Les Crises Les Crises
3.novembre.20113.11.2011 // Les Crises

[En direct] Situation en Grèce, par Okeanos

Merci 0
J'envoie

Comme il y a 15 jours, j’ouvre un billet pour que notre correspondant d’Athènes puisse nous tenir informé via les commentaires…

Okéanos :

Le nombre de siège du PASOK est réduit à 150 depuis aujourd’hui. G. Papandréou a demandé une réunion d’urgence de son cabinet ce matin. La position du gouvernement est fortement remise en cause.

Les discussions médiatisées, ici, ne tournent pas autour du sujet de l’accord du 27 en lui-même : personne, pour l’instant, ne précise les articles de l’accord, les conséquence à court et moyen terme…

Malgré la surprise de l’annonce, beaucoup ici (et ailleurs), et à raison, s’étonnent du diktat imposé par le couple Merkel/Sarkozy. Depuis des mois, on nous dit qu’il n’est pas possible de sortir de la zone Euro. Pourtant, un acte démocratique Grec a inversé la tendance : désormais, la question qui doit être posée (imposée par Merkozy) serait “souhaitez vous rester dans la sone Euro”. Je note que le retour arrière est donc possible.

Autre sujet, Merkel a proposé que la Grèce se trouve un nouveau gouvernement et aurait même proposé M. Simitis en premier ministre (Le PM ayant participé à l’entrée de la Grèce dans la zone Euro). Donc, non seulement, le couple franco/allemand aimerait imposer la question posée au peuple grec et donnerait déjà le nom du futur gouvernant ? C’est juste HALLUCINANT et TRES MAL PRIS ICI ! Les ministre de l’éducation grec s’est dit “Profondément offensé par les propos de Merkozy”. Sans compter le fait que Merkel, durant son intervention, a fait un lapsus assez révélateur : dans une phrase expliquant la position de l’Europe par rapport à la situation actuelle, elle a mentionné avant hier “L’Europe et l’Allemagne (…)”. L’Allemagne serait donc à part ?

Autant dire que la situation du parlement grec est très chaude. Les dernières nouvelles indiquent que Papandréou n’a aucun désir de quitter la gouvernance, et qu’il fera tout pour rester premier ministre.

G. Papandréou ira voir le président Grec après la réunion de son cabinet (source TV Grecque).

Le vote de confiance devrait bien avoir lieu demain.

La suite dans la journée, chaque heure apporte son lot de nouvelles !

[Suite dans les commentaires]

136 réactions et commentaires

  • seb // 03.11.2011 à 12h33

    Monde de DINGUUUUUUUUUEEEEE !

    oui désolé, j’ai rien de plus construit à proposer…mais ça fais du bien ^^ 

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 13h23

    Le KKE (parti communiste), qui n’a jamais souhaité l’entrée de la Grèce dans la zone Euro, demande la sortie de la Grèce de la zone Euro, l’annulation de la dette et de nouvelles élections.

    Siriza (l’autre parti de gauche, minoritaire), indique qu’il ne faut pas avoir peur du Referendum car la réponse sera “Non”.  Le mieux serait, pour Siriza, de nouvelles élections.

    Que pensent les grecs de la situation actuelle ? Ils sont perdus et plus qu’attristés de se voir présentés comme les “paresseux de l’Europe qui ‘mettent en danger l’Europe et le monde entier'”. Beaucoup se posent la question avec anxiété : “Comment serai-je perçu désormais quand j’irai en voyage à Paris ou à Berlin ?”. “Qu’ai je fait pour mériter cela ?”. 
    Nous avons voulu une Europe des peuples, nous sommes en train de les positionner en ennemis : je trouve cela d’une tristesse absolue et potentiellement très dangereux pour la suite.

    Nous somme en pleine crise politique grecque et européenne. La bourse grecque est a +4.39%. Cherchez l’erreur.

     

      +0

    Alerter
    • Moi // 03.11.2011 à 15h55

      “Nous somme en pleine crise politique grecque et européenne. La bourse grecque est a +4.39%. Cherchez l’erreur.”

      Maintenant tu comprends pourquoi ça montait. Pas de référendum.

        +0

      Alerter
    • Lambert // 04.11.2011 à 10h19

      Je ne peux aller en voyage, ni a Berline, ni a Pâriss, J’ai juste les sous de quoi bouffer…ça craint (Française retraitée)

        +0

      Alerter
    • BIGGLOP // 04.11.2011 à 16h53

      Bonjour Okeanos,
      En cas d’élections législatives anticipées, existe-t-il la possibilité de l’émergence d’un mouvement citoyen grec en dehors des partis traditionnels qui présenterait des candidats totalement indépendants. La colère et le rejet des “politiques” est partagé par tous les citoyens

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 13h28

    Grosse confusion sur l’avenir Papandréou. Il est annoncé démissionnaire par certains médias. On peut lire l’inverse chez d’autres. 

      +0

    Alerter
  • Le bubar // 03.11.2011 à 13h41

    bah, dans d’autres croyances, y’a eu l’inquisition espagnole.. y’a maintenant l’inquisition €uropéennes. Mr le premier ministre a eu droit à sa citation individuelle.
    de toute façon la troïka avait déjà engagé la procédure inquisitoriale…
    et puis les pénitences sont déjà prononcées….
    voila le sort réservé aux hérétiques,
    il n’y vraiment plus rien de sacré en ce bas monde !!!
    ami italien, prends garde à toi.l’enquête générale est proclamée. le délai de grâce : y’en aura pas.

      +0

    Alerter
  • lalande // 03.11.2011 à 13h42

    Je lis, je suis sidéré, écoeuré et je m’excuse auprès des Grecs qui liront cette horreur; C’est le 4 Reich en plus petit. Pardon! 

      +0

    Alerter
    • flamek // 04.11.2011 à 08h47

      4° Reich est un peu fort, il suffit tout simplement d’évoquer la dictature économique.
      Ce dogme qui a été mis en place par Milton Friedman, testé au Chili sous Pinochet et consacré par Reagan et Tatcher (avec son TINA There Is No Alternative).
      Le monde entier est sous la coupe de cette dictature des marchés, et aucune figure politique n’a assez de courage pour lutter contre.

      Si j’étais catho je dirais que nous sommes dans la période d’adoration du veau d’or…

        +0

      Alerter
  • Marcus // 03.11.2011 à 13h50

    Merkozy voulaient hier se débarrasser de la Grèce à cause du référendum.
    Si il y a un gouvernement provisoire en attendant de nouvelles élections, la Grèce revient (momentanément ?) dans la zone euro.
    Merkozy sont des stratèges vraiment fins……….

      +0

    Alerter
    • Le bubar // 03.11.2011 à 14h00

      stratèges, stratèges…faut voir. de mon point de vue : tout est fait depuis plusieurs mois pour épuiser la Grèce. L’€uro(pe) ne pouvant pas dire “sortez”. Il attend que la Grèce le dise…..à force d’humiliation, il y arrivera. question de patience. pour pouvoir dire : ‘euh c’est pas moi, c’est eux qui voulaient pas…’
      ne pas confondre cynisme et finesse…toujours de mon point de vue..

        +0

      Alerter
  • prb // 03.11.2011 à 13h53

    Cher Okeanos, 

    dites à vos compatriotes qu’ils n’ont pas à se sentir coupables, mais au contraire qu’ils peuvent être fiers car ils sont en train de sauver la démocratie. Vive le courageux peuple grec qui a courageusement résisté au fascisme botté et casqué et qui aujourd’hui résiste courageusement au “doux monstre de Bruxelles”, qui est une autre forme de fascisme.   

      +0

    Alerter
    • Okeanos // 03.11.2011 à 14h06

      Merci pour ce soutien. Ils ont grand besoin de sentir qu’ils ne sont pas détestés par le reste de la population européenne.
      C’est assez difficle de répondre à un grec (et la question se pose à chaque fois) qui vous demande : “Que pensent les français des Grecs ?”. Que dire quand on voit le nombre de personnes en France avoir des propos à la limite du racisme ? J’ai regardé “C dans l’air” hier, et j’ai entendu des propos de l’économiste qui m’ont rendu furieux : “Les grecs sont 11 millions et mettent en danger 350 millions de personnes”. Les grecs par ci, les grecs par la. Ils ne payent pas d’impots. etc. Le sujet est sensible certes, mais il faut rappeler que le gouvernement grec fait ceci ou cela, pas le peuple. Le peuple subit un système vérolé. 

      Plus je suis ici et plus j’admire cette population qui, humiliée, vous reçoit encore avec le sourire et avec respect. Qqun sur ce blog avait indiqué que “les articles d’Okeanos n’en sont pas parce qu’ils donnent trop de place à l’émotion”. L’émotion est partout en grèce et j’invite tous nos dirigeants à en retrouver un peu.

       

       

        +0

      Alerter
      • Moi // 03.11.2011 à 15h14

        Si vous vous attendez à avoir l’avis des français exprimé à la télé par un économiste, autant demander l’avis des grecs à leurs députés.
        Il est clair que beaucoup tombent dans le panneau des grecs fainéants asséné par la propagande dans tous les médias à longueur de journée, mais ils sont de moins en moins. Et en tous cas, je pense qu’une majorité voudrait (aussi) avoir un référendum (je mets “aussi” entre parenthèses vu qu’il n’y aura probablement pas de référendum en Grèce non plus).
        Pour rappel, il y a déjà eu des référendums en France, aux Pays-Bas et en Irlande auxquels la population a répondu “non”. Et nos députés se sont assis dessus, bien sûr.
        Cette Europe-là, une majorité d’européens n’en veut pas. Sur ce point, les grecs ne sont pas différents des autres populations.

        En ce qui me concerne, tous mes espoirs pour sauver ce qui peut l’être pour nos classes moyennes passent par une résistance farouche des grecs aux diktats des banques.

          +0

        Alerter
      • CATHERINE // 03.11.2011 à 16h46

        De grâce, dites au peuple grec que beaucoup de citoyens européens sont écoeurés par ce qui leur arrive (perso j’écris de Belgique), et que l’attitude franco allemande est immonde…Quand j’ai entendu Merkel parler des grecs il y a qques mois comme de gens en vacances , cela m’a fait penser aux propos que tiennent certains politiques flamands vis à vis des wallons (au nord ceux qui travaillent, au sud ceux qui se la coule douce en glandant et qui attendent les sous…). Que des simplismes et mensonges.
        TOut mon soutien au peuple grec, qu’ilS le sachent, ils ne sont pas seuls et tout le monde ne pense pas comme les “experts ” de la télé.

          +0

        Alerter
      • Shaher // 04.11.2011 à 01h21

        Nom de dieu ! Pour vous soutenir, j’en suis. Les rares images que j’ai vu de la “journée du non” m’ont emplies de fierté ! J’en ai chialé.

          +0

        Alerter
      • alkali // 04.11.2011 à 02h50

        Bon si tu te bases sur Cdans l’air pour prendre la température des français, tu risques d’étouffer sous peu.

        A part quelques mono-neurones assidus de tf1 ou de fds, les français savent bien ce qu’il en est du peuple grec comme des autres peuples.
        Il y a bien longtemps que les décisions ne sont pas prises par les peuples, ni ici, ni en Grèce. D’ailleurs, les peuples ont ils jamais été écouté par les zélites?
        Ces histoires de référendum c’est pour amuser le monde, faut surtout pas baisser la garde et continuer le combat.
        Il y a eu quelques escarmouches, nous allons bientôt entrer dans le dur. Et ce ne sera pas des sittings pic-nics en tente quechua.

          +0

        Alerter
      • flamek // 04.11.2011 à 08h54

        Le problème étant que les médias jouent comme les marchés à la prédiction auto-réalisatrice : ils ne montrent que l’aspect qui leur sied, en boucle, cela renforce les sentiments xénophobes de certains (et le fait naître chez d’autres) car il est toujours plus facile de désigner des coupables qui ne peuvent répondre que de réfléchir.
        On appelle cela de la propagande. C’est une application de “Propaganda – comment manipuler l’opinion publique en démocratie” le bouquin d’Edward Bernays.
        Même si beaucoup ne s’informent encore qu’à travers les médias dominants il y a de plus en plus de gens qui vont pêcher leurs infos sur le net, et qui ont plusieurs sources d’information. Le problème c’est que c’est les loups que l’on entend le plus hurler.
        Que les grecs se rassurent, nombre de jeunes (surtout) ne croient ni nos politiques ni nos médias. Le film Debtocracy continue d’être diffusé et reçoit un très bon accueil.
         

          +0

        Alerter
      • Lelièvre // 04.11.2011 à 14h31

        Que les Grecs se rassurent, nous ne sommes pas seuls, nous sommes des centaines de milliers à travers l’Europe, pourquoi pas des millions. Il est peut-être enfin temps de la bâtir cette Europe des peuples, et je pense que c’est ce qui se passe, et ça passe enfin par le peuple. Sentons comme nous sommes unis pour la même cause, et ça, ce rassemblement idéologique, est la nouvelle Europe qui se forme, celle des Hommes et non des calculs. Ces deux Europe là seront toujours ennemis. Sentez comme cette nouvelle Europe naît, et vous sentirez peut-être, peuple Grec, que c’est le monde qui commence à s’unir derrière une seule idée: il faut que cela cesse, que cela change, pour mieux vivre tous ensemble.

          +0

        Alerter
    • breizhjoker // 03.11.2011 à 20h38

      Courage aux Grecs !
      Qu’ils ne relâchent surtout pas la pression car ils sont en train de faire vaciller l’Europe.
      La Grèce redeviendrait le phare de l’Europe si ils abattaient la tyrannie de l’UE.

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 13h54

    Selon le porte-parole du gouvernement, le gouvernement grec serait pret à discuter la proposition de l’opposition sur un gouvernement provisoire.

     

      +0

    Alerter
    • Fabrice // 03.11.2011 à 14h23

      pour ajouter un soutien n’oubliez pas Okeanos que les médias français reflètent la voix d’un petit nombre qui tentent (et souvent hélas avec succès) d’imposer au plus grand nombre leur opinion heureusement parfois le mur se fendille et les voix de la raison parviennent à transparaître (exemple de bfm qui commence à laisser la parole aux voix économiques divergentes).

        +0

      Alerter
  • Lutopick // 03.11.2011 à 14h07

    Aujourd’hui et ce depuis l’arrivée de notre mini Résident, j’ai honte d’être français. L’Europe est une grande idée, mais la majorité de ses élus d’aujourd’hui sont des cuistres au service des marchés. La démocratie peut changer ça. Vive le référendum ! le peuple ne devrait pas craindre le gouvernement, mais c’est le gouvernement qui devrait craindre le peuple.

      +0

    Alerter
    • flamek // 04.11.2011 à 08h57

      Le déferlement de propagande reflète exactement cela : les gouvernements ont peur de leurs peuples. Sinon pourquoi bourrer autant les crânes ?

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 14h12

    [Hors live]
    Je vous invite à regarder ce superbe documentaire sur la jeunesse grecque :

    Children of riots :
    http://english.aljazeera.net/programmes/witness/2011/10/2011103151128717999.html 

    [/Hors Live] 

     

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 14h19

    2 manifestations sont prévues ce soir à Syntagma a partir de 18h :  Syriza (partie de gauche) et le syndicat des fonctionnaires.

     

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 14h26

    L’opposition, qui a systématiquement voté contre les mesures d’austérité depuis sa chute en 2009, demande un nouveau gouvernement non parlementaire pour voter le plan de Bruxelles. (AthensNews http://www.athensnews.gr/portal/8/49957)

      +0

    Alerter
    • step // 03.11.2011 à 15h53

      un gouvernement non parlementaire ? quelle légitimité ? Dans tous les cas, si on essaye de vous sucrer le référendum auquel vous avez droit, mes commentaires ne condamneront pas un éventuel soulèvement.

        +0

      Alerter
  • Gemini // 03.11.2011 à 14h34

    Merci de nous tenir informé. Courage aux grecs, continuez. La démocratie est la seule porte de sortie de cette Europe aux ordres des marchés financiers. Si hélas, de nombreux français souscrivent encore aux analyses simplistes diffusées par les médias dominants, il y a, et c’est heureux, d’autres français pour penser au delà des fausses évidences et pour soutenir les grecs.
    Quoiqu’en pense les autres, continuez votre chemin vers la démocratie et ne vous laissez pas imposer par une Europe délégitimée des solutions contraires à l’intérêt général.

      +0

    Alerter
  • CS // 03.11.2011 à 14h44

    J’apporte tout mon soutien au Peuple Grec . Qu’il soit fier de ses choix du moment que c’est bien le Peuple qui choisi. Il sera toujours le bienvenue ici en France.
    Bon courage, vous êtes sur la bonne voie. 

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 14h48

    Rumeurs de l’annulation du référendum.

      +0

    Alerter
  • Loopkin // 03.11.2011 à 14h50

    Comment le peuple grec peut il accepter de se voir dicter, voir voler, sa démocratie ..?
     

      +0

    Alerter
    • Fabrice // 03.11.2011 à 14h58

      Loopkin, je dirais comme les français se sont laisser voler la démocratie pour le dernier référundum.

      Personnellement j’avais voté oui mais la décision de passer outre du non par un vote autre qu’un autre référendum m’a pour longtemps prouvé que nous n’étions plus vraiment en démocratie.

        +0

      Alerter
      • flamek // 04.11.2011 à 08h58

        +1

          +0

        Alerter
    • Bahut02 // 03.11.2011 à 15h11

      Je confirme ce qui a été dit plus haut . La plupart de ceux avec qui j’en ai discuté se sentent solidaires des grecs et assez éloignés des pamphlets violents et quasi racistes qu’on peut voir dans la presse française. 
      Merci en tout cas pour vos témoignages précieux.

      P.S: On a parlé ici de rumeurs de coup d’état avorté, après le remaniement de l’état major militaire.
      Avez-vous des informations à ce sujet? 

        +0

      Alerter
      • Okeanos // 03.11.2011 à 15h22

        Ca me rassure de voir que certains de nos compatriotes réfléchissent encore. En même temps, je me dis que les personnes qui lisent se bloguent sont déjà dans une recherche de vérité : qu’en est-il de tous ceux qui ne le lisent pas  😉

        Non, aucune nouvelle concernant l’armée. L’état major a été complètement changé lundi. Il se dit que c’était prévu de longue date suite au changement de gouvernement en 2009 et que ca avait juste pris du retard. Il se dit également que l’annonce du référendum aurait pu être prise pour éviter un putsch. Mais concernant l’armée, c’est bien évidemment assez difficile d’avoir des informations 🙂 Mais promis, si je vois de chars entrer dans Athènes, je prends des photos 🙂

          +0

        Alerter
        • sylroll // 03.11.2011 à 15h37

          Que sait on des budgets de l’armée et de la police, ont ils été eux aussi mis à la diète ?
          Ce sont souvent de bon indicateurs de volonté de maintien de l’ordre par la force
          Merci pour vos news, et je crois que pour beaucoup de français qui n’ont pas d’économie, donc pas vraiment grand chose à perdre, l’empathie n’en est que plus forte avec le peuple grec

            +0

          Alerter
          • Okeanos // 03.11.2011 à 16h01

             En toute logique, oui, mais le gvnmt avait proposé de recruter 1500 policiers pendant l’été… 

             

              +0

            Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 15h10

    Le discours de Papandréou d’aujourd’hui : http://government.gov.gr/2011/11/03/22603/ (la traduction google permet de comprendre l’ensemble en substance)

     

     

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 15h46

    Il semble que le référendum soit annulé.

      +0

    Alerter
    • step // 03.11.2011 à 15h55

      hé bien c’est à vous de jouer. Bon courage et ne lâchez rien.

        +0

      Alerter
  • teo // 03.11.2011 à 15h48

    bien sur que personne n’a le droit de remettre en cause la volonté de pap de faire un referendum, mais c’est faire peut de cas du passé et de la volonté grec de rejoindre l’europe en 81, mais ce qui m’enerve le plus, ce n’est meme pas leur deficit ou leur dette, c’est leur mensonge et la falsification de leurs comptes; alors je pose la question  si le referendum ne devrait pas plutot etre posée aux autres pays europeens, afin de savoir si l’on peut encore avoir confiance en la grece.

      +0

    Alerter
    • Okeanos // 03.11.2011 à 16h04

      Il semble que les comptes de la Belgique pourraient confirmer des erreurs également. Je ne serai pas surpris que d’autres pays aient pratiqué ce genre de “trucage”…

        +0

      Alerter
      • flamek // 04.11.2011 à 09h01

        Il me semble que la population de chaque pays européen devrait exiger une commission indépendante d’audit de la dette, comme ce qui avait été fait en Equateur en 2007.
        Sûr et certain qu’il y aurait de grosses surprises quant au montant réel des dettes…

          +0

        Alerter
    • Pat56 // 03.11.2011 à 16h17

      Oh un troll !

        +0

      Alerter
    • wildleech // 03.11.2011 à 16h28

      Mais tous ont triché et trichent encore !
      Le gouvernement grecs d’alors l’a juste fait plus que les autres.
      Pourquoi accorder la moindre confiance quand les textes disent clairement que nous devons être en concurrence “libre et non faussée” mais que salaires, protections sociales, impôts et taxes, n’ont pas été discutés avant.

        +0

      Alerter
    • Loopkin // 03.11.2011 à 16h42

      L’aide de Goldman Sachs pour maquiller les comptes et entrer dans l’Euro
      Une autre raison qui est à l’origine du fort taux d’endettement Grec est le trucage de ses comptes pour permettre au pays d’entrer dans la zone Euro au tournant des années 2000. Sans l’aide de Goldman Sachs, qui a mis au point un « swap » de devises qui a permis au gouvernement Grec de cacher l’étendue de son déficit aux investisseurs, les Grecs ne seraient pas rentrés dans l’Euro. Mais la France le savait et l’Allemagne aussi. Ils sont donc complices. En 2002 la banque Américaine a encore permis à la Grèce de lever un milliard de dollars de financements hors bilan (source AGEFI), ce qui n’a fait que constituer une « bombe à retardement » pour le gouvernement Grec.
      Pour la petite histoire on notera que le nouveau gouverneur de la banque centrale Européenne, en remplacement de Jean-Claude Trichet, l’Italien Mario Draghi était à cette époque vice-président de la branche européenne de la banque d’affaires américaine… La boucle est bouclée.

      En savoir plus sur Pandora Vox: http://www.pandoravox.com/economie/crise-grecque-plan-dausterite-et-agences-de-notation-les-dessous-dun-scandale-europeen-12.html

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 15h58

    Papandréou en direct actuellement depuis le parlement. Il précise tous les événements jusqu’à aujourd’hui.

    “Nous avons été une expérimentation dans l’Europe”

      +0

    Alerter
  • Bahut02 // 03.11.2011 à 16h11

    C’est apparemment confirmé par Athens News:

    http://www.athensnews.gr/portal/8/49959 

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 16h35

    Papandréou vient juste de terminer son discours au parlement. Petit résumé dans qqs minutes.

      +0

    Alerter
    • yoananda // 03.11.2011 à 16h43

      Pour ma part je ne connais personne qui ne soutienne pas le peuple grec. Au contraire, les magouilles des politiques sont trop visibles et de toute manière ils font les même ici, personne n’est dupe.
      La crise grecque, faudrait pas oublier d’ou elle vient, y a eu le sauvetage des banques juste avant, et comme par hasard, les états maintenant sont trop endettés.
      Ok, les riches grecs sont responsables, au même titre que les goinfres français : avec l’argent de l’Europe il aurait fallu construire des écoles et hôpitaux au lieu de piscines privées. Mais faire payer ceux qui n’ont rien reçu, c’est les entuber 2X ! et ça c’est dégueulasse et tout le monde le comprends bien.
      Ce n’est pas la grèce contre les autres pays de l’Europe, c’est le riches contre les pauvres, quelque soit le pays.

        +0

      Alerter
      • Jack // 03.11.2011 à 16h49

        C’est exactement ce que j’explique aux gens autour de moi, les riches contre les pauvres. Les uns agissent et profitent, les autres subissent. Les grecs n’ont pas à s’en faire pour leur image. A mon niveau (ouvriers / employés) les gens comprennent parfaitement leur situation.

          +0

        Alerter
        • indigné // 03.11.2011 à 17h11

          attention qd mm à cette opposition riches-pauvres digne de piliers de PMU;
          Il existe aussi parmi les “riches” des entrepreneurs vertueux et parmi les pauvres des tricheurs sans scrupules. A mon humble avis, il s’agit plus d’absence d’éthique chez certains, qui malheureusement pullulent de plus en plus dans les milieux du pouvoir que d’un pb d’opposition riche-pauvre. Cette absence d’éthique est autorisée par la corruption/copinage de la justice et du pouvoir.

            +0

          Alerter
          • oisif prolétaire // 03.11.2011 à 17h22

            “Il y a une guerre des classes,c’est un fait,mais c’est ma classe,la classe des riches,qui mène cette guerre,et nous sommes en train de la gagner.”
            Warren Buffet.New-York Times,26 novembre 2006.
            Y’a plus qu’les pauvres et la classe moyenne qui ne croient plus à la lutte des classes.;-)

              +0

            Alerter
          • Jack // 03.11.2011 à 18h02

            Cher indigné et entrepreneur vertueux, ne vous fatiguez pas, je connais la chanson. Si la justice et le pouvoir sont corrompu, c’est bien parce qu’il y a quelqu’un pour les corrompre, vos chers amis les riches!

              +0

            Alerter
          • JPS1827 // 03.11.2011 à 18h09

            @indigné : D’accord, mais les tricheurs riches ont beaucoup plus de pouvoir que les tricheurs pauvres !

              +0

            Alerter
          • Un_passant // 03.11.2011 à 19h24

            @Jack

            Pour être corrompu, il faut deux personnes, le corrupteur et le corruptible. Vous ne pouvez rejeter sur le corrupteur la faute du corruptible. Bien souvent, les trafiquants de drogue ont été pauvres avant de devenir des trafiquants riches. L’éthique et la morale sont personnelles, elles ne relèvent pas des moyens financiers. La pauvreté n’est ni un facteur nécessaire, ni un facteur suffisant, le facteur nécessaire et suffisant, c’est la cupidité et elle seule.

              +0

            Alerter
          • shaher // 04.11.2011 à 09h18

            Indépendamment de la corruption, le fonctionnement de l’entreprise justifie cette opposition : seuls les actionnaires sont actuellement habilités à voter en conseil d’administration pour définir la politique de l’entreprise/élire le PDG/définir le partage de la richesse créée. Le vote se fait généralement à 1$=1 voix, ce qui rend risible la blague de l’actionnariat salarié, et relègue les syndicats au statut de commission consultative sans pouvoir de co-décision.
            Plus sûr qu’à en appeler à la moralité des dirigeants, sur le mode du despotisme éclairé ou du paternalisme, il conviendrait peut-être d’associer les salariés aux décisions de l’entreprise sur un mode mutualiste : 1 homme=1 voix. La démocratie, quoi…

              +0

            Alerter
  • Pat56 // 03.11.2011 à 17h05

    Après les printemps Arabes,
    l’hiver Européen ?
    Ich bin ein Grieche

      +0

    Alerter
  • Laurent // 03.11.2011 à 17h25

    Non d’une pipe !  Il y en a assez de ces discours démagogiques consistant à dire que le gentil peuple n’y est pour rien et qu’il faut punir les méchantes banques.

    D’abord que je sache (et j’admets que je peux me tromper car je ne suis pas économiste et encore moins un spécialiste de la Grèce), l’endettement de la Grèce a servi à financer des dépenses non ? Des fonctionnaires, des hôpitaux, des infrastructures et que sais-je. Les grecs ont bien touché cet argent. Ils l’ont dépensé. Ils en ont tiré des services et de l’utilité. Personne ne les a forcé à emprunter.  Après tout, ils auraient pu aussi ne pas emprunter autant et consentir à quelques sacrifices.  Et bien non, ils ont préférés remettre les sacrifices aux calendes grecques… 

    Nous y voici, et maintenant qu’il faut rembourser il n’y a plus personne… Et vous dites bravo ! Vive le peuple ! A bas les banques !
    On croit rêver. Que je sache, de argent, pour en prêter, il en faut en avoir. Il faut bien que quelqu’un bosse le gagne et ne le dépense pas pour pouvoir le prêter.  Ces préteurs, c’est vous, c’est moi, ce sont les banques dans lesquels nous avons nos maigres dépôts et assurances vie. Où est la justice? Aimeriez-vous qu’à la fin du mois on vous dise “désolé mon ami, pas de salaire ce mois-ci, vous avez bossé mais on a donné l’argent à un quelqu’un d’autre qui n’en n’avait pas assez”?    J’en doute … Et pourtant tout le monde applaudit.  C’est hallucinant. Sans doute avez-vous l’impression que ça ne vous touchera pas.

    J’entends Olivier dire sur BFM que finalement c’est le problème des investisseurs s’ils perdent leur pognon. Qu’ils ont pris un risque et qu’ils ont perdu. C’est vrai. Ils ont perdu. Ils ont pris un risque mais savaient ils quel risque ? Vous trouvez vraiment ça acceptable qu’un pauvre type qui achète un bon du trésor et à qui a on a répété depuis des décennies que les états ne font pas faillite et à qui on a caché la vérité sur la réalité de la situation économique grecque, perde TOUT ? Par ce que les grecs ne veulent pas rembourser de l’argent qu’ils ont dépensé ?
    Enfin, si Goldman Sachs (que j’exècre par ailleurs depuis que j’ai vu l’excellent film sur les subprimes “Inside Job”) a inventé un “swap” ou un autre instrument financier permettant de cacher la dette, on peut imaginer que c’est à la demande du gouvernement grec et que c’est encore le gouvernement grec qui a décidé de l’utiliser. Un gouvernement élu par les grecs. Si les grec élisent des voyous, est-ce à nous de payer ?
    En clair, si on est grec on a le droit de faire n’importe puisqu’au moment de l’addition il suffit de la passer à ses voisins.
    Ou faut il s’inscrire ?

      +0

    Alerter
    • Des Ruisseaux // 03.11.2011 à 17h42

      Ayez crainte Laurent, vous êtes déjà inscrit. Et comme c’est vous qui avez élu votre gouvernement on vous dira que vous n’avez qu’a vous en prendre a vous même lorsque vous tenterez d’expliquer aux autres que les dettes qu’on a contracté en votre nom n’ont pas servi a construire des hôpitaux ou a l’éducation nationale mais a acheter des armes et payer le pizzo. Je vous suggère d’aller voir su ce site le documentaire dettocratie afin de mettre le débat en perspective.

        +0

      Alerter
    • Un_passant // 03.11.2011 à 17h57

      Mouhai… pas faux, mais c’est valable en France pour nos collectivité territoriales… Alors cracher sur les Grecs… D’accord si on balaye d’abord devant notre porte…  NOUS AUSSI, français, nous avons des dettes qui ont servi à des dépenses de FONCTIONNEMENT et de PRESTIGE pour nos MONARQUES régionaux ou communaux. De ce point de vue, l’Italie est plus vertueuse. Sans charge de la dette elle n’est pas en déficit, contrairement à la France.

      La question de la Grèce, à mon sens, se pose plus sur la question de la confiance. L’enjeu qu’il serait bon que les politiciens comprennent c’est : comment créer une Europe solidaire et unie, émanation de la volonté des peuples européens de vivre en bon voisinage et non maintenir une Union Européenne de la Finance et des Lobbies?
      Grave question qu’AUCUN politicien européen semble n’avoir posé jusqu’à aujourd’hui… Pourtant ça urge.

        +0

      Alerter
    • JPS1827 // 03.11.2011 à 18h13

      @laurent : “On croit rêver. Que je sache, de argent, pour en prêter, il en faut en avoir”.
      Cette phrase montre que vous n’avez pas lu les explications de ce blog sur la création monétaire. Cela dépend beaucoup de qui le prête. 

        +0

      Alerter
      • Laurent // 04.11.2011 à 19h27

        C’est vrai, il est possible de créer de la monnaie sans en avoir mais sa valeur dépend quand même de la qualité de son usage et la capacité à rembourser. Sinon on a créé de la masse monétaire et de l’inflation.

        Je schématisais un peu mais vous avez tout à fait raison.  

          +0

        Alerter
    • Grégory // 03.11.2011 à 19h20

      Vous prenez le problème à l’envers, un peu comme tout le monde. Au lieur de regarder ce que peut faire une population de mieux pour elle et l’humanité, et d’arranger les outils (dont l’argent et la loi sont, qui n’existent pas ailleurs dans la nature que dans les têtes des hommes et n’ont d’autres utilité que de les servir collectivement au mieux), vous commencez par regarder un chiffre dans une colonne excel et déterminez ce qu’il est possible ou non d’accomplir pour l’humanité selon ce que dit ce chiffre. C’est la prééminence surréaliste de l’économie sur l’anthropologie, et vous voilà en somme à dire qu’en Grèce l’espérance de vie aurait du en rester à ce que permettait l’argent, et l’instruction également. 
      Evidemment, je ne dis pas que les ressources sont illimitées et que la question de leur allocation ne se pose pas. Mais ce qu’il faut critiquer, c’est peut être plutôt, par exemple la fiscalité. La grèce est un paradis fiscal pour armateur. Dans d’autres paradis fiscaux, il y a, dit-on, vingt mille milliards d’euros qui dorment, trésor de guerre placé à l’abri de l’impôt dont le montant est dans les ordres de grandeurs des excès de dette des états. Voilà des ressources mal attribuées, placées aux endroits où elles ne servent pas alors que de toutes évidence elles manquent ailleurs. 
      Je ne vous jette pas la pierre : votre logique est celle qui prévaut partout. Elle est néanmoins malade, à mon sens. 

        +0

      Alerter
      • Laurent // 04.11.2011 à 19h44

        Parfaitement d’accord sur le principe mais qui décide de ce qui est mieux pour l’humanité ? Vous? Moi? Un américain? Un chinois? 
        Que se passe t’il si nous ne sommes pas d’accord?…

        J’aime bien l’idée de mettre le bonheur comme priorité mais franchement je ne vois pas quel système économique permet d’y arriver mieux que l’économie de marché. Au détail près que l’Etat assure mal la gestion de la répartition des richesses créées. Quand on voit que 2% de la population possède 50% de la richesse… Est-ce que ça veut dire que sans eux nous vivrions tous 2x mieux?!

          +0

        Alerter
    • Moi // 03.11.2011 à 19h34

      @Laurent: “Vous trouvez vraiment ça acceptable qu’un pauvre type qui achète un bon du trésor et à qui a on a répété depuis des décennies que les états ne font pas faillite et à qui on a caché la vérité sur la réalité de la situation économique grecque, perde TOUT ?”

      Ben, c’est une possibilité. Il y avait un taux d’intérêt, non? Donc il y avait un risque. Qu’est-ce qu’il y a d’inacceptable là-dedans? Qu’un prêteur risque de ne pas se faire rembourser? Ou qu’on aie caché la réalité du risque à certains prêteurs?
      Et puis des “pauvres types” qui achètent des bons du trésor, faut pas pousser bobonne dans les orties… A d’autres…

        +0

      Alerter
    • step // 03.11.2011 à 19h56

      à qui a on a répété depuis des décennies que les états ne font pas faillite

      quand vous prêtez votre argent, vous vous fiez au qu’en dit on ? Il suffit d’ouvrir un livre d’histoire pour savoir que c’est faux.
      Alors je suis un Transmuteur Grognon de Bluxte et a chaque fois qu’on me fait manger une pièce d’or je peux en recracher à volonté. Tu me prête tes sous ?
      Soyons sérieux, le petit épargnant dépose ses sous à la banque et y associe un niveau de risque. C’est le banquier qui associe ce risque à une opération financière et c’est bien lui qui a trompé le petit épargnant, car il a l’expertise donc la responsabilité.

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 17h47

    Petit résumé du discours de Papandéou.

    Il a expliqué tous les efforts fournis par les grecs depuis 2 ans, en précisant qu’ “il semble que nous ayons été une sorte d’expérimentation animale au sein de l’Europe.” (!)

    Concernant le référendum : il précise que depuis le début, “l’opposition n’a jamais voté pour les mesures”. Il poursuit : “Je ne peux pas comprendre pourquoi les politiciens Européens ont été surpris de cette annonce car j’avais évoqué plusieurs fois cette possibilité. Et c’est notre droit. Je ne peux pas comprendre pourquoi nous devrions être surpris, à la fois de la réaction des autres partenaires Européens, et que, pour eux, la question qui se pose soit si nous restions ou non dans la zone euro. Tout est connecté. Je veux être clair et préciser qu’il n’a jamais été question de demander aux grecs s’ils souhaitent rester ou non dans la zone euro. Le plan était de demander au peuple grec si il acceptait le nouveau contrat du 26/10. Je veux être clair également et je précise que les 2 sont fortement connectés : en refusant le plan, nous sortons de la zone euro. Cet agrément est le plus important que la Grèce est connu avec des règles à long terme très intéressante pour le pays.”

    Papandréou a précisé qu’il voulait faire ce référendum car il a “confiance en la maturité et la sagesse des grecs plus qu’en la maturité et la sagesse de l’opposition”. (au moins, c’est clair). 

    Il a expliqué ensuite les 3 choix possibles qu’il avait :

    1. avoir une coopération entre tous les partis et valider le contrat du 26/10 ;
    2. nouvelles élections (en précisant que pour lui, le pays n’est pas assez stable pour supporter de nouvelles élections aujourd’hui) ;
    3. Référendum.

    Il a indiqué que le 2ème choix n’était pas possible, que l’opposition n’a jamais souhaité la 1ere solution et qu’il n’avait pas d’autre choix que de proposer la 3ème.

    Ensuite il a parlé de généralité sur le systèmes politique et économique mondial, et a précisé notamment : “Nous sommes dans un système gouverné par les banquiers et les lobbyistes. Les société comme Goldman Sachs sont plus puissantes que les parlements.” (Mario sera content.)

    Il n’a pas souhaiter faire de commentaire sur les discours de Samaras (chef de l’opposition) des 2 derniers jours, car il ne “veux pas rajouter de l’huile sur le feu et souhaite voir l’avenir de manière positive” : “Nous pouvons travailler ensemble”.

    Il a précisé également : “Quand j’ai proposé le référendum, je m’attendais à une réponse positive. Je dois être honnête avec vous, je ne suis pas sûr que nous pouvons mettre en place ce contrat, pas en temps que gouvernement, mais en tant que pays. Tous les partis doivent accepter, ou le peuple doit décider.”.

    Il a souligné durant tout son discours les efforts des grecs et leur courage. Il a évoqué souvent le mot “démocratie”.

    Mais le référendum est probablement de l’histoire ancienne (pour l’instant en tout cas, on s’y perd un peu, avouons le 🙂 )), l’opposition serait prête à trouver un concessus.

    Mais comment va réagir la population ? 

      +0

    Alerter
    • step // 03.11.2011 à 20h01

      que nous ayons été une sorte d’expérimentation animale au sein de l’Europe.

      Tout à fait mon ressenti aussi. A qui les prochains ?

        +0

      Alerter
    • seb1207 // 03.11.2011 à 20h15

      Merci Okeanos pour tout ces informations (et merci à Olivier de permettre cela), car effectivement nos media ne nous donne que des brimes d’informations et nous dises bien qu’une part des choses (comme d’habitude).
      Par contre avec tout ce que l’on entend on ne sait plus trop si le referendum auras lieux (cela se trouve le peuple Grec ne sait peut etre pas non plus). Si Papandréou reviens sur ca position du referendum c’est à mon sens ce “foutre” une fois de plus du peuple Grec, et cela risque peut etre de s’embraser. J’espere que vous pourrais nous en dire plus demain. 
      Autre point quel est le but du vote demain au parlement Grec, tout le monde dis que cela est decissif mais je ne sais pas trop pour qui pour quoi?
      Tour mon soutiens au peuple Grec

        +0

      Alerter
      • Okeanos // 03.11.2011 à 20h24

        Merci 🙂

        Et plus généralement, merci pour les messages de soutien que je n’hésiterai pas à communiquer à mon entourage grec : savoir qu’ils ne sont pas devenus les pestiférés pour tout l’Europe leur apportera p-e un peu de soulagement.

        Concernant le référendum, c’est très très, très flou. A l’heure actuelle, il est en stand-by, je suppose.

        Le vote de demain est un vote de confiance a majorité des 3/5 : pour forcer l’opposition a prendre position. Le Pasok n’ayant plus que 150 voix, il en faut 180 : nous verrons ! 

         PS. : Sur la Belgique :

        http://www.contrepoints.org/2011/10/26/52550-la-belgique-aurait-elle-manipule-ses-comptes-publics

          +0

        Alerter
  • seb // 03.11.2011 à 17h50

    ça va les chevilles ?

    juste pour vous faire redescendre de la stratosphère ou vous êtes monté, je vous rappelle que la dette française est d’environ 1650 milliards d’euros et que celle des grecs est de 350 milliards.

    et nous aussi nous avons voté pour les zozos au pouvoir, nous aussi on à fais tourner des hopitaux, soigner des gens et patati et patata…

    “En clair, si on est FRANCAIS on a le droit de faire n’importe puisqu’au moment de l’addition il suffit de la passer à ses voisins.”

    relisez un peu le contenu de ce blog pour vous éclairer. Vous en aurez besoin avant de vous auto-flageller lorsque ça sera notre tour…

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 18h01

    Samaras en direct : il est furieux, refuse tout consensus avec Papandréou et demande des élections.

    Saramas : “Je demande un gouvernement de transition qui ne voterait que l’agrément du 26/10. Je souhaite de nouvelles élections”.

    Le match n’est finalement pas terminé.

     

      +0

    Alerter
    • BA // 03.11.2011 à 19h27

      Jeudi 3 novembre 2011 :
       
      La sixième tranche du prêt international, accordée à la Grèce en 2010 et bloquée par les créanciers en raison de la crise politique grecque, doit être absolument versée d’ici le 15 décembre pour assurer les besoins financiers du pays, a indiqué jeudi le ministre grec des Finances.
       
      “Dans un climat de consensus, il faut arriver le plus tôt possible, d’ici le 15 décembre, selon le calendrier des besoins financiers du pays, au versement de la sixième tranche du premier prêt (accordé au pays en 2010), soit des 8 milliards d’euros dont la Grèce a absolument besoin”, a dit Evangélos Vénizélos devant le groupe parlementaire socialiste.
       
      Grèce : taux des obligations à un an : 231,436 %. Record historique battu.
       
      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GGGB1YR:IND
       
       
      Grèce : taux des obligations à 2 ans : 102,302 %. Record historique battu.
       
      Grèce : taux des obligations à 5 ans : 37,177 %. Record historique battu.
       
      Grèce : taux des obligations à 10 ans : 26,450 %. Record historique battu.

        +0

      Alerter
      • Marcus // 03.11.2011 à 19h48

        BA, les taux espagnols, portugais, italiens, etc… ont grimpé fortement aussi.
         
        Amicalement.
        Marc

          +0

        Alerter
  • Evan // 03.11.2011 à 19h22

    Bonsoir à tous,
    Je me rappelle il y a quelques années, une conversation que j’ai eu avec un grec vivant en France. Dans le courant de la discussion, me permettant de comprendre les motifs de son émigration, cette personne m’avait cité le cas d’un jeune diplômé qui, n’ayant pas d’emploi, avait ouvert un snack et se servait de copies de son diplôme pour emballer ses sandwiches : ennui avec la police pour reproduction illicite de documents officiels !
    Notre échange bien antérieur à cette crise, je l’ai aujourd’hui à l’esprit. Le peuple grec est victime de la bureaucratie, du clanisme et du clientélisme. Pris en otage par un système sclérosé, incarné par les clans Papandreou/Karamanlis qui verrouille et se partage tout !

      +0

    Alerter
    • Okeanos // 04.11.2011 à 17h49

      C’est effectivement une très bonne image des pbs de la Grèce d’aujourd’hui !

        +0

      Alerter
  • koupa // 03.11.2011 à 19h38

    Petit message de soutiens pour les Grecs, de mes connaissances tout le monde les soutiens. Je n’entends pas de parole raciste comme à la télé (c’est plutot “les pauvres il ont pas finit de morfler)

    A titre personnel je suis content de voir que de plus en plus de gens comprennent que l’europe n’est pas une démocratie.

    Et de plus en plus que la monaie dois etre créé et géré par des états souverains, pas par des banques privées. (et je suis pas d’extrême droite, par contre fort chagriné que seule M le pen parle de cela).

    Petite question qui ne se veux pas un troll: A votre avis, lecteurs et contributeurs, tout ce bazar autour de la grèce n’est il pas une manoeuvre pour faire exploser l’europe/ l’euro plutot que les états-unis / dollar également mal en point ? Bref montrer la paille dans l’oeil du voisin pour avoir la paix un peu plus longtemps.
     

      +0

    Alerter
    • step // 03.11.2011 à 20h06

      théorie de notre zélée de la niche fiscale médefienne. Les américains utilisent la prérogative du dollar pour masquer leur chute en maquillant les chiffres (cf delamarche). Ont-ils besoin de faire peter l’europe pour ça ? non probablement pas. Je pense qu’on est dans la … difficulté et qu’on s’y est mis comme des grands.
       

        +0

      Alerter
    • seb1207 // 03.11.2011 à 20h06

      C’est clair je pense que ce qui ce passe en Europe fait que tout les regards sont sur nous en ce moment et arrange les US (voir la grande bretagne ?) qui ne vont guére mieux que nous, et il ne faut pas oublier que le “dédonateur” de cette crise viens d’outre atlantique.

        +0

      Alerter
  • odeur_de_sapin // 03.11.2011 à 20h05

    Quel déferlement !!?? tout y passe, démocratie, les méchants banquiers, les pauvres grecs, les méchants z’allemands, … alors que le problème grec est d’une simplicité enfantine.
    Cela se résume à “tu gagnes combien ?” / “tu dépenses combien ?”   
    Si dépenses supérieure aux recettes = problème à corriger illico; c’est tout ; tout l ereste n’est que du blabla inutile et des problèmes à n’en plus finir du fait que les dépenses sont supérieures aux recettes (voire les comptes trafiqués …). Bonsoir.

        

      +0

    Alerter
    • Grégory // 03.11.2011 à 22h31

      Ben non ce n’est pas si simple, et je suis surpris de voir Olivier acquiescer. L’état doit choisir combien il prélève, où, et ça a un impact sur l’activité. Que les choix n’aient pas été bons, c’est certain, qu’il ne faille pas creuser les déficits, nul n’en disconviendra, mais on ne résoudra pas le problème simplement en resserrant les dépenses pour ne pas excéder les gains, ou alors c’est la seule politique de la rigueur dont il me semble pourtant qu’on comprend bien ici les limites fonctionnelles. 

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 03.11.2011 à 20h15

    Papandréou vient à nouveau de parler au parlement. Il exhorte A. Samaras à reconsidérer sa position.. A revenir pour poursuivre la discussion (l’opposition étant sortie du parlement). 

    Tsipras (chef du parti de gauche Syriza): C’est une comédie politique, pas même les Monty Python n’auraient imaginé  un tel scénario.

     

      +0

    Alerter
  • odeur_de_sapin // 03.11.2011 à 20h19

    Je rajouterais que si on avait mis un enfant de 12 ans sachant lire, écrire, comparer, à la tête de la plupart des pays endettés actuellement, le nommant responsable des comptes du pays avec un souci d’équilibre et en ayant établi par vote/référundum que sais-je la pondération à apporter aux différentes postes budgétaires, il aurait fait mieux que n’importe quel super-génie sorti de l’Ena.  Regarder le désastre actuel, la France est pris dans une trappe à dettes, c’est foutu. Tant de génies pour nous mettre dans une merde la plus extrême possible, élisez un idiot, il fera surement pas pire.  

      +0

    Alerter
  • Yves // 03.11.2011 à 20h48

    Moi aussi j’apporte mon soutien à la population grecque.
    Contrairement à la propagande des medias occidentaux, il n’y a pas de crise de l’Euro, d’ailleurs meme aujourd’hui après les differents rebondissements (BCE, ruleurs et démentis d’Athenes, ), l’Euro a très peu varié face au dollar et au yen. Comme l’indique l’auteur de ce blog, il y a une crise de la dette, l’Icelande et la Grèce sont les premiers dominos à tomber. C’est clair que cette crise de la dette concerne 80% des pays européens + US/Canada/Japon. Ceux qui ont pris des risques en achetant ces dettes avec de belles primes (intérêts sur les obligations etc) payent la facture, ce n’est pas aux peuples de payer (ils le payent déjà suffisament par le chomage en Europe depuis 30 ans)
    L’attitude de Sarkozy fait peur, quand on entend son discours à la TV jeudi dernier : il ne se sent pas responsable des 480 mds d’euros de dettes publiques supplémentaires depuis 2007 !!! Donc, c’est clair, ces dettes ont permis à ces copains PDG d’augmenter toujours plus leurs marges et profits sans redistribution à la population.
    Comme la Grèce, la France a besoin de libéralisme et démocratie. Est-ce que la France peut avoir un vrai leader pour reprendre ces notions de base ?

      +0

    Alerter
    • step // 04.11.2011 à 10h19

      de vrai libéralisme, pas de conservatisme relooké

        +0

      Alerter
  • Nihil // 03.11.2011 à 21h09

    Si Versailles Goldsachs m’était conté:

    “On nous dit que (nos rois: ) nos élus dépensaient sans compter, 
    Qu’ils prenaient notre argent sans prendre nos conseils. 
    Mais quand ils construisaient de semblables merveilles
    Ne nous se mettaient-ils pas notre argent de côté?”

    (Avec) Sans l’ aimable autorisation de Sacha Guitry (je suis tombé sur la messagerie) 

      +0

    Alerter
  • MAN // 03.11.2011 à 23h21

    Courage,
    J’ai entendu ce soir l’interview d’un journaliste grec qui indiquait que le partie d’opposition (de droite, j’ai oublié le nom) ne remettait pas en cause l’accord pour ce qui concerne le rééchelonnement de la dette, mais voulait négocier à part les nouvelles contreparties demandées…
     

      +0

    Alerter
  • falpes04 // 03.11.2011 à 23h59

    Expérimentation animale ?
    Je le pense également, …et le sujet de recherche devait être le suivant: “Voyons jusqu’à quel niveau il sera possible de confronter aux fonds spéculatifs les dettes souveraines d’un pays de la zone euro en difficulté avant de devoir déployer les mesures nécessaires à enrayer la contamination aux ?”
    Et maintenant on le sait: voir l’indice d’un CDS sur une dette grecque http://www.cnbc.com/id/38451750 !!! Et celui-ci n’arrête pas d’augmenter… C’est de la pure folie spéculative !
    Nos amis grecs sont sur le point d’en faire les frais.
    Pour qu’ils puissent s’en sortir, et sans pour cela prendre le partie de GP qui ne fait que mettre en œuvre de vulgaires pratiques de politique politicienne, il devrait effectivement prendre la voie du référendum mais pour répondre à une seule question: “Êtes-vous prêt à refuser le paquet du 26 octobre et, partant, à prendre le risque de démontrer que nous sommes tout à fait capable de relever la tête par d’autres moyens qui, cette fois-ci, ne donneront plus le beau rôle aux acteurs de l’économie dont la seule raison d’être est l’enrichissement sans contrepartie ?”
    Ces moyens existent et ne sont certainement pas conventionnel (au sens du trité de Lisbonne …), mais que bonheur ce serait de voir la Grèce se relever de cette épreuve et démontrer ainsi qu’une expérience animale peut également tourner à l’avantage de ce dernier ! Ce qui ne nous tue pas rend plus fort …   

      +0

    Alerter
  • jino // 04.11.2011 à 00h50

    Un petit message supplémentaire pour soutenir les Grecs ,cette Europe anti démocratique qui veut asservir nos peuples au marchés le paieras cher .
    Vous ne serez pas tous seul longtemps , la crise de la dette et l’austérité frapperas a notre porte dans pas longtemps , j’espère qu’il ne seras pas trop tard pour continuer le combat ensemble , avec la Grèce .
    Non a cette Europe des marchés et vivement l’Europe des peuples ! merkozy et les fachistes de la libéralisation a outrance dehors !

      +0

    Alerter
    • BA // 04.11.2011 à 07h34

      La Grèce donne des idées aux autres Etats européens en faillite.

      Jeudi 3 novembre 2011 :
       
      Dette : l’Irlande réclame un allègement.
       
      L’Irlande voudrait voir le fardeau de sa dette allégé de 15 à 20 milliards d’euros par le biais d’une réduction du coût du renflouement du secteur bancaire, a déclaré jeudi le ministre des Finances.
       
      L’Irlande tente de négocier avec ses partenaires européens une diminution du coût de recapitalisation de deux établissements, Anglo Irish Bank et Irish Nationwide Building Society, en recourant aux prêts moins chers du Fonds européen de stabilité financière (FESF).
       
      “Cela se fera, je vous le dis ; il y a un processus en cours qui pourrait aboutir à une réduction de la charge globale de la dette par le biais d’un certain mécanisme”, a dit Michael Noonan.
       
      Le rapport de la dette irlandaise au PIB a quadruplé depuis le déclenchement d’un krach immobilier en 2007. Le pays a dû avoir recours à une aide conjointe de l’Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI), tandis que Dublin a dû mobiliser 63 milliards d’euros pour recapitaliser ses banques.
       
      La dette publique irlandaise représentait 144,4 milliards d’euros, soit 93 % du PIB, fin 2010. Elle devrait culminer à 116 % du PIB environ en 2013.
       
      (Dépêche Reuters)

        +0

      Alerter
  • Situation en Grèce, Monde de DINGUUUUUUUUUEEEEE ! | Occupy the World | Scoop.it // 04.11.2011 à 01h51

    […] Situation en Grèce, Monde de DINGUUUUUUUUUEEEEE ! […]

      +0

    Alerter
  • odeur_de_sapin // 04.11.2011 à 07h36

    @Gregory : Bien sur que tout est simple sauf pour un mental emberlificoté ou un émotionnel tiraillé par des intérêts corporatistes ou partisans plutôt que l’intérêt général.
    Pour la saine gestion gestion d’un état, tout au haut du panthéon des valeurs à respecter c’est l’équilibre des comptes. Tu construis une pyramide des priorités étage n°1 = équilibre des comptes, ect ect ect par cascade tu construis une gestion qui tient la route.
     
    Tu as besoin d’augmenter l’ensemble des dépenses ? Soit, pourquoi pas. Alors faut d’abord augmenter les recettes. Que ton orientation soit de droite, de gauche, peu importe je dirais à ce niveau là. On manque de gestionnaires, des idéologues on en a à la pelle, … les résultats sont peu probants.
     
    Le problème de l’état du monde est totalement en corrélation avec l’état intérieur des personnes qui gèrent la planète. C’est simplement un miroir. Si l’humain n’évolue pas, l’état du monde va aller de mal en pis. Et ce n’est pas des trouvailles techno qui vont changer la donne.
     
    Je ne suis ni de gauche, ni de droite, je suis du coté des idées qui donnent des résultats probants, quel que soit l’aspect considéré. Les gouvernements de la France depuis 30 ans sont tous responsables de l’état du pays. Gouverner c’est anticiper. On ne peut que constater que la France n’est pas gouverné depuis bien longtemps.
     
    Tout l’art de gouverner est devenu l’art d’esquiver les problèmes et de les remettre aux calendes grecs.
     
    Des visionnaires gestionnaires courageux … pour l’instant j’en ai pas vu dans le paysage médiatique, donc ca va pas s’arranger.
     
    Un espoir tout de même … si le ressort intérieur de l’être humain est un peu mou … le cours de l’histoire, les périodes difficiles notamment peuvent aider à son évolution. Donc tout va bien finalement n’est ce pas ?
     
     
    ///
    Pour répondre à Monsieur Berruyer un président ne devrait pouvoir se représenter que si son activité à répondu à un certain nombre de critères de réussite.
    C’est le monde à l’envers il commençe par augmenter son salaire (qui n’avait rien de misérable) et son bilan est plus que contestable, et il compte se représenter. Ca promet.

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 04.11.2011 à 08h36

    Le vote de confiance aura lieu ce soir vers 18h heure locale. Mais personne n’a confiance en Papandréou. Si il a le vote de confiance, il démissionnerait. Sinon, on ne sait pas. Donc, on ne sait rien 🙂

    Une journaliste grecque de Mega sur France Inter ce matin : “Nous nous sentons humilié, montrés du doigt. Les discours de Merkel et Sarkozy etaient humiliants. Historiquement, le peuple a grec a dit oui à l’Euro il y a lgtps. Ce n’est pas a Merkel et Sarkozy de décider pour nous. Il faut voir la misère que l’Europe créé en grèce”. 

     Suite du live dans la soirée !

      +0

    Alerter
    • yoananda // 04.11.2011 à 09h07

      c’est pas compliqué, l’idée de l’Europe c’est d’en finir avec l’économie grise, de tout taxer … sachant que les taxes remontent a l’état, qui lui même doit payer aux banques privées a qui il emprunte, et qui elles même doivent verser une dime aux banques centrales, qui elles même versent aux familles a qui elles appartiennent …
      système pyramidal qui fait remonter une taxe vers le haut, non pas pour l’intérêt collectif (pas d’impot sans consentement est le fondement de la démocratie et l’état de droit) mais pour l’intérêt de quelques particuliers qui en retour ont de droit de décider a qui prêter de l’argent : marchand d’armes, fabricants d’OGM, labos pharmaceutiques pétro-chimiques, etc…
      Ils prêtent a ceux qui leur rapportent le plus et leur donnent plus de pouvoir de décider à qui prêter !
      La Grèce avec son économie “non déclarée” doit être mise au pas de l’Europe des marchands. L’Europe des peuples a été oubliée, mise dans les poubelles de l’histoire. Alors le peuple Grec n’a pas a rougir si on le traite de faignant … car les marchands voudraient nous faire bosser comme des esclaves (payés comme des chinois).
      Le peuple Grec est peut-être en train de sauver les autres peuples au contraire et nous devons vous soutenir dans votre difficile combat, qui est idéologique en premier lieu.
      Si vous ne n’avez pas vu, vous DEVEZ regarder “debtocracy” faite par un grec. A voir absolument, le concept de dette odieuse, c’est tout a fait votre cas : le gouvernement emprunte pour acheter des armes Françaises et faire construire des piscines a ses élus. Dans ce cas la la dette peut être annulée (en partie du moins, faut faire le tri).
      Vous en faites pas pour le reste de l’Europe. Votre révolte ne fait que remuer la merde qui stagne au fond de la marre … faut secouer un peu les conscience ici pour qu’elles commence a se poser les bonnes questions.
      Courage. On est avec vous.

        +0

      Alerter
    • Grégory // 04.11.2011 à 12h25

      Attendez, j’ai bien compris ? Si on vote la CONFIANCE à Papandréou, il S’EN VA, si on vote la DEFIANCE, il reste ? 
      C’est _réellement_ les monthy pythons cette histoire.

        +0

      Alerter
  • step // 04.11.2011 à 10h39

    encore un article hallucinant du monde : http://www.lemonde.fr/economie/article/2011/11/03/quelles-consequences-pour-la-grece-apres-une-sortie-de-l-euro_1598747_3234.html
    je crois que j’adooooooooore le monde.
    A part la nécessité de nationaliser les banques et des années de vaches maigres en grêce (dans tous les cas d’ailleurs), le reste est un superbe ramassis d’anneries:
    L’instabilité politique…. mais tout va bien en grêce c’est évident.
    La paupérisation… mais rien de tout ceci à ce jour.
    L’incapacité de rembourser des dettes en euros…. mais elles seront converties en drachmes et ce ne sera pas selon la bonne volonté du préteur, car celui ci préfère toujours 30% de remboursement que 0%…
    Ou l’art de faire passer pour un cataclysme à venir la situation actuelle des grecs.

      +0

    Alerter
    • gasp // 04.11.2011 à 12h42

      La peur de l’inconnu…toujours elle…

        +0

      Alerter
  • Supermario // 04.11.2011 à 10h49

    Bonjour Okeanos
    Tout d’abord merci de nous donner des informations éclairant notre réflexion et courage à vous car le quotidien doit être un mélange de déprime et de violence et installé dans la durée cela doit être vraiment difficile à vivre !!!!
    J’aimerai vous faire réagir sur les choses que nous lisons en ce moment qui ont de quoi nous interpeller vous en conviendrez et savoir si vous reconnaissez votre pays dans cette description ….

    Grèce: nous allons devoir payer pour eux !!!!
    Le Daily Mail publie un long article passé sous silence, même dans les
    journaux qui font, comme « Courrier International », profession de
    reprendre et relayer des articles de la Presse Internationale qu’ils
    sélectionnent sur des critères que seuls ils maîtrisent. Ce qui leur
    permet de contribuer, à travers leurs choix, à façonner l’opinion française.
    Il faut préciser que « Courrier International » appartient au Groupe «
    Le Monde ». Bien évidemment, le « quotidien de révérence » s’est étendu
    plus largement sur les malheurs du peuple grec et sur la fureur des «
    indignés » que sur les faits évoqués dans cet article…..
    Ces malheurs, prévisibles, je les évoquais déjà, dans un billet qui
    remonte à plus d’un an. Cf:
    http://berdepas.wordpress.com/2010/05/06/latragedie-grecque/
    Mais revenons à cet article. Il résulte d’une enquête approfondie sur
    les vices de la société grecque, et sur les pratiques qui ont conduit ce
    pays à la faillite, une faillite qui menace de s’étendre à l’ensemble du
    système monétaire européen .
    On pourra lire l’intégralité de cet article, en allant sur le site du
    Daily Mail, à l’adresse suivante:
    http://www.dailymail.co.uk/news/article-2007949/The-Big-Fat-Greek-Gravy-Train-A-special-investigation-EU-funded-culture-greed-tax-evasion-scandalous-waste.html
    Traduction du titre de l’article:
    « The Big Fat Gravy train grec: une enquête spéciale sur la culture
    financée par l’UE de la cupidité, l’évasion fiscale et le gaspillage
    scandaleux ».
    Par Andrew Malone
    Création 23h42 le 24 Juin 2011
    Pour ceux qui ne lisent pas l’Anglais « dans le texte », il suffit de
    faire appel à la traduction automatique de Google, dont «
    l’approximation » est suffisante pour comprendre le sens général de
    l’article et mesurer l’ampleur du scandale auquel l’Europe est
    confrontée, et dont les Européens vont devoir payer les conséquences.
    J’en livre ici un résumé partiel, qui donne un aperçu de la profondeur
    du mal, tant les Grecs se sont habitués à vivre sur le dos de l’Europe,
    avec un degré d’inconscience qui laisse pantois.
    1. Le métro d’Athènes est climatisé et offre des écrans plasma pour
    distraire les voyageurs. Et il est gratuit pour les cinq millions
    d’habitants de la capitale. Plus exactement, il ne l’est pas, mais comme
    il n’y a pas de barrière pour empêcher les usagers sans ticket de
    passer, rares sont les passagers qui se soucient d’acheter leur billet.
    C’est le contribuable européen qui a payé le métro athénien qui a coûté
    près de 1,7 milliard d’euros.
    2. Le salaire annuel moyen des employés de la compagnie nationale
    ferroviaire grecque est de 70.000 euros, ce qui englobe les ouvriers et
    les agents de nettoyage des trains, et qui représente le triple du
    salaire moyen des employés du secteur privé grec.
    3. Par ailleurs, le chiffre d’affaires annuel de cette compagnie est
    d’environ 90 millions d’euros, pour une masse salariale de près de 575
    millions d’euros annuels, ce qui a même fait ironiser un politicien grec
    qui a remarqué qu’il eut mieux valu payer des taxis privés pour les
    déplacements des passagers.
    4. En une décennie, la masse salariale du secteur public a doublé.
    Les fonds versés par l’Europe pour aider la Grèce à rejoindre le peloton
    des pays européens « développés », ont incité les Grecs à dépenser comme
    s’il n’y avait pas de lendemain.
    L’argent coulait à flots dans tous les domaines de la vie publique.
    Ainsi, le système scolaire grec est désormais en ruine malgré un
    sureffectif, employant quatre fois plus d’ enseignants par élève que la
    Finlande,- le pays dont le système d’éducation les mieux cotées en Europe-.
    «Et pourtant, nous devons payer en plus des « tuteurs » pour compenser
    les lacunes de nos deux enfants», explique Hélène, une mère d’Athènes
    qui ajoute : «Les enseignants sont sans espoir – ils semblent passer
    leur temps en congé de maladie. »
    5. Plus de 600 professions bénéficient d’une retraite à 50 ans, avec une
    pension correspondant à 95% du salaire de la dernière année, en raison
    de leur caractère « ardu et périlleux ». Ces professions englobent les
    pâtissiers, les animateurs de radio, les coiffeurs et les masseurs des
    bains turcs.
    6. Les déclarations d’impôts sont rédigées par les contribuables
    eux-mêmes, et sont rarement vérifiées. Ainsi, seuls 5000 personnes sur
    un pays de 12 millions d’habitants admettent gagner plus de 100.000
    euros annuels. Or, plus de 60.000 foyers grecs détiennent pour plus de 1
    million d’euros d’investissements, sans parler des montants investis à
    l’étranger. Beaucoup de contribuables grecs affirment ne gagner que
    12.000 euros annuels, même lorsqu’ils possèdent des bateaux, des
    résidences secondaires sur des îles grecques et des propriétés à l’étranger.
    7. Lorsque le percepteur s’en agace, ils lui remettent une « fakelaki »,
    une enveloppe contenant des espèces. Il existe même une sorte de tarif
    informel qui vont jusqu’à 10.000 euros pour les foyers les plus riches
    (il se dit que la famille grecque moyenne paye 2.000 euros par an).
    8. Les grands armateurs grecs, les plus riches de la banlieue riche de
    Kifissia, sont exonérés d’impôts, en raison des bénéfices qu’ils sont
    supposés apporter au pays. Mais les chantiers navals sont maintenant
    vides, seules 500 personnes restent pour entretenir les navires des
    compagnies maritimes déclinantes.
    9. Seulement 300 résidents de la Kifissia (une banlieue riche d’Athènes)
    ont admis détenir une piscine. Le vrai chiffre est estimé à 20.000.
    10. Au total, ces évasions fiscales coûteraient au pays la somme de 45
    milliards d’euros à l’année.
    « Après avoir livré bataille avec la police anti-émeute, qui a fait
    usage de gaz lacrymogènes pour les disperser, des milliers de
    manifestants campent toujours sur la place en attendant le vote des
    politiciens grecs de la semaine prochaine qui doit statuer sur les
    mesures d’austérité imposées par l’Europe. Pourtant, ces manifestants
    devraient retourner leur colère contre leur pays, contre ces Grecs qui
    se sont damnés pendant des années pour dénier à leur Etat les sommes
    qu’ils lui devaient. », conclut amèrement le Daily Mail…..
    Hélas, sans atteindre les abus exorbitants reprochés à la Grèce,
    nombreux sont les pays européens, dont la France, qui ont vécu pendant
    plusieurs décennies au-dessus de leurs moyens.
    Tous les dirigeants politiques qui, sans scrupules, se sont fait élire
    sur le slogan « demain, si vous votez pour nous, on rasera gratis
    »portent une lourde responsabilité dans la faillite qui menace une
    Europe habituée à vivre dans le déni de réalité et à se vautrer dans la
    facilité.
     

      +0

    Alerter
    • falpes04 // 04.11.2011 à 13h58

      Bon, et alors c’est quoi la solution ?

        +0

      Alerter
      • Okeanos // 04.11.2011 à 17h35

         1 – Faire une pause sur les mesures pour que le peuple puisse enfin souffler un peu ;
         2 – Commencer à appliquer une politique anti corruption (voir qqs politiciens traduits en justice redonnera de la confiance au peuple et devrait changer la scène politique);
         3 – Audit de la dette puis annulation des parties de dettes odieuses, refaire un plan de remboursement sur le reste.

        Mais : 
        1 dépend de la souplesse de la troika et tout nous montre que cela ne sera pas possible
        2 difficile de croire que la classe politique grecque soit prête a se tirer une balle dans le pied. De nouvelles élections pourraient-elles changer le paysage politique ? J’ai encore des doutes sur cette question. Nous le saurons p-e bientot.
        3 volonté politique forte donc connecté au point 2 avec une dimension scandale/cout qui risque encore d’affoler la troika (puisque directement concernée par la rédaction d’un contrat de plan d’aide qui ne suivrait pas la constitution grecque). 

        Très complexe donc car beaucoup d’acteurs en jeu..

          +0

        Alerter
        • falpes04 // 04.11.2011 à 20h47

          C’est effectivement une excellente solution qui, cette fois-ci, aurait l’avantage de proposer au peuple une véritable issue basée sur une croissance future. Celle-ci, dans ce nouveau contexte, ne saurait tarder puisque c’est la dette qui étouffe définitivement les espoirs de croissance. 
          En fait, il vous faudrait un Rafael Correa, …mais deux fois plus fort car lui avait le contrôle de sa monnaie, ce qui n’est malheureusement pas le cas de la Grèce.
          Je pense cependant que la Grèce a la possibilité d’engager un bras de fer avec la troïka, …et ceci est d’autant plus vrai que l’annonce du référendum par GP a littéralement terrifié notre pantin Merkozy.
          En conclusion, un “Rafael Correa” qui engage immédiatement, et même à découvert, de nouvelles réformes propices à la relance de la croissance (cad à l’avantage du peuple), la mise en œuvre d’une politique anti-corruption de très grande ampleur et, enfin, un audit “sans pitié” de la dette pour identifier les dettes odieuses tout en informant le pantin Merkozy (puisque manifestement il, le pantin, veut assurer le leadership de l’Europe, sic!), qu’aucune d’elle ne sera remboursée, que ce défaut de remboursement ne déclenchera pas de CDS puisque ces dettes odieuses seront jurisprudentiellement inexistantes et donc ne provoqueront pas d’incident de paiement, et qu’il est prié (le pantin…), de trouver rapidement une solution pour que le reste de la dette soit rapidement restructurée dans le cadre de conditions normales tout en évitant le déclenchement de CDS (ce qui est tout à fait possible …).
          Où en sont ils au parlement ?
           
           

            +0

          Alerter
          • falpes04 // 04.11.2011 à 21h11

            J’allais oublier, si le Pantin Merkozy rechigne à restructurer la partie non odieuse de la dette (voire l’annuler sans contrepartie, rêvons un peu…), il suffira de lui exhiber la partie de dette odieuse qui lui a permis de faire fonctionner son industrie de l’armement alors même qu’il était demandé aux grecs de rentrer dans une période de très forte austérité !

              +0

            Alerter
    • Bahut02 // 04.11.2011 à 14h14

      Je ne vois surtout pas bien en quoi ça “nous” concerne. Par contre, le Daily Mail (rires), j’ai une petite idée…

        +0

      Alerter
      • Guyb_Thessalonique // 04.11.2011 à 16h43

        Juste pour répondre .. au Daily mail (dont la qualité journalistique et l’impartialité ne font aucun doute …)
        1.“Le métro d’Athènes est climatisé” : fort heureusement dans un pays méditerranéen (45 degrés en été .
        4. En une décennie, la masse salariale du secteur public a doublé.
        60.000 fonctionnaires doivent être “virés” dans les trois ans, 1 sur 10 est remplacé.
        5.Plus de 600 professions bénéficient d’une retraite à 50 ans, avec une pension correspondant à 95%
        Ce n’est plus vrai depuis déjà .. 1 an et demi : retraite après 65 (ou 67 ans) et 40 annuités. Retraites réduites a presque rien en cas de départ avancé.
        Retraite minimum 580 euros.

        7.il se dit que la famille grecque moyenne paye (en fakelaki) 2.000 euros par an.
        Il ne s’agit donc pas d’une famille moyenne, qui payerait moins que ça en impôts, et légalement.

        Pour le reste, il y a beaucoup de vrai … mais est-ce la faute des grecs ou de leurs dirigeants qui n’ont pas su (voulu?) mettre en place un système de contrôle et érigé le clientélisme comme fondement démocratique ?

        Mais bon, ce ne sont que quelques détails .. par rapport a ce qu’on lit dans les journaux allemands .. ou français.
        La désinformation est en marche depuis le debut de la crise, et les grecs (le peuple grec) est fatigue de ces approximations ….

          +0

        Alerter
    • Okeanos // 04.11.2011 à 16h51

      Merci Supermario 🙂
       
      J’avais vu cet article qui contient certes des vérités mais oublie de parler de la plus grande partie de la population.
       
      Rapidement : 
       
      1. Le métro est climatisé : heureusement car l’été à Athènes est une fournaise. L’argent du contribuable a effectivement servi à sa construction. Une partie a d’ailleurs très certainement atterri directement dans les poches de divers politiciens. Personne n’attend d’être jugé au parloir…
       
      2. Effectivement, le clientélisme a permit ce genre d’innégalités. 
      3. Dérives du point 2.
      4. Qui embauche dans le secteur public ? L’état : mauvaise gestion..
      5. Je pense que depuis cela a bien changé. Les retraites ont fondu, et pour tut le monde.
      6. Je pense principalement à ceux qui n’ont ni bateau, ni piscine, ni hotel. Je pense qu’ils sont largement majoritaires. Le pb est lié au fakelakis.
      7. “Lorsque le percepteur s’en agace” : il s’en agace surtout lorsqu’il ne reçoit pas l’enveloppe… 
      8. Exact : responsabilité du gouvernement de les imposer
      9. Sans doute, je ne serai pas étonné que les 20000 piscines appartiennents aux 60 000 du point 6. Encore un pb de clientélisme et de corruption. Je pense encore à ceux qui n’ont pas ces piscines.
      10. Sans doute. Sans doute plus. Peut être beaucoup plus.
       
      “(…)Pourtant, ces manifestants
      devraient retourner leur colère contre leur pays, contre ces Grecs qui
      se sont damnés pendant des années pour dénier à leur Etat les sommes
      qu’ils lui devaient. », conclut amèrement le Daily Mail…..” 
       
      Le daily Mail n’a donc pas pris la peine d’écouter ce que les grecs avaient à dire. Il suffit de traduire les messages hurlé en masse pendant les manifestations : “Voleurs, Voleurs, Voleurs” vers le parlement : on peut difficilement faire plus clair. Et “Flics, Porcs, Assassins” vers la police. La aussi, c’est limpide. “Nous voulons un Audit sur la dette pour savoir d’ou elle vient!” 
      L’Europe et ses grands groupes industriels ont d’ailleurs largement profité de cette corruption : dessous de table pour vendre des armes et des infrastructures (scandale Siemens etc). C’est assez utile, pour des pays qui ont des entreprises de pointe dans ces domaines, de venir proposer aux politiciens véreux des projets exorbitants a coup de fakelaki (d’un montant bien supérieur). Une façon intelligente de faire revenir les fonds européens versé à la Grèce aux entreprises non Grecques…

       

        +0

      Alerter
  • Marie // 04.11.2011 à 10h55

    De tout ceour avec le peuple grec, qui est ni plus, ni moins “bien” que les autres peuples ! Nous sommes tous englués dans cette galère “Europe” et je me réjouissais que la démocratie (qui nous vient de Grèce !) retrouve ses droits.
    Malheureusement les pressions de Merkozy sont telles, que c’est la dictature qui prend le pas sur la démocratie… à jamais perdue ?
    Je vous encourage à lutter encore contre le monstre Europe !  Nous, les français, n’avons pas de leçons à vous donner : nous sommes des “mous du ventre” et nous méritons d’avoir un petit tyran à notre tête.

      +0

    Alerter
  • Pierre Allard // 04.11.2011 à 14h40

    La Bourse monte  parce qu’on a dit aux Banksters qu’on  enleverait Papandreou qui a des remords et qu’on neutraliserait le peuple en lui enlevant son referendum.  On va accepter une forme de remboursement et don permettre que le jeu continue. Rien ne mettra fin à la crise que la décision individuelle de chacun de tout faire lui-meme pour détruire le Système. 

    Il suffit que l’individu juge que le risque d’une période d’anarchie n’est pas trop payer la fin du régime pourri qui l’exploite.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2010/10/27/7044/
     

      +0

    Alerter
  • Nihil // 04.11.2011 à 15h16

    Les économies grecque et argentine ont peu de choses en commun, et la “technique” qui a fonctionné pour celle-ci ne me semble pas pouvoir profiter à celle de la Grèce, malheureusement (ce qui ne signifie pas qu’il ne faut pas annuler toute la dette). Si j’ai bien compris, les deux piliers économiques de la Grèce sont actuellement le tourisme et la flotte de commerce. L’agriculture ne permet pas d’approcher l’autosuffisance et les quelques industries de transformation (pétrole, chimie, pharmacie, …) pèsent peu. Cela peut aider à comprendre (je ne dis pas admettre) le gonflement de la fonction publique (40% du PIB, j’ai lu). Quelles seraient les perspectives de vrai développement économique (production) du pays ? Si quelqu’un peut suggérer des pistes… 

      +0

    Alerter
  • Okeanos // 04.11.2011 à 15h33

    Je reviens juste de Syntagma. J’ai croisé Loukanikos 🙂 (photo dans un prochain article).

    Il y des médias de tous les pays présents sur la place. La question que tous se posent : “va-t-il y avoir une manifestation ce soir ?” Cela me fait penser aux vautours attendant leur pitence. Bien installé dans les hauteurs des hôtels, caméra prête à filmer les émeutes. J’ai discuté avec quelques personnes sur place, j’ai d’ailleurs transmis les messages de soutien que certains ont déposé ici. Merci encore !

    Les personnes avec qui j’ai discuté m’ont toute dit la même chose : nous somme les premiers d’une liste qui va s’allonger. On va vendre les biens de notre pays pour une bouchée de pain. Il faut changer de systèmes, avoir un nouveau gouvernement et mettre les politiciens véreux en prison (“Au moins un, les autres suivront par effet de dominos”). 

    Les médias sont la, donc. Seul hic, la population n’a pas l’air de vouloir être de la partie. En tout cas à 17h heure locale, la place était d’une affluence classique en cours d’après midi. Pas de manifestants, pas de syndicats, juste Loukanikos, déjà prêt !

    Une amie me glisse: “Il y a de fortes chances que la population décide d’attendre la fin du théatre pour juger du clap de fin.”. Les débats devraient commencer d’ici une petite heure.

     

      +0

    Alerter
    • falpes04 // 04.11.2011 à 15h57

      Courage Okeanos,
      Je pense, je suis sur, que l’immense majorité des Français est véritablement déçue de l’odieux comportement du pantin Merkozy à la solde de ce médiocre néolibéralisme débridé, …sans limite !
      Cela ne te sera pas d’une grande aide dans l’immédiat, j’en conviens, mais la prise de conscience de la folie de l’organisation financière actuelle fait petit à petit son chemin dans une société qui ne supporte plus les injustices.
      Avec toute mon amitié,
      Fabrice
       

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 04.11.2011 à 17h39

    Le théâtre a repris au parlement. Qqs manifestants étaient venus sur la place Syntagma, mais elle est déjà pratiquement vide.

     

      +0

    Alerter
    • BA // 04.11.2011 à 20h11

      Vendredi 4 novembre 2011 :
       
      Italie : taux des obligations à 10 ans : 6,370 %. Record historique battu.
       
      Les investisseurs internationaux n’ont plus aucune confiance dans la capacité de l’Italie à rembourser ses dettes.
       
      Le graphique des taux de l’Italie montre que le quatrième domino va bientôt tomber.
       
      Après la Grèce, après l’Irlande, après le Portugal, c’est maintenant le domino italien qui va tomber.
       
      http://www.bloomberg.com/apps/quote?ticker=GBTPGR10:IND

        +0

      Alerter
      • falpes04 // 04.11.2011 à 20h58

        Il vaudrait mieux pas car le suivant c’est la France et derrière, …les USA ! Mais après tout, puisque nos “amis” de la finance ont joués aux cons, …dommage que ceux qui trinqueront n’ont plus aucun matelas de secours, …ça peut faire très mal !
        Perso je pense cependant que la Grèce peut encore être le fer de lance d’une nouvelle forme de démocratie où le peuple sera au centre des préoccupations.
        Utopie, …peut-être, mais cela vaut mieux que se résoudre à la guerre… 

          +0

        Alerter
  • Okeanos // 04.11.2011 à 20h58

    Il est 22:57. Samaras n’est pas encore arrivé au parlement. Papandréou non plus….

      +0

    Alerter
    • falpes04 // 04.11.2011 à 21h00

      Quelle est l’ambiance autour du parlement ?

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 04.11.2011 à 21h10

    Papandréou commence son discours.

     

      +0

    Alerter
    • falpes04 // 04.11.2011 à 21h13

      Bonne chance …

        +0

      Alerter
  • Okeanos // 04.11.2011 à 22h33

    Vote de confiance en cours.

     

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications