Les Crises Les Crises
30.octobre.201730.10.2017 // Les Crises

[Vidéo] 38 ans de promesses d’Europe sociale

Merci 595
J'envoie

La propagande…

Source : Youtube, 23-10-2017

Dès son élection, Macron a promis de remettre l’Europe sociale au coeur du projet européen, sous les applaudissements de Jean-Claude Juncker qui a fait mine de trouver ça innovant. En octobre 2017, il prétend d’ailleurs avoir réglé le sujet des travailleurs détachés, tout comme Hollande prétendait en 2012 avoir réorienté l’Europe. En fait, Macron ne fait que reprendre le flambeau de près de 40 ans de promesses non tenues et de compromis mineurs arrachés sur le social aux autres pays ou à la Commission. Petit florilège en moins de 5 minutes !

Source : Youtube, 23-10-2017

Commentaire recommandé

Henri Tanson // 30.10.2017 à 08h07

– Pourquoi ont-ils tous voulu réformer l’Europe (UE) ?
Parce qu’elle ne l’est pas.
Parce qu’elle n’a pas été créée sociale mais qu’elle a été voulue comme un grand marché. Uniquement.
– Pourquoi n’y sont-ils pas arrivés ?
Parce que ce n’est pas possible…
– Ce n’est plus possible : l’UE n’est plus modifiable depuis Maastricht; puisqu’il faut l’unanimité des membres pour modifier les textes.
– Une UE sociale n’aurait aucun intérêt pour ceux qui l’ont voulue : ils veulent une Europe pour y faire des affaires.
– L’UE et un gros mensonge. Ne pouvant pas défendre les intérêts particuliers de chaque peuple, elle ne défend que les siens ! Du coup, non seulement elle ne nous protège pas, nous Français, mais elle nous expose à toutes les concurrences en nous interdisant de nous défendre.

46 réactions et commentaires

  • Fritz // 30.10.2017 à 06h52

    Quelle langue de coton ! Quel autisme ! Un vrai cauchemar, cette “Europe sociale”.
    En comparaison, “construire le socialisme dans un seul pays”, c’est solide, c’est tangible.

    A propos, comment dit-on “Europe sociale”, chez les Grecs ? Là où tous ces messieurs-dames peuvent aller se faire voir…

      +38

    Alerter
    • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 30.10.2017 à 08h35

      Cette Europe-là, c’est la mort.

      Nous serons la thérapie ultime pour abréger ses souffrances…

        +11

      Alerter
      • L’Éco-fascisme est un Humanisme // 30.10.2017 à 19h48

        À l’adresse des Bisounours eurolâtres (ou pas) et de tous les Charlie

        Toujours pas ? Ça aussi, c’est l’Europe. L’une des nombreuses colonies nord-américaines du continent devrait-on dire…

        https://lilianeheldkhawam.com/2017/10/13/nouveau-monde-la-geoingenierie-science-et-avenirafp/

        Lire tout particulièrement les commentaires de « Literato ». Ceux qui ont des gosses sont encore plus responsables que les autres. Pour paraphraser l’autre : ouvrez les yeux ou taisez-vous à jamais !!!

        Voilà ce qu’accomplissent en temps réel depuis des années maintenant les sous-hommes partout au pouvoir. Ceux qu’il faudra éradiquer absolument, avec tous leurs supplétifs, sans aucune pitié !!! Ils nous traitent tous comme du vulgaire bétail humain.

        Combien de temps allons-nous encore les laisser faire ?

          +6

        Alerter
  • Raphaël // 30.10.2017 à 07h32

    Beaucoup ont confondu le verbe et l’action, voilà comment on en est arrivé là. Par contre nos politiques savaient très bien que la plupart des gens confondent les deux.

      +10

    Alerter
  • Fritz // 30.10.2017 à 07h41

    “Remarquez, j’trouve ça très bien qu’il y ait une Europe des patrons” (François Mitterrand, 1989)

    C’était le dernier mot du Socialisme. 75 ans après la mort de Jean Jaurès.

      +22

    Alerter
    • Manuel // 30.10.2017 à 23h56

      Lol !! Le dernier mot du Socialisme date d’avant de 1989…

      C’était aussi les 200 ans de la révolution française…

        +0

      Alerter
  • Guadet // 30.10.2017 à 08h04

    Je n’ai pas vu où était le social dans le traité constitutionnel. J’y ai vu au contraire – et c’est pourquoi j’ai voté contre – l’institutionnalisation du libéralisme le plus dur, de la loi du plus fort.

      +39

    Alerter
    • Manuel // 30.10.2017 à 23h59

      Oui effectivement. Il faut être clair. Cette vidéo montre très clairement les élèments de langage autour d’une Europe sociale pour les élections qui durent depuis 30 ans…. Dans cette vidéo rien n’est expliqué, mais les politiques n’expliquent jamais rien – vous savez la question des journalites “Mais très concrètement, comment on fait ?” –

      Avant Internet, n’ayant aucun pas de moyen de m’informer, je regardais le débat et je ne comprenais jamais pourquoi je ne comprenais rien. C’est simple, parce qu’ils n’expliquent jamais rien…

        +5

      Alerter
  • Henri Tanson // 30.10.2017 à 08h07

    – Pourquoi ont-ils tous voulu réformer l’Europe (UE) ?
    Parce qu’elle ne l’est pas.
    Parce qu’elle n’a pas été créée sociale mais qu’elle a été voulue comme un grand marché. Uniquement.
    – Pourquoi n’y sont-ils pas arrivés ?
    Parce que ce n’est pas possible…
    – Ce n’est plus possible : l’UE n’est plus modifiable depuis Maastricht; puisqu’il faut l’unanimité des membres pour modifier les textes.
    – Une UE sociale n’aurait aucun intérêt pour ceux qui l’ont voulue : ils veulent une Europe pour y faire des affaires.
    – L’UE et un gros mensonge. Ne pouvant pas défendre les intérêts particuliers de chaque peuple, elle ne défend que les siens ! Du coup, non seulement elle ne nous protège pas, nous Français, mais elle nous expose à toutes les concurrences en nous interdisant de nous défendre.

      +102

    Alerter
  • willkane // 30.10.2017 à 08h11

    Moscou, DSK, Hollande et en fin Juncker pour couronner le tout: ça mérite l’Oscar du rôle de composition !

      +13

    Alerter
  • Fritz // 30.10.2017 à 08h13

    – Tu crois au Père Noël ?
    – Ben non, j’ai plus cinq ans
    – Tu crois à l’Europe sociale ?
    – Oh oui ! L’Europe sociale, encore, encore ! Ouiiii !

      +51

    Alerter
  • Kaki // 30.10.2017 à 08h23

    C est barbant de se rendre compte qu il est impossible de faire tourner l europe sans nous sacrifier.
    Je suis un ancien maçon, après la crise de 2007, nous étions trop cher (12.5€/h), alors nos chers boites d interim nous ont concoctées une belle salade, en faisant venir des portugais, nous sommes alors tomber à 10€/h. Le rythme de travail était le même, seulement il s est avéré que les portugais coûtaient aussi trop cher, alors les entreprises portugaises présentes ont sous traites aux cap verdiens, qui pour 1500€/ mois faisaient en moyenne 50h ( sous cocaïne et vin rouge). Je suis allé ensuite dans l industrie en tant que tuyauteur et chaudronnier et ce fut encore pire, j ai assiste au partage entre anglais et allemand de nos usines.

      +47

    Alerter
    • vert-de-taire // 30.10.2017 à 10h04

      Exactement.
      cela s’appelle l’injonction de la rente.
      Le capitalisme recherche le rendement maximum du capital pour lui-même et non pas pour la société.
      Il va donc jusqu’à la déstabiliser ou la détruire pour maintenir ses privilèges – on a de beaux exemples.
      Ce qui est intéressant à considérer aujourd’hui est de voir l’impasse de ce processus.
      Il n’est pas possible à un PdG, un Etat de sortir de ce système sans être broyé.
      On le voit bien par exemple dans les errements de l’UE, quand bien même il existe des propositions de changement, tant les règles internes (unanimité, ..) que les principes a-démocratiques (liberté des capitaux, donc vol des richesses) interdisent des aménagements Alors il est vrai que certains principes sont violés grace à des artifices semantiques (comportement des banques centrales) mais ce fut sous la contrainte invincible d’effondrement certain (il faut sauver le système bancaire).

      Il me semble que comme l’histoire nous l’a répété depuis longtemps, ce sera la guerre violente qui permettra de changer de système – la guerre permet d’éliminer ceux qui dérangent sans risque. D’autant plus que la guerre a toujours profité aux plus puissants, les ultra-riches.
      D’ailleurs on s’y prépare. Il suffit d’un peu d’attention pour le voir.

        +10

      Alerter
  • Henry // 30.10.2017 à 08h54

    En 1992, le sénateur Jean-Luc Mélenchon a voté “oui” au traité de Maastricht : il nous expliquait pourquoi dans un discours ahurissant :

    – « La construction de la nation européenne est un idéal qui nourrit notre passion. Nous sommes fiers, nous sommes heureux de participer à cette construction. Nous sommes fiers de savoir qu’il va en résulter des éléments de puissance, qu’un magistère nouveau va être proposé à la France, à ma génération, dans le monde futur, qui est un monde en sursis, injuste, violent, dominé pour l’instant par une seule puissance. Demain, avec la monnaie unique, cette monnaie unique de premier vendeur, premier acheteur, premier producteur, représentant la première masse monétaire du monde, l’Europe sera aussi porteuse de civilisation, de culture, de réseaux de solidarité » (Jean-Luc Mélenchon, débat au Sénat, mardi 9 juin 1992, compte-rendu officiel, page 17)

    http://www.senat.fr/comptes-rendus-seances/5eme/pdf/1992/06/s19920609_1477_1502.pdf

      +22

    Alerter
    • Fritz // 30.10.2017 à 09h52

      Eh bé… Merci pour cette piqûre de rappel. Il a fait amende honorable, au moins ?
      Proférer de telles insanités, une semaine après le NON du Danemark…
      Un mois plus tôt, Philippe Séguin était autrement clairvoyant.

        +34

      Alerter
    • Micmac // 30.10.2017 à 13h53

      En 1992, Mélenchon s’est trompé. Moi aussi. Et alors?

      En 1992, la création de l’Euro pouvait effectivement signifier plus d’Europe sociale. Moins de spéculation, une monnaie contrôlée pour le bien de tous à l’échelle du continent. Ça n’a pas été le cas, mais on ne le savait pas encore.

        +12

      Alerter
      • Alfred // 30.10.2017 à 15h19

        Bien sur que si on le savait déjà. Le discours de Seguin pour ceux qui s’intéressaient à la politique. Mais aussi toute l’histoire du “machin” depuis le traité de Rome.
        Pour le grand public il y a avait même Gabin et son discours mémorable dans “le Président”. Comment l’entendre et ne pas tiquer?
        Et si on essayait de ne pas faire deux fois les mêmes conneries? Par exemple les migrants mis sur les routes par millions (par la Turquie à un moment, par des politiques européennes (Merkel), par des ONG sorrossiennes entre autres. Nous savons mais nous ne voulons pas savoir. Nous savons mais nous nous contenterons de dire “on ne savait pas” dans 10 ans.

          +23

        Alerter
        • Micmac // 30.10.2017 à 19h40

          Et oui, Séguin avait raison. Mais on ne pouvait pas savoir avant qu’il avait raison…

          Il est aujourd’hui beaucoup plus clair qu’on nous a mené et qu’on nous mène en bateau. C’était moins évident il y a 25 ans.

          Et ça m’énerve pas mal les gens qui s’en prenne à Mélenchon pour un oui ou pour un non. Il n’est quand même pas le politicien le plus coupable de notre situation actuelle. Il y a d’autres personnalités dont la responsabilité est beaucoup plus évidente.

          Et Fritz, oui, bien sûr, il a expliqué qu’a l’époque ce vote semblait raisonnable, mais que c’était une erreur.

            +7

          Alerter
          • K // 31.10.2017 à 03h04

            On lui en veut parce que le resultat du referendum etait sere (51.0%).
            Tellement sere qu’une prise de position publique de Melenchon contre Maastricht aurait peut etre inverse le resultat.

            Un peu comme un pyromane qui dirait : “J’ai mis le feu a toute la foret amazonienne, mais je le regrette, donc elisez-moi chef des pompiers”.

              +2

            Alerter
          • Kilsan Aïtous // 31.10.2017 à 12h23

            “Il est aujourd’hui beaucoup plus clair qu’on nous a mené et qu’on nous mène en bateau. C’était moins évident il y a 25 ans.”

            Mélenchon s’est gravement trompé alors qu’il était en politique et donc bien renseigné sur le sujet, pas comme nous le bétail. (Le PC à l’époque et d’autres ne se sont pas trompés sur le projet). Encore récemment il vantait l’UE comme une “belle idée” et traitait de maréchalistes ceux qui voulaient sortir de l’euro. Dans son programme et ses discours, il n’est toujours pas question de sortir de l’UE. Au contraire il concocte des plans A, B, pour rester dans l’UE, et envisage même encore plus d’UE.

            Bien sûr que Mélenchon continue de rouler pour l’EU, tout en la critiquant (il ne serait plus crédible sinon). C’est toujours un européiste et un enfumeur de première.

              +4

            Alerter
        • Subotai // 31.10.2017 à 02h42

          QUI a laissé faire?
          QUI a voté chaque fois en majorité pour que ça tourne comme ça?

            +0

          Alerter
          • Dominique // 31.10.2017 à 19h01

            QUI a laissé faire ?
            Un peu tout le monde. Faut dire que jusqu’à ces dernières élections présidentielles, où un des 11 candidats proposait de sortir de l’UE, on n’avait pas vraiment le choix

              +0

            Alerter
    • ybus // 30.10.2017 à 16h00

      Tout à son honneur de savoir reconnaître qu’ alors il s’était trompé !

        +6

      Alerter
    • fanfan // 30.10.2017 à 17h01

      En 1992, il s’est trompé

      mais…

      en 2005 il a voté NON

        +9

      Alerter
    • Luc // 30.10.2017 à 17h37

      bonjour , maintenant venir ce lamenter !!!!!!!!!!!! il ne faillait pas s’abstenir ou voter macron .
      et législative encore pire .
      ce qui arrive c’est ce que vous avez voulu!!!

        +7

      Alerter
      • Micmac // 30.10.2017 à 19h43

        Qui se lamente?

        Vous sondez les reins et le cœurs, vous savez ce que j’ai voté? Allez donc ouvrir un cabinet de voyance.

        Et bien je vous annonce que je n’ai voté ni pour Macron, ni pour le Front Familial…

          +3

        Alerter
    • Subotai // 30.10.2017 à 23h07

      A l’époque nous étions beaucoup à y croire. Parce que nous nous souvenions, au moins par nos parents, de ce qu’avait donné les relations internationale en Europe au début du siècle…
      Donc le discours n’était absolument pas ahurissant. C’est ce que NOUS – Les citoyens avons fait et/ou laissé faire de l’idée qui est ahurissant. *
      Je n’ai jamais compris comment des prolétaires** pouvait voter pour les “Patrons” et la “Droite” à chaque élection.
      *Pour info, l’idée d’une Union Européenne date de longtemps (Henri IV) avec les mêmes excellents arguments…
      **Revoyez le sens exact du mot…

        +2

      Alerter
  • Olivier // 30.10.2017 à 08h57

    Avec toutes ces avancées sociales en 40 ans, on est limite en régime communiste là, non ?

      +23

    Alerter
  • Silk // 30.10.2017 à 09h01

    Presque 30 ans de routage de gueule, et c’est pas prêt de finir : le filon semble encore bon …

      +8

    Alerter
  • francois // 30.10.2017 à 09h06

    Quel magnifique mot de la fin: “C’est d’ailleurs la première fois qu’un chef d’état ou du gouvernement me rend visite qui parle d’abord du social, c’est nouveau….” de la part de JC J, avec l’attitude corporelle que l’ont peut attendre de celui-ci : rotation du corps et du regard sur sa droite pour s’adresser a p’ti macri en lui disant “c’est moi le chef”, et en secouant la main gauche pour bien montrer l’ironie de son propos: c’est nouveau!
    JC J, le nouveau le Luron?, il s’imite parfaitement bien en tout cas.

      +6

    Alerter
  • FVM // 30.10.2017 à 11h15

    Bonjour.
    Tout “socialisant” même modéré devrait s’obliger à (re)lire le discours de Mendes-France de
    janvier 1958 contre le traité de Rome, édifiant, même si par la suite, il s’est “rangé”.
    On a pu retrouver de cette lucidité dans un autre discours fameux, que celui de P. Seguin contre
    Maastricht. Laissez donc les petits nerveux pète-sec s’épuiser dans leurs gesticulations mensongères, ils n’ont plus les moyens de freiner l’autodestruction en cours de “leur” construction
    si dévastatrice pour leur(s) propre(s) Peuple(s)

      +12

    Alerter
  • Arcousan09 // 30.10.2017 à 11h18

    J’ai cru à un sketch d’humoriste ….

    Tous ces tristes personnages ne méritent pas que nous nous intéressions à leurs délires schizophréniques …

    Merci de nous distraire avec cette belle brochette de guignols aussi géniaux qu’inspirés …

      +7

    Alerter
  • Le Rouméliote // 30.10.2017 à 12h01

    Et après ce florilège, il faudrait s’étonner de l’état du PS aujourd’hui ! Quant à Mélenchon, il est aussi européiste que Tsipras et Varoufakis ; s’il arrive au pouvoir un jour, il fera la même chose qu’eux : soit il s’aplatira, soit il démissionnera !

      +15

    Alerter
  • Catalina // 30.10.2017 à 12h04

    en fait pour ces gus “social” veut dire “esclavagiste”, une fois que vous avez intégré ça; tout devient lisible.

      +7

    Alerter
  • LA ROQUE // 30.10.2017 à 12h55

    Macron n’a rien obtenu sur les travailleurs détachés , c’est juste de la manipulation comme d’habitude.

    -Délai de 24 mois rabaissé à 12 mois, par dérogation pouvant aller jusqu’à 18 mois !
    Oh la belle affaire il y aura juste plus de turnover.

    -Un accord qui prévoit qu’à qualification égale, tout travailleur détaché devra avoir le même salaire que les travailleurs du pays d’accueil dans lequel il vient effectuer une mission.
    Et qui va faire respecter cela? Ce n’est déjà pas respecter pour les missions intérimaires Franco-françaises !
    -Rien non plus concernant le transport routier alors que ce secteur a été laminé par la concurrence déloyale des pays de l’Est.

    Dire que le journal LE MONDE ose appeller cela une victoire “indéniable pour Emmanuel Macron”…

      +25

    Alerter
    • alain // 30.10.2017 à 17h07

      On ne dit pas “Le Monde” mais “La Pravda” 🙂

        +14

      Alerter
  • wuwei // 30.10.2017 à 13h20

    C’est aussi et pour l’essentiel, 38 ans de trahisons, reniements, mensonges, boniments, duplicité, galéjade, bobards, charlatanisme, jésuitisme,… du P”S”.

      +15

    Alerter
  • Joe // 30.10.2017 à 18h52

    On les voit vieillir au fur et à mesure XD

      +1

    Alerter
  • Yoann // 30.10.2017 à 20h00

    L’europe sociale, l’Europe sociale… Les Européens votent à droite, pourquoi s’étonner de ne pas la voir ?

    Et quel intérêt de faire une super France social en dehors de l’UE (si c’est possible tellement nos économies sont entremêlées), si nos camarades de l’UE continue d’être dans une UE ni social, ni écologique (au sens qui prend au sérieux le climat) ?

      +1

    Alerter
  • Manu88 // 31.10.2017 à 10h05

    L Europe ne veut pas des personnes , elle veut des travailleurs, on ne met pas des cailloux pour faire une bonne soupe, mais des légumes. Dans la grande marmite UE pas de place pour ce qui n est pas bon a la consommation, Macron comme ces prédécesseurs a la lourde tache de cultiver le jardin France pour qu il donne le meilleur en vue de nourrir encore plus, ces clients , les 1 er de cordée, hé ça mange pas du foin ces gens la…., mais rassurez vous gueux et mendiants du travail, faut du monde pour éplucher les patates.

      +1

    Alerter
    • un passant // 01.11.2017 à 02h49

      Même pas ! C’est mécanisé, l’épluchage, et bientôt robotisé. Mais les routiers bulgares conduisant des camions immatriculés en Pologne vont continuer à transporter les patates qui poussent en Espagne, sont mécaniquement brossées en Italie, mécaniquement épluchées en Allemagne, mécaniquement lavées où vous voudrez (mais ailleurs, ça fait grimper les PIB) et vendues… hébé là où nous les achetons. Les travailleurs d’cheu-nous ne sont pas encore dépassés, mais…

        +2

      Alerter
  • Zevengeur // 31.10.2017 à 12h01

    38 ans de promesses d’une “Europe sociale”,
    je serais tenté d’écrire “on repart pour 38 autres années du même discours” mais ce machin ne tiendra pas autant, quelques années au plus dans le meilleur (ou pire) des cas !

      +3

    Alerter
  • Krystyna Hawrot // 02.11.2017 à 13h29

    Visiblement si on peut pendant 40 ans se foutre de nos gueules à ce point, c’est que ce ne sont pas ces messieurs dames qui décident… que c’est quelqu’un d’autre, la bourgeoisie et les grandes entreprises dont elle est propriétaires! Les politiciens ne sont que des publicitaires…

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications