Les Crises Les Crises
19.avril.202119.4.2021 // Les Crises

Crise gigantesque en approche ? Gilles Raveaud – par Thinkerview

Merci 40
J'envoie

Source : Thinkerview, Youtube

Source : Thinkerview, Youtube, 01-04-2021

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]Nous ne sommes nullement engagés par les propos que l'auteur aurait pu tenir par ailleurs - et encore moins par ceux qu'il pourrait tenir dans le futur. Merci cependant de nous signaler par le formulaire de contact toute information concernant l'auteur qui pourrait nuire à sa réputation. 

Commentaire recommandé

Gilles // 19.04.2021 à 09h43

Très intéressant à suivre même s’il a tendance à partir un peu dans tous les sens.
Par contre politiquement, c’est à pleurer.
Il te dit qu’il faut s’intéresser aux programmes, voir ce qui est fait, comment c’est fait etc… et quand on lui pose la question de pour qui allez-vous voter ? « Tiens, je voterai Poutou parce-qu’il est sympa ».
C’est sûr qu’avec ce genre d’engagement politique en carton, on n’est pas sortis des ronces.

7 réactions et commentaires

  • Darras // 19.04.2021 à 09h18

    Crise gigantesque en approche.
    C’est un bizness model pour certains ou quoi?
    Depuis sa création, le site « Zeroedge » chaque semaine annonce l’imminence d’un crack.
    Depuis 2011, Paul Jorion nous prédit l’apocalypse.
    Et il sont des légions comme ça.
    C’est sûr, comme il y a un accident financier tous les 10, 15 ans, ils pourront triompher en disant qu’ils l’avaient prévu.

      +6

    Alerter
    • Orhan // 21.04.2021 à 13h36

      Disons que la crise n’est plus ponctuelle, elle est structurelle, c’est l’état normal de notre monde en fait. 2009-2021 c’est la même séquence, ça peut durer des décennies tout comme la machine peut définitivement s’enrayer, c’est un peu la grande loterie. Nos sociétés sont plutôt dans un état palliatif, perfusées pendant une décennie d’argent, rendues insensibles à toute réalité économique, qui pourtant sont visibles. L’état de délabrement de nos hôpitaux devraient mettre la puce à l’oreille à plus d’un, mais pointer du doigt les comportements individuels c’est plus facile. Croiser quelqu’un qui n’a pas son masque dans le métro, c’est plus facile à appréhender que l’évolution concrète des moyens hospitaliers sur 20 ans.

      Après oui je suis d’accord, il y a un fond de commerce assez rentable que ce soit sur la crise écologique ou économique, de la même façon qu’il y a un fond de commerce très rentable sur les crises démographiques (immigration) ou culturelles (« grand remplacement », etc).

        +2

      Alerter
  • Gilles // 19.04.2021 à 09h43

    Très intéressant à suivre même s’il a tendance à partir un peu dans tous les sens.
    Par contre politiquement, c’est à pleurer.
    Il te dit qu’il faut s’intéresser aux programmes, voir ce qui est fait, comment c’est fait etc… et quand on lui pose la question de pour qui allez-vous voter ? « Tiens, je voterai Poutou parce-qu’il est sympa ».
    C’est sûr qu’avec ce genre d’engagement politique en carton, on n’est pas sortis des ronces.

      +15

    Alerter
  • Jérôme // 20.04.2021 à 08h07

    C’est beau de trouver 20% de boucs émissaires sauf que c’est faux. Vous confondez cause et conséquence.

    Si les 20% de prétendus « goinfres », « riches », … etc, autrement dit vous et moi, nous arrêtions de trop consommer, cela n’enrichirait personne hormis les riches d’autres pays qui perdraient des concurrents.

    10 ans de croissance démographique africaine succéderont à ces riches goinfres par des pauvres tout aussi désespérés. Et 50 ans plus tard ils seront beaucoup plus nombreux.

    L’espèce humaine reste une espèce animale évoluant dans un monde limité/fini. L’inventivité humaine a permis de repousser considérablement ces limites et de retarder le moment où on heurterait violemment le mur.

    Mais à la fin il y a une certitude mathématique : le plus profond problème ce n’est pas Marx mais Malthus qui l’avait compris. La fête a été et est encore très sympa.

    Un jour elle prendra fin et il y aura un ajustement très douloureux, comme il a pu y en avoir entre la fin de ce qu’on appelait l’Antiquité et le Haut Moyen-Age.

    PS : accessoirement si vous prenez les pays développés parmi lesquels figure désormais la Chine, c’est plutôt 40%.

      +1

    Alerter
    • Grd-mère Michelle // 20.04.2021 à 17h06

      Hum… sauf que l’espèce humaine a aussi inventé de multiples moyens contraceptifs…
      Une question essentielle étant: pourquoi certain-e-s les utilisent, et d’autres pas?

      La non-formation et la désinformation (manipulation) de la jeunesse par des États avides de « puissance » et considérant les populations laborieuses comme du bétail malléable et corvéable me semble l’explication la plus plausible des dangereux déséquilibres qui amènent les crises.
      Ne pas oublier, quand même, que chaque crise présente l’opportunité de prendre conscience de ce qui va de travers, de réagir et de prendre des décisions salutaires…
      Tant que « l’intelligence artificielle » ne remplace pas notre « raison » mêlée de sentiments et d’instinct de survie.

        +0

      Alerter
      • Jérôme // 20.04.2021 à 21h58

        L’essentiel de la croissance démographique a lieu dans des pays qui ne sont pas du tout avides de puissance.

        Allez donc leur expliquer qu’ils auraient intérêt à faire moins d’enfants. Ils ont commencé à se calmer mais la dynamique enclenchée est telle que leur population va considérablement augmenter.

          +1

        Alerter
  • Ernesto // 21.04.2021 à 00h22

    « Une crise de nantis » ? Pourquoi ne pas dire carrément une crise du capitalisme, qui règne sans partage sur la planète, système dominant qui, pour l’instant, ne connaît pas d’alternative crédible connue pour le dépasser ?

    Les « 20% qui se goinfrent » et seraient « riches », n’est pas pour moi le bon chiffre : je préfère le 1% contre les 99% (avec des différences énormes au sein de ce 1%). La référence d’études dans ce domaine, on la trouve dans le dernier ouvrage de Thomas Piketty : « capitalisme et idéologie », fruit d’un travail colossal sur l’explosion des inégalités dans les principaux pays du monde.

    Jérôme a le droit de n’être pas marxiste mais moi, j’ai celui de ne pas partager son analyse. Il n’y a aucune fatalité à l’inégale répartition des richesses créées par ceux qui n’en profitent pas et je trouve pour le moins obscène de parler de « fête encore très sympa » quand 3,5 milliards d’humains vivent au 21e siècle avec moins de 1,5O dollars par jour.

    Pour le reste, j’approuve le raisonnement de Grd-mère Michelle frappé au coin du bon sens.

      +2

    Alerter
  • Afficher tous les commentaires

Les commentaires sont fermés.

Et recevez nos publications