cela peut tout à fait être joint à la barbarie.


      • FifiBrind_acier Le 08 septembre 2015 à 18h05
        Afficher/Masquer

        Croire, comme l’auteur, que les Islamistes sont des révolutionnaires, est la plus grosse idiotie que j’ai lue depuis longtemps…

        Ce sont des mercenaires, ils remplacent les armées régulières de l’ OTAN, quand celles-ci ne disposent pas de mandats de l’ ONU pour mettre des troupes au sol.

        Ils font du nettoyage ethnique, ce qui est interdit aux Etats par le Droit International.

        L’Etat Islamiste est richissime, l’argent coule à flot, c’est une motivation largement suffisante pour recruter des mercenaires. Ainsi que la promesse de diriger les futurs califats, plus des femmes esclaves. Et ils sont drogués au Captagon jusqu’aux oreilles….
        Drôles de révolutionnaires…


        • Astatruc Le 08 septembre 2015 à 18h54
          Afficher/Masquer

          Fifif brindacier, Le droit international?
          “les usa ont refusé de ratifier le Statut de Rome(par lequel on a institué la Cour Pénale Internationale), Le Congrès a adopté une loi, signée prestement par Bush qui accorde à la maison blanche l’autorité d’envahir militairement la Haye si un Américain est traduit devant la cour.”
          Source:L’occident terroriste par N.Chomsky et A .VLTCHEK, p37.
          Vous voyez, les cons ça ose………


          • FifiBrind_acier Le 08 septembre 2015 à 20h57
            Afficher/Masquer

            Nous en sommes d’accord, mais nous ne sommes plus à l’époque de la guerre du Vietnam.. Dans le livre de John Perkins ” Les confessions d’un assassin financier”, il explique que le gouvernement, ou plutôt la CIA, utilise des ONG ou des boites privées pour faire ses mauvais coups, ce qui évite de passer par des votes au Congrès, ce qui alerterait les médias et les américains.

            Les Américains ne veulent pas d’une nouvelle guerre, après celle du Vietnam, d’Irak et d’ Afghanistan. La délégation ” à des sous traitants” évite toutes ces questions désagréables…


          • JK Le 09 septembre 2015 à 11h15
            Afficher/Masquer

            Astatruc,

            Avez-vous svp les sources légales sur les “rapports” entre Washington et le TPI que vous évoquez, je n’arrive pas à les trouver ?


        • Georges Le 08 septembre 2015 à 21h44
          Afficher/Masquer

          @ FifiBrind_acier du 8 septembre à 18h05

          Relisez le texte, l’auteur ne croit pas que les islamistes sont des révolutionnaires.

          Cherchez le mot “révolutionnaire” vous ne le trouverez pas. Vous trouverez le mot “révolte” qui est autre chose.

          Je vous cite : “Croire, comme l’auteur, que les Islamistes sont des révolutionnaires, est la plus grosse idiotie que j’ai lue depuis longtemps… “, vous ne l’avez pas lue dans cet article !!!! Alors où se trouve l’idiotie ?
          ——-
          Avec un esprit humaniste, il donne des éléments pour donner une explication sur la motivation de ces gens.

          Tous les enfants naissent innocents, un principe de base de l’humanisme. Qu’est-ce qui fait que certains ont des parcours violents ou pas est plutôt le fil directeur sous-jacent du propos.

          Et il arrive à l’aide de son humanisme sincère et bien réfléchi à nous proposer une analyse radicale et très convaincante.
          ———
          Et il aborde le sujet qu’on essaie de laisser tabou, à savoir le fait que des enfants palestiniens meurent dans le silence de l’occident.

          Parfois ce simple fait permet de comprendre pourquoi certaines réactions sont infondées et ne font plus appel à la raison…..ce qui lui (= Chris Hedge) donne encore plus raison !!!


  16. theuric Le 08 septembre 2015 à 17h08
    Afficher/Masquer

    Mais pourquoi donc personne ne prend-il pas en compte le fait que le système économique globalisé est déjà sur la voie de sa propre déroute et, dès lors, de son autodestruction?
    Oserais-je dire que l’ensemble de ces considération ont un train de retard, sept ans de retard, pour le moins?
    Tout comme le Général De Gaulle pu considérer,, lors du début de l’opération Barbarossa et 1941, que les allemands, ayant commencé à envahir la Russie, ils seront évidemment vaincus et que sa nécessité serait dorénavant pour lui de s’occuper à mettre en place l’après guerre en France.
    Ne devrions-nous pas ainsi commencer, vu la détérioration inquiétante de l’économie-monde, de nous pencher sur ce que nous devrions faire dès maintenant pour au mieux nous préparer à la faillite universelle, plutôt que de croire le-dit système et ceux qui en profitent, indéfiniment inébranlables et ne pouvant qu’éternellement exister?
    N’oublie pas, César, tu es mortel!
    En cela, tous les César, les petits comme les grands, devraient en prendre de la graine.
    Et je ne parle pas de cette laideur offerte en prix à des artistes méritant qui doivent parfois se demander où ils pourraient bien ranger cette statuette informe.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 11h19
      Afficher/Masquer

      Theuric,

      “Ne devrions-nous pas ainsi commencer, vu la détérioration inquiétante de l’économie-monde, de nous pencher sur ce que nous devrions faire dès maintenant pour au mieux nous préparer à la faillite universelle”

      Nous, peuple, devons surtout nous constituer pour bâtir collectivement, plutôt que chacun se terrer individuellement – sinon, en cas de krach, à qui cet éventuel “après-krach” appartiendra-t-il selon vous ?


  17. E D AILE Le 08 septembre 2015 à 18h53
    Afficher/Masquer

    Trés belle et réconfortante critique des forces néolibérales mais “L’attrait exercé par l’État islamique, qui compte plus de 30 000 combattants étrangers, s’explique en ce qu’il exprime la rage ressentie par les dépossédés de la Terre et en ce qu’il s’est libéré des entraves de la domination occidentale.”
    Quand on vois que l’état Islamique ne s’attaque qu’aux nations (Irak, Syrie) qui résistent ou résistaient à la volonté U.S. d’instaurer son pouvoir mondial, quand on voit que Daesh ne cherche querelle, ni à l’Arabie Saoudite, ni à Israël, ni a aucun autre ami de l’empire, on peut douter de la pertinence de l’analyse.
    On peut douter du fait que l’État Islamique se soit comme l’affirme l’auteur “libéré des entraves de la domination occidentale” quand on voit qu’à de nombreuses reprises, ils ont vu tomber du ciel et ce dés le départ de leurs conquêtes, comme par un malheureux hasard, toutes les armes U.S. qui leurs étaient nécessaires.


  18. Joanna Le 08 septembre 2015 à 20h08
    Afficher/Masquer

    je retiens particulièrement cette phrase :
    “Lorsque l’État islamique a brûlé vif un pilote jordanien dans une cage, cela faisait écho aux agissements quotidiens des États-Unis, lorsqu’ils incinèrent des familles dans leurs maisons, avec les frappes aériennes.”

    et je me dis : est ce que les frappes aériennes promises au peuple syrien n’ont pas plusieurs objectifs à savoir d’une part frapper non pas daesh mais les troupes fidèles au régime de Damas (les britanniques en font autant), d’autre part susciter des exactions d’islamistes sur notre territoire et donc surfer sur la peur des Français pour en appeler à l’unité nationale derrière le président (on connaît la chanson) ?


  19. Andrae Le 08 septembre 2015 à 20h29
    Afficher/Masquer

    Chris Hedges est certes fort sympa. Le problème c’est que des gens comme lui, et il en a bcp d’autres aux USA, ne jouent aucun rôle en politique.

    Il n’essayent même pas, ou bien pcq’ils savent que c’est impossible, ou bien pcq’ils sont maintenus dans une situation de critique accepté qui ne dépasse pas les bornes (à vous, lecteur, de comprendre ou sont ces frontières) plus ou moins comfortable, tolérés ou admirés – ils gagnent leur vie, et parfois super bien. Impact politique: zéro.

    Pour être acerbe, ils participent au grand cirque de la liberté de parole et pensée. Et fournissent une espèce de sous-pape, les gens pensent s’ils entendent, voient, lisent un Chris Hedges, que ses positions (avec lequel ils sont d’accord) ont droit de cité. Ce qui est vrai, pourvu que la personne ne dépasse jamais la position de ‘je ne fais que émettre un point de vue perso.’

    Les dissidents sérieux font face à un autre avenir, souvent la tombe, une disparition mystérieuse. Ou la prison à vie, quand il est impossible de les tuer, car ils sont trop bien connus, etc.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 11h31
      Afficher/Masquer

      Andrae,

      Exactement. C’est pourquoi il faut se préparer à prendre des risques graduels, pour nous, pour nos enfants, pour ceux échoués sur une plage. Combattre un système aussi convaincu, militarisé, déterminé, et à l’attaque, ne pourra de facto se faire au départ que de l’intérieur (les sociétés occidentales). C’est donc notre mission.

      Un contre-projet de démocratie participative aurait alors le triple avantage d’être admissible à la fois de l’intérieur et de l’extérieur, de ne pas sur-exposer nos sociétés dans l’intervalle de transition, et de définir des conditions concentriques de mise en action d’un futur collaboratif mondialisé (une sorte d’inter-nationale d’un genre nouveau, sans la dictature populaire stricto sensu sans doute).


  20. Charlie Bermude Le 08 septembre 2015 à 23h52
    Afficher/Masquer

    J’apprécie ce site parce qu’en général il est je dirais contrarien , sait saisir l’essentiel dans le cour du monde et suscite des commentaires de gens de bonne volonté souvent judicieux .
    Mais là j’accroche pas . J’ai l’impression qu’on est dans une culture du ressentiment ( Nietsche). Voire de la haine , sa complaisance envers les terroristes Islamistes m’interroge , peut étre se projette t il ?
    Moi aussi je suis d’une famille pauvre , et par hasard j’ai fait mes études dans un lycée spécial avec des enfants de riches . Je me souviens d’un qui a eu une ferrari pour son bac .
    J’ai fréquenté et méme plus ,vécu ,dans tous les milieux sociaux dans tous j’ai trouvé des gens interressants , plaisants ,méritants , partout , et d’autres détestables partout . Super riches je connais pas , chez moi çà s’arréte à milliardaire .
    Je ne crois pas que haine et violence soient une solution dans l’ambiance de démesure sociale que nous connaissons . Je crains que ce soit un gagne-pain pour certains et une caution morale .
    Je compte plus sur les innovations de toutes sortes et les prodiges quotidiens de gens plus modestes pour l’infléchir ce cours du monde . Comme a dit Marx , ‘Bien creusé , vieille taupe’ !


  21. Pierre M. Boriliens Le 09 septembre 2015 à 01h12
    Afficher/Masquer

    Je suis toujours un peu étonné en lisant ce genre d’articles. Dans ce texte, le mot “capitalisme” n’apparaît qu’une seule fois, et encore, que dans l’expression “capitalisme mondialisé”. Ce n’est pas une critique spécifique de l’auteur. On voit ça partout, que l’un de nos problèmes, apparu depuis peu, c’est le capitalisme mondialisé…

    Mais voilà une petite phrase :
    “La grande industrie a créé le marché mondial, préparé par la découverte de l’Amérique. Le marché mondial accéléra prodigieusement le développement du commerce, de la navigation, des voies de communication…”
    Ou encore celle-ci :
    “la bourgeoisie, depuis l’établissement de la grande industrie et du marché mondial, s’est finalement emparée de la souveraineté politique exclusive dans l’Etat représentatif moderne….”
    Et d’autres encore, dans la même veine.

    Etonnant ! Non ?
    Eh bien ça date de 1848 et c’est la première page de
    Karl Marx, Friedrich Engels : Manifeste du parti communiste
    https://www.marxists.org/francais/marx/works/1847/00/kmfe18470000a.htm

    Je pourrais faire un couplet sur le néo-libéralisme, aussi, qui n’est jamais que la “solution” qu’on a trouvée quand on a compris que le marché n’était pas soumis à des lois naturelles (pour le dire vite : la main invisible) comme l’est la physique et autres sciences dites de la nature et qu’il pouvait conduire à des catastrophes, en l’occurrence la Grande Boucherie de 1914.

    Donc, nouveau rôle de l’Etat : créer un cadre légal pour le marché afin qu’y règne la concurrence libre et non faussée et veiller à son application. De cette façon, le marché conduira à la meilleure allocation des ressources, etc., les vertus habituelles du marché…
    Mais tout ça reste du capitalisme pur et dur, avec les objectifs habituels : avec de l’argent faire plus d’argent !
    Pour une histoire de la chose :
    Pierre Dardot, Christian Laval, La nouvelle raison du monde, essai sur la société néolibérale, La Découverte, 2009


    • FifiBrind_acier Le 09 septembre 2015 à 06h39
      Afficher/Masquer

      Pierre,
      Parler du capitalisme “en général” n’a que peu d’intérêt. La précision n’est pas inutile.
      Avant le Traité de Maastritch, l’Etat avait mis en place des régulations.
      Il aurait été impossible à Mittal d’acheter Arcelor.
      L’Etat avait le pouvoir d’interdire les délocalisations, par exemple.

      Ce sont les Traités européens qui ont ouvert la porte à la mondialisation et ont “désarmé les Etats”: dérégulation de la finance, suppression des frontières et des quotas qui protégeaient les secteurs stratégiques, interdiction du contrôle des mouvements de capitaux, ce qui a permis les délocalisations, mise en concurrence sauvage des salariés entre eux au niveau européen et mondial, dumping fiscal etc.


    • JK Le 09 septembre 2015 à 11h41
      Afficher/Masquer

      Pierre

      “avec de l’argent faire plus d’argent !”

      Si seulement cela s’a


    • JK Le 09 septembre 2015 à 12h10
      Afficher/Masquer

      Pierre

      “avec de l’argent faire plus d’argent !”

      Si seulement cela s’arrêtait là : il s’agit plutôt de captation/centration de capital, dont le capital politique fait in fine partie.


  22. zra pound Le 09 septembre 2015 à 08h38
    Afficher/Masquer

    Chris Hedge nouveau Chomsky bien nécessaire, brillant, redonne une respiration à la gauche US et occidentale. Chris Hedge pissant comme nous autres dans son violon d’Ingres, sans qu’aucun pouvoir réel ne prenne la peine de se pincer le nez, au moins, c’est vrai aussi. Pour moi, la crise migratoire est très probablement un grand couac entre US et UE: les US veulent que toute l’Europe devienne un chaos à l’ukrainienne, et envoie des vagues de réfugiés comportant de nombreux provocateurs mercenaires pros et prêts à commettre des actes barbares sans se faire prendre, juste pour mettre le feu aux poudres. Les dirigeants UE sont pris à leur propre piège, mais espèrent bien, après avoir cédé aux pressions des ong rothschildiennes, satisfaire leurs opinions publiques, et ne favoriser en rien l’installation définitive des réfugiés chez nous. Ils n’ont rien vu venir, ils cherchent la parade, il n’est pas sûr qu’ils la trouvent. les dijhadistes, eux, ont du temps, de la ressource, des candidats au martyre: ils y vont par étapes: d’abord prendre le contrôle des pays arabes lassés de la corruption, puis de l’Europe sans boussole et molle, et après, plus tard, attaquer US et Israel, après s’être laissé grassement utiliser. Un plan tout à fait raisonnable. Pourquoi imaginer que le captagon empêche de voir ce qui se passe après la bombe qui vous envoie au paradis? Les dirigeants de daesch ne sont pas des kamikazes, mais des gens qui évaluent très justement notre degré de stupidité arrogante. Une consigne pour finir: comme jadis, faire front avec la Russie, tout de suite. Vive l’internationalisme soviétique. Si c’est un mythe, c’est un beau mythe, et il marche, et il nous aidera à marcher, c’est déjà ça!


  23. Claude Gélinas Le 10 septembre 2015 à 00h13
    Afficher/Masquer

    Scandaleuse richesse de ces nantis qui par cupidité n’en ont jamais assez ! Et ces politiques bling bling comme l’ex président français qui se collent sur une sangsue comme s’ils étaient des modèles de réussite alors que souvent par stratagèmes, collusions avec les politiques ils pu augmenter leur capital.

    Le plus surprenant c’est de constater l’accueil des américains à la candidature d’une personne comme Donald Trump photographié dans le Paris Match avec de côté debout sa femme qui pourrait être sa fille accompagné de son fils assis sur un lion avec ses pieds pour jouets des limousines.

    Ces riches n’ont rien à blairer des pauvres. Car pour eux même s’ils ont profité de la fortune de papa si les pauvres n’ont pas réussi c’est de leur faute.

    Chris Hedges est un sonneur d’alertes qui mérite une place exceptionnelle parmi les personnes pas assez nombreuses qui dénoncent toute cette démesure et cet écart grandissant entre riches et pauvres. Une honte pour un pays aussi riche que les États Unis.


Charte de modérations des commentaires