Bel exemple de propagande… Il est intéressant de voir ce que ces gens ont dans la tête.

Source : Project Syndicate, George Soros, 10-02-2016

MUNICH – Les dirigeants américains et européens font une grave erreur s’ils croient que Poutine est un allié potentiel dans la lutte contre l’Etat islamique (EI). Les faits le démentent. Poutine veut maintenant encourager la désintégration de l’UE et il considère que le meilleur moyen pour cela est d’inonder l’Europe sous un flot de réfugiés syriens.

Ils ont quand même extraordinaires. L’Occident a décidé de déstabiliser la Syrie pour virer Assad, mais c’est la faute de Poutine si les Syriens fuient maintenant…

Les avions russes ont bombardé la population civile du sud du pays pour contraindre les habitants à fuir vers la Jordanie et le Liban. Quelques 20 000 réfugiés syriens campent aujourd’hui dans le désert dans l’attente d’être admis en Jordanie. Un plus petit nombre attend d’entrer au Liban, mais les deux groupes grossissent de jour en jour.

La Russie a également lancé une attaque aérienne de grande envergure contre les civils au nord de la Syrie, ce qui a entraîné la fuite de 70 000 civils vers la Turquie. Cet épisode a été suivi d’une attaque au sol des forces de Bachar Al-Assad, le président syrien, contre Alep (une ville qui comptait 2 millions d’habitants), ce qui pourrait aussi conduire à des départs massifs.

Les réfugiés syriens ne s’arrêteront peut-être pas en Turquie. La chancelière Angela Merkel s’est rendue à Ankara le 9 février pour prendre des décisions d’urgence avec le gouvernement turc afin d’inciter ceux déjà sur place à prolonger leur présence en Turquie. Elle a proposé le transfert de 200 000 à 300 000 réfugiés par voie aérienne en Europe à condition que la Turquie les empêche de rejoindre la Grèce et les réadmette s’ils y réussissaient.

Le président russe est un habile tacticien, mais pas un très bon stratège. Son intervention est une erreur, car elle l’a entraîné dans un conflit avec le président turc Erdogan, contraire à la fois aux intérêts de leurs deux pays.

 Il n’y a aucune raison de croire que Poutine est intervenu en Syrie pour aggraver la crise des réfugiés en Europe. Mais quand il y a vu l’occasion de précipiter la désintégration de l’UE, il n’a pas hésité. Il a camouflé son objectif en parlant de coopération dans la lutte contre un ennemi commune, l’EI. Il a fait la même chose avec l’Ukraine : il a signé l’accord de Minsk, pour ensuite ne pas l’appliquer.

Il est difficile de comprendre pourquoi les dirigeants américains et européens font confiance à Poutine plutôt que de le juger sur ses actes. La seule explication est qu’ils cherchent à rassurer leur opinion publique en affichant un excès d’optimisme. Le fait est que la Russie de Poutine et l’UE sont engagé dans une course contre la montre : la question est de savoir qui va s’effondrer en premier.

Moi je sais, moi je sais, moi, je sais…  🙂

Une grande partie de la dette étrangère russe arrivant à maturité en 2017, Poutine sera confronté au risque de faillite, mais on ne peut exclure des troubles politiques avant cette échéance.

La dette de 20 % du PIB ?

La popularité du président russe est encore élevée, mais elle repose sur un contrat social qui suppose que le gouvernement veille à la stabilité financière et assure une augmentation lente mais régulière du niveau de vie. Or le régime est appelé à échouer sur ces deux fronts en raison de la concomitance des sanctions occidentales et de la chute du prix du pétrole.

Le déficit budgétaire de la Russie s’élève à 7% de son PIB et le gouvernement doit le ramener à 3% afin d’éviter une inflation hors contrôle. La sécurité sociale russe est à cours d’argent et pour la sauver, son budget doit être fusionné avec celui consacré aux infrastructures publiques. Tout cela va porter atteinte au niveau de vie et déteindre sur l’opinion des électeurs avant les élections législatives qui auront lieu en automne.

Pour Poutine, le moyen le plus efficace d’éviter l’effondrement est de provoquer auparavant celui de l’UE.

Y-a-t-il un psychiatre parmi vous, amis lecteurs ?

Etant donné les difficultés dans laquelle cette dernière est engluée, elle ne pourra maintenir les sanctions imposées à la Russie après son incursion Ukraine. Sur le plan économique, Poutine sera gagnant s’il parvient à diviser l’Europe en exploitant les intérêts commerciaux et les liens qu’il a soigneusement entretenus avec les partis anti-européens.

Aujourd’hui l’UE est sur la voie de la désintégration. Depuis la crise financière de 2008 et les plans de secours ultérieurs en faveur de la Grèce, elle a appris à se débrouiller tant bien que mal pour passer d’une crise à l’autre sans trop de dommages. Mais elle est confrontée aujourd’hui à 5, voire 6 crises simultanément, ce qui est sans doute trop. Ainsi que Merkel l’a prévu, la crise des réfugiés peut faire éclater l’UE.

Quand un pays ou un ensemble de pays est confronté à un danger mortel, il est préférable pour ses dirigeants de faire face à la réalité, aussi dure soit-elle, plutôt que de l’ignorer. Une course à la survie oppose l’UE à la Russie de Poutine. L’EI constitue une menace tant pour l’une que pour l’autre, mais il ne faut pas la surestimer. Les actes des terroristes jihadistes, aussi terrifiants soient-ils, ne se comparent pas avec la menace russe.

L’EI (et Al Qaïda auparavant) ont identifié le talon d’Achille de la civilisation occidentale – la peur de la mort – et il a appris à l’exploiter. En réveillant l’islamophobie latente de l’Occident et en attisant la méfiance de l’opinion publique et des autorités à l’égard des musulmans, l’Etat islamique espère convaincre les jeunes musulmans qu’il n’y a aucune alternative au terrorisme. Une fois que l’on a compris cette stratégie, l’antidote est simple : ne pas se comporter comme l’ennemi le voudrait.

La menace émanant de la Russie de Poutine sera plus difficile à contrer. Et elle le sera d’autant plus si l’on n’en a pas conscience.

Et encore plus si elle n’existe pas, hein…

(non mais la Russie plus grave menace que Daech, il faut le faire…)

Traduit de l’anglais par Patrice Horovitz

Source : Project Syndicate, George Soros, 10-02-2016

113 réponses à Poutine contre l’Europe, par George Soros

Commentaires recommandés

FracoisG Le 25 février 2016 à 04h14

Zieg Heil.

Digne de la grande époque.

Discours de haine.
Discours de propagande.
Discours de guerre.

  1. FracoisG Le 25 février 2016 à 04h14
    Afficher/Masquer

    Zieg Heil.

    Digne de la grande époque.

    Discours de haine.
    Discours de propagande.
    Discours de guerre.


    • mezaguer Ait Saada Le 25 février 2016 à 18h42
      Afficher/Masquer

      Contrairement aux américains et ses alliés les russes n’ont jamais colonisé de pays , ils les ont plutôt aidés à se libérer et l’URSS était un bloc soudé, ils ont libéré l’Europe par deux fois. Que ces analystes aux puces ferment leur gueule que de dire n’importe quoi.


    • HELLEBORA Le 25 février 2016 à 18h48
      Afficher/Masquer

      L’article signé Verhofstadt (du même Project Syndicate) n’est vraiment pas mal non plus https://www.project-syndicate.org/commentary/russia-destabilizing-europe-by-guy-verhofstadt-2016-02 Pas lu celui de Carl Bildt mais qui se ressemble s’assemble et au moins, quand on atterrit sur ce site, on sait à quels dangereux criminels on a affaire


    • lon Le 26 février 2016 à 21h17
      Afficher/Masquer

      euh , si je peux me permettre , ce n’est pas Zieg mais Sieg Heil , ceci non pour étaler ma culture mais pour le sérieux de ce blog .


  2. Abemus Le 25 février 2016 à 04h21
    Afficher/Masquer

    Les meilleurs partent les premiers. Parmis les autres il y en a qui prennent vraiment leur temps…


  3. triari Le 25 février 2016 à 06h05
    Afficher/Masquer

    Si je traduis bien : la Russie souffre mais pas encore assez ; il faut impérativement l’attaquer de toutes parts, quitte à la faire passer pour une menace pire que les jihadistes le but étant d’atténuer éventuellement le risque que l’UE, déjà au bord du gouffre, n’y tombe…

    Bizarre, ce manque de tact : comparer un puissant pays avec qui on fait des affaires d’ordinaire avec des égorgeurs…pour un peu, on croirait qu’ils sont plutôt fébriles, nerveux et incertains de leur victoire à venir.

    Enfin, dernier élément puissant : jusqu’à il y a peu ; on nous disait que les russes et Assad étaient les alliés de Daech…et puis Daech a fait un attentat à Damas.

    Maintenant, on accuse les russes d’être la cause de la crise migratoire…on remplacerait le mot “russe” par “juif”, on se croirait revenu à une époque un peu moins fraternelle.


  4. DUGUESCLIN Le 25 février 2016 à 06h06
    Afficher/Masquer

    Il est assez âgé, et il serait intéressant de savoir ce que ses héritiers feront de sa fortune.
    Peut-être que dans un élan de générosité ils le redistribuerons aux pauvres de plus en plus nombreux, notamment dans son pays d’élection.
    Mais je pense que le président et les peuples de la fédération de Russie lui survivront malgré les “sanctions” qu’il préconise..


  5. Sami Le 25 février 2016 à 06h09
    Afficher/Masquer

    qué fatigue ! (ave l’assent Marseillais…) 😀

    La propagande “occidentale” devient de plus en plus épuisante !
    La nullité de l’argumentaire ne le cède en rien à la saturation médiatique.
    On n’a même plus envie d’argumenter. Juste essayer de ne pas se trouver dans l’angle de tir.
    On parle souvent de “carpet bomb”, en ce moment, rapport aux bombardements Russes ; il faut comprendre en vérité, que c’est rapport à la propagande anti-Russe, à mon humble avis…
    Bon, je retourne sous la couette, pour échapper aux catéchismes du Monde, de Libé, de Sorros, de Valls, de BHL (ah… BHL…) de Clinton Hyyyylaryyyy, des partis divers et variés, de Pat Co et ses compères de la messe matinale sur France Inter, etc etc etc…
    Sauve qui peuuuuuuuut !!!!!!!!!!!


    • vincent Le 25 février 2016 à 07h13
      Afficher/Masquer

      Moi je lis plus, je consacre mon temps et mon cerveau à des individu plus respectable qui font preuve d’intelligence et d’ouverture d’esprit, lire cela est fatiguant déprimant et inutile, on connait leur mode de penser, on la lit une fois pas besoin d’y revenir.


      • Astatruc Le 25 février 2016 à 08h23
        Afficher/Masquer

        Vincent,
        Je vous comprend, mais il faut que nous continuions malgré notre dégoût, les gens lisent ce site et d’autres, ils échangent entre eux.Parler de ces mensonges, c’est participer à l’émergence d’une vraie information.
        Ils utilisent le matracage médiatique et nous devons utiliser la même arme.
        En parler, c’est jeter un caillou qui fait des vagues.
        🙂


        • vincent Le 25 février 2016 à 13h01
          Afficher/Masquer

          Merci de votre réponse Astatruc

          Oui mais un moment il y a saturation et exaspération, je comprend qu’il faut équilibrer les propos et les articles, qu’il ne faut pas ignorer les mensonge et l’ignorance des autres, d’autant que ces individu là quelque soit le sujet reste et demeure sur leurs arguments sans se remettre en question, chose que ceux qui disent en parti du vrai font plus facilement; Je ne regarde plus les émission comme “ce soir ou jamais” par exemple, à cause de cela, car il y a un sentiment d’échec face au conservatisme, on ne peut que subir le propos, c’est vraiment vraiment désagréable.

          Mais je comprend votre point de vue, il est nécessaire d’en parler.


      • vlois Le 25 février 2016 à 08h49
        Afficher/Masquer

        Finalement comme vous, je consulte de temps en temps leurs productions, c’est rassurant, ils tournent toujours autour des mêmes thématiques et usent encore des mêmes ficelles.
        Cependant, leurs forces n’est pas seulement dans la flatterie des bas instincts mais dans la répétition et donc la programmation des esprits.
        Une éducation qui élèverait l’humain permettrait de résister qui non seulement travaillent pour leurs classes mais qui dans le fonds sont guidés par le mysticisme et j’irai même dire l’ésotérisme.


      • vincent Le 25 février 2016 à 12h56
        Afficher/Masquer

        Moi ma destination est toute trouvé, cela sera la Chine, parce que j’aime ce pays, et que son histoire riche et passionnante me fait grandement espérer du genre humain, en plus de leur position commune avec la Russie à l’égard de la politique étrangère.

        Oui d’accord tout n’est pas rose la bas, on ne peut pas parler de tout mais c’est un pays qui continue d’évoluer et je pense dans le bon sens, Donc je finis mes études en France, et je part la bas. J’alimente même un blog.

        Mais je dis la Chine, n’importe quel pays du monde Hors occident fait l’affaire parce qu’ils ont tant la notion de respect que d’humilité. Chose qui n’a jamais existé dans nos contrées.


      • Fedor Le 25 février 2016 à 19h14
        Afficher/Masquer

        Et moi, c’est la Russie, je suis en train de m’y installer… et j’en suis ravi !


        • ouranos Le 25 février 2016 à 23h56
          Afficher/Masquer

          Et moi… j’ai commencé a apprendre le Russe… 1) en signe de mon amitié avec le peuple Russe, 2) par rejet du dogme du capitalisme outrancier de cette “a”mérique colonialiste entre les mains de forces occultes, 3) par honte de ce que fait dans le monde cet Etat français contaminé, vassalisé, et (dirigé) commandé par de la vermine politique.
          Apprendre une langue, c’est faire un pas vers l’autre. Le premier pas sur un chemin sans retour si les choses continuent comme cela.


          • Fedor Le 26 février 2016 à 12h36
            Afficher/Masquer

            Oui, la langue, c’est la porte.
            On n’entre pas en Russie, on ne pénètre pas son âme et sa culture sans passer par la porte de la langue.


  6. LawStudent34 Le 25 février 2016 à 06h10
    Afficher/Masquer

    “Poutine veut maintenant encourager la désintégration de l’UE et il considère que le meilleur moyen pour cela est d’inonder l’Europe sous un flot de réfugiés syriens.”

    Cette vieille baderne a vraiment du culot! A un si paroxysmique niveau, il faut lui tirer un chapeau….ou une couverture.


    • Silk Le 25 février 2016 à 22h52
      Afficher/Masquer

      il a parfois des éclairs de lucidité :
      “Quand un pays ou un ensemble de pays est confronté à un danger mortel, il est préférable pour ses dirigeants de faire face à la réalité, aussi dure soit-elle, plutôt que de l’ignorer”
      C’est ça la propagnade : biaiser des faits, utiliser les règles de fonctionnement normales, le tout afin d’arriver à de fausses conclusions.


  7. Citizen Le 25 février 2016 à 07h16
    Afficher/Masquer

    On connaît la chanson,

    Je suis tombé par terre, c’est la faute à Poutine
    Le nez dans le ruisseau, c’est la faute à Poutine
    Je ne suis pas notaire, c’est la faute à Poutine
    Je suis petit oiseau, c’est la faute à Poutine
    etc.

    …Misérable !


    • RMM Le 25 février 2016 à 19h25
      Afficher/Masquer

      Un journaliste allemand: un de ces jours, on va blâmer Poutine pour la coupe de cheveux de Frau Merkel… (que je ne trouve pas si moche, personnellement)
      Quant à Soros et cie, Poutine le rend chèvre… la dissonance cognitive. Et cela va aller de mal en pis.


  8. Astatruc Le 25 février 2016 à 07h17
    Afficher/Masquer

    C’est trop tard, Soros, les gens sont bien plus intelligents que ce que tu crois.
    C’est trop tard Soros, on sait que tu finances les guerres et que tu es responsable, en partie, de ces millions de mort.
    C’est trop tard Soros, les gens ont des yeux et des oreilles et le net possède de multiples sources qui démentent tous tes propos.
    C’est trop tard, Soros, La Russie n’agit que sous le couvert du droit international et tout le monde peut consulter les résolutions qu’elle a déposé à l’ONU;
    C’est trop tard Soros, l’ue, l’os a ronger, l’ue, que tu espérais offrir à tes amis banksters compte de plus en plus de gens lucides.
    C’est trop tard Soros, tout le monde a pris conscience que ce sont les USA qui détruisent les pays et qui louchent sur l’ue pour se refaire.
    C’est trop tard Soros, pendant que tes amis de la finance ont endettés leurs pays de manière monstrueuse, la Russie n’a presque pas d’endettement et n’a nul besoin de l’ue pour survivre.


    • Les Barniques Le 25 février 2016 à 13h14
      Afficher/Masquer

      Merci, je cherchais un bon texte pour y mettre de la musique avec mon groupe de chanteuses. Je vous réserve les droits.


      • Astatruc Le 25 février 2016 à 15h46
        Afficher/Masquer

        Je vous l’offre de bon coeur.Gardez les droits et envoyez les en Syrie et au Donbass.
        ceci dit, si vous êtes sérieux, je peux faire mieux.
        🙂


    • Perekop Le 25 février 2016 à 16h45
      Afficher/Masquer

      hélas pas tout le monde ! Juste une petite minorité qui se retrouve ici, par exemple.


    • Cédric Le 26 février 2016 à 18h55
      Afficher/Masquer

      vous rêvez vraiment l’intelligence de vos compatriotes.


  9. DvD Le 25 février 2016 à 07h26
    Afficher/Masquer

    Oui, la Russie est aujourd’hui, du fait de son expérience communiste et de sa transition ratée, un nain économique. Elle est encore davantage affaibli par la chute actuelle des cours du pétrole et du gaz et il est effectivement possible qu’elle fasse à nouveau défaut sur sa dette (la dernière fois était en 1998). Personne ne cherchent à y émigrer bien sûr, bien que cela puisse pallier une démographie déclinante.

    Mais détruire l’Union Européenne ? Les dirigeants de l’UE s’en chargent très bien eux-mêmes. Cela ne peut d’ailleurs pas échapper à Georges Soros car l’UE le fait en renonçant à tous les principes de “société ouverte” qui ont fait la prospérité et la liberté de l’Occident.


    • Kits Le 25 février 2016 à 09h10
      Afficher/Masquer

      Si, il y en a des gens – comme moi – pour y émigrer… 🙂


      • DvD Le 26 février 2016 à 06h07
        Afficher/Masquer

        Je ne voulais pas dire qu’absolument personne n’y émigre, bien sûr, mais que la grande majorité de la vague migratoire actuelle s’oriente vers l’Europe de l’Ouest et non vers l’Europe de l’Est. Veuillez excuser mon raccourci.


  10. Astatruc Le 25 février 2016 à 07h34
    Afficher/Masquer

    La Russie, un nain économique?
    Je suis pas fort en maths mais si un pays qui n’est presque pas endetté, qui a du pétrole, du gaz, qui peut quasiment vivre en autarcie est “un nain économique”, comment appelez-vous les autres?

    à l’heure qu’il est ce “nain économique” verse de l’argent à la Novorossie pour sa survie, sympa le nain…..


    • Perekop Le 25 février 2016 à 17h03
      Afficher/Masquer

      Cher Astatruc, plus je lis ce DvD, plus je sens comme une odeur de troll. Pas vous ?
      Rien que les affirmations sur le “nain économique” et la “société ouverte qui a fait la prospérité et la liberté de l’Occident”, ça sonne bizarre ici.


    • Massajou Le 25 février 2016 à 22h56
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas d’où vous tenez que la dette russe à été annulée par le défaut de paiement des intérêts sur la dette en 1998, car un défaut n’entraîne pas nécessairement un effacement de la dette.

      En fait, la dette soviétique a été réglé en 2006 par le dernier paiement de 23 milliards au Club de Paris.

      http://www.lemonde.fr/europe/article/2006/08/21/la-russie-se-debarrasse-du-fardeau-de-la-dette-de-l-urss_805184_3214.html

      Quant à l’absence de diversification de l’économie, on devine en vous lisant que votre connaissance réelle du pays comporte certaines lacunes. Faites des recherches sur l’industrie agro-alimentaire, par exemple, parent (très !) pauvre de l’économie soviétique. Ou encore mieux, venez nous voir !

      En fait, le secteur des hydrocarbures représente aujourd’hui environ 18% du PIB, contre 40% il y a 20 ans. Il y a encore beaucoup de travail, mais les choses s’améliorent lentement.

      Enfin, le PIB nominal par habitant est de peu d’utilité. Pour comparer les économies entre elles, il vaut mieux tenir compte du PIB lui-même (10e rang mondial en 2014), et si vous voulez comparer le niveau de vie des populations, le PIB PPA par habitant est plus pertinent (la Russie occupait le 51e rang mondial en 2014), car 85 roubles à Moscou vous permettent d’acheter beaucoup plus qu’un euro à Paris.

      Bonne soirée


      • DvD Le 25 février 2016 à 23h58
        Afficher/Masquer

        Merci de ces précisions sur la dette. Est-il correct que la dette publique Russe comprend uniquement celle de l’Etat central et pas celle des Etats régionaux ? Si tel est le cas, quel serait le % dette publique / PIB y compris les entités publiques autres que l’Etat central ?

        J’ai régulièrement l’occasion de parler avec des entreprises de tous secteurs de leurs activités en Russie. Cela ne remplace évidemment pas une connaissance directe du tissu économique sur place.

        Les différentes présentations du PIB ont chacune une utilité différente. Avec 143 millions d’habitants, le PIB russe est évidemment supérieure à celui de la Norvège avec 5.2 millions d’habitants. Mais la Russie est 7 fois plus pauvre que la Norvège en PIB par habitant. Je prends la Norvège car le poids du secteur hydrocarbures dans l’économie y est à peu près similaire à la Russie. Le PIB nominal par habitant à parité de pouvoir d’achat est délicat à manier dans un pays où la devise se dévalue rapidement et où l’inflation est forte, ce qui est le cas en Russie ces deux dernières années si je ne me trompe. Ce qu’on peut dire au final, c’est qu’avec 2% de la population mondiale et 1.5% du PIB mondial, la Russie est, en moyenne, plus pauvre que la moyenne du monde.


    • DvD Le 26 février 2016 à 06h08
      Afficher/Masquer

      La raison pour laquelle la Russie a une faible dette publique est qu’elle a remis les compteurs à à 0 en 1998 en faisant défaut et qu’elle a bénéficié depuis et jusqu’en 2014 d’un cycle pétrolier exceptionnellement favorable, qu’elle n’a malheureusement pas mis à profit pour diversifier son économie et qui semble maintenant terminé. La Russie a un PIB par habitant autour de $9k par an en 2015, ce qui la situe autour de la 72e place mondiale, loin derrière la plupart des autres pays similairement dotés en ressources naturelles. C’est un nain économique au sens où sa puissance économique (~ 1.5% du PIB mondial) est très faible par rapport à sa puissance diplomatique, militaire et territoriale.


  11. abcinuits Le 25 février 2016 à 07h36
    Afficher/Masquer

    Cette seconde guerre froide , a comme objectif : la suppression de la liberté et de l’autodétermination des etats
    D’un coté les états unis et leurs affidés inféodés aux multinationales us ,
    Promouvant le marché néolibéral ,
    Et de l’autre la RUSSIE ,LA CHINE,L’INDE ,LE BRESIL,LA REPUBLIQUE SUD AFRICAINE ,
    Qui défendent les valeurs que washington autrefois défendait .
    Une inversion des pôles.


  12. Henri Tanson Le 25 février 2016 à 08h33
    Afficher/Masquer

    Bien démonté !
    Merci OB.

    L’accumulation de positions désinformantes comme celle de Soros, abrutit le pauvre peuple qui ne peut plus penser que de travers.
    Chaque article, chaque déclaration consultée avec un esprit critique normal, devrait être rejetée sagement, tellement elle est une atteinte à l’intelligence des gens.
    Mais des mensonges répétés et répétés encore, finissent par devenir des vérités.
    Et les gens apparaissent de moins en moins intelligents…
    Heureusement qu’il y a Les Crises et d’autres qui travaillent à réveiller cette intelligence endormie.
    Merci.


  13. Charlie Bermude Le 25 février 2016 à 08h39
    Afficher/Masquer

    A lire cet article , il y a quelque chose qui est à coup sur en voie de désintégration c’est la santé mentale de Soros .


    • Chris Le 25 février 2016 à 14h37
      Afficher/Masquer

      Pas seulement Soros.
      Aussi la désintégration de l’Union Européenne en marche et le vieux singe oeuvre pour que ce soit mis sur le compte de la Russie. Que voulez-vous, on ne prête qu’aux riches !

      Une nouvelle passée inaperçue :
      http://www.agenceecofin.com/gestion-publique/2302-36126-l-algerie-suspend-les-accords-de-libre-echange-avec-l-ue-et-les-autres-pays-arabes

      Une série d’articles du Figaro en date du 23 février 2016, blâmant la politique algérienne et sa situation économique précaire m’avait alertée. Kesako ?
      La réponse d’Alger ne s’est pas fait attendre : suspension immédiate et unilatérale des accords de libre échange avec l’UE et les autres pays arabes. Boum !
      Est-ce dû à la présence de l’armée française (GB et US) en Libye pour soit-disant contrer Deach ?
      Les pays du Magreb ont intérêt à resserrer les rangs, car certains analystes parlent plutôt de confinement des investissements et influence sino-russes en Afrique.
      Dernièrement, le Zimbawe a adopté le yuan comme monnaie nationale… Je parierais qu’on y trouvera Deach sous peu…


  14. J Le 25 février 2016 à 08h44
    Afficher/Masquer

    Je ne comprends pas le dernier pavé sur l’EI et la peur de la mort. Ou plutôt, j’ai peur (!) de comprendre que pour les contrer il ne faut plus avoir peur, donc ne pas tenir compte du terrorisme djihadiste, faire comme s’il n’existait pas… et sinon, c’est quoi ?


    • Jusdorange Le 25 février 2016 à 12h11
      Afficher/Masquer

      C’est un sophisme.
      Avant le sophisme consistait à dire que ceux qui sont contre l’accueil des réfugiés sont racistes. Mais ça marche de moins en moins.

      Maintenant le sophisme c’est de dire que si vous êtes contre l’accueil des réfugiés vous appliquez la stratégie de Daesh. C’est débile et ça peut très bien être retourné par un autre sophisme : Daesh fait passer en Europe des combattants dans les flux de réfugiés, donc acceptez les réfugiés c’est appliquer la tactique de Daesh.

      Le point Godwin de type zeure sombre ne marche plus, on change Hitler par Daesh et on lui redonne une nouvelle vie. Quoi qu’on pense de la crise migratoire (je suis moi-même tiraillé) il nous faut la traiter rationnellement, Soros n’aide pas, et je ne m’en étonne pas.


      • J Le 25 février 2016 à 12h51
        Afficher/Masquer

        Je ne parlais pas de la crise migratoire mais du djihadisme. Soros aussi, sauf erreur.


      • Jusdorange Le 25 février 2016 à 13h19
        Afficher/Masquer

        À j,

        Soros nous explique que “l’islamophobie latente” provoque le djihadisme, et que l’EI compte là-dessus pour recruter. Dès lors il faut que l’Occident cesse de se méfier des musulmans. Si, effectivement, Soros n’évoque pas expressément la crise migratoire, on est obligé toutefois de constater que cette “islamophobie” qu’il dénonce, a pour objet, actuellement, la crise migratoire, ou tout simplement l’immigration en général.

        Sachant par ailleurs que Soros est un avocat de l’accueil des réfugiés en Europe, il est d’autant plus légitime de penser qu’il vise ici les partisans d’une politique migratoire plus stricte.

        Je vous accorde toutefois qu’il ne parle pas explicitement de la crise migratoire. Mais le sous-texte me paraît assez manifeste : ceux qui se méfient des musulmans, aident l’EI. C’est ainsi que je comprends ce dernier paragraphe : Soros fait une pierre deux coups ; il évoque la menace russe et en profite pour tacler les partisans d’une politique migratoire stricte.


  15. patrickluder Le 25 février 2016 à 09h06
    Afficher/Masquer

    Mais quel est donc le moteur qui pousse Georges Soros à seulement essayer de diffuser de tels propos si déformés, si déments? Même un financier milliardaire américain originaire de Budapets ne pourrait jamais arriver à de telles bassesses …


  16. Lt Anderson Le 25 février 2016 à 09h11
    Afficher/Masquer

    Ce déchaînement coordonné de haine n’a qu’un but : la Guerre.
    On pourrait dire que le schéma de l’avant-guerre de la Grande Guerre (cf. “L’Autre Avant-Guerre” de Henri Guillemin) se répète, mais pire encore c’est le bégaiement d’une bourgeoisie atteinte d’Alzheimer.
    Lire aussi à ce sujet “La Crise de La Sociale-Démocratie – Brochure de Junius” de Rosa Luxemburg.


  17. Renaud 2 Le 25 février 2016 à 09h16
    Afficher/Masquer

    Un bien bel exemple de discours orwellien : La guerre c’est la paix, La liberté c’est l’esclavage, L’ignorance c’est la force. Les responsabilités sont complètement inversées. A travers la crise des migrants et les événements en Ukraine, Soros finance directement la désintégration de l’UE mais fait porter la responsabilité à Poutine. Ensuite il minimise les actions de l’Etat Islamique : encore une preuve que ces derniers servent ses intérêts à lui. Qu’on censure le premier détracteur venu tandis qu’on laisse s’exprimer un individu aussi extrémiste en dit long sur la santé de la presse…


  18. Furax Le 25 février 2016 à 09h27
    Afficher/Masquer

    La vieillesse est un naufrage. D’autant plus quand elle est affligée d’autant d’arrogance stupide.

    Des propos aussi ridicules et indigents n’atteignent personne. Ils deviennent même contre-productifs pour la cause nuisible qu’ils servent.

    La psychologie de ce type est caricaturale. Il croit que son argent lui confère une autorité morale au point de faire passer ses désirs, ses opinions et ses mensonges pour la vérité.

    Il a juste 20 ans de retard et ne sait même pas qu’il y a internet.


    • Lt Anderson Le 25 février 2016 à 09h35
      Afficher/Masquer

      Un peu comme ces journalistes de France 2 qui sont encore dans la rhétorique “les russes ont la culture du secret” pour les questions militaires. Et internet? Sur le net le site relatif au brevets russes est ouvert à tous, et cela concerne aussi le matériel militaire. Et je ne vous parle pas des sites et forums spécialisés, ils pullulent en Russie.
      A moins qu’ils ne soient tous retranchés dans des “zones blanches” sans même l’ADSL.


  19. Marion Le 25 février 2016 à 09h33
    Afficher/Masquer

    De plus en plus, ce que je lis sur ce blog m’enerve et m’affecte au plus haut point. Parfois je refuse de visiter les-crises pour ne pas gacher une belle journee.

    Non pas parce que le blog n’est pas bon (il est excellent), mais parce que tous les jours j’apprend un peu plus a quel point on (le mainstream) me prend pour une conne. Je suis revoltee et degoutee.


    • istina Le 25 février 2016 à 10h21
      Afficher/Masquer

      MARION: Non pas parce que le blog n’est pas bon (il est excellent), mais parce que tous les jours j’apprend un peu plus a quel point on (le mainstream) me prend pour une conne. Je suis revoltee et degoutee.
      ***************************************************************************************************************

      J’ai une vision toute différente, peut-être grâce à l’expérience ?

      Dans peu de temps j’amorcerai mes 94 Printemps, c’est dire que
      J’ai vécu la fin des années vingt puis, les années 30, les années 40,
      ainsi que les suivantes jusqu’à ce jour !

      Quant aux gouvernances des anciennes jusqu’aux actuelles, je ne peux
      que le constater, le Peuple cornaqué par des guignols, ne connait
      rien de l’Histoire de France et autres des IIIème, IVème, et Vèmes Républiques !
      Il vous faudrait remonter à Aliénor d’Aquitaine que j’ai étudiée lors des années 30
      et surtout de la descencance de cette ex- Reine de France puis d’Angleterre et, vous
      saurez-tout !

      A la bonne votre Santé, vous êtes mal Barrés !


      • Lulu Bâille Le 25 février 2016 à 15h14
        Afficher/Masquer

        Merci Istina pour votre commentaire, votre très honorable grand âge est un atout précieux pour ce blog !
        Vous qui avez connu une société qui se voulait moderne (1936), avant de sombrer dans la noirceur, puis reprendre en flèche pour vivre les fameuses 30 glorieuses… pour retomber dans la servitude des institutions européennes des années 90 à ce jour, peut-être voyez-vous revenir cette propagande xénophobe, foncièrement stupide et contre productive comme un très mauvais signe. Nous, jeune génération, avons appris que la propagande appartenait à Vichy, mais peut-être que nous sommes à nouveau dans un début de noirceur, un cycle délétère (d’effondrement ?) que les futurs historiens feront remonter aux années 2010…


    • Louis Robert Le 25 février 2016 à 13h08
      Afficher/Masquer

      @ Marion
      Bonjour Marion,

      Ces quelques mots pour confirmer que tant d’inhumanité m’afflige aussi profondément, plus que jamais peut-être. Il devient insupportable de voir des millions d’êtres humains souffrir autant, survivre et mourir dans de telles conditions qui, j’en fus saisi hier encore, rappellent les camps de concentration. Pire que la méchanceté criminelle, l’indifférence du plus grand nombre, qui est déshumanisation, révolte et à la fin désespère.

      Il faut donc y aller à petites doses lorsqu’on s’avise de goûter cette potion amère, savoir s’en éloigner aussi afin de lui laisser le temps d’agir… lentement, très lentement… L'”overdose” le plus souvent tue, nous renvoyant au bien-être illusoire de ne plus exister.

      Soyons courageux. La lucidité, cette “blessure la plus rapprochée du soleil” (René Char), est à ce prix. Vous n’êtes pas seule… nous sommes les plus nombreux!


    • anne jordan Le 27 février 2016 à 15h58
      Afficher/Masquer

      Pour @marion et les autres ;
      la voilà la pilule rouge :
      https://youtu.be/l8b0HhvNfrk

      une conférence sur LA MARCHANDISATION DU MONDE
      je ne sais pas si tout est exact , mais , incontestablement , les Soros et cie sont accusés .
      Pulsion de mort ?
      Destruction de l’âme ?
      S’il faut prendre conscience du mal qui nous entoure , il faut commencer par la base : LA VIE.


  20. Alain Le 25 février 2016 à 09h37
    Afficher/Masquer

    J’aurais plutôt dit : Soros contre l’Europe. Et cela ne date pas d’hier, déjà en 1992 il a fait plus de mal à la Grande Bretagne avec sa spéculation contre la livre sterling que Poutine ne le fera jamais (sauf guerre ouverte)


    • Rensk Le 26 février 2016 à 22h28
      Afficher/Masquer

      N’oubliez pas la Grèce l’année passée, les réfugiés soutenus pas ses propres “ONG” et HWR a son service…

      La question est de savoir si Merkel est aussi “soutenue” par lui et surtout son argent = Ainsi que Merkel l’a prévu, la crise des réfugiés peut faire éclater l’UE. Raison pour son appel aux migrants ?

      Concernant la Russie, ils doit savoir vu les payements déjà fait a ce jour = mais on ne peut exclure des troubles politiques avant cette échéance.


  21. Ezra Pound Le 25 février 2016 à 09h42
    Afficher/Masquer

    Sa seule présence nous teste de manière diabolique … On a tellement envie de lui souhaiter tout le mal qu’il mérite. Il représente le Mal tellement il est expert dans l’inversion des valeurs, ou tant il arrive à se faire passer pour un agent du bien pour la plupart de la population.


  22. Lt Anderson Le 25 février 2016 à 09h58
    Afficher/Masquer

    Le “rattachement” inopiné de la Crimée à l’Ukraine en 1991-1992, alors que celle-ci avait clairement affirmé son indépendance (de l’Ukraine), est une “œuvre” d’avocats liés à Soros.
    Le but étant à terme de priver la Russie de son port militaire naval de Sébastopol.
    C’est LE point d’achoppement entre Soros et Poutine.


  23. Grim Le 25 février 2016 à 10h00
    Afficher/Masquer

    C’est bizarre, pas une seule remarque sur les ambiguïtés de la Turquie ni sur les mouvements néo-nazis en Ukraine…

    Mais enfin c’est vrai que la Russie c’est plus dangereux.

    On nous fait le coup des chars russes qui défilent à Paris depuis 1981.


  24. Nicolas Anton Le 25 février 2016 à 10h03
    Afficher/Masquer

    Je ne te suis pas Georges, dans tes délires ésotériques. Je laisse les plus curieux visiter les limbes caverneuses d’un esprit guidé par l’accumulation où quelques neurologues habiles pourront peut-être discerner des traces d’humanité.
    Mais je constate que même sur un milliardaire la gravité est à l’œuvre, cela se lit clairement sur ton visage. C’est finalement ce qu’il y a de plus rassurant.


  25. Deres Le 25 février 2016 à 10h25
    Afficher/Masquer

    Un grand guignol. Les russes ne bombardent en Syrie que depuis 3 mois. Il est donc complètement mensongers d’attribuer à leurs bombardements les millions de syriens ayant fuit le pays pendant les 4 dernières années de guerre civile ! Au passage, les rebelles pratiquent quotidiennement le tir de roquettes et de “hell cannon” (des roquettes artisanales fabriqués à partir de bonbonnes de gaz) sur les villes loyalistes sans aucune précision, juste pour la terreur et dans l’espoir d’un tir de contre-batterie touchant des civils histoire de gagner de nouveaux partisans.


  26. Lysbeth Lévy Le 25 février 2016 à 10h47
    Afficher/Masquer

    Georges Soros, qui a fait tombé avec ces Open Society plus de régimes ou d’états avec un soit disant révolutions qu’un prêtre peut en bénir . Il a été de tous les coups et surtout derrière le coups d’état en Roumanie, Tchécoslovaquie, Pologne, Yougoslavie, Hongrie, une bonne partie des pays de l’ex-espace soviétique afin de favoriser des regimes pro-occidentaux.

    https://en.wikipedia.org/wiki/George_Soros#cite_note-murphy-10 IL en a ruiné pas mal aussi dans ces coups fumeux (Malaisie,) France ou Grande-bretagne.ou il a fait sauter la banque…

    Bref un monstre, qui s’est parait-il enrichi pendant la seconde guerre mondiale en accompagnant un “oncle” providentiel faisant parti du “conseil juif” : ils récoltaient l’argent qu’ils devaient donner aux nazis dans les getthos, lors d’un entretien télévisé, il a avoué que c’était les “meilleurs années” de sa vie, ce qui lui a valu les foudres de l’ADL ! .

    http://www.theblogmocracy.com/2012/02/20/the-real-george-soros-an-evil-despicable-excuse-for-a-human-being-no-wonder-the-libs-love-the-pos/


    • Silk Le 25 février 2016 à 23h26
      Afficher/Masquer

      faudrait vérifier et traduire la source indiquée ça pourrait être intéressant si c’est avéré.


  27. Long Jone Silver Le 25 février 2016 à 10h58
    Afficher/Masquer

    J’adore ces experts qui du haut de leur tour d’ivoire donnent leur visions des événement. Si on analyse correctement les faits on s’aperçoit qu’il n’y a que manipulation et intérêts personnels en jeu. Ils devraient faire scénaristes pour Hollywood


  28. Philippe, le belge Le 25 février 2016 à 11h28
    Afficher/Masquer

    “La sécurité sociale russe est à cours d’argent et pour la sauver, son budget doit être fusionné avec celui consacré aux infrastructures publiques. Tout cela va porter atteinte au niveau de vie et déteindre sur l’opinion des électeurs avant les élections législatives qui auront lieu en automne.”

    Si cela est vrai, ça ne pourra que favoriser le deuxième parti de Russie, après Russie unie, qui n’est autre que le Parti Communiste!
    Et ça m’étonnerait que celui-ci, qui est plutôt globalement en accord avec la politique extérieure de Poutine (comme tend encore à le montrer le discours de son secrétaire général Ziouganof ce 23/2 à l’occasion de l’anniversaire de l’armée Rouge) envisage une politique plus en conformité avec ce qu’espère l’OTAN!


  29. Godiz Le 25 février 2016 à 11h54
    Afficher/Masquer

    M. Garry Kasparov était l’invité de la deuxième partie du JT du grand journal sur canal+ hier (25/02/2016). Il a sorti un livre “Winter is coming”. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’est de la propagande mais il a visiblement quelque chose contre Vladimir Poutine…


  30. Jusdorange Le 25 février 2016 à 11h58
    Afficher/Masquer

    Cette “rancune tenace” ne lui donne pas le droit de provoquer la subversion dans les pays qui ne s’alignent pas sur sa volonté. On parle pas d’une mamie qui chiale sur le JT de 20h parce que son fils trouve pas de boulot dans la “Russie de Poutine”, on parle d’une immense fortune déversée dans l’Europe et ailleurs au profit d’un objectif politique clairement assumé.

    Mais il se prend pour qui Soros ? Il représente qui ? Vous l’avez élu ? Pas moi.

    S’il a de la rancœur il va voir un psy, ou alors il peut nous en faire part et nous évaluerons les problèmes qu’il évoque.

    Mais le gus fabrique des 5e colonnes dans tous les pays que sa majesté Soros désigne comme l’ennemi, et ce au mépris du processus républicain qui dispose assez clairement que “Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément” (art 3 DDHC de 1789).

    Il a reçu un mandat de la Nation ? Non. Donc il dégage.


    • Les Barniques Le 25 février 2016 à 13h19
      Afficher/Masquer

      Nous avons en ce moment, au Canada, un autre propagandiste anti-russe qui a les moyens (comment, on ne sait pas) de rencontrer les parlementaires, les ministres, de se faire inviter sur le grand téléjournal, d’avoir son reportage en première hier soir, un article dans les grands titres ce matin, et qui tente d’obtenir une loi pour empêcher ses ennemis russes de faire affaire ici. Il a réussi aux USA.
      Maintenant que nous avons mis les Conservateurs dehors, il doit recommencer toute sa démarche avec le nouveau parti au pouvoir. Pauvre petit.
      http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/International/2016/02/25/001-bill-browder-corruption-russies-sanctions-parlement.shtml?isAutoPlay=1


  31. Louis Robert Le 25 février 2016 à 12h02
    Afficher/Masquer

    “Poutine contre l’Europe”, c’est du parfait Orwell. Impeccable!

    1. C’est oublier cette Europe de Lisbonne à Vladivostok du président Poutine,
    http://www.lefigaro.fr/international/2010/11/25/01003-20101125ARTFIG00707-poutine-propose-une-zone-de-libre-echange-avec-l-europe.php
    2. C’est aussi taire, bien sûr, la nouvelle route de la soie du président Xi Jinping, incluant notamment un gigantesque réseau de lignes ferroviaires dont l’une reliant Yiwu à Madrid.
    3. C’est enfin tenir dérisoirement “les autres” responsables des conséquences monstrueuses de nos interventions criminelles consistant à subvertir le pouvoir légitime des nations pour ensuite rendre les pays invivables en les détruisant.

    C’est du propre, M. Soros. De quoi être fier. Dites seulement: Cui bono?


  32. Krystyna Hawrot Le 25 février 2016 à 12h04
    Afficher/Masquer

    Ce qui m’étonne toujours, c’est cette absolu certitude assénée par tant de propagandistes et cru malheureusement par la majorité des gens: la Russie est l’ennemi de l’Europe. Mais la Russie fait partie de l’Europe, cet Etat a toujours fait partie du “concert des nations” européen, en bien et en mal (la Sainte Alliance dirigée contre la révolution française tout au long du 19 siècle dont le tsar russe était le pilier…),elle n’a jamais attaqué aucun pays européen pour l’envahir… La Russie tsariste a fait des guerres de conquête pour élargir son territoire comme la France, l’Angleterre et l’Allemagne l’ont fait.
    L’idée que la Russie veut envahir l’Europe c’est une obsession US importée en Europe occidentale en 1945, elle n’a rien à voir avec notre histoire, c’est la vision des autres, américains, que nous avons acceptée comme étant la notre. C’est une obsession idéologique liée à l’angoisse que les partis communistes occidentaux soutenus par l’URSS ait pu prendre le pouvoir en Europe occidentale. Cette obsession représente donc la mentalité et les intérêts US, rien à voir avec une pensée européenne ayant à coeur les intérêts du continent européen.


    • Furax Le 25 février 2016 à 13h18
      Afficher/Masquer

      Si, tout de même, les partages de la Pologne, la Russie y a bien participé. Certes, l’idée a été soufflée par Frédéric II de Prusse. Mais si la grande Catherine avait dit “niet !” (ou plutôt “nein !” puisque sa langue natale était l’allemand), les autres n’auraient pas touché à la Poligne qui était déjà de fait un protectorat russe. Et le partage de la Pologne de 1939, l’URSS y a été partie prenante en bonne entente avec l’Allemagne nazie.


      • groucho Le 25 février 2016 à 18h29
        Afficher/Masquer

        Il n’y a jamais eu de bonne entente entre l’URSS et l’Allemagne nazie. Il faudrait quand même arrêter de propager ces sottises, dignes de Soros.

        En 1938 (lors des accords de Munich auxquels il n’a même pas été invité), Staline a très bien compris que l’URSS serait seule à affronter la gigantesque puissance militaire allemande et il a pris la seule décision intelligente : retarder le plus possible l’échéance.

        Certainement pas par solidarité avec l’Allemagne nazie, et encore moins pour faire main basse sur la moitié de la Pologne : la Russie fait 11 fuseaux horaires et ce ne sont pas quelques km2 de Pologne en plus ou en moins, ou d’autre chose, qui vont changer qui que ce soit. En revanche, ça a permis d’éloigner un peu vers l’ouest la frontière russe. Même tactique en Finlande, qui se trouve à 2 pas de Leningrad…


        • Furax Le 26 février 2016 à 13h54
          Afficher/Masquer

          Vous plaisantez ?

          Prenez un bon livre d’Histoire, lisez le, et revenez nous expliquer qu’il n’y a pas eu bon’e entente entre l’Allemagne nazie et l’URSS.

          Ils se sont partagés l’Europe de l’est. L’URSS a soutenu l’effort de guerre allemand jusqu’au 21 juin 1941, étant notamment l’un de ses principaux fournisseurs de pétrole, au point que Churchill envisageait s’organiser le bombardement des champs de pétrole de Bakou.

          Si ce n’était pas de la bonne entente, va falloir inventer des mots qui ne sont pas dans le dico.


      • Krystyna Hawrot Le 25 février 2016 à 23h05
        Afficher/Masquer

        Les partages de la Pologne ont été le fait des Habsbourg, des Hohenzollern et des Romanov à parts égales, la Russie n’a pas été plus agressive que les autres…

        Trocki a bien signé le traité de paix de Brest Litovsk, mettant fin à la première guerre mondiale, acceptant que la Russie soviétique perde les posséssions tsaristes… il était contre l’offensive de 1920 qui a vu la Pologne arrêter la Russie soviétique tout près de Varsovie… et la Pologne a alors poussé son avance vers l’Ukraine et la Biélorussie. Autant dire que la possession polonaise des territoires disputés n’étaient pas très stable… le pacte Ribbentrop Molotov a enlevé à la Pologne des territoires qui de toute façon étaient peuplés de population hostiles à la Pologne.

        En gros ce fut un conflit frontalier entre deux pays, rien d’autres, il ne faut pas exagérer, pas un Armaggedon amenant la destruction de la planète.


  33. Nerouev Le 25 février 2016 à 12h42
    Afficher/Masquer

    Il ne faut pas répondre à Sorros, c’est un troll. Il est là pour nous empêcher de parler sérieusement.


    • Theoltd Le 25 février 2016 à 13h35
      Afficher/Masquer

      Exact! Excellent! Il faudrait le bannir 🙂


  34. Lea_ Le 25 février 2016 à 13h47
    Afficher/Masquer

    La propagande contre Poutine bat son plein. Soros qui yoyotte de la touffe, Kasparov qui sort son bouquin “Winter is coming” et dresse un inquiétant tableau du dirigeant russe en le comparant même à Hitler… Rien que ça!
    Comme le vieux Soros, Kasparov soutient que Poutine veut affaiblir l’UE.
    On dirait que les “amis de l’Europe qui nous veulent du bien” of course, s’inquiètent de l’image de plus en plus positive de Poutine chez les peuples européens.
    N’oublions pas qu’en 2016, les Américains ont alloué un budget de propagande anti Poutine en y consacrant 83 millions de dollars!


  35. Canfrarus Le 25 février 2016 à 14h09
    Afficher/Masquer

    “Chaque démocrate sait que c’est la faute de Poutine”. Cette phrase est tirée d’un poème humoristique russe qui blâme Poutine pour absolument tout, à commencer pour le mauvais temps qui fait dehors. C’est très drôle.


  36. Favouille Le 25 février 2016 à 14h37
    Afficher/Masquer

    La haine que Poutine suscite en occident est révélatrice de la violence du désir de domination qui règne chez les Américains. Le pays le plus puissant du monde ne supporte pas la moindre opposition, le moindre regard qui ne baisse pas devant le sien. Je n’ose imaginer ce que le monde serait aujourd’hui sans la Russie.
    Cela dit, on beau entendre que l’Amérique est sur le déclin, on a le sentiment d’assister au combat de David contre Goliath, tant est écrasante la force de la propagande Américaine, relayée par tous les larbins politiques, les journalistes chiens de garde et les idiots utiles.
    Honneur à celui qui dit la vérité.


    • Louis Robert Le 25 février 2016 à 16h12
      Afficher/Masquer

      Je crois avoir entendu Lao Tse affirmer: “Dès qu’un objet atteint son apogée, le voilà sur son déclin.”


    • Furax Le 25 février 2016 à 16h12
      Afficher/Masquer

      A part la partie des occidentaux qui sont des crétins invétérés, les turcs et quelques islamistes, personne dans le monde ne gobe cette propagande américaine contre la Russie.

      Au bas mot 85% des opinions mondiales soit s’en contrefichent, soit pensent que le problème ce sont les USA.

      Mais l’arrogance et le déni aveuglent les américanistes au point de les rendre stupides.


  37. Raskolnikov Le 25 février 2016 à 14h51
    Afficher/Masquer

    A chaque fois que je vois Soros, je pense au mot anglais “eyesore”. Ca lui va bien.

    Enfin, tout ceci est risible, d’autant plus qu’il a lui-même financé la crise des migrants:

    http://www.breitbart.com/london/2015/11/02/soros-admits-involvement-in-migrant-crisis-national-borders-are-the-obstacle/


  38. Ils sont grands parce que nous sommes à genoux Le 25 février 2016 à 14h53
    Afficher/Masquer

    György Schwartz dit George Soros: quatre-vingt cinq ans et grand bienfaiteur de l’humanité.

    activité principale: spéculateur sur des devis nationales. Spéculations totalement désintéressées et a but social pour lesdits pays concernés.

    Il a peine trahi le pays qui l’a accueilli.

    Ce type de personnage justifie la caricature qu’en donne certains humouristes.


  39. Astatruc Le 25 février 2016 à 15h57
    Afficher/Masquer

    Les usa ne sont plus depuis 2008 (et peut-être même avant)le pays le plus puissant du monde, ils sont avec le Japon, les pays les plus endettés du monde et les plus proches de leurs ruines.


  40. Boubanka46 Le 25 février 2016 à 16h15
    Afficher/Masquer

    Je voudrais bien savoir pourquoi Soros, cette fripouille de la finance internationale, a la porte des média grand ouverte comme s’il s’agissait d’une autorité morale incontestable.
    J’aimerais aussi savoir quelles sont ces motivations dans ce combat: une russophobie primaire du à je ne sais quelle raison, une adhésion totale aux théories néocon sur le contrôle de l’Eurasie par l’affaiblissement de la Russie ou un pur intérêt mercantile


    • Lt Anderson Le 25 février 2016 à 16h32
      Afficher/Masquer

      Je me rappelle qu’effectivement dans les années 90 Soros était décrit comme une fripouille de la finance.
      Mais avait-il à ce moment-là ses institutions qui jouent les éclaireurs pour la NED?


  41. thmos Le 25 février 2016 à 16h45
    Afficher/Masquer

    on enseigne toujours et à juste titre que Soros est effectivement une fripouille de la finance, y compris de paisibles jeunes traders bien dans le moule savent ce que les hold up monétaires de Soros ont couté notamment en termes de casse sociale en Angleterre? Même les grands requins ont une mémoire et l’Open Society reste identifiée par tous comme étant le sousmarin nucléaire clandé d’un mégalo et non la gentille ONG peace and love que louent les médias de masse


  42. social21eme Le 25 février 2016 à 16h56
    Afficher/Masquer

    qui pour le pousser dans le trou, il a fait son temps cet ancetre! non ?


  43. jean Xana Le 25 février 2016 à 17h29
    Afficher/Masquer

    C’est la première fois dans ma vie que je me fais “censurer” un post, et il a fallu que ce soit sur le site d’Olivier !
    Bon, comme je l’avais formulé ce n’apparaissait sans doute pas très constructif.


    Cependant je pense qu’il faudra bien se poser la question, le jour où les choses changeront. Tous ces “va-t’en-guerre”, journalistes prestitués ou milliardaires magouilleurs, ne sont pas seulement des trolls, ce sont aussi des fauteurs de guerre. Leur propagande de guerre, leur soutien matériel tuent. Ce sont réellement des CRIMINELS, et même si aujourd’hui les lois, bizarrement, ne prévoient pas leur cas, il faudra bien les faire passer plus tard devant des tribunaux et les punir.


    Les lois ne permettent pas de les condamner en général. Ce sont eux et leurs complices qui les on votées, rendant le peuple impuissant à poursuivre les crimes commis : Trahison (la notion a “disparu” des lois), corruption (lois sciemment sabotées) etc… Il faudra – puisqu’ils ont détourné les lois pour s’assurer l’impunité – instituer des lois d’exception, avec effet rétroactif, pour que ces gens reçoivent enfin le châtiment qu’ils méritent. L’humanité ne peut pas se permettre d’en faire l’économie, si on veut que les peuples retrouvent confiance en la justice.


  44. Austen Le 25 février 2016 à 17h31
    Afficher/Masquer

    “Ainsi que Merkel l’a prévu, la crise des réfugiés peut faire éclater l’UE”. J’aime énormément : Merkel qui a tout fait pour que cette invasion se fasse et qui veut la répandre dans toute l’Europe. C’est effectivement une extra-lucide. De quels marécages émerge la pensée de Soros ? Qui sert ce Monsieur par ce discours aberrant : Nous préparer à vivre en absurdie ? Il n’a pas vu qu’on y est déjà ?


  45. Yannick Le 25 février 2016 à 17h37
    Afficher/Masquer

    “Les actes des terroristes jihadistes, aussi terrifiants soient-ils, ne se comparent pas avec la menace russe.”

    Fais gaffe George, ça pourrait presque être pris pour de l’apologie du terrorisme… Mais comme t’es pote avec Laurent “Al Nosra fait du bon boulot” Fabius, que tu as plus de 8 ans et que tu n’es pas bourré, ça ira pour cette fois…


  46. Denis Le 25 février 2016 à 17h45
    Afficher/Masquer

    La nature humaine étant ce qu’elle est, on peut compatir à la grande souffrance de Georges.
    En effet la mafia anglo-américano-isrélienne a un caillou dans sa chaussure.
    Et là, pas question d’éjecter ce caillou comme “le monde libre” a l’habitude:
    la participation de la Russie, dans le règlement des problèmes de la Syrie,
    permet de montrer la puissance réelle de ce pays.
    Alors, ça trépigne! Ça piaffe! Ça vocifère!
    Attaquer la Russie équivaut à se suicider,même si on est supposé être
    du côté du plus fort(autoproclamé).
    Et désormais la propagande fait plutôt sourire.
    Je lui souhaite ( à Georges) une fin (de vie)dans la paix et la sérénité!

    Amen.


  47. Astrolabe Le 25 février 2016 à 18h43
    Afficher/Masquer

    Ah, ce petit quatuor de vieux criminels, Soros, Kissinger, Albright, Brjezinski, qu’il me tarde, qu’il me tarde….. mais quand est-ce qu’ils partiront enfin.. Tous ensemble, en termes de crimes contre l’humanité et de nuisances en tous genres, ils font mieux que tous les dictateurs du XXème siècle !!!


  48. Frédéric Le 25 février 2016 à 19h12
    Afficher/Masquer

    La Russie est en Europe, les USA non. Si Poutine décide de renommer la fédération de Russie Fédération Euro-Asiatique, l’Europe occidentale ne figurera plus que comme le bout de l’Eurasie appartenant à l’empire américain, une métastase, quoi.


  49. Koui Le 25 février 2016 à 19h33
    Afficher/Masquer

    Le plus drôle c’est qu’il croit ce qu’il dit. Et il ne voit pas que les mauvaises intentions qu’il prête à Poutine sont le reflet de ses bonnes intentions affichées : affamer la Russie pour provoquer son explosion. C’est assez paranoïaque comme raisonnement. S’il réussissait, il dirait que l’arrivée de réfugiés russes est un nouveau complot post mortel de Poutine, que l’effondrement économique de la Russie post révolutionnaire est du à la politique autarcique de Poutine et les massacres de poutiniens, des représailles regrettables mais compréhensibles. Ces gens sont déranges. Notre époque manque de repères.


  50. games Le 25 février 2016 à 19h41
    Afficher/Masquer

    N’importe quoi….
    La ruine de la Russie viens d’une part des goulags et de la guerre civile du tzar ,de l’assassinat de Raspoutine par les anglo-saxons et de cette sacré de la défaite face au Japon qui donna la perte de l’Alaska
    le deuxième vient de l’intervention des puissance occidentales dans la guerre civile Russe
    la troisième fut cette trahison occidentale et les accords de Munich qui donna le pacte de Varsovie et à la suite de la Russie
    avec l’Allemagne
    Yen a marre de la narrative scolaire Française


    • vincent Le 25 février 2016 à 20h40
      Afficher/Masquer

      Je suis en plein débat avec un internaute sur les livres d’histoire justement, notre désaccord porte sur l’objectivité de l’école. Lui il pense que nos livres sont objectif, moi pas, surtout en terme de mot, et façon de traiter les sujets. Aujourd’hui on a lu la doctrine Truman, à aucun moment le professeur n’a jugé utile de dire que les termes présentés sont purement propagandiste et offre une vision biaisée de ce que fut le communisme au départ. Bref que les deux grands sont spécialistes du mensonge et de la désinformation, mais que bizarrement ce défaut ne colle qu’à l’URSS. C’est pas ce que j’appel objectif. En plus le chapitre de la Russie a été supprimé du programme pour raison politique, cela aide vraiment à comprendre le monde.

      Sinon la façon de nous présenter le monde en dehors de l’Europe, conflit inter ethnique, guerre civile, dictature, conflit religieux; Bref, chez les autres c’est moche, mais chez nous c’est super;


    • DvD Le 25 février 2016 à 22h17
      Afficher/Masquer

      S’agissant de la période tsariste, de la guerre contre le Japon et de la guerre civile, quel qu’ait été l’impact ruineux de ces événements sur le développement économique de la Russie, ils n’expliquent pas l’écart de trajectoire relatif avec l’Europe de l’Ouest, elle aussi ruinée par les deux guerres de 1914-1918 et de 1939-1945.

      En fait, à la fin des années 1960, soit après tous les événements que vous citez, alors que la Russie Soviétique concluait deux décennies consécutives de croissance économique phénoménale et que son PIB par habitant atteignait les 2/3 du niveau d’Europe de l’Ouest, il était couramment admis – y compris en Occident – que la Russie Soviétique allait rattraper puis dépasser l’Occident en termes de niveau de vie avant la fin du siècle. Elle avait déjà dépassé l’Occident dans l’industrie aérospatiale en envoyant le premier satellite dans l’espace et sa production d’acier rivalisait alors avec celle des Etats-Unis. La Russie de la fin des années 1960 n’était pas un “nain économique” mais un “tigre” en plein miracle industriel. Puis, à partir de la fin des années 1960, le rattrapage de l’économie russe s’est transformé en décrochage qui s’est depuis poursuivi sans interruption. Aujourd’hui, le PIB par habitant en Russie est d’environ 1/4 le niveau de l’Europe de l’Ouest.


      • Silk Le 25 février 2016 à 23h02
        Afficher/Masquer

        il y a quand même eu la guerre froide et une course à l’armement qui a été ruineuse.
        La raison serait aussi à chercher par là.


      • Furax Le 26 février 2016 à 14h06
        Afficher/Masquer

        L’URSS, comme l’Europe de l’est, était un champ de ruine dans toute sa partie occidentale qui se trouvait être la plus densément peuplée avant la 2ème guerre mondiale.

        N’ayant pas bénéficié de l’aide du plan Marshall, la reconstruction y a été beaucoup plus lente, partielle et superficielle qu’en Europe occidentale. Et en effet la course aux armements de la guerre froide n’a pas arrangé les choses.

        En URSS comme en RDA ou en Pologne, de nombreux lieux étaient restés dans un état de grand délabrement. On n’a mesuré la réalité de cette situation qu’après la chute du mur et du communisme.

        Comme disait mon directeur de recherche, c’est l’Allrmagne nazie qui a fait perdre la guerre froide à l’URSS.

        Et l’irrationalité et l’inefficacité économiques de la planification soviétique n’ont pas aidé. 73 ans d’absurdité (contrairement à làChine qui n’a subi que 29 ans d’absurdité), ca vous déstructuré complètement un peuple sur le plan de l’activité économique.

        Et la Chine, en plus de n’avoir subi que 29 ans de folie communiste (tous n’avaient donc pas perdu la mémoire de comment on mène une activité économique normale quand Deng a repris le pouvoir), a pu compter sur sa diaspora très investie dans le commerce, la finance, l’industrie et les affaires.



Charte de modérations des commentaires