Les Crises Les Crises
20.avril.202020.4.2020 // Les Crises

Coronavirus : Pour l’OMS, il n’est pas certain que les patients guéris soient immunisés contre une seconde infection

Merci 512
J'envoie

Source : CNBC

Les responsables de l’Organisation mondiale de la santé ont déclaré lundi que toutes les personnes qui se remettent du coronavirus n’ont pas les anticorps nécessaires pour combattre une seconde infection, ce qui fait craindre que les patients ne développent pas une immunité après avoir survécu au Covid-19.

« En ce qui concerne le rétablissement puis la réinfection, je crois que nous n’avons pas les réponses à cela. C’est une inconnue », a déclaré le Dr Mike Ryan, directeur exécutif du programme d’urgence de l’OMS, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève, lundi.

Une étude préliminaire sur des patients à Shanghai a révélé que certains patients n’avaient « aucune réponse anticorps détectable » alors que d’autres avaient une réponse très élevée, a déclaré le Dr Maria Van Kerkhove, scientifique principale de l’OMS sur le Covid-19. La question de savoir si les patients qui ont eu une forte réponse anticorps étaient immunisés contre une seconde infection est « une question distincte », a-t-elle ajouté.

Plus de 300 000 des 1,87 million de cas de coronavirus dans le monde ont été guéris, ont noté les responsables de l’OMS, ajoutant qu’ils ont besoin de plus de données sur les patients guéris pour comprendre leur réponse anticorps, si cela leur donne une immunité et pour combien de temps.

« Nous devons vraiment mieux comprendre à quoi ressemble cette réponse anticorps en termes d’immunité », a déclaré M. Van Kerkhove.

Selon M. Ryan, on peut se demander si le virus peut se réactiver après qu’un patient se soit rétabli et que les tests pour le Covid-19 se soient révélés négatifs.

« Il y a de nombreuses raisons pour lesquelles nous pourrions assister à une réactivation de l’infection, soit avec la même infection, soit avec un autre agent infectieux », a-t-il déclaré. En général, « il y a de nombreuses situations d’infection virale où une personne n’élimine pas entièrement le virus de son système ». Certains patients peuvent également se débarrasser de l’infection principale mais développer une infection bactérienne secondaire, a-t-il dit.

Le Centre américain pour le contrôle et la prévention des maladies a déclaré qu’il mettait au point un test pour détecter la présence d’anticorps de coronavirus afin de déterminer si une personne pourrait être immunisée contre la maladie. Si un tel test peut déterminer qui a été exposé au virus, il n’est pas certain qu’il puisse identifier les personnes immunisées contre la réinfection, selon l’OMS.

Les responsables de l’OMS ont également mis en garde lundi contre la levée des restrictions de distanciation sociale et la réouverture d’entreprises, alors même que les dirigeants politiques américains, du président Donald Trump au gouverneur de New York Andrew Cuomo, ont déclaré qu’ils espéraient rouvrir des entreprises dès que cela serait possible en toute sécurité.

« Alors que le Covid-19 accélère très vite, il décélère beaucoup plus lentement. En d’autres termes, la descente est beaucoup plus lente que la montée », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d’une conférence de presse au siège de l’organisation à Genève, lundi. « Cela signifie que les mesures de contrôle doivent être levées lentement et avec contrôle. Cela ne peut pas se faire d’un seul coup ».

Tedros a présenté une liste de contrôle pour les pays avant qu’ils n’envisagent de lever les mesures de distanciation sociale :

La transmission du virus doit être contrôlée.

Un système de surveillance doit être mis en place pour détecter, isoler et traiter les patients.

Les épidémies dans les hôpitaux et les maisons de retraite devraient être réduites au minimum.

Des mesures préventives doivent être mises en place dans les lieux essentiels tels que les écoles et les lieux de travail.

Le risque d’importer la maladie de l’étranger doit être maîtrisé.

« Les mesures de contrôle ne peuvent être levées que si les bonnes mesures de santé publique sont en place, y compris une capacité significative de recherche des contacts », a déclaré M. Tedros.

Source : CNBC


Source : MedRxiv

Réponses des anticorps neutralisants au CoV-2 du SRAS dans une cohorte de patients ayant guéri du COVID-19 et leurs implications

Cet article est une prépublication et n’a pas fait l’objet d’un examen par les pairs. Il fait état de nouvelles recherches médicales qui n’ont pas encore été évaluées et ne doivent donc pas être utilisées pour guider la pratique clinique.

Contexte

La pandémie de COVID-19 causée par le coronavirus SRAS-CoV-2 menace la santé publique mondiale. Actuellement, les anticorps neutralisants (NAbs) contre ce virus devraient être en corrélation avec le rétablissement et la protection de cette maladie. Cependant, les caractéristiques de ces anticorps n’ont pas été bien étudiées en association avec les manifestations cliniques chez les patients.

Méthode

Le plasma collecté chez 175 patients COVID-19 guéris présentant des symptômes légers a été analysé à l’aide d’un test de neutralisation sûr et sensible basé sur un vecteur pseudo-viral. Les anticorps se liant aux pics dans le plasma ont été déterminés par ELISA en utilisant les protéines RBD, S1 et S2 du SARS-CoV-2. Les niveaux et l’évolution dans le temps des anticorps spécifiques au SRAS-CoV-2 et des anticorps se liant aux pics ont été surveillés en même temps.

Résultats

Les anticorps anti-SARS-CoV-2 n’ont pas pu présenter de réaction croisée avec le virus du SRAS-CoV. Les anticorps spécifiques du CoV-SARS-2 ont été détectés chez les patients entre le 10e et le 15e jour après le début de la maladie et sont restés en place par la suite. Les titres de NAb chez ces patients étaient en corrélation avec les anticorps se liant aux pics ciblant les régions S1, RBD et S2. Les titres de NAb étaient variables chez les différents patients.

Les patients âgés et d’âge moyen avaient des titres de NAb plasmatique (P<0,0001) et d’anticorps de liaison au pic (P=0,0003) significativement plus élevés que les jeunes patients. Notamment, parmi ces patients, il y avait dix patients dont les titres de NAb étaient inférieurs au niveau détectable de notre test (ID50 : < 40) ; alors qu’en revanche, deux patients, ont montré des titres de NAb très élevés, avec ID50 :15989 et 21567 respectivement.

Les titres de NAb étaient corrélés positivement avec les niveaux de CRP dans le plasma mais négativement avec le nombre de lymphocytes des patients au moment de l’admission, indiquant une association entre la réponse humorale et la réponse immunitaire cellulaire.

Interprétation

Les variations des titres de NAb spécifiques du SRAS-CoV-2 chez les patients ayant récupéré le COVID-19 peuvent soulever l’inquiétude quant au rôle des NAb sur la progression de la maladie. La corrélation des titres de NAb avec l’âge, le nombre de lymphocytes et les niveaux de CRP dans le sang suggère que l’interaction entre le virus et la réponse immunitaire de l’hôte dans les infections à coronavirus devrait être étudiée plus avant pour la mise au point d’un vaccin efficace contre le virus du SRAS-CoV-2.

En outre, le titrage du NAb est utile avant l’utilisation de plasma de convalescence à des fins de prévention ou de traitement.

Source : MedRxiv

Commentaire recommandé

Berrio // 20.04.2020 à 07h43

Je dirai : excellente nouvelle pour tous ceux qui utilise cette pseudo crise sanitaire à des fins de répression sociale et politique. Nous allons être confinés longtemps, longtemps avec juste le droit d’applaudir de notre balcon les forfaitures du dirigeant suprême

30 réactions et commentaires

  • Olivier // 20.04.2020 à 07h05

    Si cela se vérifie, c’est une très mauvaise nouvelle pour la création d’un vaxxin qui risquerait de n’avoir des effets qu’à très court terme. Et de plus cela sonnerait le glas pour l’immunité de groupe recherchée par le gouvernement (et plusieurs autres pays, mais pas la Chine!). Bravo les pieds nickelés!

      +33

    Alerter
    • Berrio // 20.04.2020 à 07h43

      Je dirai : excellente nouvelle pour tous ceux qui utilise cette pseudo crise sanitaire à des fins de répression sociale et politique. Nous allons être confinés longtemps, longtemps avec juste le droit d’applaudir de notre balcon les forfaitures du dirigeant suprême

        +34

      Alerter
      • Olivier // 20.04.2020 à 08h48

        Les applaudissements de 20 heures sont là pour remplacer les lits manquants, les salaires dérisoires et toutes les incuries de ce pouvoir incompétent et incapable.

          +30

        Alerter
        • Consolo // 21.04.2020 à 03h37

          Oui, enfin, c’est aussi un signe de gratitude et, au-delà des soignants, de solidarité

            +0

          Alerter
        • Rémi // 21.04.2020 à 11h12

          Rassurez vous macron a promis une prime spéciale aux soignants. Les LBD sont commandés ils se les prendrons dans la gueule dés la fin de la crise pour leur réapprendre leur vraie place.
          Je vous remets le derniers discours de macron:
          Sales esclaves,
          Bon ca s’est vu que rien ne tournait. Nous allons donc tout changer pour que rien ne change.
          Les villages Potemkine seront repeint en rouge pour vous changer du bleu.
          Sinon préparez-vous à payer notre crise:
          Plus de chomeurs.
          Plus de petites boîtes fermée ca permettra aux grands groupes de mieux contrôler l’économie,
          Plus d’inflation, mais l’INSEE vous annoncera toujours 1-2%.
          On va détruire RTT et congés et si on peu on raclera encore les droits sociaux pour plus de chomeurs.
          Comme l’hopital ne peux plus soutenirr on va légaliser l’euthanise des vieux et dés que possible sans leurr demander par decision administrative.

          bon il se trouve que ceux qui ont fait la transcription se sont trompé dans le détail des mots.

            +0

          Alerter
      • Amsterdammer // 20.04.2020 à 21h21

        Que nos gouvernants utilisent cette crise pour accentuer la répression politique et la régression sociale, c’est une évidence.

        Mais en quoi cette crise sanitaire serait-elle pseudo?

          +1

        Alerter
  • Volodia // 20.04.2020 à 09h54

    La préoccupation de l’OMS semble confirmée par le cas de 170 malades en Corée du Sud, officiellement guéris du COVID et testés de nouveau positifs après plusieurs semaines.
    Qu’il s’agisse de la même infection réactivée, d’une nouvelle infection ou de défaillance des tests, c’est une très mauvaise nouvelle pour nous tous.
    Elle doit nous inciter à la plus grande prudence personnelle ainsi qu’à une surveillance constante des (non)actions de nos gouvernants, bien plus pressés de renvoyer tout le monde au travail que de protéger nos vies.

      +17

    Alerter
    • Nico // 21.04.2020 à 20h27

      est-ce que quelqu’un a fait une étude, ou c’est simplement 170 malades dans le suivi general des cas positifs ..
      Auquel cas 170 sur 10680, ca pourrait bien etre les tests defectueux, a hauteur de 1.5% c’est meme un très bon resultat quand on voit les lots qui ont été produits parfois.

        +0

      Alerter
  • marc // 20.04.2020 à 09h57

    Personnellement, je n’ai plus trop confiance en ce que dit l’OMS…

    Car le 30 janvier l’OMS s’est dit « opposée à toute restrictions sur les voyages ou les échanges commerciaux avec la Chine », en rajoutant que « l’OMS ne peut pas sanctionner les Etats mais elle peut leur demander des justifications scientifiques en cas de restrictions imposées aux déplacements et aux échanges commerciaux. »

    C’est ce genre d’erreurs grossières qui me fait comprendre la décision de Trump d’arrêter de sponsoriser l’OMS.

      +12

    Alerter
    • Séraphim // 20.04.2020 à 12h27

      Avec leurs mines de Rapetou! On ne voudrait pas les rencontrer dans une rue sombre, ni leur confier nos enfants, alors la population mondiale, n’en parlons pas! Ce Directeur au nom imprononçable, dont les avis feraient soi-disant loi, est peu-être « épidémiologue », ou détenteur de je ne sais quelle science opaque, mais il n’est même pas médecin…

        +2

      Alerter
    • Narm // 20.04.2020 à 14h58

      cherchez qui finance l’OMS et pourquoi trump ne veut plus y participer

      c’est comme pour nous, simple citoyen, nous ne pouvons compter que sur nous.

      l’avantage de ce virus, c’est qu’il ramène tout le monde au même niveau, nos politicien invincible ont aussi grossi la liste des victimes (même si je sais, ceux qui soufriront le plus seront toujours les mêmes)

        +2

      Alerter
      • panpan // 20.04.2020 à 20h13

        Documentaire ARTE: L’OMS dans les griffes des lobbyistes?
        http://www.entelekheia.fr/2020/04/17/documentaire-arte-loms-dans-les-griffes-des-lobbyistes/

        Depuis l’entrée en vigueur de sa Constitution le 7 avril 1948, l’OMS travaille inlassablement à améliorer la santé sur toute la planète. Du moins en théorie. En pratique, l’énorme business de la santé, avec tout ce qui y touche de près ou de loin (agro-alimentaire, climat, traitements et équipements médicaux, prévention, etc) attire une multitude de prédateurs – des lobbies du secteur privé, des fondations dites « philanthropiques » à visées commerciales, des magnats des médias (Bloomberg) et leurs actionnaires… au détriment de la santé mondiale ? 

          +2

        Alerter
      • Logique // 21.04.2020 à 01h43

        Encore un mensonge. Voici le barème des contributions pour 2018-19:

        https://apps.who.int/gb/ebwha/pdf_files/WHA70/A70_R9-fr.pdf

        USA: 22 %
        Chine: 7.9 %
        France: 4.9 %

          +2

        Alerter
    • panpan // 20.04.2020 à 20h10

      Début avril, le Dr Michael Ryan, directeur exécutif de l’OMS, a annoncé qu’en réponse à la propagation du virus, les autorités devront peut-être entrer chez les gens et emmener des membres de leur famille, vraisemblablement de force : « Dans la plupart des régions du monde, en raison du confinement, la plupart des cas de transmission dans de nombreux pays se produisent désormais au sein des foyers, au niveau familial. Dans un certain sens, le risque de transmission a été éliminé des rues, et transféré dans les foyers. Maintenant, nous devons aller voir au sein des familles pour y trouver les personnes potentiellement malades, les retirer du foyer et les isoler en toute sécurité et dans la dignité.  »

      Commentaire du présentateur Tucker Carlson, sur un ton sarcastique : « Pour votre information, nous allons venir chez vous, saisir vos enfants et – je cite – les isoler « en tout sécurité et dans la dignité »

      Reste a savoir quelle méthode adopté pour s’introduire chez des familles et kidnapper, sous le yeux de leurs proches, ceux ou celles « suspecté(es) de maladies »….?

      Source – W.H.O. Official: « May have to enter homes and remove family members » :
      https://www.youtube.com/watch?time_continue=5&v=bmtEGNdee2Y&feature=emb_logo

        +3

      Alerter
  • Loxosceles // 20.04.2020 à 11h41

    Mouai. Le problème avec cette épidémie, c’est que tous les jours vous pouvez trouver 10 ou 20 nouveaux articles sur les effets inquiétants, dévastateurs, étranges, uniques, d’une maladie qui, concrètement, est comme une grosse grippe avec un certain nombre de cas graves spectaculaires ou tout du moins spectacularisés.

    Et surtout, sur une maladie dont on ne sait pas encore grand chose avec certitude, dont tout le monde scrute les moindres particularités, sans formation médicale, et dont je me borne personnellement à étudier les effets statistiques et à les mettre en parallèle avec les effets psycho-sociologiques qu’elle cause. On a pour le moment un bilan hivernal assez commun, une surmortalité très faible voire invisible sauf sur les semaines d’avril, et des hôpitaux débordés par une maladie nouvelle qui n’a aucune immunité en face pour lui résister, certes, mais ces saturations ont déjà été observées au moins 3 fois rien que cette décennie, avec la grippe seule et les autres maladies saisonnières habituelles.

    Quand on regarde les choses ainsi, le soufflet retombe pas mal. Au début je lisais pas mal d’études et de choses techniques sur la maladie, j’ai trouvé ça inquiétant. Jusqu’à ce que je réalise que le même cirque a lieu avec toutes les maladies nouvelles, et que c’est seulement à la fin qu’on s’aperçoit que la plupart des choses qui ont été écrites l’étaient sur des cas particuliers constamment mis en lumière comme des généralités. Or des phénomènes marginaux ont lieu dans toutes les épidémies.

      +24

    Alerter
    • Séraphim // 20.04.2020 à 12h37

      De plus, les hôpitaux ne sont débordés que du fait d’une stratégie de « bed management » foireuse, fondée sur une lecture à la lettre des statistiques, sans aucun esprit de projection, ne serait-ce qu’à quelques années. On retrouve là encore toutes les tares de l’évolution de notre enseignement: les yeux rivés sur Excel et 4 courbes, et hop, on en fait des lois, de la science même diront certains.
      Un flux tendu, mais sans la moindre anticipation. Au moins les Chinois ont organisé la capacité d’aligner un 1000 lits en 8 jours. Certes des algécos empilés, mais avec mutualisation de scanners, respirateurs, pression positive ou négative possible, sas d’isolements etc. Parfait pour une épidémie contagieuse.

        +11

      Alerter
    • Logique // 20.04.2020 à 14h00

      « une maladie qui, concrètement, est comme une grosse grippe avec un certain nombre de cas graves spectaculaires ou tout du moins spectacularisés. »

      Pour la France, je ne sais pas, mais pour la Suisse votre grosse grippe donne les chiffres suivants (quand on m’a dit que la grippe faisait annuellement 2500 décès en Suisse, j’ai voulu vérifier):

      Décès dus à la grippe en Suisse (sans confinement):
      2014 : hommes 26 femmes 24 total 50
      2015 : hommes 79 femmes 165 total 244
      2016 : hommes 42 femmes 47 total 89
      2017 : hommes 126 femmes 158 total 284

      A comparer au nombre de victimes du coronavirus en Suisse à ce jour (avec confinement): 1406

      Et ce n’est pas fini.

      Grosse grippe, ouais ou l’art et la manière de relativiser les choses.

        +10

      Alerter
    • Karim Wilmotte // 20.04.2020 à 15h22

      Bonjour,

      Avez-vous pris en compte:
      – les fluctuations directe de mortalité causée par le confinement (accident de voiture, du travail, etc)?
      – les fluctuations indirectes de mortalité causée par le confinement (maladie infectieuse)?
      – la non-infection d’une grande partie de la population causée par le confinement? Si 5 à 10% des Français sont atteint, que sans confinement ils seraient 4 à 5 fois plus, quel serait la situation sur ce plan? Et la mortalité?
      – en lien avec le point précédent, le risque d’implosion du système de soin de santé français (ou Belge, Espagnol, etc)? Combien de surmortalité probable en cas de non confinement par pertes de chance (des accidents ou maladies diverses, qui peuvent être soignée en temps normal mais cessent de l’être quand le système de santé s’effondre).

      Rappelons que, singulièrement si la contagion avait continué au même rythme, le personnel soignant aurait été encore plus exposé, renforçant le dernier point.

      Avez-vous pris en compte les risques de séquelles (à ce jour, rien de certains, mais une probabilité certaine).

      Sans compter que plus le virus se propage, plus il se réplique, plus il mute.

      Au plaisir de lire votre analyse.

        +8

      Alerter
      • Arno // 20.04.2020 à 17h00

        Attendre une analyse de la part d’esprits saturés par une simple idée reçue, c’est charitable mais peu lucide.
        On lit ici depuis quelques semaines l’expression apeurée de personnes, disons, par politesse, influençables. Peur qui se traduit par le déni de la réalité (simple gripette), la superstition en des prophètes de pacotille, ou le relais des infox les plus stupides (Trump, Montagnier), du moment que ça les rassure et si ça tape en plus sur des dirigeants largement déconsidérés, c’est tout bonus.

          +5

        Alerter
  • jp // 20.04.2020 à 12h24

    je ne comprends pas vraiment où est le problème : on n’est jamais immunisé définitivement d’une infection virale.
    Tous les anticorps disparaissent avec le temps, c’est juste plus ou moins long, des anticorps comme par ex ceux contre la rubéole ou la rougeole ne durent que 10 à 20 ans selon les personnes. D d’autres virus sont installés dans notre corps pour la vie et il faut vivre avec (ça va des verrues à l’hépatite B en passant par les grippes dont on est porteurs sains).
    Avec le temps il finira par y avoir une immunité de groupe, mais ça prendra effectivement très longtemps.

      +5

    Alerter
  • Papito // 20.04.2020 à 15h03

    L’O.M.S . est ‘ elle encore crédible ? Après tout ce qu’on en sait….j’ai des doutes !

      +3

    Alerter
    • panpan // 20.04.2020 à 21h12

      Docteur Pascal Sacré, médecin belge, anesthésiste-réanimateur.

      – Le point sur la gestion européenne de la pandémie de grippe A H1N1. Lettre et questions à nos Eurodéputés [1] par Docteur Pascal Sacré, 22 octobre 2010.
      La toute puissance des laboratoires doit prendre fin. Il ne faut pas les éradiquer, ni les diaboliser, mais les rendre responsables et punissables de leurs « erreurs ».
      http://initiativecitoyenne.be/article-la-lettre-du-dr-pascal-sacre-a-nos-eurodeputes-59800398.html

      – COVID-19 – Vérifiez vos sources. Guerre contre… la corruption ? Par Dr Pascal Sacré, 12 avril 2020
      Nos sociétés, en matière de santé, ont pris plusieurs décisions lourdes de conséquences.
      En premier lieu, elles ont décidé de désigner, aussi bien au niveau supranational qu’aux niveaux nationaux, un seul comité comme référence scientifique officielle des gouvernements. Toutes leurs décisions sanitaires, impliquant des millions pour ne pas dire des milliards de personnes, proviennent des recommandations d’experts présents dans ces comités.
      En deuxième lieu, elles ont accordé à ces comités et aux experts qui en font partie une confiance inébranlable. Ce genre de confiance qui, une fois donnée, n’est plus remise en question.
      Ainsi, si ces experts annoncent quelque chose, alors c’est que c’est vrai. Cela n’est plus critiqué…
      https://www.mondialisation.ca/covid-19-verifiez-vos-sources-guerre-contre-la-corruption/5644084

        +3

      Alerter
  • Narm // 20.04.2020 à 15h04

    le seul truc sur lequel il faudrait se pencher sérieusement, c’est un remède

    Traitement de la maladie, dès ses prémisses.

    Veran a dit qu’il ne falait pas utiliser les anti-inflamatoire alors qu’il semble bien que ce soit là, la plus grosse erreur
    soigner, le reste n’est que blabla et ne sauvera personne

      +4

    Alerter
  • .Josy // 20.04.2020 à 19h23

    sommes nous certains que nous devrions être immortels?
    Faut il vraiment arrêter de vivre parce qu’on risque de mourir?

      +5

    Alerter
  • Marc // 20.04.2020 à 19h35

    Je me souviens avoir vu un article qui disait la meme chose fin janvier/debut fevrier, grace aux coreens du sud.
    A force d’ecouter aveuglement l’oms qui a caché des informations depuis le debut, et a force de mal choisir vos sources et d’appliquer un filtre ideologique sur votre contenu vous etes a la ramasse

      +5

    Alerter
  • Julien // 20.04.2020 à 20h46

    La question c’est comment faire confiance à l’iOMS quand Ryan évoque subtilement dans une de ses interventions le fait de pouvoir enlever les enfants (plus contagieux ou pas…) des familles lors d’un confinement ? Imaginez le poids des propos de ce mec.

      +4

    Alerter
  • Christian Bernard // 20.04.2020 à 21h09

    Sauf erreur une scientifique française l’a annoncé il y a deux jours aussi.
    On n’a pas besoin de l’OMS qui n’est qu’une structure de plus visant à nous faire mariner dans le mondialisme ..

      +6

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications