Les Crises Les Crises
8.juillet.20208.7.2020 // Les Crises

Covid-19 : L’échec de notre monde face à la propagation silencieuse du SARS-CoV-2

Merci 120
J'envoie

Source : New York Times
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Une transmission asymptomatique rend le coronavirus beaucoup plus difficile à combattre. Mais les responsables de la santé ont écarté ce risque pendant des mois, en avançant des affirmations trompeuses et contradictoires face à des preuves de plus en plus nombreuses.

MUNICH – Le Dr. Camilla Rothe était sur le point de partir pour un dîner lorsque le laboratoire gouvernemental a appelé au sujet du résultat d’un test. Positif. C’était le 27 janvier. Elle venait de découvrir le premier cas de ce nouveau coronavirus en Allemagne.

Mais le diagnostic n’avait aucun sens. Son patient, un homme d’affaires d’une entreprise de pièces automobiles voisine, aurait pu être infecté par une seule personne : une collègue en visite de Chine. Et cette collègue n’aurait pas dû être contagieuse.

Elle avait d’ailleurs semblé en parfaite santé pendant son séjour en Allemagne. Pas de toux ni d’éternuement, pas de signes de fatigue ni de fièvre pendant deux jours de longues réunions. Elle a dit à ses collègues qu’elle avait commencé à se sentir malade après le vol de retour en Chine. Quelques jours plus tard, elle a été testée positive au coronavirus.

Les scientifiques de l’époque pensaient que seules les personnes présentant des symptômes pouvaient propager le coronavirus. Ils pensaient qu’il agissait comme son cousin génétique, le SRAS.

« Les gens qui en savent beaucoup plus sur les coronavirus que moi en étaient absolument sûrs« , a rappelé le Dr Rothe, spécialiste des maladies infectieuses à l’hôpital universitaire de Munich.

Mais si les experts se trompaient, si le virus pouvait se propager à partir de porteurs apparemment sains ou de personnes qui n’avaient pas encore développé de symptômes, les ramifications étaient potentiellement catastrophiques. Les campagnes de sensibilisation du public, le dépistage dans les aéroports et les politiques de « restez chez vous si vous êtes malade » pourraient ne pas l’arrêter. Des mesures plus agressives pourraient s’avérer nécessaires, par exemple en ordonnant aux personnes en bonne santé de porter un masque ou en limitant les voyages internationaux.

Le Dr Rothe et ses collègues ont été parmi les premiers à alerter le monde. Mais malgré les preuves accumulées par d’autres scientifiques, les principaux responsables de la santé ont exprimé une confiance inébranlable dans le fait que la propagation sans symptômes n’était pas importante.

Dans les jours et les semaines qui ont suivi, les politiciens, les responsables de la santé publique et les universitaires rivaux ont dénigré ou ignoré l’équipe de Munich. Certains se sont employés activement à saper les avertissements à un moment crucial, alors que la maladie se propageait sans être remarquée dans les églises françaises, les stades de football italiens et les bars de ski autrichiens. Un bateau de croisière, le Diamond Princess, allait devenir un signe avant-coureur mortel d’une propagation sans symptômes.

Des entretiens avec des médecins et des responsables de la santé publique dans plus d’une douzaine de pays montrent que pendant deux mois cruciaux – et face aux preuves génétiques de plus en plus nombreuses – les responsables de la santé et les dirigeants politiques occidentaux ont minimisé ou nié le risque de propagation sans symptômes.

Les principaux organismes de santé, dont l’Organisation mondiale de la santé et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, ont donné des conseils contradictoires et parfois trompeurs. Une discussion cruciale sur la santé publique a débouché sur un débat sémantique sur ce qu’il convient d’appeler les personnes infectées sans symptômes clairs.

Le délai de deux mois était le résultat d’hypothèses scientifiques erronées, de rivalités académiques et, peut-être plus important encore, d’une réticence à accepter que l’endiguement du virus entraîne des mesures drastiques. La résistance aux preuves émergentes a été l’une des raisons de la lenteur de la réaction mondiale au virus.

Il est impossible de calculer le coût humain de ce retard, mais les modèles suggèrent qu’une action plus précoce et agressive aurait pu sauver des dizaines de milliers de vies. Des pays comme Singapour et l’Australie, qui ont eu recours au dépistage et à la recherche des contacts et ont rapidement mis en quarantaine les voyageurs apparemment en bonne santé, ont obtenu de bien meilleurs résultats que ceux qui ne l’ont pas fait.

Il est désormais largement admis que des personnes apparemment en bonne santé peuvent propager le virus, même si l’incertitude demeure quant à leur contribution à la pandémie. Bien que les estimations varient, des modèles utilisant des données provenant de Hong Kong, de Singapour et de Chine suggèrent que 30 à 60 % de la propagation se produit lorsque les gens ne présentent aucun symptôme.

« C’était, je pense, une vérité très simple« , a déclaré le Dr Rothe. « J’ai été surpris que cela provoque une telle tempête. Je ne peux pas l’expliquer« .

Même aujourd’hui, avec plus de 9 millions de cas dans le monde et un nombre de décès approchant les 500 000, la Covid-19 reste une énigme non résolue. Il est trop tôt pour savoir si le pire est passé, ou si une deuxième vague mondiale d’infections est sur le point de s’abattre. Mais il est clair qu’un grand nombre de pays, des régimes secrets aux démocraties trop confiantes, ont mal réagi, ont mal jugé le virus et ont ignoré leurs propres plans d’urgence.

Il est également clair que le temps a été un élément essentiel dans la lutte contre le virus – et que trop de temps a été gaspillé.

Elle n’était pas malade

La nuit du premier test positif de l’Allemagne, le virus semblait lointain. Moins de 100 décès avaient été signalés dans le monde. L’Italie, qui deviendra le point zéro de l’Europe, n’enregistrera pas ses premiers cas avant trois jours.

Quelques rapports en provenance de Chine ont déjà suggéré la possibilité d’une propagation sans symptômes. Mais personne n’a prouvé que cela pouvait se produire.

Cette nuit-là, le Dr Rothe a envoyé un courriel à quelques dizaines de médecins et de responsables de la santé publique.

« Les infections peuvent en fait être transmises pendant la période d’incubation« , a-t-elle écrit.

Trois autres employés de l’entreprise de pièces automobiles, Webasto, ont été testés positifs le jour suivant. Leurs symptômes étaient si légers que, normalement, il est probable qu’aucun d’entre eux n’aurait été signalé pour le test, ou n’aurait pensé à rester chez lui.

Le Dr Rothe a décidé qu’elle devait tirer la sonnette d’alarme. Son patron, le Dr Michael Hoelscher, a envoyé un e-mail au New England Journal of Medicine. « Nous pensons que cette observation est de la plus haute importance« , a-t-il écrit.

Les rédacteurs ont immédiatement réagi. Quand ont-ils pu voir le journal ?

Le lendemain matin, le 30 janvier, les responsables de la santé publique ont interrogé la femme d’affaires chinoise par téléphone. Hospitalisée à Shanghai, elle a expliqué qu’elle avait commencé à se sentir malade pendant le vol de retour. Avec le recul, elle avait peut-être eu de légers maux ou de la fatigue, mais elle les avait attribués à une longue journée de voyage.

« De son point de vue, elle n’était pas malade« , a déclaré Nadine Schian, une porte-parole de Webasto qui était à l’appel. Elle a dit : « D’accord, je me sentais fatiguée. Mais j’ai déjà été en Allemagne plusieurs fois et je souffre toujours du décalage horaire« .

Lorsque les responsables de la santé ont décrit l’appel, le Dr Rothe et le Dr Hoelscher ont rapidement terminé et soumis leur article. Le Dr Rothe n’a pas parlé à la patiente elle-même, mais a dit qu’elle s’était appuyée sur le résumé des autorités sanitaires.

En quelques heures, il était en ligne. Il s’agissait d’une observation clinique modeste à un moment clé. Quelques jours auparavant, l’Organisation mondiale de la santé avait déclaré avoir besoin de plus d’informations sur ce sujet.

Ce que les auteurs ne savaient pas, cependant, c’est que dans une banlieue à 20 minutes de là, un autre groupe de médecins s’était également empressé de publier un rapport. Ni l’un ni l’autre ne savaient sur quoi l’autre travaillait, une faille académique apparemment minime qui aurait des implications mondiales.

Des subtilités académiques

Le second groupe était composé de fonctionnaires de l’autorité sanitaire bavaroise et de l’agence nationale allemande de la santé, connue sous le nom d’Institut Robert Koch. Dans un bureau de banlieue, les médecins ont déroulé du papier et tracé les voies d’infection à l’aide de stylos de couleur.

Leur équipe, dirigée par l’épidémiologiste bavarois Merle Böhmer, a soumis un article à The Lancet. Mais le groupe hospitalier de Munich les avait devancés de trois heures. Le Dr Böhmer a déclaré que l’article de son équipe, qui n’a pas été publié, était parvenu à des conclusions similaires, mais qu’il les avait formulées de manière légèrement différente.

Le Dr Rothe avait écrit que les patients semblaient être contagieux avant l’apparition de tout symptôme. L’équipe gouvernementale avait écrit que les patients semblaient être contagieux avant le début des symptômes complets – à un moment où les symptômes étaient si légers que les gens ne les reconnaissaient peut-être même pas.

La patiente chinoise, par exemple, s’était réveillée au milieu de la nuit avec une impression de décalage horaire. Désireuse d’être à l’affût de ses rencontres, elle a pris un médicament chinois appelé 999 – contenant l’équivalent d’un comprimé de Tylenol – et s’est recouchée.

Peut-être cela avait-il masqué une légère fièvre ? Peut-être que son décalage horaire était en fait de la fatigue ? Elle avait pris un châle pendant une réunion. Peut-être était-ce un signe de frissons ?

Après deux longs appels téléphoniques avec cette femme, les médecins de l’Institut Robert Koch étaient convaincus qu’elle n’avait tout simplement pas reconnu ses symptômes. Ils ont écrit au rédacteur en chef du New England Journal of Medicine, jetant le doute sur les conclusions du Dr Rothe.

Les rédacteurs ont décidé que le litige équivalait à des subtilités académiques. S’il a fallu une longue interview pour identifier les symptômes, comment peut-on s’attendre à ce que quelqu’un le fasse dans le monde réel ?

« La question était de savoir si elle avait quelque chose de cohérent avec le Covid-19 ou si quelqu’un aurait reconnu à l’époque que c’était le Covid-19« , a déclaré le Dr Eric Rubin, rédacteur en chef du journal.

« La réponse semblait être non. »

Le journal n’a pas publié la lettre. Mais ce n’est pas la fin de l’histoire.

Ce week-end-là, Andreas Zapf, le chef de l’autorité sanitaire bavaroise, a appelé le Dr Hoelscher de la clinique de Munich. « Écoutez, les gens à Berlin sont très en colère à cause de votre publication« , a déclaré le Dr Zapf, selon le Dr Hoelscher.

Il a suggéré de modifier la formulation du rapport du Dr. Rothe et de remplacer son nom par ceux des membres du groupe de travail du gouvernement, a dit le Dr. Hoelscher. Il a refusé.

L’agence de santé ne voulait pas discuter de l’appel téléphonique.

Jusque-là, a dit le Dr Hoelscher, leur rapport avait semblé simple. Maintenant, il était clair : « Politiquement, c’était un problème majeur, très majeur. »

Un tsunami complet

Le lundi 3 février, la revue Science a publié un article qualifiant le rapport du Dr Rothe de « défectueux« . Science a rapporté que l’Institut Robert Koch avait écrit au New England Journal pour contester ses conclusions et corriger une erreur.

L’Institut Robert Koch a refusé des demandes d’interviews répétées sur plusieurs semaines et n’a pas répondu aux questions écrites.

Le rapport du Dr Rothe est rapidement devenu le symbole d’une recherche précipitée. Les scientifiques ont déclaré qu’elle aurait dû parler elle-même à la patiente chinoise avant de publier, et que cette omission avait compromis le travail de son équipe. Sur Twitter, elle et ses collègues ont été dénigrés par les scientifiques et les experts de salon.

« Il s’est abattu sur nous comme un tsunami complet« , a déclaré le Dr Hoelscher.

La controverse a également éclipsé un autre événement crucial survenu à Munich.

Le lendemain matin, le Dr. Clemens-Martin Wendtner a fait une annonce surprenante. Le Dr Wendtner supervisait le traitement des patients munichois atteints de Covid-19 – ils étaient huit maintenant – et avait prélevé des échantillons sur chacun d’entre eux.

Il a découvert le virus dans le nez et la gorge à des niveaux beaucoup plus élevés, et bien plus tôt, que ce qui avait été observé chez les patients atteints du SRAS. Cela signifie qu’il pourrait probablement se propager avant que les gens ne sachent qu’ils sont malades.

Mais l’article de Science a noyé cette nouvelle. Si l’article du Dr Rothe avait laissé entendre que les gouvernements pourraient devoir faire plus contre le Covid-19, le recul de l’Institut Robert Koch était une défense implicite de la pensée conventionnelle.

L’agence de santé publique suédoise a déclaré que le rapport du Dr Rothe contenait des erreurs majeures. Le site web de l’agence a déclaré, sans équivoque, qu' »il n’y a aucune preuve que les gens sont infectieux pendant la période d’incubation » – une affirmation qui resterait en ligne sous une forme ou une autre pendant des mois…

Les responsables français de la santé n’ont pas non plus laissé de place au débat : « Une personne n’est contagieuse que lorsque des symptômes apparaissent« , peut-on lire dans un dépliant du gouvernement. « Pas de symptômes = pas de risque d’être contagieux« .

Alors que le Dr Rothe et le Dr Hoelscher s’éloignaient des critiques, les médecins japonais se préparaient à embarquer sur le navire de croisière Diamond Princess. Un ancien passager avait été testé positif au coronavirus.

Pourtant, sur le navire, les fêtes se poursuivaient. Après tout, le passager infecté avait quitté le navire depuis plusieurs jours. Et il n’avait pas signalé de symptômes pendant qu’il était à bord.

Un débat sémantique

Immédiatement après le rapport du Dr Rothe, l’Organisation mondiale de la santé avait noté que les patients pouvaient transmettre le virus avant de présenter des symptômes. Mais l’organisation a également souligné un point qu’elle continue de faire valoir : Les patients qui présentent des symptômes sont les principaux moteurs de l’épidémie.

Cependant, une fois l’article de Science publié, l’organisation s’est lancée directement dans le débat sur le travail du Dr Rothe. Le mardi 4 février, le Dr Sylvie Briand, chef de la préparation aux maladies infectieuses de l’agence, a tweeté un lien vers l’article de Science, qualifiant le rapport du Dr Rothe de défectueux.

Avec ce tweet, l’OMS a mis l’accent sur une distinction sémantique qui allait brouiller la discussion pendant des mois : La patiente était-elle asymptomatique, c’est-à-dire qu’elle ne présenterait jamais de symptômes ? Ou pré-symptomatique, ce qui signifie qu’elle est tombée malade plus tard ? Ou, plus confus encore, oligo-symptomatique, ce qui signifie qu’elle avait des symptômes si légers qu’elle ne les reconnaissait pas ?

Pour certains médecins, l’attention portée à ces distinctions obscures ressemblait à un sifflement dans le cimetière. Une personne qui se sent en bonne santé n’a aucun moyen de savoir qu’elle est porteuse d’un virus ou qu’elle est sur le point de tomber malade. Les contrôles de température dans les aéroports ne permettraient pas d’attraper ces personnes. Il ne fallait pas non plus les interroger sur leurs symptômes ou leur dire de rester chez eux lorsqu’ils se sentaient malades.

L’OMS a déclaré plus tard que le tweet n’avait pas été conçu comme une critique.

Un groupe a prêté peu d’attention à ce débat qui couvait : les médecins de la région de Munich qui s’efforcent de contenir le foyer épidémique de l’entreprise de pièces automobiles. Ils parlaient quotidiennement avec des personnes potentiellement malades, surveillant leurs symptômes et suivant leurs contacts.

« Pour nous, il a été assez vite évident que cette maladie peut être transmise avant les symptômes« , a déclaré le Dr Monika Wirth, qui a suivi les contacts dans le comté voisin de Fürstenfeldbruck.

Le Dr Rothe, cependant, a été secouée. Elle ne comprenait pas pourquoi une grande partie de l’establishment scientifique semblait vouloir minimiser le risque.

« Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’une paire d’yeux« , a-t-elle déclaré. « Vous n’avez pas besoin de la virologie. »

Mais elle est restée confiante.

« On nous donnera raison« , a-t-elle dit au Dr Hoelscher.

Ce soir-là, le Dr Rothe a reçu un courriel du Dr Michael Libman, un spécialiste des maladies infectieuses à Montréal. Il pensait que la critique du journal était une question de sémantique. Son journal l’avait convaincu de quelque chose : « La maladie finira très probablement par se propager dans le monde entier ».

Paralysie politique

Le 4 février, le comité scientifique d’urgence britannique s’est réuni et, bien que ses experts n’aient pas exclu la possibilité d’une transmission sans symptômes, personne n’a beaucoup insisté sur l’article du Dr Rothe.

« C’était une étude par ouï-dire« , a déclaré Wendy Barclay, virologue et membre du comité, connu sous le nom de Scientific Advisory Group for Emergencies. « En l’absence d’une véritable épidémiologie robuste et de traçage, ce n’est pas évident tant que vous ne voyez pas les données. »

Les données ne tarderaient pas à arriver, et d’une source inattendue. Le Dr Böhmer, de l’équipe sanitaire bavaroise, a reçu un appel téléphonique surprenant au cours de la deuxième semaine de février.

Les virologistes avaient découvert une subtile mutation génétique dans les infections de deux patients du groupe de Munich. Leurs chemins s’étaient croisés pendant un court instant, l’un passant une salière à l’autre dans la cafétéria de l’entreprise, alors qu’aucun des deux ne présentait de symptômes. Leur mutation commune montrait clairement que l’un avait infecté l’autre.

Le Dr Böhmer avait été sceptique quant à une propagation sans symptômes. Mais maintenant, il n’y avait plus aucun doute : « Cela ne peut s’expliquer que par une transmission présymptomatique« , a déclaré le Dr Böhmer.

C’est maintenant le Dr Böhmer qui a tiré la sonnette d’alarme. Elle a déclaré qu’elle avait rapidement fait part de cette découverte et de sa signification à l’Organisation mondiale de la santé et au Centre européen de prévention et de contrôle des maladies.

Aucune des deux organisations n’a inclus la découverte dans ses rapports réguliers.

Une semaine après avoir reçu l’information du Dr. Böhmer, les responsables européens de la santé continuaient à déclarer : « Nous ne sommes toujours pas sûrs que des cas bénins ou asymptomatiques puissent transmettre le virus. » Il n’était pas fait mention de la preuve génétique.

Les responsables de l’OMS affirment que la découverte génétique a alimenté leur réflexion, mais ils ne l’ont pas annoncée. Les responsables européens de la santé affirment que l’information allemande n’était qu’une des premières pièces d’un tableau qu’ils étaient encore en train de reconstituer.

Les médecins de Munich ont été de plus en plus frustrés et confus par l’Organisation mondiale de la santé. Tout d’abord, le groupe a crédité à tort le gouvernement chinois d’avoir alerté les autorités allemandes de la première infection. Les fonctionnaires et les médecins affirment que c’est l’entreprise de pièces automobiles elle-même qui a sonné l’alarme.

Ensuite, le directeur des urgences de l’Organisation mondiale de la santé, le Dr Michael Ryan, a déclaré le 27 février que l’importance de la propagation sans symptômes devenait un mythe. Et le Dr Maria Van Kerkhove, responsable technique de l’organisation sur la réponse au coronavirus, a suggéré qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter.

« C’est rare mais possible« , a-t-elle déclaré. « C’est très rare. »

L’agence maintenait toujours que les personnes qui toussaient ou éternuaient étaient plus contagieuses que celles qui ne toussaient pas. Mais il n’y avait pas de consensus scientifique sur l’importance de cette différence ou sur la manière dont elle affectait la propagation du virus.

Et donc, avec les preuves qui s’accumulaient, l’équipe de Munich n’a pas pu comprendre comment l’OMS pouvait être si sûre que la propagation sans symptômes était insignifiante.

« À ce stade, pour nous, c’était clair« , a déclaré le Dr Wendtner, le médecin principal qui supervise le traitement des patients atteints de Covid-19. « C’était une déclaration trompeuse de l’OMS. »

« Si c’est vrai, nous sommes dans le pétrin. »

Le foyer épidémique de Munich n’a pas été le seul avertissement.

Les autorités sanitaires chinoises avaient explicitement averti que les patients étaient contagieux avant de présenter des symptômes. Un chauffeur de bus japonais a été infecté alors qu’il transportait des touristes apparemment en bonne santé depuis Wuhan.

Et à la mi-février, 355 personnes à bord du bateau de croisière Diamond Princess avaient été testées positives. Environ un tiers des passagers et du personnel infectés ne présentaient aucun symptôme.

Mais les responsables de la santé publique ont vu un danger à promouvoir le risque de propagation silencieuse. Si la mise en quarantaine des personnes malades et la recherche de leurs contacts ne permettaient pas de contenir la maladie de manière fiable, les gouvernements pourraient abandonner ces efforts.

En Suède et en Grande-Bretagne, par exemple, les discussions ont tourné autour de la nécessité de maintenir l’épidémie jusqu’à ce que la population obtienne une « immunité collective ». Les responsables de la santé publique craignaient que cela n’entraîne une surcharge des hôpitaux et des décès inutiles.

De plus, pour empêcher une propagation silencieuse, il fallait procéder à des tests agressifs et généralisés, ce qui était alors impossible pour la plupart des pays.

« Ce n’est pas comme si nous avions une alternative facile« , a déclaré le docteur Libman, le médecin canadien. Le message était essentiellement : « Si c’est vrai, nous sommes dans le pétrin. »

Les responsables européens de la santé disent qu’ils étaient réticents à reconnaître la propagation silencieuse parce que les preuves s’accumulaient et que les conséquences d’une fausse alerte auraient été graves. « Ces rapports sont visibles partout, dans le monde entier« , a déclaré le Dr Josep Jansa, un haut responsable de la santé de l’Union européenne. « Quoi que nous diffusions, il n’y a pas de retour possible. »

Avec le recul, les responsables de la santé auraient dû dire que, oui, une propagation sans symptômes se produisait et qu’ils ne comprenaient pas sa prévalence, a déclaré le Dr Agoritsa Baka, un haut responsable de la santé de l’Union européenne.

Mais faire cela, dit-elle, aurait été un avertissement implicite aux pays : Ce que vous faites pourrait ne pas être suffisant.

« Arrêtez d’acheter des masques ! »

Alors que les responsables de la santé publique hésitaient, certains médecins ont agi. Lors d’une conférence à Seattle à la mi-février, Jeffrey Shaman, un professeur de l’université de Columbia, a déclaré que ses recherches suggéraient que la propagation rapide du Covid-19 ne pouvait s’expliquer que s’il y avait des patients infectieux avec des symptômes insignifiants ou pas de symptômes du tout.

Ce jour-là, Steven Chu, physicien lauréat du prix Nobel et ancien secrétaire américain à l’énergie, était dans le public. « Si elle est laissée à elle-même, cette maladie se répandra dans toute la population », se souvient-il en mettant en garde le professeur Shaman.

Par la suite, le Dr Chu a commencé à insister pour que les collègues en bonne santé de son laboratoire de l’université de Stanford portent des masques. Les médecins de Cambridge, en Angleterre, ont conclu que la transmission asymptomatique était une source importante d’infection et ont conseillé aux agents de santé locaux et aux patients de porter des masques, bien avant que le gouvernement britannique ne reconnaisse le risque de propagation silencieuse.

Les autorités américaines, confrontées à une pénurie, ont activement découragé le public d’acheter des masques. « Sérieusement, les gens – ARRÊTEZ D’ACHETER DES MASQUES ! » Le général Jerome M. Adams, chirurgien, a tweeté ceci le 29 février.

Au début du mois de mars, alors que l’Organisation mondiale de la santé continuait de faire valoir que la transmission sans symptômes était rare, la science faisait une percée dans l’autre sens.

Des chercheurs de Hong Kong ont estimé que 44 % des cas de transmission de Covid-19 se produisaient avant l’apparition des symptômes, une estimation conforme à celle d’une étude britannique qui a estimé que ce chiffre atteignait 50 %.

L’étude de Hong Kong a conclu que les gens devenaient infectieux environ deux jours avant l’apparition de leur maladie, avec un pic le premier jour des symptômes. Le temps que les patients ressentent leur premier mal de tête ou leur première égratignure dans la gorge, ils peuvent avoir propagé la maladie pendant plusieurs jours.

En Belgique, les médecins ont vu ce calcul en action, lorsque le Covid-19 a fait des ravages dans les maisons de retraite, tuant près de 5 000 personnes.

« Nous avons pensé qu’en surveillant les symptômes et en demandant aux malades de rester chez eux, nous pourrions gérer la propagation« , a déclaré Steven Van Gucht, le chef du comité scientifique belge du Covid-19. « Il est arrivé par le biais de personnes n’ayant pratiquement aucun symptôme. »

Plus de 700 personnes à bord du Diamond Princess ont été malades. Quatorze sont mortes. Les chercheurs estiment que la plupart des infections se sont produites à un stade précoce, alors que des passagers apparemment en bonne santé socialisaient et faisaient la fête.

Les scientifiques du gouvernement britannique ont conclu fin avril que 5 à 6 % des travailleurs de la santé ne présentant aucun symptôme étaient infectés et auraient pu propager le virus.

À Munich, le Dr Hoelscher s’est demandé à maintes reprises si les choses auraient été différentes si les dirigeants mondiaux avaient pris la question au sérieux plus tôt. Il a comparé leur réaction à celle d’un lapin tombant sur un serpent venimeux.

« Nous observions ce serpent et nous étions en quelque sorte paralysés« , a-t-il déclaré.

Acceptation. Ou pas.

Alors que les recherches se sont regroupées en mars, les responsables européens de la santé ont été convaincus.

« OK, c’est vraiment un gros problème« , s’est rappelé le Dr Baka. « Cela joue un grand rôle dans la transmission. »

À la fin du mois, les centres américains de contrôle des maladies ont annoncé qu’ils repensaient leur politique sur les masques. Jusqu’à 25 % des patients pouvaient ne présenter aucun symptôme.

Depuis lors, le CDC, les gouvernements du monde entier et, enfin, l’Organisation mondiale de la santé ont recommandé que les gens portent des masques en public.

Pourtant, l’Organisation mondiale de la santé envoie des signaux déroutants. Au début de ce mois, le Dr Van Kerkhove, responsable technique, a répété que la transmission par des patients asymptomatiques était « très rare« . Après un tollé de médecins, l’agence a déclaré qu’il y avait eu un malentendu.

« En toute honnêteté, nous n’avons pas encore une image claire de la situation« , a déclaré le Dr Van Kerkhove. Elle a déclaré qu’elle s’était référée à quelques études montrant une transmission limitée à partir de patients asymptomatiques.

Les récentes annonces sur Internet ont encore plus embrouillé la question. Une recherche sur Google à la mi-juin pour des études sur la transmission asymptomatique a abouti sur une publicité de l’OMS intitulée : « Les personnes sans symptôme propagent rarement le Coronavirus« .

En cliquant sur le lien, on obtient cependant une image beaucoup plus nuancée : « Certains rapports ont indiqué que les personnes ne présentant aucun symptôme peuvent transmettre le virus. On ne sait pas encore à quelle fréquence cela se produit« .

Après que le Times ait posé des questions sur ces divergences, l’organisation a supprimé les publicités.

De retour à Munich, il n’y a plus guère de doute. Le Dr Böhmer, médecin du gouvernement bavarois, a publié le mois dernier dans The Lancet une étude qui s’est appuyée sur des entretiens approfondis et des informations génétiques pour suivre méthodiquement chaque cas dans le groupe.

Dans les mois qui ont suivi le prélèvement du premier patient par le Dr Rothe, 16 personnes infectées ont été identifiées et dépistées précocement. Toutes ont survécu. Des tests agressifs et une recherche de contacts sans faille ont permis de contenir la propagation.

L’étude du Dr Böhmer a révélé une transmission « substantielle » à partir de personnes ne présentant aucun symptôme ou des symptômes exceptionnellement bénins et non spécifiques.

Le Dr Rothe et ses collègues ont reçu une note de bas de page.

Source : New York Times
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Commentaire recommandé

METZGER // 08.07.2020 à 08h22

L’incrédulité face à cette transmission par porteur asymptomatique est caractéristique d’une volonté à s’opposer fermement à toutes les mesures qui gêne notre mobilité. La seule mesure efficace aurait été de clouer les avions au sol dès le début de l’année. Mais s’attaquer à notre saint et sacré bougisme est un blasphème. Encore aujourd’hui, alors que l’on sait que le SRAS va avoir des successeurs avec une incubation plus longue et des virulences accentuées, cela n’empêche pas de subventionner l’aéronautique civile tant porteuse d’emplois ! Alors continuons à fouler le sol de Pataya, polluer Kusko et s’enfermer sous la clim de DubaÏ. Pauvre DR Rothe. Nul n’est prophète en son pays…

32 réactions et commentaires

  • METZGER // 08.07.2020 à 08h22

    L’incrédulité face à cette transmission par porteur asymptomatique est caractéristique d’une volonté à s’opposer fermement à toutes les mesures qui gêne notre mobilité. La seule mesure efficace aurait été de clouer les avions au sol dès le début de l’année. Mais s’attaquer à notre saint et sacré bougisme est un blasphème. Encore aujourd’hui, alors que l’on sait que le SRAS va avoir des successeurs avec une incubation plus longue et des virulences accentuées, cela n’empêche pas de subventionner l’aéronautique civile tant porteuse d’emplois ! Alors continuons à fouler le sol de Pataya, polluer Kusko et s’enfermer sous la clim de DubaÏ. Pauvre DR Rothe. Nul n’est prophète en son pays…

      +39

    Alerter
    • Spiridon // 10.07.2020 à 06h06

      Voilà un belle manifestation de connaissance historique! A-t-on commencé à voyager en 1980? De quoi est mort Saint-Louis à Tunis? Comment est arrivée la Peste Noire en Europe? etc.
      Je vous conseille des lectures pour comprendre que depuis Ulysse, le voyage est consubstantiel à l’homme:
      Jean Verdon – « Voyager au Moyen-Age »
      ou bien:
      https://www.decitre.fr/livres/le-voyage-au-moyen-age-9791032001042.html
      Et même bien avant; l’Homo Sapiens lui-même s’est non seulement répandu sur la planète il y a 200000 ans mais il est revenu depuis l’orient se mélanger à l’homme de Cro-Magnon, pour repartir jusqu’en Chine. La soie de Chine était à Rome un produit prisé et cher, mais disponible. etc. etc.
      Ces diatribes contre la « mobilité » sont une diatribe contre la méditation et la culture. Comme le dit le second ouvrage, le motif du voyage est une quête de soi. Le voyageur était sacré autrefois en tant qu’hôte, car comme le dit l’Odyssée un Dieu pouvait se cacher en voyageur, et comme le dit la bible (lettre aux Hébreux, 13-2) certains ont ainsi hébergé un ange à leur insu.
      L’anti-bougisme n’est pas un blasphème, mais l’expression d’une haine solitaire et recuite.

        +3

      Alerter
      • Kasper // 10.07.2020 à 06h12

        Bien sur bien sur, pendant les croisades des milliers de gens débarquaient chaque jour à Paris des 4 coins du monde en charter. C’est tout à comparable…

          +1

        Alerter
        • Spiridon // 10.07.2020 à 06h27

          L’ironie n’est pas bonne conseillère. Le voyage est consubstantiel à l’homme, ses formes évoluent avec les moyens, mais l’esprit après tout reste le même. Y compris dans ses formes dévoyées, comme l’affluence à Pataya, même si celle-ci a plus à voir avec des pratiques sexuelles qu’on retrouve dans les villages rancis de l’Ouest tout pareil (on transporte son chez-soi). Comme le disait Sénèque, les voyages ne guérissent pas les maladies morales.
          N’empêche, contraindre l’homme à l’immobilité, c’est le condamner. Et c’est surtout parfaitement inutile. Si aucun avion n’était parti de Wuhan, l’épidémie se serait quand même déployée, comme le fit la Peste Noire par les Mongols au XIVème siècle, aussi partie de Wuhan

            +0

          Alerter
          • Lole // 11.07.2020 à 17h54

            Oui, mais pas à la même vitesse. La ou l’article parle tout du long de temps, vous jouez dans le mauvais camp…

              +0

            Alerter
          • jean-pierre.georges-pichot // 12.07.2020 à 09h02

            Je tiens que devant toute question il faut garder à l’esprit à la fois la dimension qualitative et la question quantitative. Devant toute mesure, la valeur absolue et la proportion. Dans le cas des maladies infectieuses modernes, la rapidité et la massivité des échanges sont clairement des données à la fois nouvelles et déterminantes. D’ailleurs que voit-on ? Le refus de mettre en place des mesures de ralentissement à un certain niveau, par exemple les frontières nationales, se traduit immédiatement par l’imposition de mesures de même nature à un niveau local. Exactement comme à la fin de l’Antiquité l’incapacité des empereurs romains à tenir le ‘limes’ qui arrêtait les peuples non romanisés a produit le moyen âge, c’est à dire la segmentation en unités militaires locales, symbolisées par les villes fortes et les donjons. Idem aujourd’hui : à ne pas vouloir fermer les aéroports, nous nous retrouvons retranchés derrières nos masques, assiégés au plus près de notre intimité.

              +0

            Alerter
  • contrib // 08.07.2020 à 08h40

    Depuis l’origine, une grande partie de la communauté scientifique lutte contre deux tendances lourdes de la vision managériale de la recherche imposée par des technocrates incompétents qui ont pris le pouvoir au nom de la soi-disant modernité, ou monde nouveau, avec la complicité de politiques souvent issus du même monde :
    1) l’évaluation quantitative à la place de l’évaluation qualitative, ce qui conduit à la course à la publication dans des conditions souvent douteuses comme publier des articles dans des revues dont l’un des principaux signataires est responsable ; par exemple, un célèbre ‘objet médiatique’ a déjà à son actif plus 80 articles publiés depuis le début de l’année où son nom figure comme cosignataire (source PubMed) ;
    2) la mise en compétition des équipes de recherche au lieu de promouvoir la coopération.

    L’échec du Covid-19 est une illustration de ces dérives.

      +18

    Alerter
    • EugneieGrandet // 08.07.2020 à 18h42

      je ne comprends pas cette notion d’échec.
      Pourquoi l’être humain serait il capable de réussir tout ce qu’il veut dans toutes les circonstances?
      Heureusement qu’il reste des surprises pour les générations à venir.

      Sinon le monde sera aseptisé, hyper controlé, sans joies. bonheurs ou malheurs.

      Ce qui est en échec, c’est la capacité des êtres humains (ou des journalistes du New York Times?) à accepter qu’ils vivent dans un monde fini et risqué.

        +5

      Alerter
  • kelkun // 08.07.2020 à 08h45

    Ce serait pas mal si votre « équipe » cessait véritablement de diffuser quoi que ce soit en rapport avec Covid, ou avec médecine…

      +9

    Alerter
    • Alfred // 08.07.2020 à 09h11

      Au contraire le sujet est riche d’enseignements. Mais je préfèrerais des sources intéressantes comme le retour d’expérience (« retex ») des sapeurs pompiers de notre pays dont le pdf circule parlais les journalistes mais que l’on a du mal à trouver en tant que particulier. Il semblerait (pour les extraits disponibles) qu’il soit très très riche d’enseignements politiquement peu correct (car destiné à une véritable améliorer et l’as à complaire aux politiciens). Si vous avez un lien pour le rapport complet, les un les autres je suis preneur.
      (Un peu mare des sources yankees).

        +30

      Alerter
    • Havoc // 08.07.2020 à 09h42

      Ils vous proposent une traduction d’un article de la presse étrangère. Ça vous intéresse, vous le lisez. Ça ne vous intéresse pas, vous passez votre chemin.

      La liberté vous pèse ?

        +20

      Alerter
      • Spiridon // 10.07.2020 à 06h12

        Vive la consommation kleenex! Preuve essentielle de la « Liberté »!
        Foin de l’esprit de communauté, de l’encouragement à « l’auto-défense intellectuelle » partagée, ainsi que de la demande récurrente de « collaboration » désintéressée, de traduction, ou de participation financière!

          +1

        Alerter
  • xbrossard // 08.07.2020 à 09h20

    Lutter contre la propagation de ce virus, peu mortel, est une aberration: c’est vouloir éviter les lois de la nature. Il aurait fallu, dès que l’on avait suffisamment d’informations dessus, protéger les gens fragiles au mieux et laisser les autres s’immuniser, lentement et patiemment, en s’aidant des masques. Au lieu de ça, on est dans une situation de confinement des esprits (tous trouillard a avoir peur des autres) des corps, et sans avoir réussi à s’adapter. Les êtres humains ont survécus parce qu’ils se sont adaptés au monde, pas parce qu’ils l’ont refusés.

      +24

    Alerter
    • Havoc // 08.07.2020 à 09h40

      Il y a environ 70 milliards d’humains sous le terre. Ils n’ont pas survécu, c’est l’espèce qui a survécu.

        +12

      Alerter
      • lon // 08.07.2020 à 14h53

        70 milliards sous terre ? Vous pouvez justifier ?

          +1

        Alerter
      • xbrossard // 08.07.2020 à 18h32

        au final, le virus est toujours là, on est prêt à être contaminé de nouveau et sur le long terme, on va arriver à la même chose; la majorité va finir par être contaminé mais ça prendra beaucoup plus de temps…c’est comme la torture, plus c’est long…
        Et ne comptez pas trop sur le vaccin, il n’y a presque aucune chance que cela marche. En gros, soit on acquière une immunité et dans ce cas, pourquoi ne pas l’acquérir soit-même via les personnes en bonne santé (qui représente quand même plus des 3/4 des personnes, donc plus que le nombre nécessaire pour que l’épidémie disparaisse d’elle même) et nous débarrasse du problème à tout jamais, soit on ne l’acquière pas, et dans ce cas on ne pourra jamais faire de vaccin.

          +2

        Alerter
        • un citoyen // 08.07.2020 à 19h24

          Ne pas compter sur le vaccin : peut-être qu’il ne nous protégera pas du virus à coup sûr mais s’il fonctionne en partie, la propagation pourrait être limitée.

            +0

          Alerter
          • gracques // 09.07.2020 à 06h30

            Juste un petit problème ….. et si chopper cette maladie ne nous immunisait pas sur le moyen long terme ?

              +3

            Alerter
            • un citoyen // 09.07.2020 à 07h22

              Oui, c’est ce qui est à craindre. D’un autre côté, être protégé pour une certaine période par un vaccin qui devrait sortir d’ici quelques mois, plutôt qu’en l’attrapant puis en y survivant, ne ferait pas de mal.

                +1

              Alerter
      • Spiridon // 10.07.2020 à 06h15

        Raison de plus, 70 ou 120 (on appréciera « l’ordre de grandeur »), pour s’occuper non de l’espèce, mais des individus. Non des essais randomisés pour une espèce qui se randomisera très bien toute seule, mais des soins.

          +0

        Alerter
  • Arcousan09 // 08.07.2020 à 09h22

    Conclusion:
    Fuyez tout être humain qui est dans votre champ de vision … il peut être porteur asymptomatique du virus ….
    Moi je serai d’une prudence de serpent …
    Qu’est-ce qui vous dit que le vivant qui est près de vous n’est pas porteur asymptomatique d’un nouveau virus mortel encore inconnu ?
    Fuyez, fuyez, fuyez …

      +22

    Alerter
  • pseudo // 08.07.2020 à 09h30

    faut arrêter de mélanger décisions politique et inconnue scientifique. Les politique, français du moins, ont fait une tentative de meurtre de masse. On ne me fera pas croire une autre version de l’histoire. Mais bon, vu que c’est l’intégralité de l’élite dirigeante française qui est accusée, on peut courir pour entendre autre chose que des jérémiades à la buzyn, des buzyneries devraient on dire désormais, telles que « je n’était pas au courant », « ce n’était pas mon rôle », « l’information ne m’a pas était remontée ».

    Sur le même sujet, c’est tout frais d’hier,
    Putsch Media
    Nicolas Vidal reçoit l’avocat Fabrice Di Vizio au sujet des plaintes déposées contre certains membres de l’exécutif suite à la crise sanitaire du Covid19 !
    https://www.youtube.com/watch?v=Z4gTsER6Ixk

      +10

    Alerter
  • pseudo // 08.07.2020 à 10h25

    A surveiller dans les médias etc.

    étude espagnole par tests sérologique pour détecter les anticorps. 61K personnes.

    La grosse conclusion: La plupart des gens sont négatif, cependant, 1/3 des cas positifs étaient asymptomatique. Donc si prochaine vague, continuation du massacre.

    Sachant qu’il reste cette question en suspend du pronostic. C’est pas la peste ni la grippe, mais les personnes affectées au long cours sont longuement et péniblement affectées. Même chez les jeunes dynamique sportifs en pleine santé.

    https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31483-5/fulltext

    Spain is one of the European countries most affected by the COVID-19 pandemic. Serological surveys are a valuable tool to assess the extent of the epidemic, given the existence of asymptomatic cases and little access to diagnostic tests. This nationwide population-based study aims to estimate the seroprevalence of SARS-CoV-2 infection in Spain at national and regional level.

    The majority of the Spanish population is seronegative to SARS-CoV-2 infection, even in hotspot areas. Most PCR-confirmed cases have detectable antibodies, but a substantial proportion of people with symptoms compatible with COVID-19 did not have a PCR test and at least a third of infections determined by serology were asymptomatic. These results emphasise the need for maintaining public health measures to avoid a new epidemic wave.

      +2

    Alerter
  • LibEgaFra // 08.07.2020 à 10h31

     » Des tests agressifs et une recherche de contacts sans faille ont permis de contenir la propagation. »

    C’est ce qui a été fait dans les pays où on veille à prendre soin de son peuple. Ailleurs par contre… notamment là où il y a un « problème » pour payer les retraites…

    Il y a « problème » quand les bourgeois ne veulent pas partager, mais continuer à accaparer.

      +16

    Alerter
  • lairderien // 08.07.2020 à 12h32

    Dans quelques jour va paraitre un livre dont le titre est : Et si Didier Raoult avait raison ?
    Il donne d’ailleurs la réponse : OUI sur 90 % des points (cela pour ne pas être accusé de raoultmania évidemment;-)
    L’auteur principal Guy Coutois est interrogé sur Lyonmag: https://www.youtube.com/watch?v=goBS_5z5-ag
    C’est une belle pierre dans le jardin des opposants que voila 🙂

      +3

    Alerter
  • un citoyen // 08.07.2020 à 14h33

    En résumé, il y a eu du temps pour admettre collectivement que ce virus pouvait se transmettre de façon asymptomatique, mais qu’il ne fallait prendre les dispositions nécessaires tant que ce ne serait pas sûr. Cette théorie fût avérée… et de très nombreuses victimes ont payé le prix de ce retard.

    Autre chose qui n’est pas encore pleinement élucidée : la contagiosité des enfants. Là encore, des études se contredisent sur ce sujet : celle du virologue allemand Cristian Drosten de Janvier à la fin Avril (qui conclue que les enfants sont tout autant contagieux que les adultes) et celle du pédiatre et infectiologue français Robert Cohen aux mois d’Avril et de Mai (qui conclue que les enfants sont peu contagieux).
    Actuellement, celle du Dr. Cohen est plus prise en considération. La décision du dé-confinement assouplie dans les écoles, collèges et lycées lors des deux dernières semaines de cours doit probablement en découler. J’espère qu’ils ne se sont pas trompés sur ce point-là.

      +1

    Alerter
    • Karine // 08.07.2020 à 23h24

      Info venue d’une crèche : le protocole vient de changer, prise de température des enfants tous les jours, exclusion au-dessus de 38°C… l’étude en question ne doit plus être la seule à être lue…

        +1

      Alerter
      • un citoyen // 09.07.2020 à 07h37

        (erf… ‘qui conclut’ et non ‘qui conclue’ dont mon précédent message)
        Merci pour cette info. Pas vu ce nouveau protocole en faisant une recherche rapide sur le web. Peut-être que cela vient de la crèche elle-même et non au niveau national ?
        Dans l’un des deux collèges où je travaillais, les parents d’élèves avaient demandé une prise de température obligatoire, et cela avait été adopté localement lors de la mise en application des précédents protocoles.

          +0

        Alerter
  • lon // 08.07.2020 à 22h16

    Si seulement on voulait comprendre qu’une des mesures  » sociales » essentielles est d’aérer à fond les locaux , inutile de mettre en place des quotas de  » présence » ( par exemple pas plus de 7 personnes dans une pièce pour une AG d’association..) avec  » distanciation sociale » à la limite de l’absurde quand les gens respirent les miasmes de tout le monde, masque ou pas . En plus on est en été …Mais non la phobie des courants d’air ( j’allais dire la phobie petite bourgeoise ) bat son plein , sur l’autoroute ils sont tous dans leurs petits bunkers climatisés , fenêtres fermées , c’est quand la dernière fois qu’ils se sont pris un bon gros vent dans la tronche ? Nan , on va attraper un rhume …

      +5

    Alerter
  • marc // 11.07.2020 à 11h14

    Pour info: Je sors de 10 jours d’hospitalisation (pas pour le covid-19) a Canton en Chine, 3eme plus grande ville du pays.
    Et a l’entree de cet hôpital mastodonte (un des top 3 de la ville), après le centre de triage, ils sont en train de construire des baraquements provisoire comme a Wuhan, je crois que le virus n’est pas prêt de disparaître. (alors que dans cette province, il y a eu que 8 morts et 1589 cas pour 78 millions d’habitants).
    Autant vous dire qu’ils ne rigolent pas, pour etre hospitalise, il vous faut un test covid-19 qui a moins de 7 jours, vous avez le droit a un seul visiteur qui doit aussi faire un test covid de moins de 7 jours. On vous prends votre temperature 3 fois avant de pouvoir accéder aux chambres des malades… On est des rigolos a cote d’eux. (photos sur demande)

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications