Les Crises Les Crises
31.mai.202131.5.2021 // Les Crises

Top 5 des idées reçues stupides en économie – François Boulo

Merci 33
J'envoie

Source : Praxis, François Boulo

Petite vidéo légère cette fois-ci : on va se moquer un peu du François d’il y a 10 ans (je vous rassure, j’étais pas aussi antipathique ;), celui qui croyait toutes les idées les plus stupides que l’on nous vend à longueur de journée sur les plateaux TV…

Bon, et préparez-vous pour la suite, on va dégommer chacune d’entre elles en détails. Histoire de balayer les dernières traces de propagande économique qui empoisonnent encore nos esprits…

Source : Praxis, François Boulo, 23-05-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Vercoquin // 31.05.2021 à 07h50

Idées reçues sur l’économie.
Résumé:
00:30 Seule la croissance peut augmenter le pouvoir d’achat des citoyens.
02:20 L’état est mauvais gestionnaire / le privé est performant et efficace.
03:40 Il faut réduire les dépenses publiques: l’état est en faillite.
05:24 Il faut réduire les impôts car ils font fuir les plus riches.
06:26 Le coût du travail est trop élevé en France.

J’aime bien François Boulo, il a les idées claires et les expose clairement (contrairement à certain commentateur).

98 réactions et commentaires

  • James Whitney // 31.05.2021 à 07h23

    Ces cinq idées reçues sont effectivement celles dont on est gavées tous les jours par nos médias. Et les réponses de Buolo correspondent bien aux celles de La France Insoumise. Aussi aux idées des nombreux économistes qui ne font partie du camp Banque de Suède qui attribue les Prix Nobel d’Économie aux « économistes » comme Jean Tirole par exemple.

    Merci François Buolo, et merci à sa compagne et merci au beau chat qu’on voit sur l’écran.

      +13

    Alerter
  • Guadet // 31.05.2021 à 07h41

    J’étais à droite dans les années 1980 mais je ne partageais pas tous ces lieux communs. Je pense que beaucoup de conservateurs, de libéraux et de socialistes d’alors ont favorisé la mise en place du néolibéralisme sans savoir où ça menait. Le problème est de savoir pourquoi ils le soutiennent encore aujourd’hui alors qu’on peut constater que ça ne tient pas ses promesses. J’y vois deux raisons : mise en place d’une idéologie totalitaire et intérêt de classe, ce contre quoi je voulais me battre à l’époque de l’URSS et du marxisme triomphant chez les intellectuels parisiens.

      +10

    Alerter
    • Fabrice // 31.05.2021 à 13h12

      simplement cherchez ceux qui tiennent les médias et qui peuvent vous mettre en avant dans les médias à partir de là tout est dit on le devine d’ailleurs dans la vidéo de Gilles Raveaud interviewé par thinkerview :

      https://www.youtube.com/watch?v=bIIRor8z1Wk

      des professeurs d’économie qui parlent de libéralisme alors qu’ils ne sont jamais ou si peu sortis de la fonction publique, c’est fabuleux de taper sur un système à qui on doit tout.

        +5

      Alerter
      • Zakfa // 01.06.2021 à 23h21

        Comme d’hab!
        On a aussi les fonctionnaires (soi-disant hauts) qui meprisent le fonctionnariat…

          +0

        Alerter
  • Vercoquin // 31.05.2021 à 07h50

    Idées reçues sur l’économie.
    Résumé:
    00:30 Seule la croissance peut augmenter le pouvoir d’achat des citoyens.
    02:20 L’état est mauvais gestionnaire / le privé est performant et efficace.
    03:40 Il faut réduire les dépenses publiques: l’état est en faillite.
    05:24 Il faut réduire les impôts car ils font fuir les plus riches.
    06:26 Le coût du travail est trop élevé en France.

    J’aime bien François Boulo, il a les idées claires et les expose clairement (contrairement à certain commentateur).

      +25

    Alerter
    • LibEgaFra // 31.05.2021 à 12h07

      Idées reçues sur la politique:
      Résumé:
      1- Le peuple français n’est pas fait pour la démocratie directe (RIC, système suisse d’initiative et de référendum).
      2- La France est sortie du système féodal.
      3- Les yankees sont des amis qui nous veulent du bien.
      4- La Russie est notre ennemie (et Poutine un autocrate comme Hitler) et le péril jaune est plus que jamais d’actualité (pensez, ils viennent d’autoriser 3 enfants par couple!)
      5- Les néo-nazis ukrainiens et biélorusses sont des démocrates (en fait: ce ne sont pas des néo-nazis bien sûr).
      6- Avec l’ue, la guerre est impossible en Europe (la preuve: Yougoslavie, Ukraine, Géorgie, Arménie…).

        +19

      Alerter
  • Anfer // 31.05.2021 à 08h27

    C’est bien de deconstruire les idées reçues.
    Mais il ne va pas jusqu’à la racine du problème.

    L’essentiel de ce qu’il décrit vient de l’erreur initiale des économistes liberaux concernant la monnaie.

    Pour les liberaux, le cycle est le suivant:

    Épargne -> dépôts-> prêts -> dette -> investissement -> profits-> épargne

    Pas besoin de monnaie dans ce modèle, et l’investissement vient de l’épargne, c’est pour cela qu’il ne faut pas taxer les riches, car ce sont eux qui épargnent (ruissellement).

    Sauf que dans la réalité, ça ne marche pas, car l’épargne représente en fait une part infime de l’investissement.

    Le cycle est plutôt :

    Création monétaire -> dette -> dépôts -> investissement -> profits

    On peut aller jusqu’au bout comme Kalecki:
    Investissement = profits donc dette = profits

    Dans ce système, l’épargne est inutile, et d’ailleurs dans le monde réel, elle sert surtout à spéculer sur les marchés secondaires.

    Il vaut mieux la taxer pour que l’état investisse.

    C’est ultra simplifié bien sur

      +7

    Alerter
    • LibEgaFra // 31.05.2021 à 12h11

      La dette des Etats sont des impôts non rentrés. Bref des cadeaux pour les riches.

        +9

      Alerter
      • Patrick // 31.05.2021 à 13h23

        Et des impôts différés pour les moins riches plus faciles à taxer et beaucoup plus nombreux 😁

        Ce qu’il y a de bien avec l’économie c’est qu’elle finit toujours par se venger.

          +3

        Alerter
        • LibEgaFra // 31.05.2021 à 20h12

          « Ce qu’il y a de bien avec l’économie c’est qu’elle finit toujours par se venger. »

          Sur qui?

            +3

          Alerter
        • Anfer // 01.06.2021 à 07h34

          « Ce qu’il y a de bien avec l’économie c’est qu’elle finit toujours par se venger. »

          C’est exactement le raisonnement des islamistes qui assassinent ceux qui « insultent leur prophète ».

          Une vengeance bien humaine pourtant…

            +0

          Alerter
    • Patrick // 31.05.2021 à 14h34

      A noter que la « théorie du ruissellement » n’existe nulle part dans la littérature économique, c’est juste un truc de politicien et de journaliste.

      Dette = profit. Oui, si la dette a servi à un investissement judicieux.
      Si la dette sert juste à payer les dépenses de fonctionnement , elle ne générera pas de profit ou alors à la marge pour ceux qui sont sous le robinet à pognon.

        +3

      Alerter
      • Anfer // 01.06.2021 à 07h35

        C’est l’idée fausse que l’épargne finance l’investissement.

          +1

        Alerter
        • BOURDEAUX // 01.06.2021 à 09h05

          L’épargne est ce qui permet aux banques de jouer leur rôle d’intermédiaire entre ceux qui ont de l’argent disponible et ceux qui en ont besoin, tout simplement. Vous allez me répondre que les émissions démesurées des BC depuis 10 ans démontrent que l’on a pas besoin d’épargne pour financer les investissements, ce en quoi vous avez sans doute raison, pour le moment…Ne croyant pas à la magie blanche, personnellement je crois que tout ce numéraire émis sans contrepartie va avoir son petit effet un jour…

            +2

          Alerter
          • Ernesto // 02.06.2021 à 00h55

            Anfer a raison, c’est la dette qui fait les dépôts et non l’épargne préalable. La création monétaire est indispensable dans le processus de production, d’échange marchand et d’investissement net global, sinon comment les capitalistes pourraient-ils récupérer à la fin plus que leur mise de départ?

              +1

            Alerter
            • peroorep // 03.06.2021 à 06h36

              Jamais entendu parler de force de travail et de plus value ?

                +0

              Alerter
          • Anfer // 02.06.2021 à 09h06

            Les banques ne prêtent pas l’argent de l’épargne, elle la font apparaître du néant à chaque prêts.

            Et les entités immortelles, comme l’état et les grandes entreprises (surtout les banques elles-mêmes), ne remboursent jamais leurs dettes, elles ne payent que les intérêts.

              +1

            Alerter
            • Patrick // 02.06.2021 à 09h38

              C’est à se demander pourquoi autant d’états ont fini par faire faillite = défaut de paiement , non paiement des salaires des fonctionnaires etc …
              La liste est impressionnante sur les 2000 dernières années, voire seulement les 100 dernières.

                +2

              Alerter
            • JBB // 03.06.2021 à 00h00

              On se demande bien pourquoi elles proposent des produits d’épargne rémunérés du coup?

                +0

              Alerter
            • Anfer // 05.06.2021 à 10h15

              Un état ne fait pas faillite, il fait défaut.

              Et ça n’a rien de nouveau, dans la haute antiquité, les états annulaient régulièrement les dettes, chaque nouveau roi ou pharaon devait commencer avec une ardoise vide.

              D’ailleurs, petite anecdote, la pierre de rosette, ce texte en hiéroglyphes, demotique et grec, qui permis le déchiffrage des hiéroglyphes, raconte justement une annulation de dette.

              Rien d’impossible, juste une question de choix politique.

                +1

              Alerter
  • José // 31.05.2021 à 08h43

    François BOULO serait-il en train de virer communiste? C’est effectivement les idées du PCF que j’ai toujours entendues depuis que je les défends, c’est à dire depuis que j’ai l’âge de raison, il y a maintenant qq dizaines d’années.
    Enfin, à chacun son parcours. 👍

      +7

    Alerter
  • Bats0 // 31.05.2021 à 08h56

    Superbe vidéo, qui manque fortement depuis des lustres, car sans explications bien détaillées, le plus grand nombre de la population, concrètement, ne connaît pas l’utilisation de l’économie, et encore moins son fonctionnement.
    J’ai bien aimé le passage, où il indique : « c’est ceux qui sont à la tête de l’état qui nous expliquent que l’état est mauvais gestionnaire. Est-ce qu’il ne seraient pas en train de nous avouer que ce sont des incompétents, des incapables ? C’est peut-être la-dessus qu’on devrait les prendre au sérieux… ».
    Mais il n’y a pas que ceux qui sont à la tête de l’état qui sont à l’origine du désastre économique français annoncé, il y a toute une garnison de haut fonctionnaire, située juste en dessous de ceux qui nous gouvernent, ayant le statut de fonctionnaire, pensent qu’ils sont à l’abri de toute réforme, et qui ne veulent que rien ne change…

      +8

    Alerter
    • LibEgaFra // 31.05.2021 à 12h47

       » Est-ce qu’il ne seraient pas en train de nous avouer que ce sont des incompétents, des incapables ? »

      Ils sont tout ce qu’il y a plus compétents.

      Pour assurer la domination de la bourgeoisie.

        +8

      Alerter
  • Kiwixar // 31.05.2021 à 09h07

    « Pour déplacer des montagnes, il faut commencer par déplacer des petits cailloux ».

    Proverbe chinois suggérant qu’il faut être (1) humble (2) commencer quelque part, et (3) ne pas être défaitiste. F. Boulo réunit ces 3 qualités (ainsi qu’une floppée d’autres). Vous ne semblez avoir aucune d’elles. Il fait partie de la solution, vous faites partie du problème.

      +8

    Alerter
  • vert-de-taire // 31.05.2021 à 09h25

    J’invite les gens à lire le tout petit ouvrage de Bernard Maris (exterminé chez Charlie en 2015) : Lettre ouverte aux gourous de l’économie qui nous prennent pour des imbéciles » (142 pages, Points 7€).
    Tout y est, les fausses théories de l’économie, les salauds, les crétins, bref la base de toute pensée politique d’une société à penser puis à construire, sur les ruines et les morts qu’ILS fabriquent.

    On fait du petit bois des marchés de la concurrence, des équilibres, des optimums, des dérégulations , …
    tout y passe à la moulinette ..
    Après on peut recommencer à penser
    et faire.

      +5

    Alerter
    • RV // 31.05.2021 à 19h32

      Et aussi du même Bernard Marris, « Antimanuel d’économie »
      tome 1 les fourmis
      tome 2 les cigales
      avec préface de Thomas Piketty pour l’édition 2020 (première édition 2003)
      Un vrai régal !

        +2

      Alerter
  • patoche // 31.05.2021 à 10h55

    J’ai également écrit pour répondre à ces tristes commentaires (deux effacés) mais attendu pour publier. Le Voici.:

    C’est votre animosité envers ce jeune homme brillant qui devient insupportable. Ses exposés sont clairs et compréhensibles loin du jargon d’un Lordon.
    Dans une vidéo récente il a annoncé qu’il ne participerait plus à des débats-pièges dans les médias pourris.
    On va voir. En fait il n’est déjà pratiquement plus invité.

    A priori il possédait un profil bourgeois macron-compatible autrement plus percutent qu’un Gabriel Attal tellement falot et qui lui aurait ouvert les portes d’un ministère Jupiter saison 2 .
    Saluons son courage en attendant, le pire n’étant pas exclu, le meilleur non plus.

      +2

    Alerter
    • Anfer // 31.05.2021 à 11h07

      Servir de faire valoir ou de pot de fleur n’est jamais agréable.

      Se pose la question, n’est-ce pas abandonner le terrain à l’adversaire en refusant la confrontation ?

      Il n’y a pas de réponse satisfaisante, mais si on choisi d’aller malgré tout dans ces émissions aux formats incompatibles avec un débat de fond, il faut y aller en le sachant, préparer un argumentaire rapide, oublier la notion de débat et le considérer comme une joute oratoire, où on ne parle pas à celui qui vous opposé, mais au publique.

        +4

      Alerter
  • bogdan // 31.05.2021 à 10h58

    État mauvais gestionnaire : en fait, ça n’est pas blanc ou noir. Cela dépend beaucoup du dirigeant nommé par l’Etat (récompense ou professionnel) ainsi que de la capacité du ministre de tutelle à comprendre les enjeux et (faire) voter les bonnes décisions.
    De plus, l’Etat est hélas souvent piètre visionnaire (voir par exemple, le désastre de l’Etat numérique).

    Impots. F Boulo semble oublier que la moitié des ménages français ne paient pas d’impôts. Dommage qu’ils n’en paient pas d’ailleurs, même un tout petit peu (vis à vis de la solidarité citoyenne). Et dommage que les prélèvements pour ceux qui en paient soient aussi mal répartis (Voir travaux de T Picketty)

    Il n’y a pas de problème que des actionnaires gagnent de l’argent. Ils ont pris des risques et sont rémunérés en conséquence. Personne n’est choqué de voir des gagnants du loto avec leurs gros chèques.

      +4

    Alerter
    • Anfer // 31.05.2021 à 11h22

      L’état n’est pas une entité mystique.

      Dans une société démocratique, il est censé être l’émanation de la volonté générale.
      Et la démocratie, ce n’est pas le vote, c’est le débat pour arriver à un consensus, le vote n’intervenant qu’à la fin éventuellement si le consensus n’est pas atteint.

      Les décisions engageant l’état, prises par une oligarchie favorisant des intérêts privés, est peut-être une décision d’état, mais elle n’est certainement pas démocratique.

        +5

      Alerter
    • GD // 31.05.2021 à 11h33

      « Impots. F Boulo semble oublier que la moitié des ménages français ne
      paient pas d’impôts. Dommage qu’ils n’en paient pas d’ailleurs, même
      un tout petit peu (vis à vis de la solidarité citoyenne). »

      Comme rem4s qui m’a devancé:

      Désolé, mais au vu de la pertinence habituelle des propos de François Boulo, je ne crois pas qu’il ait oublié ce que vous dites, en effet:
      La moitié des ménages français ne paient pas d’impôts « sur le revenu », mais ils n’échappent pas à la TVA, qui est une taxe et donc un impôt que l’on peut intégrer dans les « flat tax » qui plus est.
      Sachant que cette TVA constitue le premier poste de recette de l’état, et qu’aucun ménage n’échappe à la TVA, vos « dommage » et « même un tout petit peu » sont assez mal venus…

        +6

      Alerter
      • bogda // 31.05.2021 à 14h56

        certes mais quand il parle d’impôts, il fait référence selon moi à l’impôt sur les revenus puisqu’il dit qu’il faut demander davantage à ceux qui gagnent beaucoup (aux « riches ») pour redonner du pouvoir d’achat (à ceux qui paient de l impôt donc…)

        Heureusement que tout le monde paie la TVA.

        De mon côté, je (re)prends conscience que je paie des impôts quand je remplis ma déclaration mais pas quand je bois un café au bar.

        Je persiste : payer des impôts sur le revenu contribue au vivre ensemble. Ou alors supprimons le pour tout le monde.

          +1

        Alerter
        • RV // 31.05.2021 à 19h49

          @ bogda // 31.05.2021 à 14h56

          Si effectivement « l’impôt sur le revenu contribue au vivre ensemble », pour garder cette terminologie que l’on pourrait discuter, alors il ne faut pas le supprimer pour tout le monde mais au contraire le rendre plus juste, plus progressif, en créant suffisamment de tranches pour qu’il ne soit pas supporté essentiellement par la classe moyenne mais par chacun selon ses moyens réels.

            +4

          Alerter
    • LibEgaFra // 31.05.2021 à 12h50

       » Personne n’est choqué de voir des gagnants du loto avec leurs gros chèques. »

      Si, moi je suis choqué. Société marchande et spectaculaire. Et il y a toujours un grand gagnant: les organisateurs de ces « jeux ».

        +4

      Alerter
      • Araok // 04.06.2021 à 08h35

        La Française des jeux lève un impôt sur ceux qui ne comprennent rien au calcul des probabilités

          +2

        Alerter
    • Kiwixar // 31.05.2021 à 13h51

      « F Boulo semble oublier que la moitié des ménages français ne paient pas d’impôts »

      C’est faux. Ils paient la TVA, la taxe sur les produits pétroliers pour déplacer leur véhicule ou remplir leur citerne de fuel. Les pauvres paient, en proportion de leurs revenus, beaucoup plus d’impôts que les riches!

      Ils ne sont pas comfrontés à des « inégalités », mais à des injustices.

        +16

      Alerter
    • RV // 31.05.2021 à 19h37

      @ bogdan // 31.05.2021 à 10h58

      La question doit peut-être se poser autrement. L’Etat est-il encore au service de l’intérêt général. Pour les 1% les plus riches il semblerait qu’il soit un bon gestionnaire au vu de la progression de leurs revenus par rapport à ceux du plus grand nombre.

        +6

      Alerter
    • Artsolex2 // 02.06.2021 à 22h42

      Le 1er impôt s appelle la tva que tt le monde paie…
      D ou la dépendance à la consommation des ménages 😏

        +1

      Alerter
    • peroorep // 03.06.2021 à 06h41

      Si, gagner au loto c’est choquant. Le risque des actionnaires se fait avec le travail des autres.

        +0

      Alerter
  • rem4s // 31.05.2021 à 11h21

    euh… tout le monde paye des impôts, et les plus modestes sont bien plus impactés. c’est quoi la TVA ? => 20%
    et si on ajoute la CSG…

      +7

    Alerter
    • Patrick // 31.05.2021 à 14h37

      La TVA dépend du type de produit acheté ( produits de base ou non…. ).
      C’est le meilleur des impôts puisque tout le monde le paie.
      C’est le pire des impôts puisque la plupart des gens le paient sans en avoir conscience.

        +1

      Alerter
      • RV // 31.05.2021 à 20h03

        @ rem4s // 31.05.2021 à 11h21

        La TVA est l’impôt le plus injuste parce que tout le monde quel que soit son revenu paye le même impôt sur sa consommation courante alors que la consommation courante d’un smicard représente quasiment la totalité de ses revenus quand celle des plus riches en représente une infime partie. L’égalité du taux est ici source d’inégalité. Un impôt juste est celui dont le taux prend en compte les moyens de chacun. Plus les revenus sont élevés plus le taux doit être fort. L’impôt est avant tout un outils de redistribution.

          +10

        Alerter
    • RV // 31.05.2021 à 19h54

      @ rem4s // 31.05.2021 à 11h21

      chiffres 2018
      http://impotsurlerevenu.org/la-fiscalite-francaise/728-qui-paie-l-impot-en-france-.php

      16,5 millions de foyers imposables, soit 43 % du total ;
      21,4 millions de non imposables.

      Selon le rapport de l’Institut d’études politiques IPP de juillet 2014
      ( « 1914 – 2014 : cent ans d’impôt sur le revenu »),
      la part de l’impôt payé par les 1 % les plus aisés est en constante décroissance depuis la création de l’impôt sur le revenu en 1914.
      Et cette part est même inférieure à la part des 90 % les moins riches depuis 1974.

        +3

      Alerter
  • METZGER // 31.05.2021 à 11h43

    La dette n’a pas été inventé par « les politiques », mais depuis Mitterrand, comme un moyen de se faire ré-élire.
    La dette c’est reporter l’impôt sur les générations futures. Immoral et dangereux : nos enfants auront moins de moyens pour régler leurs problèmes et les nôtres.

    La dette du Japon est détenue par les retraités Japonais . La dette Français est pour 40 % détenue par les retraités Américains. Le déficit des USA est basé sur le Dollar dont le cours est fixé pour rembourser en monnaie de singe, chaque fois que cela est nécessaire.

    La Poste fonctionne bien. Depuis peu ( et après quelques suicides ). Dur de se mettre au boulot.
    Je paye moins cher mon électricité depuis que j’ai un fournisseur privé.
    Faire payer les riches les fait partir ? On les retient pas. Ils appauvrissent la France par leur spéculation.

    l’Agilité est encore un concept pour exploiter les gens qui travaillent.
    Enfin la croissance ne dépend que d’une seule chose : la disponibilité des matières énergétiques.
    Boulo a encore du pain sur la planche pour évoluer vers la compréhension….

      +3

    Alerter
    • Anfer // 31.05.2021 à 12h16

      Pfff…

      La dette est une convention sociale, comme la monnaie, d’ailleurs historiquement les premières monnaies étaient des reconnaissances de dettes.

      Mais pour les fanatiques liberaux, il est plus raisonnable de croire qu’on peut changer les lois de la physique que les conventions sociales.

      Depuis l’ouverture au « marché », les prix de l’électricité ont grimpé de 60%, EDF étant contraint de vendre son électricité à perte à ses « concurrents » pour qu’il puisse y avoir concurrence.
      C’est une escroquerie et rien d’autre.

      Je ne parle même pas de l’eau, ou le scandale est encore plus flagrant.

      Les autoroutes aussi, payés par le contribuable, puis offerte comme rente au privé.

      La poste a été découpé, l’activité distribution du courrier, non rentable mais indispensable a été laissé au publique, et celle, très lucrative des colis, a été privatisé.

      Oui, le privé est plus cher que le publique.

        +14

      Alerter
      • LibEgaFra // 31.05.2021 à 12h54

        Vous venez de démontrer par A plus B que les représentants de la bourgeoisie aux manettes de l’Etat sont particulièrement compétents.

          +3

        Alerter
      • Patrick // 31.05.2021 à 14h43

        Les prix de l’électricité reposent sur une gestion stupide de la mise en concurrence, aggravé par les taxes pour les énergies renouvelables … Gestion typique par des technocrates.
        En ce qui concerne la poste, elle livre toujours des colis et profite de la mise en concurrence à l’étranger.
        Les autoroutes sont mises en concession, pas offertes , avec des taxes payées à l’état , mais là comme ailleurs on a eu une très mauvaise gestion de la mise en concession.

        Pour le reste , on se souvient avec émotion de la régie Renault, de Bull , du Crédit Lyonnais …

          +3

        Alerter
      • Patrick // 31.05.2021 à 18h53

        à propos de LaPoste et de la méchante privatisation de la distribution des colis :
        https://www.laposterecrute.fr/branche/dpd-0

        mais j’avoue que la gestion des colis par LaPoste n’est pas pire que celle de ses concurrents privés

          +0

        Alerter
        • bogdan // 31.05.2021 à 19h59

          Ah si alors. Elle est pire que tout. Jamais La Poste (Colissimo) ne m’appelle avant de mettre un avis de passage (interphone ou téléphone dont le numéro est sur l’étiquette)
          L’avis de passage m’oriente vers la Poste A qui me dit que mon colis est la Poste B qui me dit que non, c’est bien à LaPoste A…
          Mon colis soi disant remis en mains propres est en fait chez un voisin.
          Etc…etc…

          C’est mieux (mais c’est facile) chez tous les concurrents. Certains sont même excellents (et en particulier ceux qui livrent des produits frais pendant le confinement avec feniere de 2 heures toujours respectée sauf une fois.)

          Rappelez vous la blague confinement « pensées pour les livreurs Colissimo qui ne pourront pas dire qu’on était absent. ».

            +4

          Alerter
    • camille // 31.05.2021 à 12h32

      Non
      1) Dans l’ordre : la dette (publique, je parle même pas de la dette privée), a été jusqu’à 172% dans les années 30. Donc 1er phrase mauvaise.
      2) la dette c’est un moyen d’enrichir ceux qui l’achètent. Sur ce point relisez ou revoyez la commission sur la dette en Grèce. Ou les cas égyptien, tunisien, mexicain notamment entre 1850 et 1940.
      3) La Poste est devenue un foutoir terrible par endroit. Les postiers s’en désolent.Le turn over fait que nous devons nous même faire la distribution (mal faite) par moment, que des document sont perdus pendant parfois 3 mois pour des services de l’État. Bravo le « fonctionne bien ». Je ne parle même pas de la vitesse excessive vu leur organisation dans les villages, il a fallu intervenir !
      4) L’électicité a augmenté massivement, c’est même un sujet du livre de Denis Robert et de rapports parlementaires récents.
      5) la croissance ne dépend pas de la disponibilité en matière énergétique mais de la définition qu’on lui donne (croissance de quoi), des matières premières et des populations (niveau de formation et éducation), de l’organisation du marché (surface couverte, modèle de flux entre autres). Donc c’est soit différent soit plus large.
      Oui il y a du boulot pour tout le monde, pour vous sans le moindre doute, pour Boulo et moi itou.

        +5

      Alerter
      • bogdan // 31.05.2021 à 15h14

        oh que oui, la Poste c’est le foutoir. Dans la distribution comme dans leurs boutiques (pardon bureaux). Mais ça n’est pas seulement un problème d’organisation (et de management).

        J’ai commencé à scanner les avis de passage : Écrits de façon quasi illisible et souvent pas en français. Je publierai ça le moment venu. Problème de recrutement.

          +1

        Alerter
        • Rgotfra // 01.06.2021 à 09h33

          Je vous invite à voir une conférene de Jean-Marc Jancovici quand au lien entre croissance du PIB et disponibilité énergétique.
          Il montre clairement qu’il existe une dépendance très clair de la première à la seconde. Le découplage PIB/Pétrole est extrêmement faible et est pour beaucoup lié à l’augmentation de l’immobilier ancien (la valeur de l’échange augmente mais le bien est matériellement le même)/

          En tous cas, une région est décroissance énergétique est très concrètement en récession… Or les études du shift project table pour une diminution « au mieux » de 12% du pétrole pour l’Europe.
          Il va être nécessaire d’organiser une économie moins dépendante aux énergies carbone…

            +0

          Alerter
      • METZGER // 01.06.2021 à 11h30

        @camille :
        1 ) – Je ne vois pas en quoi la dette des années 30 contredirait l’immoralité de celle-ci et sa genèse : la démagogie électorale : comme disait Mitterrand  » l’intendance suivra ! « .
        2 ) – Je partage entièrement votre point de vue ; elle enrichit les bailleurs ( c’est d’autant plus immoral )
        3 ) – La poste : je suis un défenseur de ce service. Mais les syndicats en avaient fait un mammouth, tout comme EDF et l’E.N. Il fallait retourner à une notion de base : le service. Et cela a été dur pour les coinceurs de bulles…
        4 ) – EDF : il y a eu assez de rapports et de livres sur les magouilles du CA d’EDF . Je ne vais pas tirer sur l’ambulance. Quant à la gestion calamiteuse de Mme Lauvergeon, protégée de Mitterrand, qui, a fait perdre des brassées de milliards à la France, personne n’a jamais parlé ni de poursuite, ni de prison. Pourtant….
        5 ) – Pour la croissance et l’énergie, je ne puis que vous engager à suivre une prestation de Jancovici. Il n’y a hélas plus rien à démontrer sur ce point, car les jeux sont faits, hélas…

          +2

        Alerter
    • bogdan // 31.05.2021 à 15h09

      peu importe qui a fait de la dette. la bonne question ce qu’on en fait.

      Payer des salaires de fonctionnaires ou assimilés (financer du fonctionnement) ou investir dans des infrastructures ou formations d’avenir (financer des investissements) ?

        +1

      Alerter
      • Rgotfra // 01.06.2021 à 09h36

        Les salaires de certains fonctionnaires est aussi un investissement (bien que non-pécuniers).
        Avoir un salaire permettant à la santé ou à l’éducation d’attirer et garder des bons éléments, me semble un investissement tout à fait profitable pour ma santé ou l’avenir de mes enfants 🙂

          +1

        Alerter
        • Patrick // 02.06.2021 à 09h41

          Un toubib n’a pas besoin d’être fonctionnaire pour soigner.
          Il a surtout besoin que la bureaucratie le laisse bosser.
          Idem pour un prof.

            +1

          Alerter
          • rgotfra // 02.06.2021 à 12h06

            En effet, nul besoin d’être fonctionnaire pour pratiquer.
            Par contre, ce n’est pas la même population qui bénéficie de ce service.
            Je ne connais aucun pays où la part du privée dans l’éducation et la santé est importante qui garantisse un égal accès à tous. De plus, la part de ce services dans le PIB y sont souvent beaucoup plus importants !
            Bref plus chers et moins accessible…
            Je continue à penser que ces services sont un bon investissement pour le pays si l’état les finance suffisamment

              +1

            Alerter
        • Bogdan // 03.06.2021 à 06h56

          @Rgotfra:
          non vous utilisez les memes mots mais pas dans les mêmes sens. Ici on parle dette.

          1) coûts de fonctionnement : ces coûts reviennent chaque année (loyers, salaires, assurance, energie, eau, téléphone, alimentation, …). Donc si vous devez emprunter X une année pour les payer, vous devrez emprunter encore X de plus l’année d’après, donc vous devrez rembourser 2X, puis 3X l’année suivante.

          2) coûts d’investissement : ces coûts ne s’appliquent qu’une seule fois, lorsque le projet concerné par l’investissement est lancé.

          Ex: si vous voulez améliorer l’efficacité des échanges numériques, vous lancez un plan de pose de la fibre optique dans toute la France. Pour le financer, vous empruntez X. Une seule fois.
          Car vous ne posez pas le même réseau de fibre optique tous les ans.

          De la dette pour le 2, oui ; pour le 1 non (sauf exceptionnellement)

            +0

          Alerter
          • Rgotfra // 03.06.2021 à 16h17

            D’un point de vue strictement comptable, je souscris à vos propos.

            Le risque de s’arrêter à cette logique est de considérer toutes dépenses publiques « de fonctionnement » comme une perte financière et d’aller dans le sens du démantèlement de services qui me semblent assurent un vrai avenir à la population française.

            Idéalement, tout cela devrait être financé par un budget à l’équilibre.
            la question étant, qu’est ce qui provoque le déséquilibre : les dépenses ou la baisse des recettes ?

            J’opte personnellement plutôt pour la seconde option

              +0

            Alerter
    • RV // 31.05.2021 à 20h11

      @ METZGER // 31.05.2021 à 11h43

      N’avez vous pas vu passer le livre « Dette 5000 ans d’histoire » de David Graeber ?
      Mitterrand n’a rien inventé . . .

        +2

      Alerter
    • tchoo // 01.06.2021 à 06h18

      J’aime bien votre ironie
      Et la meilleure : La Poste fonctionne mieux

        +0

      Alerter
  • Saint Maurice // 31.05.2021 à 12h35

    Ne faut il pas juste comprendre (réaliser) que l’état peut dépenser (en fabriquant l’argent) ce qu’il veut mais à la condition de récupérer (par les impôts) la majeure partie de ce qu’il a dépensé
    Si tous ceux que la loi impose payaient, les impôts de nous tous diminueraient un peu et les recettes de l’état permettraient de recommencer…

      +3

    Alerter
    • Anfer // 31.05.2021 à 12h47

      C’est juste de la confiance, on anticipe la création d’infrastructures, de biens ou de services utiles, mais comme on doit rémunérer les gens qui vont participer à cette production, on fait apparaître de la monnaie, emprunté à… personne.

      Quand vous remboursez, vous payez d’abord les intérêts, puis le principal.
      La seule chose qui intéresse la banque, c’est les intérêts, car le principal est détruit lors du remboursement, on rend au néant ce qu’on lui a « emprunté ».

      L’état lui, vu qu’il est immortel, ne rembourse jamais le principal, il emprunte de nouveau la même somme, il fait rouler sa dette éternellement.

      Donc, le problème de la dette, a côté du changement climatique, c’est vraiment rien.

        +6

      Alerter
      • METZGER // 01.06.2021 à 11h41

        @ Anfer
        Rien ? Chaque année, nous remboursons en intérêts un budget supérieur à l’éducation, à la santé, à l’armée !!!
        Autant d’hôpitaux et de médecins, d’écoles et d’enseignants, de matériel de défense et de personnels que nous ne pouvons pas nous payer à cause du service de cette dette ! Immorale et indéfendable !
        Nous la léguons à nos enfants alors qu’ils auront encore moins les moyens que nous pour la rembourser !
        Pire, nous empruntons sur leur dos pour la rembourser !
        Je partage votre avis sur le problème climatique, mais cela n’enlève RIEN au caractère suicidaire de cette dette.

          +1

        Alerter
        • Anfer // 02.06.2021 à 09h13

          Il suffit de changer les règles de la comptabilité, c’est tout de même beaucoup plus facile que de changer la physique.

          La dette c’est le cadet de mes soucis, au pire on l’annule, par contre, le réchauffement climatique, on ne pas l’annuler d’un trait de plume.

          Il faut se sortir les balivernes libérales de la tête.

            +1

          Alerter
  • Christian Gedeon // 31.05.2021 à 16h34

    Tiens enfin un penseur économique de droite. Je suis sérieux. Pour ce qui est de l’Etat, il faut toutefois préciser qu’un homme droite comme moi pense qu’il n’y a pas trop de fonctionnaires. Mais il pense aussi qu’être fonctionnaire doit relever du droit commun du travail salarié tant pour les droits que pour les devoirs. Le grand retour de l’Etat? Tout homme droite de droite qui se respecte est pour. La question est de quel État?

      +3

    Alerter
    • Anfer // 05.06.2021 à 10h22

      Oui, les soldats, les policiers doivent relever du droit commun, donc pouvoir se syndiquer et se mettre en grève.

      Vous réalisez la bêtise de vos propos…

        +0

      Alerter
  • papet31 // 01.06.2021 à 18h07

    J’ai bossé 15 ans dans la fonction publique et j’ai plein de connaissances dans ce secteur.

    Mon avis est simple, oui le public gère n’importe comment car le public est basé sur le statut du fonctionnaire.

    Ce que fait le dit fonctionnaire de bien ou de mal, du moment que c’est légal n’a pas vraiment d’importance.

    Est-ce que les services publics apportent de la valeur à la population?

    Peut êre que non ou oui mais on s’en moque en fait, on applique les procédures, on suit les lois, les directives, et voilà !

    Quant à l’argent public il est gentiment dilapidé, tout le monde s’en fout.

    J’ai vu pendant plus d’une décennie des millions d’euros dépensé sans impact aucun dans la réalité.

    Prenez l’agriculture, j’y ai passé 10 ans: cela fait des decennis que les agricukteurs se font défoncer et que le ministère avec la PAC, les oblige à faire des choses qui détruisent les sols, réduisent la biodiversité, les mettent en concurrence avec des pays à bas coût, leur font produire mal.

    Tout le monde s’en foutait au ministère: les seuls trucs qui comptaient c’était la progression de carrière, les primes, les coup politiques, … mais les agriculeurs tout le monde s’en fout. J’en ai pratiquement pas entendu parler en 10 ans.

    Les français ne se rendent pas compte … Regardez le niveau éducatif avec l’éducation nationale, même problème: les profs ne manifestent pas pour les enfants en général, mais pour eux.

      +4

    Alerter
    • Ernesto // 02.06.2021 à 01h31

      Le statut de fonctionnaire (Maurice Thorez, 1946, premier gouvernement de Charles De Gaulle), le protège de l’arbitraire, des groupes de pression, du clientélisme, sa neutralité garantit à l’usager un service impartial.

      La gestion n’a rien à voir, elle est dictée par le pouvoir politique. Comme ce dernier est plus souvent de droite que de gauche, il privilégie le privé au détriment du public. Le service public amputé de moyens et de personnels à la hauteur des exigences rend des prestations dégradées qui ne répondent plus aux attentes des usagers.

      Qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage!

        +4

      Alerter
    • Patrick // 02.06.2021 à 09h43

      On peut se demander quels sont les ministères et les corps d’état vraiment utiles pour les missions régaliennes et supprimer les autres.

        +1

      Alerter
      • peroorep // 03.06.2021 à 06h52

        Oui, des flics et l’armée pour protéger les capitalistes.

          +1

        Alerter
  • sumbawa // 01.06.2021 à 23h54

    Facile de prendre les USA et le Japon pour comparer les ration Dette/PIB. Les USA exportent leur déficit ( Roi Dollar) et le Japon c’est un endettement interne.
    M. Boulo peut nous refaire son raisonnement en comparant avec la suisse ? % dette sur Pib de la Suisse : 31%

      +1

    Alerter
    • Anfer // 02.06.2021 à 09h17

      On pourrait avoir 100000000% de dette sur PIB, ça n’aura aucun effet si le taux est de -0,2%, au contraire, c’est rentable.

      Tout ça, ce sont des mythes de liberaux, qui n’ont jamais rien compris à l’économie.

        +2

      Alerter
      • Patrick // 02.06.2021 à 09h46

        On fait rouler la dette , jusqu’au moment où personne ne veut plus prêter.
        Alors là, on imprime de la monnaie à la tonne..
        Si ça marchait, le Zimbabwe serait la première puissance mondiale. Ça fait des siècles que l’on peut constater la faillite des systèmes basés sur la dette.

        Celui qui vit dans la dette périra dans la deche

          +1

        Alerter
        • Anfer // 05.06.2021 à 10h41

          Bien sur, la France et le Zimbabwe sont tout à fait comparables, il n’y a pas de rapport de force bien sur…

            +0

          Alerter
  • Ernesto // 02.06.2021 à 15h00

    @Patrick (02/06/21 à 09H 38): faut-il redire qu’un Etat ne fait pas faillite mais défaut sur sa dette. Votre signe d’égalité entre les deux concepts n’a pas lieu d’être. Une entreprise qui fait faillite disparaît du paysage économique mais vous seriez bien en peine de me citer un seul pays ayant disparu de la planète pour cause de défaut de paiement. Déjà les rois réglaient le problème de leurs créanciers en les euthanasiant par la manière forte, aujourd’hui les méthodes sont un peu plus civilisées, on se contente de les envoyer chez plumeau!

      +0

    Alerter
    • Patrick // 02.06.2021 à 16h53

      Le pays ne disparaît pas mais l’état disparaît presque ou entièrement.
      Ça a commencé avec l’empire Romain .. panem et circenses qu’ils disaient, la version antique de l’état providence qui dépense sans compter. Qu’est-ce qu’il en reste
      On a eu l’URSS .. la Russie existe toujours , mais l’URSS ??
      Prochaine victime ?

        +1

      Alerter
  • Ernesto // 02.06.2021 à 15h23

    « Celui qui vit dans la dette périra dans la dèche »: ce n’est pas l’avis de Patrick Drahi, homme d’affaire franco-israëlien milliardaire qui a bâti son empire (Telecom, médias) à coups de rachats de concurrents par endettement en utilisant la technique de l’effet de levier (LBO): on rachète une boîte en mobilisant un minimum de fonds propres, puis on lui fait cracher du cash pour rembourser en réduisant la voilure de l’emploi et des salaires et en intensifiant la productivité et l’exploitation.

    Résultat: une dette de 50 milliards d’euros (autant à lui tout seul que la SNCF!), mais il reste cool: « quand je devais 50 000 euros à ma banque, c’est moi qui flippais, maintenant que je lui dois 50 milliards, c’est elle qui flippe!

      +0

    Alerter
    • Patrick // 02.06.2021 à 16h55

      Vieux principe , si tu dois 100000€ à ton banquier, tu as un problème, si tu lui dois 1 milliard c’est lui qui a un problème 😁

      Drahi a eu le soutien de certains ministres sinon il n’aurait jamais pu faire ça.
      On attend la suite … Défaut de paiement ? Liquidation ?

        +0

      Alerter
    • Patrick // 03.06.2021 à 12h58

      Pour les dettes de Drahi , une analyse intéressante

      https://chevallier.biz/drahi-multimilliardaire-le-plus-riche-du-monde-en-dettes/

        +0

      Alerter
      • Ernesto // 04.06.2021 à 00h55

        La phrase que je retiens: « Le gros problème est que les 38+24 milliards de dettes des Altice Europe et USA, soit une soixantaine de milliards d’euros, sont apportés pour l’essentiel via des banques européennes surendettées (des noms! des noms!), qui sont maintenues artificiellement en survie par la BCE qui leur apporte globalement plus de … 5000 milliards d’euros qu’elle n’a jamais eus et … qui n’existent donc pas. Tout ceci est de la pure création monétaire ex nihilo. »

        Miracle de l’argent magique qui surgit du néant! les bisounours naïfs de l’épargne préalable doivent réviser leurs croyances démenties par la réalité. Et si au lieu de s’en servir pour maintenir en vie un aventurier sans scrupule de la finance on l’utilisait plutôt pour financer des investissements utiles d’intérêt général? La valeur économique nouvelle ainsi créée, viendrait en contrepartie de l’augmentation de la masse monétaire en circulation, évitant ainsi l’inflation et contentant tous les acteurs économiques.

          +1

        Alerter
  • Ernesto // 02.06.2021 à 17h15

    Effet de levier : mode d’emploi

    1er cas : j’achète un actif qui vaut 100 avec 100 de fonds propres. Il me rapporte 10% d’intérêts. Rentabilité brute = 10%
    2 ième cas : j’achète le même actif qui vaut 100 avec cette fois 80 d’emprunt à 5% d’intérêts et 20 en fonds propres.
    Les 80 empruntés à 5% me coûtent 4
    La rentabilité qui était de 10% dans le 1er cas devient donc 1O – 4 = 6%
    Si je rapporte maintenant cette rentabilité uniquement aux fonds propres mobilisés dans le 2ième cas (20), elle devient 6 pour 20 , soit 3O%. C’est déjà trois fois plus que dans le premier cas ! Pas mal pour un début ! L’effet de levier démultiplie la rentabilité par rapport aux fonds propres engagés. Mais attention ! Si la valeur de l’actif s’effondre, l’effet fonctionne à l’inverse et démultiplie les pertes. Typiquement la crise immobilière aux USA avec les subprimes. La prise de risques peut rapporter gros mais on ne gagne pas à tous les coups !

      +1

    Alerter
    • Anfer // 05.06.2021 à 18h17

      Si, parce que quand ils perdent, c’est l’état qui paye…

      Too big to fail, to big to jail.

        +0

      Alerter
  • Ernesto // 02.06.2021 à 18h09

    Je n’ai aucune illusion sur la dette: c’est un élément clé, structural, des institutions du capitalisme. La dette se substitue à l’insuffisance du salaire pour solvabiliser la demande et permettre ainsi d’écouler la camelote marchande. Et comme sur le long terme l’emprunteur rembourse trois à quatre fois la valeur du bien, ça n’est pas une mauvaise affaire pour le prêteur.

    De plus, l’alibi de la dette permet aux gouvernants de justifier les politiques d’austérité et de réduction des dépenses publiques auprès des citoyens invités à se serrer la ceinture pour rembourser. Bien sûr le risque, c’est le défaut de paiement mais l’ingénierie financière jouit d’une inventivité débordante, les banques se débarrassent du risque avec la titrisation et se couvrent avec des assurances ad’hoc.

    Et si vraiment tout s’effondre, il suffit d’aller pleurnicher aux guichets de l’Etat. Ce dernier, bonne poire, au nom de l’aléa moral, met sans hésiter la main au porte-monnaie pour « sauver le système » aux frais du contribuable et tout peut repartir comme avant!

    Pour reléguer la dette aux oubliettes, Friot propose de socialiser cent pour cent de la valeur produite par le collectif de producteurs souverains et de financer l’investissement non plus par le crédit mais par subventions (non remboursables) avec, si nécessaire un complément par création monétaire dont la contrepartie sera une création de richesses nouvelles.

      +0

    Alerter
    • Saint Maurice // 03.06.2021 à 18h31

      on ne pas parler dette sans différencier la dette publique de la dette privée…
      Et rappelons nous que chaque euro qui circule le fait parallèlement à une dette de un euro qui circule (ou stagne) aussi…

        +0

      Alerter
  • Saint Maurice // 03.06.2021 à 18h33

    Quant à Friot il considère que la valeur produite par le collectif de producteurs souverains sera un peu prés identique que la valeur produite par le privé, d’autres sont moins d’accord…

      +0

    Alerter
  • Saint Maurice // 03.06.2021 à 18h39

    Qui comprend cela :
    1. L’état peut dépenser ce qu’il veut (finis les problèmes de dettes publiques)
    2. A la condition qu’il parvienne à récupérer ce qu’il a dépensé (c’est à dire trouver un faire respecter un système d’impôts progressifs qui lui permette de récupérer la donne)
    3. Pour faire accepter ces impôts, bien comprendre que si tout le monde payait les impôts que la loi demande, ceux qui payent beaucoup aujourd’hui payeraient moins et ceux qui payent un peu payeront aussi moins

      +0

    Alerter
  • Jérôme // 05.06.2021 à 08h25

    Je suis étonné que vous vous satisfassiez de ces propos de Boulo qui sont hélas sur certains points dignes des décodeurs du journal le Monde.

    Point 1 – sur le lien entre croissance et pouvoir d’achat, il procède par confusion entre croissance et inégalités. Oui le ruissellement ne marche pas. Mais si, seule la croissance permet la hausse significative et durable du pouvoir d’achat.
    Et lorsqu’on tapera le mur écologique eh bien ce sera la décroissance et l’appauvrissement pour la plupart.

    Point 3 – sur la dette, d’autres l’ont souligné, le problème c’est la capacité à continuer d’en payer les intérêts. Les banqueroutes d’Etats ont été innombrables. Et le jour d’après ça fait très mal, surtout pour les pauvres.
    J’ajoute le problème du déficit extérieur. Quand on importe des marchandises avec pour seule contrepartie du papier monnaie/dette et non pas d’autres marchandises ou services, on aura un gros problème le jour où la maison d’en face arrêtera de faire crédit.

    Point 4 – il procède par confusion la fraude fiscale avec l’évasion fiscale (le fait parfaitement légal d’utiliser ce que permet le code des impôts ou de partir s’installer dans un pays où on prélève moins d’impôts).
    Le problème c’est ce qu’on fait avec les prélèvements, quel qu’en soit le niveau. En France on fait beaucoup de choses très bien, on redistribue beaux mais on fait aussi des choses inefficaces. Et surtout on n’investit pas assez et ça se voit dans les difficultés aussi bien du secteur public que du secteur privé.

    Bref, il n’a raison que sur 2 des 5 points qu’il soulève. Élève Boulo : 8/20.

      +0

    Alerter
    • Anfer // 05.06.2021 à 10h46

      Il suffit de changer la loi, faire de l’évasion une fraude, et de punir l’incitation à la fraude.

      Et surtout de mettre des moyens pour la faire appliquer.

      Juste une question de volonté politique.

        +0

      Alerter
      • Jérôme // 06.06.2021 à 07h08

        Non. On peut changer la loi fiscale pour augmenter les impôts, supprimer les niches fiscales, … etc.

        Mais on ne peut pas avoir une loi qui dit « les investissements immobiliers outre-mer seront moins taxés » et une autre loi qui dit « l’investissement outre-mer est illégal ». Ça, ce ne serait plus de la volonté politique mais de la contradiction.

          +0

        Alerter
  • Ernesto // 05.06.2021 à 17h11

    « Seule la croissance permet la hausse significative et durable du pouvoir d’achat »: formule définitive qui mérite cependant réflexion: tout dépend de ce que l’on met derrière le mot croissance: la multiplication du nombre d’automobiles vendues sur le marché est considérée comme un signal fort de croissance et pourtant ça n’est pas une bonne nouvelle pour le climat, la pollution et la vie future sur notre planète.

    Il faudrait donc s’interroger sur quel type de croissance privilégier pour respecter les grands équilibres, exemple: consommer beaucoup moins, mais beaucoup mieux en pariant sur la qualité et non plus sur la quantité.

    D’autre part, si c’est la bourgeoisie dominante et le capital à son service qui s’accaparent exclusivement les fruits de la croissance, il s’ensuit que le pouvoir d’achat des travailleurs stagne voire recule. C’est le cas actuellement pour les 5,5 millions de fonctionnaires dont les salaires sont « gelés » depuis plus de 10 ans, idem pour les retraités et les salariés au-dessus du SMIC qui eux, connaissent « la modération salariale ».

    C’est là la rançon du dogme capitaliste selon lequel « le coût du travail » grève la compétitivité des entreprises. Et pourtant, malgré la crise, le CAC 40 va verser 51 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires. Pour eux, mais rien que pour eux, la formule fonctionne!

      +0

    Alerter
    • Jérôme // 06.06.2021 à 07h12

      Non, les salaires des fonctionnaires ne sont pas gelés. Seule la valeur du point d’indice l’est. Les salaires individuels de la grande majorité d’entre eux continuent d’augmenter à l’ancienneté par l’effet des changements d’échelons.

      Les fonctionnaires ne sont pas les plus mal lotis, même si c’est difficile de vivre avec un petit salaire étant donné la hausse des prix.

        +0

      Alerter
      • Dadi // 07.06.2021 à 14h12

        Si, les salaires sont bien gelés. L’augmentation à l’ancienneté n’a lieu que tous les 3 ou 4 ans et surtout dans la première moitié de carrière. En fin de carrière, vous pouvez très bien rester au même salaire pendant 10 ans .

          +0

        Alerter
  • Ernesto // 06.06.2021 à 17h53

    Un peu d’histoire pour rétablir la vérité des faits: jusqu’en 1982, le point d’indice fonction publique (base commune de calcul de rémunérations de l’ensemble des agents),était indexé sur l’inflation mesurée par l’indice INSEE (importante à cette époque). Au 31 décembre de l’année en cours, « les compteurs étaient remis à zéro », autrement dit, si l’inflation de l’année était de 10%, le point d’indice était revalorisé de 10%.

    Les changements d’échelons, les changements de corps, les revalorisations, s’ajoutaient au strict rattrapage de l’inflation.

    Fin 1982, avec le tournant de la rigueur, un certain Jacques Delors décide de « désintoxiquer les français de l’indexation des salaires sur les prix ». Désormais, on compare l’inflation avec « le salaire moyen par tête », calculé en prenant en compte des éléments nouveaux comme « l’effet report » (les mesures d’une année sont comptabilisées et reportées sur l’année suivante), l’effet GVT (glissement, vieillissement, technicité), les changements d’échelons, d’ancienneté, de qualification, donc de salaires, sont ainsi comptabilisés dans la comparaison avec l’inflation alors qu’avant ils s’ajoutaient après le rattrapage.

    Résultat: l’année où il est promu d’échelon (tous les 3 ou 4 ans), le fonctionnaire limite la casse, les autres années il perd en pouvoir d’achat (perte estimée à au moins 20% depuis 1982 par la FSU première organisation syndicale des enseignants.

      +0

    Alerter
  • Ernesto // 06.06.2021 à 18h30

    Le dernier accord salarial fonction publique doit dater des années 2000 avec Michel Sapin comme ministre. Depuis, plus rien, le gouvernement décide seul, les 5,5 millions de fonctionnaires sont interdits de négocier avec l’Etat, leur employeur, leurs salaires. illustration lumineuse des conceptions néolibérales de la concertation et du dialogue social!

    Je maintiens donc que les salaires FP sont « gelés » puisqu’ils n’augmentent pas en dehors des périodes où la carrière des personnels évolue en fonction de l’ancienneté, des promotions, des qualifications. J’ajoute que ces augmentations ponctuelles, qui amélioraient autrefois leur situation sociale (puisqu’elles s’ajoutaient au rattrapage de l’inflation), sont d’autant diminuées par le niveau atteint par cette dernière.

      +0

    Alerter
  • Nicolas // 08.06.2021 à 10h26

    J’arrive en retard, mais je m’attendais à entendre un mot sur la première idiotie que j’ai entendu la première heure des cours d’économie en classe de première, à savoir qu’avant l’argent, il y avait du troc : « donne moi ta vache je te donne mon blé. » Ca vient du bouquin d’Adam Smith, donc ça fait longtemps qu’on raconte cette bêtise. Evidemment, c’est faux, aucune société n’a jamais fonctionné comme ça, le commerce c’est essentiellement entre voisins. Avant l’argent, il y avait la dette : donne moi ta vache, et je te donnerai ce que j’ai au fur et à mesure de tes besoins et de mes possibilités, jusqu’à ce que j’estime que j’ai payé (et si ce que je te donne te convient, on pourra continuer à faire affaire et à être bons voisins).
    C’était au 20è siècle, je ne sais pas si les profs d’économie continuent de ressasser cette niaiserie sur le troc.
    Ca a pas l’air grand chose, de dire une bêtise sur le fonctionnement de l’économie il ya des milliers d’années. Mais quand même, c’est dit en préambule, pour expliquer et justifier l’existence et le fonctionnement de l’argent. Vous imaginez un cours de maths ou de physique qui commence par une idiotie? Impossible, si on se trompe dans les éléments fondamentaux d’une science, on est sûr d’avoir tout faux. Mais là, c’est possible, parce que l’économie est autant une science que la théologie.

      +0

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications