Il ne faut pas oublier que la situation continue inexorablement de se détériorer en Grèce, sous les coups de l’austérité – et on se prépare à en remettre une couche, c’est hallucinant.

Le pire est que tout cela est due à l’obstination du pays à rester dans l’euro, alors qu’à l’évidence, un pays comme la Grèce ne peut vivre avec la monnaie de l’Allemagne (à tout le moins sans des dons massifs des autres pays – utopie). Cela revient simplement à porter des sabots 4 pointures en dessous : ça fait mal, puis ça fait très mal, puis ça s’infecte, puis ça gangrène…

Par ailleurs, je suis très heureux que ce modeste blog ait pu faire surgir des talents, en particulier le sympathique Okeanos, qui a fini par essaimer avec okeanews, très bon site sur la situation grecque, qui lui demande beaucoup d’efforts.

Il vient de partir en vacances en claquant la porte. J’espère qu’elles lui seront bénéfiques – et que son blog survivra à la rentrée… Vous pouvez lui écrire ici.

Chapeau l’ami !

[Lire son article "Trop"...]

Aujourd’hui, traduction [libre et sans doute criticable] par Okéanos d’un article de Nick Malkoutzis sur les 10 mythes de la Grèce et de la crise.
L’idée générale de cet article est de remettre en cause – en chiffres et analyses – ces mythes qui ont permis à toute l’Europe de pointer le doigt sur le mauvais élève -supposé- de la classe européenne. Manœuvre qui s’est avérée utile pour déplacer l’origine du problème des dettes souveraines et imposer des cures d’austérité sans précédent en Grèce. L’autre objet est de tenter également de changer l’image de la Grèce et des grecs, qui ont subit tant d’attaques qu’il est devenu aujourd’hui nécessaire de retrouver un équilibre entre le vrai et le faux.

Comme il y a 15 jours, j’ouvre un billet pour que notre correspondant d’Athènes puisse nous tenir informé via les commentaires…

Le nombre de siège du PASOK est réduit à 150 depuis aujourd’hui. G. Papandréou a demandé une réunion d’urgence de son cabinet ce matin. La position du gouvernement est fortement remise en cause.

Les discussions médiatisées, ici, ne tournent pas autour du sujet de l’accord du 27 en lui-même : personne, pour l’instant, ne précise les articles de l’accord, les conséquence à court et moyen terme…

Malgré la surprise de l’annonce, beaucoup ici (et ailleurs), et à raison, s’étonnent du diktat imposé par le couple Merkel/Sarkozy. Depuis des mois, on nous dit qu’il n’est pas possible de sortir de la zone Euro. Pourtant, un acte démocratique Grec a inversé la tendance : désormais, la question qui doit être posée (imposée par Merkozy) serait “souhaitez vous rester dans la sone Euro”. Je note que le retour arrière est donc possible. [Lire la suite]

Comme ce blog est un des rares du web à disposer d’un “envoyé spécial” en Grèce ;) , voici son deuxième témoignage, au coeur de la tourmente actuelle…
Athènes, 26 septembre 2011 : “Le problème technique de la télévision Grecque nationale”.

Fin de semaine chargée en Grèce : après l’annonce des nouvelles mesures d’austérité, une grève générale jeudi qui s’est poursuivie vendredi, la population s’était donné rendez-vous hier soir, dimanche, place Syntagma, pour suivre l’assemblée des indignés. [...]

Encore une fois. Encore un soir de gaz lacrymos et de combats. Chaque fois que la colère se montre, les citoyens grecs doivent être battus et « teargasés ». Et plus la population reste calme, plus la police devient violente et aggressive. Et comme chaque soir de manifestation, chaque journée de lutte, chaque moment de combat contre la police anti émeute, Loukanikos est présent. Il ne peut pas témoigner, mais se bat comme 4. Il ne peut pas partager ses sensations, mais court et s’excite contre la police. Loukanikos est la mascotte de Syntagma. Il est présent sur beaucoup de photos et vidéos de presque tous les évènements. Et il a choisi le camp des indignés.

Loukanikos a élu domicile à Syntagma et chaque fois que le peuple grec lutte pour ses droits et pour exprimer sa colère, il participe avec une motivation digne d’un révolutionnaire. Ce mercredi 5 octobre, il a encore participé. [Lire la suite...]