Les Crises Les Crises
19.janvier.201519.1.2015 // Les Crises

[BFM] Débat virulent sur l’actualité (Charlie, Économie, …)

Merci 0
J'envoie

Je vous propose aujourd’hui le débat assez virulent qui a eu lieu lors de ma participation aux Experts du 13/01/2015.

Les invités étaient Léonidas Kalogeropoulos, président directeur général de Médiation & Arguments, et Jean-Pierre Petit, président de Cahiers Verts de l’économie.

Le débat était cette fois présenté par Stéphane Soumier.

Cela a été – je trouve – un vrai beau moment de débat, à chacun de se faire son opinion dès lors…

197 réactions et commentaires - Page 2

  • Macarel // 19.01.2015 à 19h08

    Très intéressante analyse de la situation en France, avec une remise dans le contexte global, de l’attentat à Charlie Hebdo.

    http://www.counterpunch.org/2015/01/19/manipulation-in-paris/

    En anglais, mais l’effort de lecture vaut la peine.

      +0

    Alerter
  • Yannix // 19.01.2015 à 20h34

    Bonjour,

    Je sais que l’heure est plutôt aux régimes (totalitaires) après les fêtes, mais Léonidas, c’est des chocolats, non ? C’est dans le groupe Porochenko ?

    Yannix.

    PS: Ok, je m’excuse. Je n’ai pas voulu faire l’apologie du terrorisme (d’Etat).

      +2

    Alerter
  • goy // 19.01.2015 à 21h06

    Mais comment faites-vous Olivier pour dire des choses plus pertinentes que vos « confrères »?
    Le petit Petit et Rastapopoulos sont d’une conventionnalité extrême avec leur discours désuet.

      +1

    Alerter
    • Yannix // 19.01.2015 à 21h19

      Il a la foi ?

      De celle qui peut déplacer des montagnes ? 🙂

        +2

      Alerter
  • Yannix // 19.01.2015 à 21h14

    Les jeunes :

    Léonidas, se lâche à 28min : Le retour à l’emploi des d’jeunes avec un fusil de militaire dans le dos comme dans nos colonies d’outre mers… Quant à Jean-Pierre Petit, il compte les accueillir tous dans ses Mac Do ou pas ? Mystère…

    Bref, le capitalisme vous mets la baïonnette dans le dos. Voilà le vrai visage « humain » du capitalisme des deux zigotos en face d’Olivier.

    Yannix.

      +2

    Alerter
  • sg // 19.01.2015 à 21h19

    http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/manifestations-en-ukraine/ukraine-700-soldats-russes-entres-sur-le-territoire-selon-kiev_801181.html

    Kiev dénonce un nouveau « fait »: 700 soldats russes auraient pénétré la frontière pour soutenir les pro-russes.

    Il serait intéressant que ce blog reprenne au sujet de l’Ukraine!

      +2

    Alerter
    • Taiserman // 19.01.2015 à 21h27

      Comme d’habitude après une attaque avortée Kiev accuse les Russes.

        +2

      Alerter
  • Homère d’Allore // 19.01.2015 à 21h59

    Si c’était possible, je propose pour les prochains billets que l’on parle de ces propositions de Mario Draghi.

    Ça bouge !

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/union-europeenne/20150119trib1f2505eb8/la-bce-va-t-elle-fragmenter-la-zone-euro.html

    Mais dans quel sens ? On peut faire plusieurs analyses. Celles d’Olivier Berruyer ainsi que celles d’intervenants habituels seraient bienvenues !

      +1

    Alerter
  • Archanonyme // 19.01.2015 à 22h02

    Parler de nation, c’est un peu facile. Le rêves européen à commencer et les nations n’existeront bientôt plus. idem pour les banques centrale national européens et les devis nationales (oui c’est vrais elle existe déjà plus). idem pour la démocratie, la conscription, et la souveraineté des nations. Il faut stopper le projet de nations européen avant que l’Europe n’explose. Car l’EU ne peut exister que si les nations accepteront de perdre leur nation. La France n’est plus souveraine, et cela est valable pour l’ensemble de l’EU …

      +0

    Alerter
  • Macarel // 19.01.2015 à 22h38

    Cela n’engage que moi, mais il me semble que les « Je suis Charlie » se recrutent préférentiellement dans ce que E.Todd, appelle les 20% « d’éduqués supérieurs » urbains. Chez ceux qui profitent du bon côté de la mondialisation et de l’économie ouverte libérale.
    Les « Je ne suis pas Charlie », se recrutent plutôt d’un côté chez les ressortissants des banlieues où le chômage sévit fortement, en particulier chez les plus jeunes, et d’un autre côté chez les « petits blancs » qui subissent de plein fouet les effets de l’économie libérale mondialisée en terme de chômage et de précarité, ainsi que les nuisances d’une cohabitation souvent difficile avec la catégorie précédente. C’est chez les premiers que les activistes de l’intégrisme islamique recrutent, quant aux second, n’ayant plus de parti communiste pour porter leur mécontentement, ils se jettent de plus en plus nombreux dans les bras du FN.
    Enfin, on a un ventre mou, de classe moyenne, qui hésite entre « Je suis Charlie », et « Je ne suis pas Charlie », et qui fait l’objet de toutes les manipulations politico-médiatiques.

      +1

    Alerter
    • Macarel // 19.01.2015 à 22h55

      Dans ce contexte de classes, il n’est pas difficile de comprendre que le soutien majoritaire chez les 20% du haut, au nom de la liberté d’expression, à des caricatures offensantes pour la religion musulmane, soit perçu comme une attitude de profond mépris envers les habitants de banlieues souvent défavorisées. Mépris qui va aussi aux « petits blancs » qui votent pour le FN.
      Mépris qui se manifeste, entre autre, par l’utilisation de l’expression « les cons » dans le langage de CH.

        +2

      Alerter
  • gerard Colin // 19.01.2015 à 23h43

    Leonidas et ses effets de manche…. Sa solution miracle: Acadomia pour redresser la France, grâce à sa capacité à affiner la définition des attentes des parents qui leur envoient leurs enfants. POurquoi? parce que le redressement passera par le privé. Okèèèèè

      +2

    Alerter
  • RGT // 20.01.2015 à 00h11

    Il est certain que comme le souligne Olivier l’éducation est bien le problème crucial.

    Mon épouse est enseignante… Et je n’aimerais pas du tout être à sa place…
    Mon emploi de « burelier » est quand-même largement moins stressant, et largement mieux payé.

    Le principal problème de l’éducation nationale ne provient pas des enseignants mais de la hiérarchie de cette administration, ministres en tête, qui déterminent des règles et des méthodes ubuesques totalement contraires à l’entendement.

    Le règne de l’enfant-roi est désormais la règle dans l’école publique et les élèves les plus difficiles ne sont JAMAIS recadrés.
    Les enseignants ont l’INTERDICTION de leur faire la moindre remarque quand ils perturbent la classe entière, sous prétexte que « ça les stresse ».

    Quand un gamin de 9 ans insulte une enseignante qui lui demande de NE PAS TAPER SON VOISIN et crie « Sale pute, de toutes façons, l’école ça sert à rien et je serai chômeur, c’est mon papa qui l’a dit » devant toute une classe, il n’est pas nécessaire de faire une grande explication pour comprendre les effets.

    La seule possibilité : L’envoyer dans le bureau du directeur de l’établissement où il va aller rejoindre d’autres élèves « difficiles » (le mot est faible).
    Que se passe-t-il ensuite ?

    Le directeur de l’établissement renvoie les élèves dans leurs classes respectives au bout de quelques minutes (quand ce n’est pas immédiatement) et ça repart de plus belle !!!

    Suite aux rapports des enseignants, l’inspecteur d’académie (qui suit strictement les consignes et les procédures ministérielles à la lettre) intervient enfin en urgence… Au bout de quelques mois pour… Une « médiation » entre les parents et l’enseignant.
    Médiation durant laquelle, devant les parents qui nient les faits (malgré les témoignages d’autres parents ulcérés par le comportement de cet enfant), l’enseignant se voit reprocher une « approche pédagogique inadaptée » et l’enfant est totalement blanchi (pauvre victime)…

    Le retour en classe au lendemain de cette réunion est particulièrement intéressant : L’enfant, ayant pris conscience de la totale impunité dont il jouit ne se privera pas d’abuser de la situation, ce qui va encore entraîner une surenchère de comportements inacceptables.

    Lorsque l’enseignant invite les parents des autres élèves (les plus nombreux, et de loin) qui se plaignent du comportement des élements perturbateurs à écrire une lettre commune à l’inspecteur d’académie, ce dernier ne leur répond même pas…

    Le seul moment réjouissant pour un enseignant est la veille des vacances d’été…
    Surtout quand les parents des élèves les plus difficiles lui demandent « Vous êtes fermés tout l’été »?
    L’enseignant leur répond « Inscrivez vos enfants à la garderie si vous ne les supportez pas… »

    C’est écoeurant à dire, mais les parents se débarrassent de leurs enfants en les envoyant à l’école.

    Les parents qui souhaitent faire réellement travailler leurs enfants les inscrivent… Dans le privé.
    Ils ont au moins la certitude que leurs enfants seront recadrés à la moindre incartade et qu’ils subiront une pression monstrueuse pour apprendre et travailler.

    Lamentable !!!

    Quand j’étais gamin, dans les années 60, les enseignants avaient le droit de coller des baffes (des vraies) aux élèves « difficiles ».
    Et si les élèves avaient le malheur de se plaindre à leurs parents ils en reçevaient une seconde.
    A l’époque, les classes pouvaient contenir jusquà 45 élèves. Mais on entendait les mouches voler pendant les cours.

    Quand je suis entré au collège en 1969, mai 68 était passé par là et ça commençait à devenir le bordel.
    On ne foutait plus rien en cours, ce qui était fabuleux pour des gamins insouciants… Mais qui n’était pas du tout la bonne solution pour leur avenir.
    Comme j’avais des « facilités » je suis arrivé à « surnager » jusqu’au bac (12,5% de taux de réussite au bac C cette année là).
    Quand je suis entré en fac, je m’en suis mordu les doigts car je n’avais JAMAIS bossé. Et je me suis pris une déculottée d’enfer…
    Je me suis rattrapé ensuite, mais ça a été TRÈS DIFFICILE. C’est dur de se mettre au boulot quand on a passé son temps à rigoler et à conter fleurette…

    Je peux vous garantir que j’ai corrigé le tir avec mes gamis pour leur éviter qu’ils ne suivent mon chemin désastreux.

    Réunion avec les enseignants, suivi des révisions, contrôle des notes…

    Bref, je leur ai fait faire ce que j’aurais dû faire de moi-même pour éviter le désatre.
    Leur implication a été « moyenne » (ils avaient aussi des « facilités ») mais a été quand-même « moins pire » que la mienne et ils s’en sont sortis « sans trop pleurer » en sachant au moins travailler (un peu).

    En résumé (suite à mon expérience) :

    – Si un gamin est livré à lui-même, il ne FOUTRA RIEN et ne pensera qu’a prendre du bon temps.

    – S’il a des « facilités » il pourra éventuellement s’en sortir mais ce sera TRÈS DUR.

    – S’il n’a pas de « facilités » il part dans le mur de manière irrémédiable.

    – Si il est OBLIGÉ de travailler (ce qui est contre sa nature, hélas) il a toutes les chances de s’en sortir.

    L’école pré-68 n’était sans doute pas une panacée mais au moins les enseignants pouvaient AU MOINS faire les cours dans le calme en laissant végéter les élèves « difficiles » au fond de la classe.
    L’école post-68 était le bordel complet et ça ne s’est pas arrangé depuis.

    Tous ces crétins qui sortent de grandes théories sur « le développement intime de l’enfant qui ne doit pas être perturbé par des contraintes » devraient aller appliquer leus beaux principes et enseigner dans des classes de ZEP…
    Je suis certain qu’ils en tiendraient pas un mois. c’est sans doute pour ça qu’on ne voit jamais ces beaux théoriciens sur le terrain. Pas folles les guêpes !!!

    Nous vivons en société. Pour que cette vie ne devienne pas la jungle il est nécessaire d’établir des règles avec des « lignes rouges » à ne pas dépasser.

    C’est une simple question de respect des autres.

    Ne vous étonnez pas si tant de personnes se comportent de manière si peu respectueuse envers les autres, si elles sont si égoïstes, égocentriques, si elles pensent sincèrement qu’elles sont « supérieures » aux autres…

    C’est simplement parce qu’on leur a jamais appris à respecter les autres.

    Les événements tragiques de ces derniers jours sont là pour nous rappeler que nous devons apprendre à vivre ensemble. C’est con mais c’est comme ça. Le « vivre ensemble » n’est pas inné, il est acquis.

    En tant que véritable libertaire ça me choque profondément mais c’est hélas notre côté « prédateur » qui prend systématiquement le dessus si on ne cultive pas le côté « animal social » (société = vivre ensemble = respecter TOUS les autres).

    Ça ne justifie pas de martyriser des enfants, loin de moi cette idée là.
    Mais en cas de dérive grave il faut les remettre en place immédiatement, sinon ils n’ont plus de repères et passé un certain âge ils ne pourront plus revenir en arrière.

    Des recherches scientifiques ont prouvé que ces comportements sociaux étaient acquis avant 8/9 ans.
    Ensuite, c’est trop tard et le cerveau est déjà formé. Il ne pourra plus acquérir ces comportements même si la personne est supérieurement intelligente et motivée…

    Alors impliquez-vous dans l’éducation (au sens noble du terme) de vos enfants. Si ce n’est pas pour votre satisfaction personnelle (avoir des enfants « bien éduqués »), faites le pour eux (leur bien-être, ce qui est de loin le plus important).

    Il n’y a pas de honte à respecter les autres. Tous les autres.
    Seuls les sociopathes pensent que c’est un handicap.
    Et il y en a hélas de plus en plus.

      +7

    Alerter
  • Michel Loncin // 20.01.2015 à 09h32

    « Cacquarantopoulos » ignore manifestement que « Valmy » fut en fait une « victoire » achetée par les franc maçons français auprès du franc maçon général-duc de Brunswig et que la pseudo « levée en masse » prêchée par Danton fut, en fait, une manière très classique (Du Guesclin, au XIVème siècle l’avait initiée en envoyant les « Grandes Compagnies » en Espagne) de se débarasser des TUEURS des tristement célèbres « Massacre de Septembre » en les envoyant aux frontières (« qu’un sang impur abreuve nos sillons ») !!! Je préfère de TRES LOIN le « pont d’Arcole, Rivoli, Austerlitz ET la campagne de France de 1814 (moment de mobilisation et d’UNITE contre l’Europe coalisée … même si elle a abouti à la défaite finale) !!!
    « Cacquarantopoulos », « Charliste » déclaré, observe par contre (comment s’en étonner ?!) un silence ASSOUDISSANT relativement aux MASSACRES « légalisés » au Proche et au Moyen Orient (et assurément dans le Donbass) !!! « Cacquarantopoulos » est le type achevé du DEUX poids – DEUX mesures Otano-UE-étatsunien !!!
    Quant à ce TORCHON qui a nom « Charlie Hebdo », que le « charliste » « Cacquarantopoulos » apprenne qu’en dépit de 3,5 à 4 millions de « manifestants » MANIPULES (et LOBOTOMISES) par une médiatisation et un tapage médiatique SANS PRECEDENT depuis l’Eurofoot ’98, il y a AUSSI des « JE NE SUIS PAS CHARLIE » qui ont DROIT à LEUR « liberté d’expression » !!!
    Le « Sommet » : la 39ème minute quand Cacquarantopoulos y va avec de garnds effets de manche … !!! Selon lui, apparemment, il n’y a pas d’homme providentiel … REPONSE : Bonaparte en 1799 … Clemenceau en 1917 … De Gaulle, en 1940 et en 1958 !!!
    En conclusion, CHAPEAU à Olivier Berruyer et la citation de Kierkegaard : « Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils évitent » !!! Les trois autres en ont été … « assis » !!!

      +0

    Alerter
    • Xavier // 20.01.2015 à 17h04

      Si tous les « gens biens », qui sur tous les plateaux nous vantent les mérites de CH et jurent la main sur le cœur qu’ils le lisaient chaque semaine, étaient effectivement clients du magazine, il ne se serait pas retrouvé en quasi faillite avant le 7 janvier…

        +0

      Alerter
  • tovaritch // 20.01.2015 à 20h21

    bonsoir à tous ,

    à l’écoute du petit passage anti mili j’apporte une précision concernant les cadres de l’armée .

    Aujourd’hui la quasi totalité des Sous-officiers et officiers subalterne ont au moins un niveau bac+2 à bac+5 et pourraient encadrer sans aucun problème , en fonction de leurs spécialités , des jeunes du secondaires . J’ajoute que ces cadres ont accès durant leur formation à des cours de pédagogie que même des futurs profs du civils n’ont pas !

    l’armée à Papa est fini depuis fort longtemps et de ma propre expérience qui remonte à environ 18 ans , je n’ai rencontré aucun jeune en dessous de bac +2 débutant et ceux qui étaient déjà en fonction à l’époque , et qui ne passaient pas les qualifications à temps étaient poussés vers la sortie . l’effet professionnalisation .

      +0

    Alerter
    • fred89 // 21.01.2015 à 02h29

      Je ne pense pas que ce soit les qualités intellectuelles et la formation des militaires qui soient mises en doute, mais ce n’est leur fonction que de suppléer l’éducation nationale.
      D’autant plus, qu’au train où vont les choses, ce sera bientôt dès la maternelle qu’il va falloir recadrer ces chers petits. 🙂
      C’est une solution qui aurait pu être valable pour une poignée de jeunes en perdition afin de leur éviter de tomber dans la délinquance, mais là c’est l’éducation nationale et familiale qui a sombré pour des dizaines de milliers de jeunes. Ca fait beaucoup, non?

        +0

      Alerter
  • fred89 // 21.01.2015 à 01h16

    Cré nom de Dieu! On arrive jusqu’au lycée avec une orthographe pareille?

      +0

    Alerter
  • Costanzo // 21.01.2015 à 09h59

    Un grand bravo pour toi Olivier qui a lancé le débat, chose qui n’était que rarement faite jusqu’a présent ! 🙂

      +0

    Alerter
  • courtial // 21.01.2015 à 22h03

    pour une fois je n’ai pas très bien compris O. Berruyer dans son allusion à Marine LePen …..car:Un referendum sur la peine de mort n’a rien de scandaleux (?) De plus le RBM et le FN sont les seuls a avoir évoqué_courageusement_ les effrayantes erreurs des attaques militaires ou belliqueuses en Libye et en Syrie pays anti terroristes ….

      +0

    Alerter
  • balt // 22.01.2015 à 06h48

    Beaucoup trop de misérabilisme autour de ces fameux « quartiers ».Une grande partie de la France rurale ou banlieusarde ne vit pas mieux et est beaucoup moins aidée.L’état doit juste faire respecter la loi dans les zones et les écoles,c’est la que les moyens doivent etre concentrés.

      +1

    Alerter
  • ubu // 24.01.2015 à 07h49

    Que vous preferiez parler de certains dessins que vous n’aimez pas, ce qui peut se comprendre, et non pas du droit a les produire ou les diffuser, c’est une hierarchie des idees ou un choix que l’on peut discuter. Mais s’il vous plait, ne parlez pas d’hommage « appuyé », cela parait tres loin des actes. On nage dans l’ambiguite, c’est pas terrible pour parler economie non plus!

      +0

    Alerter
  • Arthur // 08.02.2015 à 05h27

    Leonidas Kalogeropoulos ou la misère spirituelle du Néolibéralisme déclinant.

    Pour cet uluberlu, les professeurs ruinent la France et il veut demain les remplacer par des adjudants chefs !

    Pauvre Léonidas Kalogeropoulos ! L’armée à l’Ecole, ah, ah ! voilà sa conclusion et sa suprême révélation après ses larmes de crocodiles sur la manifestation du 11 janvier 2015.

     » Vite la dictature contre le Terrorisme  » ! clame l’uluberlu Léonidas Kalogeropoulos, dit  » Stupid man »

    Déjà le tartuffe s’était complu dans la forfaiture lorsqu’il avait déclaré à propos des chômeurs :

     » on leur rappelle qu’il faut qu’ils prennent une douche le matin  » et le voilà encore ce triste sire qui se ridiculise avec les militaires à l’école à la place des professeurs.

    « Stupid Man » dit : « Les professeurs sont des voleurs et les chômeurs puent  »

    Le proto-fasciste et petit freluquet est une honte médiatique française.
    Une de plus.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications