Les Crises Les Crises
1.juin.20211.6.2021 // Les Crises

Comprendre la Commune de Paris #11 : Le moment de vérité – par Henri Guillemin

Merci 12
J'envoie

Source : RTS

En 1971, cent ans après «la semaine sanglante» qui vit l’écrasement de la Commune de Paris, l’historien et écrivain français Henri Guillemin présente en treize conférences télévisées cette page sombre de l’histoire de France. Découvrez ou redécouvrez cette passionnante série en version haute définition restaurée. Voir l’épisode précédent.

C’est l’assaut des Versailles. La défense de Paris s’est relâchée à ses portes, mais les Communards résistent héroïquement dans les quartiers de la capitale. Henri Guillemin rend compte de ces journées sanglantes.

Henri Guillemin est né le 19 mars 1903 à Mâcon. Il fréquente l’Ecole normale supérieure et obtient une agrégation en lettres en 1927. Professeur dans plusieurs universités françaises, il est contraint de quitter Bordeaux en 1942 pour se réfugier en Suisse. Il entretient des liens privilégiés avec Neuchâtel où il séjourne fréquemment.

En 1945, Henri Guillemin devient conseiller culturel auprès de l’ambassade de France à Berne, puis, de 1963 à 1973, professeur à l’Université de Genève. Il s’éteint le 4 mai 1992 à Neuchâtel.

Spécialiste du XIXe siècle, il a été tout à la fois historien, critique littéraire et écrivain prolifique. Cet intellectuel non-conformiste a suscité autant l’admiration du grand public que la critique féroce des milieux académiques. Il a ainsi été banni des télévisions française et belge. Cet ostracisme a fait le bonheur des téléspectateurs de Suisse romande qui ont pu profiter de ses talents de conférencier entre 1958 et 1973.

Avec Les Dossiers de l’Histoire, l’historien a rendu accessible des questions historiques de première importance. Henri Guillemin a également fait découvrir aux téléspectateurs l’oeuvre d’Arthur Rimbaud, Emile Zola et Léon Tolstoï. Ses conférences télévisées, un genre disparu aujourd’hui, ont été un rendez-vous important sur la TSR.

Source : RTS, 02-10-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Zorglub69 // 02.06.2021 à 16h58

Vous êtes révisionniste, ce n’est pas la république qui a massacré la commune, c’est la bourgeoisie… alliée aux allemands… des traîtres, comme toujours.

4 réactions et commentaires

  • Christian Gedeon // 01.06.2021 à 21h01

    Pffff! C’est lassant. De la redite. Juste une chose. Les communards d’aujourd’hui se sont bravement attaqués aux quelques catholiques restant qui faisaient une procession en mémoire de leurs martyrs assassinés. Et je rappelle que c’est la république qui a massacré les communards. Des fois qu’on l’oublie.

      +3

    Alerter
    • Zorglub69 // 02.06.2021 à 16h58

      Vous êtes révisionniste, ce n’est pas la république qui a massacré la commune, c’est la bourgeoisie… alliée aux allemands… des traîtres, comme toujours.

        +8

      Alerter
    • gracques // 03.06.2021 à 06h57

      La république à été proclamée le 4 septembre 1870 par des Republiquains , mais la majorité des chambres issus des elections suivantes est monarchiste .
      La troisième ne s’est mise en’place qu’entre 1875 amendement wallon et 1882 , loi sur la liberté de la,presse.
      C’est toujours resté un régime bourgeois.

        +1

      Alerter
    • ellilou // 03.06.2021 à 16h27

      C’est votre droit le plus strict de vomir cette magnifique page de votre propre histoire mais cessez donc de raconter des âneries: qui sont les communards d’aujourd’hui attaquant je ne sais qui (votre utilisation du mot « martyrs » et d’ailleurs bien explicite)? C’est usant à la fin…

        +2

      Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications