Les Crises Les Crises
11.août.202011.8.2020 // Les Crises

CETA : Chypre refuse de ratifier un accord qui menace ses produits agricoles

Merci 695
J'envoie

Source : Frankfurter Allgemeine Zeitung
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Le Parlement chypriote n’a pas ratifié l’accord du CETA entre l’UE et le Canada. Le fromage halloumi chypriote n’était pas suffisamment protégé dans l’accord.

Le CETA est en bien mauvaise posture. Le parlement de Chypre, membre de l’UE, n’a pas ratifié l’accord. Lors d’un vote vendredi 31 juillet, 37 députés européens ont voté contre et 18 pour la ratification de l’accord commercial. Selon le parti de gauche AKEL et les socialistes, le fromage halloumi de Chypre et d’autres produits agricoles de l’île ne sont pas suffisamment protégés, a rapporté samedi la station de radio d’État (RIK).

Si le CETA est entré en vigueur provisoirement en septembre 2017, Lles parlements nationaux – et dans certains cas régionaux – des pays de l’UE doivent encore ratifier l’accord pour qu’il devienne pleinement valide.

Le fromage Halloumi est considéré comme l’un des plats nationaux de Chypre et est exporté en grande quantité. Les partis de gauche ont également critiqué l’accord car, selon eux, il renforce les multinationales et conduit les petits producteurs au désastre. Le petit parti des Verts s’est plaint que l’accord porte atteinte à l’environnement et favorise la production d’aliments génétiquement manipulés.

Des sources gouvernementales ont déclaré samedi que Nicosie tenterait de négocier certaines exemptions pour les produits chypriotes avant que l’accord ne soit à nouveau soumis à la Chambre des représentants pour approbation. Un porte-parole du gouvernement n’a pas été en mesure de confirmation une nouvelle échéance.

Source : Frankfurter Allgemeine Zeitung
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

RGT // 11.08.2020 à 08h42

Si les chypriotes n’en veulent pas, ils l’auront quand-même, comme entre autres les français pour le référendum de 2005.

La seule différence, tient au fait que c’est le parlement qui a voté contre, mais pour l’UERSS c’est exactement pareil.

À mon humble avis, il va y avoir des rétorsions bien nauséabondes sur lesquelles « nos » médias « indépendants et bien informés » ne s’étendront pas pour éviter de nous inonder d’informations « inutiles » entre la visite de Jean Castex dans la nouvelle usine Durex et les attouchements de Jupiter 1er qui guérit les lépreux et leur offre un job pour 100€ par mois en traversant la rue.

10 réactions et commentaires

  • Urko // 11.08.2020 à 07h34

    On a vu comment furent balayées les oppositions au ceta de certains pays influents, alors Chypre… Triste ue

      +24

    Alerter
    • raoul // 11.08.2020 à 11h08

      Le but de Chypre ne serait-il pas d’obtenir un « petit arrangement » sur un autre sujet ? les jeux, transferts de fonds, les flottes maritimes, les clandestins en méditerranée ? la liste est loin d’être finie… surtout avec ce pays qui a un relent un peu ma fi eux…

        +4

      Alerter
    • MS // 11.08.2020 à 12h37

      En l’occurence le système européen est particulièrement pervers puisqu’il empêche un pays, ici Chypre, de défendre ses intérêts commerciaux, mais prend des sanctions quand en conséquence le pays s’endette. Il n’est pas sur du tout que les Chypriotes qui ont déjà subit un « prélèvement obligatoire » de 40 à 60% de leurs dépôts bancaires après la crise de 2008 acceptent de passer à nouveau sous les fourches caudines de UE.

        +10

      Alerter
  • RGT // 11.08.2020 à 08h42

    Si les chypriotes n’en veulent pas, ils l’auront quand-même, comme entre autres les français pour le référendum de 2005.

    La seule différence, tient au fait que c’est le parlement qui a voté contre, mais pour l’UERSS c’est exactement pareil.

    À mon humble avis, il va y avoir des rétorsions bien nauséabondes sur lesquelles « nos » médias « indépendants et bien informés » ne s’étendront pas pour éviter de nous inonder d’informations « inutiles » entre la visite de Jean Castex dans la nouvelle usine Durex et les attouchements de Jupiter 1er qui guérit les lépreux et leur offre un job pour 100€ par mois en traversant la rue.

      +36

    Alerter
    • FredT. // 11.08.2020 à 15h11

      Ils l’ont déja vu qu’il a été mis en application avant son adoption .

        +2

      Alerter
  • LibEgaFra // 11.08.2020 à 10h03

    « il renforce les multinationales et conduit les petits producteurs au désastre. »

    Ils ont tout compris. Comment se fait-il que ce soient les seuls?

    « pour l’UERSS  »

    Merci d’arrêter de comparer l’UE à l’URSS. L’URSS n’avait pas la prétention d’être « démocratique », c’est-à-dire livrée aux multinationales et à la guerre.

      +21

    Alerter
    • Otâneries // 12.08.2020 à 07h27

      Très juste. D’ailleurs, parmi les partis de la coalition ayant voté contre cet accord se trouve AKEL, parti communiste, plus grand parti de la dite coalition, premier parti d’opposition au président de droite.

        +1

      Alerter
  • Bouddha Vert // 11.08.2020 à 11h49

    Outre le fait que favoriser les échanges transatlantiques de biens, sans barrière douanière, est un non-sens écologique, politiquement et stratégiquement il permet aussi d’assurer des normes et une régulation commune entre ces zones.
    Cela enferre l’Europe et la France dans un carcan qui interdit de plus en plus la capacité de s’engager vers des politiques de rupture, de divergence ou simplement de distinction de nos productions industrielles, de nos services et bien évidemment des AOP qui protègent un tant soit peut les productions des grands industriels.

    Moins de diversité dans les productions, une concurrence transcontinentale énergivore, la promotion d’un monde sans limites, compter les dollars, les euros est encore une préoccupation supérieure à celle de compter le CO2 de nos activités… on avance.

      +6

    Alerter
  • LowCost // 11.08.2020 à 12h38

    Malheureusement, il est à parier que ça ne changera rien ou presque. Etant donné que ce traité est déjà en « application provisoire » comme le rappel cet article, dans sa quasi totalité :

    https://www.leparisien.fr/economie/ceta-tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-son-entree-en-vigueur-provisoire-21-09-2017-7275702.php

    L’UE étant une machine à ne pas respecter ses propres règles quand ça l’arrange, ce fonctionnement provisoire n’aura qu’à durer quelques années de plus, le temps de faire revoter le parlement chypriote.
    Quelques miettes supplémentaire accompagnées d’un savant mélange de mots doux et de menaces devraient suffire.

      +18

    Alerter
  • RGT // 12.08.2020 à 09h20

    N’oublions surtout pas que le CETA est AUSSI un moyen de contourner le rejet du TAFTA entre l’UE et les USA qui fût sans doute le pire camouflet qu’a reçu la Kommission.

    Au lieu de transiter directement entre l’UE et les USA et réciproquement, les biens et les sévices transiteront par le Canada qui a quant à lui un traité de libre-échange avec les USA (et le Mexique, et d’autres pays aussi).
    Le CETA est donc surtout un nouveau TAFTA qui ne dit pas son nom.
    Les entreprises US l’ont d’ailleurs bien compris et ont massivement installé des filiales au Canada pour profiter de l’aubaine du marché €uropéen sans avoir à devoir payer de taxes « ignobles ».
    Pendant ce temps, les USA mènent un guerre commerciale contre leurs « alliés » €uropéens… Trouvez l’erreur.

    Les russes avaient bien compris l’arnaque quand l’Ukraine avait été contactée par l’UE pour en devenir membre : Ils avaient alors signifié aux ukrainiens qu’ils ne pouvaient pas à la fois être membres de l’UE ET de la CEI.
    Les ukrainiens avaient alors fait un rétropédalage vis à vis de l’UE, ayant plus à gagner avec les russes qu’avec les occidentaux, ce qui a entraîné les « bienfaits » de « fuck the EU » et du Maïdan…

      +7

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications