Les Crises Les Crises
23.juin.202023.6.2020 // Les Crises

Quand l’ex-patronne du PNF reconnaît implicitement le raid judiciaire anti-Fillon – par Régis de Castelnau

Merci 364
J'envoie

Source : Vu Du Droit

Depuis la sortie du confinement, notre pays vit des heures assez extraordinaires. On ne va pas dresser la liste de toutes les péripéties qui témoignent d’un affaissement sans précédent de l’État.

Histoire de gagner du temps, on ne retiendra que :

– l’affaire Traoré où l’on transforme un petit mafieux des quartiers en héros sans tache ;

– une Garde des Sceaux qui viole gaiement la séparation des pouvoirs à la demande du chef de l’État ;

– un ministre de l’intérieur qui annonce que finalement, la loi qu’il est chargé de faire respecter est à géométrie variable,et que certaines parties du peuple en sont dispensées, et qui souhaite organiser une cérémonie dans la cour de la préfecture de Paris où les policiers se mettraient à genoux (Didier Lallement compris ?) ;

– une ville moyenne de province transformée en champ de bataille ethnique entre voyous tchétchènes et marocains armés jusqu’aux dents, qui se réconcilieront à la mosquée ;

– un président de la république qui propose de l’argent à des présidents de Régions pour qu’ils acceptent de soutenir une manipulation concernant le déroulement d’un scrutin républicain ;

– un refus de l’État au prétexte « du secret des affaires » de communiquer des informations sur sa gestion des masques sanitaires qui a probablement provoqué de très nombreux décès ;

– et maintenant, l’ancienne chef du Parquet National Financier, qui qui fait des révélations en forme d’aveu sur les conditions dans lesquelles s’est déroulé le raid judiciaire destiné à écarter le favori de l’élection présidentielle de 2017 au profit d’Emmanuel Macron.

N’en jetez plus…

Alors quelques remarques sur cette dernière information quand même assez ébouriffante. Un article du Point nous décrit les états d’âme de Madame Éliane Houlette qui avec une certaine ingénuité avoue tout de go que le pouvoir politique est intervenu directement et indirectement à tous moment dans la procédure déclenchée contre François Fillon au mois de février 2017.

Citons le texte de Marc Leplongeon :

« Et l’ancienne procureure de livrer son expérience personnelle dans l’affaire Fillon. Si Éliane Houlette a affirmé que la pression des journalistes était difficile à gérer – « Mais bon, ça, on peut s’en dégager, moi je n’avais pas de contacts avec eux et je ne lisais plus les journaux » –, c’est surtout la « pression du parquet général » qui l’a marquée. Les demandes incessantes pour qu’elle fasse remonter les informations le plus vite possible sur les derniers actes d’investigation, des demandes qui lui étaient parfois adressées pour « les actes de la veille », et qu’elle devait synthétiser « avant 11 heures le lendemain […]

Les demandes de précisions, de chronologie générale – tout ça à deux ou trois jours d’intervalle –, les demandes d’éléments sur les auditions, les demandes de notes des conseils des mis en cause… Les rapports que j’ai adressés, je les ai relus avant cette audition [devant la commission de l’Assemblée nationale, NDLR]. Il y a des rapports qui étaient circonstanciés, qui faisaient dix pages, précis, clairs, voilà », soutient la magistrate. Qui ajoute : « On ne peut que se poser des questions [sur ce qui est fait de ces informations, NDLR]. C’est un contrôle très étroit… »

Autorisons nous quelques quelques observations en commençant par dire que Madame Houlette fait preuve d’une joviale hypocrisie. Elle a dirigé cette institution d’exception depuis sa création ex nihilo par le pouvoir socialiste après l’affaire Cahuzac. Et au vu de son activité, on peut dire aujourd’hui que le PNF était d’abord là pour servir contre les adversaires politique de François Hollande puis d’Emmanuel Macron.

La magistrate commence par nous dire qu’elle ne lit plus les journaux ce qui est assez savoureux. Parce que rappelons quand même que le Canard enchaîné lançant l’affaire Fillon est publié le matin du mercredi 25 janvier 2017.

Quelques heures plus tard, le même jour, le PNF annonce l’ouverture « d’une enquête préliminaire ». Ce qui déclenche l’action publique, ce n’est donc pas une plainte, ou un signalement article 40 du code de procédure pénale, c’est un article du journal satirique… que la patronne du parquet prétend ne pas lire. Et puis soyons sérieux, qui peut croire que Madame Houlette n’a pas pris connaissance aussi des journaux (alimentés par qui ?) publiant tranquillement quelques jours plus tard les actes de sa procédure.

D’ailleurs, François Fillon a déposé plainte pour cette violation de la loi sur le secret de l’enquête. S’autorisera-t-on à demander à l’actuel procureur de Paris où en est l’instruction de cette plainte ? Ceux qui prétendent que rien n’a bougé ne sont que de bien mauvaises langues. Les mêmes mauvaises langues toujours venimeuses prétendent même qu’on sait très bien d’où sont venus les fuites. Des menteries, on vous dit.

C’est d’ailleurs bien ce qui semble être le problème de Madame le procureur. Il y a eu des violations graves de la loi pénale pour permettre d’alimenter la campagne visant à disqualifier François Fillon, et c’est sur le PNF que pèsent les plus lourds soupçons. Mais on sent qu’aujourd’hui avec la faiblesse politique et l’illégitimité persistante d’Emmanuel Macron la réponse à la question : « qui l’a fait roi ? » pourrait redevenir lancinante.

On ne sait jamais comment tout cela finira par tourner, alors autant être prévoyant et tenter de se débarrasser de ces soupçons en pointant les collègues du parquet général dont on laisse entendre que ce sont eux qui auraient alimenté le pouvoir politique de François Hollande. Lequel aurait transmis directement ou indirectement à la presse les infos utiles. Et notamment aux célèbres Davet et Lhomme les Plics & Plocs investigateurs du Monde et confidents officiels du président de l’époque qui les rencontrait assidûment.

Personne évidemment ne peut, n’est ce pas, prêter foi à de pareilles calomnies…

Éliane houlette pose ensuite le problème de l’ouverture de l’information judiciaire confiée à un juge d’instruction du pôle financier, Serge Tournaire spécialisé dans les poursuites contre Nicolas Sarkozy. Reprenons pour comprendre, la lecture de l’article du Point :

« Éliane Houlette évoque également une réunion lors de laquelle on lui aurait demandé d’ouvrir une information judiciaire contre François Fillon, alors que les investigations avaient jusque-là lieu dans le cadre d’une enquête préliminaire. Selon nos informations, cette réunion s’est tenue le 15 février 2017 à Paris. « J’ai été convoquée au parquet général – j’y suis allée avec trois de mes collègues, d’ailleurs – parce que le choix procédural que j’avais adopté ne convenait pas.

On m’engageait [sic] à changer de voie procédurale, c’est-à-dire à ouvrir une information judiciaire. J’ai reçu une dépêche du procureur général en ce sens », a-t-elle dit devant la représentation nationale. [….] Si Éliane Houlette assure avoir d’abord résisté – « Ce sera quand je l’aurai décidé et quand j’aurai des éléments pour le faire » –, elle avoue avoir finalement été elle-même rapidement convaincue qu’il fallait ouvrir une information judiciaire, ce qu’elle fera le 24 février 2017 »

Que voilà une noble attitude !

Traduction : je n’étais pas d’accord pour ouvrir une information judiciaire mais finalement je l’ai fait quand même. Eh oui, en février 2017, alors que François Fillon était encore en tête dans les sondages, il était nécessaire à moins de trois mois du scrutin présidentiel de faire quelque chose.

Et François Fillon avait stupidement annoncé que s’il était mis en examen il ne se présenterait pas, après avoir d’ailleurs asséné avant la primaire en direction de son concurrent Nicolas Sarkozy : « imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen ». Il fallait saisir une perche aussi aimablement tendue : « ouvrons une information judiciaire, confions là à un magistrat instructeur de confiance, et le tour sera joué ! »

Aussitôt dit aussitôt fait, les mises en examen de François Fillon et de sa famille ont été prononcées en urgence. Beaucoup plus rapidement en tout cas que dans l’affaire Karachi qui vient de trouver son épilogue judiciaire après 25 ans… Comme l’avait dit dans un communiqué commun, le Premier président de la Cour de cassation et le Procureur général, en matière de conduite des procédures, c’est chacun son rythme… Celui de l’affaire Fillon c’était du sprint !

Ainsi Madame Houlette accuse le parquet général d’avoir fait pression pour l’ouverture de cette information, mais comme elle y aurait cédé et que ce n’est pas très glorieux elle habille ça en disant « avoir été elle-même rapidement convaincue qu’il fallait ouvrir une information judiciaire ».

Le plus extraordinaire c’est que l’ancienne patronne du PNF dit à peu près le contraire de ce qu’elle avait affirmé dans une interview à Marianne lors de son départ le 20 juin 2019, titrée : « Je n’ai jamais subi aucune pression ». Ah bon ?

Ce revirement poursuit semble-t-il deux objectifs. Le premier, celui de faire avancer cette revendication ancienne et irrecevable de l’indépendance des parquets autorités de poursuite. Un procureur se doit d’être objectif dans le traitement de ces dossiers, mais il défend une cause, celle de l’accusation et avocat de la République, doit être partial.

Il est donc normal qu’il soit hiérarchiquement soumis à un pouvoir exécutif (encore faut-il que celui-ci soit démocratique). Un parquet indépendant, c’est la porte ouverte à l’arbitraire. Au contraire le juge du siège, celui qui juge, doit être indépendant, pour être impartial. À ce stade, le retour de ce mantra n’est pas très intéressant.

Ce qui l’est beaucoup plus c’est cette tentative de parer aux accusations qui pèsent lourdement depuis le printemps 2017 sur ce qui a été un raid judiciaire mené dans l’urgence pour disqualifier le favori de la présidentielle et amener Emmanuel Macron au deuxième tour, sûr de sa victoire contre Marine Le Pen.

Pour l’avoir dit, et je pense démontré très tôt j’ai eu ma part d’accusations de complotisme. Aujourd’hui, les déclarations d’Éliane Houlette apparaissent bigrement comme une tentative pour éviter les accusations d’avoir joué un rôle actif dans l’opération. Le fonctionnement global du PNF sous sa direction, dont le pouvoir socialiste et Emmanuel Macron n’ont vraiment pas eu à se plaindre peut quand même laisser très dubitatif.

Mais ces déclarations ont aussi une autre conséquence c’est de constituer en creux un drôle d’aveu de la manipulation. À laquelle il apparaît, si on la suit, que les magistrats du plus haut niveau ont participé.

L’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir est le fruit d’une opération de grand style concoctée par la haute fonction publique d’État et appuyée par les grands intérêts, leur argent et leurs médias. On savait depuis les européennes de 2014 que Marine Le Pen serait au deuxième tour en 2017. Le dernier coup de pouce pour y faire accéder Emmanuel Macron fut la disqualification de François Fillon par une opération judiciaire. Globalement une forme de coup d’État. Dont nous payons les conséquences tous les jours.

Éliane houlette vient de le reconnaître implicitement.

Source : Vu Du Droit


Affaire Houlette ou l’hypocrite débat sur l’indépendance du parquet relancé

Source : Dalloz

Qu’a dit Mme Houlette pour que la procureure générale réagisse en publiant un communiqué dans la journée, suivie de l’annonce par l’Élysée d’une saisine du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) « pour lever tout doute sur l’indépendance et l’impartialité de la justice dans cette affaire » ?

L’ancienne cheffe du parquet national financier (PNF) Éliane Houlette (dont l’intégralité des propos est retranscrite ci-dessous), devant la commission sur l’indépendance de la justice, dit essentiellement deux choses. Tout d’abord, dans un exposé liminaire, la magistrate affirme que le ministère public n’est pas une autorité indépendante, le parquet général ayant le pouvoir – légal – de lui demander des comptes – pour qui, pourquoi ? – sur des dossiers en cours.

La complainte d’un parquet trop dépendant statutairement de l’exécutif n’est pas nouvelle, nombreux sont les magistrats qui plaident pour une réforme constitutionnelle que le pouvoir politique n’a jamais voulu faire aboutir. Le Conseil supérieur de la magistrature l’a réaffirmé à plusieurs reprises dans ses rapports annuels (lire aussi cet avis de décembre 2014). C’est un débat de dupes.

« C’est le fait de ne pas savoir qui trouble, qui jette la suspicion, d’autant que, dans le suivi de l’action publique pour certaines affaires, je ne suis même pas sûre que le contrôle de l’action publique qui a été exercé par le parquet général ait été exercé à la demande de la Chancellerie. Mais comme il y a ce lien hiérarchique, tout est possible. Ça laisse planer le doute. » Éliane Houlette va répéter cela, très librement, à plusieurs reprises lors de son audition.

La complainte a pris cette fois-ci une tournure plus forte, fracassante, parce que les soupçons d’un lien entre pouvoir exécutif et autorité judiciaire ont été illustrés d’exemples judiciaires concrets, par un magistrat et pas n’importe lequel. Lors de l’audition, Éliane Houlette n’évoque pas d’elle-même le dossier Fillon, c’est le député Ugo Bernalicis qui lui pose la question.

Non, elle n’a pas ouvert d’information judiciaire à la demande du parquet général. Elle explique au contraire qu’elle a tenu bon face aux pressions « quotidiennes » de Mme Champrenault, qui a ouvert à l’encontre de l’ancienne cheffe du PNF une procédure pour violation du secret de l’enquête dans un autre dossier.

Éliane Houlette le dit dans cette audition, elle préfère l’enquête préliminaire. Si elle a décidé, seule, de recourir à l’information judiciaire dans l’affaire Fillon, c’est qu’elle avait un problème de taille devant elle : une nouvelle loi sur la prescription qui risquait de mettre à mal la procédure et le dossier tout entier. Mais le cœur du problème n’est pas dans cette affaire particulière, le mal est général, selon l’ancienne procureure qui le dit de manière très « directe » et « cash », comme le souligne le rapporteur de la commission.

Nous avons décidé de retranscrire et de publier l’audition dans son intégralité pour son intérêt évident.

Lire l’intégralité de l’audition d’Éliane Houlette sur Dalloz-actualites.fr

Pour regarder l’audition en vidéo, c’est ICI

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Fritz // 23.06.2020 à 07h39

1) Favoriser la montée de la Marine dans les sondages
2) Démolir le candidat alternatif, sous la Houlette du PNF
3) Concentrer le feu sur Mélenchon dans la dernière ligne droite

Cela s’appelle : une élection libre et non faussée, au pays des Droits de l’homme.

89 réactions et commentaires

  • François // 23.06.2020 à 07h10

    Si l’on reconnaît ce raid, alors on reconnaît que les élections ont été influencés. Cela suffit pour ouvrir une enquête judiciaire et parlementaire..

    Comme vous pouvez le constater, rien 🤔

      +41

    Alerter
  • Marcel Borniche // 23.06.2020 à 07h31

    Par contre aucune mention des rumeurs de pression sur Marc Ladreit de la Charrière, ´employeur’ de Mme Fillon pour qu’il lache toutes les informations nécessaires à une enquête précipitée. En effet, Mimi Marchand détenait des informations extrêmement compromettantes qu’il ne souhaitait pas voir divulguer : son fils a été condamné pour une affaire de pédophilie. Mimi Marchand a su se rappeler de cette information (elle avait été payée pour étouffer l’affaire) quand ses nouveaux clients, les Macron, ont eu besoin d’un coup de pouce qui a permis la victoire finale.

      +34

    Alerter
  • Fritz // 23.06.2020 à 07h39

    1) Favoriser la montée de la Marine dans les sondages
    2) Démolir le candidat alternatif, sous la Houlette du PNF
    3) Concentrer le feu sur Mélenchon dans la dernière ligne droite

    Cela s’appelle : une élection libre et non faussée, au pays des Droits de l’homme.

      +74

    Alerter
    • Phil-A // 23.06.2020 à 09h08

      4) proteger le modem d’une affaire similaire pour recuperer ses 5% d’ electorat.Avec l’aide de toute la presse.

        +32

      Alerter
      • Ponciarello // 23.06.2020 à 14h36

        Oui, et une fois la majorité LREM assurée a l’assemblée nationale, se débarrasser de ce dernier par la même procédure.
        La démocratie qu’ils disaient…

          +15

        Alerter
    • bm607 // 23.06.2020 à 10h12

      Variante
      1 bis) dire que les Russes ont tout truqué concernant ces élections
      2 bis) dire à la presse qu’elle doit appuyer à fond cette position en rajoutant des couches de soupçons voire d’affirmations péremptoires alors qu’il n’y a rien,

      Ah finalement ça ne marche pas trop bien cette variante. Ami$ américain$ venez chez nous on va vous expliquer comment on doit procéder puisque vous avez aussi vous avez ce qu’il faut (une presse aux ordres pour bien faire mousser ce qu’il faut).

        +16

      Alerter
    • MS // 23.06.2020 à 11h19

      Le plus drôle c’est qu’ensuite Hollande s’est proprement vu écarté … il doit l’avoir mauvaise.
      Sinon pourquoi s’abonner à Netflix ? Ob a « House of cards » gratuit !

        +4

      Alerter
    • eugeniegrandet // 23.06.2020 à 11h49

      Quelles capacités de manipulation (votre scénario est tellement sophistiqué mais je doute qu’il y ait eu un seul socialiste capable de le concevoir puis de le mettre en œuvre), mais tout ça pourquoi? Au profit de qui d’ailleurs ? je ne comprends pas.
      Le pouvoir était socialiste donc tout ça aurait servi à favoriser la victoire de B. Hamon? Sérieusement?
      Parce que le plan B des pro Fillon était Macron (voir les publications en ce sens.)
      Les attaques contre Melenchon sont liées à sa montée dans les sondages, donc rien à voir avec l’affaire Fillon.
      M Lepen était depuis longtemps donnée présente au second tour. la question était bien : avec qui ?
      Votre scénario réécrit l’histoire après coup.

      Fillon, madame et leurs enfants (qui ont l’air de passer à travers les mailles du filet) sont les seuls responsables de ce qui leur est arrivé.

        +4

      Alerter
      • Fritz // 23.06.2020 à 12h02

        C’est ça. Et le Canard enchaîné, journal libertaire dont le fondateur M. Maréchal est mort à Vichy en 1942, n’a pas favorisé la victoire de M. Macron, absolument pas.
        Coin coin.

          +16

        Alerter
        • Garibaldi2 // 24.06.2020 à 06h37

          Maurice Maréchal serait mort à Vichy en 1942 ? Et alors ?

            +0

          Alerter
          • Fritz // 24.06.2020 à 08h59

            Alors ? Rien. Juste le plaisir de mettre le volatile sur le gril.
            Lecteur régulier du Canard, je m’étais étonné il y a vingt-cinq ans environ d’un article qui dénonçait les nationalistes bretons collaborateurs du IIIe Reich (Olier Mordrel, Roparz Hemon, etc.) sans dire un mot de Morvan Lebesque.

              +3

            Alerter
        • eugeniegrandet // 24.06.2020 à 09h02

          le canard a permis au candidat Fillon d’apparaître pour ce qu’il était.
          par contre je ne vois pas le rapport avec Macron.
          car si vous regardez bien les résultats du premier tour, ils sont 4 dans un « mouchoir ». le deuxième tour aurait pu être Melenchon-Le pen.

            +0

          Alerter
          • Fritz // 24.06.2020 à 10h24

            Certes. Mais si le Canard avait ciblé Macron comme il a ciblé Fillon (pour lequel il n’a fait que son travail d’enquête), le cher Emmanuel aurait pu se retrouver dernier de la bande des quatre. Ce qui aurait bien changé la donne.

              +7

            Alerter
            • vert-de-taire // 24.06.2020 à 19h50

              Et il a consciencieusement flingué Mélenchon chaque semaine.

              Ne l’oublions pas.

              Abonné de très longue date j’ai vu le Canard objectivement aider Macron.
              Ce que je trouve à la fois ahurissant et inadmissible de sa part. Je me suis désabonné.

                +3

              Alerter
            • Lola Fleurie // 26.06.2020 à 20h54

              Lectrice du Canard, je suis vraiment gênée par le mot « objectivement » : il est de trop. C’est comme si vous disiez que le journal est Macronniste. M’enfin !
              Le Canard a peut-être soutenu Macron, comme vous le dites… Pourquoi pas ? Mais c’est par rebond indirect : le Canard allume tout le monde et si, pendant les élections, quelqu’un se fait un peu trop remarquer, il en fait les frais. Dommage pour Fillon, pour Mélenchon… etc. Certes, indirectement, dans le contexte du moment, ça a sans doute favorisé notre jeune président arrogant. 🙁

                +0

              Alerter
      • Alfred // 23.06.2020 à 12h28

        La présence de Hamon était un sabotage contre la gauche. Dès lors qu’il s’est maintenu j’ai su que Mélenchon ne passerait pas et que Macron serait élu.
        Pour le reste la description de Fritz n’est pas une réécriture de l’histoire pour la simple et bonne raison que cela a été énoncé et dénoncé au moment même ou cela se faisait.
        Dans cinq ans vous nous direz que l’instrumentalisation de BLM, le sabordage de la FI (retraite sur un prés carré clienteliste en renonçant au pouvoir), etc.. c’est une réécriture de l’histoire? Bon sang cela se fait sous vos yeux. Prenez note. On vous prépare le retour du même match à coup (entre autres) de sondages truqués.
        Vous aurez au second tour la tante au prochain coup et la nièce au coup d’après. Pour faire les épouvantails et faire gagner Macron ou n’importe lequel de ses avatars (Baroin ou autre). De même que daesh a été très utile aux américains pour contrer les iraniens en irak, pour affaiblir assad et même les talibans en afghanistan (eh oui), de même les BLM, Dhorasso, Autain, Traorés et compagnie sont très utile à la montée du RN. Et in fine au statut quo. No passaran! (t’as raison gros).

          +18

        Alerter
        • michle // 23.06.2020 à 14h31

          « La présence de Hamon était un sabotage contre la gauche »

          Hamon (le gamin) n’était pas du tout prévu au programme, la victoire de Vals était considérée comme plus que probable, portée par la fantasmagorique majorité « raisonnable » du PS.

          Hamon aurait dû se désister et appeler à voter Mélenchon a la veille du premier tour, peut-être…mais impossible pour lui de renoncer à ce qui était déjà sa plus grande victoire politique, au sommet de sa carrière et au lendemain qui chante.

          bref comme d’habitude la gauche humaniste, solidaire, vaniteuse et rancunière n’est pas foutue de se rassembler et se sabote toute seule comme une grande. fin de l’histoire.

            +9

          Alerter
      • Clode // 23.06.2020 à 23h22

        Alexis Kholer , l’éminence grise de notre President etait visé par une enquête du PNF pour l’affaire MSC depuis 2018
        En 2019,l’affaire est classée sans suite après que notre President ait envoyé un courrier disculpant AK alors que les premiers éléments de l’enquête etaient accablants.

          +8

        Alerter
    • Christian Gedeon // 23.06.2020 à 11h59

      Cher Fritz. Vous venez de découvrir que la politique des politiciens est la politique des politiciens! Ça se passait déjà comme ça sous l’empire…romain. Relisez quelques discours politiques Ciceron et transposez. Rien de neuf sous le soleil.

        +11

      Alerter
      • Fritz // 23.06.2020 à 19h15

        Bonsoir Christian, heureux de vous retrouver après la période éprouvante du confinement. J’espère que vous allez bien. Certes, la fréquentation des auteurs anciens incite à relativiser, et à faire preuve de sérénité. Même si Marcus Tullius a été assassiné suite aux proscriptions du triumvirat.
        Quant à Macro Minimus… Quousque tandem ?

          +6

        Alerter
  • Dubreuil // 23.06.2020 à 07h42

    Marrante cette liste de droite …
    Par contre Balkany qui danse tranquille le 21 juin lors de la fête de la musique … pas un sujet apparemment, ca n’est pas un signe de l’injustice de classe…

    Deux lignes pour balayer l’histoire d’Adama Traoré, mort à 24 ans lors d’une fuite de contrôle d’identité, dans des circonstances bien troubles selon les pompiers qui ont pu accéder à lui .. Mais rien sur Chouviat mort également étouffé … Peut être parce qu’il est blanc, du coup on ne peut pas l’accuser d’être un sauvage. Heureusement qu’il a de nombreux PV pour qu’on puisse le salir.

    Qui pleure sur le sort de Fillon ? Sérieusement ? On attend toujours des indices du travail de sa femme.
    C’est bien la droite ça, défendre les puissants qui ont des ennuis judiciaires et se moquer de ceux qui meurent sous les coups de la police.

      +23

    Alerter
    • Alfred // 23.06.2020 à 07h50

      Vous faites vraiment semblant de croire qu’il s’agit du sort de Fillon? Vraiment ? On va vous croire sous parole alors. Vous le croyez..
      Il s’agit aussi et surtout (un petit peu) du piratage de la dernière élection présidentielle, du chantage subséquent et de la légitimité du pouvoir en place. Rien du tout quoi. Balkany et Traoré c’est beaucoup plus important. Le vrai sens des priorités..
      (Je préférerais que vous soyez malhonnête ça m’inquiéterais moins.)

        +41

      Alerter
      • lecrabe // 23.06.2020 à 11h56

        Ce n’est pas la première fois que l’élection française est truquée: en 2007, le candidat Sarkozy a explosé le plafond de sa campagne, cela a été reconnu… après la présidentielle, le conseil constitutionnel a préféré enterrer l’affaire pour éviter le scandale, le désastre pour l’image internationale et refaire l’élection…

        Bref, avec ou sans Fillon, la couverture médiatique suffit à prouver que cette élection a été faussée, comme les autres avant elle du reste, mais de manière plus manifeste et incontestable cette fois-ci.

          +13

        Alerter
      • birin // 23.06.2020 à 12h21

        « Il s’agit aussi et surtout (un petit peu) du piratage de la dernière élection présidentielle, du chantage subséquent et de la légitimité du pouvoir en place. »
        De la dernière, vraiment ?
        Elle date de quand la dernière qui ne soit pas « piratée », d’une manière ou d’une autre ?
        Depuis les GJ, beaucoup de ceux qui n’y avaient même pas songé on compris ce que beaucoup savaient de longue date, que « la légitimité du pouvoir en place » tient à sa police, sa justice, ses médias, son fric, …
        L’élection présidentielle est un cirque qui ne change rien à cette réalité, depuis … on ne sait même plus quand.

        Dubreuil, lui, questionne la liste choisie en préambule par l’auteur de l’article, et ce qu’elle dit de la relation entre la case des « légitimes » et les gens du commun.
        Il semble trouver ces querelles de « légitimité » entre les « légitimes » hors de propos, et leur préfère les querelles entre sa caste et la caste des « légitimes ».
        Es-il ridicule ou inquiétant ?
        Je pense que non.

          +2

        Alerter
        • Alfred // 23.06.2020 à 12h36

          J’ai bien compris. Et je perçois cette façon de se jeter sur les ciseaux pour couper les cheveux en quatre (qu’est ce qui méritait de figurer dans cette liste et qu’est que qui ne méritait pas d’y figurer) comme une diversion (intentionnelle ou non) par rapport au sujet de l’article qui est le piratage de la dernière élection. Cela reste vrai.
          Ah oui. Effectivement la dernière élection n’était pas la seule truquée très loin de là. Mais c’est le sujet de l’article non? Et nous avons un « canon fumant » comme disent nos suzerains. Quand on prend un gangster sur le fait on se précipite pour dire « eh c’est pas la première fois que quelqu’un essaye de braquer la banque » ou on essaye de lui faire rendre gorge?
          Bizarres vos réactions.

            +7

          Alerter
          • birin // 23.06.2020 à 14h16

            Si le sujet se limitait au canon fumant, que faisait cette liste en préambule de l’article ?

            Ce qui me surprend moi c’est de considérer comme absurde ou dangereux un point de vue qui emprunte un autre angle pour étudier le même sujet.
            Une diversion !

            Pour certains, les querelles de basse cour, données en spectacle au bas peuple alors qu’elles ne déborderont pas du petit quarré de cette caste, ne sont pas autre chose que de la diversion.

            C’est une question d’angles de vue, ou d’angle d’ouverture.
            Est-ce que cette information offre une prise, ou un moyen d’action, pour les combats qui occupent chacun ?

            Il me semble que c’est plutôt la réaction trop rapide et passionnée (braquée sur le sujet de l’article) au post de Dubreuil qui en fait une diversion, au lieu d’un autre angle de vue, qui ne me parait pas déplacé.

            Refuser les angles de vue que l’on n’attendait pas, sur des sujets aussi importants, nous conduit facilement à louper des facettes que l’on n’aurait pas vu soi même, sur le sujet traité.

              +1

            Alerter
            • Alfred // 23.06.2020 à 14h40

              Je comprends vos deux réactions et même vos arguments ( sur les points de vue, qui m’ont incité à relire le texte) jusqu’à ce que vous me parliez de Dubreuil. (D’ailleurs je ne comprend toujours pas différemment la réaction de Dubreuil sur le mode « seulement deux lignes pour expédier l’affaire Traoré ». De castelnau a déjà écrit deux ou trois articles sur le sujet. Il a peut être le droit de ne pas s’y arrêter de nouveau et de passer à autre chose. )
              Qui n’est pas légitime ? Je ne comprend pas de qui vous parlez (légitimes au sein de la caste des légitimes ?!?).

                +1

              Alerter
            • birin // 23.06.2020 à 16h40

              @Alfred,
              j’ai utilisé l’image de la caste des « légitimes » en reprenant la fin de ta phrase, celle que je citais pour répondre à ton post.
              Je désignais ainsi ce que certains appellent simplement « la caste », ou les « 1% », … je les nomme généralement « les fouquet’s ».
              L’élection de 2017 montre comme il est facile à cette caste de faire élire président son poulain, même si c’est un gus inconnu des français quelques années auparavant, un banquier d’affaires même, alors que le slogan de Holande était « mon ennemi c’est la finance ! ».
              La légitimité ainsi obtenue par « l’élu » est biaisée, il n’est pas élu par le peuple, mais en premier lieu par la caste.
              Si ça n’avait été lui ça aurait été Fillon, ou Vals s’il n’était disqualifié, ou n’importe quel autre élu de la caste, déjà « légitimé » par la caste pour participer au cirque électoral.
              Faire élire leur élu nécessite quantité de manœuvres financières, médiatiques, sondagières, … voire judiciaires et autres barbouzeries. mais tout cela en restant dans le pré carré de la caste.
              Tout cela se passe sans les gens du commun, qui n’ont le droit que de participer au cirque électoral, et adouber l’un ou l’autre des élus de la caste.
              Quand les gens du commun se décident à entre dans le jeu, et à faire valoir la légitimité populaire, le décor vernis s’efface devant la légitimité de la violence policière.

                +4

              Alerter
            • birin // 23.06.2020 à 16h46

              (suite, désolé de ne savoir faire court)
              Ce dernier affrontement nous concerne directement, c’est celui qui peut influencer nos vies.
              Celui entre les acteurs et élus de la caste, même s’il peut être violent, ne changera pas nos vies.
              Pour ceux qui sont déjà en lutte concrète, affrontant ou se défendant de la caste, les affrontements à fleurets mouchetés à « la cour », qui n’éborgneront ou étoufferont aucun des adversaires, ne sont qu’une diversion.

              Je ne sais pas quels sont les combats de Dubreuil, ni même s’il en a, mais son commentaire m’a permis de percevoir cet aspect du sujet traité.
              Evidemment que cette affaire est importante, que c’est une affaire d’état, mais quel est le cadre auquel se limitera sa portée, quelles conséquences peut-elle avoir sur nos vies et nos éventuels combats ?
              Il me semble pour le moins probable que cela ne changera rien à nos affaires, que cela se limitera à la strate de la caste, un combat de coqus dans la basse-cour.
              Son post m’a permis de percevoir cet aspect, et de prendre un peu de recul sur ce qui est effectivement un « canon fumant », et me demander « ok, et en quoi cette affaire peut-elle nous concerner, comment la rapprocher de nos strates de gueux ? »
              Parce que si on ne peut rien en faire qui nous concerne concrètement, ce sera juste une diversion.
              (comme tant d’autres, comme l’affaire Karachi par exemple, après 25 ans ils font appel, mais rien ne déborde de la strate de la caste, cela ne change rien pour nous).

                +2

              Alerter
            • Alfred // 23.06.2020 à 18h16

              @ birin. Merci d’avoir pris le temps de bien expliquer. C’est un point de vue très intéressant. Pour le constat de la caste qui aligne ses poulains à la course de chevaux de bois ok on est d’accord. Mais sur la fin non. Nous avons une influence et un pouvoir de nuisance. Certains poulains auront les mains entièrement libres (micron, vals, pecresse etc..), d’autres seront au contraire contraints par de multiples freins et contradictions (meluche ou l’epouvantail). Leur pouvoir de nuisance sera forcément moindre (division au minimum de façade dans le système). Le système existe mais il n’est pas parfait ni infaillible. Oui il faut autre chose que ce qui nous est proposé pour changer les choses. Mais non tout n’est pas vain DANS le système pour autant. I faut lutter pied à pied aussi dans ce qu’il propose. Le prendre à contre pied. Une chose est sure voter contre ce que propose le nouvel obs et attali (entre autres). Depuis 2005 au moins c’est infaillible.

                +4

              Alerter
    • BG // 23.06.2020 à 09h25

      Bien d’accord avec vous. Ceux qui poussent des cris d’orfraie devant les « pressions » du parquet ne sont pas les derniers en avoir bénéficié quand ils étaient au pouvoir, ils se réveillent un peu tard pour réclamer son indépendance. Et j’aimerais qu’ils soient aussi véhéments quand on applique aux petits délinquants la justice sommaire des « flags », autrement plus rapide et plus expéditive que celle qui a été appliquée à Fillon. Sans parler des exécutions extra-judiciaires à la Traoré.
      Tout ça en essayant de nous persuader que laisser élire un escroc avéré à la tête de la République aurait été la solution éthique et juridique correcte. Oui, Macron a bénéficié de ce scénario et je le regrette, mais ce n’est pas une raison pour réhabiliter le principal fautif dans cette affaire qui, lui, est toujours en vie et continue même à gagner un « pognon de dingue »…

        +11

      Alerter
      • Alfred // 23.06.2020 à 12h42

        « exécutions extra-judiciaires « .
        Vous vous rendez compte de ce que vous écrivez? Vous vous fantasmez au Brésil, aux Philippines ou je ne sais ou? Cela porte un nom: diffamation.
        Ce que vous dites siginfierait que 1-ordre a été donné (ou consigne générale) et 2- il y a eu intention de donner la mort. C’est un peu grave et cela requiert juste un petit début de preuve…
        (oui l’igpn est un machine à blanchir et oui la justice laisse vraiment à désirer. mais non on ne peut pas dire tous les mensonges qui nous passent par la tête pour un combat politique).
        Flippant.

          +15

        Alerter
        • Alfred // 25.06.2020 à 10h35

          Pour qu’on soit bien clair ceci:
          https://twitter.com/i/status/1275878257402032129
          est une bavure stupide qui aurait du avoir pour conséquence l’inculpation des policiers impliqués (et probablement de la prison ferme à mon avis mais je ne suis pas juge) et la démission du ministre qui a couvert la bavure. Ce n’est PAS une exécution extrajudiciaire.

            +0

          Alerter
    • Urko // 23.06.2020 à 09h28

      L’affaire chouviat ? Que vient elle donc faire ici ? Elle et tant d’autres ne changent rien à la manière dont un parquet ultra politisé a monté un coup contre un candidat pour le faire exploiter par les médias détenus par nos oligarques. Si cela ne vous intéresse pas, et bien, personne ne vous oblige à lire sur ce sujet ni à écrire dessus. Laissez ceux qui veulent s’en informer s’en informer. Vouloir censurer certains sujets, sous prétexte qu’ils ne seraient pas intéressants mais surtout parce qu’ils déplaisent, voilà un travers bien ridicule.

        +7

      Alerter
    • Jean Paul B. // 23.06.2020 à 16h55

      Bonjour Dubreuil,
      soyez plus précis sur la mort de ce pauvre Adama Traoré.
      Ce garçon de 24 ans, paix à son âme, n’est pas mort suite à un simple contrôle d’identité mais parce qu’il a cru à tort, alors qu’il se promène en centre ville en compagnie de son frère Bagui, être la cible des gendarmes interpellateurs .
      En effet les gendarmes ont reconnu fortuitement Bagui Traoré, un délinquant recherché pour extorsion de fonds (pas très BLM de dire çà) et décident de l’interpeler immédiatement.
      Les pandores ne semblaient pas intéressés par Adama jusqu’à ce que sa fuite le rende suspect à leurs yeux.
      La méprise d’Adama sur l’objet de l’intervention gendarmesque l’a donc conduit à s’enfuir (pourquoi fuir alors que Bagui s’est laissé interpeler sans résister?).
      C’est bien son attitude qui a déclenché la poursuite, l’interpellation musclée et, nous a dit la presse en 2016, la découverte d’argent et de « doses de stupéfiants » (à prendre quand même avec des pincettes cette dernière précision).
      Le tout s’est terminé par son regrettable décès dont les causes et la responsabilité sont toujours l’objet d’une controverse.
      https://www.leparisien.fr/faits-divers/les-dernieres-minutes-d-adama-traore-02-08-2016-6010063.php

        +6

      Alerter
      • Gisele // 24.06.2020 à 05h49

        On s’en fout de pourquoi la maréchaussée lui courait après. Mourir en se faisant arrêter alors qu’il n’y pas violence armée contre la milice de l’Etat, c’est une ignominie. Je suis d’ailleurs extrêmement surpris qu’aucun milicien ne se soit encore fait massacrer depuis que le peuple commence à ouvrir les yeux.

        Brassens me manque.
        https://www.youtube.com/watch?v=KzmnDy7zzDw

          +2

        Alerter
        • Alfred // 24.06.2020 à 11h57

          Adama ne méritait pas de mourir c’est évident.
          Pour ce qui est de la maréchaussée Brassens est un gentil garçon dont on peut apprécier le talent et le refus de l’autorité. Pas certain que sa pensée soit non plus très profonde. Si vous voulez en faire un maître à penser demandez vous ce qu’il aurait dit des meurtres au couteau qui surviennent en ce moment dans notre pays.
          Des gens geniaux ont dit des choses stupides. Par exemple Giono « je préfère être allemand que mort ». C’est sur il est facile d’être pacifiste. C’est plus difficile quand on est pas enfermé au vélo d’hiv.
          On met une fleur pour Marin et on manifeste pour Adama où on fait l’inverse? Pourquoi pas les deux?
          Enfin « les cognes » ont il fait leur boulot à Dijon ou non? Vous êtes plutôt « condés » ou plutôt « tchétchènes »? Vous préférez la paix de la République ou la paix de la mosquée (« on peut pas se taper dessus on est tous musulmans » entend on sur les vidéos de la rencontre entre leaders à la mosquée.).
          Une police qui n’aurait PAS carte blanche c’est toujours moins pire que pas de police du tout (deux morts déjà à la zad de Seattle qui va fermer pour cette raison).

            +1

          Alerter
        • Jean-Paul B. // 24.06.2020 à 17h28

          #Gisèle
          Vous vous en foutez que des délinquants black-blanc-beurs pourrissent la vie des braves gens de leur quartier?
          Pour parler comme vous le faites vous devez résider assez loin de ces zones « ensauvagées ».
          Venez habiter ici et mettez vos enfants dans nos écoles et, croyez-moi, vous allez vite changer d’avis et encore plus vite… d’adresse!

            +5

          Alerter
  • jules Vallés // 23.06.2020 à 07h45

    Il paraîtrait que E Balladurse aurait publiquement condamné la « non-indépendance » de la «  »justice » » vis à vis du pouvoir politique et des milliardaires propriétaires de grands médias, et aurait cité Montesquieu à propos de la séparation des pouvoirs comme garantie d’une société réellement démocratique
    Malheureusement, cette information n’est pas encore confirmée !

      +9

    Alerter
  • yack2 // 23.06.2020 à 08h19

    Quand Mélenchon parle de Lawfare…..tout le monde rigole…et bien rigolons! Et….surtout ne regardons pas au bon endroit…..Fillon n’avait-il pas parlé d’un rapprochement avec la Russie? La flopée de young leader aux manettes ne peuvent être que coincidences…et la cia n’est pas habitué à se mêler de ce qui ne la regarde pas….Surtout pas des élections étrangères .

      +32

    Alerter
    • TZYACK // 23.06.2020 à 12h12

      La CIA dont l’ex-beau père de Nicolas Sarkozy était le fils d’un de ses directeurs, Frank Wisner (Réseaux clandestins stay-behind de l’OTAN) !

        +7

      Alerter
    • Jean Paul B. // 23.06.2020 à 17h38

      Vous avez parfaitement raison, en effet désormais quand Mélenchon parle tout le monde rigole y compris moi qui ai voté pour lui en 2017!

        +3

      Alerter
      • Micmac // 24.06.2020 à 00h43

        Pourquoi tout le monde? J’ai voté pour lui et je le referai volontiers. L’opposition LFI tient son rôle à l’Assemblé et ailleurs, et n’a pas du tout démérité. C’est d’ailleurs quasiment la seule opposition audible.

        Et toutes les interventions de JLM me semblent parfaitement sensées, que l’on soit d’accord ou pas avec ce qu’il dit. Rien qui ne fasse rigoler personne que je sache.

        C’est curieux cette épidémie de soit disant ex-électeurs de Mélenchon sur les résosocios. Aucune preuve que vous ayez voté quoi que ce soit, ni même que vous ayez jamais voté à gauche.

          +9

        Alerter
        • Alfred // 24.06.2020 à 06h51

          J’adore « le « y a pas de preuves ». Y a quand même un indice: 6%. Ça fait quelques ex…
          C’est pas grave. Votre déni est votre problème. On attend plus rien de vous.

            +0

          Alerter
          • Micmac // 24.06.2020 à 12h06

            6% alors que la campagne n’a pas commencé ne veut rien dire. Et la confiance que j’ai dans les sondages est de toutes façons très limitée…

            En raisonnant comme vous, le TCE aurait du passer très largement en 2005, Balladur aurait été président de la République, etc.

              +0

            Alerter
            • Alfred // 24.06.2020 à 13h44

              Je parlais du score des élections européennes qui est définitif et sans appel. Même truquées des élections ne sont pas un sondage.. En partant du score de la présidentielle c’est quand même un naufrage significatif quoi qu’on en dise. 60 % de déserteurs ( plus que tout autre parti) ça aurait questioner sur la ligne. Mais non. Alors tant pis.
              Et effectivement comme je ne raisonne pas comme vous me l’imputez je vote pour un petit parti au score encore riquiqui pour l’instant mais qui au moins est cohérent.

                +3

              Alerter
            • Micmac // 24.06.2020 à 22h25

              Ah, oui, les européennes, les élections pour lesquelles se déplacent en majorité les électeurs convaincus par cette glorieuse UE, et qui précisément ne se trouvent pas à la FI.

                +0

              Alerter
            • Alfred // 25.06.2020 à 01h39

              Ce que vous dites des électeurs de la FI est vrai des électeurs du RN qui eux se sont déplacés. Essayez encore. Aucun parti n’a connu une baisse du même ordre. Le déni reste complet donc la stratégie reste mauvaise. Ne changez surtout rien pour le RN vous êtes parfaits. Pour ce qui me concerne cela me désole.

                +0

              Alerter
        • vert-de-taire // 24.06.2020 à 20h07

          LFI sabotée comme le PG auparavant.

          JLM repoussoir, incapable de rassembler durablement..
          Une très belle copie à l’oral et à l’écrit mais des travaux pratiques calamiteux.
          C’est pitié.

            +0

          Alerter
  • Jérôme // 23.06.2020 à 08h31

    Entièrement d’accord avec Regis de Castelnau. Et au final, l’argument de Mme Houlette se limite à affirmer que les faits sont avérés et donc qu’elle a eu raison de mettre en examen Fillon.

    C’est un délit gravissime de la part de l’exécutif Hollande-Cazeneuve-Urvoas, ainsi que du juge militant Tournaire qui a ignoré la collégialité lors de la décision de mise en examen de Fillon.

    N’oublions pas non plus que le Parquet a aussi fort opportunément ressorti du congélateur une vieille affaire pendante concernant Le Pen. La méthode n’est pas tout à fait celle de Poutine ou d’Erdogan, mais on s’en était scandaleusement rapproché.

    Ceci étant dit, il n’est pas sûr que Fillon ait perdu l’élection à cause de cette machination judiciaire.

    Souvenons nous que, à peine 2 semaines après le « triomphe » de Fillon à la primaire de la droite et du centre en novembre 2016, le programme social de Fillon, avec projet de privatisation d’une partie de la sécurité sociale, a fait la une des médias et que les sondages d’opinion montraient que 80% des français seraient opposés à ce projet. Combien de gens ont voté Fillon ? 20% des votants.

    La corrélation est très forte et aujourd’hui beaucoup de gens à l’UMP/LR reconnaissent que c’est surtout sur son programme à la fois trop radical et pas clair (suppression d’autant de postes de fonctionnaires que de départs en retraite, … etc) et donc angoissant pour la majorité des français que Fillon a été battu dès le 1er tour. Et même s’il avait eu 2 points de plus pas partis chez Macron et été (mal) élu contre Le Pen, il aurait eu les gilets jaunes en pire.

      +9

    Alerter
    • Anfer // 23.06.2020 à 12h10

      J’aurais préféré Fillon, plutôt que Macron, une droite bien réactionnaire qui aurait obligé même les plus droitier du PS à être contre elle.

        +2

      Alerter
      • Alfred // 23.06.2020 à 12h44

        Effectivement les choses auraient été plus claires à gauche.

          +3

        Alerter
        • Jean Paul B. // 23.06.2020 à 17h48

          La « Gôche » européiste ne vaut guère mieux que la Droite européiste.
          Leur attachement viscéral à l’UE et à l’OTAN est plus fort que leurs prétendues divergences au plan national.
          Soyons lucides ces structures pullulent de Young Leaders, recrutés et formés en nombre dès leur jeunesse, puis placés dans ces partis pour leur permettre d’arriver aux postes de pouvoir afin de servir les intérêts US en priorité.
          Vous trouverez les noms des heureux élus dans l’article ci-dessous consacré par Wikipédia aux Young Leaders français.
          https://fr.wikipedia.org/wiki/French-American_Foundation

            +10

          Alerter
          • Alfred // 23.06.2020 à 18h28

            100% d’accord avec vous. A mes yeux il ne reste de gauche authentique que le PRCF et République Souveraine. Les autres formations de gauche ont pratiquement sacrifié la lutte des classes** sur l’autel du rituel « européen ». Naïfs ou charlatans, rêveurs ou agents des usa peut me chaud et cela m’indiffère. On reconnait l’arbre à ses fruit et ces arbrisseaux ne donnent rien que des fruits utiles aux maitres.
            (Si vous connaissez d’autres formations de gauche qui soient farouchement contre l’union européenne cela m’intéresse).
            **(ainsi que la démocratie qui ne peut être vivante au sein de l’union europeenne. D’ailleurs cela se ressent dans le fonctionnement interne concret de bien des partis).

              +6

            Alerter
      • Florent // 23.06.2020 à 13h25

        Oui mais non, la gauche libérale favorise les intérêts du capital sur le long terme, la droite est trop court-termiste, Fillon n’était donc pas le bon candidat (cf la concurrence pathétique sur la suppression des postes de fonctionnaires entre les deux candidats, 500 000 pour l’un, 120 000 pour l’autre – l’état ça se ruine au long court sinon c’est trop visible).

          +3

        Alerter
        • Alfred // 23.06.2020 à 14h43

          C’est cela. Les choses auraient été plus claires à gauche. On aurait vu les faux derches en pleine lumière.

            +5

          Alerter
  • Urko // 23.06.2020 à 08h43

    Le matin, le canard enchaîné publie un article sur Fillon, favori de la présidentielle. Quelques heures après, la « justice » s’auto- saisit de l’affaire. Du jamais vu avant. Du jamais vu depuis. Quiconque connaît le rythme habituel de la justice savait dès le premier jour de ces révélations qu’il s’agissait d’une opération téléguidée sur des faits pas très croustillants d’ailleurs, tant ils sont hélas répandus dans le monde politique. Sans doute n’ont ils rien trouvé d’autre. Pas besoin des aveux de ce magistrat pour le savoir : l’élection de 2017 a été trafiquée. Tous ceux qui ne souhaitaient pas l’élection de M. Fillon, notamment les agents d’une fonction publique qu’il se proposait de réduire, se réjouirent ; ils auraient dû préférer qu’il se fasse battre à la régulière plutôt que via une manœuvre aussi visible, qui détériore encore l’image de la justice, laquelle n’en avait pas besoin, et fait douter de la légitimité de l’élection de M. Macron. Au fait, la justice s’intéresse t elle aux miraculeux financements de la campagne de ce dernier ? La justice a pourtant une belle énigme devant elle : un candidat sans parti, qui n’a pas de patrimoine, produit une campagne ultra professionnelle et très coûteuse, d’où vient l’argent ? La question ne sera pas posée.

      +47

    Alerter
    • Jean Paul B. // 23.06.2020 à 17h33

      #Urko
      « Tous ceux qui ne souhaitaient pas l’élection de M. Fillon, notamment les agents d’une fonction publique qu’il se proposait de réduire, se réjouirent. »
      Sérieusement vous auriez préféré que « les agents de la Fonction Publique » aiguisent avec zèle la hache de celui qui se proposait d’être leur bourreau?

        +4

      Alerter
  • Rond // 23.06.2020 à 09h04

    Le bateau coule normalement … C’est normal puisque c’est LE projet. Normal mais consternant ! Où que porte notre regard, tout nous semble étrange, irréel et « en même temps » tellement vrai. En tout domaine, ça foire, ça fuit, ça rouille et ça empeste. Les décisions, les affirmations, les orientations, tout ça sent bien l’amateurisme bricolatoire, piloté d’on ne sait où.
    Que cache alors LE projet, si rondement mené ? Il se pourrait tout simplement qu’il n’y ait pas de projet et que ce que nous constatons n’est que le résultat d’accidents successifs et cumulatifs dans le mode de sélection de nos « élites », se répandant comme un virus. Les mauvais choisissant plus mauvais qu’eux pour rester sur le podium quelque temps. Comment ça peut encore tenir ? Par le mensonge, la tricherie et les sourires entendus, en permanence, et « un peu de bêtise » de nos concitoyens ! Mélange étonnant et peu détonnant. Tu seras le pire de tous, mon fils, mais tu brilleras sous les projecteurs et tu auras les chaussures longues, brillantes et pointues des « décideurs ». Du rien insondable, vide de sens et sans vision, voilà le fil rouge. Mais je doute encore …
    Gardez-vous bien !

      +14

    Alerter
    • vert-de-taire // 24.06.2020 à 20h25

      PAS QUE de l’incompétence.
      Il y a l’absence d’idéologie.
      L’idéologie, ce repoussoir des cxxs qui refusent de penser. Soit par incapacité, il faut manipuler des concepts et ça prend la tête, soit par démagogie; les ismes sont des mots qui servent les propagandistes et autres usagers de nos cerveaux disponibles.

      LE projet n’existe donc pas, car c’est mal (mal vu par LE vrai Pouvoir) de penser hors des lois du marché.
      Ces lois qui ont été intégrées dans la supranationalité de l’UE déterminent LE projet : TOUT pour la Rente.
      Donc l’opportunisme, l’irresponsabilité, le n’importe-quoi triomphant.
      Tant que je gagne, je joue. Et si je perds, un autre continuera … Donc pourquoi se priver ?

      Le capitalisme a généré la ploutocratie qui reste à l’abri des aléas des larbins qui font le spectacle.

        +1

      Alerter
  • calal // 23.06.2020 à 09h28

    lol pauvre OB et les crises qui essaient tant bien que mal d’etre objectif ou le moins partial possible et qui se prend des coups de tous les cotes…

      +0

    Alerter
  • Urko // 23.06.2020 à 09h51

    C’est dramatique d’assimiler la révélation d’une telle affaire à valeurs actuelles. Je n’aurais pas voté pour M. Fillon mais je crois que la façon dont la « justice » se discrédite en montant un coup, en violant le secret de l’instruction pour alimenter des médias travaillant pour le même camp, cela concerne tout le monde, de l’extrême droite à l’extrême gauche en passant par le centre. D’ailleurs, M. de Castelnau n’a rien de proche de valeurs actuelles. C’est une affaire grave : la présidentielle de 2017 a été truquée. Heureusement que cela rencontre de l’écho.

      +13

    Alerter
    • vert-de-taire // 24.06.2020 à 20h37

      Mais de quoi parlons-nous ?
      De la Justice, c’est à dire de l’administration judiciaire au service du capital, du pouvoir actuel, pour faire simple.

      Au lieu de dire la « Justice se discrédite » – ce qui mélange concept et institution – il faudrait dire le régime dit démocratique de séparation des pouvoirs n’est plus ou pas. Ce régime est au mieux a-démocratique.

      Et leurs servants du moment en n’y remédiant pas sont a-démocratiques.
      C’est donc une instrumentation de l’État au service d’une caste.
      Laquelle de par sa nature nous plonge dans un régime ploutocratique.

      QUE NOUS approuvons dans notre incapacité crasse à combattre…

        +1

      Alerter
  • Julien // 23.06.2020 à 10h29

    Cette affaire est un pur scandale étouffé volontairement par des médias à la botte de Macron. Ne pas oublié que les généreux donateurs de LREM sont aussi patron de gros médias.

    Fillon était le favori. Il allait gagner. Il avait tout pour et surtout l’image d’un bon présidentiable. Le projet Macron date d ´avant son entrée à l’économie sous Hollande. Déjà chez Rothschild, Attali l’avait repéré.Je me souviens avoir lu de la part de Jean Pierre Jouyet il me semble, que Macron était le candidat idéal car jeune et totalement malléable. Alain Minc (un de ceux qui a participer à la mise sur le trône du gamin) disait que pour être ce qu’il a été lors de son job chez Rothschild, il fallait être « une pute ». Il fallait à tout prix que Macron soit au pouvoir pour continuer le travail de sape de la gauche, c’est à dire la destruction de la nation au profit des minorités (homosexuelles, immigration, féminisme etc) toutes ces conneries soit disant progressistes qui en fait détruisent totalement le ciment d’une société. Fillon aurait été un barrage à ce programme. l’éliminer était capital. Ils ont donc sorti cette affaire qui n’a rien d’un scandale puisque tout le monde sait et fait pareil depuis des lustres. Embaucher un proche et le payer a rien foutre ça s’est vu chez beaucoup de monde … mais là non, c’était impardonnable. Les médias aux ordres en plus d’avoir fait bien plus de « unes » avantageuses sur Macron, on participé à la destruction de Fillon. Lepen étant a chaque fois le fusible. Récemment un sondage prévoit le même tableau en 2022..continuez à faire barrage les ploucs

      +21

    Alerter
    • Jaaz // 23.06.2020 à 11h44

      « Il fallait à tout prix que Macron soit au pouvoir pour continuer le travail de sape de la gauche, c’est à dire la destruction de la nation au profit des minorités (homosexuelles, immigration, féminisme etc) toutes ces conneries soit disant progressistes qui en fait détruisent totalement le ciment d’une société. »
      Cela m’étonnerait fortement que les Drahi, Pigasse, Lagardère, Arnault et consorts, aient quelque chose à foutre des « minorités ». Le but n’est pas de privilégier ceux-là, au contraire, ils les exploitent pour diviser la nation, avec pour but ultime: la ploutocratie. Cela s’est déjà vu, aux E-U, fin du 19ème-début 20ème, avant que Th. Roosevelt ne casse les ploutocrates en menant une guerre sans merci, et restaure la puissance de l’Etat. Reste à trouver les hommes ou femmes d’Etat pour cette mener cette nouvelle guerre de reconquête de l’Etat. On a vu, hélas, que les « putes » chères à Minc étaient devenues la norme en politique depuis un certain temps déjà.

        +6

      Alerter
      • Alfred // 23.06.2020 à 12h48

        Vous dites la même chose non? Je subodore que vous faites le même constat en venant de deux origines politiques différentes. Mais le constat est le même: Les oligarques s’appuient sur les revendications de minorités pour diviser la population en microcosmes inoffensifs. D’où que l’on viennent il faut refuser toutes ces sources de division et nous rassembler simplement sur ce qui nous unis.

          +16

        Alerter
  • JEAN PHILIPPE REUTER // 23.06.2020 à 10h29

    helas fillion ou macron c est du pareil au meme!!

      +4

    Alerter
    • Alfred // 23.06.2020 à 12h49

      Pas tout à fait. Sinon personne ne se serait donné la peine d’en privilégier un au dépend de l’autre.

        +8

      Alerter
      • vert-de-taire // 24.06.2020 à 20h46

        Certes. Mais pour nous autres gueux, on peut difficilement les différencier.

        Les deux sont des « gentils » qui font ce qu’on leur demande de faire.
        L’un par atavisme larbinesque avéré (confirmé par Sarko) l’autre par parfait endoctrinement et jeunes longues dents.
        Oui aussi des chapelles d’égo entre milliardaires ..

          +1

        Alerter
  • Julien // 23.06.2020 à 10h42
    • Myrkur34 // 23.06.2020 à 11h18

      Et on recommencera la même comédie en 2022 avec l’ancien lobbyiste d’Areva puisqu’il est « populaire » selon Bruno Jeudy de…….. Paris Match . :o))

        +4

      Alerter
      • Julien // 23.06.2020 à 11h24

        Oui j’ai vu ça ils sont déjà en train de placer leurs pions.

          +4

        Alerter
        • Myrkur34 // 23.06.2020 à 20h08

          C’est gros comme une maison, vu que Macron est un peu « cramé » voire plus. Et qu’ils nous ressortent en ce moment la tambouille de la réforme des retraites. Tant qu’à faire, qu’il serve jusqu’au bout. Après la seule question qui reste le concernant, est quelle multinationale il rejoindra pour faire fructifier son carnet d’adresses.

            +3

          Alerter
      • Micmac // 24.06.2020 à 00h47

        On oublie un peu trop souvent que les oligarques n’ont pas acheté que la presse. Ils se sont aussi payé les instituts de sondages.

        Alors que ni l’un ni l’autre ne rapportent beaucoup, et qu’ils sont très près de leurs sous.

        Comme c’est bizarre…

          +5

        Alerter
  • Casimir Ioulianov // 23.06.2020 à 13h00

    Cette élection ne servait qu’à déterminer le rythme de déconstruction du système social de toutes façons. Tout candidat qui aurait voulu faire autre chose se serait pris 10% sur les obligations d’état Françaises et aurait été empêché de toutes façons. La confiance vous comprenez…
    Entre Fillon et Macron l’idéologie est la même, le résultat final aurait été le même vu que les propositions de lois viennent du même endroit.
    Franchement … de quoi on parle ? Ils ont triché ? La belle affaire, c’est toujours les mêmes qui douillent et les mêmes qui palpent au final et ça ne changera pas tant qu’on aura aucune souveraineté dans cet état failli.

      +6

    Alerter
  • Clode // 23.06.2020 à 13h08

    Le Canard Enchaîné en 2016, révèle la fausse déclaration patrimoniale de notre président, documents à l’appui.
    776.400 € de déclarés, au lieu de 3.996.010 € réels.
    Le Code Pénal prévoit 3 ans de prison et 50.000 € d’amende dans ce cas.
    Et la suite…..

      +13

    Alerter
    • Jean Paul B. // 23.06.2020 à 17h26

      Le PNF a été créé par la bande à Hollande dont le gentil Emmanuel faisait partie, donc les éventuelles turpitudes de Macron ne sont pas et ne seront pas sa priorité.
      Je précise que je ne viens pas défendre le cupide François Thénardier-Fillon.
      Tout le monde sait bien que le projet de l’Oligarchie est de re-qualifier la Blonde Niaise pour le second tour en 2022 pour ensuite avec SA presse et SES éditocrates, crier au fascisme afin de ramener le troupeau craintif dispersé au premier tour, vers les urnes et une fois encore, faire élire SON candidat euro-compatible (Philippe, le sosie d’Harry Potter à la voix de Barry White ou n’importe qui d’autre) pour appliquer strictement le programme qu’elle lui murmurera à l’oreille.
      Roulez Jeunesse!

        +8

      Alerter
  • miron // 23.06.2020 à 16h05

    Depuis le début Eric Zemmour affirme que c’est un coup d’état médiatico-judiciaire. Mais c’est un méchant.

      +5

    Alerter
  • Fabrice // 23.06.2020 à 18h36

    En fait on s’aperçoit que personne ne réagit à pourtant beaucoup d’informations qui confirment que la démocratie annoncée n’est qu’une façade, en fait les gens ne demandent pas une vrai démocratie mais demandent à être rassuré, sécurisé dans un monde qui échappe à leur compréhension et certitudes, cette situation mène à l’acceptation consentie de tout ces aberrations à la condition que rien ne change dans l’illusion et les certitudes.

      +4

    Alerter
    • vert-de-taire // 24.06.2020 à 21h19

      Oui mais
      .. mais avec une formidable aide des média$ pour ce spectacle
      .. que, certes, nos cerveaux disponibles, paresseux cautionnent.
      sans parler de l’effondrement du ‘système capitaliste’ et des ses effets dévastateurs.

      Je ne sais qui écrira notre histoire mais je parierais ma pierre tombale que la clairvoyance de mes contemporains sera quelque peu malmenée.

        +0

      Alerter
    • Lola Fleurie // 26.06.2020 à 21h03

      Avouez quand même, Fabrice, que le choix des exemples et leur énoncé (parfois limite) n’est pas forcément le plus pertinent pour interpeler les fans de démocratie ! non ?

        +0

      Alerter
  • Guezmer // 23.06.2020 à 23h55

    « L’ Affaire Traoré où l’on transforme un mafieux des quartiers en héros sans tâches »
    Je ne peux pas lire une ligne de plus de ce texte.
    Je sais à quel bord appartiennent ceux qui parle de « Mafia » quand ils évoquent le « clan Traoré « . Je me fou des crimes et délis que Mr Traoré auraient pu commettre. La République Française a aboli la peine de mort.
    Personne n’a fait subir de plaquage ventrale ou de clés d’étranglement à Messieurs Chirac, Mitterand, Sarkozy, Cahuzac, etc…
    Je suis fatigué… Je n’ai pas la force d’en dire plus.

    Je lis les Crises depuis plusieurs années. C’etait la dernière fois ce soir. Avec un profond regret.

      +4

    Alerter
    • Alfred // 24.06.2020 à 08h18

      Quel bord etc.. faut quand même pas trop connaître la bio de de castelnau pour le soupçonner d’être du « mauvais » bord.
      Ensuite personne ne mérite de mourir et surtout pas lors d’une interpellation. Ce qui est arrivé aussi à d’autres personnes qu’adama. Personne ne mérite non plus d’être violé en prison ni tabassé par la fratrie du violeur. Dès lors si vous ne comprenez pas que le choix de toute autre icône qu’adama aurait renforcé la cause on ne peut plus rien pour vous. Le choix de la famille Traoré est un piège, du pain béni pour le RN (qui n’a rien à faire) et une pomme empoisonnée pour la FI ne peut qu’y perdre. C’est le but. Monter le RN et baisser la FI et c’est la voie libre pour le candidat des puissants. C’est tout l’objectif des médias des oligarques.
      Je sais pas pourquoi je me fatigue à expliquer à des gens dont toute la pensée politique se résume à l’identification de « marqueurs ». Snif snif la mauvaise pensée moi je la renifle. Snif snif.

        +11

      Alerter
  • Jubaka // 24.06.2020 à 11h19

    La justice a été très rapide, cela me paraît plutôt une bonne chose.

    Qui a envie d’un président mis en examen mais que l’on ne peut pas juger mais dont la femme passe en correctionnelle.

    Si le parquet était indépendant cela accélérerait les procédures contre les politiques.

      +0

    Alerter
    • Phil-A // 24.06.2020 à 14h29

      Zzzz… ce qu’a fait Fillon avec sa cagnotte parlementaire est tellement banal et systemique dans ce milieu…Le plus classique étant de payer les traites d’ une maison secondaire.

        +5

      Alerter
  • juju77 // 25.06.2020 à 07h19

    vraiment surprenant que de vouloir défendre un François Fillon qui devrait être poursuivi pour corruption active depuis la publication des comptes de sa société de conseil (2F Conseil) lisez societe.com pour comprendre la taille de l’entourloupe pour un député elu de la nation qui s’autorise a « légalement » facturé pour des conseils invisibles quelques rares sociétés d’assurance ou de mutuelles tout pendant les 5 ans ou n’étant plus premier ministre il est sensé faire le député pour un montant de plus de 1.500.000 € (soit 300.000 €/an pendant 5 ans) .. c’est officiel .. c’est dans societe.com depuis quelques années .. il a depuis fermé cette société … mais toujours pas un mot dans les MMS ou au parquet …
    sans oublier toutes ses autres turpitudes depuis une trentaine d’année
    GRRRRR

      +1

    Alerter
  • jean-pierre.georges-pichot // 25.06.2020 à 07h41

    Il m’a toujours semblé évident que le Parquet National Financier était un outil de lutte contre l’opposition politique. L’astuce est grosse et ancienne : dans une situation de corruption généralisée, on détruit ses adversaires politiques sous un prétexte de prévarication, d’autant plus facile à démontrer que l’ensemble de la vie politique est asservie aux intérêts financiers. Rappel historique : lorsque César franchit le Rubicon et entame sa guerre civile contre parti sénatorial, c’est parce qu’après ses victoires et ses conquêtes coloniales il s’est dédommagé et enrichi par le pillage. C’était l’usage tout en étant théoriquement illégal, mais ses ennemis politiques, autant et davantage corrompus que lui, avaient saisi ce prétexte pour engager une procédure et l’abattre. L’utilisation du PNF contre Mélenchon et Bayrou au début du septennat par Macron, qui n’avait lui-même accédé au pouvoir que par l’argent et l’intrigue, aurait dû suffire pour qu’on sache quoi penser du PNF.

      +1

    Alerter
  • Nanker // 27.06.2020 à 17h39

    Dommage que Castelnau n’aille pas jusqu’au bout de son propos : « ceux » cad les Puissants (en Anglais le « deep state ») se sont enfin rendus compte que Macron est un paltoquet borderline et qu’en 2022 MLP le piétinera et deviendra présidente.

    Alors que faire? Propulser sur le devant de la scène Bertrand ou le petit Baroin? La blonde ne ferait qu’une bouchée de ces « nobodies ». A gauche il n’y personne et les puissants ne voudraient pas d’un duel des extrêmes Melenchon/MLP au second tour de l’élection.

    Donc logiquement il faut remettre dans le jeu un vieux cheval de retour… Vous avez vu comment en une semaine – par la grâce de « miraculeuses » révélations on jette le doute sur les procédures visant Sarkozy et Fillon?

    Ensuite en faisant « tomber » lesdites procédures on blanchira l’un ou l’autre (Fillon probablement) et on le lancera dans la course à la présidentielle de 2022 comme on nous a vendu Macron en 2017. Je vois déjà l’interview à « Paris Match » et/ou TF1 dans laquelle l’intéressé se félicitera que son « honneur ait été lavé » et qu’il puisse désormais se « consacrer à la France ». (sic)

    Tout est bon pour barrer la route à Marine…

      +0

    Alerter
  • Nanker // 28.06.2020 à 17h18

    Et dans son numéro de cette semaine le «Canard» (qui – plus que tout autre média – a participé à la crucifixion de François Fillon) nous sert un looong article (une 1/2 page) méandreux et opaque pour nous « expliquer » qu’ils n’ont rien à se reprocher.

    Si le taciturne de la Sarthe est élu en 2022 on peut d’ores et déjà souhaiter bon courage aux plumitifs du «Canard » pour obtenir des infos venant de l’Elysée pour alimenter la machine à ragots de la page 2.
    Je crains que Fillon ne soit un tantinet rancunier…

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications