Les pays de l’UE refusant d’accueillir des demandeurs d’asile pourraient payer une amende 250 000 euros par migrant

Source : France TV, AFP, 04/05/2016

“Il faut partager le fardeau”, a martelé le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans. La Hongrie parle d’une amende “inacceptable”.

250000

Bruxelles tape du poing sur la table. La Commission européenne a proposé, mercredi, d’instaurer “une contribution de solidarité” pour tout pays refusant la répartition automatique des demandeurs d’asile dans l’UE. L’amende s’élèvera à 250 000 euros par personne. Cette somme sera versée au pays qui accueillera une personne à la place de l’Etat membre refusant les demandeurs d’asile, a expliqué l’exécutif européen, en présentant une révision du règlement de Dublin.

Aujourd’hui, ce règlement fait le plus souvent peser sur le pays de première entrée la responsabilité d’une demande d’asile. “Dublin ne fonctionne pas car les pays en première ligne sont laissés seuls avec leur problème. Cela ne fonctionne plus (…), il faut partager le fardeau”, a plaidé le vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans, lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

L’Italie et la Grèce en première ligne

L’afflux migratoire massif qu’a subi l’UE, avec plus de 1,25 million de requêtes déposées en 2015 principalement par des Syriens, des Afghans ou des Irakiens fuyant la guerre et l’insécurité, ont mis en évidence les lacunes des règles actuelles, qui ne sont plus vraiment appliquées sur le terrain. Rome et Athènes, en première ligne, mais aussi l’Allemagne, l’une des destinations les plus recherchées par les migrants, en ont ouvertement dénoncé l’injustice ces derniers mois.

Le nouveau système va établir automatiquement qu’un pays fait face à un nombre disproportionné de demandes d’asile par rapport aux autres pays de l’UE, a expliqué mercredi la Commission, en présentant ce mécanisme. Ce dispositif devra néanmoins être accepté par les Etats membres et le Parlement européen. Chaque pays de l’UE se verrait ainsi attribué un quota de répartition de référence théorique (exprimé en pourcentage des demandes d’asile dans l’UE), prenant en compte sa taille et son PIB, mais aussi les efforts qu’il fait déjà pour accueillir des demandeurs d’asile depuis des pays tiers.

La Hongrie dénonce une amende “inacceptable”

Si un afflux massif de demandeurs d’asile dans un pays a pour conséquence qu’il fait face à plus de 150% de son quota de référence, le “mécanisme d’équité” serait déclenché. Cela entraînerait automatiquement des obligations d’accueil des demandeurs d’asile dans les pays qui sont, eux, en dessous de leur quota de référence.

Les premières réactions à cette annonce n’ont pas tardé chez les pays du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République tchèque, Slovaquie), opposés depuis plusieurs mois à ce principe des quotas. Le ministre des Affaires étrangères hongrois, Peter Szijjarto, a jugé cette amende “inacceptable et non-européenne”. Son collègue polonais, Witold Waszczykowski, a déclaré qu’il “se demandait encore si cette proposition est sérieuse, car elle ressemble à un poisson d’avril”.

Source : France TV, AFP, 04/05/2016

 

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

79 réponses à [Projet] 250 000 euros par migrant pour les pays de l’UE refusant d’accueillir des demandeurs d’asile…

Commentaires recommandés

Ailleret Le 11 mai 2016 à 00h48

Quelle déchéance pour « l’idéal européen » (auquel je n’ai jamais cru) : menacer, mettre à l’amende les pays-membres qui refusent l’immigration massive déclenchée par le délire impérialiste et capitaliste.

La Pologne et la Hongrie ont raison de protester. Aucun État n’a le droit de modifier sa population sans son consentement, a fortiori s’il se réclame de la démocratie : le pouvoir du peuple.

Les gnomes de Bruxelles jettent le masque, c’est parfait.

  1. Ailleret Le 11 mai 2016 à 00h48
    Afficher/Masquer

    Quelle déchéance pour « l’idéal européen » (auquel je n’ai jamais cru) : menacer, mettre à l’amende les pays-membres qui refusent l’immigration massive déclenchée par le délire impérialiste et capitaliste.

    La Pologne et la Hongrie ont raison de protester. Aucun État n’a le droit de modifier sa population sans son consentement, a fortiori s’il se réclame de la démocratie : le pouvoir du peuple.

    Les gnomes de Bruxelles jettent le masque, c’est parfait.


    • vlois Le 11 mai 2016 à 09h25
      Afficher/Masquer

      C’est bien le départ de la Hongrie qui s’annonce et c’est une bonne nouvelle pour ce peuple héroïque qui a déjà lutté contre ce genre de pouvoir central en 1956, l’UE parodiant les instances soviétiques.
      Qu’ils viennent réclamer leur amendes et leurs taxes punitives, c’est souvent comme cela qu’ont commencé les luttes d’indépendances.


      • Ringo Logolo Le 11 mai 2016 à 12h56
        Afficher/Masquer

        Oui, voilà.
        Il y avait l’URSS, l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques.

        Il y a eu UECS, l’Union Européenne Capitaliste Soviétique, à peu près dissoute malgré les apparences et le drapeau de l’UE.

        C’est aujourd’hui l’Internationale Capitaliste Soviétique. D’où peut-être l’ardeur socialiste : ils ont enfin l’Internationale de leur fantasme. L’origine bourgeoise du socialisme n’est pas assumée, mais pas de doute, elle s’épanouit.
        Si TAFTA passe, ça sera officiel.

        Ainsi, l’expérience prouve que socialistes ou capitalistes, les extrêmes se trouvent et se rejoignent.


        • UltraLucide Le 11 mai 2016 à 23h04
          Afficher/Masquer

          Ils constituent maintenant en France un parti unique que l’on pourrait décrire comme d’idéologie Libérale-Socialiste.
          Un drapeau modernisé pourrait dissoudre le drapeau français dans le drapeau européen en adoptant les couleurs rouge-noir-blanc d’autres formations totalitaires plus anciennes, ou même contemporaines comme Pravy Sektor ou les Antifas.
          Le designer est un milliardaire philanthrope bien connu pour sa fondation Open Destruction.
          Et ils sont bien sûr inféodés au Parti Unique Européiste, le PUE.
          Toute ressemblance avec des gens et organismes connus n’est pas une coincidence….


    • Zevengeur Le 11 mai 2016 à 18h53
      Afficher/Masquer

      Vous ne vous en êtes peut être pas rendu compte, mais depuis Jean Monnet, l’objectif des européistes est de créer une Europe supranationale, et nous y sommes !

      Supranational signifie qu’une autorité supérieure aux états prend les décisions, cette autorité se nomme la commission européenne (non élue) qui propose les textes qui sont votés par le parlement européen, certes élu au suffrage universel.
      Dans ce parlement, la France avec 74 députés sur 750 ne pèse plus grand chose…


    • JT Le 11 mai 2016 à 22h11
      Afficher/Masquer

      @Ailleret,

      Vision moderne et étriquée que la vôtre : l’histoire des migrations depuis la préhistoire nous montre que les mouvements migratoires n’ont que faire de la prétendue souveraineté des peuples. Mes ancêtres étaient italiens et ceux de ma femme étaient espagnols. Pour les uns, il fallait éviter de crever de faim et pour les autres, il fallait échapper à la dictature de Franco (vous remarquerez que le délire impérialiste et capitaliste était déjà à l’œuvre à l’époque). C’est exactement ce qui se passe avec les réfugiés actuels. Mais aujourd’hui, les populations concernées ne sont ni blanches ni chrétiennes, ce qui pose tout de même un sacré problème à beaucoup de personnes en France et même sur le blog (si j’en crois le nombre de pouces pour votre commentaire, 150 au moment où j’écris). Car en appeler au peuple pour les questions de flux migratoire, c’est institutionnaliser la xénophobie. Si tel avait été le cas avant-guerre, jamais mes grands-parents et ceux de ma femme n’auraient eu la chance de devenir français.
      Pour terminer, les articles en lien ci-dessous sur le grand remplacement et la disparition des chrétiens d’Europe ont également un goût de rance.


      • Anotmouss Le 12 mai 2016 à 11h29
        Afficher/Masquer

        Certes pousser ce genre de réflexion à l’extrême prend très vite un goût de rance.

        Néanmoins votre comparaison avec les naturalisations avant-guerre est biaisée par un problème d’échelle.

        Ici on parle de millions de personnes qui vont devoir quitter leur lieu de vie, que souvent ils occupent depuis des générations et des générations, pour les catapultés dans une europe en déliquescence.

        C’est ainsi déplorable pour ceux qui partent comme pour ceux qui devront accueillir.

        Et on peut tout à fait adhérer à la volonté de l’élite ultra-capitaliste de vouloir abolir les nations, les communautés, les cultures par le biais du métissage, et en même temps abhorrer la xénophobie et les discours étriqués des racialistes et autres suprématistes de tout poil.


        • Anotmouss Le 12 mai 2016 à 11h30
          Afficher/Masquer

          Le métissage n’est pas un problème en soit, de même que la libération de la femme. Le problème ce sont les raisons pour lesquels ils sont (ou on été) promus par l’élite. Toujours la même volonté de marchandisation, de rendement, de rentabilité et de destruction.

          Destruction de la cellule familiale, destruction des racines culturelles, afin d’aboutir à des individus égocentriques, sans repère, et n’ayant pour seul but dans la vie que de consommer le plus possible.

          Ce n’est donc pas le métissage qu’il faut attaquer (ce sera d’ailleurs stupide vu que l’humanité est métissage depuis la nuit des temps…) mais la volonté de destruction d’identité qui est mise en place.

          Sinon on assistera au triste spectacle d’antifas se fracassant la gueule mutuellement avec les identitaires…. et dans ce combat de cons, je n’ai pas envie de choisir un camp.


      • Ailleret Le 12 mai 2016 à 21h03
        Afficher/Masquer

        « La prétendue souveraineté des peuples ? » Cher JT, si c’est bien là votre opinion, nous ne sommes pas du même côté de la barricade, voilà tout. Cette souveraineté s’est construite bien après la préhistoire, elle résulte de notre histoire politique.

        Vous tirez fierté de vos ancêtres immigrés et cela vous honore. Mais cela vous permet-il de qualifier de « rance » l’opposition des commentateurs de ce blog à l’immigration massive ?
        Rance, nauséabond : les adjectifs qui fusent dès que l’on ne partage pas l’extase du métissage obligatoire. C’est cela, vos arguments ?

        Si vous ne l’avez fait, je vous recommande la lecture du livre de Christophe Guilluy, La France périphérique, en particulier les pages 134 et suivantes. L’auteur établit, chiffres à l’appui, que la méfiance envers les flux migratoires se retrouve partout en Europe, mais aussi dans la France d’outremer, au Maroc, en Algérie… Je peux vous assurer, pour ma part, que les Mahorais ne supportent plus l’immigration comorienne. Ils sont rances, les Mahorais ?

        Guilluy formule une remarque de bon sens : personne ne souhaite devenir minoritaire dans son propre pays. J’ajouterais une banalité : si émigrer est un droit imprescriptible de l’homme, pouvoir vivre décemment dans son pays natal est un droit plus important encore.


      • ir Le 14 mai 2016 à 20h39
        Afficher/Masquer

        Comparaison n’est pas raison.

        La situation espagnole de la période 1936-1939 n’a strictement rien à voir avec le cas actuel de la Syrie ou de la Lybie,
        Dans le cas espagnol, on a affaire à des populations européennes, de culture chrétienne, qui dans la première phase (1936-1938) ont été accueillies plutôt avec bienveillance et sont ensuite pour une bonne part reparties.
        Dans la 2e phase, la victoire franquiste acquise, les réfugiés ont été beaucoup plus froidement accueillis, soumis à un controle très strict, et sont dispersés d’office dans es camps de concentration en France et même en Algérie. La France a d’ailleurs été tellement accueillante que la plupart des réfugiés de la 2e phase choisiront de repartir en Espagne…
        Quant aux cas syrien, irakien ou lybien, ce site permet d’en comprendre suffisamment clairement les tenants et aboutissants pour qu’il me soit inutile de les développer.


  2. ig Le 11 mai 2016 à 01h03
    Afficher/Masquer

    Ah, comme il y a un prix de la tonne de CO2, il y a un prix du migrant.
    Va t on voir des fraudes à la TVA, des reventes de quotas, des pays pauvres payés et des pays riches payant, voire des pays riches trouvant intérêt, car en panne de natalité et ayant des retraites à soutenir, payés pour les faire travailler?
    Beurk…..
    Mr le président de la turquie va ainsi pouvoir calculer aussi si on le paye assez.

    Une belle mise en abîme de la marchandisation de l’humain.
    Déjà qu’il semblerait que la marchandise migrant rapporte pas mal de tunes à ceux qui se débrouillent bien…..


    • patrick Le 11 mai 2016 à 08h34
      Afficher/Masquer

      l’avantage c’est que ça indique un coût.
      on va pouvoir dire aux peuples européens, un migrant ça coûte 250.000 € , il y en a 3 millions à accueillir , donc ça va vous coûter 750.000.000.000 € , c’est toujours d’accord ? parce que là il va falloir vous serrer sérieusement la ceinture


      • Papagateau Le 11 mai 2016 à 16h32
        Afficher/Masquer

        Cette multiplication a l’air d’une blague, mais en fait non.
        Il faut la prendre très sérieusement car si les pénalités doivent être supérieures au coût de l’obéissance, elles doivent être aussi proportionnelles, donc très légèrement supérieures mais pas plus.

        Donc les européistes, en annonçant le prix de leur amende, viennent de nous annoncer le prix de notre l’obéissance à leurs lubies.

        750 milliards, le tiers du PIB français et probablement la totalité de la fameuse dette grecque (donc remboursée un fois pour toute).

        Toujours prêt à les suivre ?


        • ty89 Le 11 mai 2016 à 16h42
          Afficher/Masquer

          “750 milliards, le tiers du PIB français et probablement la totalité de la fameuse dette grecque”

          La dette grecque c’est 175% du PIB qui est de 242 milliards. Donc avec 750 milliards nous sommes largement au dessus 🙂


      • ty89 Le 11 mai 2016 à 16h40
        Afficher/Masquer

        Au contraire! On va pouvoir dire aux peuples européens : un migrant que vous voulez pas accueillir coute 250.000€. Vous devez en accueillir 1.000.000, vous ne voulez pas? ça vous coutera 250.000.000.000€.
        On a même pas le droit d’écrire ce que mériterai cette élite…


  3. Spectre Le 11 mai 2016 à 01h26
    Afficher/Masquer

    L’approche du Politburo européiste est encore trop timorée, il faut aller plus loin dans le fanatisme libéral et les mécanismes concurrentiels. Je propose donc l’ouverture d’une Bourse Européenne Migratoire. On y spéculerait sur le gosse irakien, on titriserait du syrien, on inventerait des assurances innovantes pour se couvrir d’un défaut sur les crédits d’érythréens. L’allocation du capital migratoire serait ainsi optimale pour le plus grand bonheur de tous.

    Nous sommes dirigés par des timbrés. Regardez comment se comportent les eurocrates face à la contradiction. Regardez le débat opposant Moscovici à Dupont-Aignan (notamment sur cette question des migrants) : https://www.youtube.com/watch?v=l-sqH9BC6Aw Regardez comment Moscovici pète un câble en 2 secondes et se réfugie naturellement dans les anathèmes habituels (populisme, fascisme, etc.). C’est tout simplement hallucinant. Ces types se croient dur comme fer de droit divin. Leur chute n’en sera que plus jouissive.

    « Lorsque la fortune prépare le bouleversement d’un empire, elle place à sa tête des hommes capables d’en hâter la chute. » — Machiavel


    • Thanos Le 11 mai 2016 à 21h30
      Afficher/Masquer

      Pas tout a fait d’accord : nous sommes là aux antipodes du “fanatisme libéral” ou des ” mécanismes concurrentiels” pour une raison simple. Si l’on parle d’amendes infligées par une autorité supérieure on parle alors de régulation. Hors la notion régulation (fondement des économies planifiées) s’oppose à la notion de “laisser-faire” (fondement du libéralisme). Ainsi, une autorité supérieure use de sa capacité de sanction / coercition pour contrer la volonté d’Etats. Il s’agit bien là d’un cas de “régulationisme”, d’administration. De plus si l’idée est que sont les guerres au MO sont la cause de ces migrations, alors il s’agit la encore d’une origine politique ou “planificatrice” fondamentalement contraire à “l’idéal” libéral (ce n’est pas à nous de décider qui doit diriger la Libye ou la Syrie, en tout cas certainement pas par des moyens militaires).


    • V_Parlier Le 11 mai 2016 à 22h17
      Afficher/Masquer

      « Lorsque la fortune prépare le bouleversement d’un empire, elle place à sa tête des hommes capables d’en hâter la chute. »
      Je ne connaissais pas cette citation mais j’allais ajouter quelque chose ayant le même sens! (probablement moins bien tourné)
      C’est à croire qu’il veulent vraiment y mettre fin à leur UE!


  4. noDJ Le 11 mai 2016 à 02h20
    Afficher/Masquer

    J’hésite entre le rire et les pleurs.
    Il y a donc moyen d’obliger un comportement par des sanctions dissuasives.

    Alors pourquoi ne pas amender les multinationales ou les milliardaires qui échappent à l’impôt et reverser le montant à ceux qui s’y soumette ? Ou prosécuter ceux qui déclenche des guerres injustes, ceux qui en profite, et indemniser les victimes ?
    Ou ceux qui crée des dettes illégitimes ? Ou emprisonner les banquiers de la finance casino ? Ou ceux qui dégrade notre santé ou notre environnement ? …

    Pire que nada. On dérégule à tout va. On joue les va-t-en guerre. On poursuit les lanceurs d’alerte. …
    Et maintenant ça (en prenant le risque de troubles sociaux et de dumping salarial).

    Incompétence de nos dirigeants ou soumission à un système qui ne profite qu’aux plus riches ?


  5. Louis Robert Le 11 mai 2016 à 02h26
    Afficher/Masquer

    La déshumanisation européenne de masse se poursuit!

    Le refus obstiné de la grande majorité des pays européens, depuis si longtemps déjà, d’honorer leurs obligations internationales d’accueilir les réfugiés, de leur venir en aide et de les protéger (sans égards aux engagements pris par traités et conventions) demeure un scandale permanent. Leur expulsion par ententes mercantiles honteuses, voire indignes, ne fait qu’ajouter l’insulte à l’injure. Le comble est que le tout se passe en catimini et dans un tel silence de mort qui n’est rien de moins qu’un “crime” (Russell) de portée historique impardonnable, compte tenu des causes réelles néanmoins non-assumées, de ces flux migratoires. — Ces millions de personnes fuient les résultats de nos politiques.


    • Jean Le 11 mai 2016 à 04h58
      Afficher/Masquer

      Plutôt que de les protéger, les migrants libyens, syriens, irakiens et afghans se seraient contentés que nous ne détruisions pas leur pays… au nom d’un humanisme de façade dont pourraient aussi vous parler les grecs, les espagnoles, les irlandais et les italiens.
      Je pense que la solution la plus perenne serait d’arrêter de vouloir réparer avec notre main droite ce que détruit notre main gauche. Mais cette solution nuirait aux intérêts des marchands d’armes et des bankstères, alors il n’y a pas d’alternative. L’ultralibéralisme est un fascisme, la guerre de tous contre tous pour le profit d’un seul.


    • Jean Le 11 mai 2016 à 05h14
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas si vous l’avez remarqué mais nous avons déjà des réfugiés économiques qui vivent dans nos rues depuis de nombreuses années alors que rien n’est fait pour adapter les structures d’accueils à leur nombre croissant.
      L’humaniste commencerait par lutter contre cette misère avant de vouloir en importer une autre. A moins que le chaos soit un objectif politique destiné à nous faire accepter des lois liberticides et de régressions sociales.


      • UltraLucide Le 11 mai 2016 à 17h45
        Afficher/Masquer

        Il semblerait que ce soit le cas, mais c’est une théorie du complot que vous développez là, votre cas est critique…vous devriez vous amender et revenir à des idées plus rationnelles si vous voulez rester crédible.


        • Jean Le 11 mai 2016 à 20h22
          Afficher/Masquer

          C’est la théorie développée par Naomi Klein dans son livre “La Stratégie du choc” et le documentaire éponyme qui illustre avec des images d’archives les nombreuses tentatives d’installer l’ultralibéralisme, qui commença d’ailleurs à faire ses preuves dans le Chili de Pinochet, grand ami de la très libérale Margaret Thatcher.


    • Chris Le 11 mai 2016 à 14h52
      Afficher/Masquer

      Ne vaudrait-il pas mieux que l’Occident, UE/OTAN en tête cesse de détruire ces pays (guerres hybrides mêlant révolutions de couleur, embargos et opérations militaires proxy), jetant des centaines de milliers de réfugiés sur les routes de la survie ?


      • Jean Le 11 mai 2016 à 21h43
        Afficher/Masquer

        Mais il faudrait faire les deux ! C’est avec le financement d’une diminution du buget de la défense, ou tout au moins en évitant une augmentation de son montant, quitte à s’opposer aux recommandations de nos “amis” de l’OTAN, que nous pourrons financer le minimum vital pour chaque citoyen de ce pays. Nous pourrions alors nous vanter d’appartenir à une civilisation qui consacre une part plus importante de son budget à la construction plutôt qu’à la destruction.
        Saviez-vous que pour celui qui décripte la Novlang le Ministère de la Défense devient celui de l’Attaque ?


        • christian gedeon Le 12 mai 2016 à 11h03
          Afficher/Masquer

          Mais le budget de la défense est déjà à la rue,cher ami…


          • Jean Le 14 mai 2016 à 14h20
            Afficher/Masquer

            La France n’a plus le rayonnement internationale qu’elle avait avant son entrée dans l’OTAN, ni non plus les moyens d’entretenir une armée aussi importante qu’un État qui n’est pas rançonné par la Phynance. Il faut, à mon avis, adapter notre système de défense à ces nouvelles réalités.
            Quoiqu’il en soit, je pense que c’est un referendum qui devrait déterminer si nous avons davantage besoin d’investir dans notre armée que dans notre système éducatif, la justice, la santé… car privilégier l’un se fera nécessairement au détriment de l’autre.


    • Vince Le 14 mai 2016 à 04h12
      Afficher/Masquer

      Faudrait plutôt mettre les Soros, BHL et autres émirs Quataris au placard pour éviter ces désastres. Ca s’appellerait du courage, et ça évite de forcer à l’humanisme des gens qui n’en veulent pas. Pousser à accueillir ces gens, c’est se coucher face à l’establishment. Refuser c’est résister !


  6. Nerouiev Le 11 mai 2016 à 04h49
    Afficher/Masquer

    Enfin on sait combien vaut la vie d’un homme !


    • ig Le 11 mai 2016 à 12h48
      Afficher/Masquer

      Non, pas d’accord.
      On sait ce que vaut aujourd’hui une personne définie comme réfugiée, dans le contexte européen actuel, et étant soumise au refus d’accueil d’un pays et transférée à l’acceptation d’accueil d’un autre pays..
      Cela ne concerne ni le cours du “réfugié” d’hier,ni celui de demain,toutes choses ” étant égales par ailleurs” (sic), ni bien évidemment celui de personnes se trouvant dans d’autres contextes, de part le monde.


      • ig Le 11 mai 2016 à 12h55
        Afficher/Masquer

        Il serait d’ailleurs intéressant de dénombrer et décomposer, autant que faire se peut,le nombre et la nature des rapports de force inclus dans ce “prix”.


  7. abcinuits Le 11 mai 2016 à 06h05
    Afficher/Masquer

    L’ue a promu par le financement du terrorisme , en syrie , un outil de destruction massive des nations , qu’est le flux rendu volontairement incontrolable des migrants .
    Ainsi , pour en finir avec les nations européennes , l’UE , applique la feuille de route des USA, et ses serviteurs , y compris le vatican ,
    La colonisation de l’europe , par la migration , générée par le terrorisme est voulu , entretenu et rémunéré notamment par la turquie ,les USA ,et ses valets européens , tant soumis !
    Ainsi ceux qui se prétendent des élites , sont préssés d’en finir avec les nations européennes ,et les migrants sont une aubaine révée pour eux.
    En fait la turquie se permet un chantage face a des laquais tellement soumis , alors que ce devrait etre a elle de payer pour chaque migrant qu’elle envoie , apres l’avoir dépoullé .
    De même devrait elle payer pour son implication terroriste en syrie ,
    Encore un membre de l’OTAN infréquentable, quand sortons nous de cet organisme ?


  8. BA Le 11 mai 2016 à 06h37
    Afficher/Masquer

    Chômage de masse, appauvrissement des classes populaires, appauvrissement des classes moyennes.

    Chômage : catégories A, B, C, D, E :

    6 486 100 inscrits à Pôle Emploi.

    http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-cttqa38a.pdf

    En 1985-1986, les Restos du Cœur ont distribué 8,5 millions de repas.
    En 1987-1988, les Restos du Cœur ont distribué 22 000 000 de repas.
    En 1991-1992, les Restos du Cœur ont distribué 29 000 000 de repas.
    En 1994-1995, les Restos du Cœur ont distribué 50 000 000 de repas.
    En 1996-1997, les Restos du Cœur ont distribué 61 000 000 de repas.
    En 2005-2006, les Restos du Cœur ont distribué 70 000 000 de repas.
    En 2008-2009, les Restos du Cœur ont distribué 100 000 000 de repas.
    En 2011-2012, les Restos du Cœur ont distribué 115 000 000 de repas à 870 000 personnes.
    En 2014-2015, les Restos du Cœur ont distribué 128 500 000 repas à 950 000 personnes.

    http://www.restosducoeur.org/content/dates-et-chiffres-cl%C3%A9s


    • UltraLucide Le 11 mai 2016 à 17h42
      Afficher/Masquer

      On voit bien que l’Union Européenne est en train de réaliser ses promesses de prospérité économique et de justice sociale, elle parvient à nourrir de plus en plus de pauvres…

      De même, nous sommes de plus en plus en sécurité, il suffit de voir l’augmentation des patrouilles militaires et policières.

      La démocratie s’améliore quotidiennement car le politburo de Bruxelles s’exprime de plus en plus souvent pour devancer les demandes des peuples dans leur intérêt commun, et il parvient à nous protéger victorieusement contre les infâmes menées des partis populistes.

      Tout va très bien madame La Marquise…..


  9. Pampita Le 11 mai 2016 à 07h03
    Afficher/Masquer

    Pour bien voir les enjeux derrière cette querelle : http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/05/le-chateau-de-cartes-europeen.html
    Le système impérial US – dont l’UE est une composante – est en train d’exploser en vol. Ironie du sort, ce sont les meilleurs alliés de Washington, les pays de la “Nouvelle Europe”, qui le détruisent…


  10. DUGUESCLIN Le 11 mai 2016 à 07h21
    Afficher/Masquer

    100.000 migrants refusés, ça fait 25.000.000.000 €. Quel pays de l’union européiste peut payer?
    Ça dépasse les amendes punitives des tribunaux américains.
    Qui fera exécuter le paiement et par quels moyens?
    Après jugement par un tribunal européiste peut-être? Et exécution par voie d’huissier? Lequel fera une saisie sur les biens du pays récalcitrant suivie d’une vente aux enchères publiques? Le pays récalcitrant lèvera-t-il des impôts pour payer l’amende en écrasant son propre peuple?
    Est-ce que les amendes collectées seront reversées à la Turquie par Madame Merkel?


    • Alabama Le 11 mai 2016 à 14h41
      Afficher/Masquer

      Pourquoi ne pas distribuer cette argent à chaque francais démunie, on fera un heureux êt en plus consommateur! Ainsi notre économie se portera mieux! 200 000 euros, diable, beaucoup n’ont pas le dixième!


    • Vince Le 14 mai 2016 à 04h15
      Afficher/Masquer

      Ils ont trouvé un moyen de se débarrasser des pays de l’est et de s’assurer du brexit 🙂


  11. Philippe30 Le 11 mai 2016 à 07h37
    Afficher/Masquer

    Faudra emprunter à la BCE pour payer et l’argent ira où ensuite ?

    Un délire de financier pour mettre la pression sur les pays , c’est où la sortie de cet asile de fous Européen …….

    Philippe


    • UltraLucide Le 11 mai 2016 à 17h35
      Afficher/Masquer

      La sortie s’appelle EXIT,
      Brexit, Tchexit, Frexit. Auf Wiedersehen Deutsche Europa!


  12. alexg81 Le 11 mai 2016 à 08h03
    Afficher/Masquer

    C’est ce genre de mesures qui ne peut que renforcer les partisans de la fin de l’Union Européenne, dont le premier vrai coup sera donné par le Brexit dans quelques semaines, probablement suivi par les pays d’Europe Centrale. On est en plein dans le racket institutionnalisé.

    Sinon le continent entier se transformera en champ de bataille comme au Moyen-Orient ou en Ukraine afin de maintenir cette idéologie suicidaire


  13. LS Le 11 mai 2016 à 08h16
    Afficher/Masquer

    250000 euros ?
    C’est marrant, je croyais qu’un immigré était une chance pour l’économie et que son arrivé rapportait. Et là on me dit que cela coûte (faut amortir 250 keuro quand même).
    On m’aurait donc menti ?
    Ou alors il s’agit d’une amende disproportionnée pour être dissuasive. L’accueil des immigrants fait alors partie des valeurs de solidarité contraignante au sein de la communauté européenne (un peu comme l’obligation des 20% de logement sociaux dans les communes en France). Est-ce vraiment ce que nous voulons ? Le qui décide est une affaire de constitution (légitimité de la décision). C’est, certes, un problème politique important mais sa solution est principalement technique.


  14. bluetonga Le 11 mai 2016 à 08h28
    Afficher/Masquer

    Cette politique migratoire forcée qui s’est dévoilée avec la crise des migrants de 2015, mais qui en réalité existe depuis…? est pour moi le faux pas décisif de notre nomenklatura.

    Depuis ma plus tendre enfance, j’entends partout autour de moi des propos hostiles envers l’immigration, particulièrement lorsqu’elle provient de pays musulmans ou culturellement très différents. Il ne s’agit généralement pas de racisme mais de défiance vis-à-vis de gens perçus comme imperméables à l’assimilation et peu désireux de se joindre au monde du travail – à tort ou à raison. Le sentiment s’est naturellement et continuellement exacerbé, au fil de l’accumulation des immigrés dans des cités “interdites” et de l’étiolement du marché de l’emploi local.

    Croire une seule seconde que cette mentalité viscéralement enracinée chez la majorité des citoyens autochtones puisse changer par ukase de notre conseil d’administration européen témoigne surtout de la profonde déconnexion de nos élites avec le réel.


    • Bozi Lamouche Le 11 mai 2016 à 13h22
      Afficher/Masquer

      Je sais c’est hors sujet mais ecrire : “il s’agit généralement pas de racisme mais de défiance vis-à-vis de gens perçus comme imperméables à l’assimilation et peu désireux de se joindre au monde du travail – à tort ou à raison. “….
      vous continuez à “confondre” issu de l’immigration et issu de la colonisation….forcément la suite est erronée …sujet à poser un de ces jours ( hier on a bien brisé le tabou du 9/11…)
      Cdlmt


      • bluetonga Le 11 mai 2016 à 19h13
        Afficher/Masquer

        Désolé, je ne saisis pas bien le sens de votre intervention. Mais je clarifie mon point. Critiquer l’immigration a pendant des décennies (depuis touche pas à mon pote, certainement) été assimilé à du racisme pur et simple. Qu’importe le simple bon sens qui prévoyait la catastrophe d’une surcharge massive des systèmes de sécurité sociale en période de récession économique, la ghettoïsation de populations marginalisées sur les plans économiques et culturels, les tensions communautaristes. Non. Racisme. Frontisme. Lepénisme. Autant d’anathèmes pour tuer le débat. Et en réalité, derrière cet humanisme de façade de la bien-pensance officielle, un très profond mépris pour ces gens que l’on accueillait pour mieux les laisser de côté, pour le terreau de nos propres cultures.


    • Philippe P Le 11 mai 2016 à 20h03
      Afficher/Masquer

      Je ne sais pas où vivez, mais dans ma boite, tous les poste pénibles sont pourvus par des immigrés Musulmans payés au SMIC avec des contrats précaires. Les mecs manipulent des tonnes de farines par jour pendant que les “anciens bien de chez nous” occupent des postes bien plus tranquilles avec des contrats bien plus avantageux (taux horaire, % heures sup,etc) … Leurs revenus, les attitudes défiantes des anciens et les contraintes posées par l’obtention et le renouvellement des papiers ne génèrent, pas de fait, une adhésion à notre société. Mais bon, notre gouvernement veille à tout égaliser par le bas…. Finalement, ils vont peut-être réussir à notre rapprocher!


      • bluetonga Le 12 mai 2016 à 07h21
        Afficher/Masquer

        Je n’ai pas dit que les immigrés ne travaillaient pas ou qu’ils disposaient d’un accès équitable au marché du travail. Je n’ai pas dit que le racisme n’existait pas. J’ai dit que la réticence fondamentale de la population tenait à une double crainte, fondée : la compétition pour le travail peu qualifié, déjà en voie de disparition avec la désindustrialisation, et la constitution de ghettos culturels et économiques, potentielles sources de violence intra- et extra-muros.

        Quiconque a fait cette analyse élémentaire a été exclu du débat sous clause de racisme. Ce qui soit dit en passant, illustre de nouveau le fait que diverses institutions puissent “conspirer” pour instaurer une situation que très peu souhaitent , sans ordre ou consigne explicite venus d’en haut.


      • Adrien Le 12 mai 2016 à 16h19
        Afficher/Masquer

        C’est le B-A BA du concept économique NAIRU.

        S’ils ont des boulots de *erde sous payés, c’est qu’on les a fait venir pour qu’ils les acceptent sans réfléchir, au grand dam des autochtones qui défendaient leur qualité de vie en luttant contre l’esclavage.

        De même, lisez ‘la France périphérique’, les banlieues et populations idoines sont pleinement intégrées dans l’économie mondialisée/tertiarisée, où le chômage est finalement de courte durée, et les les campagnes ‘blanches’ sont beaucoup plus misérables.

        Le pain blanc est mangé depuis longtemps, les ‘jeunes bien de chez nous’ comme vous dîtes sont d’ores et déjà condamnés (sans oublier les critères raciaux à l’embauche notamment chez edf, areva etc…finis les hommes blancs, faîtes de la place).


  15. pampi Le 11 mai 2016 à 08h44
    Afficher/Masquer

    “il faut partager le fardeau”, a plaidé le vice-président de la Commission européenne. Au moins ça a le mérite d’être clair sur sa vision des migrants.


  16. Eric83 Le 11 mai 2016 à 09h06
    Afficher/Masquer

    Extrait concernant la Turquie d’un article de Bruno Bertez daté du 9 mai “Les tribulations du dollar-roi”.

    “Une mention tout à fait spéciale doit être faite pour la Turquie.
    On en parle beaucoup au plan politique et géopolitique, mais la situation économique et financière est inquiétante: les primes pour assurer la dette Turque s’envolent et les taux d’interêt à 5 ans se rapprochent de 10%.
    Les actions ont chuté de 8% en une seule journée, tandis que la monnaie plongeait de 4% contre le dollar! La dette extérieure est très élévée et les banques ont de très lourds engagements de court terme vis à vis de l’étranger.”

    Ceci contribuerait-il à justifier certaines décisions de l’UE – et donc des US – vis à vis de la Turquie ?
    La Turquie est une catastrophe en attente d’arriver.”


  17. Eric83 Le 11 mai 2016 à 09h34
    Afficher/Masquer

    Duplicité, double langage, comment créer la confusion totale chez les citoyens :

    – d’un côté, utiliser des méthodes coercitives pour contraindre les Etats, donc les peuples, à une “contribution de solidarité”
    – de l’autre côté, reconnaitre – enfin – que l’UE telle qu’elle existe est une trahison des peuples

    http://www.insolentiae.com/le-terrible-aveu-de-donald-tusk-le-reve-dun-seul-etat-europeen-dune-seule-nation-europeenne-est-une-illusion-et-cest-le-president-du-conseil-europeen-qui-le-dit-enfin/


    • bluetonga Le 11 mai 2016 à 19h19
      Afficher/Masquer

      Excellent lien vers l’article de Charles Sannat. Les dirigeants de l’Union Européenne commenceraient-ils à dessaouler? Propos quand même sidérants de Schultz et Tusk, qui admettent benoîtement les erreurs d’appréciation et les ambitions démesurées des institutions qu’ils dirigent.


  18. Nasir Le 11 mai 2016 à 10h26
    Afficher/Masquer

    On dirait que les Allemands veulent nous faire contribuer financièrement, de gré ou de force, à la politique d’accueil qu’ils ont choisie… Grâce au masque de l’UE, tout ceci sera soigneusement caché aux peuples, sous couvert de solidarité internationale.

    Pour ceux qui douteraient (encore) de la mainmise allemande sur l’UE, parfaitement décrite sur ce blog il y a quelques mois par E. Todd…


  19. Bernard Le 11 mai 2016 à 10h47
    Afficher/Masquer

    Pourquoi ne pas donner , en ce cas , ces 250000€ au demandeur afin qu’il retourne chez lui indemnisé pour le préjudice subit ?


    • Louis Robert Le 11 mai 2016 à 16h43
      Afficher/Masquer

      Excellente idée… si ce n’est que le réfugié est un réfugié (n’a jamais été un “migrant”!!!), précisément parce qu’il n’a plus de “chez lui”; nous l’avons détruit, mieux anéanti, comme nous le prouvent toutes ces images de tous ces lieux qui, depuis belle lurette, nous rappellent Stalingrad. Elles rendent compte du fait que ces réfugiés se comptent par millions… depuis des années déjà, au Liban, en Jordanie et en Turquie notamment… là où, contrairement à ce qui a cours en Europe, on a compris depuis longtemps ce dont il s’agit.


  20. Tenia Le 11 mai 2016 à 11h19
    Afficher/Masquer

    J’ai corrigé quelques fautes d’orthographe :
    Il y a quelques semaines, Erdogan parlait de retirer la nationalité Turc aux Kurdes soupçonnés de soutenir le PKK, donc aux Kurdes pro-kurdes…
    Ce qui ferait de ces millions de kurdes anatoliens des apatrides qu’Erdogan espère déporter vers l’UE, pour pouvoir turquifier totalement l’Anatolie.
    Il y a là un parallèle historique saisissant à remarquer.
    A partir de 1894, les turcs ont commencé l’entreprise d’extermination des peuples chrétiens d’Anatolie, en premier lieu desquels les Arméniens.
    En 1915 les turcs ont pu mettre en œuvre leur plan d’annihilation total des Arméniens, grecs et assyro-chaldéens d’Anatolie, afin de turquifier et islamiser cette contrée, avec l’aide des Kurdes.
    Aujourd’hui les turcs veulent se débarrasser du dernier élément non turc subsistant chez eux, mais ils ne peuvent pas les exterminer comme jadis, la couverture médiatique les retient, ils vont donc exécuter leur plan par la manière douce, en déportant des apatrides, on dira d’eux que ce sont des migrants, bel euphémisme au secours de la Turquie d’Erdogan.
    Et ces migrants sont accueillis à bras ouvert par les ploutocrates européens, ce qui les rend complices de la politique d’épuration ethnique menée par la Turquie d’Erdogan !
    Je conseille à ceux que ça intéresse un film magnifique d’Elia Kazan, son plus grand chef d’œuvre, passé inaperçu à cause de la politique pro-turc des USA : « America america ! ».


  21. caliban Le 11 mai 2016 à 11h34
    Afficher/Masquer

    Toujours aucune nouvelle du HCR ?
    Cliniquement mort ?


    • Louis Robert Le 11 mai 2016 à 16h52
      Afficher/Masquer

      Permettez, caliban! Depuis des années le UNHCR parle, rend compte, explique, hausse le ton, rappelle les responsabilités des peuples et des nations (les nôtres d’abord), multiplie les demandes, esquisse l’avenir prochain, prédit l’avenir insupportable, inhumain, montre cette monstruosité croissante et à laquelle nous acquiesçons en silence…

      Ce n’est pas le UNHCR qui est ici en cause: ce sont bien les pays et les peuples européens, complices de l’Empire et pleinement responsables des résultats de leurs politiques, celles que l’on mène en leur nom et qu’ils ne sauraient ignorer.


      • caliban Le 12 mai 2016 à 00h12
        Afficher/Masquer

        Bien d’accord avec vous. Cela pose la question de la mise sur la touche de l’ONU dans son ensemble.

        Nous sommes passés du Droit international au Droit du plus fort. Je crois que l’on peut dater ce passage à septembre 2001.

        Les fauves sont lâchés. Encore combien de millions de morts et de déplacés avant de se rendre compte qu’il est trop tard ?


  22. Krystyna Hawrot Le 11 mai 2016 à 13h48
    Afficher/Masquer

    C’est vraiment débile cette politique allemande. Ils veulent vraiment la faire haïre, cette Union Européenne! D’abord pendant des années l’Allemagne et l’UE ont alimenté les politiques ethnoreligieuse des pays de l’Est en soutenant les candidats de droite “national-chrétienne” (comme les frères Kaczynski qui dans les années 90 ont généreusement reçu des subventions de la Fondation Adenauer!) garantes d’un certain ordo-conservatisme néolibéral anti-communiste, et maintenant que les sociétés de l’Est sont travaillées par le racisme anti-musulman et “anti-tout”, on les somme de prendre des migrants musulmans chez eux à leurs frais! Et on les punit s’ils ne le font pas! Et on on réalimente le racisme car la colère des populations de ces pays se retournera inévitablement contre ces malheureux réfugiés! Si j’étais migrant ou réfugié récent en Europe, je fuirais comme la peste la Pologne, la Hongrie ou la Slovaquie après une telle annonce! (encore que l’expérience personnelle avec un ami tunisien que j’ai emmené l’année dernière dans le village de ma grand mère en Pologne du sud a démontré que l’intelligentsia à Varsovie est plus raciste que les provinciaux pauvres.)


  23. fouineur Le 11 mai 2016 à 14h10
    Afficher/Masquer

    “1,25 million de requêtes déposées en 2015 principalement par des Syriens, des Afghans ou des Irakiens fuyant la guerre et l’insécurité” On pourrait peut être présenter la facture aux USA qui sont à l’origine de ces, et du chaos qui en a résulté ? mais pour cela il faudrait un certain courage politique …


  24. Andrae Le 11 mai 2016 à 15h55
    Afficher/Masquer

    En Suisse un système similaire existe. Récemment rapporté dans les médias.

    Quelques Communes (pas des Cantons) payent pour accueillir, loger, des demandeurs d’asile / réfugiés en attente de statut fixé, *ailleurs* que chez eux.

    Pas taxés d’une ‘amende light ou hard’ une fois. Ils paient plein-pot tous les frais, année par année, qui sont de 1,500 CHF payé ‘normalement’ par la Confédération (fixe), et une somme variable en plus payé par les Cantons (suivant le nombre, leur logement, divers couts, etc.), en moyenne a peu près la même somme, ceci par mois.

    3,000 CHF peut sembler bcp pour une personne par mois mais tout est cher. La mégotte qui enseigne le francais / l’allemand touche *au moins* 4.5 K par mois. L’assurance maladie est souvent hallucinante (maladies, handicaps chroniques, traumatismes, etc.) Etc. Perso, j’estime que la moyenne de 3K par mois représente une somme crédible. Pour des conditions de vie flottant entre le ‘minima’ dégoutant et ‘l’acceptable’.

    Ex de presse…

    http://www.lematin.ch/news/standard/citoyens-oberwil-disent-refugies/story/23175288

    http://www.24heures.ch/suisse/refugies-pesent-finances-communales/story/12694077

    Pour info. Je n’exprime pas d’avis, faudrait plus de place …


  25. UltraLucide Le 11 mai 2016 à 17h07
    Afficher/Masquer

    Cet évènement confirme avec éclat ce que prédisait l’ancien dissident soviétique Vladimir Boukovski, cité par un post de ce blog:

    4 Aout 2014, “Vladimir Boukovski, ancien dissident soviétique met en garde contre une dictature de l’UE” “Du bureau de Paul Belien, lundi 27/02/2006:
    Vladimir Boukovski, un ancien dissident soviétique âgé de 63 ans, craint que l’Union Européenne ne soit en train de se transformer en une seconde Union Soviétique. Dans un discours prononcé à Bruxelles la semaine dernière, M. Boukovski a traité l’UE de “monstre” qui doit être détruit au plus vite, avant qu’il ne se développe en un état totalitaire à part entière.”

    Ces propos furent jugés excessifs et influencés par une expérience précédente traumatisante. Mais si les peuples d’Europe ne réagissent pas à cette montée évidente de la dictature européiste, assortie d’une mise en place d’une régence autoritaire type 4ème Reich Bismarckien, nous connaîtrons une semblable expérience.

    St Denis à Clovis en 498: “adore ce que tu as brûlé, et brûle ce que tu as adoré”. C’est très actuel!
    UE, game over…..


    • Ailleret Le 11 mai 2016 à 17h33
      Afficher/Masquer

      Non pas saint Denis, mais saint Rémi, évêque de Reims (Histoire des Francs II, 31).
      Merci pour votre éclairage, j’ignorais ce discours prémonitoire de Vladimir Boukovski.


      • UltraLucide Le 11 mai 2016 à 23h10
        Afficher/Masquer

        Oups, merci, bizarre erreur, je voulais en effet écrire St Rémi, bien sûr.

        St Denis, bien oublié aujourd’hui, est quant à lui pour quelque chose dans les racines chrétiennes de l’Europe, racines totalement niées par l’ineffable et inimitable Mr Moscovici


        • caliban Le 12 mai 2016 à 00h15
          Afficher/Masquer

          Saint Denys … ce devrait être le symbole de l’UE qui a perdu la tête.
          Elle se la met sous le bras et continue à courir 🙂


    • Roman Garev Le 11 mai 2016 à 18h41
      Afficher/Masquer

      Certes, il y a une grande similitude entre l’UE et l’URSS, à savoir :
      1) les citoyens sont privés du droit d’élire directement sa nomenklatura qui se voit complètement indépendante de la plèbe (qu’elle méprise) et n’ayant guère à lui rendre des comptes ;
      2) les soi-disant “États” de l’UE, tout comme des républiques de l’URSS, n’ont aucune influence sur le pouvoir central ni aucun part dans ses décisions qui sont définitives et de rigueur.
      Dans certains points l’UE est allée même plus loin que l’URSS. Par exemple, si l’URSS a privé ses citoyens de leur nationalité en les nommant tous “Soviétiques”, l’UE les prive de leur sexe (en introduisant des “Parents #1 et #2” du sexe neutre donc privant ses enfants de leurs papas et leurs mamans) et refuse même d’assurer leur droit à la vie, en considérant comme supérieure la liberté des bandits tout couleurs de les violer, piller et assommer.


      • Roman Garev Le 11 mai 2016 à 18h43
        Afficher/Masquer

        Mais rassurez-vous, l’UE est loin d’atteindre le niveau de l’URSS. Tandis que cette dernière se gouvernait d’elle-même, l’UE est gouvernée par le Washington (qui joue le rôle d’un Kremlin par rapport à son protectorat nommé UE). Et pour le comble, contrairement à l’URSS, ce protectorat n’a pas d’armée pour se défendre…


        • Roman Garev Le 11 mai 2016 à 23h44
          Afficher/Masquer

          Oui, pour les passeports vous avez tout à fait raison. Mais moi je parlais surtout du slogan utilisé sans cesse par la propagande à l’époque du “socialisme développé” (années 1970-80) en tant qu’un succès de plus : “En URSS nous avons créé une nouvelle communauté historique, à savoir celle des gens soviétiques”. Ou encore : “L’homme soviétique, ça sonne fièrement”. Et pour la plupart on se croyait être Soviétique (et pas Russe, Ukrainien, etc.).


  26. Furax Le 11 mai 2016 à 19h29
    Afficher/Masquer

    Encore une fois, cette proposition est totalement délirante. A la fois sur le fond, sur la forme parce que ce n’est qu’une proposition, et parce que, comme elle est délirante, elle n’a aucune chance d’être adoptée.

    Accessoirement, elle va contribuer à propulser les intentions de vote des partis d’extrême-droite et des partis souverainistes de droite à des niveaux stratosphériques. D’autant plus que le silence des autres partis sur ce sujet est assourdissant. Ils ne disent rien donc ils sont complices ?

    Maintenant soyons clairs. Derrière ce délire des eurocrates mondialisto-multiculturalistes, il y a Merkel. Merkel et l’Allemagne sont-ils incohérents et stupides ? Ou bien y a-t-il une stratégie ? Merkel veut-elle délibérément pousser les autres pays européens à dissoudre l’Europe pour éviter que ce soit l’Allemagne qui prenne l’initiative de sortir elle-même de l’UE ? Car sur l’UE comme sur l’euro, c’est celui qui sort avant les autres qui subit le coût de la sortie.


  27. Eric Le 11 mai 2016 à 19h47
    Afficher/Masquer

    Normalement on devrait avoir le choix entre prendre une part plus ou moins grande d’un fardeau ou bien refuser ce fardeau, par exemple en dénonçant ses causes et en exigeant d’y remédier. Mais là non apparemment. Bref, l’habituel diktat européen dans toute sa splendeur. J’ai quand même l’impression que c’est de plus en plus fort.


  28. tchoo Le 11 mai 2016 à 22h16
    Afficher/Masquer

    la disparition des états nations d’europe est le credo des verts, à commencer par Dany le Rouge
    ils se gardent bien de le dire
    ils vont obtenir rigoureusement le contraire
    la montée des nationalisme
    qui redeviendront agressif à terme
    comme toujours en Europe
    la parenthèse de paix sera bientôt qu’un souvenir


  29. Cédric Le 11 mai 2016 à 23h54
    Afficher/Masquer

    il faut que les services secrets des pays visés s’occupent de cette Commission. Ils sont là pour ça.


  30. Nicolas Le 11 mai 2016 à 23h56
    Afficher/Masquer

    On aura tous remarqué la discrétion de la presse sur la réunion lundi à Paris des pays qui veulent renverser Assad: le monde libre et civilisé et ses alliés turcs, quatars, émiratis et bien sûr Saoudiens. Cela étant, le seul vrai papier, l’interview du ministre saoudiens des affaires étrangères dans Le Monde, était instructifs sur 2 points :

    – les Etats-Unis continuent à armer les rebelles, (donc on a une quasi guerre entre les US et la Russie)
    – la France et l’Arabie Saoudite sont alignés sur presque tous les sujets (ce sont nos amis saoudiens qui le disent)

    Après ça, quand je suis Hongrois ou Slovène, je ne vois vraiment pas au nom de quoi, je vais subir les conséquences des actions délirantes de mes voisins.


  31. Piotr Le 12 mai 2016 à 22h20
    Afficher/Masquer

    Vu de l’Est slovaque : tout à fait d’accord avec Boukhovski sur cette UE RSS. Qu’ils osent taxer la Slovaquie ! pour leurs migrants ! J’espère qu’on verra notre armée et nos forces de police mettrent dehors manu militari tous ces “fonctionnaires de l’Euromaïdan” du pays avec leurs organes divers, ONG douteuses au nom de la démocratie… Dehors §!§ Et tout aussi inquiet après la lecture de ce document ONU – UE sur les migrations. Effectivement, certains envisagent parfaitement une modification radicale de la population européenne et de ses fondements ethnico-culturels. C’est une aberration, alors que toute l’histoire de l’Humanité est positive quand elle se fait dans la diversité et non dans l’écrasement de peuples contre d’autres (quelle que soit la manière). D’accord aussi avec l’article de RT français sur l’idéocratie démographique qui fait de la croissance démographique son credo – alors qu’elle détruit l’environnement. L’Europe doit rester stable et même baisser pour retrouver son niveau des années 70_80, c’est son vrai avenir. Et les autres continents doivent impérativement en faire de même.


  32. s de pouvoir,il donne des avis. Le 13 mai 2016 à 12h57
    Afficher/Masquer

    Europe est la perte de souveraineté des états au profit d’une administration (commission)européenne hyperpuissante.
    Quand j’entends certains politiques europhyle parler des valeurs de l’Europe je me pose la question :de quoi parle t il?
    De la démocratie,c’est un menteur,le parlement européen élu n’a pas de pouvoir.
    Le président de l’Europe ancien premier ministre du Luxembourg a usé de toutes les ficelles pour détourner les multinationales de leurs pays d’activité pour son état.
    il a permis de gros profits à ces dernières au détriment des pays siège.
    La valeur des lobys qui exercent des pressions contre l’intérêt général de tous les européens?
    A oui ! il y a le marché libre et non faussé dont la finalité est de faire profit de tout sans aucun scrupules même si c’est au détriment des européens.
    Je cherche des valeurs,aidez moi!


  33. Ercole Le 17 mai 2016 à 17h30
    Afficher/Masquer

    Stupéfiant quand même cette gestion au chantage prodiguée par le champion intergalactique de la “démocratie”. La phase suivante sera la guerre aux pays qui refusent de suivre leurs ordres heu, “directives”? Ils reprochent aux russes l’annexion de la Crimée, malgré un référendum, mais l’ue qui donne des ordres à ses membres, malgré un référendum, ça ne les tourmente pas, une superbe trouvaille démocratique ! Chantage au fn/hitler, chantage aux “valeurs”, chantage à l’invasion (erdogan), chantage au porte monnaie maintenant ! C’est l’empire romain et son delenda cartago ! Georges Bush et son with us or against us ! Les mécréants à la religion Europe, à peine des sous hommes à leurs yeux !

    Heureusement que c’est le camp du Bien !


Charte de modérations des commentaires