Source Youtube, Eurasiexpress, 25-03-2017

Alexeï Pouchkov est président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, voici son intervention au colloque “Quelles relations internationales après l’élection de Donald Trump” organisé par le CIGPA et l’IDC à la Maison de la chimie le 25 mars 2017.

Source Youtube, Eurasiexpress, 25-03-2017

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

45 réponses à [Vidéo] Quelles relations internationales après l’élection de Donald Trump ? Intervention d’Alexeï Pouchkov

Commentaires recommandés

Catherine Le 03 avril 2017 à 02h55

On rabâche aux américains depuis leur plus jeune âge qu’ils sont les citoyens du seul pays qui défend, y compris avec des bombes s’il le faut, la démocratie et la liberté partout dans le monde.
Ce devoir justifie leur « leadership » et l’obligation de le conserver. Pour maintenir cette position qui leur ouvre toutes les portes ils ont besoin d’un contraire.
Le seul nouveau contraire après l’URSS, exploitable à cette fin, est redevenu la Russie, à nouveau diabolisée en tant que menace directe sur les territoires européens.
Ils avaient entrepris de la phagocyter par l’arme économique avec l’aide des crapules locales, dans cette période terrible de l’après soviétisme jusqu’en 2000. Mais Ils sont tombés sur un os : Poutine.
Pouchkov constate que Al-Qaïda s’est étendu sur tous les pays du Moyen Orient et plus encore, après que les américains soient intervenus en Irak. Il voudrait que les USA désigne ce vrai adversaire, cette vraie menace plutôt que la Russie.
Ils ne le pourront jamais, ils ont créé Al-Qaïda.
Ce n’est pas moi qui le dit c’est Mme Clinton devant les caméras :
https://www.youtube.com/watch?v=_hmaa9_VkL0

  1. dissy Le 03 avril 2017 à 01h30
    Afficher/Masquer

    Quel excellent Français parlé,chapeau bas.


    • Des Croissants ? Le 03 avril 2017 à 23h12
      Afficher/Masquer

      Je crois que depuis l’époque tzariste, les russes sont de grands francophiles.


      • Pierre Bacara Le 06 avril 2017 à 14h50
        Afficher/Masquer

        “Les russes sont de grands francophiles”

        Je puis le confirmer. Ce constat peut être ullustré par l’anecdote suivante : il y a un peu moins d’un an, j’ai eu un entretien, dans un petit village russe, avec un agriculteur qui m’a dit, dans un excellent français, que compte tenu du nombre de francophones en Russie (plusieurs millions), il verrait bien son pays entrer dans l’OIF, l’Organisation Internationale de la Francophonie…

        Les Russes éprouvent un grand respect pour la France, vis-à-vis de laquelle ils affichent une posture d’attentisme. Ils sont persuadés que tôt ou tard, notre pays abandonnera son attitude médiatique agressive envers le leur. Cette conviction semble inentamable. De la campagne de 1812, ils ont tiré une recette de gâteau qu’il appellent le “Napoléon” ; la Russie est parsemée de monuments à la mémoire du groupe Normandie-Niémen ; enfin, le SEUL chef d’état étranger figurant au musée de la Grande Guerre patriotique à Moscou est le général de Gaulle.


  2. Catherine Le 03 avril 2017 à 02h55
    Afficher/Masquer

    On rabâche aux américains depuis leur plus jeune âge qu’ils sont les citoyens du seul pays qui défend, y compris avec des bombes s’il le faut, la démocratie et la liberté partout dans le monde.
    Ce devoir justifie leur « leadership » et l’obligation de le conserver. Pour maintenir cette position qui leur ouvre toutes les portes ils ont besoin d’un contraire.
    Le seul nouveau contraire après l’URSS, exploitable à cette fin, est redevenu la Russie, à nouveau diabolisée en tant que menace directe sur les territoires européens.
    Ils avaient entrepris de la phagocyter par l’arme économique avec l’aide des crapules locales, dans cette période terrible de l’après soviétisme jusqu’en 2000. Mais Ils sont tombés sur un os : Poutine.
    Pouchkov constate que Al-Qaïda s’est étendu sur tous les pays du Moyen Orient et plus encore, après que les américains soient intervenus en Irak. Il voudrait que les USA désigne ce vrai adversaire, cette vraie menace plutôt que la Russie.
    Ils ne le pourront jamais, ils ont créé Al-Qaïda.
    Ce n’est pas moi qui le dit c’est Mme Clinton devant les caméras :
    https://www.youtube.com/watch?v=_hmaa9_VkL0


    • atanguy Le 03 avril 2017 à 03h37
      Afficher/Masquer

      Catherine:
      ” crapules locales, dans cette période terrible de l’après soviétisme jusqu’en 2000. Mais Ils sont tombés sur un os : Poutine.”
      Vous pouvez m’expliquer en quoi Poutine est un os pour ces oligarques? Is sont toujours au pouvoir
      et volent toujours ce qui appartient au peuple russe avec le concours des capitalistes américains d’ailleurs:.
      Voir a propos de cette période:
      http://www.alternet.org/investigations/investors-oligarchs-mobsters-and-capital-flight-inside-shadowy-world-trumps-private?akid=15291.259685.5a2C3v&rd=1&src=newsletter1073737&t=6


      • francois Marquet Le 03 avril 2017 à 07h50
        Afficher/Masquer

        Il est devenu un os car il a interdit aux oligarques de faire de la politique et a restructuré l’état (pour faire court)
        La Russie est resté la Russie et n’est pas devenue le Cuba de la période Batista ou l’Ukraine d’aujourd’hui, ce qu’elle aurait du devenir avec Yeltsin & cie et ses “conseillers” occidentaux
        Si il ne gênait pas, il serait mieux traité par les média du camp atlantique.


        • Dmitry Le 03 avril 2017 à 09h29
          Afficher/Masquer

          N’avez-vous pas entendu de la corruption au plus haut niveau du pouvoir en Russie? Une enquête documentée sur la propriété privée du premier ministre Medvedev, menée par l’opposionnaire Navalny, avait récemment explosé toute la société russe. Navalny, qui serait une personne controversée, impute à Medvedev une malversation de 70 milliards roubles (plus d’un million euros). Poutant, Medvedev n’a en aucune mesure démenti les propos de Navalny. Le même silence sourd demeure de la part des médias russes. Il est bien connu que Medvedev est un proche de Poutin et que Poutin ne laisse jamais pourrir ses amis politiques. La suite devient plus intéressante…


          • basile Le 03 avril 2017 à 11h01
            Afficher/Masquer

            que voulez vous dire ? Rien que le choix de vos termes :

            – corruption au plus haut niveau
            – un silence sourd
            – il est bien connu …
            – Poutin (et non Poutine à la française)

            qu’est-ce qu’un million d’euro ? C’est le prix d’un pavillon en proche banlieue parisienne, et pourtant dans le 9-3 pourri

            Ça ne me gène pas que des gens qui se sacrifient pour relever le pays se servent un peu, car il y a du boulot. Et il y a des retombées sur tous. Si au contraire ils font couler le pays tout en se servant, comme en France, c’est différent.

            ensuite, faut voir le contexte géopolitique. Dans l’état actuel des rapports de forces, UE-USA contre Russie, toute attaque contre Poutine est suspecte.

            le jour où la Russie dominera la planète (ce qu’elle ne cherche pas), alors on pourrait leur chercher des poux dans la tête. C’est une question de priorité, comme en guerre.


          • Lt Anderson Le 03 avril 2017 à 11h16
            Afficher/Masquer

            “Le même silence sourd demeure de la part des médias russes.”

            Abonnez-vous tout d’abord à un bouquet de chaînes russes sur le câble, ça vous évitera de dire des âneries.


            • Dmitry Le 03 avril 2017 à 12h25
              Afficher/Masquer

              “Abonnez-vous tout d’abord à un bouquet de chaînes russes”

              A quoi bon? Je suis russe et j’habite en Russie.

              Calmez-vous, je suis pas contre Poutine. Je l’apprécie quand il défend les intérêts de la Russie sur la scène internationale. Tout simplement, je veux des explications. Mais il n’y en a pas au moins à la télé.


            • Dmitry Le 06 avril 2017 à 11h46
              Afficher/Masquer

              Au passage, je regarde 25 chaines TV russes chaque soir en les zappant souvent car il y a trop de publicité. Le silence continue davantage. Tout est sous contrôle. Peut-être, vous êtes plus informé que moi et comprenez mieux le russe. Alors, je vous concède la medaille d’or.


          • Catherine Le 03 avril 2017 à 12h34
            Afficher/Masquer

            Silence sourd ? J’ai suivi en direct et en continu les manifestations à Moscou sur RT. Gros plans sur tous les détails y compris les arrestations. Un policier Russe est mort. Qui l’a su ?


            • Dmitry Le 03 avril 2017 à 13h01
              Afficher/Masquer

              Russia Today c’est une chaine plutôt pour les étrangers. Tout le monde n’a pas de télévision par satellite en Russie.


          • fanfan Le 03 avril 2017 à 14h13
            Afficher/Masquer

            Pour en savoir plus, je vous conseille de lire ce document :

            “Russie : une opposition sous influence”, Ecole de Guerre Economique, 25-06-2012

            http://www.youscribe.com/BookReader/Index/2548631?documentId=2633078


            • Lysbeth Levy Le 04 avril 2017 à 14h00
              Afficher/Masquer

              On connait mal Navalny et les autres mais une vidéo de Xavier Moreau explique le personnage de cet agent qui aurait fait fortune grâce à des escroqueries mais fait incroyable il s’en sort bien en partie à cause de son statut de “victime de Poutine” a l’instar des anciens dissidents de l’Urss bien qu’eux au moins étaient de vrais dissidents : https://www.youtube.com/watch?time_continue=790&v=_svhuTKdLS0
              Le livre du regretté Paul Klebnikov serait traduit en français ? intéressant car cela explique les années sulfureuses des “nouveaux russes” dits “nouveau riches” de l’époque avant Poutine.


          • basile Le 03 avril 2017 à 15h11
            Afficher/Masquer

            @ Dmitry. Je comprends votre point de vue, surtout sur place. Vous vous interrogez, demandez des comptes, et avez l’impression de vous heurter à un mur

            Mais nous en France, je peux vous garantir que les anti Poutine ne se posent pas de question. Poutine pour eux n’est qu’un prétexte, car Ils haïssait la Russie bien avant Poutine, depuis des décennies.

            Même avant 1917, la Russie des tsars faisait déjà peur (question de taille). C’est pour la même raison que la Turquie n’entre pas dans l’UE.

            On les voit intervenir sur Sputink France déverser leur haine, leurs sarcasmes. Si on leur demande qu’est-ce qui vous déplaît dans Poutine, ils sont incapable de répondre. Ce sont juste des suiveurs qui ont besoin d’un bouc émissaire pour se défouler, qui hurlent avec les loups en fonction des opinions de leurs parents, ou de leur parti politique.


            • Dmitry Le 03 avril 2017 à 17h20
              Afficher/Masquer

              Non, je sais que j’ai raison. Peu importe que mes messages ne sont pas approuvés là. Vous dites que Poutine est un prétexte. Oui, d’accord sur ce point. Tout de même, il faut se poser des questions et chercher la verité. Toutefois, merci à Mr Olivier Berruyer qu’il n’a pas supprimé mes messages alors qu’ils venaient à l’encontre. J’aime ce forum justement pour qu’on y peut avoir son opinion.


          • Briska Le 06 avril 2017 à 00h36
            Afficher/Masquer

            Mais Medvedev n’est pas un proche de Poutine, il est plutôt dans le courant des intégrationnistes atlantistes. Sa présence dans le gouvernement est une façon de le neutraliser politiquement. Tiens tes amis proches et tes enemis encore plus proches.


          • alexai Le 10 avril 2017 à 19h37
            Afficher/Masquer

            il me semble avoir lu que le domaine qu’il occupe a cote de ples (charmant village avec une vue sur la volga et un musé levitan) lui serait concédé sous la forme d’un bail de chasse a long terme au prix habituel du marché.A verifier!
            Ceci dit je suis decu qu’on ait pas plus d’info, mais rappelez vous que poutine etait censé etre propriétaire, selon les media propagandiste occidentaux(pleonasme?) d’une somptueuse villa en espagne (pour un nationaliste comme lui c’etait deja etrange) jusqu’a ce qu’on decouvre qu’elle appartenait, je crois a la fille d’un gouverneur de siberie.
            Donc venant de navalny ca veut dire que en fait ca vient d’un courant de propagande realise aux usa, et n’est pas cense etre plus vrai que les armes de destruction massive de sadam hussein.Les americains utiliseront tous les mensonges pour destabiliser la russie, voir ce qui vient de se passer en syrie, basé encore sur des mensonge. Si ca vient des usa et que ca concerne la russie , c’est statistiquement (voir systematiquement) faux.


      • Georges Clounaud Le 03 avril 2017 à 08h05
        Afficher/Masquer

        Lorsqu’il est arrivé au pouvoir Poutine n’a pas voulu (ou pu ?) se mettre à dos tous les oligarques. Il a garanti à ceux qui n’avaient aucunes prétentions politiques et qui reconnaissaient son autorité l’assurance de pouvoir continuer leurs “affaires” (Ousmanov, Abramovitch). Par contre il a irrémédiablement pourchassé ceux qui avaient des prétentions politiques et/ou trop proches de de la finance mondialisée (Khodorkovski, Berezovski). On reconnaitra ici son aptitude à trouver des accords quels que soient ses interlocuteurs, ce qui à mon avis fait sa force. Il a ainsi opposé – en utilisant un vocabulaire contemporain – les oligarques “patriotes” aux oligarques “mondialistes”. C’est un point commun qu’il a avec Trump et qui peut expliquer leur respect mutuel. S’il reste un conservateur au niveau des valeurs, il demeure également un fervent libéral au niveau économique. Ce positionnement économique est à mon avis son talon d’Achille.


        • atanguy Le 03 avril 2017 à 09h36
          Afficher/Masquer

          @Clounau
          Je suis d’accord Poutine n’est pas Poroshenko ni Batista jusqu’à présent, mais il n’est certainement pas Fidel Castro, alors que ce dernier sous la menace de l’empire américain,s’est rapproché de son peuple, Poutine au contraire se détache de son peuple et se comporte en dictateur de droite utilisant le nationalisme et supprimant les acquis sociaux du temps de l’union soviétique. Son dernier tournant concernant le climat,qui le rapproche de Trump me parait très inquiétant pour le futur.


          • Catherine Le 03 avril 2017 à 12h59
            Afficher/Masquer

            “Poutine au contraire se détache de son peuple et se comporte en dictateur de droite utilisant le nationalisme et supprimant les acquis sociaux du temps de l’union soviétique.” Je ne crois pas qu’il se détache de son peuple et je n’ai rien contre aimer son pays. Sa popularité ne semble pas vous donner raison. Quant à la période soviétique, alors que j’étais rentrée d’un séjour à Moscou et Leningrad j’eu l’impression d’être revenue d’un pays en guerre, d’une noirceur incroyable, avec un peuple totalement asservi. Les russes savent ce qu’ils doivent à Poutine.


          • Chris Le 04 avril 2017 à 18h21
            Afficher/Masquer

            Les acquis sociaux en baisse ?
            Serait un signe de dictature ?
            Quant un pays comme la Russie est sous embargo (ou sanctions si vous préférez, qui ne sont rien d’autres qu’une guerre économique et financière), dont le revenu principal, le pétrole, est en chute libre depuis bientôt 2 ans, dont la notation financière est dégradée, dont les investisseurs étrangers se sont détournés et qui en même a dû développer en toute hâte son économie agricole… pensez-vous raisonnable et logique que l’Etat continue d’être aussi généreux envers ses citoyens ?
            Dans le pays où je vis, lequel pratique la démocratie directe, la population accepte sans broncher et même trouve normal que les prestations sociales soient réduites quand il y a péril en la demeure. Il en va des responsabilités individuelles comme collectives.
            Quant au climat… j’estime que des COP21/22 sont une vaste escroquerie, pas tellement à cause de la taxe carbone qui enrichit toujours les mêmes et ne règle rien, mais parce qu’il n’est nullement question de changer de modèle socio-économique qui est la source même de nos ennuis.
            J’ai lu des publications sur des changements climatiques qui, à l’époque de l’empire romain, jetèrent sur les routes/pistes des hordes humaines chassées par la famine : plus rien ne poussait à cause du grand froid.
            Des villes et civilisations disparurent à cause de catastrophes climatiques.
            L’Europe de l’Ouest elle-même connut quelques décennies de réchauffement au 13 ou 14 siècle, ce qui modifia légèrement l’architecture des bâtiments en pierre, etc…


        • fanfan Le 03 avril 2017 à 13h30
          Afficher/Masquer

          [Reprise] 7 mythes sur la Russie de Poutine : l’URSS 2.0 par Alexandre Latsa et Pierre Gentillet
          http://www.les-crises.fr/7-mythes-sur-la-russie-de-poutine/


        • fanfan Le 03 avril 2017 à 14h49
          Afficher/Masquer

          La Russie est un pays aussi grand que les États-Unis et le Canada réunis, soit 9 fuseaux horaires, de la mer Baltique à l’Océan Pacifique.
          La Russie possède des frontières terrestres avec 16 pays.
          La Russie est probablement l’un des pays les plus «multi ethniques» et les plus «multi-confessionnels» du monde et ce mélange de population n’entraîne quasiment aucune ségrégation, ni aucun communautarisme.


      • Lysbeth Levy Le 03 avril 2017 à 11h45
        Afficher/Masquer

        Il faut croire qu’il est mal vu puisque les fondations allemandes, américaines dont Soros veulent un “changement de régime” du type Ukrainien, ou révolutions de couleurs :
        http://fride.org/descarga/Assessing_Democracy_Assistance_Russia.pdf
        Ce qui explique que la Russie a jeté dehors ces ONG d’ingérence voir ici :http://www.fondation-prometheus.org/wsite/wp-content/uploads/ONG-Russie.jpg
        DOnc on a déjà changé leur régime avec la chute de l’Urss et maintenant on veux recommencer ?


        • fanfan Le 03 avril 2017 à 13h12
          Afficher/Masquer

          Soros contre Poutine, à en mourir…
          “Le vieux gangster- spéculateur faiseur de fric à la bourse des $milliards humanistes, donnant des leçons de “valeurs” civilisationnelles, voilà le prototype du philosophe façon-Système, estampillé XXIème siècle et contre-civilisation du “déchaînement de la Matière”. Ce qui vaut pour Soros vaut pour l’ex-taulard pour escroquerie du peuple russe, Mikhaïl Khodorkovski, faisant sa profession de “foi” à laquelle répond Igor Strelkov…
          http://www.dedefensa.org/article-soros_contre_poutine_en_mourir_24_10_2014.html


      • Catherine Le 03 avril 2017 à 12h47
        Afficher/Masquer

        « Vous ne vous mêlez plus de politique, vous payez vos impôts et nous vous laissons faire vos affaires tranquilles. »
        http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-monde/20111231.RUE6783/russie-comment-poutine-a-remis-au-pas-les-oligarques.html
        http://info.arte.tv/fr/les-oligarques-sont-un-phenomene-passager
        Les nouveaux riches russes qui sont des sequelles de le période Eltsine, aiment plus leur argent que la Russie et les russes leur rendent bien. Ils savent aussi que la corruption existe, comme dans notre système, ils savent que Poutine s’y attelle mais qu’il doit le faire progressivement.


      • Pierre Bacara Le 06 avril 2017 à 18h24
        Afficher/Masquer

        “Vous pouvez m’expliquer en quoi Poutine est un os pour ces oligarques?”

        Cela dépend des oligarques. Ceux qui ont plié devant la mouvance Poutine (il ne fait pas tout tout seul, ce n’est qu’un être humain) sont toujours en activité, mais sous contrôle. Certains d’entre eux ont tout simplement changé de camp et filent droit. Poutine a déclaré la guerre ouverte aux autres, les deux plus célèbres étant Khodorkovski et Berezovski. Comme je manque de temps, je me permets de vous suggérer l’excellent résumé d’Alexandre LATSA dans son livre “Un printemps russe” (Alexandre Latsa est chef d’entreprise en Russie).


  3. basile Le 03 avril 2017 à 06h02
    Afficher/Masquer

    Que penser des atermoiements de Trump, de ses reculades, de ses laissez faire, quand on voit que des troupes américaines continuent d’arriver en Europe de l’Est, que de nouvelles sanctions sont décrétées, que certains continuent de propager des accusations d’influence des élections ?

    J’étais persuadé que Trump allait faire rentrer au pays les troupes fraîchement débarquées en Allemagne. J’imaginais une alliance Russie USA contre l’UE. J’imaginais des manœuvres des deux armées aux frontières de la Pologne histoire de leur montrer que les temps changent.

    Mais rien de tout ça. Je pensais que Trump ne voulait pas donner des arguments à ses adversaires, mais que le téléphone entre Poutine et Trump fonctionnait à fond. Mais rien ne filtre. L’homme qui a dit que Poutine lui a envoyé un message « formidable » semble pieds et poings liés. Plus de deux mois se sont écoulés depuis, et Trump ne dit pas aux européens (qui multiplient la russophobie) arrêtez votre cinéma, la Russie est mon alliée.


    • Paul Le 03 avril 2017 à 18h41
      Afficher/Masquer

      Bonsoir Basile,
      Trump n’est pas fou,il a lui entendu parlé du brave citoyen qui malencontreusement s’est suicidé de quatre chargeurs de 45 …..

      Cdlt


    • atanguy Le 04 avril 2017 à 02h02
      Afficher/Masquer

      “le téléphone entre Poutine et Trump fonctionnait à fond”
      Mais si,ça marche: Poutine soutient Trump dans sa guerre contre l’environnement en disant que le changement climatique n’a rien a voir avec l’utilisation de l’énergie fossile. Gazprom y serait-il pour quelque chose???


  4. DUGUESCLIN Le 03 avril 2017 à 07h16
    Afficher/Masquer

    Cette intervention d’Alexeï Pouchkov met en lumière l’hégémonisme quasi religieux des états-unis qui s’appuie sur un système économico-financier très puissant et qui de ce fait s’oppose à toute autre vision du monde.
    Mais en “européisme land” le débat est systématiquement occulté ou contourné par les tenants de ce système, médias en tête.
    Pourtant l’enjeu se joue entre ceux qui remettent en cause cette hégémonie, et ceux, culturellement colonisés, qui s’y soumettent. Alors que cette culture n’est pas fondamentalement européenne.
    Bien que les débats tentent d’entretenir un clivage gauche/droite, le vrai clivage est entre les tenants de ce mondialisme et les souverainistes qui se rebellent. Il s’agit de deux cultures qui ne sont plus compatibles. Ces rebelles sont aussi bien issus de la supposée droite que de la supposée gauche, mais incapables de s’unir le temps nécessaire pour que les peuples d’Europe retrouvent la liberté de choisir leur destin.


  5. Beyer Michel Le 03 avril 2017 à 11h03
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette video. Elle nous permet de mieux comprendre l’approche russe vis à vis de la situation aux USA, et sa façon d’appréhender le phènomème Trump.
    La gouvernance Hollande nous conduit à un ministère des affaires extérieures le plus nul de notre histoire. après le brillantissime Fabius, nous sommes affligés d’un autre nullantissime avec Ayrault. Sa derniére déclaration sur le rôle de la Russie dans le déroulement de notre élection présidentielle est d’une bêtise confondante.
    Je retiens la phrase de Mr Peskov: “LA RUSSIE EST UNE RAISON MAIS AUSSI UN PRETEXTE”


  6. Le modéré Le 03 avril 2017 à 11h26
    Afficher/Masquer

    Dans certaines de mes analyses, j’ai bien précisé l’impossibilité de coopération entre les deux ennemis d’hier et qui continuent de l’être jusqu’aujourd’hui. La raison est bien simple. Les USA ne désirent aucun concurrent et feront tout pour “détruire n’importe quelle puissance susceptible de représenter une menace quelconque sur leurs intérêts…afin que le XXI siécle sera aussi américain”
    Concrètement ce sont les américains qui ont plus besoin des autres et non l’inverse. Voir lamrani.over-blog.com les USA disposent-ils de moyens assez coercitifs pour asservir la planète?


  7. R. GUILLOT Le 03 avril 2017 à 11h30
    Afficher/Masquer

    Une transcription voire un résumé est-elle prévue afin que cette vidéo puisse toucher le public le plus large possible ? Je pense particulièrement aux malentendants et sourds dont moi. : )

    Merci


  8. Michel Ickx Le 03 avril 2017 à 13h40
    Afficher/Masquer

    La Russie ne m’inspire aucune crainte et la propagande Euro Atlantique est tout simplement risible. La culture de ce grand pays fait partie de notre histoire européenne.

    Quand à la démocratie, quand je compare la Fédération de Russie à nos alliés de l’Arabie Saoudite grands acquéreurs de notre armement, je ne vois pas le problème.

    J’ai un énorme respect pour ces millions de morts qui nous ont épargné une Europe Nazie.


  9. fanfan Le 03 avril 2017 à 14h59
    Afficher/Masquer

    Une explosion aurait eu lieu à la station Sennaya Plochtchad du métro de Saint-Pétersbourg, 10 personnes seraient mortes et une vingtaine d’autres blessées. «La puissance de l’explosion a été de 200-300 grammes TNT», précise l’agence Interfax.
    L’explosion survenue en début d’après-midi «comporte tous les signes d’un acte terroriste» a déclaré dans un communiqué le sénateur Viktor Ozerov, chef du comité de la défense et sécurité du Conseil de Fédération.

    https://francais.rt.com/international/36107-degagements-fumee-dans-metro-saint-petersbourg-explosion


  10. martin Le 03 avril 2017 à 20h57
    Afficher/Masquer

    Il me semble que c’est toujours un peu la même chanson.

    Le parti de la conciliation, une partie des républicains, commence à comprendre que la période hégémonique des Etats-Unis est révolue. Dans le même temps, les bellicistes regroupés autour de Mc Cain, parmi lesquels le clan Clinton, pensent pouvoir encore égratigner la Russie pour ensuite casser l’Iran. C’est toujours l’agenda du PNAC.

    Mais c’est très dangereux, car ils ne voient pas que la Russie est prête à répliquer et le fera si les provocations continuent. Ce pourrait être en Ukraine par exemple. Il s’agît de nous, de l’Europe occidentale. Tous ceux qui soutiennent les campagnes anti-russes nous font courir un grand danger.

    Je ne suis pas très rassuré, je l’avoue.

    DM


  11. christian gedeon Le 04 avril 2017 à 12h55
    Afficher/Masquer

    La Russie est restée l’ennemi fantasmagorique de l’ouest.A cause de l’époque soviétique,révolue,et c’est tant mieux.Mais personne ne pense que quand Napoléon a été(hélas) abattu,les russes auraient pu rester à Paris et en France,bistro,bistro…et quand le mur est tombé,il n’y a même pas eu un baroud d’honneur.Toujours,à travers l’histoire,ce sont les teutons,alliés aux pays baltes,qui ont pratiqué la politique du drang nach osten,encore et plus que jamais d’actualité aujourd’hui…pour des raisons qui sont personnelles,j’ai haï les communistes,et à mon grand regret,je les déteste toujours…mais aujourd’hui,la Russie revient à ce qu’elle a toujours été,un facteur de paix…musclé,mais un facteur de paix quand même… et çà,je peux vous dire que çà emmerde drôlement les neocons,dont le règne est basé sur la guerre et l’affrontement…


    • basile Le 04 avril 2017 à 17h29
      Afficher/Masquer

      il me semble que l’Ouest avait déjà peur de la Russie du temps des tsars. C’était un pays très avancé, et de la taille qu’on connait. Parait-il, selon certains, qu’on leur aurait mis Lénine dans les pattes pour la briser. En fait, une espèce de Maïdan cent ans plus tôt.


    • Jérôme Le 05 avril 2017 à 12h19
      Afficher/Masquer

      Cela ne date pas de l’époque soviétique.

      La Russie a été le grand rival stratégique de l’empire anglo-saxon dès 1814/1815, une fois que les britanniques ont définitivement détruit les ambitions hégémoniques de la France. Et cela a duré jusqu’à la fin du 19ème siècle, quand c’est l’Allemagne qui s’est révélée être la plus gênante pour l’hégémonie anglo-saxonne.

      Dans les années 1930, les gouvernements britanniques souhaitaient lancer l’Allemagne dans un choc contre l’URSS et s’est pour cela qu’ils ont favorisé les projets de réarmement de l’Allemagne hitlérienne.

      Et dès que l’Allemagne a été écrasée, l’empire anglo-saxon, cette fois dirigé depuis Washington, a de nouveau engagé la lutte contre l’URSS pourtant très affaiblie par les ravages de la 2ème guerre mondiale.

      Et comme par hasard, cela a continué après la chute du communisme : affaiblir la Russie à tout prix.

      Conclusion évidente bien comprise par de Gaulle : l’idéologie n’était qu’un voile. Seules sont structurantes les permanences géopolitiques.


Charte de modérations des commentaires