Les Crises Les Crises
19.mai.201919.5.2019 // Les Crises

Coeur de boxeur : La vérité sur Christophe Dettinger, avec Antoine Peillon

Merci 354
J'envoie

Source : Le Média, Youtube, 06-05-2019

Dans son livre “Cœur de boxeur” (qui paraît le 8 mai), le journaliste Antoine Peillon raconte l’histoire de Christophe Dettinger, le héros des gilets jaunes, à l’opposé des mensonges du pouvoir qui s’acharne contre lui. Il est l’invité de Denis Robert pour son premier entretien pour Le Média.

Source : Le Média, Youtube, 06-05-2019

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

RGT // 19.05.2019 à 08h55

Cette émission devrait être classée d’utilité publique et être diffusée en premier lieu dans toutes les écoles de France et de Navarre. L’info aurait ensuite “ruisselé” des enfants informés à leurs parents lobotomisés par la propagande oligarchique.

Elle démontre magnifiquement que le pouvoir politique est odieux et qu’il abuse d’une violence extrême à l’encontre de tous ceux qui pourraient donner des idées à la masse de la population écrasée par ce système infâme.

Quant à “l’indépendance de la justice”, je me marre : Les juges, s’ils avaient été réellement indépendants, auraient dû, suite au visionnage de la vidéo, mettre en accusation les “forces de l’ordre” qui avaient préalablement tabassé “pour rigoler” une pauvre femme sans que cette dernière ne présente le moindre risque pour quiconque.

Sachant que de toutes façons les pandores n’agissent jamais de leur propre initiative ils auraient dû inculper toute leur hiérarchie jusqu’au sommet de l’état, Catstratniais et Micron compris.

De plus, lesdits pandores étant des gendarmes, donc des militaires, ont désormais l’OBLIGATION (merci Chirac, il n’a pas fait que des conneries) de ne pas exécuter un ordre qui pourrait avoir des conséquences néfastes à l’encontre de civils ou contraires à la Convention de Genève.

14 réactions et commentaires

  • Fritz // 19.05.2019 à 07h13

    « Un boxeur qui fait reculer les gendarmes, avec élégance et efficacité… il les fait reculer, avec une violence maîtrisée… il n’est pas dans l’extrême violence » (Antoine Peillon).

    Eh oui, Christophe Dettinger a repoussé les pandores (qui n’étaient pas non plus dans l’extrême violence, contrairement aux flics de Castaner). Une réalité difficile à admettre pour certains :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Christophe_Dettinger#Terminologie_impropre_:_“repousser”

      +38

    Alerter
  • Hervé // 19.05.2019 à 08h51

    Remarquable synthèse de l’état de la répression actuelle, accompagné d’un message d’espoir sur un printemps qui vient. Cet échange entre deux personnes qui discutent tranquillement autour d’une table est l’énergie qu’il ne faut surtout pas abandonner pour mettre à bas l’horreur du pouvoir qui enveloppe notre pays. Regardez jusqu’au bout. Courrez acheter ce livre!

      +35

    Alerter
  • RGT // 19.05.2019 à 08h55

    Cette émission devrait être classée d’utilité publique et être diffusée en premier lieu dans toutes les écoles de France et de Navarre. L’info aurait ensuite “ruisselé” des enfants informés à leurs parents lobotomisés par la propagande oligarchique.

    Elle démontre magnifiquement que le pouvoir politique est odieux et qu’il abuse d’une violence extrême à l’encontre de tous ceux qui pourraient donner des idées à la masse de la population écrasée par ce système infâme.

    Quant à “l’indépendance de la justice”, je me marre : Les juges, s’ils avaient été réellement indépendants, auraient dû, suite au visionnage de la vidéo, mettre en accusation les “forces de l’ordre” qui avaient préalablement tabassé “pour rigoler” une pauvre femme sans que cette dernière ne présente le moindre risque pour quiconque.

    Sachant que de toutes façons les pandores n’agissent jamais de leur propre initiative ils auraient dû inculper toute leur hiérarchie jusqu’au sommet de l’état, Catstratniais et Micron compris.

    De plus, lesdits pandores étant des gendarmes, donc des militaires, ont désormais l’OBLIGATION (merci Chirac, il n’a pas fait que des conneries) de ne pas exécuter un ordre qui pourrait avoir des conséquences néfastes à l’encontre de civils ou contraires à la Convention de Genève.

      +62

    Alerter
  • Duracuir // 19.05.2019 à 09h07

    Le plus triste en cette histoire est la nième compromission de la justice avec la volonté de l’executif

      +32

    Alerter
    • Graindesel // 19.05.2019 à 11h44

      Absence de séparation des pouvoirs = absence de démocratie.

        +23

      Alerter
  • Bats0 // 19.05.2019 à 09h45

    “Je marchais en famille je me suis retrouvée par terre, au sol. Un policier m’a donnée des coups de matraque, des coups de pieds. Un autre a essayé de l’arrêter, en disant : “Arrête de la taper, arrête de la taper”, puisque je n’avait rien fait; je ne faisais que marcher. Le policier n’arrivait pas à arrêter son collègue qui était déchaîné, et Monsieur Dettinger est arrivé, a pris le policier et l’a enlevé de moi. J’ai reçu des coups de mattraque dans la bouche, dans les dents, des coups de pied dans les côtes, et comme j’ai un problème pulmonaire, si j’avais reçu trop de coups, trop longtemps, j’y passais.Donc, il m’a sauvée, il m’a sauvée la vie.”
    De quel camps émane la véritable violence, celle qui handicape psychiquement et physiquement ?
    Ce totalitarisme, ne peut avoir d’autre nom évoquant notre situation sociale actuelle et subit.

      +44

    Alerter
  • yack2 // 19.05.2019 à 10h26

    Dettinger est un symbole qu’il faut abattre absolument: le courage physique ,la responsabilité, la loyauté.
    _Le courage physique parce que matrice de tous les courage
    _la responsabilité…à visage découvert pour assumer ses actes
    _la loyauté car rien n’est plus important que d’être fidèle à ses convictions…défendre les faibles parce que je suis fort…quoiqu’en soit le prix.

    Imaginez notre macron national devant ce déchaînement de valeurs…..Insupportable et dangereux….à abattre!

      +51

    Alerter
    • Igor // 19.05.2019 à 11h36

      C’est un symbole politique, Dettinger ne bouscule pas un gendarme, il fait reculer l’état le gouvernement et Macron.
      Quand le gendarme tombe c’est Macron et son gouvernement qui tombe, et ça c’est plus que reprehensible. Son acte est avant tout politique. Dettinger est un prisonnier politique. La réponse à sa condamnation ne peut être que politique et par le vote du 26 mai. D’ailleurs un excellent article de Charles Gave sur l’enjeu de ces élections : https://institutdeslibertes.org/pour-qui-allez-vous-vraiment-voter-lors-des-elections-europeennes/

        +18

      Alerter
    • Graindesel // 19.05.2019 à 11h47

      Dettinger est un héros. Un véritable héros.

        +22

      Alerter
      • Igor // 19.05.2019 à 12h30

        Oui c’est la même histoire que celle du Grand Férré…..

          +6

        Alerter
        • Fritz // 19.05.2019 à 13h14

          Le boxeur du peuple. Regardez-le quand il s’élance vers les gendarmes !

            +19

          Alerter
    • JMD // 20.05.2019 à 16h56

      Les valeurs de notre macron national: “je séduis, j’utilise, je jette”
      Je renvoie à la diffusion du 13 mai de Denis Robert où il reçoit Marc Endeweld pour son livre “Le Grand Manipulateur”.
      https://www.youtube.com/watch?v=-FGHlHiFq8Y

        +2

      Alerter
  • Louis Robert // 19.05.2019 à 21h11

    Trop d’images, trop de documents, trop de témoignages, sans fin, parlent d’eux-mêmes.

    Je n’ai donc aucun respect envers toutes ces forces, dites abusivement « de l’ordre », qui acceptent d’obéir à des ordres criminels qui, d’où qu’ils viennent, en font, comme déjà en ´68, au pire des bêtes sauvages, au mieux de vulgaires et méprisables voyous en bandes criminelles organisées. L’impunité dont elles jouissent achève de les discréditer irrémédiablement, tout comme le Pouvoir complice qui ne subsiste que grâce à elles.

      +22

    Alerter
  • chr bernard // 22.05.2019 à 13h52

    Franchement, je ne pense pas qu’un gouvernement formé sous la présidence de Marine Lepen serait arrivé au dixième des exactions de la clique macron !!

      +1

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications