Excellente interview d’EuroNews (fichtre, ça fait plaisir, ça change de BHL !) toute fraîche du grand Noam Chomsky…

Il est l’un des plus grands intellectuels du monde, auteur prolifique et anarchiste autoproclamé. A 86 ans l‘âge ne semble pas le ralentir.  Il combat toute une série d’injustices, avec l’Occident en général dans sa ligne de mire.

Noam Chomsky : une vie de militant

  • Noam Chomsky est né le 7 décembre 1928 à Philadelphie, Etats-Unis
  • Il a commencé à travailler à l’Institut de Technologie du Massachusetts en 1955
  • Il est un éminent linguiste, philosophe et militant politique
  • Son travail dans les années 50 a révolutionné le domaine de la linguistique
  • Il se fait connaître pour son activisme contre la guerre du Vietnam
  • Il s’oppose aux élites dirigeantes et est devenu une critique acerbe de la politique étrangère américaine et occidentale
  • Il a écrit des centaines de livres

Noam Chomsky nous a reçus dans son bureau à l’Institut de Technologie du Massachusetts (le 17 avril 2015).

Isabelle Kumar, euronews :
Noam Chomsky merci d‘être avec nous. Le monde en 2015 semble très instable, mais d’une façon générale, êtes-vous plutôt optimiste ou pessimiste ?

Noam Chomsky :
Au niveau mondial, nous courons vers un précipice : nous ne pouvons que chuter dans l’abîme, ce qui réduit fortement nos chances d’une survie décente.

Isabelle Kumar, euronews :
De quel précipice s’agit-il?

Noam Chomsky :
Il y en a deux en fait : le premier est environnemental. Une catastrophe écologique est imminente, et nous n’avons que trés peu de temps pour en la limiter. Nous n’allons pas dans le bon sens. L’autre date de 70 ans, c’est la menace d’une guerre nucléaire, qui est en fait toujours croissante. Si vous regardez bien ce dossier, c’est un miracle que nous ayons survécu.

Isabelle Kumar, euronews :
Regardons les questions environnementales d’abord. Nous avons demandé aux internautes, sur les réseaux sociaux, de nous envoyer des questions, et nous en avons reçu des milliers. Nous avons reçu cette question de Enoa Agoli, qui demande : “ quand vous analysez la question de l’environnement avec le regard d’un philosophe , que pensez-vous du changement climatique?”

Noam Chomsky :
L’espèce humaine est vieille d’environ 100 000 ans, et elle est maintenant face à un tournant de son histoire . Cette espèce est dans une position où elle va bientôt décider, d’ici quelques générations, si l’expérimentation de la vie dite intelligente peut continuer, ou si nous sommes déterminés à la détruire. Les scientifiques reconnaissent que les combustibles fossiles doivent être laissés dans le sous- sol si nos petits-enfants veulent avoir des perspectives décentes. Mais les structures institutionnelles de notre société font pression pour essayer d’extraire la moindre goutte. Les effets, les conséquences humaines prévisibles du changement climatique dans un avenir proche, sont catastrophiques et nous courons vers ce précipice.

Isabelle Kumar, euronews :
En termes de guerre nucléaire, nous savons tous maintenant que l’Iran a conclu un accord préliminaire . Est-ce que cela ne vous donne pas une lueur d’espoir que le monde pourrait être un endroit plus sûr ?

Noam Chomsky :
Je suis pour les négociations avec l’Iran, mais ces discussions sont profondément viciées. Il y a deux états au Moyen-Orient qui multiplient des agressions, de la violence, des actes terroristes, des actes illégaux, en permanence. Ils sont tous les deux des États très puissants, dotés d’armes nucléaires et de tout un armerment . Et leurs armes nucléaires ne sont pas prises en compte.

Isabelle Kumar, euronews :
A qui faites-vous allusion ?

Noam Chomsky :
Les Etats-Unis et Israël. Les deux états nucléaires majeurs dans le monde. Je veux dire qu’il y a une raison pourquoi, dans les sondages internationaux, gérés par des instituts de sondages américains, les États-Unis sont considérés comme la plus grande menace à la paix mondiale, par une majorité écrasante. Il est assez intéressant que les médias américains aient refusé de publier cela.

Isabelle Kumar, euronews :
Vous n’accordez pas une très grande estime au président américain Barack Obama. Mais avec cet accord avec l’Iran, ne le voyez-vous pas sous un meilleur jour ? Le fait qu’il s’efforce de réduire la menace d’une guerre nucléaire ?

Noam Chomsky :
En fait il ne fait rien. Il a juste lancé un programme de plusieurs billions de dollars de la modernisation desarmes nucléaires américaines, ce qui signifie l’expansion du système nucléaire. C’est une des raisons pour lesquelles la célèbre horloge de l’apocalypse, établie par le Bulletin of Atomic Scientists, a, il y a quelques semaines, avancé de 2 minutes, donc plus près de minuit. Minuit est la fin. Il est maintenant 3 minutes avant minuit. C’est du jamais vu depuis 30 ans, depuis les années Reagan quand il y avait un risque imminent de grande guerre nucléaire .

Isabelle Kumar, euronews :
Vous avez mentionné les États-Unis et Israël avec l’Iran. Maintenant , le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu rejette l’accord préliminaire sur le nucléaire iranien, et il dit …

Noam Chomsky :
Nous savons pourquoi . L’Iran a de très faibles dépenses militaires , même selon les normes de la région. La doctrine stratégique de l’Iran est défensive. Elle est conçue pour tenir à distance une attaque, assez longtemps, pour que la diplomatie prenne le relais. Les États- Unis et Israël, deux Etats voyous, ne veulent plus tolérer la menace. Aucun analyste stratégique ne pense que l’Iran puisse un jour utiliser une arme nucléaire. Même s’il le faisait, le pays serait simplement vaporisé, et il n’y a aucune indication que les mollahs au pouvoir, quoi que vous en pensiez , veulent voir leur pays détruit.

Isabelle Kumar, euronews :
Encore une question sur ce problème, par l’intermédiaire des réseaux sociaux , de Morten A. Andersen qui demande: « Croyez-vous que les Etats-Unis puissent un jour parvenir à un accord qui serait dangereux pour Israël ?”

Noam Chomsky :
Les États-Unis mènent en permanence des actions qui sont dangereuses pour Israël, très sérieusement. Tout en faisant croire qu’ils soutiennent la politique israélienne. Dans les 40 dernières années, la plus grande menace pour Israël a été sa propre politique. Si vous regardez en arrière, en 1970 , Israël a été l’un des pays les plus respectés et les plus admirés dans le monde. Il y avait beaucoup d’attitudes favorables. Il est maintenant l’un des pays les plus détestés et craints dans le monde. Au début des années 70, Israël a pris une décision . Ils avaient le choix, et ils ont préféreré l’expansion à la sécurité, avec des conséquences très dangereuses. C‘était déjà évident à l‘époque – je l’ai écrit et d’autres personnes l’ont fait : si vous préférez l’expansion à la sécurité, cela conduit à une dégénérescence interne, la colère, l’opposition, l’isolement et la destruction ultime éventuellement. Et en soutenant ces politiques , les Etats-Unis contribuent à la menace à laquelle Israël est confrontée.

Isabelle Kumar, euronews :
Cela m’amène à la question du terrorisme, un fléau mondial et certaines personnes , je pense , y compris vous-même, diront qu’il y a un retour de bâton de la politique américaine internationale. A quel niveau les États-Unis et ses alliés sont-ils responsables des attaques terroristes dans le monde entier ?

Noam Chomsky :
Rappelez-vous que la pire campagne terroriste dans le monde est de loin, celle qui est orchestrée à Washington même. C’est une campagne mondiale d’assassinat. Il n’y a jamais eu de campagne terroriste de cette échelle .

Isabelle Kumar, euronews :
Quand vous parlez de campagne globale d’assassinat …

Noam Chomsky :
La campagne de drones – c’est exactement cela. Sur de grandes parties du monde , les Etats-Unis, publiquement, ouvertement – il n’y a rien de secret dans ce que je dis , nous le savons tous – réalisent une campagne d’assassinat de personnes suspectées de nuire un jour au gouvernement américain. Et en effet c’est, comme vous l’avez dit , une campagne de terreur, et quand vous bombardez un village au Yémen , par exemple , que vous tuez quelqu’un – peut-être la personne que vous visiez, peut-être pas – et que d’autres personnes qui se trouvaient dans le quartier meurent elles-aussi – comment pensez-vous que les gens vont réagir ? Ils vont se venger .

Isabelle Kumar, euronews :
Vous décrivez les États-Unis comme le principal Etat terroriste. Comment se place l’Europe alors selon vous?

Noam Chomsky :
Eh bien, c’est une question intéressante. Une étude récente, je crois qu’elle a été faite par la Fondation Open Society [indique que] la pire forme de torture, c’est le transfert de prisonniers.
Vous prenez quelqu’un que vous pensez être responsable de quelque chose, et vous les envoyez à votre dictateur favori, peut-être Assad ou Kadhafi ou Moubarak, pour qu’il soit torturé, en espérant que peut-être quelque chose va en sortir. C’est extraordinaire ce transfert. L‘étude s’est penchée sur les pays qui ont participé, bien évidemment les dictatures du Moyen-Orient, car c’est là que les prisonniers ont été envoyés pour être torturés, et l’ Europe. La plupart des pays européens ont participé : l’Angleterre, la Suède, d’autres pays. En fait, il y a une seule région du monde où personne n’ a participé: c’est l’Amérique latine. Ce qui est assez dramatique. L’Amérique latine est maintenant à peu près hors de contrôle des États-Unis. Quand elle était contrôlée par les Etats-Unis, il n’y a pas si longtemps, c‘était le centre du monde de la torture. Maintenant, l’Amérique latine ne participe pas à la pire forme de torture qui soit. L’Europe a participé. Quand les maîtres rugissent, les serviteurs se couchent.

Isabelle Kumar, euronews :
L’Europe est la servante des Etats-Unis ?

Noam Chomsky :
Certainement . Ils sont trop lâches pour adopter une position indépendante .

Isabelle Kumar, euronews :
Quelle portrait faites-vous de Vladimir Poutine ? Il est décrit comme l’une des plus grandes menaces pour la sécurité, non?

Noam Chomsky :
Comme la plupart des dirigeants , il est une menace pour sa propre population. Il a décidé des actions illégales, évidemment. Mais le décrire comme un monstre fou qui souffre d’une maladie du cerveau et qui est atteint d’Alzheimer, une créature maléfique, c’est un standard de fanatisme orwellien. Je veux dire, quoi que vous pensiez de ses politiques, elles restent logiques. L’idée que l’Ukraine puisse rejoindre une alliance militaire occidentale serait inacceptable pour tout dirigeant russe. Cela remonte à 1990, lorsque l’Union soviétique s’est effondrée. Il y avait déjà la question de ce qui se passerait avec l’OTAN. Gorbatchev a accepté l’idée que l’Allemagne soit unifiée et rejoigne l’OTAN . C‘était une concession assez remarquable avec un quid pro quo : que l’OTAN ne s‘étende pas d’un pouce vers l’est . C’est l’expression qui a été utilisée.

Isabelle Kumar, euronews :
Donc, la Russie est tombée dans une provocation ?

Noam Chomsky :
Qu’est-ce qui est arrivé ? L’OTAN s’est déplacé jusqu’en Allemagne de l’Est, puis Clinton a étendu la prépondérance de l’OTAN jusqu’ aux frontières de la Russie. Maintenant , le nouveau gouvernement ukrainien, après le renversement du précédent, a voté à 300 voix contre 8 ou presque, la résolution pour rejoindre l’OTAN .

Isabelle Kumar, euronews :
Mais vous pouvez comprendre pourquoi ils veulent adhérer à l’OTAN , vous pouvez comprendre que pour le gouvernement de Petro Porochenko, ce serait assurer la protection de leur pays ?

Noam Chomsky :
Non, non, non, ce n’est pas une protection. La Crimée a été prise après le renversement du gouvernement, n’est-ce pas ? Personne ne protége l’Ukraine. Tout cela menace l’Ukraine d’une guerre majeure. Vouloir rejoindre l’Otan n’est pas une protection. Le fait est que cela représente une menace stratégique sérieuse pour la Russie, quel que soit son dirigeant. C’est bien connu.

Isabelle Kumar, euronews :
Si nous regardons la situation en Europe maintenant, il y a aussi un autre phénomène intéressant qui se déroule. Nous voyons la Grèce se rapprocher de l’Est, c’est en tout cas le souhait du gouvernement Syriza. Nous voyons aussi Podemos, qui est en train de gagner le pouvoir en Espagne, ainsi qu’en Hongrie. Pensez-vous qu’il y a une possibilité que l’Europe se rapproche des intérêts russes ?

Noam Chomsky :
Jetez un oeil à ce qu’il se passe. En Hongrie la situation est totalement différente. Syriza est arrivé au pouvoir sur la base d’une vague populaire qui montre que la Grèce ne veut plus se soumettre aux politiques de Bruxelles et aux banques allemandes qui détruisent le pays. Ces politiques ont été faites pour augmenter la dette de la Grèce, par rapport à sa production de richesse ; environ la moitié des jeunes sont au chômage, presque 40 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, on détruit la Grèce.

Isabelle Kumar, euronews :
Faut-il annuler la dette grecque ?

Noam Chomsky :
Oui, comme en Allemagne. En 1953, quand l’Europe a annulé la plupart de la dette de l’Allemagne. Juste comme ça, pour que l’Allemagne soit en mesure de rembourser les dommages de guerre .

Isabelle Kumar, euronews :
Donc, on devrait aussi annuler la dette du Portugal ? et l’Espagne aussi ?

Noam Chomsky :
Qui a engagé cette dette ? Et qui à qui doit-on la rembourser ? La dette a en partie été contractée par des dictateurs. En Grèce c‘était la dictature fasciste, soutenue par les États-Unis. La dette, je pense, était plus brutale que la dictature. C’est ce que l’on appelle en droit international , une «dette odieuse», qui ne doit pas être payée, et c’est un principe introduit dans le droit international par les Etats-Unis, quand il était dans leur intérêt de le faire. Une grande partie du reste de la dette, ce qu’on appelle les paiements à la Grèce sont des paiements aux banques, allemandes et françaises, qui ont décidé de faire des prêts très risqués avec de faibles taux d’intérêt, et qui sont maintenant confrontées au fait qu’ils ne peuvent être remboursés.

Isabelle Kumar, euronews :
Je vais vous poser cette question maintenant, de Gil Gribaudo, qui demande : “ Comment l’Europe va t-elle se transformer dans le futur, avec les défis existentiels qui arrivent?” Parce qu’il y a la crise économique, et il y a aussi une montée du nationalisme , et vous avez également décrit certaines lignes de failles culturelles qui ont été créés à travers l’Europe. Comment voyez-vous l’Europe se transformer ? ‏

Noam Chomsky :
L’Europe a de graves problèmes. Certains sont le résultat de politiques économiques conçues par les bureaucrates de Bruxelles, la Commission européenne et ainsi de suite, sous la pression de l’OTAN et les grandes banques, surtout celles de l’Allemagne. Ces politiques ont un certain sens du point de vue des concepteurs. Ils veulent être remboursés pour leurs prêts et leurs investissements risqués et dangereux. Mais ces politiques érodent l’Etat-Providence, qu’ils n’ont jamais aimé. Mais l’Etat-Providence est l’une de ces contributions majeures de l’Europe à la société moderne, mais les riches et puissants ne l’ont jamais aimé. Il y a un autre problème en Europe : elle est extrêmement raciste. J’ai toujours pensé que l’Europe est plus raciste que les États-Unis. Jusqu’ici ce n‘était pas aussi visible en Europe parce que les populations européennes dans le passé ont eu tendance à être assez homogène. Donc, si tout le monde est blond aux yeux bleus, alors vous ne semblez pas raciste, mais dès que la population commence à changer, le racisme vient de nulle part. Très vite. Et c’est un problème culturel très grave en Europe.

Isabelle Kumar, euronews :
J’aimerais terminer avec une question de Robert Lumière sur une note plus positive . Il demande: « Qu’est-ce qui vous donne de l’espoir ? “

Noam Chomsky :
Ce qui me donne de l’espoir : un certain nombre de choses dont nous avons parlé . L’indépendance de l’Amérique latine par exemple. C’est d’une importance historique. Nous le voyons avec la réunion du Sommet des Amériques à Panama. Dans les dernières réunions continentales, les États-Unis ont été complètement isolés. C’est un changement radical par rapport à il y a 10 ou 20 ans, lorsque les États- Unis trempaient dans les affaires latino-américaines. En fait, la raison pour laquelle Obama a fait ses gestes envers Cuba était d’essayer de surmonter l’isolement des États-Unis. Ce sont les États-Unis qui sont isolés, pas Cuba. Et sans doute ce sera un échec. On verra. Les signes d’optimisme en Europe sont Syriza et Podemos. Espérons qu’il y ait enfin un soulèvement populaire contre les écrasements, les politiques économiques et sociales destructrices qui viennent de la bureaucratie et des banques, et c’est très encourageant. Ou ça devrait l‘être.

Isabelle Kumar, euronews :
Noam Chomsky, merci beaucoup d’avoir été avec nous.

======================================

ENTRAIDE : Je souhaiterais trouver une ou deux personnes désirant participer à la diffusion des analyses de Noam Chomsky, en m’aidant à réaliser une veille et un suivi régulier. Si vous êtes motivé, merci donc de m’écrire ici

109 réponses à Noam Chomsky : Nous courons vers un précipice : nous ne pouvons que chuter dans l’abîme, ce qui réduit fortement nos chances d’une survie décente (+ENTRAIDE)

Commentaires recommandés

Chapi chapo Le 27 avril 2015 à 06h47

@ GLEB

On ne peut pas : on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

Comme le dit Chomski, l’humanité à 100 000 ans. C’est très jeune.
Jusqu’à il y a 30 000 ans environ, on développait encore notre cerveau. C’est seulement depuis qu’on commence à l’explorer tel qu’il est et à développer notre intelligence. 30 000 ans, c’est très, très, très, très, très court à l’échelle de l’évolution, on n’est qu’aux balbutiements de notre connaissance de nos possibilités, alors on fait pleins de conneries.

Ces conneries humaines sont amplifiées par notre nombre et par nos effets de leviers technologiques.

Le réflexe grégaire des mammifères sociaux est encore présent chez l’immense majorité d’entre nous. Apprendre et décider par soi-même – et non par perpétuation d’un conditionnement – n’est encore que le fait d’une toute petite minorité. Les autres croient le 20h et Twitter. Ca durera encore quelques siècles, mais nous sommes arrivés ces dernières décennies à un tournant décisif sur cette question, en tant qu’espèce.

L’individualisme et l’illusion de la vitesse de nos technologies, nous font oublier qu’on ne lutte pas contre les grandes tendances d’une époque. Ca prendra donc encore des siècles, mais nos descendants y parviendront probablement. Avec quels dégâts entretemps pour la planète et les humains, c’est tout le mystère. La démographie humaine risque de baisser de moitié, ou plus, ou moins, dans le processus, on ne sait pas.

Les personnes qui s’épuisent contre ça sont comme des gouttes d’eaux qui voudraient changer l’océan, elles commencent par oublier qu’elles en font partie et que leur agitation ne fait qu’ajouter à la tendance conflictuelle ambiante ; sinon, elles procéderaient autrement, par exemple, de manière inventive (contrairement à se rebeller, parce que ça, tout le monde peut le faire) Et donc, ces personnes participent aux tensions en court, et confirment leur adaptation à leur époque en la suivant (s’opposer, c’est suivre l’adversaire pour l’engueuler) plutôt qu’en la transcendant.

Même si on arrêtait de polluer là tout de suite, les conséquences des pollutions déjà réalisées, continueraient de se développer pendant au moins 50 ans avant d’arriver à maturité et de diminuer. Mais comme on n’arrête pas… Et tous les autres excès humains en cours auront leurs effets sur la durée, et on les continue quand même aussi. Donc il n’y a rien à faire pour faire boire les ânes qui n’ont pas soif. CQFD

Voilà. Désolé.

Avoir seulement 100 000 ans implique que personne ou presque n’écoutera ce point de vue, parce qu’on n’est pas raisonnable quand on a 100 000 ans.

  1. GLEB Le 27 avril 2015 à 02h32
    Afficher/Masquer

    Excellente interview, mais 2 400 vues sur youtube.
    Comment diffuser ses idées ?


    • Chapi chapo Le 27 avril 2015 à 06h47
      Afficher/Masquer

      @ GLEB

      On ne peut pas : on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif.

      Comme le dit Chomski, l’humanité à 100 000 ans. C’est très jeune.
      Jusqu’à il y a 30 000 ans environ, on développait encore notre cerveau. C’est seulement depuis qu’on commence à l’explorer tel qu’il est et à développer notre intelligence. 30 000 ans, c’est très, très, très, très, très court à l’échelle de l’évolution, on n’est qu’aux balbutiements de notre connaissance de nos possibilités, alors on fait pleins de conneries.

      Ces conneries humaines sont amplifiées par notre nombre et par nos effets de leviers technologiques.

      Le réflexe grégaire des mammifères sociaux est encore présent chez l’immense majorité d’entre nous. Apprendre et décider par soi-même – et non par perpétuation d’un conditionnement – n’est encore que le fait d’une toute petite minorité. Les autres croient le 20h et Twitter. Ca durera encore quelques siècles, mais nous sommes arrivés ces dernières décennies à un tournant décisif sur cette question, en tant qu’espèce.

      L’individualisme et l’illusion de la vitesse de nos technologies, nous font oublier qu’on ne lutte pas contre les grandes tendances d’une époque. Ca prendra donc encore des siècles, mais nos descendants y parviendront probablement. Avec quels dégâts entretemps pour la planète et les humains, c’est tout le mystère. La démographie humaine risque de baisser de moitié, ou plus, ou moins, dans le processus, on ne sait pas.

      Les personnes qui s’épuisent contre ça sont comme des gouttes d’eaux qui voudraient changer l’océan, elles commencent par oublier qu’elles en font partie et que leur agitation ne fait qu’ajouter à la tendance conflictuelle ambiante ; sinon, elles procéderaient autrement, par exemple, de manière inventive (contrairement à se rebeller, parce que ça, tout le monde peut le faire) Et donc, ces personnes participent aux tensions en court, et confirment leur adaptation à leur époque en la suivant (s’opposer, c’est suivre l’adversaire pour l’engueuler) plutôt qu’en la transcendant.

      Même si on arrêtait de polluer là tout de suite, les conséquences des pollutions déjà réalisées, continueraient de se développer pendant au moins 50 ans avant d’arriver à maturité et de diminuer. Mais comme on n’arrête pas… Et tous les autres excès humains en cours auront leurs effets sur la durée, et on les continue quand même aussi. Donc il n’y a rien à faire pour faire boire les ânes qui n’ont pas soif. CQFD

      Voilà. Désolé.

      Avoir seulement 100 000 ans implique que personne ou presque n’écoutera ce point de vue, parce qu’on n’est pas raisonnable quand on a 100 000 ans.


    • Alfred Le 27 avril 2015 à 07h50
      Afficher/Masquer

      En faisant le colibri multiplicateur envers vos amis et rencontres impromptues
      20 de plus pour moi
      20 de plus pour vous
      20 de plus pour…


  2. Kiwixar Le 27 avril 2015 à 03h25
    Afficher/Masquer

    Merci pour cette traduction d’un article essentiel, à diffuser massivement car il permet de déciller beaucoup d’yeux, notamment grâce à la position de “vieux sage” de Noam Chomsky.

    “L’Etat-Providence est l’une de ces contributions majeures de l’Europe à la société moderne”

    Je n’aime pas du tout ce terme d’ “Etat-Providence”, je pense qu’il a sans doute été inventé par les “0.1%” pour amener un sens d’iniquité, de tombage du ciel, d’une normalité à le révoquer ou à le remettre en cause. Il n’y a pas d’ “Etat-Providence”, il y a un CHOIX de la solidarité, de l’utilisation des impôts : pour l’armement? pour la guerre? pour les financiers étrangers? … ou bien pour les hôpitaux, l’éducation, la santé, les vieux, les pauvres?

    Quand le contribuable US dépense 1500 milliards de dollars pour un fer à repasser (F-35), est-ce que McDonnel-Douglas se félicite de l’ “Etat-Providence” qui permet d’arroser les actionnaires?

    “L’Europe est la servante des Etats-Unis ?
    NC : Certainement . Ils sont trop lâches pour adopter une position indépendante”

    Pas une question de lâcheté, plutôt : l’imprimante illimitée de la FED a permis aux US d’acheter tous les politiciens et les journaux/journalistes européens, ou bien d’utiliser le budget de la CIA/NSA pour les compromettre (orgie, pédophilie). Mettre la création monétaire dans des mains privées (1913) a été le début de plus d’un siècle d’abominations et de la mort des démocraties occidentales.

    “Il a juste lancé un programme de plusieurs billions de dollars” : vu la confusion légitime des lecteurs sur l’échelle courte/longue et l’utilisation du terme “billion” par rapport à l’anglais, j’en profite pour refourguer gratuitement l’échelle “kiwixar” :
    – un douzillard : 10^12 = 1000 milliards (trillion en anglais)
    – un quinzillard : 10^15
    – un dixhuillard : 10^18
    Ca facilite la compta : le nombre d’atomes dans l’univers observable est estimé entre 4 septantehuillards et 6 septanteneufilliards.


    • Joanna Le 27 avril 2015 à 10h07
      Afficher/Masquer

      Euh … pour le nombre d’atomes dans l’univers je vous suggère de recompter.

      M’est avis que vous en avez oublié quelques-uns …


      • Macarel Le 27 avril 2015 à 12h29
        Afficher/Masquer

        Nombre d’atomes dans l’univers observable ~10^80 (1 suivi de 80 zéros)

        Le raisonnement de l’astrophysicien C. Magnan ici :

        link to lacosmo.com


        • Kiwixar Le 27 avril 2015 à 12h53
          Afficher/Masquer

          6 septanteneufilliards = 6 x 10^79, jsuis pas tombé loin!


    • achriline Le 27 avril 2015 à 13h14
      Afficher/Masquer

      @Kiwixar
      hors sujet ce retour à propos du point 2 notre débat du 25 avril mais j’ai trouvé cette info importante :
      link to fr.sputniknews.com
      Info ou intox ? (L’info ne date pas du 1er avril)
      Si c’était vrai ça serait une très bonne nouvelle pour tout le monde et impliquerait des changements importants au niveau mondial.


      • Renaud 2 Le 27 avril 2015 à 23h21
        Afficher/Masquer

        Les réacteurs de 4ème génération sont des réacteurs à neutrons rapides comme notre bon vieux Phénix. Pour ce réacteur russe, la nouveauté est le refroidissement par plomb, je ne sais pas du tout ce que cela implique. Sinon, il est faux de dire que ce type de réacteurs ne produit pas de déchets. Il permet d’utiliser le combustible usé, ce qui est déjà pas mal, mais les neutrons rapides vont engendrer plus de réactions, donc plus d’actinides mineurs (éléments très lourds), fortement radioactifs. Le volume sera beaucoup plus faible, mais il faudra aussi traiter ces déchets, à l’aide de la transmutation par exemple.


        • Maurin Le 30 avril 2015 à 15h49
          Afficher/Masquer

          Les réacteurs à Pb fondu (Gen IV LFR) sont de type baterries (de 50MW à 1200MW) extrêmement compacts. De 10 à 30 ans de fonctionnement sans intervention!
          TOUS les actinides sont détruits pendant le cycle. L’Uranium est utilisé jusqu’à la dernière goutte.
          Pb: Le plomb est très corrosif. (niveau de la recherche dans ce domaine = proche de zéro!)


    • Macarel Le 27 avril 2015 à 14h05
      Afficher/Masquer

      Tiens ! Tant que l’on est dans les ordres de grandeur, un que j’aime à rappeler aux “adorateurs de la Croissance”

      Une croissance de 2%¨par an sur les temps historiques, soit 2000 ans, cela donne un facteur multiplicateur de 1.02^2000 ~1.6×10^17
      Soit du même ordre de grandeur que celui du nombre de secondes depuis l’origine supposé de l’univers : le Big Bang !

      Ce qui montre, le caractère insensé de la croyance en une croissance perpétuelle.

      “Celui qui croit que la croissance peut être infinie dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste», raillait l’économiste américain Kenneth Boulding il y a plus de 40 ans.

      40 ans après, tous nos hommes politiques, attendent le retour de la Croissance comme le Messie. Comme ils ne sont pas, en général, économistes, c’est donc qu’ils sont fous !

      Ou ce qui revient au même, car les conséquences néfastes pour nous sont les mêmes, c’est qu’ils pensent avant tout à leur réélection à cour terme. Ce qui est une forme de folie, puisque cela empêche de mettre sur la place publique les vrais débats de fond, qui permettraient de réorienter nos sociétés vers des modes de fonctionnement et de vie, préservant le futur.
      Le court termisme égoïste, le narcissisme, et l’égocentrisme sont une forme de folie aux effets dévastateurs.


      • chb Le 28 avril 2015 à 00h15
        Afficher/Masquer

        A propos de Messie : si Judas avait placé ses trente euros à la caisse d’épargne à 2%, ses héritiers possèderaient aujourd’hui l’équivalent de 200 fois le PIB de toute l’UE. Y a eu du coulage on dirait.


    • bluetonga Le 27 avril 2015 à 19h10
      Afficher/Masquer

      A propos de l’expression “état-providence”, de nombreuses hypothèses sur l’origine du terme et nuances quant aux attendus du concept existent :

      link to fr.wikipedia.org

      Un certain Emile Ollivier, représentant du mouvement libéral, l’aurait effectivement utilisé sur un mode dérisoire.

      L’expression anglaise du “welfare state”, utilisée par Chomsky, est dépourvue de cette connotation de dérision. Elle serait plus exactement celle de “l’état du bien-être”, une organisation sociétale qui prétend confier à ce dernier la responsabilité d’assurer le bien-être minimum de sa population, en terme de besoins élémentaires, de protection du travail, de soins de santé. Bref, une société orientée vers la solidarité de ses membres, à l’encontre des élites libérales qui privilégient une version “darwinienne” de l’organisation sociale où “ceux qui le méritent” occupent le haut de la pyramide.

      Le concept de “ceux qui le méritent” est évidemment très relatif, dans la mesure où il fait la part belle aux affairistes et opportunistes bien plus qu’aux réels entrepreneurs. Et en faisant la promotion de cette vision, les libéraux oublient un peu puérilement que leurs privilèges, acquis ou hérités, reposent sur l’inertie de la vaste majorité de la population, laquelle ne saurait être garantie au-delà d’un certain degré de spoliation et d’iniquité. Une réalité que l’Europe risque de redécouvrir bientôt, à l’instar des mouvements de lutte sociales qui l’avaient agitée au XiXème et XXème siècle.


  3. dissy Le 27 avril 2015 à 03h28
    Afficher/Masquer

    Crash MH17: Berlin connaissait les risques liés au survol de l’Ukraine.

    Le gouvernement allemand connaissait les risques liés au survol de l’Est de l’Ukraine avant le crash du Boeing de la Malaysia Airlines et n’en a pas informé les compagnies aériennes allemandes, ont indiqué plusieurs médias allemands dimanche.

    Les 298 passagers et membres d’équipage du vol MH17, dont deux tiers de Néerlandais, sont décédés le 17 juillet quand l’avion de la Malaysia Airlines a été abattu par un missile alors qu’il survolait cette zone en guerre.

    link to lesoir.be

    La Russie ne viole pas les “règles du jeu” sur la scène internationale, à la différence de l’Occident, a affirmé dimanche le président russe Vladimir Poutine, dans un documentaire. “Cela concerne nos relations avec l’Ukraine et la situation en Crimée”, précise-t-il.

    “Et lorsque je dis “règles du jeu”, je veux dire avant tout le droit international, la charte de l’organisation des Nations unies et tout ce qui est lié à cela”, a déclaré M. Poutine, dans le documentaire “Président” diffusé par la télévision publique russe.

    “Les soi-disant milieux dirigeants des pays occidentaux, leurs élites politiques et économiques nous aiment quand nous sommes pauvres, misérables et restons la main tendue pour mendier”, a accusé Vladimir Poutine.

    link to romandie.com


  4. jocelin Le 27 avril 2015 à 06h55
    Afficher/Masquer

    Je crois qu’un documentaire récent va lui être consacré
    link to requiemfortheamericandream.com


  5. boduos Le 27 avril 2015 à 07h25
    Afficher/Masquer

    pourquoi doit on aller chercher ailleurs la réflexion sur nous? n’avons nous pas de concitoyens respectables et censés ? pourquoi si peu d’empressement pour les faire connaitre?

    le but d’un blog étant j’espère pédagogique ,pourquoi ne pas utiliser plus souvent les TP sur les cas d’actualité sans craindre en permanence l’œil de Matignon ,pourvu que la décence soit “modérée ” au regard de la seule loi évidemment?


  6. Esope Le 27 avril 2015 à 08h38
    Afficher/Masquer

    Je suis en très grande partie d’accord avec ses points de vue, mais, une fois de plus à l’occasion des interviews de penseurs non conventionnels comme pour les autres, je déplore que deux points majeurs à mon sens des situations actuelles ne soient jamais abordés. Leurs dérives sont patentes et lourdes de conséquences.
    Ils sont portés par deux concepts tabous, énoncés avec déférence quand ils le sont par la bien-pensance ordinaire. Les constats qui s’y rapportent ne sont vraiment pas à la hauteur de leurs ambitions, alors, à mon avis, ils devraient systématiquement être commentés et remis en selle si possible :
    Le concept de Liberté qui, dans les faits, aboutit à des luttes de pouvoirs plus ou moins sordides et à des écrasements des faibles par les forts, ceux qui disposent de plus d’atouts et de moins de scrupules.
    Le concept de Démocratie. Les pays évoqués dans cet interview se prétendent démocratiques. Dans les constats, il apparaît que les démocraties de façade publicitaire dérivent rapidement vers un accaparement du pouvoir par un dictateur parano ou une oligarchie partisane et sectaire, à des fins particulières.

    Ces propos sont peut-être dérangeants mais ce sont des sujets dont il est indispensable de prendre conscience et, a minima, de débattre.


    • Damien D Le 27 avril 2015 à 17h12
      Afficher/Masquer

      En effet dans le “monde d’après” (un monde qui ne serait pas un désert post-nucléaire), on s’imagine mal vivre avec le même système d’élections tous les 4 ou 5 ans, de domination du fric et du lavage de cerveaux.

      Perso je tourne mes yeux vers la Chine (!) Une espèce de dictature collégiale éclairée, ca pourrait marcher? (disons le moins pire quoi)
      En tout cas, on va voir si ils sont capable d’affronter les problèmes qui sont ceux de la planète, mais particulièrement aigus en Chine (pollution de l’air, de l’eau , des sols. Ressources naturelles en particulier eau potable et tout simplement nourrir leur milliard d’habitants)

      Pour que “ca marche”, il faut faire comme si nous n’avions plus aucune ressource, tout doit être recyclé et récupéré. Quel serait le système politique qui marcherait sur la lune???


    • marcela mainou Le 04 mai 2015 à 11h08
      Afficher/Masquer

      debbatre oui”,on est un peux tous parano “..;mais quand un” très gros parano” prend le pouvoir se qui que vota….?peut-être le problème es/ Encore il y a que crois que va venir quelqu’un a sauve a mon avis que je vécu a milieu de indiens mexicains dans ma tendre enfance on devez vraiment les écouter sa façon de prendre en compte la terre un tomate a cote de calabaza parce que i a une raison chimique bonne pour la terre etc sont un savoir uffff a etudie


  7. Joanna Le 27 avril 2015 à 09h17
    Afficher/Masquer

    Je souscris pleinement aux constats lucides et courageux de Monsieur Chomsky.

    A commencer par les 2 grands précipices qu’il évoque.
    Je suis effarée de voir à quel point nous délaissons ces questions essentielles pour ne s’occuper que de futilités, de niaiseries bien souvent amenées pour nous distraire volontairement.
    Nous nous querellons souvent pour des queues de cerise, une avalanche de faits et d’évènements qui ne mériteraient même pas d’être qualifiés de détail de notre histoire, et nous sommes incapables de prioriser lucidement.

    Imaginons que nous assistions dans un film à la scène suivante :
    Un grand immeuble au milieu d’une forêt. Dans les appartements certaines familles se disputent pour savoir de quelle couleur repeindre les murs, d’autres sont rivées devant la télé, d’autres occupants rêvassent, d’autres encore sont en train de se quereller avec leur voisin et de les injurier.

    Au dehors une épaisse fumée, la forêt est en flammes et visiblement les flammes gagnent du terrain et menacent l’immeuble et ses habitants. Aucune réaction de ceux-ci qui continuent comme si de rien n’était.

    Alors devant un tel scénario tout le monde crierait que ce film est débile, pas réaliste etc …
    Et c’est pourtant bien une image de notre réalité.

    Dons je ne suis guère optimiste. Je nous donne quand même un peu plus de chances d’échapper au 2ème précipice, quoique …, mais pour le premier rien ne sera fait ou alors les quelques débuts de commencements de réactions indispensables seront entrepris bien trop tard.

    En conclusion les Shadoks me semblent avoir bien raison de dire que « le passé ne sera jamais pire que l’avenir ».


    • Inox Le 27 avril 2015 à 13h01
      Afficher/Masquer

      Je nuancerai en précisant que seuls les occupants des dernières étages qui donnent accès à une belle hélisurface, voient la forêt bruler au loin inéluctablement, et que ces occupants privilégiés font tout pour rassurer ceux qui sont plus près du rez de chaussée, eux qui ne voient pas grand chose à part une belle forêt encore bien verdoyante. Des fois l’odeur de brûlé est trop insistante, mais ce n’est rien, juste quelques incendies mineurs… Continuer d’entretenir l’immeuble et son hélisurface braves gens, et n’écoutez pas les lanceurs d’alerte, ces “faux prophètes”, et faites nous confiance…

      Evidemment, lorsqu’on comprend que cette confiance était toute… relative, il est déjà trop tard, il ne reste plus que le son d’un hélicoptère au loin.


  8. Marie Genko Le 27 avril 2015 à 09h56
    Afficher/Masquer

    Tout espoir ne peut être perdu puisque des Noam Chomsky peuvent encore s’exprimer, même sur Euros News!

    Toutefois la réflexion, qui devrait être la notre, après avoir lu ou écouté cette magistrale interview, serait de nous inspirer de l’Histoire de notre humanité.

    Depuis le commencement des temps, il y a toujours eu une économie du troc, des prêts usuriers et de la violence pour s’emparer des biens d’autrui.
    Il me semble utopique d’éliminer ou de remplacer l’économie de troc, de même qu’il serait certainement nuisible d’empêcher un endettement raisonnable des individus et des entreprises.

    Lorsque Noam Chomsky parle de l’Etat Providence, je pense qu’il fait référence justement à une solidarité sociale et non à une utilisation abusive de l’impôt à des fins militaires ou autres.

    Tous ces éléments de réflexions pour dire que nous revenons toujours à la case zéro, celle le l’honnêteté des décideurs que nous avons nous-mêmes placés à la tête de nos Etats.
    Si ces décideurs étaient incorruptibles, nous aurions une Europe indépendante travaillant la paix et au bien-être des Etats européens.

    Tout est dans l’éducation que nous transmettons à nos enfants: le respect de ch envers autrui est aussi le salut de tous


  9. christian gedeon Le 27 avril 2015 à 09h59
    Afficher/Masquer

    J’aime bien Noam Chomsky,grande âme…mais il est atteint depuis toujours par le sale virus communautariste,et s’en revendique d’ailleurs…il est pour des sociétés communautarisées,ou chaque groupe ethnique ou religieux a en quelque sorte sa propre loi…et çà,malgré tout ce qu’il dit de bon et de grand est inacceptable..l’Europe plus raciste que les US…??? c’est une blague j’espère…c’est quand même curieux cette façon répétitive de s’attaquer aux peuples européens…chaque jour son offensive…et maintenant Chomski s’y met… nous serions donc en Europe,beaucoup plus raciste que les américains.je conseille à M. Chomsky d’aller faire un tour dans la bible belt,où en utah,ou en fait à peu près partout aux US… si pour lui,ne pas être raciste,c’est accepter la communautarisation des sociétés,alors oui,je ne parle pas pour les autres,alors OUI,je suis raciste…je refuse la communautarisation,en bloc et sans nuances…on est vraiment en train de déraper,là…je ne connais qu’une communauté,c’est celle de la république,une,souveraine et indivisible…le reste est du frotti frotta sub neuronal…de la branlette intellectuelle,quoi!


    • francois Le 27 avril 2015 à 11h34
      Afficher/Masquer

      J’avoue que ça m’a surpris et qu’il ne donne aucun argument, son exemple de l’homogénéité des peuples ne vaut pas grand chose, vu qu’il y a toujours eu des mélanges en Europe (ex : immigration italienne en France au XVIe) . Effectivement il y a toujours eu mixité aux USA : entre des blancs armés et puissants et des minorités à leur bottes


      • patrick Le 27 avril 2015 à 13h19
        Afficher/Masquer

        il y a toujours eu des mouvements de populations en Europe , mais des populations qui avaient des points communs très forts au niveau de leurs valeurs , quand des populations italiennes viennent en France, il s’agit de populations européennes ayant une culture chrétienne ( + gréco-latino … ) très compatibles avec la population locale. Donc même si l’accueil n’est pas forcément chaleureux au départ , les difficultés sont vite aplanies parce qu’il n’y a pas d’affrontement sur le fond. Contrairement aux mouvements migratoirs actuels en provenance de l’Afrique.


        • Wilmotte Karim Le 27 avril 2015 à 22h35
          Afficher/Masquer

          Ce qu’on dit de ces populations qui n’ont pas de “points communs très forts au niveau de leurs valeurs” est EXACTEMENT ce qu’on disait de celles qui les avaient, ces “points communs très forts au niveau de leurs valeurs”.

          “les difficultés sont vite aplanies parce qu’il n’y a pas d’affrontement sur le fond”
          Mais quand les prémices sont faux, la suite risque fort d’être du même acabit.


    • Chris Le 27 avril 2015 à 11h56
      Afficher/Masquer

      Le communautarisme tel que vous l’évoquez est de prendre soin des uns des autres.
      En quoi est-ce si préjudiciable ? J’ai de la peine à vous suivre.


    • Maurice Le 27 avril 2015 à 12h27
      Afficher/Masquer

      Amor patriae nostra lex.


    • pinaute Le 27 avril 2015 à 15h27
      Afficher/Masquer

      Pour la belle république vous repasserez. Ou avez-vous passé les derniers mois ?


    • Ils sont grands parce que nous sommes à genoux Le 27 avril 2015 à 15h39
      Afficher/Masquer

      Ouais. Il y a racisme et racisme, cher Monsieur.
      C’est tout le combat de certains.
      N.C. considère-t-il les émeutes afro-américaines comme étant que revues de carnavals?
      Les cartons récents des bleus américains comme mises en appétit?
      Le KKK n’était-il que pyromane ou cruciverbiste alcolisé ?
      Les US ne sont pas racistes mais ont de sérieux problèmes de communautés et pas qu’un peu.


    • Ataraxi Le 27 avril 2015 à 16h58
      Afficher/Masquer

      Il faudrait clarifier ce qu’il entend par “sociétés communautarisées”. Je ne pense pas qu’il prône une séparation de la population en groupes homogènes, mais plutôt une organisation au niveau local.


    • David D Le 27 avril 2015 à 17h48
      Afficher/Masquer

      Oui, moi non plus, je n’accepte pas ces flagellations faciles l’Europe plus raciste que les Etats-Unis. Pour deux raisons. Premièrement, si forcément l’antiracisme c’est le bien et le racisme c’est le mal, l’antiracisme a un effet domino dans le domaine de la décision politique, car il passe par-dessus certaines nuances qu’il diabolise trop vite. Deuxièmement, on accable les européens parce qu’ils présentent abondamment les plaies de leur Histoire dans leurs livres et ont eu des périodes folles avec des films culpabilisants sur le beauf raciste, il y a un fonds chrétien d’autoflagellation dans la mentalité européenne qui n’aide pas les peuples du monde à nous respecter, ou à nous reconnaître nos mérites : on voit le mal, pas le bien, ni finalement que la question du racisme est à évaluer partout sur la planète dans tous les cas.
      Maintenant, on peut essayer de comprendre malgré tout ce qu’il y aurait de plausible dans la phrase à l’emporte-pièce de Chomsky. L’Europe est une mosaïque de terres natales identitaires fortes, ce qui n’est pas le cas des Etats-Unis, ce qui entraîne des crispations d’une nature quelque peu différente. Les américains ne sont pas moins racistes, mais ils sont depuis la création de l’état américain un mélange de trois grands ensembles ethniques : noirs, blancs, indiens. La perception de l’attachement au sol n’est pas la même.
      Mais il y a encore les conjectures et évolutions historiques à apprécier, les Etats-Unis connaîtra peut-être une montée en flèche des crispations, et il ne faut pas oublier que les émeutes raciales furent importantes dans les années 60. Les américains identifient peut-être un peu vite le calme relatif actuel à un accomplissement méritoire définitif dans les consciences des citoyens.


    • vinz Le 28 avril 2015 à 00h21
      Afficher/Masquer

      “je ne connais qu’une communauté,c’est celle de la république,une,souveraine et indivisible”
      vous dites “je connais” à propos d’un fantasme, une idée qui ne s’est jamais concrétisée. La république, c’est juste l’état, et en france l’état, même en se disant “république”, n’a jamais été rien d’autre que la somme des intérêts des possédants. C’est le catéchisme républicain, on répète des formules vides de sens.
      Chomsky est anarchiste, donc quand il parle de communautés, il ne parle pas d’utopie, il parle de la façon dont s’organisent naturellement les hommes quand il n’y a pas d’état. Une communauté n’est pas nécessairement quelque chose de fermé (ça c’est l’idée qu’ont ceux qui dénoncent le “communautarisme” dans nos sociétés)
      C’est juste la structure qui permet de mettre en place la solidarité et la prise de décision au niveau d’un groupe.


  10. Alae Le 27 avril 2015 à 10h34
    Afficher/Masquer

    “Il y a un autre problème en Europe : elle est extrêmement raciste. J’ai toujours pensé que l’Europe est plus raciste que les États-Unis.”

    D’après moi, il attige un chouïa, si j’ose ainsi m’exprimer. Au moins en Europe, les flics ne s’amusent pas encore au tir au pigeon d’argile sur des personnes noires.
    Un nouveau cas aux USA. Encore un.
    link to rt.com
    Je me demande de plus en plus si le racisme ne tient pas à l’ADN même des sociétés libérales. Leurs fondements idéologiques même engendrent des divisions et des conflits, d’où toujours plus de communautarismes et la “guerre de tous contre tous” décrite par Hobbes. La Russie, l’un des pays les plus multiculturels au monde – et l’un des moins libéraux, au sens philosophique du terme – a beaucoup moins de problèmes raciaux que nous. Tout simplement, en ne créant pas de cases et en encourageant une identité populaire russe de type “une et indivisible” (ce qui devrait nous rappeler quelque chose).


    • patrick Le 27 avril 2015 à 13h12
      Afficher/Masquer

      l’Europe raciste ? oui , moi aussi ça m’a fait tiquer.
      en regardant tout ce qui se passe dans le monde, je n’ai vraiment pas l’impression que le racisme soit plus fort en Europe qu’ailleurs. J’aurais même l’impression du contraire.


  11. Nerouiev Le 27 avril 2015 à 10h40
    Afficher/Masquer

    Propos très enrichissants, comme toujours, de la part de Chomsky, qui font plaisir à lire. Mais je décèle néanmoins une petite contradiction, à savoir : avec 100 000 ans l’humain est encore très jeune et se chamaille comme les enfants dans la cour de la maternelle (j’allais dire comme au Parlement ukrainien) et rejeter la faute sur les Etats voyous (USA et Israël) n’est donc pas une solution au problème. S’ils n’existaient pas, d’autres prendraient la place. Par contre s’en démarquer c’est grandir et c’est ce que font l’Amérique du Sud et la Russie. Pourquoi l’Europe reste aussi stupide et infantile.


  12. bob Le 27 avril 2015 à 10h42
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    Un conflit nucléaire, peut très bien arriver , la menace n’est pas écarter, il a mêmes plus de chance que pendant la guerre froide. Il peut arriver par dérapage ou accident suite a de multiples provocations, et un niveau de tension élevé. l’Ukraine en est un exemple flagrant, jusqu’ou les Russes laisserons faire!?.Car un conflit nucléaire, peut très bien se produire avec la Russie, ou la Chine, pour l’instant cette la Russie qui à des milliers d’ogives, pas l’Iran.. Pour le reste , on ne veut pas voir, le problème de l’explosion démographique, entre autre,qui est source d’agressivité, de guerres, de migration. Car nourrir et faire vivre autant de monde, ne peut qu’aggraver la pression écologique. Peut -on continuer sur cette logique folle ?; un chinois,un sud américains, peut t-il vivre avec le mêmes niveau de vie, que l’américain moyen,cette a dire consommer et gaspiller autant.Il faut repenser totalement , à l’échelle mondiale, notre façon de vivre , consommer, produire, travailler. On en est très loin.


  13. georges dubuis Le 27 avril 2015 à 12h08
    Afficher/Masquer

    Toujours gauchiste inachevé ce brave Noam, au delà du nucléaire commun aux USRAEL, il ne définit pas l’alliance plus profonde entre ces 2 amis et pourquoi le 1er est contrôlé par le second, c’est un modéré qui peut provoquer la modération, pas la radicalité d’un soulèvement et je n’évoque absolument pas la violence.
    Voyons voir les limites !
    Quand à ” l’Europe est plus raciste que les États-Unis.” là, c’est le bouquet de la confusion vaguement godwin du libéral interplanétaire qui n’aime pas la simple idée de nation.
    PS voilà pourquoi cet interview reste parfaitement acceptable pour Euronews, un merdia de la pseudo communauté internationale voir intergalactique de fantaisie.


    • georges dubuis Le 27 avril 2015 à 18h09
      Afficher/Masquer

      Et je dirais même + les US ne sont pas une nation, le gouvernement est une…..administration, une façade des banques, of course, joyeux casino où la moindre des choses c’est d’être très armé, il était une fois dans l’ouest, le film si je mens et c’est très populaire cette chose le tititaynement, voyeurisme infini du qui meilleur gagne,l’arnaque, un autre film, comme exemple où c’est pas moi c’est lui, théâtre où l’on met en scène la réalité, un jeu que les enfants n’arrêtent pas de jouer et qui se sophistique dans une CARRIÈRE, une vie à sens unique où quand même il faut bien s’amuser dans l’autre,la fumeuse, maintenant très fumeuse, privée, pour compenser, en 2 mots, car ces gens sont très coupables, en pratique.


  14. Denis Griesmar Le 27 avril 2015 à 12h22
    Afficher/Masquer

    En tant que linguiste, j’admire la contribution de Noam Chomsky. En tant qu’analyste politique, je suis un peu plus réservé. En effet, affirmer que l’Europe est plus raciste que les Etats-Unis est totalement à côté de la plaque. Le communautarisme est dans les gènes du pays depuis les Pilgrim Fathers … et que dire de l’immense génocide des Amérindiens ? Au Canada, les Anglos sont pareils : il n’y a pas de métis anglo-indiens …
    Traduisant un ouvrage sur la fin de la Deuxième Guerre mondiale (“1945, Année Zéro”), je découvre que si la Conférence monétaire s’est tenue à Bretton Woods, station de ski du New Hampshire, c’est d’une part qu’il fallait circonvenir un sénateur de cet Etat, mais aussi … parce qu’exceptionnellement pour une zone rurale, l’hôtel choisi acceptait les clients juifs !!!
    Celle-là, je ne la connaissais pas !!! …


    • georges dubuis Le 27 avril 2015 à 13h35
      Afficher/Masquer

      Bien vu Denis
      Le communautarisme encourage donc le racisme intrinsèque des autres com, voilà tout le secret public de ce sac de nœuds très organisés et organisables dont Chomsky ne parle pas, étrange silence.


    • franckmilan Le 27 avril 2015 à 19h20
      Afficher/Masquer

      à coté de la plaque ? oui je veux bien mais le racisme ( gobineau…) et le nazisme ne sont ils pas dans l’adn de l’europe ??


      • Wilmotte Karim Le 27 avril 2015 à 22h39
        Afficher/Masquer

        Si l’Allemagne est l’Europe…

        Ceci étant, il n’existe pas d’ADN des peuples.
        L’Allemagne n’est pas condamnée à bâtir un Reich de peu de temps sombrant dans le chaos en écrasant tout ses voisins.


    • Maheo Le 27 avril 2015 à 19h53
      Afficher/Masquer

      je partage…ah le grand âge ! les idées ne sont pas toutes très claires


  15. Macarel Le 27 avril 2015 à 12h40
    Afficher/Masquer

    L’horloge de l’apocalypse a été avancée à minuit moins trois, elle a déjà été à minuit moins deux en 1953, mais ce n’est pas une raison pour se réjouir…

    link to thebulletin.org

    Car depuis 1991, l’aiguille se rapproche régulièrement de minuit.


  16. Léa Le 27 avril 2015 à 13h00
    Afficher/Masquer

    “Il faut repenser totalement , à l’échelle mondiale, notre façon de vivre , consommer, produire, travailler. On en est très loin.”

    Ca veut dire que quelques uns vont repenser le monde ( pour leur propre survie ) mais ils vont devoir l’imposer aux autres. Ca ne marchera jamais ! Il faudrait l’imposer.

    Mais regardez ceux qui ont voulu à travers les siècles et encore plus aujourd’hui, imposer leur religion, leur système politique, économique, leur culture , leur langue, etc… ( avec le colonialisme entre autres )

    Autant de sources de conflits.

    Il faudrait qu’on parte à égalité de niveau de vie, de démographie, c’est loin d’être le cas, et qu’on ait les mêmes ressources et les mêmes priorités.


    • georges dubuis Le 27 avril 2015 à 18h23
      Afficher/Masquer

      Le colonialisme est merveilleux…..du moment où il s’agit de, savoir.
      Autrement y a des complexes qui se développent, tant de supériorité que d’infériorité très exploités et exploitables.


  17. patrick Le 27 avril 2015 à 13h10
    Afficher/Masquer

    je suis un “climato-négationniste ” et je ne suis lié à aucune entreprise énergétique.
    je me renseigne et je suis le sujet de près et pour l’instant je n’ai pas trouvé de preuve que :
    – le climat change plus que d’habitude ( parce que oui, le climat change , c’est même une bonne nouvelle quand il ne changera plus c’est que la Terre ne sera plus qu’une planète morte )
    – que l’activité humaine ait une quelconque influence sur ce changement
    – que les modèles mathématiques sur lesquels s’appuient les climato-alarmistes soient justes.


    • Subotai Le 27 avril 2015 à 20h07
      Afficher/Masquer

      Je sais que le climat change et rapidement, tout connement pour observer en direct l’évolution du temps, du régime des vents et de la végétation dans l’ile où j’habite. Je suis suffisamment vieux et resté suffisamment au même endroit pour vous dire qu’il n’est pas besoin de démonstration “scientifique” pour s’en rendre compte.
      Maintenant “croyez” ce que vous voulez.


    • passant Le 27 avril 2015 à 21h16
      Afficher/Masquer

      – Personne n’a dit que le climat n’était pas en perpétuel changement
      – Curieux de prétendre qu’une activité terrienne qui expulse du sol des quantité gigantesque de matière enfouies n’ait aucun effet sur le reste de la planète (alors qu’un volcan islandais avait provoqué de brusque et réel changement pour une action peu ou prou similaire)
      – les modèles de prévisions mathématiques sont toujours faux et s’améliorent avec les nouvelles données collectées ou trouvées (dans le cas du climat)

      Il y a un élément que vous semblez oublié aussi, c’est que les précédents changements climatiques de la terre sous le règne humain, se sont produits avec une bien moindre population (donc affectaient moins de monde) et une habitation de la terre bien différente, en gros un minuscule changement (à l’échelle du climat de la planète) a des implications beaucoup plus forte aujourd’hui.
      Maintenant si vous considérez qu’un minuscule changement ne peut absolument pas être du à l’activité humaine, vous êtes très fort et probablement négationniste au delà du climato-point-de-vue, vous pensez sûrement aussi que: le nucléaire au japon ne pollue pas plus que la radioactivité naturelle, la sismicité autour des puits de schiste n’est pas pire que la sismicité naturelle, etc…, etc…


      • patrick Le 27 avril 2015 à 22h41
        Afficher/Masquer

        quantités gigantesques ? à l’échelle de la planète , bof.
        Moindre population ? bien évidemment , la population humaine s’est en plus concentrée dans les endroits les plus vulnérables. Là où un ouragan détruisait quelques cabanes , il peut maintenant détruire une ville entière, donc forcément l’effet produit est bien plus important pour un ouragan pas forcément plus fort.
        Nucléaire au Japon : la situation est certainement plus grave que vous ne l’imaginez.
        Les puits de schistes : mon principal problème se situe au niveau des impacts économiques qui vont faire beaucoup plus mal que quelques tremblements de terre.


        • passant Le 28 avril 2015 à 07h35
          Afficher/Masquer

          L’avantage c’est que vous êtes facile à démasquer, si vous considérez que la quantité de pétrole (de toutes nature), plus l’extraction de toutes les autres ressources fossiles (énergétique ou non), n’est pas gigantesque, on est au delà de l’aveuglement 🙂

          Et votre seul problème avec le schiste c’est l’économie (alors qu’il n’est même pas prouvé que c’est rentable sans un financement très complaisant), ben très bien, la terre, la pollution de l’eau, etc… après tout hein l’important c’est l’emploi, hein.

          Vous inquiétez pas, je suis l’activité au japon régulièrement, et malheureusement depuis le début on sait que le pire est encore à venir, et rien n’a encore contredit se postulat depuis 2011.


          • patrick Le 28 avril 2015 à 12h07
            Afficher/Masquer

            quand je dis que le problème du gaz de schiste c’est l’économie , c’est bien parce que ce n’est pas rentable , que ça consomme énormément de cash à crédit que ça représente une crise financière à venir, on parle de 5400 milliards de dollars de dettes à la noix. Vous avez aimé les subprimes et la bulle internet ? ça va être les deux à la fois 🙂


            • passant Le 28 avril 2015 à 14h08
              Afficher/Masquer

              ok, j’avais compris que vous exprimiez un soutien au gaz pour soutenir l’économie, désolé. Cependant ne minimisez pas les impacts environnementaux de cette exploitation, évidemment ça concerne surtout les riverain-es, mais bon. (voir aussi la polution d’une nappe phréatique près de Foix (09), où une exploration en fracking avait été faîtes à quelques 30 ou 40 kils. La polution n’est pas attribué à coup sûr au fracking mais un fort doute plane, avec la aussi une corélation hasardeuse très suspecte).
              Par contre dans le même sens essayez d’évaluer une ridicule modification climatique, d’un point de vue éco, les subprimes ça sera aussi de la rigolade à côté


    • Renaud 2 Le 27 avril 2015 à 23h35
      Afficher/Masquer

      Il suffit de regarder le graphe sur la corrélation entre le taux de CO2 et la température de ces 425000 dernières années pour s’apercevoir que le CO2 joue le rôle de thermostat pour la Terre. L’extraction des énergies fossiles, qui ne sont rien d’autres que de l’énergie solaire concentrée depuis des millions d’années, et leur CO2 rejeté par leur combustion, ne peuvent qu’entrainer un dérèglement climatique. L’océan s’occupe d’absorber tout ça mais ses eaux s’acidifient et menacent les écosystèmes marins (et nous avec accessoirement).


  18. jules vallés Le 27 avril 2015 à 13h26
    Afficher/Masquer

    @ Jean,
    La réfutabilité est un concept important de l’épistémologie. Une affirmation est dite réfutable s’il est possible de consigner une observation ou de mener une expérience qui, si elle était positive, entrerait en contradiction avec cette affirmation. Karl Popper a popularisé le concept.(Wikipédia)

    N’est scientifique que ce qui est réfutable, ce qui n’est pas le cas de la foi!

    “en matière de sciences, en l’absence de preuves, le scepticisme n’est-il pas de rigueur?”

    En absence de preuves , le scepticisme est-il un acte scientifique ou un acte de foi?

    cordialement


  19. Ataraxi Le 27 avril 2015 à 14h01
    Afficher/Masquer

    C’est la mort des individus qui permet à une espèce de s’adapter à son environnement, mais la mort de tous suite à un événement cataclysmique ne produit malheureusement aucune adaptation.

    La source de nos maux est peut-être que certaines des stratégies que nous avons développées dans un monde naturel nous desservent aujourd’hui. Être capable de faire feu de tout bois est grandement utile à la survie… jusqu’à ce qu’on ait coupé le dernier arbre.

    Si c’est le cas, alors il va falloir faire le tri de nos réflexes ataviques et en mettre quelques-uns en sourdine.
    Par exemple celui d’accumulation de biens: Si un individu stocke de quoi passer l’hiver, il rend service à sa lignée sans nuire à la communauté, mais s’il stocke de quoi survivre 100’000 ans alors que ses semblables manquent de l’essentiel, il met tout le monde en danger.

    C’est aussi vrai pour l’accumulation de pouvoir: toutes les sociétés qui se sont fortement hiérarchisées ont brillé par leur puissance avant de se consumer, alors que des sociétés primitives égalitaires sont toujours là et en symbiose avec leur environnement.

    Bref, qui vivra verra. Si on ne s’en sort pas, on pourra toujours se consoler en considérant notre disparition comme une adaptation du règne animal.


    • Ataraxi Le 27 avril 2015 à 17h23
      Afficher/Masquer

      Et si personne n’appuie sur le bouton, il nous faudra quand-même nous débarrasser de certaines mauvaises habitudes, comme celle de déterminer nos valeurs et nos convictions principalement par ce qui les oppose à celles des autres.

      Quand je lis par exemple que Bleitrach traite Chouard de fasciste parce qu’il pense qu’il est possible de prendre des décisions à l’unanimité avec (aussi) des gens dont on ne partage pas toutes les opinions, mon âme s’effondre à mes pieds.


    • Booster Le 28 avril 2015 à 15h52
      Afficher/Masquer

      Accumulation de soins médicaux et bonne nourriture sans contrôle strict de la natalité est aussi une erreur fatale.


  20. bob Le 27 avril 2015 à 14h18
    Afficher/Masquer

    Bonjour
    Je serais, plus nuancé sur, le fait que les Européens sont plus raçiste:il n’y a qu’a voir l’histoire des USA, mais surtout le communautarisme que l’on veut imposer en Europe.Les USA ne sont pas un melting pot, comme on veut le faire croire, mais une mozaïque de peuples , qui ne se rencontrent pas , et surtout ne se mélangent pas. Le métissage n’existe pratiquement pas aux USA. il est trés rare(peut étre cela à un peu changer)de voir des noires et des blancs se marier et faire des enfants. Les métissages,aux USA, sont très souvent lies, a l’esclavage, ou de force les femmes étaient violées, et que l’enfant avait plus de valeur sur le marché de l’esclavage . Alors qu’en France le métissage et fréquent, beaucoup de femmes beurs, ou noirs (on parle de 20%) , se marient avec des français, et font des enfants, beaucoup de couples adoptent des enfants de couleurs, tout cela est inconcevable aux USA (peut étre que cela commence à changer).Cela tiens , parait-il à une tradition libertine, ou il n’y a pas de racisme sur le plan sexuel, en France, mais par contre les différence de classe sont trés marqué en France; qu’un Docteur noire épouse une femme blanche passe trés bien, mais s’il est prolo cela passe mal.Mais nous parlons pour la France, pas pour d’autres pays Européens.


  21. Dagobert Le 27 avril 2015 à 14h25
    Afficher/Masquer

    Je suis en désaccord sur plusieurs points . Notamment la référence au “réchauffement climatique d’origine anthropique” . Primo , le réchauffement s’e’st stabilisé depuis 98 environ . Deuxio , il n’a pas une origine anthropique , mais est le résultat de grands cycles . Cela a été maintes fois démontré par des pointures en matière de climatologie . Un moyen d’appréhender tout cela pour un non spécialiste , le bouquin de François Gervais (physicien thermodynamicien ) , “L’innocence du carbone” . On pourra aussi utilement se désintoxiquer en visitant le site “pensée unique” , une mine .Il est vraiment regrettable qu’un esprit comme Chomsky se soit fait avoir par la propagande du GIEC .Mettons qu’il ait l’excuse de l’âge .


    • passant Le 27 avril 2015 à 21h38
      Afficher/Masquer

      ”le réchauffement c’est stabilisé depuis 98 environ”, évaluer des modifications climatique sur même pas 20 ans, c’est pas mal, moi je dis que sans activité humaine on aurait eu une période glaciaire, donc on est bien plus chaud que sans activité humaine !! Bon chomsky a l’avantage de parler de changement et pas de réchauffement climatique. réchauffement c’est assez populaire chez les climato-sceptiques, un refroidissement global à terme est tout aussi possible qu’une poursuite du réchauffement (depuis 98 on est pas revenu à la situation antérieure, il y a juste eu un ralentissement).
      Le climato specticisme c’est comme se plaindre que la météo c’est trompé dans ses prévisions, c’est croire que météo et climatologie sont des sciences exactes alors que part définition elles ne font que devenir de plus en plus précises.


      • patrick Le 27 avril 2015 à 22h46
        Afficher/Masquer

        de mieux en mieux , on découvre que le méchant CO2 qui réchauffe l’atmosphère peut aussi le refroidir , étrange ..
        bon , on sait aussi que des astronomes ont lié les périodes de réchauffement avec une plus forte activité solaire ( logique , quand on monte le chauffage, la température monte ) , à priori nous entrons dans une période de diminution de l’activité solaire , donc ça devrait se refroidir. Leurs hypothèses se tiennent, tant pis pour les effets de l’activité humaine 🙂


        • passant Le 28 avril 2015 à 07h28
          Afficher/Masquer

          autant que je sache le CO² ne réchauffe pas l’atmosphère mais favorise l’effet de serre, qui lui permet une augmentation des température dans certaines parties du globe. Mais quand les glaciers fondent ils peuvent perturber les courants océaniques et dérégler le climat de certaines zones (l’europe de l’ouest typiquement), et entraîner un refroidissement, pourquoi pas plus important que le réchauffement par ailleurs.
          Comme un volcan, l’émanation est très chaude, mais si l’expulsion de cendres est importante elle provoquera un refroidissement en masquant le rayonnement.

          C’est pour cela que le GIEC parle de changement climatique. Après croire que le GIEC ne prend pas en compte l’activité solaire (qui n’est quand même pas le phénomène le plus complexe dans cette histoire), c’est plus de la condescendance, c’est du fanatisme ”anti-GIEC”


          • Dagobert Le 28 avril 2015 à 12h09
            Afficher/Masquer

            C’est bien là toute l’arnaque . Le CO2 ne contribue que pour une très petite part à l’effet de serre (nécessaire , car sinon , on se les gèlerait à -18°C) . Le contributeur majoritaire , et de loin , c’est la vapeur d’eau . Certes , la teneur en CO2 augmente régulièrement , et le déstockage massif du C fossile y est pour quelque chose , comme le prouvent les analyses isotopiques (C13/C12) , mais celle-ci est la conséquence du réchauffement des océans . Le CO2 est d’autant plus soluble que l’eau est plus froide . le système a des motivations obscures pour persuader l’opinion que le fautif est le CO2 , ce pelé , ce galeux , par qui vient tout le mal . On n’ a pas besoin de cette fabuleuse manipulation pour comprendre qu’il faut ralentir l’extraction et surtout la combustion , de C fossile .


            • passant Le 28 avril 2015 à 14h21
              Afficher/Masquer

              ”Certes , la teneur en CO2 augmente régulièrement , et le déstockage massif du C fossile y est pour quelque chose”
              Bon ben c’est pas compliqué de dire la même chose, et c’est pas forcément une manipulation complotiste que de dire comme votre conclusion: ”On n’ a pas besoin de cette fabuleuse manipulation pour comprendre qu’il faut ralentir l’extraction et surtout la combustion , de C fossile .”
              Moi je ne vois rien de nouveau dans vos propos par rapport à ce que j’ai pu entendre du GIEC (sans lire tout leur rapport, en écoutant juste leurs arguments), pour moi les propos du GIEC sont surtout détournés par les climato-sceptiques, désolé.
              Au final même si l’activité humaine a un impact minoritaire elle a un impact (d’ailleurs ils parlent de limiter les émissions de CO², même pas d’arrêter toute activité humaine qui en ”produit”, ça me semble pas extrémiste comme point de vue), après qu’est ce que l’on peut en tant qu’humanité faire pour limiter l’apparition de CO² ?
              – éviter aux océans de se réchauffer (est qu’ils ne se réchauffent pas d’ailleurs à cause de la production de CO² et autres, anthropique?) ?
              – Ou éviter de produire trop de substances qui participent à ce réchauffement des océans ?
              Là dans ma petite vie et sans gros moyens je me sens plus capable d’influencer le second paramètres, c’est tout.


    • gonzo Le 28 avril 2015 à 16h29
      Afficher/Masquer

      dire que les nuages ne sont qu’a peine prit en compte par le geic.

      a toute fin utile il est aussi bon de rappeler que le GEIC (fr) ou IPCC (eng) fut créer sous Thatcher en Angleterre pour briser le syndicat charbonnier et ainsi réaliser une politique énergétique nucléaire.
      ceci explique en ca cela que l’on nous oppose toujours, et tout le temps, le nucleaire au co2 (charbon)


  22. mianne Le 27 avril 2015 à 14h57
    Afficher/Masquer

    Les pays les plus racistes sont ceux qui fondent l’attribution de la nationalité demandée et l’obtention du passeport sur l’origine ethno-religieuse du demandeur, comme l’exigence de prouver que sa mère appartenait à la même communauté ethno-religieuse.
    Il y a du racisme en Europe, certes, mais ce qui prouve qu’il y en a moins c’est de voir la multiplication des couples dits “mixtes” et des enfants métissés issus parfois, en trois générations, de quatre origines ethniques différentes ( blanco-arabo- asiatico-africaine) , un peu comme à Hawaii, à mi-distance entre les USA et le Japon, avec ses superbes enfants américains d’origine blanco-asiato-africo américaine.
    D’ailleurs les salles de classes des écoles françaises reflètent bien ce mélange des origines et les visages blancs-blancs d’enfants de parents fréquentant majoritairement et ne s’unissant qu’à des personnes de leur propre communauté blanche, la couleur de peau prenant le pas sur les autres qualités du conjoint, ne sont plus la majorité, sauf dans les écoles des quartiers de notables.

    Je suppose qu’en parlant de communautarisme, Noam Chomsky, dont j’apprécie les ouvrages depuis des années, ne parlait pas de la communauté ethno-religieuse dont il est issu mais voulait dire “solidarité entre les humains”. Sinon il me décevrait beaucoup . C’est ce sens de la solidarité entre les humains qui permet à des Justes, à toutes les époques, de secourir des membres d’une autre communauté persécutée.
    A l’ère des voyages et des télécommunications mondiales, on ne peut plus envisager un étranger comme un ennemi sans visage sur lequel il faut tirer et c’est pourquoi les militaires subissent depuis l’enfance un lavage de cerveau basé sur des jeux vidéos guerriers où l’on leur fait oublier que les cibles qu’ils bombardent ( la satisfaction idiote du “gagné , 100 points !” ) sont des villages contenant des familles comme la leur .
    Si, avec la course au pouvoir, la menace atomique et la catastrophe écologique due au gaspillage des ressources de la planète, les humains sont assez stupides pour vouloir oublier cette solidarité naturelle entre les membres de leur espèce, l’espèce humaine au cerveau déficient sera fichue et disparaitra comme les dinosaures car elle ne méritait simplement pas de survivre.


  23. Franck Le 27 avril 2015 à 15h56
    Afficher/Masquer

    Si nous ne renversons pas ces fous, alors ce sera game over… N’attendez pas qu’ils nous le proposent gentiment, qu’ils acceptent de démissionner ou de revoir leurs copies. Il faudra le faire nous même, les chasser du pouvoir, et sans attendre…


  24. olivier imbert Le 27 avril 2015 à 16h29
    Afficher/Masquer

    Quand je lis Chomsky ou Ziegler, ou les ouvrage de Rawls sur le libéralisme et le respect de la constitution et ses limites de tolérance en matière de légitimation” transcendantale” de l’idée de guerre juste , je suis quant à moi étonné de ces phrase ou le monde dans son ensemble est l’objet d’une réprobation du style nous allons au “grund” ou au gouffre… même si c’est une posture publique de communication méthodologique ou didactique: nous livrons nous les pires terroristes au pire dictateur des prisonniers…ou ils affament tout leur peuple sauf??? et donc reste seul” le philosophe” un peu agé au bord du lac de la fin de l’empire américain! j’avoue ne pas penser ainsi et ne pas pouvoir rester à ce point dans la négativité par rapport à l’usage des connaissances et du progrès technique ou des forces productives…quoique parfois inspiré d’un refus de la guerre comme souvent il apparaît qu’on ne considère pas que les partis démocrates, les partis républicains ou écologistes comme abris d’un limitons les états riches dans leur guerre sans limite, je crois qu’on mérpise ses propres prolétaires en leur imposant pire restriction morale au nom d’une charité tolérante internationale…mais pourquoi alors le savant et sa fausse ou absence de science, peut-il se penser ainsi sur une telle généralité de catastrophe le climat ou la crise écologique ou environnemental ou la consommation ou le consumérisme lui qui dit aussi que le langage, ses algorithmes créatif malgré les soutiens à l’autocorrection interdit de penser le prolétariat la classe ouvrière, le parti, le communisme ou le marxisme en dehors de ce Marx et moi, ce Mandel et moi… quel est ce monde d’où l’Europe et l’Amérique exclut en dénombrement d’être si ” entiers” quoiqu’il en disparaisse assez régulièrement d’importante énumération malgré un fort accroissement de la population, soit les deux tiers pour le moins qui sont juste des terrorisé par nous et l’objet de ne pas partager la constitution si ce n’est ce messi..là ou à ad-venir? et dans ces deux-tiers au Grund il y a justement la maîtrise de l’atome et d’un certain cosmos dans une sorte d’infinité actuel et cardinal et je cite un savant français d’importance: ceux qui sont meilleurs savant atomiste et ondulatoire et meilleurs communiste que moi, et cela il y a 50 ans.


  25. christian gedeon Le 27 avril 2015 à 18h56
    Afficher/Masquer

    Après mûre réflexion,je pense,mais je peux me tromper,que ce qui énerve le plus les anti peuples d’europe,c’est leur résilience culturelle…pour le moment,ils ne veulent pas se fondre dans la Mac Do civilisation,ou du moins s’ils l’acceptent,il n’est pas question pur eux de jeter le béb de leur culture,au sans large du terme,avec l’eau putride de la mondialisation…et çà,çà énerve,çà énerve beaucoup…la résistance générale à la communautarisation en Europe ,UK exclus,mais eux seraient capables de vendre père et mère pour la City, est réelle…de “beaux esprits ” essayent de la faire passer pour du racisme…on ferait mieux de réaliser que c’est justement de l’anti racisme primaire…pas de communautés chez nous,foutredieu!


    • vinz Le 28 avril 2015 à 00h36
      Afficher/Masquer

      il n’y a quasiment plus de culture en europe, et en france en particulier. La culture est le produit de l’intelligence collective, en france elle a été balayée par la révolution, puis par l’école obligatoire (et l’obligation de parler le français)

      donc je ne sais pas du tout ce que vous appelez culture.


      • christian gedeon Le 29 avril 2015 à 16h46
        Afficher/Masquer

        je n’ai pas compris le sens de votre propos…


  26. lon Le 27 avril 2015 à 19h05
    Afficher/Masquer

    Oui bon pour le racisme en Europe faut pas oublier que Chomsky est juif et que les juifs américains ont tendance à considérer la matrice européenne comme profondément viciée, ils ont de bonnes raisons pour cela . Pour le reste de l’interview sa vision est impeccable, and right to the point .


    • christian gedeon Le 29 avril 2015 à 16h53
      Afficher/Masquer

      Bof..on n’en sort plus si on raisonne comme çà…il est juif,donc patati et patata et donc l’Europe est raciste,et donc vive les communautés et le communautarisme. C’est un raccourci saisissant,non? En gros,pour ne plus attaquer une communauté,il faut encore plus de communautarisme et que chacun ait ses propres règles…ben non,en fait.Je réitère que ce que Chomsky reproche aux peuples d’europe,c’est d’être ce qu’ils sont…de ce point de vue,il a un côté impérialiste américain incontestable.Nous ne serons pas un mille feuille de communautés,corne de bouc!


  27. Marie Genko Le 27 avril 2015 à 19h33
    Afficher/Masquer

    Il est possible de ne pas vouloir se fondre dans la civilisation Mac Do sans pour autant rejeter ce qui est porteur dans ses antécédents culturels et cultuels.

    A partir du moment où on admet une pluralité de confessions sur le sol européen, il est, à mon humble avis, impossible éradiquer le communautarisme …!

    Mais si ce communautarisme se vit dans la paix et le respect d’autrui, je ne vois pas en quoi il ne serait pas tolérable? Du moment que les Européens se soumettent aux lois de leurs pays respectifs, je ne vois pas où est le problème?

    Ce sont les héritiers de l’idéologie de la Déesse Raison qui s’énervent de ne pas parvenir à convertir, par le biais de l’Ecole, tous les Français de souche ou de passage à leurs croyances révolutionnaires de 1789 !

    Il serait si simple d’enseigner l’Histoire glorieuse des pays européens, tout en tirant la leçon des erreurs et les faiblesses de nos pays respectifs!
    Il serait si porteur et enthousiasmant de savoir que nous progressons, fiers de nos cultures et de nos traditions… Fiers de notre foi aussi !

    L’idéologie de la Déesse Raison n’a-t-elle pas déjà inspiré bien des crimes?

    Pour le croyant, chrétien ou musulman, la Déesse Raison est une aberration!


    • mianne Le 28 avril 2015 à 00h07
      Afficher/Masquer

      “Pour le croyant, chrétien ou musulman, la Déesse Raison est une aberration!”

      Marie Genko, vous ne parlez que de monothéismes intolérants . Il est bien connu que le polythéisme est plus tolérant envers les autres cultes et qu’il accepte sans sourciller des dieux ou un dieu supplémentaire, ceux des autres, alors que chaque monothéisme, qu’il soit fondé sur la Bible ( judaïsme, christianisme, islam) ou pas ( déesse Raison ) est intolérant, basé sur le principe que “mon dieu est unique et c’est le seul véritable dieu”.


  28. Maheo Le 27 avril 2015 à 19h51
    Afficher/Masquer

    Je ne partage pas du tout son analyse sur la grèce et l’Espagne … un peu trop simpliste
    ce ne sont plus les banques qui détiennent les dettes de ces pays …mais les états donc NOUS tous
    les grecques sont achetés 3 voitures avec les moyens d’en payer une seule.. et en nous demandant de payer les deux autres
    l’impôt ne rentre pas , pas de cadastre, les aveugles conduisent des taxis pensionnés
    il y a plus de Porsh au km2 qu’à Londres
    l’Eglise qui possède la moitié du pays ne paie rien ! les grandes fortunes non plus
    6000 piscines à Athénes 7 déclarées
    STOP je REFUSE DE PAYER POUR EUX
    on a déjà passé l’ardoise de 110 milliards…. STOP , les autres pays aussi ont leurs pauvres !
    un peu simpliste quant même l’analyse


    • Carabistouille Le 27 avril 2015 à 19h59
      Afficher/Masquer

      🙂 oui, vous avez raison, carrément simpliste votre analyse.


    • michel roissy Le 27 avril 2015 à 20h19
      Afficher/Masquer

      Là, ce n’est même pas simpliste, c’est carrément réducteur…

      l’église, oui, c’est une des formes de l’oligarchie…
      les piscines ne doivent pas appartenir aux 50 % de chômeurs…
      les Porsches… source de l’info ?

      Il y a effectivement en Grèce, comme partout dans le “monde libre”, une caste de profiteurs mais ce n’est pas pour eux que la Grèce est endettée, c’est à cause d’eux…

      Et des trucages de bilan de Goldman Sachs pour faire admettre la Grèce dans la zone euro. Ils se sont ensuite empressés de spéculer contre elle et se sont fait beaucoup d’argent.

      Faut avoir une vision un peu plus globale que trois quatre racontars…


    • passant Le 27 avril 2015 à 21h23
      Afficher/Masquer

      rien que dire ”je refuse de payer pour eux” est une preuve de naïveté à peine croyable, c’est qui eux selon vous ? celles et ceux qui dorment dehors ? ne se soignent plus (40% de la population environ) ? les suicidé-es ? Les enfants en sous nutrition ?
      Pour l’instant vous avez payez pour les banques françaises et allemandes surtout qui avaient fait des paris risqués, c’est justement parce que france et allemagne n’ont plus d’intérêts que l’aide va s’arrêter à mon avis et la grèce sortir de l’euro, là ils se préparent à la drachme au niveau étatique.


    • LeCassandre Le 28 avril 2015 à 11h45
      Afficher/Masquer

      Tiens le retour du hoax sur les porsch en Grèce.

      link to franceinfo.fr
      Extrait :
      Sauf que c’est faux, Porsche a vendu 22 voitures l’an dernier en Grèce contre un peu plus de 20.600 en Allemagne. Même rapporté à la population, le compte n’y est pas.


    • gonzo Le 28 avril 2015 à 16h35
      Afficher/Masquer

      en grece l’on ne paye la taxe d’habitation et foncière que lorsque les travaux sont terminé.
      avez vous deja remarqué la quantité de fer a beton, tout pic dehors qui attende une coullé?
      beh voila, les travaux ne sont pas fini. il en use et abuse! et alors! c’est leur reglementation.


  29. MP Le 27 avril 2015 à 20h02
    Afficher/Masquer

    Interessant mais honnetement la je reste un peu sur ma faim :

    – J’ai toujours eu le sentiment que l’Europe etait plus raciste que les USA : ou sont les preuves ?
    – Sur le plan environnemental on est tout pres du mur : ok mais ca c’est toujours l’eternel debat et il y aussi une minorite, sans cesse croissante, qui dit que non, qu’on est pas si pres que ca d’un quelconque mur.
    – Tout dirigeant est forcement nefaste pour sa population : est-ce si sur, et surtout est-ce si sur que sans dirigeant (si tant est que cela soit possible) tout irait mieux ?

    Voila…


  30. michel roissy Le 27 avril 2015 à 20h09
    Afficher/Masquer

    “Après mûre réflexion,je pense,mais je peux me tromper,que ce qui énerve le plus les anti peuples d’europe,c’est leur résilience culturelle”

    Ce n’est pas faute de les abreuver de “sous culture”. La “culture MacDo” est quand même bien implanté chez les jeunes générations.

    Regardez le programme télé de la TNT chaque jour, séries américaines, films américains, télé réalité et talk-shows inspirés des émissions US, pratiquement aucune création française (sauf innombrables redifs)

    Sur les rayons librairie des grandes surfaces, les romans, polars, SF, heroic-fantasy… anglo-saxons dominent, les Harlen Coben, Mary Higgins Clark et autres (ou alors, ce sont les Musso ou autres Levy, produits de grande consommation lancés à chaque nouvelle parution comme des marques de lessive…)

    Cette résilience se fait grignoter jour après jour sans grande résistance, sinon des anciennes générations.


  31. mianne Le 27 avril 2015 à 21h12
    Afficher/Masquer

    The international Informant apporte des informations intéressantes sur l’actualité. Un grand merci pour ce lien .
    Seule exception qui fait tache : le fait d’apprendre que Kate Middleton a dépassé le terme et que son accouchement sera sans doute déclenché artificiellement ne change pas grand chose à nos destinées .


  32. Carabistouille Le 27 avril 2015 à 21h29
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends pas les cris d’orfraies de ceux qui reprochent à NC ses propos sur le racisme comparé aux USA et en Europe.
    D’abord, il n’affirme pas, il dit que “probablement” le racisme est plus fort en Europe.
    ET IL A RAISON.
    D’abord, la France n’est pas toute l’Europe.
    Mais même la France…
    Au moment de l’élection d’Obama, je ne sais plus quel humoriste disait qu’en 2008, le noir le plus connu en France était Mous Diouf.
    Y-a-t-il jamais eu un seul chef d’état ou de gouvernement en Europe qui se soit jamais appelé Moustafa, Mohammed ou Mamadou? Kemal, Zekri ou Diallo? La bonne blague.
    Dites moi le seul état européen ou un noir ou un fils d’immigré arabe, africain ou turc ait été ministre de la justice? ministre de la défense?Ministre des affaires étrangères? Général en chef de l’armée?
    A part Rotterdam, quel est la seule grande ville d’Europe où le maire soit noir ou d’origine arabe ou africaine?
    Vous ne vous rappelez pas les pogroms (le mot n’est pas trop fort) en Espagne contre les Marocains il y a une paire d’année?
    Vous ne rappelez pas les boutiques de magrébins dévastées dans Rome dans une véritable “nuit de crystal” il y a quelques années? le campement de Roms incendié avec les femmes et les enfants dedans par tout une petite ville bave au lèvre en Lombardie? Vous voulez qu’on reparle des assassinats d’immigrés par des néo-nazis en Allemagne? Vous voulez qu’on reparle de véritables camps d’esclaves en Grèce, Italie, Corse, Espagne dans l’Agriculture? Et les gamines escalves sexuelles qui peuplent les trottoirs et bordels d’Europe, vous voulez qu’on parle du pourcentage d’extra-européennes?
    Et en France même, vous avez déjà essayé de trouver un appart à louer en ville, dans un immeuble sympa quand vous vous appelez Ouedraogo ou Ben Mimoun? vous avez déjà essayer d’entrer en discothèque avec trois potes blacks ou arabes? Vous avez un peu parlé avec les gens des cabinets de recrutement sur les désidératas discrets mais rédibitoires de leurs clients(sauf pour le nettoyage, la plonge, ou le BTP)?
    Allons, la flicaille d’Europe tue probablement encore plus de “bougnoules, métèques et négros” que la flicaille US. Et avec la même bienveillance de la part de la justice.
    Vous voulez vous rappeler les propos scandaleux qu’on a lu et entendu lors des évènements de Guadeloupe avec le LKP?
    Vous voulez vous rappeler comment on a traité les Kanaks? A Ouvéa en particulier? AUrait-on executé l’intégralité des preneurs d’otage si ceux ci avaient été des indépendantistes Bretons, Corses ou Basques?
    Un procureur, sollicité par des flics, alertés par un enseignant(UN ENSEIGNANT) délateur, a sciemment fait entrer une gosse de 9 ans dans une procédure judiciaire juste pour voir si le père ne serait pas un peu fondamentaliste sur les bords.
    Pendant l’occupation, on n’a jamais entendu parler d’un enseignant dénonçant un gamin ayant crier “vive de Gaulle” aux flics, au proc pour voir si par hasard le père n’écouterait pas radio-londres. Jamais.
    Alors pourquoi se le permet-on? N’importe quel fils de l’immigration vous repondra avec un sourire désabusé: “ils se le permettent parce qu’on est des “ratons”, des sous-citoyens”

    Habitant une grande ville du sud, et ayant des enfants de 17 et 22 ans, je puis vous assurer qu’apartheid il y a bien. Et voulu des deux cotés. Nous avons appris à grandir dans le respect de l’immigré, dans le mépris et l’aversion pour le racisme et nous voyons nos enfants plein d’une aversion de l’autre et que l’autre lui rend.

    Alors je ne sais pas si l’Europe est PLUS ou MOINS raciste que les USA, mais pas de quoi pavoiser.

    On se gargarise là. Ce sont les faits qu’il faut voir.
    C’est comme pour “La Fraaaaaance, pays des droits de l”homme” MON CUL! MON CUL!
    Quand est-ce qu’elle a été la patrie des droits de l”homme la France?
    Quand elle massacrait la Vendée avec quelques centaines de milliers d’âmes exterminées?
    Quand elle remettait les esclaves dans les chaines en 1802?
    Quand elle martyrisait l’Europe entière pour les appétits d’un empereur d’opérette?
    Quand elle envahissait l’Algérie, tuant 30% de sa population?
    Quand elle s’engageait de toute ses forces dans l’aventure de la pourriture coloniale, semant le feu, le sang, l’oppression et l’humiliation aux quatre coins de la terre?
    Quand elle tua 100 000 de ses fils qui avaient osé le crime de la Commune?
    Quand elle tirait sur ses ouvriers et vignerons?
    Quand elle amnistiait l’assassin de l’apôtre de progrès et de paix Jaurès dont les socialos d’aujourd’hui salissent le nom à chaque fois qu’ils le prononcent, comme les jean-foutre de l’UMP salissent celui de de Gaulle.
    Quand elle envoyait à la boucherie plus d’un million de ses hommes pour… ha oui tien, pourquoi au fait?
    Quand elle faisait une exposition coloniale avec exhibition du “village nègre” dans une fosse dont les habitants, pauvres gens arrachés à leur terre, finirent tous par mourir. Oui mourir.
    Quand elle laissait mourir la république Espagnole pour complaire aux banquiers anglais?
    Quand elle livra ses fils juifs et patriotes à un occupant monstrueux et quelquefois les executant elle même?
    Quand elle tua des millions de pauvres ères de par le monde pour perpétrer un régime colonial obsolète et monstrueux?
    Quand elle monta son réseau de dictateur africain?

    Allons…


    • ploi Le 27 avril 2015 à 23h21
      Afficher/Masquer

      Juste un point. (pas le temps de revenir sur tous)

      Quel âge ont les hommes politiques de 1er plan ? Environ 60-70 ans. Ils sont donc nés dans les années 45-55.

      Combien de “Moustafa, Mohammed ou Mamadou? Kemal, Zekri ou Diallo” sont nés en France à cette époque ?
      Je sais pas si c’est possible de trouver ce chiffre mais on peut penser que ça doit être assez faible vu que le commencement d’une immigration importante venant d’Afrique date des années 60-70.

      Donc rien que le critère de l’âge permet d’avoir une explication qui ne repose pas juste sur “les français sont racistes”.

      Si on considère ensuite les critères sociaux (par exemple des parents des politiques), ça donne aussi une autre piste d’explication.
      Quand bien même tes ancêtres seraient français depuis 1000 ans, si tes parents sont ouvriers/employés, tes chances de de devenir député sont infimes. Alors ministre ou président…

      Peut-être à réfléchir avant de hurler “les français sont racistes”. Ce qui, si vous êtes français, est une insulte envers vous-mêmes…


      • Carabistouille Le 28 avril 2015 à 08h18
        Afficher/Masquer

        Faut-il vous rappeler, le cas échéant, que les pays d’Europe avaient tous, encore récemment, un empire colonial depuis au moins un siècle? Et pourtant, tous ces gens furent bienvenue pour peupler nos tranchées en 1915(au prix de 300 000 morts) et sauver l’honneur de notre armée et notre pays lors de la 2e GM. Ils furent bienvenue aussi pour peupler nos mines et nos usines puisque c’est même là que Ho Chi Min appris le communisme.
        Alors? mourir pour nous en masse? oui! nous diriger? “faut pas déconner quand même? C’est ça?
        Et même si les empires coloniaux ne vous suffisent pas pour offrir des dirigeants aux pays européens(ça en dit long…) , il y a des noirs depuis des siècles aux Antilles ou à la réunion. Français pur sucre. Combien de dignitaires Antillais noirs mon colonel? Parce que si vous pensez que la loi du nombre explique ceci, alors je peux vous dire que le nombre de haut dirigeant de notre pays, Antillais blancs est tout à fait honorable.

        Ne vous cachez pas derrière votre petit doigt. Par ailleurs, ne regardez pas non plus votre nombril, on parle Europe, pas seulement France.


        • ploi Le 28 avril 2015 à 15h10
          Afficher/Masquer

          Je ne réponds qu’à votre 1ère affirmation (par manque de temps pour sourcer mes réponses) pour avoir une idée du degré d’exactitude de votre propos.

          “peupler nos tranchées en 1915(au prix de 300 000 morts)”

          D’après wikipédia (link to fr.wikipedia.org) : entre 81000 et 97100 morts issus de l’empire colonial français.


          • Carabistouille Le 28 avril 2015 à 15h49
            Afficher/Masquer

            100 000 morts? C’est vrai, c’est insignifiant. 100 000 morts, ça ne justifie pas une prétention à obtenir des hautes fonctions. C’est ça? j’ai bien compris? 300 000 morts coloniaux est un chiffre cité dans le livre de Gallo sur le sujet. Wikipédia, Gallo? Merci de préciser que selon vous, 100 000 morts c’est pas assez pour avoir voix au chapitre.


            • ploi Le 28 avril 2015 à 16h26
              Afficher/Masquer

              C’est vous qui argumentez d’un droit à “obtenir des hautes fonctions” en fonction du nombre de morts de prétendus ancêtres.

              Pour ma part, je considère qu’avoir la nationalité française est suffisant pour pouvoir prétendre “obtenir des hautes fonctions”.

              ps : je relevais le chiffre que vous avez donné pour donner l’idée de l’exagération qu’il y avait dans votre commentaire. Exagération qui amène à comprendre l’histoire de travers…
              Et pour aucune autre raison.


            • Booster Le 28 avril 2015 à 18h16
              Afficher/Masquer

              Pourquoi prétendre à de hautes fonctions? Dans quel but? Pour le bien commun ou celui de sa communauté? Pour pouvoir se goinffrer aussi au festindes oligarques? Je suis issu de l’immigration mais je me sens plus représenté par des français de mille ans que par quelqu’un avec des vélléités communautaristes.


        • gonzo Le 28 avril 2015 à 16h45
          Afficher/Masquer

          oui mais non.
          je ne sais pas pourquoi, mais en france nous avons une tendance fantastique a simplifier la 1ere guerre mondiale, sur verdun. je sais pas mais on oublie tout le temps le mondial. il est méprisé.

          il y a eu des combat au maroc, au togo, en haute volta, au niger, tunisie, indochine, tonkin, chine, turquie, arabie, etc etc etc.

          et jamais au grand jamais l’on n’arrive a faire la relation entre guerre mondial, et population mondial.


    • passant Le 28 avril 2015 à 00h08
      Afficher/Masquer

      complément de ce superbe commentaire

      link to fr-fr.facebook.com


    • vinz Le 28 avril 2015 à 01h06
      Afficher/Masquer

      merci carabistouille, enfin un commentaire qui parle de la réalité.

      J’ai lu beaucoup de gens ici répéter des phrases toutes faites, et toutes vides de sens.

      – le communautarisme, apparemment ça faire peur à tout le monde ; c’est normal, ça fait des années que les media le dénoncent. Mais j’aimerais bien voir une seule personne essayer de définir quelle réalité ça implique, ce fameux communautarisme. Parce que, les copains, des écoles religieuses, il y en a déjà, et plein. Des réseaux de solidarité ? Il n’y en aura jamais trop. En fait je sais très bien que quand les gens parlent de communautarisme, ils ont en tête l’image d’africains et habits africains, parlant leur langue et pratiquant leur religion sur le sol français, et ça, apparemment ça ne passe pas. Pourquoi ?
      En ce qui me concerne, le communautarisme qui me semble le plus fort et le plus préoccupant en france c’est celui de la bourgeoisie, avec ses rallyes, ses clubs, etc. Mais bien sûr ce n’est pas à ça que vous pensiez ?

      Voilà une des choses qui montrent à quel point les français sont racistes. J’habite au maroc, et le racisme des français je le connais très très très bien (même le mien, j’y travaille mais c’est dur de se débarrasser d’une éducation, d’une exposition prolongée aux media etc)
      Mais ils ne le reconnaîtront JAMAIS. Parce que la télé leur a aussi dit que le racisme c’est mal. C’est paradoxal, mais c’est comme ça.

      Il y a même eu des commentateurs pour dire que l’anti-communautarisme c’était notre “culture”.
      Ca n’a aucun sens de dire ça, c’est presque drôle. La communauté, en dehors de l’état, est le lieu de la création culturelle. Une culture est le produit de l’intellgence collective d’une communauté. Et les états modernes se sont fait une spécialité de détruire toute culture pour imposer leur loi. En France, de la révolution à l’école obligatoire, on a détruit la culture.

      Mais maintenant, le français “nouveau”, républicain et bien-pensant (donc raciste dans les faits mais antiraciste dans le discours), est persuadé que la culture, ce sont les livres, les films ou d’autres objets commerciaux.

      Non, la culture c’était les langues que nous parlions avant, c’était les décisions qui se prenaient collectivement du temps où subsistait un peu de démocratie (avant la révolution, il existait encore des conseils de village), c’était les chants et les danses qui avaient du sens au sein de nos communautés, c’était toutes ces choses que nous créions au sein de nos communautés, en dehors de l’état.

      Nous sommes sur un champ de ruine. Et c’est vraiment risible de voir des gens se lamenter de la fin de l'”exception culturelle française” parce que les films produits par nos milliardaires se vendent moins bien que les films produits par les milliardaires américains.
      Français, vous êtes au fond d’un cercueil au milieu d’un champ de ruines, après des siècles de défaites, de massacres ! Et voilà que vous prenez la défense de l’état qui a tué et avili vos ancêtres en vous proclamant “républicains” ! Et voilà que vous voulez défendre la culture française, alors que vous n’avez jamais connu de société culturelle ! Venez en Afrique, ici la culture est toujours vivante, malgré les efforts des pays “civilisés” pour la détruire.


    • lvzor Le 01 mai 2015 à 12h04
      Afficher/Masquer

      “Dites moi le seul état européen ou un noir ou un fils d’immigré arabe, africain ou turc ait été ministre de la justice? ministre de la défense?Ministre des affaires étrangères? Général en chef de l’armée?”

      Je suis assez d’accord sur le fait que le racisme en Europe est en nette augmentation depuis une trentaine d’années… Mais pour la période précédente les exemples de Gaston Monnerville, Senghor, Félix Eboué, Houphouët-Boigny, Diouf… devraient quelque peu tempérer ta colère. Pour l’époque présente je crois que les exemples ne manquent pas?


  33. ulule Le 28 avril 2015 à 01h26
    Afficher/Masquer

    Horreur absolue !
    Des combattants ukrainiens d’un régiment volontaire nationaliste “AZOV” ont envoyés une VIDEO DE LA CRUCIFIXION d’un combattant de la Novorossia aux combattants de la milice et hackers de “Cyberberkut”.
    Selon les auteurs de cette vidéo, le film a été tourné près du village de Shirokino, et “tous les séparatistes, des traîtres de l’Ukraine et les miliciens seront traités de la même façon” – “Cyberberkut” citant le message d'”Azov”.

    La vidéo montre comment plusieurs punisseurs ont attaché leur victime (bâillonnée) à la croix, planté des clous aux creux de ses mains, élevé la croix et mis le feu au pied de la croix.

    L’authenticité de la vidéo n’est pas encore confirmée. Les autorités de la RPD n’ont pas fait de déclarations officielles
    URL : link to fortruss.blogspot.fr
    Source : link to tvzvezda.ru


    • Carabistouille Le 28 avril 2015 à 08h11
      Afficher/Masquer

      Je pense que c’est une fake.
      Genre, la video horrible qu’on lâche pour que la toile se mette en émoi puis quand le scandale 2.0 est bien mûr, on révèle le pot aux roses en rigolant pour dire combien les affreux “trolls pro-poutine” sont des gogos paranos adeptes du complot.
      Ce qui me fait dire ça, c’est qu’on ne connait pas le nom de la victime et d’autres petites choses qui font penser à une mystification.

      Vous ne voyez pas les gros titres triomphant de Libé et le Monde? ” Ukraine: la crucifiction d’un opposant par des néo-nazis étaient un fake”.


  34. oncle bob Le 28 avril 2015 à 10h20
    Afficher/Masquer

    Attetion, la traduction assurée par la chaine est à contrôler, j’étais tranquillement en train d’écouter la version française quand à la fin de l’interview il y a eu un décalage et on entend très bien ce que dit Chomsky à propos de l’avènement de Podemos et Syriza :
    ‘That’s very hopeful, it should spread’
    qui a été traduit par ‘
    c’est très encourageant, ou ça devrait l’être’
    Une traduction plus correcte/honnête aurait due se terminer par ‘….ça devrait s’étendre’

    C’est assez Orwellien comme traduction…. Sans être parano on peut légitimement se demander si le reste de la traduction est à l’avenant, il faudrait une vidéo débarrassée de version française pour vérifier le reste de l’interview….
    biz


  35. gonzo Le 28 avril 2015 à 16h24
    Afficher/Masquer

    il existe deja des sites de veille sur Chomsky
    link to chomsky.info l’original bien entendu
    link to noam-chomsky.fr celui ci n’est pas tjs a jour, mais bien present et en francais
    link to monde-diplomatique.fr le monde diplomatique francais


  36. RGT Le 28 avril 2015 à 21h41
    Afficher/Masquer

    J’ai trouvé dans cet entretien une erreur de traduction qui vaut son pesant de cacahuettes :

    @15:14 voix off du traducteur : “faire des prêts très risqués avec de faibles taux d’intérêt”

    Chomsky dit en réalité exactement le contraire, on entend clairement :
    @15:21 “loans at very high interrest” => des prêts avec des taux d’intérêts TRÈS ÉLEVÉS !!!

    Je ne pense pas que cette erreur de traduction soit une boulette. Qui sont les actionnaires d’Euronews ?
    Je ne sais pas mais je suis certain qu’il y a quelques banques qui détiennent une partie non négligeable du capital.
    Un “Crisard” pourrait sans doute facilement trouver l’info, personnellement je n’en ai pas le temps.

    On viendra ensuite nous dire : “Chomsky a dit que les banques avaient gentiment prêté à des taux d’intérêts négligeables, elles ont fait de l’humanitaire”

    Mon oeil : Elles se sont allègrement engraissées sur la bête en se goinfrant avec des taux d’intérêts indécents, et quand elles ont senti que ça sentait le roussi elles sont allées voir “papa Draghi” pour qu’il rachète les dettes (en gardant les intérêts perçus bien sûr) avec l’argent des contribuables qui ensuite devront aller emprunter aux mêmes banques (avec ENCORE des intérêts “faibles”) pour renflouer le trou des pertes de la BCE.

    Une décision respectant l’intérêt des peuple aurait été de ne pas racheter ces dettes et d’embastiller les dirigeants et les gros actionnaires de ces banques pour leur action néfaste et cupide en saisissant tous leurs avoirs pour renflouer les pertes (ou au moins ne pas pénaliser les petits clients).

    On voit bien que les dirigeants de tout ce qui contient le mot “europe” ne sont que des prostituées oeuvrant pour la finance.

    N’oublions pas qu’Europe (avec une Majuscule) était une femme qui avait été violée par ZeUS…

    Ne dites pas que vous n’étiez pas prévenus si vos hémorrhoïdes vous lancent furieusement depuis quelques temps.
    Pour ma part, la douleur est intenable depuis 2007 !!!


  37. gerard colin Le 28 avril 2015 à 21h55
    Afficher/Masquer

    AU niveau des menaces majeures, j’aurais rajouté la robotisation comme troisième menace.


  38. Victor Le 02 mai 2015 à 23h19
    Afficher/Masquer

    [La réponse que j’ai faite à l’ami qui m’a envoyé le lien vers cet article.]

    Ça fait un peu oiseau de mauvais augure, sur à peu près tous les plans… pourtant je ne parviens pas à lui donner tort. Quand j’ai des élans d’optimisme, je suis assez créatif. Mais j’arrive au bout de ma créativité pour essayer de me faire avaler que tout ne va pas si mal. Comme quoi, quand on dit que l’imagination est la seule limite, eh bien c’en est pour autant une vraie limite.

    Bref, Noam aura sans doute des funérailles nationales et un discours du/des président(s) en place (US, Europe, Russie, Chine)… une statue, une médaille, une préface et tutti quanti. Et puis ?

    Le climat et l’insécurité double (violence légale et violence illégale) forment deux vagues de pressions qui forcent l’humanité à avancer sur cette route qui aboutit sur une fourche : adaptation/extinction.

    En tout état de cause, cette humanité disparaîtra. Et il était temps. Soit pour une humanité nouvelle et fondamentalement différente. Soit pour pas d’humanité du tout. Je ne sais même pas si j’ai une préférence.

    Je ne sais pas toujours ce qui anime ta passion à toi, tu sembles avoir tranché là où je doute. Les ptérodactyles ont disparu. Et sont apparus les pandas. Lequel de ces deux animaux mérite le plus la reconnaissance, le titre de chef d’œuvre biologique ?

    Les espèces vont et viennent. Pour avoir décortiqué les 6 principales périodes d’extinction de ces 500 derniers millions d’années (époque de la spéciation), si l’humanité en est une de plus, elle n’est pas pire que ses grandes sœurs. La vie réussit savamment à transformer ses ptérodactyles en pandas, extinctions ou non. Et peut-être mieux avec les extinctions en fait, qui constituent des événements déclenchant de fabuleux foyers d’évolution.

    Bref, l’humanité, et les espèces avec lesquelles son existence est intriquée, est en danger. Si l’écosystème actuel disparaît, il sera remplacé par un autre. Quelle différence ? Eh bien les ptérodactyles et les pandas ne nous ont laissé aucune symphonie, aucune équation, aucune peinture, aucune blague et aucun roman.

    Nous en sommes capables. Vie intelligente. Civilisée. Dit-on. Les yeux vers les étoiles.

    Mais l’humanité n’est pas très intelligente. Quelques humains le sont. Je crois volontiers que je suis intelligent. Je passe pourtant 95% de mon temps à être stupide ou neutre. Je me fais la flatterie de me considérer intelligent quand dans les 5% de mon temps de non-stupidité émerge quelque chose qui appelle ma propre considération. Et ce n’est pas 100% de ces 5%. Plutôt 20. Soit 1% du total. C’est dire. Donc en plus d’être juge et partie, je ne suis pas bien exigeant.

    Et dans ces cas-là je repense à la vie. Eau, dioxygène, dioxyde de carbone. Cela représente-t-il plus d’1% de ce qu’on a comme caillou sur cette planète ? Et nos cellules grises, constituent-elles plus d’1% du nombre total de cellules qui nous constituent ?

    Mets 1% de sel dans ton plat de brocolis et tu passeras ta nuit à boire ;p

    Bon, alors sur mon intelligence, le fait que je ne sois pas très intelligent ou même rarement est moins grave que le fait que je sois juge et partie. Peut-être déjà juge et parti.

    Bon, je divague, je pense que tu m’auras suivi.

    Pour en revenir à l’article, je trouve que Chomsky a été très léger sur la Crimée. Ce qui s’y est passé est d’une grande profondeur et d’une grande gravité. Depuis le souhait de Poutine jusqu’à son mode opératoire, en passant par l’incapacité d’empêcher cette annexion chez les Européens et les Américains, comme l’absence de volonté chez les Chinois (ni même de cautionnement, bicoz Tibet, bien entendu).

    Les lois du plus fort continuent d’être en vigueur. Politiquement, socio-économiquement, écologiquement.

    Tu savais qu’on faisait des films de cul pour panda ? Les braves bêtes, en captivité ou dans la nature, ne sont pas assez intéressées par les choses du sexe. Plus occupées qu’elles sont par la nourriture et le sommeil. (Je connaissais une fille comme ça.) Alors on leur passe des films représentant des ébats de leurs congénères en espérant que jouera le mimétisme sur leur comportement.

    Tu crois que quelqu’un a déjà fait des films de cul pour ptérodactyle ? Hmm. Sans doute un problème de taille de marché. Et de logistique.

    En synthèse, j’ai parfaitement identifié que l’écriture des Parias de Babylone me ferait du bien, j’imagine parfois (quand je fantasme un peu trop fort) que sa lecture pourrait réveiller quelque esprit, ou quelques esprits, chez mes contemporains ou leurs enfants. Je ne sais pas si je suis disposé à faire ou à fantasmer plus que cela.

    Et si les prophéties d’oiseau de mauvais augure / Chomsky se réalisent, ainsi soit-il. Qui aura effectivement perdu quoi ? Longue vie aux successeurs des pandas…

    Merci pour le lien. Mwwhha !


  39. georges dubuis Le 03 mai 2015 à 22h54
    Afficher/Masquer

    Bonsoir Victor
    Plus occupées qu’elles sont par la nourriture et le sommeil. (Je connaissais une fille comme ça.)
    Je vis avec une femme comme çà, elle m’a fait une déclaration de…….paix, ne jamais plus embêter un homme, lustucru ?


    • Victor Boissel Le 04 mai 2015 à 03h43
      Afficher/Masquer

      Hum. Et tu crois vraiment ce qu’elle te dit au réveil à propos de son maquillage qui aurait coulé pendant la nuit ? Tu es naïf mon ami, il est temps de reconnaître que tu vis avec un PANDA !

      En fouillant bien, je devrais trouver des films pour vous… mes deux préférés : “Ne bouge pas, tu es cernée” & “je crois que je tiens le bambou”.

      Bonsoir Georges.


      • georges dubuis Le 04 mai 2015 à 14h22
        Afficher/Masquer

        En quelque sorte , Victor, elle est pendue à mon bras depuis 7 ans.
        Des engeances s’inquiètent et la font convoquer à la gendarmerie, rien à faire, elle (m’) aime çà, presque totale innocence, une bête ou animale, sans maquillage,sans fard, quelle chance, le sexe c’est fini, comme aurait dit Sheila! Nous avons eu une Jack Russell, Faustine, car elle est assez noire.
        Ça vous soigne votre désabusement Victor Boissel ? Notre zoo vous êtes ouvert.
        PS et ma soeur pense donner sa petite fortune à la fondation BB, pour en finir avec le précipice, restons dans le sujet !


        • Victor Boissel Le 04 mai 2015 à 21h06
          Afficher/Masquer

          Ach ! 7 ans, deux malheurs, ça fait 9 vies d’un chat.
          Et le petit chat s’évade, imitant les fonds vers la Suisse. À pas de velours. Alors pourquoi donner sa fortune à BB ? Et laquelle ? L’association des Baby-boomers ? Les producteurs de Block-busters ? Le collectif des Babouins babilleurs ? Les amis de Babel et Babylone (ici : link to victorboissel.com), pas Brigitte Bardot quand même ? Benoît Brisefer ?

          Ah… et Faustine… ça s’éduque attentivement un Jack Russel, sinon ça fait un dictateur de plus dans le foyer. J’ai été amené à éduquer mon dogue allemand (une demi-douzaine de Jack à la balance) et c’est mon seul bestiaire (quoi que je sois fort attaché à mes mitochondries que je ne vois pourtant pour ainsi dire jamais).

          Et pour en revenir à notre sujet, si Ernest mourra peut-être sans descendance (le dogue sus-cité), je crois sincèrement que les mitochondries, elles, trouveront leur chemin à travers les cataclysmes. La force est avec elles. Elles ont inspiré les midichloriens de votre homonyme Lucas, et on les célèbre aujourd’hui en cette journée de Star Wars, May the 4th be with you.

          Et à bientôt, ou dans bien longtemps, dans une galaxie lointaine.


          • georges dubuis Le 05 mai 2015 à 08h19
            Afficher/Masquer

            Bien sûr Brigitte Bardot, nous sommes dans une temps où l’animal est plus respecté que l’homme, y a pas photo en terme d’innocence.
            Quand au dictateur Jack, il n’a jamais été éduqué, il dicte le…….jeu gentiment, jeu, lui, on ne sait qui entraîne l’autre, c’est une situationniste comme son pseudo maitre, tuer le temps c’est possible et çà , çà ennuie fatalement les emmerdés/ emmerdeurs qui eux n’ont queeeeeeeeeeeeeee le contrôle d’un ……… joystick.
            Bonne journée comme présent.


Charte de modérations des commentaires